Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et villageois au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Villages et villes de Normandie à la fin du Moyen Âge : le cas des villages entre Caen, Bayeux et Falaise

François Neveux

Texte intégral

1Chaque village ou presque, à la fin du Moyen Age, dispose de sa propre mesure de capacité pour les grains. Mais souvent les rentes sont stipulées dans la mesure d’une autre localité, plus importante, ou bien de la ville voisine. On peut supposer que les villageois et les bénéficiaires des redevances s’entendaient sur l’utilisation d’une mesure pratique, sans doute celle du lieu où le grain en question était destiné à être vendu. Ainsi, le relevé systématique des mentions de mesure, et leur cartographie, semble un moyen intéressant de mieux cerner les rapports entre villages et villes sur le plan économique. Nous avons tenté l’expérience en ce qui concerne les villages situés dans la région de Caen, de Bayeux et de Falaise.

  • 1 Signalons notamment les sources conservées dans la bibliothèque du chapitre (A.D. Calvados) : cartu (...)
  • 2 A.D. Calvados, 7 E 86 à 112. C’est une masse considérable (28 gros registres de 1380 à 1500), et no (...)
  • 3 Il s’agit des recherches de M. Lucien Musset que je tiens à remercier chaleureusement pour l’aide q (...)
  • 4 Il s’agit des recherches menées par M. Bertrand Bonnin dans le cadre de sa maîtrise. Je le remercie (...)

2Notre documentation est en grande partie ecclésiastique dans le cas de Bayeux1. Dans le cas de Caen, la source principale est constituée par les registres du tabellionnage2. Dans celui de Falaise, nous avons pu utiliser des recherches concernant l’abbaye de Saint-André-au-Gouffern3 et l’abbaye de Barbery4.

3Bien entendu, la nature de ces sources incite à la prudence. Les bénéficiaires des rentes (et surtout les ecclésiastiques) pouvaient imposer l’usage d’une mesure urbaine, même si le paysan lui-même ne se rendait pas à la ville pour y écouler son grain. De plus, les cartulaires reproduisent souvent les actes de façon répétitive. Mais on peut constater que l’usage des mesures urbaine a tendance à se développer aux XIVe et XVe siècles (par rapport au ΧΙΙIe siècle), sans que celui des mesures locales aient complètement disparu, loin de là.

  • 5 L. Delisle, Études sur la condition de la classe agricole et l’état de l’agriculture en Normandie a (...)
  • 6 En ce qui concerne la France, un Comité Français de Métrologie Historique a vu le jour en 1989. Voi (...)

4Par ailleurs, le maniement des mesures anciennes, et en particulier des mesures de capacité, pose à l’historien des problèmes redoutables du fait de leur extrême diversité, comme de leur grande variabilité. En ce qui concerne la Normandie, le premier historien qui s’est intéressé sérieusement à ce problème est Léopold Delisle dans un ouvrage qui reste fondamental5. Depuis, la question a été abordée de front, notamment à partir de 1973, dans le cadre du Comité International pour la Métrologie Historique6.

  • 7 Voir B. Garnier, « Sur la métrologie des grains... », art. cité, p. 60.

5Il n’est pas possible d’étudier ici dans le détail les problèmes posés par la valeur des différentes mesures auxquelles nous ferons référence. Contentons-nous de signaler quelques éléments essentiels, en procédant évidemment de façon régressive7.

Mesure de :
(1 boisseau à blé)

CAEN

EVRECY

BAYEUX

FALAISE

- Tables révolutionnaires

26,4

28,8

29,2

34,6

- Enquêtes de 1755-1756

28,6 à

32,5 à

38,1 à

29,3

33,3

38,7

  • 8 A.D. Calvados, C 2767. Selon les Tables révolutionnaires de l’an X, le pot valait 1,86 litres dans (...)
  • 9 Voir L. Delisle, Études..., op.cit., p. 551. La nouvelle mesure valait 1,20 de l’ancienne.
  • 10 La première mention que nous ayons trouvée de la « mesure ancienne de Caen » date du 11 octobre 142 (...)
  • 11 Voir A.D. Calvados, C 2767. Un compte de l’Hôtel-Dieu de Bayeux, datant de 1466, comprend une conco (...)

6Lorsque l’on tente de remonter au-delà du XVIIIe siècle, on constate que la mesure de Caen est la mieux connue, mais qu’elle a subi d’importantes variations. En effet, en 1557, la contenance du boisseau fut fixée à 14 pots, valeur qu’il aurait encore théoriquement au moment de la Révolution8. Mais, avant 1510, il ne comprenait que 9 pots 1/3. Or, la mesure de Caen avait déjà été l’objet d’une modification sous Henri V9. Cependant, il est probable que ce changement n’avait guère été accepté par les usagers puisqu’après la réforme, la plupart des rentes étaient stipulées en « mesure ancienne de Caen ». Cette ancienne mesure était probablement restée d’usage courant jusqu’en 151010. La mesure de Bayeux ne semble pas avoir été l’objet de tels bouleversements11.

7En dehors de ces grandes mesures on se sert également, dans la région comme ailleurs de multiples mesures locales. Cette diversité est en général un inconvénient pour qui s’intéresse à l’histoire rurale ; elle est même un vrai casse-tête pour les quantitativistes.

  • 12 La halle-aux-blés de Caen était situé rue St Pierre et celle de Bayeux, rue St Jean, c’est-à-dire à (...)

8En revanche, de mon point de vue, elle peut être considérer comme un atout. En effet, il ne s’agit plus d’étudier la capacité réelle de ces mesures, mais leur aire d’utilisation. Les villes de Caen, Bayeux et Falaise disposaient chacune d’une halle-aux-blés où les villageois, comme les bénéficiaires de rentes, pouvaient facilement écouler leurs grains12. Les villages où l’on faisait usage des mesures urbaines (même en concurrence avec des mesures locales) se trouvaient donc placés d’une certaine manière dans l’orbite économique de ces villes.

9Abordons pour commencer le cas de Bayeux (Fig. 1). Des mentions de la mesure de Bayeux sont présentes dans un rayon de 15 kilomètres autour de la ville, mais elles sont inégalement réparties. Elles sont surtout nombreuses vers l’Est et le Sud-Est (dans la direction de Caen), en particulier jusqu’à la Seulles, et encore vers le Nord-Ouest. En revanche, elles sont quasiment absentes vers le Sud-Ouest.

  • 13 Voir F. Neveux, Recherches..., op. cit., t. 1, p. 72 et 130-131, t. 2, p. 273-276 et 346-347, planc (...)

10Ces mentions de la mesure de Bayeux témoignent des déplacements effectués par les villageois vers la ville : elles nous apportent inversement des informations sur la zone d’influence économique de la cité épiscopale. À cet égard, les indications figurant sur cette carte sont confirmées par ce que nous savons de l’origine des Bayeusains ou de leurs investissements à l’extérieur13. Le rayonnement de Bayeux s’exerce donc fortement à l’Est et à l’Ouest, mais il est presque nul vers le Sud, et plus précisément vers le Sud-Ouest. Paradoxalement, ce sont les villages situés à l’Est qui subissent le plus l’influence de Bayeux, alors qu’ils sont aussi proche de Caen, ville plus importante aux XIVe et XVe siècles.

11Or les villages de cette région (entre la Seulles et l’Orne) ne sont pas pour autant insensibles à l’attraction de Caen, bien au contraire (Fig. 1). En effet, les mentions de la mesure de Caen sont très nombreuses au Nord, vers la mer (jusqu’à 15 kilomètres) et à l’Ouest, vers Bayeux (jusqu’à 20 kilomètres). Dans cette direction, où Caen est en concurrence avec Bayeux, la Seulles constitue une limite très nette, puisque la mesure de Caen n’est pratiquement jamais utilisées à l’Ouest de cette rivière (alors que l’inverse n’est pas vrai). Dans les autres directions, les mentions de la mesure de Caen sont moins denses et, surtout, moins éloignées de la ville. On en trouve seulement jusqu’à 10 kilomètres vers le Sud-Ouest, où s’exerce la concurrence de la mesure d’Evrecy. Notons que nous approchons ici de la région qui semblait également réfractaire à l’influence de Bayeux. On trouve encore la mesure de Caen vers l’Est, jusqu’à 10-15 kilomètres. Dans cette direction, la zone marécageuse de la Dives forme ensuite un obstacle difficilement franchissable, véritable coupure entre deux Normandies. Enfin, vers le Sud-Est aussi, on se sert de mesure de Caen jusqu’à 10-15 kilomètres, lorsqu’elle entre en concurrence avec celle de Falaise.

12Le cas de Falaise n’a pas pu être étudié de façon aussi approfondie que celui de Bayeux ou de Caen. Les quelques résultats obtenus n’en sont pas moins intéressants et corroborent ce que nous avons pu observer jusqu’ici (Fig. 2). En effet, la mesure de Falaise est en usage vers le Nord jusqu’à 20 kilomètres environ, c’est-à-dire jusqu’à la zone où, nous le savons, elle côtoie celle de Caen. Vers le Sud, on la trouve encore jusqu’à 15-20 kilomètres. En revanche, la même mesure ne dépasse pas les 10 kilomètres vers l’Est et ne les atteint pas vers l’Ouest.

  • 14 Précisons que la collecte des mentions de mesures locales ne concerne que les régions de Caen et de (...)

13Bien entendu, la mesure de Falaise, comme celle de Caen, doit aussi compter, dans son aire d’influence, avec les mesures locales. Certaines de ces mesures sont utilisées en dehors de leur paroisse d’origine. Signalons ainsi, au Sud de Falaise, la mesure d’Ecouché et celle de Trun ; à l’Est de Falaise et de Caen, les mesures de St Pierre-sur-Dives, Argences et Troarn ; à l’Ouest de Caen, enfin, les mesures de Bernières, Bény, Loucelles, Le Mesnil-Patry, Fontenay-le-Pesnel, Cheux, Eterville et Bricquessard14.

14Mais il faut réserver une attention particulière à la mesure d’Evrecy dont le cas est particulièrement intéressant (Fig. 1). En effet, voici une localité située à moins de 15 kilomètres de Caen, vers le Sud-Ouest, dans une zone où la mesure urbaine n’est pas totalement absente, mais où elle faiblement utilisée. Or la mesure d’Evrecy la remplace, en quelque sorte, dans une petite région de 5 à 10 kilomètres de rayon, qui aboutit vers le Nord-Est à Bretteville-sur-Odon, aux environs immédiats de Caen. On peut donc penser que les paysans des villages situés autour d’Evrecy écoulaient leurs grains dans cette petite localité plutôt qu’à la halle-aux-blés de Caen, pourtant bien proche.

  • 15 Cette zone de répulsion commence à une dizaine de kilomètres au Sud de Bayeux, à une quinzaine de k (...)

15Le cas de la mesure d’Evrecy nous montre clairement qu’il existe une zone de répulsion, réfractaire à l’influence des villes de cette Normandie centrale, Caen, Bayeux et Falaise15. En revanche, l’attraction de Caen et de Bayeux s’exerce sur une vaste zone côtière entre la Vire, à l’Ouest, et la Dives, à l’Est (soit sur plus de 60 kilomètres). La profondeur de cette zone varie de 10 kilomètres à l’Ouest à 25 kilomètres à l’Est de Caen. La ligne de partage entre les domaines de Caen et de Bayeux est nettement constituée par la Seulles. Falaise, quant à elle, possède sa propre zone d’influence qui prolonge celle de Caen vers le Sud-Est : elle s’étend sur plus de 30 kilomètres du Nord au Sud mais sur 15 à 20 kilomètres d’Est en Ouest.

  • 16 M. Gouron, « Achats en foire d’un marchand drapier d’Anduze, 1408-1418 », dans Actes du congrès rég (...)

16Bien entendu, Caen, Bayeux ou Falaise ne constituent pas des exceptions, mais leur rayon d’action est comparable à celui de beaucoup d’autres villes médiévales. Sans doute n’arrivent-elles pas au niveau des villes du Languedoc, de Poitiers, de Tours ou même de Rouen, capitale de la Normandie, dont le rayonnement atteint ou dépasse les 30 kilomètres16.

  • 17 L. Trenard (sous la direction de), Histoire de Lille, t. 1, 1970, p. 236-239. J. Schneider, La vill (...)

17En revanche, leurs zones d’influence de 15 à 20 kilomètres sont à rapprocher de celle de Lille (rayon de 15 kilomètres), de Metz (rayon de 20 kilomètres) ou même de Lyon (quadrilatère de 50 kilomètres sur 20, à l’Ouest de l’axe Saône-Rhône)17.

18En Normandie, comme ailleurs, l’emprise économique des villes ne se fait donc pas sentir, loin de là, sur tous les villages des alentours. Encore faut-il expliquer pourquoi les villageois de certaines régions sont attirés par la ville, alors que ceux d’autres régions y semblent réfractaires.

  • 18 R. Musset, La Normandie, Paris, A. Colin, 1960. A. Frémont, Atlas et géographie de la Normandie, Pa (...)
  • 19 De 20 à 150 m d’altitude, avec environ 600 mm d’eau par an alors que les hauteurs dépassent les 300 (...)
  • 20 La roche en place est le plus souvent du calcaire jurassique, c’est-à-dire la célèbre « pierre de C (...)

19La géographie nous apporte plusieurs éléments d’appréciation, à commencer par les facteurs purement physiques18. Les villes de Bayeux, Caen et Falaise sont en effet situées au cœur de la dépression centrale qui marque la vraie césure entre Haute et Basse Normandie. C’est une zone de basse altitude et de faible pluviométrie, par opposition aux hauteurs fortement arrosées du Sud-Ouest19. C’est une zone appartenant au Bassin parisien, mais à la frontière du Massif armoricain20. C’est un plateau aux horizons plats, couramment dénommé « plaine de Caen (et de Falaise) », recouvert de limon fertile. C’est donc une région favorable aux labours, une région « riche » sur le plan agricole.

20Cette région naturelle correspond assez précisément aux zones d’influence de Caen, de Bayeux et de Falaise, mais elle a évidemment été façonnée par l’homme.

  • 21 P. Brunet, « Problèmes relatifs aux structures agraires de la Basse-Normandie. Orientation des rech (...)
  • 22 Le sous-sol du Bocage est constitué pour l’essentiel par des roches précambriennes et primaires se (...)
  • 23 Voir M. de Boüard, « Paysage agraire et problèmes de vocabulaire : le Bocage et la Plaine dans la N (...)
  • 24 Voir B. Garnier, « La mise en herbe dans le pays d’Auge aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales de N (...)

21Cependant, la question des paysages agraires est délicate. Elle a été abordée dès 1955 par M. Pierre Brunet dans un article pionnier21. À partir de son étude, observons que ces zones d’influence correspondent à peu près au paysage actuel de champs ouverts (openfield), alors que la zone de répulsion correspond à cette région qu’on appelle « le Bocage », marquée par un maillage serré de haies délimitant de petits champs22. Mais cette frontière entre Plaine et Bocage existait-elle déjà à la fin du Moyen Age ? Il faut se montrer très prudent23. Pour tenter d’y voir plus clair, on peut encore une fois procéder de façon régressive. Nous connaissons en effet les grands changements opérés dans le paysage agraire aux XVIIe et XVIIIe siècles : mise en herbe du Pays d’Auge, du Plain et Bessin occidental24. Seul ce dernier cas nous intéresse, et c’est justement un secteur où le rayonnement de Bayeux semble limité.

  • 25 Signalons aussi, en ce qui concerne la région de Bayeux la présence d’un épais massif forestier sit (...)
  • 26 P. Brunet, « Problèmes... », art. cité, p. 116-117. A. Frémont, Atlas et géographie..., op. cit., p (...)
  • 27 M. Mortier, « Recherches sur l’étendue, les subdivisions et la population des vicomtés de Caen et d (...)

22Dans ces régions, on a établi tardivement un bocage nouveau à grandes mailles. En revanche, au Sud-Ouest de Caen et de Bayeux, nous aurions affaire à un bocage « ancien » à petites mailles25 : or c’est cette zone qui paraît imperméable à l’influence des villes de la Plaine. À contrario, il existait probablement dès la fin du Moyen Age un secteur où le paysage de champs ouverts était prépondérant : celui où s’exerçait l’attraction de ces villes26. On y trouvait aussi de gros villages groupés par opposition avec les petits villages dispersés de la zone bocagère. Dans cette partie de la Normandie, la répartition entre la Plaine et le Bocage semble donc bien avoir commandé, depuis le XIVe siècle au moins, les relations économiques entre villes et villages, même si le contraste était sans doute moins vif qu’aujourd’hui. Les villages de la Plaine pouvaient sans doute écouler vers les villes leurs surplus de grains alors que ceux du Bocage étaient probablement victimes d’un déficit chronique en matière de production céréalière27.

23Ces villages étaient attirés par l’une des trois villes que nous étudions : Caen, Bayeux et Falaise. Le choix de l’une ou l’autre ville dépendait en premier lieu de la situation géographique, mais d’autres facteurs entrent aussi en ligne de compte.

  • 28 M. Nortier, ibidem, p. 133-134 (1372). A.N., KK350, compte d’Yvon Huart, receveur en la ville et vi (...)
  • 29 A la période moderne, on ne cultivait pas le froment sur les sols infertiles du Bocage, mais le sei (...)

24Tout d’abord, ces villes sont d’importance inégale, sur le plan démographique comme sur le plan économique. Bien entendu, les denrées chiffrées sont à prendre avec la plus extrême prudence. En 1353, la ville de Falaise est comptée pour 986 feux et celle de Caen, en 1365, pour 1861 feux28. En 1372, et encore en 1376-1377, la ville de Caen verse par composition une contribution correspondant à 525 feux. A la même date (1376-1377) Bayeux paie pour 150 feux29. Ces chiffres sont manifestement sous-évalués, mais le rapport entre les villes est intéressant : Falaise serait deux fois moins peuplée que Caen, et Bayeux trois fois et demie. Nous avons sans doute ainsi une idée assez juste du poids relatif des trois villes.

25Il est donc étonnant que Bayeux ait encore exercé au XIVe et au XVe siècles une forte attraction sur les villages environnants, en tout cas en ce qui concerne le commerce des grains. Pour le comprendre, un bref rappel historique est nécessaire.

  • 30 Bayeux est détruite en 1105 au cours de la guerre civile entre Robert Courteheuse et Henri Beaucler (...)

26Bayeux est une ancienne ville romaine, la seule de la région qui ait reçu un évêque vers le IVe siècle. Elle s’est donc retrouvée à la tête d’un diocèse englobant les anciens territoires des Bajocasses et des Viducasses (de la Vire à la Dives). En revanche, Caen et Falaise sont des « villes nouvelles » du XIe siècle. Au départ, la concurrence est très vive entre Bayeux et Caen, mais dès le début du XIIe siècle, la seconde prend le pas sur la première30. Cependant, amoindrie, Bayeux reste encore un centre ecclésiastique et même un centre économique au plan local.

27À cet égard, il faut tenir compte du réseau routier qui joue un rôle considérable dans les relations entre villages et villes.

  • 31 D. Bertin, « Introduction à une étude de l’époque gallo-romaine en Basse-Normandie : carte de répar (...)

28La question des routes médiévales de Normandie est loin d’avoir été étudiée en détail, mais quelques éléments peuvent être avancés. Le réseau routier a été profondément modifié depuis l’époque romaine. L’axe principal conduisait alors du Cotentin à Sées, en passant par Bayeux et Vieux (capitale des Viducasses). Avec l’apparition de Caen et de Falaise, on peut constater d’importants changements : l’axe Caen-Bayeux (également romain) devient un axe essentiel et un nouvel itinéraire se développe entre Caen et Falaise (beaucoup plus tortueux que la route actuelle, datant du XVIIIe siècle). Cependant les voies romaines transversales continuent à être utilisées : « chemin haussé », de Bretteville-l’Orgueilleuse à Jort, en passant par Vieux et Bully, voie de Bayeux à l’estuaire de l’Orne31. Notons, par exemple, que la mesure de Bayeux est encore largement utilisée le long de cette voie, comme de la voie Caen-Bayeux, en concurrence avec celle de Caen (Fig.).

  • 32 Voir F. Neveux, « Recherches... », op. cit., planche XXIV. L. Musset, « Voie publique et chemin du (...)

29Au cours du Moyen Age, se constituent également un réseau de « chemins du roi » en étoile autour de Bayeux et de Caen. Ils relient les villes aux villages et sont des instruments indispensables à leur rayonnement économique32.

  • 33 M. Nortier, « Recherches... », art. cité, p. 127-131 et 137-138. P. Gouhier, A. et J.-M. Valiez, At (...)
  • 34 Lanfranc de Panthou, Monographie de la commune d’Evrecy, Caen, 1900, p. 87-100.

30Les zones d’influence des villes se sont églament modelées sur les circonscriptions administratives. C’est incontestable en ce qui concerne le partage entre Caen et Bayeux. La Seulles est une vieille frontière administrative entre les deux vicomtés de Caen et de Bayeux (et, plus tard, entre les deux élections, puis les deux arrondissements). Or la mesure de Caen n’est pratiquement jamais utilisée au-delà de la Seulles. De même, le rayonnement de la mesure de Falaise s’explique en partie par le fait que la ville était, elle aussi, le siège d’une vicomté. Ajoutons que de nouvelles vicomtés ont été créées au XIIIe ou au XIVe siècle : vicomté de Trun33 et vicomté d’Evrecy. Cette dernière est un cas très intéressant de notre point de vue. En effet, cette vicomté consacre la reconnaissance d’une petite zone économique qui se traduit par un usage général de la mesure d’Evrecy (Fif. 1)34.

  • 35 C’est le cas de Bernières, Cheux, Briquessard, Troarn, Argences, St Pierre-sur-Dives et Argentan.

31Il est encore possible de tenir compte de la structure administrative à un niveau plus modeste : celui de la sergenterie. En effet beaucoup de mesures locales utilisées en dehors de leur village d’origine sont celles des chefs-lieux de sergenteries35.

  • 36 P. Gouhier, A. et J.-M. Valiez, Atlas historique de Normandie, t. 3, planche : « l’organisation déf (...)

32Ajoutons un dernier élément d’appréciation : la densité des forteresses qui est beaucoup plus grande dans la région de « la Plaine » au sens large, des Veys à Falaise, que dans le Bocage où les fortifications sont pratiquement inexistantes36.

33La collecte systématique des mentions de mesures de grains permet donc de déterminer avec une assez grande précision les zones d’influence des villes sur les villages environnants. Bien sûr, il ne s’agit là que de la circulation des grains, mais il est un des aspects importants du rapport entre villes et villages au Moyen Age.

34Les zones d’influence de Caen, Bayeux et Falaise s’étendent sur la riche « plaine » agricole qui marque la limite entre Bassin Parisien et Massif armoricain. Mais les trois villes se partagent ce terrain commun en fonction de critères complexes où les facteurs historiques et les frontières administratives comptent plus que le seul poids économique (Caen l’emportant largement à cet égard).

35Il reste une vaste région dont les villages semblent fermés à l’attraction urbaine. Cette zone de répulsion correspond en gros au Bocage, terre ingrate du Massif armoricain, mais elle commence aux portes de Caen, vers le Sud-Ouest avec la vicomté d’Evrecy.

36En simplifiant, on peut opposer les villages groupés de la Plaine, ouverts sur l’extérieur, qui ont des rapports suivis avec les villes, aux villages dispersés du Bocage, refermés sur leur petite région. Ces structures mises en place à l’époque médiévale contiennent en germe celles de l’époque moderne, et même de l’époque contemporaine.

Notes

1 Signalons notamment les sources conservées dans la bibliothèque du chapitre (A.D. Calvados) : cartulaires du chapitre (Ms. 193), de l’évêché (Ms. 206-208), de l’abbaye de Mondaye (Ms. 164-166) de l’Hôtel-Dieu (Ms. 180). Voir aussi : A.D. Calvados, série G 5 à 107 ; B.M. Bayeux, Ms. 1 ; B.N. acq. lat., Ms 1828, publié par E. Anquetil, Livre rouge de l’évêché de Bayeux, Bayeux, 1908-1911, 2 vol. Pour une nomenclature complète de ces sources, voir F. Neveux, Recherches sur l’histoire sociale de Bayeux, Caen, 1979, thèse de 3e cycle dactylographiée, 3 vol., t. 1, p. XIV-XIX.

2 A.D. Calvados, 7 E 86 à 112. C’est une masse considérable (28 gros registres de 1380 à 1500), et nous n’avons pu procéder que par sondages. Je tiens à remercier ici particulièrement Melle Valérie Boitard qui, dans le cadre d’une maîtrise, a dépouillé intégralement le registre 7 E 87 (pour les années 1395-1404) et qui a bien voulu me communiquer les nombreuses mentions de mesure qu’elle a pu y trouver. En ce qui concerne Bayeux, nous ne possédons que des fragments du tabellionage : voir B.M. Rouen, fonds Martainville, Ms. Y 1 (n° 2685). Pour Caen, nous avons aussi dépouillé plusieurs sources ecclésiastiques et notamment le cartulaire de l’Hôtel-Dieu, A.D. Calvados, série H, non coté, 3 volumes.

3 Il s’agit des recherches de M. Lucien Musset que je tiens à remercier chaleureusement pour l’aide qu’il m’a accordée. Le fonds de Saint-André-en-Gouffern est conservé dans la série H des Archives départementales du Calvados.

4 Il s’agit des recherches menées par M. Bertrand Bonnin dans le cadre de sa maîtrise. Je le remercie de m’avoir communiqué les mentions de mesure qu’il a glané dans le fonds de Barbery, conservé également dans la série H des Archives départementales du Calvados.

5 L. Delisle, Études sur la condition de la classe agricole et l’état de l’agriculture en Normandie au Moyen Age, Evreux, 1851 (chapitre XIX : « Des mesures »).

6 En ce qui concerne la France, un Comité Français de Métrologie Historique a vu le jour en 1989. Voici quelques-unes des publications qui ont précédé cette création : Les anciens systèmes de mesures. Projet d’enquête métrologique, Caen, C.N.R.S., table ronde du 17 octobre 1981. Voir en particulier la contribution de B. Garnier, « Sur la métrologie des grains en Basse-Normandie au XVIIIe siècle », p. 55-69. Voir aussi les Cahiers de Métrologie, 1 à 7 (1983 à 1990), et surtout B. Garnier, « Les enquêtes métrologiques du milieu du XVIIIe siècle. Métrologie pour les états de prix de subdélégation », 1 (1983), p. 21-121 ; A. Derville, « Les anciennes mesures au blé du Nord-Pas-de-Calais », 6 (1989), p. 1-12.

7 Voir B. Garnier, « Sur la métrologie des grains... », art. cité, p. 60.

8 A.D. Calvados, C 2767. Selon les Tables révolutionnaires de l’an X, le pot valait 1,86 litres dans le département du Calvados (c’est alors le pot d’Arques qui sert de référence).

9 Voir L. Delisle, Études..., op.cit., p. 551. La nouvelle mesure valait 1,20 de l’ancienne.

10 La première mention que nous ayons trouvée de la « mesure ancienne de Caen » date du 11 octobre 1421 (A.D. Calvados, H, cartulaire de l’Hôtel-Dieu de Caen, t. 2, fo 150 r°). On la rencontre encore dans la même source en 1482, par exemple (fo 120).

11 Voir A.D. Calvados, C 2767. Un compte de l’Hôtel-Dieu de Bayeux, datant de 1466, comprend une concordance entre le setier de Bayeux et de nombreuses mesures locales (B.N., ms. fr. 11936). Il a été exploité pour la première fois par L. Delisle, op. cil., p. 540-564.

12 La halle-aux-blés de Caen était situé rue St Pierre et celle de Bayeux, rue St Jean, c’est-à-dire à chaque fois sur l’axe principal qui traversait ces villes. Celle de Bayeux dépendait de l’Hôtel-Dieu, depuis Saint Louis, et celle de Falaise de la maladrerie Saint-Lazare. Voir les chapitres écrits par L. Musset et R. Jouet dans G. Desert, Histoire de Caen, Toulouse, Privat, 1981, p. 65 et 87. Voir aussi : J.-M. Valiez, « Recherches sur l’histoire sociale et économique de Falaise du XIe siècle à la guerre de Cent Ans », Bull. de la soc. des Ant. de Normandie, 55 (1959-1960), p. 56-57.

13 Voir F. Neveux, Recherches..., op. cit., t. 1, p. 72 et 130-131, t. 2, p. 273-276 et 346-347, planches XXV-XXVI et XLVI-XLVII.

14 Précisons que la collecte des mentions de mesures locales ne concerne que les régions de Caen et de Falaise. Nous n’avons pas pu effectuer cette recherche dans la région de Bayeux.

15 Cette zone de répulsion commence à une dizaine de kilomètres au Sud de Bayeux, à une quinzaine de kilomètres au Sud-Ouest de Caen, à une dizaine de kilomètres, enfin, à l’Ouest de Falaise.

16 M. Gouron, « Achats en foire d’un marchand drapier d’Anduze, 1408-1418 », dans Actes du congrès régional de la Fédération historique du Languedoc, Carcassonne, 1952, p. 59-68. R. Favreau, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Age, une capitale régionale, Poitiers, 1978, t. 2, p. 379-449. B. Chevalier, Tours ville royale, Paris et Louvain, 1975, p. 156 et 161. A. Sadourny dans M. Mollat, Histoire de Rouen, Toulouse, 1979, p. 108-110.

17 L. Trenard (sous la direction de), Histoire de Lille, t. 1, 1970, p. 236-239. J. Schneider, La ville de Metz aux XIIIe et XIVe siècles, Nancy, 1950, p. 413-416. M.-T. Lorcin, Les campagnes de la région lyonnaise aux XlVe et XVe siècles, Lyon, 1974, p. 365-411 et p. 515-536 (cartes).

18 R. Musset, La Normandie, Paris, A. Colin, 1960. A. Frémont, Atlas et géographie de la Normandie, Paris, Flammarion, 1977. D. Clary, La Normandie, A. Colin, 1987. Allas de Normandie, 1965-1970.

19 De 20 à 150 m d’altitude, avec environ 600 mm d’eau par an alors que les hauteurs dépassent les 300 m avec plus de 800 mm d’eau. Bien entendu, la pluviométrie a varié depuis le Moyen Age (le XIVe siècle fut pluvieux par exemple) mais le rapport entre les deux régions est resté le même.

20 La roche en place est le plus souvent du calcaire jurassique, c’est-à-dire la célèbre « pierre de Caen », dont on a fait un grand usage au Moyen Age, de la Normandie à l’Angleterre. Voir L. Musset, « La pierre de Caen. Extraction et commerce (XI-XVe siècles) », dans O. Chapelet et P. Benoit (sous la direction de), Pierre et métal dans le bâtiment au Moyen Age, Paris, EHESS, 1985, p. 219-235.

21 P. Brunet, « Problèmes relatifs aux structures agraires de la Basse-Normandie. Orientation des recherches », Annales de Normandie, 2 (1955), p. 115-134.

22 Le sous-sol du Bocage est constitué pour l’essentiel par des roches précambriennes et primaires se rattachant au massif armoricain.

23 Voir M. de Boüard, « Paysage agraire et problèmes de vocabulaire : le Bocage et la Plaine dans la Normandie médiévale », Revue historique du Droit français et étranger, 4/31 (1953), p. 327-328.

24 Voir B. Garnier, « La mise en herbe dans le pays d’Auge aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales de Normandie, 3 (1975), p. 159-180. M. de Boüard (sous la direction de), Histoire de la Normandie, Toulouse, 1970, p. 301-303.

25 Signalons aussi, en ce qui concerne la région de Bayeux la présence d’un épais massif forestier situé à une dizaine de kilomètres au Sud-Ouest de la ville. C’est un obstacle ancien à l’influence de Bayeux dans cette direction dont il subsiste encore aujourd’hui la forêt domaniale de Cerisy.

26 P. Brunet, « Problèmes... », art. cité, p. 116-117. A. Frémont, Atlas et géographie..., op. cit., p. 51-63.

27 M. Mortier, « Recherches sur l’étendue, les subdivisions et la population des vicomtés de Caen et de Falaise au XIVe siècle », Bull. de la Soc. des Ant. des Normandie, 54 (1957-1958), p. 101-145 (p. 132-138).

28 M. Nortier, ibidem, p. 133-134 (1372). A.N., KK350, compte d’Yvon Huart, receveur en la ville et vicomté de Bayeux pour les aides sur le fait de la guerre, f° 291 v° (1376) et fo 311 r° (1377).

29 A la période moderne, on ne cultivait pas le froment sur les sols infertiles du Bocage, mais le seigle, l’avoine et, surtout, une céréale nouvelle, qui n’existait pas au Moyen Age, le sarrasin : voir M. de Bouärd (sous la direction de), Histoire de la Normandie, op. cit., p. 302-303.

30 Bayeux est détruite en 1105 au cours de la guerre civile entre Robert Courteheuse et Henri Beauclerc. Signalons en outre que Falaise est rattachée au diocèse de Sées

31 D. Bertin, « Introduction à une étude de l’époque gallo-romaine en Basse-Normandie : carte de répartion des voies et des sites gallo-romains de Basse-Normandie », Annales de Normandie, 2 (1975), p. 67-74. R.E. Doranlo, « Les origines de Falaise et les voies antiques de sa région », Bull. de la Soc. des Ant. de Normandie, 49 (1942-1945), p. 99-137. Voir la carte de Normandie de Guillaume de l’Isle, 1716, et la carte de Cassini, planches 61, 62 et 94. Je tiens à remercier ici M. René Lepelley pour l’aide qu’il m’a apporté en ce qui concerne les cartes anciennes.

32 Voir F. Neveux, « Recherches... », op. cit., planche XXIV. L. Musset, « Voie publique et chemin du roi en Normandie du XIe au XIIIe », dans Autour du pouvoir ducal en Normandie, Caen 1985 (Cahiers de Annales de Normandie, 17), p. 95-111.

33 M. Nortier, « Recherches... », art. cité, p. 127-131 et 137-138. P. Gouhier, A. et J.-M. Valiez, Atlas historique de Normandie, t. 2, 1972, planche : « La vicomté de Trun au XIVe siècle ».

34 Lanfranc de Panthou, Monographie de la commune d’Evrecy, Caen, 1900, p. 87-100.

35 C’est le cas de Bernières, Cheux, Briquessard, Troarn, Argences, St Pierre-sur-Dives et Argentan.

36 P. Gouhier, A. et J.-M. Valiez, Atlas historique de Normandie, t. 3, planche : « l’organisation défensive dans le bailliage de Caen, vers 1370 » (à paraître).

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540