Version classiqueVersion mobile

Les grands hôtels en Asie

 | 
Thierry Sanjuan

Première partie. Emergence du grand hôtel et temporalité urbaine

Pouvoir politique, modernité architecturale et paysage urbain dans le Japon de l’ère Meiji

L’hôtel Impérial de Tôkyô

Nicolas Fiévé

Texte intégral

1Avant la construction de l’hôtel Impérial de Tôkyô, en 1889, l’hôtellerie de luxe n’existait pas au Japon. Dès son ouverture, cet hôtel-palais bâti à l’européenne se présenta comme un lieu moderne, et occidental, qui désormais rendait possible une confrontation discrète des élites japonaises et étrangères. L’hôtel Impérial devint aussitôt un haut lieu de la nouvelle société impériale et industrielle du Japon de l’ère Meiji (1868-1912).

2La modernité technique et esthétique de l’édifice, ainsi que l’occidentalisation des modes de vie qu’il imposait à ses usagers ne procédaient pas seulement d’une simple copie des modèles de grands hôtels dont se dotaient à la même époque les capitales européennes. La conception de l’hôtel Impérial a incontestablement débordé les impératifs économiques et mercantiles qui ont en général prévalu dans la construction des hôtels de voyageurs et autres grands hôtels du Japon ou de l’Extrême-Orient.

3Les plus hautes instances dirigeantes du pays ont participé à la programmation, à la réalisation et à l’utilisation de l’hôtel Impérial. La conception de l’hôtel a été la conséquence directe de la politique gouvernementale de développement industriel, politique elle-même fondée sur une conscience aiguë de la place du Japon dans l’ordre géopolitique de l’Asie orientale. Dans cette perspective, la genèse de l’architecture de l’hôtel-palais japonais de la fin du xixe siècle a procédé de choix esthétiques, techniques et culturels précis, dont les alternatives répondaient de manière cohérente à un ensemble de contraintes historiques. C’est ce que révèlent les choix effectués lors de la conception architecturale ou pour déterminer la situation géographique de l’hôtel au sein du territoire (urbain et national) et la nature des services qu’il proposait. Parmi ces choix, le recours à des modèles architecturaux européens, japonais ou extrême-orientaux, exprimait une charge symbolique forte. À l’aube du xxe siècle, la monumentalité architecturale de ce lieu moderne a participé paradoxalement à une mise en valeur de la figure de l’empereur Meiji, tout en symbolisant son engagement pour l’indépendance du Japon vis-à-vis des puissances occidentales.

La genèse d’un « hôtel-palais » à l’européenne

Auberges et territoire du Japon pré-industriel

  • 1 Les deux hypothèses, non contradictoires, généralement avancées sur les causes de cette politique (...)

4Le système de domination socio-politique sans partage mis en place par les Tokugawa, dès le début de l’époque d’Edo (1603-1868), avait eu pour conséquence la fermeture du pays aux étrangers à partir de 1640, l’interdiction de tout contact avec les Occidentaux et la prohibition de voyage hors du pays pour les Japonais. Seul le comptoir installé pour les Hollandais sur l’île de Dejima permettait des échanges commerciaux étroitement contrôlés par le gouvernement shôgunal (bakufu)1.

5Les grandes villes d’Edo (l’actuelle Tôkyô) et de Kyôto, les ports d’Ôsaka, de Sakai, de Nagasaki, de Sunpu et de Sado étaient administrés par un préfet nommé par le bakufu. Le reste du territoire était composé de fiefs dont les seigneurs (daimyô) étaient contrôlés par des inspecteurs et par le devoir de soumettre à l’approbation du pouvoir central les alliances, mariages, constructions ou réparations des châteaux. En outre, l’obligation de résider à Edo la moitié de l’année pour les daimyôs du Kantô, ou une année sur deux pour les autres, permettait au shôgun d’avoir sous son contrôle direct, la moitié du temps, l’ensemble de ses vassaux et de leur imposer double dépense pour l’entretien de deux résidences.

6Le système de contrôle politique et la prospérité économique qui a caractérisé le xviie siècle japonais (la production de riz augmente d’un tiers, la production du cuivre est en pleine croissance, de même que celles de la soie, du coton ou de la céramique), l’accroissement de la population (on passe de douze à trente-et-un millions au recensement de 1721) et le développement rapide des trois grandes villes Edo, Kyôto et Ôsaka favorisèrent une large circulation des hommes et des biens sur l’ensemble du territoire. Depuis toujours, les pèlerinages et le commerce assuraient une fréquentation régulière des cinq grandes voies du pays, dont le trafic augmenta considérablement à l’époque d’Edo. La Tôkaidô (la Voie de la mer de l’Est), qui reliait Kyôto à Edo, possédait à elle seule cinquante-trois relais et était empruntée annuellement par cent quarante processions de daimyôs dont les escortes variaient entre cent et mille hommes. Les personnages de haut rang logeaient dans des auberges de classe supérieure (honjin, litt. « le campement du chef »), et les gens du peuple dans de simples auberges-relais (hatago ou hatagoya), du nom du panier à nourriture (hatago) que l’on donnait aux chevaux.

7Les honjin devaient posséder des éléments d’architecture noble : un porche et une entrée d’honneur à la mode militaire, c’est-à-dire avec une toiture « à la chinoise » (karahafû), une salle d’honneur avec une estrade (jôdan) ornée d’une alcôve décorative (tokonoma) pour le siège du daimyô. Pour le reste, ces édifices se conformaient aux standards de l’architecture populaire régionale et reposaient sur un fonds commun d’habitat à charpente de bois et sur pilotis, avec des planchers partiellement couverts de tatamis, des fermetures par panneaux coulissants tendus de papiers, l’ensemble couvert de larges toitures dont les auvents abritaient des vérandas ouvertes sur un jardin.

  • 2 Jean-Armand Campignon mentionne dans son avant-propos à la traduction du Hizakurige que 3 600 000 (...)
  • 3 Dans les grandes villes, à la même époque, se développait aussi le commerce des quartiers de prost (...)

8Les auberges proposaient un couchage aux voyageurs et de la nourriture pour les chevaux. Il était possible de faire bouillir de l’eau pour cuire une ration du riz que l’on emportait pour se nourrir. Le restaurant de « style japonais », tel que nous le connaissons aujourd’hui, n’existait pas dans le Japon ancien. Avant la période moderne, l’unique forme de restauration liée au voyage était associée aux grands lieux de pèlerinages, comme Ise, Kumano ou le mont Koya. De nombreux monastères bouddhiques servaient des repas à ceux qui y faisaient halte, mais sans vocation mercantile. Les administrateurs du grand sanctuaire d’Ise ont organisé des repas moyennant rétribution et exploitèrent ainsi durant l’époque d’Edo une activité fructueuse, le nombre des pèlerins pouvant atteindre plusieurs millions de personnes par an à l’occasion des « années de grande faveur » (Teikoku hoteru hyakunen shi 1990 : 5)2. Ce n’est toutefois qu’à la fin du xviie siècle que se généralisa le repas servi au voyageur dans des salles dont l’usage en commun n’est pas sans rappeler la table d’hôte qui, en France, a prévalu jusqu’à la moitié du xixe siècle au moins3.

9Ces lieux d’étape, quel que fût leur rang, reposaient sur des coutumes et des modes ancestraux de l’habiter, étrangers aux pratiques occidentales d’hébergement. Comme en Europe à la même époque, l’auberge-relais avait fonction d’étape et l’idée de séjour permanent, qui a caractérisé l’hôtellerie de luxe de la fin du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle, lui était étrangère. De ce fait, le lieu d’un repos individuel, l’espace intime d’une chambre privée lui faisaient défaut (Pailleron 1929, cité par Ascher 1987 : 20). Autant de raisons pour que les standards de l’auberge de l’époque d’Edo ne pussent correspondre à la demande des étrangers qui, dans un contexte historique de colonialisme des territoires asiatiques, arrivèrent au Japon à partir de la seconde moitié du xixe siècle.

Les « traités inégaux » (1858-1894), le développement du chemin de fer et l’apparition de l’hôtel occidental

  • 4 Les États-Unis, la Hollande, la Russie, la Grande-Bretagne, puis la France obtiennent l’ouverture (...)

10La pression militaire occidentale exercée sur le Japon au milieu du xixe siècle aboutit, en 1858, à la signature de conventions entre États par lesquelles les puissances occidentales obtinrent l’ouverture au commerce de six ports et comme marchés ouverts les villes d’Edo et d’Ôsaka4. La clause unilatérale de la nation la plus favorisée et les tarifs conventionnels (les droits de douane fixés à 5 % pour l’exportation pouvaient atteindre 35 % à l’importation) leur valurent l’appellation japonaise de « traités inégaux » (fubyôdô-jôyaku) et furent à l’origine du mouvement de révision des traités qui devint l’un des thèmes majeurs de la diplomatie japonaise de l’ère Meiji.

11Les zones de résidence pour étrangers (yûho kuiki) prévues par les traités furent rapidement bâties par les représentants des nations industrialisées qui construisirent alors les premiers édifices à l’occidentale du Japon, pour l’essentiel des ambassades, des consulats, des résidences, des entrepôts et des hôtels. Les concepteurs adoptèrent les modèles d’architecture coloniale de bois avec balcons et vérandas déjà élaborés dans d’autres comptoirs et ports d’Asie. Yokohama, Kôbe, Tsukiji (litt. « la terre réclamée »), le quartier pour étrangers d’Edo, furent rapidement pourvus de ces édifices indispensables à la mise en place d’une infrastructure commerciale. Un tel contexte nécessitait la construction rapide de lieux d’hébergement temporaire répondant aux critères de confort des hôtels de voyageurs dont l’Europe s’était dotée depuis un siècle environ. Yokohama vit naître en 1860 l’hôtel de Yokohama, bientôt suivi par le Royal British Hotel (1862), l’hôtel du Japon (1863), l’Anglo-Saxon Hotel (1863), l’hôtel de l’Europe et le Tycoon Hotel (1864), dont les noms peuvent nous renseigner sur la nationalité des commanditaires.

12Au cours de la première décennie de l’ère Meiji, les puissances occidentales avaient constaté que les ressources naturelles du Japon, en or notamment, n’étaient pas aussi riches qu’ils l’avaient supposé. Le commerce, principalement celui de la soie grège, s’accommodait du système des ports et de l’extraterritorialité obtenus par les « traités inégaux ». Le Japon bénéficia alors d’un relâchement de la pression étrangère.

  • 5 Au cours de la mission, l’ambassadeur ministre plénipotentiaire Iwakura Tomomi (18251883) était as (...)
  • 6 Avant 1868, on avait déjà commencé à développer l’industrie des canons et celle des vapeurs à Sats (...)

13Le retour de la mission Iwakura (Iwakura kengai shisetsu), ambassade envoyée aux États-Unis et en Europe de 1871 à 18735, marque un tournant dans la politique intérieure japonaise : les constructions d’un État moderne, d’une société industrialisée et d’une armée forte étaient devenues les objectifs à atteindre. Les premières réformes entreprises, comme l’abolition des domaines en 1871, la mise en place d’une administration des provinces centralisée et la création, à partir de 1872, du système des écoles publiques dans tout le Japon, accélérèrent la recomposition du territoire national. Au milieu du siècle, le bateau à vapeur avait été la grande innovation en matière de transport (bien que fort dangereux aux dires des occidentaux en raison du manque de cartes marines fiables et du nombre insuffisant de phares)6 ; l’ère Meiji a été celle du chemin de fer. Prédominant dans le transport des hommes et des marchandises dès les années 1880, il a apporté un réseau de communications et d’échanges indispensable au développement du pays.

14Dès 1869, le gouvernement décida la construction d’une ligne de chemin de fer Yokohama-Kanagawa-Shinbashi (Tôkyô), inaugurée en 1872 par l’empereur Meiji, qui, en personne, prit le train. Ce tronçon de voies construit par les Anglais apportait aux Occidentaux des facilités de communication en reliant le port de Yokohama à la capitale et aux ambassades. Deux ans plus tard, en 1874, les Anglais terminaient une ligne reliant les ports d’Ôsaka et de Kôbe.

  • 7 En 1893, une première locomotive portant le numéro 860 est produite par les entreprises japonaises (...)

15Dans les années 1870, l’industriel Inoue Masaru (1843-1910), qui avait été nommé directeur du Bureau des chemins de fer, participa à la création de la Compagnie japonaise des chemins de fer (Nihon tetsudô gaisha), fondée par Iwakura Tomomi dès son retour d’Europe, et à celle de la Compagnie japonaise des messageries maritimes (Nihon yûsen gaisha). À partir de 1880, Inoue a cherché à relier les grands centres industriels, les mines, les ports et les grandes villes. En 1876, la ligne Ôsaka-Kyôto avait été achevée par les Anglais, mais des dissensions commençaient à se faire sentir avec les autorités japonaises quant au tracé à suivre. Le gouvernement japonais entreprit alors, en 1880, de prolonger sans l’aide des Occidentaux la ligne jusqu’à Ôtsu, ville industrielle au bord du lac Biwa et proche de l’ancienne capitale impériale, Kyôto. Un plan de financement gouvernemental fut lancé à la même époque pour une ambitieuse liaison Kyôto-Tôkyô, dont les 560 kilomètres de voies ont été achevées en 1889 sans financements occidentaux. De nombreux projets sont alors entrepris : en 1880, l’homme d’affaire américain Cramford se lance dans une liaison Tôkyô-Sapporo ; en 1881, une première ligne privée japonaise relie Ueno (Tôkyô) à Aomori ; en 1885, la ligne Kôbe-Shimonoseki est entreprise et terminée en 1901. Parallèlement à ces grands programmes, des lignes secondaires privées – et japonaises – apportèrent rapidement un complément de liaisons interurbaines. En 1910, on comptait déjà un million de passagers qui, chaque année, empruntaient le chemin de fer7.

16L’évolution rapide du réseau ferroviaire et l’autorisation accordée en 1872 aux étrangers de libre circulation sur le territoire national inauguraient une ère nouvelle d’échanges économiques et les prémices d’un tourisme local. De nouveaux hôtels pour voyageurs furent alors bâtis, comme le Yokohama Grand Hotel (1870), l’hôtel Kanaya à Nikkô (1873), le Seiyôkan à Tôkyô (1873), l’hôtel Fujiya et l’hôtel Miya no shita à Hakone (1878), l’Oriental Hotel à Kôbe (1882) et l’Hôtel de Kyôto à Kyôto (1888). En 1880, Tôkyô vit naître l’hôtel des Colonies, le Club Hotel et le Metropole Hotel.

PHOTO 1. La salle de restaurant du Yokohama Grand Hotel (Yokohama, 1870) (Teikoku hoteru hyakunen no ayumi 1990)

TABLEAU 1. Dates d’inauguration des grands hôtels japonais entre 1860 et 1945

TABLEAU 1. Dates d’inauguration des grands hôtels japonais entre 1860 et 1945

PHOTO 2. L’édifice principal de l’hôtel Fujiya (Hakone, 1891)
(relations publiques de l’hôtel Fujiya)

  • 8 Grâce à leur situation privilégiée dans des sites protégés, les hôtels Kanaya et Fujiya demeurent (...)

17Cette seconde vague d’hôtels présente une double caractéristique. Elle coïncide au passage d’un hôtel de voyageurs de rang modeste à une hôtellerie désormais de haut niveau, comme au Yokohama Grand Hotel. Elle correspond aussi à l’émergence d’investissements japonais dans l’implantation d’une infrastructure hôtelière. Hormis les édifices encore construits dans les quartiers étrangers, la plupart de ces nouvelles entreprises disséminées sur le territoire étaient financées et administrées par de jeunes entrepreneurs japonais (à Tôkyô, Kyôto, Nikkô ou Hakone). L’ouverture d’hôtels à Nikkô ou Hakone, c’est-à-dire en dehors des centres urbains ou industriels, inaugurait les débuts d’un tourisme individuel, bien qu’il fût encore marginal8. Après 1890, année de l’ouverture de l’hôtel Impérial de Tôkyô, tous les grands hôtels – bien que destinés à une clientèle occidentale – ont été financés, conçus, bâtis et administrés par des entreprises japonaises.

Le Rokumeikan, ou la nécessité d’un monument destiné à l’ouverture sur l’Occident et à l’accueil des dignitaires étrangers

18Le cercle restreint d’hommes d’État qui dirigeait et organisait le pays au cours des années 1880-1890, composé pour l’essentiel de proches ou d’anciens membres de la mission Iwakura, avait compris que l’indépendance du Japon vis-à-vis des nations occidentales ne serait possible qu’en atteignant un niveau semblable d’industrialisation, afin de traiter sur un pied d’égalité les échanges, qu’ils fussent économiques, politiques, militaires, voire culturels. Si les hôtels pour étrangers étaient déjà nombreux au début des années 1880, il s’agissait d’hôtels de voyageurs, souvent d’un bon niveau, mais certainement pas de la classe des établissements de luxe dont les métropoles européennes s’équipaient alors. À Paris, le Grand Hôtel du Louvre avait ouvert ses portes en 1855 et le Grand Hôtel en 1862, le Kaiserhof de Berlin avait été inauguré en 1874, le Grand Hôtel National de Lucerne en 1870 et l’hôtel Savoy de Londres en 1889. Au Japon, ni le gouvernement, ni la Maison impériale ne possédaient de lieu approprié pour accueillir les dignitaires occidentaux que le pays ambitionnait de recevoir. L’Enryôkan au palais de Hama (Hama rikyû) à Tôkyô ou la résidence Hachisuka à Mita avaient été utilisés à cet usage, mais ces édifices, bâtis selon les modèles locaux d’une architecture résidentielle de bois, manquaient d’équipements modernes correspondant aux standards européens et américains.

19Dans ce contexte, le ministre des Affaires étrangères, Inoue Kaoru (1836-1915), pressa le gouvernement de financer la construction d’une résidence d’accueil et l’on fit appel à l’architecte anglais Josia Conder (1852-1920), ancien disciple de William Burges (1827-1881), depuis peu responsable de l’enseignement de l’architecture à la toute nouvelle École supérieure des travaux publics (kôbudaigakkô) de Tôkyô. Conder réalisa le Rokumeikan, édifice situé à proximité du Palais impérial sur l’ancienne propriété du fief de Satsuma. Inauguré en 1883, il dépendait directement du ministère des Affaires étrangères. L’édifice, à l’aspect extérieur d’un hôtel particulier européen, était encore marqué du style néo-oriental des premières œuvres de Conder, comme le Musée d’Ueno (1882) – un style que les Anglais avaient développé en Inde principalement –, mais il annonçait déjà les ouvrages de style Renaissance qu’il réalisa par la suite.

20Le Rokumeikan possédait des salles de réception, de bal, de musique, de billard, de lecture et, surtout, des suites pour les invités avec des salles de bain spacieuses équipées de baignoires, ce qui était tout à fait exceptionnel pour l’époque. Avant même que César Ritz ne développât en Europe un genre nouveau d’hôtel de luxe, le « palace », qui alliait modernité à l’américaine et art de vivre hérité de l’aristocratie française, Josia Conder concevait un édifice singulier dont l’architecture mêlait le luxe de l’hôtel particulier aristocratique, la convivialité des salons particuliers du manoir anglais et le raffinement moderne de la salle de bain privée, dont l’invention, au cours de ce xixe siècle, avait été résolument britannique.

PHOTO 3. La façade sur jardin du Rokumeikan (Tôkyô) (Teikoku hoteru hyakunen no ayumi 1990)

21Le Rokumeikan acquit aussitôt une grande renommée. Il devint le lieu des réunions mondaines, des galas et des bals, un lieu de sociabilité et de rencontre entre les élites japonaises et occidentales. Ainsi en témoigna Pierre Loti, lors d’un bal donné en l’honneur de l’anniversaire de l’empereur Mutsuhito (Meiji) au Rokumeikan, le 3 novembre 1885 :

« “Le ministre des Affaires étrangères et la comtesse (…) ont l’honneur de vous prier de venir passer la soirée Rokou-Meï-kan [Rokumeikan], à l’occasion de l’anniversaire de la naissance de S. M. l’Empereur. On dansera.”
Le soir de bal, il y a foule à la gare de Yokohama, au départ de huit heures trente. Toute la colonie européenne est sur pied, en toilette parée, pour répondre à l’invitation de cette comtesse. Les messieurs en claque ; les dames encapuchonnées de dentelles et relevant de longues traînes claires sous des pelisses de fourrures : et ces invités, dans des salles d’attente pareilles aux nôtres, s’abordent en français, en anglais, en allemand. Tout ce qu’il y a de moins japonais, ce départ de huit heures trente.
Une heure de route et ce train de bal s’arrête à Yeddo [Edo]. Ici c’est une autre surprise. Est-ce que nous arrivons à Londres, ou à Melbourne, ou à New York ? Autour de la gare se dressent de hautes maisons en brique, d’une laideur américaine. Des alignements de becs de gaz laissent deviner au loin de longues rues bien droites. (…) Autour de nous, cela ne ressemble plus à la place de la gare ; c’est bien du vrai Japon qui défile maintenant très vite, de chaque côté de ces rues ou de ces routes, dans la nuit noire : maisonnettes de papier, pagodes sombres (…). Enfin, enfin, nous arrivons ; (…) nous voici en pleine lumière, au milieu d’une sorte de fête vénitienne, au milieu d’un jardin prétentieux où d’innombrables bougies brûlent dans des ballons de papier sur des girandoles et, devant nous, se dresse le Rokou-Meï-kan, très illuminé, ayant des cordons de gaz à chaque corniche, jetant des feux par chacune de ses fenêtres, éclairant comme une maison transparente.
Eh bien, il n’est pas beau, le Rokou-Meï-kan. Bâti à l’européenne, tout frais, tout blanc, tout neuf, il ressemble, mon Dieu, au casino d’une de nos villes de bains quelconque, et vraiment on pourrait se croire n’importe où, à Yeddo excepté… Cependant de grandes banderoles étranges, aux armes du Mikado, flottent légèrement alentour (…), elles sont de crépon violet (la couleur impériale) semées de larges chrysanthèmes héraldiques qui, au Japon, équivalent à nos fleurs de lys. (…) Dans les vestibules, où le gaz flamboie, s’empressent des valets en habit noir (…). Les salons sont au premier étage, et on y monte par un large escalier que borde une triple haie de chrysanthèmes japonais dont rien ne peut donner l’idée dans nos parterres d’automne. (…)
À dix heures, entrée de l’ambassade du Céleste-Empire : une douzaine de personnages superbes, aux yeux moqueurs, dépassant de la tête toute cette minuscule foule japonaise. Chinois de la belle race du Nord, ils ont dans la démarche, sous leurs soies éclatantes, une grâce très noble. (…) Dix heures et demie : entrée des princesses de sang et des dames de la cour. Par exemple, c’est une entrée surprenante, celle-ci, autant qu’une apparition de gens d’un autre monde, de gens tombant de la lune ou bien d’une quelconque époque perdue du passé. (…)
Encore des vases d’où s’élancent de gigantesques chrysanthèmes, et puis, derrière ces dames, entre des pavillons japonais en trophées, le salon central s’ouvre tout grand, presque vide – entouré de banquettes (…). À droite et à gauche, entre des colonnades ouvertes, apparaissent d’autres salons latéraux, un peu plus peuplés, où s’agitent déjà des toilettes, des uniformes ; – et deux orchestres complets, l’un français, l’autre allemand, dissimulés dans des coins, exécutent d’irrésistibles contredanses, tirées de nos opérettes les plus connues. (…)
Au rez-de-chaussée, en plus des fumoirs, des salons de jeu, des vestibules ornés d’arbustes nains et de gigantesques chrysanthèmes, il y a trois grands buffets fort bien servis – et on y descend de temps à autre par l’escalier que borde la belle haie triple de fleurs blanches, jaunes et roses. Sur les tables couvertes d’argenterie et de pièces montées, gibiers truffés, pâtés, saumons, sandwichs, glaces, tout se trouve en abondance comme dans un bal parisien bien ordonné ; des fruits d’Amérique et du Nippon sont rangés en pyramides dans d’élégantes corbeilles, et le champagne est des meilleurs marques.
Les danses se succèdent, les quadrilles français alternent avec les valses allemandes. (…) Tandis que, en bas, au bout du jardin, derrière un jet d’eau, éclate une pièce d’artifice, un bouquet étrange, éclairant toute une foule japonaise qui était tassée aux abords de ce Rokou-Meï-kan, qu’on ne soupçonnait pas dans l’obscurité, et qui jette, par admiration, une bizarre clameur… (…)
En somme une fête très gaie et très polie, que ces Japonais nous ont offerte là avec beaucoup de bonne grâce. Si j’y ai souri de temps en temps, c’était sans malice. Quand je songe même que ces costumes, ces manières, ce cérémonial, ces danses, étaient des choses apprises, apprises très vite, apprises par ordre impérial et peut-être à contrecœur, je me dis que ces gens sont de bien merveilleux imitateurs et une telle soirée me semble un des plus intéressants tours de force de ce peuple (…). » (Loti 1898 : 77-106)

  • 9 Akutagawa Ryônosuke se moque subtilement de Loti en le parodiant dans sa nouvelle « Le bal » (Butô (...)

22En dépit de la condescendance dont Loti faisait preuve, le texte est un témoignage précieux, aucun document japonais ne décrivant, à notre connaissance, avec autant de spontanéité les réunions mondaines du Rokumeikan9. Il met en avant, tout d’abord, la programmation d’une organisation efficace pour rapprocher la communauté occidentale des élites locales : les liaisons maritimes, les quartiers des étrangers à Yokohama, les liaisons ferroviaires assurent un continuum spatial qui relie les capitales européennes jusqu’aux salons du Rokumeikan ; c’est, là, toute la signification du train spécialement affrété pour le bal d’anniversaire de l’empereur.

23L’édifice qu’il décrit est moderne. Il est équipé au gaz d’éclairage, son architecture « internationale » avant l’heure évoque celle d’un casino de ville de bain d’Europe, ce qui n’est pas sans rappeler la genèse des palaces européens dont l’histoire a commencé en Allemagne dans les villes d’eau. Les ornementations, les haies de chrysanthèmes majestueux, la musique et les danses, les buffets où « tout se trouve en abondance comme dans un bal parisien » sont, pour le lieu et l’époque, de l’ordre du somptuaire, ce qui semble produire sur Loti un effet de hiérarchie identitaire efficace.

24La lecture de Loti montre combien étourdissante devait être la réunion de ces communautés, occidentales, chinoise, japonaise, où militaires, diplomates, industriels et membres de la cour impériale se rencontraient dans ce lieu de fête. Non seulement le mélange des classes et des cultures était un processus nouveau pour les élites japonaises, mais aussi celui des sexes, dans une culture extrême-orientale où les femmes avaient été, depuis longtemps, écartées des affaires de l’État (le texte montre sur ce point une différence très marquée de l’ambassade chinoise qui, elle, se tient à l’écart de la réception et dont les épouses sont absentes).

25Au cours de la soirée, le jeune Loti a poussé l’audace jusqu’à inviter, pour une danse (une contredanse sur un air d’Offenbach !), une dame de la cour, probablement princesse impériale, et cela en dépit de toute étiquette. « Bien qu’on m’ait prévenu que c’est chose contraire à toute étiquette, inadmissible, après avoir dansé avec tant de Nippones en robe française, je m’en vais là-bas, vers le groupe un peu hiératique dont l’étrangeté m’attire, inviter une belle mystérieuse en robe de cour » (Loti 1898 : 55). L’offre a été poliment refusée, mais le fait même que la chose fût rendue possible demeure tout à fait symptomatique des exceptionnels efforts d’ouverture à l’Occident qu’effectuait dans ce domaine la Maison impériale, et que rendait possible l’existence d’un palais voué aux réunions mondaines. Le fait même que notre protagoniste – alors simple lieutenant de vaisseau à bord de la Triomphante et en escale pour un mois à Yokohama – ait été invité à cette soirée montre combien la politique de relations publiques du ministère des Affaires étrangères visait une large audience de la communauté occidentale. Loti lui-même, si dédaigneux en début de soirée, avoue que « [ses] notions sur les choses se voilent d’un brouillard léger », et trouve en fin de compte bien du charme à une soirée qu’au premier abord, il n’avait pas aimé. L’objectif était atteint.

26L’impact social du Rokumeikan fut incontestable vis-à-vis de la communauté occidentale. Il marqua aussi profondément l’imaginaire de la population locale, ce que rappelle l’expression « époque du Rokumeikan » (Rokumeikan jidai), qui, aujourd’hui encore, désigne ces remarquables années de festivités qu’avait prônées l’empereur Meiji. Comme le dit Jean-Louis Cohen à propos du palace des métropoles européennes, avec ce lieu émerge un lien nouveau, la conjonction d’un espace et d’un lien social, qui mêle le meilleur de l’ancienne société au meilleur de la nouvelle (Hauvuy 1987 : 216).

  • 10 Le marquis Inoue Kaoru avait séjourné en Angleterre dès 1863, faisant partie d’une délégation du b (...)
  • 11 Plusieurs textes font écho à ces séjours dans les grands hôtels européens. Une description du Gran (...)
  • 12 Deux années plus tard, la construction d’un Hôtel de Tôkyô a nécessité un changement de dénominati (...)

27Malgré les fonctions de réception désormais assurées par le Rokumeikan, la nécessité d’un lieu de rencontre et de négociation indépendant des structures officielles se faisait sentir ; un lieu privé, mais ouvert en permanence à tout visiteur de marque, un lieu d’hébergement et de restauration haut de gamme qui, en outre, possédât des équipements modernes que, pour les raisons culturelles déjà évoquées, les luxueux restaurants, maisons de thé et auberges de style japonais ne pouvaient offrir aux Occidentaux. Face à ce constat, quelques-uns des principaux représentants d’hommes d’État et d’industriels influents d’alors conçoivent, au cours des années 1885-90, le projet d’un hôtel de luxe et d’un lieu de mondanités, le futur hôtel Impérial. Inoue Kaoru, toujours aux Affaires étrangères, décide en 1887 de la réalisation de l’hôtel avec Shibusawa Eichi (1840-1931), le fondateur et président de la Première banque nationale, projet auquel sont associés deux personnages importants du monde des affaires, Ôkura Kihachirô (1839-1928) et Masuda Takashi (1848-1938)10. Lors de leurs séjours en Europe, ces hommes avaient fait l’expérience des palaces métropolitains et avaient dû en apprécier les qualités singulières – lieux d’adaptation, espaces (en quelque sorte) d’extraterritorialité et lieux de sociabilité pour des individus aux origines variées11. Ces quatre personnalités créent, la même année, une société par actions pour l’Hôtel de Tôkyô (Yugen sekinin Tôkyô hoteru)12, société qui financera et assurera la gestion du futur hôtel Impérial (Teikoku hoteru). Une vingtaine de personnalités, parmi lesquelles on retrouve les fondateurs des conglomérats (zaibatsu) de l’entre-deux-guerres, engagent des fonds personnels et non d’entreprises. L’Agence impériale investit, quant à elle, à hauteur de 21,15 % du capital (Teikoku hoteru hyakunen shi 1990 : 33).

28La création du premier grand hôtel japonais a reposé ainsi sur un système d’alliances entre le politique et l’économique, dont le ciment était une confiance absolue en la nécessité d’une infrastructure industrielle moderne, garante de la sauvegarde de l’intégrité nationale, et dont l’hôtel-palais était considéré – à juste titre – comme un maillon nécessaire.

  • 13 Pour ne citer que quelques exemples, ces chaînes de production iront des briqueteries de l’industr (...)

29À partir de ces années 1885-90, deux caractères essentiels de l’hôtellerie de luxe japonaise du xxe siècle sont désormais établis. Les sociétés d’actions qui détiennent les hôtels reposent sur des capitaux japonais, sans aucune participation étrangère. D’autre part, l’industrie touristique naissante, le développement des chemins de fer et des compagnies maritimes réunissent un ensemble d’hommes, de sociétés et de capitaux indissociables les uns des autres13. En ce sens, l’hôtellerie de luxe s’est formée à l’instar de la production industrielle de l’archipel, et se distingue ainsi, dès les débuts de son histoire, de ses homologues chinois et coréens liés depuis toujours aux capitaux étrangers, qu’ils aient été occidentaux ou japonais.

Le projet architectural du premier hôtel Impérial de Tôkyô

30Au Japon, l’ambitieux programme d’industrialisation de la fin du xixe siècle a conduit à une fracture du monde de la construction, par laquelle les apports de l’architecture occidentale et les processus de réalisation hérités du Japon pré-moderne ne devaient plus croiser leurs destinées pendant une trentaine d’années, soit environ les deux générations qui s’échelonnent entre les années 1890 et 1920.

  • 14 La naissance, à cette époque, des monuments aux gloires de la Nation installés dans des espaces pu (...)

31D’un côté, la société moderne réclamait un programme de constructions pensées et conçues comme part intégrante de l’industrialisation. Il s’agissait des édifices relatifs aux transports et à l’industrie, aux lieux du pouvoir politique et économique : les édifices gouvernementaux, administratifs et militaires, les sièges des banques et des grandes entreprises ; mais aussi des édifices de l’éducation et du savoir moderne : les écoles, les universités et les musées14. Les édifices officiels de cette époque adoptèrent les caractéristiques formelles et techniques de l’architecture monumentale occidentale. De l’autre, en marge de ce programme de modernisation, le monde de l’habitat individuel et collectif, urbain et rural, celui de la vie de quartier, des petits commerces et des marchés, des bains publics et des loisirs quotidiens, demeuraient encore – et cela jusqu’aux années 1920 – le fruit d’une chaîne de production « traditionnelle », au sens où elle perpétuait des modèles locaux et ancestraux organisés par le savoir des maîtres artisans et charpentiers.

32L’architecture du grand hôtel japonais procède de la première catégorie. À partir des années 1880, les commanditaires sont les barons de la nouvelle société capitaliste. Comme la majeure partie des monuments construits au cours des années 1885-1905, l’architecture du grand hôtel copie les modèles occidentaux, manifestant ainsi la mise en œuvre rapide d’une assimilation technique et formelle, mais aussi esthétique et spirituelle.

Les premiers hôtels occidentaux et l’apparition d’une architecture « créole »

33En termes d’histoire de l’architecture, les années 1870-1880 marquent l’investissement des Japonais dans la réalisation d’édifices à l’occidentale. Les premières tentatives ont fait preuve d’un empirisme qui résultait de l’absence d’un enseignement local de l’architecture et des techniques de construction modernes.

PHOTO 4. L’hôtel Tsukiji dans le quartier des étrangers de Tôkyô. Estampe (1868) de Kuniteru II (1830-1874)
(Teikoku hoteru hyakunen no ayumi 1990)

34Dès 1868, avec la construction de l’hôtel Tsukiji (Tsukiji hoteru-kan) dans le quartier des étrangers à Tôkyô, le constructeur Shimizu Kisuke II (1815-1881), fondateur du futur groupe de construction Shimizu (Shimizu kensetsu), réalisait un bâtiment hybride. Son plan en forme de « U » et les galeries couvertes à l’étage étaient inspirés des modèles de l’architecture coloniale que l’on pouvait voir à Tsukiji ou sur les quais de Yokohama. Par contre, la structure de bois, les murs en torchis noir à losanges blancs (namako kabe) et les toitures de tuiles reprenaient des techniques locales de l’architecture populaire. En outre, une tourelle centrale munie d’un toit en forme de pagode apportait une touche exotique peut-être appréciée par les Occidentaux. La Première banque nationale (Daiichi kokuritsu ginkô), réalisée à Tôkyô en 1871-72 par le même Shimizu, adopte un langage formel métissé identique. Shimizu a remplacé les namako kabe par des murs en pierre de taille (non japonais) et a adjoint des éléments de toiture « à la chinoise » (karahafû), toiture qui avait été l’apanage de la caste des militaires tout au long de l’époque des Tokugawa et qui rappelait les donjons (tenshukaku) des châteaux domaniaux du xviie siècle.

35À travers ces exemples architecturaux, et par la verticalité qu’ils inscrivaient dans un paysage urbain jusqu’alors parfaitement plat, émergeaient les formes nouvelles d’une « culture créole » telle que l’a définie Ulf Hannerz (1992). Cette production échappait au registre d’une simple importation de modèles coloniaux, puisqu’elle adoptait des formes de monumentalité déjà anciennes. Et elle n’était pas encore la mise en application des principes scientifiques, techniques et esthétiques qu’ont diffusés, dans les années 1880-90, les enseignants occidentaux des premières écoles d’art, de technologie et d’ingénierie. Elle était le produit d’une connaissance empirique des formes et des plans de l’architecture occidentale, perçue à partir d’un fonds ancien de connaissances des techniques de charpenterie. Nous ne parlons pas, ici, de techniques « traditionnelles » figées, au sens où l’entend Fernand Braudel dans Les structures du quotidien (1979), dans la mesure où l’héritage des charpentiers était encore, à cette époque, vivace et en pleine évolution.

  • 15 L’habitat domestique des grandes villes continuera à être conçu horizontalement jusqu’à la reconst (...)
  • 16 La dévotion au mont Fuji, la plus haute montagne du Japon (3 776 m), remonte à l’époque ancienne ( (...)

36Un des effets les plus singuliers de cette architecture « créole » était la place accordée aux effets de monumentalité jusqu’alors réservés aux édifices bouddhiques (l’architecture sacrée) et aux donjons des forteresses (l’architecture du pouvoir militaire). Dans l’espace urbain du Japon ancien et pré-moderne, l’espace habité du monde profane était, par essence, conçu, pensé et vécu horizontalement, ce que matérialisaient toutes les formes de l’architecture vernaculaire15. La verticalité qu’exprimaient jadis les tours, les cimes, les sommets ou les tréfonds, avait à voir avec le ciel ou les enfers, avec un au-delà symbolique que les seigneurs domaniaux adoptèrent à bon escient au xviie siècle pour leurs châteaux. En dépit de sa courte existence (il brûle en 1872), l’hôtel Tsukiji est resté célèbre pour sa forme de beffroi, comme le montre une estampe d’Udagawa Kuniteru II (1830-1874), sur laquelle il n’est pas anodin de remarquer que l’artiste a associé le nouvel édifice au point culminant – et ô combien symbolique – du paysage tôkyôïte d’alors : le mont Fuji ! On ne peut qu’être frappé par cette association d’images, par laquelle les formes de l’hôtel et de la Première banque nationale sont substituées aux symboles de l’ancienne classe dominante et à la montagne sacrée16.

37Le Tsukiji a été le premier hôtel dont le nom consacrait le nouveau terme japonais hoteru, transcription phonétique de l’anglais hotel, auquel fut ajouté le caractère chinois guan (jap. kan), qui a le sens de « maison où l’on descend en voyage » (Couvreur 1966 : 1021). Dès le viiie siècle, l’Hôtel des hôtes étrangers (Kôrokan), qui accueillit en 920 la dernière ambassade chinoise de l’époque ancienne, était désigné par ce caractère. Au début de l’ère Meiji, deux termes, hoterukan et ryokan, semblent se confondre pour désigner les lieux d’hébergement temporaire, qu’ils soient de style occidental ou japonais, pour finalement désigner, dès la fin de l’ère Meiji, l’« hôtel à l’occidentale » dans le cas de hoteru (la finale kan disparaît) et l’« auberge à la japonaise » dans le cas de ryokan, sens que l’on retrouve aussi en Corée (yŏgwan désigne une auberge de style coréen) ou en Chine (lüguan désigne une auberge pour le chinois).

L’hôtel Impérial et la ville

  • 17 Décision du 2 août 1887, cadastre Uchiyama-chô n 1-1-2 et 1-1-3 (Teikoku hoteru hyakunen shi 1990 (...)

38Le choix du site de l’hôtel Impérial résulte d’une logique territoriale claire qui privilégie la proximité des lieux du pouvoir politique et les facilités de communications, internationales et locales. En 1887, Shibusawa Eichi a obtenu du ministère des Affaires étrangères un soutien décisif pour la création de l’hôtel : un bail cédé à titre gratuit pour cinquante ans de 14 000 m² de terrains situés à quelques centaines de mètres au sud du Palais impérial et tout proche de la gare de Shinbashi, alors terminus de la liaison Tôkyô-Yokohama et, bientôt, de la ligne Tôkyô-Kyôto17. La parcelle était située en bordure est du quartier des ministères. Le regroupement de l’ensemble des édifices gouvernementaux dans ce quartier avait été programmé peu de temps auparavant. L’hôtel Impérial s’insérait ainsi dans un vaste projet de planification urbaine, assurant un continuum spatio-temporel entre les lieux du pouvoir politique et les points de chute des hauts dignitaires et des hommes d’affaires occidentaux. La proximité avec les lieux de pouvoir était nettement privilégiée par rapport aux lieux d’échange et de commerce, bien que ceux-ci demeurassent toutefois proches. À quelque distance au sud de la parcelle, le quartier de Shinbashi était le centre animé de la ville, qu’allait peu à peu supplanter, dans les années qui suivirent, le quartier de Ginza avec ses grands magasins situés 500 mètres environ plus à l’est.

39À l’échelle du quartier, la parcelle avait été choisie dans le même îlot que le Rokumeikan, ce qui facilitait la complémentarité de fonction des deux institutions. L’hôtel Impérial une fois bâti, le ministère de la Marine (1894), conçu par Josia Conder, puis les édifices du ministère de la Justice (1895) et de la Cour suprême (1896), réalisés par l’agence Ende und Böckmann de Berlin en style Renaissance du nord de l’Allemagne, furent édifiés à distance d’un îlot (côté ouest), ce qui dégageait au centre un espace vide de seize hectares. Cette vaste zone avait été destinée à d’autres édifices gouvernementaux. Cependant, une étude des ingénieurs de Ende und Böckmann devait conclure à la non constructibilité du terrain en raison de son instabilité. On décida, alors, d’y réaliser un grand parc public.

PHOTO 5. Kasumigaseki, le quartier des ministères à Tôkyô dans les années 1930
(collection Nicolas Fiévé)

FIGURE 1. Le plan du centre de Tôkyô en 1892 (Nicolas Fiévé 2003)

PHOTO 6. Le parc Hibiya de Tôkyô dans les années 1910 (collection Nicolas Fiévé)

  • 18 Honda, jeune paysagiste du département des forêts de l’université impériale de Tôkyô, avait étudié (...)
  • 19 Le Tôkyô kaikan, grande salle municipale de concert, de conférence et de banquet, est ajouté à cet (...)

40Le paysagiste Honda Seiroku (1866-1952), inspiré de son expérience allemande18, conçut au tout début du xxe siècle le parc public Hibiya (Hibiya kôen) avec ses kiosques, fontaines, réverbères, statues, étangs et plantations à l’européenne, inscrivant une limite resplendissante de verdure et de fleurs entre l’hôtel et le quartier des ministères. Le parc fut inauguré en 1903. Un ensemble d’édifices officiels majestueux se dressait tout autour19. Nous pouvons imaginer sans peine combien, dans le paysage urbain horizontal et des sombres quartiers de basses maisons de bois, les ensembles du quartier des ministères, faits d’architectures néo-classiques et Renaissance, d’inspirations allemande, anglaise et française, aux façades de stuc, de briques rouges et de pierres blanches, dressées de part et d’autre du parc, pouvaient impressionner les foules des familles qui venaient déambuler dans le premier parc à l’occidentale de la capitale. Si le grand hôtel et les édifices officiels furent les images d’un modernisme que l’on souhaitait montrer à l’Occident, ils furent aussi conçus comme des monuments à la gloire de l’industrialisation et de la modernité, comme des symboles du pouvoir de l’ère Meiji qui marquèrent profondément les mentalités japonaises de la fin du siècle.

Une architecture à l’image des hôtels-palais des métropoles européennes

41Le même souci de modernité a été clairement exprimé dans le projet architectural de l’hôtel Impérial. L’agence Ende und Böckmann fut commanditée pour le réaliser. Une équipe d’architectes et d’ingénieurs allemands vint au Japon et une délégation japonaise se rendit en Allemagne pour étudier l’architecture, l’organisation et les services des nouveaux grands hôtels. Heinrich Mänz, de chez Ende und Böckmann, élabora en 1886 un premier projet qui mêlait un édifice occidental à des éléments ornementaux aux formes japonisantes. En toiture, un belvédère central surmonté d’une longue flèche rappelait vaguement les exemples de Shimizu II, celui de l’hôtel Tsukiji en particulier. Le projet de Mänz et les deux premiers projets réalisés en 1887 par l’agence Ende und Böckmann pour les bâtiments de la Diète présentaient un style néo-oriental adapté à des techniques et à un plan allemands. Ils furent rejetés par les commanditaires. Tous les architectes européens qui, à la même époque, proposèrent une touche d’exotisme extrême-oriental dans leurs projets furent confrontés à un même refus. Le gouvernement japonais radicalisa ses positions, décidant que, désormais, tous les édifices officiels devraient respecter une stricte architecture occidentale sans influence orientale. Le pouvoir exprimait ainsi une conscience claire des enjeux sous-jacents à l’utilisation d’une architecture monumentale, résolument moderne et occidentale.

  • 20 Autour des trois architectes Tsumaki Yorinaka (1859-1916), Kawai Kôzô (1856-1922) et Watanabe Yuzu (...)

42Ce fut finalement l’architecte Watanabe Yuzuru (1855-1930) qui conçut le projet de l’hôtel Impérial. Watanabe faisait partie de la première génération de jeunes hommes formés à la toute récente École supérieure des travaux publics et avait fait partie d’une délégation qui s’était rendue en Allemagne en 1886. Au cours de ce séjour, Watanabe avait suivi des cours à la faculté de technologie de Berlin et travaillé comme dessinateur à l’agence Ende und Böckmann20.

PHOTO 7. La façade principale de l’hôtel Impérial (Tôkyô, 1900)
(Teikoku hoteru hyakunen no ayumi 1990)

43La façade principale de son bâtiment était orientée vers l’est, faisant face à la partie des anciennes douves du Palais aujourd’hui disparues. Le parc Hibiya n’étant pas encore programmé, l’orientation est-ouest était la plus favorable (trente ans plus tard, Frank Lloyd Wright placera l’entrée principale du deuxième hôtel Impérial face au parc). Un jardin à l’occidentale fut aménagé (les photos d’époque montrent aussi la présence de pins – symboles de longévité dans la tradition sino-japonaise) et la propriété a été bordée d’un mur et d’une grille donnant sur la voie qui longeait les douves, où fut planté un alignement de cerisiers du Japon. Bien que Watanabe soit un des représentants de l’école allemande, et contrairement à diverses interprétations stylistiques (Teikoku hoteru hyakunen shi 1990 : 39 ; Fujimori 1993 : 242), la façade ne paraît pas de style Renaissance allemande, mais davantage du Second Empire, très marqué par des toitures à la Mansart, qui rappellent, en plus modeste, les dernières extensions du palais du Louvre.

44L’hôtel Impérial était construit sur trois niveaux, dont un mansardé, avec une structure en bois, à remplissage de briques et parement de façade en stuc donnant un aspect de pierre de taille. D’après un article de la Revue d’architecture (Kenchiku zashi, n° 31, 1889), un premier édifice de quatre étages avait été projeté, mais la faiblesse du sol et la crainte d’affaissements suite à d’éventuels tremblements de terre avaient conduit à la conception d’un bâtiment plus bas, possédant une structure de bois relativement souple et dont la mise en œuvre ne présentait pas de difficulté pour les Japonais. L’hôtel avait 1900 m² de planchers sur trois niveaux, pour 60 chambres dont une dizaine de suites, et 573 m² supplémentaires pour une salle de bal et ses annexes. D’autres édifices de service complétaient cet ensemble. L’adaptation de techniques vernaculaires de charpenterie à une finition semblable à un édifice européen de pierre de taille est un bel exemple d’« artifice architectural » par lequel le programme (un grand hôtel européen) est adapté à des modèles préexistants : des techniques locales, mais des formes et des plans étrangers.

  • 21 Bien que l’origine exacte du rickshaw ne soit pas certaine, il semble qu’il s’agisse d’une inventi (...)

45En façade des deux premiers niveaux, courait une colonnade, ce qui permettait une ouverture sur l’extérieur, protégée de la pluie en saison chaude et humide. Le hall d’entrée, situé au centre de la façade, était accessible par un perron surmonté à l’étage d’un balcon d’honneur soutenu par quatre colonnes de façade. Calèches et rickshaws21, plus tard automobiles, déposaient les invités sur le perron à l’abri des intempéries. De même, en Europe, le grand hôtel métropolitain avait abandonné le principe de la cour intérieure hérité de l’hôtel aristocratique au profit de la marquise extérieure.

  • 22 Tôkyô nichinichi shinbun [Le quotidien de Tôkyô], 9 novembre 1890.

46L’entrée principale conduisait à un premier vestibule sur lequel donnaient la réception et l’escalier, puis au grand vestibule (s) qui desservait, de part et d’autre, un salon (c) et la salle de petit-déjeuner (b). Dans l’axe de l’entrée, après le vestibule, se trouvait la grande salle à manger et de bal, la plus vaste pièce de l’hôtel (331 m²) qui « pouvait accueillir 500 à 600 personnes », ce qui semblait exceptionnel dans le Tôkyô d’alors22. Elle était surplombée d’une verrière et décorée de plantes vertes, à l’instar des modèles européens (cour d’honneur du Grand Hôtel du Louvre, cour intérieure du Grand Hôtel ou du Continental). Une longue salle de banquet (l) occupait l’aile droite. Salle de lecture (k), fumoir (j), salle de dessin (d) et des pièces de service complétaient le premier niveau, un rez-de-jardin surélevé de six marches. L’aile gauche possédait les salons des suites (r) et des chambres à coucher (t). L’étage principal était occupé par des chambres et des suites, celui de la mansarde par des chambres. Le vestibule (s) de l’étage principal desservait en outre une salle de musique (a) dont le balcon donnait sur la salle de bal. De là jouaient les musiciens lors des bals.

FIGURE 2. Les plans du rez-de-chaussée et du premier étage de l’hôtel Impérial
(d’après Teikoku hoteru hyakunen no ayumi 1990)

PHOTO 8. La salle de restaurant de l’hôtel Impérial (Teikoku hoteru hyakunen no ayumi 1990)

47D’après des photos intérieures de l’hôtel prises autour de 1900, les planchers étaient parquetés en point de Hongrie, recouverts de tapis. Les plafonds, portes et lambris étaient caractéristiques de l’architecture intérieure européenne fin de siècle. Les portes et les lambris laissés en bois verni sombre dans les salles de déjeuner, de restaurant et de bal rappelaient l’Allemagne du Nord ; les entretoises soutenant le plafond étaient apparentes dans la salle de bal. L’ensemble du mobilier avait été acheté aux États-Unis, la vaisselle et tout ce qui avait à voir avec la table provenaient de France. Les murs de certaines pièces de réception, comme ceux de la salle des petits déjeuners, étaient peints de motifs japonais (paysages de fleurs et d’oiseaux, avec représentation de pruniers en fleurs). D’après une photo de la salle des dîners prise en 1920 à l’occasion d’un mariage, l’apport de motifs japonais aurait été accentué au début du xxe siècle.

  • 23 Une clientèle de touristes japonais qui descend à l’Impérial ne se développe qu’après la Première (...)

48Le programme de l’hôtel Impérial – un hôtel de luxe pour les Occidentaux – excluait de fait les besoins usuels en matière d’hôtellerie d’une éventuelle clientèle japonaise23. Lors des réceptions et des banquets, voire lors d’un séjour, hôtes et invités japonais devaient se conformer à l’usage occidental. Le seul modèle qui semble avoir prévalu dans la conception de l’Impérial était celui des grands hôtels métropolitains d’Europe. Le programme change, pas le modèle, qui est simplement adapté à une situation nouvelle. Le plan général de l’édifice reprend des ordonnancements spatiaux, des types de pièces, des modes de répartitions et des fonctions tout à fait semblables aux exemples européens. Seuls, peut-être, les deux étages de colonnades en façade ont été inspirés des vérandas (engawa) de l’architecture vernaculaire. À une époque où l’air conditionné n’existait pas encore, la crainte de la saison chaude et humide demandait la recherche d’espaces aisés à ventiler, mais protégés du soleil et de la pluie. En adaptant la fonction de la véranda de l’habitat vernaculaire par une substitution à des colonnades, Watanabe s’inspirait là d’un précédent de circonstance : ses colonnades de façade étaient faites à l’image des galeries marchandes de la ville européenne, comme celles qui longent sur la rue de Rivoli les hôtels Meurice ou Continental. La copie minutieuse des modèles européens était également exprimée dans le mode de représentation des plans qu’exécuta Watanabe, en tous points identique aux dessins des plans de l’hôtel Continental (1878) que montre une gravure de Maurage exécutée d’après Henri Blondel (Du palais au palace 1998 : 137).

49Une différence d’échelle était toutefois manifeste entre les projets d’hôtelspalais occidentaux et celui de l’Impérial. Là où l’Impérial innovait fièrement avec soixante chambres, tout en se dotant peu à peu des services d’un grand hôtel international (coiffeur, pâtisserie, poste et banque sont des prestations que l’on ajoute à l’ensemble), l’hôtel Continental de Paris alignait à la même époque 480 chambres. Aux États-Unis, le Waldorf-Astoria (1897) ou l’Astor de New York (1904), comme des dizaines d’autres hôtels américains, atteignaient 1 000 à 2 000 chambres et pouvaient rassembler jusqu’à 4 000 invités au cours des bals que l’on y donnait (Donzel 1989 : 48-51). L’altérité du projet japonais demeurait qualitative plutôt que quantitative. Certes, en architecture, la taille des édifices, les dimensionnements des parties, la vastitude ou l’étroitesse des espaces conditionnent la nature d’une œuvre achevée. Mais une architecture peut signifier autre chose que la réalité construite.

50Grâce à l’éloignement spatio-temporel (plusieurs semaines de bateau) avec l’Occident, l’hôtel Impérial de Tôkyô, pourtant à peine plus vaste qu’un édifice comme celui du Grand Hôtel de Cabourg, pouvait afficher, en perspective, un rayonnement et un luxe qui – vu de Tôkyô – n’avaient rien à envier aux palaces des capitales européennes. Ainsi l’exprimaient son rapport à une ville encore composée d’un bâti et un tissu urbain pré-industriels, la réduction d’échelle de formes architecturales monumentales, l’implantation de multiples services, les liens géographiques avec les lieux du pouvoir et l’insertion à la dynamique du réseau de chemins de fer et de communications maritimes.

PHOTO 9. Le grand hôtel de Cabourg (collection Nicolas Fiévé)

Modernisme architectural et modernité sociale : l’hôtel Impérial comme lieu d’innovation technique et de confrontation culturelle

51Invité en 1877 par le gouvernement japonais, Josia Conder, l’architecte du Rokumeikan, avait inauguré l’enseignement d’architecture à l’École supérieure des travaux publics (Kôbudaigakkô), où il avait formé la première génération d’architectes japonais. L’école dépendait du ministère de l’Industrie et des Travaux publics (kôbushô) et avait été créée en 1870. L’ouverture d’une section « construction » (zôka), où furent formés les premiers architectes-ingénieurs japonais, avait eu lieu en 1878. La section fut par la suite intégrée à la faculté de technologie de l’université impériale de Tôkyô. Conder s’est retiré de l’enseignement en 1888 pour se consacrer intégralement à un travail d’architecte. Son principal disciple, Tatsuno Kingo (1854-1919), lui succéda à la chaire d’architecture, dont il devint le responsable en 1898. En 1886, ce dernier avait fondé l’Académie de construction (zôka gakkai), ancêtre de l’Académie d’architecture du Japon (Nihon kenchiku gakkai). Architecte prolifique, il signera l’Hôtel de Nara (1909) et l’hôtel Tôkyô Station (1915), deux hôtels encore en activité.

52Pour le gouvernement, l’architecture faisait partie des sciences de l’ingénieur. Indépendamment des questions de formes et de styles architecturaux, c’étaient avant tout les techniques de construction que l’on devait étudier et maîtriser. Dans la pratique, les départements d’architecture des facultés de technologie étaient des écoles d’ingénieur, de type École des Ponts et Chaussées, très éloignées du système français de l’École des beaux-arts. La construction – dont dépendait l’architecture –, en tant que discipline, était considérée comme part intégrante du processus de développement industriel. Son champ d’étude principal se focalisait sur l’apprentissage des techniques modernes de construction. Efficacité, rationalité, économie et rendement en étaient les fondements.

53Comme l’ont montré les travaux de Muramatsu Teijirô (1977 et 1979-1980), de Fujimori Terunobu (1993) et d’Ishida Jun. ichirô (1993), les questions de style n’étaient toutefois pas absentes des préoccupations gouvernementales : au cours des quinze dernières années du xixe siècle, toute la production des bâtiments officiels a dû respecter les caractères de l’architecture européenne. Ministères, édifices administratifs et militaires, gares, écoles et hôpitaux ont été systématiquement construits à l’aide de techniques et de formes occidentales.

54Les structures de bois furent très vite remplacées par des structures métalliques ; les murs étaient en brique, très rarement de pierre. Au cours de ces années, 28 000 écoles furent bâties avec des salles parquetées et des fenêtres à guillotine avec bow-windows. Les architectes étaient invités à réaliser des édifices « modernes » dont on appréciait la résistance aux tremblements de terre et aux incendies ; mais le travail de finition avec parement en stuc imitant la pierre de taille, l’utilisation de toitures à la Mansart et, d’une manière générale, tout le décorum de ces édifices montraient le refus d’un formalisme qui rappelât l’architecture locale, ce qu’illustrent notamment les exemples des bâtiments officiels des préfectures urbaines et rurales (todôfukenchôya), comme ceux des préfectures de Tôkyô ou de Kyôto. Les tenants de l’école allemande, autour de l’architecte Tsumaki Yorinaka (1856-1922), avaient eu la responsabilité d’une part importante des projets de préfectures, et Watanabe Yuzuru, l’architecte de l’Impérial, en faisait partie (Ishida 1993).

55À travers ces nouveaux modèles architecturaux, le gouvernement de Meiji affichait au monde l’image d’un Japon industrialisé, tout en affirmant, dans le même temps, son pouvoir vis-à-vis des populations locales sur l’ensemble du territoire.

PHOTO 10. La gare de Tôkyô (collection Nicolas Fiévé)

Le modernisme technique d’un grand hôtel de luxe

56Le rôle implicite que devait assumer l’hôtel Impérial le plaçait au cœur de ce contexte historique d’une programmation architecturale dynamique et moderniste. La construction s’insérait dans le quartier des ministères, d’où le style de sa façade, résolument moderne pour l’époque : en ce sens, l’architecture extérieure de l’édifice était semblable à celle des nombreux autres bâtiments officiels construits au cours de ces années.

  • 24 En Europe, les structures métalliques commencent à être utilisées à partir des années 1885 mais, a (...)
  • 25 Cette annexe partit en fumée lors d’un incendie en 1919, sort que subit aussi l’édifice principal, (...)

57En termes de techniques de construction, si la structure de bois avec remplissage de brique était assez novatrice en 189024, elle ne l’était plus en 1906 lorsque l’hôtel a été agrandi à l’arrière par l’adjonction d’une annexe en bois contenant vingt-huit nouvelles chambres, à une époque où les structures métalliques étaient désormais d’un usage courant25. Le plan et l’organisation générale du bâtiment adoptaient des règles de composition et de distribution en rupture avec toutes formes locales d’habitat ou d’hébergement temporaire. L’air et la lumière, dont les bienfaits pour la santé avaient été mis en avant par les hygiénistes allemands, conditionnaient la distribution des pièces. L’hôtel était composé de trois ailes en forme de « T », avec un large couloir central sur lequel donnaient les chambres et les salons. La plupart de ces pièces avaient deux grandes fenêtres ; celles de façade donnaient sur le balcon-véranda. Les plafonds étaient hauts. La grande salle de dîner et de bal avait des ouvertures sur trois de ses faces. L’entrée, le vestibule et les salles communes, d’une part, les circulations et les chambres, de l’autre, étaient disposés clairement. L’édifice n’avait que deux étages et les pièces à usage commun, c’est-à-dire les espaces de société (comme le salon de peinture, le fumoir, les salles de restaurant et de petit-déjeuner) se situaient au rez-de-chaussée. S’y repérer devait être d’une grande facilité. L’ensemble de ces éléments était tout à fait conforme aux règles de composition établies à la même époque par les théoriciens européens de l’hôtellerie de luxe comme Édouard Guyer (1877, cité par Cohen 1987 : 122 et 144-145).

  • 26 Nous n’avons eu connaissance que des plans des premier et deuxième étages.
  • 27 Il faut attendre les années 1970, pour que certains grands hôtels de luxe du Japon, comme le Miyak (...)

58À l’origine, l’hôtel ne comportait ni monte-charge (le Grand Hôtel du Louvre en possédait dès 1855), ni ascenseur, ce qui était normal pour l’époque, compte tenu du faible nombre d’étages. Par contre, il innovait en matière de salles de bains. D’après les plans de l’hôtel26, trois salles de bain pour cinq chambres et deux suites équipaient le rez-de-chaussée, à l’étage, deux salles de bains desservaient dix chambres et huit suites, soit une moyenne d’une salle de bain pour cinq chambres, proportion résolument moderne pour l’époque, selon les critères européens – l’Allemand von der Hude recommandait au début du siècle une salle de bain pour vingt à trente chambres (Hude 1904, cité par Cohen 1987 : 150). L’évolution rapide des critères de modernité et de standing de la fin du xixe siècle eut pour conséquence l’installation, en 1911, de quatorze chambres équipées de salles de bains avec baignoires individuelles et d’un système moderne de chauffage central et d’eau chaude pour toutes les chambres. Quant au bain-régénérateur à la japonaise, que l’on prend en commun, lieu de sociabilité courant dans les auberges japonaises, il n’appartenait pas au registre d’un hôtel-palais à vocation internationale27.

59Comme le Rokumeikan, l’hôtel Impérial possédait un réseau de gaz d’éclairage pour tout l’établissement, que remplaça très vite l’électricité. Toutes les chambres et les salons des suites étaient équipés d’une cheminée, bien alimentée en hiver, mais l’installation du chauffage central lors des restaurations de 1911, doublé d’un circuit d’alimentation d’eau chaude pour les nouvelles salles de bain et cabinets de toilette des chambres, avait été une grande innovation. En Europe, de tels équipements se sont généralisés dans l’habitat vers les années 1930. Bien qu’au Japon, le grand hôtel innove dans ce domaine, ces équipements demeurent en marge d’un habitat individuel qui, jamais, n’a adopté le chauffage central en dépit d’une occidentalisation et internationalisation des standards constantes depuis un siècle.

60Premier hôtel japonais à avoir possédé en février 1910 une liaison téléphonique (la première ligne de téléphone avait été installée entre Tôkyô et Yokohama au cours de l’année 1890), l’Impérial innovait à nouveau avec l’implantation d’un bureau de poste, auquel étaient adjoints un service de télégrammes et un bureau de change des devises. Des tractations avec le Bureau des chemins de fer a, en outre, permis la vente directe de tickets à l’un des guichets de l’hôtel. Peu à peu, une lingerie interne fut installée, puis, une pâtisserie et un salon de coiffure. Ces équipements inauguraient une longue ère de services, de plus en plus diversifiés, que l’hôtel de luxe japonais allait offrir à sa clientèle.

61Le souci de modernité, allié à celui de rentabilité, a été constant dans l’histoire de l’hôtel. Les agrandissements de 1906 et les restaurations de 1910-1911 en étaient les conséquences directes, mais, à cette époque déjà, l’architecte américain Frank Lloyd Wright avait été contacté et entreprenait la conception d’un nouvel édifice qu’il voulait et qui a été, sans aucun doute, « le plus moderne au monde »…

Le premier hôtel Impérial, lieu de métissage et de confrontation interculturelle feutrée

  • 28 À la suite du tremblement de terre, les cheminées de l’hôtel s’effondrèrent, arrachant des morceau (...)
  • 29 Période de juillet à décembre 1899 (Teikoku hoteru hyakunen shi 1990 : 54 et 57).

62Dès son ouverture, l’Impérial devint le premier hôtel de luxe de la capitale, ce qu’il demeura tout au long de ses diverses mutations. En ce sens, l’idée de ses pères fondateurs avait été atteinte. Au cours de ses premières années d’existence, toutefois, la clientèle étrangère ne se pressait pas. À cette époque, le tourisme au Japon était encore un phénomène marginal : l’Europe et les États-Unis étaient loin, et l’Impérial ne pouvait faire partie du réseau d’hôtels-palais – lieux de villégiature de la nouvelle bourgeoisie et de l’ancienne aristocratie – qui aurait pu lui assurer sa rentabilité. En outre, le tremblement de terre du 20 juin 189428, la crainte d’épidémies et le début de la guerre sino-japonaise, le 1er août 1894, devaient contribuer à une baisse de la clientèle occidentale. Au cours des années 1894-1895, la moyenne des visiteurs ne dépassait pas 4,5 personnes par nuit, celle des repas servis stagnait à dix-sept par jour. Cinq ans plus tard, les courbes de fréquentation furent légèrement en hausse, mais sans dépasser une moyenne de quinze clients par nuit29. Le manque de touristes de haut niveau et d’hommes d’affaires occidentaux contribua à la formulation implicite d’une spécificité japonaise de l’hôtellerie de luxe. Pour rentabiliser l’entreprise, il fallait attirer une clientèle locale, celle des élites japonaises. Cette préoccupation servait les intérêts financiers des fondateurs de l’hôtel ; elle s’accordait aussi à la politique d’ouverture prônée par l’empereur. Dans ce contexte, l’hôtel Impérial allait devenir dès les années 1890 un haut lieu de réceptions et de banquets, qu’ils fussent officiels ou à caractère privé.

  • 30 Le Seiyôkan (litt. « l’auvent où l’on prodigue des nourritures très pures », seiyô désignait à l’o (...)
  • 31 Tous les chefs du premier hôtel Impérial ont été envoyés en formation chez Auguste Escoffier, au S (...)

63La renommée de l’hôtel reposait en partie sur la qualité de la cuisine française de son restaurant. L’adoption de la cuisine occidentale, pour des raisons à la fois hygiénistes et culturelles – « manger comme les Occidentaux pour devenir comme les Occidentaux » – avait bénéficié de l’adhésion rapide d’une partie de l’élite dirigeante. Inoue Kaoru, ministre des Affaires étrangères, et plusieurs autres membres du gouvernement avaient opté pour la nourriture européenne et dînaient régulièrement à l’Impérial, si ce n’est quotidiennement (Tôkyô hyakunen shi 1979-1980 : vol. 3). Proposer une bonne table (la cuisine française de l’Impérial semble avoir dépassé en qualité celle du Seiyôkan30) était aussi une condition sine qua non pour le niveau de restauration haut de gamme que l’institution souhaitait offrir aux visiteurs étrangers31.

  • 32 De nos jours, les banquets représentent la part principale des revenus financiers des grands hôtel (...)

64Dans le domaine privé des activités de réception, le mariage de la fille d’Asano Sô. ichirô (1848-1930), président des cimenteries Asano (le futur conglomérat Asano), inaugurait en 1892 une pratique sociale devenue, depuis lors, très répandue dans l’activité des grands hôtels japonais. La célébration des mariages et l’organisation des banquets sont devenus une manne financière que l’hôtellerie de luxe a toujours pris soin de promouvoir32.

65Par ailleurs, le soutien implicite du gouvernement à l’institution hôtelière est manifeste dès 1891, année où le ministère des Affaires étrangères a décidé d’y organiser le bal d’anniversaire de l’empereur Meiji. En 1893, l’événement eut lieu une dernière fois au Rokumeikan mais, l’année suivante, l’hôtel Impérial accueillait de nouveau le bal prestigieux et ce, désormais chaque année, jus-qu’en 1903. Ces festivités, agrémentées de nombreux plats de cuisine française, rassemblaient l’essentiel des élites et de l’intelligentsia du Tôkyô d’alors, japonaises ou occidentales. Elles suivaient un protocole semblable à celui des bals d’anniversaire donnés au Rokumeikan, comme le rapporte un article du Tôkyô nichinichi shinbun [Le quotidien de Tôkyô] en date du 5 novembre 1891 :

  • 33 Enomoto Takeaki (1836-1908), homme d’État et diplomate, avait été envoyé extraordinaire et ministr (...)

« Après une revue des troupes durant la journée, un bal fut donné à l’hôtel Impérial par le ministre des Affaires étrangères, le vicomte Enomoto33. (…) À neuf heures, le vicomte Enomoto, portant l’uniforme de vice-amiral, couvert de décorations, parmi lesquelles l’Ordre du soleil levant et plusieurs distinctions reçues de chefs d’États étrangers, apparut accompagné de la vicomtesse Tazuko, portant une robe et une étole brunes, avec une traîne, et tenant un bouquet à la main droite. Les invités étaient alignés sur la gauche du hall d’entrée qui était décoré de chrysanthèmes blancs et jaunes. Les hôtes serrèrent la main à chaque invité et l’on se dirigea ensuite vers la salle de bal ou les fumoirs (…). Parmi les invités se trouvaient les comtes Oki, Kawamura et Goto, ainsi que la vicomtesse Goto, le vicomte et la vicomtesse Hijikata, les vicomtes Takashima, Kabayama et Tanaka, les ambassadeurs de Grande-Bretagne, de France, de Chine, de Corée, et encore d’autres pays, les préfets, les membres des deux chambres de la Diète, ainsi que nombre de gentilshommes, plus de deux mille en tout. En dehors des invités officiels, les personnes présentes couvraient un large spectre de personnalités, incluant des banquiers, des hommes d’affaires, des savants, des journalistes, des politiciens et des commerçants. »

  • 34 Itô Hirobumi avait été dans sa jeunesse un partisan acharné du mouvement loyaliste et xénophobe So (...)

66Au fil des années, l’activité de l’hôtel Impérial en matière de banquets officiels se substitua à celle du Rokumeikan. Il devint en quelque sorte l’édifice d’accueil des invités officiels (geihinkan). Dès l’ouverture de l’hôtel, le fils du président de la République française y avait été accueilli ; bientôt, membres des familles royales et de l’aristocratie européennes, officiels des gouvernements étrangers, s’y succédèrent. Le Premier ministre, Itô Hirobumi (1841-1909)34, avait lui-même résidé en permanence à l’hôtel depuis novembre 1890 (Teikoku hoteru hyakunen shi 1990 : 8 et 124-126). De janvier à mars 1891, à la suite de l’incendie de la Diète, ce fut aussi la Chambre des pairs qui s’installa au Rokumeikan. Elle choisit alors la salle de bal de l’hôtel Impérial comme salle de délibération, et plusieurs salons et suites furent loués à cet effet.

67Si ces pratiques contribuèrent à l’équilibre financier de l’hôtel, elles en firent une annexe quasi officielle du ministère des Affaires étrangères. Ce lieu d’accueil pour les invités de marque, un lieu de confrontation pour des élites aux origines culturelles variées, devenait ainsi une expression de la nouvelle capitale, Tôkyô, l’allégorie d’une métropole moderne et internationale, largement diffusée dans la population par le quotidien Tôkyô nichinichi shinbun, qui ne manquait pas de relater dans ses articles la magnificence de ces célébrations, et dont le rédacteur en chef n’était autre que Fukuda Gen.ichirô (1841-1906), co-fondateur du Parti constitutionnel monarchiste.

68Dans ce jeu d’images, celle, emblématique, de l’empereur n’est pas à sous-estimer, comme le furent aussi celle des classes dominantes dans la notoriété des palaces d’Europe. En France, déjà, Napoléon III avait promu la politique de création des stations balnéaires et, au cours des années 1860, était ainsi apparu sur la côte française le prototype des hôtels-palais. L’impératrice Eugénie en visite au Grand Hôtel n’avait-elle pas déclaré à Émile Péreire : « c’est absolument comme chez moi, et je me suis crue à Compiègne ou à Fontainebleau ». Et, quelques années plus tard, la rencontre du Prince de Galles et de César Ritz avait conduit à l’invention du « palace » aristocratique et moderne, lieu de rencontre privilégié des anciennes et nouvelles classes dirigeantes. Au Japon, l’adhésion de l’empereur Meiji au lancement de l’hôtel Impérial par le biais des bals d’anniversaire se situait dans l’exacte continuité de son implication personnelle, physique et symbolique, dans la promotion de l’industrialisation et de la modernité. Quelques années auparavant, l’empereur n’avait-il pas systématiquement inauguré toutes les premières lignes de chemin de fer en voyageant dans un wagon spécialement conçu à cet effet ? Comme le chemin de fer dont il était une tête de pont, l’hôtel Impérial était un lieu consacré par l’empereur Meiji comme espace de modernisme et de confrontation feutrée à l’Occident.

69L’ouverture aux étrangers, l’effort d’industrialisation et la recomposition du territoire national ont placé le Japon de l’ère Meiji dans un réseau de communication et de circulation des hommes, des biens et des idées jusqu’alors jamais expérimenté. À l’échelle planétaire, le bateau et, à l’échelle locale, le train, en ont été les moyens dont les hôtels de voyageurs furent le complément naturel.

70Bien que l’hôtel soit un lieu qui favorise la rencontre d’individus aux origines variées, il est aussi, dans le même temps, un facteur d’exclusion pour ceux qui ne font pas partie de sa sphère de sociabilité. C’est là la raison pour laquelle l’hôtel de voyageur japonais des années 1870-80 ne pouvait être, par définition, un lieu d’accueil pour les dignitaires occidentaux que le pays ambitionnait alors de recevoir. La conception du Rokumeikan avait résulté de ce constat. Dans cet hôtel particulier dépendant du ministère des Affaires étrangères, les réceptions fastueuses ont permis un rapprochement des élites locales et internationales, mais le statut officiel de cette institution, son fonctionnement – on n’y pénétrait que sur invitation du ministère – étaient aussi des facteurs d’exclusion que, très vite, les politiques et les industriels qui adhéraient aux idées modernistes de l’empereur Meiji jugèrent contraignants pour le développement du pays.

71Comme en Europe, où l’hôtel-palais des grandes métropoles était né d’une fusion entre les services d’hébergement temporaire des hôtels de voyageur et ceux, de luxe et de confort, des hôtels particuliers de l’aristocratie, l’hôtel Impérial de Tôkyô émergea d’un croisement hybride du Rokumeikan et de l’hôtel de voyageur. À la fois institution privée mais lieu de réunions officielles, à la fois hôtel de tourisme mais lieu d’hébergement et de restauration du ministre des Affaires étrangères, à la fois lieu d’accueil des dignitaires mais aussi restaurant à la mode et salle de mariage, à la fois lieu de confrontation de l’ancienne aristocratie japonaise et de la nouvelle bourgeoisie industrielle, l’hôtel Impérial a été le lieu de sociabilités nouvelles – et, dans une certaine mesure, programmées – dont avait besoin la société de l’ère Meiji. C’est pourquoi il fut le fruit d’une alliance entre le politique et l’économique, entre le gouvernement, la Maison impériale et le capitalisme privé. En ce sens, il se distingua de ses homologues européens qui, en général, ne dépendaient que du capitalisme privé.

72Le premier hôtel-palais japonais a été conçu comme un maillon nécessaire à la mise en place d’une infrastructure industrielle moderne : il permettait d’assurer un continuum de luxe et de modernité entre le Japon et les capitales étrangères. Le somptuaire des grandes réceptions, dont l’édifice était l’enveloppe matérielle et la limite spatiale, était un moyen par lequel les élites japonaises côtoyaient l’Occident, et par lequel diplomates, militaires et hommes d’affaires occidentaux découvraient à leur tour une intelligentsia japonaise en pleine mutation.

73Ce continuum de luxe et de modernité s’exprimait avant tout dans l’architecture de l’édifice. À l’échelle de la ville, il était partie prenante du quartier des ministère et situé en limite de la gare terminus de Shinbashi ; il était un nœud urbain entre les lieux du pouvoir et le réseau de communication nationales et internationales ; il articulait des implantations centrales à des localisations périphériques. À l’échelle de l’édifice, il reposait intégralement sur les modèles architecturaux de l’hôtel-palais européen, dont le modernisme était consacré par les plus hautes autorités politiques et intellectuelles. Son architecture monumentale était celle des lieux du pouvoir. Gares, grand hôtel et ministères se confondaient dans une forme architecturale qui marquait ainsi leur appartenance à un même système.

74Ces divers caractères de l’hôtel Impérial le plaçaient, bien sûr, dans lignée des hôtels-palais européens. Il semble toutefois en marge du programme du grand hôtel d’Amérique du Nord, dont l’influence architecturale ne se retrouve ni dans les échelles, ni dans le décorum, ni dans les équipements ; à l’Impérial, nous sommes loin des mille chambres, trente-cinq ascenseurs et seize étages du Waldorf-Astoria de 1893. Il ne subit pas non plus l’influence directe des grands hôtels touristiques d’Europe que l’on rencontrait dans les villes thermales ou balnéaires, ce que démontre l’absence de rapport spécifique à un site naturel remarquable : pas de vue imprenable sur la mer (qui n’est pourtant pas loin), ni sur les berges de la rivière Sumida (à l’époque haut lieu de plaisir et de détente de la capitale), ni même sur le Palais impérial ou le mont Fuji.

75Suivant le modèle de ses homologues des capitales d’Europe, l’Impérial était localisé en fonction d’un « nœud urbain ». Il était aussi, a contrario, à la base du projet urbain, puisque partie prenante d’une programmation d’édifices officiels à l’architecture monumentale. Il a été en outre générateur de quartiers urbains, dans la mesure où son implantation ne fut pas étrangère au développement du quartier des grands magasins, non loin de là, à Ginza. Visible dans le paysage – une visibilité qu’accentue la vaste étendue du parc Hibiya – grâce une architecture moderne et imposante qui rompait brutalement avec les modèles vernaculaires d’habitat de bois sur pilotis, l’hôtel Impérial de Tôkyô avait en outre la fonction et la capacité de rendre visible le nouveau paysage urbain d’un Japon moderne. Il en fut en quelque sorte le monument, monument d’où l’on pouvait contempler les hautes et flamboyantes façades des lieux du pouvoir moderne.

Bibliographie

Bibliographie

Akutagawa, Ryônosuke, 1923, « Butôkai » [Le bal], Tôkyô, Bungeishunju. « Le bal », dans La vie d’un idiot, nouvelles traduites du japonais par Edwige de Chavanes, collection Connaissance de l’Orient, Paris, Gallimard, 1970, p. 177-182, pour l’édition française.

Ascher, François, 1987, « De l’hôtel américain au Ritz », dans Ascher François et al., Luxe, habitat, confort : les références hôtelières, Noisy-le-Grand, Institut français d’urbanisme (université Paris VIII), p. 17-76.

Ascher, François et al., 1987, Luxe, habitat, confort : les références hôtelières, Noisy le-Grand, Institut français d’urbanisme (université Paris VIII), 394 pages.

Braudel, Fernand, 1979, Les Structures du quotidien, Paris, Armand Colin, 544 pages.

Campignon, Jean-Armand, 1992, « Avant-propos », dans Jippensha Ikkû, À pied sur le Tôkaidô (Hizakurige), Arles, Philippe Picquier, traduction de Jean-Armand Campignon, p. 7-23.

Cohen, Jean-Louis, 1987, « L’hôtel, la ville, le site », dans Ascher François et al., Luxe, habitat, confort : les références hôtelières, Noisy-le-Grand, Institut français d’urbanisme (université Paris VIII), p. 117-172.

Couvreur, Séraphin, 1971, Dictionnaire classique de la langue chinoise, Taipei, Kuangchi Press, 1er édition 1890, 1 080 pages.

Donzel, Catherine et al., 1989, Palaces et grands hôtels d’Amérique du Nord, Paris, Flammarion, 256 pages.

Duquenne, Robert, 1980, « Fuji shinkô », dans Dictionnaire historique du Japon, fascicule 5, lettre F, publication de la Maison franco-japonaise, Tôkyô, Kinokuniya, p. 32-34.

Enguerand, Fernand, 1936, Les Amusements dans les villes d’eau à travers les âges, Paris, Plon, 244 pages.

Fiévé, Nicolas, 2002, « Social discrimination and architectural freedom in the pleasure district of Kyôto in early modern Japan », dans Fiévé Nicolas et Waley Paul, dir., Japanese Capitals in Historical Perspective. Power, Memory and Place in Kyôto, Edo et Tôkyô, Londres, Routledge et Curzon Press, p. 67-99.

Fiévé, Nicolas, et Waley, Paul, dir., 2002, Japanese Capitals in Historical Perspective. Power, Memory and Place in Kyôto, Edo et Tôkyô, Londres, Routledge et Curzon Press, 418 pages.

Finn, Dallas, 1995, Meiji Revisited. The Sites of Victorian Japan, New York et Tôkyô, Weatherhill, 276 pages.

Fujimori, Terunobu, 1993, Nihon no kindai kenchiku [L’architecture moderne du Japon], Tôkyô, Iwanami shoten, 2 volumes, 268 et 258 pages.

Fujimori, Terunobu, 1979, Kokka no dizain [Le design (architectural) de la nation], dans Teijirô Muramatsu, dir., Nihon no kenchiku. Meiji, Taishô, Shôwa [Architecture du Japon : époques Meiji, Taishô et Shôwa], volume 3, Tôkyô, Sanseidô, 190 pages.

Fujiya hoteru hachijûnenshi [Quatre-vingts années d’hitoire de l’hôtel Fujiya], 1958, Hakone, Yamada katayoshi, 684 pages.

Guyer, Édouard, 1930, Les Hôtels modernes, Paris et Zurich, Morel Éditeur, 248 pages.

Hannerz, Ulf, 1992, Cultural Complexity. Studies in the Social Organization of Meaning, New York, Columbia university Press, 348 pages.

Hasegawa, Takashi, 1994, Nihon hoterukan monogatari [Récit sur le Grand Hôtel du Japon], Tôkyô, Purejidento, 352 pages.

Hatakeyama, Kenji, 1998, Rokumeikan o tsukutta otoko. O yatoi kenchikuka joshia kondoru no shôgai [L’homme qui bâtit le Rokumeikan. La vie de Josia Conder, architecte], Tôkyô, Kashutsu shobô shinsha, 246 pages.

Hatsuda, Tôru et al., 1992, Kindai wafû kenchiku [L’architecture de style japonais à l’époque moderne], Tôkyô, Kenchikuwashoku, 326 pages.

Hauvuy, Jean-Claude, 1987, « Snobisme bourgeois, dépense somptuaire et luxe », dans Ascher François et al., 1987, Luxe, habitat, confort : les références hôtelières, Noisy-le-Grand, Institut français d’urbanisme (université Paris VIII), p. 203-241.

Hirschmeier, Johannes, 1965, « Shibusawa Eiichi: Industrial Power », dans William Lockwood, dir., The State and the Economic Enterprise in Japan, Princeton, Princeton University Press, 738 pages.

Hude, Hermann von der, 1904, « Gasthöfe höheren Ranges », dans Handbuch der Architektur, Stuttgart, Bergsträsser.

« Imperial Hotel, Tôkyô, Japan », 1924, The Architectural Record, vol. 55, n° 2, février, p. 119-123.

Ichikawa, Watari, (1863) 1929, « Biyôôkô-manroku » [Notes du voyage en Europe de Biyô], dans Kengai shisetsu nikki sanshû [Compilation des notes journalières des missions étrangères], volume 2, Tôkyô, Nihon shiseki kyôkai, p. 249-562.

Ishida, Jun.ichirô, 1993, Totôfuken chôsha. Sono kenchikuteki kôsatsu [Conceptions architecturales des bâtiments officiels des préfectures rurales et urbaines], Tôkyô, Shibunkaku shuppan, 428 pages.

Iwatake, Mikako, 2002, « From shogunal city to a life city: Tôkyô between two fin-de-siècles », dans Fiévé Nicolas et Waley Paul, dir., Japanese Capitals in Historical Perspective. Power, Memory and Place in Kyôto, Edo et Tôkyô, Londres, Routledge et Curzon Press, p. 233-256.

« The Japanese Court and the International Exhibition », 1862, The Gentleman’s Magazine and Historical Review, vol. 213, septembre, p. 243-254.

Kintô, Yutaka, 1999, Meiji shoki no giyôfû kenchiku no kenkyû [Étude sur l’architecture de style occidental des bâtiments officiels du début de l’ère Meiji], Tôkyô, Rikôgakusha, 248 pages.

Kon, Wajirô et al., 1957, Kenchiku hyakunenshi [Histoire de l’architecture des cent dernières années], Tôkyô, Ariaki shobô, 202 pages.

Lockwood, William, dir., 1965, The State and the Economic Enterprise in Japan, Princeton, Princeton University Press, 738 pages.

Loti, Pierre, 1898, « Un bal à Yeddo », dans Japoneries d’automne, Paris, Kalish éditions, réédition 2000, p. 44-59.

Mac Pherson, Kerrie, dir., 1998, Asian Department Stores, Londres, Curzon Press, 310 pages.

Miyako hoteru hyakunenshi [Cent années d’histoire de l’hôtel Miyako], 1989, Ôsaka, Tôyôshigyô, 334 pages.

Mori, Ôgai, 1943, « Fushinshû » [En chantier], dans Mori Ôgai shû [Œuvres de Mori Ôgai], Tôkyô, Chikuma shobô, volume 7, p. 77-79.

Morean, Brian, 1998, « The birth of the Japanese department stores », dans Kerrie Mac Pherson, dir., Asian Department Stores, Londres, Curzon Press, p. 141-176.

Muramatsu, Teijirô, 1977, Nihon kindai kenchiku no rekishi [Histoire de l’architecture moderne au Japon], Tôkyô, Nihon hôsô shuppankai, 250 pages.

Muramatsu, Teijirô, dir., 1979-1981, Nihon no kenchiku. Meiji, Taishô, Shôwa [Architecture du Japon : époques Meiji, Taishô et Shôwa], Tôkyô, Sanseidô, 10 volumes.

Muraoka, Mitsuru, 1981, Nihon no hoteru shôshi [Petite histoire des hôtels japonais], Tôkyô, Chûôôkôronsha, 236 pages.

Nakamura, Keisuke, 2000, Bunmei kaika to meiji no sumai [Ouverture à la civilisation et habitat de l’ère Meiji], Tôkyô, Rikogakusha, 198 pages.

Nakamura, Mitsuo, 1968, « Paris 1872 », nouvelle publiée dans la revue Nami, numéros de juillet et octobre. « Paris 1872, journal de Ryûhoku Narushima », dans Anthologie de nouvelles japonaises, 1968, Paris, Gallimard, tome 1, p. 383-414, pour la traduction française.

Nara hoteru monogatari. Sono hachijûnen no ayumi [L’histoire de l’Hôtel de Nara. Les cheminements des quatre-vingts dernières années], 1990, Nara, Nara hoteru, 28 pages.

Nute, Kevin, 1993, Frank Lloyd Wright in Japan. The Role of Traditional Japanese Art and Architecture in the Work of Frank Lloyd Wright, Londres, Chapman and Hall, 244 pages.

Pailleron, Marie-Louise, 1929, Les Auberges romantiques, Paris, Librairie Firmin-Didot.

Du palais au palace. Des grands hôtels de voyageurs à Paris au xixe siècle, 1998, Paris, musée Carnavalet, 232 pages.

Reitherman, Robert King, 1980, « The seismic legend of the Imperial Hotel: how did it really fare in the Tôkyô earthquake of 1923 », AIA Journal (American Institute of Architects), juin, vol. 69, p. 42-46 et 70.

Seidensticker, Edward, 1983, Low City, High City. Tôkyô from Edo to the Earthquake, New York, Alfred Knopf, 302 pages.

Smith, Catherine, 1985, « Frank Lloyd Wright and the Imperial Hotel: a postscript », The Art Bulletin, juin, vol. 67, n° 2, p. 145-152.

Smith, Henry D., 1978, « Tôkyô as an idea: an exploration of Japanese urban thought until 1945 », Journal of Japanese Studies, hiver, vol. 4, n° 1, p. 45-80.

Steward, B. David, 1897, The Making of a Modern Japanese Architecture, 1868 to Present, Tôkyô et New York, Kodansha International, 304 pages.

Teikoku hoteru hyakunen no ayumi [Cent années de cheminements de l’hôtel Impérial], 1990, Tôkyô, Teikoku hoteru, 268 pages.

Tokiwa, Shinpei, 1998, Mori to mizuumi. Nikkô Kanaya hoteru no hyakunijûnen [La forêt et le lac. Les cent vingt années de l’hôtel Kanaya de Nikkô], Tôkyô, Mizuumi shuppansha, 268 pages.

Traganou, Jilly, 2002, « Representing mobility in Edo and Meiji Japan », dans Fiévé Nicolas et Waley Paul, dir., Japanese Capitals in Historical Perspective. Power, Memory and Place in Kyôto, Edo et Tôkyô, Londres, Routledge et Curzon Press, p. 172-207.

Tôkyô eki to Tatsuno Kingo [La gare de Tôkyô et Tatsuno Kingô], 1990, Tôkyô, East Japan Railway Company, 176 pages.

Tôkyô hyakunen shi [Cent ans d’histoire de Tôkyô], 1979-80, publié par la gouvernement métropolitain de Tôkyô, Tôkyô, Gyôsei, 7 volumes.

Williamson, Jefferson, 1930, The American Hotel. An Anecdotical History, New York et Londres, Alfred A., Knopf, 324 pages.

Wright, Frank Lloyd, 1932, An Autobiography, New York, Horizon Press, réédition 1977, 620 pages.

Yamaguchi, Yumi, 1991, Hakone Fujiya hoteru monogatari. Sono hachijûnen no ayumi [L’histoire de l’hôtel Fujiya de Hakone. Les cheminements des quatrevingts dernières années], Tôkyô, Torabe jiânaru sha, 230 pages.

Yasuhara, Morihiko, 1998, Kindai Nihon no kenchiku kûkan [Espace architectural de l’architecture du Japon moderne], Tôkyô, Rikôzusho, 224 pages.

Notes

1 Les deux hypothèses, non contradictoires, généralement avancées sur les causes de cette politique radicale d’isolement – à savoir la volonté du gouvernement central d’éradiquer le christianisme et celui de conserver la mainmise sur le commerce international – expriment le souci du maintien sans partage de l’autorité du bakufu et la crainte d’un renversement de la hiérarchie gouvernement-fiefs qu’aurait pu favoriser l’enrichissement de certains domaines grâce à un libre commerce des marchandises – dont les armes à feu –, des techniques et des idées venues d’Occident.

2 Jean-Armand Campignon mentionne dans son avant-propos à la traduction du Hizakurige que 3 600 000 pèlerins participèrent au pèlerinage de faveur concomitante au grand sanctuaire d’Ise au cours de l’année 1705, 2 700 000 pour l’année 1771 et 4 869 000 pour l’année 1830 ! (Campignon 1992 : 7-23).

3 Dans les grandes villes, à la même époque, se développait aussi le commerce des quartiers de prostitution et des maisons de thé, dans lesquelles des repas pouvaient être servis aux clients (Fiévé 2002 : 80)

4 Les États-Unis, la Hollande, la Russie, la Grande-Bretagne, puis la France obtiennent l’ouverture au commerce des ports de Shimoda, Hakodate, Kanagawa (Yokohama), Nagasaki, Niigata, Hyôgo (Kôbe), ainsi que l’échange d’ambassadeurs, la convertibilité des monnaies, la délimitation de zones de résidence, le privilège d’extraterritorialité et le droit de juridiction consulaire, la liberté de religion et le droit d’employer des Japonais.

5 Au cours de la mission, l’ambassadeur ministre plénipotentiaire Iwakura Tomomi (18251883) était assisté de quatre vice-ministres et entouré de plusieurs fonctionnaires. La délégation comprenait en outre de nombreux étudiants. L’objectif de l’ambassade était la révision des « traités inégaux », objectif qui ne fut pas atteint, mais il s’agissait aussi de rapporter nombre d’informations sur les systèmes de gouvernement, de gestion, d’administration et de modes de vie des pays occidentaux. Les étudiants devaient, quant à eux, collecter des renseignements très divers, notamment sur les nouvelles avancées techniques.

6 Avant 1868, on avait déjà commencé à développer l’industrie des canons et celle des vapeurs à Satsuma.

7 En 1893, une première locomotive portant le numéro 860 est produite par les entreprises japonaises. Les dernières importations étrangères de locomotives ont lieu en 1911.

8 Grâce à leur situation privilégiée dans des sites protégés, les hôtels Kanaya et Fujiya demeurent aujourd’hui les témoins les plus anciens des grands hôtels de l’ère Meiji.

9 Akutagawa Ryônosuke se moque subtilement de Loti en le parodiant dans sa nouvelle « Le bal » (Butôkai, 1923), dont le protagoniste n’est plus Loti lui-même, mais la jeune fille japonaise qui fut contrainte de danser avec cet officier de la marine française et de subir son manque de convenance (Akutagawa 1970 : 177-182).

10 Le marquis Inoue Kaoru avait séjourné en Angleterre dès 1863, faisant partie d’une délégation du bakufu chargée de négocier le statut du port de Yokohama (on y retrouvait Itô Hirobumi, 1841-1909, futur Premier ministre). Quant à Shibusawa Eichi, il avait été aide de camp de Tokugawa Akitake (1853-1910), le jeune frère du shôgun, qu’il avait accompagné en Europe en 1867. Il avait travaillé aux finances avec Inoue jusqu’en 1873. Par la suite, il se consacra à la fondation de plus de 500 entreprises modernes, parmi lesquelles la société de transport Kyôdô un.yu et la Société des chemins de fer japonais (Nihon tetsudô gaisha). Il devint sans aucun doute l’industriel le plus influent de sa génération. Le baron Ôkura Kihachirô, qui a fondé le groupe Ôkura-gumi shôkai en 1873, le futur conglomérat Ôkura, avait séjourné en 1872 à Paris pour s’initier aux pratiques commerciales modernes et avait alors côtoyé les membres de la mission Iwakura dont, en particulier, Iwakura Tomomi, Ôkubo Toshimichi et Itô Hirobumi. En 1884, il était retourné en Europe pour affaires et déplorait, depuis lors, l’absence à Tôkyô d’un lieu d’hébergement semblable au Grand Hôtel du Louvre de Paris ou au Kaiserhof de Berlin. Masuda Takashi avait, quant à lui, fait partie de la délégation de 1863, puis travaillé aux finances avec Inoue et était devenu directeur de la société de commerce extérieur Senshû, fondée par Inoue, la future entreprise Mitsui (Mitsui-bussan-gaisha). Par la suite, Masuda a consacré sa vie au développement du conglomérat Mitsui.

11 Plusieurs textes font écho à ces séjours dans les grands hôtels européens. Une description du Grand Hôtel du Louvre est donnée par Ichikawa Watari dans les « Notes du voyage en Europe de Biyô » (Biyôôkômanroku) (Ichikawa 1863 :326) ; Nakamura Mitsuo, dans la nouvelle Paris 1872, journal de Ryûhoku Narushima, s’est inspiré du journal de voyage de Narushima Ryûhoku (Kôsei nichijô), qui décrivait l’arrivée du protagoniste au Grand Hôtel, boulevard des Capucines, ainsi que les longs moments qu’il avait passé avec Iwakura Tomomi et Kidô Takayoshi (1833-1877) alors en poste à Paris (Nakamura 1968 : 383-414). Une gravure des ambassadeurs japonais descendus au Grand Hôtel du Louvre en 1862 a également été réalisée à partir d’une photo de Nadar et publiée dans Le monde illustré du 26 avril 1862.

12 Deux années plus tard, la construction d’un Hôtel de Tôkyô a nécessité un changement de dénomination pour l’hôtel Impérial. La société est alors devenue la société par actions de l’hôtel Impérial (Yugen sekinin Teikoku hoteru).

13 Pour ne citer que quelques exemples, ces chaînes de production iront des briqueteries de l’industriel Shibusawa Eichi, qui fournissent les matériaux de la grande gare de Tôkyô construite en 1914, à ses aciéries qui, dès 1908, produisent les premiers rails japonais, ou aux locomotives sorties des usines d’Inoue à partir de 1911. Dans la région du Kansai, les compagnies de chemin de fer privées adoptent très vite une politique semblable : l’hôtel Miyako de Kyôto (1889) est détenu par les chemins de fer du Kinki (actuel groupe Kintetsu, dont dépend la chaîne internationale des hôtels Miyako), l’Hôtel de Nara (1909) est financé par la Compagnie des chemins de fer japonais de l’ouest (les actions sont aujourd’hui partagée à 50 % avec le groupe Kintetsu).

14 La naissance, à cette époque, des monuments aux gloires de la Nation installés dans des espaces publics, comme la statue en bronze de Saigô Takamori (1827-1877) dans le parc d’Ueno, s’inscrivent dans le même courant de création architecturale.

15 L’habitat domestique des grandes villes continuera à être conçu horizontalement jusqu’à la reconstruction du grand tremblement de terre de 1923, au moins.

16 La dévotion au mont Fuji, la plus haute montagne du Japon (3 776 m), remonte à l’époque ancienne (593-1185), alors que la montagne avait été « personnifiée en une déesse d’une beauté inaccessible, cause à la fois de bonheur et de compassion pour ceux qui la contemplent sans pouvoir l’approcher » (Duquenne 1980 : 32-34). Les religions populaires développèrent à partir du xvie siècle une foi en un monde meilleur, auquel l’ascension du Fuji devait conduire. Ces croyances sont à l’origine des traditions de Kakugyô et de Miroku, sur lesquelles reposent des écoles comme celle de Fusôkyô, dont Tôkyô compte 250 temples et 200 centres de diffusion. Faudrait-il voir dans l’estampe de Kuniteru II une parabole de la foi en un monde meilleur, un monde accessible par l’ascension du mont Fuji ou par celle des sommets visés par la nouvelle société industrielle ?

17 Décision du 2 août 1887, cadastre Uchiyama-chô n 1-1-2 et 1-1-3 (Teikoku hoteru hyakunen shi 1990 : 56).

18 Honda, jeune paysagiste du département des forêts de l’université impériale de Tôkyô, avait étudié à l’université de Munich et se référait à Max Bertram, Gustav Meyer et Heinrich von Salish (Finn 1995 : 160).

19 Le Tôkyô kaikan, grande salle municipale de concert, de conférence et de banquet, est ajouté à cet ensemble dans les années 1920.

20 Autour des trois architectes Tsumaki Yorinaka (1859-1916), Kawai Kôzô (1856-1922) et Watanabe Yuzuru, dont la production architecturale sera représentative de l’école dite « allemande », le gouvernement japonais avait envoyé à Berlin une délégation de vingt personnes comprenant des jeunes ingénieurs et des techniciens de divers domaines de la construction (Fujimori 1993 : vol. 1, 241-243).

21 Bien que l’origine exacte du rickshaw ne soit pas certaine, il semble qu’il s’agisse d’une invention japonaise et spécifiquement de Tôkyô, dont les premiers exemples remonteraient à 1869. Quelques années plus tard, la capitale en compte des milliers et ce moyen de transport se répand rapidement dans tout l’Extrême-Orient (Seidensticker 1991 : 42).

22 Tôkyô nichinichi shinbun [Le quotidien de Tôkyô], 9 novembre 1890.

23 Une clientèle de touristes japonais qui descend à l’Impérial ne se développe qu’après la Première Guerre mondiale. Cette clientèle nationale ne représentera une part de marché conséquente qu’à partir des années 1950 pour, finalement, atteindre 85 à 95 % de la fréquentation touristique dans les années 1990.

24 En Europe, les structures métalliques commencent à être utilisées à partir des années 1885 mais, au Japon, de tels éléments de construction étaient encore importés des aciéries anglaises ou américaines.

25 Cette annexe partit en fumée lors d’un incendie en 1919, sort que subit aussi l’édifice principal, le 16 avril 1922, ce qui avait aussitôt permis les travaux de construction du bâtiment de Frank Lloyd Wright.

26 Nous n’avons eu connaissance que des plans des premier et deuxième étages.

27 Il faut attendre les années 1970, pour que certains grands hôtels de luxe du Japon, comme le Miyako à Kyôto (aujourd’hui Westin Miyako), s’équipent de chambres « à la japonaise » (parement en bois, sol recouvert de tatami, alcôve décorative et bain traditionnel).

28 À la suite du tremblement de terre, les cheminées de l’hôtel s’effondrèrent, arrachant des morceaux de toiture et entraînant plusieurs plafonds, et la structure de l’édifice fut profondément endommagée. Le Rokumeikan perdit, quant à lui, tous ses balcons et connut dès lors de graves problèmes de structure.

29 Période de juillet à décembre 1899 (Teikoku hoteru hyakunen shi 1990 : 54 et 57).

30 Le Seiyôkan (litt. « l’auvent où l’on prodigue des nourritures très pures », seiyô désignait à l’origine le riz très pur que l’on servait aux lettrés), situé lui aussi à proximité du quartier des ministères, possédait des chambres, des salons privés et, depuis son ouverture en 1873, le meilleur restaurant français de Tôkyô. Dans la nouvelle « En chantier » (Fushinchû), publiée en 1910 par Mori Ôgai, le personnage principal, Watanabe, un officier, y retrouve une jeune femme occidentale, de passage à Tôkyô, qui avait été sa maîtresse alors qu’il était en Europe. Ils se sont donné rendez-vous dans un salon privé du Seiyôkan. L’hôtel est « en chantier » ; « Le Japon est encore en plein chantier ! » déclare le protagoniste. Ôgai fait ainsi un jeu de mot, entre « en chantier » (fushinchû) et le nom de l’hôtel (seiyô), tous deux écrits avec le même caractère (shin, sei, ce qui est très pur), qui sous-entend que, bien que l’on serve au Seiyôkan une nourriture occidentale « très pure », le monde moderne dans lequel vit Watanabe demeure un vaste « chantier » (Mori 1943 : 77-79).

31 Tous les chefs du premier hôtel Impérial ont été envoyés en formation chez Auguste Escoffier, au Savoy, puis au Ritz. Voici, pour exemple, un menu de dîner servi le 8 décembre 1890 : « Potage à l’oseille / Suzuki (lateolabrax japonicus) bouilli sauce aux huîtres / Faisans aux choux / Côtelettes de veau sauce piquante / Haricots verts / Sarcelles rôties au cresson / Pudding diplomate / toasts au fromage / desserts » (Teikoku hoteru hyakunen shi 1990 : 201).

32 De nos jours, les banquets représentent la part principale des revenus financiers des grands hôtels japonais ; 65 % pour un hôtel comme le Westin Miyako à Kyôto (entretien avec Sonobe Tatsuo, directeur exécutif de l’hôtel Westin Miyako, réalisé en novembre 1999).

33 Enomoto Takeaki (1836-1908), homme d’État et diplomate, avait été envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire à Saint-Pétersbourg en 1874 et en Chine en 1882. Il obtint plusieurs ministères et siégea au conseil privé de l’Empereur.

34 Itô Hirobumi avait été dans sa jeunesse un partisan acharné du mouvement loyaliste et xénophobe Sonnô jôi (il participa à l’attaque de la légation britannique). En 1863, il partit étudier en Angleterre sur l’ordre de son seigneur et abandonna dès lors toute tendance xénophobe. Après 1868, il devint fonctionnaire et fut distingué pour son talent. En 1882, il repartit en Europe pour étudier les divers modèles de constitutions étrangères. Entre 1885 et 1901, il forma quatre cabinets ministériels successifs, fut nommé commissaire-général en Corée en 1905 ; il fut assassiné en 1909 par un démocrate coréen, alors qu’il partait pour la Mandchourie avec pour mission la normalisation des relations avec la Chine. Durant son premier gouvernement, Itô s’était efforcé d’obtenir la révision des « traités inégaux ». Sa diplomatie orientée vers une coopération internationale fut désignée sous le nom de diplomatie du Rokumeikan (Rokumeikan gaikô) en raison des nombreuses rencontres et festivités qu’il y fit organiser.

Table des illustrations

Légende PHOTO 1. La salle de restaurant du Yokohama Grand Hotel (Yokohama, 1870) (Teikoku hoteru hyakunen no ayumi 1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre TABLEAU 1. Dates d’inauguration des grands hôtels japonais entre 1860 et 1945
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende PHOTO 2. L’édifice principal de l’hôtel Fujiya (Hakone, 1891)(relations publiques de l’hôtel Fujiya)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Légende PHOTO 3. La façade sur jardin du Rokumeikan (Tôkyô) (Teikoku hoteru hyakunen no ayumi 1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Légende PHOTO 4. L’hôtel Tsukiji dans le quartier des étrangers de Tôkyô. Estampe (1868) de Kuniteru II (1830-1874)(Teikoku hoteru hyakunen no ayumi 1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2572/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 670k
Légende PHOTO 5. Kasumigaseki, le quartier des ministères à Tôkyô dans les années 1930(collection Nicolas Fiévé)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2572/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende FIGURE 1. Le plan du centre de Tôkyô en 1892 (Nicolas Fiévé 2003)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2572/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Légende PHOTO 6. Le parc Hibiya de Tôkyô dans les années 1910 (collection Nicolas Fiévé)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2572/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Légende PHOTO 7. La façade principale de l’hôtel Impérial (Tôkyô, 1900)(Teikoku hoteru hyakunen no ayumi 1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2572/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 711k
Légende FIGURE 2. Les plans du rez-de-chaussée et du premier étage de l’hôtel Impérial(d’après Teikoku hoteru hyakunen no ayumi 1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2572/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende PHOTO 8. La salle de restaurant de l’hôtel Impérial (Teikoku hoteru hyakunen no ayumi 1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2572/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende PHOTO 9. Le grand hôtel de Cabourg (collection Nicolas Fiévé)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2572/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Légende PHOTO 10. La gare de Tôkyô (collection Nicolas Fiévé)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2572/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 622k

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search