Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1388, La Dédition de Nice à la Savoie

 | 
Rosine Cleyet-Michaud
, 
Geneviève Étienne
, 
Mireille Massot
, 
et al.

I - L'événement

La guerre de l'Union d'Aix (1383-1388)

Alain Venturini

Texte intégral

1La Guerre de l'Union d'Aix fut en Provence la dernière et la plus violente manifestation des crises qui, dans la seconde moitié du XIVe siècle, secouèrent les Etats angevins. L'avaient en effet précédée la révolte de Robert de Duras (1355), celle des Baux de la branche d'Avellino (1357-1359) et, enfin, la guerre contre François de Baux, duc d'Andria (1374). Toutes ces crises résultaient d'une part des problèmes successoraux apparus dès la fin du XIIIe siècle au sein de la dynastie angevine ; d'autre part, liées à ceux-ci, des rivalités pour le pouvoir qui se donnèrent cours autour de la reine Jeanne, de son avènement (1343) à la mort de Louis de Tarente (1362). Il n'est donc pas inutile, avant d'étudier les causes immédiates de cette guerre civile et ses caractéristiques, d'en exposer les causes à long et moyen terme.

1) Les origines de la Guerre de l'Union d'Aix

1.1. Les causes lointaines : les successions de Charles II et de Robert

2Troisième des fils de Charles II, le roi Robert d’Anjou n'avait dû son accession au trône qu'à la série de faits suivants : décès prématuré de son frère aîné Charles-Martel (en 1296) ; renonciation au trône, puis mort du puîné, Louis (saint Louis d'Anjou), en 1297 ; surtout, mise à l'écart du fils de Charles-Martel, Charles-Robert (ou Carobert). Ce choix délibéré de Charles II s'explique si l'on considère que, au tournant des XIIIe et XIVe siècles, devant une question sicilienne toujours pendante et les autres affaires italiennes toujours pressantes, les Etats angevins ne pouvaient guère se permettre d'avoir un enfant pour roi. Dépossédé du trône de Sicile avec l'aval de la Papauté, suzeraine du royaume, Carobert fut occupé durant quelques années à s'assurer la possession effective du royaume de Hongrie, sur lequel il avait des droits venant de sa grand-mère, Marie de Hongrie. Son oncle cependant ne songeait guère à réparer l'éviction dont il avait été victime. Au contraire, il visa constamment à asseoir la légitimité de ses propres héritiers. En Provence, il fit prêter hommage et fidélité à son fils Charles en 1320. Bien mieux, après la mort de celui-ci survenue dès 1328, il choisit pour héritières ses petites-filles Jeanne et Marie, auxquelles il fit prêter serment en 1331, alors que Charles II avait prévu pour le comté une substitution de mâle en mâle. Toutefois, pour prévenir un conflit pouvant surgir après sa mort, il fit quelques concessions à Carobert en concluant le mariage de Jeanne avec le plus jeune fils de ce dernier, André. Mais il est bien évident que cette suite d'événements n'avait pu qu'attiser le dépit et les ambitions des propres cadets de Robert, Philippe, prince de Tarente, et Jean, duc de Duras (Durazzo), et de leurs enfants, tandis que la "question hongroise" n'était qu'assoupie.

1.2. Les causes à moyen terme : les rivalités pour le pouvoir autour de Jeanne Ière (1343-1362)1

  • 1 Pour les années 1343-1362, l'ouvrage fondamental reste celui de Léonard (E.-G.), Histoire de Jeanne (...)

3La "question hongroise" devait en fait rebondir dès 1345, à cause de l’assassinat d'André de Hongrie, dont Jeanne fut, sinon l’instigatrice, du moins la complice passive. Sous le prétexte de venger la mort de son frère, le roi Louis de Hongrie allait tenter de conquérir le royaume de Naples. Si cette entreprise, dont la phase aiguë dura de 1347 à 1352, se termina par un échec de Louis, elle permit à la famille de Tarente de s'assurer du pouvoir à Naples comme en Provence. Non seulement Louis de Tarente avait épousé la reine dès 1347, mais encore il obtint en 1349 d'être associé au trône. De plus, en 1353, la sœur de Jeanne, Marie, deux fois veuve, d'abord de Charles de Duras, puis de Robert de Baux, épousa en troisièmes noces Philippe de Tarente, frère de Louis. Or, Marie était l'héritière du trône au cas où sa sœur mourrait sans enfants.

4La famille de Duras, affaiblie par la mort de son chef, Charles, exécuté sur l’ordre de Louis de Hongrie, se trouvait donc écartée du pouvoir et à peu près privée de l'espoir de le ressaisir par voie d'héritage. Les persécutions exercées contre ses membres par Louis de Tarente allaient la pousser à la révolte, dans le Royaume mais aussi en Provence. L'affaire tourna partout assez vite à l'avantage des souverains. Dans le comté, si Robert de Duras avait pu s'assurer facilement d'une base d'opérations en s'emparant du castrum des Baux dans la nuit du 6 au 7 avril 1355, il fut peu suivi : les Provençaux, dans leur très grande majorité, restèrent fidèles au roi et à la reine. Aussi ne fallut-il qu'un peu plus de quatre mois au sénéchal Foulque d'Agout pour reprendre les Baux. Robert avait pu s'enfuir et alla se faire tuer l'année suivante à la bataille de Poitiers.

5Mais l'étendard de la révolte contre Louis de Tarente fut relevé peu après par la famille des Baux d'Avellino. Elle aussi avait eu à subir la vindicte des Tarente. Il est vrai qu'Hugues des Baux avait dirigé l’expédition provençale, montée à l'instigation du pape Clément VI, qui devait délivrer la reine Jeanne de la captivité où la tenait Louis. Tout d'abord victorieux, il n'avait pas hésité à profiter de l'occasion pour faire épouser, plutôt de force que de gré, son fils Robert par Marie d'Anjou, veuve de Charles de Duras. Un retournement de situation avait permis au roi de le tuer de sa main. Puis, en 1351, sans doute avec l'accord tacite des souverains, Marie d'Anjou avait fait assassiner Robert de Baux. L'envoi en Provence comme vicaire général de Philippe de Tarente, "bénéficiaire" du meurtre de Robert, fut sans doute le détonateur de la révolte. Il s'agissait là avant tout d'une vengeance familiale, dirigée contre les Tarente : Jeanne ne paraît pas avoir été visée. L'épisode fut plus long (1357-1359) et plus rude que le précédent, car les Baux reçurent le renfort des routiers d'Arnaud de Cervole, dit l'Archiprêtre, qui ne fut donc, si l'on peut résumer d'une formule les réflexions de Noël Coulet, que leur "secondant". Néanmoins, la victoire resta aux forces loyalistes : non seulement les villes résistèrent majoritairement avec vigueur, mais encore la noblesse, une fois de plus, ne suivit que très partiellement les révoltés.

6Après cette affaire, le règne de Louis de Tarente ne fut plus contesté. Mais il décéda dès 1362. La reine Jeanne ressaisit alors le pouvoir et veilla à ne plus devoir le partager.

1.3. Les causes à court terme : la question de la succession de Jeanne Ière au début des années 1370.

7Au début des années 1370, pour de simples raisons "naturelles", le problème de la succession de la souveraine prit de plus en plus d'acuité. Après le décès de Louis de Tarente, Jeanne avait, dès la fin de la même année 1362, épousé en troisièmes noces Jacques IV de Majorque, dont elle vécut d'ailleurs rapidement séparée. Or, malgré ses trois unions, elle n’avait pas d'enfant qui eût survécu. Aussi choisit-elle pour héritier, en 1373, son cousin Charles de Duras, fils de Louis : elle l'adopta et lui fit en outre épouser sa nièce Marguerite, fille de Marie d'Anjou et du premier Charles de Duras. Ce choix, qui réconciliait la reine avec les Duras, mécontenta en revanche Philippe de Tarente. Si celui-ci décéda peu après, ses prétentions furent reprises par son héritier, François de Baux, duc d'Andria. La confrontation tourna à l'avantage de Jeanne, qui fit saisir les biens du rebelle dans le Royaume et en Provence et les vendit à ses partisans.

8Les choses paraissaient réglées quand, dans les années 1374-1375, le roi Louis de Hongrie entra en scène. Il demandait d'abord de recouvrer les terres du Royaume qu'avait détenues son grand-père Charles-Martel (principauté de Salerne et honneur du Mont Saint-Ange) et voulait se voir attribuer les comtés de Provence, de Forcalquier et de Piémont. Il demandait aussi à être choisi pour héritier de la reine Jeanne. La menace qu'il faisait planer sur elle incita celle-ci, devenue veuve de Jacques de Majorque en 1375, à chercher l'appui d'un quatrième mari. Avec l'assentiment du pape Grégoire XI, Jeanne épousa l'année suivante Othon de Brunswick, qui était en effet un homme de guerre expérimenté. Mais ce remariage déplut à Charles de Duras qui, bien qu'un tel événement fût peu probable, la reine ayant alors cinquante ans, avait tout à craindre d'une grossesse tardive. Il se brouilla alors avec sa mère adoptive et se rapprocha du roi de Hongrie.

9Ainsi, après 1376, par suite de l'extinction progressive d'une famille au départ nombreuse et de ses mauvais (voire très mauvais) rapports avec les parents qui lui restaient, la reine Jeanne se retrouva-t-elle complètement isolée. Cependant, les choses auraient sans doute pu s’arranger avec le temps si un événement soudain, le Grand Schisme, n'était intervenu et n'avait servi de catalyseur pour précipiter la crise.

1.4. Les causes immédiates : du début du Grand Schisme à la victoire de Charles de Duras

  • 2 Urbain VI aurait prévu de disposer du royaume de Sicile en faveur de Louis de Hongrie et d’envoyer (...)

10Il n'est évidemment pas question de retracer ici la genèse du Grand Schisme. Il suffit de rappeler que la reine Jeanne se montra tout d'abord favorable à Bartolomeo Prignano, élu pape le 8 avril 1378 sous le nom d'Urbain VI. En effet, le nouveau pontife était né à Naples et avait été archevêque de Bari avant son élection. Cependant, la souveraine ne tarda pas à se brouiller avec Urbain pour des motifs qui varient suivant la "couleur" des témoins, urbanistes ou clémentins, mais qui peuvent d'ailleurs avoir tous joué à des degrés différents. Le point de départ de la rupture peut avoir résidé dans les "avanies" infligées par le pape au mari de Jeanne, Othon de Brunswick, et à son chancelier, Niccolò Spinelli, et dans les mauvaises intentions qu'on lui prêtait à l'égard de la reine2. Cette prise de position hostile a pu être ensuite confortée par des discussions avec des théologiens et des canonistes, et par l'exemple du roi de France, Charles V.

11L'adhésion de Jeanne au pape Clément VII fut peu appréciée de ses sujets napolitains, ce qui ne contribua pas à raffermir sa position. L’échec de Clément VII dans son premier effort pour vaincre Urbain VI par les armes et son départ d'Italie en mai 1379 l’affaiblirent encore. Demeurée seule face à Urbain, qui se montrait un adversaire redoutable, la reine chercha un appui. A l'issue de négociations engagées dès le mois de janvier 1380, le pape Clément VII la persuada de choisir pour héritier Louis d'Anjou, frère de Charles V. Jeanne finit par l’adopter le 29 juin 1380, le pape d'Avignon confirmant cette décision le mois suivant.

12Ce choix précipita en fait la perte de la reine. Urbain VI fit en effet appel à l'héritier spolié, Charles de Duras. Celui-ci arriva en Italie en novembre 1380, appuyé par l'armée hongroise. Jeanne eut pourtant quelques mois de répit, jusqu'au mois de juin 1381. Le 1er de ce mois, Urbain VI investit Charles du royaume de Sicile et le couronna le lendemain. Les choses alors allèrent plus vite. Parti de Rome le 8 juin, Charles de Duras prenait Naples dès le 16 juillet. Il ne restait plus alors à la reine que les forteresses de la cité et l'espoir d'être délivrée par Othon de Brunswick qui tenait encore la campagne avec 800 lances. Mais ce dernier allait être battu et pris le 25 août en tentant de reprendre Naples. Jeanne se rendit à son vainqueur le 2 septembre 1381. Les secours partis de Provence arrivèrent vingt jours après, trop tard...

13Charles de Duras, Charles III, contrôla rapidement la majeure partie du royaume. Pourtant, tout n'était pas encore dit entre lui et son compétiteur, le duc d'Anjou. Il restait à ce dernier à se conduire en héritier de Jeanne et à tenter de la secourir. Nous exposerons ce qu'il en advint sous l'angle provençal.

2) La Provence des débuts du Grand Schisme à l'ouverture des hostilités (fin 1378-début 1383)

2.1. La Provence et les débuts du Schisme

  • 3 Pour ce qui est de l’arrivée du pape à Nice, Valois se contentait de dire qu’il y était parvenu au (...)
  • 4 Valois signale le bon accueil fait au pape par Marseille et Aix (Ibid., p. 176). Il dut en aller de (...)
  • 5 Cas de Boniface du Puy : Valois, t. I, p. 120 et note 2. Les documents cités par Valois (qui appell (...)

14A ce que nous rapporte Noël Valois, il aurait pu s'instaurer entre la reine Jeanne et les Provençaux le même divorce qu'entre celle-ci et ses sujets napolitains. En effet, "au mois d'octobre [1378], bien longtemps après que leur souveraine s'était séparée d'Urbain VI, presque tous les Provençaux croyaient encore à la légitimité du pape de Rome". La propagande clémentine n'avait pas osé s'exercer à plein dans les métropoles d’Aix et d'Arles, par crainte de mouvements populaires. Urbain VI avait assez rapidement (dès le mois de juillet) procédé à d'importantes mutations dans l'épiscopat provençal : transfert de Guillaume de la Voulte de Marseille aux évêchés de Valence et Die, de son frère, Aimar, de Grasse à Marseille, d'Artaud de Mélan de Forli à Grasse. Ces prélats semblaient satisfaits de leur sort et gardaient de bons rapports avec Urbain. Ils étaient en outre soutenus contre les cardinaux clémentins par le sénéchal Foulque II d'Agout et, surtout, par leurs clercs et leurs ouailles. En fait, la situation se clarifia à la fois parce que les évêques se soumirent à Clément VII et parce que ce dernier entérina les décisions prises par Urbain VI. Il y fallut pourtant quelques mois, de novembre 1378 à juin 1379. A vrai dire, les derniers cas litigieux furent réglés alors que Clément, en route pour Avignon, venait de poser le pied en Provence : plus précisément à Nice, où il était arrivé le 30 mai 1379 au plus tard3. Contrairement à ce que l'on pouvait redouter à l'automne précédent, les villes provençales où passa le pape lui firent un bon accueil, preuve du revirement des esprits4. Sans doute subsista-t-il des clercs, plus ou moins haut placés dans la hiérarchie, ouvertement ou secrètement urbanistes : tels pourraient avoir été l’évêque de Vence, Boniface du Puy (ou del Pozzo), et le futur évêque urbaniste de Riez, Bertrand d'Esparron. Mais il faut noter-nous y reviendrons-que leur urbanisme ne se manifesta souvent qu'après le déclenchement de la Guerre de l'Union d'Aix et pourrait donc être la conséquence d'une prise de position duraciste5.

  • 6 Valois, t. II, p. 361, note 1. Simone Brossano mourut à Nice le 26 août 1381 (Ibid., note 2). Valoi (...)

15La Provence n'allait certes pas pouvoir "ignorer" la poursuite du schisme. Au contraire, pour des raisons de commodité géographique, c'est elle, et plus précisément la ville de Nice, qui allait être le terrain de rencontres entre les cardinaux clémentins et les deux cardinaux italiens Pietro Corsini et Simone Brossano, de la fin de 1380 à l'été 13816. Mais il reste que, à la différence du Royaume, le schisme n'y contribua pas à séparer le pays de sa souveraine. L'attitude des Provençaux en 1381 et au début de 1382, avant l'entrée en scène "officielle" de Louis d'Anjou, va d'ailleurs nous le montrer.

2.2. La Provence devant les malheurs de la reine Jeanne

16Comme on l’a vu ci-dessus, ce n'est qu'après la reddition de la reine Jeanne, alors qu'il n'y avait donc plus rien à tenter, qu'arrivèrent devant Naples, le 22 septembre 1381, des secours envoyés de Provence. L'offensive décisive de Charles de Duras ayant été lancée dès le 8 juin, on peut juger étonnant qu'il ait fallu aux Provençaux plus de trois mois pour réagir. Pour expliquer cette apparente passivité, plusieurs raisons peuvent être avancées.

  • 7 Valois, (t. II, pp. 11-12) parlait de "dix ou quatorze galères". Il faut sans doute retenir le prem (...)
  • 8 Pour obtenir ce nombre minimum de combattants potentiels, j'ai décompté 10 galères portant chacune (...)
  • 9 A.D.A.M., série Ni, Fonds Città e Contado di Nizza, mazzo 40, Massoins, pièce 1 (cf. Gioffredo, Sto (...)
  • 10 Ces instructions, en date du 18 juillet 1381, ont été publiées par Jean Denizet dans Les Etats de P (...)
  • 11 Valois, t. II, p. 10, note 3 et p. 11, note 5.
  • 12 Valois (t. II, pp. 10-11) parle de "l'apparente torpeur" de Clément VII et souligne l'absence de me (...)
  • 13 On envisagea peut-être dans un premier temps l'envoi de six galères : celles pour lesquelles avaien (...)
  • 14 Valois, t. II, pp. 17 et 18, note 1. Ce bruit fut répandu par des "fils d'iniquité" : provençaux se (...)

17Il semble bien tout d'abord que, pour combattre la menace représentée dès novembre 1380 par Charles de Duras, la reine Jeanne ait attendu avec confiance l'intervention de Louis d'Anjou, "achetée" par l'acte d'adoption et d'institution d'héritier du 29 juin précédent. Quand, au début de 1381, force lui fut de constater que le prince n'avait pas encore bougé et qu'elle dut lui lancer un "appel désespéré", il n'était sans doute pas trop tard pour requérir une aide massive des Provençaux. Quelques mois plus tard, ceux-ci expédièrent devant Naples une dizaine de galères7, soit au moins 1200 combattants (dont 300 arbalétriers) environ8. On conviendra que, alors qu'Othon de Brunswick devait disposer en juillet de 800 lances, soit 4 à 5000 hommes à cheval et à pied, un tel appoint n'aurait pas été négligeable, notamment pour défendre la capitale. Mais il paraît bien que la reine se contenta des concours individuels des Provençaux, tel celui du niçois Guillaume Chabaud, qui combattit en Calabre les partisans de Charles de Duras9. Que la souveraine n'ait pas lancé d'appel à l'aide et que, simultanément, l'on ait mal mesuré en Provence la gravité du péril me semble ressortir des instructions données par le conseil de Marseille à ses envoyés auprès des Etats réunis en juillet 138110. On ne saurait, je crois, mettre en doute le dévouement des Marseillais envers la reine Jeanne. Or, dans le document en cause, l'accent est mis, au début et à la fin, sur des questions touchant la ville : atteintes à ses privilèges fiscaux, que le sénéchal et les Etats doivent s'engager à faire cesser ; remplacement éventuel d'un juge royal excommunié. S'il est bien question dans l'intervalle de la situation générale du pays, c’est en termes assez généraux, où ne transparaît aucun affolement : il s'agit seulement de recueillir en cette matière l'avis du pape. De plus, en ces mois décisifs, les nouvelles ne circulèrent pas très vite : la lettre écrite le 18 juillet par le grand chambrier, Jacques de Capri, comte de Minervino, aux Marseillais pour leur annoncer l'entrée de Charles de Duras à Naples et la résistance de la reine dans le Château Neuf et les autres forteresses de la ville, ne leur parvint que le 1er août ; la défaite subie par Othon de Brunswick le 24 ou le 25 août ne fut connue à Marseille que le 16 septembre. A la lueur de ces diverses indications, on comprendra sans doute mieux la lenteur des réactions provençales et pourquoi elles ne prirent quelque consistance qu'à partir du mois d'août11. On peut d'ailleurs ajouter à la décharge des Provençaux que la cour d'Avignon fut elle aussi assez longue à réagir12. Enfin, une fois connue l'ampleur du péril couru par Jeanne, des problèmes financiers vinrent probablement retarder le départ d'une expédition de secours13, tandis que la rumeur d'une invasion prochaine de la Provence par le duc d’Anjou gênait peut-être le recrutement des hommes nécessaires14.

  • 15 Cette réunion des Etats est datée d'octobre par Denizet (J.) (op. cit., p. 42), d'après les délibér (...)
  • 16 La lettre de Louis d'Anduze et la réponse des Niçois sont conservées aux A.D.A.M., série Ni, Fonds (...)

18Les Provençaux n'abandonnèrent pas leur souveraine défaite et captive. Les Etats, convoqués à Aix au mois d'octobre, proclamèrent unanimement leur fidélité envers Jeanne. Ils décidèrent de faire tout le possible pour la délivrer : pour se procurer les ressources financières indispensables, ils établirent de nouvelles taxes à l'exportation sur diverses denrées. Ayant reçu une offre d'aide du comte de Savoie Amédée VI, ils envoyèrent des ambassades à Gênes, Florence et d'autres villes italiennes pour obtenir leur concours15. Quelques mois plus tard encore, dans la réponse faite le 11 février 1382 à une lettre de Louis d'Anduze, dont nous allons reparler16, les syndics et conseillers de Nice, futur bastion duraciste, soulignaient l'énormité que constituerait le fait de conspirer contre l'honneur et les droits de la reine : pour les "bons" provençaux (et ils écartaient l'idée qu'il pût y en avoir d'autres), une seule attitude possible, "procurar[e] et facer[e] quicquid posse[n]t ut inde consequeretur comodum et honorent [Reginel]". Il en découla "naturellement" une volonté d'union la plus large possible entre les diverses composantes du pays, à laquelle on s'efforça de travailler pendant près de six mois, jusqu'aux Etats d'Aix de mars 1382, qui devaient faire apparaître les premières divergences graves. En témoignent, outre cette lettre des Niçois, qui met l'accent sur l'affection devant régner entre Provençaux, les instructions données par la ville de Tarascon à ses délégués aux Etats d'Apt de la fin 1381 ainsi que son attitude après ceux d'Aix de mars 1382. Dans le premier cas, la ville avait donné pour mission à ses envoyés d'aligner leur position sur celle d'Aix, Marseille et Arles ; dans le second cas, elle décida de n'adhérer à l'"union" en gestation que si Marseille, Aix, Nice et Arles le faisaient aussi.

  • 17 Il faut noter que les Niçois déclarent ne pas avoir été au courant de l'affaire avant que Louis d'A (...)

19Tout était-il cependant aussi rose ? Victor-Louis Bourilly avait pu écrire que la discorde avait éclaté entre Provençaux dès les Etats d'Aix de l’automne 1381. Comme symptômes du mal, il citait tout d'abord les intrigues de François de Baux, l’ancien adversaire vaincu de la reine Jeanne. Celles-ci existèrent bien, au moins au début de l’année 1382. Elles font précisément l’objet de la lettre de Louis d'Anduze, seigneur de la Voulte, en date du 29 janvier, adressée aux syndics et conseillers de Nice, qui y répondirent le 11 février. Louis d'Anduze y expose que le pape Clément VII avait eu vent de conciliabules tenus à Marseille (dans le palais épiscopal) et à Saint-Cannat par divers gentilshommes "en deshonor et en amermamen de la reginal majestat de la Reyna ma dama ez encar mais en lo dampnage del bon estament del pais de Provensa ". Prévenu de cela par des amis le 22 janvier, alors qu'il se trouvait en Avignon, lui-même avait disculpé aux yeux du pontife les seigneurs en cause. Ceux-ci n'auraient été que trois : François de Baux, le seigneur de Ceyreste et lui-même. Non contents de s'être justifiés aux yeux du pape, les trois hommes avaient souhaité le faire également à ceux des Niçois. Que faut-il retenir de cette lettre, qui ne fut sans doute pas unique mais dut être envoyée, mutatis mutandis, à d'autres villes provençales ? On peut certes penser qu'il n'y eut pas de fumée sans feu et ne pas être convaincu par la défense de Louis d'Anduze (serment d'innocence et défi lancé aux accusateurs). On peut même dans ce cas subodorer que Louis d'Anduze chercha à minimiser l'importance réelle du "complot". Il n'en demeure pas moins que les hommes ainsi soupçonnés devaient se sentir bien isolés pour vouloir se justifier devant la Provence entière17.

  • 18 Zarb (M.), Histoire d'une autonomie communale. Les privilèges de la ville de Marseille du Xe siècle (...)
  • 19 Ibid., p. 246 et note 51.
  • 20 Convention du 3 mai 1391 entre Marseille et Arles : Isnard (E.), La ville de Marseille. Inventaire (...)

20Comme d'autres symptomes de désunion, V.-L. Bourilly mettait en avant la brouille existant entre Arles et Marseille, en raison des droits que les Arlésiens avaient établis sur le commerce de la laine et que les Marseillais prétendaient ne pas acquitter en invoquant le privilège d'échapper à toute création fiscale nouvelle que leur octroyaient les Chapitres de Paix de 125718. Il citait aussi le refus de Marseille, appuyé sur le même argument, de contribuer aux impôts proposés par les Etats. On peut rétorquer à cela que l'opposition en matière fiscale entre Marseille d’une part, les villes provençales prises individuellement ou les Etats de Provence de l'autre, était aussi vieille que la possibilité pour les unes et les autres d'établir leurs propres impositions, c'est-à-dire essentiellement depuis les années 1350. Mireille Zarb n'a pas recensé moins de treize conflits entre 1356 et 1367, auxquels le grave et long désaccord avec Arles s'était ajouté dès 137819. De plus, ce désaccord n'empêcha pas par la suite les deux villes d'être dans le même camp, bien qu'un règlement définitif se fît attendre jusqu’en 139120. C’est pourquoi je pense que, si nombre de communautés provençales ne durent pas être fâchées de trouver dans la Guerre de l'Union d'Aix une occasion de solder de vieux contentieux avec Marseille, ces rancunes fiscales et commerciales n'auraient pu suffire à provoquer une division profonde entre Provençaux.

21Pour cela, il fallait que le pays fût placé devant un choix décisif. Il le fut par l'entrée en scène officielle de Louis d'Anjou, dès la fin de février 1382.

2.3. La Provence et Louis d'Anjou, jusqu'à son départ pour l'Italie (22 février-13 juin 1382)

  • 21 Voir note 14.
  • 22 Bourilly, pp. 108-111 ; Hébert, pp. 212-213.
  • 23 Valois, t. II, pp. 17-18.

22Si j'ai parlé d’entrée en scène "officielle" de Louis d’Anjou, c'est que son ombre planait déjà sur la Provence depuis plus d'un an. Dès la fin de 1380 en effet, bien que Jeanne Ière se fût efforcée de la tenir secrète, la nouvelle de l'adoption du duc était parvenue dans le comté. Il en est question le 22 octobre dans les délibérations du conseil de Tarascon, où elle soulève une vive réaction hostile. Puis, au cours de l'été 1381, ce n'est plus comme héritier de la reine, mais bien comme envahisseur potentiel du pays qu'il était apparu21. C'est que, en fait, le duc d'Anjou n’était pas un inconnu pour les Provençaux, qui avaient encore en mémoire sa tentative de conquête armée de 1368. Confiée à Bertrand Duguesclin, placé à la tête de bandes de routiers fortes d'environ 2000 hommes d'armes, l'entreprise avait finalement échoué devant la résistance des Provençaux, soutenus sans réserves par le pape Urbain V. Mais elle avait touché une bonne partie des Provences occidentale et centrale : Tarascon avait subi, à partir du 4 mars, un siège de plus de deux mois et demi, avant de capituler le 20 ou le 22 mai ; Arles avait été assiégée, en vain, entre le 11 avril et le 1er mai ; dans l'été, les routiers s’étaient avancés jusqu'à Barjols, Flayosc, Draguignan et Castellane. Il y avait encore eu des opérations militaires de quelque importance en 1369 (Tarascon fut reprise avant novembre) et la paix n'avait été définitivement conclue que le 11 avril 1371. Il n'est donc pas étonnant que, après un tel épisode, "violemment éprouvée par les bandes de du Guesclin, Tarascon [ait été] à partir de cette date farouchement opposée à toute influence française en Provence"22. Une telle position ne fut peut-être pas entièrement partagée par le reste des Provençaux, car nous verrons les gens de l'Union d'Aix envisager de se soumettre au roi de France, mais l'hostilité envers Louis d'Anjou fut certainement quasi générale. On peut en voir la preuve dans le fait que même Marseille, qui allait finalement être son plus ferme soutien, semblait prêter foi aux rumeurs de l'été 1381. En effet, c’est aux Marseillais que, pour couper court à ces bruits, Clément VII avait proposé "de leur envoyer comme défenseur de la Provence son propre frère, le comte de Genevois, ou mieux encore de se transporter avec toute sa cour [dans leur ville] et de se livrer aux habitants comme garant des intentions pacifiques de Louis d'Anjou"23.

  • 24 Se trouvant encore à Paris, Louis d'Anjou avait, le 10 février 1382, confirmé aux Agout les nombreu (...)
  • 25 JLF, p. 22 (les députés de Marseille se présentèrent devant Louis d'Anjou le vendredi 28 février au (...)
  • 26 JLF, p. 25. Pour plus de détails, voir Coulet, t. I, pp. 74-75 et leurs notes.

23Quand, après des hésitations décrites par Noël Valois, le duc se fut enfin décidé à intervenir en Italie, le concours des Provençaux lui était donc rien moins qu'acquis. Arrivé en Avignon le 22 février 1382, Louis pouvait bien dès le 1er mars recevoir le titre de duc de Calabre, c'est-à-dire d'héritier présomptif du royaume de Sicile : sans même parler du Royaume, à reconquérir sur Charles de Duras, il fallait faire passer cela dans les faits dans le comté. Pendant plus de trois mois, jusqu'à son départ pour l'Italie, tout en rassemblant son armée, Louis d'Anjou allait s'y efforcer. Or, s'il pouvait compter sur l'appui du sénéchal Foulque II d'Agout et de son frère Raimond, seigneur de Sault24, si Marseille et Arles lui firent un accueil encourageant25, une opposition se manifesta sans attendre, groupée autour de la ville d'Aix. Dès janvier 1382, cette ville avait proposé la constitution d'une "union pour l’honneur de la reine, la protection et la défense de la patrie", destinée à défendre les droits de Jeanne 1ère en se passant du duc d'Anjou. Après une première assemblée des communautés de Provence suscitée par Aix en février, la coalition apparut au grand jour à l'occasion d'Etats réunis dans la ville vers les 12-13 mars. La nouvelle en parvint à Louis et son entourage le dimanche 16 mars26.

  • 27 JLF, p. 25 : "[...] et sunt à tres grand descord les Prouvenceaulx l'un contre l'autre, et fait on (...)
  • 28 Lettres du duc d’Anjou à Pierre Girard et de Georges de Marie à Aimery de Maignac, évêque de Paris, (...)
  • 29 Je mets à profit cette citation de Georges de Marie pour indiquer que le mot "ligue" est le terme f (...)
  • 30 JLF, p.26.
  • 31 JLF, p. 27 : les prélats étaient l'archevêque d'Arles [Pierre de Cros], celui d'Aix (restitution tr (...)
  • 32 JLF, p. 28 : il y a à cette date de nouvelles lettres pour les archevêques d'Arles et d'Aix, pour F (...)
  • 33 Il devait s'armer à Marseille quinze galères : Valois, t. II, p. 22 et note 5, et lettre de Georges (...)
  • 34 Délibération du conseil de Tarascon du 18 mars 1382.
  • 35 Isnard (E.), op. cit., p. 96, no 525.
  • 36 D'après la lettre de Georges de Marie à Pierre Girard du 24 avril (voir ci-dessous, note 42).

24Pourtant, on put croire pendant la seconde quinzaine de mars et la première d'avril que la situation allait se décider en faveur du duc, démentant le pessimisme de Jean Le Fèvre27. C'était au point que, le 8 avril, tant Louis d'Anjou que Georges de Marie, maître d'hôtel du pape, adressaient à leurs correspondants des lettres pleines d'optimisme28, le second tenant même pour acquis l'échec de la "Ligue” d'Aix : "la convocation qui avoit esté faite à Aix et la ligue sont rompues "29. Un certain nombre de faits pouvaient justifier cet optimisme. Tout d'abord, le 20 mars, en réponse à un discours du chancelier de France, Artaud de Mélan, évêque de Grasse, déclara, au nom des députés provençaux présents en Avignon, "que avec Pape Clément perseveroient, que l'amour du Roy [de France] garderaient " et, surtout, "que assés tost apres Pasques feroient une assamblée où il deliberreroient de la response que il auraient à faire à monseigneur [le duc d'Anjou], et si raisonnablement li respondroient qu'il en devroit estre content "30. Or, comme pour confirmer ces paroles, plusieurs prélats et barons se ralliaient, moyennant, il est vrai, la confirmation de leurs privilèges et/ou des donations faites par la reine Jeanne. En plus du sénéchal et de son frère, on en dénombrait une douzaine dès le 26 mars31, rejoints par huit autres au 1er avril32. En outre, Marseille, oubliant ses craintes de l'été 1381, ne voyait plus dans le duc d'Anjou que le futur sauveur de la reine et se disposait à armer des galères pour appuyer son expédition33. Il va de soi que, dans ces conditions, la ville ne pouvait que refuser d'adhérer à l'"Union". Or, nous l'avons vu, une ville comme Tarascon avait subordonné son adhésion à celles conjointes de Marseille, Aix, Nice et Arles34. Le refus marseillais, qui fit longtemps hésiter Tarascon, dut maintenir dans l'indécision d'autres communautés soucieuses d'unanimité. Ainsi contrée, l'Union d'Aix voulut sans doute resserrer ses rangs et tenter de rallier des hésitants à la faveur d’une réunion d'Etats "pirates" à Aix. D’après la lettre de Georges de Marie, cette initiative échoua. Peut-être fut-ce parce que le sénéchal Foulque II d'Agout avait très vite convoqué la réunion des Etats promise par Artaud de Mélan : il annonça cette session, prévue pour le 12 avril, à Apt, dès le 4 avril aux Marseillais, en les priant d'y envoyer un député35. Ces Etats devaient sanctionner la reconnaissance de Louis d'Anjou comme fils et héritier de la reine Jeanne et, après le décès de celle-ci, comme seigneur de Provence36.

  • 37 JLF, p. 29-30.
  • 38 Sur ces Etats d'Apt, cf. JLFF, p. 30-32.
  • 39 Louis d'Anjou avait accordé à François de Baux une rente perpétuelle de 1500 livres tournois (JLF, (...)
  • 40 JLF, p. 32-33.
  • 41 Marseille s'était prononcée en fait dès le 13 avril, en Avignon, en présence du pape (JLF, p. 30 et (...)
  • 42 Dans sa lettre du 23 avril à Jean de Murol et Pierre Girard, Georges de Marie annonçait que toute l (...)

25A l'approche de la tenue des Etats, finalement retardés jusqu'au 16 avril, on put relever d'autres signes encourageants. Le 11 avril, on apprit à Avignon que Marseille avait manifesté dans la ferveur populaire en faveur de Louis d'Anjou. Le lendemain, Raimond d'Agout, seigneur de Sault, confirmait cet événement et, surtout, laissait espérer le ralliement d'Aix37. Cependant, les choses ne tournèrent pas aussi bien qu'escompté. En dépit des efforts du représentant du roi de France, des conseillers du duc d'Anjou et des envoyés du pape38, les Etats révélèrent sinon un ressaisissement de l’Union d'Aix, du moins la prépondérance de l'indécision parmi les communautés. Celles-ci, il est vrai, furent travaillées contre Louis d'Anjou par trois "vieilles" connaissances : le sire de Ceyreste, Louis d'Anduze et surtout François de Baux, dont le duc avait pourtant acheté à bon prix la fidélité le 28 mars39. A l'issue des Etats, le 18 avril, Louis d'Anjou avait obtenu l'adhésion de l'église de Provence et des nobles : Louis d’Anduze lui-même fit hommage au duc le 21 avril40. Quant aux communautés, seules Marseille et Apt s'étaient déclarées franchement en sa faveur41. Cela suffit pourtant à entretenir l’optimisme dans le camp du duc et du pape, comme en témoignent deux lettres de Georges de Marie des 23 et 24 avril42.

  • 43 Le vicomte de Turenne [Raimond-Roger] avait prêté serment à Louis d'Anjou avant les Etats (JLF, p.  (...)
  • 44 JLF, p. 34.
  • 45 Bourilly, p. 116 ; Isnard (E.), op. cit., p. 98, no 535 (lettre du 7 juin 1382 des syndics et du ju (...)
  • 46 Valois, t. II, p. 37, note 5 (cf. Isnard (E.), op. cit., p. 98, no 536) et p. 38, fin de la note 6 (...)

26Mais, si les ralliements de nobles continuèrent43, le 2 mai, "vindrent nouvelles de la rebellion et maulvaise volenté de ceulx d'Aix en Prouvence"44. Le parti hostile à Louis d’Anjou avait repris le dessus dans la capitale du comté et ne devait plus le reperdre de longtemps. L’Union d'Aix, trop tôt enterrée par Georges de Marie, allait reprendre vie. Y figurent très probablement Toulon, Hyères et Nice, qui opposent des refus aux Marseillais qui voulaient recruter des marins et des hommes d'armes45. A la veille de son départ, Louis d'Anjou voudra faire une dernière tentative de conciliation, pour laquelle le comte de Savoie servit de médiateur : celui-ci rencontra le 7 juin, à Cavaillon, six délégués des Etats de l'Union, assemblés à Aix, et leur fit promettre de venir traiter avec le duc à Carpentras, avant le 9 juin. Bien que Louis se fût engagé, le 10 juin, à ce que l'inféodation consentie en sa faveur par Clément VII ne portât aucun préjudice aux droits de la reine Jeanne et à ne pas intervenir, du vivant de celle-ci, dans le gouvernement du pays sans son assentiment, il n'en sortit rien46.

  • 47 Louis d'Anjou froissa ses partisans en prenant, le 30 mai 1382, dans des lettres en faveur de son f (...)

27Louis partait donc en laissant derrière lui une Provence divisée entre ceux qui étaient disposés à le reconnaître comme maître futur de la Provence47 et, pour le présent, comme défenseur de la reine Jeanne, et ceux qui, tout en prétendant encore défendre les droits de la reine, rejetaient l'idée que Louis pût lui succéder. Pour ces derniers, ou du moins pour une partie d'entre eux, la tentation pouvait être grande d'aller jusqu'au bout de leur logique en prenant langue avec Charles de Duras. C'est ce qui allait se produire au cours de l'été 1382 et qui allait entraîner le pays dans la guerre.

2.4. La Provence du départ de Louis d'Anjou pour l'Italie à la guerre (juin 1382-mars 1383)

  • 48 JLF, p. 45.
  • 49 Les précisions sur les Etats de l'Union de mai (-juin) et d'août 1382 et sur les événements jusqu'e (...)
  • 50 Isnard (E.), op. cit., p. 99, no 539 : lettre des syndics d'Aix du 17 juin 1382, avisant ceux de Ma (...)
  • 51 Ou, plus brièvement, de rector Provincie.
  • 52 Il ne faut pas le confondre avec son frère, Blacas de Pontevès, seigneur de Châteaurenard, lieutena (...)
  • 53 Valois, t. II, p. 95, note 3, repris par Coulet (N.), t. II, p. 636, note 146. Pour la lettre des A (...)
  • 54 Les lettres de commission de Spinola ont été publiées par Gioffredo, Storia, III, pp. 404-407.

28Quand Louis d'Anjou quitta la Provence, il pouvait espérer la prolongation du statu quo jusqu'à l'issue (victorieuse...) de sa campagne en Italie. N'était-ce d'ailleurs pas à cela que tendait le pape lorsqu’il requérait le sénéchal, son frère et Guiran de Simiane, seigneur de Caseneuve "qu'il ne feissent aucune noveleté contre ceux d'Aix"48 ? Mais l'attentisme ne satisfaisait pas l'Union. Les Etats réunis à la fin mai (et qui doivent se confondre avec ceux dont je viens de parler) décidèrent d'envoyer une ambassade à Naples, auprès de la reine49. Celle-ci partit en effet et son retour donna lieu à un "incident diplomatique" avec Marseille50. En même temps, ou peu après, l'Union se dota d'une "anti-sénéchal" élu, portant le titre de "gouverneur, capitaine et défenseur des comtés de Provence et de Forcalquier"51, Barrai de Pontevès, seigneur de ce lieu52. A en juger par le cas de Tarascon, dont le viguier, Elzéar Autric, reçut le 22 juin une ordonnance émanée de ce "gouverneur", l'Union prétendit très vite légiférer et réglementer à l'échelle du pays tout entier (même si, dans ce cas précis, cela se solda par un échec). Au début de l'été, l'Union s'employa encore à rassembler des troupes pour délivrer la reine. Cependant, le tournant était proche. Il allait être pris à la suite des Etats réunis à Brignoles au mois d'août 1382. Si l’on se réfère une fois de plus aux sources tarasconnaises, ceux-ci furent sans doute plus "généraux" que ceux d'Aix au printemps, car, outre les communautés fermement unionistes, des communautés indécises y envoyèrent des délégués, au moins pour ouïr et rapporter. Il y fut décidé de l'envoi d'une nouvelle ambassade à Naples ; mais, cette fois, le destinataire en était Charles de Duras et non plus la reine. En attendant son résultat, l'Union s'efforça de convaincre les hésitants : c'est ainsi que, le 22 septembre, Tarascon reçut deux mandataires, le niçois (d’origine grassoise) Giraud Rocamaura, bachelier en droit, et Pierre de Revest ; mais la ville refusa de se prononcer avant le retour de l'ambassade. Celle-ci ne resta certes pas sans résultats. Tout d'abord, elle dut permettre à Charles, qui avait fait périr Jeanne 1ère le 27 juillet 1382, de convaincre les gens de l'Union du décès de la reine : ainsi les Aixois pourront-ils affirmer le fait aux Marseillais, le 20 janvier 1383, alors que ceux-ci croyaient encore la souveraine en vie53. Mais, simultanément, Charles réussit sans doute à détourner tout soupçon de meurtre et à apparaître comme l'héritier légitime de la Maison d'Anjou. Il put alors envisager d'agir en Provence et, le 16 novembre 1382, il nomma un sénéchal, en la personne du génois Balthazar Spinola54.

  • 55 Au plus tard, Balthazar Spinola serait arrivé en février, avant le 15, comme il ressort des actions (...)
  • 56 Cortez (F.), op. cit., note 52, p. 84 (d'après A.D.B.D.R., B190, fol. 3 v°).
  • 57 Puisque, le 17 de ce mois, avant d'envoyer un messager à Marseille, le juge-mage et les maîtres-rat (...)
  • 58 Brun, Annales, pp. 33-34 (lettre du 19 janvier 1383). Voir aussi la note 64.
  • 59 Brun, Annales, p. 96 (lettre datée par erreur du 9 mars 1387).
  • 60 A.S. Prato, busta 534 (lettre de Paolino et Bonacorso Bocci).

29Avant même l'arrivée de ce dernier, qui n'eut lieu au plus tôt qu'en janvier 1383, comme on le verra ci-après55, les positions se durcirent. D'après un document cité par Fernand Cortez56, Toulon aurait affiché ses préférences pour Charles de Duras et rejeté le baile nommé par le lieutenant de Foulque II d’Agout entre la fin avril et la fin novembre 1382 : sans doute faudrait-il placer un tel événement après le retour de l'ambassade, donc en octobre ou novembre. Avant le 4 novembre, Clément VII jeta l'interdit sur Aix, poussant peut-être celle-ci dans le camp d'Urbain VI. Le mois suivant, le ville concentrait des troupes, tandis que François de Baux inclinait vers Charles. Enfin, en janvier, alors que la rupture n'était pas encore consommée mais que les rapports étaient tendus57, le bruit parvint à Avignon, au plus tard le 19, que Nice avait, la première, levé formellement l’étendard du roi Charles III : sans en avoir de preuve tangible, je suis tenté d'y voir la conséquence de l'arrivée de Spinola. Tout le monde attendait alors le résultat d'une assemblée des Etats de l'Union prévue pour le 8 février (peut-être provoquée par l'arrivée du sénéchal carliste ?), sans trop d'illusions d'ailleurs sur ce qu’il en sortirait58. De fait, une lettre envoyée le 9 mars 1383 d'Avignon par le facteur de Datini indique "[...] en ce qui concerne la Provence, qui a en partie levé la bannière de messire Charles, on craint qu'il n'y ait la guerre"59. Ce que précise ainsi une autre lettre de l'Archivio Datini, envoyée de Nice par les Bocci le 11 mars : [...] Achisi e Nizza con tutte le terre che sono unite coloro anno levate l'insegne de Re Carlo e gridato "Viva lo Re Carlo !". Misser Baldassare Ispinora è siniscalcho di Provenza. Marsiglia, Arli con alchuna ultra terra non anno ancho[ra] detto di si, e per questa cagione non è ben sighuro lo mare nè la terra...60.

  • 61 Ce fait nous est révélé par le compte du clavaire municipal de Nice pour le second semestre 1383 (A (...)
  • 62 Gioffredo, Storia, III, p. 416 : Villefranche dès le 9 avril ("Arch. Villaefran."), Nice le 25.
  • 63 A.S. Prato, busta 534, lettres des Bocci des 20 février, 11 et 26 mars, 11 et 23 avril (et aussi 1e (...)

30Ces deux lettres, qui se recoupent, nous livrent deux informations essentielles : l'Union d'Aix a jeté le masque et la guerre entre les factions provençales apparaît inévitable. Le premier fait s'accompagna de l'entrée en fonctions officielle de Balthazar Spinola. Quittant pour cela Nice, où il avait résidé jusqu'alors, celui-ci gagna Aix, capitale des comtés, dans le courant du mois de mars61 : il y reçut en avril l'hommage solennel à Charles III de diverses communautés62. Pour ce qui est du second fait, il faut noter qu'il y avait déjà eu des actes d'hostilité avant les 9 et 11 mars : dès février, une galère armée à Naples et commandée (peut-être) par Spinola en personne prit navigli in Provenza et, notamment, vers le 15, in Rodano, le linh du patron arlésien Steve Miquel, qu'elle ramena à Villefranche (Porto-Ulivo)63. Si bien que, dès le 20 février, les Bocci considéraient que lo chamino è rotto per mare e per terra di qui [Nice] a Vignone. Mais c'est au cours du mois de mars que l'état de guerre ouverte allait s’installer progressivement, jusqu'à être patent en avril. J'y reviendrai ci-après, après avoir présenté les partis en présence.

3) Les partis en présence

3.1. Observations générales

  • 64 On peut citer à l'appui l'exemple de Draguignan : le 17 février 1383, le conseil de cette ville, [c (...)
  • 65 Le 29 avril 1383, à Lucéram, par devant le viguier et le juge, post missam ibidem celebratam et pre (...)

31Le choix mûri par l'Union d'Aix entre l'automne 1382 et février-mars 1383 transforma radicalement le débat qui agitait les Provençaux. Auparavant, nous l'avons vu, tous, ou peu s'en faut, s'accordaient pour chercher à défendre les droits de la reine Jeanne, même si leurs opinions divergeaient sur le rôle qui devait revenir au duc d’Anjou. A l'issue de ces mois-clés, le partage se fit désormais, pour quelques années, entre ceux qui admettaient le décès de la reine Jeanne et ceux qui refusaient d’y croire. Opposition primordiale, car c'est elle qui fit s'opposer les Provençaux à propos de la reconnaissance de Charles de Duras comme souverain. Ce n'est pas, en effet, parce qu'ils auraient entériné avec retard son usurpation de l'été 1381 que les gens de l'Union acceptèrent Charles pour roi de Sicile et comte de Provence, mais parce que la mort de la reine Jeanne levait toute hypothèque sur la légitimité de son pouvoir64. Aussi, si l'on en juge par l'exemple de la viguerie du Comté de Vintimille et Val de Lantosque, la reconnaissance de Charles III dut-elle être partout indissociable de la célébration d'un sevice funèbre à la mémoire de la reine défunte65.

  • 66 La suite des événements démontra qu'il y avait des carlistes plus tièdes (ceux qui se rallièrent au (...)
  • 67 Coulet, t. II, p. 635, note 142.

32Face aux gens de l'Union, qui avaient ainsi tourné la page, se dressèrent tous ceux qui demeurèrent fidèles à une souveraine qu'ils persistaient à croire en vie. Si l'Union formait un bloc (relativement) homogène66, la coalition qui allait s'opposer à elle était plus hétéroclite. On peut en effet y distinguer trois composantes : tout d'abord, les individus et les communautés qui, pendant et après les Etats d'Apt d’avril 1382, avaient accepté de reconnaître Louis d'Anjou comme héritier de Jeanne 1ère ; puis les communautés qui, sans reconnaître Louis, s'étaient tenues à l'écart de l'Union ; enfin, éventuellement, des individus et des communautés qui se seraient retirés de l'Union. Il est en effet possible que des membres de l'Union aient refusé d'admettre la mort de Jeanne et l'aient quittée quand elle se rallia à Charles de Duras, puisque celui-ci restait pour eux un usurpateur. Tel semble avoir été le cas de Grasse, qui figurait dans les rangs de l'Union durant l'été 138267 et que nous verrons combattre les "carlistes" de Provence orientale en 1383 : en effet, en mars 1385, la ville faisait encore prêter serment de fidélité à la reine Jeanne à des hommes de Cabris voulant trouver refuge derrière ses murailles ; et, au mois de novembre de la même année, elle envoyait à la potence deux hommes convaincus d'avoir conspiré contre la reine.

  • 68 Voir JLF, pp. 248, 252, 261, 264 et 274.
  • 69 Cf Gauthier-Ziegler (G.), pp. 300-303, p.j. XLI (lettres patentes de Foulque II d'Agout du 18 mars (...)
  • 70 Dans les deux actes cités note précédente, Foulque d'Agout emploie une titulature neutre (comitatuu (...)

33Cette composition du camp "anti-carliste" (ou anti-duraciste") explique l'impression que l'on retire de la lecture du Journal de Jean Le Fèvre : à savoir que la régente Marie de Blois dut se livrer à une réelle conquête (essentiellement par la négociation) de la majorité, ou du moins d'une bonne partie, de la Provence anti-carliste. Il lui fallut en effet faire d'abord admettre aux membres des deux dernières catégories citées la réalité du décès de Jeanne, puis incliner leur choix en faveur de son fils, Louis II. Le cas de Grasse (une fois de plus) nous montre que les deux choses ne furent pas toujours simultanées : après avoir reçu des envoyés de la régente, la ville fit célébrer un service funèbre à la mémoire de la reine Jeanne vers le 12 mars 1386, mais ne se soumit à Louis II que deux mois plus tard environ, après avoir pris conseil du pape68. On pourra faire remarquer que Grasse, comme d'autres lieux restés fidèles à Jeanne 1ère sans s'être ralliés à Louis d’Anjou, avait fidèlement obéi au sénéchal Foulque II d'Agout, principal partisan du duc69. La contradiction n'est qu'apparente : de telles localités obéissaient au sénéchal parce qu'il avait été nommé par la reine Jeanne et qu'il demeurait son représentant70.

34En fait, il convient de considérer que, jusqu'en janvier 1386, la Provence fut divisée en trois partis : "carlistes", "angevins" et "simples fidèles de Jeanne 1ère". Mais, en définitive, il ne resta bien que deux camps, car les individus et les communautés fidèles à Jeanne seule furent les alliés "objectifs" des partisans de Louis d'Anjou. Ils ne furent certes pas "neutres" au sens où semblaient l'entendre V.-L. Bourilly et R. Busquet : si des villes comme Sisteron et Moustiers ne participèrent peut-être pas beaucoup aux premiers combats, les exemples de Grasse, déjà cité, et de Guillaumes, qui en 1383, résista avec succès à Jean Grimaldi de Beuil, sont là pour attester l'engagement de ce "parti". Un regard sur les cartes II et II bis achèvera de nous convaincre que, si les partisans de Louis d'Anjou avaient été les seuls à prendre les armes contre l'Union d'Aix, la troisième force restant effectivement "neutre", la guerre aurait vraisemblablement vite tourné à la victoire des carlistes.

  • 71 Voir note 65, et Gioffredo, Storia cit., III, p. 416.
  • 72 Michel Hébert (p. 216) indiquait entre mars et novembre 1383. Il semble bien que Tarascon n'ait pas (...)
  • 73 Gioffredo, Storia cit., III, pp. 431-432.
  • 74 Gioffredo, Storia cit., III, p. 431.

35Ces mises au point effectuées, il n'est pas inutile, avant de préciser les choix des trois états de la société provençale, de justifier pourquoi, afin de déterminer l'appartenance d'un individu ou d'une communauté à tel ou tel parti, au début comme au cours des hostilités, j'ai fait flèche de tout bois. Un exemple suffira, je pense, à démontrer l'impossibilité de privilégier tel critère ou tel autre. On aurait ainsi pu estimer que le signe le plus fiable du choix fait par un homme ou une ville serait fourni par le geste le plus solennel qu'ils pussent accomplir : la prestation de l'hommage et/ou du serment de fidélité devant le souverain ou son représentant. Mais on constate vite que ce critère n'est guère précis, car il y eut très souvent un décalage chronologique certain entre le premier engagement dans un camp et un tel acte. Ainsi, la viguerie du Comté de Vintimille et Val de Lantosque reconnaît-elle Charles III pour roi, en "consilium generale", dès le 26 avril 1383, mais l'hommage ne sera fait, par devant le sénéchal Balthazar Spinola, que le 1er juin suivant71. Et cet exemple n’est rien si on le compare à ceux de Tarascon et de Barcelonnette. La première de ces villes fait hommage à Charles III le 8 avril 1385, en présence de Raimond Savini, évêque urbaniste d'Apt et lieutenant du sénéchal Spinola. Or, les faits cités par Michel Hébert prouvent que Tarascon soutenait déjà l'Union d'Aix auparavant : en fait, la ville, jusque là indécise, aurait penché en sa faveur entre avril72 et novembre 1383. Quant à Barcelonnette, elle reconnaît Charles III pour souverain le 5 juin 1385, par devant Jean Grimaldi de Beuil, autre lieutenant de Spinola, et fera hommage devant le sénéchal en personne un peu plus tard73. Or, selon ce que rapporte Allibert, la ville et sa baillie étaient déjà activement carlistes en 1383 et 1384. Après ces trois exemples, on sera sans doute convaincu que la reconnaissance formelle de Charles III faite par Allos, devant Jean Grimaldi, le 12 août 138574, ne signifie pas forcément que cette ville n'était pas carliste auparavant.

36Je voudrais aussi souligner, s'il en était besoin, que les limites du présent travail et sa conception même m'ont amené à me contenter d'un niveau "grossier" d'analyse : sauf dans le cas des prélats et des grands nobles, les individus apparaîtront assez peu, noyés qu'ils seront dans leur parti ou leurs communautés. Or, il est bien évident qu'un dépouillement exhaustif des actes conservés pour la période 1383-1388 permettrait notamment d'affiner notre connaissance des clivages qui ont existé au sein des communautés, y compris celles paraissant les mieux ancrées dans leur choix. Cependant, même dans ces conditions, il a été possible de distinguer un cas intéressant dans le camp anti-carliste : celui de Grasse, dont certains aspects ont déjà été cités et dont les autres seront repris ci-après. L'histoire de cette ville apparaît finalement beaucoup moins simple que ne l'avait décrite Gilette Gauthier-Ziegler. Unioniste en 1382, elle quitta l'Union par fidélité à la reine Jeanne et la combattit vivement en 1383. Sans doute à la fin de mars 1384, le courant carliste existant dans la ville tenta un coup de force qui dut connaître une réussite éphémère. Mais les anti-carlistes reprirent le dessus. Grasse maintint alors sa ligne de fidélité à Jeanne 1ère jusqu'en mars 1386, où elle admit son décès. Deux mois plus tard, elle se rallia au jeune Louis II d'Anjou. Sans doute y aura-t-il d'autres cas similaires à découvrir, à la faveur d'un travail plus détaillé que celui-ci...

3.2. La situation au début des hostilités

  • 75 La carte no I présente les limites des circonscriptions administratives provençales au début des an (...)

37Les développements consacrés à l'évolution du conflit sont illustrés par les cartes II à V75. Pour ne pas surcharger celles-ci, j'ai choisi de les consacrer, pour l'essentiel, aux communautés (villes ou castra). Aussi traiterai-je ci-après avec plus de détails des deux premiers états de la société provençale.

38La position de l'église de Provence, c'est-à-dire en pratique du haut clergé, avait été proclamée lors des Etats d'Apt d’avril 1382 : prélats et autres dignitaires s'étaient prononcés en faveur de Louis d'Anjou. Prise de position qui ne saurait surprendre, puisque, comme nous l'avons vu, hormis le cas remarquable de l'anti-évêque urbaniste de Riez, Bertrand d'Esparron, l’église provençale, en 1382, reconnaissait l’autorité de Clément VII et que ce dernier soutenait sans réserves le duc.

  • 76 J'ai suivi Jean Denizet (op. cit. à la note 20), qui écartait des participants aux Etats les évêque (...)
  • 77 Voir sur cette affaire : Hildesheimer (E.), "Le vicariat apostolique d'Antibes du XIVe au XVIIIe si (...)

39Au sommet de la hiérarchie, se trouvaient deux archevêques (Aix et Arles) et douze évêques (Apt, Digne, Fréjus, Glandève, Grasse, Marseille, Nice, Riez, Senez, Sisteron, Toulon et Vence)76. Sur ce nombre, entre mars et juin 1382, prirent place parmi les plus actifs partisans de Louis d'Anjou les deux archevêques, Jean d'Agout (Aix) et Pierre de Cros (Arles), ainsi que les évêques de Grasse (Artaud de Mélan, bientôt transféré à Sisteron), Marseille (Aimar de la Voulte) et Digne (Bertrand de Séguret). Mais l'interaction des questions politiques et religieuses vint apporter quelques retouches au tableau. En effet, soit qu’ils aient suivi la même évolution que la très grande majorité de l'Union d’Aix et, après avoir admis la mort de la reine Jeanne, se soient ralliés à Charles de Duras, soit que les premiers troubles les aient incités à dévoiler un urbanisme jusque là clandestin, deux évêques changèrent de camp : celui d'Apt, Raimond Savini, et celui de Vence, Boniface du Puy. Il est difficile de trancher quant au motif premier de leur attitude sans une étude plus approfondie de leurs cas. Notons en effet que, s'il put tolérer pendant un temps plus ou moins long le carlisme du bas clergé et des fidèles (j'y reviendrai), Clément VII ne pouvait en revanche guère admettre que le mauvais exemple vînt d'en haut. Il n'avait donc pas besoin de l'accusation d'urbanisme pour priver de leurs évêchés Raimond Savini (dès 1383) et Boniface du Puy (en 1384 seulement). Or, une fois sanctionnés de la sorte, les prélats en cause, s'ils ne l'étaient déjà auparavant, n'avaient plus qu'à se faire urbanistes. Une chose est certaine : ces deux hommes ne cherchèrent pas à (ou ne purent) rentrer dans les bonnes grâces de Clément VII, à la différence du successeur d'Artaud de Mélan à l'évêché de Grasse, Thomas de Puppio (ou Jarente). Vraisemblablement soupçonné de carlisme, peut-être pour ne pas avoir quitté sa cité épiscopale lorsque les carlistes grassois, en mars-avril 1384, prirent momentanément le contrôle de leur ville, l'évêque Thomas vit sa seigneurie d’Antibes saisie par Clément VII, mais il sauva son siège77.

  • 78 Valois, t. II, p. 96 note 5.
  • 79 Tisserand, Histoire de Vence cit., p. 60 ; Hildesheimer (F., dir.), Les diocèses de Nice et Monaco,(...)

40Au total, on dénombra donc, au début des hostilités, trois évêques dans les rangs de l'Union : l'évêque urbaniste de Riez et ces deux évêques cidevant clémentins. Deux de ces personnages n'eurent qu'un rôle effacé : Bertrand d'Esparron, "intrus" de Riez, fut capturé par le parti adverse et livré à Clément VII avant le 20 novembre 138378 ; Boniface du Puy, obligé de quitter sa cité épiscopale, se contenta d'administrer depuis sa seigneurie de Gattières la partie carliste de son diocèse79. En revanche, Raimond Savini fut l'un des lieutenants du sénéchal Balthazar Spinola.

41Compte tenu du fait que, tout comme les évêques, les principaux abbés (Montmajour, Saint-Victor de Marseille, Saint-Honorat de Lérins, Saint-Pons de Nice), le prévôt de la collégiale de Pignans ou encore les principaux représentants de l'Hôpital (le commandeur de Manosque et celui d'Aix et Puimoisson) se rangèrent parmi les partisans du duc d'Anjou, l’appoint du haut clergé provençal au parti carliste fut donc minime. Plus complexe fut sans doute la position des échelons intermédiaires (chapitres cathédraux, prieurs ruraux des abbayes,...) et du bas clergé, des simples moines ou frères.

  • 80 Par exemple, c'est au début de 1385 que Tarascon rompit son allégeance envers Clément VII. Ce n'est (...)

42Sous réserve d'une vérification cas par cas (chapitre par chapitre, ordre par ordre, etc.), il me semble que, en dehors de sa "tête", on peut appliquer à l'église provençale, mutatis mutandis, ce que Noël Coulet a écrit des moyenne et petite noblesse (et que je reprendrai ci-après). En effet, le cas d'Aix mis à part, c'est avec quelque délai que la rupture survint entre Clément VII et les villes de l'Union, à l'initiative de l'une ou l'autre partie, le tournant me paraissant être l'année 138580. Il s'ensuit que, pendant les années 1383 et 1384, clercs séculiers et réguliers ont pu, comme les laïcs, se déterminer "politiquement" sans pour autant devoir rompre avec Clément VII s'ils choisissaient de reconnaître Charles III pour souverain. Il faut ajouter que le recrutement des chapitres cathédraux, des abbayes bénédictines et, surtout, de l'Hôpital ne pouvait que favoriser une certaine similitude d'attitude avec la noblesse. Bref, clercs et religieux purent suivre leur choix propre, celui de leur parentèle ou encore celui des localités où ils vivaient : a priori, les membres des Ordres mendiants devraient relever du dernier cas. Cela étant, il faudra donc encore distinguer autant que possible entre les clercs qui sont restés dans les villes carlistes par devoir, notamment pour veiller aux intérêts spirituels et matériels de leur église ou établissement (tel sans doute le vicaire général de l'évêque de Nice) et ceux qui rejoignirent réellement les rangs de l’Union. Parmi ces derniers, je me bornerai à citer l'exemple de Boniface Pelegrin, commandeur de l'hôpital Saint-Laurent du Var, au diocèse de Vence.

  • 81 Coulet (N.), t. I, p. 85, et notes correspondantes (t. II, pp. 644-645).

43Pour exposer l’attitude de la noblesse, un point de départ commode nous est fourni par le bref mais suggestif tableau brossé dans sa thèse par Noël Coulet81. Cet auteur mettait tout d'abord en relief l’attitude très majoritairement favorable à Louis d'Anjou de la haute noblesse : aux Agout, à la majorité des grandes lignées "qui représentaient les nobles et barons aux Etats de 1359" (Alba, Montauban, Simiane, Castellane, Pontevès, Oraison, la Voulte) ainsi qu'aux Baux, il ne trouvait guère à opposer que les Villeneuve. Mais, notait-il, "les autres strates de l'aristocratie sont loin d'adopter aussi uniformément le parti des Angevins. Les grands officiers en charge au moment où la guerre éclate se partagent également entre les deux camps. Quant au tout venant de la noblesse, [aux petits gentilshomes], ils se rangent du côté où ils trouvent à s'employer, sans marquer de préférence nette, les chevaliers et damoiseaux des villes combattant sous la bannière de leur cité". Peut-on, en attendant là aussi des études plus détaillées que la présente communication, apporter quelques nuances à ces propos ?

  • 82 A.M. Nice, CC 593, lignes 12-15 et 55-56 : après citation, Honorat de Berre acquitte, par l'entremi (...)
  • 83 Voir ci-dessus note 43 et JLF, p. 36.
  • 84 Cortez (F.), op. cit., pp. 247-249, no 52.

44Avant de nous occuper du gros de la noblesse, réglons le cas du petit groupe bien individualisé que constituent les grands officiers de la Cour d'Aix. Sur les sept personnes qui le composaient, à savoir le juge-mage et six maîtres-rationaux, M. Coulet dénombrait quatre carlistes : le juge-mage, Leonardo d'Afflitto d'Escalis, et trois maîtres-rationaux, Jacques de Ceva, Rostang Vincens et Jean de Mayronnes ; et trois pro-angevins, les trois autres maîtres-rationaux : Guigonet Jarente, Honorat de Berre et Gautier d'Ulmet. En fait, il faut sans doute admettre une division moins égale que ne la pensait M. Coulet, entre cinq carlistes et deux pro-angevins, car Honorat de Berre me paraît avoir rejoint au bout du compte le camp de l'Union, si je ne me trompe pas en interprétant les mentions qui le concernent dans le compte du clavaire municipal de Nice pour le second semestre 138382. Π aurait donc suivi la même évolution que son confrère Jacques de Ceva, l'un et l'autre quittant le parti de Louis d'Anjou après y avoir adhéré, puisque Jacques de Ceva avait prêté serment de fidélité le 22 avril 1382 et qu'Honorat de Berre avait obtenu des lettres du duc le 11 mai suivant83. A la différence de son collègue Gautier d'Ulmet, embrassant le parti contraire à sa ville d'origine, Hyères84. Honorat de Berre se retrouvait finalement en accord avec la sienne, Nice, et, comme nous le verrons, avec sa famille.

  • 85 Cais de Pierlas (E.), La ville de Nice pendant le premier siècle de la domination des princes de Sa (...)

45Pour ce qui est du gros de la noblesse, nous pouvons au moins comparer le modèle général proposé par M. Coulet au cas de la Provence orientale, assez bien connu grâce aux travaux du comte Eugène Cais de Pierlas85. Voici comment, selon cet auteur (que j'ai corrigé sur quelques points pour obtenir la situation au début de 1383), s’était répartie la noblesse de la région :

    • 86 En fait, Rainier II Grimaldi n'était plus réellement seigneur de Castillon, qu'il avait engagé à Pi (...)
    • 87 Jacques de Revest était le fils et le frère des deux maîtres-rationaux d'origine niçoise dénommés J (...)

    Pro-angevins : Jacques Balb, coseigneur de Saint-Etienne[-de-Tinée], Saint-Sauveur et Collongue, Pierre Balb, coseigneur de Valdeblore, Rimplas, Saint-Sauveur, Roure et Marie ; Florent de Castellane, coseigneur de Clans et de Châteauneuf[-de-Contes], Pons de Castellane, seigneur ou coseigneur de Daluis et d'autres castra de la haute vallée du Var ; Pons Cays, coseigneur de Peillon et du Touët[-de-l'Escarène], chef de la branche arlésienne de cette famille et futur juge-mage de Provence (de 1417 à 1420) ; les Flot(t)e, possessionnés notamment dans la vallée de l'Estéron ou non loin de celle-ci ; les deux frères de Glandevès, Isnard, seigneur de Cuers et de Châteauneuf-Val-Saint-Donat, et Louis, seigneur de Faucon, présents dans le haut-pays niçois à Ilonse et Roure ; les de Grasse, ou du moins la branche des seigneurs de Cabris, représentée par Jean ; deux branches des Grimaldi, avec, d'une part, les frères Marc et Luc, seigneurs de Cagnes, d'autre part, Rainier II, seigneur de Menton et de Castillon86 ; Manuel du Puget[-Théniers], coseigneur du lieu ; Jacques de Revest, coseigneur de Clans et de Châteauneuf[-deContes]87 ; Rostang de Soleilhas ; enfin, Giraud de Villeneuve, seigneur de Vence, et ses fils.

    • 88 En fait, tant parmi les Chabaud que parmi les Riquier, il y eut au moins une personne pour rejoindr (...)

    Carlistes : les Badat, notamment Andaron, cousin germain de Jean et Louis Grimaldi de Beuil ; les Berre, seigneurs de ce lieu et de Gilette [notamment, si je ne me trompe pas, Honorat, le maître-rational] ; les Cays, sauf leur branche arlésienne ; les Chabaud ; Jean Grimaldi, seigneur de la baronnie de Beuil, et son frère Louis ; les Grimaldi "de Nice", c'est-à-dire Pierre et ses fils ; les Laugier des Ferres ; Pissalin Litti, seigneur de Saint-Auban et la Roquette, et son fils ; les Riquier88.

    • 89 Les seigneurs de Tende et la Brigue ne se déclarèrent pas avant le mois de novembre 1383 (A.M. Nice (...)

    Neutres : les Lascaris-Vintimille, notamment les principaux d'entre eux, le comte de Tende et le seigneur de la Brigue89.

46On constate aisément que ce tableau de la Provence orientale, s'il ne permet guère de discerner un engagement "mercenaire" de la noblesse, confirme très largement le modèle "général" de M. Coulet sur deux points : attitude de la grande noblesse ; attitude de la noblesse urbaine. Pour ce qui est du premier point, même en tenant compte des origines des lignages plus que de leur fortune du moment, nous ne trouvons guère à ranger aux côtés des Villeneuve, dans le camp carliste, que les Grimaldi de Beuil, qui allient antiques origines et réelle puissance, et les Laugier des Ferres, qui descendent des "vicomtes" de Nice mais ont des possessions assez modestes. En revanche, nous pouvons enrichir la liste des lignages pro-angevins citée par M. Coulet des Glandevès et, plus modestes alors, des Balb, Flot(t)e, de Grasse et du Puget. Quant au second point, on peut vérifier que la noblesse résidant ordinairement à Nice et y participant à la vie politique (Badat, de Berre, Cays, Chabaud, Grimaldi, Litti, Riquier) s'est rangée très majoritairement dans le camp carliste choisi par cette ville. D'ailleurs, si Pons Cays n'a pas fait le même choix que ses cousins, il confirme lui aussi la règle, puisqu'il est en accord avec la prise de position d'Arles.

  • 90 Voir ci-dessus, note 52.
  • 91 La liste des témoins de ce mariage qui avait eu lieu le 2 novembre 1381 confirme l'appartenance des (...)

47Néanmoins, nous vérifions également que l'attitude de tous ces lignages ne fut pas forcément unanime. Nous venons de citer le partage survenu au sein de la famille Cays. Leur exemple ne fut pas unique. Les Grimaldi aussi apparaissent divisés. De même, une branche au moins des Villeneuve, celle des seigneurs de Vence, se distingua des autres en étant sinon favorable à Louis d'Anjou, du moins fidèle à la reine Jeanne. Parfois les divergences se manifestèrent au sein d'une même branche. Nous avons vu ci-dessus s'opposer deux Pontevès, deux frères, Barrai (III) et Blacas90 et, parmi les Baux, François, duc d'Andria et seigneur de Berre, prendre en décembre 1382 le parti de Charles de Duras, à l'inverse de son propre fils, Jacques. De tels faits peuvent sans doute s'expliquer de trois manières différentes. Tout d'abord, il est clair que, dans certains cas, des cousinages devenus trop lointains dans le temps (les Villeneuve, peut-être) comme dans l'espace (les Cays de Nice et d'Arles) peuvent justifier les choix différents des branches d'un même lignage. Les événements ont également pu fournir l'occasion de vider des conflits entre branches aînées et cadettes ou bien, au sein d'une même branche, entre aînés et cadets, voire pères et fils. Enfin, il n'est pas exclu que des lignages aient choisi volontairement d'avoir un pied dans chaque camp, afin d'être dans toutes les hypothèses du côté des vainqueurs : ce pourrait être le cas des Grimaldi. Plus généralement, on peut remarquer que la guerre de l'Union d’Aix a dû offrir à la noblesse provençale l'occasion rêvée de résoudre tous les conflits qui l'agitaient : n'oublions pas en effet que le recours à la guerre privée n'avait pas été absent des trois premiers quarts du XIVe siècle. Ainsi me semble-t-il que l'opposition entre les Grimaldi de Beuil et les autres seigneurs du haut-pays niçois prolonge des rivalités parfois fort anciennes (ainsi entre Beuil et Glandevès, depuis au moins la fin du XIIIe siècle). Néanmoins, il faut se garder de trop simplifier : dans l'engagement "carliste" des Grimaldi de Beuil a pu également jouer le fait qu'ils étaient, plus que leurs voisins, liés à Nice, tant par leur cousinage avec les Badat que par le récent mariage de Jean Grimaldi avec sa cousine "niçoise" Bigotte, fille de Pierre Grimaldi91.

48En ce qui concerne les communautés, il convient naturellement de distinguer deux catégories : d'une part, celles qui, relevant immédiatement de la Cour royale, députaient aux Etats, soit directement (les chefs-lieux de circonscription administrative), soit collectivement, par le biais de délégués de la viguerie ou de bailie distincts de ceux du chef-lieu ; d'autre part, celles qui, soumises à une seigneurie laïque ou ecclésiastique, étaient représentées aux Etats par leurs seigneurs.

  • 92 Manosque serait même à ranger dans les localités ralliées à Louis d’Anjou.

49Pour ces dernières, je n’ai pu, dans le cadre de ce travail, dresser une statistique précise de leur choix. Il est certain que des villes et castra ont souvent suivi leur seigneur : Berre est tout d'abord carliste comme François de Baux, Manosque et Salon anti-carlistes à l'instar du commandeur de l'Hôpital ou de l'archevêque d'Arles92. Mais il y a des attitudes inverses : ainsi les castra d'Auriol et Roquevaire sont-ils dans le camp carliste quand la guerre éclate, alors que leur seigneur est l'abbé de Saint-Victor de Marseille, pro-angevin. Quels facteurs ont pu peser sur la décision de ces communautés ? Sans doute en premier lieu la qualité de leurs rapports avec leur seigneur : comme nous l'avons déjà noté pour la noblesse, la guerre de l'Union d'Aix a pu constituer un recours pour résoudre des conflits plus ou moins latents. Mais ces communautés ont pu également se déterminer en fonction des choix de leurs voisines de la première catégorie, pour les adopter ou les combattre. Ces motivations ont bien sûr pu se composer de manières et en proportions variées.

  • 93 A.D.B.D.R., B 7, fol. 4 r°.
  • 94 En raison de sa position géographique, je n'ai pas fait figurer sur les cartes Réauville (auj. Drôm (...)
  • 95 Si l'enquête de Véran Esclapon omet de citer la bailie de Castellane, c'est sans doute parce que qu (...)

50Parmi les villes et les castra royaux, ceux dont le choix est le plus facile à saisir sont évidemment les chefs-lieux de circonscription administrative. Au début des années 1380, si l’on se réfère à l'enquête de Véran Esclapon de 1379, la Provence aurait été divisée en 28 circonscriptions administratives, à savoir 23 circonscriptions principales et 5 secondaires93. Parmi les premières, 12 vigueries (Aix, Arles, Draguignan, Forcalquier, Grasse, Hyères, Lorgues, Marseille, Nice, Puget-Théniers, Tarascon, Comté de Vintimille [et Val de Lantosque]) et 11 bailies (Apt, Barcelonnette et Seyne, Barjols, Brignoles et Saint-Maximin, Colmars, Digne, Moustiers, Réauville94, Sisteron, Toulon, Villeneuve), les 5 circonscriptions secondaires étant les bailies de Grimaud, Guillaumes, NotreDame de la Mer [auj. les Saintes-Maries], Saint-Etienne [-de-Tinée] et du Val d'Estéron (alias de Sigale). Mais il faut ajouter à cette énumération au moins les deux bailies principales de Castellane et du Val de Stura95. Compte tenu de cette correction et de l'existence de deux bailies constituées de deux anciennes bailies indépendantes jumelées, on dénombre donc 27 chefs-lieux principaux et 5 chefs-lieux secondaires. Sur ces 32 localités, on constate (cf. carte no II) la répartition suivante : (les noms des chefs-lieux secondaires sont soulignés)

  • 96 Il est possible que Seyne ait été franchement ralliée à Louis d'Anjou. Néanmoins, j'ai préféré par (...)
  • 97 En fait, au tout début du conflit, Tarascon n'est pas encore carliste. Cf. note 72.
  • 98 Il est possible que le siège de l'administration de la bailie ait déjà été transféré à Saint-Paul, (...)

Pro-angevines

Fidèles à Jeanne

Carlistes

Apt

Arles

Aix

Marseille

Barjols

Barcelonnette

Castellane (?)

Brignoles

Démonte

Colmars

Digne

Draguignan

Forcalquier

Grimaud

Grasse

Hyères

Guillaumes

Lorgues

Moustîers

Nice

N.-D. de la Mer

Puget-Théniers

Réauville

Sigale

Seyne96

Sospel

Sisteron

Saint-Etienne

Saint-Maximin

[Tarascon]97

Toulon

Villeneuve98

  • 99 J'ai classé Riez dans le camp carliste d'après ce qu'il m'a paru ressortir du JLF. L'abbé Féraud n' (...)

51Il y a donc une courte majorité de chefs-lieux carlistes (17 contre 15). Avant d'affiner cette observation, nous pouvons élargir notre échantillon en prenant également en compte les cités épiscopales qui n'étaient pas simultanément un chef-lieu administratif royal. Il ne figure en effet dans le tableau ci-dessus que neuf des quatorze cités épiscopales ou archiépiscopales énumérées plus haut, avec la répartition suivante: six anti-carlistes, à savoir deux pro-angevines (Apt et Marseille) et quatre fidèles à la reine Jeanne (Arles, Digne, Grasse, Sisteron), contre seulement trois carlistes ( Aix, Nice, Toulon). Les cinq autres cités se répartissent en trois fidèles à Jeanne (Glandève, Senez et Vence) et deux carlistes (Fréjus et Riez)99, leur prise en compte confirme la prépondérance des cités anti-carlistes, qui sont au total neuf (deux pro-angevines et sept fidèles à la reine) contre cinq. Cependant, c'est une bonne moitié des archevêques et des évoques provençaux qui, au moment du choix décisif, se sont trouvés en désaccord avec leur ville de résidence: l'on dénombre en effet d'une part cinq prélats pro-angevins en opposition avec des villes carlistes (à Aix, Fréjus, Nice, Riez et Toulon), d'autre part, deux évêques carlistes (Apt et Vence) contraints de sortir de leurs cités.

52Compte tenu de ces cinq villes supplémentaires, la majorité carliste se rétrécit encore, à 19 contre 18. Néanmoins, pour apprécier plus justement une telle statistique, nous pouvons nous demander dans quelle mesure ces diverses "capitales" administratives et/ou spirituelles de petites, voire de micro-régions ont bien entraîné celles-ci dernière elles, dans la mesure où le tableau dressé ci-dessus nous montre que trois des cinq chefs-lieux de bailies secondaires se sont opposés au chef-lieu principal dont ils relevaient (Notre-Dame de la Mer à Tarascon, Sigale à Grasse et Guillaumes à Puget-Théniers). Les diverses études disponibles à ce jour permettent d'établir la répartition suivante :

    • 100 Les études déjà réalisées permettent de connaître avec quelque certitude la position initiale d'une (...)
    • 101 La bailie de Brignoles comptait quelques castra anti-carlistes, tels Méounes et peut-être Signes (à (...)
    • 102 Il y avait au moins un castrum anti-carliste : Cuers, dont le seigneur était Isnard de Glandevès.
    • 103 Si nous en jugeons par la situation existant en mai 1386, que nous font connaître les lettres-paten (...)

    Chef-lieu carliste / circonscription entièrement ou majoritairement carliste : (d’ouest en est et du sud au nord) viguerie de Tarascon proprement dite (sans la bailie de Notre-Dame de la Mer), viguerie d’Aix100, bailie "double" de Brignoles et Saint-Maximin101, viguerie d'Hyères102, viguerie de Lorgues, viguerie de Draguignan103, viguerie de Nice, viguerie du Comté de Vintimille et Val de Lantosque, viguerie de Puget-Théniers (moins la bailie de Guillaumes), bailie de Colmars, bailie de Barcelonnette.

    • 104 Sont anti-carlistes quatre castra appartenant aux Marseille-Vintimille : Le Beausset, Evenos, Ollio (...)

    Chef-lieu carliste / circonscription partagée : bailie de Toulon104, bailie de Vence.

  • Chef-lieu pro-angevin / circonscription pro-angevine : viguerie de Marseille.

  • Chef-lieu pro-angevin / circonscription au moins fidèle à Jeanne : bailie d’Apt.

    • 105 Et peut-être un certain nombre de castra autour de Riez.

    Chef-lieu fidèle à Jeanne / circonscription entièrement ou majoritairement fidèle à Jeanne : viguerie d'Arles, viguerie de Forcalquier (moins sans doute quelques castra de sa partie méridionale, dont Beaumont), bailie de Sisteron, bailie de Digne, bailie de Seyne, bailie de Barjols (moins la zone autour d'Aups), bailie de Moustiers (moins Riez105, bailie de Castellane, viguerie de Grasse proprement dite (sans la bailie de Sigale).

  • 106 Ainsi la bailie de Sigale (ou du Val d'Estéron) est-elle incluse dans l'aire commerciale de Nice pl (...)

53Nous pouvons donc, à quelques nuances près, répondre par l’affirmative à notre question initiale. Il reste à justifier les exceptions à cette "règle" que nous avons dénombrées. Quand les communautés sont (apparemment) seules en cause, il me semble que la plupart des choix divergents sont à mettre en rapport avec l'existence de zones d'influences émanant de chefs-lieux voisins, plus que de rapports conflictuels au sein des circonscriptions en cause. Ainsi le carlisme de certains castra de la partie sud de la viguerie de Forcalquier, de la région d'Aups ou encore de la bailie secondaire de Sigale me paraît-il s'expliquer par les influences respectives d'Aix, Draguignan et Nice, influences politiques et/ou économiques106. De même, l'anti-carlisme de Notre-Dame de la Mer, localité à la fois maritime et camarguaise, doit-il provenir de ses liens avec Marseille et Arles. Seule l'opposition de Riez et de Moustiers me semble susceptible de résulter de la rivalité de deux "capitales", l'une ecclésiastique, l’autre administrative. Parfois, en revanche, ce sont des rapports de force entre seigneurs ou bien entre communautés et seigneurs qui seraient à invoquer. Ainsi, si la bailie de Villeneuve et du Vençois se retrouve divisée, Vence étant anti-carliste à la différence de Saint-Paul et Villeneuve, la "faute" en revient sans doute à la lutte plus que séculaire qui opposait les évêques de Vence et les Villeneuve pour la domination sur la ville : en la circonstance, Giraud de Villeneuve put faire prévaloir son choix contre celui de Boniface du Puy. Le partage de la bailie de Toulon résulte de l'engagement pro-angevin des seigneurs de la famille de Marseille-Vintimille, possesseurs de nombreux castra qui suivirent leurs maîtres. Enfin, Guillaumes pourrait certes avoir été anti-carliste par désir de s'opposer à Puget-Théniers, qui l'avait jadis supplantée comme chef-lieu de la bailie puis viguerie de Théniers ; néanmoins, j'y verrais plutôt l'expression de son hostilité envers les Grimaldi de Beuil et leur politique visant à asseoir leur prépondérance locale, mise en œuvre (parfois brutalement) dès les années 1340.

  • 107 Voir la communication de Hébert (M.), "Les assemblées d’Etats et l'Union d'Aix".
  • 108 Coulet, t. I, p. 84.
  • 109 Voir à nouveau la communication de M. Hébert. Pour ce qui est des assemblées locales, leur rôle app (...)

54Les développements qui précèdent auront montré que les villes et les castra constituèrent le gros des forces non seulement du camp carliste, mais encore de la composante "fidèle à la reine Jeanne" du camp anti-carliste. Dans ces conditions, on peut se demander pourquoi l'on est tenté d'associer exclusivement villes et Union d'Aix, donc villes et carlisme. Cela tient en fait à leur poids relatif dans chaque camp. Dans le camp anti-carliste, en dépit de leur présence indéniable, les villes, à l'exception probable de Marseille, comptent sans doute sur le plan local, où les divers officiers "angevins" ou "fidèles" ne peuvent que collaborer avec elles, mais il n'en est rien au plus haut niveau, où le sénéchal Foulque II d'Agout et les autres responsables s'appuient avant tout sur la haute-noblesse et le haut-clergé : les Etats de la Provence anti-carliste, qui permettraient aux communautés de s'exprimer, sont assez rarement réunis107. En revanche, bien que la noblesse et le clergé n'en soient pas absents, l’Union d'Aix, dans son fonctionnement, apparaît, selon les expressions de Noël Coulet, comme un "mouvement spécifiquement et exclusivement urbain", comme une "confédération de communautés indépendantes et égales"108. La politique à mener y est déterminée par des assemblées représentatives, tant au niveau local, avec des assemblées de viguerie ou de bailie, qu'au niveau central, où les Etats sont régulièrement assemblés109.

55Les choix des trois états ayant été examinés, comment se présentait donc la situation d'ensemble au moment où la guerre allait éclater ? On peut faire sur la carte no II bis les observations suivantes :

  • Le carlisme ne touche que le Comté de Provence proprement dit : il est à peu près totalement absent du Comté de Forcalquier (bailies d'Apt et de Sisteron, viguerie de Forcalquier, auxquelles on peut adjoindre les seigneuries du Val de Sault et du Val d'Oule).

  • Etant donnée la répartition des deux camps dans le Comté de Provence, il y a, à l'échelle de la Provence entière (au sens courant du mot, c'est-à-dire l'ensemble des deux comtés), une opposition nette entre Haute et Basse Provence. La Haute-Provence est majoritairement anti-carliste, à l'exception de sa partie orientale : bailies de Barcelonnette et de Colmars, viguerie de Puget-Théniers (mais le Val de Stura est anti-carliste). En revanche, la Basse-Provence, sauf son extrême ouest, est majoritairement carliste. Il s’ensuit que le camp carliste contrôle la partie la plus peuplée, donc la plus riche des comtés, pour autant que ces mots aient encore un sens dans la Provence exsangue du dernier quart du XIVe siècle.

  • Enfin, ce qui ne sera pas sans influence sur la suite des événements, le camp de l'Union d'Aix est pratiquement coupé en trois blocs d'importance inégale : à l'ouest, la viguerie de Tarascon proprement dite, dont on pressent que les liaisons avec la viguerie d'Aix ne pourront être que précaires ; un gros bloc central (viguerie d'Aix, bailies de Brignoles/Saint-Maximin et Toulon, vigueries d'Hyères, Lorgues et Draguignan) ; enfin, un bloc oriental (vigueries de Nice, du Comté de Vintimille et de Puget-Théniers, bailies de Barcelonnette, Colmars et Sigale, plus une partie de celle de Villeneuve), pratiquement coupé du précédent en raison de l'anti-carlisme de la viguerie de Grasse proprement dite et de la bailie de Castellane.

4) La guerre (mars 1383-septembre 1388)

56La guerre de l'Union d'Aix présente deux phases bien distinctes, Au cours de la première, qui va de mars 1383 aux premiers mois de 1385, elle ne fut pour les deux "héritiers" de la reine Jeanne qu'un conflit secondaire, la partie décisive devant se jouer dans le Royaume même. Tout au plus (j'y reviendrai ci-après) offrit-elle à Charles de Duras la possibilité de détourner du champ de bataille principal une fraction des forces de son adversaire. En revanche, au cours de la seconde phase, c'est-à-dire à partir du deuxième trimestre 1385, le point de vue changea dans le camp angevin : obtenir un règlement favorable de la question provençale fut le but primordial de la veuve de Louis d'Anjou, Marie de Blois, qui y consacra tous ses (maigres) moyens. Nous verrons que, servie de surcroît par les événements, son obstination finit par payer.

57Ces deux périodes présentent toutefois un point commun, à savoir le rôle secondaire des opérations navales : même des villes portuaires comme Marseille, Toulon ou Nice consacrèrent le plus gros de leurs efforts à la guerre terrestre. C’est pourquoi j'ai jugé bon de traiter dans un paragraphe particulier la lutte sur mer au lieu d'en disperser les éléments dans l'exposé chronologique qui suivra.

4.1. La guerre sur mer

  • 110 Le ralliement de l'Ile-Saint-Geniès m'a paru ressortir clairement des trois faits suivants : soutie (...)
  • 111 Histoire du commerce de Marseille, t. II, pp. 46-47.

58Quand la guerre éclate en mars 1383, les ports provençaux se partagent entre les deux camps : dans le camp anti-carliste, on trouve Marseille et l'Ile-Saint-Geniès, toutes deux ralliées à Louis d’Anjou110, ainsi que Notre-Dame de la Mer et Antibes, au moins fidèles à la reine Jeanne ; dans le camp carliste, Toulon, Hyères et Nice. A priori, la supériorité du camp anti-carliste était évidente. Tout d'abord, Marseille avait toujours eu et avait encore une flotte supérieure en nombre à celle de tous les autres ports provençaux réunis et, de plus, certains de ces ports étaient en l'occurrence à ses côtés. D'ailleurs, la cité phocéenne ne venait-elle pas de démontrer clairement ses possibilités en armant une quinzaine de galères, soit les trois-quarts environ de l'escadre de vingt bâtiments qui la quitta peu après le 11 juillet 1382, sous le commandement de Raimond d'Agout, seigneur de Sault, pour aller soutenir l'expédition de Louis d'Anjou111 ? D'autre part, la situation générale et les perspectives du camp anti-carliste apparaissent meilleures. Certes, la guerre civile en Provence alourdissait la tâche "navale" de Marseille : à la nécessité d'appuyer l'entreprise napolitaine du duc d'Anjou venait s'ajouter celle d’assurer la sécurité des liaisons commerciales, tant pour elle-même que pour Arles et Avignon. Le camp anti-carliste comportait aussi un point faible : le petit port d’Antibes était isolé au sein du camp adverse et, comme nous le verrons, la tournure des opérations terrestres allait le rendre tributaire d'un ravitaillement par voie de mer.

  • 112 En mars 1383, Balthazar Spinola avait pu aller par voie de terre de Nice à Aix (cf. note 80). Mais (...)
  • 113 La gabelle de Nice avait pour ressort la ville elle-même, sa viguerie, la viguerie du Comté de Vint (...)
  • 114 Piémont et Lombardie actuels. Les grains constituaient une partie du fret d'aller des marchands "lo (...)
  • 115 Cf. Valois, t. II, pp. 34-35.
  • 116 Recours aux grains de Ligurie : A.M. Nice, CC 593, lignes 93-94 (envoi de deux ambassadeurs au doge (...)

59Mais, pour le camp carliste, le libre usage de la mer apparaissait plus vital encore, avec d'ailleurs une gradation entre le cas de Toulon et d’Hyères, d'une part, et celui de Nice, de l'autre. Un regard sur les cartes II et II bis éclairera cette observation. Pour ce qui est de Toulon et d'Hyères, une présence ennemie à leurs portes mêmes, ou peu s'en faut, pouvait, à défaut de les interdire totalement, rendre aléatoires leurs liaisons terrestres les plus directes avec d'une part Draguignan et sa viguerie, d'autre part, Brignoles et, au-delà, Saint-Maximin et Aix. Or, des liaisons sûres étaient nécessaires : tant sans doute pour les deux villes portuaires, afin d'assurer leur ravitaillement en grains, que pour la Provence "unioniste", pour son approvisionnement en sel d'Hyères, les autres salines provençales étant dès le début du conflit ou passant assez rapidement sous contrôle des anti-carlistes. Il fallait donc que Toulon et Hyères pussent en cas de besoin utiliser les possibilités d'accès par mer offertes par la viguerie de Draguignan (y compris la bailie de Grimaud) : golfe de Saint-Tropez et ports de Fréjus. Préserver la liberté de navigation était encore plus indispensable pour Nice. Comme nous l’avons déjà vu, la ville était séparée de la Basse-Provence centrale amie par une zone hostile comprenant une partie de la bailie de Villeneuve, la viguerie de Grasse et, peut-être, la frange orientale de la viguerie de Draguignan. Par conséquent, à moins que l'on courût le risque de voyager par terre à travers un pays ennemi, les liaisons entre les deux blocs carlistes devaient être établies par voie maritime112. Or, celles-ci étaient nécessaires tout d'abord sur un plan général, pour maintenir la cohésion de l'Union d'Aix. Surtout, elles l'étaient pour Nice, car la ville devait pouvoir continuer à se fournir à Hyères du sel dont elle-même et le ressort de sa gabelle avaient besoin113 et, d’autre part, à tirer de la viguerie de Draguignan une partie de son ravitaillement en grains. Pour ce dernier, en temps normal, Nice, devant l'insuffisance de la production de son terroir, faisait appel d’une part à des blés venus de "Lombardie"114, d'autre part à ceux de sa viguerie ainsi que des vigueries du Comté de Vintimille, de Puget-Théniers, de Grasse, de Draguignan et de la bailie de Villeneuve. Seuls les grains de la viguerie de Draguignan arrivaient habituellement par bateau. Mais, dès le début du conflit, Nice devint plus dépendante des liaisons maritimes. En effet, privée peut-être déjà, en tout ou en partie, du blé "lombard" par le passage de Coni et des derniers lambeaux du Piémont angevin sous la domination du comte de Savoie en 1382115, la ville perdait de surcroît, à cause de l'état de guerre, tout le blé qu’elle pouvait tirer de la viguerie de Grasse et au moins une partie de celui fourni par la viguerie de Puget-Théniers et la bailie de Villeneuve. Il lui fallut alors se tourner vers des sources "orientales" : grains de Ligurie ou de Sicile116, dont l'arrivée à bon port dépendait aussi du contrôle de la mer. Dans un tel contexte, l'hostilité d'Antibes faisait planer une menace potentielle sur le commerce de Nice.

60Pourtant, la tournure des événements ne correspondit guère à ce que l'on pouvait logiquement escompter compte tenu des éléments ci-dessus. J'exposerai tout d'abord les faits parvenus à notre connaissance avant d'en proposer un commentaire.

61Les faits :

  • 117 Armement de la galère : A.M. Nice, CC 593, lignes 110-111 et 204-205 ; armement du lahut : ibid., l (...)
  • 118 Favier (J.), Les finances pontificales cit., p. 617, note 8 ; Les galées cit., p. 138.
  • 119 Brun, Annales, p. 41 ; H.C.M., t. II, pp. 47-48.
  • 120 A.M. Nice, CC 593, lignes 72-73 et 142-144 : les Niçois envoyèrent des hommes pour renforcer la déf (...)
  • 121 Ibid., lignes 222-223.

62- 1383 : alors que, comme nous l'avons vu, les premiers actes d'hostilité avaient eu lieu sur mer en février, les sept premiers mois de "vraie" guerre (de mars à septembre) furent calmes, si l'on en juge par le silence des lettres avignonnaises ou niçoises de l'Archivio Datini. Du côté carliste, on relève à Nice deux armements de navires aux frais de la communauté : au printemps, celui d'une galère, patronnée par Jean Massacan, laquelle participa à la première attaque lancée contre Antibes au mois de mai ; en août vraisemblablement, celui d'un lahut, patronné par Jean Peyre, alias Scuella, et monté par douze marins, qui alla à Menton prendre sous son escorte une barque chargée de grains et venant probablement de Ligurie, laquelle n'avait pas osé naviguer plus avant par crainte d'un petit linh d’Antibes117. Dans le camp opposé, la grande affaire fut la préparation d'une expédition, destinée, comme en 1382, à aller soutenir sur les côtes du Royaume l'entreprise de Louis d'Anjou. Bien que la chose n'apparaisse guère dans les archives de la Papauté d'Avignon, une escadre fut effectivement armée grâce aux efforts de celle-ci. Tandis que l'on avait peut-être nolisé huit galères génoises, qui, si le fait était avéré, auraient gagné directement l’Italie118, au 15 juillet, trois ou quatre galères marseillaises ainsi que huit galères castillanes étaient rassemblées à Marseille, prêtes au départ119. Avant la fin de ce mois, elles s'étaient mises en route, comme l’attestent les mesures prises par les Niçois pour assurer la défense de Villefranche "dum transibant galee Spanorum et Massiliensium eundo versus Regnum"120. Forte donc de onze galères au minimum et de vingt au maximum, cette expédition demeura sans doute dans les eaux du Royaume jusqu’au mois de novembre avant de se disperser. En tout cas, des onze ou douze bâtiments partis de Marseille, les galères castillanes furent, semble-t-il, les premières à y revenir, car, dans la nuit du 3 décembre, les Niçois envoyèrent en hâte deux messagers aux hommes de Villefranche "ad avisandum eos super nova habita de galeis de Spania ducis Andegavie que dicebantur de Regno ad has partes ventre"121.

  • 122 Brun, Annales, p. 44 (lettre de Nicolaio di Bonacorso du 24 octobre) ; A.S. Prato, busta 534 (lettr (...)
  • 123 A.M. Nice, CC 593, lignes 170-176.
  • 124 Ibid., lignes 137-138.
  • 125 Ibid., ligne 176 : la galère avait embarqué quatre caisses de viretons qui quodam modo sunt consump (...)
  • 126 Brun, Annales, p. 44 ; H.C.M., t. II, p. 48, note 3.
  • 127 Brun, Annales, p. 47 (lettre de Nicolaio di Bonacorso du 30 novembre).
  • 128 Brun, Annales, pp. 47-48 (même lettre) et 49 (lettre du même du 8 décembre). C'est sans doute au mê (...)

63La fin de l'année 1383 fut davantage animée, en raison d'une attitude plus offensive des carlistes. Au témoignage des lettres tant avignonnaises que niçoises de l'Archivio Datini, Nice servit alors de base à une force navale forte au maximum de six galères et d'une galiote122. L'une des six galères était vraisemblablement celle patronnée par Jean Massacan, que la communauté de Nice avait à nouveau armée à ses frais, pour un mois, à compter du 24 septembre123. Si celle-ci servit notamment à emmener vers la Provence centrale carliste, dans la nuit du 9 au 10 octobre, Andrivon Busqueta, délégué de la ville aux Etats réunis à Brignoles124, il est probable, à en juger par la consommation du stock de viretons embarqué au début de son armement125, que cette galère participa à des opérations plus guerrières : sans doute prit-elle part à la première action offensive carliste dans les eaux de Provence occidentale depuis celle de février. Cette action prit place vers la mi-octobre et fut menée par quatre galères et la galiote. Après avoir pris et rançonné "quelques barques de pêcheurs marseillais", elles parvinrent "aux îles de Marseille" le 18 octobre et s’efforcèrent de capturer une nef en partance pour Alexandrie. A l'issue d’une "grande bataille", leur proie, aidée par les Marseillais, parvint à leur échapper et les galères rentrèrent à Nice126. Une force identique (quatre galères et la galiote) en ressortit bientôt et tint la mer jusqu'à la fin du mois de novembre, faisant "beaucoup de mal à ce pays [la Provence occidentale anti-carliste et Avignon], car personne n'osait venir ni partir par eau"127. Les galères carlistes prirent entre autres la nef Grilla, qui allait d'Aigues-Mortes à Gênes, et la pillèrent partiellement, puis elles pénétrèrent dans le port même d'Aigues-Mortes, où elles s'emparèrent d'une galère. Mais la fin de leur croisière tourna mal. En secret, les Marseillais avaient enfin préparé une riposte et armé deux galères et une galiote. Or, l'escadrille carliste commit l'erreur de se diviser. Aussi la petite force marseillaise put-elle surprendre "au bouches de Marseille" sa moindre partie : une galère et la galiote, qui convoyaient vers Nice la galère capturée à Aigues-Mortes. Le combat tourna en faveur des Marseillais qui purent reprendre cette dernière et, de surcroît, détruire la galère, très probablement niçoise1281.

  • 129 Brun, Annales, p. 51.
  • 130 Ibid., p. 35. Il faut en effet replacer en 1384 la lettre de Mateo di Lorenzo du 28 mars que R. Bru (...)
  • 131 Favier (J.), Les finances cit, pp. 619-6123 ; Les galées cit., pp. 139-145.
  • 132 Compte tenu de la datation rectifiée de la lettre de Mateo di Lorenzo (cf. note 173), il n'y a plus (...)
  • 133 Brun, Annales, p. 51.
  • 134 Présente à Marseille le 6 mai, l'escadre y est encore le 28. Le 6 juin au plus tard, elle est à Aig (...)
  • 135 Dix à douze galères tant du Pape que de Marseille : Brun, Annales, pp. 55-56 (lettre du 6 avril).
  • 136 A.S. Prato, busta 534 (lettre d'Antoine Gati du 4 juillet 1384).
  • 137 Brun, Annales, p. 57 (repris dans H.CM., t. II, p. 105, note 3).
  • 138 A une date antérieure au 6 juin, les galères de l’escadre destinée à Naples prirent devant Aigues-M (...)

64- 1384 : le début de l'année fut tout d’abord marqué par le retour en Espagne, au début de février, des huit galères castillanes revenues du Royaume au mois de décembre précédent129. Vers la fin mars, l'on s'attendait, du côté angevin, à une nouvelle offensive carliste, menée par quatre ou cinq galères130. Mais cette crainte fut vaine, car, d'avril à juin, les eaux provençales furent angevines. Cette maîtrise de la mer fut sans doute la conséquence des efforts à nouveau consentis par la papauté d'Avignon en vue de réunir, pour la troisième fois, une expédition navale destinée à appuyer la campagne terrestre de Louis d'Anjou. Ces armements angevins de 1384 ont été étudiés de manière suffisamment détaillée par M. Jean Favier pour que je me borne à un bref rappel131. Placée sous le commandement de Rainier II Grimaldi132, l'escadre finalement rassemblée comprit, comme en 1382 et 1383, une vingtaine de bâtiments : cinq navires provençaux, à savoir quatre galères de Marseille et une galiote de l'Ile-Saint-Geniès ; deux galères "pontificales" nouvellement construites et confiées à des patrons catalans ; quatre galères nolisées en Catalogne ; de deux à quatre galères génoises ; enfin, bien que celles engagées en 1383 n'aient pas donné toute satisfaction133, six galères castillanes. Tandis que ces dernières devaient rejoindre directement l'Italie, le reste de l'escadre s'assembla peu à peu à Marseille. Son départ, successivement prévu pour le 1er mars, puis le 1er mai, eut finalement lieu peu après le 14 juin, après un aller-retour Marseille-Aigues-Mortes134. Cependant, nombre de bâtiments étaient prêts dès le début avril135. Or, les lettres niçoises de l'Archivio Datini nous montrent que, après une période active de décembre 1383 à mars 1384, les relations commerciales de Nice furent sinon interrompues, du moins rendues incertaines à cause de la menace que faisaient planer les "galeas de Marsilia" jusqu'en juin inclus, c'est-à-dire tant que l’escadre ne fut pas partie pour l'Italie136. Il est donc tentant de penser que, contrairement à l'année précédente, les galères de la flotte angevine, ou du moins celles armées par Marseille, ne restèrent pas inactives, mais servirent sur les côtes provençales mêmes avant leur départ pour le Royaume. Elles auraient ainsi encouragé une attitude offensive d'autres bâtiments, comme le montre le fait qu’une galiote marseillaise captura une galiote de pirates barbaresques entre Marseille et Nice le 17 mai137. Ce ne fut d'ailleurs pas là le seul exemple de lutte (victorieuse) contre les Barbaresques, ce qui souligne bien que les navires angevins n'avaient pas à compter avec un autre adversaire138.

  • 139 Brun, Annales, p. 61 (résumé très laconiquement dans t. II, p. 48). Voir aussi Mollat (M.), "Quelqu (...)
  • 140 Brun, Annales, p. 62.

65Le décor changea dès que l'escadre fut partie : des bâtiments carlistes poussèrent une nouvelle pointe offensive dans les eaux de Provence occidentale. A la fin du mois de juillet, une petite escadre, forte de trois galères, deux galiotes et douze barques armées, se trouvait à Bouc et interrompit le trafic d'Arles et d'Avignon. Deux des galères assistèrent peu après, sans intervenir activement, à la tentative de Ferragut contre Arles139. Les navires carlistes ne se retirèrent que vers la mi-août140. Néanmoins, ces actions carlistes n'allèrent pas sans pertes : une galiote de Toulon fut capturée en août à l’Ile-Saint-Geniès ; réarmée, elle fut retournée contre son port d'origine.

66A en juger par le silence de nos sources, après cette "chaude" période estivale, le reste de l'année fut calme. Le trafic commercial de Nice, notamment, fut vigoureux dans les derniers mois de l'année.

  • 141 Favier (J.), Les finances pontificales cit., p. 624. La galère marseillaise était commandée par Pie (...)
  • 142 Brun, Annales, pp. 80-81.
  • 143 JLF, p. 188.
  • 144 Mollat (M.), art. cit., pp. 138-139.

67- 1385 et années suivantes : l'année 1385 fut beaucoup moins fertile en événements que les deux précédentes. Du côté angevin, le décès de Louis d'Anjou, survenu le 21 septembre 1384, fit que l'on renonça aux grands armements navals. Pour la dernière fois avant l'expédition du jeune Louis II en 1390, des bâtiments furent envoyés aux frais du Pape d'Avignon dans les eaux du Royaume. Mais c’était une force minime : trois galères, dont une marseillaise141. Du côté carliste, il semble que l'on ait continué de pratiquer la guerre de course, mais avec de plus petits moyens qu'en 1383 et 1384 : les lettres avignonnaises de l'Archivio Datini, relatant les dangers courus en mars par la nef Vigniola, ne mettent en cause qu'une seule galère142. D'ailleurs, pour l'un et l'autre camp, les opérations furent en principe interrompues, sur terre comme sur mer, par la trêve conclue le 21 octobre, pour une durée de vingt mois, de novembre 1385 à juin 1387143. Il y eut cependant des violations de cette trêve : les lettres de l'Archivio Datini nous apprennent ainsi la capture, à la fin de février ou au début de mars 1386, d'une barque d'Ollioules par un bateau armé de Bréganson. Toutefois, le sénéchal carliste, Balthazar Spinola, admit, semble-t-il, que cette barque n'était pas de bonne prise et l'on négocia une indemnité144.

  • 145 JLF, p. 476.

68Après la fin de la trêve, de nouveaux actes d'hostilité eurent sans doute lieu de part et d'autre, si l'on en juge par l'autorisation obtenue le 10 décembre 1387 de Marie de Blois par les hommes de l'Ile-Saint-Geniès, ut possint facere treugas cum hominibus de Tolono, usque ad mensem May145.

  • 146 Cf. ci-dessus notes 120 & 121.
  • 147 A.M. Nice, EE 12 (1385, 16 août).

69Quel bilan peut-on tirer de cette énumération de faits ? Il apparaît tout d'abord manifeste qu'aucun des deux camps ne tira d'avantages substantiels des opérations navales. Dans le camp angevin, on ne pensa pas, semble-t-il, à mettre à profit la très grande supériorité maritime procurée par les armements de 1383 et 1384 pour tenter au passage un coup de main contre les points faibles du littoral carliste. Pourtant, les Niçois, par exemple, redoutaient une telle action contre Villefranche146. Au cours des années 1383-1385, il n'y eut pas plus d'effort systématique pour couper les liaisons maritimes de Nice, Hyères et Toulon. Bien au contraire, l’année 1385 vit même probablement le rétablissement des liaisons commerciales entre Nice et le Royaume, puisque, au mois d'août, la ville se fit accorder par Charles III, parmi divers autres privilèges, la concession de la loge des Marseillais à Naples, tant que ceux-ci seraient rebelles147. Et cependant, les résultats obtenus presque involontairement au printemps 1384 démontrent qu’"asphyxier" les ports adverses était à la portée des pro-angevins.

  • 148 Cf. ci-dessus note 117. Voir aussi plus bas le récit des opérations terrestres.
  • 149 En fait, à l'automne 1383, l'arrivée dans les eaux provençales de galères carlistes gêna même le co (...)

70Du côté carliste, les résultats ne furent pas plus brillants. Relevons toutefois que Nice tenta bien de régler le problème posé par Antibes, en lançant contre cette ville deux attaques, en mai et juin 1383. La première fut même une attaque combinée par terre et par mer, ne mettant en jeu, il est vrai, qu'une seule galère148. Dans ces conditions, on pourrait s’étonner de ce qu’une nouvelle tentative n'eût pas été faite à l'automne, alors qu'avait été rassemblée une petite escadre carliste. Mais c'est qu'alors il n'était plus temps : le camp opposé s'était renforcé et, comme nous le verrons, il était passé à la contre-attaque sur terre, contraignant Nice à la défensive. Quant à la guerre au commerce menée par les escadres carlistes en 1383 et 1384, si elle ne fut pas dénuée de succès, force est de reconnaître qu'elle n’apporta aucun avantage durable. Non seulement elle n'influa pas sur le cours de la guerre en Provence, mais encore elle ne soulagea guère Charles III dans le Royaume, puisqu'elle n'empêcha pas le Pape et les Marseillais de monter l'expédition de secours de 1384149.

  • 150 H.C..M, t. II, p. 47.
  • 151 Isnard (E.), Ville de Marseille. Inventaire sommaire cit., p. 101, no 533 : le 27 juin, Clément VII (...)
  • 152 Les galères angevines de l'expédition de 1384 portaient chacune de 30 à 40 arbalétriers (Favier (J. (...)

71C'est en fait la guerre terrestre en Provence qui aurait pu réussir à entraîner une réduction de l'effort naval destiné à soutenir Louis d'Anjou. On constate en effet une notable diminution du nombre des galères marseillaises dans les armements de 1383 et 1384 par rapport à celui de 1382 (quatre unités au plus contre une quinzaine). Ce fait a surtout été mis sur le compte de la réticence des patrons marseillais, qui n’avaient pas été réglés de leurs dépenses de 1382150. Mais je pense qu'il ne faut pas sous-estimer le poids des opérations terrestres engagées dès le printemps 1383. Comme nous le verrons, jusqu'à la fin juin, Marseille est presque seule à affronter l’Union. Et les quelque 500 arbalétriers que la ville a envoyés devant Aix dès avant le 27 juin151 auraient suffi à armer une bonne douzaine de galères152. En fait, si l'effort naval "angevin" a été important en 1383 et 1384, c'est que les moyens financiers de la Papauté d'Avignon permirent de trouver ailleurs qu'en Provence (en Castille et en Ligurie) les navires nécessaires.

  • 153 C'est du moins ainsi que j'interprète le fait que deux au moins des galères carlistes engagées dans (...)

72De la même façon, on peut invoquer la charge imposée par les opérations terrestres aussi bien à Nice qu'à Hyères et Toulon pour expliquer que le camp carliste ait dû lui aussi faire appel à des bâtiments ligures153.

  • 154 Favier (J.), op. et loc. cit., - J'entends par florin de bon poids les florins de la Chambre ou de (...)
  • 155 A.M. Nice, CC 593, lignes 170-176 : détail des dépenses faites pour l’armement de la galère. L'ense (...)
  • 156 Les dépenses totales de la ville s'élèvent pour ce second semestre 1383 à environ 2900 florins de b (...)
  • 157 Brun, Annales, p. 49, lettre du 8 décembre 1383.

73Mais, pour comprendre la lenteur et même la faiblesse numérique de la réaction marseillaise de l'automne 1383, ou encore la relative modicité de l'effort carliste, il est un autre facteur à prendre en compte : le coût élevé des armements navals. Les travaux de M. Favier nous montrent que, à tailles, donc équipages, équivalents, les galères de l'expédition angevine de 1384 furent nolisées par la Cour pontificale pour des sommes mensuelles allant de 1050 à plus de 1700 florins de bon poids154. Du côté carliste, la galère armée par Nice du 24 septembre au 23 octobre 1383 revint à environ 1548 florins de bon poids pour un mois de service155. Quant aux galères armées en 1383 et 1384 sur l'ordre de Charles III par le niçois Jean de Roncaiolo et par Nicoloso Spinola, frère de Balthazar, grâce à l'argent qu'ils avancèrent eux-mêmes, leur coût mensuel doit être compris entre un peu plus de 1000 et un peu plus de 1600 florins, ce qui cadrerait avec la fourchette "angevine". Or, il faut voir que l'armement de la galère patronnée par Jean Massacan représenta plus de 50 % des dépenses de Nice pour le second semestre de 1383 : il est clair que la ville ne pouvait se permettre d'équiper à ses frais plus d'une galère par semestre et sans doute pour un mois au plus à chaque fois156. Tout porte à croire qu'il n'en allait pas différemment pour Hyères et Toulon, puisque Marseille elle-même eut du mal à la fin de 1383 à armer les galères nécessaires pour défendre son trafic commercial157. Une action vigoureuse et de quelque continuité ne pouvait donc venir que de la cour pontificale ou de la cour de Charles III. Mais la première ne se préoccupait que du Royaume, quant à la seconde, elle rencontra, mutatis mutandis, les mêmes problèmes que les villes carlistes : les 9700 florins avancés en 1384 par Roncaiolo et Spinola pour l'armement de quatre galères ne durent en fait permettre de faire naviguer celles-ci qu'entre un mois au minimum et deux mois au maximum. On comprend dans ces conditions la courte durée des campagnes et le peu d'enthousiasme pour le combat contre d'autres navires armés en guerre.

74Pour résumer, nous pouvons conclure que l'inefficacité du camp angevin a été largement volontaire : l'or du Pape aurait certainement permis d'agir dans les eaux provençales, mais on ne dévia pas de la ligne consistant à tout miser sur l'expédition italienne de Louis d'Anjou. Quant au camp carliste, l'inefficacité provint surtout de la faiblesse des moyens financiers, qui obligea à restreindre à la fois l'importance numérique des escadres et la durée des opérations.

4.2. La guerre sur terre : buts et moyens initiaux des deux camps

75J’ai décrit ci-dessus les positions initiales des deux camps en présence. Avant de retracer, d'une manière aussi détaillée que le permettent les connaissances acquises jusqu'à ce jour, les opérations militaires mais aussi les efforts pour aboutir à un règlement négocié qui jalonnèrent ces quelque soixante-sept mois de guerre, il convient de préciser quels pouvaient être, à l'ouverture des hostilités, les objectifs des belligérants et les moyens dont ils disposaient.

76Pour ce qui est de l'Union d’Aix, on peut, je crois, lui reconnaître cinq options stratégiques possibles, l’une défensive et les quatre autres de plus en plus offensives, ces options pouvant naturellement se combiner à des degrés divers : 1) se contenter de maintenir ses positions d'origine, en considérant que la partie décisive se jouait dans le Royaume entre Charles III et Louis d’Anjou ; 2) sans chercher à étendre les zones carlistes, "nettoyer" celles-ci des îlots adverses, qu’ils fussent pro-angevins ou simplement fidèles à la reine Jeanne ; 3) chercher à étendre l’étendue de territoire contrôlée en gagnant les communautés et les hommes opposés au duc d'Anjou mais hésitant encore à la rallier (par exemple Tarascon) ; 4) faire sauter les verrous adverses qui s'interposaient entre les zones majoritairement carlistes ; 5) porter l'offensive contre les principaux soutiens du duc d'Anjou : option plutôt théorique, la seule cible valable étant alors Marseille, Avignon et le pape restant moralement et/ou pratiquement hors d'atteinte.

  • 158 Voir cartes II et II bis. Je définirai plus précisément ci-après ce que j'entends par Provence "occ (...)

77Dans le camp opposé, il faut sans doute distinguer entre les simples fidèles de Jeanne 1ère et les partisans résolus du duc d'Anjou. Livrés à eux-mêmes, les premiers me paraissent avoir surtout adopté une attitude strictement défensive ; il en ira tout autrement, nous le verrons, quand la poursuite du conflit les aura conduits à coopérer avec les pro-angevins. Pour ces derniers, on peut recenser le même nombre d'options, une défensive et quatre offensives, que pour l'Union, et tout aussi combinables : 1) préserver leurs positions initiales en attendant l’issue de l'entreprise italienne de Louis d'Anjou ; 2) empêcher les indécis de basculer vers l'Union ; 3) "nettoyer" les zones majoritairement anti-carlistes ; mais, avant tout, étant donné que, pour eux, la Provence occidentale est la zone vitale, la seule où ils eussent quelques chances d'agir efficacement158, 4) garder ouvertes les liaisons entre Avignon et Arles et rétablir celles entre Avignon et Marseille, et 5) agir directement contre la "tête" de l'Union, Aix.

  • 159 Brun, Annales, p. 34, lettre du 15 mars 1383.
  • 160 Valois, t. II, pp. 97-98. Le pape solda tout d'abord une petite armée de 120 lances environ : 60 la (...)
  • 161 Le signe le plus net de la "réserve" pontificale quant à un secours direct aux communautés peut êtr (...)
  • 162 Le compte du clavaire municipal de Nice pour le second semestre 1383 (A.M. Nice, CC 593) nous a con (...)
  • 163 On trouvera énumérées dans le compte du clavaire de Nice, passim, les impositions directes et indir (...)
  • 164 La part des emprunts est faible dans les recettes du clavaire de Nice pour le seconde semestre 1383 (...)
  • 165 La ville de Moustiers, tout d'abord simplement fidèle à Jeanne 1ère, fit hommage à Marie de Blois l (...)

78En fait, une fois la guerre décidément entamée, le moral de départ des carlistes comme des pro-angevins fut suffisamment élevé pour faire écarter de part et d'autre l’option défensive. Ce qui fit hésiter quelque temps les adversaires, ce fut une pénurie de ressources à peu près semblable dans chaque camp : "Chacun redoute de commencer la guerre et d'un côté comme de l'autre on manque d’argent pour le faire..."159. Pour sa part, l'Union ne pouvait compter sur un soutien financier de Charles III, alors fort pressé par Louis d'Anjou et dont nous avons vu les difficultés à fournir un effort naval de quelque ampleur. Heureusement pour elle, si, en dépit des fortes sommes déboursées pour soutenir l'expédition du duc d'Anjou, le trésor de Clément VII contenait encore de quoi mettre sur pied une petite armée "angevine"160, en revanche, ni les communautés favorables à Louis, ni celles simplement fidèles à Jeanne ne bénéficièrent sans doute, sauf exception, d'un secours pécuniaire direct161. Villes et castra carlistes et anti-carlistes étaient donc logés à la même enseigne et durent faire fonds sur leurs seules ressources. Probablement y eut-il du côté de l'Union une exploitation sinon meilleure, du moins plus coordonnée, des possibilités financières aux trois niveaux des Etats, des circonscriptions administratives locales162 et, enfin, des communautés. Mais, à ce dernier échelon, les moyens employés pour se procurer les sommes nécessaires furent les mêmes des deux côtés, alliant fiscalité ordinaire et extraordinaire163, emprunts164 et jusqu'à l’aliénation des biens de la communauté165.

  • 166 JLF, p. 47 (3 avril 1383).
  • 167 Voir Cais de Pierlas (E.), La ville de Nice cit., p. 73, §25, et doc. 12, pp. 359-373, à la p. 369. (...)
  • 168 Brun, Annales, p. 38, lettre du 30 avril 1383. De fait, Nice, au cours du second semestre 1383, eng (...)
  • 169 Brun, Annales, pp. 37-38, lettres des 24 avril et 8 mai 1383.
  • 170 Valois, t. II, p. 98, notes 1 et 2.

79Pour le camp anti-carliste pris dans son ensemble, l'appoint d'une armée soldée par le pape contrebalançait sans doute, et même au-delà, la richesse a priori plus grande des territoires unionistes. Néanmoins, l'équilibre devait être rétabli par le fait que le parti "angevin" proprement dit était alors affaibli par l'absence de nombreux hommes de guerre provençaux, qui avaient suivi Louis d'Anjou en Italie du sud. C'est en tout cas ce que l'on peut penser en voyant "carlistes" et "angevins” s'efforcer d'obtenir à l'extérieur l'aide qui fera pencher en leur faveur le rapport des forces. Les partisans de l'Union d’Aix espérèrent la trouver auprès de Bernard VII d'Armagnac, mais, au tout début d'avril, Marie de Blois obtint du duc de Berry qu'il dissuadât le comte de répondre favorablement166. Ce dernier obtempéra, même s'il n'empêcha pas certains de ses hommes de s'engager individuellement au service de l'Union, tel cet Aymerigon d'Auriac qui demeura aux côtés de Jean Grimaldi de Beuil après septembre 1388 et qui finit misérablement, envoyé à la potence par des officiers du comte de Savoie167. Les carlistes durent en conséquence se rabattre sur les seules forces à peu près disponibles : les bandes de routiers que l'on trouvait alors en Piémont168. Du côté "angevin", on attendait vers la fin avril de "grosses troupes venues de France", mais l'Union fut sauvée de cette arrivée massive par un débarquement anglais en Handre qui survint sur ces entrefaites et retint dans le royaume les chevaliers français169. Finalement, la seule intervention française fut celle du sénéchal de Beaucaire, Enguerrand d'Eudin, et de ses troupes, dont la solde fut d’ailleurs payée par le pape170. Elle suffit toutefois, nous le verrons, à ôter l’initiative au camp de l'Union pour la donner aux anti-carlistes, d'un bout à l’autre de la Provence.

  • 171 Pour simplifier les énumérations, je ne cite pas les bailies secondaires, qui partagent le "sort" d (...)

80Ayant décrit, ici et plus haut, la situation de départ dans ses divers aspects, il ne me reste plus qu'à retracer les péripéties du conflit. Que, pour ce faire, j'aie opté pour un plan chronologique ne sera pas pour surprendre ; je justifierai en revanche le choix des subdivisions retenues. Avant cela, je dois indiquer que, dans le cadre de ces tranches chronologiques, j'exposerai les faits en distinguant trois théâtres d'opérations principaux, suivant un découpage géographique "adapté" de celui qui est familier aux historiens de la Provence médiévale. J'ai ainsi délimité171 : 1) une "Provence occidentale" correspondant aux vigueries d’Aix, Arles, Marseille et Tarascon, à la baillie d'Apt et à la seigneurie de Sault ; 2) une "Provence centrale", subdivisée en "haute" (viguerie de Forcalquier, bailies de Castellane, Digne, Moustiers, Seyne et Sisteron) et "basse" (vigueries de Draguignan, Hyères et Lorgues, bailies de Barjols, Brignoles/Saint-Maximin et Toulon) ; 3) une "Provence orientale" également subdivisée en "haute" (viguerie de Puget-Théniers, bailies de Barcelonnette, Colmars, Demonte/Val de Stura) et "basse" (vigueries du comté de Vintimille/Val de Lantosque, Grasse et Nice, bailie de Villeneuve et du Vençois).

81Observée dans le contexte général de la lutte opposant les Maisons d'Anjou et de Duras pour la succession de la reine Jeanne, la guerre de l'Union d'Aix présente, comme je l'ai déjà écrit ci-dessus, deux phases bien distinctes : 1) de mars 1383 à mars 1385, elle n'est pour les deux adversaires qu'un conflit secondaire ; 2) à partir de l'arrivée de Marie de Blois en Provence, elle devient la préoccupation première du parti "angevin". En revanche, si nous la considérons isolément, cette guerre voit se succéder trois périodes distinctes : 1) de mars 1383 à octobre 1385, un temps d'affrontements armés qui n'excluent pas le recours simultané à la négociation ; 2) de novembre 1385 à juin 1387, vingt mois de trêve, marqués par quelques incidents et surtout par une intense activité diplomatique "angevine" ; 3) de juillet 1387 à septembre 1388, une nouvelle période de conflit ouvert et de négociations mêlés. En combinant ces deux observations, j'ai retenu le découpage chronologique suivant :

    • 172 Pour certaines zones d'opérations il est en fait impossible, en se fondant sur les travaux existant (...)

    mars 1383-décembre 1384172.

  1. 1385, année-clé du conflit.

  2. la période de trêve.

  3. juillet 1387-septembre 1388, le dénouement du conflit.

4.3. Mars 1383 - décembre 1384 : guerre ouverte et pourparlers

82Par pure commodité d’exposé je présenterai tout d'abord les opérations militaires et leurs résultats, puis les tentatives de négociations, alors que, à partir de novembre 1383 surtout, les unes et les autres se poursuivent simultanément.

  • 173 Les deux régions pour lesquelles le détail des opérations militaires est quelque peu connu sont la (...)

83C'est pour la Provence occidentale que nous avons les premières attestations de faits de guerre, dès la seconde quinzaine de mars. En mai au plus tard, le conflit fait rage à travers tout le pays. J'ai rassemblé dans un tableau synoptique qui suit les principaux faits connus à ce jour173.

84Quelles observations générales pouvons-nous tirer de cette énumération "synchronoptique" des faits survenus dans les vingt-deux premiers mois du conflit ?

85Nous pouvons tout d'abord remarquer que, en dépit de l’entrée en campagne de la petite armée "angevine" mise sur pied grâce à l'argent du pape, l'Union d'Aix a assez largement détenu l'initiative des opérations en Provence occidentale jusque dans la seconde quinzaine de mai. Dans le reste du pays, cette phase favorable dura même plus longtemps, jusqu'à la fin août environ. Durant cette période où elle eut l'avantage, l'Union poursuivit simultanément trois des buts stratégiques précédemment définis :

  1. elle s'efforça de "nettoyer” les zones où elle était déjà majoritaire, comme le montrent les affaires de Lambesc et de Roure, même si elles eurent des sorts divers.

  2. en Provence occidentale, elle ne s'en prit pas directement à son ennemie la plus résolue, Marseille, mais chercha à l'isoler, en coupant ses communications terrestres tant avec l’Ile-Saint-Geniès (ce à quoi visait le contrôle de Châteauneuf-lès-Martigues) qu'avec les seigneuries "angevines" des Marseille-Vintimille (ce qui explique l'expédition contre Ceyreste).

  3. surtout, l'Union entreprit de réunir les zones qu'elle dominait en soumettant les "verrous" hostiles qui les séparait. A tout le moins visa-telle à faciliter les communications entre elles. C'est ainsi que, si elle a bien eu lieu, l'attaque contre Rians avait sans doute pour but de mieux relier Aix à la zone carliste existant autour de Riez. L’offensive de Toulon contre Méounes et Cuers, si elle avait eu une issue heureuse, aurait permis à cette ville d'assurer ses communications avec Saint-Maximin et Brignoles (voire, indirectement, Draguignan). Quant aux attaques que Nice mena contre Antibes et Vence, elles devaient lui permettre d'amorcer une percée vers la partie orientale de la basse Provence carliste.

86Que les territoires acquis à l'Union fussent morcelés explique assez que nous assistions à une série d'actions qui nous paraissent isolées, pour ne pas dire décousues, car une certaine simultanéité donne à penser à l'inverse que ces actions furent malgré tout coordonnées. Ce point reste en fait à vérifier. En tout cas, force est de conclure que les entreprises de l'Union n'eurent pas un grand succès.

87Dans cet échec entre pour une part l'intervention aux côtés des "angevins" des troupes envoyées en Provence par Charles VI, sous le commandement d'Enguerrand d'Eudin. Mais si leur rôle est net en Provence occidentale, où c'est leur arrivée prochaine qui galvanise les Marseillais et les fait passer à l'offensive, il faut bien voir que partout ailleurs "angevins" et "simples fidèles" ont pu résister par leurs seuls moyens. Leur intervention dans les autres théâtres d'opérations ne fit "que" priver l'Union d'une initiative demeurée assez stérile.

88A vrai dire, soulager Antibes ou Guillaumes ne fut pas le but primordial du camp angevin. Celui-ci choisit d'abord, dès qu'il le put, de frapper l'Union à la tête, en attaquant directement Aix. Ce n'est qu'après l'échec de sa tentative qu'il choisit des objectifs plus modestes : rouvrir la route Avignon-Marseille en prenant Lançon (mais ce fut un échec) et secourir les lieux et les hommes qui subissaient depuis plusieurs mois la pression de l'Union. Cette dernière action ne fut possible qu'en dispersant à travers le pays une partie des forces rassemblées tout d'abord contre Aix. Peut-être fut-ce une erreur de ne pas les avoir toutes engagées pour réduire Lançon, mais, après six mois de luttes où ils avaient bien "tenu", il était vraisemblablement préférable de démontrer aux anti-carlistes de Provence centrale ou orientale (qu'ils fussent "angevins" ou "simples fidèles") qu'ils n'étaient plus seuls.

89Si, après août, le camp "angevin" se contenta de ces objectifs plus modestes, ses embarras financiers ne furent pas sans y contribuer : à la fin août précisément, puis encore au mois de novembre, les désertions de soldats mal, voire pas payés, lui firent sans doute plus de mal que les pertes au combat contre les carlistes.

90Globalement, l'année 1383 ne fut donc brillante ni pour un parti ni pour l'autre. Nous pouvons cependant accorder un avantage "aux points" à l'Union. Notons tout d'abord qu'au-delà des résultats locaux, le déclenchement d'une guerre ouverte en Provence contribua probablement à soulager quelque peu le roi Charles ΠΙ aux prises avec Louis d'Anjou : nombre de combattants provençaux qui avaient suivi l'expédition du duc en 1382 ne durent plus songer qu'à regagner leur pays pour venir y défendre leurs familles et leurs intérêts ; en tout cas, le compte du clavaire de Nice déjà cité nous signale à deux reprises de tels retours : au début octobre, celui de Manuel du Puget et quorundam Provincialium, à la mi-novembre, celui de Corrado Grimaldi et [...] ejus[...] comitiva. Mais, surtout, la "tête" de l'Union avait résisté au principal effort de ses adversaires et, en outre, elle avait remporté deux succès diplomatiques non négligeables, en obtenant les ralliements du seigneur de la Brigue et de Tarascon.

91Ce que nous savons pour l'instant de l'année 1384 semble confirmer que, militairement, les deux camps étaient parvenus à une sorte d'équilibre et que, sujets l'un et l'autre à des problèmes financiers, ils n'étaient plus en mesure d'être aussi ambitieux qu'au début du conflit. Seule l'Union se montra réellement dangereuse, puisqu'elle faillit bien prendre deux villes "simplement fidèles à Jeanne" (Arles et Grasse) et peut-être une ville "angevine" (Salon). Mais, si elle manqua de les emporter, ce ne fut pas par la force des armes, mais bien plutôt en exploitant l'existence d'un fort courant carliste dans chacune d'entre elles. L'échec final de ces tentatives fit que 1384 n'apporta au bout du compte aucune retouche majeure aux positions atteintes par les belligérants l'année précédente, positions qui n'étaient elles-mêmes, à peu de choses près, que celles existant à la veille de la guerre.

92On comprendra aisément que, dans ces conditions, les deux camps aient envisagé de trouver une solution négociée dès qu'ils eurent constaté la relative stérilité de la guerre. Sans doute y eut-il tout d'abord des essais d'accords locaux. Ainsi Nice entreprit-elle de négocier une trêve avec le seigneur de Vence et les communautés d'Antibes et de Grasse dès le mois de juillet 1383. La première secousse anti-carliste dut rendre l'accord moins souhaitable pour ses adversaires, mais le projet fut repris en octobre. "Victime" de l'offensive du vicomte de Tallard de la fin de ce mois, il fut remis sur le métier après l'échec de celle-ci, au moins en ce qui concernait Grasse et Vence. Les Niçois en discutèrent les modalités à la fin novembre et au début décembre, au vu et au su du vice-sénéchal Pons de Ferres, et du procureur royal, Thomas de Spina. Je ne sais si les discussions aboutirent finalement à un résultat concret (qu'aurait sans doute remis en question l'affaire grassoise de mars-avril 1384). En tout cas, tout cela démontre clairement que Nice n'était pas opposée à la recherche d'un accord, même si elle ne participa pas immédiatement aux négociations menées au niveau de l'Union toute entière.

93Celles-ci s'étaient engagées dès la fin novembre 1383 "entre le pape et les Provençaux, c'est-à-dire Aix et la majeure partie de la Provence, Nice exceptée". Pendant près d'un an, les ambassadeurs des deux parties firent la navette entre Avignon et Aix. Les opérations entreprises contre Lançon au début du printemps 1384 par les "angevins" ne les interrompirent pas. Au contraire, au mois de juin, on s'attendait à ce qu'un accord sortît d'une conférence réunie à Saint-Cannat (et dont Nice était cette fois). Cela ne se vérifia pas, mais l'espoir régnait à nouveau en septembre et il perdurait à la mi-octobre. L'accord semblait alors en vue "parce que la paix convient à tous" et que les gens du pape ("les avignonnais") allaient être contraints à abaisser leurs exigences financières, qui constituaient jusque là l’un des principaux obstacles (sinon le principal) à l'heureuse conclusion des pourparlers. C'est alors (le 15 octobre 1384) que parvint à Avignon la nouvelle de la mort du duc d'Anjou, survenue le 21 septembre. Mais, contrairement à ce que l'on crut un moment, elle fut loin de décider la papauté à conclure un traité. Au contraire, elle émit à nouveau des prétentions excessives et les négociations furent rompues au début décembre. Il est vrai que, dans le camp carliste, on pouvait nourrir diverses espérances, notamment que Charles III aurait désormais les mains plus libres pour aider ses fidèles provençaux, et l'on devait être sans doute moins enclin à la souplesse.

94Bref, au début de 1385, la Provence était toujours déchirée par la guerre et rien n’était clairement décidé, même si l'Union semblait favorisée par le sort.

4.4. 1385, l'année-clé du conflit

95Trois faits (ou ensembles de faits) contribuent à faire de l'année 1385 l'année charnière de la guerre de l'Union d'Aix. Tout d'abord, tant l'affaiblissement de la Provence au terme de près de deux années de luttes fratricides que le décès de Louis d'Anjou éveillèrent (ou réveillèrent) les convoitises des voisins du comté : qu'elles aient rencontré, comme nous le verrons, soit des succès encore très modestes, soit même un net échec, ne les empêcha pas d'influer sur le cours ultérieur des événements. D'autre part, au cours de cette année, l'Union dut constater son épuisement croissant et son isolement presque total. Enfin, alors qu'on aurait pu le croire mis hors d'état d'agir par suite du décès de son chef, le parti "angevin", toujours soutenu, il est vrai, par la papauté d'Avignon, allait trouver un second souffle sous la conduite énergique de Marie de Blois, veuve du duc d'Anjou.

  • 174 Gioffredo (Storia, III, p. 418) parle de l'affaire sous l'année 1384, à propos de l'enquête alors m (...)
  • 175 Cais de Pierlas (E.), La ville de Nice cit, p. 7.
  • 176 Ibid., pp. 8-10.
  • 177 "Loys le Grand chastelain du chastel de Vinay près de Barcilonne, fist serment de feaulté pour la g (...)
  • 178 J'ai déjà cité ce fait plus haut.
  • 179 Ce délai de trois ans est stipulé dans l'acte de soumission de Saint-Paul (cf. Cais de Pierlas (E.) (...)

96Les tout derniers jours de 1384 et les premiers mois de 1385 devaient assez clairement démontrer le danger que carlistes et anti-carlistes couraient face à d'autres larrons décidés à tirer profit de leur discorde. A vrai dire, il y avait déjà eu une première alerte dès l'automne 1383 : Antoine Valleta de Gorbio et quelques autres individus avaient alors voulu livrer à Impériale Doria, seigneur de Dolceacqua et vieil adversaire des Provençaux, le castrum de Sainte-Agnès, lequel, comme le reste de la viguerie du Comté de Vintimille, tenait pour Charles III ; mais leur projet échoua174. En revanche, en décembre 1384, le marquis de Saluces fut plus heureux, puisque, le 20 de ce mois, les villages de Saint-Paul, Meyronnes et Larché prêtèrent serment d’hommage et de fidélité à son représentant,175. Il est vrai que les prétentions du marquis sur ces castra de la bailie de Barcelonnette s'appuyaient sur une clause du traité conclu en 1348 entre la reine Jeanne et le seigneur de Milan : celle-ci attribuait en effet aux Saluces la rive gauche de la Stura ainsi que Meyronnes et Saint-Paul, mais, par la suite, la Cour de Naples avait pu faire en sorte qu'elle restât lettre morte. Le marquis n'eut guère le loisir de jouir de ce succès. Ses conquêtes "provençales" émurent le comte Amédée VII de Savoie. Ce dernier profita de ce que le marquis ne lui avait pas encore prêté l'hommage dû pour certaines terres et lui fit la guerre, avec l’aide de son cousin, le prince de Savoie-Achaïe. Ce faisant, les deux Savoyards n'hésitèrent pas à "grignoter" à leur tour les terres relevant des bailies de Barcelonnette et du Val de Stura, opération que leur facilitait la possession de Coni, cédée par Louis d'Anjou en 1382. Leurs officiers obtinrent successivement la soumission des castra suivants : Jausiers, le 28 janvier 1385 ; le Châtelard ; Tournoux, le 2 février ; Saint-Paul, le 1er avril. Avant la fin de l'année, ils enlevèrent également au marquis de Saluces Meyronnes et Larche. On peut constater que les deux branches de la maison de Savoie avaient d’emblée visé plus large que le marquis. D'ailleurs, à ces acquisitions réalisées aux dépens de la carliste bailie de Barcelonnette s'ajoutaient celles opérées sur la bailie "angevine" du Val de Stura (Bersezio, Pontebernardo, Sambuco, puis Aisone). Or, contrairement au marquis, ni Amédée VII ni son cousin Savoie-Achaïe n'avaient de titre à mettre en avant pour justifier ces gains territoriaux176. En fait, à en juger par l'acte de soumission de Saint-Paul, ils durent se présenter aux Provençaux de l'un et l'autre camps comme des protecteurs contre le marquis de Saluces. En effet, une clause de cet acte, qui préfigurait celui de la dédition de Nice, prévoyait que les hommes de Saint-Paul seraient déliés de leur serment envers les Savoie si, dans un délai de trois ans, le roi Charles III se rendait maître de toutes les terres provençales occupées par ses ennemis et remboursait aux dits Savoie les frais engagés pour "protéger" le village. Cependant, passé le premier choc, les progrès "savoyards" furent bloqués dans le Val de Stura par la fidélité "angevine" tant du castellan de Vinai que de François Bolleri, seigneur de Démonté et Roccasparvera177. Dans la bailie de Barcelonnette aussi, il fut donné un coup d'arrêt à l'expansion savoyarde. Accompagné d’une petite troupe, Jean Grimaldi de Beuil, lieutenant de Balthazar Spinola, vint y raffermir l'autorité du roi de Sicile : le 5 juin 1385, la ville de Barcelonnette reconnaissait solennellement Charles III pour souverain178. Complètement isolés, les "angevins" du Val de Stura ne pouvaient faire plus que de tenir leurs dernières positions. Quant aux carlistes, ils ne pouvaient s'offrir le luxe d'un conflit ouvert avec le comte de Savoie et le prince d'Achaïe : un accord négocié entre les officiers de ces derniers et Jean Grimaldi dut garantir le maintien du statu quo, au moins pendant le délai de trois ans laissé à Charles III pour "racheter" ses castra179.

97Faute d'une base juridique solide, les ambitions territoriales des deux branches de la maison de Savoie ne pouvaient que demeurer limitées, sauf à recourir franchement à la force. Mais c’eût été aller non seulement contre les droits de Charles III ou du jeune Louis II d'Anjou, mais encore contre les revendications du roi de France. Car Amédée VII et son cousin n'ignoraient sans doute pas que Charles VI entendait alors faire valoir des prétentions sur le comté de Provence autrement plus fondées en droit que les leurs.

  • 180 L'exposé qui suit sur les ambitions provençales de Charles VI et les efforts de Marie de Blois pour (...)

98Déjà, au début d'avril 1384, avaient couru en Avignon des bruits prêtant des ambitions territoriales au souverain capétien : "Il me semble..." écrivait un correspondant de Francesco Datini, "que le roi de France a décidé d'avoir la Provence toute entière"180. Un tel projet ne put qu'être encouragé par le décès de Louis d'Anjou. En effet, Charles VI avait beaucoup moins de raisons de ménager son jeune cousin que son défunt onde, et, de plus, il était poussé à agir dans ce sens par un autre de ses oncles, Jean, duc de Berry. Pour justifier ses visées, le roi de France pouvait faire référence aux dispositions du testament de Robert Ier, lesquelles écartaient les Tarente et les Duras au profit des Valois de France et des Angevins de Hongrie. Pour faire triompher cet argument de droit successoral, Charles VI disposait de divers atouts : de bonnes relations avec les Angevins de Hongrie, puisque des négociations étaient en cours en vue de conclure le mariage du comte de Valois, son frère, avec Marie, héritière du roi Louis ; des gages territoriaux, grâce aux forteresses occupées ou conquises (et soigneusement tenues) par Enguerrand d'Eudin ; enfin, l'appui "objectif" d’une partie des Provençaux.

  • 181 Voir ci-dessus, note 77.
  • 182 Certains de ces hommages ont été cités supra..
  • 183 Un problème, à ma connaissance, demeure obscur : celui d’éventuelles tractations directes entre Cha (...)

99Parmi ces derniers, ni les "angevins", ni les "simples fidèles de Jeanne 1ère" ne pouvaient évidemment être favorables au projet de conquête du roi de France. En revanche, les gens de l'Union d'Aix souhaitaient depuis longtemps voir Charles VI jouer un rôle d'arbitre dans le conflit entre Anjou et Duras. Dès la mi-avril 1384, le même correspondant de Datini notait : "D’après ce qu'on dit et ce qui se voit, ces Provençaux se décideraient à se donner au roi de France, sous certaines conditions". Mais l'Union d'Aix envisageait-elle vraiment de passer définitivement sous la souveraineté de Charles VI ? En fait, à un moment où elle était déjà assez épuisée par la guerre, il ne s'agissait vraisemblablement pour elle que de gagner du temps jusqu'au dénouement de la lutte principale dans le Royaume, en se ménageant à tout hasard une porte de sortie en cas de victoire du duc d'Anjou. Préserver l'avenir et, dans l'immédiat, se garantir des coups de ses adversaires en se plaçant entre les mains d'un protecteur "intouchable". En se mettant sous la garde de Charles VI, les carlistes auraient donc réservé sans ambiguïté les droits de Charles de Duras. C'est du moins ce qu'il me semble ressortir des actes de l'Union d'Aix en 1385, alors qu'elle envisageait à nouveau une solution "française" et la poussait fort avant. Nous constatons en effet d'une part, le durcissement de son attitude vis-à-vis de Clément VII, allant dans certains lieux jusqu'à l'adhésion à l'urbanisme181 ; d'autre part, le renforcement de sa cohésion interne et la réaffirmation de sa fidélité à Charles III grâce à des campagnes d'hommages solennels dans des zones jusqu'alors carlistes seulement de facto (viguerie de Tarascon, haute Provence orientale)182. Bref, un éventuel accord entre Charles VI et l'Union aurait donné une satisfaction immédiate à chaque partie (le roi prenant très largement pied en Provence et l'Union pouvant maintenir ses positions), mais il aurait laissé subsister des incertitudes pour le futur183.

  • 184 Nous avons vu plus haut que le soutien naval envoyé à ses partisans par la Cour de Naples a été bie (...)

100Nous pouvons d'ailleurs relever que l'option "française" semble bien être restée en sommeil tant que l'Union eut l'espoir de parvenir à un accord de paix avec le pape d'Avignon. Ce n'est qu'après la rupture des négociations en décembre 1384 que cette option revint au premier plan. Il est vrai que les carlistes avaient pu rapidement faire diverses constatations peu encourageantes. Tout d'abord, l'avantage illusoire que représentait la mort de Louis d'Anjou : certes, il n'avait jamais été question que celle-ci ébranlât la détermination des "simples fidèles de Jeanne 1ère", mais, de surcroît, elle n'entama pas (ou du moins pas durablement) celle de la papauté d'Avignon et, par conséquent, celle des "angevins" de Provence. Ensuite, l'éveil des appétits territoriaux des vieux adversaires de la Provence (Saluces, Savoie, Savoie-Achaïe). Enfin, l'absence de secours venus de Naples184, où, de plus, à partir du printemps, Charles III allait être avant tout préoccupé de recueillir la succession hongroise du roi Louis le Grand. Aussi l'Union décida-t-elle dès mars 1385 d'envoyer des ambassadeurs auprès du roi de France. Commença ainsi une phase de négociations actives qui devait durer jusqu'à l'été et que stimula tout d'abord la politique de fermeté de Marie de Blois (attaques contre la viguerie de Tarascon, chevauchée "angevine" dans la partie restée provençale de la bailie de Barcelonnette,...), avant d’en provoquer, comme nous allons le voir, l'échec quasi-définitif.

  • 185 JLF, pp. 77 et 80.

101Devenue de fait le chef du parti "angevin" après la mort de Louis d'Anjou (qu'elle apprit le 2 novembre 1384), sa veuve Marie de Blois se trouvait devant deux problèmes à résoudre successivement : assurer à son fils mineur, Louis II, les appuis indispensables (le pape d'Avignon, le roi de France) pour qu'il pût reprendre l'entreprise de son père ; cela fait et selon ce qui aurait été obtenu, établir un ordre de priorité entre les affaires du Royaume et celles de Provence. Dès la fin décembre, elle se trouvait à peu près assurée du soutien pontifical, tant par des lettres (reçues le 23) de Georges de Marie, que par un rapport oral (fait le 31) d'Ugo di San-Severino, comte de Potenza185. En revanche, rien n'était encore décidé du côté du roi de France et de ses oncles, les ducs de Berry et de Bourgogne, ce qui obligeait notamment à ne donner au jeune Louis II que le titre de duc de Calabre. Les choses évoluèrent au début du mois de février 1385, puisque c'est comme roi de Sicile que le petit prince fit son entrée solennelle à Paris, le 9. Le lendemain, devant le Conseil de Charles VI, le comte de Potenza défendit les droits de Louis II à succéder à son père dans le Royaume, tandis que Raimond d'Agout en faisait autant pour la Provence, rappelant notamment que les Etats d'Apt d'avril 1382 avaient "le Roy Loys ad voué en segneur et par la volenté du Roy à euls segnefiée par le chancelier de France". Le 18, les ambassadeurs de Marseille intervinrent à leur tour en faveur des droits du fils de Louis d'Anjou. Mais, quelques jours après, le 23, le duc de Berry indiquait clairement à Jean Le Fèvre que le roi songeait à revendiquer pour lui-même le comté de Provence. Et par deux fois, les 28 février et 12 mars, Charles VI fit répondre aux demandes de Marie de Blois qu’il soutiendrait son cousin pour la conquête du Royaume, mais que, quant à la Provence, il réservait son avis, dans l'attente d'une ambassade de l'Union d'Aix. Pressée depuis la fin février par divers conseils de prendre en main sans tarder l'affaire provençale, Marie de Blois finit par s'y décider et se mit en route pour le Midi le 22 mars.

  • 186 Cf. Coulet (N.), t. II, p. 640, note 190 : le 25 mai, les prélats et les barons de l'assemblée des (...)
  • 187 Nous pouvons sans doute compter au nombre des prélats qui se prononcèrent pour Louis II le 2 juin, (...)
  • 188 JLF, pp. 119-120 et 127. Voir carte no III.

102Arrivée en Provence, la reine agit sans retard, tant par la voie diplomatique que par les armes. Alors qu'elle était parvenue à Villeneuve-lès-Avignon le 20 avril, elle y reçut dès le 24 la promesse de soumission des hommes de Berre "sur certainnes conditions", puis le 30, celle de la communauté de l'Ile-Saint-Geniès. Dès le 29 avril, il était décidé de reprendre les opérations militaires, avec 430 lances confiées à Antoine de la Tour, sieur de Vinay. Ce début encourageant ne fut troublé que par le refus d'Enguerrand d’Eudin de remettre à la reine les places-fortes qu'il occupait (7 mai) : "dist que les forteresses point ne rendrait, mais s'en irait au Roy et ce que le Roy li ordonnerait il ferait ". Mais la suite du mois de mai et le mois de juin confortèrent la position de Marie de Blois. La petite armée mise en campagne s'en prit avec succès à la viguerie de Tarascon (la ville avait réaffirmé son carlisme le 8 avril), s'emparant avant le 24 mai de Laurade, puis, avant le 30, de la tour de Saint-Gabriel et obtenant la soumission du castrum de Mollégès. Après une nouvelle tentative infructueuse contre Lançon, elle alla inquiéter le pays d'Aix dans la seconde semaine de juin. D’autre part, tandis que Clément VII recevait, le 21 mai, l'hommage solennel du nouveau roi de Sicile, la reine, avant même l'issue des Etats réunis à partir du 25 mai, obtint les hommages d'une demi-douzaine de seigneurs et, surtout, le contrôle d'Antibes. Enfin, le 2 juin, les Etats (convoqués à Apt) "se declairièrent pour le Roy Loys". Les hommages qui s'ensuivirent jusqu'à la fin du mois permettent de définir la consistance "initiale" de ce parti "angevin” fondé pour la seconde fois. Comme son père, Louis II obtint l'adhésion, négociée186 des prélats et des nobles187. Les communautés présentes (très vraisemblablement l’ensemble des villes anti-carlistes) se montrèrent à nouveau plus réticentes. Toutefois, il s'en trouva un nombre nettement plus grand qu'en 1382 pour se déclarer "angevines" : six le firent dès le 2 juin (Marseille et Apt, comme, en 1382, mais aussi Barjols, Saint-Symphorien, Notre-Dame-de-la-Mer, Saignon) ; l’Ile-Saint-Geniès et Guillaumes les rejoignirent dès le 8, et Forcalquier le 23. Le cas de Guillaumes et peut-être d'autres (Barjols ? Forcalquier ?) montrent que le parti "angevin" commençait à mordre sur l'autre composante du camp anti-carliste188.

  • 189 Enguerrand d'Eudin avait envoyé un rapport au roi au début de l'année 1385. Il put y adjoindre des (...)

103Cependant, après ces heureux résultats, Marie de Blois allait devoir faire face à la menace représentée par les ambitions provençales du roi de France. Dûment instruits de la situation du pays par les premières discussions avec les envoyés de l'Union d'Aix, par les renseignements fournis par Enguerrand d'Eudin189 et par les informations communiquées en juin, depuis Avignon, par le duc Jean de Berry, Charles VI et son Conseil arrêtèrent au début de juillet un plan de prise de contrôle de la Provence. Il fut envoyé le 10 au duc de Berry, chargé de convaincre et les unionistes et Marie de Blois. Les messagers de l’Union, mandés par le duc, furent les premiers avisés de la décision royale, sans doute lors d'une entrevue à Nîmes, à la fin juillet. Bien qu'elle répondît à leurs vœux, ils ne purent donner une réponse immédiate, car leurs pouvoirs se limitaient à "oïr et rapporter seulement" à Balthazar Spinola et aux gens des villes et vigueries constituant l'Union. Rencontrant peu après, au début août, des envoyés du duc "en une ysle ou Rosne, entre Beaucaire et Tharascon" le sénéchal carliste confirma que "sans adjouster les gens des vigueries et leur raporter [la] réponse [du roi] l'execucion ne se povoit faire". Pour permettre de réunir les Etats de l'Union d'Aix, qui devaient rendre leur réponse pour la mi-septembre, le duc de Berry accorda, au nom de Charles VI, des "lettres de abstinance de guerre oudit pais", les trêves devant durer du 4 août jusqu’au 1er octobre.

  • 190 Valois, t. II, p. 108 ; JLF, p. 170 (la lettre accordant la trêve fut scellée par Jean Le Fèvre le (...)
  • 191 Valois, loc. cit. : les gens de l'Union avaient promis au roi de France de lui livrer, pour qu'il y (...)
  • 192 Nous verrons qu'il y eut une nouvelle tentative d'accord entre Charles VI et l'Union, dans des cond (...)

104Si l'Union avait été en mesure d'accepter dès la fin juillet le plan du roi de France, nul doute que la cause de Louis II en eût été sérieusement compromise. Mais le délai qu'elle avait dû réclamer au duc de Berry allait être mis à profit par Marie de Blois pour mettre en échec les projets de Charles VI. La reine put tout d'abord constater qu'elle gardait l'appui de Clément VII, lequel exprima sans ambages son opposition à Jean de Berry, venu le voir le 9 août. Aussi, quand, trois jours plus tard, Enguerrand d'Eudin, Anseau de Salins et Ives Darien se présentèrent devant elle et lui exposèrent le projet de Charles VI, la priant d’y souscrire, les reçut-elle fraîchement et refusa-t-elle notamment d'entendre parler de la trêve décidée par le duc de Berry. Le lendemain 13 août, sans autre forme de cérémonie, la reine et son fils quittèrent Villeneuve pour Marseille, où le jeune roi fit une entrée solennelle le 19. Installée pour quelque temps dans cette cité qui avait toujours été l'un des piliers du parti "angevin", Marie de Blois agit au mépris des souhaits du roi de France et du duc de Berry. Le 30 août, elle envoya Bertrand Boitard et Charles Alba "courir devant Aix [...] nonobstant la treve du duc de Berry". Ces incursions atteignirent durement les carlistes, car, confiants dans la trêve, ils s'étaient remis aux travaux des champs "qu'ils n'eussent pas faits autrement". Une telle méconnaissance de l'autorité du roi de France par les "angevins" en rabaissa le prestige aux yeux des carlistes. Quand, le 18 septembre, Balthazar Spinola et les délégués de l'Union rencontrèrent, comme convenu en août, les envoyés français, ce fut pour se plaindre de la violation des trêves et pour exprimer des doutes sur l'impartialité de Charles VI. En fait, au même moment, Marie de Blois proposait elle-même une suspension d'armes aux carlistes (mais aussi "aus indifferens", c'est-à-dire aux "simples fidèles de Jeanne 1ère")190. Aussi, lorsque, le 17 octobre, cinq délégués de l'Union se présentèrent à Saint-Cannat aux ambassadeurs du roi de France, ce fut pour leur apprendre qu'ils avaient conclu avec "les gens de la reine" de longues trêves, devant durer vingt mois à partir de novembre. Pour faire bonne mesure, l’Union revenait sur les propositions et les offres qu'elle avait naguère faites elle-même191. Le sang-froid et la fermeté de Marie de Blois avaient ainsi mis à peu près définitivement fin aux prétentions provençales de Charles VI192.

105Outre ce succès capital, les six derniers mois de 1385 en apportèrent d'autres à la reine, moindres mais non négligeables. Le 30 août, c'était la soumission de Tourves : à en juger par l'attitude à venir du reste de la bailie de Brignoles, il s'agissait peut-être bien du premier ralliement d'une communauté carliste (certes plus "tiède") ; en tout cas, sa possession permettait aux "angevins" de gêner les communications entre Saint-Maximin et Brignoles ainsi que de commencer à enfoncer un coin dans le grand bloc carliste central. Le 18 septembre, Digne et Seyne firent hommage à Louis II : le temps écoulé depuis les Etats d'Apt de mai-juin m'incline à penser que ces deux villes étaient bien à l'origine parmi les "indifférentes" (pour user du même terme que Marie de Blois), mais qu'elles avaient fini par être convaincues du décès de la reine Jeanne et avaient donc "naturellement" accepté la seigneurie de Louis II. En tout cas, à la fin novembre, avec le ralliement d'Arles, c'est bien la principale des villes jusque là "simplement fidèles à Jeanne" qui reconnaissait le pouvoir du fils de Louis d'Anjou. Il n'y eut qu’une seule ombre au tableau : le décès, le 28 décembre, du sénéchal Foulque II d'Agout, qui privait Marie de Blois d'un fidèle soutien de la cause "angevine". Mais l'année 1385 s'achevait indubitablement à l'avantage de celle-ci : si l'Union d'Aix conservait pour l'heure des positions à peu près intactes, le parti "angevin" avait très largement commencé à absorber les "simples fidèles de Jeanne 1ère", acquérant ainsi la prépondérance au sein du camp anti-carliste. Face à une Union réduite à "tenir” et aux derniers "simples fidèles" plus anti-carlistes qu'hostiles à Louis II, Marie de Blois n'avait plus qu'à pousser ses avantages.

4.5. novembre 1385 - juin 1387 : la longue trêve

  • 193 JLF, pp. 262 et 273 (le capitaine de Seyne était Lancelot de Velaux).
  • 194 JLF, pp. 231 et 258. Quant à l'affaire de Rousset, elle est mentionnée dans les Monographies commun (...)
  • 195 Troupes du sénéchal de Beaucaire : cf. JLF, pp. 205 et 242. -Les bandes de Guillaume de Sanhes et d (...)
  • 196 JLF, p. 218.
  • 197 JLF, pp. 311-312 sq. ; cf. Coulet (N.), t. I, p. 86.

106La trêve conclue à la fin d'octobre 1385 entre Marie de Blois et l'Union d'Aix offrit à tous les Provençaux, carlistes ou anti-carlistes, une période de répit bienvenue après plus de deux ans et demi de guerre ouverte. Cependant, si elle resta en vigueur jusqu'à son terme, et sans doute même au-delà, il ne faudrait pas croire que le pays connut un calme absolu. Dans un premier temps, jusqu'à l’été 1386, c'est-à-dire jusqu'au moment où des négociations globales entre la veuve de Louis d’Anjou et l'Union d'Aix parurent entrées dans une phase décisive, "angevins" et carlistes se laissèrent aller quelquefois à violer la trêve (comme nous l’avons déjà noté à propos de la guerre sur mer). Du côté "angevin", citons la capture de Jean de Mayronnes, l’un des grands officiers carlistes et l'un des principaux aixois, faite peu avant le 14 avril 1386 par Agout d'Agout, non loin de Forcalquier ; ou encore, le 4 mai suivant, la (re)prise à main armée du castrum de Saint-Vincent, réussie par le capitaine de Seyne193. Pour le camp adverse, nous pouvons signaler : peu avant le 25 janvier 1386, l'interception, près de Valensole, sans doute par des carlistes de la région de Riez, des ambassadeurs de Moustiers qui s'en allaient faire hommage à Louis II ; le 2 avril, une attaque des Aixois contre le Puy-Sainte-Réparade ; enfin, à une date inconnue de 1386, mais qui peut être antérieure à juillet, la prise par ces mêmes Aixois du castrum de Rousset, aux dépens de soldats bretons d'abord au service d’un coseigneur "angevin" du lieu, mais qui s'étaient mis à opérer pour leur compte194. Ce dernier exemple nous montre d'ailleurs que, outre les cas de violation "volontaire" de la trêve par les principaux protagonistes, il faut tenir compte des atteintes, sans doute plus endémiques, portées à celle-ci par tous les soldats naguères soldés par Clément VII et que l'arrêt des combats laissait sans emploi et sans solde : aussi bien les garnisons obéissant toujours au sénéchal de Beaucaire, qui "la suffrence requise ne purent tenir quar il leur convient vivre”, que des bandes agissant désormais de manière indépendante, telles celles de Guillaume de Sanhes, Perrotin de Termes et Chamisart195. Ces dernières s'en prirent autant aux carlistes (les gens de Riez réagirent vigoureusement et capturèrent Perrotin peu avant le 5 janvier 1386) qu'aux "angevins" anciens ou nouveaux (poussant à bout les hommes de Seyne et des environs)196. Les problèmes durèrent jusqu'à ce que, comme nous le verrons, Marie de Blois obtint le départ des unes et des autres. Il faudrait ajouter à cela, pour la Provence occidentale, les hostilités qui éclatèrent entre Raimond Roger, vicomte de Turenne, et le pape Clément VII, lesquelles durèrent d'août 1386 à janvier 1387 et touchèrent surtout la zone de Saint-Rémy et des Baux. Mais, contrairement à ce qui sera le cas en 1388, la reine Marie et les Provençaux "angevins" ne semblent pas s'être engagés à fond dans ce conflit alors "secondaire", qui ne gêna donc pas beaucoup les progrès de la cause de Louis II197.

107De fait, la trêve conclue en octobre 1385 ne prévoyait pas le "gel" des positions des deux camps et Marie de Blois avait donc les mains libres pour tenter d'obtenir par la négociation le ralliement non seulement des "indifférents" du camp anti-carliste, mais encore des carlistes eux-mêmes. Bien que la reine ait réagi simultanément dans ces deux directions, j'exposerai de façon successive, pour plus de clarté, les résultats auxquels elle parvint.

  • 198 JLF, pp. 203 (l'entrée solennelle à Arles eut lieu le 4 décembre 1385 : p. 205), 238, 248, 260, 274 (...)

108Pour ce qui est de la Provence anti-carliste, Marie de Blois avait à vrai dire deux objectifs à atteindre : poursuivre et achever le ralliement des "simples fidèles de Jeanne 1ère" et entrer en possession des castra occupés par les troupes du sénéchal de Beaucaire, Enguerrand d'Eudin (pour simplifier, je rattacherai à ce dernier point l'expulsion hors de Provence des bandes devenues autonomes). Le premier de ces objectifs fut atteint en huit mois environ, de novembre 1385 à juin 1386. Après celui d'Arles, à la fin novembre 1385 (que j'ai cité ci-dessus), les principaux ralliements furent les suivants : Castellane, avant le 15 février 1386 ; le consulat alpin de la Bréole, le 9 mars ; Moustiers, le 11 avril (en raison du contretemps que l'on sait) ; Grasse, peu avant le 15 mai ; Annot, le 12 juin ; enfin, Sisteron, le 24 de ce même mois198. Au total, il fallut donc un peu plus d'un an, à compter des Etats d’Apt de fin mai - début juin 1385, pour que tous les "simples fidèles” admissent la réalité du décès de Jeanne 1ère et se ralliassent à Louis II d'Anjou, moyennant la confirmation de leurs anciens privilèges, voire l'octroi de quelques nouveaux. Moins encore que les premières à être "convaincues", le dernier noyau de villes "indifférentes" ne se soumit pas à la légère, les cas extrêmes étant ceux de Grasse (déjà exposé plus haut) et de Sisteron, qui consultèrent le pape Clément VII avant de franchir le pas.

  • 199 JLF, pp. 191, 218, 240, 242, 244-245, 249.
  • 200 Cf. Brun, Annales, pp. 98-99 (lettres des 20 avril et 15 mai 1387), et JLF, p. 346.
  • 201 Enguerrand d'Eudin avait tenu entre autres Lamanon, Malemort, la Barben, Saint-Cannat, le Puy-Saint (...)

109Se débarrasser d'auxiliaires devenus inutiles, voire franchement indésirables prit plus de temps à la régente. Le plus aisé fut le renvoi des bandes de Guillaume de Sanhes, Perrotin de Termes et Chamisart. Encore y fallut-il plus de quatre mois. C'est en effet le 28 octobre 1385 que le conseil de Marie de Blois avait décidé "que Madame tiengne le traitié aultrefoiz offert pour les faire vuider du pais et que point ne les retiengne. Et se il ne veulent partir que elle pourvoie à les faire partir par force". Les bases d'un accord furent arrêtées le 8 janvier 1386 : moyennant un confortable dédommagement pécuniaire (plus de 6000 francs), ces trois chefs de bandes et leurs hommes (100 à 125 "bacinés") devaient quitter le pays en remettant aux mains de fidèles de la reine Marie les places-fortes qu'ils détenaient, notamment Beynes. Après quelques atermoiements, ils partirent enfin avant le 13 mars199. En revanche, les choses traînèrent davantage avec le sénéchal de Beaucaire. Bien que le duc de Berry, tout d'abord partisan des droits de Charles VI sur la Provence, se fût converti, contre diverses compensations, à la cause de Louis II dès la fin de novembre 1385, aucun résultat concret ne suivit avant longtemps. Il fallut même tout d'abord convaincre Enguerrand d’Eudin et ses hommes de respecter la trêve voulue par Marie de Blois : si le sénéchal se laissa persuader par le versement d'une somme de 3000 francs, ses gens, comme nous l'avons vu, firent quelque temps la sourde oreille. Bien que des négociations sur la remise des forteresses fussent entamées dès février 1386 et que leur possession fût devenue tout-à-fait inutile au roi de France après la rupture d'une dernière tentative d'accord avec l'Union d'Aix au printemps 1386, ce n'est pas avant mai 1387 que les troupes d'Enguerrand d'Eudin quittèrent la Provence et remirent les places qu'elles occupaient entre les mains de la reine ou du pape, moyennant sans doute quelque somme d'argent supplémentaire200. Marie de Blois récupérait ainsi une dizaine de castra201.

110Nous pouvons néanmoins considérer que, dès la fin juin 1386, l'essentiel de la Provence anti-carliste était rangée derrière les bannières du jeune Louis II et que sa mère pouvait consacrer toutes ses forces à résoudre le problème carliste.

  • 202 JLF, p. 214.
  • 203 JLF, pp. 267-268.
  • 204 En ce qui concerne Tarascon, voir ci-dessous la note 211. Pour les ralliements cités, cf. JLF, pp.  (...)
  • 205 JLF, p. 277. Voir ci-après.

111A vrai dire, dès l’origine, Marie de Blois n'entendait pas que la trêve permît à l'Union d'Aix de refaire ses forces et de conforter sa position en vue d'une éventuelle reprise de la lutte armée. Aussi, informée de ce que "ceulx d'Aix font et entendent à faire grande provision de blés", maintint-elle autour de la cité un blocus économique non dépourvu d'efficacité : par exemple, le 26 décembre 1385, elle ordonna au sénéchal Foulque II d'Agout de "faire arrester un grant vaissel quant il passerait par Orgon, par lequel la fame du visconte de Turenne entent advistailler Aix"202. D'autre part, secondée par ses principaux partisans, tels Guigonet Jarente ou Isnard de Glandevès, elle travailla à rallier les membres de l'Union, soit par des négociations particulières, au niveau d'un castrum, d'une ville, ou, au plus, d'une micro-région, soit grâce à la négociation d'ensemble, d'abord menée de front avec les premières. Sans doute, si l'hypothèse que j'ai exposée ci-dessus est exacte, avait-elle été encouragée à agir de la sorte par le premier succès obtenu dès le 30 août 1385 avec la soumission de Tourves. Il est vrai que, fin 1385 - début 1386, l’Union d'Aix, abandonnée à elle-même par la Cour de Naples et vraisemblablement victime de l'effet démobilisateur de l'arrêt des combats, semblait susceptible de se désagréger assez rapidement. Ainsi sa moindre cohésion se marquerait-elle dans le fait que, si, dans les premiers mois de 1386, certaines villes inclinèrent à nouveau vers une solution "française” pour échapper à Louis II, chacune d'elles, à la différence de ce qui s'était passé entre février et octobre 1385, négocia séparément sa mise sous la garde du roi de France. C'est du moins ce qu'il semble ressortir du rapport fait le 27 avril 1386 à Marie de Blois par deux envoyés de Guigonnet Jarente, selon lequel "Draguegnan se estoit donné au Roy de France et soubmis en sa protection, aultres plusieurs traitiés se faisoient, encore non conclus"203. Bien pis, dans plusieurs localités, grâce au retour à une vie "normale”, les forces anti-carlistes de toujours et/ou les gens déçus par le carlisme depuis 1383 purent se manifester plus aisément. Si certaines villes, comme Tarascon, réagirent avec vigueur et mirent au pas les "rebelles", d'autres places basculèrent carrément dans le camp angevin : le castrum de la Valette se soumit avant le 12 janvier 1386 ; Ramatuelle suivit son exemple avant le 8 février ; surtout, Brignoles et plusieurs castra de sa bailie se rallièrent le 5 mai204. Toutefois, cette vague de ralliements particuliers fut freinée, voire tout-à-fait arrêtée dès que des négociations globales furent franchement engagées entre Marie de Blois et l’Union et semblèrent en bonne voie, c'est-à-dire dès le début juin 1386205. Mais, en sens inverse, il faut tenir compte de ce que ces défections n'ont pu qu'inciter la "Ligue" à traiter avec la veuve de Louis d'Anjou. En effet, en cas de reprise de la guerre, tant la possession de la Valette (qui permettait de serrer Toulon de fort près) que le contrôle sans doute à peu près total de la bailie de Brignoles donnaient au camp anti-carliste, désormais confondu avec le parti "angevin", un net avantage stratégique, puisque le grand bloc central carliste était désormais fracturé en trois morceaux d'inégale importance (Aix/Saint-Maximin ; Aups/Draguignan/Fréjus/Grimaud/Lorgues ; Toulon/Hyères).

  • 206 En fait, ce que Marie de Blois apprit tout d'abord, les 2 et 5 mars, c'est la nouvelle de l'attenta (...)
  • 207 Gioffredo (P.), Storia, III, pp. 440-441.
  • 208 JLF, pp. 359-360,363,375-376. Cf. Coulet (N.), t. I, p. 82.
  • 209 Gioffredo (P.), Storia, III, p. 440. La lettre adressée à Jean de Roncalholo subsiste encore aujour (...)
  • 210 Démarche de Balthazar Spinola : JLF, p. 250. Cas de Jean de Mayronnes : pris peu avant le 14 avril, (...)

112En fait, la désagrégation de l'Union d'Aix aurait peut-être pu être encore plus rapide si ses membres avaient appris la mort du roi Charles III, victime de ses ambitions hongroises un moment couronnées de succès. Mais, si la nouvelle de cet événement, survenu au mois de février 1386, fut connue dès mars par Marie de Blois206, elle resta ignorée de la masse des Provençaux carlistes au moins jusqu'au mois d'août 1387. Ce fait, jadis relevé par l'abbé Gioffredo, est attesté par les preuves suivantes : 1°) le 3 avril 1387, c'est en croyant Charles III toujours en vie que les hommes de la Turbie interjetèrent appel d'une décision de Jean Grimaldi de Beuil, lieutenant du sénéchal Balthazar Spinola ; 2°) le 21 mai suivant, devant le même Jean Grimaldi, c'est à Charles III que prêtèrent serment de fidélité les hommes du castrum de Saint-Martin[-Vésubie]207 ; 3°) comme on peut le voir en lisant, par exemple, le cartulaire de Saint-Maximin, c'est comme fidèles du roi Charles, et non pas de "feu le roi Charles", que les gens de l'Union d'Aix se présentèrent durant la négociation des "chapitres de paix" ; 4°) enfin, les 28 juin, 2 juillet et 3 août 1387, c'est au cri de "Vive le Roy Carie" que se soulevèrent les carlistes "ultras" d'Aix208. On ne peut douter que cette ignorance ait été volontairement entretenue par la Cour de Naples, très vraisemblablement, comme le supposait Gioffredo, pour éviter un effondrement du moral de ses partisans. En effet, dans les actes à destination de la Provence, c’est toujours avec la qualité de vicaire de son mari, et non pas de régente au nom de son fils Ladislas, que se présente Marguerite de Duras, comme le montrent deux lettres des 5 janvier et 4 mars 1387 octroyant diverses faveurs d'une part à Jean de Roncalholo,, d'autre part à Boniface Pelegrin, commandeur de l'hôpital du Var209. Ne faut-il cependant pas penser qu'à tout le moins le sénéchal et les grands officiers furent mis, sous le sceau du secret, au courant de la vérité ? Une telle hypothèse expliquerait la démarche faite dès le 16 mars 1386 par Balthazar Spinola, envoyant dire à Guigonet Jarente "que il alast devers lui, et il traiteroit avec li de délivrer à Madame ceulx de sa part" ? Elle pourrait aussi expliquer le "retournement" apparemment soudain du maître-rational carliste Jean de Mayronnes au cours de sa courte captivité du mois d'avril 1386210. Bref, la mort de Charles de Duras aurait tout de même quelque peu aidé aux progrès de la cause "angevine", en favorisant l'ouverture de négociations d’ensemble entre les représentants de Marie de Blois et l'Union toute entière.

  • 211 Négociations avec Aix : JLF, p. 238. Dans le cas de Tarascon, des pourparlers furent noués secrètem (...)
  • 212 JLF, p. 268.
  • 213 JLF, p. 277.
  • 214 JLF, pp. 282 et 288.
  • 215 JLF, pp. 291-292.
  • 216 JLF, p. 300.

113Car c'est de la proposition faite le 16 mars 1386 par Balthazar Spinola que je daterais le début de telles négociations. Les pourparlers antérieurement menés par Guigonet Jarente "sur la reduction de Aix à la partie de Madame et du Roy Loys", et dont celui-ci rendit compte le 16 février 1386, me paraissent en effet n'avoir visé que la soumission de la ville elle-même et non pas de tous les membres de son Union. Ils ressortissent donc aux négociations particulières menées par Marie de Blois au cours du premier semestre 1386 : négociations infructueuses dans ce cas, tout comme dans celui de Tarascon un peu plus tard, à la différence de l'exemple de Brignoles, vu ci-dessus211. Dans un premier temps, à vrai dire, ces négociations d'ensemble ne furent que l'une des deux options envisagées par chaque camp : du côté angevin, on devait miser davantage sur les ralliements particuliers ; du côté carliste, on traitait, quoiqu'en ordre dispersé, avec le roi de France. Les échecs subis avec Aix et Tarascon, dans un cas, la défection de Brignoles et peut-être surtout le moindre intérêt porté par Charles VI aux affaires provençales, dans l'autre, furent sans doute les causes qui inclinèrent les esprits en faveur de pourparlers "globaux". On peut peut-être y ajouter, chez les carlistes, l'influence de Jean de Mayronnes, libéré le 27 avril par Marie de Blois : celui-ci en effet jura alors : quod ipse est in corde de parte regis Ludovici et erit, et posse suo procurabit rebelles venire ad unitatem regis Ludovici212. De fait, la négociation dut s'engager franchement entre le 10 mai et le 3 juin 1386, c'est-à-dire, malheureusement pour nous, à un moment où Jean Le Fèvre était absent de Provence, ce qui nous prive de détails qu'il n'aurait pas manqué de donner. En effet, lors de son retour à Apt, le 4 juin, l'évêque de Chartres apprit en même temps que la régente, de la bouche d'Arnoul la Caille, les termes d’un projet de traité arrêté entre les négociateurs des deux parties. La brève notice qu'il y consacre nous permet au moins de connaître ou de déduire les faits suivants : 1°) les discussions se déroulaient à Aix et Pertuis ; 2°) si les négociateurs "angevins" comprenaient donc, outre très probablement Guigonet Jarente, le dit Amoul, leurs principaux homologues étaient Melchior Spinola, autre frère de Balthazar, et Guillaume évêque de Györ, dont l'arrivée en Provence n'était peut-être pas non plus étrangère à l'entrée des pourparlers dans une phase active ; 3°) il semble possible d'en conclure que, du côté carliste, la conduite des opérations, au cours de cette première période, appartint aux officiers royaux, au détriment des Etats et de l'Union ; 4°) le traité parut à Jean Le Fèvre "tres dur et importable ; nientmains l'agrea Madame" : le camp "angevin" acceptait donc de faire certaines concessions213. A la suite de cette première étape, l'on procéda dans le camp carliste à une consultation sinon de l'Union toute entière, du moins d'une partie de ses adhérents, puisque, les 15 et 19 juin 1386, Jean Le Fèvre délivra successivement un sauf-conduit au niçois Louis Garnier "misso per illos de Nicia ad tractatum de Pertus", puis à Jean Grimaldi de Beuil "pour venir jusques à Aix"214. Le résultat en fut une concession d'importance consentie par l’Union à la partie "angevine" (qui en avait peut-être fait un préalable au parachèvement de l'accord) : le 6 juillet, Arnoul la Caille put annoncer à Marie de Blois que "rompu estoit le traitié que tenoient pro R[ege] F[rancie]." Les négociateurs carlistes avaient obtenu un délai d'un mois pour consulter "illos de unione Aquensi" au complet sur l’accord envisagé. Celui-ci reposait sur un projet de mariage entre Louis II et Jeanne, fille de Charles de Duras. Les clauses de cette union devaient être établies par quatre arbitres, deux pour chaque partie (Balthazar Spinola et l’évêque de Gyôr pour les carlistes ; Georges de Marie et Raimond-Bernard Flamenc pour les "angevins"). Si la Cour de Naples refusait ce mariage ou demeurait silencieuse, il reviendrait à ces mêmes arbitres de décider "ad quem Aquis cum sua unione pertineret"215. Approuvé par l'ensemble des villes de l’Union avant même la fin du délai prévu, l'accord fut ratifié par Marie de Blois et son conseil le 19 juilllet 1386216.

  • 217 JLF, p. 320.
  • 218 Coulet (N.), t. I, p. 82.
  • 219 L'évêque de Györ fit le 25 juillet 1386 à Marie de Blois "sacrement sur les sains Ewangiles de li e (...)
  • 220 Sur l’attitude de Georges de Marie envers les Aixois, cf. JLF, pp. 347-348. Mise à l'écart de Jean (...)
  • 221 JLF, p. 348.
  • 222 JLF, p. 356.
  • 223 JLF, pp. 351-352. Marie de Blois s'inclina, sans doute sans regrets.

114Tout semblait donc réglé pour le mieux. Mais la réponse de Marguerite de Duras se fit attendre. Aussi semble-t-il que l'on ait commencé dès le début d’octobre 1386 à se préoccuper de mettre en œuvre au moins le second volet de l'accord de juillet, c'est-à-dire la détermination par sentence arbitrale du sort d'Aix et de son Union : en effet, le 5 de ce mois, Georges de Marie fut invité à venir à Aix "pour traitier comme aultre foiz"217. De fait, dans la perspective de la fin de la trêve, une solution négociée restait ce qui convenait le mieux à chaque partie. Du côté "angevin", Marie de Blois avait encore à obtenir le départ d'Enguerrand d'Eudin et de ses troupes, et, même dans l'hypothèse d'une issue favorable (qui se vérifia, comme nous l'avons vu, en mai 1387), elle n'était pas en mesure, faute de moyens financiers, d'imposer rapidement sa volonté par les armes. Du côté carliste, pour envisager de reprendre la lutte, il aurait fallu obtenir des secours en argent et en hommes. Or, à la fin de 1386 et dans les premiers mois de 1387, la Cour de Naples était encore moins en mesure d’apporter un quelconque soutien qu'elle ne l'avait été dans le passé : c'est ainsi que Rostang Athanoux, "ambassadeur de la dernière chance" d'Aix, envoyé en avril 1387 dans la capitale du Royaume avec des lettres pressantes, revint sans rien rapporter218. Si la cité avait tenté ce dernier effort pour rester fidèle aux Duras, c'était sans doute pour donner satisfaction aux carlistes les plus résolus. Mais, dès ce moment-là, les jeux étaient presque faits. A vrai dire, la sentence des arbitres, au cas où l'on devrait y recourir, ne dut faire très rapidement (sinon dès juillet 1386 même) aucun doute : des deux arbitres en principe "carlistes", l'un, Balthazar Spinola, s'était fait depuis quelque temps à l'idée de négocier au mieux de ses intérêts la soumission de l'Union à Louis II ; l'autre, l'évêque de Gyôr, se rapprocha ouvertement de Marie de Blois peu après la conclusion de l'accord219. La seule question qui demeurât en suspens était de savoir à quelles conditions les unionistes accepteraient une décision favorable à Louis II et se soumettraient à lui. Malheureusement pour nous, Jean Le Fèvre fut à nouveau absent de Provence entre le 10 octobre 1386 et le 7 mai 1387. Quand il rentra, les choses étaient déjà bien avancées. On ne peut que supposer que les arbitres rendirent, plus ou moins vite, une sentence conforme à ce qui était prévisible et que l'on s’attela ensuite à la tâche de la faire entériner par Aix et les autres membres de l'Union. D'après ce que nous rapporte l'évêque de Chartres dès son retour et ce que nous savons par ailleurs, il semble bien que les négociateurs "angevins" aient fait porter l'essentiel, voire la totalité, de leurs efforts sur la seule ville d'Aix, vraisemblablement dans l'espoir que son ralliement entraînerait celui du reste de la "Ligue". Pour emporter la décision, ils allèrent assez loin dans les concessions : Georges de Marie notamment paraît s'être montré favorable aux Aixois et avoir entraîné dans ce sens le pape Clément VII. Ainsi les Aixois obtinrent-ils le 6 mai 1387 que le pontife écartât de l'administration de son diocèse l'archevêque Jean d'Agout, "angevin" déclaré qui n'avait pas hésité à combattre ses ouailles rebelles220. Si bien que, au mois de mai, le succès de la négociation paraissait à portée de main, moyennant, il est vrai, la promesse de payer 25000 francs ou florins de Chambre à Balthazar Spinola et 9000 autres à divers particuliers, sans compter les "gages et provisions"221. En fait, les choses traînèrent encore un peu et c'est finalement le 12 juin 1387 que, le conseil de Marie de Blois ayant accepté les demandes des Aixois, "decretés furent les chapitres [de paix]"222. Quelques jours auparavant d'ailleurs, le 30 mai, le bel édifice diplomatique mis au point en juillet 1386 venait de recevoir le coup de grâce, puisque le jeune Louis II avait clairement signifié, par acte notarié, son opposition à un mariage avec Jeanne de Duras223.

  • 224 Coulet (N.), t. I, p. 83.
  • 225 On peut se demander si ces chapitres "généraux" de 1387 ne dérivent pas, au moins en partie, de dis (...)

115Comme nous allons le voir, cet accord du 12 juin ne signifia pas la soumission immédiate d'Aix. Mais, les chapitres alors convenus ayant fourni le prototype des traités ultérieurement conclus avec les autres villes de l'Union, je les présente sans attendre, en reprenant largement les lignes que leur a consacrées Noël Coulet224. Les "chapitres de paix" négociés par les Aixois se composaient de deux parties : l'une visant l'ensemble de l'Union225, l'autre contenant les clauses propres à leur cité. Il en ira de même pour chaque ville venant à reconnaître l'autorité de Louis II, comme le montrent les exemples de Tarascon et de Saint-Maximin. Inspirés par une volonté d'apaisement dont les souverains se réclamaient dans le préambule, les chapitres "généraux" interdisaient toutes représailles contre les unionistes et réintégraient ceux-ci dans la plénitude de leurs droits et de leurs biens en dépit des confiscations et des transferts prononcés pendant la guerre. Ils suspendaient toutes les procédures judiciaires à leur encontre. En retour, les anciens carlistes, renonçant provisoirement à défendre le principe de l'indigénat, acceptaient qu'aucun sénéchal provençal ne pût être nommé dans les dix années à venir. Mais, durant le même laps de temps, aucun de ceux qui auraient porté les armes contre l'Union, ou qui auraient été bannis ou exilés au cours du conflit par leur ville ou la "Ligue", ne pourraient exercer un office "en aucun lieu de la dite Union" sans l'assentiment de leurs concitoyens. Les clauses particulières à Aix offrent aussi quelques dispositions qui seront reproduites ailleurs : restauration des anciens privilèges et même, éventuellement, extension de ceux-ci par de nouvelles concessions ; rétablissement, le cas échéant, du rôle de chef-lieu de viguerie ou de baillie, les circonscriptions elles-mêmes étant reconstituées dans leurs limites antérieures à la guerre. Bref, les "chapitres de paix" étaient loin d’imposer une capitulation aux rebelles d'hier. Au contraire, ils pouvaient même donner à ces derniers l’impression de remporter un succès partiel, puisque Louis II tiendrait sa légitimité d'un contrat négocié avec les "nouveaux” sujets et non pas de droits hérités de son père. Les "angevins" pouvaient donc nourrir l'espoir que le ralliement d'Aix, premier attendu, ne fût plus qu'une question de jours.

  • 226 JLF, p. 360.

116Cependant, la période officielle de trêve générale se termina sans qu'Aix se fût définitivement prononcée. C’est que les syndics de la ville et les autres partisans de l'accord avec Marie de Blois et son fils devaient encore compter avec des carlistes jusqu'au-boutistes, qui manifestèrent d'ailleurs leur force par la "rumeur" du 28 juin. Cette émotion, derrière laquelle Jean Le Fèvre croyait devoir distinguer la main de Balthazar Spinola, laissait planer quelque incertitude pour l'avenir226.

4.6. Juillet 1387 - septembre 1388 : le dénouement du conflit

117Cette dernière période de la Guerre de l'Union d'Aix se divise en deux phases successives. La première va du mois de juillet jusqu'à l'hiver 1387-88, ou plutôt, pour simplifier, jusqu'à la fin décembre 1387, ce dernier terme ayant l'avantage de coïncider, pour la Provence "angevine" (c'est-à-dire désormais la majeure partie du pays), avec la fin de la vacance de l'office de sénéchal, ce qui marque une étape dans le retour à la normale. Au cours de ces six mois, le camp "angevin" obtint le ralliement de la plupart des villes et des castra encore fidèles à l'Union. Mais, la soumission des terres carlistes demeurant encore incomplète, il lui fallait tenter de parachever son succès. C'est ce qu’il entreprit de faire en 1388 : nous verrons dans quelles conditions il ne put y parvenir tout-à-fait.

  • 227 Bien que certaines sources, comme les lettres avignonnaises de l'Archivio Datini, fassent défaut ou (...)

118La première des phases que j'ai distinguées peut à son tour être subdivisée en deux. Au cours des deux premiers mois (juillet et août), grâce à une succession de courtes prolongations de la longue trêve qui venait à expiration le 30 juin 1387, la Provence échappe encore à une reprise des opérations militaires, à la possible exception de quelques zones, notamment dans sa partie orientale ou aux marges de celle-ci. En effet, Marie de Blois et son entourage ne misent alors que sur la négociation pour parvenir à leurs fins et les faits vont répondre partiellement (quoique de manière non négligeable) à leur attente. Pourquoi dans ce cas ne pas avoir rattaché ces deux mois de "paix" à la période précédente ? C'est que, même si une éventuelle reprise des combats en Provence orientale ou sur les frontières de celle-ci apparaissait finalement controuvée227, il resterait assez de traits donnant à ces deux mois une place à part. Ainsi, comme nous allons le voir, les prolongations de trêve négociées entre les aixois et la cour "angevine" ne furent pas appliquées dans le pays entier, mais coexistèrent avec des accords locaux. Surtout, la situation d'ensemble est tout compte fait précaire, puisque la poursuite de la trêve dépend du seul bon vouloir de la régente et qu'elle peut être remise en cause à tout instant. Dans un second temps, à partir du mois de septembre, après que s'est enfin produit le ralliement capital d'Aix, le camp "angevin" va user simultanément de la négociation et de la force des armes, employant en fait celle-ci contre les plus "entêtés" des derniers carlistes, lesquels commençaient sans doute à lasser la patience de Marie de Blois. Dans ce dernier cas, toutefois, le pragmatisme l'emporte : il n'y aura pas de ligne de conduite systématique, imposée par le pouvoir central ; la régente et ses conseillers vont laisser leurs partisans libres de choisir, en fonction des situations locales, de faire ou non la guerre (ou d'arrêter de la faire si elle se révèle inefficace).

  • 228 JLF, p. 360.
  • 229 JLF, pp. 367, 369 et 379.
  • 230 JLF, p. 403. Cette trêve particulière est mentionnée à la date du 10 septembre 1387, où Marie de Bl (...)
  • 231 Par exemple, divers faits s'étant produits aux environs de Sisteron et qui pourraient avoir précédé (...)
  • 232 Voir les références à la note 208. Le 3 août, la dernière tentative des carlistes pour prendre le p (...)

119De fait, il n'y eut pas le 1er juillet 1387 de reprise généralisée des opérations militaires. Il faut dire que, juste avant l'émeute carliste du 28 juin, Balthazar Spinola, faute de pouvoir donner une réponse définitive quant au ralliement d'Aix, avait pris soin d'obtenir des négociateurs "angevins" une prolongation de trêve "de XV jours, commensant le premier jour de Juillé prochain venant". En dépit des événements du 28 juin, le camp "angevin" restait confiant dans l'avenir, puisque Marie de Blois la ratifia le 29228. Elle devait agir de même à trois reprises encore, prolongeant ainsi la trêve jusqu'au 31 août 1387229. Ce n'est qu'à propos de la dernière prolongation accordée (le 16 août) que Jean Le Fèvre nous dit clairement qu’elle s'adressait "à Aix et ceulz de leur (sic) union". Mais, comme il ajoute que les lettres furent rédigées in forma aliarum, il faut sans doute admettre que les trois premières prorogations, pour lesquelles l'évêque de Chartres ne nous parlait que d'Aix, visaient également l'Union toute entière. Cependant, il m'a semblé que ces prolongations de trêve ne furent guère appliquées, en réalité, en dehors de la Provence occidentale et sans doute, de la basse Provence centrale, le reste du pays connaissant un vide juridique éventuellement comblé par des mesures locales. C'est du moins ce qu'il m'a paru ressortir du fait qu'une trêve particulière, certes soumise à l'approbation de Marie de Blois, ait été négociée entre les bailies "angevines" de Sisteron et donc, selon toute vraisemblance, de Seyne, d'une part, et la bailie carliste de Barcelonnette, de l'autre, à une date très probablement antérieure au 31 août230. Aussi n'est-il pas absurde d'envisager que des heurts aient pu se produire çà et là et qu’il convienne de situer durant les deux mois de juillet et d'août certains des faits de guerre dont nous savons sans plus de précision qu'ils se sont produits "en 1387"231. Comme le suggère le texte même du Journal de Jean Le Fèvre, cette apparente discordance entre les portées théorique et pratique des lettres de prolongation de la trêve doit s'expliquer par le fait que presque toutes les pensées du camp "angevin" tournaient alors autour de la question aixoise, ou de ce qui pouvait s'y rattacher immédiatement. Notons en effet que le chancelier de Louis II mentionne à nouveau le reste de l'Union à un moment où le ralliement prochain d'Aix ne paraît plus pouvoir être mis en cause. En effet, si la menace représentée par les carlistes "ultras" avait été rendue encore plus présente par une seconde "émotion" survenue le 2 juillet, et si elle avait plané pendant un bon mois sur l'issue des négociations, elle venait d'être définitivement écartée, le 3 août, après l'échec d'une dernière tentative carliste pour (re)prendre le contrôle de la ville232.

  • 233 JLF, pp. 367 et 369, 378, 399.
  • 234 Seule place carliste de quelque importance en haute Provence centrale.
  • 235 JLF, pp. 397-399. Si les origines de Vita de Blois ne sont pas claires, en revanche, Gaillardet (al (...)
  • 236 JLF, pp. 397-398 et 452.
  • 237 Cais de Pierlas (E.), La ville de Nice cit., pp. 42 et 90-91.

120Néanmoins, la question aixoise n'obnubila pas Marie de Blois et ses conseillers au point qu’ils ne sussent exploiter les occasions qui s'offrirent à eux. C'est ainsi que la régente put envoyer, au début juillet, Georges de Marie et Pierre de Bueil tenter de gagner Draguignan. Leur mission réussit, puisque Draguignan et plusieurs castra de sa viguerie se rallièrent le 14 juillet 1387. Cet exemple fut suivi moins d'un mois plus tard, avant le 12 août, par la ville de Fréjus et le castrum de Saint-Raphaël. Et, dans la foulée, la soumission des parties septentrionale et orientale de la basse Provence centrale fut parachevée avant le 7 septembre, jour où Marie de Blois fut informée des ralliement des castra de Lorgues, Aups, le Cannet et Grimaud233. On peut supposer, en l'absence de renseignement précis sur ce point, que, à moins qu'il ne se fût déjà produit auparavant, cette suite d'événements détermina le ralliement de Riez234. Cependant, l'une des conséquences de ces succès fut de confronter les responsables "angevins" à un problème qui n'était certes pas nouveau pour eux : se débarrasser des troupes mercenaires désormais sans emploi. A cela près qu'il ne s'agissait plus de leurs propres soudoyers, mais de bandes engagées au service des ci-devant carlistes de Provence centrale : commandées par Vita de Blois et Gaillardet de Mauléon, elles tenaient les castra de Régusse (au cœur de la zone hier carliste de Riez-Aups) et de Flayosc, presque aux portes de Draguignan235. Un premier traité fut passé avec elles dès le début de septembre par Pierre de Bueil, mais, "importable à Madame", il dut rester lettre morte. L'affaire fut reprise à la fin octobre, où l'on chargea Hélion et Antoine de Villeneuve, anciens carlistes, de négocier cum Vita et Gaillardeto super recuperacione castri de Flaiosco236. Sans doute le camp "angevin" finitil par obtenir gain de cause pour ce qui était des castra de Régusse et de Flayosc. Mais il échoua totalement, en revanche, à faire sortir les compagnies hors de Provence : nous les retrouvons en 1388 au service de Jean Grimaldi de Beuil et des derniers carlistes de Provence orientale et, par la suite, au moins momentanément à celui des comtes de Savoie237.

  • 238 JLF, p. 399.
  • 239 JLF, pp. 360, 384-85, 389. Les exigences financières de Balthazar Spinola sont fixées à 15000 flori (...)
  • 240 Coulet (N.), t. I, p. 82. Cf. JLF, p. 389 (ces lettres accordant l'exemption de péage seront d'aill (...)
  • 241 JLF, pp. 446-447 (entrée royale) et 432 (manque d'argent signalé à la date du 4 octobre).
  • 242 JLF, p. 438, complété par Coulet (N.), t. II, p. 643, note 234.

121Le 7 septembre 1387 fut décidément un jour faste pour Marie de Blois. C'est en effet ce jour-là que, outre les ralliements "secondaires" cités ci-dessus, elle apprit "que la cité d'Aix se estoit declairée pour le Roy Loys"238. L’affaire aixoise avait donc traîné plus de deux mois et demi depuis qu'avaient été convenus les "chapitres de paix", le 12 juin précédent. A ce délai, on peut trouver deux raisons majeures. Tout d'abord, la volonté de Balthazar Spinola, mais aussi des divers citoyens d'Aix qui devaient recevoir des "épingles", de ne traiter que "eue la finance". Or, même si les exigences du sénéchal carliste avaient peut-être baissé, il fallut quelque temps à la régente pour se procurer les sommes nécessaires : ce n'est que le 31 août qu’elle put renvoyer à Aix Guigonet Jarente "à toute finance"239. D’autre part, comme le note Noël Coulet, la menace exercée par le parti carliste jusqu'au-boutiste "n'est peut-être pas étrangère à l'incessant accroissement des exigences des négociateurs aixois" : c'est ainsi que ceux-ci finirent par obtenir pour leurs concitoyens l'exemption des péages sur la Durance, à Pertuis et Meyrargues. Cela, bien entendu, fit rebondir et rallongea la négociation240. Il s'écoula cependant encore un peu plus d'un mois et demi entre la conclusion du traité et l'entrée de Marie de Blois et de son fils dans la capitale des comtés, le 21 octobre 1387 : l'une des raisons de ce décalage réside dans les embarras financiers des souverains241. Notons toutefois que ce délai fut mis à profit par les Aixois pour obtenir de Marie de Blois, le 9 octobre, des lettres proclamant que les adhérents à l'Union ne devaient être réputés coupables ni de désobéissance, ni de rébellion, ni de félonie envers elle-même ou le roi Louis IL, car ils n'étaient alors liés aux souverains par aucun lien juridique, ni aucun serment de fidélité et qu'ils avaient agi de bonne foi et croyant bien faire : c'était là un net renforcement des dispositions des "chapitres de paix"242.

  • 243 Ralliés en juillet ou août 1387, les divers Villeneuve ci-devant carlistes ne virent leur sort défi (...)

122L'exemple d’Aix suffit à montrer que, pour fixer le moment où les communautés ou les individus se rallient à Louis II, se posent les mêmes problèmes que ceux rencontrés ci-dessus pour déterminer la date de l'adhésion initiale des unes ou des autres à tel ou tel parti. Il m'a semblé préférable de retenir le moment où la décision de la ville ou de l'individu a été prise, sans attendre de trouver mention d'un fait (entrée royale, hommage) ou d'un acte quelconque matérialisant plus solennellement l'événement. On pourrait en effet citer plusieurs exemples de décalages plus ou moins longs entre la décision de ralliement et la solennisation de celle-ci ou le règlement définitif de la situation de la communauté ou de la personne ralliée243.

  • 244 JLF, p. 408.
  • 245 JLF, pp. 418 et 439.
  • 246 JLF, pp. 464-465. Il faut signaler que le ralliement de Tarascon aurait pu être plus précoce, sans (...)
  • 247 J'ai pensé pouvoir appliquer aux autres "dernières" villes carlistes ce que nous savons pour Nice : (...)
  • 248 Depuis l'offensive victorieuse d'Othon de Brunswick ayant abouti en juillet à la prise de Naples, M (...)
  • 249 La Provence orientale avait peut-être aussi des possibilités de liaisons terrestres, sinon vers le (...)
  • 250 Rappelons que le territoire niçois fut envahi à quelques reprises par les anticarlistes, malgré l'e (...)
  • 251 Cf. note 247. Cette "demi-mesure" doit refléter l'incertitude de la Cour duraciste quant à la situa (...)
  • 252 JLF, pp. 489-490 (les localités en cause sont Saint-Etienne-de-Tinée, Saint-Dalmas-le-Selvage, Liéu (...)
  • 253 Cf. JLF, pp. 450, 454-455 et 479.
  • 254 JLF, p. 482 : Pierre Ameilh, cardinal d'Embrun, reçoit les pouvoirs nécessaires pour négocier le ra (...)

123La soumission d’Aix fut suivie de près par l'hommage personnel de Balthazar Spinola à Marie de Blois, prêté le 11 septembre 1387 entre les mains de Georges de Marie. A cette date, ne restaient plus fidèles au carlisme que, d’ouest en est, Tarascon, Saint-Maximin, Toulon et Hyères, et, enfin, la majeure partie de la Provence orientale, avec Nice. Mais l'optimisme régnait dans le camp "angevin" : Georges de Marie précisément annonçait à la régente que tous ces lieux "feroient comme Aix"244. Cependant, le temps passant, il dut apparaître à Marie de Blois et à ses conseillers qu'il fallait distinguer dans ce dernier carré d'adversaires entre ceux disposés à se rallier à bref délai et ceux décidés à résister. Parmi les premiers, il faut ranger les communautés de Tarascon et, sans doute, Saint-Maximin. La régente ne fit d'ailleurs aucune difficulté pour accorder à la première des prolongations, cette fois-ci particulières, de la trêve échue au 31 août245. Et, de fait, ces deux villes finirent par se déclarer pour Louis II le même jour, le 11 novembre 1387246. Les seconds rassemblaient les communautés et les simples individus qui refusaient d'entériner l'éviction totale de la Maison de Duras à laquelle, à la différence du traité de juillet 1386, aboutissaient les clauses générales des "chapitres de paix" de juin 1387. Communautés et individus dont la foi carliste ne fut pas (ou du moins pas immédiatement) ébranlée par la série de fâcheux événements et de mauvaises nouvelles qui s'abattirent sur eux en ce dernier semestre de l'année 1387 : défections multiples, dont, au premier chef, celle d'Aix, aboutissant à un véritable effondrement de l'Union ; officialisation de celui-ci quand, au tout début d’octobre, Balthazar Spinola annonça aux derniers unionistes qu'il se démettait de sa charge de sénéchal ; enfin, découverte (tardive) du décès de Charles II, sans doute dans la seconde quinzaine de ce même mois, au reçu des premiers actes passés au nom de son fils Ladislas247. On ne s'étonnera guère de voir que ce groupe se composait des seules zones de la défunte Union qui pouvaient encore communiquer plus ou moins librement avec l'extérieur, et donc avec la Cour du raciste248 : à savoir les deux ports de Toulon et Hyères dans la basse Provence centrale, et la Provence orientale, qui disposait du port de Nice249. Néanmoins, c'était là le seul point commun entre les deux sous-groupes ainsi définis, car leurs situations matérielles et morales différaient notablement. En effet, hormis du côté de la mer, l’ensemble Toulon-Hyères était complètement isolé au milieu de voisins désormais tous hostiles ; les deux villes se trouvaient d'ailleurs serrées de fort près par les positions ennemies. En revanche, la Provence orientale disposait de plus d'"espace" : en fait, depuis le début de la guerre en 1383, l'arrière-pays et le haut-pays niçois, en dehors de la période de "nettoyage" des îlots "angevins", avaient connu une vie à peu près paisible ; seule la "ligne de front", plus une bande arrière de profondeur variable250 étaient réellement soumises à la pression adverse. De surcroît, au plan du moral, la région se trouvait d'une part entraînée par l'exemple de Nice, d'autre part solidement soumise à l'autorité d'un seul homme : Jean Grimaldi de Beuil, d'abord actif lieutenant de Balthazar Spinola et auquel le roi Ladislas, par des lettres du 19 octobre 1387, conféra pour les terres d'Outre-Siagne des pouvoirs équivalents à ceux d'un sénéchal, sans toutefois lui en donner encore le titre251. Il ne faudrait cependant pas se représenter les terres carlistes de Provence orientale comme un bloc homogène : nous aurons l'occasion ci-après de voir que les motivations des Niçois ou de Jean Grimaldi n'étaient pas identiques. Il ne faudrait pas non plus voir en elles un bloc sans failles. Certes, le fait que François Bolleri, seigneur de Demonte et Roccasparvera, ait été autorisé par Marie de Blois, le 2 janvier 1388, à conclure des trêves prout sibi videbetur (éventuellement jusqu'à la Noël 1388) avec divers castra du haut-pays niçois ne me paraît pas à interpréter comme un signe de fléchissement de ces derniers, mais bien plutôt comme celui de la situation difficile où le réveil de la "menace" savoyarde plaçait ce seigneur fidèlement pro-angevin252. Mais témoignent suffisamment de l'existence de "points faibles" : d’une part, la soumission de Colmars, survenue au plus tôt avant le 27 octobre, au plus tard avant le 17 décembre 1387, sans que nous sachions si cette localité fut gagnée par la diplomatie, par la force, ou bien par un mélange des deux253 ; d'autre part, les espoirs (que l'on peut juger a posteriori excessifs) nourris à la fin décembre par le camp "angevin" quant à la possibilité de rallier par la négociation la ville de Barcelonnette254.

  • 255 JLF, p. 441 : une trêve fut conclue avec Jean Grimaldi de Beuil le 13 octobre ; elle devait durer j (...)
  • 256 Marie de Blois accepta tout d'abord, le 10 décembre, la conclusion d'une trêve entre les hommes de (...)

124Contre tous les carlistes obstinés, Marie de Blois n'eut plus qu'à recourir à la guerre, au plus tôt sans doute dès la seconde quinzaine de septembre, au plus tard à partir d'octobre. L’"état" de la partie adverse que je viens de dresser peut laisser subodorer que ce fut avec des fortunes diverses. A la fin décembre, au bout de trois mois environ d'une lutte armée qui n'avait été interrompue que par une courte trêve en octobre255, la Provence orientale avait tenu bon, si l'on excepte le ralliement de Colmars, et ne semblait pas prête à céder256. En revanche, du côté de Toulon et d’Hyères, la volonté de résistance avait dû baisser, laissant espérer au camp "angevin" que ces villes (ou du moins la première) se soumettraient à court ou moyen terme, puisque Marie de Blois accepta que ces trêves, durant jusqu'à la Pentecôte [17 mai] 1388, fussent conclues entre certains de ses partisans directement engagés contre Toulon et cette ville256.

  • 257 Hésitations de Marie de Blois : JLF, pp. 455-460. Opposition des Provençaux, tant anciens carlistes (...)
  • 258 Las de ne pas toucher leur solde, certains hommes d'armes "angevins" (conduits par "Bertran Boytard (...)
  • 259 Le problème de la dette "savoyarde" était revenu sur le tapis dès le printemps 1387 (cf. JLF, p. 34 (...)

125A ne considérer que la situation provençale, le bilan, à la fin de l'année 1387, était tout-à-fait favorable pour la régente et ses conseillers : l'Union d'Aix avait cessé d’exister et seule l'extrême Provence orientale restait encore réellement à réduire. De surcroît, Marie de Blois avait réussi à régler un épineux problème : pourvoir le poste de sénéchal vacant depuis la mort de Foulque II d'Agout. L'ancien sénéchal de Charles de Duras, Balthazar Spinola s’était mis sur les rangs. Mais, si la régente parut parfois résignée à le nommer, sa candidature suscitait les plus vives réserves chez les Provençaux, y compris chez ses administrés de la veille (à l'exception des Tarasconnais). Après diverses tractations, Spinola accepta de se retirer et l'office fut finalement donné le 20 décembre 1387 à Georges de Marie257. Comme les affaires "angevines" avaient aussi évolué favorablement dans le Royaume, tout aurait donc été pour le mieux s'il n'y avait pas eu un point noir : les éternels embarras financiers, d'où découlèrent deux graves problèmes. D'une part, celui du paiement de la solde des hommes d'armes qu'il était encore nécessaire de retenir258. D'autre part, celui de l'apurement de la grosse dette naguère contractée par Louis Ier d’Anjou envers le comte de Savoie Amédée VI, dette dont son fils et successeur Amédée VII avait entrepris de demander le remboursement précisément en 1387, les pourparlers entrant dans une phase plus active dans les derniers mois de l’année259. Mais, en cette fin 1387, ni Marie de Blois ni son entourage ne pouvaient imaginer que cette affaire allait plus tard peser lourdement sur le destin de la Provence.

  • 260 A vrai dire, l'Union n'existe plus depuis l'automne 1387, mais il s'agit bien toujours de venir à b (...)

126Le déroulement des événements de l'année 1388, jusqu'à la fin septembre, prouvant à l'évidence que le camp "angevin" resta dans la plus complète ignorance de ce qui se tramait entre le comte de Savoie et Jean Grimaldi de Beuil pour régler à leur commun profit le sort des terres carlistes de Provence orientale, je traiterai des ultimes mois de la guerre "de l’Union d’Aix"260 successivement sous les angles "angevin" puis "carliste".

  • 261 L'essentiel des débats qui pouvaient agiter le camp "angevin" se retrouve dans la discussion qui eu (...)
  • 262 Brun, Annales, p. 103. En fait, le projet avait déjà été agité au mois d'octobre (JLF, p. 441).
  • 263 JLF, p. 489.
  • 264 JLF, pp. 491-493 et 495.
  • 265 JLF, pp. 506 et 508.
  • 266 Georges de Marie reçoit pouvoir de recipiendi ad obeidentiam Regis quoscumque rebelles reconciliari (...)

127Il est probable que les spectaculaires succès enregistrés par la cause "angevine" au cours de l'année 1387 et l’heureux bilan qu’ils pouvaient dresser à la fin de cette année entraînèrent Marie de Blois et ses conseillers à considérer la conquête des derniers bastions carlistes comme une chose pratiquement acquise et à faire ainsi passer les questions provençales au second plan de leurs préoccupations. Il est vrai que les affaires du Royaume, à peu près mises entre parenthèses pendant près de deux ans et demi, les sollicitaient à nouveau et qu'il y avait en effet quelque urgence à définir la meilleure politique à suivre pour exploiter les premiers résultats favorables de la campagne entreprise à l'été 1387 par Othon de Brunswick261. Aussi avait-il été question dès le mois de décembre 1387 que la reine Marie quittât la Provence pour se rendre auprès du roi de France et de ses oncles, les ducs de Berry et de Bourgogne, afin d'obtenir de ceux-ci leur accord et des subsides pour le "voyage" de Naples262. Ce projet de départ fut toutefois retardé par les problèmes financiers que devait affronter la régente, notamment celui de la solde des gens d'armes. D'un mal surgissant parfois un bien, il semble que la reine put résoudre cette dernière question, pour laquelle il lui fallait trouver environ 14000 francs263, en parvenant à un accord avec le comte de Genève, frère du pape Clément VII, pour la dette qu'elle avait envers lui. Le traité mis au point prévit que le comte donnerait à la reine 10000 francs comptants ; en contrepartie, celle-ci reconnaissait lui devoir 35000 francs, pour garantir le paiement desquels elle donnait en gage diverses seigneuries, ou plutôt les vendait au comte à réméré, en disposant d’un délai de dix ans pour les racheter264. Le départ de Marie de Blois put finalement avoir lieu le 28 janvier 1388. Malheureusement pour nous, Jean Le Fèvre la suivit peu après, le 30, si bien que nous ne disposons plus après cette date de l'éclairage de son Journal sur les affaires provençales265. Marie de Blois laissait la Provence aux mains du tout nouveau sénéchal, Georges de Marie, dont elle précisait les pouvoirs le jour même de son départ, notamment à l'égard des carlistes restant à soumettre266.

  • 267 JLF, p. 492.
  • 268 La date et les modalités du ralliement d'Hyères restent à vérifier.
  • 269 Voir ci-dessus pour le premier conflit (août 1386-janvier 1387). Il y en avait eu un second en 1387 (...)
  • 270 Brun, Annales, pp. 104 et 106 (lettres des 6 décembre 1387 et 17 janvier 1388).
  • 271 Le siège avait commencé le 18 mai au plus tard et durait encore le 15 juin ; cf. Coulet (N.), t. I, (...)
  • 272 La réalité du siège est attestée, entre autres, par un registre de comptes de la communauté de Venc (...)
  • 273 En fait, à en juger par la liste des castra "de la bailie de Villeneuve" que Jean Grimaldi s'engage (...)

128De fait, les événements du premier trimestre 1388 semblèrent confirmer les pronostics optimistes sur l'évolution de la situation. Avant le départ de la régente, on avait pu voir, dans les premiers jours de janvier, le comte de Tende se rapprocher ouvertement du camp "angevin"267. Puis, deux mois avant l'expiration des trêves conclues en décembre, ce fut, le 17 mars, la soumission de Toulon, qu’accompagna très vraisemblablement celle d’Hyères268. Ne restait donc plus à régler que le cas de la Provence orientale carliste. Cependant, au lieu de pouvoir se consacrer à la résoudre, Georges de Marie dut d'abord perdre un temps précieux à affronter, en Provence occidentale, Raimond de Turenne et sa mère, Eléonore de Comminges. En effet, si, lors des précédentes crises ayant opposé les Turenne à Clément VII, les Provençaux "angevins" avaient pu éviter, sinon totalement, du moins en grande partie, de s'y trouver entraînés269, cette fois les choses se passèrent moins bien. Alors qu'une nouvelle phase de tension entre les Turenne et Avignon était apparue en décembre 1387 au plus tard, il semble bien que, dès janvier 1388, les Provençaux aient été en butte aux attaques des premiers tout autant que les sujets du pape270. Faute de disposer du précieux témoignage de Jean Le Fèvre ou d'une source équivalente, nous ne pouvons suivre dans le détail le développement du conflit. Toujours est-il que la situation dut sérieusement s'envenimer puisque la Provence "angevine" se retrouva en guerre ouverte avec les Turenne. Nous voyons en effet Georges de Marie occupé à faire le siège du castrum de Meyrargues durant les mois de mai et juin, sans doute en vain271. Quoi qu'il en ait été, cela l'empêcha d'envisager une action en Provence orientale avant juillet. Une expédition militaire fut alors mise sur pied, dont l'objectif principal était d'obtenir la soumission de Nice. De fait, pendant au moins plusieurs jours d'août, la "capitale" carliste fut assiégée par le sénéchal "angevin"272. Cependant, le siège ne donna aucun résultat et il fut levé dans les derniers jours de ce mois : ce furent sans doute des problèmes financiers qui empêchèrent Georges de Marie de poursuivre les opérations. Néanmoins, son expédition ne fut pas totalement vaine : elle lui permit au moins de rallier à Louis II la partie à la fois "basse" et proche du Var de la fraction carliste de la bailie de Villeneuve (alias de Saint-Paul), notamment le castrum de Saint-Paul même, qui se soumit sans combat, le 11 août, à l'armée "angevine"273. En fait, l'offensive du sénéchal de Marie de Blois avait eu très vraisemblablement un autre résultat, dont, malheureusement pour lui, il ne pouvait guère se douter : celui de précipiter la conclusion de l'accord qui se négociait depuis de longs mois entre Jean Grimaldi de Beuil et le comte de Savoie, accord aux termes duquel ce dernier allait pouvoir mettre la main sur les dernières terres carlistes. Nul doute que, si Georges de Marie avait su ce qui se tramait entre son homologue carliste et Amédée VII, il n’aurait pas quitté les bords du Var...

  • 274 J’ai déjà cité la mesure relative au commerce avec le Royaume en traitant de la guerre sur mer. L'a (...)
  • 275 Voir ci-dessus, notes 253 et 273.
  • 276 Voir ci-dessus. D'ailleurs, à l'expiration du délai de trois ans stipulé dans son premier acte de s (...)
  • 277 Le capitaine savoyard "vallium Moncium et Sturane" étudie en 1387 la possibilité de s’emparer du ca (...)

129Pour comprendre les événements qui décidèrent du sort des terres carlistes de Provence orientale, il nous faut revenir sur les motifs qui guidèrent l’action des principaux acteurs de cette région, à savoir Nice et Jean Grimaldi de Beuil, et les poussèrent à rejeter les "chapitres de paix". Pour ce qui est des Niçois, il faut très probablement exclure la recherche d'avantages "matériels" du nombre des causes qui sous-tendirent leur volonté de résistance. En effet, Nice aurait très certainement pu, à l'instar de ses anciennes compagnes de l'Union qui choisirent de se rallier, obtenir pour prix de sa soumission non seulement la confirmation de ses anciens privilèges, mais encore celle des faveurs octroyées par Charles III. A deux exceptions près toutefois : l'annexion du castrum d'Aspremont au territoire niçois et, surtout, la mesure accordant à Nice de supplanter Marseille dans les relations commerciales entre la Provence et le Royaume (celle-ci pour des raisons évidentes !)274. Mais, à l'automne 1387, ce dernier avantage était rien moins que tangible, puisque, depuis le mois de juillet, Naples était tombée aux mains des "angevins". Il me paraît donc qu'il faille rechercher les ressorts qui firent agir les Niçois dans une fidélité obstinée à la Maison de Duras et dans une antipathie tout aussi obstinée à l'égard de la nouvelle Maison d'Anjou. En revanche, le cas de Jean Grimaldi est tout autre. Car, à la différence d'autres nobles carlistes (par exemple, les divers Villeneuve de la viguerie de Draguignan) à qui le conflit n'avait pas rapporté grand-chose, ou même avait plutôt "coûté", le seigneur de Beuil avait largement tiré profit de la guerre civile. Tout d'abord, celle-ci lui avait permis d'établir sans conteste la primauté de sa famille dans le haut-pays niçois : ses principaux rivaux ayant opportunément embrassé la cause "angevine", il avait pu s'emparer de leurs possessions. D'autre part, en servant les Duras, il avait pu accroître encore sa puissance grâce à l'exercice de charges publiques de plus en plus hautes : d'abord lieutenant de Balthazar Spinola, il avait, comme nous l'avons vu, obtenu précisément en octobre 1387 tous les pouvoirs d'un sénéchal, même s'il n'en portait pas encore le titre. Or, accepter de reconnaître Louis II signifiait perdre tous ces gains : tandis que les "chapitres de paix" écartaient pour les dix années à venir les Provençaux de tous bords de l’office de sénéchal (et d'ailleurs Jean Grimaldi n’aurait sans doute pas eu le poids nécessaire pour s’imposer dans une Provence réunifiée), l'exemple de ce qui se passait dans les divers lieux ralliés montrait bien que le retour à la paix signifiait, sauf exception, l'annulation des confiscations et transferts de biens prononcés pendant la guerre par les parties en présence. Or, en l'absence de secours fournis par la cour duraciste, une longue résistance solitaire de la Provence orientale n'était pas envisageable : le camp "angevin" pourrait prendre le temps nécessaire pour la grignoter peu à peu, comme il avait déjà commencé à le faire275. Cependant, pendant que l'édifice carliste était encore solide, Jean Grimaldi pouvait espérer trouver une troisième voie entre résistance (désespérée) et soumission (sans profit aucun). En effet, l'anti-angevinisme marqué de ses administrés lui permettait d'envisager la "cession" de ceux-ci à un troisième larron qui voudrait bien tirer parti de la querelle Anjou-Duras. Et récompenser Jean Grimaldi en lui garantissant ses nouvelles acquisitions et son pouvoir tout neuf. Or, depuis 1385, Jean Grimaldi connaissait cet oiseau rare : le comte de Savoie. Celui-ci avait alors affiché l'ambition d’agrandir son Etat aux dépends de la Provence, mais, faute de disposer de prétextes assez solides pour justifier son action, il avait dû se contenter de maigres résultats, d’autant plus maigres qu'il lui fallait les partager avec son cousin, Amédée de Savoie-Achaïe276. En 1387, peut-être encouragé par le désintérêt désormais montré par Charles VI pour les affaires provençales, Amédée VII avait envisagé de reprendre son grignotage, mais ses officiers avaient dû se heurter une nouvelle fois à François Bolleri277. Jean Grimaldi allait lui offrir beaucoup mieux : une conquête à son profit exclusif et, de surcroît, les justifications qui lui faisaient défaut.

  • 278 Pour les détails sur les négociations entre les Grimaldi et Amédée VII de Savoie, ainsi que pour ce (...)
  • 279 Rappelons que la comtesse de Provence Béatrice "la jeune", femme de Charles Ier d'Anjou et ancêtre (...)

130En effet, à lire la convention finalement conclue, le 2 août 1388, entre Amédée VII et Jean Grimaldi, représenté par son frère Louis278, le comte de Savoie ne pouvait apparaître comme un usurpateur ou un agresseur. S'il intervenait en Provence, ce n'était pas de sa propre initiative, mais à la demande des deux Grimaldi. Or, ces derniers disaient avoir fait cette démarche sans trahir leur légitime souverain, le roi Ladislas. Bien au contraire, parce que son fils et elle-même avaient dû répondre négativement aux demandes de secours présentées par Louis Grimaldi, la reine Marguerite de Duras leur avait donné l'autorisation expresse (quoique verbale) de recurrere ad aliquem magnum et potentem principem, sub cujus proprio homagio fidelitatis regie et obedentie possint substineri et échapper ainsi aux entreprises du duc d'Anjou. Aussi, bien qu'à contre-cœur (cum magna cordis displicentia et amaritudine), les Grimaldi s'étaient-ils mis à la recherche d’un tel prince. Leur choix s’était arrêté sur le comte de Savoie car : 1°) celui-ci était noble et puissant ; 2°) il traitait benigne et charitative ses sujets, envers lesquels il manifestait sincerum amorem et affectionem sinceram ; 3°) il régnait bonam viciniam, amorem et amicitiam magnam [...] inter Sabaudienses et Provinciales ; 4°) enfin, il existait des liens de parenté entre Amédée VII et les comtes de Provence de la première Maison d’Anjou, puisque tous descendaient du comte de Savoie Thomas279.

  • 280 Je citerai : 1°) les lettres que Marguerite de Duras adressa aux prélats, aux nobles et aux villes (...)
  • 281 Quibus respondentes certa commisimus per eos vobis nostri parte oretenus referenda (Gioffredo (P.),(...)
  • 282 Cette nomination fut annoncée aux Provençaux par des lettres du 17 avril 1388.
  • 283 L'autorisation verbale de Marguerite de Duras ne suffisant plus par la suite justifier la conduite (...)

131Nous pouvons bien croire les Grimaldi lorsqu'ils revendiquent hautement la principale responsabilité dans l'affaire, en affirmant dans "l'exposé des motifs" de leur action que ce furent eux qui allèrent au comte de Savoie pour lui proposer de conquérir pacifiquement les futures "Terres Neuves de Provence" et non pas le comte qui vint à eux. En revanche, devons-nous leur accorder la même créance quand ils avancent leur justification maîtresse, à savoir l'autorisation que leur aurait donnée Marguerite de Duras ? On ne peut sans doute guère invoquer contre la réalité de cet accord son caractère uniquement verbal : il est en effet possible de citer quelques exemples montrant que le recours à des messages oraux venant compléter des messages écrits parfois bien anodins était un procédé que n'ignorait pas la Cour duraciste280. On pourrait aussi ajouter qu'il était normal en somme que Marguerite de Duras ne pût faire plus que d'accepter officieusement la perte des dernières terres provençales. Mais le comte Cais de Pierlas a soulevé une objection plus sérieuse en montrant la discordance qui existe entre le fatalisme ainsi prêté à la Cour duraciste et les actes du roi Ladislas regardant la Provence qui nous ont été conservés. Si la lettre qu'il adressa aux Niçois le 30 mars 1388 n'est pas très explicite, précisément parce que les deux ambassadeurs, Raimond Garnier et Antoine Denis, se virent confier une réponse verbale281, en revanche, deux actes des 14 et 16 avril le sont davantage. Le premier était la nomination formelle de Jean Grimaldi de Beuil comme sénéchal de Provence282. Le second était une lettre au nouveau sénéchal et à l'envoyé spécial du roi, Niccolò Caracciolo, dit Viola, chevalier napolitain, les autorisant à engager trois ou quatre castra du domaine royal afin de trouver l'argent nécessaire à la poursuite de la guerre. Rien dans ces deux actes ne laisse supposer que Ladislas fût résigné à la perte de la Provence. Tout aussi "optimiste" était le privilège octroyé le 22 août aux Franciscains de Nice, leur accordant de prendre chaque année gratuitement à la gabelle d'Hyères trois oulles de sel. Bref, nous pouvons donc conclure avec Cais de Pierlas que les Grimaldi agirent à l'insu du roi Ladislas et de sa mère283.

132En fait, le tractatus Nycie demeura entouré du plus grand secret (et ce n'est pas là l'une des moindres réussites des Grimaldi et de la Cour de Savoie) pendant les huit mois environ qui s'écoulèrent entre le début des négociations et la mise en œuvre de l'accord conclu le 2 août. Si les souverains "duracistes" furent laissés dans l'ignorance par leur propre sénéchal, rien non plus ne filtra jusqu’aux dirigeants de la Provence "angevine", comme en témoigne la conduite de Georges de Marie durant le printemps et l'été 1388. En outre, comme nous allons le voir, tandis que, de son côté, le comte Amédée VII attendit le dernier moment (ou presque) pour informer de ses intentions le roi de France et le pape Clément VII, Jean Grimaldi, sans doute précisément pour éviter toute "fuite", choisit de prendre un risque en ne commençant qu'assez tard à préparer ses administrés au grand changement à venir : encore ne fit-il que se ménager l'adhésion et l'appui de quelques personnages influents.

  • 284 Cais de Pierlas (E.), op. cit., p. 20 note 2.
  • 285 Cf. JLF, p. 469 : "Seellées à messire Nichole de Spinolla, frere Balthazar et à Antoinne Marchon de (...)
  • 286 JLF, p. 460.
  • 287 Giraud Rocamaura fut au nombre des personnes bannies de Grasse en mai1386 par la reine Marie de Blo (...)

133Les premiers contacts furent noués au mois de janvier 1388, les discussions qui s'ensuivirent durant en fait jusqu'au mois de février. Elles mirent en présence : du côté savoyard, en l'absence d'Amédée VII, alors à Paris, les principaux personnages de la cour, dont Othon de Grandson et le trésorier général André Belletruche ; du côté "Grimaldi", Louis Grimaldi, frère de Jean, et le notaire Pierre Clari, de Péone, mais aussi Luquin de Murris, Nicoloso Spinola et Antoine "Marchon". Or, si Luquin de Murris semble bien avoir été lié aux Grimaldi de Beuil284, en revanche, la présence de l'un des frères de Balthazar Spinola, accompagné d'un homme de confiance285, ne laisse pas de poser un problème, qui ne me paraît pas totalement résolu. Comme Nicoloso Spinola assistait encore aux pourparlers précédant la conclusion de l'accord du 2 août, Cais de Pierlas n'hésitait pas à y voir la preuve d'une collusion entre Jean Grimaldi et Balthazar Spinola, tendant à livrer à Amédée VII bien plus que la Provence orientale carliste. Dans ce cas, étant donné que Balthazar servit d'otage aux hommes d’armes "angevins" entre le 7 décembre 1387 et la fin janvier 1388, il faudrait en conclure que ses contacts avec Jean Grimaldi, aboutissant à la décision de prendre langue en commun avec le comte de Savoie, seraient antérieurs à son "immobilisation" forcée. On pourrait y voir une réaction à la décision de ne pas lui attribuer l'office de sénéchal que Marie de Blois avait prise le 8 novembre 1387286. Toutefois, on ne saurait exclure qu'il s'agît là d'une démarche propre à Nicoloso Spinola, qui semble avoir eu plus de mal que ses frères Balthazar et Melchior à entrer dans les bonnes grâces de la reine Marie287. En fait, pour trancher la question, il conviendra sans doute, chose que je n’ai pu faire dans le cadre de ce travail, d’étudier attentivement les événements postérieurs à 1388.

134Le 2 avril 1388, Jean Grimaldi établissait en bonne et due forme son frère comme son procureur pour traiter avec le comte de Savoie. L'acte ayant été passé devant le notaire niçois Jean Rocamaura, nous pouvons penser que le seigneur de Beuil avait déjà mis dans la confidence le frère de celui-ci, Giraud. Ce dernier était loin d'être un personnage négligeable : il avait été syndic de la ville haute en 1380 et, surtout, il devait avoir une réputation de carliste fervent, puisqu’il s’était compromis dans la tentative finalement malheureuse faite en 1384 pour rallier Grasse à l'Union288.

135Le nombre des "initiés" ne dut d'ailleurs guère tarder à s'accroître. En effet, la négociation, alors menée du côté savoyard, en l'absence d'Amédée VII, par la comtesse-douairière Bonne de Bourbon, entra le mois suivant dans une phase concrète. Commençant sans doute à être convaincue du sérieux de l'affaire, la Cour de Savoie accepta d'y risquer quelque argent. Le 13 mai, à Chambéry, Louis Grimaldi se vit remettre d'une part 1200, d'autre part 1000 florins de petit poids. La première somme était destinée à son frère Jean, pro sustinendis gentibus armorum ad stipendia civitatis Nycie et ali[b]i in partibus Provincie existentibus. Les problèmes financiers dont Ladislas se préoccupait dans sa lettre du 16 avril étaient donc au moins partiellement résolus grâce à l'or savoyard : mais c'est qu'il fallait bien que les terres carlistes fussent en mesure de résister à une offensive "angevine", pour que le comte Amédée pût espérer les conquérir pour son compte ! Quant à la seconde somme, elle devait être envoyée par les deux frères Grimaldi pro dando et distribuendo quibus [...] videbitur pro meliori. Nous pouvons donc penser que c'est alors (fin mai-début juin) que Jean Grimaldi entreprit d'élargir significativement le cercle des personnes ralliées à ses desseins.

136Les choses traînèrent cependant encore quelque temps, jusqu'à la fin de juillet. C'est que, pour l'ultime phase de la négociation, la présence d'Amédée VII en personne était nécessaire. Or, jusque dans la première quinzaine de ce mois, en partie sans doute pour donner le change sur ses projets de l'heure, celui-ci resta à Paris. A la demande pressante de sa mère, il rentra alors en Savoie, où il fut rejoint vers le 20 juillet par Louis Grimaldi. Des dernières discussions sortit l'accord du 2 août déjà mentionné. Comme je l'ai dit ci-dessus, il est possible que sa conclusion ait été hâtée par la menace que faisaient planer ou bien la nouvelle des préparatifs, ou bien un début de mise en œuvre de l'expédition militaire projetée par Georges de Marle.

  • 288 Voir la carte no V, ainsi que la carte no 107 de l'Atlas historique. Provence.
  • 289 Voir note 273.

137Par cet accord, les Grimaldi s’engageaient à faire passer au pouvoir du comte de Savoie toutes les terres qui tenaient encore pour le roi Ladislas, à savoir : la totalité de la viguerie de Nice et de celle du Comté de Vintimille et Val de Lantosque ; une partie de la viguerie de Puget-Théniers ainsi que des bailies de Villeneuve, Sigale et Barcelonnette (pour cette dernière, à laquelle était joint le castrum d'Allos, il s'agissait bien entendu de la partie qui n'était pas déjà au pouvoir du comte)288. Comme nous l'avons vu, l'expédition de Georges de Marie modifia quelque peu les choses en ce qui concerne la bailie de Villeneuve, même si une contre-offensive "carliste" amena au moins la reprise de Gattières289.

138Jean Grimaldi ratifia le 18 août la convention passée en son nom par Louis. Sans doute avant même d'avoir été informé de la chose, Amédée VII envoya, le 22 août, un ambassadeur au roi de France pour le prévenir de son entreprise. Un autre fut envoyé au pape Clément VII quelques jours plus tard, le 3 septembre, à un moment où le comte de Savoie était peut-être déjà en route vers la Provence. Il était parti accompagné d'une trentaine de lances, soit 150 combattants environ. C'était là une forte escorte, pas une véritable armée : elle pouvait sans doute venir à bout de petits castra, mais en aucun cas réduire une ville comme Nice. Cela montre bien, je crois, qu'il s'agissait d'une entreprise de conquête "pacifique", dont le succès final reposait sur la manière dont Jean Grimaldi aurait su préparer les esprits de ses administrés au changement de souveraineté.

  • 290 Ainsi Giraud Rocamaura fut-il finalement l'un des quatre syndics élus le 27 septembre 1388 pour all (...)
  • 291 Jean Grimaldi était à Barcelonnette quand il ratifia la convention du 2 août. Il semble être resté (...)
  • 292 Cais de Pierlas (E.), op. cit., p. 34, et doc. no 8, pp. 348-349 (sic pour le latin de la citation (...)
  • 293 Le 24 août au plus tard, le comte de Savoie faisait remettre à Louis Grimaldi 300 florins destinés (...)
  • 294 Seule la communauté de Saint-Etienne-de-Tinée voulut faire stipuler un délai plus important : huit (...)
  • 295 Ou parfois groupe de communautés : voir ci-dessous l'exemple de quelques castra de la viguerie du C (...)

139Le dénouement de l'affaire fait voir que ce dernier y avait parfaitement réussi. Sans doute parce qu'il s'était acquis, avec ou sans l'appoint de l’or savoyard, l'appui de personnes influentes290 ; sans doute aussi parce que, surtout dans le cas de Barcelonnette et du haut-pays niçois, il paya de sa personne, mettant dans la balance son prestige et son autorité291. Mais il faut reconnaître qu'il fut également servi par les événements : il paraît évident que l'expédition de Georges de Marie, le siège de Nice et la "perte" de plusieurs castra de la bailie de Villeneuve firent plus que de longs discours pour démontrer que, sauf solution radicale, les jours de la Provence carliste étaient comptés. Il semble bien d'ailleurs que, dans le cas de Nice, le sire de Beuil ait, pour plus de précaution, entretenu jusqu'au bout la rumeur d'une nouvelle offensive prochaine du sénéchal "angevin", puisque, le 24 septembre 1388 (soit trois jours seulement avant l'arrivée d'Amédée VII), il approuvait la vente de divers droits que, bien qu’ils appartinssent à la Cour royale, la communauté aliénait pro pecuniam habendis et stipendiariis tune necessariis circa custodiam dicte civitatis, propter guerras [...], ad effugandum regiorum emulorum invasionem...292. Sans doute glissa-t-il aussi dans les oreilles voulues que, depuis le moi de mai, les mercenaires autres que ceux stipendiés par les Niçois n'étaient plus retenus au service que grâce à l'or du comte de Savoie293. Mais ce serait une erreur de croire que Jean Grimaldi n'ait dû compter que sur la crainte des lendemains pour imposer "sa" solution. En fait, celle-ci présentait des avantages réels, moraux ou matériels. Tout d'abord, elle permettait aux carlistes les plus résolus de ne pas plier devant les "angevins" détestés. En outre, elle pouvait apaiser leur conscience car, à l'instar de ce qui s'était passé en 1385 pour les premiers castra carlistes conquis, le comte de Savoie acceptait de laisser un délai au roi Ladislas pour recouvrer ses terres, moyennant le remboursement des frais engagés par le comte pour leur garde. Certes, celui-ci était court : trois ans, mais cela atténuait vraisemblablement le caractère irrémédiable du changement294. D'autre part, pour l'ensemble des populations, le passage sous la protection (en attendant la souveraineté définitive) du comte de Savoie se traduisait au minimum par la conservation des anciens privilèges (jusqu'au règne de Jeanne 1ère inclus), voire même de ceux acquis au cours de la guerre de l'Union d'Aix. Enfin, dernier aspect propre à séduire, tout cela n'était pas "octroyé" par Amédée VII, mais garanti par des contrats bilatéraux conclus entre lui-même et chaque communauté295 : mutatis mutandis, les derniers bastions carlistes connaissaient la même fin juridique que le reste de l'Union !

  • 296 Il semble que la communauté de Vinai ait alors cessé de suivre l'exemple de son castellan. A vrai d (...)
  • 297 On peut ajouter qu'Amédée "racheta", le 25 octobre, le castrum de Gattières à Gaillardet de Mauléon (...)

140Les faits ayant été étudiés avec suffisamment de détail par le comte Cais de Pierlas, je rappelle seulement les principales "déditions" obtenues par Amédée VII au cours de son "voyage" en Provence orientale : le 12 septembre, Barcelonnette ; le 15, Saint-Etienne-de-Tinée ; le 23, Saint-Martin-Vésubie ; le 28, Nice ; le 7 octobre : Vinai296 ; le 10, divers castra du Comté de Vintimille (Sospel, Luceram, Peille, l'Escarène et Pigna) ; le 13, Utelle ; le 23, Tournefort et le Val de Massoins ; le 3 novembre : la viguerie de Puget-Théniers297.

141Parmi toutes ces dates, deux me paraissent susceptibles d'être retenues pour marquer la fin de la Guerre de l'Union d'Aix : soit le 28 septembre, date de la dédition de Nice, qui est bien évidemment la plus importante de toutes et qui fait en tout état de cause de l’entreprise d'Amédée VII un succès ; soit le 3 novembre, puisqu’avec la dédition de Puget-Théniers et de sa viguerie, Jean Grimaldi a alors à peu près totalement rempli sa part de la convention du 2 août, toutes les terres carlistes de Provence orientale (sauf peut-être quelques castra sur leurs marges) sont désormais aux mains du comte de Savoie. Nous pouvons sans doute imiter les contemporains et être surtout sensible au "sort" de Nice. En tout cas, il n'y a pas lieu de succomber à un juridisme excessif en faisant coïncider la fin de cette guerre avec l'expiration du délai de trois ans laissés à Ladislas pour "racheter” ses terres. De facto, il n'y a plus de carlistes en Provence dès l'automne 1388 ; de facto encore, les ultimes affrontements entre anti-carlistes (désormais confondus avec les seuls "angevins") et carlistes sont remplacés dès ce moment par une confrontation entre la seconde Maison d'Anjou et la Maison de Savoie. L'on sait que cette dernière finit par l'emporter, puisque, par le traité du 5 octobre 1419, la reine Yolande, veuve de Louis II et tutrice de son fils Louis III, acceptait de céder à Amédée VIII, fils et héritier d'Amédée VII, ses droits sur les terres de Provence orientale que détenait le tout récent (1416) duc de Savoie, en échange de l'extinction de la dette jadis contractée par Louis Ier d'Anjou envers Amédée VI. Cette amputation de la Provence ainsi consacrée allait se révéler la plus durable des conséquences de la Guerre de l'Union d'Aix...

142Je ne prétendrai pas, au terme de cette étude, avoir fait toute la lumière sur la Guerre de l'Union d'Aix. Il est en effet des points que je n'ai fait qu’effleurer ou mentionner incidemment, telles ses conséquences économiques et démographiques. Il en est d'autres que j'ai abordés plus franchement, mais pour lesquels j'ai signalé qu'il convenait de creuser encore, qu’il s'agisse des événements et de leur chronologie, ou bien encore de l'interaction entre le Schisme et la guerre "dynastique". J’espère seulement avoir montré que ce conflit a été plus complexe qu'une simple opposition Anjou/Duras, à laquelle on le réduisait jusqu'ici et, surtout, lui avoir donné sa dimension "pan-provençale” qu'occultait jusqu'à présent une bibliographie avantageant, si je puis dire, la Provence occidentale.

Bibliographie

SOURCES ET OUVRAGES PRINCIPAUX

Sources manuscrites ou imprimées

Outre diverses sources secondaires qui seront citées dans les notes, on peut recenser trois grandes sources permettant d'écrire l’histoire de la guerre de l'Union d'Aix :

- Le journal tenu par Jean Le Fèvre, chancelier de Louis Ier, puis Louis II d'Anjou, qui a été publié au siècle dernier par Henri Moranvillé (Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis I et Louis II d'Anjou, Paris, 1887). Je le citerai JLF.

- Les lettres envoyées de Provence par les associés et facteurs du marchand de Prato, Francesco Datini, aujourd'hui conservées à l'Archivio di Stato de cette ville.

Celles expédiées d'Avignon ont été partiellement publiées, en traduction française par Robert Brun : "Annales avignonnaises de 1382 à 1410 extraites des archives de Datini", in Mémoires de l'Institut historique de Provence.

Les lettres couvrant les années de la Guerre de l'Union d'Aix se trouvent dans le tome XII (1935), pp. 17-110. Je renverrai à Brun, Annales.

J'ai moi-même dépouillé les lettres expédiées de Nice, pour lesquelles je renverrai à A.S. Prato suivi de la cote.

- l'ensemble des archives municipales des principales villes provençales, avec au premier rang celles de Marseille (mais Aix n’en a pas pour la période de la guerre : cf. l'ouvrage de Noël Coulet cité ci-dessous, vol. II, pp. 633-634, note 119). J'ai dépouillé pour ma part celles de Nice et j’ai connu certaines autres à travers les ouvrages et indications énumérés ci-après.

Ouvrages et articles imprimés

Le premier récit moderne de la Guerre de l'Union d'Aix se trouve, quoique bref, dans le livre de Valois (N.), La France et le Grand Schisme d'Occident, Paris, 1896, tome II : l’auteur avait exploité entre autres le journal de Jean Le Fèvre et les archives de Marseille. Le tome I permet d'apprécier le contrecoup des débuts du Schisme dans les Etats angevins et notamment en Provence. Je citerai Valois, suivi de l'indication du tome.

Le récit classique est celui rédigé par Victor-Louis Bourilly dans : Bourilly (V.-L.) et Busquet (R.), "La Provence au Moyen-Age. Histoire politique-L'Eglise-Les institutions (1112-1481)", in Les Bouches-du-Rhône, encyclopédie départementale, tome II, Marseille, 1924. Je le citerai Bourilly.

Ce récit a été repris sous forme abrégée dans : Busquet (R.), Histoire de Provence, Monaco, 1954.

Enfin, Emile-G. Léonard a traité de la Guerre de l'Union d'Aix dans Les Angevins de Naples, Paris, 1954. Ce dernier ouvrage ainsi que celui de Bourilly et Busquet ont fourni les éléments nécessaires à la rédaction de la première partie (Les origines de la Guerre de l'Union d'Aix).

J'ai consulté un certain nombre de monographies urbaines, s'étendant parfois à la région alentour. Celles antérieures à 1924 ont normalement été utilisées par V.-L. Bourilly. J'en énumère cependant certaines ci-après, avec de plus récentes, en leur joignant deux publications d’archives. Ainsi, sauf nécessité d'un renvoi précis (quand un auteur traitant d'une ville X parle également d'une ville Y), il suffira de se reporter du texte à la liste qui suit.

Aix : Coulet (N.), Aix-en-Provence. Espace et relations d'une capitale (milieu XIVe s.-milieu XVe s.), 2 vol., Aix, 1988, pp. 67-86 (plus spécialement 73-86 pour la Guerre de l'Union d'Aix).

Arles : Stouff (L.), Arles à la fin du Moyen-Age, 2 vol., Aix, 1986, pp. 102-105.

A noter que ces deux villes ont fait l'objet d'une communication, par les mêmes auteurs, au cours de ce colloque.

Grasse : Gauthier-Ziegler (G.), Histoire de Grasse, depuis les origines du consulat jusqu'à la réunion de la Provence à la Couronne (1155-1482), Paris, 1935, pp. 23-25 et pièces justificatives XXXIX à XLII.

Manosque : Reynaud (F.), La commanderie de l'Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte à Manosque (XIIe siècle - 1789), Gap, 1981, pp. 90-91.

Riez : Féraud (J.-J.-M., abbé), Histoire de la ville de Riez (Basses-Alpes), Aix, 1885, pp. 114-115.

Salon : Brun (R.), "La ville de Salon au Moyen-Age. La vie économique-Le régime seigneurial-Le régime municipal", in Publications de la Société d'Etudes provençales, VI, Aix, 1924, pp. 120-123, et pièces justificatives XX et XXI.

Saint-Maximin : Rostan (L.), Cartulaire municipal de Saint-Maximin, suivi de documents puisés dans les archives de cette ville, Paris, 1862.

Saint-Rémy : Leroy (E., Dr), Les archives communales de Saint-Rémy de Provence des origines au XVIe siècle, Saint-Rémy, 1949-1953, pp. 282-287 (publiées en 1950).

Seyne : Allibert (C., abbé), Histoire de Seyne, de son bailliage et de sa viguerie, 2 tomes, Barcelonnette, 1904, t. I, chap. V, pp. 151-165, et t. II, pièces justificatives correspondantes.

Sisteron : Laplane (E. de), Histoire de Sisteron tirée de ses archives..., t. I, Digne, 1843, pp. 175-186.

Tarascon : Hébert (M.), Tarascon au XIVe siècle, Aix, 1979, pp. 212-217.

Toulon : Lambert (G.), Histoire de Toulon, t. II, Toulon, 1887, pp. 93-114.

Ribbe (C. de), La société provençale à la fin du Moyen Age..., Paris, 1898, pp. 32-35.

Vence : Tisserand (E., abbé), Histoire de Vence, cité, évêché, baronnie, de son canton et de l'ancienne viguerie de Saint-Paul du Var, Paris, 1860, pp. 60-63.

Pour ce qui est de Nice, je me suis naturellement fondé sur mes propres recherches. Celles-ci intègrent l’apport d'auteurs antérieurs, tels l’abbé Pierre Gioffredo, l'abbé Tisserand (pour son Histoire civile et religieuse de la cité de Nice et du département des Alpes-Maritimes) et Georges Doublet (pour son article "Nice en guerre en 1383 pour Charles III contre Louis Ier", in Mémoires de l'Institut historique de Provence, t. X, 1933, pp. 214-229).

Pour les villes et villages de la région de l'étang de Berre, Yves Grava a bien voulu me communiquer le résultat de ses recherches. Je l'en remercie vivement, de même que Michel Hébert, qui m'a fait profiter de sa connaissance des archives des villes de Haute-Provence, me renseignant ainsi sur Forcalquier et Manosque.

Enfin, pour les petits castra des actuelles Bouches-du-Rhône, j’ai consulté les monographies contenues dans le tome XV de Les Bouches-du-Rhône, encyclopédie départementale, intitulé précisément Monographies communales (publié sous la dir. de Bergounhoux (E.) et Masson (P.), Paris-Marseille, 1933).

Annexes

SYMBOLES COMMUNS AUX CARTES II, III, IV et V

Carte no I. LES CIRCONSCRIPTIONS ADMINISTRATIVES PROVENCALES au début des années 1380

Carte no II. LA SITUATION INITIALE (mars 1383) ET SON EVOLUTION JUSQU’A LA IN 1384

Carte n+° II bis. LES TERRITOIRES CONCTROLES AU DEBU DU CONFLIT PAR LES TROIS PARTIS EN PRESENCE

Carte no III EVOLUTION DE LA SITUATION AU COURS DE L’ANNEE 1385

Carte no IV. EVOLUTION DE LA SITUATION DE janvier 1386 A juin 1387

Carte no V. LE DENOUEMENT DU CONFLIT (juillet 1387 – septembre 1388, avec le point des progrès du comte de Savoie en novembre 1388)

Notes

1 Pour les années 1343-1362, l'ouvrage fondamental reste celui de Léonard (E.-G.), Histoire de Jeanne 1ère, reine de Naples et comtesse de Provence (1343-1382), tomes I et II : La jeunesse de la reine Jeanne, Monaco-Paris, 1932 ; tome III : Le règne de Louis de Tarente, Monaco-Paris, 1936. En particulier, pour les événements qui ont secoué la Provence dans les années 1350, le tome III, pp. 134-153 et 277-335. Plus récemment, tout en donnant un récit des événements fusionnant Bourilly et Léonard, Noël Coulet a montré qu'il fallait réapprécier les rôles respectifs des Baux d'Avellino et d’Arnaud de Cervole dans les années 1357-1359, en se détachant d’une historiographie faisant la part trop belle aux routiers et en revenant au jugement des contemporains eux-mêmes (op. cit., pp. 67-73).

2 Urbain VI aurait prévu de disposer du royaume de Sicile en faveur de Louis de Hongrie et d’envoyer la reine Jeanne finir ses jours dans un couvent (Valois, t. I, p. 78).

3 Pour ce qui est de l’arrivée du pape à Nice, Valois se contentait de dire qu’il y était parvenu au plus tard le 1er juin 1379 (t. I, p. 175, n. 4). Cette date peut être avancée de deux jours, car l’abbé Pierre Gioffredo a publié une lettre de Clément VII adressée au comte de Savoie Amédée VI et écrite à Nice le 30 mai (Corografia e storia delle Alpi Marittime [désormais citée Storia], Turin, 1839, édition en 7 vol. in-8°, III, p. 373).

4 Valois signale le bon accueil fait au pape par Marseille et Aix (Ibid., p. 176). Il dut en aller de même à Nice, où il séjourna au moins du 30 mai au 1er juin. Tarascon envoya une ambassade s'incliner devant lui (Hébert, p. 214).

5 Cas de Boniface du Puy : Valois, t. I, p. 120 et note 2. Les documents cités par Valois (qui appelle notre évêque Boniface de Puts) sont postérieurs à 1383.Cas de Bertrand d’Esparron : ibid., t. II, p. 96 et notes 3 à 5. Son cas est antérieur au début de la guerre (1382 au plus tard). Valois cite encore le cas de l’évêque d’Apt, Raimond [Savini] (t. II, p. 96) et, sans parler formellement d'urbanisme, celui de Geoffroi Boutin, clerc du diocèse d'Aix, curé de Lambesc, qui trempa dans un complot destiné à livrer ce castrum à l'Union d'Aix (t. II, p. 97 et note 2). Nous aurons également à parler du cas du successeur d’Artaud de Mélan a l'evêche de Grasse, Thomas de Puppio ou de Jarente, lui aussi suspect de duracisme, sinon d'urbanisme.

6 Valois, t. II, p. 361, note 1. Simone Brossano mourut à Nice le 26 août 1381 (Ibid., note 2). Valois citait six copies du testament de ce cardinal ; une septième est conservée dans le fonds du chapitre cathédral de Nice : A.D.A.M. 2G 125, pièce 7.

7 Valois, (t. II, pp. 11-12) parlait de "dix ou quatorze galères". Il faut sans doute retenir le premier de ces chiffres comme maximum ; Histoire du commerce de Marseille, t. II, 1951, p. 42 et note 2 [passage dû à Baratier (E.)] ; Léonard (E.-G.), Les Angevins de Naples cit., p. 466 sq.

8 Pour obtenir ce nombre minimum de combattants potentiels, j'ai décompté 10 galères portant chacune en moyenne 120 hommes d'équipage, dont 30 arbalétriers, d’après Favier (J.), "Les galées de Louis d’Anjou", in Dubois (H.), Hocquet (J.-C.), Vauchez (A.), éd., Horizons marins. Itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles), vol. Il : Marins, navires et affaires, Paris, 1987, Publications de la Sorbonne-Histoire ancienne et médiévale-21, pp. 137-146, aux pp. 138-140. Néanmoins, il existait alors, parmi les galères "courantes" dans les ports provençaux, des bâtiments pouvant porter jusqu'à 210 hommes : cf. par exemple Barnel (C.), "Une tradition marseillaise : les nolis pour l'Angevin...", in Bonnot (I., dir.), Marseille et ses rois de Naples. La diagonale angevine (1265-1382), [Marseille-]Aix, 1988, pp. 99-109, à la p. 102.

9 A.D.A.M., série Ni, Fonds Città e Contado di Nizza, mazzo 40, Massoins, pièce 1 (cf. Gioffredo, Storia, III, pp.389-390).

10 Ces instructions, en date du 18 juillet 1381, ont été publiées par Jean Denizet dans Les Etats de Provence depuis les origines jusqu'à la réunion de la Provence à la France, Thèse de l'Ecole des chartes, 1920, p.j. IV, pp. 215-221. J'ai consulté cette thèse, restée manuscrite, sur microfilm (A.D.B.D.R, 1 Mi 50).

11 Valois, t. II, p. 10, note 3 et p. 11, note 5.

12 Valois (t. II, pp. 10-11) parle de "l'apparente torpeur" de Clément VII et souligne l'absence de mesures actives pendant le mois de juillet.

13 On envisagea peut-être dans un premier temps l'envoi de six galères : celles pour lesquelles avaient été confectionnées dès le 10 août six bannières aux armes de Clément VII (Valois, t. II, p. 11 et note 3). Comme l’a fait remarquer Favier (J.), Les finances pontificales à l'époque du Grand Schisme d'Occident (1378-1409), Paris, 1966, Bibliothèque des Ecoles françaises d'Athènes et de Rome, fasc. 211, p. 614 et note 3, ce fait ne prouve pas que l'expédition devait être financée par le pape, car des frais d'armement de galères n'apparaissent pas ultérieurement dans les comptes. Néanmoins, Clément VII aida à trouver le financement nécessaire en mettant en gage ses joyaux pour 25000 florins (Marseille et ses rois de Naples, loc. cit, p. 149, doc. no 80). Mais le remboursement des prêts obtenus devait sans doute incomber aux villes et aux Etats de Provence, comme le laissent supposer les détails sur les armements de galères cités par Baratier (E.), Histoire du commerce de Marseille, t. II, p. 42, note 2). Le temps de rassembler l'argent nécessaire, d'accroître la force de l'expédition, et les galères n'avaient pas encore quitté Marseille à la fin août (ibid.). La flotte provençale fit ses derniers préparatifs à Nice.

14 Valois, t. II, pp. 17 et 18, note 1. Ce bruit fut répandu par des "fils d'iniquité" : provençaux se souvenant de la première tentative de Louis d'Anjou en 1368 (voir ci-après) et alarmés par ses préparatifs ? Ou bien propagande déjà "duraciste" ? Il est difficile de décider.

15 Cette réunion des Etats est datée d'octobre par Denizet (J.) (op. cit., p. 42), d'après les délibérations du Conseil de Marseille. Cete date est corroborée par un passage des comptes du trésorier de Provence cité par Valois, t. II, p. 34, note 2. Bourilly parle d'Etats tenus en novembre 1381 (p. 114), mais ce qu'il indique des décisions prises correspond exactement à ce que nous rapporte J. Denizet : il a donc en vue la même session que ce dernier. L'intervention du comte de Savoie n'est notée que par Valois (loc. cit.).

16 La lettre de Louis d'Anduze et la réponse des Niçois sont conservées aux A.D.A.M., série Ni, Fonds Paesi per A e B, mazzo 4, no 2. Elles ont été éditées par Gioffredo (Storia, III, pp. 380-382), qui les a datées à tort de 1380.

17 Il faut noter que les Niçois déclarent ne pas avoir été au courant de l'affaire avant que Louis d'Anduze la leur ait révélée. La chose aurait donc pu rester inconnue de la plupart des Provençaux, si les trois seigneurs mis en cause n'avaient pas tenu à lui assurer une large publicité.

18 Zarb (M.), Histoire d'une autonomie communale. Les privilèges de la ville de Marseille du Xe siècle à la Révolution, Paris, 1961, p. 244 sq.

19 Ibid., p. 246 et note 51.

20 Convention du 3 mai 1391 entre Marseille et Arles : Isnard (E.), La ville de Marseille. Inventaire sommaire chronologique des chartes, lettres-patentes, lettres missives et titres divers antérieurs à 1500, Marseille, 1939, p. 112, no 619.

21 Voir note 14.

22 Bourilly, pp. 108-111 ; Hébert, pp. 212-213.

23 Valois, t. II, pp. 17-18.

24 Se trouvant encore à Paris, Louis d'Anjou avait, le 10 février 1382, confirmé aux Agout les nombreuses donations jadis faites à Raimond Ier par la reine Jeanne et Louis de Tarente (Valois, t. II, p. 22, note 3).

25 JLF, p. 22 (les députés de Marseille se présentèrent devant Louis d'Anjou le vendredi 28 février au matin, ceux d'Arles le soir du même jour).

26 JLF, p. 25. Pour plus de détails, voir Coulet, t. I, pp. 74-75 et leurs notes.

27 JLF, p. 25 : "[...] et sunt à tres grand descord les Prouvenceaulx l'un contre l'autre, et fait on entendant à monseigneur que ce est son bien. Mal le croi" (commentaire de J. Le Fèvre le 14 mars).

28 Lettres du duc d’Anjou à Pierre Girard et de Georges de Marie à Aimery de Maignac, évêque de Paris, Jean de Murol, évêque de Genève, Louis de Mont joie, maréchal du pape, et Pierre Girard : ces deux lettres sont conservées dans les papiers du cardinal Girard (A.D.B.D.R., sous-série 13J). Valois t. II, pp. 439-446. Des copies de ces deux lettres et de l'inventaire des papiers du cardinal Girard m'ont été obligeamment communiquées par mon confrère Marc du Pouget, qui prépare l'édition de l'ensemble : je l'en remercie vivement.

29 Je mets à profit cette citation de Georges de Marie pour indiquer que le mot "ligue" est le terme français correspondant à l'époque au latin "unio". L'appellation "Union d'Aix" (ou, si l'on veut, "Ligue d'Aix"), qui est devenue la plus courante, a été employée à l'époque : on la trouve, sous sa forme latine, qui et que fuerunt et sunt de unione Aquensi, dans les articles de paix conclus à la fin de 1387 entre Marie de Blois et l'Union : Rostan, p. 107 (cf. aussi p. 109).

30 JLF, p.26.

31 JLF, p. 27 : les prélats étaient l'archevêque d'Arles [Pierre de Cros], celui d'Aix (restitution très probable d'une lacune du manuscrit) [Jean d'Agout] et l'évêque de Grasse [Artaud de Mélan], auxquels il faut adjoindre le commandeur de Manosque [Jean de Savine, J. Sevin dans JLF, p. 37]. Les nobles étaient : [Raimond de Baux] prince d'Orange ; [Elzéar], sire d'Oraison ; le sire de Figanière [un Amiel d'Agout différent de celui qui suit, d'après JLF, p. 28] ; [Blacas de Pontevès], sire de Châteaurenard ; "Otte de Vilars" ; Amiel d'Agout [seigneur de Claret] ; le sire de Noyers ; le sire du Val d’Oule.

32 JLF, p. 28 : il y a à cette date de nouvelles lettres pour les archevêques d'Arles et d'Aix, pour Foulque II d'Agout, son frère Raimond, sire de Sault, Raimond de Baux, prince d'Orange, et Amiel d'Agout, "signeur de la Figanière". Les "nouveaux" sont : Pierre "Momme", sire de Velaux ; Bérenger Gantelme, sire de Graveson ; Guigue ("Guion") Flot(t)e ; Jean Fabre, "chastelain de Bargot" [castellan de Barjols ?] ; Bertrand d'Agout, sire de "Cabrières" [Cabriès] ; Jean "Severain, seigneur d’Ausur" ; Louis Ruffi (cf. Allibert, t. II, pp. 94-95, p.j. XXXV ; la lettre est du 25 mars) ; Guigonet Jarente.

33 Il devait s'armer à Marseille quinze galères : Valois, t. II, p. 22 et note 5, et lettre de Georges de Marie du 8 avril déjà citée.

34 Délibération du conseil de Tarascon du 18 mars 1382.

35 Isnard (E.), op. cit., p. 96, no 525.

36 D'après la lettre de Georges de Marie à Pierre Girard du 24 avril (voir ci-dessous, note 42).

37 JLF, p. 29-30.

38 Sur ces Etats d'Apt, cf. JLFF, p. 30-32.

39 Louis d'Anjou avait accordé à François de Baux une rente perpétuelle de 1500 livres tournois (JLF, pp. 27-28). Le 8 avril, Georges de Marie notait avec satisfaction le ralliement de François de Baux et de Louis d'Anduze : celui-ci n'était donc pas dépourvu d'arrière-pensées.

40 JLF, p. 32-33.

41 Marseille s'était prononcée en fait dès le 13 avril, en Avignon, en présence du pape (JLF, p. 30 et Isnard (E.), op. cit., p. 97, no 528). Apt se déclara le jeudi 17 avril (JLF, p. 31). La "chastelenie de Pugnet" qui se déclara aussi pour Louis d'Anjou le même jour qu'Apt est peut-être le Puget-sur-Durance [viguerie d'Apt ; aujourd'hui Vaucluse, arr. Apt, cant. Cadenet].

42 Dans sa lettre du 23 avril à Jean de Murol et Pierre Girard, Georges de Marie annonçait que toute la Provence se ralliait. Dans celle du 24 au seul Pierre Girard, il insiste sur la reconnaissance "unanime" par les Etats de Louis d'Anjou comme héritier de la reine Jeanne : "[...] la fu determiné de commun assentement et declairié pour monsieur le duc de Calabre et d'Anjou [...] comment il le voloient et prouclamoient avoir et tenir dez maintenant pour fil et hiretier de madame la Royne [...] et apres son deces pour leur droit et veray seigneur lige et naturel...". C'était aller un peu vite en besogne, puisque la très grande majorité des communautés ne s'étaient pas formellement engagées.

43 Le vicomte de Turenne [Raimond-Roger] avait prêté serment à Louis d'Anjou avant les Etats (JLF, p. 30). Après ceux-ci, outre l'hommage de Louis d'Anduze, on peut relever le serment de fidélité de "messire Jaque de Seve" [Jacques de Ceva], le 22 avril et des lettres de confirmation d'office et de privilèges pour Charles Alba, castellan de Tarascon, et Talon Talon, castellan de Forcalquier (JLF, pp. 33 et 34 ; pour Ch. Alba, cf. Valois, t. II, p. 22, note 3). Jean Le Fèvre scelle ensuite plusieurs lettres le 27 avril (pour onze seigneurs, dont François de Baux et le sire de Ceyreste), les 11 et 26 mai (JLF, pp. 34, 35-36 et 38-39), sans compter des lettres isolées, telle celle scellée le 4 mai pour "Francisquin de Bouleires, Prouvençal, escuier, sire de la Rocheparvière" [Franceschino Bolleri, seigneur de Roccasparviera dans le Val de Stura] (JLF, p. 35). Parmi les familles qui se rallièrent en nombre, on peut noter les divers rameaux des Barras.

44 JLF, p. 34.

45 Bourilly, p. 116 ; Isnard (E.), op. cit., p. 98, no 535 (lettre du 7 juin 1382 des syndics et du juge d'Hyères.

46 Valois, t. II, p. 37, note 5 (cf. Isnard (E.), op. cit., p. 98, no 536) et p. 38, fin de la note 6 de la p. 37 ; Bourilly, p. 115. Cf. JLF, pp. 43-44.

47 Louis d'Anjou froissa ses partisans en prenant, le 30 mai 1382, dans des lettres en faveur de son frère le duc de Berry, le titre de roi de Sicile, alors que la succession de Jeanne n'était pas officiellement ouverte. Il y renonça dès le lendemain, se contentant de s'intituler duc de Calabre (Valois, t. II, p. 37 notes 2 et 3 ; cf. JLF, p.41).

48 JLF, p. 45.

49 Les précisions sur les Etats de l'Union de mai (-juin) et d'août 1382 et sur les événements jusqu'en septembre sont tirés de Hébert, pp. 215-216 et Coulet, t. I, p. 84. Les Etats de mai durent se réunir après le 21 de ce mois.

50 Isnard (E.), op. cit., p. 99, no 539 : lettre des syndics d'Aix du 17 juin 1382, avisant ceux de Marseille qu'ils ont appris que certains Marseillais auraient arrêté des ambassadeurs d'Aix envoyés auprès de la reine, mais qu'ils considèrent cette nouvelle comme fausse, etc.

51 Ou, plus brièvement, de rector Provincie.

52 Il ne faut pas le confondre avec son frère, Blacas de Pontevès, seigneur de Châteaurenard, lieutenant de Foulque II d'Agout par lettres du 9 septembre 1379, qui convoqua les Etats d'Aix d'octobre 1381 : cf. Cortez (F.), Les Grands Officiers royaux de Provence au Moyen-Age", in Publications de la Société d'Etudes Provençales, V, Aix, 1921, p. 121, no 27 (et ci-dessus, note 31).

53 Valois, t. II, p. 95, note 3, repris par Coulet (N.), t. II, p. 636, note 146. Pour la lettre des Aixois, cf. aussi Isnard (E.), op. cit., p. 100, no 546.

54 Les lettres de commission de Spinola ont été publiées par Gioffredo, Storia, III, pp. 404-407.

55 Au plus tard, Balthazar Spinola serait arrivé en février, avant le 15, comme il ressort des actions de course maritime que je rapporte ci-après. La nouvelle de sa venue en Provence était parvenue à la connaissance du roi de France le 21 février au plus tard, comme en témoigne sa lettre de ce jour aux Marseillais (qui ne leur parviendra en fait que le 18 mai) : Valois, t. II, p. 97 et note 3 ; cf. Isnard (E.), op. cit., p. 100, no 547.

56 Cortez (F.), op. cit., note 52, p. 84 (d'après A.D.B.D.R., B190, fol. 3 v°).

57 Puisque, le 17 de ce mois, avant d'envoyer un messager à Marseille, le juge-mage et les maîtres-rationaux s'assurent qu'ils peuvent le faire sans danger (Coulet, t. I, p. 76).

58 Brun, Annales, pp. 33-34 (lettre du 19 janvier 1383). Voir aussi la note 64.

59 Brun, Annales, p. 96 (lettre datée par erreur du 9 mars 1387).

60 A.S. Prato, busta 534 (lettre de Paolino et Bonacorso Bocci).

61 Ce fait nous est révélé par le compte du clavaire municipal de Nice pour le second semestre 1383 (A.M. Nice, CC 593, ancien CC 111) 205 à 207.

62 Gioffredo, Storia, III, p. 416 : Villefranche dès le 9 avril ("Arch. Villaefran."), Nice le 25.

63 A.S. Prato, busta 534, lettres des Bocci des 20 février, 11 et 26 mars, 11 et 23 avril (et aussi 1er juin et 7 septembre).

64 On peut citer à l'appui l'exemple de Draguignan : le 17 février 1383, le conseil de cette ville, [c]um domina nostra domina]ohanna, olim regina, sit mortua, ut assertum fuit Aquis et cum juramento in consilio Unionis [la réunion du 8 février : cf. note 58] per duos ambaxiatores, décide que Charles de Duras sera reconnu comme seigneur par les Dracénois dummodo ipsa domina nostra regina, ut praetangitur, sit mortua (A.M. Draguignan, BB 4, fol. 260, in Leonard, La captivité et la mort de Jeanne 1ère in Ecole Française de Rome, Mélange d’Archéologie et d'Histoire, 1924, pp. 43-77, p. 76, note 1).

65 Le 29 avril 1383, à Lucéram, par devant le viguier et le juge, post missam ibidem celebratam et preconizatam pro reverentia et anima [...] regine Johanne, Jean Lombardi, prieur de l'Escarène, ratifie et renouvelle la reconnaissance de Charles III comme roi, faite le 26 de ce mois, au cours du consilium generale de la viguerie par Antoine de Castello, notaire de Lucéram, en son nom et au nom des hommes de l'Escarène, Breil et Saorge, qu'il représentait également : Eugène Cais de Pierlas et Gustave Saige, Chartrier de l'abbaye de Saint-Pons hors les murs de Nice..., Monaco, 1903 (désormais cité C.S.P.), pp. 308-309, ch. no CCLI.

66 La suite des événements démontra qu'il y avait des carlistes plus tièdes (ceux qui se rallièrent au parti angevin dès 1386).

67 Coulet, t. II, p. 635, note 142.

68 Voir JLF, pp. 248, 252, 261, 264 et 274.

69 Cf Gauthier-Ziegler (G.), pp. 300-303, p.j. XLI (lettres patentes de Foulque II d'Agout du 18 mars 1384 (et non pas 1385)) et pp. 299-300, p.j. XL (lettre du même autorisant les Grassois à doubler le nombre de leurs conseillers pendant la durée de la guerre, du 16 octobre 1384). Dans ces deux actes, Foulque II d'Agout insiste sur la qualité de "fidèles de la reine" des Grassois.

70 Dans les deux actes cités note précédente, Foulque d'Agout emploie une titulature neutre (comitatuum Provincie et F or calquer ii senescallus) qui est traditionnelle. En revanche, le rédacteur des actes, le juge-mage Raimond-Bernard Flamenc, est dit magne reginalis Curie magist[er] rational[is], alors que, l'année suivante, il sera question de la magne regie Curie (cf. Allibert, t. II, p.j. XXIII, p. 77, et p.j. XXV, p. 83).

71 Voir note 65, et Gioffredo, Storia cit., III, p. 416.

72 Michel Hébert (p. 216) indiquait entre mars et novembre 1383. Il semble bien que Tarascon n'ait pas bougé en mars, puisque, dans une lettre du 25 de ce mois, le facteur de Datini en Avignon signalait que "les chemins de Provence sont, pour ainsi dire, tous coupés, sauf que d'ici à Arles on va en sûreté" (Brun, Annales, p. 35).

73 Gioffredo, Storia cit., III, pp. 431-432.

74 Gioffredo, Storia cit., III, p. 431.

75 La carte no I présente les limites des circonscriptions administratives provençales au début des années 1380, reprises de façon muette sur les autres cartes.

76 J'ai suivi Jean Denizet (op. cit. à la note 20), qui écartait des participants aux Etats les évêques d'Avignon et de Gap. Peut-être faudrait-il cependant tenir compte de l'évêque d'Avignon, qui assiste aux Etats immédiatement après la guerre de l'Union (cf. Leroy, pp. 298-301, no 185, p. 299). Une autre question à résoudre est celle d’une éventuelle participation de l'évêque de Vintimille, dont une notable partie de l'évêché est terre provençale (jusqu'en 1388). D'ailleurs l'enquête de Véran Esclapon, en 1379, le fait figurer parmi les suffragants de l'archevêque d'Embrun pro comitatu Vintimilii de destrictu Provincie (AD.B.D.R., B 7, fol. 7 v°).

77 Voir sur cette affaire : Hildesheimer (E.), "Le vicariat apostolique d'Antibes du XIVe au XVIIIe siècle", in Provence Historique, t. XXIV, 1974, pp. 316-342 aux pp. 317-320. La saisie d'Antibes est antérieure au 26 mai 1384.

78 Valois, t. II, p. 96 note 5.

79 Tisserand, Histoire de Vence cit., p. 60 ; Hildesheimer (F., dir.), Les diocèses de Nice et Monaco, Paris, 1984, p. 65.

80 Par exemple, c'est au début de 1385 que Tarascon rompit son allégeance envers Clément VII. Ce n'est pas avant 1386 que l’on trouve mention d'un évêque urbaniste de Nice (Damien Zavaglia), ce qui semble indiquer que la ville n'a rompu avec Clément VII qu'en 1385 au plus tôt. Pour d'autres villes, à défaut d'une rupture totale avec le pape d'Avignon, l'année 1385 paraît marquée au moins par un durcissement de l'opposition aux évêques proangevins. C'est le cas de Toulon et d'Hyères, où, le 26 juillet, Clément VII doit nommer un administrateur apostolique à raison des empêchements créés à l'évêque Jean d’Estienne : chanoine Joseph-Hyacinthe Albanès, Gallia christiana novissima, t. V : Toulon, complété et annoté par le chanoine Ulysse Chevalier (Valence, 1911), col. 269-270, no 533. Faut-il voir dans les cas de rupture la conséquence des exhortations à reconnaître Urbain VI que Marguerite de Duras, vicaire de son époux Charles III, adressa aux villes provençales, ainsi qu'aux prélats et aux nobles, les 20 et 22 juillet 1384 ? ; Minieri-Riccio (C.), Saggio di codice diplomatico formato sulle antiche scritture dell'Archivio di Stato di Napoli, vol. II°, parte 1a, Naples, 1879, pp. 29-31, no XXX). Si tel était le cas, leur effet n'aurait pas été immédiat.

81 Coulet (N.), t. I, p. 85, et notes correspondantes (t. II, pp. 644-645).

82 A.M. Nice, CC 593, lignes 12-15 et 55-56 : après citation, Honorat de Berre acquitte, par l'entremise d'Antoine Blasi, diverses impositions, dont certaines remontaient à 1377. Cela me paraît bien indiquer qu’il était alors en accord avec sa ville. Il est néanmoins fort probable qu’Honorat de Berre revint par la suite au parti angevin et lui demeura fidèle jusqu'à son décès, survenu avant le 4 novembre 1386, puisque les lettres de commission délivrées à cette date à son successeur, Antoine Boutaric, ne le qualifient pas de rebelle ; cf. Cortez (F.), Les Grands Officiers cit., pp. 241-243, no 47, p. 243.

83 Voir ci-dessus note 43 et JLF, p. 36.

84 Cortez (F.), op. cit., pp. 247-249, no 52.

85 Cais de Pierlas (E.), La ville de Nice pendant le premier siècle de la domination des princes de Savoie, Turin, 1898, pp. 12-15.

86 En fait, Rainier II Grimaldi n'était plus réellement seigneur de Castillon, qu'il avait engagé à Pierre Grimaldi (de Nice) en 1376 pour un emprunt de 771 florins. Ce dernier avait cédé le castrum à Sospel en 1378. Mais Rainier II revendique encore cette qualité dans un hommage à Louis II d’Anjou.

87 Jacques de Revest était le fils et le frère des deux maîtres-rationaux d'origine niçoise dénommés Jean de Revest. Il avait hérité de son père et de son frère des biens à Ansouis, Cucuron et Sannes, en Provence occidentale.

88 En fait, tant parmi les Chabaud que parmi les Riquier, il y eut au moins une personne pour rejoindre le camp pro-angevin : Pierre, seigneur d’Aspremont, chez les Chabaud ; Hugues, coseigneur de Levens, chez les Riquier. Mais cela ne se produisit qu'en 1385 (ou 1384 au plus tôt).

89 Les seigneurs de Tende et la Brigue ne se déclarèrent pas avant le mois de novembre 1383 (A.M. Nice, CC 593, lignes 201-203). Louis Lascaris, seigneur de la Brigue, fit hommage à Charles III devant Balthazar Spinola, à Aix, le 26 février 1384. En revanche, le comte de Tende ne semble pas s'être franchement déclaré dans un sens ou dans l'autre, mais l'hostilité exprimée par les Niçois à son encontre en 1388 semble indiquer qu'il favorisa plutôt le parti angevin.

90 Voir ci-dessus, note 52.

91 La liste des témoins de ce mariage qui avait eu lieu le 2 novembre 1381 confirme l'appartenance des Grimaldi de Beuil à la grande noblesse provençale (Gioffredo, Storia cit., III, p. 395).

92 Manosque serait même à ranger dans les localités ralliées à Louis d’Anjou.

93 A.D.B.D.R., B 7, fol. 4 r°.

94 En raison de sa position géographique, je n'ai pas fait figurer sur les cartes Réauville (auj. Drôme, arr. Nyons, cant. Grignan) et sa bailie. Sa position géographique même laisse supposer que Réauville a été au moins fidèle à la reine Jeanne, sinon ralliée à Louis d'Anjou comme la proche seigneurie du Val d'Oule.

95 Si l'enquête de Véran Esclapon omet de citer la bailie de Castellane, c'est sans doute parce que quelques années plus tôt, en 1370, la reine Jeanne avait donné à Bermond de la Voulte tous les droits et revenus de la Cour royale à Castellane, dans son territoire et sa bailie ; A.D.B.D.R., B 5, fol. 64, cité par Bry (M-J.), Les vigueries en Provence, aperçu de leur histoire jusqu'à la fin du XVIe siècle, Paris, 1910, p. 90. Une raison du même ordre a pu jouer pour la bailie de Demonte et du Val de Stura (ou plus simplement du Val de Stura), à moins qu'il ne faille comprendre qu'elle était alors intégrée à la bailie de Barcelonnette et Seyne. J'ai choisi de la considérer comme autonome et fait figurer Demonte dans le tableau de répartition des chefs-lieux ; il est néanmoins possible que le siège de son administration ait alors été Vinai/Vinadio.

96 Il est possible que Seyne ait été franchement ralliée à Louis d'Anjou. Néanmoins, j'ai préféré par prudence la classer parmi les localités fidèles à Jeanne.

97 En fait, au tout début du conflit, Tarascon n'est pas encore carliste. Cf. note 72.

98 Il est possible que le siège de l'administration de la bailie ait déjà été transféré à Saint-Paul, comme cela apparaît être le cas en 1387.

99 J'ai classé Riez dans le camp carliste d'après ce qu'il m'a paru ressortir du JLF. L'abbé Féraud n'est sur ce point d’aucun secours.

100 Les études déjà réalisées permettent de connaître avec quelque certitude la position initiale d'une vingtaine de castra de la viguerie d'Aix. On dénombre 15 castra carlistes (Auriol, la Barben, Berre, Bouc, Châteauneuf-lès-Martigues, Collongue (aujourd'hui Simiane-C.), Fuveau, Gardanne, Lamanon, Lançon, Mallemort, Mimet, Les Pennes, Peyrolles, Saint-Cannat) pour 7 anti-carlistes (La Cadière, Ceyreste, l'Ile-Saint-Geniès, Lambesc, le Puy-Sainte-Réparade, Rians, Rousset).

101 La bailie de Brignoles comptait quelques castra anti-carlistes, tels Méounes et peut-être Signes (à propos duquel Ch. de Ribbe et G. Lambert sont en désaccord).

102 Il y avait au moins un castrum anti-carliste : Cuers, dont le seigneur était Isnard de Glandevès.

103 Si nous en jugeons par la situation existant en mai 1386, que nous font connaître les lettres-patentes accordées alors à Grasse par Marie de Blois (Gauthier-Ziegler (G.), op. cit., pp. 303-312, p.j. no XLII, p. 310, § 14), il pouvait y avoir dès 1383 comme localités anti-carlistes d'une part Roquebrune[-sur-Argens], d’autre part Fayence et d'autres castra limitrophes de la viguerie de Grasse (Tourrettes, Callian, Montauroux, Tournon, peut-être aussi Tanneron, Avaye, Mons, la Napoule).

104 Sont anti-carlistes quatre castra appartenant aux Marseille-Vintimille : Le Beausset, Evenos, Ollioules, Six-Fours, qui représentent une bonne moitié de la superficie de la bailie.

105 Et peut-être un certain nombre de castra autour de Riez.

106 Ainsi la bailie de Sigale (ou du Val d'Estéron) est-elle incluse dans l'aire commerciale de Nice plutôt que dans celle de Grasse.

107 Voir la communication de Hébert (M.), "Les assemblées d’Etats et l'Union d'Aix".

108 Coulet, t. I, p. 84.

109 Voir à nouveau la communication de M. Hébert. Pour ce qui est des assemblées locales, leur rôle apparaît clairement pour la viguerie du Comté de Vintimille et Val de Lantosque (ainsi que pour celle de Nice même, bien que la ville y ait manifestement un poids écrasant) dans le compte du clavaire municipal de Nice pour le second semestre 1383 déjà cité : voir Boyer (J-P.), "D'un espace administratif à un espace politique. Les assemblées de communautés du comté de Vintimille et du Val de Lantosque (circa 1347-1530)", in Actes du 110e congrès national des Sociétés savantes, Montpellier, 1985, t. III, pp. 81-101 (cf. aussi note 65).

110 Le ralliement de l'Ile-Saint-Geniès m'a paru ressortir clairement des trois faits suivants : soutien apporté par les hommes de l'Ile aux opérations terrestres des Marseillais du printemps 1383 ; présence d'une galiote de l'Ile dans l'expédition navale de 1384 (cf. ci-après) ; surtout, le fait que les hommes de l'Ile promirent obéissance à Marie de Blois et Louis II dès le 30 avril 1385, avant même les Etats d'Apt de la fin mai (JLF, pp. 104-105).

111 Histoire du commerce de Marseille, t. II, pp. 46-47.

112 En mars 1383, Balthazar Spinola avait pu aller par voie de terre de Nice à Aix (cf. note 80). Mais il était escorté et les anti-carlistes de la viguerie de Grasse n'étaient sans doute pas encore en mesure d'agir. En revanche, quelques mois plus tard, à la fin de juillet ou au début d'août, Vilhana, messager envoyé par terre de Nice à Fréjus, pour acheter du grain, se fit prendre (A.M. Nice, CC 593, ligne 69).

113 La gabelle de Nice avait pour ressort la ville elle-même, sa viguerie, la viguerie du Comté de Vintimille et Val de Lantosque, les terres des seigneurs de Tende et la Brigue, ainsi que le comté angevin de Piémont. La cession de ce dernier, consentie par Louis d'Anjou à Amédée VI de Savoie en février 1382, amputa ce ressort et dut sinon interrompre totalement, du moins rendre moins automatique le recours des Piémontais au "sel de Nice". Par contre, dès les débuts de la guerre, le sel nécessaire à la (majeure) partie carliste de la viguerie de Puget-Théniers, laquelle se fournissait jusqu'alors directement à Hyères, ne put plus parvenir à celle-ci que par Nice. Je ne sais si la gabelle de Puget-Théniers continua d'exister, ou bien si, comme avant les réformes de Charles Ier d'Anjou, cette région fut rattachée à la gabelle niçoise.

114 Piémont et Lombardie actuels. Les grains constituaient une partie du fret d'aller des marchands "lombards" venant acheter du sel à la gabelle de Nice.

115 Cf. Valois, t. II, pp. 34-35.

116 Recours aux grains de Ligurie : A.M. Nice, CC 593, lignes 93-94 (envoi de deux ambassadeurs au doge de Gênes pro habendo tractam grani de partibus Riparie). Recours aux grains de Sicile : A.S. Savone, Notaires, Regina Dagnano, 1383, pièce volante (acte du 16 juin 1383) et A.S. Prato, busta 534 (lettre d'Antoine Gati du 20 octobre 1383). Les intermédiaires sont des marchands ligures. La guerre terrestre qui y faisait rage et le blocus maritime angevin empêchaient de recourir aux ressources céréalières du Royaume.

117 Armement de la galère : A.M. Nice, CC 593, lignes 110-111 et 204-205 ; armement du lahut : ibid., lignes 96-98.

118 Favier (J.), Les finances pontificales cit., p. 617, note 8 ; Les galées cit., p. 138.

119 Brun, Annales, p. 41 ; H.C.M., t. II, pp. 47-48.

120 A.M. Nice, CC 593, lignes 72-73 et 142-144 : les Niçois envoyèrent des hommes pour renforcer la défense de Villefranche.

121 Ibid., lignes 222-223.

122 Brun, Annales, p. 44 (lettre de Nicolaio di Bonacorso du 24 octobre) ; A.S. Prato, busta 534 (lettre d'Antoine Gati du 7 novembre).

123 A.M. Nice, CC 593, lignes 170-176.

124 Ibid., lignes 137-138.

125 Ibid., ligne 176 : la galère avait embarqué quatre caisses de viretons qui quodam modo sunt consumpti.

126 Brun, Annales, p. 44 ; H.C.M., t. II, p. 48, note 3.

127 Brun, Annales, p. 47 (lettre de Nicolaio di Bonacorso du 30 novembre).

128 Brun, Annales, pp. 47-48 (même lettre) et 49 (lettre du même du 8 décembre). C'est sans doute au même combat que se rapporte un acte notarié mentionnant la destruction d'une galère identifiée sans ambiguïté comme niçoise : A.D.B.D.R., 351 E 53, fol. 146 r°.

129 Brun, Annales, p. 51.

130 Ibid., p. 35. Il faut en effet replacer en 1384 la lettre de Mateo di Lorenzo du 28 mars que R. Brun avait datée de 1383. La comparaison du contenu de cette lettre avec celle de Boninsegna di Matteo du 24 mars 1384 (ibid., pp. 53-54) ne laisse aucun doute sur cette nécessaire rectification.

131 Favier (J.), Les finances cit, pp. 619-6123 ; Les galées cit., pp. 139-145.

132 Compte tenu de la datation rectifiée de la lettre de Mateo di Lorenzo (cf. note 173), il n'y a plus de venue de Rainier II Grimaldi en Avignon en mars 1383. Ce n'est qu'en 1384 qu'il fut contacté pour commander l'expédition projetée (Brun, Annales, pp. 54, 35).

133 Brun, Annales, p. 51.

134 Présente à Marseille le 6 mai, l'escadre y est encore le 28. Le 6 juin au plus tard, elle est à Aigues-Mortes et le 14, elle se trouve "à l'île de Marseille" (Brun, Annales, pp. 56,58-59).

135 Dix à douze galères tant du Pape que de Marseille : Brun, Annales, pp. 55-56 (lettre du 6 avril).

136 A.S. Prato, busta 534 (lettre d'Antoine Gati du 4 juillet 1384).

137 Brun, Annales, p. 57 (repris dans H.CM., t. II, p. 105, note 3).

138 A une date antérieure au 6 juin, les galères de l’escadre destinée à Naples prirent devant Aigues-Mortes une grosse "galère de Maures" (Brun, Annales, p. 58). L'aller-retour entre Marseille et ce port effectué par l'escadre pourrait donc s'expliquer par une chasse donnée à des navires barbaresques.

139 Brun, Annales, p. 61 (résumé très laconiquement dans t. II, p. 48). Voir aussi Mollat (M.), "Quelques affaires françaises dans l'Archivio Datini", in Aspetti della vita economica medievale, Florence, 1985 (Atti di Convegno di Studi nel X Anniversario della morte di Federigo Melis, Firenze-Pisa-Prato, 10-14 marzo 1984), pp. 126-139, à la p. 131.

140 Brun, Annales, p. 62.

141 Favier (J.), Les finances pontificales cit., p. 624. La galère marseillaise était commandée par Pierre Huguet.

142 Brun, Annales, pp. 80-81.

143 JLF, p. 188.

144 Mollat (M.), art. cit., pp. 138-139.

145 JLF, p. 476.

146 Cf. ci-dessus notes 120 & 121.

147 A.M. Nice, EE 12 (1385, 16 août).

148 Cf. ci-dessus note 117. Voir aussi plus bas le récit des opérations terrestres.

149 En fait, à l'automne 1383, l'arrivée dans les eaux provençales de galères carlistes gêna même le commerce de Nice, les marchands neutres, mais aussi ceux favorables au roi Charles III se défiant d'elles (A.S. Prato, busta 534, lettre d'Antoine Gati du 7 novembre 1383).

150 H.C..M, t. II, p. 47.

151 Isnard (E.), Ville de Marseille. Inventaire sommaire cit., p. 101, no 533 : le 27 juin, Clément VII remercie les Marseillais pour avoir envoyé devant Aix 500 arbalétriers et d'autres troupes.

152 Les galères angevines de l'expédition de 1384 portaient chacune de 30 à 40 arbalétriers (Favier (J.), Les finances pontificales cit., p. 621).

153 C'est du moins ainsi que j'interprète le fait que deux au moins des galères carlistes engagées dans la campagne de l'été 1384 (les deux qui allèrent jusque devant Arles) se retirèrent à Gênes vers la mi-août (Brun, Annales, p. 62, lettre du 18 août). L'origine génoise de Balthazar et Nicoloso Spinola rend d'ailleurs encore plus plausible ce recours aux navires ligures.

154 Favier (J.), op. et loc. cit., - J'entends par florin de bon poids les florins de la Chambre ou de Florence.

155 A.M. Nice, CC 593, lignes 170-176 : détail des dépenses faites pour l’armement de la galère. L'ensemble se monte à 2890 livres 11 sous parvorum, soit 1806 florins de reine et 19 sous parvorum, soit encore 1548 florins de bon poids environs (le florin de reine étant compté pour 32 sous parvorum et un florin de bon poids pour 1,17 florin de reine environ).

156 Les dépenses totales de la ville s'élèvent pour ce second semestre 1383 à environ 2900 florins de bon poids : l'armement de la galère en représenta donc un peu plus de 53 %. On peut envisager un état de choses similaire pour le premier semestre, où la galère avait été armée en mai.

157 Brun, Annales, p. 49, lettre du 8 décembre 1383.

158 Voir cartes II et II bis. Je définirai plus précisément ci-après ce que j'entends par Provence "occidentale", "centrale” et "orientale".

159 Brun, Annales, p. 34, lettre du 15 mars 1383.

160 Valois, t. II, pp. 97-98. Le pape solda tout d'abord une petite armée de 120 lances environ : 60 lances entrées en Provence dès le mois de février (Brun, Annales, loc. cit. à la note 159 ; cf Coulet, t. I, p. 76, pour la datation de ce fait qui ne nous est rapporté que le 15 mars) ; 150 lances supplémentaires environ qui y passent après le 17 mars (d'après Valois, t. II, p. 98, note 1) et avant le 25 (Brun, Annales, p. 34, lettre du 25 mars 1383). A partir du mois de juin, Clément VII supporta aussi la charge des gages des forces du sénéchal de Beaucaire envoyé en Provence par Charles VI (voir ci-après).

161 Le signe le plus net de la "réserve" pontificale quant à un secours direct aux communautés peut être trouvé dans l'exemple de Marseille : d'après l'étude qu'Alain Droguet a consacré à son administration financière dans la seconde moitié du XIVe siècle, le seul geste de Clément VII en sa faveur aurait été de lui laisser disposer des cens et rentes de l'évêque, avec qui la ville s'était brouillée ; Administration financière et système fiscal à Marseille dans la seconde moitié du XIVe siècle, Aix-en-Provence, 1983, p. 27 ; publication partielle d'une thèse de l’Ecole des chartes [1975], in Cahiers du Centre d'études des Sociétés méditerranéennes, nouvelle série no 1.

162 Le compte du clavaire municipal de Nice pour le second semestre 1383 (A.M. Nice, CC 593) nous a conservé la trace de contributions fixées par l'assemblée de la viguerie de Nice. Nous trouvons, à la date du 25 septembre, cette mention, tout-à-fait explicite : [...] Guillelmo Chapucii, nuncio Curie, misse per vicariam Nicie cum literis Curie ad citandum nobiles et sindicos locorum ut veniant soluturi partem eos tangentem de quibusdam expensis factis per hanc universitatem, concensu et ordinacione dictorum nobilium et sindicorum [...] (lignes 118-120).

163 On trouvera énumérées dans le compte du clavaire de Nice, passim, les impositions directes et indirectes suivantes : tallia unius pro centenario, grevant suivant les cas la fortune et les revenus et levées parfois simultanément ; lesdes du vin et des draps, y compris un doublement de la première ("lesda vini duplicata"). Dans le camp opposé, le cas de Marseille a été étudié en détail par Alain Droguet, qui a bien mis en lumière le foisonnement fiscal provoqué par les besoins de la guerre (op. cit., à la note 161, pp. 27-36 et 39-43). A un niveau plus modeste, on peut citer la "surfiscalisation" constatée à l'Ile-Saint-Geniès par Yves Grava.

164 La part des emprunts est faible dans les recettes du clavaire de Nice pour le seconde semestre 1383 : 81,5 livres parvorum sur un total supérieur à 5300 livres (cf lignes 11-12), mais on trouve la trace d’emprunts antérieurs, portant aussi bien sur de petites sommes que sur de plus grosses, jusqu'à 1000 florins (cf. respectivement lignes 183-184 et 36-37). Le recours à l'emprunt est encore plus évident dans la documentation marseillaise (plus abondante, il est vrai) : Droguet (A.), op. cit., pp. 36-38 et 43-45.

165 La ville de Moustiers, tout d'abord simplement fidèle à Jeanne 1ère, fit hommage à Marie de Blois le 11 avril 1386. Deux jours plus tard, la régente lui accorda des lettres annulant la vente de quindeno omnium fructuum et proventuum dicti loci et territorii sui, que, pressée par le besoin d'argent, la communauté avait consentie tempore guerre à Louis de Trian, vicomte de Tallard (JLF, pp. 260-261).

166 JLF, p. 47 (3 avril 1383).

167 Voir Cais de Pierlas (E.), La ville de Nice cit., p. 73, §25, et doc. 12, pp. 359-373, à la p. 369. L'intervention d'autres hommes du comte d'Armagnac, conduits par "lo Bort de Bertusan " et "Janin lo Franseis " (entre autres) est signalée dans les remontrances adressées en 1400 au comte de Savoie par les officiers du duc Louis II d'Anjou (ibid., p. 89 sq., et doc. 15, pp. 384-385). Il est difficile, dans l'état de notre documentation, de savoir si tous ces hommes sont arrivés en Provence dès 1383, ou bien plus tard, par exemple lors de la reprise des opérations militaires en 1387 (cf. ci-après).

168 Brun, Annales, p. 38, lettre du 30 avril 1383. De fait, Nice, au cours du second semestre 1383, engagea des mercenaires "lombards" : fin juillet-début août, elle attendait gentes armorum [...] de Lombardia pro sucursu (A.M. Nice, CC 593, lignes 64-65) ; le 6 août, 50 brigands "lombards" étaient arrivés et la ville les retint pour un mois (lignes 73-76). On peut d’ailleurs se demander si, les routiers n'ayant vraisemblablement pas de préférence "idéologique", sinon les "angevins", du moins les "simples fidèles" ne trouvèrent pas eux aussi des renforts en Piémont.

169 Brun, Annales, pp. 37-38, lettres des 24 avril et 8 mai 1383.

170 Valois, t. II, p. 98, notes 1 et 2.

171 Pour simplifier les énumérations, je ne cite pas les bailies secondaires, qui partagent le "sort" des circonscriptions principales auxquelles elles sont rattachées. Une seule complication : la partition de la bailie double de Barcelonnette et Seyne entre deux zones géographiques, afin de bien marquer la frontière entre haute Provence anti-carliste et carliste.

172 Pour certaines zones d'opérations il est en fait impossible, en se fondant sur les travaux existants, d'établir une chronologie précise et même de séparer avec une totale certitude les événements de 1383 et ceux de 1384. Il était donc préférable de ne pas disjoindre ces deux années.

173 Les deux régions pour lesquelles le détail des opérations militaires est quelque peu connu sont la Provence occidentale et la basse Provence orientale. Pour la première, je me suis fondé, en lui apportant quelques compléments, sur le clair récit de Noël Coulet (t. I, pp. 76-78 et t. II, pp. 636-638 pour les notes correspondantes, nn. 149 à 179). Pour la seconde, la quasi-totalité des renseignements nous sont fournis par le compte du clavaire de Nice pour le second semestre 1383 déjà mis à contribution (A. M. Nice, CC 593). Cf. carte no II.

174 Gioffredo (Storia, III, p. 418) parle de l'affaire sous l'année 1384, à propos de l'enquête alors menée contre les coupables, mais deux passages du compte du clavaire de Nice (lignes 60 et 225-226) m'ont paru permettre de la situer en 1383.

175 Cais de Pierlas (E.), La ville de Nice cit, p. 7.

176 Ibid., pp. 8-10.

177 "Loys le Grand chastelain du chastel de Vinay près de Barcilonne, fist serment de feaulté pour la garde du chastel, de le tenir à l'obeissance [de Louis II]" le 16 octobre 1385 (JLF, p. 186). Sur l'attitude de François Bolleri, cf. Cais de Pierlas (E.), op. cit., p. 10 et note 5. Voir carte no III, les gains territoriaux savoyards.

178 J'ai déjà cité ce fait plus haut.

179 Ce délai de trois ans est stipulé dans l'acte de soumission de Saint-Paul (cf. Cais de Pierlas (E.), op. cit., p. 8).

180 L'exposé qui suit sur les ambitions provençales de Charles VI et les efforts de Marie de Blois pour les contrecarrer doit beaucoup aux lignes consacrées aux mêmes sujets par Noël Coulet (t. I, pp. 78-81, et t. II, pp. 638-641, pour les notes correspondantes, nn. 180 à 106, auxquelles je renvoie le lecteur pour les références de certains documents et opinions que je cite à mon tour).

181 Voir ci-dessus, note 77.

182 Certains de ces hommages ont été cités supra..

183 Un problème, à ma connaissance, demeure obscur : celui d’éventuelles tractations directes entre Charles VI et Charles de Duras.

184 Nous avons vu plus haut que le soutien naval envoyé à ses partisans par la Cour de Naples a été bien moindre en 1385 qu'en 1383 et 1384, pour ne pas dire inexistant.

185 JLF, pp. 77 et 80.

186 Cf. Coulet (N.), t. II, p. 640, note 190 : le 25 mai, les prélats et les barons de l'assemblée des Etats élaborèrent un certain nombre de requêtes constituant autant de préalables à leur adhésion. Ils ne rendirent leur réponse que le 2 juin, après avoir reçu l'acceptation de Marie de Blois.

187 Nous pouvons sans doute compter au nombre des prélats qui se prononcèrent pour Louis II le 2 juin, tous ceux qui prêtèrent hommage au cours de ce même mois, à savoir : l'archevêque d'Arles, les évêques d'Avignon [qui aurait donc peut-être assisté aux Etats], Senez, Sisteron, Grasse et Apt, l'abbé de Cruis, le prévôt de Pignans, le commandeur de la maison de l'Hôpital d'Avignon (tous le 8 juin, JLF, p. 120) ; l'archidiacre d'Aix (le 12, ibid.) ; l'évêque de Marseille (le 18, JLF, pp. 124-125). On peut ajouter à cette liste le commandeur de Manosque, dont l'attitude ne fait aucun doute, ainsi que l'archevêque d'Aix, pour le même motif. Pour ce qui est des nobles, on ne dénombre pas moins de vingt-cinq hommages dès le 8 juin (JLF, p. 120) ; en outre, certains, tels Isnard de Glandevès, seigneur de Cuers, et son frère, avaient fait hommage avant même le 2 juin (JLF, pp. 112-113).

188 JLF, pp. 119-120 et 127. Voir carte no III.

189 Enguerrand d'Eudin avait envoyé un rapport au roi au début de l'année 1385. Il put y adjoindre des nouvelles plus fraîches au début mai, puisqu'il quitta alors la Provence pour aller à Paris chercher des instructions.

190 Valois, t. II, p. 108 ; JLF, p. 170 (la lettre accordant la trêve fut scellée par Jean Le Fèvre le 16 septembre 1385).

191 Valois, loc. cit. : les gens de l'Union avaient promis au roi de France de lui livrer, pour qu'il y mît garnison, les villes et castra du domaine comtal, ainsi qu'un certain nombre de places hors du domaine.

192 Nous verrons qu'il y eut une nouvelle tentative d'accord entre Charles VI et l'Union, dans des conditions sensiblement différentes, dans les premiers mois de 1386.

193 JLF, pp. 262 et 273 (le capitaine de Seyne était Lancelot de Velaux).

194 JLF, pp. 231 et 258. Quant à l'affaire de Rousset, elle est mentionnée dans les Monographies communales (cf. sources).

195 Troupes du sénéchal de Beaucaire : cf. JLF, pp. 205 et 242. -Les bandes de Guillaume de Sanhes et de Perrotin de Termes avaient été engagées en juin 1383 pour servir le pape et Marie de Blois en Provence en compagnie du sénéchal de Beaucaire : Valois, t. II, p. 98, note 1. Ces bandes, et d'autres, durent devenir autonomes après la levée du siège d'Aix, ou bien après avoir servi au moins quelque temps devant Lançon.

196 JLF, p. 218.

197 JLF, pp. 311-312 sq. ; cf. Coulet (N.), t. I, p. 86.

198 JLF, pp. 203 (l'entrée solennelle à Arles eut lieu le 4 décembre 1385 : p. 205), 238, 248, 260, 274 (pour Grasse, cf. aussi ci-dessus), 281 et 286. Voir carte no IV.

199 JLF, pp. 191, 218, 240, 242, 244-245, 249.

200 Cf. Brun, Annales, pp. 98-99 (lettres des 20 avril et 15 mai 1387), et JLF, p. 346.

201 Enguerrand d'Eudin avait tenu entre autres Lamanon, Malemort, la Barben, Saint-Cannat, le Puy-Sainte-Réparade, Peyrolles, Roquefeuille, Entressen. Voir carte no IV.

202 JLF, p. 214.

203 JLF, pp. 267-268.

204 En ce qui concerne Tarascon, voir ci-dessous la note 211. Pour les ralliements cités, cf. JLF, pp. 221, 236 et 272. Les castra raliés en même temps que la ville de Brignoles étaient Correns, "Gaylen" [la Gayole ?], le Val et la Roquebrussanne. Voir carte no IV.

205 JLF, p. 277. Voir ci-après.

206 En fait, ce que Marie de Blois apprit tout d'abord, les 2 et 5 mars, c'est la nouvelle de l'attentat dont Charles III avait été victime le 5 février 1386 (JLF, pp. 245-246). Mais ce dernier ne succomba à ses blessures qu'un peu plus de deux semaines après. Aussi n'est-ce sans doute qu'avec l'arrivée d'"un varlet breton venant de Fundes [Fondi]", le 11 mars, voire même avec celle d’"un escuier Breton" envoyé par les "gouverneurs du royaume de Sicile", le 9 avril (JLF, pp. 248 et 259), que la reine apprit la "mort" de son adversaire.

207 Gioffredo (P.), Storia, III, pp. 440-441.

208 JLF, pp. 359-360,363,375-376. Cf. Coulet (N.), t. I, p. 82.

209 Gioffredo (P.), Storia, III, p. 440. La lettre adressée à Jean de Roncalholo subsiste encore aujourd'hui (A.D.A.M., série Ni, Fonds Città e Contado di Nizza, mazzo 3, no 18). A la lueur des autres indices rassemblés, il n'y a plus guère de raisons de mettre en doute son authenticité, comme Mireille Massot et moi-même avions cru devoir le faire en rédigeant la notice qui lui est consacrée dans Nice et la Provence orientale à la fin du Moyen-Age, Nice, 1989, pp. 23-24, no 1.17.

210 Démarche de Balthazar Spinola : JLF, p. 250. Cas de Jean de Mayronnes : pris peu avant le 14 avril, il fut libéré par Marie de Blois dès le 27 du même mois (JLF, pp. 262, 263, 266, 268) ; voir aussi ci-après.

211 Négociations avec Aix : JLF, p. 238. Dans le cas de Tarascon, des pourparlers furent noués secrètement avant la mi-mars 1386, principalement, semble-t-il, entre Yvon de Gerval, capitaine des places conquises de Laurade et Saint-Gabriel, du côté "angevin", et Nicoloso Spinola du côté carliste. "Découverts" peu avant la fin de ce mois, ils finirent par échouer au début mai, sans doute à la suite de la réaction des carlistes les plus convaincus (encore qu'Yvon de Gerval rejetât l'échec sur la duplicité de "Nichole de Spinollis") : JLF, pp. 249,255, 258 et 271.

212 JLF, p. 268.

213 JLF, p. 277.

214 JLF, pp. 282 et 288.

215 JLF, pp. 291-292.

216 JLF, p. 300.

217 JLF, p. 320.

218 Coulet (N.), t. I, p. 82.

219 L'évêque de Györ fit le 25 juillet 1386 à Marie de Blois "sacrement sur les sains Ewangiles de li estre loyal conseiller et aydant à venir à son entencion du royaume et de Prouvence" (JLF, p. 304). En fait, il était "rallié" à la reine depuis bien plus longtemps, puisque, le 21 juillet, Jean Le Fèvre avait scellé une lettre datée du 3 juin par laquelle Marie de Blois retenait le dit évêque ad pensionem trecentorum florenorum de camera quolibet mense, quousque fecerit ei provideri de archiepiscopatu Arelatensi (JLF, p. 302).

220 Sur l’attitude de Georges de Marie envers les Aixois, cf. JLF, pp. 347-348. Mise à l'écart de Jean d'Agout : Coulet (N.), t. I, p. 83.

221 JLF, p. 348.

222 JLF, p. 356.

223 JLF, pp. 351-352. Marie de Blois s'inclina, sans doute sans regrets.

224 Coulet (N.), t. I, p. 83.

225 On peut se demander si ces chapitres "généraux" de 1387 ne dérivent pas, au moins en partie, de dispositions déjà arrêtées l'année précédente.

226 JLF, p. 360.

227 Bien que certaines sources, comme les lettres avignonnaises de l'Archivio Datini, fassent défaut ou soient moins riches que pour les années précédentes, il doit être possible d'affiner la chronologie des derniers mois de la Guerre de l'Union d’Aix.

228 JLF, p. 360.

229 JLF, pp. 367, 369 et 379.

230 JLF, p. 403. Cette trêve particulière est mentionnée à la date du 10 septembre 1387, où Marie de Blois mande au juge de Moustiers de faire procéder à la restitution de biens enlevés à des hommes de Barcelonnette dans le territoire de Sisteron pendente treuga inter Sistaricum et Barssilonam de consensu domine inita.

231 Par exemple, divers faits s'étant produits aux environs de Sisteron et qui pourraient avoir précédé la conclusion de la trêve particulière avec Barcelonnette. Ou encore la prise de Biot, avant-poste carliste dans la basse viguerie de Grasse.

232 Voir les références à la note 208. Le 3 août, la dernière tentative des carlistes pour prendre le pouvoir se solda par l'arrestation de leurs chefs, Antoine Terras et Bulgarin de Tiboldis. Il y eut aussi quelque effusion de sang (’II maulvais Touchins qui crierent : "Vive Roy Carie" furent occis").

233 JLF, pp. 367 et 369, 378, 399.

234 Seule place carliste de quelque importance en haute Provence centrale.

235 JLF, pp. 397-399. Si les origines de Vita de Blois ne sont pas claires, en revanche, Gaillardet (alias Allégret) de Mauléon est un "Armagnac" (cf. la note 167).

236 JLF, pp. 397-398 et 452.

237 Cais de Pierlas (E.), La ville de Nice cit., pp. 42 et 90-91.

238 JLF, p. 399.

239 JLF, pp. 360, 384-85, 389. Les exigences financières de Balthazar Spinola sont fixées à 15000 florins de Chambre à la fin juin, contre 25000 fin mai (cf. note 221).

240 Coulet (N.), t. I, p. 82. Cf. JLF, p. 389 (ces lettres accordant l'exemption de péage seront d'ailleurs refaites le 9 octobre [ibid., p. 438], pour ajouter à l'exemption in portu Durencie de Pertusio et Mairanicis, une précision relative au nauclagio Durencie).

241 JLF, pp. 446-447 (entrée royale) et 432 (manque d'argent signalé à la date du 4 octobre).

242 JLF, p. 438, complété par Coulet (N.), t. II, p. 643, note 234.

243 Ralliés en juillet ou août 1387, les divers Villeneuve ci-devant carlistes ne virent leur sort définitivement réglé que par des lettres du 26 janvier 1388 de même que la communauté de Lorgues, ralliée au début septembre (JLF, p. 502). Tarascon se déclara pour Louis II le 11 novembre 1387, mais l'entrée royale n'eut lieu que le 7 décembre (JLF, pp. 464-465 et 475). A noter, dans le cas de cette ville et celui d'Aix, que l'hommage de la communauté est postérieur de quelques jours à l'entrée (21 et 29 octobre pour Aix ; 7 et 10 décembre pour Tarascon : JLF, pp. 446 et 451, 475 et 476).

244 JLF, p. 408.

245 JLF, pp. 418 et 439.

246 JLF, pp. 464-465. Il faut signaler que le ralliement de Tarascon aurait pu être plus précoce, sans diverses difficultés qui surgirent : tout d'abord, comme naguère ceux de Moustiers, les ambassadeurs de la ville qui se rendaient à Aix, au début septembre, furent "prins sur le chemin" (en l'occurence, par les gens de la vicomtesse de Turenne), d'où un premier retard ; puis les clauses des "chapitres de paix" propres à la ville furent assez longs à se mettre au point (JLF, pp. 399 et 447).

247 J'ai pensé pouvoir appliquer aux autres "dernières" villes carlistes ce que nous savons pour Nice : c'est le 1er octobre que Balthazar Spinola écrivit aux syndics de la cité pour leur annoncer sa démission ; les lettres portant le nom de Ladislas, par lesquelles étaient conférés à Jean Grimaldi de Beuil des pouvoirs semblables à ceux d'un sénéchal dans les terres d'Outre-Siagne (sans toutefois lui en donner le titre), sont datées du 19 octobre : elles durent parvenir en Provence orientale, via Nice, avant la fin de ce mois ; Gioffredo (P.), Storia, III, p. 444.

248 Depuis l'offensive victorieuse d'Othon de Brunswick ayant abouti en juillet à la prise de Naples, Marguerite de Duras et son fils Ladislas étaient réfugiés à Gaète (cf. JLF, p. 372).

249 La Provence orientale avait peut-être aussi des possibilités de liaisons terrestres, sinon vers le Piémont, du moins vers la Ligurie.

250 Rappelons que le territoire niçois fut envahi à quelques reprises par les anticarlistes, malgré l'existence d’un glacis constitué par la partie carliste de la bailie de Villeneuve et du Vençois. On peut se faire une idée assez précise de la zone la plus touchée par la guerre en observant la situation des localités du futur Comté de Nice ayant connu une dépopulation supérieure à 50 % entre 1315-1316 et 1394 dans Boyer (J.-P.), "Contribution à la démographie de la Provence savoyarde au XIVe siècle", in Provence Historique, t. XXXIV, 1984, pp. 35-53, à la p. 44, fig. 3.

251 Cf. note 247. Cette "demi-mesure" doit refléter l'incertitude de la Cour duraciste quant à la situation exacte en Provence et notamment quant à l'attitude de Balthazar Spinola. Sans doute n'était-elle pas encore convaincue de sa "trahison" et hésitait-elle à procéder prématurément à un remplacement qui aurait pu le lui aliéner.

252 JLF, pp. 489-490 (les localités en cause sont Saint-Etienne-de-Tinée, Saint-Dalmas-le-Selvage, Liéusoula [Isola] et les castra du Val de Lantosque). Complètement isolé depuis le début de la guerre, François Bolleri ne pouvait guère lutter sur deux fronts : or, à la fin de 1387, il devait faire face à la fois aux carlistes et aux entreprises du comte de Savoie contre les terres provençales du Val de Stura, qui venaient d'être relancées (j’y reviendrai).

253 Cf. JLF, pp. 450, 454-455 et 479.

254 JLF, p. 482 : Pierre Ameilh, cardinal d'Embrun, reçoit les pouvoirs nécessaires pour négocier le ralliement de Barcelonnette.

255 JLF, p. 441 : une trêve fut conclue avec Jean Grimaldi de Beuil le 13 octobre ; elle devait durer jusqu'au 1er novembre.

256 Marie de Blois accepta tout d'abord, le 10 décembre, la conclusion d'une trêve entre les hommes de l'Ile-Saint-Geniès et ceux de Toulon (que j'ai déjà mentionnée en traitant de la guerre sur mer) ; le 31 décembre, elle accepta qu’une trêve semblable fut conclue entre cette même ville de Toulon et, du côté "angevin", François de Baux, l'abbé de Saint-Victor de Marseille et Guigonet Jarente (en tant que seigneur de Gémenos) : JLF, pp. 476 et 487.

257 Hésitations de Marie de Blois : JLF, pp. 455-460. Opposition des Provençaux, tant anciens carlistes qu'anciens anti-carlistes, à la nomination de Spinola : JLF, pp. 449, 453, 456, 469-470. Nomination de Georges de Marie : JLF, pp. 479 et 482 (voir aussi la note suivante).

258 Las de ne pas toucher leur solde, certains hommes d'armes "angevins" (conduits par "Bertran Boytard et Groullet") prirent, le 7 décembre, Balthazar Spinola en otage "pour estre paiez de leurs gages". L’affaire n'était pas encore réglée à la fin du mois (JLF, pp. 475-476 et suivantes ; cf. Brun, Annales, p. 106). On peut toutefois se demander la capture de Spinola, mettant celui-ci hors-jeu, n'aida pas Marie de Blois à résoudre enfin la question du sénéchalat.

259 Le problème de la dette "savoyarde" était revenu sur le tapis dès le printemps 1387 (cf. JLF, p. 340), mais c'est au cours du second semestre qu'il se fit plus présent (cf. JLF, p. 478).

260 A vrai dire, l'Union n'existe plus depuis l'automne 1387, mais il s'agit bien toujours de venir à bout d'une situation qu'elle a contribué à créer.

261 L'essentiel des débats qui pouvaient agiter le camp "angevin" se retrouve dans la discussion qui eut lieu en présence du pape le 25 janvier 1388 (JLF, pp. 499-500).

262 Brun, Annales, p. 103. En fait, le projet avait déjà été agité au mois d'octobre (JLF, p. 441).

263 JLF, p. 489.

264 JLF, pp. 491-493 et 495.

265 JLF, pp. 506 et 508.

266 Georges de Marie reçoit pouvoir de recipiendi ad obeidentiam Regis quoscumque rebelles reconciliari volent es, recipiendi ab eis homagia et fidelitatis sacramenta, [etc.] (JLF, p. 507).

267 JLF, p. 492.

268 La date et les modalités du ralliement d'Hyères restent à vérifier.

269 Voir ci-dessus pour le premier conflit (août 1386-janvier 1387). Il y en avait eu un second en 1387, apaisé à l'automne ; Coulet (N.), t. I, p. 86.

270 Brun, Annales, pp. 104 et 106 (lettres des 6 décembre 1387 et 17 janvier 1388).

271 Le siège avait commencé le 18 mai au plus tard et durait encore le 15 juin ; cf. Coulet (N.), t. I, p. 86, et t. II, p. 646, note 265.

272 La réalité du siège est attestée, entre autres, par un registre de comptes de la communauté de Vence, aujourd'hui disparu, mais qu'avait pu consulter l'abbé E. Tisserand.

273 En fait, à en juger par la liste des castra "de la bailie de Villeneuve" que Jean Grimaldi s'engageait (à la date du 2 août 1388) à remettre entre les mains du comte de Savoie (Cais de Pierlas (E.), La ville de Nice cit., p. 24, et doc. no 5, pp. 335-345, à la p. 339), il semble bien que les castra de Cagnes et (sans doute) de Villeneuve avaient été pris ou gagnés par les "angevins" avant l'expédition de Georges de Marie (peut-être lors des opérations de 1387 qui avaient abouti à la prise de Biot ?). Dans ce cas, celui-ci aurait rallié, outre Saint-Paul : la Gaude, Gattiéres, Carros et le Broc. Cependant, Gattières fut repris par Gaillardet de Mauléon entre le départ de l'armée "angevine" et l'arrivée du comte de Savoie.

274 J’ai déjà cité la mesure relative au commerce avec le Royaume en traitant de la guerre sur mer. L'annexion du castrum d'Aspremont au territoire de Nice est accordée par le même acte de Charles III, du 16 août 1385 (A. M. Nice, EE 12).

275 Voir ci-dessus, notes 253 et 273.

276 Voir ci-dessus. D'ailleurs, à l'expiration du délai de trois ans stipulé dans son premier acte de soumission du 1er avril 1385 (cf. note 179), le castrum de Saint-Paul se soumit définitivement, le 10 mai 1388, aux deux princes sasavoyards ; Cais de Pierlas (E.), op. cit., pp. 21-22.

277 Le capitaine savoyard "vallium Moncium et Sturane" étudie en 1387 la possibilité de s’emparer du castrum de Vinai, mais ne semble pas être passé aux actes ; Cais de Pierlas (E.), op. cit., p. 12 et note 1.

278 Pour les détails sur les négociations entre les Grimaldi et Amédée VII de Savoie, ainsi que pour ceux relatifs aux autres faits de l'année 1388, j'ai utilisé l'étude de Cais de Pierlas (E.), La ville de Nice cit., pp. 16-45. On y trouvera les références précises des actes cités, que Cais les ait édités ou analysés lui-même ou bien les ait repris chez Gioffredo (dont il a, comme moi, consulté la Storia dans l'édition en 7 volumes in-8e).

279 Rappelons que la comtesse de Provence Béatrice "la jeune", femme de Charles Ier d'Anjou et ancêtre de tous les comtes de Provence jusqu'à Jeanne 1ère, Charles III et Ladislas inclus, était fille de Raimond-Bérenger V et de Béatrice de Savoie, elle-même fille du comte Thomas.

280 Je citerai : 1°) les lettres que Marguerite de Duras adressa aux prélats, aux nobles et aux villes de Provence les 20 et 22 juillet 1384 pour les inciter à reconnaître Urbain VI : elles étaient complétées par un message verbal confié aux ambassadeurs, Pierre Beriti d'Aix et Estève Aymeric de Brignoles [in hiis que super hoc ex parte nostra vobis oretenus dixerint dabitis plenam fidem ;] C. Minieri-Riccio, Saggio di codice diplomatico, vol. Ile, partela [Naples, 1879], pp. 29-31, no XXX ; 2°) La lettre écrite aux Niçois par Ladislas le 30 mars 1388 (voir note suivante).

281 Quibus respondentes certa commisimus per eos vobis nostri parte oretenus referenda (Gioffredo (P.), Storia, III, p. 446.

282 Cette nomination fut annoncée aux Provençaux par des lettres du 17 avril 1388.

283 L'autorisation verbale de Marguerite de Duras ne suffisant plus par la suite justifier la conduite de Jean et Louis Grimaldi, leurs descendants n'hésitèrent pas à faire confectionner des faux : 1°) de fausses lettres patentes de Ladislas, données à Gaète, le 20 juin 1388, par lesquelles le roi aurait délié Jean Grimaldi de tout lien envers lui et l'aurait autorisé à s'entendre avec un prince étranger. Il s'agit d'un faux de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe (cf. Nice et la Provence orientale cit. (note 209), p. 49, no 1.58) ; 2°) des lettres du même Ladislas, données à Viterbe le 18 janvier 1402, par lesquelles le roi confirmait avoir, alors qu'il était encore mineur, autorisé les Niçois à se soumettre à un prince étranger. Cais de Pierlas, qui a démontré de manière convaincante la fausseté de cet acte sur des critères internes (car, contrairement au précédent, il ne nous est pas parvenu l'original), y voyait un faux "d'époque", destiné à apaiser l'esprit public à Nice dans la première décennie du XVe siècle (op. cit., p. 95 et notes 1 et 2). Et, dans ce cas, c'est cet acte qui aurait pu donner bien plus tard aux Grimaldi l’idée de faire confectionner les fausses lettres de juin 1388. Mais il peut s'agir en fait d'une forgerie de même époque que ces dernières, car la pièce est mentionnée et publiée pour la première fois en 1608 par Honoré Pastorelli, personnage très lié aux Grimaldi de Beuil.

284 Cais de Pierlas (E.), op. cit., p. 20 note 2.

285 Cf. JLF, p. 469 : "Seellées à messire Nichole de Spinolla, frere Balthazar et à Antoinne Marchon de Fannez [lire Jannez], lettres de remission de tous crimes, etc.".

286 JLF, p. 460.

287 Giraud Rocamaura fut au nombre des personnes bannies de Grasse en mai1386 par la reine Marie de Blois pour cet épisode ; Gauthier-Zieeler (G) p.j. no XLII, p. 307.

288 Voir la carte no V, ainsi que la carte no 107 de l'Atlas historique. Provence.

289 Voir note 273.

290 Ainsi Giraud Rocamaura fut-il finalement l'un des quatre syndics élus le 27 septembre 1388 pour aller négocier les clauses de la "dédition" de Nice à Amédée VII

291 Jean Grimaldi était à Barcelonnette quand il ratifia la convention du 2 août. Il semble être resté dans le haut-Pays jusqu'à l'arrivée d'Amédée VII.

292 Cais de Pierlas (E.), op. cit., p. 34, et doc. no 8, pp. 348-349 (sic pour le latin de la citation faite).

293 Le 24 août au plus tard, le comte de Savoie faisait remettre à Louis Grimaldi 300 florins destinés à son frère, pour solder des hommes d'armes existentibus tam in Barsalonia prope Niciam [...] quant alibi : ils étaient déjà considérés servir pro domino et in ejus servicio ; Cais de Pierlas (E.), op. cit., p. 26 note 7.

294 Seule la communauté de Saint-Etienne-de-Tinée voulut faire stipuler un délai plus important : huit ans.

295 Ou parfois groupe de communautés : voir ci-dessous l'exemple de quelques castra de la viguerie du Comté de Vintimille ou bien celui de la viguerie de Puget-Théniers.

296 Il semble que la communauté de Vinai ait alors cessé de suivre l'exemple de son castellan. A vrai dire, en se donnant au comte de Savoie, elle se présente comme le dernier exemple que l'on puisse citer de "simple fidèle de Jeanne 1ère" : Eo quoi mortua, proh dolor, Johanna regina sine libertis, sine domino remansissent ; Cais de Pierlas (E.), op. cit., p. 41 note 1.

297 On peut ajouter qu'Amédée "racheta", le 25 octobre, le castrum de Gattières à Gaillardet de Mauléon pour 2000 florins ; Cais de Pierlas (E.), op. cit., p. 42.

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.