Version classiqueVersion mobile

Malaise dans la temporalité

 | 
Paul Zawadzki

Préface

Lucien Sfez

Texte intégral

1Il faut remercier ici vraiment Paul Zawadzki d’avoir eu l’idée de ce Colloque et d’avoir su le mener à bien. On salue la vigueur des intuitions, la maîtrise des matériaux avec d’autant plus de satisfaction qu’il s’agit là du premier Colloque de l’École doctorale de Science Politique de la Sorbonne.

2Les malaises dans la temporalité sont bien décrits par Paul Zawadzki et l’ensemble des participants. La question est partout, se niche dans les moindres recoins et peut faire l’objet de discussions passionnées. Un exemple permet de le montrer.

  • 1 P. Bourdieu, Réponses, Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil, 1992, p. 112.
  • 2 G. Beaujouan, L’histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard, 1961.

3Quand dans son introduction le Directeur du Colloque parle du présentisme de Pierre Bourdieu qui appréhende le temps comme « ce que l’activité pratique produit dans l’acte même par lequel elle se produit elle-même »1, il convient de comprendre qu’il s’agit là d’un présentisme méthodologique permettant de bien circonscrire un territoire d’analyse. Cette exigence est méthodologique, posée là afin d’éviter de tout confondre dans une soi-disant « même époque », elle est en relation avec des préoccupations déjà anciennes d’historiens ou de philosophes, comme le montrait déjà Guy Beaujouan dans L’histoire et ses méthodes2, il s’agit toujours de domaines simultanés d’énoncés qui ne révèlent jamais un temps unique, mais cachent des temps historiques juxtaposés différentiels. Althusser l’avait vu, comme le rappelle Paul Zawadzki.

4Mais ce présentisme méthodologique et épistémologique est sans rapport avec le présentisme ontologique de ceux qui portent un deuil éternel de Mai 68 et associent à une illusoire reconquête du présent, un hédonisme jouisseur qui, brisant les barrières hiérarchiques ou de classes, créerait les conditions de communautés festives retrouvées.

5Il convient donc de bien distinguer les différents présentismes et d’éviter de prendre les uns pour les autres. Et ce, avec d’autant plus de rigueur que les discours sur les discontinuités temporelles sont légion, et sont devenus pour ainsi dire, banaux.

6Tel est l’exemple que j’ai choisi ici parmi tant d’autres pour illustrer l’importance des malaises dans la temporalité et la conflictualité toujours présente de leurs analyses. Merci à tous les intervenants du Colloque de nous l’avoir rappelé.

Notes

1 P. Bourdieu, Réponses, Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil, 1992, p. 112.

2 G. Beaujouan, L’histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard, 1961.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search