Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Anciens et des Modernes

 | 
Mouza Raskolnikoff

Caius Gracchus ou la révolution introuvable

Historiographie d'une « révolution »

Texte intégral

1En attribuant à Caius Gracchus la volonté de « détruire l’aristocratie et [d’]instaurer la démocratie », le texte diodoréen (Bibliothèque historique, 34/35, 25, 1) se situe au cœur d’une série de problèmes liés à la typologie antique des formes de gouvernement. Au niveau de la théorie, il se réfère en effet au topos du classement des divers systèmes politiques et à la question de la nature et des modalités du passage d’un régime à un autre. Au niveau des réalités propres à l’histoire de Rome, il évoque d’une manière polémique le thème de l’équilibre des pouvoirs à l’intérieur de la ciuitas et suit une tradition conforme à l’idéologie de l’aristocratie sénatoriale. Selon celle-ci, Caius fut à l’origine d’une véritable révolution qui mit en place une ochlocratie de type polybien. Ainsi, le thème de la « révolution romaine » est déjà présent dans l’historiographie antique et se situe dans la perspective de ce que Cicéron appelle les orbes et quasi circuitus in rebus publicis commutationum et uicissitudinum (De re publica, 1, 45).

2Cette problématique complexe, qui parcourt l’œuvre d’un Machiavel et d’un Bodin par exemple, retrouve une actualité singulière dans l’historiographie française du xviiie siècle. Les « révolutions de Rome » s’insèrent dans le cadre d’une réflexion générale sur le pouvoir, réflexion qui prend appui sur les catégories aristotéliciennes de monarchie, d’aristocratie et de démocratie. Dans ce contexte, l’aventure des Gracques fait l’objet d’interprétations diverses, qui témoignent de la puissance de renouvellement d’une réalité historique susceptible de se couler dans le moule des thèmes en vogue. C’est seulement parce qu’ils ont été remodelés par l’idéologie de la Révolution que les deux tribuns de la plèbe sont devenus à nouveau des figures vivantes, en mesure d’enflammer les imaginations et de concrétiser les espoirs d’un Gracchus Babeuf.

1. La conjuration des Gracques

  • 1 Sur l’abbé de Saint-Réal (1643-1692), voir G. Dulong, L’Abbé de Saint-Réal. Élude sur les rapports (...)

3En 1695, le libraire Claude Barbin donne au public la seconde partie des Œuvres posthumes de l’abbé de Saint-Réal, qui s’ouvre par une étude au titre prometteur : La Conjuration des Gracques. Peu importe que cet écrit, comme d’ailleurs tous ceux qui composent les trois volumes des Œuvres posthumes, soit dû en réalité à l’habileté d’un faussaire, qui sut exploiter à la fois la célébrité de l’auteur de Don Carlos ou de la Conjuration des Espagnols contre la République de Venise et sa réputation de fin connaisseur de la République romaine1. Peu importe aussi que La Conjuration des Gracques reprenne fidèlement la narration de Plutarque et qu’en définitive aucun élément de la reconstitution proposée au lecteur ne permette de définir l’activité politique des Gracques comme un complot. Mais il est significatif que par ce titre même la matière romaine est intégrée au thème de la conspiration, devenu une véritable catégorie historique dans la seconde moitié du xviie siècle.

  • 2 Si l’on néglige la Conjuration de Conchine, attribuée à P. Mathieu par Barbier (cf. A.-A Barbier, (...)
  • 3 Cf. par exemple Saint-Réal, De l’Usage de l’Histoire, Paris, 1671, p. 4, qui définit sans ambiguït (...)

4Les diverses Conspirations et Conjurations qui fleurissent entre 1656 et le début du xviiie siècle ne sont pas seulement le reflet d’une mode superficielle, mais correspondent à une vision originale de la réalité historique2. Celle-ci est déchiffrée à travers un épisode privilégié, découpé dans la continuité du temps et choisi de façon à constituer un système clos, dans lequel il sera possible d’observer quasi scientifiquement les mécanismes secrets des actions humaines, principal objectif de l’historien3, et de trouver matière à un enseignement moral et politique. On reconnaît l’influence de la Conjuration de Catilina : l’œuvre sallustéenne fait bien évidemment figure de modèle en la matière.

  • 4 Saint-Réal, La Conjuration des Espagnols..., in Œuvres de l'abbé de Saint-Réal, nouvelle édition, (...)
  • 5 On sait que Machiavel, dans le chap. VI de la3e partie des Discours sur la première Décade de Tite (...)
  • 6 E. Le Noble, De la Conjuration des Pazzi..., préface (sans pagination).

5Pour l’abbé de Saint-Réal, les conjurations sont « les endroits de l’Histoire les plus moraux et les plus instructifs »4. E. Le Noble, surtout connu en tant que romancier fécond, affirme dans la préface de la Conjuration des Pazzi contre les Médicis qu’il souhaite offrir à son public « un traité politique des conspirations » fondé sur les thèses de Machiavel5. Et il résume ainsi son projet : « ... j’ay choisi dans les grands Autheurs les intrigues secrètes des plus fameuses conjurations et je les ay reduites en petites Histoires particulières, dans lesquelles (...) j’espère qu’on trouvera tout ce que la politique la plus fine et la plus délicate a de conduite pour l’exécution d’un grand dessein »6. C’est dans cette optique que, s’attaquant à l’histoire romaine, il compose Epicaris ou l’histoire secrète de la conjuration de Pison contre Néron.

  • 7 Dans la Conjuration de Nicolas Gabrini, dont les premières pages sont l'œuvre d’un continuateur, é (...)
  • 8 Le rôle du hasard est très souvent évoqué dans les Conjurations, où il intervient comme une force (...)
  • 9 C’est ainsi que dans la Conjuration des Gracques, Tibérius Gracchus semble mû essentiellement par (...)
  • 10 Voir par exemple l’analyse du Cardinal de Retz au début de la Conjuration de Fiesque.
  • 11 « De toutes les Entreprises des Hommes, il n’en est point de si grandes que les Conjurations. Le C (...)
  • 12 L’un des maîtres de cette histoire secrète est Antoine Varillas (1624-1696), dont J.P. Niceron,(...)

6Le thème de la conjuration fournit un cadre cohérent, où les événements se déroulent selon un plan et des modalités immuables7, déjà étudiés par Machiavel, mais où le hasard joue un rôle appréciable et apporte un élément de singularité, de romanesque8. Il isole d’autre part un moment de tension extrême, révélateur de vérité à la manière de la tragédie classique : les valeurs traditionnelles se trouvant balayées, les motivations ultimes des acteurs de l’histoire apparaissent sans fard9 et, à l’arrière-plan, les conflits entre les groupes sociaux éclatent au grand jour10. Il traduit enfin les goûts profonds d’une époque qui doit à l’expérience d’un siècle fécond en complots de toute sorte et à la lecture de Salluste, de Tacite et de Machiavel son intérêt passionné pour l’histoire secrète et sa sensibilité très vive à la grandeur d’entreprises individuelles destinées à changer le gouvernement d’un État11. Plus profondément, la conjuration révèle la partie cachée d’une histoire en apparence incompréhensible, dont elle présente une image rassurante parce que rationnelle : l’incohérence et la multiplicité contradictoire du réel sont ainsi ramenées au jeu occulte de motivations secrètes qu’il est possible de porter à la lumière12.

  • 13 L. Echard, Histoire romaine, depuis la fondation de Rome jusqu’à la translation de l’Empire par Co (...)

7La Conjuration des Gracques prend place de cette façon dans un courant précis de l’historiographie du xviie siècle et répond à sa manière aux exigences d’une perception historique fondée sur une intrigue limitée dans le temps. D’une façon significative, le traducteur français de la monumentale et populaire Roman History de Laurence Echard, qui ne se gêne guère pour prendre certaines libertés avec le texte anglais, se souvient très certainement de Saint-Réal lorsqu’il parle de la « conspiration des Gracques » là où l’original évoquait simplement une sedition13.

2. Le thème des révolutions

  • 14 Sur l’abbé de Vertot (1655-1735), voir entre autres son éloge funèbre dans l’Histoire de l’Académi (...)

8Mais au début du xviiie siècle on voit le cadre étroit de la conjuration voler en éclats : l’histoire est pensée selon la longue durée et la conspiration cède la place à la révolution. Il est révélateur que l’abbé de Vertot, qui se situe dans la continuité de Saint-Réal14, donne à son étude sur la République romaine, publiée en 1719, le titre d'Histoire des Révolutions arrivées dans le gouvernement de la République romaine.

  • 15 Voir en particulier La République, livre 4, chap. 1-3. Cf. à ce sujet par exemple H. Weber, « Util (...)
  • 16 Cf. par exemple Methodus, chap. 6 : Cum historiae magna sui parte in Rerum publicarum statu et con (...)
  • 17 Cf. Methodus, chap. 6. Bodin montre ainsi que les grands événements de l’histoire de Rome sont sép (...)
  • 18 Bossuet, Discours sur l’Histoire universelle, Paris, 1681, 3e partie, chap. 7.

9L’intérêt pour le phénomène révolutionnaire correspond à une représentation particulière du vécu historique, inscrit dans la longue durée. Selon cette perspective, on s’interroge sur les lois fondamentales qui régissent l’évolution des sociétés et l’on cherche à rendre compte des changements qui interviennent dans le gouvernement des États. Déjà Jean Bodin, dans la Methodus ad scribendam historiam (1566) et les Six livres de la République (1576), avait donné une analyse exemplaire des mécanismes par lesquels s’opèrent les « changements des républiques » (les conuersiones rerum publicarum dans la Methodus). Pour lui, en effet, ces changements — dont la typologie est dans une large mesure d’inspiration aristotélicienne15 — représentent l’essence même de l’histoire16 et obéissent à des lois divines perceptibles à travers les nombres pythagoriciens17. Et c’est dans une optique analogue que le Discours sur l’Histoire universelle de Bossuet, publié pour la première fois en 1681, montre dans l’enchaînement des causes et des effets qui constitue le tissu de l’histoire l’intervention de la Providence et perçoit derrière une apparente confusion les lignes rigoureuses du destin voulu par Dieu pour son peuple. Sensible avant tout à la continuité du processus historique, Bossuet constate à propos de Rome que chaque régime politique contenait les germes du régime suivant : la monarchie de Servius Tullius renfermait les principes du gouvernement républicain et celui-ci, à son tour, se mettait à secréter les éléments fondamentaux de la monarchie augustéenne18.

  • 19 Voir par exemple à ce propos I. Kramnick, « Reflections on Révolution : Definition and Explanation (...)
  • 20 Sur ce problème, cf. par exemple K. Griewank, Der neuzeitliche Revolutions begriff. Entstehung und (...)
  • 21 Cf. Machiavel, Discours sur la première Décade de Tite-Live, Livre 3, chup. 1.

10Il est certain que la Révolution d’Angleterre de 1688 donne une actualité nouvelle au concept de révolution en tant que changement dans la forme de gouvernement. Mais le terme même de révolution, qui pour nous est lié avant tout à l’idée d’une transformation violente, brutale des institutions et de la société19, recouvre alors des processus divers, mais qui se rattachent toujours à une explication globale du devenir historique20. Ce peut être, comme chez Montesquieu par exemple, le passage régulier d’une constitution à une autre et l’établissement d’un nouvel équilibre politique, d’un nouveau mode d’exercice du pouvoir. Ce peut être aussi, selon la perspective de Machiavel21, le retour aux principes de la constitution primitive, et donc le rétablissement du pouvoir légitime. Ainsi, dans le Contrat Social, c’est par une révolution — violente — que le peuple établit ou rétablit la liberté civile et pose la légitimité politique définie par le contrat social.

  • 22 C’est également avant la Révolution d’Angleterre que parut l’étude historique sur l’Empire romain (...)

11En ce qui concerne l’histoire de Rome, le premier essai qui se réfère explicitement au thème de la révolution est, semble-t-il, la petite monographie d’Ancheman de Martignac, Révolution de l'état populaire en monarchique par le differend de Cesar et de Pompée, publiée à Paris en 1679 — donc avant la Révolution d’Angleterre22. Seul le titre, hélas, est conforme au projet nouveau. Il s’agit en fait du simple récit d’un épisode des guerres civiles de la fin de la République, à partir des œuvres de Cicéron et d’Appien essentiellement, sans que s’esquisse la moindre réflexion critique sur l’essence du pouvoir césarien.

  • 23 Abbé de Vertot, Histoire des Révolutions de Portugal, in Œuvres choisies de l’abbé de Vertot, Pari (...)
  • 24 Voir par exemple Duport du Tertre, Histoire des conjurations, conspirations et révolutions célèbre (...)
  • 25 Les premières pages de la Conjuration de Nicolas Gabrini du Père du Cerceau, dues, on l’a vu, à un (...)
  • 26 Sur la valeur positive du fait révolutionnaire, voir l’analyse de l’Histoire des révolutions de Su (...)
  • 27 Cité d’après l’abbé Archimbaud, Nouveau recueil de pièces fugitives d'histoire, de littérature, et (...)

12Il est possible de saisir sur un exemple le moment où s’opère définitivement le renversement de perspective. En 1689 paraît, sans nom d’auteur, une Histoire de la conjuration de Portugal, tout à fait en accord avec le genre de la conspiration ; or en 1711 la seconde édition comporte, en plus du nom de l’auteur — l’abbé de Vertot —, une modification éloquente dans l’intitulé de l’ouvrage, devenu une Histoire des révolutions de Portugal. Et la préface d’expliquer pourquoi la conjuration a été remplacée par les révolutions : le livre s’est augmenté de différents morceaux, qui constituent les causes ou les conséquences nécessaires de la conjuration, et « c’est cette augmentation d’événemens qui a engagé à substituer le titre de Révolutions à celui de Conjuration, d’ailleurs moins convenable dans une entreprise dont les chefs n’avoient pour objet que de rendre la couronne à un prince, qu’ils regardoient comme l’héritier légitime »23. Trois points à noter dans cette justification : le terme de conjuration a pris une valeur résolument péjorative — il ne peut plus s’appliquer à une action qui a pour but de restaurer le pouvoir légitime — et conservera cette valeur tout au long du xviiie siècle24. D’autre part, on voit comment l’historien a élargi son champ d’investigation et se doit désormais de réfléchir sur l’enchaînement des causes et des effets25. Pour l’abbé de Vertot, enfin, le retour à la légitimité est l’effet d’une révolution, phénomène positif dans le devenir des États26. De la même manière, lorsqu’en novembre 1717 Vertot lit à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres un discours sur la liberté des Romains et la décadence de cette liberté, discours qui est une ébauche de son ouvrage sur les révolutions de Rome, il ajoute quelques mots d’actualité « sur les Révolutions qui arrivent à la mort des Grands et qui, en changeant quelquefois la constitution du gouvernement, rendent à la patrie le repos et sa tranquillité »27.

  • 28 Notons à ce propos que déjà la Réforme avait été perçue comme une révolution. Voir par exemple A. (...)
  • 29 Abbé de Vertot, Histoire des Révolutions de Suède. Où Ton voit les changements qui sont arrivez da (...)
  • 30 Voir aussi l’avertissement de l’Histoire des révolutions d’Angleterre depuis le commencement de la (...)

13Dans l’avertissement de sa seconde œuvre importante, l'Histoire des révolutions de Suède (1695), l’abbé de Vertot note ceci : « Entre les événemens qui plaisent dans l’histoire, je n’en vois point qui méritent plus d’attention que les changemens qui arrivent dans les États, au sujet de la religion28 ou du gouvernement. Tous les particuliers s’y trouvent intéressés, par ce qu’il y a de plus capable de toucher dans tous les hommes : l’ambition ou la conscience. Chacun est animé de passions vives ; tout est en mouvement ; le peuple croit alors rentrer dans ce qu’il appelle ses premiers et ses plus anciens droits : il veut choisir lui-même son maître, et décider de la religion »29. L’histoire des révolutions semble ainsi être devenue un genre qui remplace celui de la conjuration, sans que l’objet même de l’histoire ait en apparence changé. Les révolutions fournissent une matière nouvelle, plus abondante, pleine d’enseignement30, mais il s’agit toujours de mettre en évidence les ressorts psychologiques secrets qui meuvent les acteurs de l’histoire.

3. Les révolutions romaines de l'abbé de Vertot

  • 31 Vertot, Histoire des Révolutions de la République romaine, 3 vol., Paris, (1719) An 4 [1796], 1, p (...)
  • 32 Vertot, op. cit., 1, p. 309 ; cf. aussi 2, p. 3.
  • 33 Ibid., 2, p. 188.
  • 34 Ibid., 3, p. 148 : « C’est ainsi que ces hommes ambitieux se jouoient tour à tour des lois, et aug (...)

14L'Histoire des révolutions arrivées dans le gouvernement de la République romaine est exemplaire à cet égard. Cependant, l’étude des motivations profondes par lesquelles s’expliquent les actions des hommes — ambition, vanité, cupidité, jalousie, haine, esprit de vengeance — est subordonnée à une vision globale de la réalité romaine où ce sont moins les individus que les groupes sociaux qui font l’histoire. Les tribuns de la plèbe peuvent certes proposer des lois, porter atteinte à l’autorité du Sénat ou menacer les consuls, leurs initiatives sont déterminées par l’antagonisme entre l’aristocratie et le peuple, antagonisme sur lequel repose en définitive la liberté publique31. Et pour peu que la concorde civile règne temporairement à Rome, les tribuns, « ces chefs éternels de toutes les séditions »32, sont impuissants à entraîner la plèbe sur la voie du radicalisme. D’où, par exemple, leur haine pour Camille, qui, réconciliant la plèbe et le patriciat, réduisit à néant leur influence33. Par la suite, au cours des guerres civiles, les ambitions personnelles d’un Pompée ou d’un César surent jouer habilement des intérêts contraires du Sénat et du peuple34.

  • 35 Vertot, op. cit., 1, p. 4. Peut-être est-ce vers cette forme de gouvernement que penchent les symp (...)
  • 36 Vertot, op. cit., 1, p. 49 sq. L’auteur fait tout son possible pour atténuer le caractère scandale (...)
  • 37 Vertot, op. cit., 1, p. 111.
  • 38 Pour Coriolan : Vertot, op. cit., 2, p. 169 ; pour l’élection de tribuns militaires plébéiens : ib (...)
  • 39 Il faut noter que dans le Contrat Social, livre 4, chap. 5 (« Du tribunat ») » Rousseau voit dans (...)

15L’évolution politique de Rome est ponctuée par une série de « révolutions » dont la nature et les modalités dans l’optique de l’abbé de Vertot méritent une attention particulière. Les premiers habitants de Rome avaient instauré une « espèce de monarchie mixte » où le pouvoir souverain était harmonieusement partagé entre le roi, le Sénat et l’assemblée du peuple35. Le passage à la république, provoqué par la tyrannie cruelle et illégitime de Tarquin le Superbe, laisse en présence les aspirations contradictoires du Sénat et du peuple, fondement de toutes les révolutions à venir36. Sous le régime républicain, l’équilibre politique est le résultat laborieux d’une tension perpétuelle entre deux forces sociales dont chacune cherche à s’approprier la totalité du pouvoir. Et chaque fois que cet équilibre vient à se rompre en faveur de l’une des composantes civiques, les institutions se modifient : c’est à un tel changement que l’abbé de Vertot donne le nom de révolution. La révolution, on le voit, n’est donc pas nécessairement un phénomène violent et brutal, accompagné des troubles d’une guerre civile. Elle correspond simplement à une transformation des institutions, à une innovation politique qui assure à l’un des groupes antagonistes une nouvelle parcelle de la « souveraine puissance » et instaure un nouvel équilibre. C’est ainsi, par exemple, que l’établissement du tribunat est une révolution, à la suite de laquelle Rome « changea une seconde fois la forme de son gouvernement » : à l’aristocratie, qui avait remplacé la monarchie, succède une démocratie où « le peuple s’empara de la meilleure partie du gouvernement »37. La condamnation et l’exil de Coriolan marquent une nouvelle révolution, comme aussi l’accession des plébéiens à la dignité de tribuns militaires38 : à chaque fois le peuple conquiert un peu plus d’autorité. Pour l’abbé de Vertot donc, la révolution ne se limite pas à une modification de la forme du gouvernement selon la typologie traditionnelle ; elle est avant tout création et manifestation visible d’un nouvel équilibre, toujours menacé faute d’un élément régulateur ou conservateur39.

  • 40 Vertot, op. cit., 2, p. 127.
  • 41 Osera-t-on dire que l’abbé de Vertot est ici un précurseur de Marx ? En effet celui-ci rappelle, d (...)

16Les « révolutions » qui scandent ainsi l’histoire de la République romaine ont pour cause fondamentale une inégalité d’ordre économique. L’abbé de Vertot, il faut le souligner, a bien senti à travers les sources l’importance du problème agraire, périodiquement mis en avant par les tribuns de la plèbe et des démagogues comme Spurius Cassius Vecellinus ou Marcus Manlius Capitolinus. Il ne lui a point échappé que la question épineuse du partage des terres publiques constituait « la source perpétuelle des divisions entre le peuple et le sénat »40, que la jouissance de l’ager publions était à l’origine de la division entre riches et pauvres et représentait l’enjeu final de leurs luttes. C’est assurément à des historiens grecs tels que Plutarque et Appien que l’auteur français doit cette attention aux réalités économiques qui transparaît derrière le vêtement brillant de l’anecdote et des analyses psychologiques41.

  • 42 Elle est tirée des Aphorismes politiques de J. Harrington, traduits de l’Anglois, Paris, An 3 [179 (...)
  • 43 Sur James Harrington (1611-1677) et sur l’arrière-plan politique, économique et culturel de son œu (...)
  • 44 Dans A Discourse of the Contests and Dissentions Belween the Nobles and the Commons in Athens and (...)

17Mais la perception intuitive des phénomènes économiques demeure malgré tout limitée. L’abbé de Vertot ignore — et c’est fort dommage — les écrits pénétrants de James Harrington qui, dans l’Angleterre du xviie siècle, avait mis en évidence la solidarité nécessaire entre la propriété foncière et les divers régimes politiques : « Par-tout où le peuple n’a point de propriété pour exister, le gouvernement est monarchique ou aristocratique. Par-tout où le peuple peut exister de sa propriété, le gouvernement est susceptible de devenir démocratique ». Cette brève formule42 résume assez bien la théorie du pouvoir chez Harrington. Dans son œuvre maîtresse, The Commonwealth of Oceana, parue en 1656, il montre comment la forme du gouvernement dépend de la balance de là propriété, et combien il importe de corriger périodiquement les inégalités inévitables par des lois agraires, véritables régulateurs de l’équilibre politique43. Les Gracques, par exemple, tentèrent de rétablir l’ancienne propriété du peuple et de remettre ainsi en vigueur le gouvernement démocratique d’autrefois. Mais ils échouèrent parce que leurs réformes vinrent trop tard, à un moment où l’aristocratie était devenue trop puissante, où il n’était plus possible de redresser la situation44. Par la suite, Sylla introduira une nouvelle balance en faveur de la minorité possédante.

  • 45 Cf. à ce propos H.F. Russel Smith, op. cit., chap. 9, pp. 201-215 (« Harrington’s Influence in Fra (...)
  • 46 Voir W. Moyle, The Works, Londres, 1726, 1, pp. 1-148. En ce qui concerne Moyle et son œuvre, nous (...)
  • 47 W. Moyle, Essai sur le gouvernement de Rome, p. 53.
  • 48 Tout en critiquant Polybe de n'avoir retenu que les causes morales des changements de régimes, Moy (...)

18Les théories harringtoniennes, peu connues en France avant Montesquieu45, sont reprises en Angleterre par Walter Moyle dans An Essay upon the Constitution of the Roman Government, œuvre écrite vers 1699, mais publiée seulement en 172646. Les révolutions de Rome sont dues ainsi à des modifications de « la balance des richesses, unique fondement de tout pouvoir »47. A la suite de Polybe, Moyle conçoit une évolution cyclique des régimes monarchiques, aristocratique et démocratique, mais il reproche à l’historien grec de n’en avoir vu que les causes morales et met en avant l’aspect économico-social du processus révolutionnaire : la terre est le lieu géométrique du pouvoir48.

  • 49 Vertot, op. cit., 2, p. 331.
  • 50 Cf. Plutarque, C. Gracchus, 5, 4.
  • 51 Cf. supra, note 32.

19Si l’on revient à l’abbé de Vertot, une question se pose : dans la perspective qui est la sienne, peut-on parler de révolution à propos de l’activité politique de Caius Gracchus ? Ses lois ont pour objet de « faire passer du sénat à l’assemblée du peuple toute l’autorité du gouvernement »49. L’expression rend bien compte de la fameuse formule diodoréenne « détruire l’aristocratie et instaurer la démocratie », et l’abbé de Vertot en a très certainement puisé la substance chez Plutarque, sa source principale pour l’histoire des Gracques50. Mais, curieusement, dans le contexte de l'Histoire des Révolutions de la République romaine, la notation est vidée de son contenu subversif. Le programme de Caius Gracchus s’inscrit en effet dans la continuité des luttes menées par les tribuns de la plèbe depuis la création du tribunat pour assurer au peuple le pouvoir souverain et perd ainsi tout caractère scandaleux. D’autre part, reflet des sources favorables aux Gracques, le radicalisme de leurs projets est estompé ; aucun élément ne renvoie ici à la typologie antique des perturbatores rei publicae — fait d’autant plus remarquable que partout ailleurs dans l’ouvrage de l’abbé de Vertot les tribuns de la plèbe apparaissent comme des fauteurs de troubles51. L’écrivain ignore à coup sûr la version diodoréenne du tribunat de Caius Gracchus !

  • 52 Vertot, op. cit., 2, p. 181.
  • 53 Ibid., p. 292.
  • 54 Ibid., p. 361.

20Et pourtant, les innovations que les réformes de Caius introduisent dans le fonctionnement des institutions semblent tout naturellement entrer dans le cadre d’une « révolution ». Or, paradoxalement, le terme n’est jamais employé à propos de l’histoire des Gracques. Tout se passe comme si, pour l’abbé de Vertot, le phénomène révolutionnaire devait nécessairement s’insérer dans la durée, le devenir d’un État, et résider moins dans les objectifs et les modalités d’une action que dans la manière dont elle transforme à long terme l’équilibre des forces socio-politiques et leur rapport au pouvoir souverain. Ainsi l’élection des premiers tribuns militaires plébéiens est une révolution, qui étend l’autorité du peuple aux dépens de la noblesse52. En revanche, bien que Tibérius et Caius Gracchus aient allumé « les premières étincelles des guerres civiles »53, leur aventure sans lendemain n’est pas à proprement parler une révolution, dans la mesure où leur fin lamentable fut suivie d’un retour rapide à la situation antérieure : « Le petit peuple retomba dans la misère que les Gracques avoient voulu prévenir »54, tandis que les puissants continuèrent à occuper abusivement les terres publiques.

  • 55 Peut-être, on l’a vu, l’abbé de Vertot a-t-il cependant une préférence pour la « monarchie mixte » (...)
  • 56 Vertot, op. cit., 3, p. 358.
  • 57 Abbé Lenglet du Fresnoy, Méthode pour étudier l’histoire, avec un catalogue des principaux histori (...)
  • 58 Manifeste des Plébéiens, in Le Tribun du Peuple, no 35, 9 frimaire an 4, t. 2, pp. 88-92. Comparan (...)

21L’auteur de l'Histoire des Révolutions de la République romaine laisse planer le doute quant à ses sympathies personnelles pour l’un ou l’autre régime politique55, et son ouvrage s’achève sur la vision ambiguë d’un peuple romain insensiblement accoutumé à la servitude et d’une monarchie « supportable à d’anciens républicains »56. Cette ambiguïté fondamentale explique que l’œuvre ait pu connaître des lectures diamétralement opposées : si l’abbé Lenglet du Fresnoy y voit un panégyrique implicite du pouvoir monarchique57, les révolutionnaires de la fin du siècle en retiennent l’hymne à la liberté et les combats farouches des tribuns de la plèbe en faveur des humbles. L'Histoire des Révolutions de la République romaine est rééditée sous la Révolution, et le terrible Gracchus Babeuf s’y réfère directement dans le Manifeste des Plébéiens, lorsqu’il rappelle l’exemple illustre des tribuns du peuple qui surent défendre avec éloquence les opprimés58.

  • 59 Cf. Histoire et Mémoires de l’Académie Royale des Inscriptions et Relies Lettres, 25, 1759, (Histo (...)

22Devenu opératoire, le concept de révolution impose une vision particulière de la réalité historique, sensible avant tout aux mutations, qu’elles s’accomplissent dans la violence ou soient le résultat d’une évolution progressive. La grave Académie des Inscriptions et Belles Lettres elle-même n’échappe point à l’esprit de l’époque lorsqu’elle met au concours de 1752 une question sur l’ordre équestre dont la formulation est significative. Il s’agit en effet d’examiner « quelle étoit l’origine, quels étoient le rang et les droits de l’Ordre des Chevaliers Romains et (c’est nous qui soulignons) quelles ont été les Révolutions que cet Ordre a essuyées dans les différents siècles de la République, depuis son établissement jusqu’à l’empire d’Auguste »59. On ne pouvait davantage sacrifier au goût du jour.

4. Les successeurs de Vabbé de Vertot

  • 60 L’œuvre fut constamment rééditée au xviiie siècle et connut encore un certain succès au xixe siècl (...)
  • 61 S.-N.-H. Linguet, Histoire des Révolutions de l’Empire romain..., Paris, 1766, 1, p. LXIV. Dans ce (...)
  • 62 Cf. du même Linguet la Théorie des loix civiles, ou principes fondamentaux de la société, 2 vol., (...)

23Le succès de l'Histoire des Révolutions de la République romaine60 ne manqua pas de susciter à l’abbé de Vertot des imitateurs et des continuateurs. C’est ainsi, par exemple, que Simon-Nicolas-Henri Linguet écrivit une Histoire des Révolutions de l'Empire romain, pour servir de suite à celle des Révolutions de la République (1766), où il faisait de la violence l’une des caractéristiques possibles de la révolution. « Je ne rends compte, précisait-il dans la préface, que des Révolutions, c’est-à-dire, des changemens considérables arrivés dans l’Empire, ou des secousses qui l’ont agité violemment »61. Phénomène ambivalent, la révolution n’est donc plus seulement une altération de la forme de gouvernement comme chez l’abbé de Vertot, elle peut aussi, au sens moderne du terme, résider dans la violence d’un bouleversement radical de l’État. Il n’est pas étonnant de voir Linguet insister sur cet aspect du phénomène révolutionnaire, lui pour qui la société est née de la violence, la propriété de l’usurpation et les liens sociaux de la force62.

  • 63 Cf. par exemple Abbé Seran de la Tour, Histoire du tribunat de Rome. Depuis sa création, l’an 261 (...)
  • 64 Voir R. de Bury, Histoire de la vie de Jules César, suivie d'une dissertation sur la liberté, où T (...)

24Si l’abbé de Vertot, pourtant monarchiste convaincu, n’avait pas eu de difficulté à évoquer les révolutions de la République romaine sans aucune passion partisane, ses émules ne manifestèrent pas la même retenue et se prononcèrent de façon péremptoire en faveur du régime monarchique. Pour eux, les révolutions et les conflits qui marquèrent l’histoire de la République romaine ne font que traduire la faiblesse intrinsèque des institutions républicaines et le tribunat, né dans la révolte, est un facteur d’anarchie, de décomposition63. Mais la décadence inévitable de Rome est heureusement arrêtée par l’instauration d’un pouvoir monarchique qui met fin aux révolutions et établit la stabilité par un retour à la royauté originelle64. L’Antiquité romaine trouve ainsi place dans un discours sur l’absolutisme qui depuis le xviie siècle privilégie la monarchie, par contraste avec une représentation menaçante et irréelle de la démocratie où le peuple est perçu comme une force destructrice.

  • 65 Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, chap. (...)
  • 66 Montesquieu, E.L., 11, 18.
  • 67 Voir à ce propos E.L., 8, 2. Sur ce problème, cf. par exemple C. Larrère, « Les typologies des gou (...)
  • 68 L. De Beaufort, La République romaine..., éd. en 6 vol., t. 6, pp. 263-390.
  • 69 N. Hooke, The Roman History, from the Building of Rome to the Ruin of the Commonwealth, t. 1, 3e é (...)

25Le tribunat de la plèbe apparaît ainsi comme un élément central de toute réflexion sur les destinées de la République romaine. Chez ceux qui veulent dépasser l’image stéréotypée de tribuns toujours séditieux et subversifs, le jugement porté sur l’activité politique des Gracques est déterminé par l’appréciation du rapport des forces entre le Sénat et la plèbe. Montesquieu, par exemple, qui voit dans le tribunat un contrepoids nécessaire à la puissance de l’aristocratie65, constate que ce contrepoids se révèle néfaste à partir du moment où le Sénat est progressivement dépossédé de ses prérogatives par le peuple et où s’instaure un État populaire. Dans de telles conditions, la réforme gracchienne qui retire aux sénateurs le pouvoir judiciaire brise la « chaîne de la constitution »66 et précipite ainsi la corruption du principe démocratique67. Selon Montesquieu donc, les Gracques sont responsables d’une rupture d’équilibre fatale à la république. Inversement, pour un Louis de Beaufort, les deux tribuns de la plèbe tentèrent de renfermer dans de justes limites la puissance arrogante du Sénat et, corrigeant les abus d’un gouvernement oligarchique, s’attachèrent à affermir la constitution de Rome68. Il n’est pas étonnant de retrouver une interprétation analogue chez Nathaniel Hooke, qui se déclare d’emblée partisan du peuple69.

  • 70 Le titre complet de cette étude est Reflections on the Rise and Fall of the Antient Republicks. Ad (...)
  • 71 Dans un discours aux Communes de 1734, Walpole définit ainsi le gouvernement de l’Angleterre : « O (...)
  • 72 J. Toland, Adresse dédicatoire, in The Oceana and other Works of James Harrington, with an Account (...)
  • 73 C’est dans cette perspective que se déroula, à partir de 1719, la fameuse discussion sur le recrut (...)

26L'Histoire du gouvernement des anciennes républiques. Où l’on découvre les causes de leur élévation et de leur dépérissement, publiée à Paris en 1769 sous le nom de Turpin, est en fait, quoi qu’en dise l’auteur, une simple traduction de l’étude d’Edward Wortley Montagu, Reflections on the Rise and Fall of the Antient Republicks70, et nous introduit par là même dans la vaste problématique qui traverse l’Angleterre du xviiie siècle : s’il est vrai que la « glorieuse Révolution » de 1688 a établi un gouvernement mixte de type polybien71 et que Londres soit devenue a New Rome in the West, selon la formule de John Toland72, il est naturel que la pensée politique anglaise s’interroge sur les causes qui ont provoqué la chute des républiques antiques et cherche à déchiffrer dans l’histoire de Rome les voies de sa propre destinée73. C’est ainsi que Montagu dénonce l’esprit de faction qui perdit la République romaine, déjà vulnérable parce qu’aucune autorité de type monarchique ne venait maintenir l’équilibre entre le pouvoir aristocratique des patriciens et le pouvoir démocratique. Cette analyse, on le voit, n’est au fond guère éloignée de celle que proposait l’abbé de Vertot.

  • 74 Cf. à ce sujet essentiellement H.T. Parker, The Cult of Antiquity and the French Revolutionaries. (...)
  • 75 Cf. Mably, Observations sur l’histoire des Romains (1751), in Œuvres complètes de l'abbé de Mably,(...)

27L’enquête historiographique montre ainsi comment la matière romaine est subordonnée à une lecture du passé organisée selon tel ou tel type d’intrigue. La tradition gracchienne est interprétée à l’aide des paramètres qui s’imposent successivement aux historiens français dans la seconde moitié du xviie siècle et au début du xviiie. Du jeu du hasard et des vertus individuelles dans un espace resserré on passe à la rigueur des lois qui gouvernent un devenir mû par les pulsions des divers groupes sociaux. L’histoire des Gracques — ou plutôt ce que les historiens en ont fait — se plie aux diverses manières de questionner l’histoire, qui sont peut-être davantage que des modes. Mais curieusement, même aux yeux des historiens des révolutions Tibérius et Caius Gracchus n’apparaissent pas comme des révolutionnaires. Dans la perspective un peu abstraite parfois d’une histoire de la longue durée conçue selon les critères de la rationalité, leur action perd son originalité anecdotique et s’insère — se dissout — dans le vaste mouvement des luttes de la plèbe contre le patriciat ou dans la recherche d’un difficile équilibre des pouvoirs. Il faut attendre la Révolution française pour que, à travers une lecture émerveillée et naïve de Plutarque74, on redécouvre le caractère révolutionnaire des fils de Cornélie et que l’on soit à nouveau sensible à la grandeur de leur aventure individuelle. Et c’est seulement dans ces conditions que Gracchus Babeuf, puisant par ailleurs chez Mably l’idée erronée que les lois agraires des Gracques concernaient toutes les terres sans distinction75, peut voir dans les deux tribuns de la plèbe dont il s’est donné le nom les défenseurs exemplaires des principes qui animent les Égaux.

Notes

1 Sur l’abbé de Saint-Réal (1643-1692), voir G. Dulong, L’Abbé de Saint-Réal. Élude sur les rapports de l’histoire et du roman au xviie siècle, 2 vol., Paris, 1921 ; et, plus récemment, A. Mansau, Saint-Réal et l’humanisme cosmopolite, Thèse, Lille-Paris, 976. La supercherie des Œuvres posthumes ne fut révélée qu’en 1731, dans une « Lettre de M. D*** à un de ses amis sur la nouvelle édition des Œuvres de M. l’abbé de St-Réal », publiée en tête du vol. 1 du Recueil de pièces d’histoire et de littérature de l’abbé F. Granet., La Conjuration des Gracques y est attribuée à un certain marquis de la B[astie], gentilhomme d’Avignon.

2 Si l’on néglige la Conjuration de Conchine, attribuée à P. Mathieu par Barbier (cf. A.-A Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, 3e éd., Paris, 1872, 1, col. 690) et qui est de 1618, on voit paraître successivement les Conjurations suivantes, concentrées dans la seconde moitié du siècle : J.-F. Sarrasin, La Conspiration de Valstein (inachevée), in Les œuvres de Monsieur Sarasin, Paris, 1656, pp. 89-136 (reprise ensuite dans un Recueil de diverses pièces curieuses pour servir à l’histoire, Cologne, 1666, pp. 243-296) ; Cardinal de Retz, La Conjuration du comte Jean-Louis de Fiesque, Paris, 1665 ; La Conjuration de la donna Hyppolite d’Arragon baronne d’Alby, sur la ville de Barcelone, en faveur du Roy Catholique en l’an 1645, 1646, 1647 et 1648, publiée sans indication d’auteur dans le Recueil de pièces curieuses... de 1666 ; [Abbé de Saint-Réal], La Conjuration des Espagnols contre la République de Venise, Paris, 1674 (sans nom d’auteur) ; [Abbé de Vertot], Histoire de la Conjuration de Portugal, Paris, 1689 (sans nom d’auteur) ; E. Le Noble, L’Histoire secrète des plus fameuses conspirations. De la conjuration des Pazzi contre les Médicis, Paris, 1698 ; Id., Epicaris ou l'histoire secrète de la conjuration de Pison contre Néron, suite des histoires secrètes..., Paris, 1698 ; Père J.A. du Cerceau, Conjuration de Nicolas Gabrini, dit de Rienzi, tyran de Rome en 1347, Paris, 1733 (mais la préface nous apprend que cette œuvre posthume était déjà presque terminée vers 1705).

3 Cf. par exemple Saint-Réal, De l’Usage de l’Histoire, Paris, 1671, p. 4, qui définit sans ambiguïté l’objectif essentiel de l’historien : « ... étudier l’Histoire, c’est étudier les Motifs, les Opinions, et les Passions des Hommes, pour en connoître tous les ressorts, les tours et les détours, enfin toutes les illusions qu’elles savent faire aux esprits, et les surprises qu’elles font aux cœurs ».

4 Saint-Réal, La Conjuration des Espagnols..., in Œuvres de l'abbé de Saint-Réal, nouvelle édition, La Haye, 1722, t. 4, p. 141.

5 On sait que Machiavel, dans le chap. VI de la3e partie des Discours sur la première Décade de Tite-Live (œuvre posthume, publiée en 1531), avait procédé à une véritable anatomie de la conjuration, s’attachant à en montrer, par une approche pour ainsi dire scientifique, les causes et les dangers, afin d’instruire à la fois les princes et les particuliers. La traduction française de ce texte fut souvent publiée à part au cours du xvie et du xviie siècles, sous le titre de Traité des conspirations et du régicide et connut un grand succès. Sur ce texte de Machiavel, voir particulièrement C. Lefort, Machiavel. Le travail de l’œuvre, Paris, 1977.

6 E. Le Noble, De la Conjuration des Pazzi..., préface (sans pagination).

7 Dans la Conjuration de Nicolas Gabrini, dont les premières pages sont l'œuvre d’un continuateur, écrivant à un moment où le thème de la conjuration était passé de mode, on trouve une évocation rapide des ingrédients qui firent le succès de ce genre : « Elles paraissent toutes formées sur le même modèle. La hardiesse, l’ambition, le mécontentement les font entreprendre ; la fureur et l’intérêt les lient ; le secret et l’activité les conduisent : et les conjonctures jointes aux mesures, bien ou mal prises, les font ordinairement échouer ou réussir » (p. 2). Le choix d’un cadre précis et contraignant est peut-être la transposition dans le domaine historique des règles qui, à la même époque, régissent le théâtre classique et, plus généralement, semble traduire le goût de la littérature du xviie siècle pour une vérité ramassée dans des limites aussi étroites que possible.

8 Le rôle du hasard est très souvent évoqué dans les Conjurations, où il intervient comme une force irrationnelle, véritable « ange du bizarre ». Cf. par exemple E. Le Noble, Epicaris..., in Œuvres, t. 12, Rouen, 1718, p. 104 : « Les choses étoient dans cet état, et le succès de l’entreprise indubitable si le Ciel n’en eût autrement disposé par un hasard inconcevable ». Le déroulement de l’histoire obéit ainsi à des causes fortuites, contingentes (le nez de Cléopâtre...).

9 C’est ainsi que dans la Conjuration des Gracques, Tibérius Gracchus semble mû essentiellement par une ambition démesurée, fond même de sa nature.

10 Voir par exemple l’analyse du Cardinal de Retz au début de la Conjuration de Fiesque.

11 « De toutes les Entreprises des Hommes, il n’en est point de si grandes que les Conjurations. Le Courage, la Prudence, et la Fidélité, qui sont également requises dans tous ceux qui y ont part, sont des Qualitéz rares de leur nature ; mais il est encor plus rare de les trouver toutes dans une même Personne ». C’est par ces paroles significatives que s’ouvre la Conjuration des Espagnols contre la République de Venise de Saint-Réal. Sur la lecture de Tacite et de Machiavel dans la France du xviie siècle, voir par exemple E. Thuau, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, 1966, chap. 2, pp. 33-102.

12 L’un des maîtres de cette histoire secrète est Antoine Varillas (1624-1696), dont J.P. Niceron, Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres dans la République des Lettres..., t. 5, Paris, 1728, p. 74, disait : « Il passoit pour un homme qui avoit découvert une infinité de secrets historiques, et pénétré quantité d’intrigues de cabinet ». On doit à Varillas, entre autres, Les Anecdotes de Florence, ou l’Histoire secrète de la maison de Médicis, La Haye, 1685.

13 L. Echard, Histoire romaine, depuis la fondation de Rome jusqu’à la translation de l’Empire par Constantin, t. 1, Paris, 1728, pp. 231 et 240. L’édition anglaise, qui comporte 5 vol., parut entre 1699 et 1705 à Londres.

14 Sur l’abbé de Vertot (1655-1735), voir entre autres son éloge funèbre dans l’Histoire de l’Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres, 12, 1740, pp. 325-335 ; A. de Barante, « Vertot », in Études historiques et biographiques, 2, Paris, 1857, pp. 262-271 ; G. Dulong, op. cit., 1, pp. 312-323.

15 Voir en particulier La République, livre 4, chap. 1-3. Cf. à ce sujet par exemple H. Weber, « Utilisation et critique de La Politique d’Aristote dans La République de Jean Bodin », in Classical Influences on European Culture. A.D. 1500-1700, ed. by R.R. Bolgar, Cambridge Univ. Press, 1976, pp. 305-313 ; D. MaroccoStuardi,
La teoria delle forme di stato e di governo nella République di Jean Bodin », Il Pensiero Politico, 11, 1978, pp. 321-344.

16 Cf. par exemple Methodus, chap. 6 : Cum historiae magna sui parte in Rerum publicarum statu et conuersionibus explicandis positae sint, consequens est ad consummatam historiarum rationem initia, status, et exitus imperiorum breuiter explicare..., « Puisque la plus grande partie de l’histoire est consacrée à expliquer la constitution et les changements des républiques, il s’ensuit qu’il convient d’exposer brièvement les débuts, les conditions et la fin des empires pour en mieux pénétrer l’histoire » (texte et traduction in J. Bodin, Œuvres philosophiques, éd. P. Mesnard, Corpus général des philosophes français, Auteurs modernes, V, 3, Paris, 1951, pp. 167 et 349).

17 Cf. Methodus, chap. 6. Bodin montre ainsi que les grands événements de l’histoire de Rome sont séparés par un nombre d’années qui est toujours un multiple de 9, de 7 ou de leur produit — en quoi se manifeste clairement la puissance divine.

18 Bossuet, Discours sur l’Histoire universelle, Paris, 1681, 3e partie, chap. 7.

19 Voir par exemple à ce propos I. Kramnick, « Reflections on Révolution : Definition and Explanation in Recent Scholarship », History and Theory, 11, 1972, pp. 26-63.

20 Sur ce problème, cf. par exemple K. Griewank, Der neuzeitliche Revolutions begriff. Entstehung und Entwicklung, Weimar, 1955 (2e éd., Francfort s /Main, 1969), en particulier le chap. 6, « Die Einführung des politischen Revolutionsbcgriffes im 17. und frühen 18. Jahrhundert » (pp. 171-192) ; J.M. Goulemot, « Le mot révolution et la formation du concept de révolution politique (fin xviie siècle) », Annales historiques de la Révolution française, 39, 1967, pp. 417-444 ; L. Trénard, « Lumières et. Révolution. Présentation », Dix-huitième siècle, 6, 1974, pp. 3-23 ; J.M. Goulemot, Discours, histoire et révolutions (Représentations de l’histoire et discours sur les révolutions de l’Age Classique aux Lumières J, Paris, Coll. 10/18, 1975 ; K.H. Bender, Revolutionen. Die Enstehung des politischen Revolutionsbegriffes, Munich, 1977.

21 Cf. Machiavel, Discours sur la première Décade de Tite-Live, Livre 3, chup. 1.

22 C’est également avant la Révolution d’Angleterre que parut l’étude historique sur l’Empire romain germanique de J. Heiss von Kogenheim, Histoire de l’Empire, contenant son origine ; son progrès ; ses révolutions ; la forme de son Gouvernement ; sa politique ; ses alliances ; ses negotiations ; et les nouveaux reglemens qui ont esté faits par les Traitez de Westphalie, Paris, 1684, 2 vol. L’idée était donc dans l’air avant les événements d’Angleterre, mais ceux-ci donnèrent une impulsion nouvelle au thème.

23 Abbé de Vertot, Histoire des Révolutions de Portugal, in Œuvres choisies de l’abbé de Vertot, Paris, 1819, t. 5, p. 5. Ce n’est pas non plus un hasard si dans l’édition de 1718 des Œuvres de Le Noble, la préface de la Conjuration des Pazzi — qui contenait, on l’a vu, une réflexion sur l’art de la conspiration — a disparu.

24 Voir par exemple Duport du Tertre, Histoire des conjurations, conspirations et révolutions célèbres, tant anciennes que modernes, 10 vol., Paris, 1754-1760, dont l’introduction s’oppose très nettement aux vues de Saint-Réal sur la conjuration (cf. supra, note 11). A la sympathie évidente du xviie siècle pour les conspirations succède une condamnation sans équivoque. Ainsi, dans son avertissement au public, l’auteur de l'Histoire de la Conjuration de Catilina, où l’on a inséré les Catilinaires de Cicéron, Paris, 1752, dénonce « la conduite monstrueuse de Catilina » (p. X). On notera que dans le Contrat Social Rousseau, sans employer le terme de conspiration, voit dans la « brigue », I’« association » — qui ont la même valeur — un détournement abusif de la volonté générale par des volontés particulières. C’est au peuple souverain seul qu'il appartient en définitive de changer légalement une forme de gouvernement corrompue.

25 Les premières pages de la Conjuration de Nicolas Gabrini du Père du Cerceau, dues, on l’a vu, à un continuateur, montrent comment le thème très limité de la conjuration est inséré dans la longue durée et prend place dans la perspective des révolutions : « ... Si à cela on ajoute que les diverses révolutions causées par les Conjurés ne se font que lentement et après quantité de menées souterraines dont l'effet ne se manifeste Sue tard ; qu’il faut de longues années pour sapper les fondemens de l’autorité légitime ; qu’enfin cette autorité ne s’écroule ou ne se raffermit que par l’opération secrète d'une infinité de causes presqu’imperceptibles, qui amènent les choses au point d’un renversement total ou d’un parfait rétablissement, on conviendra que toutes les entreprises de cette nature ont un rapport (...) semblable entr’elles » (p. 3). On voit clairement comment l’histoire est désormais pensée selon la longue durée.

26 Sur la valeur positive du fait révolutionnaire, voir l’analyse de l’Histoire des révolutions de Suède proposée par J.M. Goulemot, op. cit., pp. 201-204 : la révolution met en place un pouvoir monarchique fort et conduit ainsi à un perfectionnement des institutions politiques. De façon analogue, C. Middleton, History of the Life of Marcus Tullius Cicero in Two Volumes, Londres, 1741, t. 1, p. XXXV, considère que la révolution opère un retour aux principes de la constitution primitive.

27 Cité d’après l’abbé Archimbaud, Nouveau recueil de pièces fugitives d'histoire, de littérature, etc., Paris, 1717,1, p. 121, qui ajoute : « Ce trait fut vif et hardi. En général ce discours fut très beau et très aplaudi ». Il n’est pas étonnant de voir à ce moment l’abbé de Vertot, dont les sympathies politiques étaient orléanistes, approuver sans grand mystère l’action du Régent.

28 Notons à ce propos que déjà la Réforme avait été perçue comme une révolution. Voir par exemple A. Varillas, Histoire des révolutions arrivées dans l'Europe en matière de religion, depuis l’année 1374 jusqu'en 1658, Paris, 1686, pamphlet violent contre le protestantisme.

29 Abbé de Vertot, Histoire des Révolutions de Suède. Où Ton voit les changements qui sont arrivez dans ce Royaume au sujet de la Religion et du Gouvernement, in Œuvres choisies, t. 4, p. 1.

30 Voir aussi l’avertissement de l’Histoire des révolutions d’Angleterre depuis le commencement de la monarchie jusqu’à présent du Père Joseph d’Orléans (1693) : « Dans l’Histoire (...) il faut un fond fécond en événements extraordinaires, agréables, instructifs » (cité par J.M. Goulemot, op. cit., p. 185).

31 Vertot, Histoire des Révolutions de la République romaine, 3 vol., Paris, (1719) An 4 [1796], 1, p. 205 : « Cette haine du peuple pour tout ce qui portoit le nom de patricien, ne venoit que de la jalousie du gouvernement. Mais (...) les républicains zélés n’étoient pas fâchés de cette opposition d’intérêts, qui, en balançant également le crédit des grands et l’autorité du peuple, ne servoit qu’à maintenir la liberté publique ». On retrouve là l’idée du développement dialectique de la société romaine si brillamment analysée par Machiavel dans les Discours sur la première Décade de Tite-Live.

32 Vertot, op. cit., 1, p. 309 ; cf. aussi 2, p. 3.

33 Ibid., 2, p. 188.

34 Ibid., 3, p. 148 : « C’est ainsi que ces hommes ambitieux se jouoient tour à tour des lois, et augmentoient tantôt l’autorité du sénat ; tantôt celle du peuple, selon qu’il convenoit à leurs intérêts ».

35 Vertot, op. cit., 1, p. 4. Peut-être est-ce vers cette forme de gouvernement que penchent les sympathies de l’abbé de Vertot.

36 Vertot, op. cit., 1, p. 49 sq. L’auteur fait tout son possible pour atténuer le caractère scandaleux de l’établissement de la république, mettant l’accent sur l’aspect à la fois d’usurpation et de tyrannie du règne de Tarquin le Superbe.

37 Vertot, op. cit., 1, p. 111.

38 Pour Coriolan : Vertot, op. cit., 2, p. 169 ; pour l’élection de tribuns militaires plébéiens : ibid., 2, p. 181.

39 Il faut noter que dans le Contrat Social, livre 4, chap. 5 (« Du tribunat ») » Rousseau voit dans le tribunat un tel régulateur, moyen terme entre le souverain et le gouvernement. Voir à ce sujet P. Andrivet, « Jean-Jacques Rousseau : quelques aperçus de son discours politique sur l’antiquité romaine », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 151, 1976, pp. 131-148.

40 Vertot, op. cit., 2, p. 127.

41 Osera-t-on dire que l’abbé de Vertot est ici un précurseur de Marx ? En effet celui-ci rappelle, dans une lettre à Engels du 8 mars 1855, que l'histoire intérieure de la République romaine se réduit à la lutte de la petite propriété foncière contre la grande. Cette rencontre entre Marx et l’abbé de Vertot s’explique à coup sûr par une même lecture d’Appien, dont Engels disait : « De toutes les anciennes sources concernant les luttes au sein de la République romaine, Appien est le seul à nous dire clairement et nettement de quoi il s’agissait en réalité, à savoir de la propriété foncière » (F. Engels, Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, trad., Éd. sociales, Classiques du marxisme, Paris, 1966, p. 76 sq.). C’est parce qu’il adopte provisoirement la vision d’un historien grec comme Appien (et Plutarque) que l’abbé de Vertot est sensible à l’opposition entre riches et pauvres, et non par l’effet d’une audace personnelle, comme le fait entendre J.M. Goulemot, op. cit., p. 207 sqq. Sur l’importance du conflit entre riches et pauvres dans l’historiographie grecque des mouvements révolutionnaires, voir par exemple A. Fuks, « Patterns and Types of Social Economic Révolution in Greece from the Fourth to the Second Century B.C. », Ancient Society, 5, 1974, pp. 51-81.

42 Elle est tirée des Aphorismes politiques de J. Harrington, traduits de l’Anglois, Paris, An 3 [1795]. La liberté des citoyens repose en dernière analyse sur la propriété.

43 Sur James Harrington (1611-1677) et sur l’arrière-plan politique, économique et culturel de son œuvre, voir essentiellement H.F. Russel Smith, Harrington and his Oceana. A Study of a 17th Century Utopia and its Influence in America, Cambridge, 1914 ; R. Polin, « Economique ot politique au xviie siècle : L’« Oceana » de James Harrington », Revue française de science politique, 2, 1952, pp. 24-41 ; C. Robbins, The Eighteenth-Century Commonwealthman. Studies in the Transmission, Development and Circumstance of English Liberal Thought from the Restoration of Charles II until the War with the Thirteen Colonies, Cambridge Mass., Harvard Univ. Press, 1961 ; J.G.A. Pocock, « Machiavelli, Harrington and English Political Ideologies in tho Eighteenth Century », The William and Mary Quarterly, 3e sor., 22, 1965, pp. 549-583 (désormais in J.G.A. Pocock, Politics. Language and Time. Essays on Political Thought and History, Londres, 1972, pp. 104-147) ; J.G.A. Pocock (ed.), The Political Works of James Harrington, Cambridgo Univ. Press, 1977 ; M. Baridon, Edward Gibbon et le mythe de Rome. Histoire et idéologie au Siècle des Lumières, Thèse, Paris, Champion, 1977. 11 faut noter qu’une traduction française d’Oceana parut en 1737 sous le titre Les Oceana. En 1795 furent publiés en français trois volumes d'Œuvres politiques de J. Harrington.

44 Dans A Discourse of the Contests and Dissentions Belween the Nobles and the Commons in Athens and Rome. With the Consequences they had upon both those States, pamphlet publié en 1701, Swift, partisan d’un pouvoir oligarchique, donne une analyse du devenir de Rome diamétralement opposée à celle de Harrington et retrace ia progression redoutable du pouvoir populaire, progression favorisée par les réformes des Gracques.

45 Cf. à ce propos H.F. Russel Smith, op. cit., chap. 9, pp. 201-215 (« Harrington’s Influence in France ») et S.B. Liljegren, A French Draft Constitution of 1792 Modelled on James Harrington’s Oceana... Edited with an Introduction on Harrington’s Influence in France, Acta Reg. Societatis Humaniorum Litterarum Lundensis, 17, Lund, 1932. Montesquieu possédait dans sa bibliothèque un exemplaire de The Commonwealth of Oceana, éd. de 1656 (cf. L. Desgraves, Catalogue de la bibliothèque de Montesquieu, Genève-Lille, 1954, no 2376, p. 169).

46 Voir W. Moyle, The Works, Londres, 1726, 1, pp. 1-148. En ce qui concerne Moyle et son œuvre, nous renvoyons à la réédition de l’Essay upon the Constitution of the Roman Government par G. Robbins, in Two English Republican Tracts, Cambridge Univ. Press, 1969. Le livre de Moyle sur la République romaine fut traduit en français par le conventionnel Barère et parut à Paris en l’an X, 1801, sous le titre d'Essai sur le gouvernement de Rome par Walter Moyle ; traduit de l'Anglais. Ouvrage utile aux Hommes d’État, et aux Philosophes. Dans son avertissement, Barère note que les Anglais furent les premiers à écrire des réflexions philosophiques sur la Rome antique et que Moyle fut l’inspirateur de Montesquieu.

47 W. Moyle, Essai sur le gouvernement de Rome, p. 53.

48 Tout en critiquant Polybe de n'avoir retenu que les causes morales des changements de régimes, Moyle explique cependant — à la suite de Machiavel — la décadence de la République romaine par des altérations d’ordre moral, qui rendirent les Romains incapables do revenir aux principes premiers du gouvernement populaire.

49 Vertot, op. cit., 2, p. 331.

50 Cf. Plutarque, C. Gracchus, 5, 4.

51 Cf. supra, note 32.

52 Vertot, op. cit., 2, p. 181.

53 Ibid., p. 292.

54 Ibid., p. 361.

55 Peut-être, on l’a vu, l’abbé de Vertot a-t-il cependant une préférence pour la « monarchie mixte » de l’époque royale, monarchie dans laquelle les pouvoirs du roi, du Sénat et du peuple s’équilibraient harmonieusement.

56 Vertot, op. cit., 3, p. 358.

57 Abbé Lenglet du Fresnoy, Méthode pour étudier l’histoire, avec un catalogue des principaux historiens, et des remarques sur la bonté de leurs ouvrages, et sur le choix des meilleures éditions, nouvelle éd., Amsterdam, 1737, t. 3, p. 153 : « M. l’Abbé de Vertot, né sous un gouvernement monarchique, a fait sentir indirectement l’avantage de celui-ci au-dessus du gouvernement populaire que l’on a vû dans la République de la Grèce et de Rome sujet à tant de vicissitudes, qu’à la fin on a été contraint de revenir au gouvernement d’un seul ».

58 Manifeste des Plébéiens, in Le Tribun du Peuple, no 35, 9 frimaire an 4, t. 2, pp. 88-92. Comparant la situation du peuple français à celle des plébéiens de la Rome républicaine, Gracchus Babeuf rapporte les discours des tribuns do la plèbe les plus résolus, discours qu’il emprunte directement à Vertot, mentionné nommément p. 88, à propos du projet de loi agraire de Spurius Cassius.

59 Cf. Histoire et Mémoires de l’Académie Royale des Inscriptions et Relies Lettres, 25, 1759, (Histoire) p. 2. Le prix rappelons-le, fut remporté par Louis de Beaufort (1703-1795), dont la dissertation constitue l’un des chapitres de son ouvrage sur les institutions do Rome, intitulé La République romaine, ou plan général de l'ancien gouvernement de Rome, et paru à Paris en 1767. Cf. infra, p. 132.

60 L’œuvre fut constamment rééditée au xviiie siècle et connut encore un certain succès au xixe siècle, puisqu’on ne compte pas moins do 12 rééditions entre 1812 et 1844.

61 S.-N.-H. Linguet, Histoire des Révolutions de l’Empire romain..., Paris, 1766, 1, p. LXIV. Dans cette même préface, Linguet nous apprend qu’il avait d’abord songé à écrire une Histoire du siècle d’Auguste, dans le goût du Siècle de Louis XIV de Voltaire. Mais la prudence l’avait incité à abandonner ce projet, pour suivre les traces de l’abbé de Vertot, « de même qu’un enfant se cache derrière son père » (ibid., p. IX sq.). Sur la pensée de S.-N.-H. Linguet (1736-1794), personnage remuant et outrancier qui finit guillotiné, voir par exemple D.G. Levy, « Simon Linguet’s sociological System : an exhortation to patience and invitation to revolution », Studies in Voltaire and the Eighteenth Century, 70, 1970, pp. 219-293 ; B. Burmeister, « Les paradoxes de Linguet », Dix-huitième siècle, 7, 1975, pp. 147-156 ; L. Guerci, Libertà degli antichi e libertà dei moderni, Sparta, Atene e i « philosophes » nella Francia del Settecento, Naples, Guida Editori, 1979, chap. 5, pp. 141-165.

62 Cf. du même Linguet la Théorie des loix civiles, ou principes fondamentaux de la société, 2 vol., Londres, 1767.

63 Cf. par exemple Abbé Seran de la Tour, Histoire du tribunat de Rome. Depuis sa création, l’an 261 de la fondation de Rome, jusqu’à la réunion de sa puissance à celle de l’empereur Auguste, l’an 730 de la fondation de Rome. Son influence sur la décadence et la corruption des mœurs, 2 vol., Amsterdam, 1774, qui reprend en les radicalisant et en les simplifiant les thèses de l’abbé de Vertot sur le tribunat, ferment d'anarchie dans la cité. Voir encore Abbé du Bignon, Considération sur l'origine et les révolutions du gouvernement des Romains, 2 vol., Paris, 1778.

64 Voir R. de Bury, Histoire de la vie de Jules César, suivie d'une dissertation sur la liberté, où Ton montre les avantages du Gouvernement Monarchique sur le Républiquain (sic), 2 vol., Paris, 1758, dont le titre est suffisamment explicite.

65 Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, chap. 8 ; De l’Esprit des Lois (cité E.L.), 5, 8. Pour une comparaison entre Montesquieu et Rousseau sur le problème du tribunat, cf. P. Catalano, Tribunato e resistenza, Turin, 1971 (Paravia, Historica Politica Philosophica, 4), chap. 5, pp. 59-62.

66 Montesquieu, E.L., 11, 18.

67 Voir à ce propos E.L., 8, 2. Sur ce problème, cf. par exemple C. Larrère, « Les typologies des gouvernements chez Montesquieu », in Études sur le xviiie siècle, éd. J. Ehrard, Clermond-Ferrand, 1979, pp. 87-103.

68 L. De Beaufort, La République romaine..., éd. en 6 vol., t. 6, pp. 263-390.

69 N. Hooke, The Roman History, from the Building of Rome to the Ruin of the Commonwealth, t. 1, 3e éd., Londres, 1757 (1re éd., 1733), p. III et t. 3, Londres, 1764, pp. 3-6.

70 Le titre complet de cette étude est Reflections on the Rise and Fall of the Antient Republicks. Adapted to the Present State of Great Britain, Londres, 1759. Une nouvelle traduction française, qui voulait être plus fidèle que l’adaptation de Turpin, parut à Paris en 1793, sous le titre De la naissance et de la chute des anciennes Républiques. Traduit de l’Anglois par le citoyen Cantwel.

71 Dans un discours aux Communes de 1734, Walpole définit ainsi le gouvernement de l’Angleterre : « Ours is a mixed government, and the perfection of our Constitution consists in this, that the monarchical, aristocratic, and democratical forms of government are mixt and interwoven in ours, so as to give all the advantages of each, without subjecting us to the danger and inconveniences of either » (cité par I. Kramnick, Bolingbroke and His Circle. The Politics of Nostalgia in the Age of Walpole, Cambridge Mass., Harvard Univ. Press, 1968, p. 124). On reconnaît bien là un écho des considérations de Polybe sur la constitution romaine au livre 6 des Histoires. Sur l’arrière-plan idéologique de ces vues de Walpole, cf. les ouvrages mentionnés supra, note 43, ainsi que F. Venturi, Utopia and Reform in the Enlightenment, trad., Cambridge, 1971.

72 J. Toland, Adresse dédicatoire, in The Oceana and other Works of James Harrington, with an Account of his Life by John Toland, Londres, 1700, p. III (cité par M. Baridon, op. cit., p. 394).

73 C’est dans cette perspective que se déroula, à partir de 1719, la fameuse discussion sur le recrutement du Sénat romain, à laquelle participèrent en France l’abbé de Vertot et en Angleterre les érudits Middleton, Spelman, Hooke et Chapman et sur laquelle nous comptons revenir par ailleurs. En France, au moment de la convocation des États Généraux, P.Ph. Gudin de la Brenellerie, le secrétaire de Beaumarchais, se livra à une comparaison entre les systèmes romain, français et anglais dans un Essai sur l’histoire des Comices de Rome, des Etats-Généraux de la France, et du Parlement d’Angleterre, 3 vol., Philadelphie, 1789.

74 Cf. à ce sujet essentiellement H.T. Parker, The Cult of Antiquity and the French Revolutionaries. A Study in the Development of the Revolutionary Spirit, Chicago, 1937 ; sur Gracchus Babeuf, cf. maintenant M. Clauss, « Die Rezeptlon der Antike bei François-Noël (Camille-Gracchus) Babeuf », Gymnasium, 86, 1979, pp. 81-94.

75 Cf. Mably, Observations sur l’histoire des Romains (1751), in Œuvres complètes de l'abbé de Mably, 6 vol., Paris, 1818, t. 2, p. 221 : « C'est avec le téméraire projet d’arracher aux riches leur fortune, et de les réduire à ne posséder encore que 500 arpens de terre, que Tibérius brigua et obtint le tribunat ». Visiblement Mably n'a pas compris que les lois agraires ne concernaient que l’ager publicus : d’où le mythe des Gracques comme « partageux » et précurseurs des Égaux. A noter que cette erreur se trouve déjà chez Montesquieu, E.L., 27, 1.

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540