Version classiqueVersion mobile

Village et villageois au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les paysans du Nord : habitat, habitation, société

Alain Derville

Texte intégral

1Je parle du Nord/Pas-de-Calais, région de définition tardive, comme d’autres parlent de la France, région dont les frontières furent encore plus tardives.

Habitat et communauté rurale

2La géographie cartographie l’habitat. Les cartes de l’IGN distinguent par des caractères de grosseur décroissante les chefs-lieux de canton, les communes ou villages, les hameaux, les fermes isolées. Vision administrative, moderne et déformante. L’historiographie aggrave cette façon de voir : les villages sont supposés primitifs, les hameaux et les fermes isolées constituent un peuplement intercalaire né des grands défrichements médiévaux. Vision ecclésiastique : les villages sont les paroisses, le reste a tout au plus reçu tardivement une chapelle, formé une dépendance, un secours de l’église-mère. Cela n’est pas sûr.

  • 1 A. Derville, « L’assolement triennal dans la France du Nord au moyen âge, Revue Historique, 280/2 (...)

3La toponymie montre que bien des écarts sont aussi anciens que le centre paroissial. Les grands défrichements ont, certes, entraîné la création de lieux habités, mais moins souvent qu’on ne le pense. Le peuplement dit intercalaire est parfois d’origine gallo-romaine. Ainsi de ces toponymes en-ies (-iacas), si fréquents dans le sud de la Flandre Wallonne. Ce sont aujourd’hui des villes (Orchies), ou des communes, ou des fermes comme celle de Hergnies (jadis fief de Hiellegnies) entre Thumeries et Wahagnies, ou « la cour d’Hiellegnies », aujourd’hui simple ferme entre Orchies, Aix et Coutiches. Ces écarts situés à la limite des terroirs actuels pourraient passer pour des témoins des derniers défrichements, du moment où, sous la poussée des essarteurs, les terroirs voisins enfin se rejoignirent... Or ils étaient en place dès les Ve-VIe siècles1. Tous ces lieux en-ies étaient alors des domaines avec des cabanes de colons, mais au fil des siècles les hommes se sont concentrés à Thumeries, qui est devenu un « village », désertant Hiellegnies, qui a rétrogradé au rang de hameau, puis de ferme.

  • 2 B. Delmaire, Le diocèse d’Arras du XIe au XIVe siècle, thèse Paris I, 1988, multigraphié, t. 1, p. (...)
  • 3 A. Bocquet, « Recherches sur la population rurale de l’Artois et du Boulonnais pendant la période (...)
  • 4 R. Fossier, Cartulaire-chronique du prieuré Saint-Georges d’Hesdin, Paris, 1988 no 1, 95, 114, 127 (...)

4La concentration de l’habitat a été aussi fréquente, sinon plus, que sa dispersion. Pour le petit diocèse d’Arras (2 821 km2) on a compté 21 % de toponymes romans, mais « les créations des XIe-XIIIe siècle sont moins nombreuses que les disparitions »2. Ainsi de Tréhout, toponyme germanique indiscutable, dont la paroisse, fondée en 1239, était taxée à 16 L dans le pouillé de 1360, qui figurait sur les rôles de l’aide d’Artois, comme une communauté, mais qui était désert en 1469 et n’est plus aujourd’hui qu’un lieu-dit de Vitry-en-Artois3 : les gens étaient partis, laissant le toponyme sur place. Soit encore Belleville, à Rougefay près de Frévent, où les moines d’Hesdin avaient au XIIe siècle autel et cimetière et où ne restait en 1469 qu’une ferme formant une unité fiscale, c’est-à-dire une communauté4.

  • 5 E. Hautcoeur, Cartulaire de l’Église collégiale Saint-Pierre de Lille, Lille 1894 no 2.
  • 6 R. Fossier, Saint-Georges.
  • 7 G. Bellart, P. Bougard, C. Rollet, Paroisses et communes de France... Pas-de-Calais, 2 vol., Lille (...)

5Des « villages » plus nombreux, un mailliage de l’habitat plus serré qu’aujourd’hui, c’est l’image qu’imposent tous les textes. La grande charte de 1066 pour Saint-Pierre de Lille cite 21 lieux ruraux situés dans la châtellenie de Lille ; 11 sont des communes aujourd’hui, 10 ne sont plus que des lieux-dits, des lieux vides parfois5. Au XIIe siècle, à en juger par les toponymes inscrits dans la marge de leur cartulaire, les moines d’Hesdin possédaient des biens dans 52 villages dont 19 appelés villa ou villula (et une fois parrochia) ; 21, dont 11 villae, sont aujourd’hui des communes, 20, dont 5 villae, ne sont plus que des lieux-dits, 11, dont 3 villae, ne sont pas identifiés et ont dû disparaître6. Il y avait donc beaucoup de « lieux » ou de « villes ». C’est à la fin du XVe siècle qu’on commença à parler de « villages » et de « hameaux ». Mais la ferme isolée ou le hameau ne constituait pas forcément une unité fiscale. À Moringhem, près de Saint-Omer, vieille villa franque qui formait toujours une unité fiscale en 1469, on dénombra en 1725 27 feux dont 7 au chef-lieu et 20 dans 4 hameaux bien visibles sur la carte actuelle7. Ici la communauté regroupait des habitats distincts, ailleurs les habitats distincts formaient des communautés différentes.

  • 8 Archives Départementales du Nord, B 1107 p. 18594 et B 4327 à 4344. H. Platelle, « Les paroisses d (...)
  • 9 A. Derville, Enquêtes Fiscales de la Flandre Wallonne 1449-1549, Lille, t. 1, 1983, p. 25-26, t. 2 (...)

6Pour parler des communautés on part des documents fiscaux. Dès qu’il se manifesta, c’est-à-dire dès le XIVe siècle, le fisc ne voulut et ne put connaître que des communautés : l’impôt, étant de répartition, ne pouvait peser que sur des groupes humains cohérents, solidaires et responsables, capables d’assurer le stade ultime de la répartition fiscale, entre les feux. Toutes les communautés formèrent donc une unité fiscale, aussi bien celles qui comprenaient plusieurs hameaux que celles qui étaient réduites à un feu. Dans la Flandre Wallonne on avait d’abord imposé ensemble les deux petits villages voisins de Bauvin et de Provin, sans doute parce qu’ils appartenaient à Saint-Vaast d’Arras, qui rechignait tellement à payer les aides ducales8, mais c’étaient deux communautés distinctes qui, dès 1429, obtinrent d’être séparées et qui se disputaient encore en 1449, en 1491, pour savoir qui, de l’initial fardeau commun, payerait les 2/5 ou le tiers, qui les 3/5 ou les deux tiers9. Ces communautés étaient donc antérieures à la fiscalité. De quand datent-elles ? Cela revient à se demander quelle en était la nature.

7On pense d’abord à une définition ecclésiastique : la communauté, c’était la paroisse. C’est vrai parfois, pas toujours : souvent la communauté réunit deux paroisses, ou bien c’est la paroisse qui est divisée en plusieurs communautés. D’où vient cette distorsion ?

  • 10 B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Bertin, Paris, 1841, p. 97-107.
  • 11 R. Fossier, Saint-Georges, p. 24.
  • 12 B. Delmaire, Diocèse, t. 1, p. 68-69, 75, 137, t. 2 p. 771-778.

8D’abord la paroisse rurale a été tardive et il est évident que les gens n’ont pas attendu d’avoir ecclesia et presbyter pour résoudre entre voisins leurs problèmes communs. Le voisinage a précédé l’éventuelle paroisse. Vers 850 le polyptyque de Saint-Bertin ne cite que 9 ecclesiae pour 21 domaines ruraux10 ; c’est bien peu. Aux Xe-XIIe siècle les lieux de culte se sont multipliés et il n’est pas impossible que chaque communauté ait eu son altare, son atrium, son sacerdos proprius. Les seigneurs auront construit les églises pour percevoir les revenus : l’usage de l’église était obligatoire et payant ; c’était une banalité comme les autres. Vers 1093-1186 les moines d’Hesdin possédaient tout ou partie de l’autel et du cimetière dans dix villages qui ne sont parfois plus aujourd’hui que des hameaux, des fermes, des lieux-dits11 ; à la fin du moyen âge il n’en restait plus que 4 ou 5 paroisses. Le XIIIe siècle avait donc fait le tri dans cette prolifération anarchique des lieux de culte. C’est alors qu’apparut la paroisse. Dans le diocèse d’Arras le mot ne s’est imposé qu’à la fin du XIIIe siècle. B. Delmaire y a trouvé 443 autels dont 17 absents du pouillé de 1360 (3,84 %). Calcul sans doute fautif car un sondage dans les 25 premières notices paroissiales montre que dans 5 cas (20 %) l’autel avait disparu en 1360 et il est probable que si cet auteur avait dépouillé les documents antérieurs à 1093 il aurait trouvé d’autres altaria éphémères12.

9La création des paroisses n’a donc pas été, de Charlemagne à saint Louis, le processus linéaire qu’on pense, paroisse d’abord, succursales ensuite. Les secours, plus que le témoin d’un peuplement intercalaire tardif, sont celui d’une ancienne géographie des lieux de culte, d’un réseau plus serré, d’une Église plus généreuse. Il ne faut pas dire que le réseau paroissial est resté incomplet à cause de l’incurie des laïques, mais qu’il s’est appauvri à cause de la cupidité des clercs.

  • 13 Ibid., t. 1, p. 97-98.
  • 14 A. Bocquet, op. cit., p. 95-102.
  • 15 G. Bellart, P. Bougard, C. Rollet, op. cit., p. 11-12.

10Aux XIIIe-XVIIIe siècle les paroisses étaient donc moins nombreuses que les communautés. Pour la partie rurale du diocèse d’Arras (2 705 km) on a compté en 1469 355 paroisses et 449 communautés (rapport 1,26)13. Mais ce nombre de 449 pèche par défaut, l’auteur n’ayant pas pris en compte, arbitrairement, celles qui étaient réduites à un feu. Arbitraire injustifié car, comme on a vu, ces fermes isolées étaient la trace d’une ancienne communauté. Le rapport 1,26 doit donc être corrigé. En 1469 on trouvait dans la recette d’Arras au moins 228 localités dont 10 enclaves appartenant à d’autres recettes ; les 218 restant étaient regroupées en 196 unités fiscales correspondant à 160 paroisses14. Il y avait donc 1,44 communauté pour une commune. Le rapport se retrouve dans la campagne de Saint-Omer (33 communes pour 23 paroisses). Presque toutes ces communautés sont devenues des communes en 1790, car c’était la communauté qui comptait, non la paroisse. Comme l’écrivait en 1698 l’Intendant Bignon, « le terme de paroisse n’est connu en Artois que par rapport au spirituel : en toutes autres affaires... on use du terme de communauté »15.

  • 16 G. Sivery, « Essai de typologie des rapports entre les communautés rurales et les paroisses dans l (...)

11Il en allait de même ailleurs. Dans la Flandre Wallonne les premières Enquêtes Fiscales ont examiné des « paroisses » ; les manants sont venus déposer au nom de leur « paroisse ». Simple façon de parler car bien souvent le territoire de ladite paroisse comprenait des enclaves (au total 15 % du sol et des hommes) qui ne payaient pas l’impôt avec la Flandre Wallonne et qui, comme le montrent les cartes anciennes et récentes, correspondaient à des habitats bien distincts. Donc les manants qui déposaient devant les commissaires de la Chambre des Comptes ne parlaient qu’au nom de leur communauté. Ici aussi il y avait beaucoup plus de communautés que de paroisses. De même sans doute en Hainaut16.

  • 17 R. Fossier, Saint-Georges, p. 34.

12L’étude des communautés fait donc apparaître une structure de l’habitat plus serrée et plus ancienne que la structure paroissiale, et si solide qu’elle s’est souvent traduite en 1790 par l’érection en commune de ce qui n’avait pas été paroisse sous l’Ancien Régime, ni au XIIIe siècle. Des communautés dès le Haut Moyen Age ? Pourquoi pas, quoi qu’en ait dit R. Fossier17 ? Mais pour quoi ?

  • 18 R. Fossier, Chartes de coutumes en Picardie (XIe-XIIIe siècle), Paris, 1974 et Saint-Georges p. 9.
  • 19 A. Derville, « Assolement ».
  • 20 Archives Départementales du Nord, B 3763.

13Communauté à cause de la discipline agraire, dit-on parfois, et de l’usage des communaux. Hélas, il n’y a pas la moindre trace de vaine pâture et de contrainte de sole dans les coutumes picardes de 1025 à 1300, ni dans le cartulaire d’Hesdin de 1093 à 118618. Serait-ce donc un phénomène tardif, comme le veut G. Duby ? Mais on ne trouve rien non plus de 1250 à 150019. Autrement dit cette discipline agraire a peut-être existé, mais avant l’an Mil. Pourquoi pas d’ailleurs ? Quant aux communaux il y en avait peu et il y en eut de moins en moins car on les lotissait, on les vendait. Dans la Flandre Wallonne de 1549, sur quelque 160 communautés, seules 30 avouaient « une petite communauté », c’est-à-dire un marais commun, parce qu’elles étaient riveraines d’une rivière indolente20. Mais souvent ces marais étaient communs à tous les villages riverains. Dira-t-on que la communauté rurale était composée de 6, 8 ou 10 villages ? Mieux vaut abandonner cette piste.

  • 21 G. Sivery, op. cit.
  • 22 A. Maillard, Coutumes générales d’Artois, avec des notes, Arras, 1704.

14On pose parfois l’équation « communauté = seigneurie ». À première vue c’est inacceptable, car la seigneurie pullulait : il pouvait y en avoir une dizaine par village, du moins des seigneuries foncières. Pour le Hainaut G. Sivéry semble identifier communauté rurale, seigneurie et échevinage21, sans distinguer seigneurie foncière et seigneurie justicière ; or le seigneur foncier avait besoin d’un échevinage propre et s’il n’avait pas assez de tenanciers pour garnir son banc de sept échevins il en empruntait au seigneur voisin, ou bien on prenait « deux héritiers pour un échevin »... On y voit plus clair pour l’Artois. Là les droits du seigneur foncier étaient des plus réduits : quelques droits utiles, des rentes, même plus de corvées. Au contraire ceux du seigneur vicomtier qui avait la police des chemins, des denrées, des poids et mesures, et toute la police rurale comme les bêtes trouvées en dommage ou les nouvelles esteules, et les puits à marne mal restouppés ; c’est lui qui publiait les bans de mars et d’août qui réglaient toute la vie rurale22. La voilà, la discipline agraire ! Les communautés rurales correspondaient donc peut-être à des seigneuries vicomtières, mais comme on ne possède pas de liste de ces seigneuries on n’est pas plus avancé.

  • 23 B. Guenée, « la géographie administrative de la France à la fin du moyen âge · élections et bailli (...)

15On peut enfin se demander s’il ne faut pas faire remonter la communauté rurale jusqu’à la villa du Haut Moyen Age qui, elle, a connu les communaux, la discipline collective, les corvées faites en commun et la forte autorité du maître. Dans la « campagne de Saint-Omer » (aujourd’hui 29 communes et23 390 ha) le polyptyque de 850 décrit 5 villae entières attribuées à la nourriture des moines de Saint-Bertin ; il faut en compter autant pour les autres offices, ce qui fait dix ; et au moins autant pour la mense abbatiale, et pour les chanoines de Saint-Omer, qui avaient un tiers de la fortune de Sithiu, plus les fiefs. Autrement dit, ici tout appartenait à cette Église. À partir de 900 les villae éclatèrent en fiefs, en petites seigneuries dont aucune, semble-t-il ne donna naissance à une communauté d’habitants. Il y a plus : les moines avaient acquis dans la même région, toujours pour le victus fratrum, cinq domaines croupions qu’on peut souvent identifier à des hameaux actuels et dont aucun, que l’on sache, n’a donné naissance à une communauté. Autrement dit les acquêts des moines n’ont pas brisé les communautés préexistantes qu’on devrait donc faire remonter à l’époque franque, sinon plus haut. Pourquoi pas ? Il n’y a rien de plus indestructible que les paysanneries. Mais ce ne sont là qu’hypothèses.

  • 24 F. Lot, « L’état des Paroisses et des feux de 1328 », BEC, 90 (1929), p. 51-107 et

16Ce qui est certain, c’est qu’en 1328 il y avait des communautés plus nombreuses que les paroisses et qu’on a comptées pour telles dans l’État des paroisses et des feux. En Vermandois furent comptés pour paroisses « les cités, châteaux (villes), villes (villages), et lieux »24. C’est probable ailleurs. C’est certain pour le bailliage de Senlis et le comté de Valois où on trouve 1,48 soit-disant paroisse de 1328 pour une commune moderne : 1,48 ! À peu près comme en Artois ! S’il en était partout de même on doit dire que le domaine royal était 1,4 fois moins étendu que ne l’a cru F. Lot et que la population du royaume était 1,4 fois plus forte : densité 56, et non 40...

Habitation

  • 25 Comparer sur la carte (IGN 1 : 25000, Carvin 7-8) Raimbeaucourt, village en étoile juché à 45 m su (...)
  • 26 J.-M. Duvosquel (sous la direction de), 26 vol., en cours.
  • 27 A. Derville, Enquêtes, t. 1, p. 9-10.

17Le plus souvent en tas, parfois en rue25, le village était un groupe de maisons enfouies dans la verdure de leurs hayes. Ainsi l’ont représenté les Albums de Croÿ26 et les terriers, quand ils délimitent un canton de dîme ou de terrage, s’appuyent parfois sur « les hayes du village ». À l’intérieur de ce « circuit des hayes » le sol était divisé en parcelles qu’en Flandre Wallonne on appelait en 1449 des « lieux » ; le lieu, c’était à la fois le courtil et la maison ; celle-ci pouvait être démontée et emportée dans un autre village où l’impôt était moins lourd : on transportait son « lieu » d’un village dans un autre et le « lieu », c’est-à-dire le courtil, restait vaghe, ars, destruit, désolé, a ruyne27. Dans l’Enquête Fiscale de 1549 ce que les manants déclarèrent d’abord, ce furent les « jardins ». En Artois on parlait de jardins, de courtils, de mès ou de manses.

  • 28 Ibid., p. 67 ; Archives Départementales du Nord, B 3761, fo 33 vo .
  • 29 Ibid, B 3762, fo 4, 6 vo , 20, 20 vo , 21, 23, 23 vo , 25, 30 vo , 38, 49 vo ...

18Dans la Flandre Wallonne de 1449 un lieu correspondait à un feu, mais on pouvait trouver des sous-locataires exempts de taille comme « vivans soubz les aultres » ou dans de « petites kahutes et fournilz »28. Et cela dans le monde vide du XVe siècle ! Après 1500 se multiplièrent les mentions de gens « demeurant avec autruy », « en fournils et chambres », de « maisons où il y a 2 ou 3 mesnages » ; ces sous-locataires furent alors comptés comme autant de feux fiscaux29.

  • 30 R. Fossier, Coutumes, no 34, 51, 53, 84, 97, 132-135, 162.

19Le problème avait été beaucoup plus aigu de 1000 à 1300 : comme la population quadruplait, il avait fallu, soit diviser les mès, soit accueillir des sous-locataires, soit créer de nouveaux courtils aux dépens des champs. En Artois les chartes du XIIIe siècle font souvent état de ces sous-locataires (sourhoste, subhospes, superhospes) astreints en général à un chevage de 12 d ; à Boiry-Notre-Dame on pouvait faire autant de feux qu’on voulait par mès sans accroître le gavène ; à Esne on envisageait qu’il y eût dans un manse trois maisons et plus ; certains manses étaient divisés : il y avait des demi-courtils, voire des coteries encore plus petites30.

  • 31 Ibid., no 22, 53, 81.
  • 32 B. Delmaire, Diocèse, p. 144. R. Fossier, Saint-Georges, p. 12. Dans les terriers frequentes menti (...)

20Ces mès se groupaient dans un espace bien délimité, distinct de la terra forinseca. Cependant on taillait parfois de nouveaux courtils dans la terra forinseca31. Parfois ces nouveaux courtils continuaient à payer « la dîme des champs »32 : le décimateur n’entendait pas pâtir des lotissements. Bref, on dit que les labours ont dévoré les pâtures ; il faut ajouter que les courtils ont rongé les labours. Quand la population s’est effondrée, au XIVe siècle, ces courtils, enclos de haies, n’ont pas réintégré les champs ; certains paysans en eurent 2, 3 ou plus, en attendant que la reprise démographique entraînât de nouveaux partages, de nouvelles sous-locations.

  • 33 R. Fossier, Coutumes, no 53, 162.
  • 34 A. Derville, Histoire de Béthune et de Beuvry, Dunkerque, 1985, p. 60 d’après Archives Département (...)
  • 35 Idem, Enquêtes, t. 1, passim.
  • 36 C. Dieudonné, Statistique du Département du Nord, s.l., an X, t. 1, p. 32.

21Ces courtils étaient très vastes. À Boiry-Notre-Dame en 1256 le mès semble avoir fait une mencaudée (0,43 ha) ; à Estrée-Wamin les nouveaux courtils devaient être d’une demie mencaudée33. A Beuvry en 1298 il semble que le mès faisait deux mencaudées de 0,39 ha ; naturellement certains mès étaient partagés en 2, 3 ou 4, mais les « terres de mès » occupaient 40 % de la terre paysanne34. Pour la Flandre Wallonne l’Enquête Fiscale de 1449 donne 39 fois la surface du lieu : de 0,27 à 7,12 ha ; dans ce dernier cas il doit s’agir d’un particulier ayant réuni une dizaine de lieux ; la moyenne (1,17 ha) est donc moins significative que la médiane (0,67 ha). C’est encore beaucoup35. Dans la châtellenie de Lille on déclara en 1549 5 212,97 bonniers (7 426,40 ha) de jardins pour 13 837 feux (moyenne 0,537 ha) ; si on considère que les enclaves faisaient 15 % du sol, les jardins devaient monter à 8 540 ha ; or en l’an X on ne trouvait dans l’arrondissement de Lille correspondant à peu près à l’ancienne châtellenie, que 4 764 ha de jardins et maisons36. Par conséquent les lieux de 1549 devaient contenir, à l’intérieur de leurs hayes, beaucoup de terres, sans doute travaillées à bras, mais semées de céréales et qu’en l’an X on aura classées avec les labours. Au moyen âge le principe de classification était juridique, vers 1800 il était économique.

22À l’intérieur de ces lieux s’élevaient les bâtiments.

  • 37 A. Derville, Enquêtes, t. 2, p. 91, 108, 129, 130, 135, 138.
  • 38 L.F. Genicot, « Réflexions sur l’ancienne maison rurale du Toumaisis », Revue du Nord, 68 (1986), (...)

23On ne connaît pas la maison du manouvrier, mais on sait que les pauvres avaient souvent ung pourchel ou deux, une vake, me vaquette dont ils vivent37. Ils devaient donc avoir une petite étable, une seue (soue). Distincte de la chaumine, ou jointive ? Plutôt distincte, si on en juge par l’habitat traditionnel de la région38.

  • 39 Archives Départementales du Pas-de-Calais A 519, 839.6, 847.6, 867.3.
  • 40 A. Derville, Béthune, p. 60.
  • 41 Archives Départementales du Nord, 4G 5385 ; Maresches à 9,5 km de Valenciennes.
  • 42 Archives Départementales du Pas-de-Calais, A 845.4, 847.5, 852.1, 858.4, 863.1.
  • 43 Ibid., A 849.5, 852.6, 858.5.
  • 44 Ibid., A 834.1b, 852.2, 853.1 et 3, 867.1.
  • 45 Ibid., A 283.2, 838.4, 847.2, 849.4.

24On connaît mieux les exploitations des labouriers, de ceux qui avaient deux ou trois chevaux pour exploiter une charruée de 30 ha, parfois 24 chevaux et 12 charrues, comme dans la ferme de Thierry d’Hireçon à Bonnières, qui faisait 350 ha de labours39 et qui, parfois, fermiers de la dîme, du terrage, avaient des dizaines de milliers de gerbes à « entasser ». A Beuvry en 1298 on cite « la maison, le fournil, le four et les autres hestaux dans la cour »40. À Maresches, la cense de Canteraine, grosse ferme de 2 charrues et environ 60 ha, comprenait en 1393 « maison, grange, marescauchies (écuries), maison du four, neuve étable et grange à l’avoine »41. À Roquétoire Thierry d’Hireçon avait des granges, dont une pour le terrage, des étables des marescauchies, une bergerie, un fournil, un colombier, une chapelle et sans doute un logis42. À Sailly-en-Ostrevant il avait une grande et une petite grange, une étable pour les chevaux, une pour les poutrains, une pour les vaches, plusieurs pour les brebis, trois seus de pourceaux, pavées de grès, un hôtel de la forge, une carretterie avec une loge et une chambre pour les valets43. À Bonnières on retrouvait tout cela plus un hangart, un lardier, un cellier, un puits, une prison (chambre au chep) et le logis du maître avec grandes salles, hautes salles et chambre monseigneur44. A Gennes il y avait en plus le logis du maître et au moins une tourelle ; au-delà on trouvait de véritables châteaux avec motte, donjon, fossés, créneaux, les bâtiments d’exploitation formant une basse-cour45. On passe insensiblement de la grosse ferme au château.

  • 46 R. Blanchard, La Flandre. Étude géographique de la plaine flamande en France, Belgique et Hollande (...)

25Comment ces divers bâtiments s’organisaient-ils ? A Beuvry on les a trouvés « dans la cour » : autour de la cour, de son tas de fumier et de son paillier, fermant celle-ci, au besoin avec le renfort de murs, comme dans la cense wallonne des géographes, ou disposés de même, mais non jointifs et ouverts de tous les côtés, comme dans la hofstede flamande46 ? C’est tout le problème des clôtures.

26Pour l’Artois on voit bien qu’il y avait quatre types de clôtures, la haie, la haise, la soif et le muret, sans compter, pour les bas-fonds marécageux, le fossé.

  • 47 C. Dieudonné, op. cil., t. 1, p. 257-258.
  • 48 B. Delmaire, Le compte général du receveur d’Artois pour 1303-1304, Bruxelles. 1977, parag. 3403-3 (...)
  • 49 Archives Départementales du Pas-de-Calais, A 860.
  • 50 A. Derville, « Bouvines au temps des Enquêtes Fiscales (1450-1550) », Pays de Pévèle, no 22, 1986, (...)

27La haie vive jouait un grand rôle dans l’économie domestique. De nos jours une haie de troènes de 250 m produit des fagots par camions entiers. Jadis les haies étaient épaisses (deux pieds et demi) et comprenaient beaucoup d’arbres, des frênes en particulier47. Dans ces campagnes presque totalement déboisées, ce n’est pas avec la paille des chaumes que les pauvres faisaient bouillir leur pot mais avec les rejets de leur haie. Dans le compte artésien de 1303-130448 on voit appareiller les haies autour de la maison et du jardin du marais d’Hesdin et redresser les haies autour des préaux d’Avesnes. Un texte parisien de 1325 parle d’osier pour ployer les arbres des haies49. Les baux parlent aussi des haies. A Bouvines le censier de la Courte, la magnifique exploitation de Saint-Amand, encore intacte aujourd’hui, pouvait, d’après le bail de 1531, couper les haies deux fois en 12 ans et couper les arbres secs à condition d’en replanter deux verts50.

  • 51 Archives Départementales du Pas-de-calais A 858.4, 861.1, 863.1.

28Le fermier de la Courte devait aussi relever les fossés autour de la maison ; ces fossés étaient sans doute bordés de saulx et hallotz, lesquels il pouvait couper tous les trois ans. Mais les fossés servaient surtout à drainer les champs51. Bien sûr on met ici à part les sites fossoyés, si nombreux dans la Flandre Wallonne : habitat seigneurial plus que paysan.

  • 52 Ibid., A. 845.4, 849.5.

29Les haises étaient, paraît-il, des haies sèches, faites d’épines : comme les haies, elles entouraient les courtils52.

  • 53 B. Delmaire, Compte, parag. 1028, 2108, 3403-3409, 3675, 3721-3724. Archives Départementales du Pa (...)
  • 54 Ibid., A 292.2, 838.5, 847.2, 857.1.
  • 55 Ibid., A 835.3, 838.5, 845.4, 847.2 et 5, 852.1, 853.1, 857.1, 863.2.

30On trouve souvent mention des sois. La soif était faite de paissons (pieux) et de verges ; c’était donc un barrière. Parfois elle était espinée avec des bourrées (fagots) d’épines, ou de la ramille. On parle aussi de pel, de peux. Les peux qui servaient à faire des parois et à soutenir les verges des clôtures, et qui se vendaient au cent, n’étaient évidemment pas de la bourre, comme on l’a écrit, mais des pieux53. Certains bois taillis produisaient des verges ; en 1313 celui de Gemest (3,75 mencaudées) donna 6 800 fagots et 2 800 verges54. On faisait des sois « au castel... au manoir... entour le jardin... pour clore la maison ou le courtilage » ; on en faisait (sois batiches) « pour les bêtes », en particulier autour des moies (meules)55.

  • 56 Ibid., A 845.7, 847.5, 852.2.
  • 57 R. Agache, Détection aérienne de vestiges protohistoriques, gallo-romains et médiévaux dans le bas (...)
  • 58 Archives Départementales du Pas-de-calais A 838.2, 843.1, 852.5 et 8, 853.4.
  • 59 Ibid., A 847.2.

31Les murets étaient plus imposants. A Aire ceux de l’hôtel de la Prévôté étaient palés, c’est-à-dire armés de pel, de clous et de bois, lattés avec des lattes, plaqués avec de la terre et recouverts d’estrain ou de gluys maintenus par des verges et liés avec des harchelles (osier)56. Dans les campagnes on ne prenait peut-être pas tant de soins et les murets n’étaient peut-être faits que de terre. Les archéologues retrouvent sur leurs photos aériennes la trace de ces murs gallo-romains57. Au XIVe siècle on en faisait d’argile, couverts d’esteule, de fuerre, d’estrain, sinon ils fondoient58. Exceptionnellement on en trouve un couvert de planches de 4 pieds sur 0,2559.

  • 60 Ibid., A 847.2, 852.1.
  • 61 Ibid., A 849.5, 853.1, 863.1.

32Les longueurs sont de 130 pieds, 312 pieds « autour de la cour », 350 pieds « entour la cour », 65 pieds entre la porte et le colombier. Souvent les bâtiments faisaient une partie de l’enceinte : à Gennes les étables et le burc tenaient à la porte de pierre, à Roquétoire les marescauchies reliaient les deux portes60. La porte principale avait un aspect monumental : c’était un bâtiment à étage61.

  • 62 Ibid., A 863.1.
  • 63 Ibid., A 850.1, 858.4.

33Reste la construction. A Aire en 1326 on construisit une marescauchie de 33 pieds sur 18 avec des grès, des pierres blanches, de la chaux et du savelon pour le solement, du bois, des clous et du fer pour le colombage, du pel, des lattes, de la terre pour le torchis, du gluy, des verghes et des harchelles pour la couverture62. En 1321 on construisit à Boves une grange de 244 pieds de périmètre dont le solement fut constitué par un moillonich de 2 pieds de large sur 2 de profond sur lequel on posa 5 tas de pierre, d’abord des grès, puis des parpaings blancs ; les couvreurs y mirent 32 000 tuiles ; de même à Foukestun en 1324 pour une grange de 40 pieds sur 30, qui cependant fut couverte de gluy63.

34Ces mentions sont exceptionnelles, car on construisait peu. Le plus souvent on se bornait à réparer une toiture endommagée par les grans vens, à remplacer une poutre pourrie, à redresser un pan de mur. Il était très rare qu’on dût ressoler.

  • 64 R. Fossier, Coutumes no 118.
  • 65 A. Bocquet, op. cit., p. 150 ; L.F. Genicot, op. cit. ; C. Dieudonné, op. cit., t. 1, p. 257.

35Les bâtiments des simples paysans étaient sans doute, eux aussi, posés sur des soles ; ils étaient sûrement faits d’un colombage de chêne, d’un torchis, d’une couverture de bottes de gluy ou de roseaux64. Quand, en 1448, le feu eut détruit 73 des maisons d’Avesnes-le-Comte, le duc accorda aux sinistrés 600 chênes à prendre dans sa forêt ; 8 chênes de 80 pieds par maison, c’était de quoi fournir l’ossature de 2 ou 3 pièces de 5 m sur 565.

  • 66 H. Neveux, « Recherches sur la construction et l’entretien des maisons à Cambrai de la fin du XIVe(...)
  • 67 Sic ! Lire grantment perilleuse.

36Les panneaux du colombage étaient assemblés à terre, à plat, puis dressés, au besoin avec un « engin ». Les dimensions de ces panneaux donnent donc la longueur et la hauteur de la façade non, comme on l’a dit, la largeur et la profondeur de la parcelle66. Sur ces bâtis on clouait, avec des clous latterés, des lattes sur lesquelles les plakeurs plaquaient l’argile. Selon certains ce torchis était protégé de la pluie par des lattes en forme de bardeaux. C’est une hypothèse gratuitement pileuse67. Aucun document iconographique ancien ne montre de tels bardeaux et les comptes prouvent que les lattes étaient souvent fournies par les vieux tonneaux ; elles avaient donc deux doigts de large au plus.

  • 68 A. Derville, Enquêtes, t. 2, p. 10, 32, 36, 40, 64, 72, 75, 139, 146.

37Pour la Flandre Wallonne les Enquêtes Fiscales de 1485 et 1491 montrent des campagnes dévastées par la guerre : les maisons avaient été brûlées par les Français, faute de pouvoir se racheter ; parfois elles avaient été emportées par les soldats, ennemis ou amis, pour eulx chauffer. La reconstruction était à peine entamée et dans le sud de la province les conditions de l’habitat étaient précaires. Beaucoup vivaient dans des fournils et aultres petites habitacions, dans des huttes, dans des maisons sur estaques ; il y avait des mesnages sur taudis, des feux sur huttes et appentis, des maisons sur taudis et pillotz, des maisons faites de perches a forme de beghudes, de petites maisons faites sur estacques et fermees de parois faictes de cloyes placqués68, autrement dit des cabanes de branchages plus ou moins plaquées de terre et couvertes à la diable, peut-être de bâches, non de belles maisons à colombage, qu’on reconstruirait plus tard. Pour l’instant le plus urgent était d’acheter des instruments aratoires, des chevaux surtout, et de payer les dettes qu’on avait dû faire pour survivre, pour payer les rançons.

38Cent ans plus tard les Albums de Croÿ ne montrent que des constructions en parfait état, avec de belles poutres bien droites, comme s’il n’avait pas existé de chênes tordus ; de fait on ne voit dans le paysage que des arbres de belle venue. Convention picturale ? Mais c’est, le génie en moins, la vision de Brueghel et chez Dürer, observateur minutieux s’il en fut, on ne voit pas autre chose. Il faut aller dans la Hollande du XVIIe siècle pour trouver parfois des toits crevés et des maisons bancales, surtout des arbres crochus : autre convention ou réalité différente ?

La société

  • 69 B. Guerard, op. cit., p. 106 ; B. Delmaire, L’histoire-polyptyque de l’abbaye de Marchiennes (1116 (...)
  • 70 Archives Départementales du Nord, 12H 2.

39Les serfs avaient toujours été rares. Vers 850 à Tubersent, villa de Saint-Bertin, il y avait 7 mancipia et 12 servi sur 82 mâles (14,63 %) ; ailleurs pas davantage. Ensuite il y en eut de moins en moins : aucun dans les Chartes de coutumes en Picardie (1025-1300), aucun dans le Cartulaire-chronique d’Hesdin (1093-1186), aucun dans celui de Marchiennes (c. 1120) et les servi et ancillae que citent deux chartes de 1038 et 1127/1131 seraient des membres de la familia, des domestiques de sainte Rictrude plus que des serfs69. Que restait-il en effet de l’antique servage ? En 1002 lors de la donation à saint Amand de la villa de Bouvines il s’y trouvait 5 serfs et 8 serves devant chacun 2 d de chevage, tous les ans sans doute, 6 de mortemain à la succession et 6 de formariage aux noces70. Taxes lourdes, mais fixes. Un serf qui échappe à l’arbitraire de son maître est-il encore un serf ? On en vient à se demander ce qu’il pouvait rester du lourd système carolingien, des manses, des trois jours de corvée par semaine et du servage après la tourmente des années 850-950. Il est de bon ton aujourd’hui de clamer que les invasions normandes furent bénignes, voire bénéfiques. Cette euphorie n’est pas de mise : les « grandes armées » des Vikings s’abattaient sur un pays pour le saigner à blanc et ne l’abandonner qu’exsangue. Par conséquent les maîtres du sol ont dû reconstruire leurs domaines, vers 950, comme leurs successeurs l’ont fait vers 1450, après la Guerre de Cent Ans, en réduisant à presque rien les charges paysannes. Vers l’An Mil il ne restait pratiquement rien du servage.

40Il ne restait que des paysans que les historiens classent en trois groupes : ceux qui se suffisent tout juste et qui n’ont pas grand-chose à vendre, ni à acheter, ceux qui n’ont pas assez de terre et doivent louer leurs bras, ceux qui ont des surplus à vendre et du travail à donner. De là deux questions : quelle était la surface assurant le minimum vital à une famille-type de 5 personnes ? Combien de ménages atteignaient ce niveau, combien le dépassaient, dans un sens ou dans l’autre ?

  • 71 A. Derville, « Assolement ».
  • 72 Idem, « Dîmes, rendements du blé et révolution agricole dans le nord de la France au moyen âge », (...)
  • 73 G. Lefebvre, Les paysans du Nord pendant la Révolution Française, 2 vol., Lille, 1924, t. 1, p. 27 (...)

41Le minimum vital ne doit pas être estimé, mais calculé. La consommation annuelle moyenne d’un individu était de 275 1 de blé71, ce qui fait 1 375 1 par feu. Dans les pays d’assolement triennal il fallait donc que la première sole produisît 13,75 hl, plus la semence ce qui, par ici, peut donner 16 hl. La surface produisant 16 hl varie avec le rendement du blé. Ici il était vers 1 300 d’au moins 20 hl/ha et parfois de 3072. Pour produire 16 hl il suffisait de 0,8 ha, soit une exploitation de 2,4 ha, deux fois plus pour les fermiers car le fermage représentait, semble-t-il, 50 % du produit. Pour 1790, avec des rendements identiques, il fallait au paysan flamand chargé de 7 ou 8 enfants de 2,5 à 3,33 ha s’il était propriétaire, le double s’il était fermier73.

  • 74 Archives Départementales du Nord, 4G 555, p. 6086.
  • 75 M. Baulant, C. Beutler, « Les droits de la communauté villageoise sur les cultures : glanage et ch (...)

42En dessous de ce seuil on trouve ceux qui vivaient de « la peine de leur corps », de manouvrage. Ils louaient leurs bras, ceux de leurs femmes et de leurs enfants : travail agricole souvent, industriel ou forestier parfois, domesticité. Ces manouvriers avaient normalement un courtil et une vake, une vacquette, ung pourchel ou deux, qu’ils menaient au marais. Souvent povres gens se amasent entour les marés, disent les Enquêtes Fiscales et les administrateurs de se plaindre de ces « lâches et fainéants » qui refusaient de louer leurs bras aux laboureurs. Le marais leur suffisait. Ils y envoyaient parfois de meschantes bestes chevalines tout juste bonnes à tirer la charrette. Faute de ces communaux on pouvait, dit-on, recourir à la vaine pâture. Hélas, les fonds immenses des séries B, G, H des Archives du Nord n’en ont livré qu’un exemple. C’est un mandement des Archiducs daté du 10.7.1620, confirmant une déclaration de 1354 et interdisant au fermier du seigneur, à la requête des manants d’Haynecourt, de faire des plantis sur le grand chemin d’Oisy car de tout temps les habitants y avaient fait paître leurs bêtes « suivant l’usance des pays d’Artois et de Cambrésis où les grands chemins servent de passage et de pasturage sinon elles (les bêtes) périroyent de faim et pauvreté ».74 Il faut dire que, comme le prouvent les Albums de Croÿ et les plans de l’Ancien Régime, les chemins étaient de vastes pistes herbues où serpentaient une ou deux bandes de roulage. Il y avait enfin le glanage qui, disait-on en France, pouvait fournir à un foyer le quart de ses grains75.

  • 76 A. Derville, Enquêtes, t. 1, p. 10 ; W. Prevenier, « Armoede in de Nederlanden van de 14 tot het m (...)

43Certains ne s’en sortaient qu’avec les secours de la Table des Pauvres. Contrairement à ce que disent certains, ces pauvres payaient l’impôt et sont déclarés avec les feux taillables. Seuls quelques-uns, dit-on parfois, étaient trop pauvres pour payer la taille du duc ; on ne les a pas déclarés avec les taillables et on n’en connaît pas le nombre. Mais on a celui des assistés : dans l’Enquête Fiscale de 1449 ils font de 15 à 40 % des feux, selon les villages ; au total 26 %, dit-on, et 37 % en 148576. C’est alors que certains de ces pauvres se mirent à envoyer leurs enfants quérir journellement leur pain d’huis en huis. Au-dessus des assistés se trouvaient les indigens, ceux qui avaient besoin des secours que la Pauvreté n’avait pas puissance de leur donner, et les povres honnestes qui, par honnesteté, refusaient de tendre la main. Tous ces diseteux n’avaient de pain et de laigne qu’ils ne l’achetassent jour après jour. C’étaient des prolétaires, proie toute désignée des mortalités. En 1485, après la guerre, dans certains villages de la Flandre Wallonne il n’y avait plus de pauvres : ils étaient morts.

44Il est donc utopique de vouloir chiffrer la pauvreté : on ne connaît que l’assistance. En 1449, puisque les Pauvretés avaient des ressources, elles les distribuaient, à des gens qui parfois n’étaient pas de vrais pauvres, ou bien elles les consacraient à embellir leurs églises. Vers 1500 au contraire il y avait plus de pauvres que d’assistés.

  • 77 J.-P. Cooper, « In search of agrarian capitalism », Past and Present, 80 (1978), p. 20-66.
  • 78 Archives Départementales du Pas-de-Calais, A 841.1, 847.1, 856.3, 858.5.
  • 79 Ibid., A 847.3 ; A. Derville, « L’hôpital Saint-Julien de Cambrai au XIVe siècle. Étude économique (...)

45À l’autre extrémité se trouvaient les capitalistes. Le mot ne doit pas effrayer77. Ils avaient un capital technique, c’est-à-dire un savoir-faire, un capital fixe constitué par le bétail et le matériel, et un capital circulant, qu’ils avaient parfois emprunté. À Sailly-en-Ostrevant la censière, ayant vu son fermage augmenté par Thierry d’Hireçon, se plaignait de n’avoir pu rembourser à temps les 100 L qu’elle devait et d’avoir dû payer de tournois à parisis, soit avec un intérêt de 25 %. Elle « se partit » en 1315 et son successeur en 1324 : ils avaient dû trouver ailleurs des maîtres moins abusifs. Maître Thierry reprit Sailly en sa main, mais il dut acheter bétail, matériel, vivres, semences, fourrages, car le fermier avait tout emporté78. Vers 1318 demoiselle Jehanne le Puilloise était fermière, pour Thierry d’Hireçon, des terres de Fampoux, près d’Arras. Elle partit, sans doute pour prendre à ferme la terre du Rokiet, entre Estourmel et Cattenières, près de Cambrai, à 36 km de là : une centaine de mencaudées de 0,3546 ha où Puillois apparaît en 1323, puis Jehan Puillois, puis sa veuve dame Nicaise alias le Puilloise, puis leur fils Carbon, puis après 1400 d’autres Puillois peut-être79.

46Pour calculer le nombre de paysans composant les trois classes susnommées on se sert en général des terriers. C’est une grave erreur. D’abord un terrier ne décrit qu’une seigneurie et les paysans pouvaient tenir des terres de divers seigneurs. Ensuite les terriers ignorent le fermage ; or les Enquêtes Fiscales de la Flandre Wallonne montrent que dès 1449 bien souvent les paysans ne possédaient presque plus de terre, voire plus du tout : il n’y avait plus d’« héritiers », rien que des « censiers » louant les grosses fermes des seigneurs, des Églises, les terres des bourgeois, des autres paysans. Enfin la propriété n’est pas l’exploitation ; le moindre des lycéens l’apprend de son professeur de géographie. Si les historiens ne tiennent pas compte de cette distinction fondamentale, c’est qu’ils sont hors d’état de mesurer les exploitations. Cela ne les excuse pas de donner des tableaux fondés sur la répartition de la propriété, qui risquent d’être complètement faux.

  • 80 R. Fossier, Coutumes, no 84, 97, 98, 119, 132-135.

47Dès le XIIIe siècle on classait souvent les paysans d’après la taille de leurs exploitations : à Oisy, Crévecoeur, Marquion, Saint-Rémy et Taviaumés vers 1216-1238 le seigneur taxait à 6 s celui qui avait un cheval, à 3 s l’ouvrier (operarius) ; à Quiévy en 1219 la carruca devait 24 s, celui qui avait un cheval de labour 6, l’ouvrier possédant une terre 4, sinon 2 ; à Saint-Souplet en 1228 la carruca devait 12 s, la demie carruca 6, le cheval 3 ; à Walincourt en 1239 la corvée était rachetée de 6 d par le manouvrier, de 2, 3 ou 4 s par ceux qui avaient 1, 2 ou 3 chevaux80. Ces chartes ne faisaient d’ailleurs que confirmer l’ancienne assise. Il y avait donc des ouvriers exploitant leur lopin à bras ou louant des labours aux laboureurs ; ceux qui n’avaient qu’un cheval pouvaient se mettre à deux pour les labours ; l’exploitant idéal avait deux ou trois chevaux.

  • 81 Archives Départementales du Nord, B 3761.
  • 82 G. Lefebvre, op. cit., p. 274. Voir le fameux « mémoire » de Montlinot reproduit dans Olivier de S (...)
  • 83 G. Bois, Crise du féodalisme, Paris, 1976, p. 166.

48À combien de terre correspondait cette exploitation idéale ? À l’époque carolingienne le manse faisait par ici en général 12 bonniers (17 ha) ; c’était ce que pouvait labourer un attelage de bœufs donnant à la terre trois façons en trois ans, mais requis la moitié du temps pour les corvées. Avec l’adoption du cheval la taille augmenta ; on trouve en général des exploitations de 30 ha correspondant à une charrue de deux ou trois chevaux selon la qualité des terres ; le cheval allait beaucoup plus vite et on pouvait faire neuf façons en trois ans. Pour le Cambrésis on trouve au XIVe siècle des rendements de l’avoine tellement bas qu’une sole de 10 ha fournissait tout juste l’avoine nécessaire aux chevaux. Dans la Flandre Wallone les enquêteurs de 1498 ont demandé le nombre de charmées ; on leur a souvent répondu en donnant le nombre des attelées ou des chevaux, à deux chevaux par attelée ; chose curieuse on a estimé la charmée à 8 ou 9 bonniers à la roie (de 34 à 38 ha)81. À la fin de l’Ancien Régime on jugeait que la ferme normale faisait 16 bonniers dont 13,5 de labours (19,23 ha) ; en l’an X il y avait dans l’arrondissement de Lille 3 964 charmes à deux chevaux avec une moyenne de 20,15 ha, dont 18,11 de labours82. Mais une ferme de 20 ha sans jachère correspond à une ferme de 30 ha avec jachère. Naturellement il y avait des fermes de 60, 120, 360 ha avec 2, 4, 12 charmes. On ne comprend donc pas comment G. Bois a pu concevoir sa ferme modale normande de 6 à 10 ha avec deux chevaux83 : 6 ha de labours ne suffisaient pas à occuper deux chevaux ni 2 ha d’avoine à les nourrir.

49Combien y avait-il de ces laboureurs, de ces censiers (car c’étaient des fermiers) dans un village moyen (800 ha dont 600 de labours) ? À en croire les anciens agriculteurs, certainement pas plus de 10 et souvent beaucoup moins. Chiffre immuable au fil des siècles. Les manses s’étaient fractionnés, seules subsistaient les cours des seigneurs et des Églises, qui ont souvent survécu jusqu’à nos jours. Il n’était pas facile, même pour un riche bourgeois, de rassembler 30 ha de terre et de créer une nouvelle cense. Bref il y avait dans le village moyen au mieux une dizaine de laboureurs, aussi bien en 1449 quand la densité était de 55 habitants au Km2 qu’en 1549 où elle était de 94. Donner un pourcentage par rapport à une population aussi variable n’aurait aucun sens. Il faut donc accueillir avec scepticisme résolu les échelles du genre 10/15 % dans la misère, 30/50 % dans la gêne, 30/40 % de modestes, 10/20 % de riches ou aisés.

  • 84 A. Derville, Histoire de Béthune et de Beuvry, 1985, p. 56-66.
  • 85 Idem, « Bouvines ».

50Bien souvent il n’y avait qu’un gros laboureur. A Beuvry, près de Béthune, en 1298, la terre du comte d’Artois faisait sans doute 1001 ha ; les 495 tenanciers en tenaient au moins 699, dont 40 % pour 348 mès de deux mencaudées ; le plus riche d’entre eux possédait moins de 6,3 ha. Les « gros », c’étaient Adam et Robert Couplet, qui ne possédaient pas un pouce de terre, mais qui louaient la ferme du château, soit plus de 50 ha de labours ; ils avaient aussi affermé la garenne, les bois, les moulins, la prévôté et, qui sait, peut-être la dîme. Robert était un gros entrepreneur de bâtiment de Béthune (avec un associé il construisait pour Thierry d’Hireçon le puissant château de Gosnay) : il devait être le bailleur de fonds et la caution de son frère84. A Bouvines, petite commune de 271 ha (190 bonniers) on a recensé en 1510 51 tenanciers se partageant sans doute 67 bonniers. On trouve la trace d’un ancien manse désormais morcelé en 12 manoirs ou courtils. La cour seigneuriale ou ferme de la Courte, qui faisait 114 bonniers, comme depuis toujours, comme encore aujourd’hui, était la seule grosse exploitation. Le censier ou la censière de la Courte était aussi fermier des corvées, des terrages et des bois85.

  • 86 Archives Départementales du Nord, 6G 281, 305-308.

51Reste le cas précieux de Morenchies. Les chanoines de Sainte-Croix de Cambrai avaient à Morenchies et Ramillies, juste au nord de la cité, une petite seigneurie de quelque 50 ha. En 1450-1540 les terres propres, sans doute louées, faisaient de 68 à 72 mencaudées en trois roies à peu près égales ; en 1453 les terrages, c’est-à-dire les tenures, faisaient 70 mencaudées en trois roies de 29,75, 9,75 et 30,7586. On devine qu’il s’agissait d’une ancienne villa bi-partie où les terres de la réserve conservaient le partage antique en trois coutures, tandis que les tenures avaient été largement déroyées, et continuaient à l’être, car ici les trois soles n’avaient pas la même contenance en 1453 et en 1539. Les 25 ha de la réserve étaient sans doute affermées en bloc, mais les tenures étaient pulvérisées : en 1453 il y avait 23 tenanciers, trois Eglises (15, 7 et 5 mencaudées) et 20 laïques possédant de 0,5 à 6 mencaudées ; en 1539 on trouvait 7 Eglises (au total 31,5 mencaudées) et 25 laïques possédant de 0,25 à 5 mencaudées. Telle était la structure de la propriété. Bien sûr certains paysans pouvaient tenir des terres d’autres seigneurs, en particulier de l’abbaye Saint-Géry qui avait à Morenchies une seigneurie de 240 mencaudées, mais il est clair que les gros paysans étaient les fermiers des Eglises de Cambrai.

  • 87 Ibid., 7G 1232.

52Il est bien fâcheux qu’on n’ait pas de terrier de Saint-Géry pour Morenchies, car on a pour ce village un tableau des exploitations. Au début du XVIe siècle en effet, « pour relever Mgr de Cambray des subsides d’Allemagne », les paysans du Cambrésis furent soumis à une taxe de 3 gros de Flandre par mencaudée de terre exploitée. Le rôle de Boussières et Morenchies, qui subsiste dans le fonds de Saint-Géry87, ne laisse aucun doute à ce sujet : on a imposé chaque exploitant pour « les terres a luy appartenant » et pour « les terres a cense ». À Boussières on trouve, sans compter les terres de Mgr de Saint-Aubert et de Mgr de Sainte-Croix, 21 exploitants, deux très gros (362 et 200 mencaudées) et dix-neuf autres maniant de 46 à 1,75 mencaudées. À Morenchies on a distingué terres possédées et terres louées. Le plus gros exploitant avait 140 mencaudées, dont 10 à lui et le reste loué à dix propriétaires. Il y avait 8 autres paysans exploitant 123,91 mencaudées, 56,50 à eux et 67,41 en cense ; le plus petit exploitait 0,75 m. Les autres habitants donnaient à cense leurs terres, quand ils en avaient ; ils vivaient de leur courtil et de la vente de leur travail. Telle était la structure économico-sociale sur les plateaux limoneux, pays de grande culture.

  • 88 Ibid., B 3754.22.

53Pour la Flandre Wallonne, berceau de l’agriculture flamande, on trouve autre chose. D’abord la superbe enquête fiscale de 1543-1549 qui, pour les 170 communautés, a recensé les biens de chaque paysan, distinguant les héritages et les censes, donnant le nom du propriétaire et le montant du fermage. Soit, à titre d’exemple, Erquinghem-sur-Lys, aux portes d’Armentières88. En 1543 on y a trouvé 733,22 bonniers (1 044,54 ha) sans compter 10 ha exploités par les privilégiés et 70 environ par les forains, sans compter non plus les espaces publics, ni les maisons : 206 feux avaient lieu et jardin, c’est-à-dire un courtil, qui a été mesuré, mais 49 n’avaient que de petites maisons sans terre. Pour ces 1 045 ha on peut établir les distributions de la propriété et de l’exploitation.

54Il y avait donc 369 propriétaires, 191 résidents possédant 304,82 bonniers (434,25 ha, moyenne 2,27) et 178 forains avec 428,40 bonniers (610,29 ha, moyenne 3,43). Ces forains, disséminés dans plus de 39 localités, étaient souvent, à en juger par leurs noms, de souche erquinghemoise. On en trouve 110 dans 17 villes, dont 23 à Lille et 59 à Armentières, grosse place drapante ; ils avaient conservé leurs lopins ancestraux, qu’ils louaient. Mais 8 d’entre eux avaient plus de 10 bonniers : c’étaient un seigneur (22), quatre bourgeois de Lille (14, 16, 17, 19), un d’Arras (12), de Saint-Omer (12,25), d’Armentières (15,5). Certains de ces riches bourgeois étaient de souche locale, comme les Dommessent, maîtres de la Chambre des Comptes de Lille, qui avaient à Erquinghem des parents pauvres. Ce n’est pas tellement que les bourgeois achetaient de la terre mais, comme le dit l’Enquête Fiscale de 1449, que les riches paysans émigraient à la ville, ne laissant en leur lieu que de povres censiers.

Répartition des exploitations

Exploitations :

Surface

(bonniers)

Moyenne

à deux chevaux

14

198,47 bonniers moyenne

14,18 = 20,20 ha

à un cheval

3

11,19

3,73 = 5,31 ha

sans cheval

189

523,56

2,77 = 3,95 ha

Total

206

713,22

3,56 = 5,07 ha

55Quartorze laboureurs pour 206 paysans (6,80 %) avec en moyenne 20 ha, dimension classique de la ferme flamande à deux chevaux : le module, c’était une charrue pour 30 ha avec jachère, pour 20 sans. Le plus gros, qui louait les terres d’un seigneur, avait 37,70 ha : c’était encore la grande culture de jadis. Le plus petit n’avait que 11,40 ha : ou bien il avait des terres dans d’autres paroisses, ou bien il louait sa charrue aux paysans sans chevaux, ou bien il faisait des charrois, mais il n’est pas sûr qu’il ait dû acheter de l’avoine : si le rendement était déjà ce qu’il serait en 1800, 40 hl/ha, avec une sole de 3,8 ha il pouvait donner 20 litres d’avoine par jour à chacune de ses bêtes. Restent les 189 exploitations sans bestes chevalines, avec 3,95 ha de terre, dont 1,28 de jardin, et 2,6 vaches ; elles étaient sans doute travaillées à bras, comme il était de règle dans l’agriculture flamande.

56Cette société rurale était donc une société de classes, comme il est normal dans une économie capitaliste qui fut très tôt une économie de marché. Cependant, nulle trace d’une lutte des classes, plutôt une grande solidarité : qu’on pense à ces pauvres envoyant journellement leurs enfants querir du pain d’huis en huis et en trouvant toujours. Cette belle charité chrétienne ne doit pas masquer le fait que le village était dominé par quelques gros fermiers, par un seul parfois, qui tenaient tout, à qui il fallait s’adresser pour avoir du travail, du blé, du bois. La fermocratie, comme on dit aujourd’hui, ne date pas du XVIIIe siècle.

Notes

1 A. Derville, « L’assolement triennal dans la France du Nord au moyen âge, Revue Historique, 280/2 (1989), p. 337-376. M. Gysseling, « La genèse de la frontière linguistique dans le Nord de la France », Revue du Nord, 44 (1962), p. 5-37 (voir p. 22).

2 B. Delmaire, Le diocèse d’Arras du XIe au XIVe siècle, thèse Paris I, 1988, multigraphié, t. 1, p. 20. A. de Loisne, « Les anciennes localités disparues du Pas-de-Calais », Mémoires de la Société des Antiquaires de France, 1906, p. 57-134.

3 A. Bocquet, « Recherches sur la population rurale de l’Artois et du Boulonnais pendant la période bourguignonne », Mémoires de la Commission des Monuments Historiques du Pas-de-Calais, 13/1 (1969), p. 95, 102, 148. B. Delmaire, Diocèse, t. 2, p. 979.

4 R. Fossier, Cartulaire-chronique du prieuré Saint-Georges d’Hesdin, Paris, 1988 no 1, 95, 114, 127, 151, 179. A. Bocquet, op. cit., p. 114.

5 E. Hautcoeur, Cartulaire de l’Église collégiale Saint-Pierre de Lille, Lille 1894 no 2.

6 R. Fossier, Saint-Georges.

7 G. Bellart, P. Bougard, C. Rollet, Paroisses et communes de France... Pas-de-Calais, 2 vol., Lille-Paris, 1975, no 592 A.

8 Archives Départementales du Nord, B 1107 p. 18594 et B 4327 à 4344. H. Platelle, « Les paroisses du décanat de Lille au moyen âge », Mélanges de Science Religieuse, 25 (1968), p. 67-88 et 115-141. T. Leuridan, « Statistique féodale du Département du Nord. La châtellenie de Lille, II le Carembaut », Bulletin de la Commission Historique du Département du Nord, 25 (1901), p. 11 et 127.

9 A. Derville, Enquêtes Fiscales de la Flandre Wallonne 1449-1549, Lille, t. 1, 1983, p. 25-26, t. 2, 1989, p. 107-108.

10 B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Bertin, Paris, 1841, p. 97-107.

11 R. Fossier, Saint-Georges, p. 24.

12 B. Delmaire, Diocèse, t. 1, p. 68-69, 75, 137, t. 2 p. 771-778.

13 Ibid., t. 1, p. 97-98.

14 A. Bocquet, op. cit., p. 95-102.

15 G. Bellart, P. Bougard, C. Rollet, op. cit., p. 11-12.

16 G. Sivery, « Essai de typologie des rapports entre les communautés rurales et les paroisses dans le bassin scaldien et ses confins », dans Sociabilité, pouvoirs et société, Rouen, 1987, p. 449-456.

17 R. Fossier, Saint-Georges, p. 34.

18 R. Fossier, Chartes de coutumes en Picardie (XIe-XIIIe siècle), Paris, 1974 et Saint-Georges p. 9.

19 A. Derville, « Assolement ».

20 Archives Départementales du Nord, B 3763.

21 G. Sivery, op. cit.

22 A. Maillard, Coutumes générales d’Artois, avec des notes, Arras, 1704.

23 B. Guenée, « la géographie administrative de la France à la fin du moyen âge · élections et bailliages », MA, 1961, p. 283-323.

24 F. Lot, « L’état des Paroisses et des feux de 1328 », BEC, 90 (1929), p. 51-107 et

25 Comparer sur la carte (IGN 1 : 25000, Carvin 7-8) Raimbeaucourt, village en étoile juché à 45 m sur une petite crête et son hameau, Bray, village-rue sis à 22 m en bordure des prairies d’un ruisseau. Bray était de la Flandre, Raimbeaucourt de l’Empire.

26 J.-M. Duvosquel (sous la direction de), 26 vol., en cours.

27 A. Derville, Enquêtes, t. 1, p. 9-10.

28 Ibid., p. 67 ; Archives Départementales du Nord, B 3761, fo 33 vo .

29 Ibid, B 3762, fo 4, 6 vo , 20, 20 vo , 21, 23, 23 vo , 25, 30 vo , 38, 49 vo ...

30 R. Fossier, Coutumes, no 34, 51, 53, 84, 97, 132-135, 162.

31 Ibid., no 22, 53, 81.

32 B. Delmaire, Diocèse, p. 144. R. Fossier, Saint-Georges, p. 12. Dans les terriers frequentes mentions de courtieux as cans devant la dime des cans : Archives Départementales du Nord, 4G 2682, 2824, 6G 306, 308, 435, 7G 1190, 1234, 1357, 1645 etc

33 R. Fossier, Coutumes, no 53, 162.

34 A. Derville, Histoire de Béthune et de Beuvry, Dunkerque, 1985, p. 60 d’après Archives Départementales du Nord B 13589.

35 Idem, Enquêtes, t. 1, passim.

36 C. Dieudonné, Statistique du Département du Nord, s.l., an X, t. 1, p. 32.

37 A. Derville, Enquêtes, t. 2, p. 91, 108, 129, 130, 135, 138.

38 L.F. Genicot, « Réflexions sur l’ancienne maison rurale du Toumaisis », Revue du Nord, 68 (1986), p. 859-865. Région Nord/Pas-de-Calais, Comité économique et social régional, Aspects du patrimoine régional, Lille, 1981.

39 Archives Départementales du Pas-de-Calais A 519, 839.6, 847.6, 867.3.

40 A. Derville, Béthune, p. 60.

41 Archives Départementales du Nord, 4G 5385 ; Maresches à 9,5 km de Valenciennes.

42 Archives Départementales du Pas-de-Calais, A 845.4, 847.5, 852.1, 858.4, 863.1.

43 Ibid., A 849.5, 852.6, 858.5.

44 Ibid., A 834.1b, 852.2, 853.1 et 3, 867.1.

45 Ibid., A 283.2, 838.4, 847.2, 849.4.

46 R. Blanchard, La Flandre. Étude géographique de la plaine flamande en France, Belgique et Hollande, Lille, 1906, p. 414-415.

47 C. Dieudonné, op. cil., t. 1, p. 257-258.

48 B. Delmaire, Le compte général du receveur d’Artois pour 1303-1304, Bruxelles. 1977, parag. 3403-3408 et 3723.

49 Archives Départementales du Pas-de-Calais, A 860.

50 A. Derville, « Bouvines au temps des Enquêtes Fiscales (1450-1550) », Pays de Pévèle, no 22, 1986, p. 14-27, d’après Archives Départementales du Nord, 12H 118, fo 92.

51 Archives Départementales du Pas-de-calais A 858.4, 861.1, 863.1.

52 Ibid., A. 845.4, 849.5.

53 B. Delmaire, Compte, parag. 1028, 2108, 3403-3409, 3675, 3721-3724. Archives Départementales du Pas-de-Calais, A 836.5, 839.1 et 5, 844.5, 847.5, 852.2, 858.4.

54 Ibid., A 292.2, 838.5, 847.2, 857.1.

55 Ibid., A 835.3, 838.5, 845.4, 847.2 et 5, 852.1, 853.1, 857.1, 863.2.

56 Ibid., A 845.7, 847.5, 852.2.

57 R. Agache, Détection aérienne de vestiges protohistoriques, gallo-romains et médiévaux dans le bassin de la Somme et ses abords, Amiens, 1970 ; voir les photos de murs actuels no 406-409 et 413.

58 Archives Départementales du Pas-de-calais A 838.2, 843.1, 852.5 et 8, 853.4.

59 Ibid., A 847.2.

60 Ibid., A 847.2, 852.1.

61 Ibid., A 849.5, 853.1, 863.1.

62 Ibid., A 863.1.

63 Ibid., A 850.1, 858.4.

64 R. Fossier, Coutumes no 118.

65 A. Bocquet, op. cit., p. 150 ; L.F. Genicot, op. cit. ; C. Dieudonné, op. cit., t. 1, p. 257.

66 H. Neveux, « Recherches sur la construction et l’entretien des maisons à Cambrai de la fin du XIVe siècle au début du XVIIIe », dans Le bâtiment. Enquête d’histoire économique 14e-19e siècle, t. 1, Paris, 1971, p. 189-312.

67 Sic ! Lire grantment perilleuse.

68 A. Derville, Enquêtes, t. 2, p. 10, 32, 36, 40, 64, 72, 75, 139, 146.

69 B. Guerard, op. cit., p. 106 ; B. Delmaire, L’histoire-polyptyque de l’abbaye de Marchiennes (1116/1121), Louvain-la-Neuve, 1985, p. 48, 105. R. Fossier, op. cit.

70 Archives Départementales du Nord, 12H 2.

71 A. Derville, « Assolement ».

72 Idem, « Dîmes, rendements du blé et révolution agricole dans le nord de la France au moyen âge », Annales ESC, 1987, p. 105-124.

73 G. Lefebvre, Les paysans du Nord pendant la Révolution Française, 2 vol., Lille, 1924, t. 1, p. 272-274.

74 Archives Départementales du Nord, 4G 555, p. 6086.

75 M. Baulant, C. Beutler, « Les droits de la communauté villageoise sur les cultures : glanage et chaume en France, XVIIe-XVIIIe siècles, dans Agricoltura e Trasformazione dell’ambiente, secoli XIII-XVIII, 1984, p. 69-85.

76 A. Derville, Enquêtes, t. 1, p. 10 ; W. Prevenier, « Armoede in de Nederlanden van de 14 tot het midden van de 16° eeuw. Bronnen en problemen », Tijdschrift voor Geschiedenis, 88 (1975), p. 501-538.

77 J.-P. Cooper, « In search of agrarian capitalism », Past and Present, 80 (1978), p. 20-66.

78 Archives Départementales du Pas-de-Calais, A 841.1, 847.1, 856.3, 858.5.

79 Ibid., A 847.3 ; A. Derville, « L’hôpital Saint-Julien de Cambrai au XIVe siècle. Étude économique », Revue du Nord, 70 (1988), p. 285-318, voir p. 312. Au XVe siècle on trouve de nombreux Puillois dans les terriers de Cattenières : Archives Départementales du Nord, 4G 2822 et 2823.

80 R. Fossier, Coutumes, no 84, 97, 98, 119, 132-135.

81 Archives Départementales du Nord, B 3761.

82 G. Lefebvre, op. cit., p. 274. Voir le fameux « mémoire » de Montlinot reproduit dans Olivier de Serres, Le théâtre d’agriculture et le mesnage des champs publié en 1804-1805 par la Société d’Agriculture du Département de l’Oise, t. 1, p. 183-204. C. Dieudonné, op. cit., t. 1, p. 565.

83 G. Bois, Crise du féodalisme, Paris, 1976, p. 166.

84 A. Derville, Histoire de Béthune et de Beuvry, 1985, p. 56-66.

85 Idem, « Bouvines ».

86 Archives Départementales du Nord, 6G 281, 305-308.

87 Ibid., 7G 1232.

88 Ibid., B 3754.22.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search