Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1388, La Dédition de Nice à la Savoie

 | 
Rosine Cleyet-Michaud
, 
Geneviève Étienne
, 
Mireille Massot
, 
et al.

I - L'événement

Charles II de Duras, roi de Hongrie et son parti

Pál Engel

Texte intégral

1L'histoire de la Hongrie aux environs de 1400 est marquée par le règne de deux souverains importants : Louis Ier le Grand (1342-1382) de la Maison d'Anjou et son gendre Sigismond de Luxembourg qui régna dix ans de plus et mourut âgé de soixante-dix ans. Entre ces deux périodes de stabilité politique, prend place un court intervalle d'anarchie, de meurtres et de guerres internes, contemporain de la dédition de Nice et en quelque sorte lié à cet événement par l'aventure du roi Charles III de Naples.

  • 1 Le résumé ci-après des événements entre 1382 et 1386, s'inspire des ouvrages suivants : Mályusz (E (...)
  • 2 Le premier portrait social et politique de la Hongrie médiévale tracé dans la monographie de Hóman (...)

2L’histoire de l'intervention du roi Charles III en Hongrie n'est pas simple à raconter même si l'on néglige la plupart de ses implications internationales et si on la considère comme un simple épisode de l'histoire de la Hongrie. Il nous faut avant tout relater ce qui se passa, c'est-à-dire procéder à un rappel des événements qui sont malheureusement compliqués, comme en toute période d'anarchie1. Il s'agit ensuite d'expliquer de quelle façon eut lieu cette intervention et d'éclaircir un épisode qui sans de plus amples explications, pourrait paraître un mystère. Il nous faut donc vous présenter, à l'aide de quelques illustrations de son système social et politique au XIVe siècle, une Hongrie qui différait en bien des points de ce que l'on connaît des régimes médiévaux de l'Ouest ou du Sud de l'Europe2.

3La mort du roi Louis Ier en 1382 fut suivie d’une crise intérieure. Dernier descendant mâle de la branche hongroise des Angevins, il laissait derrière lui deux filles encore mineures. Selon sa volonté, l'ainée Marie hérita de la couronne mais la régence fut assurée par sa mère Elisabeth de Bosnie. Marie avait été fiancée par son père au jeune Sigismond de Luxembourg, fils de l'empereur Charles IV et frère cadet du roi Wenceslas de Bohème et d'Allemagne. Sigismond était venu à la cour de Hongrie sous le règne de Louis Ier et son accession au trône, aussitôt après son mariage avec Marie célébré, était un fait plus ou moins accepté. La reine-mère cependant, ne pouvant supporter Sigismond ni l'idée d'une alliance luxembourgeoise, recherchait un autre prétendant. Elle espérait le trouver en la personne de Louis de Valois, frère cadet du roi Charles VI de France, et délégua un ambassadeur à Paris où, en 1384, le mariage de Louis et de Marie fut effectivement célébré par procuration. Au même moment allait cependant éclater une guerre intestine en Hongrie.

4La politique menée à la cour fut à l'origine des différentes intrigues. La reine-mère instaura un régime de favoritisme et donna tout pouvoir à son principal conseiller le comte palatin, Nicolas de Gara et à ses parents, partisans et serviteurs. De nombreux barons dépossédés de leurs charges se sentirent outragés et formèrent une coalition. La plupart d'entre eux désiraient respecter la volonté du roi défunt et rester fidèles au prétendant Sigismond. A l'automne de 1384, une guerre ouverte était déclarée entre les partis.

5On ne parlait pas beaucoup de pluralisme politique à cette époque, mais on le pratiquait. Alors que la cour angevine venait de se séparer en deux factions, un troisième parti émergea. Il avait à sa tête l'évêque de Zagreb, Paul Horvati, et ses frères, qui songeaient à inviter Charles III de Naples à monter sur le trône de Hongrie. Charles n'était pas un personnage inconnu du pays. Il avait été élevé à la cour de Louis Ier et avait administré en son nom avec le titre de duc, la Slavonie, la Croatie et la Dalmatie de 1371 à 1376. Il avait été plus tard nommé général en chef dans la guerre contre Venise et avait occupé le royaume de Sicile en 1381 avec l'aval et le soutien de Louis. Ce n'était donc pas un étranger, il parlait le hongrois et connaissait la situation interne du pays. L'argument majeur pouvant jouer en sa faveur restait toutefois le fait qu'après la mort de Louis, il demeurait le chef et l'unique descendant mâle de la Maison d'Anjou.

6Confrontés à cette nouvelle menace, les partis de la cour conclurent la paix et unirent leurs forces. La reine-mère abandonna à contre-cœur le projet d'alliance française et donna son consentement au mariage avec Sigismond, qui eut lieu en août 1385. Mais dès les premiers jours de novembre, Charles arriva en Dalmatie et poursuivit sa route en direction de la Slavonie. A partir de ce moment-là, les événements se succédèrent rapidement et de façon dramatique. En octobre, Sigismond partait en Bohème lever une armée contre l'envahisseur. En novembre, une diète se tint à Buda, au cours de laquelle les reines rencontrèrent une vive opposition. Elles tentèrent de la calmer en rétablissant tous les privilèges dont jouissait autrefois la noblesse, mais en vain. Les historiens s'accordent à reconnaître que cette opposition était due au fait de voir une femme gouverner. En effet, les gens étaient las des femmes et désiraient un roi. Charles, arrivé à Buda dans le même temps, fut accueilli avec enthousiasme et immédiatement proclamé régent. La couronne de Hongrie lui fut officiellement offerte peu de temps après et il l'accepta après une feinte hésitation. Elisabeth ne put qu'admettre sa défaite et abdiquer au nom de sa fille. Le 31 décembre, Charles fut couronné en la cathédrale de Székesfehérvàr, lieu traditionnel de tous les couronnements, en la présence des reines, des prélats, des barons et d'un grand nombre de nobles en liesse. Au début janvier, il installa sa résidence au palais royal angevin de Buda et gouverna. Il semble avoir été très conscient de la fragilité de sa position, qu’il essaya de raffermir en usant de méthodes de conciliation. Il se comporta envers les reines comme un parent cordial et les invita à vivre auprès de lui dans la résidence royale, lieu où elles avaient toujours vécu. Les membres du gouvernement précédent conservèrent leurs charges et leur influence.

7Le règne du roi Charles II [Charles III de Naples] dura 39 jours. Le 7 février 1386, répondant à une invitation, il rendit visite aux reines dans leur appartement. Il y fut attaqué par Gara et d'autres partisans des reines qui le capturèrent, grièvement blessé. Il fut emprisonné dans le cachot du château de Visegrad où il mourut trois semaines plus tard. Ses partisans italiens et hongrois s'enfuirent de Buda en direction des provinces du sud du pays d'où ils proclamèrent Ladislas, fils mineur de Charles, successeur de son père et se mirent à défendre sa cause. La guerre civile devait durer quelques huit années, pour aboutir à la victoire finale du nouveau roi Sigismond. Ces événements ne nous concernent pas pour l'instant. Ajoutons simplement pour satisfaire et consoler ceux qui souhaitent toujours voir le crime suivi de châtiment, que la reine-mère fut capturée par ses ennemis l'été suivant et étranglée dans sa prison. Mais j'ai le regret de devoir aussi ajouter que le chef du parti de Naples fut à son tour capturé par la reine Marie huit ans plus tard et assassiné d'une façon plutôt cruelle.

8Il y a dans cette histoire une contradiction de fond qui nécessite une explication. Manifestement, Charles bénéficiait d'un soutien massif au moment de son accession en Hongrie et il lui fut facile d'usurper le trône sur l'héritier légitime de Louis. Il trouva néanmoins la mort quelques semaines plus tard parce qu'apparemment il n'avait plus aucun soutien. Les événements futurs prouvent en effet que ses partisans n'étaient pas nombreux ; la plupart des barons restèrent fidèles à la reine et à son mari, et la rébellion du parti napolitain dans le sud fut en fin de compte écrasée sans trop de difficulté. Cette contradiction ne peut trouver une explication que dans la connaissance exacte des forces politiques engagées dans ces batailles. J’aimerais cependant vous donner un aperçu de la société hongroise de la fin du XIVe siècle.

  • 3 Górka (O.) éditeur, Anonymi Descriptio Europae Orientalis, Cracoviae, 1916, p. 45.
  • 4 Transgrediendo Budam itur per loca in infinitum silvestria : Thallóczy (L.), Mantovai követjárás B (...)
  • 5 Györffy (G.), "Einwohnerzahl und Bevölkerungsdichte in Ungarn bis zum Anfang des XIV. Jahrhunderts (...)

9La Hongrie médiévale appartenait à la civilisation occidentale. Vous pouviez y trouver tout ce qui caractérisait un pays de la chrétienté occidentale, et il était gouverné par un souverain chrétien : châteaux en pierres érigés au sommet des collines que possédaient de puissants barons, prélats ou autres seigneurs ; villes fortifiées administrées par de riches marchands ; églises, monastères et cloîtres construits dans le style roman et gothique, abritant prêtres et moines qui étaient censés parler et écrire le latin. Dans le même temps, la Hongrie était également un pays situé aux confins de l’Europe. Au XVe siècle encore, les tribus Coumanes menaient une vie semi-nomade dans la Grande Plaine, au cœur même du royaume, et servaient comme auxiliaires dans l’armée du roi. Même dans l'ouest du territoire, la population devait être plutôt faible. On peut lire dans l'anonyme Descriptio Europae Orientalis de 1308 que la Hongrie "compte d'innombrables villages mais donne malgré cela l'impression d'un pays désert à cause de son étendue"3. L'ambassadeur de Mantoue qui se rendit en Hongrie en 1395 nota dans son rapport que son chemin depuis Zagreb jusqu'à Buda traversait de vastes forêts4. La colonisation des régions frontalières du Nord et de l'Est n'avait commencé qu'au XIIIe siècle et devait se poursuivre jusqu'aux alentours de 1700. La densité moyenne de la population au XIVe siècle pouvait être estimée à dix habitants au km25, chiffre sur lequel la peste et la famine influèrent probablement peu.

  • 6 Von Stromer (W.), Oberdeutsche Hochfinanz 1350-1450, 1. Teil, Wiesbaden, 1970, Vierteljahrschrift (...)
  • 7 Kubinyi (A.), "Der ungarische König und seine Städte im 14. und am Beginn des 15. Jahrhunderts", i (...)

10Le niveau d’économie et de structure sociale correspondait à ce que l'on peut attendre d’un pays "en développement" au Moyen-Age. L'agriculture prédominait évidemment, mais les structures économiques semblent avoir été conditionnées par l’abondance du métal précieux. Les marchands allemands et italiens échangeaient des produits manufacturés et de luxe contre de l'or et de l'argent et se disputaient les privilèges du roi de l'exercice du droit de contrôle sur le monopole royal de la frappe de la monnaie et sur l’industrie minière6. Le commerce étant le plus important producteur de richesse, presque toutes les grandes villes étaient situées près de la frontière, mais l'élément marquant restait leur nombre peu élevé. Elles étaient administrées par une aristocratie de patriciens et de marchands pour la plupart d'origine germanique qui jouissaient de grandes libertés en ce qui concernait le commerce et la juridiction, mais leur influence en politique était négligeable7.

  • 8 Engel (P.), "Die Barone Ludwigs des Grossen, König von Ungarn (1342-1382)", Alba Regia, vol. 22 (1 (...)

11Dans la Hongrie angevine, deux forces politiques étaient en présence et correspondaient à la répartition de la propriété foncière. L’une d'elles était la dynastie elle-même soutenue par l'aristocratie de cour composée de "barons" (c'est-à-dire les détenteurs des plus importantes charges), de prélats et de leurs suites, aussi bien que de chevaliers et d'écuyers attachés à la maison royale. Environ 20 % des terres ainsi que la moitié des châteaux, des villes et des seigneuries faisaient partie du domaine royal et s'organisaient en "honneurs", pour la plupart détenus par les barons ou les chevaliers "selon le bon vouloir du roi", c'est-à-dire jusqu'à ce qu'il les leur retirât. Le royaume était administré par le roi et son conseil d'une manière assez autocratique. Charles Robert, fondateur de la dynastie, ne convoqua plus la diète après 1320, et Louis le Grand ne la convoqua qu'une fois après les guerres de Naples et la Peste Noire. La dynastie angevine jouissait du soutien inconditionnel de l'aristocratie de cour. La majorité des barons et des prélats restèrent fidèles à la fille de Louis, ce qui explique la chute rapide des Duras8.

12L'autre composante de la société médiévale hongroise était l'ordre des propriétaires fonciers laïques appelés "nobles". A l'époque angevine, on entendait par nobles la plupart des sujets n'ayant pas l'opportunité d’exercer leur service à la cour et devant vivre sur leurs terres. Il est important de souligner que le terme nobilis avait une signification particulière. A la fin du Moyen-Age, la société hongroise s'apparentait beaucoup à un système de castes. Excepté le clergé et les habitants des cités royales, chacun était censé appartenir à l'un de ces deux ordres héréditaires : celui des "propriétaires fonciers" dits "nobles", qui représentaient environ 3 à 4 % de la population, ou celui majoritaire des "paysans" ou "roturiers" ainsi dénommés parce qu'ils ne possédaient pas de terre propre et devaient par conséquent vivre sur la terre d'un autre. Le terme de possessio, de propriété foncière, ressort comme l'idée maîtresse régissant la structure sociale, et il est important d'en connaître la signification exacte. On associe souvent au système hongrois de la propriété foncière le terme de "féodal", principalement dans l’historiographie marxiste, c'est pourquoi il convient de dissiper tout malentendu. Dans son double aspect légal et social, le domaine du noble hongrois diffère totalement de ce que l'on a coutume d'appeler tenure féodale en Occident. Premièrement, il n'était lié à aucun service féodal, théoriquement ou en pratique. Deuxièmement, son propriétaire était un homme libre à tous égards, exempt de taxes, de service militaire, et même de dîme. Le statut immuable de sa maison était symbolisé par l'interdiction qui était faite au roi ou à ses officiers d'y demeurer sans avoir été invités. Troisièmement, le noble détenait son bien selon la coutume par droit d'héritage, c'est-à-dire qu'il en héritait de ses ancêtres sans confirmation ni approbation royale. La propriété octroyée par le roi avait pratiquement la même valeur ; elle n'était pas offerte comme un gage pour service à rendre mais comme une récompense perpétuelle pour services déjà rendus, sans aucune obligation future. Le noble se devait d'aller à la guerre si le pays était attaqué, mais mise à part cette obligation, il était un seigneur presque incontesté à l'intérieur de ses terres, et avait bien sûr le droit et le devoir d'administrer la justice envers ses tenanciers, exception fait pour la haute justice qui était une prérogative royale. Bref, son domaine n'était pas un feudum mais un allodium, un proprium ; un alleu et non un fief au sens juridique du terme.

13Il faut souligner cependant que ces terres, bien que libres, ne pouvaient être aliénées. Elles appartenaient à la totalité des membres d'une lignée noble et les enfants mâles en étaient les héritiers exclusifs. Chaque fils en possédait une part égale et les parts des familles éteintes revenaient aux parents les plus proches. Les filles étaient écartées de la succession et recevaient en échange biens et effets.

14La mentalité du noble était empreinte de ces éléments. Rien n’avait plus d'impact sur elle que le sens de la propriété. Une propriété foncière était fort appréciée à la fois pour son rapport et pour sa valeur intrinsèque parce que la notion de noblesse lui était attachée. La taille de la propriété semblait exercer peu d'influence sur les mentalités. Il existait de gros propriétaires possédant châteaux, villes et villages, mais ils n'étaient pas pour autant plus nobles que la grande majorité des autres propriétaires dotés d'une maison et de quelques tenanciers. Des centaines de nobles ruraux bénéficiaient du même statut et du même droit tout en ne possédant aucun tenancier, ni aucune servante. Mais tant qu'ils étaient en possession d'une maison et d'une petite parcelle de terrain, ils pouvaient à juste titre jouir de tous les privilèges inhérents à une terre libre. Jusqu'à une époque récente, la multitude encombrante de ces pauvres nobliaux incultes et arrogants fut à bien des égards le moule de la société rurale hongroise.

15Outre le bien, une autre valeur importante était le lignage. Les titres de propriété étaient souvent prétextes à querelles et litiges, mais la parenté pouvait de son côté procurer appui et sécurité. La preuve du lien de parenté était précieusement conservée et représentait également une source de prestige. Pour en revenir à notre problème initial, cette validité incontestée des droits d'héritage patriarcaux peut maintenant faire comprendre pourquoi la reine Marie en tant que fille ne pouvait compter sur la loyauté des nobles et pourquoi Charles de Duras, plus proche parent du roi Louis, était reconnu comme son successeur légitime.

16L'accession de Charles au trône fut facilitée par l'appui massif de cette noblesse. La diète convoquée, l'enthousiasme des nobles l'emporta et aboutit à son élection. Mais dès que les nobles furent retournés sur leurs terres après le couronnement, le nouveau roi dut affronter l'aristocratie de cour qui restait fidèle aux reines. Il devait en périr.

Notes

1 Le résumé ci-après des événements entre 1382 et 1386, s'inspire des ouvrages suivants : Mályusz (E.), Zsigmond király uralma Magyarországon 1387-1437 [le règne du roi Sigismond en Hongrie], Budapest, 1984 ; une traduction allemande est en cours d'édition ; Fügedi (E.), Könyörülj, bánom, könyörülj... [Ayez pitié de nous, Seigneur Ban], Budapest, 1986.

2 Le premier portrait social et politique de la Hongrie médiévale tracé dans la monographie de Hóman (B.), Gli Angioini di Napoli in Ungheria (1290-1403), Rome, 1938, sommaire de Léonard (E-G.), Les Angevins de Naples, Paris, 1954, pp. 301-312, vient d'être entièrement rectifié à la suite de récents travaux de recherche. Une étude complète sur ces points de vue modernes est toujours attendue ; quelques idées sur la question peuvent être trouvées dans l'ouvrage de Engel (P.), "The political System of the Angevin Kingdom", in The New Hungarian Quarterly, vol. 90, été 1983, pp. 124-128. Une vue générale sera présentée dans une History of Hungary en cours de publication, éditée par Sugár (P.) et Hanák (P.), New York, attendue pour 1989.

3 Górka (O.) éditeur, Anonymi Descriptio Europae Orientalis, Cracoviae, 1916, p. 45.

4 Transgrediendo Budam itur per loca in infinitum silvestria : Thallóczy (L.), Mantovai követjárás Budán 1395 [un ambassadeur de Mantoue à Buda], Budapest, 1905, p. 99.

5 Györffy (G.), "Einwohnerzahl und Bevölkerungsdichte in Ungarn bis zum Anfang des XIV. Jahrhunderts", in Etudes historiques, publ. par la Commission Nationale des Historiens Hongrois, vol. 1, Budapest, 1960, pp. 163-183.

6 Von Stromer (W.), Oberdeutsche Hochfinanz 1350-1450, 1. Teil, Wiesbaden, 1970, Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschafts-geschichte, Beiheft 55, p. 90 sq.

7 Kubinyi (A.), "Der ungarische König und seine Städte im 14. und am Beginn des 15. Jahrhunderts", in Stadt und Stadtherr im 14. Jahrhunderts, W. Rausch éditeur, Linz, 1972, pp. 193-220.

8 Engel (P.), "Die Barone Ludwigs des Grossen, König von Ungarn (1342-1382)", Alba Regia, vol. 22 (1985), pp. 11-19 ; Idem, "Die Grafschaft ('Gespanschaft') Eisenburg im XIV. Jh.", in Schlaininger Gespräche, Kropf éditeur, 1986-87, en cours de publication.

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540