Version classiqueVersion mobile

Village et villageois au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-propos

Michel Balard

Texte intégral

1Le XXIe Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public s’est tenu à Caen en juin 1990. Nul ne s’étonnera que dans cette ville universitaire renommée, berceau de l’archéologie médiévale en France, notre Société ait choisi pour ses débats un thème que les archéologues médiévistes ont profondément renouvelé au cours des dernières décennies : « Villages et villageois au Moyen Age ».

2D’entrée de jeu, comme le souligne Adriaan Verhulst, se pose le problème des origines et de la formation du village, entendu comme un ensemble fonctionnel et communautaire, et non comme la simple juxtaposition géographique de bâtiments d’exploitation et de maisons rurales. Faut-il, en l’absence de sources écrites, attendre le Xe siècle pour voir naître un village stable, avec un terroir ordonné et articulé ? ou plutôt anticiper, en étant sensible au « frémissement » carolingien ? Problème d’origine donc, mais aussi de lien avec le cadre des paroisses, avec le château ou la motte. Rien, ou presque, n’est définitivement acquis.

3Mieux vaut, par modestie, s’intéresser à des cas concrets, à des régions restreintes, bien éclairées par un faisceau de sources : les husun de la marche supérieure d’Al-Andalus, les casaux et les bastides de Gascogne, les villages du Nord ou du diocèse de Coutances. On y voit vivre les villageois, périr ou se développer leur milieu de vie, s’épanouir les convivialités ou les violences quotidiennes. On y voit surtout une diversité extrême, qui oblige à refuser toute synthèse globalisante, toute généralisation hâtive.

4D’autant que les historiens des textes ne peuvent se passer de l’archéologie et d’une iconographie bien comprise. Elle seule restitue le cadre de la maison, la quotidienneté des villageois dans leur labeur et les liens étroits qu’ils entretiennent avec la terre.

5Avons-nous traité le sujet, à tout le moins dressé l’inventaire des problèmes et apporté quelque élément de réponse ? Au lecteur d’en juger. Après tant de colloques sur le village médiéval, qui rassemblait, faut-il le rappeler, plus des quatre cinquièmes de la population, notre Congrès aura permis au moins d’approcher ce qui constituait l’essentiel du Moyen Age.

6Que tous nos collègues de Caen soient remerciés pour cette rencontre fructueuse, qu’ils ont su organiser avec minutie et cordialité !

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search