Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les postes à relais de chevaux chinoises, mongoles et mameloukes au XIIIe siècle

un cas de diffusion institutionnelle ?

Didier Gazagnadou

Texte intégral

  • 1 G. Balandier, Anthropologie politique, Paris, PUF, rééd.1984, p 161-162 ; Y. Renouard, « Informati (...)

1La question de la transmission des nouvelles intéresse l'histoire et l'anthropologie politique car elle est intimement liée à la formation, à la stabilité et à la domination de tout appareil d'Etat1. Il convient, nous semble-il, d'établir une distinction entre la transmission des informations d'Etat et les autres systèmes de transmission (compagnies commerciales, associations religieuses et universitaires, etc), c'est à dire entre les postes à relais ou postes d'Etat et tous les autres systèmes de transmission. Seul, en effet, un appareil d'Etat possède les moyens militaires et financiers de mettre en place et de faire fonctionner, avec régularité, vitesse et sécurité c'est à dire par le biais de relais, un réseau postal assurant le transport de ses correspondances sur un territoire donné. Attestés dés la trés haute antiquité au Moyen-Orient et en Chine, les systèmes de transports des correspondances d'Etat par relais d'animaux (car on utilise, selon la région, le climat, le terrain, des chevaux, des mulets, des dromadaires, des chameaux et des ânes, voire des yaks) prennent, avec la constitution de l'empire mongol au xiiie siècle, une dimension impressionnante à plusieurs titres : par l'extension, par la maîtrise technique qu'ils supposent, par les conséquences politiques et militaires et enfin par les problèmes de diffusion qu'ils soulèvent. On mesure bien alors la nécessaire rencontre de l'historien, de l'anthropologue et du géographe.

  • 2 J. Needham, Science and Civilization in China, vol 2, part 3, sections 28-29, « Civil engineering, (...)
  • 3 Zhouli ou Rites des Zhou, trad. E. Biol, Paris, Imprimerie Nationale, 1850, t. 1, livre 13, p. 288
  • 4 Les Mémoires Historiques de See-Ma Ts'ien, trad. E. Chavannes, Paris, Leroux, 1895-1905, II, p 461 (...)
  • 5 Les Mémoires historiques de See-Ma Ts'ien, op. cit., III, p. 571.
  • 6 E. Balazs, Le traité juridique du Souei-chou, Leiden, Brill, 1954, p. 20, 61, 79-81, et Le traité (...)

2L'existence de la poste d'Etat à relais de chevaux en Chine est attestée par de trés anciennes sources et confirmée ensuite pendant toutes les dynasties jusqu'à la fin du xixe siécle2. Le Zhouli (Rites des Zhou)3 datant environ du ive siècle avant notre ère ou les fameuses Mémoires historiques de See Ma Tsien (Sima Qian)4 un peu plus tardives, comportent assez d'informations (relais, chevaux et courriers de poste) pour conclure à l'existence d'une véritable poste d'Etat à relais (yi) dès le premier empire de Qin Shi Huangdi (-221/-210), et ensuite sous la dynastie des Han (-202/+220). Cette poste ne transporte que les correspondances de l'Etat et les fonctionnaires. Sima Qian nous rapporte, par exemple, le cas de fonctionnaires qui, pour aller surveiller des mines de sel nationalisées, utilisent les chevaux et les relais de la poste5. Aprés les périodes de troubles et de démantélement de l'empire et la reconstitution de pouvoirs locaux ou régionaux, par exemple, de l'effondrement de la dynastie des Han jusqu'aux dynasties des Sui (viè) et des Tang (viiè) ; on trouve, dans tous les codes administratifs et juridiques, des mentions régulières du service postal (yi), de ses relais, de ses courriers et de ses chevaux de poste6.

  • 7 Chen Yuanyuan, « A study of the postal System in the Tang dynasty », Yenching Annual of Historical (...)
  • 8 R. Des Rotours, « Les insignes en deux parties sous la dynastie des T'ang (618-907) », Toung Pao, (...)

3Pour la dynastie des Tang 612-907), (nous possédons une étude du système postal7, qui nous livre une carte du réseau des routes postales qui maillaient l'espace impérial, et de nombreuses informations. Ce réseau de routes équipées en relais de poste couvrait la quasi-totalité de l'empire chinois et reliait la capitale impériale (Chang'an, aujourd'hui Xi'an) à toutes les villes principales et à tous les points stratégiques. L'administration postale était sous le double contrôle de la grande chancellerie impériale et du ministère des armées. Toute une série de personnels civil et militaire y était rattachée, tant à la capitale que dans les préfectures et les sous-préfectures. Ces personnels devaient veiller à la mise en circulation rapide et régulière, dans la capitale et en province, des correspondances, des décrets et des directives de l'Etat qui étaient remis à l'administration postale par les bureaux des autres administrations. Ils devaient également veiller à la gestion et la bonne marche de l'en semble du réseau de relais de poste. Dans chaque relais de poste on trouvait : un directeur (yizhang), un certain nombre d'employés (employés aux écritures, palefreniers, serviteurs, etc), des chevaux, des mules, des ânes, voire des chameaux et des yaks dans des régions comme l'Asie centrale ou le Tibet, appartenant à l'administration postale ; des voitures de poste et, dans le cas des relais fluviaux, des bateaux de poste. Des patûrages proches du relais lui étaient attribués. Chaque année le directeur devait rédiger un rapport écrit précis sur son relais en y mentionnant : l'état de santé des animaux ; l'état des bâtiments ; la liste du personnel ; la nature et le nombre des corvées relatives au relais, imposées et effectuées par les familles des villages avoisinants ; la liste des courriers et des fonctionnaires ayant utilisé le relais etc. Ce rapport était envoyé, d'une part aux autorités provinciales et d'autre part, à la capitale. En ce qui concerne la transmission des correspondances elle-même, il y avait des courriers à pied ou à dos d'ânes pour les petites et difficiles distances et le courrier non-urgent. D'autre part, les courriers à cheval se divisaient en deux catégories : les courriers normaux et les courriers express. Le messager lui-même était munis d'un laissez-passer et d'une tablette d'autorité impériale (païzi8) délivrée par la chancellerie impériale et contrôlée par les directeurs de relais. Cette tablette, signe du pouvoir impérial, permettait aux courriers d'utiliser les relais, de changer de montures voire de faire des réquisitions.

4Les relais étaient installés à peu prés tous les 20kms (30 li) ; un courrier à cheval était autorisé à parcourir, en moyenne, l00kms par jour soit environ 5 à 6 relais ; un courrier express en moyenne 320 kms, soit environ 16 relais ; une voiture de poste environ 80 kms, environ 4 relais.

  • 9 Traité des fonctionnaires et Traité de l'armée (chap XLVII-L du Xingtangshu), trad. R. Des Rotours (...)
  • 10 Chen Yuanyuan, art. cit ; Marco Polo, Le devisement du monde, le livre des merveilles, Paris, La D (...)
  • 11 H. Maspero, E. Balazs, op. cit., p. 274, note 4 et 275, note 2 ; F. Aubin, « Entre Ciel Terre, J i (...)
  • 12 J. Gernet, La vie quotidienne en Chine à la veille de l'invasion mongole 1250-1276 Paris, Hachette (...)
  • 13 P. Olbricht, Dus postwesen in China unter der inongolenherrschaft [trad privée Myriam Vandevoorde] (...)

5Nous trouvons par ailleurs dans d'autres sources9 d'époque Tang, des chiffres précis sur le nombre et le type de relais du service postal. Nous savons ainsi qu'il y avait à cette époque 1643 relais de poste dont 1297 relais terrestres, 260 relais fluviaux et 86 relais mixtes. Le réseau postal devait couvrir environ 30-35000kms, peut-être plus, car nous ne connaissons pas l'ampleur du réseau parcouru par les courriers à pied. A partir des chiffres donnés par ces différentes sources sur le personnel et les animaux des relais10, il est possible de faire des estimations, qui ne peuvent être qu'approximatives mais tout de même indicatives. Ainsi, en prenant une moyenne de 30 chevaux par relais (les sources parlent de 10 à 60 chevaux par relais sans compter la capitale), le service des relais devait compter, en permanence, autour de 41500 chevaux de poste ; avec une moyenne de 4 bateaux par relais fluvial, on aurait eu 1384 bateaux de poste ; et enfin, avec une moyenne de 12 personnes par relais (les sources donnent de 25 à 2 par relais), il devait y avoir prés de 20000 employés. Tout en insistant sur le caractère incertain mais probablement en-deça de la réalité, de ces chiffres ; ils révèlent bien l'importance conférée par l'appareil d'Etat chinois à l'administration postale, et son coût financier élevé, notamment à cause du prix élevé des chevaux que l'administration des haras achetaient aux éleveurs nomades turco-mongols des steppes11. Ce service postal et son réseau de relais fut repris et développé du xe au début du xiiie siècle, par l'administration de la dynastie des Song12, comme par les dynasties d'origine nomade du nord de la Chine (Liao, Jurchen et Kin)13.

  • 14 L'histoire secrète des Mongols (chap I-VI), trad. P. Pelliot, Paris, A. Maisonneuve, 1949.
  • 15 The travels of an alchemist. The journey of the taoist Ch'ang chun from China to the hindu kush at (...)
  • 16 D. Morgan, The Mongols, Oxford, rééd. B. Blackwell, 1989, p. 104 ; J. Gernet Le monde chinois, op. (...)
  • 17 Joveyni, Târîx-é jahângoshâ, éd. M. Qazvini, Londres, Leiden, Brill, 1911 (Gibb mémorial series, x (...)
  • 18 S V. Prigara, The russian post in the empire, turkey, china and the post in the kingdom of poland, (...)
  • 19 W. Kotwicz, « Contributions aux études altaïques. A : les termes concernant le service des relais (...)
  • 20 Rashîd al-Dîn, op. cit., p. 42, 49.
  • 21 Voir la carte des routes de l'Iran mongole dans The Ilhânid Empire, 656-736h/1258-1336 A.C, Tiibin (...)
  • 22 Marco Polo, op. cit., I, p. 251-257.

6Lorsque qu'au début du xiiie siècle, les Mongols s'emparent de la Chine du nord (Pékin est prise en 1215), ne possédant que de simples messagers (elci)14, du fait aussi de l'extension considérable de leurs lignes de communication et de la nécessité d'une transmission réguliére et rapide des informations ; ils empruntent le système chinois de relais de poste et l'installent progressivement dans tout leur empire, au fur et à mesure de leur conquête. Tout d'aborden Mongolie15 et en Asie centrale16 puis en Iran-Irak17 et en Russie18. La relation de voyage des disciples du maître taoïste Chang chun est précieuse car non seulement elle indique l'itinéraire suivi entre Pékin et les environs de Samarkand où se trouve alors Gengis-Khân, note la présence de relais et courriers de poste mongols entre ces deux villes, et donne la date de ce voyage, en l'occurrence 1220. Au fur et à mesure de leur conquête de l'Iran et de l'Irak, et comme partout ailleurs dans leur empire, les armées mongoles continueront à installer ce système de relais de poste. Le terme utilisé dans les sources persanes pour désigner la poste à relais est, en général, le mot mongol jam / zam (route), qui persanisé devient yâm. Ce terme peut aussi désigner le relais de poste lui-même. Le jamci est la plupart du temps le fonctionnaire ou l'employé de relais et l'ulaci (ulagh, mot turc : cheval de poste), le courrier de poste19. Les Mongols ont conservé les grandes caractéristiques du service postal chinois dont celle consistant à délivrer aux courriers de poste la fameuse plaque ou tablette d'autorité (chinois : paizi ; mongol : pajiza ; persan : pâizé ; arabe : bâiza) rarement mais parfois designée par le mot turc tamgâ (qui désigne normalement le sceau impérial apposé sur les documents officiels délivrés par les autorités mongoles. Mais ils semblent, d'aprés les sources persanes, avoir donné à leur service postal une efficacité supplémentaire et une articulation plus grande avec l'armée en créant, en plus de la poste à relais de chevaux, régulière (morin yâm) ; une poste aux chariots (tergen yâm), une poste spéciale ou secréte (narin (étroit) yâm) trés rapide dont les courriers pouvaient parcourir entre 300 et 450 kms en 24h ; et probablement réservée à la transmission d'informations destinées à la haute hiérarchie civile et militaire mongole ainsi qu'au Khân lui-même. Ils firent fonctionner un quatrième système de relais que l'écrivain persan Rashid al-Dîn appelle tâyân yâm20, qui semble être le système chinois de relais de poste provisoire militaire et qui reliait en permanence les armées en campagne ou au front, aux autres réseaux de relais. L'ensemble du réseau de routes et de parcours équipés en relais de poste de l'empire mongol, au meilleur moment de celui-ci et d'aprés différents éléments, a du représenter prés de 60000 kms (30000 pour la Chine ; 20000 pour la Mongolie, l'Asie centrale, la Russie et autour 10000 pour l'Iran-Irak21). On peut donc supposer l'existence de 2500 à 3000 relais de poste, la présence d'environ 125000 à 150000 chevaux de poste (Marco-Polo dit 20000022) et peut-être 7000 à 8000 personnes affectées à ces relais. Cette organisation de la transmission des nouvelles a sans aucun doute été un des facteurs décisifs des victoires foudroyantes des armées mongoles à une telle échelle et de l'assujettissement rapide des populations.

  • 23 Maqrîzî, Kitâb al-sulûk li ma'rifat duwal al-mulûk, éd. M. Ziâda, 2e éd. revue, Le Caire, 1957, vo (...)
  • 24 D. Gazagnadou, « La lettre du gouverneur de Karak. Relations entre Mamelouks et Mongols au χiiie s (...)
  • 25 J. Masson-Smith, « Ayn Jâlût : Mamlûk success or Mongol failure », Harvard Journal of Asiatic Stud (...)
  • 26 Maqrîzî, Kitâb al-mawâ'iz wa'l'itibâr fi dikr al-hitat wa'l'atâr, éd. G. Wiet, Le Caire Institut F (...)
  • 27 J. Sauvaget, La poste ata chevaux dans l'empire des mamelouks, Paris, A. Maisonneuve, 1941 ;'Umarî (...)

7Aprés la prise de Bagdad en 1258, Hülegü, Ilkhân d'Iran-Irak, décide de poursuivre ses conquêtes vers l'Ouest et envahit la Syrie au début de l'année 1260. Alep est prise en janvier23, Damas en mars ; une partie des troupes mongoles s'engage dans la vallée du Jourdain et se dirige vers la ville de Karak au sud-est de la mer morte24 certainement dans le but tactique de prendre les armées mameloukes de Palestine en étau ; une autre partie s'avance dans le nord de la Palestine. L'armée mongole, commandée par Kitbugâ, est battue par les troupes du sultan mamelouk Qutuz à'Ayn Jâlût en septembre 126025 et expulsées de Palestine et de Syrie vers la fin de septembre 1260. Baybars al-bunduqdari participe à cette campagne ; il fait assassiné Qutuz et se fait proclamer sultan vers la fin de cette môme année. La poste à relais mamelouke est mise en place entre le 6 décembre 1260 et le 25 novembre 1261 (année 659 de l'Hégire)26. L'organisation de la poste mamelouk a été remarquablement étudiée par J. Sauvaget27. Les premières routes postales furent Le Caire-Gaza-Baalbek-Damas et al-Bîra et al-Rahba sur la frontière de l'Euphrate, dans le but d'obtenir rapidemment des informations sur le mouvement des troupes mongoles. Les nouvelles mettent, grace à ce système de relais, quatre jours entre Damas et le Caire. Les relais sont installés en moyenne tous les 20-25 kms. On utilise des chevaux, des dromadaires (surtout dans les parties désertiques), des pigeons (surtout entre Gaza et Le Caire) et probablement dés les débuts de l'institution, des signaux optiques (au moyen de feux, la nuit ; et de fumée, le jour). A la fin du règne du sultan Baybars, le réseau postal, couvrait environ 3000 kms de routes et parcours.

  • 28 Qalqashandî, Subh al-'a'sâ fi sinâ't al-'insâ', éd. M. Shams al-dîn, Dâr al-kutub alilmiya, Beyrou (...)
  • 29 T. Haneda, « Une tablette du décret sacré de l'empereur Genghis », Mémoirs of Research Department (...)
  • 30 Qirtây al-’izzi al-Khaznadârî, « Tarîkh », extrait pub. et trad. par G. Levi Della Vida, dans Orie (...)
  • 31 S. Pasquet, op. cit., p. 28.
  • 32 M. L Bates, « The coinage of Baybars », American Numismatic Society Museum Notes, 27 (1987) ; P. B (...)
  • 33 D. Gazagnadou, « Note sur une question d'héraldique mamlûke : l'origine du "lion passant à gauche" (...)
  • 34 Voir par exemple, Ibn as-Suqâ'î, Tâlî kitâb wafayât al-'a'yân, éd. et trad. J. Sublet, Institut Fr (...)

8La soudaine apparition de la poste à relais mamelouke avait évidemment intrigué J. Sauvaget qui, dans son travail, avait prudemment émis l'hypothèse d'une possible influence du modèle mongol. J. Sauvaget n'explora pas cette hypothèse, d'autant qu'il pensait que la plaque de poste (lawh al-barîd, rondes d'environ 12 centimètres de diamètre en argent ou en cuivre argenté28 portée par les courriers mamelouks était totalement différente de la plaque des courriers mongols (païza), se référant aux plaques sino-mongoles de type rectangulaire. Or, il se trouve que des paiza mongoles, utilisées en particulier par les courriers militaires, notamment lors des campagnes, avaient été découvertes et sont identiques à celles des courriers mamelouks : rondes, d'une douzaine de centimètres de diamètre, en or, en argent ou en cuivre29. D'autre part, une source arabe du xiiie siécle, que J. Sauvaget n'a pas utilisé, atteste clairement la mise en place en Syrie par les armées mongoles, d'un service de relais de poste, au moins sous la forme du système de relais de poste militaire provisoire et du port par ces courriers de la fameuse plaque de poste, appelée, dans cette source arabe tamgâ. le texte dit exactement ceci : « Hülegü me dit (il s'agit d'un cavalier mamelouk capturé par les Mongols) : peux-tu faire venir jusqu'à moi ton maître al-malik al-Ashraf, gouverneur de Homs ? je dis oui [...] Hülegü ordonna qu'on me donne des chevaux [...], j'enfourchai ma monture, pris avec moi dix chevaux, je passai autour de mon cou la tamgâ, c'est à dire la plaque de poste, je menai mes montures et arrivai à Gaza [...] »30. Par ailleurs, nous savons par Qalqasandî que cette plaque de poste mamelouke était attachée autour du cou au moyen d'un cordon de soie jaune, or, la couleur impériale chinoise est le jaune et nous savons que la poste chinoise transportait les mémoires destinés à l'empereur enveloppés dans des foulards de soie jaune31, les mongols ayant suivis les usages chinois en matière postale, il n'est pas impossible que leurs courriers de poste aient également attaché leur plaque avec un cordon ou un foulard de soie jaune. En même temps que la poste à relais, apparaît sur les nouvelles monnaies mameloukes frappées à la fin de de cette même année 1260 ainsi que sur les relais, un nouveau symbole héraldique, en l'occurence, un lion marchant à gauche. Les numistates, aprés avoir étudié les symboles héraldiques des dynasties précédentes, en font une invention du sultan Baybars32. Il se peut en effet toujours qu'il s'agisse d'inventions simultanées ; mais coïncidence étrange, des monnaies mongoles d'Iran-Irak, il est vrai un peu postérieures portent le même symbole héraldique et les dépenses de numéraires en argent par les Mongols en Syrie sont attestées33. Enfin, il est remarquable que les sources arabes ne parle que d'envoyés (rasûl) et ne mentionne jamais l'existence d'un quelconque service postal avec relais (markaz) et stations de poste (mawqif) pour les années qui précédent l'invasion mongole de la Syrie et la création de la poste mamelouke. Enfin, nous savons que de nombreux fonctionnaires arabes furent, de gré ou de force, pendant cette occupation mongole de la Syrie, au service de ce nouveau pouvoir34.

9L'ensemble de ces données, et en particulier la similitude des plaques des courriers de poste mamelouks et mongols, permet, nous semble-t-il, d'affirmer qu'il s'agit bien là d'un cas de diffusion d'une institution, en l'occurrence d'une technique étatique de transmission des nouvelles, entre l'Asie orientale et le Moyen-Orient ; diffusion qui aura pris environ un demi-siécle.

10Ce cas de diffusion est intéressant en ce qu'il montre la possibilité d'une diffusion-emprunt complexe sur le plan technique et directement réalisé par des appareils d'Etat et leur bureaucratie ; alors que nous avions essentiellement à faire jusqu'à présent à des exemples de diffusions techno-scientifiques, religieuses ou artistiques. Ce cas de diffusion d'un système d'information à l'intérieur du monde oriental doit, par ailleurs, permettre de reprendre l'hypothèse d'Y. Renouard quant à la possible imitation par l'Europe du xivè, de ce modèle moyen-oriental. D'autre part, on insistera sur le fait que les postes à relais chinoise, mongole et mamelouke, ne transportaient que les correspondances de l'Etat et ont toujours exclu la correspondance des particuliers (sauf cas de corruption), ceci jusqu'au xixe siécle. L'information transportée était de nature fiscale, militaire, politique et diplomatique. La question de la transmission des informations par la poste à relais d'animaux concerne l'anthropologie politique et l'histoire d'une part en ce qu'elle pose des problèmes techniques non négligeables comme par exemple ceux de l'approvisionnement en animaux, de la gestion et de l'organisation des réseaux postaux (batiments et personnels) ; d'autre part, en ce qu'elle touche d'une manière centrale et décisive à la formation de l'Etat c'est à dire à sa capacité de contrôle de territoires et des populations, de la fiscalisation de ces populations et de la stratégie militaire. Enfin, l'organisation de la transmission des informations de l'Etat et par l'Etat lui est essentielle, car sans poste et sans relais, il n'y a pas de territorialisation possible. L'histoire des appareils d'Etat territorialisés est liée à une véritable politique de l'information qui fut, trés tôt et jusqu'aux xve-xvie siécles (à l'exception, il est vrai du cursus publiais romain), surtout une caractéristique des Etats d'Orient et d'Extrême-orient et le signe du haut niveau de leurs développements bureaucratiques.

Notes

1 G. Balandier, Anthropologie politique, Paris, PUF, rééd.1984, p 161-162 ; Y. Renouard, « Information et transmission des nouvelles », dans L'Histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard, 1961 (La Pléiade).

2 J. Needham, Science and Civilization in China, vol 2, part 3, sections 28-29, « Civil engineering, the post-station System », Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1971, p. 34-38 ; H. Maspero, E. Balazs, Histoire et institutions de la Chine ancienne, Paris, PUF, 1967 ; J. Gernet, Le monde chinois, Paris, A. Colin, 1967 ; S. Pasquet, L'évolution du système postal sous les Qing. l'exemple de la province du Yunnan, Paris, De Boccard, 1986 (Institut des Hautes Etudes Chinoises).

3 Zhouli ou Rites des Zhou, trad. E. Biol, Paris, Imprimerie Nationale, 1850, t. 1, livre 13, p. 288.

4 Les Mémoires Historiques de See-Ma Ts'ien, trad. E. Chavannes, Paris, Leroux, 1895-1905, II, p 461-462 ; voir aussi, J. Gernet, Le monde chinois, Paris, A. Colin, 1972, p. 104.

5 Les Mémoires historiques de See-Ma Ts'ien, op. cit., III, p. 571.

6 E. Balazs, Le traité juridique du Souei-chou, Leiden, Brill, 1954, p. 20, 61, 79-81, et Le traité économique du « Souei-chou », Leiden, Brill, 1953, chap. 24.

7 Chen Yuanyuan, « A study of the postal System in the Tang dynasty », Yenching Annual of Historical Studies (Che hiue nien pao), I, 5 (1933) [en chinois ; trad. privée. Isabelle Ang].

8 R. Des Rotours, « Les insignes en deux parties sous la dynastie des T'ang (618-907) », Toung Pao, 41 (1952) ; et « Inscriptions et piéces de chancelleries chinoises », Toung Pao, série II, 5 (1904), note 2, p. 397.

9 Traité des fonctionnaires et Traité de l'armée (chap XLVII-L du Xingtangshu), trad. R. Des Rotours, Leiden, Brill, 1947, I, p. 111.

10 Chen Yuanyuan, art. cit ; Marco Polo, Le devisement du monde, le livre des merveilles, Paris, La Découverte, 1982, I, p. xxx.

11 H. Maspero, E. Balazs, op. cit., p. 274, note 4 et 275, note 2 ; F. Aubin, « Entre Ciel Terre, J idéal du cheval en Chine », dans V. Courtot-Thibault (sous la direction de), Le petit livre du cheval en Chine, Lausanne, Caracole, 1989, p. 97.

12 J. Gernet, La vie quotidienne en Chine à la veille de l'invasion mongole 1250-1276 Paris, Hachette, 1978, p. 86.

13 P. Olbricht, Dus postwesen in China unter der inongolenherrschaft [trad privée Myriam Vandevoorde], Wiesbaden, 1954, p. 39.

14 L'histoire secrète des Mongols (chap I-VI), trad. P. Pelliot, Paris, A. Maisonneuve, 1949.

15 The travels of an alchemist. The journey of the taoist Ch'ang chun from China to the hindu kush at the sommons of Chingiz Khan, trad. du chin. A. Waley, Londres, Routledge et Kegan, rééd. 1963.

16 D. Morgan, The Mongols, Oxford, rééd. B. Blackwell, 1989, p. 104 ; J. Gernet Le monde chinois, op. cit., p. 321, 326-327.

17 Joveyni, Târîx-é jahângoshâ, éd. M. Qazvini, Londres, Leiden, Brill, 1911 (Gibb mémorial series, xvi, xviii), p. 42 ; Rashîd al-Dîn, Jâme'al-tavârîx (jeld dovom), éd. E. Blochet, Leiden, Brill, 1911 (Gibb mémorial series, XVI, XVIII), p. 42.

18 S V. Prigara, The russian post in the empire, turkey, china and the post in the kingdom of poland, trad. du russe D. M Skipton, New-York, 1941, p. 1-3.

19 W. Kotwicz, « Contributions aux études altaïques. A : les termes concernant le service des relais postaux », Rocznik Orientalistyczny, XVI (1950).

20 Rashîd al-Dîn, op. cit., p. 42, 49.

21 Voir la carte des routes de l'Iran mongole dans The Ilhânid Empire, 656-736h/1258-1336 A.C, Tiibingen Atlas des Vorderen Orients, Wiesbaden, Université de Tübingen, 1984.

22 Marco Polo, op. cit., I, p. 251-257.

23 Maqrîzî, Kitâb al-sulûk li ma'rifat duwal al-mulûk, éd. M. Ziâda, 2e éd. revue, Le Caire, 1957, vol. 1, 2e partie, p. 422, 425 ; A-M. Eddé, « La prise d'Alep par les Mongols en 658/1260 », dans Actes du χiiie Congrés de l'Union Européenne des Arabisants et des Islamisants, Venise, 1988, Quaderni di Studi Arabi, 5-6 (1987-88).

24 D. Gazagnadou, « La lettre du gouverneur de Karak. Relations entre Mamelouks et Mongols au χiiie siécle », Etudes Mongoles et Sibériennes, 18 (1987).

25 J. Masson-Smith, « Ayn Jâlût : Mamlûk success or Mongol failure », Harvard Journal of Asiatic Studies, 44, 2 (1984).

26 Maqrîzî, Kitâb al-mawâ'iz wa'l'itibâr fi dikr al-hitat wa'l'atâr, éd. G. Wiet, Le Caire Institut Francais d’Archéologie Orientale, vol. 49, 1923, p. 87.

27 J. Sauvaget, La poste ata chevaux dans l'empire des mamelouks, Paris, A. Maisonneuve, 1941 ;'Umarî, al-Ta'rîf bi'l mustallah al-sharîf, éd. M. Hussein Shams al-dîn, Dâr alkutub al-’ilmiya, Beyrouth, 1988.

28 Qalqashandî, Subh al-'a'sâ fi sinâ't al-'insâ', éd. M. Shams al-dîn, Dâr al-kutub alilmiya, Beyrouth, 1987, vol. 1, p. 149 et vol. 14, p. 416-417.

29 T. Haneda, « Une tablette du décret sacré de l'empereur Genghis », Mémoirs of Research Department of Tôyô Bunko, 8 (1936) et « Gen chô ekiden zakko [Mélanges concernant le service postal de la dynastie mongole, en japonais trad. privée, J. C Martzloff] » Tôvô Bunko, I, a (1930).

30 Qirtây al-’izzi al-Khaznadârî, « Tarîkh », extrait pub. et trad. par G. Levi Della Vida, dans Orientalia, Rome, 1935, p. 361.

31 S. Pasquet, op. cit., p. 28.

32 M. L Bates, « The coinage of Baybars », American Numismatic Society Museum Notes, 27 (1987) ; P. Balog, « The coinage of the Mamlûks sultans of Egypt and Syria », Numismatic Studies, 12 (1964).

33 D. Gazagnadou, « Note sur une question d'héraldique mamlûke : l'origine du "lion passant à gauche" du sultan Baybars al-bunduqdârî », Der Islam, 66 (1989).

34 Voir par exemple, Ibn as-Suqâ'î, Tâlî kitâb wafayât al-'a'yân, éd. et trad. J. Sublet, Institut Francais de Damas, 1974.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site