Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grands hôtels en Asie

 | 
Thierry Sanjuan

Introduction

Nicolas Fiévé, Françoise Ged, Valérie Gelézeau, Sylvie Guichard-Anguis et Thierry Sanjuan

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’un travail commun entre architectes et géographes. Il part d’une connaissance vécue et multiple des grandes villes asiatiques, dans leurs aspects aussi bien historique et urbanistique qu’économique et social. Parallèlement aux analyses fonctionnelles, aux études de strict aménagement urbain ou à celles portant sur les centralités spatiales, notre équipe a voulu ici approcher autrement la réalité urbaine en Asie orientale.

2Champ de recherche encore insuffisamment exploré, les lieux de sociabilité nous ont semblé cependant susceptibles d’être un précieux fil conducteur pour rendre compte des caractéristiques des sociétés urbaines en Chine, en Corée et au Japon. Nous entendons par « lieux de sociabilité » des lieux qui ne relèvent pas des espaces quotidiens de la famille ou du travail, mais d’une rencontre qui doit être un temps exceptionnel de valorisation des personnes par la circonstance offerte. Il s’agit de lieux dont la signification est suffisamment forte pour supporter le croisement même anonyme des individus et pour leur permettre néanmoins d’entrer en relation. En cela, les lieux de sociabilité portent en eux les moyens et les signes d’une ritualisation du lien social (Soja 1989 : 76-93 ; Borden 2001).

3Le grand hôtel s’est imposé à nous comme un exemple éclairant de lieu de sociabilité dans les villes asiatiques et il nous a semblé prendre sens ici bien plus qu’en Europe. Il s’inscrivait ainsi, dès le départ, dans le paradoxe : il est un objet urbain importé de l’Occident et pourtant il est une entrée significative pour identifier les spécificités culturelles des sociétés urbaines de l’Asie orientale. Ce thème de recherche nous invitait à reconsidérer les oppositions classiques entre la tradition et la modernité, entre l’identité asiatique et l’occidentalisation.

4Sur ce point, deux démarches ont été fécondes : une comparaison de l’usage asiatique du grand hôtel avec celui des Européens et des Nord-Américains, qui nous a aidés à mettre en évidence la spécificité locale des grandes villes d’Asie orientale ; puis, un renversement de perspective nous conduisant à considérer l’adoption des modèles urbains venus d’Occident non plus sous l’angle d’une simple importation mais comme un élément d’une histoire proprement asiatique de l’occidentalisation. Il convient en effet de revoir les termes d’une démarche qui nous est généralement spontanée, et de privilégier non l’imposition d’un modèle étranger mais le besoin local de ce même modèle comme lieu de sociabilité (Logan 2003).

5Ainsi, notre projet n’est-il pas une géographie du tourisme et des hôtels, mais bien une interrogation, à partir d’un objet urbain singulier, sur la ville dans ses dimensions spatiale, sociale et de représentation en Asie orientale. Il ne s’agit pas ici d’étudier les infrastructures hôtelières, fussent-elles les plus grandes, dans leur simple rôle d’hébergement et de restauration pour les voyageurs de passage, touristes ou hommes d’affaires, étrangers ou nationaux.

6Le choix des « grands » hôtels est en cela délibéré. La définition du grand hôtel est plus qualitative que quantitative. Il n’est pas seulement le plus important établissement hôtelier par le nombre des chambres dans la ville – notion très relative si l’on considère les tailles des hôtels suivant les régions du monde et les époques –, mais surtout il rompt fondamentalement avec les catégories d’hôtels inférieures par son luxe, l’esprit auquel il veut correspondre, l’attente de la clientèle, les services qu’il fournit, sa place dans l’histoire et parmi les lieux de représentation de la ville.

7Le grand hôtel est une production occidentale du xixe siècle, liée aux mutations techniques et économiques de la Première Révolution industrielle. Le développement des transports ferroviaires et des voyages a alors suscité de nouveaux besoins hôteliers, que les auberges et anciennes demeures aristocratiques ne pouvaient plus satisfaire.

8Un nouveau type d’établissement, qui se distingue aussi bien par sa taille et son architecture que par les techniques employées, ou les services et le confort offerts, est apparu aux États-Unis dès les années 1820. Le Tremont House de Boston date de 1829, il a l’apparence d’un édifice public de style grec et répond aux exigences d’hygiène qui se font jour à l’époque (Boorstin 1991 : 525-527). L’hôtel Saint-Nicholas, en plein centre de Broadway à New York, le supplante en 1852 par ses capacités d’hébergement (800 chambres pouvant accueillir 1 000 personnes), ses dimensions (une façade longue de 92 m), le luxe de ses espaces communs (marbre, soieries, ivoire…) et ses innovations techniques (3 000 becs de gaz, un système de chauffage à la vapeur et une salle de bain avec eau chaude et froide dans chaque appartement) (Du Palais au palace 1998 : 14-15). En Europe, les premiers grands hôtels se multiplient à l’occasion des expositions universelles (le Great Western Hotel de Londres en 1851, le Grand Hôtel du Louvre à Paris en 1855). Les hôtels de prestige parisiens seront ouverts à la fin du siècle : le Ritz et le Crillon datent respectivement de 1898 et 1909.

9D’emblée, les grands hôtels participent ainsi d’un temps de modernisation voire de construction urbaine. Ils correspondent à l’émergence de centralités urbaines portées par des techniques modernes de construction et de communication, par la déclinaison de nouvelles logiques architecturales du bâti, par l’exigence d’une monumentalité et de paysages dans la ville illustrant son essor économique et son renouvellement social.

10Le grand hôtel est un lieu de représentation de la ville, pouvant dominer par sa taille ou la singularité de son architecture le paysage urbain – en Grande-Bretagne, en Amérique du Nord ou dans les pays neufs en général. Par essence, le grand hôtel est aussi un lieu de sociabilité pour la bourgeoisie du xixe siècle, au snobisme de laquelle il propose d’ailleurs les repères et les codes sociaux de l’aristocratie de l’Ancien Régime, et à laquelle il permet surtout de ne pas quitter son milieu social depuis ses résidences via les voitures des chemins de fer en première classe jusqu’aux grands hôtels des capitales ou stations balnéaires européennes (Hauvuy 1987).

11Les grands hôtels construits au xixe siècle peuvent enfin être classés en trois types principaux : 1 – l’hôtel américain frappe par son gigantisme, son confort, sa fonctionnalité et une localisation centrale dans la ville qui le met en contact rapide avec aussi bien avec les gares et les ports qu’avec les principaux pôles de l’activité urbaine ; 2 – les hôtels de stations thermales ou balnéaires peuvent devenir le but même du déplacement et un lieu de résidence mondaine, ils sont associés à des temps de loisirs et leurs fenêtres s’ouvrent sur des paysages exceptionnels ; 3 – le palace est enfin défini par César Ritz lors de la création de son hôtel place Vendôme, sa taille est volontairement réduite pour donner l’impression d’une intimité et d’un élitisme social maximal, et il se réfère explicitement, dans sa décoration luxueuse et ses services, à l’ancien monde de l’aristocratie (Ascher 1987).

12En Asie, le grand hôtel est directement lié à l’étranger. Il correspond à un temps non plus seulement de modernisation urbaine mais aussi d’ouverture et de relation avec les Occidentaux. C’est donc un lieu de confrontation culturelle et de rapport de forces économiques.

13Nicolas Fiévé a analysé le besoin d’un espace de transition où accueillir les étrangers au début de l’ère Meiji et la construction d’un palais officiel destiné spécifiquement aux réceptions diplomatiques comme le Rokumeikan. L’hôtel Impérial est l’un de ces grands hôtels japonais, s’inspirant du modèle occidental, qui ont ensuite répondu à l’affluence plus variée de diplomates, d’hommes d’affaires ou de voyageurs à Tôkyô.

14Dans la Chine de l’« ouverture forcée », après les deux guerres de l’Opium, le grand hôtel s’inscrit le plus souvent dans une configuration originale, celle des espaces neufs des concessions étrangères, en rapide expansion et appelés à devenir les centres mêmes des villes où ils se développent. Thierry Sanjuan rend ainsi compte du rôle du premier grand hôtel occidental en Chine, l’hôtel Astor, dans le développement urbain de Tianjin. Restant longtemps le principal édifice de la ville, sa gestion est liée aux investisseurs étrangers et chinois impliqués dans la modernisation de la ville. Celle-ci s’organise pour partie en fonction de l’hôtel : le long des berges de la Hai, il est un des éléments d’une façade urbaine symbolique des villes portuaires internationales – comme plus tard les Palace Hotel et Cathay Hotel sur le Bund à Shanghai ; une place agrémentée d’un parc Victoria est par ailleurs aménagée sur son flanc ouest. Il reste aujourd’hui un lieu de mémoire pour l’identité historique de la ville.

15Depuis les années 1960, la mondialisation de l’économie asiatique a fait des grands hôtels les témoins privilégiés de la métropolisation et de l’internationalisation des principales villes de l’Asie orientale : Tôkyô, puis Séoul et Hong Kong, actuellement Shanghai ou Pékin. Ils n’ont plus en charge la promotion des nouvelles techniques à l’instar des hôtels du xixe siècle, mais leur architecture et leur intégration fonctionnelle à la ville en font de nouvelles centralités urbaines. L’exemple de Séoul, étudié par Valérie Gelézeau, est éclairant. Il montre les stratégies des chaînes hôtelières internationales investissant les capitales d’Asie, et celles des firmes nationales qui utilisent l’image du grand hôtel pour leur propre promotion.

16Différentes générations de grands hôtels coexistent dans les métropoles d’Asie. Comme Françoise Ged le souligne avec la construction, par vagues successives de grands hôtels à Shanghai, d’une identité moderne de la métropole chinoise, ils jouent de leurs atouts respectifs pour attirer les clients locaux et étrangers. Les uns s’appuient sur l’évocation qu’ils proposent de temps magnifiés et révolus ; d’autres jouent au contraire sur leur modernité et le renouveau qu’ils incarnent. D’autres bénéficient de leur identité étrangère – occidentale ou asiatique. D’autres encore offrent des services spécifiques (boîte de nuit, salle d’exposition, centre de conférence…). Tous mettent en avant leur localisation géographique et leur accessibilité.

17Dans ces jeux sur les identités et les spécificités hôtelières, l’analyse comparée que Jeffrey Cody propose de la récente refondation des hôtels Peninsula et Mandarin Oriental à Hong Kong amène à s’interroger sur la modernité et la post-modernité dans le contexte d’une métropole au carrefour des routes – maritimes et aéroportuaires – de l’Asie orientale.

18L’usage local du grand hôtel se décline dans la fréquentation variée des lieux et services offerts par les clientèles en présence. Au-delà d’un hébergement stratifié en fonction des étages et des degrés d’accessibilité dans l’hôtel, les services de restauration, de loisirs ou d’achats sont l’occasion d’un degré de pénétration des grands hôtels par les populations urbaines locales d’Asie orientale bien plus élevé que dans le cas des palaces parisiens ou londoniens. Ils sont en effet des lieux d’itinérance, de rencontres entre professionnels ou amis, d’invitations faites à ses familiers dans des lieux de prestige.

19Les grands hôtels en Asie répondent à un besoin fort de sociabilité dégagé des espaces plus quotidiens, ceux de la famille ou de l’entreprise. Sylvie Guichard-Anguis, Valérie Gelézeau et Thierry Sanjuan montrent combien ils permettent aussi une certaine mondanité, avec les codes d’une société qui se veut internationale. Les grands hôtels offrent, sans quitter les pays eux-mêmes, des ailleurs culturels, par leur fonctionnement et leur décoration, par les coffee shops ou restaurants américains, français, italiens, chinois, japonais ou coréens qu’ils abritent. Ils sont plus que des « non-lieux », ils sont des mondes en soi. Ils en rejoignent en cela un goût asiatique pour la recréation locale de mondes culturels différents, la collection ludique et non risquée des lieux de l’ailleurs, dont on peut se demander s’il ne correspond pas à la nostalgie d’un universalisme asiatique.

20Ce dernier point permet de répondre à l’hypothèse d’une temporalité des grands hôtels. S’ils sont en effet les produits d’un temps exceptionnel de renouvellement des grandes villes asiatiques, et s’ils perdent ensuite une partie de leur fonction avec la maturité de ces mêmes métropoles (multiplication concurrente de lieux de sociabilité dans la ville), ils restent pourtant des lieux forts de sociabilité urbaine dans des sociétés aujourd’hui aussi développées que celles de Tôkyô, Séoul ou Hong Kong.

21Enfin, leur expression de la modernité a ses limites et ses contrecoups. En Asie, les grands hôtels se heurtent à une culture assez forte pour contraindre ces outils de la mondialisation, qui se sont imposés sur tous les continents, à se positionner aussi sans cesse vis-à-vis de formes locales d’hôtellerie. Ils suscitent surtout le besoin paradoxal d’un hébergement de luxe qui dit la tradition locale. Sylvie Guichard-Anguis montre très justement le redéveloppement des auberges japonaises et la réinvention d’une tradition à même de trouver une alternative aux symboles d’un monde moderne et occidentalisé.

22Cet ouvrage n’a bien évidemment pas l’ambition d’être exhaustif. Nous avons souhaité rendre compte, à partir d’enquêtes de terrain et d’approches variées, d’un phénomène commun aux métropoles d’Asie orientale et spécifique par rapport aux modèles de référence. Une diversification des lieux de sociabilités dans ces grandes villes modernes est aujourd’hui à l’œuvre, mais elle intègre plus que jamais le grand hôtel comme un outil particulier et prestigieux du lien social.

23Nous aimerions enfin remercier Jeffrey Cody pour avoir accepté de se joindre à cette publication, Georges Cazes, qui nous a offert son regard extérieur, ainsi qu’Yvan Chauviré et Jean-René Trochet pour leurs lectures attentives, Florence Bonnaud pour l’élaboration minutieuse des cartes et Dominique Delaunay pour le don de ses photos de Shanghai. Nos recherches ont également été permises par le laboratoire Espace et culture, les ambassades de France à Pékin, Séoul et Tôkyô, et la publication par le laboratoire PRODIG, et nous tenons ici à les en remercier, ainsi que les managers de grands hôtels et les spécialistes locaux du tourisme qui ont eu la patience de répondre à nos questionnaires.

Bibliographie

Bibliographie

Albrecht, Donald, 2002, New Hotels for Global Nomads, New York, Merrell Holberton, 160 pages.

Ascher, François, 1987, « De l’hôtel américain au Ritz », dans François Ascher et al., Luxe, habitat, confort : les références hôtelières, Noisy-le-Grand, Institut français d’urbanisme (université Paris VIII), p. 17-76.

Ascher, François et al., 1987, Luxe, habitat, confort : les références hôtelières, Noisyle-Grand, Institut français d’urbanisme (université Paris VIII), 394 pages.

Boorstin, Daniel, 1991, Histoire des Américains, Paris, Robert Laffont, 1 604 pages.

Borden, Iain et al., dir., 2001, The Unknown City. Contesting Architecture and Social Space, Londres, MIT Press, XXVII et 534 pages.

Denby, Elaine, 1998, Grand Hotels. An Architectural and social History, Londres, Reaktion Books, 304 pages.

Donzel, Catherine et al., dir., 1989, Grand American Hotels, New York, Vendome Press, 256 pages.

Frischauer, Willi, 1965, The Grand Hotels of Europe, New York, Coward-Mc Cann, 256 pages.

Hauvuy, Jean-Claude, 1987, « Snobisme bourgeois, dépense somptuaire et luxe », dans Ascher François et al., 1987, Luxe, habitat, confort : les références hôtelières, Noisy-le-Grand, Institut français d’urbanisme (université Paris VIII), p. 203-241.

« Hôtels/restaurants : style, thèmes, narration », 1999, Architecture intérieure créée, n° 290, p. 70-100.

Knoll, Gabriele M., 1993, « L’architecture des hôtels (1870-1914) : innovations techniques et miroir du comportement social », dans Architecture, urbanisme et aménagement en milieu touristique, Talence, Centre d’études des espaces urbains (Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine), p. 23-29.

Logan, William S., dir., 2003, The Disappearing Asian City. Protecting Asia’s Urban Heritage in a Globalizing World, New York, Oxford University Press, 308 pages.

Meade, Martin et al., 1987, Palaces et grands hôtels d’Orient, Paris, Flammarion, 264 pages.

Du palais au palace. Des grands hôtels de voyageurs à Paris au xixe siècle, 1998, Paris, musée Carnavalet, 232 pages.

Sanjuan, Thierry, 1997, À l’ombre de Hong Kong. Le delta de la rivière des Perles, Paris, L’Harmattan, 314 pages.

Simon, François, 2003, Hôtels de Paris, Paris, Éditions Assouline, 240 pages.

Soja, Edward W., 1989, Postmodern Geographies. The Reassertion of Space in Critical Social Theory, Londres, Verso, 266 pages.

Watkin, David, dir., 1984, Grand Hotel. The Golden Age of Palace Hotels, an Architectural and Social History, New York, Vendome Press, 272 pages.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site