Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grands hôtels en Asie

 | 
Thierry Sanjuan

Première partie. Emergence du grand hôtel et temporalité urbaine

Quand le luxe standard fabrique la ville

Construction urbaine et grands hôtels à Séoul

Valérie Gelézeau

Texte intégral

1En Occident, l’hôtellerie de luxe apparue au cours de la deuxième moitié du xixe siècle correspond à la nécessité de satisfaire les nouveaux besoins suscités par le développement d’un tourisme national et international réservé aux catégories supérieures de la société, rendues de plus en plus mobiles par le progrès des transports (Ascher et al. 1987, Du Palais au palace 1998, Denby 1998). La Corée, ex-Royaume Ermite, puis colonie japonaise de 1910 à 1945, restée ensuite relativement fermée à l’étranger jusqu’au milieu des années 1980 – cela malgré le choix de l’extraversion économique –, n’a pas vraiment connu cette première révolution touristique ou du moins pas de la même manière qu’en Occident.

  • 1 Ces grands hôtels appartiennent tous à la catégorie dite « super luxe » (super deluxe en anglais ou (...)

2À Séoul, seuls deux des quinze hôtels cinq étoiles que compte la ville aujourd’hui1, l’hôtel Chosun et l’hôtel Walker Hill, ont été construits avant 1976. La construction des grands hôtels n’a vraiment démarré qu’après le milieu des années 1970, c’est-à-dire en même temps que la première période des grandes conquêtes urbaines. L’apparition de l’hôtellerie de luxe correspond également à l’ouverture progressive de la Corée au tourisme international : entre 1968 et 1978, le nombre de visiteurs étrangers en Corée passe d’environ 100 000 à plus d’un million.

3Une forme d’hôtellerie de luxe, avec l’hôtel Taebul à Inch’ŏn ou l’hôtel Sontag à Séoul, était pourtant apparue dès la fin du xixe siècle dans les principaux ports et dans les grandes villes de Corée. Mais est-elle vraiment comparable à celle qui naît en Europe à la même époque ? S’inscrit-elle dans les mêmes types de dynamiques urbaines et économiques ? Ces questions amèneront à réfléchir sur l’origine des modèles et le rôle crucial du rapport à l’Occident dans leur élaboration, ainsi que sur la manière dont l’hôtellerie de luxe s’est peu à peu insérée dans la ville coréenne.

L’ouverture et l’époque coloniale : l’hôtel de luxe est un hôtel d’étrangers

4En Corée, c’est le terme hotel, importé via l’anglais du fonds linguistique occidental et transcrit ensuite dans la langue locale (hot’el en coréen), qui a désigné à partir des années 1880 les établissements de catégorie supérieure apparus pour répondre à la demande suscitée par une relative augmentation des visiteurs en Corée, japonais notamment. Précisons d’ailleurs d’emblée que le terme de « luxe » (que l’on peut rendre en coréen par kogŭp hot’el et qui signifie littéralement « hôtel de catégorie élevée ») n’apparaît pas, ou rarement, dans les sources consultées sur le développement des hôtels de tourisme ou le tourisme en Corée (Han’guk kwan’gwang hot’el paljŏnsa 1982 ; Lee et Kim 1994 ; Chang 1997 ; Son 1998a, b et c ; Han’guk kwan’gwang 50 nyŏn pisa 1999). La gamme des qualificatifs utilisés pour caractériser les hôtels de catégorie supérieure appartient plutôt à deux types de champs lexicaux : l’« européanité » et l’« occidentalité » d’une part, la « nouveauté » et la « modernité » associées souvent à la « beauté » d’autre part. En l’absence actuelle de recherches historiques fouillées sur le sujet en français, il est donc assez difficile de définir à quoi correspondent exactement, pour la Corée, les caractères de l’hébergement de luxe tel qu’il se construit en Europe et aux États-unis à partir du milieu du xixe siècle (architecture et décoration intérieure coûteuses, marquées par l’élégance et le faste, confort extrême, nourriture et service raffinés, etc.).

5Il apparaît néanmoins que la Corée présente, par rapport à l’Occident, un retard en matière d’hébergement de qualité, notamment du point de vue des conditions d’hygiène (« hot’el » 1979 ; Chang 1997 : 45-46). Le « luxe » des premiers hôtels coréens ne peut donc se comparer à celui des grands hôtels occidentaux apparus un peu plus tôt. En Corée, c’est l’aménagement d’une salle de restaurant, l’équipement de chambres de style occidental avec lits à sommier et l’introduction de sanitaires – toilettes et salles d’eau, même rudimentaires – qui constituent les progrès majeurs en regard des standards de confort domestique de l’époque (Sŏul 600 nyŏnsa : 1979, vol. 3, 1224-1230, et 1980, vol. 4, 1238-1246).

  • 2 Le terme chumak désigne littéralement un débit de boisson. Ces lieux combinaient la restauration et (...)

6L’apparition des premiers hot’el est contemporaine de l’ouverture forcée de la Corée à la suite de la signature du traité de Kanghwa (1876), qui entraîne la multiplication des commerçants nippons et occidentaux dans les ports et les grandes villes de Corée (Séoul, Pusan, Inch’ŏn notamment) : à Inch’ŏn par exemple, le nombre des commerçants japonais résidants passe de 400 à 2 650 personnes entre 1883 et 1890 (Chang 1997 : 47). Pour satisfaire à la demande croissante d’un hébergement temporaire plus ou moins long associé à des activités commerciales (ce qui correspond à la notion contemporaine de tourisme d’affaires), des hôteliers s’installent à Inch’ŏn et à Pusan, combinant d’ailleurs l’hôtellerie à des activités de services marchands (commerce de gros, stockage, transport). À Séoul, quelques auberges (yŏgwan) destinées aux Japonais apparaissent au début des années 1890 sur les pentes de la colline de Namsan, non loin du futur quartier colonial japonais (Chang 1997 : 48-49). Or, bien que les auberges de Namsan soient qualifiées de « modernes » (kŭndaejŏgin), elles n’en sont pas moins, comme celles d’Inch’ŏn, héritières des modes d’hébergement traditionnels : le kwan ou yŏgwan (pension, auberge) et le ch’am ou ch’amyŏk (relais, auberge-relais) qui existaient déjà à l’époque Koryŏ (918-1392), ou encore les chumak (tavernes) qui se sont multipliés au cours du xixe siècle2.

7En revanche, les hot’el, qui ouvrent à la fin des années 1880 à Inch’ŏn, se définissent par le fait même qu’ils sont des établissements de style occidental (sŏyangshik sukpagŏp so,» hot’el » 1979 : 25). Le premier hot’el, l’hôtel Taebul, ouvre à Inch’ŏn en 1888. Tenu par un homme d’affaires japonais, l’établissement se démarque notamment des autres auberges de la ville par son style architectural européen, la hauteur du bâtiment en briques (deux étages, ce qui est élevé pour l’époque dans le contexte coréen) et le confort. Au cours des années suivantes, d’autres hôtels apparaissent à Inch’ŏn et à Séoul. Destinés comme l’hôtel Taebul à l’hébergement des étrangers, ils ont aussi pour la plupart un propriétaire-gérant d’origine étrangère : l’hôtel Steward (Inch’ŏn, 1889) est par exemple géré par un Chinois, l’hôtel Sontag (Séoul, 1902) par une Allemande, l’hôtel Hanam (Séoul, 1907) par une Française (Sŏul 600 nyŏnsa : 1979, vol. 3, 1224).

8Les premiers hôtels qui contribuent à la dynamique des centres d’affaires des principaux pôles économiques du pays (Séoul et ports principaux) préfigurent l’apparition d’un type d’hôtel existant aussi en Europe, l’hôtel terminus ou ch’ŏlto hot’el (litt. « hôtel du rail »). À partir du début du xxe siècle, l’équipement ferroviaire de la péninsule se développe rapidement : la ligne Séoul-Pusan, ouverte en 1905, est prolongée vers le nord, en direction de la Chine, via Pyongyang et Shinŭiju. Sur cette colonne vertébrale de la Corée s’égrènent divers hôtels-terminus placés sous le contrôle du gouvernement japonais. Le premier d’entre eux, l’hôtel Terminus de Pusan (Pusan ch’ŏlto hot’el) ouvre en 1912 au deuxième étage de la gare de Pusan – sur le modèle anglosaxon qui intègre l’hôtel au bâtiment de la gare (Du palais au palace 1998 : 148-173). D’autres suivent, notamment l’hôtel Terminus de Shinŭiju en 1914 et l’hôtel Terminus de Pyongyang en 1922. À la même époque, plusieurs hôtels de style occidental apparaissent également dans quelques stations thermales (Yusŏng, Onyang, Yonggang, Chuŭl), où existaient déjà une forme d’hébergement plus traditionnel (yŏgwan) fréquentée par la frange aisée de la société coloniale (la plupart des auberges ont d’ailleurs des appellations japonaises, Chang 1997 : 49-51). L’hôtel Thermal du mont Kŭmgang (Kŭmgangsan onjŏnji Sanjang hot’el) ouvert en 1915 renvoie ainsi au modèle de l’hôtel de loisirs, thermal ou balnéaire, qui a connu en Europe un succès important à partir des années 1850 (Ascher 1987 : 55 sq).

L’hôtel Chosun, premier véritable hôtel de luxe coréen

9Dans ce contexte – qui rappelle mutatis mutandis les processus occidentaux de l’évolution du tourisme et de l’hébergement – la construction de l’hôtel Chosun (Chosun hot’el) apparaît comme un moment fondateur de la constitution du modèle de l’hôtellerie de luxe en Corée.

10Bien qu’assez éloigné de la gare de Séoul, l’hôtel appartient au départ à la catégorie des hôtel-terminus : c’est d’ailleurs la Société nationale des chemins de fer (ch’ŏlto kuk) qui, consciente de la nécessité de développer en Corée une véritable hôtellerie de luxe, lance le projet à partir de 1911 et envoie en voyage d’études en Europe une délégation d’architectes et de techniciens. Les plans de l’hôtel sont finalement signés par Georg de Lalande, architecte allemand résidant au Japon depuis 1903, arrivé en Corée au début des années 1910 et également auteur du palais du gouverneur japonais.

11Achevé en 1914 (l’hôtel est inauguré le 10 octobre), le bâtiment de quatre étages compte parmi les monuments les plus élevés de Séoul et présente un style d’inspiration européenne (style néoclassique avec colonnades et coupoles surmontées d’une flèche) caractéristique de l’architecture coloniale japonaise. Si le Chosun s’inscrit dans la même référence à l’Occident que les hôtels évoqués plus haut, il s’en différencie par le nombre et le raffinement des équipements et services proposés. Au rez-de-chaussée de l’immeuble se trouvent plusieurs salles de restaurant, qui peuvent accueillir au total jusqu’à 300 personnes, un bar, une salle de lecture, une salle de billard et une salle de bal. Les chambres (69 au total) sont localisées aux étages supérieurs, et accompagnées de nombreuses dépendances (boudoirs, salons privés, salles de bains), ce qui porte le total des pièces à 111.

12L’établissement emploie plus d’une centaine de personnes. La décoration intérieure est d’inspiration européenne, avec par exemple une salle de bal de style Louis XVI, une salle de restaurant de style Louis XV, une autre de style baroque allemand où les clients viennent goûter la cuisine occidentale (française notamment), ce qui est un signe suprême de raffinement. Dès les premiers temps de son existence, l’hôtel Chosun, fréquenté par l’élite de la société coloniale japonaise, accueille conférences et manifestations culturelles (concerts de musique européenne par exemple), devenant rapidement un véritable espace de mondanités et cristallisant la ségrégation socio-spatiale qui caractérise le Séoul colonial : les entrées sont filtrées et il se joue dans l’hôtel même une subtile discrimination des employés japonais envers leurs homologues coréens, placés en position subalterne (Son 1998a : 114-117 ; Han’guk kwan’gwang 50 nyŏn pisa 1999 : 43-46).

TABLEAU 1A. Histoire, tourisme et hôtellerie en Corée depuis les années 1870

TABLEAU 1A. Histoire, tourisme et hôtellerie en Corée depuis les années 1870

TABLEAU 1B. Histoire, tourisme et hôtellerie en Corée depuis les années 1870

TABLEAU 1B. Histoire, tourisme et hôtellerie en Corée depuis les années 1870

PHOTO 1.Le premier hôtel Chosun (Séoul, 1914) (relations publiques de l’hôtel Chosun)

  • 3 Pando signifie « péninsule » et désigne la Corée (Han’guk kwan’gwang 50 nyŏn pisa 1999 : 77).

13L’hôtel Chosun reste pendant plus de vingt ans l’unique référence en matière de luxe hôtelier. En effet, ce n’est qu’au printemps 1938 qu’est inauguré le deuxième véritable hôtel de luxe coréen, l’hôtel Pando (Pando Hot’el). Cet hôtel – dont le nom s’inspire de l’hôtel Peninsula ouvert à Hong Kong en 19283 – est construit par un industriel japonais qui, au cours d’un voyage d’affaires en Corée, se voit refuser l’entrée de l’hôtel Chosun sous prétexte qu’il est mal vêtu (il revient en effet d’une visite de chantier). Furieux, l’homme d’affaires fait en 1935 l’acquisition d’un terrain juste derrière l’hôtel Chosun, afin de faire construire un hôtel plus grand, plus moderne et plus luxueux que ce dernier. Du moins, ce sont là les éléments de l’anecdote délivrée dans une source fiable (Son 1998b : 140-sq). Quoi qu’il en soit – et sur le plan architectural du moins –, l’hôtel, qui se présente comme un immeuble de sept étages aux lignes géométriques, surpasse le Chosun en termes de modernité architecturale ; il restera en tout cas un des bâtiments les plus élevés de Séoul jusqu’au milieu des années 1960. Enfin, offrant des équipements et des services similaires à ceux du Chosun, l’hôtel Pando l’emporte également en terme de taille (111 chambres) et de confort avec des salles de bain plus nombreuses (Han’guk kwan’gwang 50 nyŏn pisa 1999 : 76-84).

  • 4 Le type du palace traditionnel européen compte de 150 à 300 chambres, tandis que le grand hôtel amé (...)

14En presque soixante ans (1880-1938), un premier modèle coréen d’hôtel de luxe s’est donc élaboré, modèle dont on peut souligner, notamment par rapport aux hôtels occidentaux, plusieurs traits spécifiques. Il apparaît en premier lieu que, malgré l’existence de quelques hôtels de station touristique, le lieu de constitution du modèle est la ville, l’espace métropolitain en tant que pôle économique. Cet ancrage fort dans l’urbain est lié au fait que la référence primordiale en matière de confort hôtelier est l’Occident, dont les villes sont les nœuds privilégiés de pénétration. Ces hôtels sont par ailleurs de taille plus réduite que les hôtels de luxe occidentaux, puisque le Chosun compte une soixantaine de chambres et le Pando une centaine4. Si l’on tient malgré tout à rapprocher les tout premiers véritables hôtels de luxe d’un modèle occidental, celui de l’hôtel métropolitain européen (qui a donné le palace) paraît sans doute le plus proche des deux hôtels Chosun et Pando – encore faut-il préciser qu’au couple luxe et tradition, qui définit le palace, se substitue en Corée le couple luxe et modernité.

15Bref, dès l’origine, le modèle coréen de l’hôtel se définit essentiellement – et à qualité de prestations égale – en décalage par rapport aux modes d’hébergement locaux : les premiers propriétaires-gérants sont des étrangers qui, en introduisant un hébergement de style occidental (avec meubles hauts et lits à sommier) associé à un supplément de confort (sanitaires) et de raffinement (décoration, cuisine), contribuent à fonder l’association luxe et occidentalité. Enfin, comme dans bien d’autres domaines de l’urbanisme et de l’habitat, la médiation japonaise a été essentielle dans l’élaboration du modèle de l’hôtel de luxe coréen (Gelézeau 2003).

Après 1945 : l’État, la ville et l’introduction du modèle américain

  • 5 Pendant la guerre de 1939-1945, l’hôtel Chosun était un lieu de fourniture et de transaction de pro (...)
  • 6 Dugen est remplacé par un Autrichien en 1957.

16Après 1945, la plupart des hôtels urbains détenus par les Japonais – dont le Chosun et le Pando –, les hôtels terminus de province et les grands hôtels de station thermale sont nationalisés et placés, avec le Yŏngbin’gwan (résidence traditionnelle des hommes d’État étrangers pendant la dynastie des Yi, 1392-1910), sous la dépendance du ministère des Transports en 1949 (Chang 1997 : 51-52). Jusqu’au début des années 1960, les deux hôtels Chosun et Pando restent les seuls de leur catégorie et font partie des plaques tournantes de la vie sociale mais aussi politico-économique de la capitale coréenne, engagée dans une période de troubles (partition en 1948, puis guerre de Corée de 1950 à 1953)5. Lieu de résidence des officiers de l’armée américaine et de l’organisation des Nations Unies, des cadres des ambassades étrangères et des agents de coopération présents en Corée, les deux hôtels deviennent des espaces de mondanités : l’élite coréenne y côtoie la société internationale, où domine nettement la part des citoyens des États-Unis. Afin de répondre à ce rôle, le ministère des Transports invite d’ailleurs dans les deux hôtels des gérants d’origine étrangère. C’est ainsi que le Suisse Matti dirige un temps l’hôtel Chosun (1949-1950), tandis qu’en 1954, l’Américain Dugen est nommé gérant de l’hôtel Pando (Han’guk kwan’ gwang 50 nyŏn pisa 1999 : 51-54 et 76-84)6.

17Pendant toute cette période, l’usage des deux hôtels dépasse très largement les seules fonctions résidentielles et de loisirs, puisqu’une partie des locaux est utilisée par diverses institutions étrangères (militaires et américaines notamment). Pendant la guerre de 1939-1945, l’hôtel Chosun abrite certains départements de l’armée des États-Unis et à partir de 1953 les bureaux de l’OEC (Organisation de coopération économique), de l’Agence internationale de développement et de l’USOM. Quant à la chaîne de télévision de l’armée américaine (AFKN) créée en 1950, elle installe son siège à l’hôtel Pando. En 1949, les États-Unis font d’ailleurs au gouvernement coréen un don de trois millions de dollars, en compensation de l’utilisation des deux hôtels de luxe de la capitale (Han’guk kwan’gwang 50 nyŏn pisa 1999 : 77).

  • 7 Société nationalisée, l’Agence de voyage de Chosun (Chosun Yŏhaengsa) a été fondée en août 1945 à p (...)

18Avec l’arrivée au pouvoir de Park Chunghee en 1961 apparaît une réflexion sur la promotion du tourisme international, qui sera d’ailleurs intégrée au premier Plan quinquennal de développement économique en 1962. Bien que le volume des entrées soit très modeste (moins de 35 000 étrangers en Corée en 1963), les principales lois et institutions cadres du secteur naissent au cours de ces années. Citons en particulier la loi de Promotion du secteur touristique (Kwan’gwang saŏp chinhŭng pŏp) en 1961, qui gère encore aujourd’hui l’ensemble du système, dont les règles de la classification des hôtels. En 1962 est également créée la Société coréenne du tourisme international (Kukche kwan’gang kongsa ou International Tourism Corporation), qui joue un rôle actif dans la promotion du tourisme, notamment par l’intermédiaire de la gestion des grandes infrastructures et des institutions déjà existantes, comme l’Agence de voyage de Chosun7. En 1963, la Société coréenne du tourisme international reçoit ainsi, entre autres, la gestion des hôtels nationalisés jusque-là administrés par le ministère des Transports, dont – avec le Yŏngbin’gwan – le Chosun et le Pando. Jusqu’au début des années 1970, cette société nationale – donc l’État coréen – a ainsi contrôlé la totalité des grandes infrastructures touristiques, en particulier tous les hôtels de luxe.

19Pendant cette période, le développement de l’hôtellerie de luxe est orientée vers la satisfaction des besoins immédiats de la clientèle étrangère qui domine en Corée : les Américains. Expression de la gratitude du gouvernement sud-coréen envers l’engagement américain dans la guerre de Corée, le premier hôtel de la Corée du Sud porte d’ailleurs le nom du Général Walker, qui fut à la tête des forces américaines pendant les hostilités.

20Propriété du gouvernement par l’intermédiaire de la Société coréenne du tourisme international, l’hôtel Walker Hill, inauguré en 1963, est ainsi conçu à l’origine comme une base de loisirs destinée aux troupes présentes en Corée, aux cadres des ambassades, aux conseillers techniques et à leurs familles. D’où une localisation très excentrée en regard des centralités urbaines de l’époque : en 1963, l’hôtel se situe sur une verdoyante colline, aux confins des limites de la municipalité, dans une zone non encore urbanisée (voir carte p. 195). Encore aujourd’hui, la pureté de l’air de la colline occupée uniquement par l’hôtel et son vaste parc et la possibilité de se détendre dans un cadre « naturel », loin des centres effervescents de la mégapole, font partie des éléments forts de l’image de marque de l’hôtel Walker Hill.

  • 8 En 1978, l’hôtel est agrandi par la construction d’un nouveau bâtiment qui porte ses capacités d’ac (...)

21Dès 1963, un casino, ainsi qu’une salle de spectacle offrant une revue de music-hall sur le modèle de celles qui se donnent dans les hôtels-casinos de Las Vegas ou de Reno, sont intégrés à l’hôtel, signant son appartenance au type du resort hotel américain qui s’était répandu dans les années 1930 sur la Côte d’Azur (Ascher 1987 : 62-63). Quelques « villas » indépendantes – mais pouvant bénéficier des services de l’hôtel – accueillent des familles pour des séjours parfois longs : en ce sens, l’hôtel remédie – comme l’avaient fait auparavant le Chosun et le Pando – à l’extrême difficulté que représente, pour les étrangers, l’accès au marché local du logement. Les capacités d’accueil de l’hôtel (plus de 350 chambres en 19638) marquent enfin un véritable changement d’échelle par rapport à celles des hôtels de luxe plus anciens de Séoul et rapprochent le Walker Hill des grands hôtels-caravansérails américains.

22Par l’abandon du modèle de l’hôtel métropolitain à l’européenne et l’adoption de modèles venus d’outre-Pacifique, l’ouverture de l’hôtel Walker Hill marque donc une rupture nette avec la période précédente.

PHOTO 2. L’hôtel Chosun rénové (Séoul, 1967-1969) (relations publiques de l’hôtel Chosun)

23La rénovation totale de l’hôtel Chosun entre 1967 et 1969 confirme cette adoption définitive du modèle américain : pour l’opération, la Société coréenne du tourisme international forme d’ailleurs un consortium avec la société American Airline. En prévision notamment de l’afflux de touristes que risque de susciter en Corée la tenue de l’exposition universelle d’Ôsaka en 1970, le nouveau Chosun, qui doit concurrencer le Walker Hill, fait partie d’un des programmes de rénovation du centre-ville lancés par le maire « bulldozer » Kim Hyŏnok à partir du milieu des années 1960 (Gelézeau 1999 : 68-69). Le bâtiment, dessiné par un architecte américain, affiche une ligne ultramoderne pour l’époque ; avec ses dix-sept étages, il restera pendant une bonne décennie un des bâtiments les plus élevés du centre-ville. Enfin, avec plus de 400 chambres, l’hôtel surenchérit sur la capacité d’accueil déjà élevée du Walker Hill.

24Le nouveau Chosun se place ainsi dans une logique très différente de celle qui définit les spécificités du palace européen (position centrale au cœur d’un site historique, exploitation d’un patrimoine architectural ancien, capacités d’accueil modestes, ramenées à celle d’une belle demeure privée, Du palais au palace 1998 : 11-17 et 192-209). Certes, l’emplacement, central, est celui de l’hôtel d’origine, mais le site historique est d’une certaine manière déshistoricisé par la rénovation urbaine et le patrimoine que constituait le bâtiment historique est détruit. Quant à la capacité d’accueil, elle est multipliée par presque huit, faisant du Chosun le plus vaste hôtel de Séoul jusqu’à la construction de l’hôtel Plaza en 1976. En ce sens, le nouveau Chosun n’est pas un hôtel vraiment ritzy ; comme le Walker Hill (et bien que conçu dans une optique différente puisque l’un est plutôt un hôtel de loisirs excentré et l’autre un hôtel de centre-ville), il renvoie à un type outre-Pacifique, celui du grand hôtel américain qui peut former une véritable pièce urbaine. En l’occurrence, le nouveau Chosun, même s’il ne peut encore être considéré comme un grand hôtel-équipement urbain, forme une des pièces importantes des programmes de rénovation du centre-ville de l’époque (Son 1998a : 114-117).

  • 9 En 1965, sept hôtels de province de moindre catégorie (anciens hôtels terminus, comme l’hôtel Termi (...)

25La décennie 1970 est marquée par un renforcement de l’action de l’État dans le secteur du tourisme (développement des grandes zones touristiques de Cheju et de Kyŏngju notamment) et des activités hôtelières : mise en place du système des cinq classes d’hôtels de tourisme (1971), règles de formation des gérants (1977), fonds de soutien à l’amélioration des services et des équipements (1977) (Han’guk kwan’gwang hot’el paljŏnsa 1982). Mais, si l’État intensifie son action dans le secteur touristique sur le plan global et macro-économique – conformément d’ailleurs aux orientations générales du 3e Plan quinquennal de développement économique publié en 1972 –, il entreprend en même temps de se désengager progressivement de la gestion directe de l’hôtellerie de luxe pour la transférer à des groupes industriels privés, dont certains sont d’ailleurs des conglomérats (chaebŏl)9. Dans une certaine mesure, l’industrie hôtelière peut apparaître comme représentative de l’alliance entre l’État autoritaire et les conglomérats sur laquelle s’est appuyé le développement coréen (Amsden 1989). C’est ainsi qu’en 1973, l’hôtel Walker Hill est vendu au groupe Sanggy ŏng (qui est toujours l’actuel propriétaire de l’hôtel) et que le Yŏngbin’gwan est cédé à la société Imperial, filiale de Samsung. Cette dernière entreprend la construction d’un hôtel de luxe à côté du Yŏngbin’gwan, qui devient alors une des salles de banquet d’un hôtel cinq étoiles de plus de 500 chambres inauguré en 1979, l’hôtel Shilla, premier de la chaîne des Shilla Hotels and Resorts d’Imperial.

L’hôtel Lotte, une des premières icônes du « miracle sur le Han »

26Le transfert de l’hôtel Pando vers le secteur privé s’effectue peu après, sous la houlette du gouvernement et de la Société coréenne du tourisme international d’une part, et dans le cadre d’un programme de rénovation du centre-ville décidé en 1973 d’autre part. Ce programme de rénovation porte d’ailleurs le nom de l’hôtel : district spécial de réhabilitation du bloc Pando (Pando t’ŭkchŏng kagu chŏngbi chigu, Son 1998a, b et c).

27Dès 1970, des négociations sont engagées entre Shin Kyŏkho, émigré coréen au Japon et fondateur du groupe Lotte, et le gouvernement qui encourage l’industriel jusque-là spécialisé dans l’alimentaire (bonbons, snacks, nouilles instantanées, pâtisseries) à investir dans son pays natal. Mais c’est la publication du plan de réhabilitation du quartier de l’hôtel Pando qui accélère la conclusion de l’affaire : la Hotel Lotte SA, créée fin 1973, acquiert l’hôtel Pando, dont la destruction commence environ un an plus tard, en 1974.

28Une sorte de bataille architecturale commence alors, dont l’enjeu est de faire du nouvel hôtel le bâtiment le plus prestigieux du centre-ville – afin, entre autres, de concurrencer le Chosun rénové qui se situe dans le même bloc urbain. Les plans sont confiés à une société d’architecture japonaise en partenariat avec le cabinet coréen de Kim Sugŭn, le groupe Espace (Konggan). Les deux partenaires ne parvenant pas à s’entendre, la partie coréenne passe à une autre société. Quant à la question de l’élévation de l’immeuble, elle est déterminée par la nécessité de surpasser la hauteur de deux buildings récemment inaugurés : le Samil Building (30 étages, 1971) et le President Hotel (28 étages, 1974). Quand les premiers plans proposent une hauteur de 44 étages pour l’hôtel, les appuis de Shin Kyŏkho au gouvernement vont jusqu’à susciter des discussions sur les lois en application dans le quartier (qui interdisent à l’époque la construction de bâtiments de plus de 40 étages)… Finalement, le nouvel hôtel inauguré en 1979, l’hôtel Lotte, ne compte « que » 36 étages, mais il est le plus élevé des buildings de l’époque et du centre-ville. Il est de surcroît résolument conforme au modèle du grand hôtel caravansérail américain, avec plus de 1 000 chambres et de nombreux équipements.

  • 10 L’immeuble de la banque Sanŏp n’est pas construit et laisse finalement la place à un parking souter (...)
  • 11 Pour des raisons légales, ce n’est qu’en 1988 que le Lotte Shopping Center pourra prendre le nom pl (...)
  • 12 L’hôtel et le grand magasin sont agrandis en 1988.

29Par son volume, il est la pièce fondatrice d’un bloc de rénovation comprenant aussi l’hôtel Chosun et deux immeubles de bureaux (immeubles des banques Sanŏp et Hanil10). Enfin, entre l’hôtel et les deux immeubles de bureau, un morceau de terrain appartenant au groupe Lotte et d’abord destiné à accueillir une annexe de l’hôtel, porte finalement le premier grand magasin de Séoul, le Lotte Shopping Center – que Shin Kyŏkho a créé sur le modèle des grands magasins occidentaux (Bon Marché parisien ou Macy’s new-yorkais)11. L’ensemble, qui contribue à élever considérablement la skyline du centre-ville, forme une gigantesque pièce urbaine cohérente. Au début des années 1980, cette nouvelle « Lotte Town » (Son 1998b) est ainsi une des premières icônes du « miracle sur le Han »12.

FIGURE 1. Le district spécial de réhabilitation du bloc Pando (d’après Son 1998b : 126)

30Bien que sa construction ait été associée à de moindres enjeux politico-économiques, l’hôtel Plaza, nouveau cinq étoiles ouvert en 1976, suit une logique similaire : insertion (comme la plupart des nouveaux buildings du centre-ville) dans un programme de rénovation urbaine prestigieux sur la place de la Mairie de Séoul et adoption du modèle du grand hôtel américain (Son 1993). Pendant les années 1970, les grands hôtels ont ainsi contribué à la construction du premier quartier des affaires de Séoul, en étant les principaux fleurons d’une nouvelle modernité urbaine apportant avec elle les modèles exogènes de l’hôtellerie de luxe internationale représentée par les jet-set palaces américains.

Les trois hôtels olympiques et la structuration de Kangnam

31La décennie 1970 constitue également pour le gouvernement le coup d’envoi de la conquête des terrains situés au sud-est du fleuve (quartiers dit « de Kangnam ») et restés jusque-là majoritairement agricoles. Afin de redistribuer vers les grands fronts pionniers les activités (conférences, réceptions) suscitées par les hôtels de luxe du centre historique, le gouvernement y interdit en 1978 la célébration des mariages, espérant par là stimuler les dynamiques des nouveaux quartiers en construction (Son 1998c : 118).

32Ce n’est pourtant qu’à la fin de la « décennie des jeux de Séoul » (Jeux asiatiques de 1986 et Jeux olympiques de 1988) que l’hôtellerie de luxe conquiert le sud de la ville. L’hôtel Hyatt (1978) et l’hôtel Hilton (1983), un peu plus éloignés du centre historique et qui n’ont fait ni l’un ni l’autre partie de programmes de rénovation du centre-ville, apparaissent ainsi comme des constructions un peu intermédiaires, qui ouvrent la progression vers le sud tout en se conformant l’un et l’autre au modèle du grand hôtel américain.

  • 13 L’avenue de Téhéran prend le nom d’avenue Olympique à l’est, au niveau des installations sportives (...)

33La conquête du sud-est de la ville est véritablement lancée à la fin des années 1980, période de grande effervescence immobilière à Kangnam, qui accueille toutes les installations olympiques (partie est) et où se construit un nouveau quartier des affaires (partie ouest). En 1988, trois grands hôtels apparaissent sur la colonne vertébrale des nouveaux quartiers, l’avenue de Téhéran, grande artère orientée est-ouest13. Deux d’entre eux, l’hôtel Renaissance et l’Intercontinental Hotel, sont situés à l’ouest, en plein quartier des affaires ; le troisième, l’hôtel Lotte World, est localisé à proximité des installations sportives.

34Construit par l’architecte Kim Sugŭn et jouant la carte du prestige, l’hôtel Renaissance (495 chambres) s’inscrit dans la lignée des hôtels de luxe qui l’ont précédé dans le nord de la ville. En revanche, l’hôtel Lotte World et l’Intercontinental Hotel constituent tous deux des pièces urbaines majeures dans la stratégie de conquête urbaine du sud-est de la ville.

FIGURE 2. Le bloc urbain de la Korean International Trade Association sur l’avenue de Téhéran
(d’après la KITA, brochure 1999)

35Situé entre le parc des Jeux asiatiques et l’immense Parc olympique de Séoul, dans la partie « verte » de Kangnam, le Lotte World fait partie d’un vaste complexe de loisirs développé par le groupe Lotte : l’hôtel-caravansérail (capacité d’accueil d’environ 1 700 chambres) est flanqué d’un parc d’attraction intra-urbain de plusieurs hectares et d’un grand-magasin du même nom.

36Quant à l’Intercontinental Hotel, il appartient à la même catégorie du grand hôtel-équipement urbain, à la différence près que la fonction n’est plus celle du loisirs, mais les affaires. L’hôtel (541 chambres) est en effet construit par une filiale de Lucky Goldstar (Hanmun Development) sur un lot appartenant à la Korean International Trade Association (KITA) et destiné dans le plan urbain à constituer une des plaques tournantes du quartier des affaires de Kangnam, au niveau de la station de métro Samsung. À côté de l’Intercontinental Hotel, dont la haute façade géométrique en verre fumé longe l’avenue de Téhéran, se dressent l’immeuble du World Trade Center, et le COEX (Palais des congrès et centre des expositions), tandis qu’un vaste centre commercial occupe le sous-sol d’une partie de la parcelle. La Korean International Trade Association étant un consortium de participation entre les grands conglomérats, il y a là à l’œuvre la même logique d’association entre les pouvoirs publics et les conglomérats que celle qui a été plus tôt identifiée dans le processus de transfert des hôtels de luxe au privé au cours des années 1970.

37Si ces premiers grands hôtels n’ont pas été les vecteurs uniques de la progression du front urbain, qui a été principalement assumée par les grands ensembles d’appartements (tanji, Gelézeau 1999 et 2003), ils ont en revanche été des agents essentiels dans la structuration du quartier, contribuant à sa différenciation fonctionnelle entre une zone « verte » à l’est, bien pourvue en parcs, équipements sportifs et de loisirs, et les quartiers des affaires de la partie occidentale, spécialisée dans les fonctions de tertiaire supérieur et le commerce international.

  • 14 L’hôtel est devenu le Grand Hilton Seoul Hotel en 2002.

38Hormis le Swiss Grand Hotel (ouvert en 1988 au nord de la ville, sur une colline excentrée et préservée de l’urbanisation)14, plus aucun hôtel ne sera construit au nord de la ville après 1988. D’ailleurs, pendant une dizaine d’années – et malgré l’accroissement considérable des visiteurs étrangers en Corée dont le nombre passe de trois à quatre millions entre 1991 et 1998 – la construction des hôtels cinq étoiles se ralentit, la « vague » olympique ayant contribué à couvrir les besoins de la capitale en matière d’hébergement de luxe. Un seul hôtel, le Ritz-Carlton, apparaît pendant cette période non loin du Renaissance.

  • 15 À la fin des années 1990, il aurait manqué environ 20 000 chambres d’hôtel en quatre et cinq étoile (...)

39Ce n’est qu’à la fin des années 1990 qu’une nouvelle vague de construction d’hôtels de luxe affecte le sud de la ville, où se situent les principales dynamiques de croissance. L’augmentation continue des touristes internationaux (plus de cinq millions en 2000), la nécessité d’accroître les capacités d’accueil en vue de la Coupe du monde de football de l’été 2002, ainsi que le développement considérable du quartier des affaires de l’avenue de Téhéran sont les facteurs principaux de cette recrudescence de la construction des cinq étoiles15. L’hôtel J.W. Marriott, ouvert en 2000 à proximité de la gare routière des bus express de Séoul, est bien situé près d’une station de métro qui permet d’accéder rapidement aussi bien au quartier des affaires du centre historique qu’à celui de l’avenue de Téhéran. L’hôtel est également localisé juste à côté du grand ensemble d’appartements de Panp’o, un des plus vastes grands ensembles de la bourgeoisie urbaine séoulienne, où se recrutent les usagers locaux des hôtels cinq étoiles. Inauguré la même année, le COEX Intercontinental – qui appartient à la même filiale de Lucky Goldstar que le premier Intercontinental de 1988 – complète le bloc urbain construit par la KITA sur l’avenue de Téhéran. Enfin, trois autres hôtels cinq étoiles, dont l’ouverture est prévue pour 2002, sont actuellement en construction dans la partie sud de la ville.

Un modèle asiatique d’hôtel de luxe ?

40Il est un aspect sur lequel je n’ai pas insisté dans les pages qui précèdent, celui du confort et de la modernité des équipements des hôtels de luxe à Séoul. Ce parti pris tient à mon objectif, qui était de montrer comment les hôtels se sont inscrits dans l’espace urbain et ont contribué à en forger la structure. L’analyse du luxe hôtelier comme vecteur de transmission à la ville et à l’habitat de standards de confort et de techniques a déjà été faite de manière très convaincante (Ascher et al. 1987). On peut enfin rappeler que le confort et la modernité des équipement sont les éléments universels qui caractérisent l’hôtellerie de luxe et qu’il s’agissait ici de cerner les spécificités du cas coréen, dans son rapport aux modèles occidentaux.

41Il apparaît ainsi que les hôtels cinq étoiles de Séoul correspondent d’abord à des générations successives qui ont peu à peu forgé un modèle séoulien (asiatique ?) d’hôtel de luxe. De ce modèle, deux éléments sont à retenir.

42Le premier est que l’hôtellerie de luxe en Corée s’est d’abord définie et se définit encore aujourd’hui en rupture totale par rapport aux modes d’hébergement locaux. C’est là une grande différence avec le grand hôtel occidental qui, certes, est lui aussi en rupture avec les modes d’hébergement existants, mais qui n’est pas un élément exogène et ne se définit pas en opposition par rapport à eux. Lointain héritier de l’hôtel d’étrangers et pour étrangers apparu au tournant du siècle, le grand hôtel coréen se définit au contraire, matériellement et symboliquement, par son occidentalité, c’est-à-dire par la référence à un ailleurs. À la différence du Japon, il n’existe d’ailleurs pas (ou pas encore ?) en Corée un type d’hôtellerie de luxe jouant sur l’accord de la tradition et du confort, similaires à ce qui est apparu en Europe sous la forme des Relais et châteaux.

43La deuxième idée est que le grand hôtel coréen, bien qu’influencé au départ (premier Chosun notamment) par le modèle de l’hôtel métropolitain européen, apparaît comme forgé sur le type du grand hôtel américain. La domination du modèle outre-Pacifique à partir de 1963 (hôtel Walker Hill) tient à des raisons à la fois historiques (importance de la présence américaine et de la clientèle américaine à Séoul) et géographique (appartenance à l’aire Pacifique).

L’hôtel et la ville : un lien génétique ?

44Quant aux modes d’insertion des grands hôtels dans l’espace urbain, il convient tout d’abord de rappeler qu’en Corée, c’est la ville qui a été le lieu central de la pénétration des modèles étrangers et de la constitution d’un modèle coréen d’hôtel de luxe. Au-delà d’une différenciation fondée sur des critères générationnels ou fonctionnels (hôtel plutôt de loisirs ou d’affaires), il est ainsi possible d’identifier, en fonction de leurs modalités d’insertion dans la ville, plusieurs types d’hôtels.

45Le premier type est représenté par les grands hôtels-équipements urbains : l’ensemble constitué par le Lotte et le Chosun dans l’ancien centre historique, les deux hôtels Intercontinental sur le lot de la Korean International Trade Association et le Lotte World de Kangnam font partie de ce type, qui concerne des hôtels dont la capacité d’accueil peut aller jusqu’à plus de 1 500 chambres (les deux Lotte). Dans les trois cas, les hôtels s’inscrivent dans un projet urbain d’envergure qui, dépassant largement la seule construction d’un bâtiment, s’insère dans des politiques urbanistiques plus globales (rénovation du vieux centre ou construction de Kangnam) et oriente le développement d’un quartier. Pour ce type, le lien avec la ville est un lien génétique et étroit.

46Le deuxième type comprend les hôtels-piliers des quartiers des affaires : le Plaza, le Hilton, le Shilla et même le Hyatt (malgré sa position plus excentrée) peuvent entrer dans cette catégorie, ainsi que tous les grands hôtels qui, du Renaissance au J.W. Marriott, s’égrènent sur la grande artère commerciale de Kangnam qu’est l’avenue de Téhéran. Contrairement au type précédent, ces hôtels, qui ont des capacités d’accueil proches des 500 chambres, correspondent à des projets plus ponctuels d’abord fondés sur la nécessité de développer la fonction hôtelière de haut niveau dans un quartier des affaires en croissance. Dans ce cas, le lien avec la ville est plus contingent, mais toujours étroit.

47Les deux hôtels vraiment périphériques, le Swiss Grand Hotel et l’hôtel Walker Hill, fournissent peut-être un troisième type de relation ville/hôtellerie de luxe. Ces hôtels, où la fonction de loisir peut être importante, comme dans le cas du Walker Hill (plus de 60 % des séjours) et qui sont installés en zone verte, apparaissent comme des lieux en marge. Les séjours longs (par la location des villas) y sont importants, pouvant fournir aux étrangers installés à Séoul une résidence de transition avant l’installation dans un logement plus définitif. Dans ce dernier cas, le lien avec la ville est contingent et lâche.

48Enfin, on peut souligner que, dans tous les cas, les grands hôtels ont joué un rôle important dans la construction de la ville. En effet, ceux-ci – ou du moins la plupart d’entre eux – ont été construits par vagues, qui correspondent à des temps forts du développement urbain : forte croissance dans la deuxième moitié des années 1970, redistribution des fonctions de tertiaire supérieur vers le sud-est et période olympique à la fin des années 1980. Au tournant du millénaire, une nouvelle vague de construction, encore en cours, correspond à l’affirmation de la position de Séoul comme grande métropole internationale. Au total, les grands hôtels sont à la fois des reflets et des vecteurs du développement urbain, qui transmettent en même temps des modèles d’urbanité en circulation dans le monde entier.

49Si la ville a construit le grand hôtel, celui-ci a, de son côté, contribué à créer la ville.

Bibliographie

Bibliographie

Amsden, Alice, 1989, Asia’s Next Giant. South Korea and Late Industrialization, New York, Oxford University Press, 380 pages.

Ascher, François, 1987, « De l’hôtel américain au Ritz », dans Ascher François et al., Luxe, habitat, confort : les références hôtelières, Noisy-le-Grand, Institut français d’urbanisme (université Paris VIII), p. 17-76.

Ascher, François et al., 1987, Luxe, habitat, confort : les références hôtelières, Noisyle-Grand, Institut français d’urbanisme (université Paris VIII), 394 pages.

Boorstin, Daniel, 1991, Histoire des Américains, Paris, Robert Laffont, 1 604 pages.

Chang, Pyoŏngwoŏn, 1997, Kungmin kwan’gwang ron [Le tourisme national coréen], Séoul, Kimunsa, 456 pages.

Che 2 ch’a kwan’gwang kaebal kibon kyehoek [Deuxième plan directeur de développement du tourisme)], 2000, Séoul, Han’guk Kwan’gwang Yoŏn’guwoŏn, 374 pages.

Denby, Elaine, 1998, Grand Hotels. An Architectural and Social History, Londres, Reaktion Books, 304 pages.

Gelézeau, Valérie, 1999, Habiter un grand ensemble à Séoul, thèse de géographie sous la direction de Jean-Robert Pitte (université Paris IV), 464 pages.

Gelézeau, Valérie, 2003, Séoul. Ville géante, cités radieuses, Paris, CNRS Éditions, 292 pages.

Han’guk kwan’gwang 50 nyŏon pisa [Les secrets du tourisme coréen : cinquante ans d’histoire], 1999, Séoul, Han’guk Yoŏhaeng Shinmunsa, 384 pages.

Han’guk kwan’gwang hot’el paljonsa [Histoire du développement des hôtels de tourisme en Corée], 1982, Séoul, Han’guk Kwan’gwang Kongsa, 144 pages.

Han’guk kwan’gwang t’onggye [Statistiques sur le tourisme en Corée], publiées par la Société nationale du tourisme coréen.

« hot’el » [hôtel], 1979, dans Han’guk Munhwa Taebaek Sajoŏn [Encyclopédie de la culture coréenne], Séoul, vol. 25, p. 25-26.

Kwan’gwang hot’el unyoŏng shiljòk [Résultats de gestion des hôtels de tourisme], Séoul, publiés depuis 1985 par la Korea Hotel Association.

Lee, Kwanghuŭi, et Hyangja Kim, 1994, Kwan’gwang chinhùng-ùl wihan sukpak ŏp kaesòn taech’ek [Propositions pour l’amélioration de l’industrie hôtelière en vue de la promotion du tourime], Séoul, Kyot’ong Kaebal Yoŏn’guwoŏn, 236 pages.

Du palais au palace. Des grands hôtels de voyageurs à Paris au xixe siècle, 1998, Paris, musée Carnavalet, 232 pages.

Sŏul 600 nyŏnsa [Séoul : six cents ans d’histoire], 1979, Séoul, Sŏul t’ŭkpyŏlshi, vol. 3, 1 306 pages.

Sŏul 600 nyŏnsa [Séoul : six cents ans d’histoire], 1981, Séoul, Sŏul t’ŭkpyŏlshi, vol. 4, 1 864 pages.

Sŏul 600 nyŏnsa [Séoul : six cents ans d’histoire], 1983, Séoul, Sŏul t’ŭkpyŏlshi, vol. 5, 1 358 pages.

Sŏul 600 nyŏnsa [Séoul : six cents ans d’histoire], 1996, Séoul, Sŏul t’ŭkpyŏlshi, vol. 6, 2 168 pages.

Son, Chŏngmok, 1993, « Chungshim chae kaebal chedo-ŭihyŏngsŏng kwajŏng » [Le processus de fixation du système de rénovation urbaine en centre-ville], Séoul, Kukt’o [Territoire], n° 3, p. 112-127.

Son, Chŏngmok, 1998a, « pando t’ŭkjŏngagu chŏngbi chigu : ŭljiro 1-ga lotte Táun hyŏngsŏng kwajŏng » [Le district d’aménagement du bloc Pando : processus de formation d’une « Lotte Town » à Uljiro, 1er partie], Séoul, Kukt’o [Territoires], n° 5, p. 114-131.

Son, Chŏngmok, 1998b, « pando t’ŭkjŏngagu chŏngbi chigu : ŭljiro 2-ga lotte Táun hyŏngsŏng kwajŏng » [Le district d’aménagement du bloc Pando : processus de formation d’une « Lotte Town » à Uljiro, 2e partie], Séoul, Kukt’o [Territoires], n° 6, p. 140-149.

Son, Chŏngmok, 1998c, « pando t’ŭkjŏngagu chŏngbi chigu : ŭljiro 3-ga lotte Táun hyŏngsŏng kwajŏng » [Le district d’aménagement du bloc Pando : processus de formation d’une « Lotte Town » à Uljiro, 3e partie], Séoul, Kukt’o [Territoires], n° 7, p. 114-131.

« Sukpak ŏp » [hôtellerie], 1979, dans Han’guk Munhwa Taebaek Sajŏn [Encyclopédie de la culture coréenne], Séoul, vol. 13, p. 330-332.

« Yŏgwan » [auberge], 1979, dans Han’guk Munhwa Taebaek Sajŏn [Encyclopédie de la culture coréenne], Séoul, Munhwasa, vol. 15, p. 98-99.

L’article s’appuie également sur des entretiens réalisés en 1999, 2000 et 2001, auprès de représentants de l’administration des grands hôtels de Séoul. Sur les quinze hôtels cinq étoiles existant à Séoul en 2000, trois seulement n’ont fait l’objet d’aucune enquête directe : l’hôtel J.W. Marriott et l’hôtel Amiga (parmi les plus récemment intégrés à la catégorie cinq étoiles), ainsi que le Swiss Grand Hotel, où l’entretien m’a été refusé.

Notes

1 Ces grands hôtels appartiennent tous à la catégorie dite « super luxe » (super deluxe en anglais ou t’ŭk i-il kŭp en coréen), qui est la plus élevée des cinq catégories d’hôtels de tourisme (kwan’gang hot’el) en Corée.

2 Le terme chumak désigne littéralement un débit de boisson. Ces lieux combinaient la restauration et l’hébergement autour des activités d’échanges commerciaux (Chang 1997).

3 Pando signifie « péninsule » et désigne la Corée (Han’guk kwan’gwang 50 nyŏn pisa 1999 : 77).

4 Le type du palace traditionnel européen compte de 150 à 300 chambres, tandis que le grand hôtel américain dépasse le seuil des 1 000 chambres (Ascher et al. 1987 : 96-111). Cela dit, en regard des standards coréens d’hébergement, les hôtels Chosun et Pando sont vastes : l’auberge Puljihwa, qui est une des plus grandes et des plus modernes de Séoul vers 1905, compte trente chambres (Chang 1997). Les deux premiers hôtels d’Inch’ŏn, les hôtels Taebul et Steward, comptaient respectivement 11 et 8 chambres (Sŏul 600 nyŏnsa : 1979, vol. 3, 1228).

5 Pendant la guerre de 1939-1945, l’hôtel Chosun était un lieu de fourniture et de transaction de produits de luxe (viande, sucre, alcools occidentaux) (Han’guk kwan’gwang 50 nyŏn pisa 1999 : 46).

6 Dugen est remplacé par un Autrichien en 1957.

7 Société nationalisée, l’Agence de voyage de Chosun (Chosun Yŏhaengsa) a été fondée en août 1945 à partir de l’Agence de voyage du Japon (Japan Tourist Bureau, Ilbon Yŏhaengsa).

8 En 1978, l’hôtel est agrandi par la construction d’un nouveau bâtiment qui porte ses capacités d’accueil à leur niveau actuel (623 chambres).

9 En 1965, sept hôtels de province de moindre catégorie (anciens hôtels terminus, comme l’hôtel Terminus de Taegu, ou hôtels de station touristique, comme l’hôtel du Temple de Pulguksa) étaient déjà revenus au secteur privé (Son 1998a : 121).

10 L’immeuble de la banque Sanŏp n’est pas construit et laisse finalement la place à un parking souterrain et un square en 1980.

11 Pour des raisons légales, ce n’est qu’en 1988 que le Lotte Shopping Center pourra prendre le nom plus prestigieux, évoquant le luxe et la centralité, de Lotte Department Store (Son 1998b : 125).

12 L’hôtel et le grand magasin sont agrandis en 1988.

13 L’avenue de Téhéran prend le nom d’avenue Olympique à l’est, au niveau des installations sportives des Jeux asiatiques.

14 L’hôtel est devenu le Grand Hilton Seoul Hotel en 2002.

15 À la fin des années 1990, il aurait manqué environ 20 000 chambres d’hôtel en quatre et cinq étoiles dans la partie sud-est de la ville.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1A. Histoire, tourisme et hôtellerie en Corée depuis les années 1870
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre TABLEAU 1B. Histoire, tourisme et hôtellerie en Corée depuis les années 1870
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende PHOTO 1.Le premier hôtel Chosun (Séoul, 1914) (relations publiques de l’hôtel Chosun)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende PHOTO 2. L’hôtel Chosun rénové (Séoul, 1967-1969) (relations publiques de l’hôtel Chosun)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende FIGURE 1. Le district spécial de réhabilitation du bloc Pando (d’après Son 1998b : 126)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2573/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende FIGURE 2. Le bloc urbain de la Korean International Trade Association sur l’avenue de Téhéran(d’après la KITA, brochure 1999)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2573/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 613k

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540