Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L'événement et la mémoire : Regards privés, rapports officiels sur le couronnement romain de Frédéric III

Philippe Braunstein

Texte intégral

1L'histoire événementielle a subi un discrédit à ne pas s'interroger sur la constitution de ses certitudes ; elle retrouve sa jeunesse à remettre en question sinon ses sources, du moins la manière dont s'établit la mémoire des faits.

2En choisissant l'un des événements du xve siècle parmi les mieux connus, le couronnement impérial de Frédéric III en 1452, on peut illustrer la manière dont se constitue la mémoire d'un événement, puisque les relations sur le couronnement sont nombreuses et indépendantes les unes des autres, et que l'une d'entre elles, contenue dans une lettre privée, permet de poser la question des rapports entre le regard d'un jeune Vénitien et les archives de la Sérénissime.

  • 1 C'est le titre d'une étude exhaustive de J. Martens, Die letzte Kaiserkrönung in Rom 1452, Leipzig (...)
  • 2 L'ouvrage le plus récent est celui de E. Palazzo, Histoire des livres liturgiques. Le Moyen Age, de (...)

3Le couronnement impérial est la seule célébration qui réunisse publiquement le pape et l'empereur par des gestes et des paroles sacramentelles, et au cours de laquelle les rapports de force entre les deux pouvoirs passent par une proclamation commune de fidélité au rôle fondateur des protagonistes de la chrétienté. Sans entrer dans le champ d'une appréciation politique du couronnement de Frédéric III à Rome – dont les contemporains ne pouvaient savoir qu'il serait le dernier couronnement romain1 –, on peut utiliser les témoignages des spectateurs dans une double perspective sur l'événement et sa transmission, celle qui éclaire le faisceau des manières de voir et de dire et relève d'une socio-histoire du reportage, et celle qui, par la diversité des approches, permet d'établir le déroulement d'une liturgie politique et sacrée2, telle qu'elle fut diffusée à travers les réseaux de communication et incorporée dans les matériaux d'une histoire au présent.

4Il est avantageux de croiser les deux perspectives, parce qu'elles comportent l'une et l'autre une marge d'incertitude : le témoignage oculaire sur un rituel long et complexe se révèle, d'un auteur à l'autre, incomplet ou fautif ; quant à l'ordo cérémoniel, il connaît des variations d'un couronnement à l'autre. Un jeu s'établit, à chaque génération, entre la réalité vécue et les règles selon lesquelles l'événement doit se dérouler.

  • 3 Cf. Ordines coronationis..., op. cit., p. xxiv.
  • 4 J. Martens, Die letze Kaiserkrönung..., op. cit., p. 65-68.

5Comme le remarque l'un des historiens de la liturgie romaine, concordance ou discordance entre les descriptions et le cérémonial ne permettent pas d'établir parfaitement la réalité des faits3, dans la mesure où les témoins oculaires, parfois conscients de leurs propres limites, s'en rapportent au témoignage d'autrui ou suppléent aux lacunes de leur récit par des emprunts aux textes liturgiques, sans s'assurer au demeurant que le cérémonial qu'ils prétendent décrire est celui auquel ils ont effectivement assisté. C'est ainsi qu'ayant constaté des divergences entre les auteurs sur des moments essentiels du couronnement, Martens, historien de l'événement romain de 1452, préfère aux témoignages des spectateurs l'ordo de Patrizi daté de 14834, c'est-à-dire la tradition fixée par le plus proche conseiller de Frédéric III, Enea Silvio Piccolomini, devenu Pie II, et reprise par son successeur à son poste, le cérémoniaire d'innocent VIII. Effectivement, Pierre de Burgos, cérémoniaire de Nicolas V, est très laconique sur les phases du couronnement qu'il a pu observer, alors que Patrizi, qui rédige une instruction pour les couronnements futurs, adopte, pour plusieurs moments de la cérémonie, la mise à jour de 1452 (ut Federici tempore factum est). On pourrait presque parler d'une mémoire virtuelle, qui recompose les rites à partir de moments vécus par des protagonistes, dont les gestes et les paroles s'impriment sur la trame du temps.

  • 5 Archivio di Stato di Venezia, Procuratori di San Marco, Misti 85 A, Carte da Molin, III, 6.
  • 6 Marin Sanudo, I Diarii, Venise, 1898, vol. 52 (octobre 1529-février 1530), col 622-624.

6Cependant se constitue une autre mémoire du même événement, que l'on pourrait qualifier de politique : plusieurs des témoignages conservés sur le couronnement impérial de 1452 étaient destinés aux autorités publiques qui avaient envoyé à Rome des ambassadeurs. On ignore dans quelles circonstances la lettre privée d'un jeune Vénitien, Maffeo Franco, à ses parents5 est entrée dans les papiers d'État de Venise. Un fonds familial conserve ce document, écrit à Rome au lendemain du couronnement, dont la copie fut incorporée par Marin Sanudo, archiviste du temps présent, à la fin du Journal de l'année 1529, parmi les lettres de Bologne racontant le couronnement de Charles Quint, le 22 février 15306. Ainsi, à quatre-vingts ans de distance, le témoignage oculaire de Maffeo Franco, chargé de servir d'interprète aux ambassadeurs vénitiens, prend sous le titre « del modo observado nela coronation de l'imperador » la vertu intemporelle de l'ordo. Rapprochée d'autres documents, la lettre devenue anonyme joue, par son ancienneté, mais aussi par son évidente fidélité au canevas du cérémonial, le rôle d'un jalon dans la conscience historique et le savoir officiel de l'État.

  • 7 M. Dykmans, « Le cérémonial de Nicolas V », op. cit., énumère et classe les descriptions du couronn (...)

7Dans quel contexte cette lettre a-t-elle été écrite, le lendemain même de l'événement ? Pour l'apprécier, on peut confronter la quinzaine de notations, témoignages et relations conservées, ou plus exactement, retrouvées7, sur le couronnement de 1452.

  • 8 Excerpta ex annalibus principum estensium ab anno MCDIX usque ad MCDLIV auctore Joh. Ferrariensi, R (...)
  • 9 L. Pastor, Geschichte der Päpste..., op. cit., p. 489, cite le rapport d'A. von Lapiz, publié dans (...)
  • 10 « Il memoriale di Paolo di Benedetto di Cola dello Mastro dello Rione di Ponte », Archivio della So (...)
  • 11 « Diario della città di Roma scritto da Stefano Infessura scriba del Senato e popolo romano e da su (...)
  • 12 De coronatione Friderici III. per Columbarium de Pontremulo ad spectab. dom. Nichodemum de Pontremu (...)
  • 13 H. Keussen, « Bericht eines Augenzeugen über den Einzug König Friedrichs III. in Rom, seine Trauung (...)
  • 14 J. Chmel, Regesta Friderici IV (Imp. III) roman. Regis, Vienne, 1838-1840, p. CXIXCXX, no 98 : « Be (...)

8Mentionnons pour mémoire les quelques lignes d'un historiographe au service du duc d'Este, Jean de Ferrare, plus attentif au passage de Frédéric III à travers les États de son maître qu'aux lointaines cérémonies romaines, dont il ne transmet qu'un écho : patratis et digestis rebus pro quibus ad Italiam descenderat...8 N'insistons pas sur le point de vue d'un jeune burgrave de Styrie, Andréas von Lapiz, qui fut fait chevalier par l'Empereur sur le pont Saint-Ange, et se souvient surtout d'avoir attendu à cheval pendant des heures la fin de la messe du couronnement9. Un autre témoin, Paolo di Benedetto dello Mastro, « caporione », c'est-à-dire chef du district urbain du Pont, a fait à ce titre partie des cortèges ; du couronnement, auquel il assista peut-être, mais de loin, il dit seulement qu'il se fit selon le cérémonial approprié (« con tutte quele solennità che se recercha »)10. Stefano Infessura, lui aussi Romain, et scribe du Sénat, n'est pas plus attentif au déroulement des rites ; ce qu'il est le seul à noter, ce sont les mesures de précaution militaires prises par le pape avant l'arrivée de l'empereur, et ce qu'il transmet de l'événement, c'est ce que sa position professionnelle lui inspire : la froideur que le roi des Romains manifeste aux cardinaux et son amabilité face aux représentants du Sénat11. Plus personnelles sont les notations d'un membre de la délégation milanaise, Colombano de Pontremolo12, le seul à esquisser un portrait physique du roi, ou celles d'un témoin anonyme, dont le rapport a été conservé dans les papiers d'un professeur de Cologne, Noetlink van Stralen, qui indique les couleurs et les sons de la cérémonie13. Quant au chantre de la chapelle pontificale, Goswinus Mandoctès d'Anvers, qui déclare : haecpersonaliter vidi et scripsi, il commet des erreurs manifestes sur les rites du couronnement, mais se souvient d'avoir chanté la messe14.

9Cette diversité de points de vue reflète la part que des contemporains ont prise, de près ou de loin, à l'événement et aux cérémonies publiques qui le manifestent, mais aussi leur indifférence ou leur capacité à observer et à se souvenir, étroitement liée à la destination de leur témoignage.

10La longueur et la complexité du cérémonial, la foule qui y assiste et rend improbable tout compte-rendu intégral suffiraient à expliquer que le regard personnel de certains témoins soit guidé, voire inspiré par la connaissance du programme liturgique, c'est-à-dire l'ordo. La mémoire de l'immédiat est contaminée par le souci de transmettre, voire d'expliquer un événement historique, chaque fois que les témoins ont réélaboré leurs notes. Prenons deux exemples.

  • 15 « Die Romfahrt von Friedrich III », dans G.A. von Hoheneck, Die löblichen Herrenstände, III, Passau (...)

11Kaspar Enenkel, conseiller impérial, a adressé un rapport très détaillé aux États autrichiens. Rédigé le lendemain même de la cérémonie, ce rapport confond les rites du couronnement de la couronne de fer et ceux du couronnement impérial, et atteste par sa confusion que l'auteur, loin d'avoir tout vu, se rapporte à des on-dit ; le récit, tel qu'il a été transmis, a d'autre part été recopié par un utilisateur du programme liturgique : ce dernier a traduit mot à mot certaines prières, que le conseiller impérial n'avait évidemment pas notées15.

  • 16 Aeneae Sylvii Historia Friderici III Imp., Strasbourg, 1685, p. 75 et suiv. ; J. Martens, ibid., p. (...)

12Quant à Enea Silvio Piccolomini, son rôle dans l'organisation du couronnement, sa proximité de l'empereur pourraient faire croire qu'il est le mieux informé sur le cours des événements ; mais il n'a rédigé les passages relatifs au couronnement dans son Historia Friderici qu'au début de 1453, et s'intéresse moins aux détails qu'à leur interprétation. Ainsi, il rétablit la vérité sur l'origine de la couronne utilisée le jour du sacre, il analyse la titulature, il expose la symbolique des insignes impériaux16.

13Dans les deux cas, le niveau d'élaboration atteint par l'écriture inscrit ces sources dans une perspective qui n'est plus celle de la simple communication, mais de l'enregistrement de données prêtes à être transmises à un destinataire privilégié, voire à la postérité ; c'est toute la différence entre une relation publique, qui est déjà un matériau documentaire de référence, et une lettre privée dont on connaît l'auteur et le destinataire, et qui conserve, chaque fois qu'on la relit, l'écho de la parole et la fraîcheur de l'instant vécu.

  • 17 « La saprà da questa ad unguem quello si è fatto et godera la bonissima fortuna mia che mi a fato v (...)
  • 18 « Vostra magnificentia sarà contenta di salvar questa per farla poi veder a missier nostro padre qu (...)
  • 19 « Di questa ho scritto quelo che ho veduto ; pur mi riporto a queli haverà veduto meglio di me et m (...)
  • 20 « Cosi stupito et contento di questa vista che non sapeva s'io me li soniasse o la vedevo depinta o (...)
  • 21 « Ho omesso », « mi scordai scriver »...

14Puisque la lettre de Maffeo Franco, datée de 1452, a été insérée par Marin Sanudo dans le dossier de preuves relatives au couronnement de Charles Quint en 1530, examinons d'abord les copies de lettres qui environnent ce document privé. Ont été retenues par Marin Sanudo cinq lettres écrites de Bologne, où le couronnement avait eu lieu, deux lettres écrites le 22 février et trois écrites le 25. Leurs auteurs sont deux nobles vénitiens, Matteo Dandolo di ser Marco, « dottor et cavalier », qui écrit à son beau-frère Lorenzo di Prioli « el cavalier », et Hieronimo di Prioli di ser Zuane, qui écrit à son père ; puis un chanoine de Bergame, qui écrit à son patron, et un citoyen vénitien, Hieronimo Bontempo, qui écrit à son cousin. Dans tous les cas, les auteurs sont en service commandé. Ils ont mission de tout enregistrer, sans faire de tri17, et l'un d'entre eux précise que sa lettre doit être conservée pour être ensuite montrée à son propre père qui accompagne les ambassadeurs, parce que le malheureux n'aura rien pu voir18 : la lettre joue le rôle d'un enregistrement que les acteurs de l'événement pourront reprendre à loisir. La mission, ils le disent, dépasse les capacités d'un témoin : il faudrait énormément de papier, d'encre et de temps pour tout noter, et Hieronimo de Prioli imagine que d'autres ont pu écrire plus que lui, et qu'il faudra se rapporter à leur témoignage19. On entrevoit l'ambition d'un compte-rendu intégral de l'événement, qui n'est pas à la portée d'un témoin oculaire. Tous sont enchantés d'avoir pu, grâce à leur courage physique, à leur ruse, à leurs relations personnelles, se poster en des lieux stratégiques, ainsi Hieronimo, tout près du grand autel, de sorte qu'il a « mieux vu que le pape » ; l'état de jubilation de Matteo Dandolo était tel qu'il « ne savait plus si c'était un songe, s'il regardait une peinture ou s'il était en train de lire »20. Que ces lettres aient été écrites au fil de la plume, c'est ce que prouvent rajouts et repentirs21 ; les auteurs ne s'en sont pas moins documenté, en se procurant, par exemple, le texte du serment prêté par le roi des Romains, intégralement reproduit.

15Comment passe-t-on de la lettre privée au document de référence, c'est ce que montrent les deux états de la lettre de Maffeo Franco, puisqu'on a la chance de pouvoir confronter une source manuscrite, retrouvée dans des papiers de famille, et le même texte reproduit comme pièce justificative par un célèbre annaliste.

  • 22 ASV, Nolario del Collegio, 16, f. 151 (1451/2/I m.v) ; H. Simonsfeld, Der Fondaco dei Tedeschi in V (...)

16Maffeo Franco, intendant du Fondaco dei Tedeschi, est temporairement détaché de sa charge22, à la demande des ambassadeurs vénitiens, afin qu'il les accompagne et leur serve d'interprète auprès du roi des Romains au cours du voyage qu'ils font entre la Vénétie et Rome avec la délégation impériale. Témoin officieux, recruté pour ses capacités linguistiques à transmettre des informations fiables, le Vénitien est aussi pour nous l'observateur privé qui, le lendemain de l'événement romain, communique à son père et à son oncle le compte-rendu de la cérémonie.

  • 23 L'onction avait lieu devant l'autel de Saint Maurice : J. Martens, ibid., p. 65. Le chanoine de Ber (...)
  • 24 Passe encore que le comte de « Merdiborgo » devienne le comte de « Mentiborgo » ; il s'agit en réal (...)

17Ce compte-rendu qui détaille tous les gestes rituels et les déplacements dans l'Église Saint-Pierre, s'appuie à l'évidence sur une documentation, en particulier, sur l'ordo : non seulement il décrit des actes, comme l'onction royale, dont le chanoine de Bergame dit, 80 ans plus tard, qu'il n'a rien pu voir, mais qu'il pense qu'elle a bien eu lieu23 ; mais encore, il donne les noms des ambassadeurs milanais, des cardinaux qui officient ou des princes allemands qui portent les insignes impériaux, noms que Marin Sanudo transmet altérés ou écorchés24. Le compte-rendu est encadré dans la lettre de Maffeo Franco par des informations personnelles et par des remarques qui font état de rumeurs sur la suite du voyage impérial : la lettre a bien été expédiée sur le champ, puisque le narrateur doute que l'empereur couronné se rende ensuite à Naples, ce que pourtant il fit. Écrite sur le vif, cette lettre a cependant été recopiée par Maffeo lui-même, comme le prouve dans le document autographe un membre de phrase machinalement entraîné par un mot, barré et remis plus loin à sa place dans le texte. A la spontanéité des lettres décrivant le couronnement de Charles Quint s'oppose donc une élaboration matérielle de l'information à transmettre au milieu familial ; puis privée de son contexte, dépouillée de tout passage personnel, assortie d'un titre qui pourrait être celui d'un chapitre du cérémonial, voici la lettre promue, dans un dossier de preuves réunies par Marin Sanudo, à la fonction d'un document pour la postérité.

18Lorsque l'événement suscite la nouvelle, ce sont les ondes de diffusion et les modalités de conservation qui intéressent l'histoire. La lettre de Maffeo Franco incite à distinguer plusieurs stades d'élaboration de la nouvelle. Les lettres au fil de la plume que Marin Sanudo a rassemblées forment la basse continue, l'une complétant l'autre, les auteurs étant les premiers à souligner que ce qu'ils écrivent, ils l'ont vu. La lettre familière, elle aussi écrite à chaud, transmet – peut-être à plusieurs exemplaires, ce qui expliquerait la copie autographe – une information vérifiée et codifiée. Encore privée, déjà officielle, la voici enfin, par un cheminement que l'on ignore, entrée dans un corpus de preuves réunies pour leur utilité publique. A l'évidence, les témoins des événements de 1452 et de 1530 sont dans la mouvance des ambassadeurs, et le caractère privé de leur correspondance ne doit pas faire illusion : Venise peut compter sur un réseau d'informateurs habiles, ardents, cultivés. Face à un événement symbolique qui concernait l'ensemble de la chrétienté d'Occident et s'inscrivait dans les consciences politiques avec une nécessité cosmique du rituel, Venise, oreille du monde, se devait d'enregistrer, quel qu'en fût la portée stratégique, – en l'occurrence, plutôt modeste – l'impressionnant spectacle offert aux yeux de tous, dont le déroulement prévu par un cérémonial aux nuances subtiles s'inscrivait dans les cercles de la communication, et venait confirmer l'ordre des choses.

Annexes

Annexe

On trouvera ici le texte intégral de la lettre de Maffeo Franco, avec ses particularités de langue et d'écriture. Les crochets indiquent les passages et les mots supprimés dans le texte publié par Marin Sanudo. On a signalé par des notes en lettres les variantes principales.

+ Al nome de Dio adj 22 marzo 1452 in roma

[Adj passatj vescrissi padre e barba charissimo. Ieri ebj 2 vestre luna de dj 4 laltra de dj nove eperaverve dito per altre sopra la materia mescrivetj per questa me passera con brevitade ezeto aquello me dite de mio miser e compadre miser benedeto sopranzo de lamor luj me porta che per soa zentilleza ebonta non per mie meritj avixandove che none ma zorno che de suo zentilleze emodj non se ne dicha chopioxa mentre in chorte de lo Imperador evienlj portata la fama sede dj raxone enone chossa la imperial maiesta potesse fare per luj che non lafesse perche luj la molto bem merita quello dapoj eachaduto da novo.]

Siando lomperador dachordo con el papa che la soa santita la dovesse choronare de la chorona di ferra laquai euxanza de tuorla amillan ianbassiatori delchontea chesonqui che son meser tomaxo dariete meser nicolo di arinbeldj meser sieve da chorteb miser jacomo di trauzi enichodemo1 sene dolse molto con el papa econ lomperador per modo chi protestono enon volse esser ala solenita, lomperador rispoxe chelsavea bem quello lavea afare eche lintendeva bem che milanesi avea tolto signor a suo modo enol potra fare perche millan e terra dimperio con moite altre parolle per modo che alor dispeto el papa dachordo con tuto el colegio dj gardenalj adi 16 de questo in sampiero drieto laltar grando ala messa granda cantata per el gardenal de vignone avanti el vanzelio [la] soa santita linchorono elj alj soj piedj lomperador spoxo laimperatrize e adita festa forno i anbassatorj del Re diragona imiesignori qui de fiorentinj del marchxe di ferara di senexi di monferat di luchexi edi moite altre tere dj la giexia

Adj 19 de questo fo inchoronato lomperator [elimperatrixe] dela chorona doro con tute altre zerimonie sapartiene e [da] prima avanti lescalle de sam piero fo fato I° soler sopra elqual era un trono sulqual sedeva el papa etorno stavano igardenalj Lomperator venne con la soa zente aconpagnato dali anbassiatori sopraditj esolo monto sudito soler ebaxo ipiedj alpapa ezuro di mantegnir la giexia con moite altre parolle etc. Dapoj separtj el papa ei gardenalj in prozessione con la roxa in mano eandossene in choro elj se aparo da messa. limperator fo poj aconpagnato da 4 gardenalj zoe elvizio chanzelier quel de rossia equel de sansisto elpatriarcha/einchambio diquella imesse lachota in dosso/2 e avantj luj intrasse in giexia lor fexe limperator chanonicho de sampiero emesseli una beretuza pavonaza dapretj in testa etolse li lavesta di dosso chera di zetanin alesandrin equela apartien al patriarcha eincambio dequella limesse la chota indosso elazonfarda atorno le galte elesse algune oracione espoiolo, dapoj imesse un chamixo in dosso evesta dapistola edavanzelio elpivial sopra ecalze escarpe pontifical emnolo alaporta delagiexia con zerti canti. dapoj intrato amezac giexia ifexeno el simel epoj avantj laltar de sampiero poj ilmeno avantj laltar di san morizio elj cantorno le litanie digando « sancte petre adiuva ipsum » ecusi tuto el resto dele litanie. Dapoj el vize chanzelier gli onze lespalle el brazo destro dacrexema emenalo in choro dalpapa eandorno per la imperatrize emenola al dito altar di san morizio eonsseli con dita crexema la gola el brazo destro econduxela apreso limperator esiando tuti doj aj piedj del sancto pare loibenedj emandola sulso soler chelo iavea fato far dala banda sinestra del choro edismonto el papa dela soa sedia insieme conlo imperator evene avantj laltar di sampiero afar la confessione e poj mando loimperator sulso soler dala banda destra aintrar nel choro.d quando fu cantata lapistola el papa vene ala soa sedia avantj laltar chiamo limperator edelj la spada nuda in man dapoj la rimese in vaina el papa propio esilazense atorno efexeilla chavar fuora e brandirlae 3 volte edezensesella edela also marescalcho in man einzenochiosse el papa iremesse elpivial in dosso edapoj lesse algune oration esi imesse la corona in testa dapoj ide el porno in una man el septrum in laltra e quelli 4 gardenaj eltolse emenolo avantj un crucifisso eli fo cantato alguni salmi einsto mezo fo menata la imperatrize avanti el santo padre esila incorono emandola al suo soler etolse lo imperator apresso e menolo suxo alsuo trono eli limperator abanda destra genavea un altro esiando stato li un pocho torno alsuo soller el gardenal di santo anzolo canto elvanzelio limperator [ela imperatrize semper con la corona in testa equando lo papa se chavava la mitria limperator] se feva chavar la corona [intendente] alvanzelio easimel cosse.

Dapoi dito elcredof limperator vene al papa senza pivial esenza corona ebaxa ipiedi delg papa eofferi do pezi doro de valuta de ducati 100 poi vene limperatrize [efexe] el simel lieh torno al suo luogo elimperator acompagno elpapa alaltar estete con luj aservir laltar infina dito lagnus dej poj el papa monto alsuo trono ecomunico con loro che avea cantata lapistola elvanzelio, efeze chiamar limperator ela imperatrize econsua mano partj una ostia in do parte ecomunico lor doa ebaxo lomperator perla boca ela imperatrize [ibaxo] la man emando loimperator eladona alaltar atuor el sangue, eandoi ai soj luogj elpapa vene alaltar ecompj la messa efinita limperatrize incoronata conuna invistiduraj decampo doro condopassa dechoda ando achaxa elpapa elimperator sene ando ale scalle dj san piero acompagnato ditutj igardenalj evescovj eprotonotarij elo imperator tenne lastafa al papa tanto chel monto achavallo emenoj elchavallo per la brena 4 over 5 passa poj monto luj achavallo inchoronato eaparato e tuti do aparj chavalchorno fina al ponte del tebaro elpapa portava la roxa in mano elmareschalcho di papanen3 portava laspada delo imperator el duca di slexer4 elpomo elconte stefano dasegna elzeptrum elconte di merdiborgok elstendardo/aldito ponte elpapa baxo limperator edonoj laruoxa etorno alsuo palazo asam piero limperator stete lj efexe 260 chavalierj epoj ando adisnar asan zateran5 eaore una dj note torno achaxa.

[Elsedixe che limperator vuol andar anapoli (x) eche equando eperche enon velso dire perquello comprendo stj prelatj nonna gram piaxer di questa andata. dela imperatrize secrede piu tosto lola menera chano meser domenedio me aiuta acompir sto viazo

(X) e dubito elsia vero

Vostro fiollo enepote

Mafio Francho

Notes

1 C'est le titre d'une étude exhaustive de J. Martens, Die letzte Kaiserkrönung in Rom 1452, Leipzig 1900. L'ensemble de la documentation est réunie et commentée dans O. Lorenz, Deutsche Geschichtsquellen des Mittelalters, II, Berlin 1887, p. 303 et suiv. Cf. aussi L. Pastor, Geschichte der Päpste seit dem Ausgang des Milielalters, I, Fribourg/B., 1901, p. 475-494, sous le titre « Die letze Kaiserkrönung in Rom, 1452 ».

2 L'ouvrage le plus récent est celui de E. Palazzo, Histoire des livres liturgiques. Le Moyen Age, des origines au xiiie siècle, Paris 1993. Mais pour la liturgie pontificale de la fin du Moyen Age, cf. M. Dykmans, L'oeuvre de Patrizi Piccolomini ou le cérémonial papal de la première Renaissance, I, Studi e Testi, 293, Cité du Vatican, 1980 ; Id., Le pontifical romain révisé au xve siècle, Studi e Testi, 311, Cité du Vatican, 1985, p. 108 et suiv. ; Id., « Le cérémonial de Nicolas V », Revue d'Histoire ecclésiastique, 63 (1968), p. 785-825. Sur le couronnement impérial, cf. W. Goldinger, « Das Zeremoniell der deutschen Königskrönung seit dem spâten Mittelalter », Mitteilungen des oberösterreichischen Landesarchives, 5 (1957), p. 91-111 ; Ordines coronationis Imperialis, Fontes juris germanici antiqui, IX, éd. R. Elze, Hanovre, 1960, particulièrement p. xv à xxv.

3 Cf. Ordines coronationis..., op. cit., p. xxiv.

4 J. Martens, Die letze Kaiserkrönung..., op. cit., p. 65-68.

5 Archivio di Stato di Venezia, Procuratori di San Marco, Misti 85 A, Carte da Molin, III, 6.

6 Marin Sanudo, I Diarii, Venise, 1898, vol. 52 (octobre 1529-février 1530), col 622-624.

7 M. Dykmans, « Le cérémonial de Nicolas V », op. cit., énumère et classe les descriptions du couronnement de 1452, dont celle que fit l'ambassadeur du roi de Portugal, Lopo de Almeida, et qui avait échappé à la sagacité de L. Pastor.

8 Excerpta ex annalibus principum estensium ab anno MCDIX usque ad MCDLIV auctore Joh. Ferrariensi, Rerum Italicarum Scriptores, éd. L.A. Muratori, xx, Milan, 1731, col. 463.

9 L. Pastor, Geschichte der Päpste..., op. cit., p. 489, cite le rapport d'A. von Lapiz, publié dans Hormayrs Archiv für Geschichte, 98-99 (1826), p. 522.

10 « Il memoriale di Paolo di Benedetto di Cola dello Mastro dello Rione di Ponte », Archivio della Società Romana di Storia Patria, XVI (1893), p. 41-131, p. 98.

11 « Diario della città di Roma scritto da Stefano Infessura scriba del Senato e popolo romano e da suoi antenati », dans Renan Italicarum Scriptores, éd. L.A. Muratori, III, 2, Milan, 1734, col. 1133.

12 De coronatione Friderici III. per Columbarium de Pontremulo ad spectab. dom. Nichodemum de Pontremulo ducalem Mediol. secretarium oratoremque apud Nicolaum papam et imperatorem Fridericum, éd. M. Denis, Vienne, 1793 (Codices Mss. Theologici Bibl. Palatinae Vindobonensis, I).

13 H. Keussen, « Bericht eines Augenzeugen über den Einzug König Friedrichs III. in Rom, seine Trauung mit der Prinzessin Eleonora von Portugal und seine Kaiserkrönung (1452, März 8-23) », Historische Vierteljalirschrift, 20 (1920-1921), p. 317-321.

14 J. Chmel, Regesta Friderici IV (Imp. III) roman. Regis, Vienne, 1838-1840, p. CXIXCXX, no 98 : « Beschreibung der Ankunft und Krönung K. Friedrichs zu Rom vom päpstlichen Sänger Goswinus Mandoctes ».

15 « Die Romfahrt von Friedrich III », dans G.A. von Hoheneck, Die löblichen Herrenstände, III, Passau, 1747, p. 134-141 ; cf. J. Martens, Die letzte Kaiserkrönung..., op. cit., p. 62, 66, 81 et suiv.

16 Aeneae Sylvii Historia Friderici III Imp., Strasbourg, 1685, p. 75 et suiv. ; J. Martens, ibid., p. 81.

17 « La saprà da questa ad unguem quello si è fatto et godera la bonissima fortuna mia che mi a fato veder el tutto di maniera tale... » (Matteo Dandolo) : Marin Sanudo, I Diarii..., op. cit., col. 603.

18 « Vostra magnificentia sarà contenta di salvar questa per farla poi veder a missier nostro padre quando saremo de li perchè il poverino con tutti li oratori hanno potuto veder poco o niente... » (Matteo Dandolo) : ibid., col. 610.

19 « Di questa ho scritto quelo che ho veduto ; pur mi riporto a queli haverà veduto meglio di me et me haverà scrito più al longo... » (Hieronimo di Priuli) : ibid., col. 619.

20 « Cosi stupito et contento di questa vista che non sapeva s'io me li soniasse o la vedevo depinta o se la legeva... » (Matteo Dandolo) : ibid., col. 609.

21 « Ho omesso », « mi scordai scriver »...

22 ASV, Nolario del Collegio, 16, f. 151 (1451/2/I m.v) ; H. Simonsfeld, Der Fondaco dei Tedeschi in Venedig und die deulsch-venezianischen Handelsbeziehungen, Stuttgart, 1887, I, no 465. Maffeo Franco n'est pas « l'ambassadeur du vieux doge Foscari », comme le dit par erreur M. Dykmans, « Le cérémonial... », op. cit., p. 803. Les ambassadeurs désignés sont Pasquale Malipiero, procurateur de Saint Marc, et Orsato Giustinian : ASV, Senato Terra, III, f. 16 (1451/19/1 m.v). Temporairement remplacé dans sa fonction par l'un de ses parents, Marco Bon, Maffeo Franco reçoit, après son retour de mission, la charge d'intendant du Fondaco à vie : ibid., Senato Terra III, f. 30' (1452/19/VI). Je remercie Mathieu Amoux qui a eu l'obligeance de chercher à Venise ces références.

23 L'onction avait lieu devant l'autel de Saint Maurice : J. Martens, ibid., p. 65. Le chanoine de Bergame écrit : « Dicesi che questi cardinali lo onseno. Questo io non potevi veder, ma credo sia il vero » : Marin Sanudo, I Diarii..., op. cit., col. 626.

24 Passe encore que le comte de « Merdiborgo » devienne le comte de « Mentiborgo » ; il s'agit en réalité du burgrave de Magdebourg. Mais que le maréchal de « Papanen » devienne, dans la version de Sanudo, le maréchal du Pape est une absurdité, puisque le personnage porte l'un des trois insignes impériaux, à savoir l'épée ; il s'agit du maréchal de Pappenheim.

Notes de fin

a di Virtú

b Siena d'Ancorcha

1 Nicodemo di Pontremolo, Secrétaire du duc de Milan.

2 Ce membre de phrase a été barré et se retrouve trois lignes plus bas, ce qui prouve que Maffeo Franco a recopié son texte.

c nela

d a l'intrar del choro

e bandarla

f et simel dapoi ditto il credo

g al

h lei

i et poi andò

j investura

3 Pappenheim.

4 Le texte publié par Sanudo donne « il duca di Lucha » ; il s'agit bien du duc de Silésie.

k Mentiborgo

5 Il s'agit de S. Giovanni di Laterano, restitué par Sanudo en « San Zuane Lateran ».

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.