Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Communications et société politique

Les villes et l'État en Provence aux XIVe et XVe siècles1

Michel Hébert

Texte intégral

  • 1 Une partie des éléments présentés ici ont fait l'objet d'un séminaire au Centre de recherches hist (...)
  • 2 Voir entre autres La communication clans l'histoire. Tricentenaire de Colbert. Colloque de Reims, (...)
  • 3 Voir notamment M. Hébert, « Placitum, pax, tres status : un rassemblement symbolique », dans Histo (...)

1Que la vie politique soit fondée en grande partie sur l’existence de moyens et de réseaux de communication appropriés est une évidence qui s'impose à tous. Ces moyens et ces réseaux cependant ne sont pas invariables d'une période à l'autre, d'un lieu à l'autre ou d’un milieu à l'autre. En cela, ils sont objets d'histoire : le présent colloque et plusieurs travaux récents2 tendent à le confirmer. Ayant abordé indirectement ce thème à plusieurs reprises dans des travaux sur les assemblées représentatives, perçues comme lieu de médiation symbolique, donc de communication, entre le prince et le pays3, nous ne croyons pas sans intérêt de déborder le cadre de ces assemblées pour tenter de percevoir de façon plus globale comment s'organise le réseau complexe et hiérarchisé des relations entre les villes et l'Etat, à l'intérieur d'un espace géographique et politique homogène, celui de la Provence des deux derniers siècles du Moyen Age.

  • 4 L'assemblée s'ouvre après le 25 novembre et prend fin avant le 19 décembre 1388 : A.C. Apt, BB 13 (...)
  • 5 Sur un sujet voisin, voir M. Guénette, « Une ville aux prises avec la guerre : Brignoles à la fin (...)

2Concrètement, puisqu'il ne peut être question ici de mettre à contribution la totalité des sources susceptibles de nous éclairer sur le sujet, nous aimerions dans un premier temps présenter un exemple précis et bien documenté, celui de la réaction de la ville de Sisteron (Alpes de Haute-Provence) à l'établissement d'un impôt nouveau par les Etats généraux réunis à Aix-en-Provence en décembre 13884 pour ensuite, à partir des enseignements que l'on peut tirer de ce cas en quelque sorte exemplaire, poser les jalons d'une réflexion plus vaste sur les réseaux de communication entre les élites politiques de la Provence à la fin du Moyen Age5.

3Chacun sait que la Provence médiévale ne brille pas par l'abondance de ses sources narratives – virtuellement aucune chronique ne nous est conservée. Le récit que je vais tenter de faire est donc construit exclusivement à partir des délibérations de la ville de Sisteron. Heureusement pour nous, les notaires de certaines communautés de Haute-Provence, notamment ceux de Manosque et de Sisteron, sont particulièrement diserts lorsqu'ils couchent sur papier les procès-verbaux des séances des délibérations des conseils municipaux, ce qui nous vaut à l'occasion une abondance de détails narratifs qu'on chercherait en vain dans les austères registres des villes de Tarascon ou de Draguignan par exemple.

  • 6 A.C. Sisteron, BB 90 fol. 19-66.

4Voici donc, en gros, fortement résumée car elle occupe une cinquantaine de feuillets, la « chronique de l'année 1389 à Sisteron », dans la perspective bien entendu de ce qui nous intéresse aujourd'hui, la connaissance des réseaux de communication6.

  • 7 Georges de Marie, sénéchal de 1387 à 1400.
  • 8 En l'occurrence (et de façon assez exceptionnelle), il s'agit d'un trentain à percevoir sur une lo (...)

5Tout commence le 20 novembre 1388. Ayant reçu une convocation pour une assemblée des Etats généraux à Aix le 25, le conseil de Sisteron décide d'envoyer un syndic et un conseiller et leur demande de profiter de l'occasion pour discuter d'un problème (nous ignorons lequel) concernant l'impôt sur le vin. Les députés quittent la ville le 22, se recommandent en passant à l'évêque de Sisteron dans sa résidence de Lurs puis se rendent à Apt où ils rencontrent le camérier du pape, François de Conzié, avec qui ils font route vers Aix. Après plusieurs jours d'attente dans cette ville, arrive un messager du sénéchal de Provence7 leur demandant de patienter encore... Finalement l'as semblée ne s'ouvre que début décembre, elle prend fin vers le 15 et le 18, les députés de Sisteron sont de retour chez eux, font leur rapport (relatio) au conseil et présentent leur note de frais après 26 jours d'absence. Dans ce rapport, bien entendu, ils font un récit de l'assemblée et ils annoncent le montant de l'impôt voté par les Etats8. Ici s'arrête l'incidence directe des Etats généraux. Cependant pour les Sisteronnais, les problèmes commencent, si l'on peut dire, car la création de cet impôt enclenche une série de tractations, ambassades, conseils et négociations à tous les niveaux, qui vont durer au moins huit mois, jusqu'en août 1389.

  • 9 Sur les assemblées de viguerie et de baillie, très fréquentes en Provence durant les deux derniers (...)
  • 10 Ainsi Manosque en 1421 donne procuration à ses députés pour décider comme les autres villes : A.C. (...)

6D'abord en janvier on réunit une assemblée de la baillie9 dans le couvent des frères Mineurs de la ville. Assemblée probablement houleuse car, sous le sceau du secret, certains y tiennent des propos fortement opposés au trentain. Ces propos seront par la suite rapportés au sénéchal, ce qui obligera le conseil à faire enquête pour tenter de trouver le nom du dénonciateur. Mais finalement on s'entend pour accepter le principe de l'impôt, à condition que les villes de Marseille, Arles, Aix et Tarascon de même que le prince d’Orange, les évêques de Sisteron et de Gap contribuent également. On touche ici du doigt une pratique importante et répandue des communautés, qui nourrit évidemment les réseaux de circulation de l'information, à savoir l'habitude d’aligner sa décision sur la décision prise par les communautés voisines ou par les plus grandes villes du pays10.

  • 11 Considérées « terres adjacentes » dans la fiscalité provençale à la fin du Moyen Age, ces deux vil (...)
  • 12 Un certain Agout, soit de la famille des seigneurs de Mison, Noyers et Volonne, soit de la famille (...)

7En mars suivant, donc un peu plus d'un mois après cette assemblée, l’affaire rebondit et semble s'envenimer. Est-ce en raison du vent de fronde qui soufflait sur l'assemblée de la baillie, pour enquêter sur les propos qui ont pu y être tenus, ou simplement pour percevoir les sommes dues au titre du rachat de ce trentain ? Toujours est-il que deux commissaires royaux sont à Sisteron. Du 5 au 8 mars, pas moins de quatre réunions de conseil municipal se tiennent ; à un certain moment la ville offre 200 florins pour racheter ces trentains, cherche de nouveau à obtenir la promesse que Marseille et Arles contribueront11. Après de nombreuses discussions (multa colloquia) on n’est toujours pas d'accord et le conseil tente une dernière démarche en envoyant deux seigneurs de castra voisins12, amis de la ville, discuter avec les commissaires royaux qui, nous dit-on, ont déjà enfourché leurs montures et s'apprêtent à quitter la ville.

8Point n'y fait cependant et une dizaine de jours plus tard (le 17), les commissaires sont de retour. Le conseil estime que les faits ont été très mal rapportés au sénéchal mais ne peuvent se dispenser de lui envoyer une mission d'excuses, une ambassade pro excusatione fienda. La question de l'impôt n'est toujours pas réglée et à travers une nouvelle série de réunions du conseil, on voit que l'évêque de Sisteron lui-même a envoyé une ambassade au sénéchal pour offrir sa médiation et se porter personnellement garant d'un paiement de 600 florins pour la ville et sa baillie (un tiers pour la ville et deux tiers pour les villages environnants). La ville dépêche elle aussi le 25 un ambassadeur au sénéchal et les communautés de la baillie, réunies quelques jours plus tard, désignent le seigneur de Venterol pour les représenter. Ces deux ambassadeurs reçoivent d'un nouveau conseil, tenu le 30, des instructions détaillées sur leur mission. Non seulement reviendront-ils, quelques semaines plus tard, bredouilles mais on apprendra par leur rapport que le sénéchal attend de la ville et de la baillie rien moins que 5666 florins, soit dix fois ce qu'on offrait. Une nouvelle ambassade le 21 avril n'y changera rien.

9En mai c'est l'escalade. Aux grands maux les grands remèdes : le sénéchal approche avec sa troupe. Dans ce qui ressemble à un mélange de joie et de peur, on envoie des ambassadeurs d’abord pour trouver le sénéchal (il se déplace constamment) et pour tenter encore de négocier. Fin mai on le rencontre près d'Allons, au lieu dit Valclausse, mais il n'a qu'un mot à la bouche : « où est l'argent ? ». « On le prépare, répond-on, mais comprenez que la ville est pauvre ! ». Sentant de nouveau le besoin de temporiser, quelques jours plus tard la ville dépêche encore un ambassadeur qui trouve le sénéchal cette fois à Riez et lui donne 250 florins pour le faire patienter. Mais le sénéchal annonce sa venue à Sisteron pour le lundi suivant et lance cet avertissement aux citadins récalcitrants : « Faites en sorte que l'argent soit prêt et que je n'aie pas à entrer en ville avec mes hommes ! ».

  • 13 On lui offre 50 coupes de vin, 24 émines d'avoine, des torches et des chandelles de cire : A.C. Si (...)
  • 14 Au seigneur de Sault, des torches et 12 émines d'avoine ; à Guigonet Jarente [seigneur de Montclar (...)

10Ceci nous amène donc à la « joyeuse entrée » (le terme paraît bien déplacé) du sénéchal à Sisteron le 18 juin 1389. Joyeuse, parce que calquée au moins partiellement sur les rituels d'entrée solennelle royale ou épiscopale. C'est donc une délégation de conseillers à cheval qui vient accueillir le sénéchal jusqu'à Volonne, à une dizaine de kilomètres au sud de la ville ; et on offre moult cadeaux à cette occasion, pour le sénéchal lui-même bien entendu13 mais aussi pour sept personnes de son entourage (dont il est intéressant de noter que trois ou quatre au moins sont originaires de Sisteron ou sont possessionnées dans la baillie)14. Cadeaux et courbettes cependant ne sont pas synonymes de défaitisme et les conseillers de Sisteron annoncent sans ambage au sénéchal que, sauf sa révérence, ce sera 600 florins ou nous irons au roi et à la reine !

  • 15 De dix ans postérieur cependant : le trésorier de la ville dépense en 1398 une somme, causa repara (...)

11Ce qui se passe précisément pendant la présence du sénéchal, nous l'ignorons. Les gens du sénéchal ont-ils incendié une maison, comme le laisse croire un extrait de compte15 ? On a bien dû finir par s'entendre, de gré ou de force, sur le montant car les deux épisodes suivants, les derniers, vont mettre en scène un conseil municipal soucieux désormais de négocier les modalités de paiement de l'impôt, plutôt que le montant lui-même.

12En juillet, la troupe (j'ose à peine dire la cour) du sénéchal s'est déplacée à Forcalquier où elle séjourne pendant au moins une semaine. C'est là que les Sisteronnais dépêchent deux des leurs pour négocier le terme du paiement pour le montant qui a été convenu. Dans cette ville se déroule une scène plutôt cocasse où les malheureux ambassadeurs se font renvoyer d'un interlocuteur à l'autre sans jamais obtenir quoi que ce soit. Le sénéchal leur dit que le versement ne peut attendre car il doit payer la solde de ses gens d'armes. Il les envoie donc à Jean de Graulheto, capitaine de la troupe. A celui-ci, ils demandent crédit – ayant même apporté avec eux un billet au montant de 345 florins, au cas où... Mais le capitaine ne veut pas de ce billet, arguant que cette somme n'est pas toute pour lui mais qu'il doit la partager avec ses compagnons (socii). Nos conseillers tentent alors une démarche auprès du trésorier mais sa réponse laisse songeur quant au développement précoce d'une bureaucratie où personne n'est responsable : « je vous aiderais bien si je pouvais, dit-il, mais malheureusement l'affaire ne relève pas de moi ». Suit une ultime tentative auprès de deux proches du sénéchal (deux de ceux à qui du reste on avait offert des cadeaux en juin : rien n'est gratuit !). On leur demande d'intercéder, encore en vain. Multa laboravimus, diront les ambassadeurs sisteronnais en rentrant chez eux juxta posse nostrum. Mais le sénéchal a imposé son ultimatum : sous peine de 200 marcs d'argent, soyez, dit-il, le 25 à Apt (nous sommes le 12 ou le 13) avec votre paiement.

  • 16 Le cas n'est du reste pas unique : le 9 juillet de la même année, Manosque emprunte 300 florins po (...)

13Le dénouement de l'affaire est, finalement, assez simple. Il suit un modèle fréquent dans la fiscalité des xive et xve siècles : on envoie des ambassadeurs à Avignon pour emprunter les 300 florins qui manquent encore et on les emprunte à nul autre qu'à un certain Perrinet, compagnon d'armes et membre de la troupe de Jean de Graulheto (un montant destiné, ne l'oublions pas, à payer la solde de cette même troupe)16. Au retour de ces ambassadeurs à Sisteron le 29 juillet, le conseil établit un impôt indirect, une rève qui permet, dès la mi-août, de rembourser non seulement le dit Perrinet (330 florins : 10 % d'intérêt pour un prêt de 15 jours) mais aussi six conseillers et 60 citoyens qui avaient avancé les sommes nécessaires pour un grand total de 958 florins et 12 sous (ce qui, par déduction, était probablement le montant dont on avait convenu avec le sénéchal en juin).

14Ici se termine le registre BB 90 de Sisteron et une brève lacune dans la série des délibérations ne nous permet pas de savoir s'il y eut encore des suites à cette affaire qui, en gros, semble close. Reste à en tirer des enseignements et des perspectives quant au problème des communications et de la circulation de l'information politique (et non de l'histoire de la fiscalité, car ce n'est pas notre propos, mais le document est aussi très riche de ce point de vue).

15Une première constatation concerne la lourdeur du processus. L'absence d'une structure administrative appropriée, la mobilité des interlocuteurs, l'incertitude des enjeux conduisent à un bilan d'inefficacité assez extraordinaire : pour lever un peu plus de 800 florins sur une population d'environ deux mille âmes, il aura fallu une assemblée des Etats généraux, au moins deux assemblées de la baillie, 21 réunions du conseil municipal en 9 mois (dont 15 entre mars et juin), huit ambassades et trois « délégations » ou comités d'accueil, deux passages de commissaires royaux à Sisteron et un séjour du sénéchal lui-même avec sa troupe ; il aura fallu aussi des cadeaux et des pots-de-vin, un emprunt à Avignon, un ou plusieurs emprunts forcés dans la ville, une rève ; il aura fallu enfin noircir une cinquantaine de feuillets recto-verso de procès-verbaux de délibérations.

16Sur les réseaux et les modalités de la communication, ce dossier me paraît particulièrement éloquent et je centrerai mes remarques autour de quatre grands thèmes qui tous émergent du document mais tous, aussi, pourraient être étayés par de multiples exemples puisés à d'autres sources.

a) Concernant les lieux de la communication et le rapport à l'espace

17Dans cet Etat déjà bien structuré mais non encore achevé, on a bien fait ressortir le rôle des capitales en émergence comme lieux de fixation d'une administration et d'une bureaucratie de plus en plus diversifiées. La Provence ne fait pas exception : à Aix siègent les Etats, les grands officiers de justice et résident les avocats et procureurs de plus en plus nombreux que les communautés sont appelées à consulter. Pourtant, ce qui frappe dans le document que nous venons de présenter, c'est aussi la mobilité de la Cour et la diversité des lieux d'échange.

  • 17 A.C. Barjols, BB 1 fol. 111 v° : 23 avril 1389.
  • 18 A.C. Manosque, Ba 25/2 non fol., 29 juin 1389.

18Mobilité : il faut attendre le sénéchal plusieurs jours à Aix avant l'ouverture des Etats (novembre 1388) ; il faut partir à sa recherche pour négocier avec lui. On le trouve à Valclausse, à Riez, à Forcalquier. Vers la même date, les gens de Barjols qui lui envoient aussi un ambassadeur, le trouvent à Brignoles17, ceux de Manosque le trouvent à Sisteron18. Certes nous sommes en période de troubles et le sénéchal est aussi et surtout un chef militaire. Sa mobilité n'étonne donc guère. Mais dans son entourage se trouvent de grands officiers de la Cour, notamment le trésorier à qui les communautés ont constamment à s'adresser. Plus que la seule armée, c'est donc une partie de la capitale qui se déplace avec lui. Les hasards de la route et l'insécurité des chemins font aussi qu'on voyage de conserve lorsque cela est possible. Nos députés de Sisteron se joignent à la troupe du camérier du pape entre Apt et Aix, à celle du sénéchal entre Aix et Avignon. Communications et échanges d'informations avec le pouvoir royal ne se limitent donc pas à une monotone série de voyages aller-retour entre les chefs-lieux de circonscription et la capitale.

b) Sur la variété et l'enchevêtrement des thèmes

  • 19 Que le village de Lambert puisse contribuer aux impôts dans la baillie de Digne mais que celui de (...)
  • 20 Il s'agit du village de Saint-Symphorien, donné par la reine à Graulhetus
  • 21 Dans la délicate affaire de la dédition récente de la vallée de Barcelonnette au comte de Savoie : (...)

19Si la plupart des missions confiées par les villes à leurs députés ou ambassadeurs ont un objectif principal clairement défini, il n'est pas rare que le voyage à Aix ou à Avignon soit l'occasion d'un certain nombre d'autres activités, liées de près ou de loin à la mission principale – ou carrément sans lien avec elle. Dans l'affaire qui vient de nous occuper, on donne le 30 mars des instructions en 12 points aux ambassadeurs. Le mandat principal en est un de négociation, très ouvert (pro posse : qu'ils fassent au mieux). A côté cependant, les ambassadeurs ont mandat de négocier la participation des ecclésiastiques aux impôts, l'appartenance de certains villages à la baillie de Sisteron19, l'aliénation d'un village entre les mains d'un chef routier20, un problème concernant les moniales de la ville et un autre concernant des sommes reçues du comte de Savoie par certains habitants de Sisteron21. En somme, on profite du voyage des ambassadeurs pour leur confier un peu toutes les affaires pendantes de la communauté. Cette non-spécialisation des ambassadeurs est tout à fait fréquente.

c) Sur la complexité du réseau des interlocuteurs

  • 22 Voir l'importante tournée provençale de commissaires à la réformation de la justice, en relation a (...)
  • 23 A.C. Toulon, BB 38 page 22.
  • 24 23 décembre 1441 : A.C. Manosque, Ba 25/10 fol. 53-55. Sur ce personnage, voir F. Cortez, Les gran (...)

20Le cas le plus fréquent est évidemment celui de la relation directe entre la ville et le prince. La multitude des ambassades au sénéchal en témoigne. Mais le cas n'est pas toujours aussi simple. Avant d'accéder au sénéchal, on peut avoir affaire à des commissaires envoyés par lui. Suivant l’exemple français peut-être, le cas est de plus en plus fréquent en Provence au cours du xve siècle, allant jusqu'à de véritables tournées d'extorsion de fonds sous couvert de « réformation de la justice »22. Parfois les affaires à traiter impliquent des subtilités juridiques ou une continuité d'intervention telles qu'il vaut mieux avoir recours à des avocats ou procureurs à la solde de la ville, en résidence permanente dans la capitale. Ambassades à ces procureurs, échanges de courriers, paiements d'honoraires se multiplient au xve siècle et certains de ces juristes éminents retenus par les communautés sauront se tailler une place de choix dans l'appareil administratif à Aix. Un Jean Martin, futur chancelier royal, est avocat de Toulon, pour six florins par an, en 143323 ; Jourdain Brès, docteur en droit et maître-rational, est aussi avocat de Manosque en 1441, pour la somme de 12 florins24. Enfin, au-delà du sénéchal, le recours direct à la personne du roi peut toujours s'envisager. Utilisée comme menace auprès du sénéchal en juin 1389, la démarche n'est pas exceptionnelle, surtout lorsque le roi séjourne en Provence, à Aix ou au château de Tarascon.

  • 25 A. Venturini, « La guerre de l'Union d'Aix » », dans 1388. La dédition de Nice à la Savoie, Paris, (...)
  • 26 Avignon reçoit ainsi une lettre de deux de ses citoyens datée du 8 août 1411, annonçant la prise d (...)
  • 27 Outre l'emprunt mentionné ci-dessus dans l'affaire des Sisteronnais, on possède de nombreux exempl (...)
  • 28 A l'occasion de la fête donnée au château de Tarascon pour le mariage de Louis III et la joyeuse e (...)

21Ceci dit, le réseau d'interlocuteurs des villes provençales est loin de se limiter à la cour royale ou à son personnel. On sait que les villes entretiennent entre elles des réseaux serrés d'amitié et on soupçonne, au hasard de quelques notations éparses, qu'elles cultivent aussi des amitiés auprès de plusieurs nobles et prélats, généralement possessionnés à proximité de leur territoire. Les villes entre elles, d'abord : sans ouvrir le dossier de la fameuse ligue de l'Union d'Aix, tout entière fondée sur une concertation et une alliance des Λ villes du pays25, on voit partout les cités provençales dépêcher des correspondances et des missions d'information auprès de leurs proches voisines (Manosque envoie fréquemment à Apt, Tarascon à Arles) ou des villes principales, notamment le quatuor Aix-Marseille-Arles-Tarascon, sans le consentement desquelles l'unité du pays ne saurait se faire. Ces échanges ont à peu près toujours les mêmes buts : savoir où se trouvent les troupes de brigands et, en général, quelles sont les nouvelles26, si telle ville compte députer à une assemblée, comment se procurer de l'argent27 ou comment résoudre des problèmes plus spécifiques, par exemple le choix du cadeau à offrir à une personnalité de marque28.

  • 29 E. de Laplane, Histoire de Sisteron tirée de ses archives, Digne, 1843, t. I, p. 208-212.
  • 30 Le 18 février 1420, Manosque envoie un député à Saint-Martin-de-la-Brasque consulter le seigneur d (...)
  • 31 En 1421, Barjols envoie un homme à Varages consulter le seigneur de Fox et l'évêque d’Antibes : A. (...)

22Amitiés dans l'aristocratie locale : dans le dossier que nous venons de présenter, Sisteron consulte un membre de la famille d’Agout, le seigneur de Peypin et l'évêque de la ville ; en 1392 la même cité s'adresse à Guigonet Jarente, seigneur de Montclar (tout près de la ville) pour obtenir son avis sur l'opportunité de conclure une alliance entre les villes de Sisteron, Apt et Forcalquier29. Au xve siècle, Manosque consulte le seigneur de Venterol et celui d'Oraison, à titre d'amis de la ville30, et ainsi de suite31.

23Dense réseau d'amitiés donc, mal connu, parfois à peine soupçonné des historiens ; réseau coûteux aussi, qu'il faut entretenir au prix de beaucoup d'attentions et de cadeaux. Ce sera ma dernière remarque.

d) Sur la diversité des moyens mis en oeuvre

24Si les moyens mis en oeuvre pour la circulation de l’information sont assez faciles à repérer, il ne faut pas omettre d'étudier les moyens par lesquels les villes créent et entretiennent ce réseau d'interlocuteurs privilégiés.

  • 32 N. Coulet, « Les entrées solennelles en Provence au xive siècle », Ethnologie française, 7 (1977), (...)
  • 33 Voir aussi l'entrée du lieutenant du roi et futur sénéchal Pierre d'Acigné à Draguignan en juin 14 (...)
  • 34 Sisteron en février 1406 offre des cadeaux à 11 membres du conseil : le lieutenant du roi, les maî (...)
  • 35 En août 1447, Tarascon offre une coupe d'argent d'une valeur de 32 florins 4 gros à Yolande, fille (...)
  • 36 Draguignan offre des torches, des chandelles et de l'avoine à l'évêque d'Albi le 24 décembre 1404  (...)
  • 37 A Lurs auprès de l'évêque de Sisteron le 18 décembre 1388 : Et primo retulerunt... literas credenc (...)
  • 38 Item retulerunt tunc presentasse literas credencie dicto domino senescallo et eidem unpedisse reve (...)
  • 39 CM/71 reverencia dixit : ibidem, fol. 39 v° ; honore et reverencia ipsius domini senescalli semper (...)

25Le rituel le plus important est celui de l'entrée solennelle qu'avec plus ou moins d'apparat on peut destiner à la personne royale32, au sénéchal (on l'a vu ci-dessus)33, à des commissaires royaux ou membres du conseil royal34 ou à toute personne de marque dans l'entourage royal35, enfin à des ecclésiastiques notoires36. Moins remarquable que l'entrée mais jamais omis, le geste de la recommandation et de la révérence est partie intégrante de ces rituels qui tissent des liens entre les communautés et leurs protecteurs de marque. Dans les rapports qu'ils font à leur retour de voyage, les députés ne manquent pas de rendre compte de l'accomplissement de ce geste. Huit fois dans le dossier que nous venons de présenter apparaissent les mots recommander, recommandation ou révérence : à propos d'une visite de politesse en route vers Aix37, d'un geste indispensable en présence du sénéchal, préalable à toute discussion38, d'une attitude ou du ton sur lequel on s'adresse à autrui (avec révérence, sauf votre révérence)39.

26Les cadeaux sont les indispensables compléments de ces rituels d'amitié et de soumission mais leur étude nous entraînerait beaucoup trop loin. Il convient simplement de rappeler leur existence et leur caractère obligatoire pour toute communauté soucieuse de nourrir le réseau de ses protecteurs.

27En guise de conclusion, s'étonnera-t-on qu'un exposé amorcé sur le thème de l'information et de la communication s'achève par des remarques sur les rituels de recommandation et sur les échanges de cadeaux ? Ce serait oublier que la communication suppose non seulement des messages mais aussi des « émetteurs » et des « récepteurs », des individus qui s'échangent des informations. Et ces individus, comme les réseaux qu'ils s'appliquent à construire et à entretenir, doivent retenir notre attention au moins autant que les messages eux-mêmes. Or il me semble que du point de vue des communautés d'habitants en Provence aux xive et xve siècles, le développement extraordinairement rapide de l'Etat et de la ponction fiscale a agi comme catalyseur de la formation d'une société politique, c'est-à-dire d'un groupe restreint d'élites de plus en plus spécialisées et ayant par nécessité un réseau complexe d'échanges entre elles.

28Vues du point de vue de la ville, ces élites, on l’a souvent dit, sont un petit groupe de gens fortunés qui accaparent le pouvoir et se le passent entre eux par cooptation ou par des systèmes électifs ne laissant guère de place à l'arrivée d'hommes nouveaux. Mais on a moins souvent fait ressortir – et c'est probablement l'originalité du genre de recherche entreprise ici et du thème du présent colloque – les caractéristiques de ces groupes d'élites en relation avec les qualités attendues des individus qui occupent les charges et remplissent les fonctions à eux attribuées.

29Ainsi, la fréquence et parfois la longueur des assemblées ou des voyages qu'implique cette vie de relations exigent une grande disponibilité. La variété et la complexité croissante des tâches assignées à ces élites impliquent un niveau d'instruction certain et une multitude de connaissances (en droit, en fiscalité par exemple) qu'il faut avoir le loisir d'acquérir. La nature délicate de beaucoup de missions suppose un vaste réseau de relations et d'amis ; enfin l'exigence, apparemment de plus en plus fréquente au xve siècle, d'avoir à se porter garants sur leurs biens personnels du bon paiement des subsides royaux suppose, pour ces mêmes élites, une assise financière solide. Bref, l'incontestable accaparement des charges par une petite oligarchie dans les villes du xve siècles s’explique peut-être aussi par la complexité et la spécialisation croissante des fonctions, où la communication, avec ses protocoles et ses réseaux, occupe une place de choix. On comprendra beaucoup mieux ces élites quand on aura multiplié les études sur les tâches qui leur sont assignées et les diverses exigences de richesse, d’éducation, de disponibilité que ces tâches présupposent.

Notes

1 Une partie des éléments présentés ici ont fait l'objet d'un séminaire au Centre de recherches historiques sur la ville à Strasbourg, en avril 1992, à l'aimable invitation de D. Menjot. L'ensemble de ces travaux de recherches sont subventionnés par le Fonds FCAR du gouvernement du Québec.

2 Voir entre autres La communication clans l'histoire. Tricentenaire de Colbert. Colloque de Reims, septembre 1983, Reims, Académie Nationale de Reims, 1985 ; Kommunikation und Alltag in Spatmittelalter und friiher Neuzeit, Vienne, Verlag der Osterreichischen Akademie der Wissenschaften, 1992 ; G. Achard, La communication à Rome, Paris, Belles-Lettres, 1991.

3 Voir notamment M. Hébert, « Placitum, pax, tres status : un rassemblement symbolique », dans Histoire et société. Mélanges offerts à Georges Duby, Aix-en-Provence, Publications de l'Université, 1992, t. II, p. 223-234 ; « Les assemblées représentatives et la genèse de l'Etat moderne en Provence (xiii-xve siècles) », dans Genèse de l'Etat moderne en Méditerranée. Approches historique et anthropologique des pratiques et des représentations, Rome, Ecole française de Rome, 1993, p. 267-284 ; « Le théâtre de l'Etat : rites et discours dans les assemblées provençales », Historical reflections, 19 (1993), p. 267-278.

4 L'assemblée s'ouvre après le 25 novembre et prend fin avant le 19 décembre 1388 : A.C. Apt, BB 13 fol. 190 ; A.C. Manosque, Ba 25/2 n. fol. ; A.C. Grasse, CC 35 ; A.C. Tarascon, BB 2 fol. 136 v° ; A.D. B. du Rh.. 351 E 60 fol. 4.

5 Sur un sujet voisin, voir M. Guénette, « Une ville aux prises avec la guerre : Brignoles à la fin du xive siècle », Provence Historique, 40 (1990), p. 429-442.

6 A.C. Sisteron, BB 90 fol. 19-66.

7 Georges de Marie, sénéchal de 1387 à 1400.

8 En l'occurrence (et de façon assez exceptionnelle), il s'agit d'un trentain à percevoir sur une longue liste de marchandises : A.C. Grasse, CC 35.

9 Sur les assemblées de viguerie et de baillie, très fréquentes en Provence durant les deux derniers siècles du Moyen Age, voir M. Hébert, « Du village à l'Etat : les assemblées locales en Provence aux xive et xve siècles », à paraître dans les Actes du colloque « La société rurale et les institutions gouvernementales à la fin du Moyen Age », Montréal, mai 1993.

10 Ainsi Manosque en 1421 donne procuration à ses députés pour décider comme les autres villes : A.C. Manosque, Ba 25/6, 17 février 1421 ; Tarascon en 1382 pour voter comme la majorité des trois états : A.C. Tarascon, BB 1 fol. 205 v°.

11 Considérées « terres adjacentes » dans la fiscalité provençale à la fin du Moyen Age, ces deux villes prétendent ne consentir aux subsides votés par les Etats que de leur plein gré et sans aucune obligation. Voir E. Baratier, La démographie provençale du xiiie au xvie siècle, Paris, 1961, p. 20-21.

12 Un certain Agout, soit de la famille des seigneurs de Mison, Noyers et Volonne, soit de la famille des seigneurs de Curbans et Claret, tous possessionnés dans la baillie de Sisteron, et le seigneur de Peypin.

13 On lui offre 50 coupes de vin, 24 émines d'avoine, des torches et des chandelles de cire : A.C. Sisteron, BB 90 fol. 57.

14 Au seigneur de Sault, des torches et 12 émines d'avoine ; à Guigonet Jarente [seigneur de Montclar, dans la baillie de Sisteron], 6 émines d'avoine, 2 torches et 2 livres de chandelles ; à l'évêque de Sisteron [Artaud de Mélan], 2 torches et 2 livres de chandelles ; à Antonellus [Henrici, secrétaire royal, originaire de Sisteron], à Arnaudinus, à Henri de Blanchis et aux autres membres du conseil royal, prout videbitur et secundum posse, ibid., fol. 57.

15 De dix ans postérieur cependant : le trésorier de la ville dépense en 1398 une somme, causa reparationis domus combuste per gentes armorum domini Provincie senescalli : E. de Laplane, Histoire de Sisteron tirée de ses archives, Digne, 1843, t. I, p. 185, note 1.

16 Le cas n'est du reste pas unique : le 9 juillet de la même année, Manosque emprunte 300 florins pour la même raison à noble Isnardus de Groelhano, capitaine de gens d'armes : A.C. Manosque, Ba25/2, non folioté.

17 A.C. Barjols, BB 1 fol. 111 v° : 23 avril 1389.

18 A.C. Manosque, Ba 25/2 non fol., 29 juin 1389.

19 Que le village de Lambert puisse contribuer aux impôts dans la baillie de Digne mais que celui de Barles soit compté dans celle de Sisteron.

20 Il s'agit du village de Saint-Symphorien, donné par la reine à Graulhetus

21 Dans la délicate affaire de la dédition récente de la vallée de Barcelonnette au comte de Savoie : Item loquantur eidem [senescallo] de peccunia comitis Sabaudie, quod non fiat questio nec inquisitio alicui qui ipsam receperit seu stipendiderit, et quod possit quilibet illas recipere et solvere, propter paupertatem genlium et quia sumus prope Dalplhinatum, 30 mars 1389, A.C. Sisteron, BB 90 fol. 47-48 ; sur cette dédition, voir 1388. La dédition de Nice à la Savoie, Paris, Publ. de la Sorbonne, 1990.

22 Voir l'importante tournée provençale de commissaires à la réformation de la justice, en relation avec les ordonnances de justice de René en date du 5 juillet 1449 : A.C. Manosque, Ba 25/11 fol. 147-152 ; A.C. Barjols, BB 8 fol. 233-237 ; A.C. Moustiers, reg. de délibérations, 15 mai-3 juillet 1449 [A.D. Alpes de Haute-Prov., E 213/2] ; A.C. Vence, AA 4 ; A.C. Digne, BB 34 fol. 278-279 ; A.C. Sisteron, BB 111 non fol. [27 mai-13 juillet 1449] ; A.D. B. du Rh., B 2628 fol. 53. Nous préparons une étude plus détaillée de ces tournées de commissaires qui se multiplient au milieu du xve siècle.

23 A.C. Toulon, BB 38 page 22.

24 23 décembre 1441 : A.C. Manosque, Ba 25/10 fol. 53-55. Sur ce personnage, voir F. Cortez, Les grands officiers royaux de Provence au Moyen Age, Aix-en-Provence, 1921, p. 184-186. Manosque avait retenu auparavant les services de Charles Garcin, jurisperitus, pour 5 florins par an : 3 août 1427, Ba 25/8 fol. 58.

25 A. Venturini, « La guerre de l'Union d'Aix » », dans 1388. La dédition de Nice à la Savoie, Paris, Publ. de la Sorbonne, 1990, p. 36-141.

26 Avignon reçoit ainsi une lettre de deux de ses citoyens datée du 8 août 1411, annonçant la prise de la Ciotat par les Catalans et l'arrivée à Marseille du roi Louis II : A.C. Avignon, AA 34, original parchemin ; le 28 mars 1414, un député de Manosque rapporte d'Aix des nouvelles concernant la présence des hommes du duc de Bourgogne aux portes de Paris : A.C. Manosque, Ba25/6, non folioté.

27 Outre l'emprunt mentionné ci-dessus dans l'affaire des Sisteronnais, on possède de nombreux exemples d'emprunts, le plus souvent à Avignon, et concernant même les plus grandes villes : voir une démarche de Marseille le 25 octobre 1409 en vue d'emprunter 1000 florins à deux marchands avignonnais : A.C. Marseille, CC 2264. Les emprunts peuvent être conclus sur un marché beaucoup plus local : le 18 mai 1409, Barjols envoie un homme à Saint-Maximin conclure un emprunt de 100 florins auprès du drapier Pierre Garini : A.C. Barjols, BB 3 fol. 57v° ; de nouveau, la ville envoie négocier un emprunt de 200 florins auprès de Hugues ou Pierre Garini le 11 mars 1421 : ibid., BB 5 fol. 119.

28 A l'occasion de la fête donnée au château de Tarascon pour le mariage de Louis III et la joyeuse entrée provençale de la reine Marguerite de Savoie, Manosque et Digne envoient toutes deux des députés à Avignon pour prendre conseil sur la nature du cadeau qu'il convient d'offrir : A.C. Manosque, Ba 25/9 fol. 14 (17 mai 1434) ; A.C. Digne, BB 33 fol. 32 (15 mars 1434).

29 E. de Laplane, Histoire de Sisteron tirée de ses archives, Digne, 1843, t. I, p. 208-212.

30 Le 18 février 1420, Manosque envoie un député à Saint-Martin-de-la-Brasque consulter le seigneur de Venterol sur l'opportunité d'assister aux Etats généraux convoqués à Arles : A.C. Manosque, Ba 25/6, non folioté ; le 22 août 1443, la même ville consulte à Cadenet le seigneur d'Oraison sur l'attitude à tenir face aux demandes de subsides récemment présentées par le duc de Calabre : ibid., Ba 25/10, non folioté.

31 En 1421, Barjols envoie un homme à Varages consulter le seigneur de Fox et l'évêque d’Antibes : A.C. Barjols, BB 5 fol. 119.

32 N. Coulet, « Les entrées solennelles en Provence au xive siècle », Ethnologie française, 7 (1977), p. 63-82 ; ajouter A.C. Barjols, BB 2 fol. 35v°-39 pour l'entrée de Louis II dans cette ville en mars 1403.

33 Voir aussi l'entrée du lieutenant du roi et futur sénéchal Pierre d'Acigné à Draguignan en juin 1404 : on lui offre 4 saumées d'avoine et 4 torches de même que des cadeaux de moindre valeur à cinq personnes de sa suite : A.C. Draguignan, BB 5 fol. 17 ; en octobre, la même ville offre à son épouse trois tasses d'argent, si on peut les trouver, ou 25 florins : ibid., fol. 21.

34 Sisteron en février 1406 offre des cadeaux à 11 membres du conseil : le lieutenant du roi, les maîtres-rationaux, les procureurs fiscaux, les secrétaires : A.C. Sisteron, BB 99 p. 37-38.

35 En août 1447, Tarascon offre une coupe d'argent d'une valeur de 32 florins 4 gros à Yolande, fille du roi René, tam contemplatione sui quant prefate magestatis : A.C. Tarascon, BB 7 fol. 229 v° ; en septembre 1476, Grasse achète des cadeaux en prévision de l'arrivée de Gaspar Cossa, fils du sénéchal : A.C. Grasse, BB 4 fol. 3.

36 Draguignan offre des torches, des chandelles et de l'avoine à l'évêque d'Albi le 24 décembre 1404 : A.C. Draguignan, BB 5 fol. 31v° ; Manosque offre des torches et du vin à l’évêque d’Apt le 15 novembre 1442 : A.C. Manosque, Ba 25/10 fol. 91v°.

37 A Lurs auprès de l'évêque de Sisteron le 18 décembre 1388 : Et primo retulerunt... literas credencie presentasse domino episcopo Sistaricensi ut ipsos haberet recomendatos amore dicte universitatis in eorum negociis... peragendis, A.C. Sisteron, BB 90 fol.20.

38 Item retulerunt tunc presentasse literas credencie dicto domino senescallo et eidem unpedisse reverenciam ut decet, necnon dictam universitatem sue magnificencie comendarunt, quiquidem dominus senescallus ipsos benigne et lecto anima recollexit, ibid., fol. 23.

39 CM/71 reverencia dixit : ibidem, fol. 39 v° ; honore et reverencia ipsius domini senescalli semper salvis, et omnia fiant cum honore et reverencia decentibus, ibid., fol.57. On pourrait aisément multiplier les exemples de ces pratiques dont l'étude dépasserait largement le cadre de la présente intervention.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.