Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Conclusion

Michel Balard

Texte intégral

1Pourvus de tant de messagers si divers, nous avons malgré tout quelque difficulté à donner un « bon estat », pour reprendre l'expression de Philippe de Mézières, de la circulation des nouvelles au Moyen Age. De larges zones d'ombre voisinent avec quelques certitudes. Le thème est en effet foisonnant. Il nous a menés de la Chine des Mongols à la France de la Guerre de Cent Ans, en passant bien sûr par Avignon, coeur d'un réseau de communication sans égal. Les chancelleries pontificales et royales, les écritoires des compagnies marchandes, les rues et les places où se forme la rumeur ont été tour à tour examinées. De cette multiplicité d'informations ressortent quelques traits communs, portant à la fois sur la terminologie, les acteurs, les moyens et les objectifs recherchés.

2On s'est efforcé d'abord de mettre au jour les multiples facettes de l'information, de l'événement à la nouvelle et à la rumeur. Mais qu'est-ce qu'un événement ? Un fait singulier, exceptionnel et considéré comme tel avec le recul du temps ? La marge est étroite entre le fait brut et l'événement digne de mémoire. La mort d'un dauphin peu de jours après sa naissance n'a pas la même signification que celle d'un prince adolescent, qui se prépare à régner. L'une est un fait sans grande portée, vu l'effrayante mortalité infantile dans les milieux de la cour ; l'autre peut influencer le destin même du royaume. Le fait devient un événement a posteriori, lorsque l'on peut en mesurer l'importance. Au contraire, la nouvelle est un événement neuf, qui s'impose d'emblée et qui mérite d'être connu au-delà des lieux où il se situe. Ainsi, le couronnement romain de l'empereur Frédéric III donne lieu à des relations publiques, quasi officielles, et à des lettres privées, écrites au fil de la plume. La nouvelle revêt alors des colorations différentes. Pour les premières, elle est l'objet d'une information transmise et qui sera reçue par l'opinion, pour les secondes d'une diffusion privée. Que dire alors de la rumeur, cette « écume du bavardage », progressivement constituée à l'intérieur d'un groupe et qui en vient à créer un circuit d'information parallèle ? Les rumeurs sur l'apparition du « revenant d'Alès », comme la circulation souterraine des propagandes dans la France de la fin du Moyen Age, ont été examinées dans leur genèse comme dans leur mode de propagation.

3Cette terminologie précisée, l'intérêt s'est tourné vers les acteurs de l'information : des émetteurs et des récepteurs, des Etats, des particuliers et des groupes assimilables à l'opinion publique. Parmi les particuliers, on songe surtout aux compagnies commerciales de l'Italie médiévale qui ont mis en place un réseau de succursales et de correspondants : Florence, Sienne, Venise, mais aussi Gênes, Valence et Barcelone, sans parler de la Champagne et des Flandres, se tiennent ainsi informées des événements de l'Europe. En 1357, dix-sept compagnies florentines créent une association, la Scarsella, qui envoie chaque semaine un courrier vers la cour pontificale d'Avignon. Quoi de plus étonnant aussi que la correspondance de Francesco di Marco Datini, le marchand de Prato, auquel ses agents répartis dans les plus grandes métropoles économiques écrivaient, à raison parfois de deux à trois lettres par semaine ? De l'une à l'autre, on suit ainsi l'arrivée des navires marchands, d'abord signalés au large avec une estimation de leur cargaison, puis entrant au port, enfin à quai ; le correspondant peut alors donner la liste complète des marchandises débarquées, à laquelle il ajoute une courte mercuriale. On mesure la fantastique masse d'informations ainsi réunies, une aide puissante à la décision en matière de vente et d'achat, de change et de rechange.

4Au niveau des Etats, la circulation des nouvelles n'a pas attendu les temps modernes pour s'organiser. L'Empire Inca aussi bien que les monarchies hellénistiques ont précédé la Perse achéménide, la Chine des Khans mongols et la France de Louis XI dans l'établissement d'un service postal, indispensable pour transmettre les ordres, mobiliser les auxiliaires du prince, surveiller les frontières. Chaque cour royale ou princière cherche à s'informer et à être informée, ce qui ne signifie pas que se mette en place dans chaque Etat naissant un monopole de l'information publique. Le recours aux initiatives privées demeure prépondérant, et bien rares sont les Etats qui peuvent avoir les moyens de leurs ambitions dans ce domaine.

5Les moyens de transmission sont en effet limités. Le bouche à oreille de la rue, de l'échoppe et de l'atelier nous échappe en grande partie, pour ne laisser subsister que des petits faits et des anecdotes sans grande signification. Les courriers sont mal connus, sauf pour la monarchie pontificale ; grâce à l'équipe d'Avignon, regroupée autour d'Anne-Marie Hayez, les auxiliaires de la chancellerie des papes sortent de l'ombre. Mais il faudrait aussi étudier par qui se transmettent les lettres des compagnies marchandes. Avaient-elles, elles aussi, des messagers spécialisés ou s'en remettaient-elles au hasard du déplacement de leurs associés ? Plus pittoresquement on a évoqué le rôle des pigeons-voyageurs en terre d'Islam, les signaux acoustiques et optiques, les relais de postes à chevaux dans la Chine mongole, les mulets et les dromadaires, mais non la voie maritime, sujette à de grandes irrégularités.

6On croyait tout savoir sur la lenteur des transmissions. Et voici que des documents révèlent des vitesses surprenantes : deux jours et sept heures du Caire à Damas pour des cavaliers mamlûks, qui parcouraient ainsi près de 380 km en vingt-quatre heures ; 250 km par jour pour des courriers extraordinaires entre Paris et Avignon à la fin du Moyen Age. Ce sont là des vitesses exceptionnelles réalisées pour la transmission de nouvelles qui ne l'étaient pas moins. En fait, s'il y a eu sur certaines directions un assez bon fonctionnement des courriers à la fin du Moyen Age, on se saurait cacher qu'à côté de zones bien irriguées par les nouvelles, et étroitement circonscrites, beaucoup de régions de l'Occident se trouvaient à l'écart des réseaux de communication mis en place. Ce serait une tâche ardue, mais passionnante, de dessiner à partir d'exemples précis, la carte des centres de diffusion et de réception des nouvelles, à l'image de l'étude menée par exemple pour déterminer où et quand a été connue la grande nouvelle de l'entreprise réussie par Christophe Colomb.

7Evénement, nouvelle, rumeur, information, tout ne circule pas à la même vitesse ni dans les mêmes conditions. Les objectifs diffèrent, même si l'information reste à tout niveau le préalable à l'action. Le marchand cherche à acquérir, sans la divulguer à ses concurrents, la connaissance des marchés, de la conjoncture politique qui peut favoriser ou entraver ses affaires, des dangers qui peuvent menacer son trafic sur terre comme sur mer. Dans ces conditions, la réception de nouvelles sans cesse fraîches est un élément essentiel de sa stratégie. Elle implique néanmoins la constitution d'un réseau, limité aux principales places d'affaires. Les assemblées municipales ont d'autres intérêts : connaître les intentions du souverain ou le déplacement des bandes de routiers leur permet de définir une politique fiscale ou de prendre des mesures de défense immédiates. Leurs requêtes, si elles sont bien introduites auprès du prince, ont quelque chance d'être entendues. Quant à l'Etat, il a besoin pour son essor d'un réseau complexe d'information, qui va jusqu'à contrôler les bruits et les rumeurs, afin d'en faire un instrument de propagande.

8On le voit, au Moyen Age, comme aujourd'hui, l'information joue un rôle capital dans la vie des Etats, comme dans celle des individus, dans la mesure, et encore, où ceux-ci ne se contentent pas du rythme saisonnier du travail de la terre. Là où l'Etat est fort et durable, un réseau s'installe, qui cherche non seulement à informer, mais aussi à communiquer, c'est-à-dire à infléchir les comportements des hommes. On est loin, bien sûr, des systèmes de communication mis au point dans le monde d'aujourd'hui ; des systèmes qui enserrent l'individu dans un corset de nouvelles si nombreuses que celui-ci n'arrive plus bien souvent à distinguer l'essentiel de l'accessoire.

9Pourtant on ne peut s'empêcher, à la lumière des études que l'on vient de lire, d'affirmer la modernité du Moyen Age. La Chine des Tang n'a-t-elle pas inventé trois formes de courriers, la poste lente, la poste normale et la poste express, adaptées à l'importance des nouvelles à transmettre ? D'autre part, on pouvait au xve siècle remettre une lettre de Paris à un destinataire romain dans un délai d'une vingtaine de jours. Est-ce si différent aujourd'hui, alors qu'il faut deux heures pour le transport, mais près de trois semaines pour la distribution ? Et l'on pourrait aisément opposer le monde contemporain, saturé de moyens de communication, qui ne développent pas forcément l'écoute d'autrui, et le monde médiéval, pourvu de réseaux de communication encore bien lâches, mais qui suffisent à éveiller les individus, les groupes et les Etats à la compréhension de l'autre et de l'ailleurs. C'est en tout cas ce grand besoin d'information que notre Congrès a bien mis en valeur. « Par Dieu, écrivez plus souvent ! ».

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540