Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1388, La Dédition de Nice à la Savoie

 | 
Rosine Cleyet-Michaud
, 
Geneviève Étienne
, 
Mireille Massot
, 
et al.

I - L'événement

Aux origines du pays le roi Robert et les hommages de 1331 en Provence

Jean-Paul Boyer

Texte intégral

  • 1 Cais de Pierlas (E.), La Ville de Nice pendant le premier siècle de la domination des princes de S (...)

1La pacte de soumission de Nice au comte de Savoie du 28 septembre 1388 consacrait trois articles à l'hommage et à la fidélité. Question centrale en vérité : cet engagement seul marquerait la sujétion définitive de la ville et de sa viguerie à leur nouveau maître, dont l'autorité n'était jusqu'à ce moment que provisoire1. Voici un opportun rappel de la place de la "féodalité" aux derniers siècles du Moyen-Age dans les pays dits de "droit écrit" et du fait qu'elle ne s'y limitait pas au monde de l'aristocratie.

  • 2 Giordanengo (G.), Le Droit féodal dans les pays de droit écrit, Rome, 1988, pp. 153-185.

2Les articles et la thèse, récemment publiée, de Gérard Giordanengo, ont réveillé l'intérêt pour la "féodalité" provençale : d'essor tardif, elle devenait avec les Angevins un élément relativement important dans l'organisation politique du pays2. De fait, les clauses précédemment évoquées de la soumission de Nice s'inscrivaient dans une tradition alors pérenne.

  • 3 Caggese (R.), Roberto d'Angiò e i suoi tempi, T. I, Florence, 1922, pp. 663-665 ; Léonard (E.G), H (...)

3La grande campagne de réception de la fidélité et de l'hommage de l'année 1331 en est d'abord une illustration. Elle se place également aux origines de la tragédie dont les événements niçois de 1388 paraissent comme le dénouement. Elle avait été décidée par le roi Robert à la suite du décès de son fils, le duc de Calabre. Il voulait garantir sa succession aux filles de ce dernier au cas, bien probable, où un nouveau fils ne lui naîtrait pas. il avait choisi Jeanne, l’aînée, pour héritière tant du royaume de Sicile que des comtés de Provence, de Forcalquier et de Piémont. Si elle venait à mourir sans enfants, Marie la remplacerait. Les sujets étaient donc invités à prêter hommage lige et serment de fidélité à la première de ces enfants et, sous les conditions qui précèdent, à la seconde3. Mais l’intérêt particulier de la campagne de 1331 tient aux trois lettres adressées en cette occasion depuis Naples par le souverain.

  • 4 A.D.B. du R., B 2, f° 277 r°-v° ; Léonard (E.-G.), op. cit., pp. 138-139.
  • 5 A.D.B. du R., B 482 et B 489. Ces deux lettres constituent la base du travail qui suit. Pour ne pa (...)
  • 6 Caggese (R.), op. cit., p. 664 ; Léonard (E.-G.), op. cit., p. 138 ; Giordanengo (G.), op. cit., p (...)

4L'une, du 26 janvier 1331, était une lictera declaratoria. Le roi exposait "à tous" le bien fondé de ses dispositions successorales pour ce qui concernait les trois comtés, sur les plans juridique et politique. Elle a fait l'objet d'une analyse méticuleuse dans le monumental ouvrage consacré à la reine Jeanne par E.G. Léonard, qui en a publié de larges extraits4. Par une autre lettre, donnée le même jour, Robert pressait ses "fidèles" des comtés de Provence et de Forcalquier de se plier à l'hommage. Sa teneur était largement reprise dans une dernière lettre, du trente janvier, qui désignait Philippe de Sanginet comme son procureur pour les cérémonies requises dans ces deux comtés et leurs dépendances, dont celui-ci était alors le sénéchal5. De ces deux documents, le premier a été partiellement et sommairement analysé, le second négligé6. Il m'a paru qu'ils méritaient une lecture plus attentive, étayée par celle des procès-verbaux des prestations d'hommage, car ils soulèvent les problèmes connexes de la définition d'un pays légal, des fondements de la légitimité du prince et de l'émergence d'un discours politique.

  • 7 A.D.B. du R., B 755 et B 438 (exemples). Sur la double campagne de réception de l'hommage en faveu (...)
  • 8 Michaud-Quantin (P.), Universitas, Paris, 1970, pp. 11-57.
  • 9 Ibid., p. 307.
  • 10 Exemples : Nice dès 1176 ; Datta (P.-L.), Delle libertà del comune di Nizza..., Nice, 1859, doc. n(...)
  • 11 cf. note no7.

5Le roi Robert s’adressait nommément en 1331 aux prélats et clercs ayant une dignité, ainsi qu'aux comtes et barons et à des "particuliers" : il entendait l'ensemble de l'aristocratie laïque et ecclésiastique, de ceux, du moins, qui reconnaissaient tenir quelque chose en fief de lui, comme le prouvent amplement deux campagnes antérieures de réception de l'hommage, en 1309-13107. Mais, à leurs côtés, il appelait les communautés d'habitants, définies comme universitates. Il n'est guère besoin d'insister sur la portée juridique du terme, qui désignait une personne morale8. De fait, ces communautés devaient, selon ce qu'exposait l'acte de procuration au profit du sénéchal, lui adresser des syndics, conformément à l'enseignement des romanistes qui voulaient que la représentation des personnes collectives se fît par le moyen de syndics, et non de procureurs9. Il n'y avait donc aucune ambiguïté dans l'emploi de la notion, de longue date enracinée en Provence, que le règne autoritaire de Charles Ier même n’avait pas abolie10. Demeurait remarquable l’étendue de la reconnaissance de cette personnalité morale, puisqu'en bénéficiaient pareillement les plus importantes agglomérations et les plus médiocres. Il en était ainsi depuis les campagnes de 1309-1310, qui s'étaient déjà étendues aux universitates11.

  • 12 A.D.B. du R., B 483b. Giordanengo (G.), op. cit., p. 179.
  • 13 A.D.B. du R., B 479, B 483b et B 752, f° 9 r° - 19 r°.
  • 14 Sur cette conception "romaine" de l'Etat : Giordanengo (G.), "Vocabulaire romanisant et réalité fé (...)

6On pense à des considérations étroitement pratiques. Le recours à des syndics permettait d'enserrer aisément une importante population dans les liens de la fidélité et la personnalité collective était le moyen d'engager à la fois les habitants présents et futurs des villes et villages. Une certaine représentation du pays ne s'en affirmait pas moins. Les communautés étaient désormais regardées comme des cellules de base de l'Etat. Avec nobles et dignitaires du clergé, elles partageaient une même prérogative politique. La cohésion du système était renforcée par le fait que les hommes d'Eglise prêtaient ordinairement l'hommage lige12. Cette conception de la cité était clairement exposée dans la mission confiée au sénésénéchal : ad recipiendum ab omnibus et singulis prelatis, comitibus, baronibus et universitatibus civitatum, castrorum et villarum, per sindicos earum ad hoc specialiter ordinandos, et a specialis personis... homagia et sacramenta fidelitatis. On notera d'ailleurs comment dans la hiérarchie suggérée ci-dessus les communautés se plaçaient immédiatement après la haute aristocratie, devant les vassaux plus modestes. L'assimilation se traduisait encore par l'unité du cérémonial suivi : mêmes formules, même rituel, baiser de bouche compris, accompli pareillement dans les mains du sénéchal. Les premiers temps de la campagne, entre le 18 mars et le 7 avril, furent, il est vrai, réservés, pour l'essentiel, à l'élite de l'aristocratie. Les syndics ne se présentèrent qu'à partir du 9 avril. Mais, à compter de cette date, ils furent reçus par le sénéchal côte à côte avec les vassaux, sans que la moindre prééminence puisse être déterminée13. Il y avait donc volonté d'encadrement uniforme du pays, selon une conception très "romanisante" du pouvoir14.

  • 15 Définition du dominium proprium comtal : Baratier (E.), Enquêtes sur les droits et revenus de Char (...)
  • 16 A.D.B. du R., B 483b.
  • 17 Ibid.

7Toutefois, cette prétention se heurtait à une limite : seules les communautés qui reconnaissaient le roi pour seigneur direct prêtaient l'hommage. Certes, elles ne se restreignaient pas à celles qui appartenaient au dominium proprium comtal et comportaient d'autres, qui relevaient de coseigneurs15. Aussi, les syndics de Puget-Théniers prenaient la précaution de préciser : salvis tamen juribus domini Guillelmi de Pugeto que habet vel habere potest seu debet in hominibus dicti loci16. Pour ces coseigneuries, le partage de la juridiction paraît avoir été le critère essentiel. Néanmoins, il ne semble pas qu'une règle précise ait été établie en la matière, ce qui ouvrait la voie aux différences d'interprétation. Daniel Marquesani, coseigneur en indivision avec la Cour du village de la Turbie, pour une moitié, sur les hommes et la juridiction, demandait l'annulation de l'hommage que les syndics de ce lieu venaient de rendre, faisant remarquer que la moitié lui en revenait ! Le sénéchal passait outre à ses protestations17. Pourtant, c’est l’unique conflit ouvert que j'ai présentement relevé pour la campagne de 1331.

  • 18 Ibid, (on peut comparer avec l’expression employée quand les syndics représentent la totalité de la (...)

8En fait, là où ses prérogatives n'étaient pas assurées, la Cour se limitait à recevoir l’hommage des seuls "hommes royaux", s'ils existaient. Ils se constituaient en une universitas particulière, déléguant son syndic, tel, pour Rémuzat (vallée d'Oule), Gauterius Gauterii de Remusato syndicus universitatis hominum regiorum ipsius castri18. Le prince freinait ses ambitions pour ménager les susceptibilités de l'aristocratie.

  • 19 Léonard (E.-G.), op. cit., pp. 76 n. 2, 111-124, 128 et 131.

9Ici, il faut se souvenir que le règlement de sa succession par Robert n’était pas incontestable. Outre les réticences que pouvait susciter le choix d'une femme et les griefs plus anciens de la branche hongroise de la maison d'Anjou, il invalidait pour les comtés de Provence et de Forcalquier les volontés de Charles II, aux dépens de Philippe de Tarente, le propre frère de Robert, et des siens19.

  • 20 Il ne m'est pas possible de traiter ici ce point qui sera développé dans un article ultérieur. Que (...)

10Au vrai, la campagne de 1331 illustre une fragilité récurrente des Angevins qui n'avaient pu s'affranchir d'une forme d'"élection", au sens médiéval du terme20. La première fonction de ces hommages était de marquer une reconnaissance par le pays légal. Dans la procuration confiée au sénéchal, le roi exposait clairement l'avantage qu'il en attendait pour ses petites-filles : ut... ad fidem eis per ipsos (les "fidèles") debitam sicut nobis legitime succedentibus fortius vinculum obnixius obliget.. Bien qu'on la prétendît due, il fallait renforcer, voire fonder, la fidélité des sujets à l'égard de la future souveraine.

  • 21 Sur l'importance du concept de "seigneur naturel", Guenée (B.), L'Occident aux XIVe et XVe siècles (...)
  • 22 Se reporter à l’article de ces deux auteurs contenu dans le présent recueil.

11L'hommage conforterait le lien de "naturalité" : ut fideles eorumdem comitatuum prefatis nostris neptibus... major fomes naturalitatis astringat. C'est lui qui ferait donc pleinement de sa bénéficiaire le "seigneur naturel". Dans sa lettre aux "fidèles" de Provence, le roi se prévalait lui-même de cette qualité, ce qui révèle la valeur du concept21. Maryse Carlin et Paul-Louis Malausséna en dégagent la portée et montrent l'importance, lors de la soumission de Nice de 1388, pour le comte de Savoie d'acquérir à son tour ce caractère22.

  • 23 Giordanengo (G.), op. cit., p. 181.
  • 24 Léonard (E.-G.), op. cit., p. 136.
  • 25 Giordanengo (G.), op. cit., pp. 140-144 et 171, et "Documents...", art. cit.
  • 26 Id., op. cit., p. 173.
  • 27 A.D.B. du R., B 752, f° 18 v°.
  • 28 Giordanengo (G.), "Vocabulaires et formulaires féodaux en Provence et en Dauphiné (XIIe-XIIIe sièc (...)

12Pour étayer l'autorité, la "féodalité" était également un outil juridique bien maîtrisé. Grâce aux travaux de Gérard Giordanengo, il est aisé d'en démonter le mécanisme. Le rôle de la cour napolitaine comme inspiratrice de cette "politique féodale" est ici trop manifeste pour qu'il soit utile d'insister23. C'est dans le cadre du royaume de Sicile que les hommages avaient été d'abord reçus à Naples, à compter du 4 novembre 133024. L'usage du droit féodal savant, s'il n'avait pas été introduit par elle en Provence, n'en correspondait pas moins à ses conceptions : le formulaire imposé pour la fidélité était inspiré de la nova forma fidelitatis des Libri feudorum, depuis longtemps utilisée par les Angevins, même si la version retenue en 1331 était très abrégée25. La ligesse était un atout supplémentaire, alors que la Cour tendait, probablement, à la considérer comme réservée au souverain26. Lors des prestations de fidélité, il était en outre, parfois, déclaré que le serment qui venait d'avoir lieu sous-entendait : omnia et singula que contineri debent et possunt, tam secundum jura quam secundum bonam consuetudinem27. Précision ordinaire en Provence et qui ne lui était pas propre, mais qui révélait que la "féodalité" y pouvait offrir toute une gamme de ressources légales, y compris coutumières, dont on entendait user28. Aussi ne négligeait-on pas l'enregistrement des hommages par notaire.

  • 29 B 752, f° 19 r°.
  • 30 Ibid. Comparer à titre d'exemple aux procès-verbaux des hommages de 1309-1310 (cf note no7).

13Pour autant, la portée de ces cérémonies ne se limitait pas dans l'esprit du souverain au domaine du droit. Il escomptait encore les bénéfices du "lien personnel" qui était supposé se créer. Dans le royaume de Naples, ainsi qu'il l'exposait lui-même, il avait tenu malgré l'ampleur de la tâche à recevoir en personne, en tant que tuteur, l'ensemble des hommages. Certes, en Provence il avait fallu recourir à un procureur, et il arrivait qu'un vassal adressât de son côté à celui-ci son propre procureur29 ! Encore, la pratique était-elle à cette date limitée. Quant au sénéchal, il représentait, malgré tout, assez évidemment le roi. Et on notera que, grâce à l'institution des syndics, il avait pu recevoir directement la fidélité de l'ensemble des communautés qui y étaient astreintes. L'importance attachée au lien "d'homme à homme" est trahie par la précaution que prit Robert d'indiquer non seulement les paroles à prononcer, mais aussi la façon dont elles devaient l'être et le geste de dation des mains, essentiel à ses yeux, qui devait l'accompagner : verba... juramenti et homagii que factor et prestitor ipsius juramenti et homagii, clausis ejus manibus extensis et positis in manibus predicti senescalli, debet oraculo vive vocis exprimere sunt hec... Le rituel de l'hommage en Provence était figé. Il demeure que les procès-verbaux nous montrent un souci, accru par rapport aux campagnes précédentes, d'en noter les détails : flexis genibus et junctis eorum manibus positis infra manus dicti domini senescalli, pacis obsculo interveniente, fecerunt homagium ligium30.

  • 31 Sur cet aspect de la personnalité du roi : Léonard (E.-G.), Gli Angioini di Napoli, s. I ; 1967 (t (...)

14La dimension émotionnelle était d’ailleurs délibérément développée par Robert dans ses lettres. N'exposait-il pas, en particulier, que ces hommages étaient la manifestation de l"amour" que ses sujets avaient porté à son fils, le feu duc de Calabre, et qui s'était étendu à ses enfants ? Le serment de fidélité était dénommé sacramentum. Une telle appellation n'était évidemment pas singulière, mais elle s'opposait aux enseignements les plus élémentaires de cette théologie dans laquelle le roi se piquait d'être versé31. Son intention délibérée était de souligner le caractère d'engagement irrévocable devant Dieu dudit serment. Aussi rappelait-il que la solennitas devait être observée lors des cérémonies. Bien sûr, le mot avait le sens juridique de formalité. Ceci n’excluait pas celui d'apparat.

  • 32 Giordanengo (G.), op. cit., pp. 176 n. 113,179 n. 123 et 181.
  • 33 Cf. note no 13 (la réunion de la grande cour du 18 mars à Aix, rapportée par le B 479, a été jusqu (...)

15De fait, ces prestations d'hommage se déroulèrent dans une certaine "solennité". Certes, Gérard Giordanengo l'a déjà démontré, il n'y avait pas de "lieux symboliques"32. La chambre du sénéchal dans le palais royal d'Aix, le verger de celui-ci ou d'une maison particulière d'Avignon faisaient l'affaire ! Entamées le 18 mars, les réceptions s'effilochèrent dans le temps et se dispersèrent dans l'espace : j'en relève encore une le 10 octobre dans le château de Nice. Toutefois, l'essentiel de la campagne était achevé au 26 mai, se concentrant sur un peu plus de deux mois. Pendant cette période, vassaux et syndics de toute la Provence avaient convergé vers Aix ou Avignon. Tout avait commencé, le 18 mars, par une cour qui avait rassemblé dans la grande salle du palais d'Aix cinquante-deux "barons et nobles", appartenant aux plus hauts lignages, en présence du sénéchal entouré de prélats et de grands officiers. Le 7 avril, à Avignon, était tenue une seconde réunion, beaucoup plus modeste il est vrai : on n'y notait la présence que de six "barons et nobles"33. Pour se convaincre que de tels concours étaient considérés comme une exaltation du prince, il suffit de lire le récit adressé par Robert aux Provençaux des hommages qu'il venait de recevoir à Naples. La presse qui avait contraint le premier jour à se transporter sur la place, l'accaparement du roi plus d'un mois par les cérémonies témoignaient de l'adhésion d'un peuple.

  • 34 A.D.B. du R., B 450.
  • 35 Hébert (M.), "Aux origines des états de Provence : la "cavalcade générale"", in 110e congrès natio (...)

16Aux "barons et nobles" qui participaient aux cours des 18 mars et 7 avril, lecture avait d'abord été donnée des trois lettres du souverain. Puis, un "parlement" avait précédé les hommages : dicti vero barones et nobiles habito inter se colloquio et consilio responderunt quod parati erant facere et prestare dictum homagium et sacramentum. Le caractère stéréotypé de la formule, identique pour les deux réunions, doit ne pas en faire surestimer la portée et il faut surtout voir dans cette "discussion" une "acclamation". Mais le "dialogue" ne s'amorçait pas qu'avec la haute aristocratie. Les syndics des communautés avaient également connaissance des trois lettres. En fait, elles avaient été lues aux assemblées d'habitants qui les avaient désignés, si je me réfère au précédent de 1320, lors des hommages rendus, déjà sur la demande de Robert, en faveur du duc de Calabre, alors son héritier désigné34. On le comprend, un parallèle s'impose avec la genèse des assemblées d'états que Michel Hébert aperçoit dans la première moitié du XIVe siècle35. L'époque était favorable à la prise de conscience du pays.

  • 36 Coulet (N.), Aix-en-Provence -Espace et relations d'une capitale, Aix-en-Provence, 1988, pp. 59-10 (...)

17Dans son ensemble, une information précise sur la question dynastique avait été diffusée. Par la lictera declaratoria, chacun avait pu entendre Robert dénoncer le testament de Charles IL Son autre lettre du 26 janvier apprenait l'assentiment donné à ses propres dispositions successorales par le roi de Hongrie, dont les ambassadeurs assistaient aux cérémonies du 4 novembre 1330 à Naples. Mais elle révélait encore qu'à l'heure où le roi écrivait, de ses deux frères, seul le prince d'Achaïe, Jean de Gravina, avait accepté de faire hommage avec ses fils à Jeanne et Marie. Ce n'était pas encore le cas de Philippe de Tarente. Pour ce dernier, on pouvait remarquer les explications embarrassées de Robert de son refus de s'agenouiller lors de l'hommage jadis rendu au feu duc de Calabre et qu'il avait prêté debout : honneur avait été rendu à son âge ! Une "opinion publique" était en gestation et bientôt les partis, ou les clans, se déchireraient en Provence36.

  • 37 Léonard (E.-G.), Gli Angioini, op. et lieu cit., et Histoire cit., p. 136.
  • 38 Guenée (B.), op. cit., pp. 103-105 et 138-139.
  • 39 Isnard (E.), Inventaire sommaire chronologique, Marseille, 1939, no 266.
  • 40 Caggese (R.), op. cit., pp. 650-652 et 668. Se reporter, surtout, au célèbre couronnement de Rober (...)

18Pour l'heure, par sa lettre aux "fidèles" de Provence le souverain visait à gagner la faveur de cette "opinion publique" en énumérant les bienfaits apportés par sa maison. Le ton moralisateur du discours et sa rhétorique étaient dans les habitudes du "roi des sermons", qui n'avait d'ailleurs pas omis d'en prononcer à l'occasion des hommages reçus à Naples37 ! Le fond relevait principalement de ces "lieux communs" de la pensée politique, ainsi que les a qualifiés Bernard Guenée : la paix, la justice, le bien de tous, la bonté du prince qu'expriment sa modération et sa douceur38. Mais Robert suggérait encore que la mort prématurée du duc de Calabre était une forme de sacrifice consenti pour le profit de ses sujets. Il tendait à sanctifier l'image de ce fils pour l'âme duquel, lors de son décès en 1328, il avait sollicité les Marseillais de célébrer des messes39. Il parvenait à une mystique du pouvoir, qu'il faudrait rapprocher de certaines manifestations du culte rendu à saint Louis d'Anjou40. Surtout, l'intérêt demeure d’un tel effort de "propagande" dirigé vers le pays

  • 41 Guichard (F.), op. cit., doc. no LXXXI ; A.C. Saint-Martin-de-Vésubie, conservées aux A.D.A.M., AA (...)
  • 42 A.D.B. du R., B 752, f° 17 v°.
  • 43 Se reporter, par exemple, aux pressions exercées sur la reine Jeanne par les états réunis à Aix, l (...)

19Cette politique aboutissait nécessairement à une ébauche de "contrat" avec lui. Ainsi, les syndics déclaraient hautement à la suite de leur prestation d'hommage qu'aucun préjudice ne devait en découler pour leur universitas et ses hommes dans leurs privilèges, droits et "bonnes coutumes approuvées", destinés à demeurer fermes pour toujours. Ils sollicitaient et obtenaient un "instrument public" qui consignait la cérémonie et leur protestation, pour la "garantie perpétuelle" de leur communauté, et qui était versé aux archives municipales41. Les vassaux n'agissaient pas différemment, tels les "barons et nobles" réunis à Avignon le 7 avril : non intendunt prejudiciare nec derogare privilegiis, libertatibus seu immunitatibus eorum42. La fidélité deviendrait un instrument aux mains de celui qui la jurait, pour peu que le pouvoir vacillât43.

20L'utilisation par le prince de la "féodalité" jusque dans ses rapports avec les communautés de Provence en faisait d'abord l'une des formes du "dialogue" qu'il amorçait avec le pays, et non des moindres.

21Il n'y avait pas contradiction évidente avec les prétentions romanisantes de l'Etat angevin. Il s'agissait, au contraire, d'une manifestation de plus de la volonté du pouvoir de s'entourer de tout l'apparat du droit.

22Cependant, le "lien personnel", le rite, le geste conservaient une certaine importance dans le politique. N'était-ce pas la tentation d'une autorité moins bien assurée que d'y recourir comme à une ancre de salut ?

PIECE JOINTE

231331, 26 janvier, Naples

24- Lettre close du roi Robert, invitant ses "fidèles" des comtés de Provence et de Forcalquier à prêter serment de fidélité et hommage à ses petites-filles Jeanne et Marie, ses héritières, dans les mains du sénéchal Philippe de Sanginet.

  • 44 Plusieurs copies de cet acte ont été conservées. J'ai ainsi relevé aux A.D.B. du R. : B 2 (f° 176  (...)
  • 45 La lettre, pliée horizontalement, était maintenue fermée par le sceau du secret qui servait de cac (...)

25A.D.B.D.R., B 482, original44, parchemin (env. 32,5 cm x 49,5 cm), jadis scellé : traces du grand sceau de cire rouge apposé sur double queue de parchemin et du petit sceau secret, également de cire rouge, plaqué à gauche45.

26- Signalé : Caggese (R), op. et lieu cit. (a vu aux A.D.B.R. la seule copie incluse dans le registre B 2 : cf. note 1).

27Léonard (E.-G.), Histoire..., op. et lieu cit.

28Giordanengo (G.), Le Droit..., op. et lieu cit.

29Les Bouches du Rhône, encyclopédie départementale, II, Paris-Marseille, 1924, p. 388.

  • 46 Nicolas, évêque d’Eger (Hongrie) et André Bathori, évêque de Nagy-Varád (Hongrie) ; Eubel (C.), Hi (...)

30Robertus dei gratia rex Jerusalem et Sicilie, ducatus Apulie et principatus Capue, Provincie et Forcalquerii ac Pedimontis cornes. Universis et singulis archiepiscopis, episcopis, abbatibus, aliis quibuscumque personatus habentibus, necnon comitibus, baronibus, universitatibus tam civitatum quam castrorum et villarum ac hominibus comitatuum Provincie et Forcalquerii predictorum dilectis fidelibus et devotis suis, gratiam suam et dilectionem sinceram. Si, ut supponimus, vestra prudentia discrete consideret suave arga vos aliosque nostros fideles regni progenitorum nostrorum nostrumque dominium lenem, curam regiminis, honorum, favorum et gratiarum impendium, procurationem quietis et pacis ac jurium incrementum, relevationem etiam oppressionum atque gravaminum et remotionem impugnantium in hostili, non solum ad ea que nobis et nostris de jure conveniunt vestros debetis habilitare animos, sed ad omnia alia nobis grata et placida promptius inclinare. Noscis quidem, ut pote vulgo notorium, quanta vos et ipsas provincias, a tempore quo fungebamur ducali titulo et post receptas per nos regias insolas subsequenter, patria quodammodo gratitudine fovimus, quantum nos et quondam Carolus dux Calabrie benedictus filius noster, cujus anima celesti gaudio foveatur, pro defensione vestra dictorumque fidelium exposuerimus effective, non timentes personarum pericula, rerum dampna, ob que ipsum ducem forsan immaturius substulit peremptoria dies vite. Ex quitus nedum ad prefatum ducem, cui pro se et suis heredibus et alii rostri regnicole nobis etiam id volentibus per exhibitionem sacramenti debiti vinculo fuistis fidelitatis astricti, affectum debuistis caritatis gerere, sed etiam ad suos posteros, a quitus post nostrum, in casu si contingat, obitum sperare debetis amabilis benivolentie prosecutione tractari, cum exhibitione pure fidei propagare. Licet autem, ipso duce rebus tunc humants agente, spectabiles fratres nostri carissimi Tarenti et Achaye principes, idem videlicet Tarenti princeps in suis rectus existens pedibus non genuflexus ut honor exhiberetur etati, aliique prelati, comites, barones et universitates regni Sicilie, et vos subsequenter postmodum ut prefertur, eidem duci tamquam nobis legitimo successori, si eum nostro funeri supervivere contigisset, ligium homagium et fidelitatis debite in suis manibus pro se ac suis heredibus prestiterint juramentum, quia tamen majorem videtur efficaciam gerere quod specialiter geritur quam quod generaliter exhibetur, prefatus princeps Achaye cum tribus filiis ejus, Carolo, Ludovico et Roberto, quamvis etate minoribus, prelati, comites, barones et universitates regni nostri Sicilie, voluntate unanimi et promptitudinis affectione sincera, coram venerabilibus patribus Agrien. et Varadien. episcopis46, nunciis regis Ungarie ad nostram presentiam destinatis, aliorum prelatorum et pagine sacre doctorum, religiosorum, mercatorum et diversarum nationum consulum multitudine copiosa quam, dum aula nostri palacii Castri Novi pre numerositate non caperet cum illis, ad plateam nos oportuit declinare, Johanne primogenite ac, in casu, Marie secumdogenite dicti ducis, neptibus nostris carissimis quas non possimus dulciori vocabulo quam filias nuncupare, in manibus nostris tamquam earum legitimo amministratori et balio in subscripta forma, servata solennitate que convenit, de novo, ut premittitur, velut in casu generaliter debentibus nobis succedere, ligium homagium et fidelitatis sacramentum debitum prestiterunt in quorum receptione ultra mensem fuimus personaliter interdum mane plerumque horis aliis occupati. Verum, quia vos et dictos regnicolas eadem fides, devotio et ratio ad simile implicat, et ut cujuslibet erroris nubilum de medio abducatur, quinimo per providentie nostre hujusmodi remedium justitie serenitas tribuatur, qui nobis quam dicti regnicole naturalitatis vinculo astringimini non minori, fidelitati vestre mandamus expresse, quatenus licet per vos sacramentum hactenus dicto duci prestitum pro se et suis heredibus, ut prefertur, deberet in hac parte sufficere, ex abundanti tamen cautela que prodesse non officere consuevit, et ut credita de vobis fidelitas effectu operum elucescat, in manibus nobilis viri Philippi de Sangineto militis senescalli nostri comitatuum Provincie et Forcalquerii predictorum, ad hoc per nos plenum posse habentis, pro eisdem Johanna et Maria sororibus in subscriptis casibus atque forma que decet, solennitate servata, ligium prestetis homagium et fidelitatis debitum sacramentum, per quod vestrum in hiis impleatis debitum et nos ac eas inducatis promptius ad vestra impendia gratiarum.

31Forma vero juramenti prestandi hec est :

32Vos juratis per Deum et sancta ejus Evangelia nobis senescallo Provincie pro parte spectabilis domine domine Johanne primogenite clare memorie domini Caroli ducis Calabrie quod, in casu quo ex inclito principe domino nostro rege Roberto Jerusalem et Sicilie filius masculus non supersit, eritis fidelis ipsi domine Johanne eidem domino regi legitime heredi et succedenti, non eritis in arte vel consilio ubi ipsa possit perdere vitam, membra vel aliquem honorem, si sciveritis ejus dampnum vel impedimentum, disturbabitis illud toto vestro posse, et si non poteritis disturbare, notificabitis eis vel illis personis per quas impedimentum possit citius removeri. Et simile sacramentum facitis nobis pro parte spectabilis domine domine Marie secumdogenite dicti domini ducis in casu quo, ut premittitur, ex ipso domino rege non supersit filius et predicta domina Johanna sine liberis, quod absit, predecedat.

33Forma homagii per subditum exhibendi, clausis manibus et positis in manibus dicti senescalli :

34Ego in premissis casibus vobis pro parte domine domine Johanne et per consequens, ut prefertur, dicte domine Marie, devenio earum homo ligius, fidem et legalitatem eis portabo sicut dominabus meis ligiis contra omnem hominem qui vivere potest et mori.

  • 47 Le nom du protonotaire est autographe ; Cadier (L.), Essai sur l'administration du royaume de Sici (...)

35Datum Neapoli per Johannem Grillum47 de Salerno juris civilis professorem, vicegerentem prothonotarii regni Sicilie.

36Anno Domini millesimo CCC°XXXI° die XXVI Januarii, XIIII° indictionis.

37Regnorum nostrorum anno XXII°.

38Mentions en dehors de la teneur :

39- en bas de l’acte, sur le repli du parchemin, à gauche :

40Johannes de Sancto-Germano ( ?) notarius ( ?)

  • 48 Les lettres secrètes étaient réunies dans un chapitre spécial lors de leur enregistrement ; Durrie (...)

41Registratum in secreto48.

42- au dos de l'acte :

43IIC Registratum

44Registratum (sic, mentionné deux fois)

45Seing manuel d'un scribe.

Notes

1 Cais de Pierlas (E.), La Ville de Nice pendant le premier siècle de la domination des princes de Savoie, Turin, 1898, pp. 35-36.

2 Giordanengo (G.), Le Droit féodal dans les pays de droit écrit, Rome, 1988, pp. 153-185.

3 Caggese (R.), Roberto d'Angiò e i suoi tempi, T. I, Florence, 1922, pp. 663-665 ; Léonard (E.G), Histoire de Jeanne 1ère, T.I, Monaco-Paris, 1932, pp. 131-140 ; Giordanengo (G.), op. cit., pp. 181-182

4 A.D.B. du R., B 2, f° 277 r°-v° ; Léonard (E.-G.), op. cit., pp. 138-139.

5 A.D.B. du R., B 482 et B 489. Ces deux lettres constituent la base du travail qui suit. Pour ne pas alourdir inutilement l’appareil critique, leurs références ne seront pas rappelées, d'autant que la première est publiée en annexe.

6 Caggese (R.), op. cit., p. 664 ; Léonard (E.-G.), op. cit., p. 138 ; Giordanengo (G.), op. cit., p. 182 et n. 130.

7 A.D.B. du R., B 755 et B 438 (exemples). Sur la double campagne de réception de l'hommage en faveur du roi Robert de 1309-1310, cf. Giordanengo (G.), op. cit., pp. 179-180.

8 Michaud-Quantin (P.), Universitas, Paris, 1970, pp. 11-57.

9 Ibid., p. 307.

10 Exemples : Nice dès 1176 ; Datta (P.-L.), Delle libertà del comune di Nizza..., Nice, 1859, doc. no III ; Avignon en 1203 ; Labande (L-H.), Avignon au XIIIe siècle, Paris, 1908, doc. no 1 ; ou encore Digne en 1260 ; Guichard (F.), Essai historique sur le cominalat dans la ville de Digne, Digne, 1846, T. II, doc. no XIX.

11 cf. note no7.

12 A.D.B. du R., B 483b. Giordanengo (G.), op. cit., p. 179.

13 A.D.B. du R., B 479, B 483b et B 752, f° 9 r° - 19 r°.

14 Sur cette conception "romaine" de l'Etat : Giordanengo (G.), "Vocabulaire romanisant et réalité féodale en Provence", in Provence Historique, fasc. 100,1975, p. 264.

15 Définition du dominium proprium comtal : Baratier (E.), Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence, Paris, 1969, p. 34.

16 A.D.B. du R., B 483b.

17 Ibid.

18 Ibid, (on peut comparer avec l’expression employée quand les syndics représentent la totalité de la communauté : "Symon de Girona, jurisperitus, et Guillelmus Cayrati, notarius, de Pugeto-Thenearum, syndici universitatis hominum dicte terre", ibid.)

19 Léonard (E.-G.), op. cit., pp. 76 n. 2, 111-124, 128 et 131.

20 Il ne m'est pas possible de traiter ici ce point qui sera développé dans un article ultérieur. Quelques éléments chez Giordanengo (G.), op. cit., pp. 170-182, et "Documents sur l’hommage en Dauphiné et en Provence (1157-1270)", in Mélanges de l'Ecole Française de Rome, 1980 - 1, pp. 183 et 203-204.

21 Sur l'importance du concept de "seigneur naturel", Guenée (B.), L'Occident aux XIVe et XVe siècles - Les Etats, 2e éd., Paris, 1981, p. 136.

22 Se reporter à l’article de ces deux auteurs contenu dans le présent recueil.

23 Giordanengo (G.), op. cit., p. 181.

24 Léonard (E.-G.), op. cit., p. 136.

25 Giordanengo (G.), op. cit., pp. 140-144 et 171, et "Documents...", art. cit.

26 Id., op. cit., p. 173.

27 A.D.B. du R., B 752, f° 18 v°.

28 Giordanengo (G.), "Vocabulaires et formulaires féodaux en Provence et en Dauphiné (XIIe-XIIIe siècles)", in Structures féodales et féodalisme, Rome, 1980, pp. 96-97. Exemples de formules proches en Piémont : Camilla (P.), Cuneo - 1198 - 1382 - Documenti, Cuneo, 1970, doc. 88 (hommage de Cuneo au marquis de Saluces - 1282), doc. 98 (hommage de Monteregale à Charles II d'Anjou - 1305), etc.

29 B 752, f° 19 r°.

30 Ibid. Comparer à titre d'exemple aux procès-verbaux des hommages de 1309-1310 (cf note no7).

31 Sur cet aspect de la personnalité du roi : Léonard (E.-G.), Gli Angioini di Napoli, s. I ; 1967 (trad. de l'édition française : les Angevins de Naples, Paris, 1954) pp. 353-354.

32 Giordanengo (G.), op. cit., pp. 176 n. 113,179 n. 123 et 181.

33 Cf. note no 13 (la réunion de la grande cour du 18 mars à Aix, rapportée par le B 479, a été jusqu'à présent ignorée et seule a été indiquée celle du 7 avril décrite dans le B 483b et le B 752 : Caggese (R.), op. cit., p. 665 ; Léonard (E.-G.) n'a relevé les prestations d'hommage qu'entre le 24 mars et le 10 mai : op. cit., p. 139).

34 A.D.B. du R., B 450.

35 Hébert (M.), "Aux origines des états de Provence : la "cavalcade générale"", in 110e congrès national des Sociétés Savantes, Montpellier, 1985, pp. 58-59.

36 Coulet (N.), Aix-en-Provence -Espace et relations d'une capitale, Aix-en-Provence, 1988, pp. 59-107.

37 Léonard (E.-G.), Gli Angioini, op. et lieu cit., et Histoire cit., p. 136.

38 Guenée (B.), op. cit., pp. 103-105 et 138-139.

39 Isnard (E.), Inventaire sommaire chronologique, Marseille, 1939, no 266.

40 Caggese (R.), op. cit., pp. 650-652 et 668. Se reporter, surtout, au célèbre couronnement de Robert par saint Louis d'Anjou peint par Simone Martini (Museo Nazionale de Naples). Se reporter encore à Vauchez (A.), La Sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Age, Rome, 1981, p. 213.

41 Guichard (F.), op. cit., doc. no LXXXI ; A.C. Saint-Martin-de-Vésubie, conservées aux A.D.A.M., AAI no 6.

42 A.D.B. du R., B 752, f° 17 v°.

43 Se reporter, par exemple, aux pressions exercées sur la reine Jeanne par les états réunis à Aix, le 19 février 1348 (A.C. Aix-en-Provence, AAI, f° 106 r°-109 v°).

44 Plusieurs copies de cet acte ont été conservées. J'ai ainsi relevé aux A.D.B. du R. : B 2 (f° 176 r°-177 r°), B 752 (f° 10 v°-13 v°), B 479, B 483b.

45 La lettre, pliée horizontalement, était maintenue fermée par le sceau du secret qui servait de cachet. Le mode de scellement employé était conforme à certaines des pratiques de la chancellerie napolitaine : Durrieu (P.), Etudes sur les registres du roi Charles 1er (1265-1285), T. I, Paris, 1886, pp. 181 et 183.

46 Nicolas, évêque d’Eger (Hongrie) et André Bathori, évêque de Nagy-Varád (Hongrie) ; Eubel (C.), Hierarchia catholica medii aevi, 2e éd., Padoue, 1960, T.I, pp. 78 et 515.

47 Le nom du protonotaire est autographe ; Cadier (L.), Essai sur l'administration du royaume de Sicile sous Charles Ier et Charles II d'Anjou, Paris, 1891, p. 205.

48 Les lettres secrètes étaient réunies dans un chapitre spécial lors de leur enregistrement ; Durrieu (P.), op. cit., p. 45.

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.