Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et villageois au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La hiérarchie des paroisses dans le diocèse de Coutances au Moyen Âge

Henri Dubois

Texte intégral

1Il est prudent de dire « Moyen Age » en raison d’une incertitude pesant, comme on va le voir, sur la datation des sources. Mais il doit être entendu que ce « Moyen Age » est antérieur au troisième quart du XIIIe siècle.

  • 1 L. Musset, « Aperçus sur la dîme ecclésiastique en Normandie au XIe siècle », dans Aspects de la so (...)
  • 2 A. Longnon, Pouillés de la province de Rouen, Paris, 1903, Introduction, p. LX. La date de 1332 sem (...)
  • 3 Recueil des Historiens de la France, éd. L. Delisle, t. 23, 1876, p. 493-542.
  • 4 Ibid., p. 532-538.

2Le diocèse de Coutances, ainsi qu’on l’a récemment rappelé1, bénéficie d’une documentation particulièrement intéressante, apportée par deux pouillés, l’un du milieu ou de la fin du ΧΙΙIe siècle, l’autre, particulièrement développé, que l’on a pu dater sur plusieurs bons indices des environs de 13302. Le pouillé du XIIIe siècle, publié dans le Recueil des Historiens de la France, est en fait un document complexe, combinant une enquête effectuée en en 1251 sur l’ordre de l’évêque Jean d’Essey sur les patronages des églises et les comptes établis par les collecteurs de la décime pontificale levée dans les années 1278-1279 et indiquant les valores des bénéfices3. Il est suivi, dans les copies ayant survécu, de listes annexes relatives à la perception de diverses redevances dont celle qui nous intéresse ici est celle de la debita4. Il s’agit bien d’une liste annexe, car les données qu’elle apporte ne sont pas incorporées au pouillé et ne sont pas forcément en plein accord avec ce dernier (notamment en ce qui concerne l’énumération des paroisses et chapelles).

  • 5 Dom Bessin, Concilia Rotomagensis provinciae, Rouen, 1717, p. 68.
  • 6 A. Longnon, Pouillés..., p. 357, B-D.
  • 7 H. Dubois, « Une population médiévale dans son espace : l’exemple de la Normandie », à paraître dan (...)

3Je ne reviendrai pas longuement ici sur la débite. Les éditeurs des pouillés normands ont, depuis longtemps, attiré l’attention sur cette taxe ecclésiastique. Avant le concile provincial de Lillebonne de 1080, les recteurs des paroisses devaient apporter lors du synode diocésain une denarata de cire par maison. Le concile de Lillebonne, en son canon IX, a permis la conversion de cette cire en une somme équivalente de deniers, cerae denarata, vel idem valens5. Cette taxe s’est maintenue au moins dans cinq des sept diocèses normands. Le pouillé de Coutances de vers 1330 la mentionne encore, mais seulement pour une minorité de paroisses et précise même une fois que l’on paie un denier par paroissien6. J’ai établi ailleurs que les chiffres de la débite représentent bien des effectifs de parrochiani, de chefs de famille de la paroisse, même s’ils ne sont pas toujours donnés pour tels dans les documents7.

4La liste de la débite annexée au pouillé du XIIIe siècle du diocèse de Coutances donne, doyenné par doyenné et paroisse par paroisse, le montant en sols et deniers de la débite de la paroisse. Dans cette liste, l’ordre des archidiaconés n’est pas le même que dans le pouillé et, surtout, y manquent les doyennés de Jersey et de Guernesey de l’archidiaconé de Bauptois. Pour la partie du diocèse couverte par les deux documents, le compte de la débite donne 495 paroissiales et 3 vraies chapelles contre 475 paroissiales et 15 chapelles dans le pouillé. C’est dans le doyenné de Saint-Lô que la discordance est la plus grande, la liste de la débite ayant en plus cinq paroisses, dont quatre figurent en queue de liste, comme rajoutées. Cela pourrait donner à penser que la liste de la débite est plus récente que le pouillé. Même si c’était le cas, cela ne signifierait pas nécessairement que les chiffres de cette liste sont postérieurs à 1279, car ils ont fort bien pu être fossilisés.

  • 8 Atlas Historique de Normandie, t. 1, éd. P. Gouhier, A. Valiez et J.M. Valiez, Caen, 1967.

5La présentation cartographique des résultats de cette recherche est grandement facilitée par l’existence du fond de carte de l’Atlas Historique de Normandie qui, soit dit en passant, permet de constater que la géographie paroissiale du XIIIe siècle n’est pas différente de celle du XVIIIe8.

  • 9 Cf. Longnon, Pouilles..., introduction, p. LXV-LXVII.

6Avant de présenter la population coutançaise dans son espace médiéval, il n’est peut-être pas inutile de s’interroger sur la signification des circonscriptions ecclésiastiques. L’archidiaconé de Coutances a pu être présenté comme correspondant à la civitas Constantia, voire au pays des Unelli. L’archidiaconé du Cotentin correspondrait à l’ancien pagus Coriovallensis de l’époque carolingienne. Le Bauptois a pu être une viguerie9. Mais ces circonscriptions ont-elles des centres, ou places centrales ? La capitale du diocèse est remarquablement excentrée, ce qui pourrait correspondre à une civitas à l’origine beaucoup plus petite, d’autant plus que, dans son archidiaconé, au contraire, Coutances est moins excentrée. Par ailleurs, de Coutances vers la périphérie de l’archidiaconé, la taille des paroisses a tendance à augmenter, ce qui pourrait indiquer un peuplement plus ancien autour du chef-lieu. Dans l’archidiaconé du Val-de-Vire, on ne remarque aucune place centrale : Saint-Lô est totalement excentrée et la circonscription semble très artificielle. Le Cotentin n’offre aucun centre évident, mais il faut prêter attention au site de Valognes, site antique et entouré de petites paroisses. Dans son ensemble, le diocèse paraît composite, organisé autour de trois places sises à la périphérie : Coutances, Saint-Lô, Valognes et peut-être Portbail.

Grandes et petites paroisses

  • 10 Les regroupements sont indiqués dans J. Dupâquier, Statistiques démographiques du Bassin Parisien, (...)

7La taille des paroisses peut être appréhendée de deux façons : par la superficie des communes actuelles, ou par un calcul fondé sur la moyenne des distances aux centres (les clochers) des paroisses voisines. L’une et l’autre méthode présente des inconvénients. La première interdit de prendre en compte les paroisses regroupées. Or il y a eu de nombreux regroupements de communes dans le département de la Manche, surtout sous le Premier Empire et sous la Monarchie Constitutionnelle, entre 1795 et 1836 principalement : on en dénombre 33, dont quatre de trois paroisses10. Sur ces 33 regroupements, douze concernent le seul archidiaconé de Coutances, et dix l’archidiaconé de Cotentin. Il n’existe pas de moyen d’appréhender facilement la superficie des paroisses regroupées. L’autre méthode suppose que les clochers occupent sur la carte de Cassini leur emplacement vrai et exige des calculs considérables. De plus, elle n’est pas utilisable pour les paroisses côtières, ici au nombre de 104 ! On s’est donc résigné à utiliser les superficies communales.

8La médiane de ces dernières se situe à 688 ha. Il s’agit donc d’un pays de très petites communes - et paroisses, ce qui n’exclut pas des disparités internes. Si l’on cartographie les communes de superficie égale ou supérieure à 1500 ha (communes regroupées exclues), au nombre de 64, on constate qu’elles se rencontrent plutôt dans l’intérieur qu’à la périphérie côtière et qu’elles se concentrent clairement autour des forêts et autres zones non cultivées : forêts de Saint-Sever et de Gavray, marais de Carentan et de Gorges, lande de Lessay, forêts de Saint-Sauveur-le-Vicomte, de Bricquebec et de Brix. Les 87 paroisses de superficie inférieure à 400 ha se rencontrent notamment dans le Val de Saire, le pays de Valognes et le Plain, la région du Hommet et la bordure est de la forêt de Gavray. Le nom d’une douzaine de ces très petites paroisses comporte l’élément « mesnil », généralement en préfixe, une s’appelle « la Lande », une autre « la Haye », dans le sud et le centre du diocèse. Ces mansionilia ont donc gardé les dimensions modestes de leurs origines, mais ils ne sont qu’une minorité parmi les petites paroisses (Fig. 1).

Localisation des populations

9Si le tarif de la débite nous fournit des chiffres de chefs de feu, nous n’avons pas ces chiffres pour le chef-lieu du diocèse ni pour les deux paroisses voisines de Saint-Nicolas et Saint-Pierre de Coutances. C’est un fait qui se retrouve à Bayeux et à Rouen : la débite des paroisses voisines de la cité continuait à y être apportée processionnellement par les paroissiens, et peut-être en cire. On est porté, au vu des chiffres des XVIIe et XVIIIe siècles, à accorder à Coutances une population inférieure à celle de Saint-Lô, mais la différence était sans doute encore plus marquée au Moyen Age, où Saint-Lô avait une activité drapante considérable alors que Coutances n’avait qu’une fonction de capitale cléricale et administrative.

10Pour la représentation graphique de ces populations de chefs de feux, on se heurte aux obstacles habituels. Le système des points proportionnels aux populations écrase les petites valeurs : si l’on donne au point représentant Saint-Lô (les trois paroisses comptées ensemble, soit 1164 feux) un diamètre de 11 mm, la plus petite localité, Saint-Christophe d’Aubigny, 9 feux, aura un point de 0,96 mm de diamètre. A l’inverse, l’utilisation de points de surface proportionnelle au logarithme des quantités écrase les valeurs les plus fortes et exagère les petites. La carte jointe utilise un même point pour chacune des cinq classes de populations paroissiales (fig. 2).

  • 11 Y compris cinq paroisses dépendant du diocèse de Bayeux (« exemption » de Sainte-Mère-Église).

11La population de feux ainsi recensée totalise 56443 feux en 500 paroisses11 soit en moyenne 113 feux par paroisse. La médiane, plus signifiante, est à 90,5 feux. La moitié des paroisses a 90 feux et moins, l’autre moitié 91 feux et plus. La diversité est grande et se marque d’un doyenné à l’autre. Un groupe très net de cinq doyennés a une moyenne de feux par paroisse supérieure à 148,8 : il prend la presqu’île en écharpe : Carentan, La Haye-du-Puits, Cenilly, Saint-Lô, Périers. Les doyennés ayant en moyenne de 103 à 119,8 feux par paroisse constituent deux principaux ensembles géographiques : Cotentin et plaine de Coutances à Granville. C’est le doyenné de Carentan qui a la plus forte moyenne : 173 et la deuxième médiane : 168. C’est celui de Montbray, au sud-est, qui a la plus faible moyenne : 60 et la plus faible médiane : 39. A ces extrêmes correspondent sans doute deux modes bien différents de conquête du sol et d’activité (Fig. 3).

12La hiérarchie des populations paroissiales va ainsi de 9 feux à 1164 ou, si l’on sépare les trois paroisses de l’agglomération de Saint-Lô, à 568, mais rappelons que les effectifs des trois paroisses coutançaises nous échappent. À titre de sondage, on fait figurer ci-dessous les vingt-cinq localités ayant les plus fortes populations de feux :

Localités les plus peuplées (en feux)

Rang

Localité

Feux

Doyenné

Archidiaconé

1

saint-lo

1164

Saint-Lô

Coutances

2

coutances

 ?

Coutances

Val de Vire

3

carentan

432

Carentan

Bauptois

"

percy

432

Percy

Val de Vire

5

barfleur

420

Saire

Cotentin

"

cerences

420

Cérences

Coutances

7

pouppeville

402

Plain

Cotentin

8

periers

384

Périers

Coutances

9

lessay-sainte-opportune

384

La Haye-du-Puits

Bauptois

10

n.d. de cenilly

360

Cenilly

Coutances

H

reville

360

Saire

Cotentin

12

sainteny

332

Carentan

Bauptois

13

st-germain-de-tallevende

324

Tallevende

Val de Vire

"

villedieu

324

Percy

Val de Vire

15

saint-pair

316

Saint-Pair

Coutances

16

sainte-mere-eglise

300

dioc. de Bayeux

"

vesly

300

La Haye-du-Puits

Bauptois

18

marigny

285

Cenilly

Coutances

19

picauville

283

Orglandes

Cotentin

20

montmartin-en-graignes

276

Carentan

Bauptois

"

quettehou

276

Valognes

Cotentin

22

muneville-le-bingard

270

Coutances

Coutances

"

granville

270

Saint-Pair

Coutances

"

les pieux

270

Les Pieux

Cotentin

25

saint-sauveur-lendelin

269

Périers

Coutances

13C’était l’archidiaconé de Coutances qui comptait le plus de ces localités, 9 au total, et celui du Val de Vire qui en comptait le moins : quatre.

14L’épreuve inverse consiste à donner les 25 paroisses ayant le moins de feux :

Localités les moins peuplées (en feux)

Rang

Localité

Feux

Doyenné

Archidiaconé

500

st-christophe-d’aubigny

9

Périers

Coutances

499

le tronchet

10

Montbray

Val de Vire

498

coupigny

13

Tallevende

Val de vire

497

pont-flambart

14

Cérences

Coutances

494

mesnil-bonant

16

Gavray

Val de Vire

494

videcosville

16

Valognes

Cotentin

494

haumoutier

16

Valognes

Cotentin

489

st-sauveur-de-bonfosse

18

Cenilly

Coutances

489

mesnil-benoist

18

Tallevende

Val de Vire

489

margueray

18

Montbray

Val de Vire

489

sainte-marie-des-monts

18

Montbray

Val de Vire

489

tourville-lestre

18

Valognes

Cotentin

488

la lande-vaumont

20

Tallevende

Val de Vire

487

pont-bellenger

21

Montbray

Val de Vire

480

saint-andre-le-valjouas

24

Gavray

Val de Vire

480

vierville

24

diocèse de Bayeux

480

saint-martin-le-greard

24

Les Pieux

Cotentin

480

eculleville

24

Hague

Cotentin

480

saint-paul-des-sablons

24

Barneville

Bauptois

480

branville

24

Hague

Cotentin

480

le mesnil au val

24

Saire

Cotentin

477

saint-louet-sur-sienne

25

Cérences

Coutances

477

le mesnil-herman

25

Percy

Val de Vire

477

reigneville

25

Orglandes

Cotentin

476

le quesnay

26

Cérences

Coutances

15Dix de ces paroisses très peu peuplées se trouvaient dans l’archidiaconé du Val de Vire, et plus particulièrement dans les doyennés de Tallevende (ou Landelles) et de Montbray.

16On remarque, naturellement, l’arrondissement des chiffres sur des multiples de cinq et de six, pratique médiévale renforcée du fait qu’il s’agit ici de deniers, facilement regroupés en sols.

17En ce qui concerne les paroisses très peu peuplées, on peut noter qu’elles ne se trouvent pas en général sur la côte (douze de moins de cinquante feux seulement) et qu’elles se regroupent surtout dans le sud du diocèse, à proximité des forêts de Gavray et de Saint-Sever. Il s’agit souvent, mais pas toujours, de paroisses petites. Les paroisses très peuplées n’étaient pas, elles non plus, principalement littorales, bien qu’il y en ait une remarquable concentration sur la côte de Barfleur, au nord-est de la presqu’île. Leur répartition n’est pas très significative.

18Des paroisses très peu peuplées avaient un tout petit territoire et des paroisses peuplées disposaient de vastes espaces, mais il n’existait pas une stricte corrélation entre ces deux paramètres, comme le montrent les exemples suivants de calcul du coefficient de corrélation.

19Corrélation entre superficies et populations de feux (exemples)

  • Archidiaconé de Coutances

  • doyenné de Cérences : 12 paroisses non regroupées : r = 0,89

  • doyenné de Périers : 19 paroisses non regroupées : r = 0,59.

  • Archidiaconé du Val de Vire

  • doyenné de Tallevende (Landelles) : 15 paroisses non regroupées : r = 0,83

  • doyenné de Montbray : 16 paroisses non regroupées : r = 0,75.

  • Archidiaconé de Bauptois

  • doyenné de Bauptois : 14 paroisses non regroupées : r = 0,79

  • doyenné de Carentan : 11 paroisses non regroupées : r = 0,68.

  • Archidiaconé du Cotentin

  • doyenné des Pieux : 29 paroisses non regroupées : r = 0,57

  • doyenné de Saire : 29 paroisses non regroupées : r = 0,14.

20Comme il est normal, la corrélation semble moins poussée dans les régions où se trouvent des agglomérations très peuplées à côté de paroisses rurales : c’était bien le cas du Val de Saire.

Hiérarchie des paroisses

  • 12 L’intérêt du recours à la loi logarithmo-normale pour l’étude des groupements humains a été montré (...)
  • 13 L’infléchissement de la courbe après 300 feux disparaît si l’on prend comme terminus ad quem, non p (...)

21Connaissant le nombre total des chefs de feu recensés, et celui de chaque paroisse, il est aisé de calculer le pourcentage cumulé des feux se trouvant dans des paroisses de x feux et plus. Par exemple, 54 272 feux vivent dans les paroisses de 50 feux et plus, et 39 072 dans des paroisses de cent feux et plus. La recherche d’une loi logarithmo-normale se fait en portant sur l’échelle logarithmique le nombre des feux des paroisses et sur l’échelle gaussienne ou normale le pourcentage cumulé des feux (graphique no 1)12. Ici, on se trouve en présence, non d’un seul alignement, mais de trois. Il y a un remarquable alignement entre 40 et 300 feux, correspondant à une majorité de paroisses homogènes dans leur fonction principalement agricole. L’infléchissement de la courbe à partir de 350 feux correspond sans doute à des paroisses ayant une fonction urbaine. En amont de 40 feux, l’alignement est également différent et semble signaler des paroisses anormalement peu peuplées13.

22L’établissement des pourcentages cumulés révèle que :

  • 25,3 % des feux vivaient dans des paroisses de 220 feux et plus

  • 50,4 % des feux vivaient dans des paroisses de 150 feux et plus

  • 75,8 % des feux vivaient dans des paroisses de 90 feux et plus.

23Autrement dit, les trois quarts des feux habitaient dans la moitié des paroisses. Ces paroisses rurales étaient donc considérables et environ un quart d’entre elles devait atteindre et dépasser les 1000 habitants. Cela nous introduit à l’étude des densités.

Étude des densités du peuplement

24L’étude des densités ne peut être menée qu’en termes de feux par hectare ou par km2. Pour la superficie des paroisses, il faut se résigner, on l’a vu, à adopter la superficie communale correspondante. Pour les communes regroupées, il est possible de calculer une densité de regroupement en prenant pour base la somme du nombre des feux des paroisses regroupées. Un exemple, très moyen : Appeville, au doyenné de Bauptois, avait 173 deniers de débite, la commune actuelle compte 1321 ha, la densité s’établit à 0,131 chef de famille par hectare, ou 13,1 feux au km2 (peut-être 65 habitants, en usant d’un coefficient 5). Mais il n’est pas moins intéressant de considérer l’inverse de la densité, c’est-à-dire la superficie théoriquement disponible par chef de famille : elle serait ici de 7,64 ha, dont il faudrait déduire les bois, la terre du curé (souvent attestée dans le diocèse de Coutances), les landes et autres incultes.

25La densité moyenne du diocèse s’établit à 56 443 : 421 648 ha = 0,1339 ou 13,4 feux au km2, soit 7 hectares et demi par chef de feu en moyenne (on n’a pas compté les 1653 ha de Coutances et des deux paroisses voisines, dont le nombre de feux nous est inconnu). Cette densité moyenne est très proche de la médiane des densités des paroisses non regroupées, qui est de 13. Si l’on prend en compte les densités de regroupements, la médiane générale n’en est pas affectée et reste à 13 ; les quartiles sont 10 et 17,3. Les deux cartes qui ont été établies donnent, l’une, les densités de part et d’autre de leur médiane, l’autre les densités selon les quartiles (Fig. 4 et 5). La répartition géographique des densités appelle quelques remarques :

26Les paroisses de densité très faible (moins de 10 feux au km2) se rencontrent :

271) Au nord de la presqu’île cotentinoise, en bordure de la forêt de Brix : le Mesnil au Val a 2 feux au km2, Brix 3, Tourlaville 6, Martinvast 4 et Saussemesnil 4 également. Plusieurs de ces paroisses comportent des novales d’après le pouillé du XIVe siècle.

282) Au nord-ouest de la presqu’île, en bordure de la forêt de Bricquebec : Le Vrétot a 5 feux au km2 et est encore boisé aujourd’hui ; Bricquebec, la plus grande paroisse du diocèse (5142 ha) et démembrée en 1895, a 4,3 feux au km2, soit 23 hectares par chef de famille. Des novales y sont mentionnées en 1332, ainsi qu’à Négreville (6 feux au km2).

293) Au nord-est dans le « Bocage », intérieur autrefois boisé du Val de Saire, où Le Vast a 6 feux au km2, Le Theil 7 feux.

30Toutes ces paroisses de densité inférieure à 10 dessinent l’extension de l’ancien massif forestier du Cotentin. Elles comportaient à l’évidence des superficies incultes considérables.

314) Autour de la lande de Lessay, où la Feuillie et Pirou n’ont que 5 feux au km2, les terroirs de Pirou et de Créances comprenant aussi des étendues incultes de mielles sableuses.

325) Cinq paroisses situées à mi-chemin de Coutances et de Saint-Lô ont des densités très faibles, peut-être en conséquence d’un peuplement progressant depuis ces deux chefs-lieux.

336) Entre la forêt de Gavray et la forêt de Saint-Sever, toute une série de paroisses ont des densités extrêmement basses, les plus basses du diocèse : Margueray a 3,8 feux au km2, La Chapelle-Cécelin en a 4,9, Champ-du-Boult, aujourd’hui encore clairière dans la forêt de Saint-Sever, 5,4 et Saint-Sever même, dont les trois quarts du territoire communal sont encore aujourd’hui forestiers, 5,9, ainsi que la chaîne de mesnils entre Saint-Sever et Landelles. La plupart de ces localités présentent encore aujourd’hui des lieux-dits caractéristiques du défrichement et de la colonisation.

347) Ont également de faibles densités des paroisses comportant des étendues marécageuses, comme les deux paroisses de Graignes, ou Le Plessis-en-Bauptois.

35Dans tous ces cas, il s’agit donc de paroisses qui, à la date de l’établissement - ou de la fossilisation - de la débite, n’avaient occupé que très partiellement le terroir qui devait leur être plus tard reconnu. Il y avait là plusieurs fronts de défrichement.

36Inversement, la carte permet de repérer sans difficulté de remarquables agrégats de paroisses ayant de fortes et très fortes densités :

  1. Le pays de Coutances au nord et au sud de la cité et la région littorale jusqu’à Saint-Pair et à la forêt de la Haye-Pesnel. Il y a ici un pourtour de petites paroisses, et un cœur de grandes, mais qui ont rempli leur terroir.

  2. Une longue diagonale à l’ouest et au sud des zones marécageuses et inondables, de Portbail, la Haye-du-Puits, Périers jusqu’au pays du Hommet.

  3. La région de Carentan, en dépit de son caractère amphibie.

  4. La plaine orientale, « le Plain », le pays de Valognes et de Lestre.

  5. La zone littorale de la presqu’île de Barfleur.

37Ces trois dernières régions sont des pays de petites paroisses, ce qui est signe d’ancienneté du peuplement. D’une façon générale, les paroisses de forte densité sont souvent littorales, au sud-ouest comme au nord-est du diocèse : l’attraction de la mer sur le peuplement ancien est indéniable. Les densités kilométriques les plus élevées se trouvent dans les doyennés de Saint-Lô (19,7), la Haye-du-Puits (17,2), Cérences (16,7), Saint-Pair (16,3) et du Plain (16,1). Les plus faibles sont dans les doyennés de Montbray (7), Tallevende (8,5), Les Pieux (8,7), Saint-Sauveur-le-Vicomte (10,7) et Percy (12,2), donc, à l’intérieur.

38On note en plusieurs régions des phénomènes de densité décroissante. Cela est particulièrement net au départ du littoral vers l’intérieur, par exemple de Granville vers l’est, de la région coutançaise vers l’est également, de la côte du Plain vers l’ouest, de la côte de Barfleur vers le sud-ouest et du littoral nord de la Hague vers le sud-est. On le note aussi à partir de Saint-Lô et de Valognes. Toute porte à croire que ces « gradients de densités » reflètent la marche du peuplement venu, en général, du littoral pour diffuser vers l’intérieur.

Permanence des centres de peuplement

  • 14 M. Provost (sous la direction de), Carte Archéologique de la Gaule, La Manche, 50, éd. J. Pilet-Lem (...)

39Le relevé, sur la carte archéologique14, de toutes les paroisses dans lesquelles ont été signalés des vestiges romains présente une assez remarquable concordance avec les régions de forte densité au Moyen Age. C’est notamment le cas du pays de Coutances, de la diagonale au nord des marais, du pays de Carentan, du Plain et du pays de Valognes, du Val de Saire et du littoral nord de la Hague. Il y a continuité entre les implantations antiques et les implantations médiévales les plus fortes.

  • 15 Claire mise au point des problèmes de toponymie dans F. de Beaurepaire, Les noms des communes et an (...)

40En ce qui concerne les implantations Scandinaves, celles du moins qui sont attestées par des toponymes contenant des éléments anglo-scandinaves, elles ne coïncident que partiellement avec les zones de forte densité médiévale. Tel est le cas dans la Hague et la région de Flamanville, la presqu’île de Barfleur et la bordure des marais, mais non autour de Valognes ou de Carentan, ni dans toute la partie du diocèse située au sud de la barrière des marais. Quoi qu’il en soit, la présence de ces toponymes est difficile à interpréter puisqu’il n’est pas possible de prouver qu’elle correspond à une forte colonisation d’origine Scandinave ou saxonne. Il paraît difficile d’attribuer à un apport Scandinave ou saxon les très fortes densités humaines relevées au Moyen Age, sauf peut-être dans la Hague15.

41Mais la correspondance entre implantations antiques et fortes densités médiévales incite à remonter dans le temps les données chiffrées apportées par le tarif de la débite qui pourrait donc, pour l’essentiel, être proche de l’époque du concile de Lillebonne et correspondre à la fin du XIe-début du XIIe siècle.

L’évolution récente

42Des comparaisons sont possibles avec des données plus récentes concernant le nombre des feux des paroisses, même si la nature de ces feux n’est pas exactement la même que celle des parrochiani du XIIIe siècle.

  • 16 Inventaire de ces rôles de fouage par M. Nortier, Cahiers Léopold Delisle, 19 (1970), 20 (1971), 22 (...)

431) Les données des comptes du fouage-monnéage normand pour la fin du XIVe et le XVe siècle montrent à l’évidence la très profonde dépression de la population par rapport à la situation décrite par les chiffres de la débite16.

  • 17 Les données de 1636 n’existent pas pour l’élection de Coutances. Cf. J. Dupâquier, op. cit., p. 180 (...)

442) Il faut rapprocher ces derniers des chiffres de feux de l’Ancien Régime. Le choix de la référence peut prêter à hésitation, puisque, pour une partie au moins du diocèse, on a des données pour 1636, 1664-1665, 1694-1695. On a choisi comme base de comparaison le « Dénombrement du Royaume » de Saugrain, daté, comme l’on sait, de 1709, mais intégrant des données de la fin du XVIIe siècle17. En négligeant les évolutions inférieures ou égales à 15 % en plus ou en moins, la carte montre des évolutions particulièrement frappantes (Fig. 6) :

45• Se sont dépeuplées :

les régions côtières de l’est et de l’ouest
la bande médiane, le pays de Carentan et celui du Hommet
le pays de Coutances
la région côtière de Coutances à Granville.

46• Ont gagné, et parfois massivement :

  • 18 Sur la forêt de Brix, cf. en dernier lieu la mise au point de A. Plaisse, La délivrance de Cherbour (...)

les forêts de Brix et de Bricquebec18
le pourtour de la lande de Lessay
le pays entre Coutances et Saint-Lô
tout le sud-est du diocèse.

47Autrement dit, les régions congestionnées au Moyen Age se sont considérablement allégées, et les secteurs qui étaient en cours d’occupation et de défrichement au Moyen Age se sont fortement renforcés. Il y a eu un transfert massif de population après la dépression et les désastres de la fin du Moyen Age.

Conclusion

  • 19 Une densité globale de l’ordre de 65 habitants au km2 correspondant à 13 feux est élevée, mais poss (...)

48La situation du peuplement du diocèse de Coutances, telle que la restituent les chiffres de la débite, se caractérise par une densité d’ensemble élevée19, la congestion des régions d’occupation antique, la concentration sur le littoral, la faible occupation de l’intérieur encore en cours de défrichement. Tout nous dit, alors, la mer amicale et nourricière : situation manifestement antérieure à l’ère des grands conflits « franco-anglais » débutant à la fin du XIIIe siècle.

49Au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, la géographie du peuplement est profondément recomposée : la mer est devenue inquiétante et hostile, la sécurité est désormais à l’intérieur où l’ablation des massifs forestiers est réalisée ou en voie de l’être, et où les densités ont considérablement augmenté, entraînant un rééquilibrage dans l’occupation du sol.

Annexes

Figure 1 : TAILLE DES PAROISSES ET REGROUPEMENTS

Figure 2 : POPULATION DES PAROISSES (en feux)

Figure 3 : MOYENNE DE FEUX PAR PAROISSE DANS LES DOYENNES

Figure 4 : DENSITES DES PAROISSES PAR RAPPORT À LA MEDIANE DES DENSITES (13 feux/km2)

Figure 5 : DENSITES DES PAROISSES

Figure 6 : VARIATION DU NOMBRE DES FEUX XIIIe – XVIIe SIECLE

Notes

1 L. Musset, « Aperçus sur la dîme ecclésiastique en Normandie au XIe siècle », dans Aspects de la société et de l’économie dans la Normandie médiévale (Xe-XIIIe siècles), Caen, 1988, p. 49, 52.

2 A. Longnon, Pouillés de la province de Rouen, Paris, 1903, Introduction, p. LX. La date de 1332 semble presque sûre.

3 Recueil des Historiens de la France, éd. L. Delisle, t. 23, 1876, p. 493-542.

4 Ibid., p. 532-538.

5 Dom Bessin, Concilia Rotomagensis provinciae, Rouen, 1717, p. 68.

6 A. Longnon, Pouillés..., p. 357, B-D.

7 H. Dubois, « Une population médiévale dans son espace : l’exemple de la Normandie », à paraître dans Francia.

8 Atlas Historique de Normandie, t. 1, éd. P. Gouhier, A. Valiez et J.M. Valiez, Caen, 1967.

9 Cf. Longnon, Pouilles..., introduction, p. LXV-LXVII.

10 Les regroupements sont indiqués dans J. Dupâquier, Statistiques démographiques du Bassin Parisien, 1636-1720, Paris, 1977, Généralité de Caen, p. 139-210.

11 Y compris cinq paroisses dépendant du diocèse de Bayeux (« exemption » de Sainte-Mère-Église).

12 L’intérêt du recours à la loi logarithmo-normale pour l’étude des groupements humains a été montré par J.N. Biraben, « Structures spatiales de la population et démographie historique », DH, Bulletin d’information... la Société de Démographie historique, 9 (1973), p. 19-21.

13 L’infléchissement de la courbe après 300 feux disparaît si l’on prend comme terminus ad quem, non plus les 1164 feux des trois paroisses de Saint-Lô, mais les 568 feux de la plus peuplée, Notre-Dame.

14 M. Provost (sous la direction de), Carte Archéologique de la Gaule, La Manche, 50, éd. J. Pilet-Lemière et D. Levalet, Paris, 1989.

15 Claire mise au point des problèmes de toponymie dans F. de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennces paroisses de la Manche, Paris, 1986, p. 44-48.

16 Inventaire de ces rôles de fouage par M. Nortier, Cahiers Léopold Delisle, 19 (1970), 20 (1971), 22 (1973), 25 (1976), 30 (1981). Cf. M. Nortier, « Aperçus sur la population de la vicomté de Coutances vers 1365-1368, d’après deux comptes du fouage », Notices, mémoires et documents. p.p. la Société d’Archéologie et d’Histoire naturelle du Département de la Manche, 65 (1957), p. 2-8. Je remercie Μ. M. Nortier d’avoir attiré mon attention sur un document de 1328, la prisée du douaire de la reine Jeanne d’Evreux, veuve de Charles IV, dans la vicomté de Coutances (B.N. Paris, Ms. Nouv. Acq. Fr. no 1455). On y trouve le nombre de resséants en 31 paroisses des vicomtés de Coutances et de Carentan. Les chiffres sont souvent très proches de ceux de la débite et, lorsqu’ils s’en écartent, leur sont généralement supérieurs. Mises à part deux paroisses pour lesquelles les données de 1328 sont manifestement incomplètes, le total pour 29 paroisses est de 4204 feux en 1328 contre 3994 pour la débite.

17 Les données de 1636 n’existent pas pour l’élection de Coutances. Cf. J. Dupâquier, op. cit., p. 180-181. Celles de Saugrain, 1709, existent pour toutes les élections de la généralité de Caen.

18 Sur la forêt de Brix, cf. en dernier lieu la mise au point de A. Plaisse, La délivrance de Cherbourg et du clos du Cotentin à la fin de la guerre de Cent Ans, Cherbourg, 1990, p. 47-64.

19 Une densité globale de l’ordre de 65 habitants au km2 correspondant à 13 feux est élevée, mais possible : la région parisienne avait une densité rurale de 14,1 feux au km2 en 1332. La densité rurale de la généralité de Caen en 1636 était de 13,9 feux, et de 14 feux en 1709. Cf. J. Dupâquier, op. cit., p. 208.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : TAILLE DES PAROISSES ET REGROUPEMENTS
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Figure 2 : POPULATION DES PAROISSES (en feux)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Figure 3 : MOYENNE DE FEUX PAR PAROISSE DANS LES DOYENNES
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25484/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Figure 4 : DENSITES DES PAROISSES PAR RAPPORT À LA MEDIANE DES DENSITES (13 feux/km2)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25484/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Figure 5 : DENSITES DES PAROISSES
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25484/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Figure 6 : VARIATION DU NOMBRE DES FEUX XIIIe – XVIIe SIECLE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25484/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 412k

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540