Version classiqueVersion mobile

Village et villageois au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Vivre au village à la fin du XVe siècle

Pierre Charbonnier

Texte intégral

1Pour voir vivre les habitants du village au Moyen Age, il paraît logique de leur donner la parole et pour ce faire une méthode, peut-être la seule, consiste à utiliser les lettres de rémission. Après une rapide présentation de la documentation utilisée, la matière sera répartie en trois parties :

  • Qu’est-ce que le village ?
  • Les tensions au village à partir de l’aspect criminel des lettres.
  • La vie quotidienne au village d’après les autres renseignements fournis par les lettres.

L’outil

  • 1 Voir P. Braun, « La valeur documentaire des lettres de rémission », dans La faute, la répression e (...)
  • 2 Toutes les références concernant les lettres de rémission s’entendent Archives nationales, série J (...)

2Les lettres de rémission sont-elles un instrument de connaissance valable ? Il n’est pas lieu ici de reprendre le débat1. Du moins la véracité n’est pas à mettre en question pour les éléments qui n’ont pas de relation étroite avec le crime tels que la résidence du suppliant ou les événements qui ont précédé le crime et qui n’ont aucun rapport avec lui. Ils étaient seulement destinés à faire écarter l’accusation de préméditation. Ce sont principalement sur ces éléments neutres que s’appuie ce travail. En fait, plus que leur véracité, c’est plutôt la représentativité sociale des lettres qu’on peut mettre en accusation car, comme on le verra, le monde villageois y est un peu sous-représenté2.

3Les quelques 600 lettres de rémission qui constituent la base de cette étude proviennent des registres concernant la fin du règne du roi Louis XI. Il s’agit des registres JJ 204, 207 et 209 entiers et 205, 206 en partie, dont les lettres s’échelonnent entre 1478 et 1482. En liaison avec la présence royale quasi permanente dans cette région, beaucoup de lettres concernent les pays de la Loire, la Normandie et à un moindre degré la France centrale. Au contraire, le Midi est peu représenté et surtout par des lettres urbaines.

Le village

  • 3 205/148.
  • 4 204/64.
  • 5 On écarte l’expression « en la ville » rencontrée parfois dans le cœur de la lettre pour un habita (...)

4La première évaluation à effectuer concerne la place que tient le village dans la France de l’époque d’après les lettres de rémission. Elle apparaît très facile à réaliser car la localisation de l’affaire est généralement précisée non seulement par l’indication d’un ou plusieurs toponymes, notamment celui de la résidence du suppliant, mais encore ces toponymes sont précédés d’un qualificatif permettant de le ranger dans une catégorie d’habitats. Mais les qualificatifs utilisés ne renferment-ils pas des pièges ? Ainsi celui de « ville », a priori signe de l’exclusion de notre étude, mérite examen. En effet dans les documents français du XIIIe siècle, « ville » était purement la traduction de « villa » et n’avait donc pas de connotation urbaine. Il semble possible d’expliquer par là quelques emplois de « ville » dans les textes ici considérés. C’est le cas notamment en Champagne pour les deux localités de Pringy et Drovilly à côté de Vitry-le-François3 et pour celle de Crezancy et Saint-Agnan à l’est de Château-Thierry4. Cependant en cette fin du XVe siècle, il n’est pas douteux que dans la plupart des régions « ville » a pris son sens actuel5.

  • 6 P. Charbonnier, « Les villes d’Auvergne à la fin du Moyen Age vues à travers les lettres de rémiss (...)

5Il reste que les contemporains pouvaient hésiter à classer un habitat en urbain ou rural. Ainsi une lettre emploie l’expression « ville ou paroisse » pour Courpière, actuel canton d’Auvergne. Cette même localité est appelée dans d’autres lettres deux fois « ville » et deux fois « lieu ». Dans une étude concernant les villes d’Auvergne dans les lettres de rémission6, j’avais constaté que trois critères étaient essentiels, à savoir :

  • un marché
  • une enceinte fortifiée
  • une cour de justice de rang supérieur.
  • 7 207/326.
  • 8 J. Le Goff, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale, Annales ESC, 1970, p. 924 (...)

6Une ville en possédait un au moins. Il reste qu’on observe dans les lettres étudiées ici quelques cas bizarres. Ainsi celui de La Clayette en Saône-et-Loire qualifiée de « village » mais où il y avait un marché7. Cette ambiguité correspond à la composition sociale des habitats : si la ville renfermait plus d’un agriculteur, inversement les artisans ne manquaient pas dans les villages comme le montrera l’étude de la répartition sociale des suppliants. De toute façon on constate que dans les lettres de rémission l’appellation de « ville » est octroyée largement. La liste des villes selon les lettres de rémission est sensiblement plus longue que celle dressée par Le Goff8.

  • 9 Sur le sens du mot à cette époque, voir Histoire de la France urbaine, t. 2, p. 65 (partie rédigée (...)
  • 10 Exemples avec ce sens : 205/89, 193 - 207/86, 130.

7De maniement non moins délicat est l’appellation de « bourg » dont la fréquence n’est pas négligeable. Il est employé dans deux acceptions différentes. Ou bien il correspond à un habitat intermédiaire entre ville et village poursuivant le destin du « burgus » des XIe-XIIe siècles, en particulier dans l’Ouest de la France9, ou bien il désigne le noyau paroissial par opposition aux écarts10.

  • 11 Étant entendu que c’est l’emplacement du crime qui est le critère fondamental d’incorporation dans (...)

8Ces qualificatifs permettent donc un premier tri11. En fait on a classé de ce point de vue les lettres en cinq catégories, étant entendu qu’une sixième correspond aux quelques lettres inclassables ou non rattachées à un lieu telles les lettres politiques.

9La première catégorie est celle des lettres « villageoises » pour s’être passé dans un village ou son finage.

10La deuxième catégorie est celle des lettres rurales mais non liées à un village, ainsi les lettres touchant un « hôtel » d’écuyer, situé hors du village, une métairie de même localisation, un bois seigneurial, une rivière pour la pêche.

11Les lettres urbaines ou commerciales.

12Les lettres difficiles à répartir entre ville et village dont les lettres se passant dans un « bourg » sont une composante.

13On arrive aux totaux suivants :

- Lettres villageoises

232

40,35 %

- Lettres rurales hors village

46

8 %

- Lettres urbaines

260

45,22 %

- Lettres difficiles à répartir entre ville et village (dont bourgs)

37
(11)

6,43 %
(1,91 %)

575

100 %

14On constate donc que les lettres villageoises sont minoritaires, ce qui ne correspond pas à la réalité démographique. On peut apporter à cela plusieurs explications.

  • 12 206/116.

15Un gauchissement vient de l’origine sociale des suppliants. Certes de très petites gens ont pu obtenir leur rémission. Ainsi ce « pauvre homme manouvrier chargé de femme et d’enfants » qui travaille à la journée et dans l’affaire est occupé à épandre du fumier12 ; ou certaines filles infanticides apparemment très dépourvues de ressources. Mais la rémission était évidemment plus facile pour des gens plus haut placés dans la hiérarchie sociale. Un groupe était particulièrement avantagé à savoir celui des gens de guerre qui pouvaient se vanter d’avoir bien servi le roi. De fait ce groupe fait pencher la balance du côté des crimes urbains car ils tenaient généralement garnison dans les villes. Cependant ils ne sont pas absents des lettres de villages ou des lettres rurales car ils avaient souvent leur propre résidence dans la campagne où ils revenaient périodiquement.

  • 13 206/101.
  • 14 209/260.
  • 15 206/70.
  • 16 205/24.

16Un deuxième facteur de surreprésentation des villes vient de la circulation entre ville et village qui est assez importante. Or elle se traduit par une augmentation de la proportion des lettres urbaines car les ruraux ont beaucoup d’occasions d’aller à la ville, pour leurs affaires13, le marché14, une fête15. Le cas inverse n’est cependant pas exclu. Par exemple un archer de retenue de Mantes va à la fête à Jambeville le jour de Notre-Dame de septembre où il rencontrera un vieil ennemi16.

17Enfin deux formes de crimes gonflent un peu artificiellement la criminalité urbaine à savoir les affaires de fausse monnaie et dans une moindre mesure celles de faux saunage. Ces deux opérations sont en relation avec les milieux commerciaux et partant les coupables sont plutôt des citadins.

18Revenons maintenant au village en considérant les qualificatifs retenus pour le premier groupe de lettres. Ils sont au nombre de quatre :

  • « village » est celui qui nous intéresse au premier chef.
  • « paroisse ».
  • « lieu » plus imprécis.
  • « bourg » peu fréquent.
  • 17 205/47.

19D’autres termes se rencontrent très rarement comme « mandement » en Dauphiné17.

20Cette terminologie correspond à une géographie de l’habitat qui est au fond celle que l’on peut encore observer de nos jours. On distingue en effet trois grandes zones.

  • La première est celle du nord et de l’est, c’est-à-dire des pays d’openfield à habitat groupé. Dans cette zone le terme de « village » est assez souvent employé pour désigner d’actuelles communes opposées à des agglomérations plus importantes qualifiées, elles, de « villes ».
  • La seconde zone est celle du centre de la France où le terme de « village » est aussi très fréquemment employé. Il désigne là les écarts plus ou moins gros selon les régions.
  • La troisième zone est celle du bocage, c’est-à-dire de l’habitat vraiment dispersé. Dans celle-ci le terme de « village » ne se rencontre guère car l’habitat se compose de deux réalités auxquelles il ne convient pas bien. Le terme le plus fréquent dans cette zone pour localiser le suppliant est celui de « paroisse » ou quelquefois de « bourg ». Une localisation plus fine passe par l’indication d’un « lieu » dans la paroisse. Ces termes ne permettent pas de dire s’il est réellement un villageois dans la mesure où il habite le noyau paroissial qui est un village, ou un hameau, en entendant ce mot au sens de « petit village » ou si au contraire il n’est pas strictement un villageois car il réside dans une maison isolée.

21Le Midi de la France, surtout le Midi rural, est assez peu représenté dans les lettres. Il semble que là on emploie moins « paroisse » et qu’on préfère « lieu » pour désigner les habitats qui deviendront les actuels centres communaux. Ce même terme de « lieu » peut s’appliquer aussi aux écarts qui sont rares car l’habitat groupé prédomine. Il y a quelques mentions d’habitats isolés tels que les « bordes » qui sont des domaines appartenant à des non-paysans.

  • 18 Pour ce tableau on a utilisé l’ensemble des lettres rurales correspondant aux catégories 1 et 2.
  • 19 Les femmes sont en effet rarement suppliantes.

22Les lettres nous permettent aussi de dresser un tableau de la composition socio-professionnelle du village18, du moins des éléments masculins de celui-ci19, car elles apportent des renseignements permettant de classer assez exactement le suppliant. Il convient de remarquer toutefois que derrière le caractère individuel de la lettre, le crime relève généralement d’une action collective car la plupart des affrontements sont des affrontements de groupes de bases diverses : famille - village - jeunes. Le groupe formé par le seigneur et ses gens apparaît aussi souvent car ce dernier préfère confier à ses hommes le soin de donner une leçon à son ennemi. En revanche la victime n’est que rarement caractérisée et on n’en a donc pas tenu-compte dans les statistiques qui vont suivre. Parfois le suppliant n’est pas non plus replacé dans la composition socio professionnelle. C’est qu’il a paru préférable au rédacteur de la lettre d’insister sur une autre caractéristique : le jeune âge par exemple pour les affaires liées au sexe ou à une festivité. Ou bien rien n’a été mentionné et l’ensemble de la lettre ne permet pas de suppléer à cette absence.

  • 20 205/208.

23On constate naturellement la très large prépondérance des « hommes de labour » qualifiés en outre de « pauvres », mais il ne convient pas de trop insister sur cet épithète car on le voit appliquer à un cultivateur qui a un valet à son service20. Dans quelques cas en revanche il s’agit de simples manouvriers qui sont d’ailleurs des jeunes. Mais comme le montre la répartition des causes des disputes, presque tous ces « hommes de labour » sont des propriétaires et c’est le cas de tous les adultes. Au total les cultivateurs ne représentent que 43 % des suppliants, pourcentage là aussi faible par rapport à la réalité. Sans doute peut-on invoquer l’accession plus difficile pour eux à la rémission. Les seigneurs, écuyers, ou leurs agents, représentent 20,5 %. Ce groupe est évidemment surreprésenté par rapport à son poids démographique mais peut-être pas par rapport à son rôle dans la vie rurale. En troisième vient le groupe des travailleurs autres que cultivateurs à 9,3 % mais plus de 11 % si on y incorpore les notaires qui, dans la France méridionale (y compris le Limousin), sont implantés hors des villes. Les activités les plus représentées sont celles d’hôtelier, de maréchal et de couturier. Dans certaines lettres on constate que ces gens possèdent des terres et c’est probablement en fait le cas de la plupart. Les hommes de guerre en activité ou à la retraite sont également nombreux, 9 %. Certains ne sont toutefois que de passage. Pour le reste on compte quelques francs archers, catégorie qui tient dans les lettres de rémission une place hors de proportion avec ses effectifs, tant leur comportement paraît détestable. Il y a aussi des agents d’administration dont beaucoup sont extérieurs. Le clergé n’est à peu près pas représenté car il avait un autre moyen d’échapper à la justice.

24Il convient en tout cas de ne pas considérer le monde villageois comme formé seulement des paysans mais il faut admettre qu’il est plus complexe. Sur le plan professionnel notamment il existe un tissu d’artisans ruraux qui pouvait satisfaire les besoins des gens sans qu’il soit nécessaire de se rendre à la ville.

Les grandes tensions

25Les lettres de rémission, même si elles ne sont pas un bon moyen d’étude de la criminalité, permettent de percevoir les lignes de tension existant dans le monde rural. On les a classées pour cela selon des critères à deux étages : la nature du crime d’abord pour les vols, infanticides, viols - pour les bagarres qui représentent la très grande majorité, on a fait intervenir la cause de l’affrontement.

26Du point de vue du village lui-même il faut noter que si la grande majorité des affaires sont des affaires privées opposant souvent deux groupes à l’intérieur du village sur un problème privé, il y a aussi des cas où le village est capable de faire front collectivement. Ces lettres collectives concernent surtout une bataille avec des gens de guerre, ou les habitants d’un autre village. Il n’y a guère de conflits entre le seigneur et ses sujets. Un troisième cas de figure, également représenté mais plus rare, est celui d’une division dans le village sur un problème concernant l’ensemble du village, ainsi la répartition de l’impôt.

27À voir les choses quantitativement le premier motif de crise est une dispute de propriété foncière (29 cas). On peut en rapprocher les conflits découlant d’un bétail pâturant où il ne devrait pas (13 cas). Ainsi les problèmes agricoles avec 42 cas prédominent, ce qui est assez normal. L’ensemble des affaires sexuelles correspondant à cinq formes différentes-adultère - infanticide - viol - prostitution - bestialité-atteint 28 cas.

28Les crimes de loisir (fêtes, beuveries à la taverne) sont presque aussi nombreux, 27 cas. Enfin le dernier grand groupe est celui des affaires familiales : dispute autour d’un héritage ou conflit au sein de la famille se présentant souvent sous forme communautaire, 21 cas.

  • 21 207/316. Se passe dans le Perche. Dans le même sens, 207/144 (en Anjou).

29Sensiblement moins nombreux sont les vols, encore qu’ils aient tendance à se multiplier dans les années difficiles 1481-1482. Une lettre fait d’ailleurs expressément allusion à la crise : « Pour ce que l’année dernière le blé était à si haut prix comme il a été ainsi que chacun sait et que ledit suppliant n’avait de quoi nourrir sa femme et enfants environ la St Jean dernièrement passé ». La lettre est d’octobre 148221.

30Il y a de nombreuses autres rubriques dont certaines étonnent : par exemple si la sorcellerie n’est pas cause de crime très fréquente (2 cas), en revanche, on relève trois crimes liés à une sentence d’excommunication qui n’avait donc pas perdu toute portée et trois cas où la possession d’un chien est à l’origine de la dispute.

La vie quotidienne

31Enfin en-dehors des tensions qui sont au centre du texte, les lettres de rémission permettent de voir comment se déroulait l’existence des habitants des villages à la fin du règne de Louis XI.

32Les cadres traditionnels sont toujours en place.

  • 22 Certains suppliants ruraux précisent d’ailleurs à quelle seigneurie ils appartiennent (par exemple (...)
  • 23 204/147. L’affaire se passe en Comminges.
  • 24 206/78.
  • 25 204/166.
  • 26 Exemples : 207/101 - 207/140 - 205/52.

33Le seigneur, tout d’abord, avec lequel les frictions sont rares, intervient parfois pour protéger ses sujets ou former avec eux un groupe de combat22. Ainsi une lettre montre un commissaire ayant à exécuter les habitants d’un village, mettre sur pied une véritable armée car il craint « que au pourchas d’un nommé Raymond Aubin seigneur en partie du dit lieu qui a 2 ou 3 bastars, aucune commotion ou resistance ne fut faite »23. Le seigneur organise parfois la fête locale24 ou y participe25. Enfin la justice seigneuriale se montre assez active dans les lettres26. Certes le plus souvent le suppliant a réussi à s’enfuir, mais certains sont détenus prisonniers et en voie de « finir misérablement leurs jours ».

  • 27 205/188.
  • 28 205/193.

34La paroisse et ses rouages fonctionnent aussi normalement. Par exemple une fabrique poursuit un voleur de calice27. Une autre s’occupe de l’équipement des Francs Archers28. Même la dîme est plus disputée (2 cas) que contestée (1 cas).

  • 29 Cette pression suscite d’ailleurs des protestations verbales, voire oppositions physiques, entraîn (...)

35Un cadre nouveau, la collecte, est apparu et son rôle n’est pas négligeable car la pression fiscale augmente fortement dans les dernières années du règne de Louis XI29.

  • 30 Un paysan qui le fait, se le voit reprocher. Il est vrai que son travail fait tort à son interlocu (...)
  • 31 205/109.

36Dans le village la journée s’écoule bien différemment, selon qu’il s’agit d’un jour ouvrable ou d’un dimanche où l’on ne doit pas travailler30. Cette distinction est d’autant plus importante qu’il y a de nombreux jours fériés. Ce contraste s’étend à tous les aspects de la vie. C’est ainsi qu’un mari trompé va soupçonner son infortune en voyant son épouse en habit de dimanche un jour de semaine car il pense, avec raison, que c’est pour accueillir son galant31.

  • 32 Exemples : 204/105 - 205/11.

37Le dimanche commence par la messe paroissiale. À cela se limite en général la vie religieuse. Un suppliant sur le point d’aller aux vêpres opte finalement pour la taverne ! Très souvent après la messe le suppliant entreprend un déplacement, soit pour aller voir un parent, soit pour participer à une fête du voisinage. Pour les artisans ce voyage combine fréquemment l’utile à l’agréable en allant voir des clients ou fournisseurs32. Arrivé à destination le suppliant pénètre presque toujours dans une taverne où son séjour se prolonge fort tard à moins qu’une dispute ne vienne l’interrompre.

  • 33 207/181.
  • 34 205/4.
  • 35 204/90.

38Les jours ouvrables les hommes vaquent à leurs activités qui peuvent engendrer quelque conflit, par exemple quand ils rencontrent dans leur propriété quelqu’un qui empiète sur leurs droits ou les conteste. Mais sur la fin de la journée, avant ou après souper, les distractions retrouvent leur place. Un suppliant opte pour la chasse. D’autres s’en vont à la taverne locale. Celle-ci n’est d’ailleurs pas vide le reste du temps. Plusieurs lettres montrent des gens qui s’y trouvent pendant les heures de travail, généralement pour traiter une affaire33. Il est des distractions plus paisibles comme celle qui consiste à discuter avec ses voisins ou à dîner avec eux par exemple par un beau soir d’été dans le jardin34. En hiver on se repose au coin du feu. Le chauffage tient une place importante car on voit les paysans se constituer des réserves de bois à la veille des fêtes35.

39Et les femmes dans tout cela ? Elles ne sont pas absentes des lettres de rémission même si elles sont rarement en position de suppliantes. De façon indirecte on constate que leur principale sortie en-dehors de l’assistance à la messe, consiste dans le gardiennage du bétail. Elles participent peu aux activités de loisir en-dehors des danses. Elles sont absentes de la taverne du moins comme clientes. Donc elles restent largement confinées dans la maison à s’occuper du ménage et de la cuisine.

  • 36 205/111. Ici le terme employé est celui plus large de « dîner », mais l’heure n’est évidemment pas (...)
  • 37 205/220.

40Les repas tiennent précisément une grande place dans les lettres de rémission car les discussions qui s’y faisaient et le vin qui s’y consommait, favorisaient l’éclosion des disputes. Mais cette place était réellement très grande dans la vie courante en tant que forme de convivialité tout autant qu’accomplissement d’un besoin vital. Ces repas étaient nombreux. On constate qu’ils ne se limitaient pas aux deux repas « dîner » et « souper » pris en compte par les clercs seigneuriaux. Il y avait ordinairement un repas le matin appelé parfois précisément « déjeuner ». « Après que ledit Guillaume Robertin et Pierre son frère eurent fait leur besogne le matin jusque environ heure de 9 heures, iceux Guillaume et Pierre allèrent en leur hôtel pour dîner »36. Un texte mentionne d’autre part le goûter qui succède à une période de taverne et précède le retour au domicile au village voisin37.

  • 38 208/115.
  • 39 205/82.
  • 40 209/194.
  • 41 218/127.

41Que mangeait-on ? Les deux bases de l’alimentation en milieu populaire étaient indiscutablement le pain et le vin. On dit des hôteliers qu’ils vendaient « pain et vin ». Dans deux lettres l’alimentation semble se limiter à ces deux composantes. Ainsi un paysan propose à des francs archers de passage de leur donner « pain et vin » et ils s’en déclarent contents38. Dans une autre lettre un couturier réparant à domicile un pourpoint chez un hôtelier se voit remettre pour son repas du pain et du vin que dérobe d’ailleurs au passage un client peu recommandable39. Mais ce n’était pas toujours le cas. Il est vrai que peu de lettres détaillent la composition des menus et il faut convenir que parmi celles qui le font, les mentions de viande concernent plutôt un dimanche, ou des milieux sociaux quelque peu aisés, tel ce sergent qui veut saisir des poulets pour en faire son souper40. Il est toutefois une lettre qui donne une image différente41. Le suppliant, paysan du Bourbonnais, est en voyage et est accueilli un soir de semaine chez des paysans. Il leur précise d’abord qu’il a sur lui du pain et de la chair. Mais en fait ceux-ci lui donnent au souper un morceau de cochon.

42D’après ce texte, la viande semble donc présente assez couramment dans l’alimentation populaire.

43Il ne peut être question d’envisager tous les aspects de la vie quotidienne. On terminera donc par les renseignements concernant l’habitat qui pourront être rapprochés des communications à base archéologique.

  • 42 209/117.
  • 43 205/111.

44L’habitation villageoise n’est pas non plus au cœur des lettres de rémission mais quelques lettres sont amenées à en parler. On assiste à sa construction par des charpentiers qui la « lèvent ». Pénible opération d’ailleurs car l’un d’eux doit ensuite aller se reposer42. Plus précise une lettre relative inversement à la destruction d’une maison par un incendiaire, décrit celle-ci qui « estoit une petite maison de 7 ou 8 pieds de haut ou environ maçonnée de terre et pierre, couverte de chaume, de peu de valeur, sans degrés, ni plancher ». De fait il y avait des maisons plus élevées comportant un solier servant de remise. Mais les maisons à étage sont alors, semble-t-il, le propre des villes. Les humains n’étaient d’ailleurs pas seuls à vivre dans la maison : sans parler d’éventuels animaux proprement domestiques, comme les chiens qui tenaient, on l’a vu, une grande place dans l’esprit des gens, les porcs et les poules y pénétraient à la recherche d’un complément de nourriture qu’ils quêtaient hardiment comme cette truie qui met son groin contre le pain que coupe un paysan43.

  • 44 Aux affaires de vol déjà signalées on ajoutera une lettre qui signale que l’on incorpore des fougè (...)

45En conclusion, comment caractériser l’existence des paysans en cette fin du XVe siècle ? Certes ils ne sont pas à l’abri d’événements fâcheux comme une attaque de la peste ou un passage de gens de guerre. Mais la crise frumentaire des années 1481 et 1482 n’a pas eu un impact majeur dans les lettres44. En revanche on a constaté la grande place tenue par les lettres relatives à des réjouissances, même si on doit admettre que la nature des textes tend à l’exagérer. On ajoutera d’autres indices du bien-vivre comme la possession d’un cheval ne servant pas au travail ou l’intérêt porté aux chiens.

  • 45 Voir par exemple pour l’Auvergne : P. Charbonnier, Une autre France, Clermont-Ferrand, 1980, p. 78 (...)

46On peut donc conclure que l’on vit heureux dans le village de la fin du XVe siècle, car ce qui n’est qu’impression à partir des lettres de rémission peut être étayé par des constatations plus quantitatives45.

Notes

1 Voir P. Braun, « La valeur documentaire des lettres de rémission », dans La faute, la répression et le pardon, Actes du 107e congrès national des Sociétés Savantes, Brest, 1982, p. 207-221.

2 Toutes les références concernant les lettres de rémission s’entendent Archives nationales, série JJ. Le premier chiffre est celui du registre, le second celui du numéro dans le registre.

3 205/148.

4 204/64.

5 On écarte l’expression « en la ville » rencontrée parfois dans le cœur de la lettre pour un habitat désigné au début comme village. Il s’agit là d’une expression et non d’une volonté de classement (exemple : 206/73, lettre concernant Thiais près de Paris).

6 P. Charbonnier, « Les villes d’Auvergne à la fin du Moyen Age vues à travers les lettres de rémission », dans Mélanges offerts à Pierre-François Fournier, Clermont-Ferrand, 1985, p. 67-82. Le cas de Courpière est présenté p. 71.

7 207/326.

8 J. Le Goff, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale, Annales ESC, 1970, p. 924-946.

9 Sur le sens du mot à cette époque, voir Histoire de la France urbaine, t. 2, p. 65 (partie rédigée par A. Chedeville). Exemples avec ce sens : 205/12, 25, 80 - 209/183, 231.

10 Exemples avec ce sens : 205/89, 193 - 207/86, 130.

11 Étant entendu que c’est l’emplacement du crime qui est le critère fondamental d’incorporation dans cette étude et non la résidence du suppliant. En fait très souvent il y a coïncidence des deux. Dans le cas contraire la lettre permet toujours de suivre les mouvements du suppliant.

12 206/116.

13 206/101.

14 209/260.

15 206/70.

16 205/24.

17 205/47.

18 Pour ce tableau on a utilisé l’ensemble des lettres rurales correspondant aux catégories 1 et 2.

19 Les femmes sont en effet rarement suppliantes.

20 205/208.

21 207/316. Se passe dans le Perche. Dans le même sens, 207/144 (en Anjou).

22 Certains suppliants ruraux précisent d’ailleurs à quelle seigneurie ils appartiennent (par exemple : 207/15 en Saintonge - 207/21 en Périgord).

23 204/147. L’affaire se passe en Comminges.

24 206/78.

25 204/166.

26 Exemples : 207/101 - 207/140 - 205/52.

27 205/188.

28 205/193.

29 Cette pression suscite d’ailleurs des protestations verbales, voire oppositions physiques, entraînant un cas de lèse-majesté pour lequel est demandée rémission (exemples : 207/48 - 207/153).

30 Un paysan qui le fait, se le voit reprocher. Il est vrai que son travail fait tort à son interlocuteur (206/97).

31 205/109.

32 Exemples : 204/105 - 205/11.

33 207/181.

34 205/4.

35 204/90.

36 205/111. Ici le terme employé est celui plus large de « dîner », mais l’heure n’est évidemment pas celle du dîner.

37 205/220.

38 208/115.

39 205/82.

40 209/194.

41 218/127.

42 209/117.

43 205/111.

44 Aux affaires de vol déjà signalées on ajoutera une lettre qui signale que l’on incorpore des fougères dans le pain en février 1482 dans le Beaujolais (209/198).

45 Voir par exemple pour l’Auvergne : P. Charbonnier, Une autre France, Clermont-Ferrand, 1980, p. 789 et suivantes.

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search