Version classiqueVersion mobile

Village et villageois au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Images de la vie des villageois

Perrine Mane

Texte intégral

1Pour le médiéviste, pénétrer dans le quotidien des villages n’est pas une entreprise aisée, alors que les paysans constituent plus de 90 % de la population. Or l’iconographie, en particulier les enluminures des manuscrits du XIIe au XVe siècle fournissent aux historiens, en complément des autres sources, nombre de documents en deux sinon trois dimensions : qu’elles illustrent des épisodes bibliques ou des calendriers, qu’elles proviennent de traités d’agriculture ou d’hygiène, qu’elles soient extraites d’armoriaux ou d’ouvrages littéraires, les images médiévales ayant trait au village abondent. Cependant leur intérêt varie suivant le domaine pris en compte ; à travers quelques exemples, nous souhaiterions mettre en valeur la richesse – ou l’absence – de ces témoignages mais aussi leurs limites et les écueils rencontrés au cours de cette étude.

  • 1 BN, Paris, Fr. 22531, f. 227v.
  • 2 Musée Condé, Chantilly, ms. 65 (1284), f. 164.
  • 3 BN, Paris, Fr. 20128, f. 147.

2Si les scènes ayant un lien avec la vie villageoise sont nombreuses, il est souvent difficile de déterminer dans quel cadre précis évoluent les acteurs. En effet le village dans son ensemble n’est pas figuré avant le XIVe siècle ; seuls sont représentés quelques éléments architecturaux signifiants, le plus souvent une salle avec un foyer. Par la suite le village, en tant que lieu de vie traité pour lui-même, reste rare aussi bien dans l’enluminure religieuse que profane. Ainsi sur la miniature d’un Livre des propriétés des choses de Barthélémy L’Anglais1, datant du XVe siècle, plusieurs groupes d’habitations serrées autour d’églises sont éparpillés dans une forêt très dense ; l’enlumineur a-t-il voulu souligner que, même maîtrisée, la nature reste envahissante ? Plus fréquents sont les ensembles de maisons qui, à l’arrière-plan, s’intègrent au paysage pour suggérer simplement un lieu d’habitat. Par exemple dans les Très Riches Heures du Duc de Berry2 (Fig. 1), sur l’enluminure consacrée au Christ et la Cananéenne, quelques maisons avec un jardin clos se dressent autour de l’église et du cimetière, comme dans les Chroniques de Hainaut de Jacques de Guise3, où des maisons sont rassemblées près d’un clocher.

  • 4 BN, Paris, Fr. 22297.
  • 5 Cf. l’intervention de F. Piponnier à propos d’Essertines.

3Tout autres sont les indications livrées par les relevés de villages tel l’Armorial de Revel du XVe siècle4. Si la restitution qu’ils offrent s’avère d’une objectivité relative pour la région du Forez5, pour l’Auvergne ils donnent bien l’apparence générale du village fortifié au XVe siècle : l’enceinte – presque toujours un mur crénelé – le château et l’église, véritables leitmotive, en constituent les éléments générateurs et fédérateurs. Les maisons, assez souvent étagées le long d’une pente, bordent, pour la plupart, la rue principale. Des jardinets enclos à l’arrière des habitations scandent le paysage.

  • 6 Musée des Beaux Arts, Dijon, Inv. CA 150.
  • 7 BN, Paris, All. 133, f. 106v.

4Outre l’habitat groupé, les enluminures et particulièrement les calendriers du bas Moyen Age montrent la maison rurale lors des travaux qui se déroulent dans la cour. Il faut reconnaître qu’il est impossible, dans la plupart des cas, de situer précisément ces habitations : s’agit-il de fermes isolées, de l’habitat intercalaire ou encore des bordes à la lisière du village ? Sur ces illustrations, le pan de bois apparaît comme la construction largement majoritaire. Une sablière en bois, plus rarement un solin en briques forment soubassement. Le remplissage est constitué de torchis posé soit entre des lattes de bois, par exemple pour la grange de la Nativité du Maître de Flémalle6, soit sur un clayonnage, notamment pour une habitation en construction dans un manuscrit allemand7.

  • 8 Bibl. Marciana, Venise, Lat. I, 99.
  • 9 Bibl. Royale, Bruxelles, ms. II, 158.

5Ces maisons comportent souvent deux niveaux, attestant ainsi les progrès du charpentage à la fin du Moyen Age dans les pays septentrionaux. Elles sont couvertes quasi systématiquement de chaume. Ces habitations, dans l’ensemble du XVe siècle, présentent de nombreux stéréotypes, dus sans doute à une production en série des manuscrits enluminés dans quelques ateliers de la région parisienne et des Flandres. Ainsi dans deux enluminures de Simon Bening, l’une dans le Bréviaire Grimani8 et l’autre dans les Heures d’Hennessy9 (Fig. 2), pans de bois, ouvertures et perchoir devant le poulailler en appentis sont pratiquement identiques ; d’où l’intérêt moindre de ces documents.

  • 10 Comme dans le Livre de la chasse de Gaston Phoebus, BN, Paris, Fr. 616, f. 108v. ou 109.
  • 11 Par exemple dans un Livre d’Heures du début du XVIe siècle, où la maison est en bois tandis que la (...)

6Si la pierre reste relativement rare pour les fermes10, elle sert à bâtir la presque totalité des maisons du village, sans qu’il soit souvent possible d’étudier la technique de construction. Les autres matériaux sont nettement moins figurés : pas de représentation de maison en pisé, peu d’habitations en bois11. Quant à la couverture, si les toitures de chaume prédominent à l’extérieur du village, les ardoises ou les tuiles l’emportent dans les agglomérations et parfois des matériaux divers se côtoient.

7À travers ces images, la forme des habitations est mal perçue, alors que les sources écrites et les fouilles archéologiques témoignent d’une variété de plans d’une région à l’autre, mais aussi au sein d’un même village suivant les niveaux sociaux. La maison élémentaire d’une ou deux pièces, la ferme à plan quadrangulaire ou encore l’habitation mixte ne peuvent être reconnues à travers les œuvres des enlumineurs qui, même au XVe siècle, n’ont guère le souci d’une transcription réaliste.

8Les fermes sont souvent flanquées de bâtiments annexes où ont lieu plusieurs travaux : une grange peut être consacrée aux travaux de vinification, une autre à la céréaliculture, en particulier au battage durant l’hiver. Elle est alors surmontée d’un grenier. Plus souvent ce dernier s’élève au-dessus de l’habitation. D’autres dépendances sont affectées à l’élevage. Une bergerie qui se réduit souvent à un simple toit sur des poteaux corniers, plus rarement une étable ou un appentis servant de porcherie entourent l’habitation.

  • 12 Bibl. Communale, ms. 853.
  • 13 Par exemple dans le Psautier de Bonmont conservé à Besançon, BM, ms. 54, f. 6v.
  • 14 BN, Paris, Lat. 1234, f. 36v, datant de 1270.
  • 15 Par exemple dans un Livre d’Heures, conservé à la BN, Lat. 924, f. 2.

9Il faut rappeler que les documents décrivent avant tout l’intérieur des fermes, certes habitations rurales mais non situées au cœur du village et L’iconographie, si elle ne permet pas de connaître le nombre et l’agencement des différentes pièces de la maison, nous fait entrer dans la salle commune où se passent de nombreuses scènes. En effet aux mois de janvier et février, moins souvent en décembre dans les calendriers antérieurs au XIIIe siècle, les paysans prennent un repas ou se reposent au coin du feu. Le mois de janvier d’un calendrier conservé à Forli12 montre exceptionnellement deux pièces contiguës : la salle commune avec sa cheminée et une pièce où sont entreposés tonneaux et fagots ; cette resserre utilisée aussi comme cellier devait exister dans la majorité des maisons. Sur maintes images des XIIe et XIIIe siècles, un foyer à même le sol13, adossé à un mur ou au centre de la salle pour éviter les risques d’incendie, est l’unique aménagement intérieur. Un évent permet l’évacuation de la fumée ; plus souvent aucun système de tirage n’est représenté. Dès le XIIIe siècle apparaissent plusieurs cheminées construites, censées appartenir à des maisons paysannes : une simple hotte conique se prolonge sur le toit par un conduit extérieur comme dans le Martyrologe d’Usuard14 (Fig. 3). La cheminée peut être complétée par des piedroits, parfois surmontés de corbeaux, par exemple dans le calendrier de la cathédrale de Strasbourg datant de 1280 environ. Il est à noter qu’aucun calendrier italien des XIIe et XIIIe siècles ne figure de structure bâtie autour d’un foyer alors que les braseros y sont d’un usage fréquent. À la fin du XIVe et au XVe siècle, les cheminées se généralisent, même en Italie où elles se limitent à des hottes tronconiques, notamment dans les Tacuinum Sanitatis produits en Lombardie durant le dernier quart du XIVe siècle ; dans les cycles français15, la hotte est supportée par des piédroits. À quel milieu social appartiennent ces maisons ? Dans certains cas, il est bien difficile de trancher. Une crémaillère à dents ou à anneaux garnit le plus souvent le foyer tandis que le trépied reste occasionnel et les chenets rarissimes.

  • 16 Comme sur le calendrier sculpté de Notre-Dame de Senlis.
  • 17 BN, Paris, Fr. 50, f. 91v.

10En dehors de cet élément architectural, la salle commune ne comporte qu’un mobilier extrêmement sobre : des crochets dans les murs, une perche pour suspendre les vêtements, une autre près de l’âtre pour fumer saucisses et jambons, des étagères ou une niche pour le rangement, avec parfois un ou deux coffres en complément pour mettre à l’abri les réserves et les biens les plus précieux. Quelques sièges dépareillés, escabeaux ou bancs sans dossier, sont disposés près du feu, mais on s’assied aussi par terre16. Parfois une table, une planche sur des tréteaux, est dressée pour les repas, généralement recouverte d’une nappe. Le lit est tout à fait inhabituel. Il est vrai que, dans la salle commune, ce sont surtout les alentours de l’âtre qui sont représentés. Pourtant dans une scène illustrant la naissance de Spartacus dans une maison d’allure modeste, un lit composé d’un simple bâti en bois contraste avec le lit à courtine de la maison royale qui lui fait vis-à-vis17. La vaisselle, utilisée lors des préparations culinaires ou des repas, est en bois ou en céramique ; elle se réduit à quelques pots à cuire, à une cruche, des gobelets et des écuelles. Les pièces d’étain sont très rares, le chaudron et la poêle étant souvent les seuls récipients métalliques.

  • 18 Victoria et Albert Museum, Londres, L. 475.1918, mois de janvier.

11Pourtant sur plusieurs cycles des mois datant du XVe siècle, un intérieur spacieux est décoré de meubles et d’une vaisselle qui dénotent un milieu aisé. Le thème du calendrier se transforme et met alors souvent en scène un monde urbain, comme l’indiquent les tentures, le banc tournis, la table fixe avec sa nappe à liteaux et la vaisselle d’étain des Heures Playfair18.

  • 19 BN, Paris, Lat. 9333, f. 8v.
  • 20 Conservé à la Bibliothèque Estense de Modène, Lat. 924, f. 6v. Dans un Calendrier avec Ephémérides(...)
  • 21 BN, Paris, Lat. 9333, f. 46.

12Si les renseignements relatifs à l’habitat, au demeurant sommaires, peuvent parfois prêter à discussion, les villageois, eux, animent nombre d’images d’un intérêt certain. Pourtant, en raison même des choix des enlumineurs, nous retrouvons encore une grande disparité dans la valeur des documents. Par exemple les enfants sont presque absents du village. C’est seulement dans quelques miniatures du Tacuinum Sanitatis qu’ils sont associés aux tâches agricoles, accompagnant leur mère au jardin pour ramasser des légumes ou cueillir des fruits. Ils se juchent alors dans les arbres pour ramasser par exemple des cerises19. Il est encore moins fréquent que les enfants jouent comme ce garçonnet facétieux du Bréviaire d’Ercole d’Este s’amusant à gonfler une vessie de porc lors de la mise à mort du cochon20. Il arrive que deux enfants se battent en duel avec des tiges de sorgho21. Il faut remarquer que ce sont là toujours des garçonnets ; les filles, qu’elles soient enfants ou adolescentes, sont totalement ignorées.

  • 22 Württ. Landesbibl., Stuttgart, ms. Poet. 6.

13Dans la société villageoise telle que la transmet l’iconographie, les anciens font partie de ces personnages gommés. Toutefois sculpteurs ou enlumineurs réservent quelques travaux jugés particulièrement importants, comme les semailles, aux hommes mûrs dont l’âge est signalé par la barbe. Proche de la caricature est l’enluminure peu ordinaire d’un Roman de la Rose22 où une vieille femme bossue marche dans la campagne à l’aide de deux cannes. Il reste qu’à l’intérieur de la maison, femmes et hommes âgés ne sont jamais représentés.

  • 23 BN, Paris, Nal. 1673, f. 90.
  • 24 Par exemple ONB, Vienne, ms. 2760, f. 88.
  • 25 BM, Alençon, ms. 128, f. 168.
  • 26 Victoria et Albert Museum, Londres, L. 1504.1896, livre 19.
  • 27 Pierpont Morgan Library, New York, ms. 399.

14La place accordée à la villageoise dans les illustrations est plus large, mais elle n’a pas toujours été en rapport avec son rôle dans la société. En effet avant le XIIIe siècle, la paysanne n’est figurée qu’exceptionnellement. Est-ce parce que jusque-là les calendriers ne comportaient guère que des scènes agraires où l’unique personnage était de sexe masculin ou plutôt que les programmes décoratifs étaient dictés par des religieux professant quelque mépris vis-à-vis de la femme ? Ce n’est qu’au XIVe et surtout au XVe siècle qu’on voit la paysanne se consacrer à différentes tâches domestiques, bien qu’elle ne soit pratiquement jamais saisie dans ses activités maternelles, sauf lors de la veillée23 où une femme allaite un bébé tandis qu’une autre berce un jeune enfant. Toujours vêtue d’un tablier qui fait partie intégrante de son costume quotidien, elle fait la lessive à coups de battoir24, elle cuisine devant la cheminée ou encore chasse les souris avec un bâton25. Parfois aidée par les garçons, elle ramène l’eau du puits dans des cruches ou des seaux. Mais à travers les images, c’est surtout le filage qui, comme pour Eve, est son occupation caractéristique : la quenouille ne la quitte pas. Elle en passe le manche dans sa ceinture ou elle la tient à la main lorsqu’elle se rend aux champs ; elle la conserve quand elle garde les moutons et, bien sûr, pendant la veillée. En plus du filage de la laine, la transformation du chanvre ou du lin lui est réservée. Ainsi elle trie et broie les tiges du lin26, parfois à côté des hommes qui le battent dans la cour de la ferme27.

  • 28 Par exemple dans un Bestiaire conservé à Oxford, Bodleian, Bodl. 764, f. 41v.
  • 29 Dans un Tacuinum Sanitatis, notamment celui conservé à Paris, BN, Lat. 9333, f. 59.
  • 30 Comme dans une marge d’un Missel, Meermanno West. Bibl., La Haye, ms. 78 D 40, f. 31.
  • 31 Comme dans le Psautier de Lutrell (BL, Londres, Add. 42130, f. 166v.

15Elle participe encore activement à d’autres tâches de la ferme, particulièrement à l’élevage. Elle surveille les moutons et les tond, travail qu’elle partage avec les hommes ; elle a aussi en charge la traite des vaches28, la fabrication des fromages29 et du beurre (Fig. 4). Lors de l’abattage du porc, elle aide le paysan en recueillant le sang dans une poêle, avant de cuisiner les abats. Enfin c’est elle qui veille sur la basse-cour, la protégeant des animaux sauvages30, qui distribue les grains31 et ramasse les œufs.

  • 32 Par exemple dans un Bréviaire bohémien conservé à la Bibliothèque Universitaire de Prague, ms. XII (...)

16Certains travaux des champs, pour la plupart complémentaires, comme la confection des gerbes au moment de la moisson, l’éparpillement des épis avec la fourche lors du battage, ou encore le fanage sont indifféremment effectués par des hommes ou des femmes, de même que la cueillette des raisins aux vendanges. Au contraire la récolte des fruits et des légumes reste une tâche essentiellement féminine ; elle a lieu dans le jardin potager dont la paysanne assure au moins une partie de l’entretien. D’autres besognes, par exemple le sarmentage, sont exclusivement féminines, comme le confirment d’ailleurs les sources écrites. Alors qu’en France et dans les pays méridionaux, ce sont toujours les hommes qui moissonnent, dans les calendriers rhénans ou bohémiens, c’est la femme qui coupe les blés32. Le rôle de la femme dépasse alors nettement celui d’une main-d’œuvre d’appoint ou saisonnière.

17En fait c’est surtout pour les paysans au travail que la documentation iconographique est riche. Parmi eux, certains devaient vivre dans des habitats dispersés, d’autres résidaient bien évidemment au village, quoiqu’on ne les voie jamais évoluer au sein de cette entité géographique. En réalité ce sont les activités les plus symboliques que décrivent de préférence les calendriers monumentaux ou sculptés, mais aussi de nombreuses illustrations d’épisodes bibliques ou d’ouvrages profanes à la fin du Moyen Age. Toutefois il ne faut pas oublier que ces images ont avant tout un but didactique et doivent donc être lues avec prudence. Elles sont aussi révélatrices de l’évolution des attitudes mentales, en particulier à l’égard du travail.

  • 33 BN, Paris, All. 106, f. 251v.
  • 34 Walters Art Gallery, Baltimore, ms. 88, f. 150.

18Les grands secteurs de l’agriculture, la céréaliculture, la viticulture et l’élevage sont amplement figurés à travers diverses tâches. Si les techniques agricoles ou les outils utilisés n’entrent pas dans le propos de cette étude, grâce à ces scènes agraires, nous participons à la vie quotidienne des paysans. En effet ce sont les travaux ou les répits saisonniers qui imposent au village son rythme, ponctué par les allées et venues aux champs. Alors que les jardins sont pour la plupart attenants à la maison villageoise, les champs peuvent être assez éloignés de l’agglomération. Ainsi le vigneron33, en route vers la vigne, emporte une houe sur l’épaule, une serpe dans une main, une cruche dans l’autre et une besace dans le dos pour ses repas. Dans la marge d’un Livre d’Heures, ce sont un paysan et son fils qui rentrent d’une journée de moisson34 ; ils se désaltèrent à une cruche, tout en portant sur l’épaule, faucilles et bottes de blé suspendues à une perche.

19Plus souvent les enlumineurs saisissent les hommes en plein effort. Si les paysans accomplissent certaines tâches toujours seuls, par exemple la taille de la vigne, l’ouillage du vin, les semailles ou le hersage, nombreux sont les travaux qui s’effectuent à plusieurs. Ainsi pour battre le blé, deux équipes manient leurs fléaux en cadence face à face sur l’aire. Lors de la fenaison, de la moisson ou des vendanges, on s’entraide, car le temps presse. L’année est en effet marquée par des périodes d’activité plus ou moins intense suivant les saisons et le climat. L’été comporte de multiples occupations comme le prouve d’ailleurs la variété des tâches représentées dans les cycles des mois : fenaison, moisson, battage, réparation des tonneaux, plus rarement sarclage, cueillette des fruits ou tonte des moutons. L’hiver, quelques travaux tels que les labours, la récolte des raves, la glandée et l’abattage du porc mobilisent encore le paysan hors de chez lui. C’est l’époque où il débite son bois et le transporte à dos d’âne vers la maison. Mais surtout il se calfeutre au coin du feu, tout en se livrant à quelques activités artisanales ou en préparant les échalas qui seront bientôt nécessaires pour les vignes.

  • 35 Comme dans un calendrier du XVe siècle conservé à Dresde, Sachsische Landesbibl. ou à Munich, Bay. (...)

20Si la majorité des travaux s’exécutent dans les champs, certains se déroulent dans les dépendances de la maison ou dans des installations communautaires ou seigneuriales. Par exemple les céréales sont battues soit sur l’aire de battage, soit sous la grange durant l’hiver, surtout dans les régions septentrionales35. De même on procède au foulage, à l’ouillage ou encore à l’abattage du porc le plus souvent dans la cour de la ferme ou dans les bâtiments annexes.

  • 36 Musée Condé, Chantilly, 65 (1284), f. 4v.

21En plus de ces tâches essentielles qui accaparent la majeure partie du temps des paysans, d’autres occupations, comme la pêche, la chasse, mais aussi la cueillette sont épisodiquement figurées, ces activités fournissant d’intéressants compléments alimentaires. Par exemple au mois d’avril des Très Riches Heures du Duc de Berry36, des villageois relèvent un filet dans un étang, alors que, dans les fresques de l’église de Mesocco, en Italie, une femme ramasse avec une branche entaillée les châtaignes que gaule son compagnon.

  • 37 BN, Paris, Fr. 12330, f. 214v.
  • 38 BN, Paris, Fr. 143, f. 148.

22Nombreux sont les artisans dans l’iconographie ; mais une fois de plus il n’est pas aisé de préciser s’il s’agit de citadins ou de villageois. En effet d’une manière générale peu d’indications sont données sur l’intégration de la scène à l’habitat. Lorsqu’un artisan ferre un cheval maintenu dans un travail (cadre de bois), où se situe la scène, sans référence avec l’environnement ? Or, d’après les sources écrites, nous savons que le forgeron ou le maréchal-ferrant tiennent une place importante dans le village. Si dans une version du Traité d’Agriculture de Pier’ de Crescenzi, datant de la fin du XVe siècle37, il est vraisemblable que l’action se passe dans un domaine agricole, comment connaître le statut exact de l’artisan ? Pourtant à partir du XIVe siècle, sur plusieurs représentations de Vulcain ou Tabulcain, le forgeron s’affaire dans un atelier avec vue sur la campagne. Dans un Livre des Echecs amoureux38, des fers à chevaux, des lames de houe, mais aussi les outils de l’artisan lui-même révèlent son double métier de forgeron et de maréchal-ferrant. Toutefois rien ne signale que la forge a été un des lieux favoris de rencontre pour les villageois.

  • 39 BN, Paris, Lat. 9333, f. 71v.
  • 40 BN, Paris, Lat. 9333, f. 75.

23D’autres métiers liés étroitement à la vie du village sont ceux en rapport avec l’alimentation. Le Tacuinum Sanitatis notamment consacre plusieurs rubriques aux boulangers ou plutôt fourniers et aux bouchers. Ainsi sur onze miniatures, un ou plusieurs personnages, à l’intérieur d’une boucherie, sont en train de découper de la viande de veau39, de porc, de bœuf, ou d’agneau mais aussi des cœurs d’animaux, du lard gras ou des cervelles40. Là encore il est difficile d’être catégorique sur l’implantation de ces artisans.

  • 41 Par exemple à Forli, Bibl. Communale, ms. 853, f. 6.

24Ces tâches s’exercent à temps plein ; d’autres ne nécessitant qu’un outillage restreint sont le plus souvent prises en charge par les paysans eux-mêmes, comme la réparation des tonneaux au mois d’août dans les calendriers italiens41, tandis que la fabrication des vaisseaux vinaires demeure du ressort du tonnelier dans les cités viticoles. Il devait en aller de même pour maints petits travaux de menuiserie ou même de maçonnerie.

  • 42 Bibl. Royale, Bruxelles, ms. 1175, f. 59.
  • 43 BN, Paris, Fr. 12559, f. 167.
  • 44 BN, Paris, Fr. 2092, f. 6v. ou 18v.
  • 45 BN, Paris, Fr. 5054, f. 91v.

25Les marchés où se rencontrent les gens des villes et de la campagne n’ont guère eu la faveur des enlumineurs. Pourtant dans le Vieil Rentier d’Audenarde42, des femmes vendent des œufs, dans un lieu, il est vrai, peu caractéristique, tandis que, dans une copie du Chevalier errant (Fig. 5) de Thomas de Saluces43, paysans et paysannes sont rassemblés sur la place d’un bourg pour le marché : légumes mais aussi volailles, vaches et porcs sont vendus par ces ruraux côtoyant des marchands de draps ou de chaudrons. Le marché urbain exerce une forte attraction sur les gens de la campagne pour y écouler les excédents de la production : sur plusieurs miniatures de la Vie de Monseigneur Saint Denis44, des villageois se rendent à Paris pour vendre leurs moutons et leurs porcs ou leurs grains, à preuve une charretée de blé. Il est d’ailleurs significatif que, dans les Vigiles de Charles VII45, les Anglais cherchant à s’introduire dans la ville de Pontoise se déguisent en paysans et portent des paniers à volailles, des bottes de poireaux et des plateaux garnis de fromages.

  • 46 Pierpont Morgan Library, New York, ms. 638, f. 17v.
  • 47 BL, Londres, Add. 24098, f. 25v.
  • 48 ONB, Vienne, Serie nova 2644.

26Si, à travers les images, l’écoulement des mois et des saisons est très sensible, le déroulement de la journée l’est beaucoup moins. Rares en effet sont les scènes domestiques. En janvier ou en décembre, quelques repas montrent le paysan seul à table ; il coupe son pain ou boit son vin. Le plus souvent, le dos au feu, il se réchauffe. Parfois sa femme est debout à ses côtés ou le sert. Lors de certains travaux champêtres, comme la moisson, les paysans déjeunent aux champs, par exemple dans la Bible Maciejowski46 (Fig. 6) du XIIIe. Dans un Livre d’Heures du début du XVIe siècle47, une femme porte un panier et une cruche aux moissonneurs. Outre le temps des repas, la veillée a droit à une rubrique dans les Tacuinum Sanitatis. Toute la famille est assise sur des tabourets autour du foyer, source de chaleur et de lumière. On se repose ; la mère donne le sein, d’autres filent la laine tandis que le père tisonne le feu et que les enfants somnolent48 (Fig. 7). Quant au paysan, il n’est jamais vu en train de dormir ; à travers l’iconographie, le repos et même les occupations à l’intérieur de la maison ne comptent guère dans sa vie avant tout rythmée par le travail des champs.

  • 49 Par exemple dans un Livre d’Heures conservé à Paris, BN, Nal. 3134, f. 54.
  • 50 BN, Paris, Lat. 1173, f. 20v.
  • 51 Musée Condé, Chantilly, 65 (1284), f. 8v, mois d’août.
  • 52 BN, Paris, Fr. 1872, f. 14v.

27En effet les loisirs paysans ont été très peu illustrés. Nous n’avons trouvé aucune allusion aux grandes fêtes religieuses comme Pâques ou la Saint Jean, pas plus qu’aux processions des Rogations, la veille de l’Ascension, pour obtenir la fertilité des terres. Dans les miniatures, le rôle de l’église dans la vie villageoise est totalement occulté. Il en va de même pour les rites agraires, en particulier les feux festifs. Seule la ronde des "pastoureaux et pastourelles" témoigne des jeux dans la société rurale. Ce thème, généralement intégré aux Livres d’Heures, est quelquefois traité pour lui-même ; le plus souvent il orne la marge inférieure du folio relatif à l’Annonce aux Bergers49. Quelques bergers et bergères, main dans la main, dansent, parfois autour d’un arbre comme dans les Heures de Charles d’Angoulême50, tandis que des compagnons jouent de la musette. D’autres plaisirs champêtres sont fugitivement évoqués : par exemple dans les Très Riches Heures du Duc de Berry51 (Fig. 8), des paysans ont interrompu quelques instants la moisson pour se baigner dans un étang. Prétendre connaître la vie collective du village à travers les illustrations serait un leurre, car peu ordinaires sont les enluminures comme celle d’un Calendrier avec Ephémérides52, datant du début du XVIe siècle. Les villageois y sont réunis pour la chasse au loup : armés de fourches, de fléaux, d’épieux ou de poêles, ils sont accompagnés de leurs chiens. Femmes et hommes poursuivent l’animal jusqu’à la lisière de la forêt ; la solidarité paysanne joue face à la précarité de la vie quotidienne.

  • 53 BL, Londres, Royal 2 B VII, f. 78v.

28Ainsi les documents iconographiques, s’ils nous font parfois mieux appréhender la quotidienneté des villageois, passent sous silence des pans entiers de la vie du village, par exemple les rapports entre seigneurs et paysans, si importants pour la communauté. Bien sûr il n’est pas facile de les transcrire graphiquement. Mais le répertoire ne compte aucun four banal, à peine quelques moulins dont le statut n’est pas identifiable. Exceptionnel est le mois de juillet du Psautier de la Reine Mary où trois paysans moissonnent en ligne sous le regard d’un intendant53 ; il serait tentant de voir là l’exécution d’une corvée.

29Ces images doivent donc être examinées avec vigilance et soigneusement confrontées aux autres sources documentaires. Une fois leurs limites prises en compte, elles nous permettent alors de mieux visualiser le cadre du village mais surtout ses habitants, dans leurs gestes familiers, leur labeur et leurs liens étroits avec les terres qui les cernent.

Chantilly, Condé, ms. 65 (1284), f. 164, Très Riches Heures du Duc de Berry, 1413-1416, Christ et la Cananéenne (arrière-plan)

Bruxelles, Bibl. Royale, ms. II, 158, f. 1, Heures de la Vierge d’Hennesy, 1510-1530, mois de janvier

Paris, BN, Lat 12834, f. 36v, Martyrologe de Saint Germain des Prés, 1270, mois de février

Paris, BN, Lat 9333, f. 59. Albucasis : Tacuinum Sanitatis, première moitié du XVe siècle, beurre

Paris, BN, Fr 12559, f. 167. Thomas de Saluces : Chevalier errant, 1404, marché

New York, Pierpont Morgan Library, ms. 638, f. 17v. Bible Maciejowski, 1250-1255, Ruth et Booz

Vienne, ONB, Serie nova 2644. Albucasis : Tacuinum Sanitatis, 1385-1390, veillée

Chantilly, Condé, ms. 65 (1284), f. 8v, Très Riches Heures du Duc de Berry, 1413-1416, mois d’août

Notes

1 BN, Paris, Fr. 22531, f. 227v.

2 Musée Condé, Chantilly, ms. 65 (1284), f. 164.

3 BN, Paris, Fr. 20128, f. 147.

4 BN, Paris, Fr. 22297.

5 Cf. l’intervention de F. Piponnier à propos d’Essertines.

6 Musée des Beaux Arts, Dijon, Inv. CA 150.

7 BN, Paris, All. 133, f. 106v.

8 Bibl. Marciana, Venise, Lat. I, 99.

9 Bibl. Royale, Bruxelles, ms. II, 158.

10 Comme dans le Livre de la chasse de Gaston Phoebus, BN, Paris, Fr. 616, f. 108v. ou 109.

11 Par exemple dans un Livre d’Heures du début du XVIe siècle, où la maison est en bois tandis que la grange mitoyenne est en pans de bois (BL, Londres, Add. 24098, f. 28v.

12 Bibl. Communale, ms. 853.

13 Par exemple dans le Psautier de Bonmont conservé à Besançon, BM, ms. 54, f. 6v.

14 BN, Paris, Lat. 1234, f. 36v, datant de 1270.

15 Par exemple dans un Livre d’Heures, conservé à la BN, Lat. 924, f. 2.

16 Comme sur le calendrier sculpté de Notre-Dame de Senlis.

17 BN, Paris, Fr. 50, f. 91v.

18 Victoria et Albert Museum, Londres, L. 475.1918, mois de janvier.

19 BN, Paris, Lat. 9333, f. 8v.

20 Conservé à la Bibliothèque Estense de Modène, Lat. 924, f. 6v. Dans un Calendrier avec Ephémérides (BN, Paris, Fr. 1872, f. 13), nous retrouvons une scène analogue.

21 BN, Paris, Lat. 9333, f. 46.

22 Württ. Landesbibl., Stuttgart, ms. Poet. 6.

23 BN, Paris, Nal. 1673, f. 90.

24 Par exemple ONB, Vienne, ms. 2760, f. 88.

25 BM, Alençon, ms. 128, f. 168.

26 Victoria et Albert Museum, Londres, L. 1504.1896, livre 19.

27 Pierpont Morgan Library, New York, ms. 399.

28 Par exemple dans un Bestiaire conservé à Oxford, Bodleian, Bodl. 764, f. 41v.

29 Dans un Tacuinum Sanitatis, notamment celui conservé à Paris, BN, Lat. 9333, f. 59.

30 Comme dans une marge d’un Missel, Meermanno West. Bibl., La Haye, ms. 78 D 40, f. 31.

31 Comme dans le Psautier de Lutrell (BL, Londres, Add. 42130, f. 166v.

32 Par exemple dans un Bréviaire bohémien conservé à la Bibliothèque Universitaire de Prague, ms. XIII C 1/A, f. 4.

33 BN, Paris, All. 106, f. 251v.

34 Walters Art Gallery, Baltimore, ms. 88, f. 150.

35 Comme dans un calendrier du XVe siècle conservé à Dresde, Sachsische Landesbibl. ou à Munich, Bay. St. Bibl., Clm. 23638, mois de novembre.

36 Musée Condé, Chantilly, 65 (1284), f. 4v.

37 BN, Paris, Fr. 12330, f. 214v.

38 BN, Paris, Fr. 143, f. 148.

39 BN, Paris, Lat. 9333, f. 71v.

40 BN, Paris, Lat. 9333, f. 75.

41 Par exemple à Forli, Bibl. Communale, ms. 853, f. 6.

42 Bibl. Royale, Bruxelles, ms. 1175, f. 59.

43 BN, Paris, Fr. 12559, f. 167.

44 BN, Paris, Fr. 2092, f. 6v. ou 18v.

45 BN, Paris, Fr. 5054, f. 91v.

46 Pierpont Morgan Library, New York, ms. 638, f. 17v.

47 BL, Londres, Add. 24098, f. 25v.

48 ONB, Vienne, Serie nova 2644.

49 Par exemple dans un Livre d’Heures conservé à Paris, BN, Nal. 3134, f. 54.

50 BN, Paris, Lat. 1173, f. 20v.

51 Musée Condé, Chantilly, 65 (1284), f. 8v, mois d’août.

52 BN, Paris, Fr. 1872, f. 14v.

53 BL, Londres, Royal 2 B VII, f. 78v.

Table des illustrations

Légende Chantilly, Condé, ms. 65 (1284), f. 164, Très Riches Heures du Duc de Berry, 1413-1416, Christ et la Cananéenne (arrière-plan)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25496/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende Bruxelles, Bibl. Royale, ms. II, 158, f. 1, Heures de la Vierge d’Hennesy, 1510-1530, mois de janvier
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25496/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Paris, BN, Lat 12834, f. 36v, Martyrologe de Saint Germain des Prés, 1270, mois de février
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25496/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende Paris, BN, Lat 9333, f. 59. Albucasis : Tacuinum Sanitatis, première moitié du XVe siècle, beurre
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25496/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Paris, BN, Fr 12559, f. 167. Thomas de Saluces : Chevalier errant, 1404, marché
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25496/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Légende New York, Pierpont Morgan Library, ms. 638, f. 17v. Bible Maciejowski, 1250-1255, Ruth et Booz
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25496/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Vienne, ONB, Serie nova 2644. Albucasis : Tacuinum Sanitatis, 1385-1390, veillée
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25496/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Chantilly, Condé, ms. 65 (1284), f. 8v, Très Riches Heures du Duc de Berry, 1413-1416, mois d’août
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25496/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 386k

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search