Versión clásicaVersión móvil

Village et villageois au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Paysans et seigneurs dans le duché de Normandie : quelques témoignages des chroniqueurs (Xe-XIIe siècles)1

Mathieu Arnoux

Texto completo

  • 1 Les éléments de cette communication ont été repris, approfondis et développés dans « Classe agrico (...)
  • 2 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, éd. J. Lair, Caen, 1865 (Mé (...)

1Les premiers chroniqueurs normands, Dudon de Saint-Quentin et Guillaume de Jumièges, ne se sont guère attardés à décrire en détail la société normande. En contant l’établissement d’une dynastie princière bientôt promise à la dignité royale, ils cherchent à démontrer l’élection d’un sang amené par la grâce divine aux limites de la sainteté2. Ce dessein enferme l’historien dans un cadre très étroit : le prince, sa famille et ses proches, ses rivaux et ennemis, et les hommes d’Église, intercesseurs de l’action divine. Ni la noblesse en tant que groupe, ni a fortiori la paysannerie ne sauraient trouver une place de choix dans un tel récit, sauf à titre de figures symboliques.

  • 3 Un texte plus tardif, mais d’inspiration voisine, les Miracles de saint Wulfran, montre d’ailleurs (...)

2Le De moribus et actis primorum Normannorum ducum, composé entre 996 et 1015 par Dudon, et les Gesta Normannorum ducum, où Guillaume de Jumièges, vers 1071, abrégea et continua l’œuvre de Dudon, contiennent pourtant quelques allusions significatives à la paysannerie du duché. Les paysans sont parfois donnés comme inexistants : lorsque Rollon s’établit dans la vallée de la Seine, les terres de son futur duché sont dites, contre toute vraisemblance, « abandonnées de la charrue, presque totalement désertées par le bétail, privées de toute présence humaine »3. Une telle présentation est sans doute nécessaire pour mettre en scène la génèse du duché gouverné par Rollon, nouvel Adam mené par la grâce divine à la conquête du paradis normand.

3D’autres textes admettent une présence paysanne, mais éphémère, et comme à l’arrière-plan. Très caractéristique est à cet égard le récit d’un énigmatique soulèvement paysan, peut-être un lointain écho de la conjuratio des paysans d’entre Seine et Loire de 859, s’attaquant à l’armée de Rollon lors d’une expédition vers la Bourgogne :

  • 4 Dudon, op. cit., p. 171-173.

« les paysans, voyant presque annéantis les plus braves guerriers francs et les plus farouches combattants de Bourgogne se réunirent en une multitude innombrable et prenant les armes, qu’il n’étaient guère habitués à manier, ils coururent sur Rollon. Rollon, regardant derrière lui, vit l’air obscurci des flots de poussière soulevés par la marche d’une foule épaisse. Convocant les chefs, il leur dit : « un peuple, de piétons ou de cavaliers, je ne sais, nous poursuit ; que les cavaliers restent avec nous, pour que nous sachions de quelle force sont ceux qui veulent notre perte". Alors que Rollon les attendait avec ses cavaliers, les paysans s’approchèrent, cavaliers et piétons mêlés. Rollon se rua sur eux, les repoussa en leur imposant une fin cruelle, jusqu’à en faire un carnage, les annéantit, et après ce grand massacre retourna vers les siens »4.

4On ne saurait mieux résumer le destin des paysans chez les chroniqueurs normands : à peine viennent-ils se placer sous notre regard qu’ils sont exterminés, pour la satisfaction non dissimulée de l’auteur et, sans doute, de son auditoire.

5Deux textes cependant retardent suffisamment la mise à mort de leurs acteurs pour nous permettre d’apprécier la position des paysans face au pouvoir ducal et aux seigneurs : l’histoire de Rollon et du paysan de Longpaon, racontée par Dudon, et la description célèbre donnée par Guillaume de Jumièges de la révolte des paysans de 996. Une analyse précise des deux récits, recourant au témoignage de sources contemporaines permet d’ailleurs de montrer que ces deux textes ne sont pas sans rapports.

L’histoire du paysan

  • 5 On trouvera une traduction de ce texte en annexe.
  • 6 La mention de Longpaon, domaine de l’abbaye de Saint-Ouen-de-Rouen, usurpé à la fin du Xe siècle, (...)
  • 7 Le texte est édité à la fin de l’ouvrage de Guillaume de Jumièges, Gesta normannorum ducum, op. ci (...)
  • 8 Cf. la traduction de ce texte donnée en annexe.

6L’histoire du paysan constitue l’un des moments forts du chapitre consacré à la construction du duché de Normandie. Elle intervient juste après le récit de la restauration de l’Église et des sanctuaires monastiques du duché, et illustre le rétablissement de la paix et de la sécurité sous l’autorité sans faille du nouveau duc5. Le thème de l’anecdote est d’une grande simplicité : Rollon ayant étendu sa protection contre les pillards aux instruments agricoles, un paysan et son épouse cherchent à abuser le duc en lui réclamant le remboursement de leur charrue, après l’avoir dissimulée ; celui-ci, après les avoir dédommagés fait mener une enquête qui révèle le forfait et attire sur les coupables un châtiment exemplaire. L’anecdote, qui a paru assez importante à tous les successeurs de Dudon (Guillaume de Jumièges, Wace et Benoît de Sainte-More) pour qu’ils lui réservent une place importante dans leur récit, peut s’analyser à plusieurs niveaux. La complexité relative ainsi que les incohérences de détail du texte de Dudon semblent montrer qu’il s’agit d’une réélaboration d’éléments narratifs antérieurs6. Ces éléments de circonstance disparaissent d’ailleurs dans les versions successives de l’anecdote, qui acquiert ainsi plus de cohérence et une signification plus univoque. On retrouve ce récit, sous sa forme la plus brutale et la plus dépouillée, dans un recueil d’anecdotes miraculeuses illustrant la piété des premiers ducs, sans doute compilé au début du ΧIe siècle, les Additamenta ad historiam Normannorum7. Dans cette version, qui paraît très proche de la version originale, le rôle du duc est tenu par Richard II, tandis que le paysan et sa femme, donnés sans lieu d’origine, se perdent dans un anonymat complet. Seul diffère le dénouement de l’histoire, qui voit le paysan, honnête et prudent, restituer le dédommagement et dénoncer lui-même son épouse au duc, et celui-ci, magnanime, se contenter de faire arracher les yeux à la coupable, avec l’approbation du conjoint : quand le paysan rentra chez lui, il trouva sa femme justement punie : « désormais, ne vole plus, lui dit-il plein de colère, et respecte les commandements du comte »8.

7La morale de l’anecdote, ainsi réduite à l’essentiel, apparaît assez clairement : l’autorité du duc sur son duché est absolue, et seul cet être pervers et inconséquent qu’est par essence l’épouse d’un paysan peut imaginer de la défier ; mais le châtiment suit immédiatement le crime, et vient démontrer combien la justice ducale est fulgurante et impitoyable.

  • 9 Cf. par exemple S. Thompson, Motif-Index of Folk-Litterature, 6 vol., Copenhague, 1955-1958, t. 6, (...)

8Une telle interprétation laisse cependant de côté le fond même de l’histoire, le rôle de la charrue, l’un des éléments invariants des différentes versions. Une enquête rapide montre tout d’abord qu’on n’a pas affaire ici à un thème folklorique9 : l’instrument de labour des contes est le plus souvent un araire que l’on porte sur son épaule, et, même enchanté, il n’est jamais démontable. La charrue du paysan paraît bien réelle et normande : c’est un instrument perfectionné et coûteux (cinq sous), pourvu d’un soc et d’un coutre ; Dudon, au début du XIe siècle, y a-t-elle le bœuf, l’âne ou le cheval, tandis que Wace, au milieu du XIIe siècle la fait tirer par « deux beaux bœufs ».

  • 10 Très Ancien Coutumier normand, chap. XVI, 1 (texte français), dans Coutumiers de Normandie, éd. E. (...)

9C’est dans le « Très ancien coutumier », compilé dans les dernières années du XIIe siècle, qu’on trouvera une clé de l’anecdote : le chapitre XVI stipule en effet que « la charrue doit estre en la pes le duc et en sa desfansse, il garde cels qui la mainent »10. La confrontation de l’anecdote et du principe coutumier rend compte de la plupart des éléments du récit : l’interdiction de rentrer la charrue est une manière paradoxale d’affirmer la compétence ducale sur l’outil, puisqu’elle décharge les paysans du soin de sa protection. Le dédommagement du paysan paraît être le corollaire logique de la tutelle ducale, et l’enquête qui suit, ainsi que le sévère châtiment qui frappe les coupables, s’expliquent aisément si l’on admet qu’ils ont porté atteinte à la paix publique garantie par l’autorité du duc.

  • 11 Cf. par exemple J. Yver, « L’interdiction de la guerre privée dans le très ancien droit normand »,(...)
  • 12 Recherches sur l’hommage en marche et les frontières féodales, 1945 (Travaux de l’Université de Li (...)

10Le rapprochement de l’histoire du paysan et du précepte coutumier dit de la « paix de la charrue » permet donc, comme l’avaient déjà noté les historiens des institutions ducales et du très ancien droit normand11, d’affirmer l’existence dès le début du XIe siècle de certaines prescriptions de la coutume, dont la « cristallisation » doit être datée, d’après J.-F. Lemarignier, de la seconde moitié de ce siècle12. Il serait sans doute téméraire d’attribuer cette loi à Rollon, dont nous savons si peu et dont l’implication dans l’anecdote n’est peut-être qu’un apport de Dudon, mais on peut sans imprudence rapporter au règne de Richard II une législation particulièrement favorable à la paysannerie.

11Cette analyse n’épuise pourtant pas la signification du texte : il reste en effet à nous interroger sur le sens d’une anecdote qui retourne contre des paysans une législation destinée à les protéger. La question est d’autant plus importante que ces paysans sont les seuls à apparaître individuellement dans l’ouvrage de Dudon, et que ce jugement semble constituer le seul exemple connu dans l’histoire juridique du duché d’une sentence prise en application de la « paix de la charrue ».

12S’il paraît exclu que le souci des narrateurs soit de tourner en dérision une législation ducale, surtout lorsqu’elle émane de Rollon, il est tentant de considérer que l’épisode met en cause deux destinataires différents : les seigneurs, « quens, barons, ou autres puissanz homs », absents de l’anecdote mais explicitement désignés dans le chapitre XVI du coutumier, pour leur rappeler l’étendue et l’efficacité de la paix ducale, et les paysans, visés par les stéréotypes misogynes et antirustres des deux textes, à qui est rappelée, par-delà la réglementation qui protège leur labeur, l’infinie humilité de leur condition, et la nécessité d’une soumission sans faille à l’autorité de leur duc. Le dénouement des deux versions de l’anecdote, la brutalité des châtiments, l’assimilation du forfait de la femme à une « sédition » contre l’autorité ducale, et le souci de démontrer que la terreur est le seul langage compris des rustres incitent à rapprocher l’histoire du paysan d’un événement célèbre et contemporain, puisqu’il est à dater lui aussi du règne de Richard II : le soulèvement de 996.

Le soulèvement de 996

  • 13 Gesta normannorum ducum, op. cit., p. 73-74 ; Wace, Roman de Rou, éd. Holden, Paris, 1973, t. 2, p (...)

13C’est à Wace, qui raconta l’événement vers 1160 dans des vers célèbres du Roman de Rou, que cette révolte doit sa célébrité, et l’analyse remarquable qu’en fit Augustin Thierry lors de la révélation de l’œuvre en 1830 continue à inspirer la plupart des commentateurs contemporains. Une comparaison précise des textes de Wace et de Guillaume de Jumièges montre pourtant que les seules modifications apportées par le poète au récit du chroniqueur consistent en un rapprochement saisissant avec le mouvement communal alors en plein essor, et surtout en une surenchère de violence et de sadisme dans l’évocation de la répression. La version écrite quelques années plus tard par Benoît de Sainte-More tente d’ailleurs de grossir encore le trait, s’il est possible, apportant une intéressante information sur le goût et les attentes de ses auditeurs ; pas une seule précision originale ne vient pourtant enrichir les deux versions en langue vulgaire13. C’est donc chez Guillaume de Jumièges, beaucoup plus proche de l’événement, qu’il faut aller chercher nos informations, d’autant que son texte apparaît riche de notations multiples.

« Tandis qu’il prodiguait en abondance les richesses d’une si grande honnêteté, aux premiers temps de son jeune âge, commença à croître dans le duché normand la semence d’une division mortelle. Car les paysans des différents comtés de la patrie normande se mirent d’un même mouvement à tenir d’innombrables assemblées, décidant de vivre selon leur plaisir, et, tant pour l’usage du revenu des bois que pour le commerce des eaux, d’en user selon leurs propres lois, sans se soucier du droit établi auparavant. Pour affermir ces principes, chaque groupe de cette foule délirante envoya deux députés pour porter ses décisions à l’accord d’une assemblée générale tenue au cœur du pays. Lorsque le duc l’apprit, il envoya le comte Raoul avec une multitude de soldats pour réduire cette férocité campagnarde et disperser l’assemblée des paysans. Celui-ci, sans attendre les ordres, s’empara aussitôt de tous les députés, et de bien d’autres avec eux, leur fit trancher mains et pieds, et les rendit, impotents, à leurs proches ; ceux-ci s’abstinrent désormais de tels actes et la crainte de subir un sort pire encore les rendit plus prudents. Les paysans, instruits par l’expérience, oubliant leurs assemblées, retournèrent en hâte à leurs charrues ».

  • 14 Cf. en dernier lieu P. Bonassie, « D’une servitude à l’autre », dans R. Delort (sous la direction (...)

14Le texte de Guillaume, classique de l’histoire des mouvements sociaux, a déjà fait l’objet de nombreuses analyses mettant en valeur ses principaux enseignements14 : la date du mouvement, au début du règne de Richard II, vers 996, la forme singulière du soulèvement, une fédération de « conventicules » dirigés par un comité central, ses objectifs, la maîtrise des richesses forestières et des cours d’eau, la brutalité et la sauvagerie de la répression menée par Raoul d’Ivry. On a moins insisté sur les aspects énigmatiques du texte : l’absence de causes du mouvement, dont on ne connaît que les motifs avoués, et qui nous est ici donné comme spontané, son apparente non-violence, qui contraste tant avec la répression seigneuriale, et enfin la curieuse situation du duc, dont le pouvoir ne paraît pas mis en cause par le soulèvement, et qui semble ne pas être à l’origine de sa répression, puisque Raoul et ses milites agissent non morans jussa, « sans attendre les ordres du duc » ou même « sans s’arrêter aux ordres du duc ». De tout cela ressort l’idée d’un soulèvement sans violence ne mettant pas en cause l’autorité ducale, écrasé dans le sang par un groupe seigneurial agissant au-delà des consignes de son suzerain.

  • 15 Op. cit. p. 122 et 125-126.

15À cette analyse interne du texte, il faut ajouter un certain nombre d’éléments externes, qui incitent à le considérer d’un œil extrêmement critique. L’absence de toute allusion à un événement de cette ampleur dans les textes antérieurs à la chronique de Guillaume de Jumièges ne peut manquer d’étonner. Dudon n’y fait aucune allusion : son texte, il est vrai, s’arrête à la mort de Richard Premier, mais les poèmes dédiés à Richard II ainsi qu’à Raoul d’Ivry, ami et inspirateur de Dudon, ne signalent pas même les vertus guerrières des deux personnages15. Si le soulèvement fut d’une telle ampleur, et la victoire des milites si indiscutable, pourquoi la passer sous silence quelques années après, dans un texte écrit sous le patronage des vainqueurs supposés ? Sans doute l’événement ne paraissait-il pas, au début du XIe siècle, suffisamment glorieux pour mériter une allusion.

  • 16 Cf les synthèses récentes de L. Musset, « Naissance de la Normandie », dans M. de Boüard, Histoire (...)
  • 17 « Reflexions autour du problème du servage et de l’esclavage en Normandie ducale (Xe-XIIe siècles) (...)

16Les historiens modernes semblent d’ailleurs se faire l’écho de ces doutes, qui n’oublient jamais de mentionner la révolte lorsqu’ils traitent de l’histoire des mouvements sociaux, mais préfèrent la passer sous silence dans leurs récits des premières années du duché16. L’épisode raconté par Guillaume de Jumièges s’intègre difficilement, il est vrai, dans l’histoire des origines de l’État ducal : l’hypothèse d’une défaite sanglante et définitive de la paysannerie s’accommode mal de d’une garantie ducale aux biens des paysans dont témoigne l’anecdote rapportée par Dudon. Il y a plus : comment concilier l’idée d’une soumission de la classe paysanne avec la constatation de son émancipation à la même époque ? L. Musset, dans un article récent, démontrant à nouveau et de manière irréfutable la disparition du servage en Normandie dans la première moitié du XIe siècle, présente le soulèvement de 996 comme la seule cause possible de cette libération17. Il apparaît donc que le récit des Gesta Normannorum ducum ne rend pas compte de manière satisfaisante de la conjoncture des débuts du règne de Richard II.

17Un autre texte du XIe siècle, peu utilisé par les historiens, permet de relire le témoignage de Guillaume de Jumièges sous une tout autre lumière. Il s’agit d’un court passage du Libellus de relevatione, aedificatione et auctoritate Fiscannensis monasterii, histoire anonyme de l’abbaye de Fécamp, rédigée, selon l’hypothèse de J.-F. Lemarignier, dans le années 1090-1094, sans doute à partir de sources annalistiques plus anciennes conservées au monastère :

  • 18 Ed. Migne, P. L., CLI, col. 701-723 ; ce passage avait été partiellement traduit par M. de Boiiard (...)

« Richard [II], fils de Richard [I], lorsqu’il reçut le duché sur toute la Normandie, au début de son règne, contint par sa prudence ses Normands révoltés, les vainquit heureusement, et, par sa puissance, les ramena et les soumit aux coutumes du joug paternel. Ayant calmé ces soudaines séditions de ses citoyens, apaisé et réconcilié les régions environnantes par l’image de la probité paternelle, l’illustre duc Richard commença de resplendir et de répandre toujours plus loin dans les diverses parties du monde les effluves sublimes de ses vertus ; il surpassait la célébrité et l’éminence de ses prédécesseurs et voilait leur éclat par l’incomparable noblesse de ses actions, et composait à l’intention de ses successeurs l’image d’une vie à imiter par tous »18.

18L’événement apparaît sous un jours très différent : ce qui nous était présenté par Guillaume comme un formidable soulèvement paysan est ici une révolte seigneuriale (les qualificatifs de normands et de citoyens ne peuvent désigner que des membres du groupe seigneurial) sans doute déclenchée par la succession de Richard I, comparable à celles survenues à la mort de Richard II lui-même, puis après celle de Robert le Libéral en 1035 et pendant toute la minorité de Guillaume le Batard, à la mort de ce dernier en 1086, ou lors de la disparition de son fils Henri Beauclerc en 1135. Placer la crise de 996 dans la série des crises successorales, c’est aussi en faire une étape du processus de féodalisation du duché. La confrontation du témoignage de l’anonyme de Fécamp au texte de Guillaume de Jumièges permet de donner à celui-ci toute sa signification : un soulèvement paysan suscité sans doute par l’accroissement des exactions seigneuriales, en particulier sur les cours d’eau, pêcheries et moulins, et sur les ressources forestières, favorisées par une situation de faiblesse du pouvoir ducal, liée à la jeunesse du nouveau duc. La situation semble se résoudre au détriment des milites par un renforcement du pouvoir ducal et des garanties données à la paysannerie.

  • 19 Cf. J. Yver, « Les premières institutions du duché de Normandie », Settimane di studio du Centre i (...)

19Que le soulèvement des milites du duché n’ait pas abouti, en dépit du bain de sang plus que vraisemblable évoqué par Guillaume de Jumièges, l’histoire entière du duché l’atteste : au moment même ou partout dans le royaume de France la pression seigneuriale aboutit au démembrement du pouvoir des principautés territoriales et à l’émiettement de leurs justices, on assiste en Normandie à l’édification d’une administration plus puissante et plus perfectionnée, et au renforcement d’un appareil judiciaire dont la première fixation d’une coutume unique pour l’ensemble du duché représente une étape fondamentale19.

  • 20 Sur ce sujet cf. en dernier lieu, J.-F. Lemarignier, « Paix et réforme monastique en Flandres et e (...)

20De cette construction étatique, la notion de paix ducale, qu’illustre si bien l’histoire du paysan de Longpaon, constitue le fondement idéologique. Depuis longtemps déjà, les historiens ont noté qu’elle précède dans le duché l’institution de la Paix de Dieu, imposée seulement vers 1046-1047 lors d’un concile provincial tenu à Caen20. Le rapprochement des divers textes déjà évoqués incite à en dire plus.

21L’anecdote du paysan permet à coup sûr d’attribuer à Richard II, agissant sans doute sous la pression de ses sujets, une législation de paix garantissant la sécurité des paysans, de leur maison et de leur outillage : de telles garanties sont d’ailleurs le corollaire de leur émancipation. Le texte de l’anonyme de Fécamp apporte à notre recherche une information précieuse : il lie en effet le soulèvement survenu au début du règne de Richard II à l’appel, relaté dans les lignes suivantes, de l’abbé de Saint-Bénigne de Dijon, Guillaume de Volpiano, pour réformer le sanctuaire ducal de la Trinité de Fécamp.

  • 21 Sur Guillaume de Volpiano, cf. N. Bulst, Untersuchungen zu Klosterreformen Wilhelms von Dijon (962 (...)

22N’est-il pas tentant dès lors de rapprocher le très paisible soulèvement paysan décrit par Guillaume de Jumièges, avec ses cellules locales et son assemblée centrale, des assemblées de paix tenues dans les années 989-994 dans le Sud du Royaume : Augustin Thierry y fut conduit par la similitude des mouvements, la coïncidence des dates nous y incite fortement. Le recours à Guillaume de Volpiano, artisan et théoricien de la Paix de Dieu, s’expliquerait assez bien par le désir de canaliser un mouvement devenu incontrôlable en lui donnant un chef qui avait déjà démontré dans des circonstances semblables son sens politique et son autorité21. Le refus qu’il opposa tout d’abord aux envoyés de Richard, mérite également d’être considéré avec attention :

  • 22 Libellus, op. cit. col. 721.

« fils très chers, nous avons entendu dire que les ducs normands sont des hommes barbares et redoutables, qui détruisent les sanctuaires plutôt que d’en construire, qui dispersent et mettent en fuite les saintes communautés des hommes de Dieu, plutôt que de les rassembler et de les nourrir »22.

23La réponse se comprend mieux si elle se réfère à la violence de la classe seigneuriale normande dans une période de graves troubles et aux exactions exercées contre le clergé, dont les nombreuses usurpations opérées par la famille ducale elle-même à la fin du Xe siècle sont l’indice le plus évident, plutôt qu’à la barbarie viking, alors bien passée de mode.

  • 23 Cf. surtout Raoul Glaber, Histoires, 1, 21, éd. M. Prou, Paris, 1886, p. 20 ; éd. G. Cavallo et G. (...)

24Son arrivée à Fécamp en 1001, sans que l’expression de Paix de Dieu soit alors prononcée, s’accorde bien avec la pacification du duché sous l’égide de son duc, dont font foi tous les chroniqueurs contemporains, à commencer par Raoul Glaber, écho fidèle de la pensée de Guillaume de Volpiano lui-même23. L’ouvrage de Dudon peut être lu comme un véritable panégyrique de la paix ducale, attribuée, comme on l’a vu à Rollon, modèle de toutes les vertus, dont Richard II paraît être le successeur idéal.

  • 24 M. de Boüard, « Sur les origines de la trêve de Dieu en Normandie », Annales de Normandie, 1959, p (...)

25Il faudra, un demi-siècle plus tard, un autre soulèvement seigneurial à l’occasion d’une autre succession ducale pour que le jeune duc Guillaume, faisant appel à l’exemple d’un autre grand réformateur, Richard de Saint-Vanne, impose à son duché l’institution de la Paix de Dieu pour renforcer la paix ducale devenue inefficace24.

26La confrontation des textes de Dudon de Saint-Quentin ou de Guillaume de Jumièges, historiens autorisés de la Normandie ducale, avec d’autres textes n’émanant pas des mêmes milieux donne donc de la société du duché une image assez différente de celle qui est généralement présentée. Leur analyse permet aussi d’apprécier les modifications apportées à la présentation de l’histoire du duché. Dudon, plus attentif aux raffinements de l’écriture, nous présente un duc fort proche de l’Église et des prélats réformateurs, tuteurs spirituels du jeune pouvoir ducal : le couple formé par Rollon et l’archevêque Francon témoigne exemplairement de cette union, qui ne laisse place que très secondairement au récit des discordes déchirant la population du duché. Guillaume, plus concis et efficace, ne montre pas un très grand respect pour le pouvoir clérical : Francon est expulsé de sa version de l’histoire du paysan. Il est à l’inverse beaucoup plus sensible aux ambitions seigneuriales, et offre à la noblesse du duché une victoire « posthume » sur les paysans, dont ses successeurs Wace et Benoit accroîtront encore l’ampleur ; sans doute était-il plus utile en 1071 de rallier autour du duc devenu roi une noblesse tenue en respect en Normandie par l’impitoyable autorité ducale et si nécessaire à la pacification du royaume récemment conquis d’Angleterre.

27Seul le sort des paysans reste inchangé : fustigés et pendus par l’un, il sont mutilés et massacrés par l’autre. On peut y voir une affirmation du pouvoir sans limite du duc et de ses hommes ; on peut aussi y lire le désir impuissant de châtier en paroles l’arrogance d’une paysannerie émancipée à laquelle la coutume et les justices arrachés à l’État ducal offrent une protection efficace contre l’arbitraire des puissants.

Anexos

Annexes

I. Histoire du paysan de Longpaon (Dudon de Saint-Quentin)

Rollon fit enfin proclamer dans toute la terre sous sa domination un ban, c’est-à-dire une interdiction qui défendait de se livrer au vol ou au brigandage ou de prêter son aide à tout mauvais dessein. Il interdit par ailleurs de rapporter à la maison les ferrures des charrues – il fallait au contraire les laisser au champ avec la charrue – et d’envoyer quelqu’un surveiller le cheval, l’âne ou le beuf, pour ne pas les perdre.

Effrayé de cette interdiction, un paysan du village de Longpaon laissa aux champs ses instruments de labour, et, à l’approche de midi, revint chez lui pour manger. Son épouse, se mit à lui reprocher aigrement d’avoir abandonné ses outils de labeur ; après l’avoir longuement et durement accablé, elle lui servit à manger. Puis, pour l’effrayer et qu’il n’abandonne plus ses outils, elle courut au champ, s’empara des courroies du joug, du soc et du coutre, les dissimula à la vue de son mari, et rentra chez elle comme si elle venait d’ailleurs. Le mari repu se lève de table, regagne son champ, n’y trouve plus ses instruments de labour, retourne chez lui affligé et raconte la chose à sa morose épouse. Celle-ci s’emporta contre lui, l’accablant de reproches violents : « Bon à rien ! va voir le duc Robert, et réclame lui ta charrue ». Il courut aussitôt à Robert et raconta au duc le vol de ses instruments ; celui-ci aussitôt appelle un prévôt : « donne cinq sous à ce paysan, qu’il rachète ce qu’il a perdu, et va au plus vite au village pour t’enquérir par l’épreuve du feu de l’auteur du vol ». Le domestique fit examiner par le feu tous les habitants du village, ne trouva pas le coupable et rendit compte au duc Rollon. Celui-ci convoque l’archevêque Francon : « puisque le dieu des chrétiens, au nom duquel j’ai été baptisé, connaît toute chose, je m’étonne qu’il ne nous ait pas revélé le coupable du vol, lorsqu’on l’a éprouvé par le feu en son nom ». « Le feu n’a pas encore touché le coupable », répondit Francon. « Retourne et soumets les habitants des alentours au supplice du feu au nom de Jésus Christ », ordonna Robert au prévôt. Celui-ci, se conformant aux ordres du duc, fit savoir que personne ne s’était avoué coupable. Puis il fit appeler le laboureur, et lui demanda à qui il avait dit que ses instruments étaient restés au champ. « À ma femme » répondit le paysan. On appela celle-ci, elle vint, et le duc lui demanda : « qu’as-tu fait du soc et du coutre de ton mari ? » ; elle nia les avoir eu, puis longuement battue de verges, confessa le vol à tous. « Savais-tu que c’était ta femme qui avait volé ? » demanda alors Robert au mari ; « je savais » dit-il. « Tu mourras pour deux bons motifs, reprit Robert, d’abord parce que tu es le chef de ta femme, et que tu devais la châtier, ensuite parce que tu lui as prêté ton aide au lieu de la dénoncer ». Sur le champ, il les fit pendre et mourir d’une fin cruelle. Ce jugement terrifia les habitants, et par la suite, personne n’osa plus voler, ni se livrer au brigandage, et la terre desertée des larrons et voleurs et privée de toute sédition connut le repos et le silence. Les hommes demeurant sous la domination de Robert connaissaient donc une paix continuelle et un calme prolongé, et jouissaient de tous les bienfaits, sans craindre l’armée d’aucun ennemi.

Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, II, 31-32, éd. Lair, Caen, 1865 (MSAN, 23), p. 171-173.

II. Histoire du paysan (version des « Additamenta ad historiam normanorum »)

On dit de Richard, fils de Richard premier, qu’il fut le père de la patrie, et surtout des moines. De son temps, en effet, la Normandie regorgeait de tous les biens, et telle fut la paix en Normandie de son temps que les laboureurs travaillant aux champs n’osaient même pas rapporter chez eux les ferrures de leurs charrues ; si elles étaient volées, le comte ordonnait qu’on vienne le trouver, pour qu’il rende lui-même tout ce qui avait été perdu à cause du vol. Il lui arriva quelque chose de semblable à ce qui était arrivé à son aïeul Rollon. L’épouse d’un laboureur, ayant entendu l’interdiction du duc, vola un jour le coutre et le soc de sa charrue, pour mettre le comte à l’épreuve. Le paysan, retournant le lendemain à la charrue, ne retrouva pas ses outils, et se rendit chez le comte pour lui rapporter ce qui était arrivé. Le duc ordonna qu’on lui donne de l’argent, pour le dédommager. Revenu chez lui, il rapporta à sa femme l’action du comte. « C’est très bien », lui dit-elle, puisqu’il avait l’argent, et qu’elle-même possédait les objets perdus. L’ayant entendu, pour ne pas agir malhonnêtement, il rapporta au duc l’argent qu’il lui avait donné, et lui raconta ce que sa femme avait fait. Le comte cependant, le retenant à ses côtés quelque temps, ordonna qu’on aille arracher les yeux à la femme, à cause de son vol. Quand le paysan rentra chez lui, il trouva sa femme justement punie : « désormais, ne vole plus, lui dit-il indigné, et apprends à respecter les ordres du comte ».

Addimenta ad historiam normannorum, dans Guillaume de Jumièges, Gesta normannorum ducum, éd. Marx, Rouen, SHN, 1914, p. 339-340.

Notas

1 Les éléments de cette communication ont été repris, approfondis et développés dans « Classe agricole, pouvoir seigneurial et autorité ducale », MA, 98 (1992), p. 35-60.

2 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, éd. J. Lair, Caen, 1865 (Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 23) ; Guillaume de Jumièges, Gesta normannorum ducum, éd. J. Marx, Rouen, 1914 Société d’Histoire de la Normandie, ; cf. les remarques G. Duby sur l’oeuvre de Dudon, Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, Paris, 1978, p. 108-112 ; sur la datation de Dudon, cf. G.C. Huisman, « Notes on the manuscript Tradition of Dudo of St Quentin’s Gesta Normannorum », Anglo-Norman Studies, 6 (1983).

3 Un texte plus tardif, mais d’inspiration voisine, les Miracles de saint Wulfran, montre d’ailleurs Rollon rassemblant à grand’peine les rares fuyards trouvés dans ces lieux désertés pour les répartir entre ses Normands, et composer une nouvelle nation ; éd. J. Laporte, Mélanges de la Société d’Histoire de la Normandie, 14e série, 1938, p. 26-27.

4 Dudon, op. cit., p. 171-173.

5 On trouvera une traduction de ce texte en annexe.

6 La mention de Longpaon, domaine de l’abbaye de Saint-Ouen-de-Rouen, usurpé à la fin du Xe siècle, suggère que le texte utilisé par Dudon fut écrit ou modifié dans l’important scriptorium de cette abbaye, tandis que le rôle notable mais non essentiel de l’archevêque Francon (le personnage n’apparaît pas dans les autres versions de l’épisode) doit être interprété comme une intervention de Dudon, pour qui ce court récit illustre, entre autres, le rôle de l’Église dans la pacification du duché naissant ; cf. sur ce point O. Guillot, « La conversion des Normands peu après 911 », Cahiers de civilisation médiévale, 24 (1981).

7 Le texte est édité à la fin de l’ouvrage de Guillaume de Jumièges, Gesta normannorum ducum, op. cit., p. 335-341.

8 Cf. la traduction de ce texte donnée en annexe.

9 Cf. par exemple S. Thompson, Motif-Index of Folk-Litterature, 6 vol., Copenhague, 1955-1958, t. 6, p. 591, s.v. plow.

10 Très Ancien Coutumier normand, chap. XVI, 1 (texte français), dans Coutumiers de Normandie, éd. E.J. Tardif, Rouen, Société d’histoire de la Normandie, 1903, t. 2, p. 15 ; texte latin, op. cit., t. 1, p. 17.

11 Cf. par exemple J. Yver, « L’interdiction de la guerre privée dans le très ancien droit normand », Travaux de la semaine d’histoire du droit normand, Caen, 1928, p. 35.

12 Recherches sur l’hommage en marche et les frontières féodales, 1945 (Travaux de l’Université de Lille, 24), p. 20-22.

13 Gesta normannorum ducum, op. cit., p. 73-74 ; Wace, Roman de Rou, éd. Holden, Paris, 1973, t. 2, p. 191-196, w. 815-958 ; Benoit de Sainte-More, Chronique des ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, Uppsala, 1951-1979, t. 2, p. 197-203, w. 28854-29052.

14 Cf. en dernier lieu P. Bonassie, « D’une servitude à l’autre », dans R. Delort (sous la direction de), La France de l’an mil, Paris, 1990, p. 125.

15 Op. cit. p. 122 et 125-126.

16 Cf les synthèses récentes de L. Musset, « Naissance de la Normandie », dans M. de Boüard, Histoire de la Normandie, Toulouse, 1987, p. 75-130 et D. Bates, Normandy before 1066, Londres, 1982.

17 « Reflexions autour du problème du servage et de l’esclavage en Normandie ducale (Xe-XIIe siècles) », L. Musset, J.M. Bouvris, V. Gazeau, Aspects de la société et de l’économie dans la Normandie médiévale (Xe-XIIIe siècle), Caen, 1989, p. 23.

18 Ed. Migne, P. L., CLI, col. 701-723 ; ce passage avait été partiellement traduit par M. de Boiiard dans une collection de textes à l’usage de l’enseignement primaire : « L’histoire locale à l’école : Richard II », Supplément aux Annales de Normandie, janvier 1955, p. 4-5, et signalé par Annie Renoux dans sa thèse : Fécamp. Du Palais ducal au Palais de Dieu, Paris, 1991, p. 244. Je remercie l’éminente historienne du palais des ducs de Normandie à Fécamp de m’avoir indiqué ces ouvrages ; sur le Libellus, cf. par ailleurs J. F. Lemarignier, Etude sur le privilège d’exemption et de juridiction des abbayes normandes depuis les origines jusqu’en 1140, Paris, 1937, p. 259-262 ; je prépare une édition critique de ce texte, dont existent plusieurs manuscrits, jusqu’ici ignorés : cf. M. Amoux, « La fortune du Libellus de reuelatione edificatione et auctoritate Fiscannensis monasterii, Note sur la production historiographique d’une abbaye bénédictine », Revue d’histoire des textes, 21 (1991).

19 Cf. J. Yver, « Les premières institutions du duché de Normandie », Settimane di studio du Centre italiano di studi sull’alto Medioevo, 16, Spolète, 1969 ; L. Musset, « Origines et nature du pouvoir ducal en Normandie jusqu’au milieu du XIe siècle », dans Les principautés au Moyen Age, Bordeaux, 1979, p. 47-59.

20 Sur ce sujet cf. en dernier lieu, J.-F. Lemarignier, « Paix et réforme monastique en Flandres et en Normandie autour de l’année 1023 : quelques observations », dans Droit privé et institutions régionales. Études historiques offertes à J. Yver, Paris, 1976, p. 443-468.

21 Sur Guillaume de Volpiano, cf. N. Bulst, Untersuchungen zu Klosterreformen Wilhelms von Dijon (962-1031), Bonn, 1973, surtout p. 147-161. La nomination de deux jurés par communautés incite par ailleurs à rapprocher le mouvement paysan d’une procédure d’enquête attestée dans le duché jusqu’au XIVe siècle : cf. par exemple l’enquête de 1297 sur les marais de Troam, menée par deux jurés de chacune des paroisses usagères (L. Delisle, Études sur la condition de la classe agricole en Normandie, Evreux, 1851, p. 136).

22 Libellus, op. cit. col. 721.

23 Cf. surtout Raoul Glaber, Histoires, 1, 21, éd. M. Prou, Paris, 1886, p. 20 ; éd. G. Cavallo et G. Orlandi, fond. Lorenzo Valla, Milan, 1989, p. 42-44 ; éd. E. J. France, Oxford Médiéval Texts, 1989, p. 36.

24 M. de Boüard, « Sur les origines de la trêve de Dieu en Normandie », Annales de Normandie, 1959, p. 169-190.

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search