Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grands hôtels en Asie

 | 
Thierry Sanjuan

Deuxième partie. Fonctions et images dans la ville

Les grands hôtels à Séoul

Au cœur des dynamiques métropolitaines

Valérie Gelézeau

Texte intégral

  • 1 S’ils répondent à certaines normes d’hygiène et de confort, les hôtels de tourisme peuvent apparte (...)

1À Séoul, il existe aujourd’hui quinze grands hôtels qui appartiennent à la catégorie « super luxe » (super deluxe en anglais ou t’ŭk i-il kŭp en coréen), la plus élevée des catégories coréennes d’hôtels de tourisme (kwan’gang hot’el)1. Bien que ce système de classification dépende de lois et d’institutions locales, les normes qui définissent l’appartenance à chaque classe, et en particulier au type « luxe », renvoient à des standards hôteliers internationaux qui, s’ils ne sont pas formalisés, se sont unifiés notamment sous l’effet de l’action des multinationales de l’hôtellerie et de la diffusion de certaines grandes enseignes (Hyatt, Hilton) dans le monde entier. La nature et la qualité de l’hébergement, de l’équipement et des services fournis par les quinze établissements de Séoul apparaissent donc assez semblables à ceux proposés par leurs homologues ailleurs dans le monde.

  • 2 Cette inscription particulière de l’hôtellerie de luxe dans l’espace urbain n’est pas exceptionnel (...)

2Un chapitre précédent a montré comment les grands hôtels ont été des pièces importantes de la construction urbaine à Séoul, que ce soit dans le cadre d’une rénovation (Chosun, Pando, puis Lotte au nord du Han) ou d’une conquête ex nihilo (Lotte World, les deux Intercontinental à Kangnam)2.

3Cette inscription particulière de l’hôtellerie de luxe dans l’espace urbain ne se réduit pas à la seule dimension matérielle. Les divers types d’hébergement de luxe nés en Occident au cours de la seconde moitié du xixe siècle ont constitué de véritables laboratoires dans la construction des normes de confort qui se sont ensuite diffusées dans le domaine de l’habitat (Ascher et al. 1987).

  • 3 Selon la classification donnée par Jacqueline Beaujeu-Garnier, les fonctions urbaines se répartiss (...)

4On essayera ici de mesurer la place des grands hôtels de Séoul dans les dynamiques métropolitaines par l’analyse de leurs activités (hébergement, restauration, loisirs, commerces). Mais l’on se demandera aussi si, comme François Ascher a pu le suggérer, la fonction du grand hôtel ne s’étend pas au-delà de ces fonctions économiques et marchandes, c’est-à-dire d’enrichissement. Le grand hôtel n’est-il pas aussi un des piliers de la fonction de transmission qui caractérise les grandes métropoles ?3

Grands hôtels et polarités urbaines

5La localisation et les capacités d’hébergement des grands hôtels en Corée soulignent le poids des métropoles dans l’hôtellerie de luxe, comme en témoigne la concentration des établissements dans les plus grandes villes de Corée. En 2000, la Corée comptait 32 hôtels de la catégorie « super luxe », ce qui représentait une capacité d’hébergement totale de 15 285 chambres.

6Séoul, qui accueille quinze de ces hôtels « super luxe » et leurs 8694 chambres, concentre presque 50 % des établissements et plus de 55 %des chambres dans cette catégorie. Les autres lieux de concentration des cinq étoiles sont Pusan (deuxième ville et premier port de Corée) et les deux régions qui ont accueilli les grands complexes touristiques des années 1970. Pusan compte cinq hôtels « super luxe » et propose plus de 2 000 chambres. Les deux métropoles principales de la Corée concentrent ainsi plus des deux tiers des hôtels « super luxe » et 73 % de la capacité d’hébergement.

7La province de Kyŏngbuk compte, pour sa part, cinq grands hôtels et 1 700 chambres, dont la plupart sont situés dans le complexe touristique de Pomun, non loin de la capitale historique, Kyŏngju. L’île subtropicale de Cheju, grande destination touristique des Coréens et des Japonais, avec le complexe touristique de Chungmun, concentre, quant à elle, sept hôtels « super luxe » et plus de 2 000 chambres. Au total, ces deux régions offrent 27 % de la capacité d’hébergement dans la catégorie « super luxe ».

8Remarquons enfin que le poids des grandes villes est lui aussi important pour les hôtels de la catégorie « luxe » juste inférieure (catégorie dite deluxe) : avec 29 hôtels sur 54 dans les métropoles et 25 ailleurs, les grandes villes offrent presque 63 % des chambres. Mais la concentration à Séoul (27 % des établissements, 40 %des chambres en catégorie « luxe ») est bien moindre que pour la catégorie « super luxe » (presque 50 %des établissements et 55 %des chambres).

9La domination du pôle séoulien dans le domaine de l’hôtellerie cinq étoiles reflète l’hyperconcentration de la métropole sur le territoire national (Gelézeau 2000a). Les quinze grands hôtels de Séoul ont, pour la plupart, été construits entre 1976 et 2000 (les exceptions étant le Chosun et le Walker Hill), période de forte croissance urbaine correspondant au formidable essor économique du pays : la population de Séoul est passée de cinq à dix millions d’habitants entre 1970 et 1990.

TABLEAU 1. Les hôtels de luxe et leurs capacités d’hébergement en Corée en 2000

TABLEAU 1. Les hôtels de luxe et leurs capacités d’hébergement en Corée en 2000

Source : Kwan’gwang hot’el unyŏng shiljŏk 2001

Grands hôtels et centres de la ville

10La localisation des grands hôtels de Séoul à proximité des « centres d’activité » urbains constitue un élément important du discours promotionnel de la plupart de ces hôtels, y compris de ceux (Hyatt, Shilla, hôtels de Kangnam) qui sont plus éloignés que leurs concurrents (Chosun, Hilton, Lotte, Plaza) du centre historique de la ville (voir carte p. 195). Dans les brochures ou les dossiers de presse des hôtels, la localisation est toujours présentée comme avantageuse. Quand elle n’est pas « centrale » et/ou « stratégique », le discours souligne toujours la proximité des lieux d’activités urbains (affaires et/ou loisirs) :

« L’hôtel Lotte jouit d’une localisation stratégique dans le centre de Séoul, en face de la mairie. » (brochure, hôtel Lotte, 2000)
« L’hôtel Chosun est situé au cœur du principal quartier commercial et des affaires de Séoul. Possibilité de se rendre à pied à la plupart des ambassades, aux principaux centres de bureaux et administratifs, ainsi qu’aux musées nationaux, palais historiques et grands marchés. » (brochure, hôtel Chosun, 1999)
« L’hôtel Hyatt de Séoul, au cœur de la capitale coréenne, est situé dans un superbe parc paysager de sept hectares sur l’historique colline de Namsan. Jouissant d’une vue somptueuse sur le fleuve Han, l’hôtel est tout proche du quartier des affaires du centre-ville et à quelques minutes de marche du quartier commercial d’Itaewon. » (dossier de presse, hôtel Hyatt, 1999)
« Une excellente localisation permettant d’accéder facilement à n’importe quel quartier de la ville. » (brochure, Intercontinental Hotel, 2000)
« L’hôtel Renaissance offre une situation adaptée aussi bien aux voyages d’affaires que de loisirs, à cinq minutes en voiture de l’interconnexion-aéroport du CCI (Immeuble du World Trade Center). Depuis l’hôtel, il est aussi très facile de gagner les principaux sites touristiques de la capitale et le quartier commercial d’Itaewon. Les stations de métro de Yŏksam et de Sollŭng ne sont qu’à quelques minutes de marche et l’hôtel offre un accès direct à l’aéroport de Kimp’o, distant de seulement 20 km par la voie express Olympique. » (brochure, hôtel Renaissance, 2000)

11Ces thèmes de la situation « centrale » ou « stratégique » ont aussi été longuement développés lors des enquêtes par presque tous les informateurs des services de relations publiques. Le porte-parole de l’hôtel Walker Hill est la seule personne qui a, au contraire, évoqué l’avantage que représentait pour cet hôtel une situation excentrée, loin des nuisances et de la pollution urbaine, au cœur d’un « poumon vert » de Séoul. Tous mes autres interlocuteurs ont souligné l’accessibilité de leur établissement, en insistant sur le fait que l’hôtel était plus « accessible » que le concurrent le plus proche – argumentaire subjectif, qui appartient en fait aux lieux communs du discours promotionnel sur l’hôtel, lieu de passage et d’où l’on rayonne pour circuler en ville.

12Si l’on analyse maintenant la situation des grands hôtels de Séoul, indépendamment de ce discours promotionnel et par rapport aux centralités urbaines à petite ou moyenne échelle, on constate en effet que la plupart d’entre eux sont localisés dans les principaux quartiers des affaires de la ville – ou à leur proximité immédiate. Mais des nuances non négligeables peuvent apparaître.

  • 4 Cet arrondissement, dont le nom « Chung-gu » signifie littéralement arrondissement (ku ou gu selon (...)

13Cinq hôtels sont situés dans Chung-gu, qui correspond à une forme d’« hypercentre séoulien »4. Le Chosun, le Plaza et le Lotte font partie d’un même bloc urbain à proximité d’un des palais de Séoul, le palais Tŏksu, et en face de la mairie. Le Hilton, bien que situé sur les premières pentes de la colline de Namsan, est en réalité juste à côté de la gare de Séoul. Localisé de l’autre côté de Namsan, le Shilla est peut-être le plus « périphérique » de ces hôtels de l’hypercentre. Dernier hôtel de la rive nord du fleuve, se dressant sur le flanc sud de Namsan, le Hyatt est également à l’extérieur du centre.

  • 5 Sur les quartiers des affaires de Séoul, voir Gelézeau 2000b.

14Au sud du fleuve Han, six hôtels gravitent à proximité de l’avenue de Téhéran, qui est la colonne vertébrale du quartier des affaires de Kangnam (quartiers sud-est de la ville)5. Parmi eux, les deux hôtels Intercontinental et le Renaissance, sont des pièces maîtresses de l’artère en question.

15Finalement, seuls trois hôtels sur les quinze établissements « super luxe » que compte Séoul ont choisi des positions vraiment périphériques, dans des zones « vertes » : le Swiss Grand Hotel (aujourd’hui Grand Hilton Seoul Hotel) à proximité du Paengnyŏn Green Park dans Sŏdaemun-gu ; le Walker Hill dans une colline de Kwangjin-gu aux marges de la ville. Enfin, l’hôtel Lotte World à mi-chemin entre les deux parcs olympiques, qui forme un complexe avec le parc d’attraction du même nom. Ces localisations correspondent aux trois hôtels qui entrent le plus nettement dans la catégorie des hôtels de loisirs.

TABLEAU 2. Les flux de personnes suscités par les hôtels « super luxe » de Séoul en 2000

TABLEAU 2. Les flux de personnes suscités par les hôtels « super luxe » de Séoul en 2000

Source : Kwan’gwang hot’el unyŏng shiljŏk 2001 et enquêtes. env. : environ ; n. c. : non communiqué ; p. e. : pas d’entretien ; r. e. : refus d’entretien.

  • a le taux de change s’établit à environ 1 200 wons pour 1 euro en 2002

TABLEAU 3. L’activité des grands hôtels à Séoul en 1999 (en wonsa)

TABLEAU 3. L’activité des grands hôtels à Séoul en 1999 (en wonsa)
  • b sur exercice partiel seulement.

Notes bb
Source : Kwan’gwang hot’el unyŏng shiljŏk 2001.

16Bien intégrés aux centres urbains par leur localisation, les grands hôtels de Séoul participent également de la dynamique des centres grâce à leurs activités, qui suscitent de très importants flux de personnes (clients et employés), de biens, de capitaux et d’informations. Compte tenu de la taille des établissements concernés (pas moins de 400 ou 500 chambres, à l’exception de l’hôtel Amiga), l’hébergement suscite par exemple le passage de dizaines de milliers, voire de centaines de milliers de personnes (Lotte, Lotte World, Ritz-Carlton, Shilla, Swiss Grand Hotel, Chosun), pour des séjours assez courts, deux nuits en moyenne pour la plupart des hôtels. À ces personnes, il faut ajouter les flux des usagers locaux des hôtels, ainsi que les allées et venues quotidiennes des milliers d’employés. L’importance des flux de biens et de capitaux peut se mesurer aux chiffres d’affaires des établissements, pour la branche hébergement et les divers services dépendant directement de l’hôtel (restauration et réceptions notamment), qui se comptent en millions d’euros.

17Au total, chacun de ces grands hôtels représente un véritable petit univers de luxe, presque autonome, avec ses bars, ses nombreux restaurants et même ses galeries marchandes. La coupe de l’hôtel Renaissance montre par exemple comment le bâtiment est loin de se limiter à la seule fonction d’hébergement. Celle-ci est localisée du 7e au 22e étage de la tour, mais les niveaux inférieurs et les deux niveaux de sous-sol accueillent les autres commerces et services fournis par l’hôtel. L’établissement, qui offre quinze lieux de restauration (restaurants, cafés, bars), un centre de sports comprenant salle d’aérobic, courts de tennis et de squash, golf, piscine et sauna, ainsi qu’une galerie marchande de luxe au sous-sol, se présente bien plus comme un complexe de commerces et services de luxe que comme un simple lieu d’hébergement des voyageurs. Il y a là une différence de nature avec l’hôtel « quatre étoiles luxe » de style européen représenté en France par des établissements comme le Ritz ou le Crillon.

18Les grands hôtels de Séoul, localisés au cœur ou à proximité des quartiers des affaires, contribuent donc à l’activité tertiaire de ces centres, pour un grand nombre de commerces et services rares (grand luxe). Pour le cas de Séoul, la fonction économique des grands hôtels se trouve ainsi au cœur de la dynamique tertiaire de haut niveau qui caractérise la métropole de niveau international. De surcroît, ces hôtels sont très intégrés dans ce que l’on a coutume aujourd’hui de nommer « l’économie-monde » ou le « système-monde » (Beaud 1989).

FIGURE 1. Le plan en coupe de l’hôtel Renaissance (d’après hôtel Renaissance, brochure 1999)

Le grand hôtel : un territoire de l’économie-monde

19L’importance des firmes multinationales coréennes et étrangères dans la propriété des hôtels se comprend bien, compte tenu la nature d’une activité qui entraîne des chiffres d’affaires colossaux. La plupart de ces grands hôtels sont en effet des émanations, voire des « lieux-vignettes » des grandes firmes multinationales, parfois doublement, à travers le jeu respectif des participations internationales pour la propriété de l’hôtel d’une part et pour sa gestion d’autre part.

20Certains hôtels appartiennent à des filiales des conglomérats coréens (chaebŏl), dont beaucoup sont internationalement connus. C’est par exemple le cas de l’Intercontinental Hotel, propriété de Lucky Goldstar par l’intermédiaire d’une filiale, Hanmun Development, ou de l’hôtel Shilla, qui appartient au groupe Samsung. Cet hôtel a même été à l’origine du développement d’une filiale de Samsung spécialisée dans l’industrie touristique, The Shilla Hotels and Resorts. Aujourd’hui, la société possède, outre l’hôtel Shilla de Séoul, l’hôtel Shilla de l’île de Cheju (un hôtel de loisirs cinq étoiles de 330 chambres), deux boutiques hors-taxe, une quinzaine de restaurants et de nombreux terrains de golf en Corée.

21Pour d’autres hôtels – c’est le cas le plus fréquent –, la propriété de l’établissement est le fait de participations croisées entre des firmes multinationales de diverses nationalités, comme pour l’hôtel Plaza, qui est une joint-venture entre un groupe coréen, Hanhwa, et le groupe japonais Marubeni. Dans certains cas, la propriété est à 100 % le fait de multinationales étrangères : à l’origine propriété d’une filiale de la société de BTP japonaise Fujita, Seoul Miramar, qui a vendu 50 % de ses parts à Hyatt Intercontinental (société américaine), l’hôtel Hyatt est aujourd’hui une joint-venture américano-japonaise.

22Les participations peuvent avoir évolué, comme en témoigne l’exemple de l’hôtel Chosun. En 1967, la Société coréenne du tourisme international (devenue en 1982 la Société nationale du tourisme coréen), qui avait repris en 1963 la gestion des hôtels de luxe nationalisés, revend 49 % de ses parts à la société American Airlines et l’hôtel fait l’objet d’une participation croisée. En 1979, American Airlines revend ses parts à la chaîne hôtelière américaine Westin Hotels and Resorts, tandis que, quatre ans plus tard, la Société nationale du tourisme coréen cède les siennes au conglomérat coréen Samsung. En 1991, les parts de Samsung passent sous le contrôle d’une de ses filiales, Shinsegae, qui rachète également en 1995 les parts possédées par la chaîne américaine Westin. Aujourd’hui, l’hôtel est à 100 %propriété de Shinsegae, mais la gestion reste aux mains de la chaîne Westin, qui a été elle-même rachetée en 1998 par Starwood, un des géants de l’industrie hôtelière mondiale.

23Il convient enfin de mentionner le rôle que, d’après plusieurs informateurs entendus en entretien, l’hôtel lui-même joue dans l’image de marque des conglomérats coréens. L’appartenance à un grand conglomérat constitue une référence importante pour l’hôtel, mais, inversement, le fait pour un conglomérat de posséder un grand hôtel fait partie intégrante de son image, comme si l’hôtel était un « lieu-vignette » de la société. Au moment du dépeçage du groupe Daewoo, la question du rachat de l’hôtel Hilton (qui appartient désormais au groupe Hong Leong) a ainsi été très largement traitée par la presse locale. Pour le groupe coréen Hanhwa, groupe assez peu connu et engagé notamment dans l’armement, la propriété de l’hôtel Plaza constitue un des éléments importants de la construction d’une image de marque.

TABLEAU 4. Propriété et gestion des grands hôtels à Séoul en 1999

TABLEAU 4. Propriété et gestion des grands hôtels à Séoul en 1999

Source : enquête 1999

24La pénétration du grand capital étranger se fait aussi et surtout par l’intermédiaire de la gestion de ces grands hôtels. Parmi les quinze « super luxe » que compte Séoul, seuls deux, l’hôtel Shilla et l’hôtel Amiga, ne sont pas affiliés à une des grandes firmes multinationales de l’industrie touristique par divers types de liens – franchise, comme à l’hôtel Plaza qui utilise l’enseigne Radisson, ou contrats de gestion. Les hôtels sont donc intégrés dans les réseaux internationaux développés par les différentes chaînes en présence, qui ont élaboré des programmes préférentiels au profit de leurs établissements pour fidéliser la clientèle. Les clients de l’hôtel Chosun de Séoul peuvent ainsi réserver par l’intermédiaire du réseau de réservation de Starwood et bénéficier des avantages offerts par le Starwood Prefered Guest Program sur toutes les activités de la chaîne – 650 hôtels dans le monde, six catégories d’hôtels, plus de 20 compagnies aériennes, etc. Autre exemple, la gestion de l’hôtel Renaissance revient au groupe Marriott, basé à Washington, qui possède une douzaine d’enseignes hôtelières… dont les hôtels Renaissance et Carlton.

25C’est ainsi qu’à Séoul, la concurrence sur les hôtels cinq étoiles se fait peut-être moins d’établissement à établissement que de groupe à groupe. La chaîne Hilton International gère en effet le Hilton et l’ex-Swiss Grand Hotel, la chaîne Intercontinental gère deux hôtels du même nom. Quant aux géants mondiaux de l’industrie hôtelière, ils gèrent chacun plusieurs hôtels : le Walker Hill et le Chosun pour Starwood ; le Renaissance, le Ritz-Carlton et le J.W.Marriott pour Marriott.

26Au-delà de leur intégration dans le système mondial de l’industrie touristique, les grands hôtels séouliens représentent enfin des lieux de contacts de personnes, de rencontres, donc d’interrelations et de transmissions – éléments essentiels des fonctions urbaines.

Le contact des personnes dans des « non-lieux » cinq étoiles

27L’hôtel, par son importante fonction d’hébergement des voyageurs, demeure un lieu de rencontre privilégié des Coréens avec les étrangers ou même des étrangers entre eux. La fonction d’hébergement, qui représente au moins la moitié des recettes totales des hôtels, s’appuie largement sur la clientèle étrangère. L’hôtel Amiga, peu connu de la communauté internationale, est d’ailleurs au cœur des dynamiques métropolitaines 111 le seul hôtel de la catégorie à tirer plus de 20 % des revenus de l’hébergement de l’accueil des Coréens. Au contraire, pour d’autres hôtels, la part des clients locaux dans ces revenus ne dépasse pas 10 % (Hilton, Chosun, Lotte, Plaza).

28L’origine géographique des clients étrangers reflète d’ailleurs bien l’appartenance de la Corée à l’aire Asie-Pacifique. En pourcentage des nuitées, les Japonais et les Américains se disputent la part la plus importante selon les hôtels, en représentant ensemble plus de 50 % du total. Pour certains hôtels, comme les deux hôtels Lotte et l’hôtel Plaza, les Japonais seuls sont à l’origine de plus de 50 % au moins des nuitées. Dans d’autres hôtels (Chosun, Hyatt, Shilla, Hilton), la part des Américains dépasse celle des Japonais. Enfin, dans la majorité des hôtels, la part des ressortissants des pays d’Asie du Sud-Est (de 10 à 25 %des nuitées en moyenne selon les hôtels) et celle des Européens (de 5 à 10 %) arrivent assez loin derrière celle des Japonais et des Américains. Finalement, la répartition géographique des nuitées dans ces grands hôtels internationaux reflète la domination des deux pôles de la « triade » les plus proches géographiquement et/ou culturellement de la Corée du Sud.

29Dans l’hôtel, l’espace dévolu à la fonction d’hébergement des voyageurs – touristes ou hommes d’affaires – occupe les parties élevées des bâtiments. En dépit du luxe qui règne dans les couloirs et du caractère propre que chaque hôtel s’attache à donner aux espaces communs et de circulation, les chambres d’hébergement sont très standardisées. L’équipement, voire l’agencement des chambres de l’étage « normal » (normal floor) ou « cadre » (executive floor), est reproduit presque à l’identique d’un hôtel à l’autre, comme en témoignent les photographies des chambres du Hyatt et du Chosun tirées d’un dossier de presse.

30La pièce comprend, à côté du lit double, un sous-espace visiblement destiné à la détente : au Chosun, un canapé pourvu de deux coussins dodus en face d’une petite table basse chargée d’une collation ; au Hyatt, un grand fauteuil pourvu d’un repose-pied, avec une desserte portant une coupe de fruits et un rafraîchissement. À côté se trouve l’espace travail : le bureau et deux fauteuils de réunion. À l’hôtel Chosun, la présence de l’ordinateur allumé et du cartable en cuir (premier plan) est un élément de marketing à l’usage d’une part importante de la clientèle, les hommes d’affaires ; le message est plus subtil dans la chambre de l’hôtel Hyatt, où l’on devine seulement des documents (livres ? dossiers de travail ?) ouverts sur le bureau. Dans le détail, la décoration est en revanche destinée à effacer l’impression du « non-lieu » – un lieu où l’on passe, entre deux aéroports, et que le voyageur ne s’approprie jamais vraiment (Augé 1992) – que peut donner la chambre d’hôtel, aussi luxueuse soit-elle. Les bouquets de fleurs, les plantes vertes, les tableaux ou les vases de porcelaine doivent ainsi donner au client l’impression « d’être chez lui », ce qui constitue un élément caractéristique de l’hôtel de luxe, par rapport à un hôtel de moindre catégorie.

TABLEAU 5. La clientèle d’origine étrangère des grands hôtels à Séoul à la fin des années 1990

TABLEAU 5. La clientèle d’origine étrangère des grands hôtels à Séoul à la fin des années 1990

Source : enquêtes 1999, 2000 et 2001 ; Kwan’gwang hot’el unyŏng shiljŏk 2001

31En 1999, les prix affichés des chambres tournaient autour de 250 000 wons (environ 200 euros) pour les catégories « normales » et 350 000 wons (290 euros) pour les catégories « cadre ». Si certains hôtels paraissent officiellement moins coûteux que d’autres (Plaza, Hilton, Shilla), les variations de prix ne sont pas significatives (à prestations équivalentes), surtout dans ces ordres de grandeur et compte tenu du fait que beaucoup de sociétés et de clients réguliers bénéficient des avantages donnés par les programmes de fidélité existant dans tous les établissements.

  • 6 À l’hôtel Renaissance, la suite Présidentielle est occupée environ 10 jours par an et la suite Roy (...)

32D’après plusieurs informateurs, le prix des chambres d’hébergement standard n’est d’ailleurs pas l’élément principal de la bataille concurrentielle que se livrent les hôtels entre eux, bataille qui repose plutôt sur l’excellence du service, la nouveauté et l’originalité des services de luxe offerts à la clientèle. En matière d’hébergement, les suites (Royale, Présidentielle), dont tous les hôtels sont pourvus et dont les prix sont beaucoup plus élevés (5 millions de wons la nuit pour la suite Présidentielle du Shilla, 4,5 millions de wons pour la suite Présidentielle du Chosun, 3 millions de wons pour celle du Renaissance), figurent justement parmi les symboles de prestige de chacun des hôtels. Bien que non occupées la plupart du temps6, ces suites – véritables appartements somptueusement décorés – sont réservées à l’accueil des hôtes de marque : chefs d’États et membres de gouvernements étrangers, stars du show-business, dont le séjour est également un titre de gloire pour l’hôtel.

PHOTO 1. Une chambre de l’hôtel Chosun (relations publiques de l’hôtel Chosun, années 1990)

PHOTO 2. Une chambre de l’hôtel Hyatt (relations publiques de l’hôtel Hyatt, années 1990)

33Mais, indépendamment de la fonction d’hébergement des étrangers célèbres et moins célèbres, de nombreux contacts entre représentants de sociétés étrangères se déroulent dans les multiples salles de réunions dont tous ces hôtels sont équipés. Des accords, des contrats sont conclus, après quoi les partenaires vont dîner dans un des nombreux restaurants de l’hôtel. À Séoul, c’est au cœur du cinq étoiles que se joue une partie des relations de travail, donc les échanges économiques et industriels entre les Coréens et leurs partenaires étrangers.

Le back office et les cuisines, lieux de la fonction de transmission dans le grand hôtel

34Le grand hôtel est enfin un lieu de transmission d’une forme de culture internationale, entendue au sens large, et qui concerne des techniques, des savoirs, des usages ou des goûts.

35Si l’importance de l’influence occidentale le cède à celle de la médiation japonaise dans le cas coréen, l’architecture de ces hôtels appartient néanmoins à la culture urbaine internationale en construction depuis la fin du xixe siècle. On retrouverait le même genre d’immeubles en verre réfléchissant (Hilton, Chosun, Renaissance), de lignes épurées (la plupart des hôtels) ou de barres adoucies d’une courbure plus ou moins marquée (Plaza, Hyatt, Chosun) un peu partout dans le monde, à New York, à Nairobi ou à Jakarta.

PHOTO 3. La suite présidentielle de l’hôtel Shilla (relations publiques de l’hôtel Shilla 1999)

36La décoration intérieure de ces hôtels est souvent confiée à des sociétés étrangères ou internationales d’architecture intérieure qui travaillent pour une chaîne d’hôtels dans une zone géographique. La décoration de l’hôtel Hyatt est ainsi confiée à une société d’architecture d’intérieur basée à Hong Kong ; celle du Chosun revient à une société new-yorkaise ; le designer des espaces intérieurs de l’hôtel Hilton est un Chinois de Hong Kong qui traite la décoration de tous les Hilton de la zone Asie-Pacifique. Finalement, l’art et les techniques vernaculaires figurent essentiellement dans les détails censés procurer au client l’impression d’un chez-soi de bon goût : un ou deux céladons sur les meubles, des aquarelles au mur. Il existe pourtant dans tous les hôtels quelques chambres de style coréen, entièrement équipées de mobilier bas, qui font partie des standards imposés aux « super luxe » par le gouvernement coréen. Ces chambres, peu occupées dans l’ensemble, ne sont que très rarement utilisées par les étrangers : le mouvement de transmission et d’échanges ne fonctionnerait-il que dans un seul sens ?

37Les liens que la plupart de ces grands hôtels entretiennent avec les multinationales de l’industrie touristique entraînent aussi, sur un plan plus immatériel, la diffusion de techniques de gestion et d’organisation parfois très différentes de celles qui sont pratiquées habituellement dans des sociétés coréennes. C’est le cas, par exemple, dans les hôtels du groupe Marriott (J.W. Marriott, Ritz- Carlton et Renaissance), où est appliquée une méthode de gestion des ressources humaines fondée sur la participation et la satisfaction des employés. Cette méthode, considérée comme un moyen efficace de stimuler les employés et donc d’augmenter leur productivité, est déjà bien connue aux États-Unis et en Europe. Mais les sociétés coréennes se caractérisent encore par une grande rigidité dans la gestion des personnels et par l’importance extrême accordée à la hiérarchie. Selon plusieurs témoignages entendus lors des enquêtes, il est ainsi très avantageux, en tant que femme, de travailler dans un hôtel affilié à une multinationale étrangère.

PHOTO 4. L’hôtel Hilton à Séoul (relations publiques de l’hôtel Hilton, années 1990)

38L’hôtel fonctionne enfin comme un lieu de transmission par l’effet direct du « complexe de luxe » qu’il constitue. Jusqu’à une époque récente, la plupart des restaurants proposant à Séoul une cuisine étrangère de qualité (et notamment une cuisine occidentale) se situaient dans les grands hôtels.

39Si plus de 90 %des employés des grands hôtels sont des Coréens, la présence d’étrangers au sein des principaux lieux de l’acculturation n’est donc pas une surprise : dans les cuisines, les « chefs » des restaurants sont des Français, des Italiens, des Chinois, des Japonais… ; dans l’administration ou le back office (quand il y a un lien avec une multinationale étrangère), on retrouve également des étrangers aux postes de responsabilité. En 2001, parmi les quinze hôtels « super luxe » qui ont fait l’objet d’une enquête entre 1999 et 2001, seuls six d’entre eux avaient un directeur coréen. L’administration de ces hôtels est un lieu d’acculturation d’autant plus important qu’elle s’organise en réseau : les cadres coréens (et étrangers) des hôtels se connaissent et sont en contact. Pour les Coréens, les liens noués à l’université dans le cadre d’une formation commerciale ou touristique sont très importants, permettant les recommandations réciproques, donc le passage d’un hôtel à un autre. Le même phénomène s’observe pour les cadres étrangers. En 2001, le directeur de l’hôtel Chosun était un Allemand, qui s’était trouvé antérieurement à la tête du Walker Hill (deux hôtels dépendants du groupe Starwood). Il se crée ainsi de véritables circuits de transmission de savoirs, de techniques, de modes de vie et d’idées qui, tout en alimentant la compétition que se livrent entre eux les établissements, constitue un véritable moteur d’acculturation.

40Qu’ils soient situés géographiquement dans ou à l’extérieur de l’« hypercentre » de la ville, les grands hôtels de Séoul se trouvent ainsi au cœur des dynamiques urbaines.

41Dans le même bâtiment sont en effet accumulées des activités commerciales et de services qui sont loin de se réduire à la fonction d’hébergement des voyageurs (hommes d’affaires ou touristes). Restaurants haut de gamme, galeries commerciales et clubs de sports forment en effet un véritable complexe de luxe qui répond à la demande locale en la matière et correspond à un usage spécifiquement asiatique du grand hôtel urbain. Les grands hôtels, dont l’activité est finalement difficile à classer parce qu’elle n’est pas réduite à la fonction touristique, forment de véritables pôles urbains, dans la mesure où leurs activités constituent de très importants flux de biens, de capitaux, d’hommes et d’informations. Le grand hôtel représente ainsi un lieu-phare de la fonction d’enrichissement (c’est-à-dire qui génère des flux capitalisables) dans une métropole comme Séoul et, sans doute, dans bien d’autres métropoles d’Asie.

42Mais la fonction de l’hôtel dans la ville ne se réduit pas à ses seules dimensions économiques (commerciales et touristiques). Au-delà d’une fonction d’enrichissement, le grand hôtel participe activement de la fonction de transmission ou de création, essentielle dans la définition de la ville. Liée entre autres à l’insertion de ces grands hôtels dans le « système-monde » et suscitée par le contact des personnes, la transmission concerne des techniques, des savoirs, des modes, des usages.

43En Asie, le grand hôtel ne constitue-t-il pas finalement un des lieux où l’essence des villes se donne le plus facilement à voir et à analyser ?

Bibliographie

Bibliographie

Augé, Marc, 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 196 pages.

Beaud, Michel, 1989, L’Économie mondiale dans les années quatre-vingt, Paris, La Découverte, 330 pages.

Beaujeu-Garnier, Jacqueline, 1997, Géographie urbaine, Paris, Armand Colin, 1re édition 1980, 350 pages.

Boorstin, Daniel, 1991, Histoire des Américains, Paris, Robert Laffont, 1604 pages.

Bruyelle, Pierre, dir., 2000, Les très grandes concentrations urbaines, Paris, SEDES, 318 pages.

Claval, Paul, 1981, La Logique des villes. Essai d’urbanologie, Paris, Litec, 634 pages.

Dorier-Apprill, Élisabeth, dir., 2000, Les très grandes villes dans le monde, Paris, Éditions du temps, 382 pages.

Gelézeau, Valérie, 2000a, « Les très grandes villes de la péninsule coréenne », dans Bruyelle Pierre, dir., Les très grandes concentrations urbaines, Paris, SEDES, p. 298-302.

Gelézeau, Valérie, 2000b, « Séoul, vitrine du développement sud-coréen », dans Dorier-Apprill Élisabeth, dir., Les très grandes villes dans le monde, Paris, Éditions du temps, p. 317-322.

Guglielmo, Raymond, 2000, Les grandes métropoles du monde, Paris, Armand Colin, 270 pages.

Kwan’gwang hot’el unyŏng shiljŏk [Résultats de gestion des hôtels de tourisme], 2001, Séoul, Korea Hotel Association, 130 pages.

Du palais au palace. Des grands hôtels de voyageurs à Paris au xixe siècle, 1998, Paris, musée Carnavalet, 232 pages.

(Voir également la bibliographie p. 75-76)

Sites internet

Korea Hotel Association (Han’guk Kwan’gwang Hot’elŏp Hyŏphoe), fondée en 1996 : www.hotelskorea.or.kr

Ministère de la Culture et du Tourisme coréen (Munhwa Kwangang Pu) : www.mct.go.kr

Office national du tourisme de Corée (Han’guk Kwan’gwang Kongsa ou Korea National Tourism Organization) : www.knto.or.kr

Notes

1 S’ils répondent à certaines normes d’hygiène et de confort, les hôtels de tourisme peuvent appartenir à trois catégories « normales » (il-i-sam kŭp), correspondant aux hôtels de une à trois étoiles, et à deux catégories « spéciales », correspondant aux hôtels « luxe » (deluxe en anglais) et « super luxe » (super deluxe ou t’ŭk kŭp en coréen). Le classement des établissements hôteliers (par des étoiles ou autres) est normalisé au plan national dans chaque pays.

2 Cette inscription particulière de l’hôtellerie de luxe dans l’espace urbain n’est pas exceptionnelle et se retrouve dans d’autres villes. Certains des grands hôtels apparus aux États-Unis au xixe siècle – hôtels dans la taille est disproportionnée par rapport à leur voisinage – semblent construits non pour desservir la ville mais pour la créer (Boorstin 1991 : 524-539). Les premiers grands hôtels parisiens furent des pièces maîtresses dans les grands travaux d’urbanisme du Second Empire, notamment l’aménagement des secteurs Louvre-Tuileries et Opéra (Grand Hôtel du Louvre 1855, Grand Hôtel 1862 et hôtel Continental 1878) (Du palais au palace 1998 : 72-147).

3 Selon la classification donnée par Jacqueline Beaujeu-Garnier, les fonctions urbaines se répartissent en fonctions d’enrichissement, fonction de responsabilité ou d’encadrement, et fonctions de transmission ou de création. Cette classification, qui donne un statut à part entière aux fonctions de transmission, dont Paul Claval et Raymond Guglielmo soulignent également l’importance, nous paraît fournir une grille de lecture satisfaisante dans l’analyse des fonctions urbaines en général et dans la perspective de ce chapitre en particulier (Beaujeu-Garnier 1997 – 1re édition 1980 –, Claval 1981 et Guglielmo 2000).

4 Cet arrondissement, dont le nom « Chung-gu » signifie littéralement arrondissement (ku ou gu selon les règles de la transcription McCune-Reischauer) central (chung), abrite le centre historique et l’un des principaux quartiers des affaires de Séoul (Gelézeau 2000b). Séoul comprend vingt-cinq arrondissements.

5 Sur les quartiers des affaires de Séoul, voir Gelézeau 2000b.

6 À l’hôtel Renaissance, la suite Présidentielle est occupée environ 10 jours par an et la suite Royale (la plus grande) environ 20 jours par an.

Notes de fin

a le taux de change s’établit à environ 1 200 wons pour 1 euro en 2002

b sur exercice partiel seulement.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Les hôtels de luxe et leurs capacités d’hébergement en Corée en 2000
Légende Source : Kwan’gwang hot’el unyŏng shiljŏk 2001
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2576/img-1.jpg
Fichier image/, 117k
Titre TABLEAU 2. Les flux de personnes suscités par les hôtels « super luxe » de Séoul en 2000
Légende Source : Kwan’gwang hot’el unyŏng shiljŏk 2001 et enquêtes. env. : environ ; n. c. : non communiqué ; p. e. : pas d’entretien ; r. e. : refus d’entretien.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2576/img-2.jpg
Fichier image/, 117k
Titre TABLEAU 3. L’activité des grands hôtels à Séoul en 1999 (en wonsa)
Légende Notes bbSource : Kwan’gwang hot’el unyŏng shiljŏk 2001.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2576/img-3.jpg
Fichier image/, 246k
Légende FIGURE 1. Le plan en coupe de l’hôtel Renaissance (d’après hôtel Renaissance, brochure 1999)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2576/img-4.jpg
Fichier image/, 195k
Titre TABLEAU 4. Propriété et gestion des grands hôtels à Séoul en 1999
Légende Source : enquête 1999
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2576/img-5.jpg
Fichier image/, 223k
Titre TABLEAU 5. La clientèle d’origine étrangère des grands hôtels à Séoul à la fin des années 1990
Légende Source : enquêtes 1999, 2000 et 2001 ; Kwan’gwang hot’el unyŏng shiljŏk 2001
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2576/img-6.jpg
Fichier image/, 191k
Légende PHOTO 1. Une chambre de l’hôtel Chosun (relations publiques de l’hôtel Chosun, années 1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2576/img-7.jpg
Fichier image/, 211k
Légende PHOTO 2. Une chambre de l’hôtel Hyatt (relations publiques de l’hôtel Hyatt, années 1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2576/img-8.jpg
Fichier image/, 119k
Légende PHOTO 3. La suite présidentielle de l’hôtel Shilla (relations publiques de l’hôtel Shilla 1999)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2576/img-9.jpg
Fichier image/, 230k
Légende PHOTO 4. L’hôtel Hilton à Séoul (relations publiques de l’hôtel Hilton, années 1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2576/img-10.jpg
Fichier image/, 214k

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540