Version classiqueVersion mobile

Les grands hôtels en Asie

 | 
Thierry Sanjuan

Deuxième partie. Fonctions et images dans la ville

Modernité et post-modernité ou comment dépasser la nostalgie

Les hôtels Mandarin Oriental et Peninsula à Hong Kong

Jeffrey W. Cody
Traduction de Laurent Vermeersch

Texte intégral

1Pour attirer la clientèle, la plupart des meilleurs hôtels d’Asie font appel à la publicité, en vantant leurs services, leur confort ou les avantages de leur situation. Vu la compétition qui caractérise le marché, les hôtels ont tendance à accentuer l’attrait de leur cadre ou le caractère exceptionnel de leurs services. Certains séduisent leurs clients en mettant en avant une qualité supplémentaire : leur implication ancienne dans le monde de l’hôtellerie, du voyage ou, de façon plus ou moins implicite, de l’histoire coloniale.

  • 1 « Nostalgie », du grec nostos (retour) et algos (douleur) : regret obsédant du pays natal (New Oxf (...)

2Certes, ces hôtels ont survécu aux vicissitudes du commerce, aux aléas politiques, aux incertitudes économiques, notamment en remettant régulièrement leurs services au goût du jour. Néanmoins, ils perpétuent souvent des stratégies marketing révolues. Certains hôtels comme le Eastern and Oriental à Penang (1885), le Galle Face à Colombo (1864), et le Savoy Homann à Bandung (1936) évoquent cette nostalgie1 du passé par l’inertie ou le manque d’organisation. La rénovation de l’Eastern and Oriental, une fois engagée, a dû faire face à la fuite d’investisseurs trop optimistes, même si l’hôtel a finalement ouvert ses portes en 2000 (Khoo 1994 : 90). Le Galle Face incarne l’échec des fourvoiements avec les innombrables colonialismes du Sri Lanka (Perea 1998). Le Savoy Homann souffre d’une insuffisance de clients internationaux (Seegar-Howeler 2000 : 57). D’autres hôtels historiques en Asie gèrent cette nostalgie par des choix ou des circonstances particulières. Cet article évoque deux hôtels de ce type à Hong Kong : le Peninsula (1928) et le Mandarin Oriental (1963), où cette nostalgie du passé a été maîtrisée grâce au contexte politique et aux dynamismes culturels.

3Le 1er juillet 1997, Hong Kong, jusque-là colonie britannique, est devenue une région d’administration spéciale de la République populaire de Chine. Le mois précédant le retour à la souveraineté, les fonctionnaires de la colonie ont systématiquement fait disparaître les traces du passé colonial de Hong Kong, de l’insigne royal sur les boîtes aux lettres au blason de la couronne royale à l’en-tête des courriers du gouvernement. Si certains résidents de Hong Kong ont exprimé une certaine nostalgie pour le passé colonial, la plupart ne l’ont pas fait. En règle générale, la nostalgie vis-à-vis du Royaume-Uni n’était pas un sentiment politiquement correct et ne devait pas être exprimée en public ; par conséquent, les entreprises privées et les services publics ont rejeté cette nostalgie vis-à-vis de leur identité. Un des symptômes les plus manifestes de ce phénomène a été le retrait du mot « royal » dans les noms commerciaux. Le Royal Hong Kong Jockey Club, par exemple, a ainsi éliminé l’adjectif « royal ».

4Toutefois, durant la période qui a encadré ce retour à la souveraineté chinoise, d’autres acteurs de Hong Kong ont adopté une approche alternative de ce sentiment de nostalgie et l’ont utilisé comme outil marketing, notamment destiné aux classes aisées. Ils misaient ainsi sur l’identité hybride de Hong Kong : coloniale et chinoise. Un des exemples les plus évidents de cette tendance a été l’ouverture par David Tang du centre commercial Shanghai Tang en 1994. Tang a acheté ce qui restait d’un bâtiment commercial édifié au début du xxe siècle sur Pedder Street, dans le quartier de Central, et l’a transformé en une galerie à la mode. « L’objectif général est un réemballage de la culture chinoise. Des motifs chinois sont réinventés à la sauce kitsch comme, entre autres, les cheongsam, les makwa, les dragons, Mao, Deng, ou encore la calligraphie. Ces représentations narratives évoquent le passé » (Lan 1999 : 34).Une autre affaire de Tang, le très chic China Club qu’il a créé au début des années 1990 au sommet de l’ancienne Banque de Chine (1951), démontre combien il peut être rentable d’occuper cette niche commerciale qui, à la fois, vise et alimente les identités post-coloniales qui émergent à Hong Kong. Certains touristes et résidents locaux fortunés caractérisent ce marché restreint, à l’intérieur duquel prospèrent les deux hôtels analysés ici.

5Tandis que les résidents de Hong Kong s’adaptent aux implications de leur nouvelle identité sociale et politique, ils commencent également à réévaluer certains aspects sensibles de leur héritage colonial. Comme Ackbar Abbas l’a souligné : « Un rapport difficile existe entre une réalité marquée par une identité flottante, identité qui a d’ailleurs été favorable à Hong Kong dans le passé, et le besoin d’établir quelque chose de plus défini face aux exigences politiques actuelles » (Abbas 1997 : 4). Abbas souligne à ce propos qu’un des principaux aspects de la dynamique culturelle du Hong Kong actuel est lié à ce qu’il appelle une « culture de la disparition », qu’il voit apparaître sous trois formes : 1 – « reconnaître une chose comme autre chose » ; 2 – réévaluer « la représentation de soi » ; et 3 – « développer des techniques de disparition en réponse à un espace de la disparition » (Abbas 1997 : 8).

6Plus de trois ans après le retour à la souveraineté chinoise, les dynamiques associées à la nostalgie deviennent dès lors au moins aussi compliquées que celles liées à la culture elle-même. Certains résidents se plaignent du fait que le chef de l’exécutif, Tung Chee-Hwa, soit aussi éloigné du public que le dernier gouverneur anglais Chris Patten. Le nom des rues à Hong Kong conserve un caractère anglais et beaucoup d’immeubles de style occidental, comme celui où s’est installé Shanghai Tang, ont été rénovés. Durant ces trois dernières années, un ancien hôpital pour handicapés mentaux a été reconverti en service social pour les personnes âgées, d’anciennes casernes ont été réhabilitées pour abriter l’élément central d’un centre commercial, une ancienne forteresse coloniale à Lei Yue Mun, à Kowloon, a été transformée pour accueillir un musée militaire, et l’ancien bâtiment des missions françaises (datant de 1874 et 1916), situé sur une petite colline au sud de l’immeuble de la Hong Kong Bank de Sir Norman Foster dans le quartier de Central, a été converti en cour d’appel. Ainsi, plusieurs investisseurs privés de Hong Kong et certaines agences publiques investissent et revendent toute une constellation de sites architecturaux dispersés, associés à une nostalgie du gouvernement colonial. Les deux grands hôtels dont il est question dans cet article sont parmi les étoiles les plus brillantes de cette constellation et représentent à la fois des baromètres de l’identité contemporaine de Hong Kong et des icônes historiques.

  • 2 À titre d’exemple, le journal américain Travel and Leisure, établissant une liste des meilleurs hô (...)

7Ces deux hôtels présentent des points communs saisissants : ils font tous les deux face au port principal de Victoria ; le Peninsula est orienté au sud, du Tsim Sha Tsui jusqu’à la skyline de l’île de Hong Kong, tandis que l’entrée principale du Mandarin Oriental est orientée au nord, c’est-à-dire vers Kowloon, donnant sur le front d’eau central. Leur prestige justifie leur place parmi les plus grands hôtels du monde2.

8À Hong Kong, le secteur des hôtels représente un des piliers de l’économie locale : il emploie plus de 32 000 personnes et en fait travailler des milliers d’autres. Aussi, le nombre d’hôtels a rapidement augmenté ces quarante dernières années, dès lors que Hong Kong s’imposait comme un des centres névralgiques de l’économie internationale et du tourisme de masse. Ainsi, en 1961, Hong Kong avait 32 hôtels, 47 en 1981 et 92 en 2001 ; 36 000 chambres pour accueillir les quelque 14 millions de visiteurs – pour tourisme d’affaire ou de loisir – qui visiteront le territoire en 2001 (Sinclair 2001 ; Lui 2001).

9Dans ce contexte économique, le Peninsula et le Mandarin Oriental attirent une clientèle similaire et contribuent à faire de Hong Kong un lieu à la mode, notamment grâce à leurs restaurants chics, leurs galeries commerciales, leur personnel en uniforme et d’autres services caractéristiques d’un certain standing. Plus encore, ils occupent tous les deux des sites significatifs de l’histoire coloniale de Hong Kong. Le Mandarin Oriental a été construit sur le site de l’ancien Queen’s Building (1902) et l’aile est de l’édifice fait face à l’ancienne Cour suprême (1912) devenue aujourd’hui le Conseil législatif ; celui-ci domine Statue Square, un espace emblématique du Hong Kong colonial. Le Peninsula a été construit à proximité du terminal ferroviaire de la Kowloon- Canton Railway Corporation, construit en 1916, et détruit quasi complètement au milieu des années 1970. Seule subsiste la tour-horloge de style édouardien, monument nostalgique populaire, certainement le plus visité parmi les soixante-douze monuments classés au sein du Territoire. Le Mandarin Oriental et le Peninsula sont ainsi complémentaires – par leur histoire et leur géographie communes – et en compétition par le marché qu’ils convoitent. Les deux hôtels sont également complémentaires par les moyens distincts qu’ils utilisent pour transcender la nostalgie qu’ils incarnent, et ainsi dépasser leur image d’icône statique d’un Hong Kong révolu.

FIGURE 1. La localisation des hôtels Mandarin Oriental et Peninsula à Hong Kong

Le Mandarin Oriental modernisé et le Peninsula post-modernisé

10Le Mandarin Oriental transcende cette nostalgie en affirmant sa « modernité ». Ce terme implique tant de significations qu’il est nécessaire, pour éviter toute confusion, de s’y arrêter. Nous avons choisi ici de distinguer trois termes dérivés de « moderne » – modernité, modernisme et modernisation –, termes avancés par Marshall Berman et plus récemment Hilde Heynen, qui s’intéresse plus particulièrement aux implications architecturales (Berman 1982 ; Heynen 1999). D’après Heynen, la modernité endosse trois significations (l’actuelle, la nouvelle et l’éphémère) et caractérise une attitude vis-à-vis de la vie associée à un processus continuel d’évolution et de transformation, une idée selon laquelle le futur sera différent du passé et du présent (Heynen 1999 : 10).Ainsi, et en suivant Baudrillard, la « modernité » suppose une double opposition face à la tradition (Baudrillard 1982 : 28). Heynen soutient plus loin que « l’expérience de la modernité provoque l’apparition de nouvelles tendances et de mouvements artistiques. Certaines de ces tendances qui revendiquent cette orientation vers le futur et le progrès sont d’ailleurs désignées comme faisant partie du “modernisme” » (Heynen 1999 : 10). Cependant, la « modernisation » désigne plutôt les processus d’industrialisation et d’urbanisation, liés au capitalisme et à son développement économique ; en bref, tous les processus qui se sont intensifiés au xixe siècle et n’ont cessé de s’affirmer depuis.

11Comment rapporter ces distinctions à l’hôtel Mandarin Oriental ? Le Mandarin Oriental était moderne – comme l’étaient et le sont toujours beaucoup d’hôtels d’Asie – dans le sens que Heynen donne à « moderne », en parlant de nouveauté et d’éphémère. Par définition, dès lors qu’un individu descend dans un hôtel, il quitte la stabilité de son lieu d’habitation habituel et se retrouve dans un entre-deux temporaire, nouveau, éphémère. Cependant, le Mandarin Oriental est également « moderne » dans le sens qu’il reflète des processus socio-économiques de « modernisation », notamment par ses formes architecturales, ses matériaux et ses espaces. Le Mandarin Oriental a été transformé au début des années 1960, quand s’est manifesté à l’échelle planétaire ce que certains historiens ont appelé le corporate internationalism en architecture (Khan 1998 : 117-147).

PHOTO 1. L’hôtel Mandarin Oriental en 1973 (relations publiques de l’hôtel Mandarin Oriental)

12Ainsi, le Mandarin Oriental illustre d’abord la « modernisation » et dans une moindre mesure la « modernité ». Ni ses clients, ni ses concepteurs n’ont voulu l’inscrire dans un quelconque mouvement artistique ou architectural relevant du « modernisme ». Colin Rowe apporte des éléments d’explication en écrivant : « Dès lors que l’architecture moderne s’est répandue dans le monde, dès lors qu’elle devenait une référence standardisée, accessible à tous – à l’image de ce que les architectes avaient d’ailleurs voulu en faire –, elle subissait une rapide dévaluation, notamment de son contenu idéologique. Elle passait dans les mains des politiques et des investisseurs commerciaux, bref dans le camp du succès où règnent l’éclectisme, le facile et le consensuel, bref ce qu’il s’agissait désormais de dépasser » (Rowe 1972, cité dans Hays 1998 : 75).

13La direction et les architectes du Mandarin Oriental ont ainsi utilisé la révolution moderniste de l’architecture au nom de la modernisation. La direction désirait à la fois effacer toutes les traces de l’ancien Queen’s Building de style victorien – il s’agissait de détruire la tradition dans un geste moderniste – et favoriser une architecture plus en vogue et plus proche du nouveau contexte culturel. La direction semblait préférer une construction qui exprimait les qualités de la rationalité géométrique, des orientations qui dominaient alors en Amérique du Nord, à l’image du Lever House (SOM, Gordon Bunschaft, 1950- 1952) ou du Seagram Building (Mies van der Rohe, 1954-1958) à New York (Khan 1998 : 118 et 128-132). L’hôtel Mandarin Oriental, avec ses formes cubiques en saillie et ses balcons enserrés, reprenait à la fois les formes de l’unité d’habitation de Le Corbusier à Marseille (1947-1953), mais aussi celles d’hôtels construits par des entreprises engagées dans cette modernisation de l’architecture au sein d’autres contextes culturels : l’hôtel Hilton à Istanbul (1952-1955) par SOM, Gordon Bunschaft et Sedad Eldem (Khan 1998 : 224). Les propriétaires du Mandarin Oriental voulaient parallèlement distinguer leur hôtel en y ajoutant des surfaces commerciales à l’architecture d’inspiration occidentale. Initialement, cette nouvelle structure était destinée à des surfaces de bureau, mais les investisseurs ont rapidement décidé d’en faire un hôtel.

14Le Mandarin Oriental, avec ses formes lisses et ses détails ornementaux clairsemés, devint rapidement un emblème de la modernisation du quartier de Central. Dans la foulée, les propriétaires (Hong Kong Land) du Mandarin Oriental rénovèrent d’autres lots urbains dans les années 1960-1970 : le Princess Building, le Landmark Alexandra House et le Connaught Centre. De nombreux autres investisseurs ont suivi la tendance, transformant le Sun Hung Kai Centre et le Hopewell Centre. Ainsi le Mandarin Oriental fut à Hong Kong ce que furent à New York les premières constructions du Rockefeller Center (1931- 1955) ou encore les édifices des années 1950 dont nous avons parlé plus haut (Khan 1998 : 120).

15Contrairement au Mandarin Oriental optant pour une dynamique de modernisation, le Peninsula a choisi la « post-modernisation ». Là encore, une définition du terme et de ses significations est nécessaire. Comme l’écrit McLeod, « la première signification du terme “post-moderne”, et qui reste d’ailleurs la plus courante, fait référence à une tendance qui rejette les composantes sociales et esthétiques qu’implique le mot “moderne”, en faveur d’un langage des formes plus souple, souvent figuratives et historiquement éclectiques » (McLeod 1989, cité dans Hays 1998 : 680). Charles Jencks, souvent reconnu comme étant le premier à avoir parlé du post-modernisme, à la fin des années 1970, le définit comme un « éclectisme radical » selon lequel la nature ad hoc des éléments n’implique plus une unité créative (Jencks 1977). Par ailleurs, une partie de cette unité résulte, comme le suggère Robert Stern, d’« une préférence pour l’incomplet, pour des géométries compromises, pour des distorsions volontaires, et pour la reconnaissance des constructions dans le temps » (Stern 1976, cité dans Hays 1998 : 244). Le Peninsula est caractéristique de ces tendances architecturales, à la mode dans les années 1970-1980, dans le contexte colonial d’alors.

  • 3 Le Felix doit son nom à Felix Bieger, directeur général de l’hôtel à trois reprises.

16Le Peninsula, construit en 1928, c’est-à-dire trente-cinq ans avant le Mandarin Oriental, est un édifice imposant, beaucoup plus marqué par l’ornementation classique que le Mandarin Oriental, son cousin modernisé, situé de l’autre côté du port de Hong Kong. Le Peninsula exhibe une élégance dérivée du style Beaux-arts, même si ces éléments du classicisme européen sont compensés par des influences chinoises. Si les propriétaires de l’hôtel choisirent un design architectural moderne dans les années 1950-1960, il en fut autrement à la fin des années 1980, lorsqu’ils décidèrent de multiplier le nombre de chambres et d’élargir les services proposés. En effet, les propriétaires engagèrent alors un des cabinets d’architectes les plus connus de Hong Kong, pour concevoir une extension de trente étages sur la façade nord. Ils ont également engagé Richmond International (UK) pour une rénovation complète du hall principal de l’hôtel et Philippe Starck pour concevoir un restaurant et un bar, le Felix, au 27e étage de la nouvelle extension, mettant ainsi en valeur une vue impressionnante sur le port de Hong Kong3.D’un point de vue architectural et fonctionnel, la structure de l’édifice et les espaces ainsi créés se rattachent aux sensibilités post-modernes : le décor historiciste coexiste avec un traitement des lumières sophistiqué et les matériaux de construction issus des nouvelles technologies sont juxtaposés à des espaces soigneusement restaurés.

  • 4 Hong Kong comptait 49 hôtels en 1978, 59 en 1988 et 94 en 1994 (Bartlett 1997 : 143).

17Pour évoquer la façon dont le Peninsula et le Mandarin Oriental transcendent la nostalgie qu’ils évoquent, il est tout d’abord nécessaire de retracer l’histoire architecturale de chaque hôtel et de les replacer dans leur contexte, notamment géographique. Depuis leur ouverture, le Mandarin Oriental et le Peninsula ont été les acteurs principaux de l’hôtellerie à Hong Kong. D’autres acteurs de second rang ont profité du succès de ces deux géants4. L’hôtel Repulse Bay en est un exemple : construit en 1920 sur la côte sud de l’île de Hong Kong, par le même hôtelier qui édifia le Peninsula, il fut démoli par un entrepreneur en 1982 puis reconstruit six ans plus tard par un autre entrepreneur dans un geste résolument post-moderne. L’hôtel Hilton, dans le quartier de Central, en est un autre exemple : contemporain du Mandarin Oriental, il fut démoli en 1995 pour permettre l’édification du Cheong Kong Centre (1999), l’un des symboles du monde des affaires du Hong Kong d’aujourd’hui. Par leur identité sociale et leur dynamique spatiale, le Peninsula et le Mandarin Oriental reflètent des voies différentes par lesquelles les hôteliers de Hong Kong ont contribué à la diversité du patrimoine local.

L’hôtel Peninsula : l’élaboration d’un nouveau standard (1922-1945)

  • 5 Une part importante de l’Hôtel de Hong Kong, au coin de Pedder Street et de Des Vœux Road, fut dét (...)
  • 6 Kowloon, en dialecte local cantonais, signifie « neuf dragons », les collines dentelées sont censé (...)

18Le 11 décembre 1928, à l’ouverture de l’hôtel Peninsula – alors haut de sept étages –, peu de gens auraient parié sur son succès. À l’époque, les deux plus beaux hôtels de la ville, l’Hôtel de Hong Kong (1874-1900) et l’hôtel Repulse Bay (1920, démoli en 1982), étaient sur l’île de Hong Kong, ce territoire acquis par les Britanniques en 1841, suite à leur victoire lors de la première guerre de l’Opium qui les opposait à la Chine5. Après la seconde guerre de l’Opium en 1860, la Grande-Bretagne acquit la souveraineté sur Kowloon, cette péninsule située en face du port de Victoria et au sud des collines dentelées qui donnèrent leur nom à cette partie du territoire6 ; celles-ci séparent le territoire d’origine de la partie nord, alors plus agricole, qui deviendra le nouvel espace de l’expansion de la colonie entre 1898 et 1997. Le gouvernement colonial utilisa une bonne partie de Kowloon à des fins militaires (casernes, camps d’entraînement et autres campements). Ce n’est qu’au début du xxe siècle que les investisseurs privés (avec l’aide du gouvernement) se sont réellement intéressés à cette partie du port. Ainsi, on peut lire dans le rapport administratif de Hong Kong de 1921 : « Ces dernières années, un développement important et rapide a lieu sur la péninsule de Kowloon. Des parcelles de jardins extensifs ont été transformées en terrains à bâtir rapidement construits ; et… de nombreux terrains constructibles ont été gagnés sur la mer » (Bristow 1984 : 41). Le Peninsula s’est installé dans ce quartier en plein essor, et ceux qui ont cru en sa position géographique et en son rôle social ont investi sur Kowloon, alors très attractif.

19L’ampleur du développement commercial de Kowloon est également lié à l’édification en 1905 de la voie Kowloon-Canton (Kowloon-Canton Railway) et du terminal de la compagnie en 1916. La voie ferrée suivait alors la ligne de côte au sud de Kowloon pour se terminer au Star Ferry Terminal édifié en 1906 et qui entérinait les liaisons régulières entre les deux côtés du port de Victoria lancées en 1898.Un quart de siècle plus tard, l’hôtel Peninsula occupait un site clé à proximité à la fois du terminal Star Ferry et de celui du Kowloon-Canton Railway. Aussi, la construction de l’hôtel avait-elle été préméditée. Dès le milieu du xixe siècle, les hôteliers britanniques avaient compris les avantages que représentait la proximité des grandes gares pour l’implantation de grands hôtels de luxe. Les gares londoniennes de St. Pancras, de King’s Cross et de Victoria en sont des exemples représentatifs. À la fin du xixe siècle, alors que des terminaux ferroviaires étaient construits dans les grandes villes britanniques, de grands hôtels étaient édifiés, destinés à une population aisée désireuse de loger à proximité de la gare. La plupart des pays d’Europe connurent cette évolution, qui s’étendit aux empires coloniaux, en Inde notamment. On comprend mieux dès lors pourquoi la construction du Peninsula a rapidement succédé à celle du terminal Kowloon-Canton Railway.

PHOTO 2. L’hôtel Peninsula en 1928 (relations publiques de l’hôtel Peninsula)

20Plus encore, et cette fois à l’échelle plus locale, la construction du Peninsula constituait une preuve supplémentaire du développement prometteur du quartier de Kowloon. « Sa présence était la preuve d’un optimisme sans faille » (Bristow 1984 : 46). Lors de l’ouverture du Peninsula, le gouverneur de Hong Kong a d’ailleurs déclaré : « Le succès de cet hôtel ne dépend pas d’aujourd’hui ou des prochains jours. L’élan à l’origine de l’édification de cet édifice est l’élan du futur. Il est le témoin visible de la foi qui nous anime tous vis-à-vis de la grandeur de Hong Kong, qui n’est pas dans le passé mais bien dans l’avenir » (Bartlett 1997 : 69).

21La planification urbaine du gouvernement lancée en 1921-1922, juste au début de la construction du Peninsula, constitue une troisième preuve de cet optimisme dans le développement de Kowloon. En janvier 1922, le conseil municipal de Hong Kong a en effet nommé un comité chargé d’étudier la faisabilité d’un plan d’aménagement urbain pour l’ensemble de la colonie. Le comité s’est tout particulièrement penché sur le quartier de Kowloon, « dont la cartographie détaillée est en cours, en vue d’une croissance urbaine et démographique importante. Certains terrains sont réservés pour la construction des routes, des voies ferrées, des terminaux pour les ferries, des quais, des réseaux d’égouts, des abattoirs, des marchés, des immeubles officiels, des espaces commerciaux, des zones résidentielles, des entrepôts de bois et de charbon, des aires de loisir…, etc. » (Bristow 1984 : 41). Dans cet « et cetera », on comptait un hôtel de luxe : le Peninsula.

22C’est l’écossais James Taggart, un des responsables de la Hong Kong Hotels Limited, première compagnie d’hôtels en Asie et une des premières à être introduite à la bourse de Hong Kong en 1866, qui décida de construire l’hôtel en 1921. Taggart savait que le premier plan d’aménagement du territoire était en cours d’élaboration et que de nombreux investisseurs s’intéressaient tout particulièrement à Kowloon. Il insista auprès des autres dirigeants de la compagnie pour investir de l’autre côté du port. Il n’était pas difficile de les convaincre, puisqu’ils ne demandaient qu’une extension du marché des hôtels en Asie, avec Hong Kong comme centre névralgique. En 1922, alors que la construction du Peninsula commençait, Hong Kong Hotels Limited acquit le Shanghai Hotel Limited avec ses hôtels de Shanghai (Astor House et Palace) et son Grand Hôtel des wagons-lits de Pékin. « Reflet de cet élargissement, la compagnie fut rebaptisée sous le nom de Hong Kong and Shanghai Hotels Limited » (Bartlett 1997 : 47).

23Le Peninsula devint ainsi l’un des joyaux d’un réseau d’hôtels dirigé par des entrepreneurs visionnaires. Parmi eux, il faut mentionner Ellis et Elly Kadoorie, deux frères irakiens respectivement installés depuis les années 1880 à Hong Kong et Shanghai. Ellis, le plus âgé, déménagea à Hong Kong en 1883 et rentabilisa rapidement ses investissements financiers. En 1906, il devint actionnaire de la Hong Kong Hotels en faisant l’acquisition de 20 000 parts, prenant place en 1914 parmi les dirigeants de la compagnie. En 1917, il fut élevé au rang de chevalier par la Couronne britannique. Il incita, jusqu’à sa mort en 1922, les autres membres dirigeants de la compagnie à s’étendre largement, et il joua un rôle clé dans l’acquisition de la Shanghai Hotels Compagny et dans la construction de l’hôtel Peninsula à Hong Kong. Elly Kadoorie, resté à Shanghai, fut aussi un ardent supporter du projet du Peninsula. En 1928, alors que l’hôtel était presque terminé, il fit partie des membres dirigeants de la compagnie.

24Toutefois, cet optimisme touchant le succès du Peninsula et son rôle moteur pour la compagnie n’était pas partagé par tout le monde. Il fallut presque sept ans pour concevoir et construire le Peninsula, la plus grande construction du Kowloon de l’époque, que certains surnommaient « l’éléphant blanc », sept années (à partir de 1925) marquées par quatre mois de grève générale en soutien à un mouvement social similaire à Shanghai. L’hôtel fut alors réquisitionné par le gouvernement colonial et transformé en caserne afin de loger les militaires prêts à une éventuelle intervention (qui n’eut d’ailleurs pas lieu) pour défendre les intérêts britanniques dans cette capitale du commerce international qu’était alors Shanghai (Bartlett 1997 : 45-49). Toutefois, les relations entre Shanghai et l’équipe du Peninsula ne se faisaient pas uniquement sur le plan militaire. Des accords commerciaux et des liens familiaux, à l’image des frères Kadoorie, liaient également le Peninsula à cette ville rivale de Hong Kong, située plus au nord sur le littoral chinois.

25Une fois construit, le Peninsula fut surnommé « l’hôtel le plus chic à l’est de Suez ».Mais dans les premières phases de construction, l’hôtel dut surmonter deux défis majeurs, s’ajoutant à ceux mentionnés plus haut. Le premier concerne la conception préliminaire de l’hôtel jugée trop peu ambitieuse pour les dirigeants, qui l’abandonnèrent. La seconde concerne la structure des fondations de l’hôtel. Celui-ci, à la pointe de Kowloon, était construit sur un site sableux gagné sur la mer, entouré de deux collines sur lesquelles le gouvernement avait édifié d’une part le siège de la police maritime (en 1884, sur la colline ouest) et d’autre part la tour de Signal Hill (en 1908, sur la colline est). L’entreprise de construction devait enfouir dans le sol des centaines de piliers afin de soutenir la structure de béton renforcée de murs de brique couverts d’un stuc gris qui faisait dire au profane qu’il s’agissait d’un immeuble de maçonnerie. Un exemple précoce de la théorie de la « disparition » d’Abbas.

26W. D. Goodfellow, l’architecte en chef du Peninsula, qui travaillait pour la Hong Kong Reality and Trust Compagny, Civil Engineers and Architects, choisit un style largement influencé par la Renaissance italienne pour cette construction en « H », dont l’entrée, soulignée par une terrasse entourée d’une balustrade, était située à l’une des extrémités. Les architectes du Peninsula refusaient alors toute allusion au modernisme de l’avant-garde européenne (le Bauhaus s’était formé en 1918). Au contraire, ils reprenaient des conceptions beaucoup plus conventionnelles, inspirées des architectures européennes précédentes. La base rustique de l’hôtel était percée d’une série de grandes arches, les fenêtres des façades étaient décorées de moulures de facture classique simple et le dernier étage de l’édifice était souligné par des colonnes engagées, des médaillons ornementaux et une corniche.

  • 7 La compagnie Arts and Crafts Limited de Shanghai était chargée de fournir la plupart des charpenti (...)

27Quant à l’intérieur, des équipes de concepteurs de Hong Kong et des artisans de Shanghai travaillèrent en étroite collaboration avec James Taggart pour transcrire dans l’espace les idées de grandeur et d’opulence7. « Ça commence par le hall principal (45 m de long sur 15 de large) où d’immenses piliers rejoignent un plafond couvert de miroirs et décoré d’un florilège de chérubins et de moulures classiques. Les pales des ventilateurs des longs plafonds font danser les flammes des chandeliers chinois. L’escalier central offre aux visiteurs une entrée majestueuse avec ses balustrades qui s’enroulent en courbes sinueuses. Le sol est couvert de carrelage décoratif importé » (Bartlett 1997 : 60-61). Dans les années 1950, l’hôtel avait surnommé le hall principal « le carrefour de l’Est ».

PHOTO 3. Le hall de l’hôtel Peninsula (relations publiques de l’hôtel Peninsula)

  • 8 La compagnie Waygood-Otis a livré tous les ascenseurs. Quatre étaient destinés aux passagers, deux (...)

28D’un point de vue fonctionnel, les concepteurs de l’hôtel ne pouvaient se satisfaire d’un équipement conventionnel. Ainsi, le Peninsula bénéficiait de la plus grosse installation électrique de toute l’Asie, « offrant 2 000 interrupteurs, 1 450 prises électriques et 185 ventilateurs plafonniers » (un journaliste américain, cité par Bartlett 1997 : 62). C’était également le premier édifice dans la région à être équipé du chauffage central et de radiateurs dans toutes les pièces ouvertes au public, les corridors, les 240 salons et les salles de bains. Le Peninsula était parallèlement équipé de la climatisation, de sept ascenseurs et de toute une série d’équipements de cuisine ultramodernes8.

29Jusqu’à la décennie suivante et la rupture de la Seconde Guerre mondiale en 1939, le Peninsula resta l’exemple type de l’hôtel de grand luxe en Asie. Populaire à ses débuts auprès des compagnies expatriées en quête d’espaces adaptés à leurs dirigeants, l’hôtel devint très tôt un des symboles incontournables de la vie sociale de Hong Kong. Il attirait tant les stars d’Hollywood que les dignitaires européens ou les riches réfugiés qui fuyaient les troubles politiques des provinces chinoises plus au nord. Toutefois, au début des années 1940, le malaise croissant face aux événements politiques en Asie et en Europe freina l’économie touristique de Hong Kong. Lors de l’invasion japonaise en 1941, le Peninsula devint le quartier général de l’armée japonaise (la marine était alors logée à l’Hôtel de Hong Kong, de l’autre côté du port), jusqu’en 1942, date à laquelle les forces d’occupation japonaises s’installèrent dans la Résidence du gouverneur, redécorée à la mode japonaise. Le mois suivant, le Peninsula rouvrit ses portes sous le nom de Toa (East Asia) Hotel, sous direction japonaise, nom qu’il dût conserver jusqu’en août 1945.

L’hôtel Peninsula et la modernité : entre alliance et rejet (1945-1965)

30Après la guerre, tandis que le Peninsula retrouve son allure d’antan, les propriétaires désirent démontrer au monde ses capacités d’adaptation. Tout en effaçant les traces de l’occupation japonaise, ils réaménagent l’hôtel afin de l’adapter à un nouveau phénomène : la popularisation de l’aviation civile qui amène à l’hôtel de nouvelles vagues de riches clients. Ainsi, quand la compagnie d’aviation BOAC envisagea la construction en centre-ville d’un terminal d’embarquement pour ses passagers logés à Kowloon, à 5 km du nouvel aéroport de Kai Tak, les dirigeants de la BOAC et du Peninsula décidèrent ensemble d’installer un guichet d’embarquement à l’intérieur de l’aile ouest de l’hôtel. « Le premier terminal d’embarquement en centre-ville voyait le jour » (Bartlett 1997 : 99).

31En installant ces fonctions aéroportuaires au cœur de l’hôtel, les dirigeants franchissaient inconsciemment l’un des quatre paliers de la modernisation. En tant qu’opérateurs commerciaux (et en référence aux propos de Rowe), ils utilisaient l’attrait de l’esthétique moderne pour faire du profit. Ces nouvelles fonctions ancraient dans le hall principal les atours de la modernité (les lampes au néon par exemple) et la non-permanence (récupération des bagages et vente de billets). Un second pas vers la modernité eut lieu en 1957, quand on ajouta au nord de l’hôtel le Peninsula Court, une annexe de 90 chambres beaucoup moins décorées. Du point de vue du style, cette structure, comparée au premier Peninsula, arborait des formes géométriques et rationnelles. Le Peninsula Court fut démoli en 1982 et remplacé par l’Hôtel de Kowloon. En 1970, l’hôtel gravit une troisième marche vers les principes modernistes (évoqués par certains des protagonistes du modernisme comme Le Corbusier et Ludwig Hilbersheimer) : un pont piéton et couvert fut en effet érigé entre l’hôtel initial et le Court.

32Enfin, le quatrième pas vers la modernité architecturale fut franchi au milieu des années 1960, lorsque le directeur Peter Gautschi s’est lancé dans une rénovation sur cinq ans de l’hôtel principal. Il écrit que « la compétition avec des institutions plus récentes [c’est-à-dire le Mandarin Oriental] pourrait bien nous reléguer aux oubliettes » (Horace Kadoorie, cité par Bartlett 1997 : 124, mention du Mandarin Oriental ajoutée par cet auteur). Les architectes britanniques Walter Marmorek et Peter Wormersley menèrent ainsi de nouveaux travaux de rénovation. Ils décidèrent « de donner aux chambres une allure scandinave : abondance de bois clair, moquettes et tapisseries rouges et oranges. Le résultat était moderne, mais pour le moins infructueux… personne n’aimait les chambres » (Bartlett 1997 : 123).

33Cette action de modernisation et cette commercialisation des architectes finlandais « modernistes », tel que Alvar Aalto, Eliel et Eero Saarinen, n’est pas sans rappeler ce qui amena certaines compagnies comme IKEA à miser sur l’engouement pour le mobilier contemporain. Cette rénovation du Peninsula répond à la fois aux besoins d’adaptation de l’hôtel, mais traduit aussi son ultime rejet d’une esthétique non historiciste et aboutit à son refus définitif d’un style excessivement moderne.

L’hôtel Peninsula : de la modernisation à la post-modernisation (1965-1995)

34Contrairement à celle du Mandarin Oriental, l’histoire du Peninsula a été marquée par le post-modernisme, puisqu’il s’agissait de remettre l’hôtel au goût du jour tout en conservant une certaine permanence. Ainsi pouvait s’accomplir le dépassement d’une nostalgie du passé colonial, notamment en soulignant – en accord avec les tendances de l’époque – la multiplicité des identités, chinoise et occidentale. Les habitués de l’hôtel exprimaient souvent une certaine nostalgie vis-à-vis des espaces et des décors de l’hôtel d’origine. Aussi, lorsque la rénovation fut annoncée, la Société pour la préservation du hall principal a été créée (« pas de changement drastique ! » était le mot d’ordre rassurant de la Direction). Une des conséquences de la rénovation fut le remplacement de l’agence de voyages et des bureaux de l’aéroport par une série de boutiques de luxe. Parallèlement, les espaces attenant au hall principal furent modifiés en utilisant des éléments réinterprétant les cultures de l’Occident et de la Chine.

PHOTO 4. Le grand escalier de l’hôtel Peninsula (relations publiques de l’hôtel Peninsula)

35Deux sculptures massives de lions-gardiens d’origine chinoise furent ajoutées à la nouvelle fontaine de granit italien de 40 pieds carrés, construite à l’extérieur du hall principal. Les portes d’entrée furent décorées de peintures chinoises représentant deux dieux des portes, un choix qui provoqua de violentes controverses parmi les spécialistes de fengshui, notamment à propos de leurs vertus positives ou négatives. C’est également dans les années 1970 que l’hôtel signa un contrat avec Rolls-Royce pour pourvoir aux besoins en véhicules des clients. Ces différentes actions attestent qu’à cette époque, le Peninsula s’engage dans une double direction à la fois vers le passé et la nostalgie, et vers l’avenir par un désir (tant moderne que post-moderne) de s’adapter aux goûts du jour pour rester dans la course. Ces différents pas vers la modernisation et la post-modernisation marquent le début du dépassement par le Peninsula de la nostalgie qu’il incarne.

36En 1972, lorsque la compagnie Kowloon-Canton Railway décide de délocaliser son terminal et de démolir celui existant à Tsim Sha Tsui, le Peninsula a encore une fois courtisé la modernisation. En effet, les dirigeants de l’hôtel envisagèrent sa démolition afin de reconstruire un nouvel hôtel de 17 étages et de 500 chambres (en gardant le nom de Peninsula), qui aurait « offert les mêmes services que le Peninsula, mais dans un quartier adapté aux consommateurs modernes » ; il aurait été édifié par la célèbre firme de Chicago, Skidmore, Owings et Merrill (Bartlett 1997 : 137-138). Cependant, la crise pétrolière et ses conséquences dramatiques sur le coût de l’énergie, sur la consommation et sur le tourisme, décidèrent les dirigeants à reconsidérer le projet. Ainsi, au début des années 1980, les dirigeants de l’hôtel envisagèrent différents schémas d’expansion, reflétant non seulement le désir de « conserver le style colonial, mais également d’aller au-delà » (Bartlett 1997 : 147). Le décor ultramoderne de la rénovation des années 1960 avec ses aciers inoxydables et ses structures de verre s’était démodé plus tôt qu’on ne l’avait pensé. Les dirigeants optèrent alors pour un retour à une « élégance classique », utilisant des couleurs plus sombres ou des cuivres (Bartlett 1997 : 149).

37Toutefois, et de manière encore plus significative, la direction de l’hôtel commença à envisager une expansion importante de la structure originelle pour tirer avantage des potentiels du site. La direction décida alors d’accroître la surface de plancher de 25 000 à 62000m2, en ajoutant 132 chambres et autres surfaces de service ; cependant, un tel projet nécessitait la construction d’une extension majeure sur la structure centrale de sept étages.

38En 1987, la direction engagea alors Rocco Design Limited, un cabinet d’architectes local. Rocco Yim, partenaire principal du cabinet, désigna Hector Cheung en tant qu’architecte en chef du projet. L’option choisie parmi plusieurs propositions supposait l’édification de deux tours encadrant une tour centrale de 30 étages (« Still standing after all these years » 1994). Toutefois, pendant la conception, le gouvernement éleva les limites de construction en hauteur à Kowloon, vu la fermeture imminente de l’aéroport de Kai Tak, en 1998. Les propriétaires de l’hôtel optèrent alors pour une seule tour. Les architectes ne voulaient pas se contenter de copier les détails de la façade existante ; « le but était de ne rien reproduire à l’identique, mais que les nouveaux éléments soient compatibles avec les anciens et que la combinaison des deux présente une qualité esthétique » (Bartlett 1997 : 156 ; voir également Moss 1999 : 78). Dès lors, les concepteurs optèrent pour un éclectisme cohérent en accord avec les idéaux post-modernes alors à la mode ; parmi eux, l’utilisation d’ornements à des fins d’embelissement (tels les encadrements de fenêtres), une manipulation des formes visant à introduire des références particulières (notamment le vocabulaire stylistique du cœur originel du Peninsula) et une emphase des « espaces intermédiaires », telle la terrasse du toit intégrée entre la base du nouvel édifice et la structure originelle de l’hôtel (Stern 1976). La direction accepta la démolition d’un bâtiment de trois étages qui, plusieurs décennies auparavant, avait été ajouté à l’aile nord de la structure en « H ». Les architectes employèrent un système de mur-rideau (préfabriqué en Corée) et des moulures pour permettre une cohérence entre les anciens et les nouveaux éléments, tout en distinguant la nouvelle tour en tant qu’addition des années 1990.

  • 9 Le China Clipper a été conçu par Denton Corker Marshall Interiors. Orlando Diaz-Azcuy conçut la pi (...)

39L’hôtel engagea sept autres cabinets d’architectes pour concevoir certains espaces intérieurs (les restaurants et le club de sport) ou pour redessiner des espaces existants (les salons ou les espaces réservés aux boutiques)9.

40En 1995, la tour de 30 étages fut récompensée de la médaille d’argent par le Hong Kong Institute of Architects. La conciliation de l’ancien et du moderne, l’interprétation néo-classique du style architectural du bâtiment d’origine attestent une fois encore de la manière dont le Peninsula utilisait la nostalgie comme instrument de vente tout en la transcendant par l’adoption d’un vocabulaire post-moderniste et historiciste, que certains critiques auraient pu appeler « un collage de motifs architecturaux » (Palaasma 1986, cité dans Nesbitt 1996 : 449). L’hôtel avait courtisé la modernisation, tout en évitant une esthétique moderne, en faveur d’une esthétique post-moderne.

41Il élaborait ainsi (pour le salut de son succès commercial) un concept fusionnant flexibilité et tradition. « Flexibilité » par les changements que la direction de l’hôtel mit en œuvre après la Seconde Guerre mondiale (effacement des traces de l’occupation japonaise, adaptation à la popularité croissante de l’avion, réponses aux désirs changeants de la clientèle et agrandissement de la surface de l’hôtel). « Tradition » par ce qui, plus tard, aidera la direction à vendre ses espaces : dans certains lieux, et notamment le hall principal, l’hôtel avait conservé ses lustres d’avant-guerre et, à certains moments, la direction du Peninsula avait rejeté des changements radicaux pour préserver l’image de l’hôtel. Pour les propriétaires, « radical » rimait souvent avec « moderniste ». Bien que l’hôtel eût joué avec le modernisme – en édifiant le Court, en engageant la firme SOM pour concevoir le nouveau Peninsula qui ne fut jamais construit, en redécorant la plus grande partie de l’intérieur à la mode scandinave « moderniste » –, les propriétaires du Peninsula soustrayaient finalement l’hôtel à ces expériences modernistes afin d’en assurer le succès commercial. L’un des plus grands concurrents du Peninsula, le Mandarin Oriental, choisit une voie différente pour finalement arriver au même résultat.

PHOTO 5. L’hôtel Peninsula aujourd’hui (relations publiques de l’hôtel Peninsula)

Le Mandarin Oriental : la modernisation comme principe conceptuel (1963-2001)

  • 10 Page d’information non publiée et non datée, hôtel Mandarin Oriental, 2000.

42« Dès son ouverture en septembre 1963, le Mandarin Oriental de Hong Kong fut rapidement considéré comme l’un des hôtels les plus prestigieux du monde. Le projet initial visait à créer un hôtel fermement ancré dans la culture orientale – notamment en assurant l’attrait du service à l’orientale –, tout en offrant les équipements modernes et sophistiqués qu’exigent les voyageurs internationaux »10.

43L’hôtel fut alors l’une des icônes de la modernisation de Hong Kong, comme le furent le Wanchai Public Market (1937) et l’hôtel de ville (1962). Durant les quarante ans qui suivirent son ouverture, le Mandarin Oriental s’est élevé à un rang équivalent à celui du Peninsula, son principal rival, sans pour autant s’appuyer sur un « style colonial ». Dès ses débuts, en juillet 1960, l’hôtel se voulait de première classe sans être historiciste, élégant sans être classique. Les propriétaires du Mandarin Oriental vendent ainsi une certaine nostalgie pour la culture de l’élite britannique sans toutefois en faire trop (en créant par exemple le Chinnery Bar, un club réservé aux hommes jusqu’en 1990), mais ils transcendent également cette nostalgie en restant particulièrement modernes dans leurs choix conceptuels, les matériaux de construction, les finitions, les couleurs, les textures, les contextes de lignes et d’espaces.

44Le Mandarin Oriental, avec ses 25 étages, s’élève sur un site (au 5 Connaught Road, dans le quartier de Central) occupé de 1902 à 1960 par le Queen’s Building, un immeuble de bureaux de quatre étages couvert de baies vitrées, de style colonial et agrémenté de détails de l’architecture classique occidentale ; l’édifice a été conçu par Leigh and Orange, l’un des plus anciens cabinets d’architecture de Hong Kong (établi en 1874). En 1960, le Queen’s Building était la propriété de la Hong Kong Land Investment and Agency Co. Ltd., l’un des plus gros propriétaires fonciers du quartier de Central, à l’ouest de Statue Square. Hong Kong Land (comme on l’appela plus tard) commença à investir dans l’hôtellerie par l’acquisition de l’hôtel de Gloucester, un hôtel « passé de mode » (1932) qui remplaça médiocrement l’Hôtel de Hong Kong, sévèrement endommagé par un incendie en 1926 (Cameron 1984 : 4).

45En 1956, le gouvernement réduisait son contrôle des limites des volumes de construction, ce qui eut pour conséquence un boom dans la construction, de 1962 à 1966 (Pryor 1993 : 108).

  • 11 Barton fut également le tycoon de Jardine, Matheson and Co., l’une des compagnies parmi les plus i (...)

46Dans ce contexte d’effervescence, Hugh Barton, directeur de la Hong Kong Land estima que « l’île avait besoin d’un grand hôtel d’une individualité que seuls pouvaient lui donner les leaders de Hong Kong » (Lo 1973 : 45)11. Quand le conseil d’administration décida de démolir le Queen’s Building, pour en faire un ensemble de bureaux et de commerces, Barton s’y opposa, vu la surabondance, à l’époque, de projets commerciaux de ce type. Il jugeait plutôt que les équipements touristiques étaient l’une des fonctions sous-exploitées à Hong Kong et, par conséquent, que sa compagnie devait se diversifier vers l’hôtellerie par un investissement qui représentait un quart du portefeuille de la Hong Kong Land. Barton pensait alors que même les meilleurs hôtels d’Asie comme le Raffles à Singapour, l’Oriental à Bangkok, l’Impérial à Tôkyô ou le Peninsula de l’autre côté du port de Victoria n’étaient pas à la hauteur des standards des grands hôtels occidentaux. Barton ne pouvait pourtant pas prévoir qu’au début des années 1960, Hong Kong était à la veille d’un développement commercial majeur : les exportations crurent de 4 à 83 millions de dollars hongkongais de 1963 à 1983. Dans le même temps, le nombre de visiteurs arrivant par avion augmenta de 315 000 à presque 3 millions. L’époque était donc idéale pour investir dans un hôtel de luxe au cœur du centre commerçant de Hong Kong qui, au début des années 1960, connaissait des changements majeurs en matière de règles de construction et des constructions qui utilisaient le plus souvent le vocabulaire de l’architecture moderne (Cameron 1984 : 8).

47Pour concevoir ce que l’on appela initialement le Queen’s Hotel, Hong Kong Land choisit Leigh and Orange, le même cabinet d’architectes qui avait conçu le Queen’s Building. Cependant, Hong Kong Land ne voulait pas construire une réplique de ce qui, selon certains, avait « un petit air de palais monghol construit sous un climat étranger » (Cameron 1984 : 12). La compagnie désirait plutôt une structure avant-gardiste, à l’image des nouvelles technologies, aux lignes et aux surfaces lisses. John Howorth, le plus ancien partenaire de Leigh and Orange, fut nommé architecte en chef et, pendant des mois, travailla de pair avec Bevan Field, directeur général de City Hotels Ltd., Vernon Roberts, son assistant, Bill Powell, chef de projet, et Tony Ross, directeur de l’hôtel de Gloucester. Toutefois, ce projet s’avéra rapidement être un défi architectural pour Leigh and Orange, non seulement parce que la firme employait trop peu de personnel, mais également parce que « nous mettions sur pied le premier hôtel – à Hong Kong et dans tout l’extrême-Orient – à être construit à l’aide de méthodes industrielles ». Le cabinet avait besoin d’architectes plus expérimentés pour assister Howorth. Frank Eckermann, un architecte australien de passage qui connaissait un ami d’Howorth, accepta de collaborer avec lui, bien qu’il ne fut pas non plus un spécialiste dans la conception d’hôtels.

48Ces architectes imaginèrent un cube lisse, surmontant une dalle rectangulaire de quatre étages. Nous ne savons pas quelles furent leurs références, mais, en 1960, la plupart d’entre eux devaient être au courant des nouvelles structures – comme l’immeuble du Secrétariat des Nations unies à New York (1947- 1950) –, dont il était souvent question dans la presse populaire ou dans celle spécialisée en architecture. La surface extérieure du Mandarin Oriental est adoucie par la création de balcons encastrés devant chaque fenêtre des 487 chambres et des 55 suites. Douze d’entre elles, thématiques, sont localisées entre le 20e et le 24e étage, et deux restaurants luxueux ainsi qu’une piscine découverte occupent le sommet, au 25e étage. Cinq restaurants sont situés au rez-de-chaussée.

  • 12 L’espace autour de la piscine fut redessiné par Hamish Cowperthwaite (Moss 1999 : 36).
  • 13 Pour une analyse astucieuse de ces nouvelles tendances et de leurs implications, voir Bozdogan (19 (...)

49Howorth portait une attention toute particulière à l’aspect visuel des matériaux de construction et au « sens d’une utilisation luxueuse de l’espace » (Cameron 1984 : 15)12. Il sélectionna avec Eckermann des marbres noirs polis, des aciers inoxydables et de larges panneaux de verre pour traduire le modernisme architectural de l’édifice. Depuis qu’Adolf Loos, Mies Van Der Rohe et d’autres architectes dits « modernes » avaient utilisé de tels matériaux pour leur propre « utilisation luxueuse de l’espace », de nombreux architectes à travers le monde s’étaient également servis de ces matériaux pour suggérer une architecture à la fois nouvelle et en accord avec son temps. En employant ces formes et ces matériaux pour mettre le Mandarin Oriental au goût du jour, Howorth, Eckermann et l’équipe de conception étaient d’inconscients « moderniseurs ». Ils introduisaient à la fois un vocabulaire architectural « moderniste » et transformaient ce vocabulaire en une force « modernisante » au sein d’un contexte de colonie britannique en plein essor commercial13. C’est à peu près à la même époque que le Peninsula envisageait ce même vocabulaire, qu’il rejetera rapidement. Le Mandarin Oriental a, lui, retenu ce vocabulaire et l’a transcendé.

50Pour l’aménagement intérieur de l’hôtel, Hong Kong Land lança une compétition remportée par Don Ashton, un ancien designer du monde du cinéma, qui venait de redessiner l’intérieur du Mayfair Hotel à Londres. Personne n’était responsable du design d’ensemble du Mandarin Oriental et, à l’exception d’Ashton, personne n’avait d’expérience significative en matière de conception d’hôtels. « C’est toute cette équipe, novice en la matière, qui fit du Mandarin Oriental ce qu’il devint » (Cameron 1984 : 17).

51Quand le Mandarin Oriental ouvrit ses portes, « un émoi formidable secoua le mode de l’hôtellerie, d’abord parce que le lieu était exceptionnellement réussi, et parce qu’il était certainement le plus moderne de tous les hôtels de l’époque » (Peter Stafford, deuxième directeur du Mandarin Oriental, cité par Cameron 1984 : 26). Pendant quatre ans, le magazine Fortune l’a classé parmi les meilleurs hôtels du monde. « La croissance du nombre de voyageurs d’affaire qui ont le goût et les moyens de s’offrir l’élégance et le luxe a permis d’édifier dans d’autres parties du monde (hors d’Europe et d’Amérique) de grands hôtels comme le Mandarin Oriental… qui, en plus, sont rentables » (Roger Beardwood, Fortune, novembre 1967, cité par Lo 1973 : 46). Dans les années 1960, tandis que l’architecture moderne devenait l’idiome architectural favori des entrepreneurs capitalistes, un hôtel comme le Mandarin Oriental – architecturalement « moderne » dans ses formes et ses matériaux – représentait un complément cosmopolite pour les gens d’affaires du CBD (central bussiness centre) en plein essor. Le décor du Mandarin Oriental – » moderne bien qu’intemporel » – contribua à son style marqué par une élégance contenue (Lo 1973 : 47). La direction et les architectes n’avaient certainement pas imaginé que l’hôtel deviendrait, dans un contexte global, un curieux témoignage du combat de la modernité contre l’ethnicité, au nom de l’universalisme (Friedman 1997 ; Graham et al. 2000 : 53).

52Quand les modifications devinrent nécessaires, les directeurs de l’hôtel conservèrent cette identité moderniste et ce style spécifique. En 1965, quand Hong Kong Land ouvrit le Prince’s Building au sud du Mandarin Oriental et de l’autre côté de Chater Road, la compagnie relia la mezzanine de l’hôtel aux galeries commerciales du Prince’s Building, créant ainsi l’un des premiers ponts piétons couverts, qui ont depuis proliféré dans tout le centre de Hong Kong. En 1968, les architectes redécorèrent complètement les derniers étages du Mandarin Oriental (un défi conceptuel que l’hôtel avait déjà entrepris plusieurs fois pour préserver le caractère novateur des restaurants) et, un an plus tard, ils redessinèrent le rez-de-chaussée, insuffisamment spacieux dans la conception d’origine, pour y inclure une série de salles de congrès. Le Mandarin Oriental était « désormais plus autonome » (Moss 1999 : 36).

53Le succès commercial de la formule du Mandarin Oriental peut être ainsi résumé : premièrement, on eut recours à des formes et des matériaux « modernisants » afin de créer une « utilisation luxueuse de l’espace » ; deuxièmement, pour rendre cet espace plus raffiné et l’inscrire dans un contexte, les propriétaires de l’hôtel incorporèrent à la fois des références coloniales britanniques (le bar réservé aux hommes) et des motifs artistiques chinois (dans le hall principal) ; troisièmement, en créant cet ensemble hybride de références architecturales, ils évitaient la nostalgie tant d’une Grande-Bretagne victorienne que d’une Chine imaginaire. L’équipe conceptuelle et le propriétaire conservaient l’équilibre architectural de l’hôtel dominé par les matériaux polis, les lignes lisses et la rationalité des volumes géométriques. En 1960, l’ordre du jour pour le Mandarin Oriental était la modernisation et, même si plus de quarante ans plus tard, « moderne » ne signifie plus forcément « nouveauté », le Mandarin Oriental poursuit cette modernisation raffinée et hybride pour reconcevoir ses restaurants, améliorer les autres espaces publics et maintenir les équipements et les services de ses chambres au plus haut niveau.

54Le Peninsula et le Mandarin Oriental représentent des « amalgames parfaits du passé et du présent » (Moss 1999 : 78). Ils s’adaptent en proposant des services clé en main du plus haut niveau (formes architecturales et espaces) reflétant l’évolution rapide de la notion d’identité dans une société post-coloniale qui, comme le suggère Ackbar Abbas, reste incertaine quant à son identité ou celle qu’elle désire acquérir, tant politiquement que culturellement. Les deux hôtels misent sur la nostalgie tout en la transcendant par une conception de la plupart de leurs espaces en accord avec les tendances contemporaines.

55À Hong Kong, certaines de ces tendances sont résolument modernes, comme l’atteste le Mandarin Oriental, ses espaces, ses formes associées à une certaine forme de modernité née dans les années 1960 et assimilée par la suite au capitalisme international. Le Mandarin Oriental doit en partie son succès à cette marchandisation de la modernité ; et ses clients s’attendent désormais à une distribution des espaces, à des matériaux, à une conception d’ensemble basée sur une tradition ironique de la modernité, qui, aujourd’hui, presque quatre décennies après son ouverture, est nostalgique tout en correspondant aux goûts du jour.

56Cependant, certaines tendances contemporaines de Hong Kong sont résolument post-modernes par des juxtapositions discordantes de références culturelles. D’un point de vue architectural, le Peninsula, plus que le Mandarin Oriental, a opté pour cette orientation avec son hall principal dont la sémiotique évoque le colonialisme britannique, son restaurant Spring Moon rappelant une maison de thé chinoise destinée à la riche gentry, et ses nombreux espaces hybrides (comme le Restaurant Felix conçu par Philippe Stark), reflet de sensibilités éclectiques et radicales. Né avec des gènes stylistiques résolument occidentaux, le Peninsula a été marqué durant les trois quarts de siècle passé par une hybridation de ces gènes. La direction japonaise a modifié l’hôtel dans les années 1940, d’autres propriétaires ont opté, dans les années 1960-1970, pour des solutions plus directement influencées par le modernisme, même si finalement le Peninsula lui a tourné le dos en faveur d’orientations high-tech et historicistes.

57Le Peninsula et le Mandarin Oriental sont devenus des hôtels-symboles à Hong Kong. Pour approfondir l’étude de la sémiotique de leurs espaces et de leurs formes, il serait nécessaire d’effectuer des enquêtes auprès de leurs clients, de leurs employés et de ceux qui les ont étudiés. Il serait également utile d’analyser l’ensemble des hôtels de Hong Kong afin de déterminer la véritable place du Peninsula et du Mandarin Oriental au sein de cette mosaïque d’hôtels existant sur le Territoire. Il serait également intéressant de comparer le cas de Hong Kong à celui de Macao, seconde région d’administration spéciale de Chine depuis décembre 1999. Ces possibles orientations de recherche suggèrent la richesse de la Chine méridionale quant à de plus amples analyses sur le thème des grands hôtels.

Bibliographie

Bibliographie

Abbas, Ackbar, 1997, Hong Kong. Culture and the Politics of Disappearance, Hong Kong, Hong Kong University Press.

Bartlett, Francis, 1997, The Peninsula. Portrait of a Grand Old Lady, Hong Kong, Roundhouse.

Baudrillard, Jean, 1982, La Modernité ou l’esprit du temps, Paris, L’Équerre.

Berman, Marshall, 1982, All That is Solid Melts into Air. The Experience of Modernity, New York, Simon and Schuster.

Bozdogan, Sibel, 1999, « Architectural history in professional education: reflections on postcolonial challenges to the modern survey », Journal of Architectural Education, vol. 52, n° 4, mai, p. 207-215.

Bristow, Roger, 1984, Land-use Planning in Hong Kong, Hong Kong, Oxford University Press.

Cameron, Nigel, 1984, The Mandarin, Hong Kong, Hong Kong, Mandarin International Hotels Ltd.

Friedman, J., 1997, « Global crises, the struggle for cultural identity and intellectual porkbarrelling », dans Werbener, P., et Modood, T., dir., Debating Cultural Hybridity, Londres, Zed, p. 70-89.

Graham, Brian et al., dir., 2000, A Geography of Heritage. Power, Culture and Economy, Londres, Arnold.

Hays, K. Michael, dir., 1998, Architecture Theory Since 1968, Cambridge (MA) et Londres, MIT Press.

Heynen, Hilde, 1999, Architecture and Modernity, a Critique, Cambridge (MA) et Londres, MIT Press.

Jencks, Charles A., 1977, The Language of Postmodern Architecture, Londres, Academy Editions.

Khan, Hasan-Uddin, 1998, International Style. Modernist Architecture from 1925 to 1965, Cologne, Taschen.

Khoo, Su-nin, 1994, Streets of George Town, Penang, Janus.

Lan, Yuk-yuen, 1999, The Practice of Chineseness, Hong Kong, Cydot Communications.

Lui, Prudence, 2001, « Numbers don’t tell whole story », Hong Kong, South China Morning Post, 30 mars.

Lo, Kai-Yin, 1973, « The Mandarin Story », The Mandarin, vol. 4, n° 2, p. 44-47.

McLeod, Mary, 1989, « Architecture and politics in the Reagan era: from postmodernism to deconstructivism », Assemblage 8, février, cité dans Hays, K. Michael, dir., 1998, Architecture Theory Since 1968, Cambridge (MA) et Londres, MIT Press, p. 680.

Moss, Peter, 1999, Skylines Hong Kong, Hong Kong, FormAsia.

Nesbitt, Kate, dir., 1996, Theorizing a New Agenda for Architecture, New York, Princeton Architectural Press.

New Oxford Dictionary of English 1998, Oxford, 1re édition.

Palaasma, Juhani, 1986, « The geometry of feeling », Skala, Nordic Journal of architecture and Art, 4 juin, p. 22-25, cité dans Nesbitt, Kate, dir., 1996, Theorizing a New Agenda for Architecture, New York, Princeton Architectural Press, p. 449.

Perea, Nihal, 1998, Society and Space: Colonialism, Nationalism and Postcolonial Identity in Sri Lanka, Boulder (CO), Westview Press.

Pryor, Edward, et Shiu-hung, Pau, 1993, « The Growth of the City », dans Lampugnani, V., Hong Kong Architecture. Aesthetics of Density, Frankfurt, Prestel, p. 97-110.

Rowe, Colin, 1972, Introduction to Five Architects, New York, Wittenborn, cité dans Hays, K. Michael, dir., 1998, Architecture Theory Since 1968, Cambridge (MA) et Londres, MIT Press, p. 75.

Segaar-Howeler, D., et Boersma Tjeerd, 2000, A. F. Aalbers (1897-1961), Rotterdam, NAI.

Sinclair, Kevin, 2001, « Revival gives industry room to grow », Hong Kong, South China Morning Post, 30 mars.

Stern, Robert A. M., 1976, « Gray architecture as postmodernism or up and down from orthodoxy », Architecture d’aujourd’hui, n° 186, août-septembre, cité dans Hays, K.Michael, dir., 1998, Architecture Theory Since 1968, Cambridge (MA) et Londres, MIT Press, p. 244.

« Still standing after all these years », 1994, Hong Kong, Building Journal, décembre.

Notes

1 « Nostalgie », du grec nostos (retour) et algos (douleur) : regret obsédant du pays natal (New Oxford Dictionary of English 1998 : 1266).

2 À titre d’exemple, le journal américain Travel and Leisure, établissant une liste des meilleurs hôtels du monde en 2000, plaçait le Peninsula au quatrième rang et le Mandarin Oriental au quinzième.

3 Le Felix doit son nom à Felix Bieger, directeur général de l’hôtel à trois reprises.

4 Hong Kong comptait 49 hôtels en 1978, 59 en 1988 et 94 en 1994 (Bartlett 1997 : 143).

5 Une part importante de l’Hôtel de Hong Kong, au coin de Pedder Street et de Des Vœux Road, fut détruite par un incendie en 1926. En 1932, l’hôtel de Gloucester fut érigé sur le même site et fut finalement démoli.

6 Kowloon, en dialecte local cantonais, signifie « neuf dragons », les collines dentelées sont censées en représenter le dos.

7 La compagnie Arts and Crafts Limited de Shanghai était chargée de fournir la plupart des charpentiers, des plâtriers, des artisans des métaux et des verres peints, et des peintres (Bartlett 1997 : 60-61).

8 La compagnie Waygood-Otis a livré tous les ascenseurs. Quatre étaient destinés aux passagers, deux aux bagages et un aux repas (Bartlett 1997 : 62).

9 Le China Clipper a été conçu par Denton Corker Marshall Interiors. Orlando Diaz-Azcuy conçut la piscine et la terrasse. Brendan Beer Gorman Monk Interiors conçut le Spring Moon et le Verandah. Alison Henry transforma les galeries commerciales. Richmond International rénova le hall principal, PSI la salle des invités et Philippe Stark le Felix (Bartlett 1997 : 157).

10 Page d’information non publiée et non datée, hôtel Mandarin Oriental, 2000.

11 Barton fut également le tycoon de Jardine, Matheson and Co., l’une des compagnies parmi les plus importantes de Hong Kong.

12 L’espace autour de la piscine fut redessiné par Hamish Cowperthwaite (Moss 1999 : 36).

13 Pour une analyse astucieuse de ces nouvelles tendances et de leurs implications, voir Bozdogan (1999 : 207-215).

Table des illustrations

Légende FIGURE 1. La localisation des hôtels Mandarin Oriental et Peninsula à Hong Kong
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2578/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 811k
Légende PHOTO 1. L’hôtel Mandarin Oriental en 1973 (relations publiques de l’hôtel Mandarin Oriental)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2578/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Légende PHOTO 2. L’hôtel Peninsula en 1928 (relations publiques de l’hôtel Peninsula)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2578/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Légende PHOTO 3. Le hall de l’hôtel Peninsula (relations publiques de l’hôtel Peninsula)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2578/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende PHOTO 4. Le grand escalier de l’hôtel Peninsula (relations publiques de l’hôtel Peninsula)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2578/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende PHOTO 5. L’hôtel Peninsula aujourd’hui (relations publiques de l’hôtel Peninsula)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2578/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k

Auteur

Laurent Vermeersch (Traducteur)

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search