Version classiqueVersion mobile

Village et villageois au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La société rurale gasconne au miroir des cartulaires (XIe-XIIIe s). Notables du fisc ou paysans ?

Benoît Cursente

Texte intégral

  • 1 On se bornera ici à rappeler les deux principales contributions d’E. Magnou-Nortier qui concernent (...)
  • 2 L’analyse du cartulaire de Lézat a conduit Paul Ourliac à se rallier de façon nuancée à l’interprét (...)

1Le courant historiographique qui donne une interprétation résolument romanisante et fiscalisante des polyptyques carolingiens a largement débordé l’horizon de l’an Mil, et, avec une étude récente d’Elisabeth Magnou-Nortier, touché les cartulaires gascons des ΧIe-ΧΙΙIe siècles1. L’acceptation de ces thèses implique une révision déchirante. Le cens versé au seigneur devient un avatar de l’impôt public, collecté par des notables appelés pagenses (ou rustici), dans le cadre du casai (équivalent gascon du manse), district fiscal inclus dans celui de la villa. Pour tout dire, il n’y aurait en fait dans nos cartulaires ni villageois, ni tenures paysannes, mais seulement des notables du fisc et des superstructures administratives2. Or, les cartulaires sont notre seule voie d’accès aux réalités sociales de la Gascogne de ce temps.

  • 3 Sont seulement données ici les références des cartulaires cités dans le corps de l’article. Auch : (...)

2J’ai tenté de vérifier le bien-fondé de cette thèse à partir du dépouillement d’une vingtaine de cartulaires (ou fragments de cartulaires), couvrant principalement la période 1050-1270 et la province ecclésiastique d’Auch3. J’ai concentré mon analyse sur le casai, clé de voûte des structures rurales, pour tenter de cerner la place de ceux qui l’habitent dans la société villageoise. D’un dossier lourd et complexe j’extrais ici un canevas simplifié, illustré et étayé par un choix restreint d’exemples et de références

L’aspect fiscal et aristocratique : indices et présomptions

  • 4 Sur l’aire de diffusion respective du manse et du casai, voir X. Ravier, « Sur les dénominations de (...)

3Dans l’aire occitane, la Gascogne se distingue donc par l’emploi du mot casai pour désigner le manse4. En réalité, les choses ne sont pas aussi simples, puisque le mot manse n’est pas inconnu en Gascogne, bien que très minoritaire, et qu’il est tantôt synonyme de casai, et tantôt pourvu d’un sens plus restreint de maison dans le casai. Cela étant précisé, il est impossible de considérer que le casai, unité foncière habitée prolongée par un ensemble de droits d’usage, correspond dans tous les cas à la simple cellule de vie et de production d’une famille paysanne.

  • 5 Saint-Mont (Jaurgain), acte 30 (1068) ; Sorde, acte 175 (XIIe s), entre autres exemples.
  • 6 Berdoues, acte 233 (1151). Dans le même cartulaire actes 91, 94, 169, 241, 457, 660, 668, 686, 757, (...)
  • 7 Auch, Cart. Noir, acte 159 (1234).
  • 8 Gimont, II, acte 106 (1151). Même formulation dans Berdoues, actes 686 et 695.
  • 9 L’opposition ne manque d’ailleurs pas parfois d’ambiguïté, ainsi quand vers la fin du XIe siècle, l (...)
  • 10 On rencontre par exemple, au fil des actes, un rustre abbé (Madiran fo 173), un autre s’appropriant (...)
  • 11 Il s’agit du censier de Sainte-Suzanne. Le nom de ce casai correspond à un blanc (BN, Ms lat. NA 18 (...)

4Dans plusieurs chartes, il est dit clairement que le casai comprend plusieurs maisons (casal et mansiones suas, ou ailleurs, in domo sua vel aliena5). Certains cartulaires, principalement celui de Berdoues, font apparaître le casai comme le territoire de puissance d’une famille aristocratique, incluant parfois une église. Un seul exemple : en 1151, le casai de Sarrabera est donné aux moines avec l’église de Sarrabera par Guillaume Arnaud de Sarrabera6. Concrètement, le casai correspond alors à un hameau ou à un quartier de village. Entre casai, fief, honor, aucune coupure, mais des rapports complexes. Le casai est tantôt le sous-ensemble d’un honneur, tantôt le synonyme d’honneur ou de fief (feodum que appellatur casalis7) ; enfin, il est parfois assez vaste pour qu’on puisse en détacher un honneur (totum honorent ad ipsum casale pertinentem)8. Qu’en est-il du statut des hommes qui l’occupent ? Dans les formulaires, le miles s’oppose toujours nettement aux paisii, pagenses, ou autres rustici et villani astreints à des redevances et à des services9. Pourtant, on rencontre çà et là des rustici qu’on voit se mêler aux affaires des puissants, et qui sont capables de contestation, voire de violences10. Plus fondamentalement, dans les listes de casaux que livrent les censiers, on ne saurait assurer à tout coup que le « casai de Untel » renvoie à Untel, simple paysan. Un exemple : le casai de La Cassie, figurant dans un censier du cartulaire de Sorde (no 148)11. Un recoupement révèle que Bernard de La Cassie et son frère Pierre de Bayonne, possesseurs de ce casai, se sont affrontés par les armes, vers 1150, aux sires de Gramont et de Bastan (no 113).

  • 12 A l’inverse, à Saint-Mont, l’identification casal-rustre est totale, au point de trouver des formul (...)

5L’ambiguïté atteint son comble dans le cartulaire de Gimont, où n’apparaissent pratiquement pas les paisii ou rustici, mais seulement des hommes, désignant aussi bien ceux qui possèdent que ceux qui tiennent les casaux12. Tous ces personnages font-ils partie, comme le pense E. Nortier, d’une « aristocratie secondaire » de fevales et pagenses vivant du bénéfice de revenus fiscaux ? L’hypothèse a des vertus clarificatrices, mais il faut préciser que dans mon corpus le pagensis n’est jamais explicitement montré comme le gestionnaire fiscal du casai. Ce rôle ressort de la seule vraisemblance : pour quelle autre raison le seigneur n’aurait-il affaire qu’avec un seul des habitants de cette unité ?

  • 13 Un exemple : l’acte 500 du cartulaire de Berdoues (2e moitié du XIIe s.). Un certain Bonet de Cesme (...)
  • 14 À cet égard, le cartulaire de Lézat (éd. P. Ourliac, A.-M. Magnou, Paris, 1984-1987) apparaît comme (...)

6Il faut savoir gré à E. Nortier d’avoir bousculé quelques certitudes paresseuses et d’avoir fourni une grille susceptible de rendre compte de bien des « étrangetés »13, en replaçant la Gascogne dans un continuum spatial beaucoup plus vaste14. Mais, pour autant, cette grille ne m’a pas paru épuiser toutes les informations que livre la matière des cartulaires.

L’hypothèse fiscale s’avère cependant réductrice

  • 15 De même, la présence de fidéjusseurs dans les transactions mettant en jeu les casaux, preuve de leu (...)

7Un comptage complet des occurrences conduit à relativiser les indices tendant à faire du casai un rouage de la gestion publique. Ainsi la présence du comte ou vicomte lors des transactions portant sur les casaux, preuve de leur nature fiscale, ne se vérifie que dans 13 cas sur 37 dans le cartulaire de Sorde. Il est donc possible en Gascogne de créer ou aliéner un casai sans qu’intervienne le détenteur du dominium public, dont l’autorité en la matière est donc partielle, et, par hypothèse, résiduelle15.

  • 16 Magnou-Nortier, « La terre », 1982, p. 31-33.
  • 17 Dans le seul cartulaire de Berdoues, voir les actes 3, 154, 158, 160, 161, 192, 227, 243, 376, 701, (...)

8Dans sa formulation générale, l’hypothèse fiscale implique un certain nombre de postulats ou corollaires infirmés par la documentation gasconne, à commencer par le principe de non sécabilité matérielle du casai (puisque les partages n’affecteraient en tous les cas que le seul revenu fiscal16). Plusieurs textes, en effet, attestent l’aliénation ou l’affectation particulière de parcelles incluses dans le casai17.

  • 18 Magnou-Nortier, « La terre », T982, 34, 58 ; 1984, p. 83 ; le dernier exemple est irréductible à la (...)

9Autre « règle » découlant du modèle fiscal, le casai serait par définition redevable d’un cens fixe, par opposition aux terres et aux vignes. Mais que penser alors de ces tenanciers du casai d’Arras (Saint-Savin, no 44), qui doivent medietatem fructuum et surtout de ces deux rustres de Pessan (carta de Atromont), qui prirent l’initiative de mettre en culture un casai en friche, avant d’en reconnaître la possession à l’abbaye tali pacto ut quot annis décimant et undecimam partem omnium messium praebeant18 ?

  • 19 Magnou-Nortier, « Pagenses », note 58.
  • 20 Ma recension révèle le même type de diversité que celle qui est évoquée par P. Ourliac à partir du (...)

10De façon plus générale, l’affirmation selon laquelle le casai constitue une cellule homogène puisqu’il est normal « que l’impôt fixe soit partout à peu près le même »19 ne peut être acceptée sans discussion. Ce n’est pas le lieu ici de reproduire les tableaux récapitulatifs issus des dépouillements concernant la dimension et la valeur marchande des casaux, ainsi que la nature et le poids des services et prélèvements auxquels ils sont assujettis. C’est bien plutôt l’image de l’hétérogénéité et de disparité qui s’impose20.

11L’hypothèse romanisante se heurte également à de sérieuses difficultés linguistiques. Car il oblige, tout à la fois, à postuler la continuité de la gestion fiscale au-delà de la disparition d’un certain nombre de termes clés - et donc admettre le casai comme un avatar du jugum - et l’immuabilité du champ sémantique d’une autre partie du lexique. C’est ainsi que pagesius, rusticus, et des mots aussi familiers que locus et terra auraient conservé dans les textes, depuis le Code Théodosien, un sens purement fiscal, qui s’appliquerait aux divers personnages cultivant une « terre » ou habitant un « lieu ».

12Faute de pouvoir envisager ici toutes les facettes du débat, je me contente de préciser sur quels points essentiels l’examen de mon corpus gascon me place en désaccord avec le système d’interprétation monocausal évoqué ci-dessus.

  • 21 Magnou-Nortier, « La terre », 1984, p. 109-113

131) Je ne crois pas à la « prodigieuse stabilité » d’un ordre public harmonieusement régi par « des usages juridiques éprouvés » entre les mains d’une aristocratie tocquevillienne21. Comment expliquer sinon, par exemple, la présence au XIe s dans le seul petit cartulaire de Pessan, de mali homines contre lesquels un comte instaure une sauveté, et de rustres astreints à un servicium justum vel injustum ?

142) S’il paraît vraisemblable que les biens et revenus en jeu dans les cartulaires sont majoritairement d’origine fiscale, je doute fort que la conscience de leur nature publique ne se soit point brouillée du XIe au XIIIe siècle, ne serait-ce qu’en raison du développement de l’idéologie « grégorienne ».

  • 22 Magnou-Nortier, ibid.

153) Je ne crois pas que les cartulaires mettent exclusivement en œuvre des districts et des responsables fiscaux, et que « la vie quotidienne du Tiers ordre se trouve définitivement hors de notre portée »22. A de multiples reprises, la vraie vie des hommes sourd derrière la façade du juridisme, révélant parfois même les aspects les plus triviaux. Comme lorsqu’au détour de l’acte 190 du cartulaire de Berdoues est évoqué le lieu ubi mulieres pannos lavare consueverant (1212).

164) Autant il me semble avéré que le casai a constitué une cellule de prélèvement fiscal, autant il me paraît exclu de pouvoir le considérer du Xe au XIIIe siècle comme une unité homogène et stable. Ce qui, transposé à un registre plus général, revient tout simplement à revendiquer le fait que la société gasconne du XIIIe siècle est profondément différente de celle de la fin du Xe.

Du casal aristocratique aux casaux paysans

17Le casal, unité fiscale aristocratique héritée de la gestion publique, ou bien cellule de vie et de production paysanne dans le cadre de la seigneurie ? Pour résoudre le sic et non il faut, me semble-t-il, considérer non pas la structure en soi, mais le mouvement de transformation qui l’anime. La documentation permet de le faire. Car si les cartulaires, document conservateur par excellence, comportent surtout une majorité d’occurrences stéréotypées du genre « Untel a donné tel casai (ou rustre) qui doit tel cens ou service », ils nous livrent aussi une série d’indices d’évolution concordants.

  • 23 V. supra, note 6. En 1237, il n’existe que 5 casaux dans tout le territoire de la seigneurie de Laf (...)
  • 24 Les donations de cette époque portent le plus souvent sur un casai unique, qui, fait révélateur, es (...)
  • 25 De même on trouve à Berdoues un casai de Berdoues ; des casaux de Badas dans la villa de Badas (prè (...)
  • 26 De tels casaux sont attestés dans le cartulaire de Lézat (cf. par ex. l’acte 85).

18Ces indices m’incitent à formuler l’hypothèse selon laquelle il n’y avait primitivement dans les villages qu’un nombre réduit de casaux, et que ce type de structure, majoritaire aux environs de l’an Mil, a pu localement se prolonger jusqu’au XIIIe siècle sous la forme de ces vastes casaux parfois pourvus d’une église, dont le cartulaire de Berdoues, on l’a vu, atteste la permanence en Astarac23. Cette hypothèse peut être étayée par l’analyse des attestions antérieures au milieu du XIe siècle24, et par la permanence du souvenir du grand casai primitif dans la documentation postérieure, alors même que les casaux se sont multipliés. Un exemple parmi d’autres : l’un des sept casaux de la villa de Seubamea dont le cartulaire de Madiran livre le nom s’appelle simplement Desseubamea (fo 214)25. Une telle structure n’exclut cependant pas l’existence, dès le Xe siècle, de casaux de petite dimension26.

  • 27 L’existence de ces « casaux de reprise » se laisse precevoir par quelques actes des cartulaires de (...)
  • 28 Lucq, no 7 (vers 1030) : Fuit quidam miles de Avidos nomine Arnaldus Raymundus, qui divisit de sua (...)

19La multiplication des casaux qui noviter haedificati fuerunt, pour reprendre la formule d’une charte de Sorde (no 181, 1172), résulte d’un quadruple processus : allotissement du domaine cultivé, défrichement, fragmentation des anciens casaux, transformation d’alleux paysans ou aristocratiques en casaux27. L’allotissement en casaux du domaine comtal se laisse notamment percevoir au détour d’un acte du cartulaire de Sorde (no 149), tandis qu’une courte notice du cartulaire de Lucq (no 7, vers 1030), suggère que les petits seigneurs n’ont pas été en reste28.

20Le nombre de casaux créés par défrichement est impossible à apprécier. Il faut faire la part des défrichements paysans spontanés qu’on arrive si mal à saisir. De ceux-ci résultent semble-t-il non pas des casaux, mais des possessiunculas, comme celles qui parsèment le territoire donné en 1136 pour fonder l’abbaye de Bonnefont-en-Comminges (acte 1). Par contre, les entreprises seigneuriales donnent naissance à des casaux ou à des unités de nature voisine, les fitae. Les cartulaires de Sorde et Saint-Mont offrent à cet égard quelques exemples significatifs.

  • 29 Quelques rares indices permettent d’entrevoir la connexion existant entre ce phénomène, les pratiqu (...)

21La création de nouvelles unités par fragmentation des anciens casaux paraît avoir constitué un phénomène courant et permanent. On le perçoit de façon indirecte, par exemple dans le censier de Lourdes (Cart. de Bigorre, fo 1), où le « super-casal » d’Arenas regroupe 5 casaux, dont 3 se nomment Arenas. On le saisit concrètement lorsqu’un acte de Sorde (no 161, XIIe s.), à propos d’un casai, prévoit la possibilité où à sa place fuerint ibi duo, vel très, vel quatuor casaus. Même processus de « mitose » près de Madiran (fo 203) : sed de illo casali alius casalis formatus est, quia quidam homo Osset nomine accepit dimidiam partem illius... et ita fiunt duo casales (1179)29.

  • 30 Le présent travail apporte peut-être quelque lumière nouvelle sur les origines de la dualité de dés (...)
  • 31 En attendant la publication de ce texte par mes soins, cf. la copie collationnée au XVIIIe s. par D (...)

22Au bout du compte, la fragmentation du maillage primitif en unités plus petites, que montre particulièrement bien l’acte 148 du cartulaire de Sorde (milieu XIIe s), se traduit par l’avènement d’unités minimales qu’on ne nomme parfois plus casai, mais domus (occitan : ostau). Ce texte me semble constituer un jalon précieux dans l’histoire de la genèse de l’ostau gascon, cellule dominante du bas Moyen Age concurremment avec le casai30. L’installation des villani dans une enceinte collective ou un habitat aggloméré ouvert qui s’amorce au XIe siècle a concourru de façon décisive à cette évolution en faisant de la maison habitée l’unité de prélèvement fiscal. Dès les années 1140 (ou au plus tard en 1248), dans les coutumes de Castelnau-Barbarens, l’impôt seigneurial est effectué sur coda maiso on hom este ab fohec31. Ainsi déjà dans la première moitié du ΧΙIe siècle la maison, partie centrale, commence à être désignée par le tout (casai pour espace bâti et jardin attenant), tandis que se dessine le mouvement sémantique inverse qui conduira la maison à désigner elle-même le tout (ostau pour exploitation familiale).

23Une telle évolution n’est somme toute que l’aspect régional d’un phénomène banal. Toute la difficulté réside dans le fait que ce mouvement ne lut pas géographiquement uniforme, et qu’il s’étale sur plus de deux siècles, en laissant coexister à quelques kilomètres de distance des réalités disparates désignées par un même vocable. Vers le début du ΧΙIe siècle, casai peut aussi bien désigner un domaine aristocratique, une tenure paysanne, ou l’ensemble maison-jardin dans une agglomération villageoise. Un siècle plus tard toutes ces acceptions existent encore, mais dans des proportions différentes, le tout décrivant une évolution qui accompagne le changement structurel du peuplement et de la société.

Les hommes des casaux

  • 32 M. Berganton, « Des Lourdais à l’abbaye de Berdoues », Revue Int.d’onomastique, 1974, p. 258-268. L (...)
  • 33 Le total est sensiblement le même en tenant compte de la disparition des casaux tenus au service d’ (...)
  • 34 Le texte précis de la charte est le suivant : hoc iste in villa quae dicitur Hus habetur casale vid (...)

24À quelle part de la population effective d’un village correspondent les listes de casaux et de rustres que fournissent les censiers des ΧIe et ΧΙIe siècles ? Pour l’évaluer, j’ai conduit plusieurs enquêtes fondées sur des bases différentes. Je me borne ici à l’analyse des trois censiers du bourg castrai comtal de Lourdes, collationnés dans le cartulaire de Bigorre (fo 1r° ; 1v°, 19r°). Si on se rallie à la datation proposée par M. Berganton32, le premier censier, qui énumère 74 casaux, date des années 1170 ; le second, qui donne un total pondéré de casaux presque identique, serait d’environ 121033 ; enfin le troisième, qui prend pour la première fois les maisons comme assiette fiscale aurait été réalisé vers 1250. Ces maisons étant au nombre de 147, on peut en déduire qu’en ordre de grandeur, chaque casai du XIIe siècle comprenait deux maisons. En somme, le casai lourdais est alors du même type que celui qui est décrit en 1157 dans l’acte 43 du cartulaire de Saint-Savin : « un casai contenant les maisons de deux hommes »34.

  • 35 Mon travail, en cours, porte sur deux directions principales : enquête anthroponymique, et enquête (...)

25Je ne peux faire ici état de tous les indices répertoriés dans mon enquête35. Ils convergent vers la conclusion suivante. On peut tenir pour vraisemblable que les personnages qui apparaissent à partir de la seconde moitié du XIe siècle à la tête d’un casai ont eu la charge de collecter l’impôt dû par l’ensemble des habitants de cette unité (du moins lorsqu’elle était polynucléaire). Mais en tout état de cause, la population fiscale des casaux était devenue trop maigre pour que, sauf exception, pagenses ou rustici aient pu vivre de la seule part de prélèvement laissée par le dominus au collecteur. Ces personnages sont donc aussi et avant tout des paysans, ayant principalement une activité de production. Sans doute constituent-ils une élite villageoise dominant les paysans qui habitent, dans l’anonymat, les autres maisons du casai. Mais ces derniers ont de plus en plus l’opportunité de devenir maîtres de leur propre casai, directement géré par le seigneur, en obtenant la division du casai primitif, ou bien en établissant leur maison dans un des bourgs ecclésiastiques ou castraux qui bourgeonnent un peu partout.

26Nos sources ne permettent pas de connaître la nature exacte du groupe humain qui peuple les grands casaux : des proximi (parents), ou seulement des vicini (voisins) ? Elles sont beaucoup plus disertes sur les liens juridiques qui unissent les pagenses au dominus. Il hors de propos de dresser ici un état de cette vaste question, qui, quoique étudiée depuis longtemps par les érudits, n’a pas livré tous ses mystères. Observons plutôt que, si les cartulaires évoquent parfois les villageois autrement que pour préciser le lien juridique ou fiscal qui les unit au seigneur (agricola, agricultor, colo, cultor, habitator, incola, ruricola), ils demeurent des documents foncièrement conservateurs, et ne rendent aucunement compte des stratifications et évolutions sociales (alors que les sources normatives confirment qu’au XIIIe siècle le clivage fondamental passe entre les laboureurs et les brassiers).

  • 36 Pour s’en tenir au seul cartulaire de Sorde, vicini et parrochiani interviennent aux chartes 1 (fec (...)

27Par contre, sur l’existence de formes précoces de solidarités communautaires de paroissiens et de voisins (vicini), la documentation fournit des indices assez précieux, permettant de suivre l’évolution de ce phénomène jusqu’au XIIIe siècle36. Or, la généralisation de l’habitat concentré va donner une forme et une force nouvelles à ces solidarités, en soudant la population par une puissante force de coercition horizontale. Dans le castrum, nul habitant, fût-il chevalier, n’est dispensé de l’opus vicinale. En évoquant ce fait, nous empiétons sur la dernière question posée ici, qui nous amène, enfin, au cœur même du village. Comment se fait la connexion entre la société pré-castrale que couvrent les cartulaires, et la société des castelnaux qu’illustrent les coutumes ?

Du pagensis au caslan : quelle continuité ?

28Le problème est d’abord lexicographique, dans la mesure où on observe un hiatus entre les cartulaires et les coutumes pour désigner les éléments de la société villageoise, alors même que ces deux types de sources couvrent une large plage chronologique commune. Une étude complète étant ici exclue, je limite mon analyse à une dissymétrie remarquable : d’un côté les termes les plus usuels des cartulaires sont pratiquement absents des coutumes (rusticus, villanus), ou bien rares (pagisius, paies), tandis qu’à l’inverse, le castellanus (occitan castlan ou caslan), marginal dans le lexique des cartulaires, est au centre de la société des castelnaux.

  • 37 Ce mot recouvre donc une toute autre réalité que dans la Catalogne du XIe s. où il désigne les gard (...)
  • 38 C. Samaran, « Les coutumes inédites de Corneillan (Gers) », Bulletin Philologique et historique...,(...)
  • 39 Acte XII des chartes de Saint-Sever publiées par E. Nortier, op.cit., note 2, p. 124-126.

29En effet, un des traits originaux de la société castrale est de comporter fréquemment une strate intermédiaire entre les chevaliers (cavers) et le peuple des « voisins » (vezins). Dans un groupe notable de chartes, ces personnages sont appelés caslans37. C’est par exemple le cas à Corneillan (1143), où on les voit astreints à des obligations militaires aux côtés des chevaliers, tout en bénéficiant d’un certain nombre de privilèges économiques38. Le récit de la fondation du castrum de Mugron, en 1074, permet d’avoir quelque idée de leur provenance39. À l’origine du peuplement de cette enceinte, novem villanos d’un village voisin. Une fois le castrum constitué, il n’est plus question que des homines castri et des castellanos, distincts des chevaliers. Même s’il est vrai que cette charte a été remaniée au XIIIe siècle, la mutation villanus-castellanus reste significative.

  • 40 Celle que révèlent, par exemple, les coutumes de Meilhan, dans le Bazadais (Arch. dép. Pyr.-Atl., E (...)
  • 41 L’hypothèse la plus vraisemblable à mes yeux est qu’il s’agit des fondateurs initiaux, ceux qui, di (...)
  • 42 Arch. dép. des Pyr. Atlantiques, E 289, fo 2-3.

30La présence de cette catégorie intermédiaire n’est pas un fait général, et se traduit par de nombreuses variantes40. Dans les pays d’entre Gers et Save, elle se trouve masquée par celle des prohomes (probi homines), dans lesquels je verrais volontiers le bloc privilégié cavers-caslans41. Quoique plus rarement, on peut aussi trouver dans l’ouest de la Gascogne des homines tôt installés dans le castrum, tenant casai, et jouissant de privilèges. Ainsi dans la charte béarnaise d’Asson, datée de 128342 : les hommes d’Asson tenant les 17 casaux établis dans les murs du Castet ont pour devoir d’entretenir l’enceinte et de verser un cens collectif annuel de 500 sous morlans, en échange de quoi le vicomte leur abandonne la moitié des fiefs dus pour les terres défrichées par les habitants qui viennent s’installer hors les murs.

  • 43 O. Beylot, « Coutumes de Pouy-Carrejélard », Arch.Hist.de la Gironde, 1887, p. 1-47. En dépit de le (...)

31Cette charte d’Asson paraît bien archaïque. Sous le double effet des pratiques égalitaires qui ont présidé au peuplement des bastides, et de la redéfinition des statuts qui a suivi la réception du droit romain, ces clivages se sont généralement estompés. Reste cependant dans plusieurs chartes de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle le souvenir de ce peuplement privilégié. Comme dans celle de Pouy-Carrejélard (1309), où on trouve à la fois trace d’une différenciation caslan-vesin, et la spécification d’une identité pages-caslan43.

  • 44 De sorte que le couple miles-paisius distingué par une notice du cart. de Saint-Mont à la fin du XI(...)

32Ce dernier exemple couronne l’ensemble d’indices me conduisant à formuler une hypothèse qui rejoint pour partie l’interprétation d’E. Nortier, pour qui pagenses et caslans sont deux aspects d’une même condition. Il me paraît plausible que les caslans, ou, ailleurs, les homines castri qui tiennent les casaux privilégiés, soient issus du groupe des pagenses chargés de la gestion fiscale des casaux primitifs44. Mais, contrairement au schéma proposé par E. Nortier, rien dans mon corpus n’indique que chacun de ces personnages ait reçu à l’intérieur de l’enceinte la responsabilité d’un district fiscal. Bien au contraire, car le groupement de l’habitat permettait au seigneur de lever l’impôt sans intermédiaire.

33Alors, pourquoi en maints endroits cette mutation du pagensis en castellanus ? On ne peut qu’invoquer un faisceau de causes vraisemblables : inflation des casaux, multiplication et consolidation des pouvoirs locaux, progrès des formes nouvelles de prélèvement. Au total, on peut émettre l’hypothèse d’un processus de déclassement. Le chasement des pagenses dans les enceintes castrales leur assurait divers privilèges économiques, voire fiscaux (Asson), et, surtout, garantissait leur dignité en leur permettant, sans être chevaliers, de jouer un rôle militaire valorisant. En somme, ils auraient gagné en prérogatives militaires et en distinction ce qu’ils avaient perdu en pouvoir fiscal.

  • 45 Cette continuité est bien perçue par P. Toulgouat, Voisinage et solidarité dans l’Europe du Moyen A (...)

34En résumé, mon hypothèse est celle d’une fuite en avant permanente, trop lente encore au pas de l’histoire. Dès le début du XIIe siècle, le pagesius tend à se banaliser en paysan. Et vers le début du XIVe siècle, le caslan se fond dans la masse des voisins. C’est que la multiplication des franchises a entraîné un nivellement par le haut des statuts, et que les habitants installés dans les barris qui flanquent les enceintes furent souvent plus dynamiques que les « châtelains » primitifs. Restent, çà et là, des vestiges d’un ancien statut privilégié. Mais dès qu’apparaît la documentation notariale, en Béarn vers le milieu du XIVe siècle, on peut vérifier que tous les chefs de famille paysans sont « seigneurs » de leur maison. Cela dit, il est probable qu’en bien des endroits, la position dominante des anciens pagesii s’est perpétuée sous la forme de ces « bonnes maisons », qui, dans les villages du bas Moyen Age, semblent avoir une vocation particulière à exercer des responsabilités publiques. Et, dans les zones les plus conservatrices, comme la vallée d’Ossau, ces maisons sont précisément appelées « casalères »...45.

35Proposons pour conclure une réponse lapidaire à la question-titre : si les cartulaires mettent effectivement enjeu la société paysanne, c’est d’une manière biaisée et tronquée, mais qu’on peut espérer désormais mieux décrypter. Étant bien entendu que cette réponse ne fait que clore la première ébauche d’une recherche en cours, largement ouverte aux critiques comme aux révisions.

Notes

1 On se bornera ici à rappeler les deux principales contributions d’E. Magnou-Nortier qui concernent directement notre propos : 1) « La terre, la rente et le pouvoir dans les pays du Languedoc pendant le haut Moyen Age », Francia, 1981, p. 79-117 ; 1982, p. 21-66 ; 1984, p. 5 3-118 (NB : les principaux apports de cette série d’articles ont été résumés dans « A propos de la villa et du manse dans les sources méridionales du haut Moyen Age », Annales du Midi, 1984, p. 85-91) ; 2) « Les pagenses, notables et fermiers du fisc durant le haut Moyen Age », Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 1987, p. 237-256. Ces deux contributions seront désormais respectivement abrégées en Magnou-Nortier, « La terre », et Magnou-Nortier, « Pagenses ». Nous n’ignorons pas, bien sûr, l’importante œuvre de Jean Durliat dans ce domaine, mais nous n’y ferons pas directement référence du fait qu’il n’a pas (encore) étendu ses recherches au-delà de l’an mil, ni sur les terres gasconnes.

2 L’analyse du cartulaire de Lézat a conduit Paul Ourliac à se rallier de façon nuancée à l’interprétation proposée par E. Magnou-Nortier (cf. « Le peuplement de la haute vallée de la Garonne vers l’an Mil », dans Cadres de vie et société dans le Midi médiéval. Hommage à Charles Higounet, Annales du Midi, 102 (1990), p. 121-135, n.18).

3 Sont seulement données ici les références des cartulaires cités dans le corps de l’article. Auch : C. Lacave-Laplagne-Barris, Cartulaire noir du Chapitre de l’église métropolitaine Sainte-Marie d’Auch, Paris-Auch, 1894 (Arch. hist. de la Gascogne, 3). Berdoues : J.-J. Cazauran, Cartulaire de l’abbaye de Berdoues, La Haye, 1905. Bigorre : Cartulaire de Bigorre, Arch. dép. des Pyr. Atlantiques, E 368. Bonnefont : C. Samaran, C. Higounet, Recueil des actes de l’abbaye cistercienne de Bonnefont-en-Comminges, Paris, 1970. Gimont : A. Clergeac, Cartulaire de l’abbaye de Gimont, Paris-Auch, 1905 (Arch. Hist. de la Gascogne, 9). Lucq : L. Barrau-Dihigo, R. Poupardin, « Cartulaire de Saint-Vincent-de Lucq », Revue du Béarn et du Pays-Basque, Pau, 1904. Madiran : Cartulaire de Madiran, BN, Coll. Doat, t. 152, fo 146-225. Pessan : Cartulaire de Pessan, Arch. dép. du Gers, I 20 805. Saint-Mont : J. de Jaurgain, J. Maumus, Cartulaire du prieuré de Saint-Mont, Paris-Auch, 1904 (Arch. Hist de la Gascogne, 7) ; C. Samaran, « Le plus ancien cartulaire de Saint-Mont », dans BEC, 110 (1952), p. 5-56. Saint-Pé : G. Balencie, Annuaire du petit Séminaire de Saint-Pé, 1881-1887, passim. Saint-Savin : A.Meillon, Histoire de la vallée de Cauterets, 1, Les origines, le cartulaire, Cauterets, 1920. Saint-Sever : E. Nortier, « Documents transcrits à la fin du Beatus », dans Saint-Sever, millénaire de l’abbaye, Mont-de-Marsan, 1985, p. 110-127. Sorde : P.Raymond, Cartulaire de l’abbaye Saint-Jean de Sorde, Paris-Pau, 1873. Ont été, en outre, dépouillés les cartulaires de Condom, La Case Dieu, La Réole, Lavedan, Sèregrand, Simorre, ainsi que les chartes éparses de Gabas, Larreule, Lescar, Sauvelade..., publiées au titre de Preuves par Marca, Histoire de Béarn, Paris, 1640 ; réed. V. Dubarat, 2 vol., Pau, 1894-1913.

4 Sur l’aire de diffusion respective du manse et du casai, voir X. Ravier, « Sur les dénominations des jardins en gallo-romain méridional », dans FLARAN 9, Jardins et vergers en Europe Occidentale, Auch, 1989, p. 269-280.

5 Saint-Mont (Jaurgain), acte 30 (1068) ; Sorde, acte 175 (XIIe s), entre autres exemples.

6 Berdoues, acte 233 (1151). Dans le même cartulaire actes 91, 94, 169, 241, 457, 660, 668, 686, 757, 773, 794, 804.

7 Auch, Cart. Noir, acte 159 (1234).

8 Gimont, II, acte 106 (1151). Même formulation dans Berdoues, actes 686 et 695.

9 L’opposition ne manque d’ailleurs pas parfois d’ambiguïté, ainsi quand vers la fin du XIe siècle, le seigneur de Bernède fait un acte videntibus omnibus famulis suis tam militibus quam et jam paisiis (Saint-Mont [Jaurgain], acte 87-7).

10 On rencontre par exemple, au fil des actes, un rustre abbé (Madiran fo 173), un autre s’appropriant une église (Sorde, charte 92), assassinant un ermite (Saint-Sever, acte 4), faisant comparaître les larrons devant la curia de son casai (Sorde, charte 142) ; se rebellant contre l’abbé de Saint-Pé (Annuaire, 1885, p. 262-263) ; et des homines, dans un village, susceptibles de s’opposer collectivement à l’initiative d’un seigneur (Cart. de Bigorre, fo 12 : et si...homines qui tenent casales in Polzag nolebant facere ullas divisiones cum Otone, aciat omnes placitos cum eis...).

11 Il s’agit du censier de Sainte-Suzanne. Le nom de ce casai correspond à un blanc (BN, Ms lat. NA 182, P 37), mais est aisément idendifiable par le nom de son possesseur, Bernard de La Cassie, et par la liste récapitulative des casaux donnée vers la fin de l’acte.

12 A l’inverse, à Saint-Mont, l’identification casal-rustre est totale, au point de trouver des formules du genre mansum id est rusticus (Jaurgain, no 70, fin XIe s.).

13 Un exemple : l’acte 500 du cartulaire de Berdoues (2e moitié du XIIe s.). Un certain Bonet de Cesmeadas vend à l’abbaye son casai pour la somme de 15 sous, et il est stipulé que pro tenentia autem casalis ejus Bonetus solebat esse pagisius (fratrum), XlI denarios annuatim eis faciens...et nunc pro firmatione casalis hujus liber effectus est. L’affaire s’éclaire si on admet qu’en vendant la charge de son district fiscal, Bonet est libéré du servicium qui s’y attachait.

14 À cet égard, le cartulaire de Lézat (éd. P. Ourliac, A.-M. Magnou, Paris, 1984-1987) apparaît comme le « chaînon manquant » entre le Languedoc et la Gascogne. Cf. l’analyse qu’en fait P. Ourliac dans l’article cité supra, note 2.

15 De même, la présence de fidéjusseurs dans les transactions mettant en jeu les casaux, preuve de leur nature fiscale selon E. Nortier, est loin d’être générale. De plus, cette pratique, extrêmement banale, n’est peut-être pas significative. Cf. l’acte 118 du cart.de Berdoues (1210), un des rares exemples où des homines, notables ruraux, sont explicitement mis en charge de percevoir l’impôt : l’impôt est prévelé sur un castrum, de façon temporaire, et les moines se contentent de faire prêter serment aux deux collecteurs.

16 Magnou-Nortier, « La terre », 1982, p. 31-33.

17 Dans le seul cartulaire de Berdoues, voir les actes 3, 154, 158, 160, 161, 192, 227, 243, 376, 701, 757, 769.

18 Magnou-Nortier, « La terre », T982, 34, 58 ; 1984, p. 83 ; le dernier exemple est irréductible à la glose defructus que propose cet auteur (1982, p. 8).

19 Magnou-Nortier, « Pagenses », note 58.

20 Ma recension révèle le même type de diversité que celle qui est évoquée par P. Ourliac à partir du seul cartulaire de Lézat (cf.supra, note 2). Je me borne ici à deux exemples. D’abord, l’acte 43 du cart. de Berdoues où sont simultanément donnés deux casaux ; l’un rend 5 muids de froment, 89 sous, 18 deniers, une poule, un agneau ; le second doit seulement 9 sous et 3 poules. L’acte 149 du cart. de Sorde (ΧΙIe s.) évoque VII villanos tenentes singulos casales communem mensuram casalium villanorum de Bearnio ; or, on observe que le cens qui pèse sur ces casaux (8 conques de froment, 9 d’avoine et 11 deniers morlans), s’éloigne sensiblement de la norme courante de la vicomté. La commune mesure renvoie à l’idée d’une unité de lotissement, et non d’une charge fiscale calibrée. Cf. le travail déjà ancien, mais toujours utile de L. Batcave, « Le servage ou la questalité en Béarn », Rev. hist. du Béarn et du Pays Basque, mai-août 1924, p. 146-201 (part. p. 178 et suiv.).

21 Magnou-Nortier, « La terre », 1984, p. 109-113

22 Magnou-Nortier, ibid.

23 V. supra, note 6. En 1237, il n’existe que 5 casaux dans tout le territoire de la seigneurie de Lafitte (cart. Berdoues, no 505).

24 Les donations de cette époque portent le plus souvent sur un casai unique, qui, fait révélateur, est généralement dépourvu de nom particulier : tel lieu cum uno casale, ou bien unum casale de tel lieu.

25 De même on trouve à Berdoues un casai de Berdoues ; des casaux de Badas dans la villa de Badas (près de Saint-Mont) ; près de Madiran un casai De Casallo, etc. Sur ce point, mon analyse diverge de celle de P. Ourliac pour qui, dans la haute vallée de la Garonne « après l’an mil, les structures foncières ne paraissent pas changer » (op. cit., supra, note 2). Mais cet auteur a observé ailleurs que le casai a d’abord désigné un terroir comportant plusieurs tenures, puis une simple tenure (cf. « Le servage à Toulouse aux XIIe et XIIIe siècles », dans Mélanges...Perroy, 1973, p. 133, note 11).

26 De tels casaux sont attestés dans le cartulaire de Lézat (cf. par ex. l’acte 85).

27 L’existence de ces « casaux de reprise » se laisse precevoir par quelques actes des cartulaires de Saint-Savin (no 41), et Sorde (no 143 et 144), qu’il serait trop long ici d’analyser

28 Lucq, no 7 (vers 1030) : Fuit quidam miles de Avidos nomine Arnaldus Raymundus, qui divisit de sua propria honore unum casalem in quo unum rusticum viveret atque censum perpetualiter redderet...

29 Quelques rares indices permettent d’entrevoir la connexion existant entre ce phénomène, les pratiques successorales, et l’évolution des structures familiales. L’acte 179 du cart. de Sorde (1170) évoque les terres istorum casalium quoque modo dividantur per filios vel filias... L’acte 44 du cart. de Saint-Savin est plus curieux : deux hommes avaient jadis fait donation de leur casai d’Arras, en s’engageant à ce que leurs descendants et autres naturalles du casai versent à l’abbaye la moitié des fruits. Mais advint un étranger, un certain Garsianer, venu épouser une habitante du casai, qui, ayant reconnu le territoire du casai ipsarum terrarum ferre medietatem in proprietate laboravit, et de fructu ipsarum terrarum nihil reddidit.

30 Le présent travail apporte peut-être quelque lumière nouvelle sur les origines de la dualité de désignation de l’exploitation paysanne au bas Moyen Age en Béarn et en Bigorre - casau et ostau - notée par P. Tucoo-Chala, Gaston Fébus et la vicomté de Béarn, Bordeaux, 1960, p. 170 ; et M. Berthe, Le comté de Bigorre. Un milieu rural au bas Moyen Age, Paris, 1976, p. 73-74 et 218-219.

31 En attendant la publication de ce texte par mes soins, cf. la copie collationnée au XVIIIe s. par Daignan du Sendat, Bibl. municipale d’Auch, ms 71, t. 85, p. 443. Il se peut que cette disposition ait été interpolée lors de la mise par écrit des coutumes, en 1248.

32 M. Berganton, « Des Lourdais à l’abbaye de Berdoues », Revue Int.d’onomastique, 1974, p. 258-268. La chronologie de ces censiers fait problème ; X. Ravier, qui prépare l’édition critique du cartulaire de Bigorre, et que je remercie de m’avoir obligeamment fait part de son opinion, penche pour une datation plus haute. En tout état de cause, il y a eu passage d’une fiscalité per casalem à une fiscalité per domum.

33 Le total est sensiblement le même en tenant compte de la disparition des casaux tenus au service d’ost, désormais imposé à l’ensemble des vicini.

34 Le texte précis de la charte est le suivant : hoc iste in villa quae dicitur Hus habetur casale videlicet de Paul, in quo duae hominum continentur mansiones, et aliud parvum casale quod apellatur Bartha.

35 Mon travail, en cours, porte sur deux directions principales : enquête anthroponymique, et enquête de terrain. La fixation des surnoms patronymiques s’opère entre le milieu du XIe et le milieu du XIIe siècle ; les seuls noms de métier devenus patronymes sont ceux d’activités remarquables dans une collectivité (faber > Faur) ; or pagesius > paies n’a donné en Gascogne qu’un nombre infime de noms (villanus et rusticus aucun) : ces désignations concernaient une large masse et non une élite. Par ailleurs, une étude en cours sur le cartulaire de Saint-Mont (à paraître dans les Mélanges Duby), révèle une incontestable volonté de distinction des chevaliers face aux rustres. L’enquête de terrain s’efforce, en s’appuyant sur les listes de cens et les plus anciens cadastres modernes de restituer la texture vraisemblable du peuplement « per casalem ». Les résultats sont concordants : le casai du XIIe siècle ne pouvait regrouper guère plus de 2 à 3 maisons.

36 Pour s’en tenir au seul cartulaire de Sorde, vicini et parrochiani interviennent aux chartes 1 (fecit ecclesiam cum vicinis suis), 25 (judicaverunt parrochiani...ilium indignum esse sacerdotali ministerio), 80, 88, 108, 113, 150, 181.

37 Ce mot recouvre donc une toute autre réalité que dans la Catalogne du XIe s. où il désigne les gardiens de châteaux comtaux (cf. P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle, Toulouse, 1976, t. 2, p. 571).

38 C. Samaran, « Les coutumes inédites de Corneillan (Gers) », Bulletin Philologique et historique..., années 1951-1952 (1953), p. 331-356.

39 Acte XII des chartes de Saint-Sever publiées par E. Nortier, op.cit., note 2, p. 124-126.

40 Celle que révèlent, par exemple, les coutumes de Meilhan, dans le Bazadais (Arch. dép. Pyr.-Atl., E 190). Les premiers habitants, venus des casaux environnants, ont été installés dans le bourg fermé attenant au Castet réservé aux chevaliers (fin XIIe s.). Devenus des borzes (« bourgeois »), ils demeureront un temps bien distincts des altres acasats venus peupler Meilhan ultérieurement. On discerne donc ici aussi une triple hiérarchisation, à la fois sociale, topographique et chronologique.

41 L’hypothèse la plus vraisemblable à mes yeux est qu’il s’agit des fondateurs initiaux, ceux qui, disent les coutumes du Castéra, castrum fecerunt et melioraverunt (E. Cabie, Chartes de coutumes de la Gascogne toulousaine, Paris-Auch, 1884, p. 47).

42 Arch. dép. des Pyr. Atlantiques, E 289, fo 2-3.

43 O. Beylot, « Coutumes de Pouy-Carrejélard », Arch.Hist.de la Gironde, 1887, p. 1-47. En dépit de leur date tardive, ces coutumes paraissent fort archaïques.

44 De sorte que le couple miles-paisius distingué par une notice du cart. de Saint-Mont à la fin du XIe siècle (supra, n. 8) correspondrait au couple caver-caslan que l’on trouve dans la même région et vers la même époque dans le castrum de Corneillan (supra, n. 28)

45 Cette continuité est bien perçue par P. Toulgouat, Voisinage et solidarité dans l’Europe du Moyen Age. Lou besi de Gascogne, Paris, 1981, p. 70 et passim.

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search