Versión clásicaVersión móvil

Village et villageois au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Peuplement et habitats ruraux dans la marche supérieure d’Al-Andalus : l’Aragon

Philippe Sénac

Texto completo

  • 1 Cf. A. Turk, El Reino de Zaragoza en el siglo XI de Cristo (V de la Hégira), Saragosse, 1978 ; M. J (...)

1Eloignée des grands foyers de civilisation islamique que furent Cordoue, Grenade ou Tolède, la vallée de l’Ebre est longtemps restée à l’écart des études consacrées à l’Espagne musulmane. Si l’on met de côté les travaux de F. Codera, ce n’est que depuis une quinzaine d’années que plusieurs chercheurs se sont intéressés à cette région que les auteurs arabes nomment la Marche Supérieure, al-Tagr al-A’la1. Or, si les événements survenus dans cet espace frontalier commencent à s’éclairer, le peuplement musulman reste encore mal connu. Comme dans le reste de la péninsule, ce sont les villes, telles Saragosse, Calatayud ou Daroca, qui attirèrent d’abord l’attention des archéologues et des historiens. Les campagnes ne faisaient l’objet que d’un intérêt secondaire et la présence islamique était essentiellement perçue comme urbaine. Les recherches menées depuis 1985 au nord de l’Ebre ont conduit à remettre en cause cette vision en révélant l’existence de nombreux habitats ruraux et ce sont les premiers résultats de cette enquête que les lignes qui suivent se proposent de retracer brièvement après avoir souligné quelques difficultés d’ordre documentaire...

Les sources et leurs limites

2Dans l’ensemble, les sources arabes relatives aux campagnes aragonaises sont rares. Rédigées par des auteurs issus de milieux urbains et étrangers aux régions qu’ils évoquent, celles-ci sont également imprécises et déformantes : les géographes et les chroniqueurs ne se rapportent généralement qu’aux villes et aux forteresses et, dans l’ensemble, la communauté rurale (al-gama’a) et son lieu de résidence n’apparaissent jamais. À l’exception des données fournies par Al-’Udri au sujet de l’irrigation dans la région de Saragosse ou de l’évocation de la vallée du Cinca, les auteurs arabes se limitent souvent à célébrer en des termes analogues la fertilité des sols et la richesse des cultures aux abords des cités. Ailleurs très utiles, les dictionnaires biographiques d’Ibn Baskuwal ou d’Ibn al-Faradi sont ici d’un apport limité : la plupart des juristes mentionnés sont des citadins, comme les Banu Abi Dirham de Huesca, et les allusions aux campagnes sont d’une extrême rareté.

  • 2 Cf. P. Sénac, « Contribution à l’étude de la Marche Supérieure d’al-Andalus : les husun et le systè (...)
  • 3 Cf. L. Molina, Dikr Bilad al-Andalus, texte arabe traduit sous le nom de Una Descripción anónima de (...)

3Une seconde difficulté réside dans la nature du vocabulaire arabe employé à l’égard des établissements ruraux. Certains sont qualifiés de madina (ville), sans en avoir la fonction, ni l’importance. D’autres sont appelés hisn (forteresse-refuge), mais le terme est sujet à caution puisqu’un même lieu peut-être nommé hisn, qasr, sahra, qala’a ou ma’qil, y compris sous la plume d’un même auteur2. Le terme balad (localité) et son diminutif bulayda sont d’un usage courant, mais ils n’apportent aucun indice sur l’importance ou la physionomie de l’habitat : le géographe Yaqut l’emploie pour Saragosse comme pour de simples bourgades alors que la ville de Huesca est qualifiée de bulayda (petite localité). L’arabe dispose encore de plusieurs mots pour désigner l’habitat rural, tels qarya, traduit par village, day’a, le hameau, et munya qui évoque une résidence installée en dehors de la ville. Or, dans les sources arabes relatives à l’Aragon, ces mots n’apparaissent jamais, si ce n’est sous la plume d’auteurs tardifs comme Al-Himyari ou l’auteur anonyme du Dikr Bilad al-Andalus : selon ce dernier, le territoire de la ville de Fraga comprenait plus de 3000 qura (pl. de qarya) où se tenait le prêche du vendredi (hutba)3.

  • 4 Cf. M. Barceló, Arqueologia Médieval. En las afueras del « medievalismo », Barcelone, 1988, p. 73-8 (...)

4Une autre source d’information est constituée par les nombreux documents latins contemporains de la reconquête. La mention d’un habitat musulman se manifeste toujours implicitement, suivant des modes distincts : soit par la mention d’anciens propriétaires musulmans ou de mosquées, comme à Calasanz, Naval, Estada ou Tamarite, soit par le rappel d’une présence musulmane passée (in tempore de moros...), soit enfin par des allusions à des sièges ou des combats (in anno Deus donnavit nobis, in anno quo fuit preso, in illa assessione de...). L’usage de cette abondante documentation soulève cependant quelques réserves déja soulignées pour d’autres régions par M. Barceló et P. Guichard4 : émanant d’un univers mental différent et inaccoutumé à manier le vocabulaire du vaincu, ces documents déforment souvent les réalités antérieures. L’emploi répété des mots castrum, castellum ou villa tend à trahir la nature des établissements musulmans évoqués en faisant de ceux-ci la réplique des habitats chrétiens des XIe et XIIe siècles. Rédigés au moment de la reconquête, ces documents ne permettent pas non plus d’apprécier l’évolution du peuplement musulman : ils donnent une image instantanée et tardive de l’habitat dans un contexte particulier puisque déjà troublé. Imprécis dans leur rapport, ils interdisent enfin de discerner si le lieu soumis est un simple réduit défensif ou un habitat plus important.

  • 5 Cf. C. Escó, J. Giralt, P. Sénac, Arqueologia Islámica en la Marca Superior de al-Andalus, Saragoss (...)
  • 6 Cf. J. Rey Lanaspa, « La población prehistórica del interfluvio Flumen-Alcanadre », Bolskan, 4 (198 (...)
  • 7 Cf. Actes du II Congreso de Arqueología Medieval Espasñola, 3 vol., Madrid, 1987.

5De nombreuses prospections et plusieurs fouilles archéologiques effectuées dans les provinces de Huesca et de Saragosse ont également permis de découvrir quantité de sites inédits. Les vestiges sont à la fois nombreux et variés, qu’il s’agisse d’éléments architecturaux ou de fragments de céramiques5. Les objets métalliques sont plus rares et, comme dans le reste de la péninsule, les monnaies sont presque totalement absentes. Contrairement à l’idée suivant laquelle, par suite de la quantité réduite de toponymes arabes, ces établissements auraient réoccupé des habitats plus anciens, l’enquête sur le terrain a révélé l’absence de tout vestige antérieur, montrant ainsi qu’il s’agissait bien de nouvelles fondations6. Fondamental, l’apport de l’archéologie suscite pourtant plusieurs difficultés : nombre d’établissements ruraux sont des habitats désertés ou « despoblados », difficiles d’accès voire en partie détruits par suite de l’extension récente des cultures. D’autres, réoccupés après la reconquête, voient leur étude compromise du fait des bouleversements qu’ils subirent au cours des siècles. Il ne subsiste le plus souvent de ces habitats que les secteurs les plus élevés où se dressaient les structures défensives et, de ce fait, le peuplement rural fut longtemps appréhendé sous l’angle de la fortification. Loin d’être limitée à l’Aragon, cette tendance s’est clairement manifestée lors du IIe Congrès d’Archéologie Médiévale Espagnole tenu à Madrid en janvier 1987 où, sur 65 communications concernant Al-Andalus, 6 seulement se rapportaient au peuplement rural et aucune au village7. La dernière difficulté est d’ordre chronologique : les fragments de céramique découverts se rapportent généralement à des pièces des Xe et XIe siècles, y compris en des lieux attestés plus tôt par la documentation écrite. De ce fait, nous ignorons tous des productions antérieures et ce vide constitue un handicap majeur puisqu’il interdit, faute de « repère céramique », d’apprécier l’évolution du peuplement musulman. Une fois souligné le rôle déformant de la tradition orale et du folklore qui attribuent volontiers à l’antiquité romaine la plupart des vestiges subsistants en ne laissant aux « moros » que des « cuevas », il est clair que l’habitat rural d’époque islamique constitue une question délicate, dépréciée et peu étudiée. L’absence de cimetières ruraux est manifeste. Combien d’hommes ? Nous l’ignorons...

Le peuplement rural

6Une fois regroupées, les données issues de l’enquête mettent en évidence l’existence d’un nombre important d’établissements ruraux d’époque islamique : une soixantaine a déjà été repéré dans la région de Huesca, une trentaine dans celle de Barbastro et les premiers sondages réalisés dans la partie occidentale du district de Lérida laissent à penser que le peuplement rural était encore plus dense. La localisation de ces établissements montre que leur situation est liée à plusieurs éléments, à commencer par les conditions naturelles...

7Ces habitats délaissent généralement les zones montagneuses pour s’installer de préférence dans des secteurs d’altitude moindre, au sommet d’une butte ou sur le rebord d’un plateau. Dans cette zone de reliefs sédimentaires, les bancs de grès déterminent la forme et l’extension des habitats. Les buttes-témoins sont utilisées à titre de réduits défensifs et c’est en contrebas, sur une plate-forme rocheuse plus vaste, que les habitations viennent s’installer. L’emploi de matériaux locaux, comme le grès pour les murailles ou les tours et l’argile pour les parois de pisé des habitations, produit souvent un effet de mimétisme, l’habitat se confondant alors avec le paysage comme à Gabarda ou Tubo.

  • 8 Cf. M. de los A. Magallón Botaya, La red viaria romana en Aragón, Saragosse, 1987.

8L’eau joue également un rôle majeur dans la géographie des habitats : non seulement parce que les rivières servent parfois de limites aux districts et qu’une exploitation est souvent bornée par le tracé d’une « acequia », mais surtout parce que nombre d’habitats sont installés le long des cours d’eau, utilisés pour l’irrigation des terres. De manière très révélatrice, alors que les sources arabes n’offrent qu’un nombre limité de toponymes ruraux, les rivières sont presque toutes notifiées : c’est le cas de l’Ebre (nahr Ibru) et du Cinca (wadi al-Zaytun), mais aussi de rivières plus petites, comme le Flumen (nahr Fuluman), le Vero (nahr Baru) ou l’Isuela (nahr Bansa). Certaines ont même conservé le nom qu’elles reçurent en arabe, tels l’Alcanadre (al-Qanatir-les ponts) et le Guatizalema (wadi-Salama-la rivière des Banu Salama). Cette étroite liaison entre l’habitat musulman et l’eau engendra naturellement une nouvelle organisation de l’espace : alors que le peuplement d’époque romaine s’organisait principalement le long des voies orientées ouest-est, à l’exemple de l’axe Osca-Ilerda8, c’est en sens contraire, le long de rivières orientées nord-sud, que se développa la nouvelle occupation du sol, en particulier le long du Cinca et de ses affluents.

  • 9 Cf. P. Sénac, « A la recherche d’une frontière septentrionale d’al-Andalus à l’époque omeyyade : le (...)
  • 10 Cf. E. Lévi-Provençal, La Péninsule ibérique au Moyen Age d’après le Kitab arRawd al-Mi’tar, Leyde, (...)
  • 11 Cf. Al-Qazwini, Cosmographie, Göttingen, 1848, t. 2, p. 369 : « Il y a à Fraga de nombreux abris so (...)
  • 12 Cf. Al-’Udri, Fragmentos Geográfico-Históricos de al-Masalik ila gami’al-Mamalik, éd.’Abd al-’Aziz (...)

9La géographie de ce peuplement résulte également de sa position de frontière. L’ensemble de ces habitats est protégé par toute une série de forteresses qui, s’appuyant sur les sierras, marquent les bornes du tagr. Aucun habitat ne dépasse la ligne formée par ce réseau défensif dont l’existence peut encore être discernée en Catalogne, dans l’ancien district de Lérida. Il s’agit là d’une barrière naturelle et d’une frontière culturelle et linguistique dont la stabilité ne sera remise en cause qu’au XIe siècle, avec les premières offensives chrétiennes9. L’habitat est également caractérisé par son aspect défensif : la plupart des lieux reconnus sont des sites perchés, naturellement défendus, clôturés par une muraille ou dominés par une fortification. Le géographe Al-Himyari relate que dans la plaine de Lérida, chaque ferme (day’a) disposait d’une tour (burg) ou d’un abri souterrain (sirdab), et que les gens des marches (ahl al-tugur) prélevaient de l’argent sur les testaments et les donations pour édifier ces abris10. Un phénomène analogue est attesté par le géographe Al-Qazwini dans la région de Fraga11. Des grottes servant de refuge sont également notifiées dès la fin du VIIIe siècle aux limites septentrionales du district de Barbitaniya, comme celle d’al-Gar où vint se réfugier Bahlul ibn Marzuq12.

  • 13 Cf. A. Ubieto Arteta, Colección Diplomática de Pedro I de Aragon y de Navarra, Saragosse, 1951, doc (...)

10La ville joue enfin un rôle important dans l’organisation du peuplement en secrétant autour d’elle de nombreuses exploitations agricoles. Ces propriétés que les textes latins qualifient de manière imprécise par les mots alhobces, hereditates ou casas, étaient constituées par des champs, des jardins, des vignes et des casaux. Les plus proches d’entre elles seront enserrées peu avant le ΧIe siècle dans un mur de terre (radam), comme à Huesca ou Saragosse. S’il s’avère difficile d’en dresser une description précise, il ne fait guère de doute que ces propriétés appartenaient à des individus résidant en ville, à l’exemple de cet Iben Atalib qui disposait de maisons dans Huesca et de plusieurs biens dans les alentours13.

Les habitats ruraux

  • 14 Cf. C. Escó et P. Sénac, « Un hisn de la Marche Supérieure d’Al-Andalus : Piracés (Huesca) », Mélan (...)
  • 15 Cf. A. Durán Gudiol, Colección Diplomática de la Catedral de Huesca, t. 1, Saragosse, 1965, doc. no(...)
  • 16 Cf. A. Durán Gudiol, op. cit., doc. no 170, 1145, p. 194 : « ... in Torres qui est propre Almunien (...)

11Tenter de discerner au sein de cet ensemble une typologie est extrêmement difficile par suite de l’extrême diversité de ces habitats : on rencontre d’abord de grosses bourgades, comme Fraga ou Monzón, parfois qualifiées de villes à la suite de l’essor qu’elles connurent aux Xe et ΧIe siècles. On observe également des lieux associant un refuge fortifié à un habitat, comme Piracés14. L’enquête révèle encore l’existence de lieux à vocation défensive, comme Alberuela de Tubo, et quantité d’établissements qualifiés d’almunias. On ne rencontre enfin la présence d’un « albacar » qu’en de très rares occasions, comme à Ejea de los Caballeros en 111415, ou à Torres de Barbués, en 114516. Une étude comparée des sources écrites et des données du terrain montre cependant que trois types d’établissements semblent avoir dominé le paysage : les husun, les hameaux fortifiés et les almunias...

  • 17 Cf. A. Ubieto Arteta, op. cit., doc. no 7, janvier 1090, p. 217-218 : « Et similiter dono tibi illa (...)
  • 18 Cf. J. M. Lacarra, Documentas para el Estudio de la Reconquista y Repoblación del Valle del Ebro, S (...)
  • 19 Cf. A. Ubieto Arteta, op. cit., doc. no 112, mai 1102, p. 367 : « ...et afirmo tibi tuas casas quas (...)
  • 20 Cf. P. Sénac et C. Escó, « Une forteresse de la Marche Supérieure d’al-Andalus, le hisn de Sen et M (...)
  • 21 Cf. C. Escó et P. Sénac, « Bolea (Huesca) : una fortaleza de la Marca Superior de Al-Andalus », Bol (...)

12Les husun sont des établissements anciens, mentionnés avant le début du Xe siècle, parfois même plus tôt, à l’exemple d’Alquézar, cité dès le début du IXe siècle. Les sources arabes en fixent une dizaine dans la région de Huesca, six dans celle de Barbitaniya et une quinzaine dans celle de Lérida. À la différence d’espaces plus méridionaux, le mot hisn ne semble pas avoir été conservé dans la toponymie après la reconquête : on ne le devine que dans quelques documents relatifs à Monzón17, San Esteban de Litera18 et Sariñena19, sous les formes « alhizen », « alhiçém » et « alluzem ». Certaines de ces forteresses sont avant tout des défenses frontalières : placées dans des secteurs que les auteurs arabes nomment parfois la Marche Extrême (al-Tagr al-Aqsa), il s’agit alors de véritables nids d’aigles, comme la Pena de San Miguel20. Dominant des vallées encaissées d’où pourrait surgir l’ennemi, elles ont peut-être également pour fonction la surveillance des rivières afin d’assurer l’approvisionnement en eau des espaces irrigués situés plus au sud. Dans d’autres cas, il s’agit de bourgades fortifiées, installées au cœur de riches terroirs agricoles, comme Bolea, où Al-’Udri évoque des maisons et des moulins à l’intérieur d’une belle muraille21. Dans d’autres cas enfin, le hisn est surtout un espace refuge, comme à Gabarda : l’habitat est alors dominé par une vaste plate-forme sommitale où l’on observe des citernes et des silos mais en revanche peu de traces de constructions.

  • 22 Cf. Al-’Udri, op. cit., p. 55.

13Au-delà de ces différences, les husun présentent néanmoins de réelles analogies : tous occupent des reliefs élevés et fortement individualisés qui font d’eux des lieux stratégiques de premier ordre. Leur valeur défensive est telle qu’ils furent souvent l’objet de sièges et de combats prolongés lors de la reconquête et il n’est pas rare de les voir résister après la chute de la ville dont ils assuraient la défense : à titre d’exemple, Huesca tombe en 1096, mais Bolea et Piracés résistent jusqu’en 1101 et 1103. Leur répartition à l’intérieur du district laisse supposer que ces husun formaient des chefs-lieux de petits territoires d’étendue variable, mais difficilement perceptible car la reconquête bouleversa complètement les divisions administratives antérieures. Sur la base des distances séparant ces forteresses, on peut seulement avancer que ces territoires pouvaient atteindre une centaine de km2. Excepté dans certains cas où l’observation est particulièrement délicate, comme à Olvena ou la Pena de San Miguel, tous sont également associés à un habitat rural situé en contrebas. Si l’on en juge par la quantité de vestiges que l’on peut y rencontrer et le nombre d’anciens occupants musulmans mentionnés lors des transferts de propriétés survenus après la reconquête, ces établissements devaient regrouper une population villageoise importante, en particulier à Piracés où le chroniqueur Al-’Udri mentionne une forte densité de peuplement et la présence d’une grande mosquée (al-masgid al-gami’a)22. En somme, points d’appui d’un pouvoir régional, ces husun répondaient également à la fonction de refuge des communautés rurales qui résidaient aux alentours.

  • 23 Cf. P. Sénac, « Une fortification musulmane au nord de l’Ebre : le site de La Iglesieta », Archéolo (...)

14Les hameaux fortifiés : ignorés des sources arabes, ces établissements sont constitués par des sites de superficie plus réduite et d’un intérêt stratégique moindre qui associent le plus souvent une petite fortification dressée sur une butte gréseuse à un petit habitat groupé, situé en contrebas, le plus souvent au sud. Gravitant autour d’un hisn, ces lieux constituaient le lieu de résidence de petits propriétaires possédant des maisons, des terres de labours, des jardins ou des vignes. Définir les rapports qu’entretenaient ces communautés rurales avec le pouvoir local est une question sur laquelle nous ne disposons d’aucune information. On notera seulement qu’il n’est pas certain que les ouvrages fortifiés qui dominaient ces habitats aient tous été destinés à la protection de la communauté. Trop étroits pour servir de refuge ultime, certains apparaissent davantage comme la matérialisation d’un pouvoir local. Le site de « La Iglesieta » (Usón) en fournit un bon exemple : cette petite fortification qui domine d’une dizaine de mètres un réseau serré d’habitations est citée en 1103 sous le nom de tour de « Alcait Almelch » (al-qa’id al-malik). La qualité de l’ouvrage fortifié, la similitude de l’appareil avec un modèle urbain d’époque omeyyade observé à Huesca et sur plusieurs sites de la région, l’exiguïté des lieux et la présence d’un officier (qa’id) conduisent à penser qu’il s’agissait plutôt d’un édifice destiné à l’encadrement d’une communauté rurale au moyen d’une petite garnison23.

  • 24 Cf. A. Ubieto Arteta, op. cit., doc. no 9, v. 1090, p. 219-220 et doc. no 11, juin 1092, p. 221-222

15Le troisième groupe d’établissements ruraux sont des lieux nommés « almunias » par les textes latins de la seconde moitié du ΧIe siècle. La cartographie des mentions relevées montre que ces établissements étaient installés dans des zones irriguées, aux abords des villes, comme Huesca, Barbastro ou Monzón, mais aussi à distance des cités, dans la Sotonera, la Litera ou dans les environs d’un hisn. Elles apparaissent surtout avec une extrême densité dans la région de Monzón où quelques documents de la fin du XIe siècle en signalent plusieurs dizaines24.

  • 25 L’exemple de l’almunia d’Ariestolas, à quelques kilomètres au nord de Monzón, livrée et en partie v (...)
  • 26 Cf. A. Ubieto Arteta, ibid, doc. no 68, juillet 1099, p. 306 et doc. no 72, novembre 1099, p. 312.
  • 27 Cf. J. M. Lacarra, op. cit., doc. no 30, décembre 1107, p. 45.
  • 28 Cf. A. Durán Gudiol, op. cit., doc. no 68, mars 1098, p. 95.

16L’association répétée du mot almunia à un nom de personne montre qu’il s’agit de domaines privés d’origine probablement récente et non de « village » dont les terres et les maisons auraient appartenues à plusieurs propriétaires25. Ceux-ci appartenaient à des personnages résidant en ville ou dans le bourg voisin, à l’exemple de Ibem Barbicula, propriétaire d’une almunia, de maisons dans Barbastro et dont une tour portait encore le nom à l’extérieur de la ville en 109926. Un autre document, daté de l’année 1107, fait encore allusion à l’almunia de Yben Alfachi, un musulman qui disposait également de maisons dans le hisn de Tamarite27. Quelques-uns des noms portés par ces almunias (« Amil », « çaalmedina », « Yben Alfachi »...) conduisent à supposer qu’elles appartenaient à une petite aristocratie occupant des fonctions administratives ou religieuses. Dans le cas de l’almunia d’Alcoraz, au sud de Huesca, c’étaient les souverains eux-mêmes qui y détenaient des biens28.

  • 29 Cf. P. Guichard, Structures sociales « orientales » et « occidentales » dans l’Espagne musulmane, P (...)
  • 30 Cf. C. Barceló, « Toponymie tribale ou familiale et organisation de l’espace dans l’aire Valencienn (...)
  • 31 Cf. L. Ariño Rico, Repertorio de nombres geogróficos : Huesca, Saragosse, 1980.
  • 32 Cf. A. Ubieto Arteta, op. cit., doc. no 11, juin 1092, p. 221 ; Archive de la Catedral de Lérida, L (...)

17Les noms portés par certains de ces établissements, comme Binaced ou Binéfar, confirment bien la présence de domaines privés : à la différence des toponymes « gentilices » de la région de Valence étudiés par P. Guichard où ceux-ci traduisent l’existence de structures claniques ou tribales29, ils ne sont pas formés du préfixe « béni », transcription de banu ou bani, mais du préfixe « biné », transcription de ibn (fils de), et c’est d’ailleurs ainsi qu’ils apparaissent dans les sources latines, sous la forme « Avinaced » et « Avinefar ». La toponymie confirme encore l’existence de structures foncières particulières dans cette région : on sait que le mot arabe rahal se rapporte à un type d’exploitation qui correspond à une propriété privée (mas, bergerie...) ou encore à un domaine d’un seul tenant30. Or, les 17 mentions de ce toponyme dans la province de Huesca sous la forme « los rafales » sont précisément localisées au sud de Μοnzόη : 16 dans la zone d’Esplus et 1 dans celle d’Albalate de Cinca31 (fig. 1). Le vocable apparaît même quelquefois dans les documents concernant cette région, en 1089 et 1092, sous les formes « Arraal » et « Arraphals »32...

  • 33 Cf. A. Bazzana, P. Cressier et P. Guichard, Les châteaux ruraux d’Al-Andalus, histoire et archéolog (...)

18L’étude des habitats ruraux de l’Aragon musulman fait donc apparaître des établissements distincts qui traduisent probablement des structures foncières différentes. Dans certains cas, comme la « hoya » de Huesca, le peuplement se présente sous la forme de hameaux fortifiés gravitant autour d’un hisn. Dans d’autres cas, comme au ΧIe siècle dans la région de Monzón, prédominent des exploitations nommées almunias. L’étude révèle encore la présence de propriétés privées et de casaux à la périphérie des villes. En somme, à la veille de la reconquête, il n’existe pas de modèle de peuplement dans l’Aragon musulman : la variété des milieux géographiques, la plus ou moins grande proximité de la « frontière » et la présence d’une aristocratie urbaine suscitèrent des formes distinctes d’occupation du sol au sein desquelles le « village », tel qu’on le définit dans l’Occident chrétien, apparaît mal. En déduire qu’à la différence d’autres régions d’Al-Andalus la communauté villageoise n’eut ici qu’un rôle secondaire serait très excessif33 et c’est naturellement vers celle-ci qu’il conviendra d’orienter l’enquête. Si les renseignements fournis à cet égard sont rares, il serait donc temps de délaisser le « château » pour diriger la recherche archéologique vers ces hameaux qui, peu « touristiques », n’en constituent pas moins la résidence habituelle de la majorité des populations rurales.

19Au-delà de cette diversité, et comme dans l’Andalousie, le Levant ou les Monts de Tolède étudiés par J. P. Molénat, la reconquête engendra un bouleversement notable dans l’organisation du peuplement. Devenus inopérants au regard d’une frontière située maintenant au sud et inadaptés aux nouvelles données économiques et sociales, les husun furent généralement abandonnés. Ailleurs, l’habitat musulman fut délaissé et c’est en contrebas ou à quelque distance des anciens établissements que vinrent s’installer les communautés villageoises, comme à Marcén (fig. 2). En revanche, nombre d’almunias continuèrent d’être occupées et la plupart de celles mentionnées autour de Monzón à la fin du XIe siècle passèrent aux mains de compagnons du roi d’Aragon, Pedro I.

Anexos

Un exemple d’abandon d’habitat après la reconquête : Marcén (Huesca)

Notas

1 Cf. A. Turk, El Reino de Zaragoza en el siglo XI de Cristo (V de la Hégira), Saragosse, 1978 ; M. J. Viguera, Aragon musulmán, 2e éd., Saragosse, 1988.

2 Cf. P. Sénac, « Contribution à l’étude de la Marche Supérieure d’al-Andalus : les husun et le système défensif de Huesca », dans Actes du colloque Le millénaire d’Hugues Capet, Barcelone, 1-5 juillet 1987, (à paraître).

3 Cf. L. Molina, Dikr Bilad al-Andalus, texte arabe traduit sous le nom de Una Descripción anónima de al-Andalus, Madrid, 1983, t. 1, p. 72. À titre de complément, on observera que le mot arabe qarya et son dérivé castillan alqueria sont absents de toute la documentation médiévale et de la toponymie régionale. À l’exception des 3000 qura de la région de Fraga évoquées plus haut, on ne le discerne que chez Al-’Udri pour désigner Selgua, petite localité située à une quinzaine de kilomètres au sud de Barbastro, à l’occasion du récit légendaire des aventures de Bahlul ibn Marzuq à la fin du VIIIe siècle. Le contexte dans lequel apparaît le mot correspond cependant mal à l’existence de puissantes communautés rurales, mais plutôt à celle d’un groupe de paysans opprimés par les Banu Salama et leurs représentants, dont un gérant (‘amil) qui imposait aux habitants de durs travaux et les soumettait à toute sorte d’obligations et de devoirs.

4 Cf. M. Barceló, Arqueologia Médieval. En las afueras del « medievalismo », Barcelone, 1988, p. 73-87 ; P. Guichard, « Le problème des structures agraires en Al-Andalus avant la conquête chrétienne », dans Andalucía entre Oriente y Occidente (1236-1492), Cordoue, 1988, p. 162.

5 Cf. C. Escó, J. Giralt, P. Sénac, Arqueologia Islámica en la Marca Superior de al-Andalus, Saragosse, 1988.

6 Cf. J. Rey Lanaspa, « La población prehistórica del interfluvio Flumen-Alcanadre », Bolskan, 4 (1987), p. 67-131. S’il n’est pas rare de rencontrer des vestiges d’occupation humaine antérieure à proximité des établissements musulmans, nous n’avons encore observé qu’un seul cas de « réoccupation » partielle : à Gabarda (Huesca), la partie basse de la forteresse recouvrait ainsi un gros habitat antique, abandonné vers le milieu du premier siècle après J. C.

7 Cf. Actes du II Congreso de Arqueología Medieval Espasñola, 3 vol., Madrid, 1987.

8 Cf. M. de los A. Magallón Botaya, La red viaria romana en Aragón, Saragosse, 1987.

9 Cf. P. Sénac, « A la recherche d’une frontière septentrionale d’al-Andalus à l’époque omeyyade : les husun du Tagr al-Aqsa », dans Actes du colloque Frontière, peuplement et habitat dans le monde méditerranéen au Moyen Age, Erice, 18-25 septembre 1988, (à paraître).

10 Cf. E. Lévi-Provençal, La Péninsule ibérique au Moyen Age d’après le Kitab arRawd al-Mi’tar, Leyde, 1938, p. 202-203.

11 Cf. Al-Qazwini, Cosmographie, Göttingen, 1848, t. 2, p. 369 : « Il y a à Fraga de nombreux abris souterrains qui servent aux habitants à se protéger contre l’ennemi en cas d’attaque de sa part. Chaque abri consiste en un puits d’orifice étroit et qui va en s’élargissant vers le bas. Au fond se trouvent de nombreuses galeries séparées les unes des autres à la manière de celles d’un terrier de gerboise : on ne peut, de la surface du sol, parvenir directement à ces galeries, et l’agresseur n’ose pas y pénétrer. Si ce dernier enfume le puits d’accès, les réfugiés pénètrent à l’intérieur des galeries et en ferment les portes, pour attendre que la fumée se soit dissipée. En prévision du cas où l’ennemi comblerait le puits d’accès, le souterrain possède une autre communication avec l’extérieur, par laquelle les réfugiés peuvent sortir. Ces souterrains s’appellent chez eux al-fugug ».

12 Cf. Al-’Udri, Fragmentos Geográfico-Históricos de al-Masalik ila gami’al-Mamalik, éd.’Abd al-’Aziz al-Ahwani, Madrid, 1965, p. 27 et 61. Il serait intéressant de comparer ces données avec les speluncae évoquées par P. Bonnassie dans la Catalogne de l’an mil, où « les premiers villages ne sont rien d’autre que des groupements d’abris troglodytes accrochés au flanc des falaises calcaires » (cf. La Catalogne du milieu du Xe siècle à la fin du XIe siècle, croissance et mutations d’une société, Toulouse, 1976, t. 1, p. 122).

13 Cf. A. Ubieto Arteta, Colección Diplomática de Pedro I de Aragon y de Navarra, Saragosse, 1951, doc. no 48, mars 1098, p. 280. Il devait s’agir d’un personnage vraisemblablement important puisqu’une mosquée du nom d’iben Atalib est également mentionnée dans la ville de Huesca en décembre 1097 (cf. doc. no 42, p. 270-271).

14 Cf. C. Escó et P. Sénac, « Un hisn de la Marche Supérieure d’Al-Andalus : Piracés (Huesca) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 23 (1987), p. 125-150.

15 Cf. A. Durán Gudiol, Colección Diplomática de la Catedral de Huesca, t. 1, Saragosse, 1965, doc. no 115, avril 1114, p. 139 : « ...et dono tibi in illo albacar de illo castello unas bonas casas ».

16 Cf. A. Durán Gudiol, op. cit., doc. no 170, 1145, p. 194 : « ... in Torres qui est propre Almunien tota illa parte qui fuit de senior Sancio Iohannis suo pater per nomine illa quarta parte de illa torre et de albacare et de casales et de terras et de termino heremo et populato ».

17 Cf. A. Ubieto Arteta, op. cit., doc. no 7, janvier 1090, p. 217-218 : « Et similiter dono tibi illas kasas quas habes in illo alhizen de illo kastello... ».

18 Cf. J. M. Lacarra, Documentas para el Estudio de la Reconquista y Repoblación del Valle del Ebro, Saragosse, 1982, doc. no 48, mars 1116, p. 62 : « ...et concedo uobis in illo alhiçém de illo castello locum bonum ubi faciatis casas bonas quales meliores potueritis eis facere... ».

19 Cf. A. Ubieto Arteta, op. cit., doc. no 112, mai 1102, p. 367 : « ...et afirmo tibi tuas casas quas te feceris in illo alluzem de illo castello... ».

20 Cf. P. Sénac et C. Escó, « Une forteresse de la Marche Supérieure d’al-Andalus, le hisn de Sen et Men (Province de Huesca) », Annales du Midi, 100/181 (1988), p. 17-33.

21 Cf. C. Escó et P. Sénac, « Bolea (Huesca) : una fortaleza de la Marca Superior de Al-Andalus », Bolskan, 4 (1987), p. 147-174.

22 Cf. Al-’Udri, op. cit., p. 55.

23 Cf. P. Sénac, « Une fortification musulmane au nord de l’Ebre : le site de La Iglesieta », Archéologie Islamique, 1 (1990), p. 123-145.

24 Cf. A. Ubieto Arteta, op. cit., doc. no 9, v. 1090, p. 219-220 et doc. no 11, juin 1092, p. 221-222.

25 L’exemple de l’almunia d’Ariestolas, à quelques kilomètres au nord de Monzón, livrée et en partie vendue aux chrétiens par un musulman nommé Hotmen, montre bien qu’il s’agissait là d’un type d’établissement particulier (cf. A. Ubieto Arteta, ibid, doc. no 12, décembre 1093, p. 222).

26 Cf. A. Ubieto Arteta, ibid, doc. no 68, juillet 1099, p. 306 et doc. no 72, novembre 1099, p. 312.

27 Cf. J. M. Lacarra, op. cit., doc. no 30, décembre 1107, p. 45.

28 Cf. A. Durán Gudiol, op. cit., doc. no 68, mars 1098, p. 95.

29 Cf. P. Guichard, Structures sociales « orientales » et « occidentales » dans l’Espagne musulmane, Paris-La Haye, 1977, p. 328 et suivantes.

30 Cf. C. Barceló, « Toponymie tribale ou familiale et organisation de l’espace dans l’aire Valencienne à l’époque musulmane », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 40 (1985), p. 29-38 ; P. Guichard, « A propos des rahals de l’Espagne orientale », Miscelanea Médieval Murciana, 15 (1989), p. 10-23.

31 Cf. L. Ariño Rico, Repertorio de nombres geogróficos : Huesca, Saragosse, 1980.

32 Cf. A. Ubieto Arteta, op. cit., doc. no 11, juin 1092, p. 221 ; Archive de la Catedral de Lérida, Libre Verde, fo . 14, août 1089.

33 Cf. A. Bazzana, P. Cressier et P. Guichard, Les châteaux ruraux d’Al-Andalus, histoire et archéologie des husun du sud-est de l’Espagne, Madrid, 1988.

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search