Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les mots de Venise

Sur le contrôle du langage dans une Cité-État italienne

Élisabeth Crouzet-Pavan

Texte intégral

  • 1 V. Hugo, Angelo, tyran de Padoue, Théâtre complet, vol. 2, Paris, Gallimard La Pléiade, 1964 (La P (...)

« Et savez-vous ce que c'est que Venise ? Venise, je vais vous le dire, c'est l'Inquisition d’Etat, c'est le Conseil des Dix... des hommes que pas un de nous ne connaît, et qui nous connaissent tous... Des hommes qui ont dans leurs mains toutes les têtes... des agents partout, des sbires partout, des bourreaux partout. Des hommes qui ne montrent jamais au peuple de Venise d'autres visages que ces mornes bouches de bronze toujours ouvertes sous les porches de Saint-Marc, bouches fatales que la foule croit muettes, et qui parlent cependant... car elles disent à tout passant : dénoncez -. Une fois dénoncé, on est pris. Une fois pris, tout est dit »1.

  • 2 Je choisis à dessein ce terme qui démarque quelques titres célèbres dans l'histoire des idées poli (...)

1Avec l'Espagne, une Venise, sombre et terrifiante, constitue l'un des pôles qui aimantent l’imaginaire de la dramaturgie romantique. Longtemps modèle, objet privilégié au moins de réflexion dans l'histoire de la pensée politique moderne, la République des Vénitiens voit progressivement son image d'équilibre constitutionnel se ternir2. Lorsqu'à partir des dernières décennies du xve siècle la désacralisation du « mythe » était en œuvre, la durée de Venise, célébrée et commentée par les divers traités politiques, trouvait son explication dans les vertus des institutions de la ville. Le déclin consommé, cette durée tend à se confondre, dans une part au moins de la littérature consacrée à la République, avec le triomphe d'un système coercitif. Selon les termes du dernier avatar littéraire cité ici, la Seigneurie vaut surtout au xixe siècle, dans les mémoires et les représentations, comme une puissance d'effroi. Et cette puissance et cet effroi, que l'on suive Victor Hugo ou certains ouvrages historiques contemporains à la composition de ce drame, auraient reposé sur quelques fondements : le contrôle, au moyen d'un appareil policier et judiciaire sans faille, de la parole dans la ville et l'Etat, la puissance d'un pouvoir absolu et secret vers lequel conflueraient toutes les informations et qui, comme tel, serait l'unique source légitime de la parole.

  • 3 Pour l'analyse de cette bibliographie d'une abondance extrême, on peut se référer à E. Crouzet-Pav (...)
  • 4 On citera simplement quelques travaux représentatifs de ce courant historiographique fécond : D.E. (...)

2Sans doute est-il provocatoire au regard des cheminements récents de l’historiographie de placer ainsi en exergue l'image politique vénitienne dans l'une de ses figurations les plus radicales. Après avoir longuement pesé en effet sur l'écriture même de l'histoire de la ville, le « mythe » est devenu depuis quelques années un objet d'étude autonome3. Il tient aussi dans sa dépendance, cette fois-ci indirectement, une part de la recherche historique actuelle qui vise à rétablir dans leur complexité, avec leurs failles et leurs crises, les structures politiques vénitiennes4.

3Mais la provocation n'est que d'apparence. Le rappel de cette description stéréotypale de l'appareil d'Etat vénitien ne sert qu'à saisir un reflet, à l'accepter pour tel et, à conduire, en conséquence, une analyse rétrospective. Plutôt que de montrer que la représentation de la ville aux « bouches de bronze toujours ouvertes » n'est qu'une représentation puisque le système vénitien souffre des défaillances, il s'agit ici de déterminer comment graduellement cette image se forme. Il nous est dit que le pouvoir vénitien, présent mais invisible, domine et terrifie parce qu'il contrôle l'information, qu'il la capte ou qu'il la diffuse. Selon quelle chronologie ces liens de l'exercice politique à la surveillance de la parole dite, écrite, et à l'émission de l'information s'établissent-ils ? En quoi alors l'exemple vénitien diffère-t-il de celui de tous les autres centres de pouvoir ? L'enjeu est-il dans ce cas d'une autre nature ou tout simplement la réussite vénitienne est-elle plus éclatante ? Suivant ces quelques directions d'analyse, c'est en fait une approche concrète et une représentation de l'efficacité politique que cette étude livrera.

« Et gionse in questa terra »

  • 5 P. Sardella, Nouvelles et spéculations à Venise au début du xvie siècle, Cahier des Annales, 1, 19 (...)

4Première remarque, à Venise, les nouvelles convergent. Rien que de très logique en apparence à cette constatation. Directement ou indirectement, ce centre économique est lié à la quasi totalité du monde connu. Sur les murs de la colonnade centrale de la place de S. Giacomo du Rialto, des fresques et une mappemonde, unissant le souci ornemental à la volonté pédagogique, rappellent ainsi à tous la prééminence des Vénitiens dans les trafics et l'ampleur des réseaux que la ville a structurés autour d'elle. Centre économique, capitale d'un Etat et d'un Empire, cité dominante, Venise, au rythme des convois, selon les flux de ses échanges maritimes, fluviaux et terrestres, résonne des nouvelles venues de la Romanie, de la péninsule italienne ou de la Germanie. Les prix, les armements commerciaux, les variations du marché dépendent étroitement de ces réseaux d'information. Et l'activité de la place du Rialto au début de l'époque moderne a été déchiffrée suivant cette lecture des « nouvelles et spéculations »5.

  • 6 Marino Sanudo, I Diarii, éd. R. Fulin, F. Stefani, N. Barozzi, M. Allegri, R. Deputazione veneta d (...)
  • 7 P. Sardella, op. cit., avait déjà pris en compte dans son étude ces Diarii, comme ceux contemporai (...)

5Mais à ce premier réseau des marchands, des voyageurs et des sociétés d'affaires s'en est graduellement superposé un autre, politique et administratif. Les archives publiques de la République en conservent la trace directe, les matériaux énormes et bruts de cette gestion de l'information : lettres, courriers, rapports, compte-rendus écrits et oraux de tous les bailes, consuls, ambassadeurs, provéditeurs, nommés, dépêchés par les conseils le temps d'un mandat ou d'une mission. Les Diarii de Marino Sanudo, ramassés dans le temps, rédigés à partir des dernières années du xve siècle, jour après jour, puisqu'ils sont destinés à fixer la mémoire de « quelle che in Italia acadeva »6, enregistrent d'abord une masse formidable de nouvelles. Le volume et la densité de cette chronique minutieuse portent témoignage des échos dans la cité des affaires du monde7.

  • 8 La comparaison des Diarii de Sanudo avec ceux de Girolamo Priuli, op. cit., est là encore éclairan (...)

6Partons de ce journal et de ce stock considérable d'événements retranscrits. Colonne après colonne, paragraphe après paragraphe, le récit est rythmé par la même phrase : « et il arriva la nouvelle... ». De Mantoue, de Rome, de Ferrare, de Naples, ou de la cour de France, les lettres arrivent. Les ambassadeurs ou les magistrats, à peine rentrés dans la cité, viennent rendre compte. Le temps du récit se plie à ces flux de l’information, que les vingt-quatre heures soient décomposées selon les temps forts des nouvelles importantes, que la division chronologique en journées suffise à une exacte retranscription, ou, qu'en période d'accalmie diplomatique, le résumé des informations du mois apaise les exigences du travail du mémorialiste. Les Diarii sauvent de l'oubli la totalité des informations qui quotidiennement nourrissent la vie vénitienne8.

7La ville bruit donc de par ces multiples messages. Elle les reçoit, elle les diffuse. Les mêmes réseaux sont mobilisés pour retransmettre en effet, quand il le faut, l'information. Et marchands, voyageurs, pèlerins, dans leur va-et-vient incessant, aident encore à l'intensité de cette circulation. Trois types de réseau et trois niveaux de circulation peuvent cependant être distingués.

  • 9 Diarii, op. cit., vol. 2, col. 391. Pour l'analyse de l'oeuvre historique de Sanudo : G. Cozzi, «  (...)
  • 10 Diarii, op. cit., vol. 1, col. 50-51.
  • 11 Diarii, op. cit., vol. 7, col. 60.

8Le premier réseau est politique et administratif. La vie des conseils dépend directement de l'envoi des lettres, dépêches et avis, du bon fonctionnement d'une administration remarquablement centralisée. Mais débats et décisions ne sont que partiellement contenus dans les enceintes des salles du palais ducal. Les mêmes lignages et les mêmes hommes tiennent ici le pouvoir politique et économique. Les informations collectées par la nébuleuse des Vénitiens et de leurs correspondants sur toutes les places économiques sont grossies, confirmées ou nuancées par celles que drainent les sources instituées du politique. La conduite des affaires à Rialto se greffe directement sur le contrôle de ces deux réseaux. Mais la perméabilité s'observe dans les deux sens. Le deuxième réseau est donc d'ordre économique. Sanudo, grâce à sa proximité du centre du pouvoir, peut, avant la faillite, faire retirer, par son frère les 500 ducats que la famille tient en dépôt auprès du banco Garzoni. La panique éclate. Les déposants se pressent en vain à Rialto pour récupérer leurs avoirs9. La classe politique doit tenir compte dans les jours qui suivent de la crise financière. Les réseaux se complètent et s'épaulent. Les acteurs de la vie économique, au retour d'un voyage, peuvent être convoqués devant l'un des conseils. Leur exposé pallie alors les insuffisances éventuelles des structures officielles d'information. « Et le 20 du mois arriva Pietro Bragadin, patron des galées de Flandre. Et il alla devant le collège et il exposa sapientissime beaucoup de choses »10. Les marchands, enfin, circulent parfois plus vite que les courriers. « Et ce matin (7 avril), à Rialto, on sut par un Génois ce qui le 27 mars... »11. Entre les deux centres du politique et de l'économique, la communication est totale.

« Fo mormorà per la terra »

  • 12 Diarii, op. rit., vol. 8, col. 300. Ou, vol. 2, col. 120.
  • 13 On rappelera ici les difficultés de la carrière politique de Marino Sanudo comme ses réticences à (...)

9Troisième type de circulation : la rumeur, ou du moins ce qui est reonnue par le récit comme telle. Sanudo l'enregistre aussi en des notations qui démontrent son immédiate méfiance. Pour toutes les autres nouvelles, une série serrée de précisions identifient la source et sa nature, apposent la garantie de l'historien. La forme impersonnelle choisie pour rendre compte de ces autres informations, livre à la mémoire l’écume du bavardage : « et l'on dit », « et le bruit se répandit que », « et l'on disait dans la cité ». L'ajout d'une incise révélatrice signale autrement le peu de cas qu'il convient à l'ordinaire de faire de ces rumeurs : « et il se répandit la nouvelle, qui se révéla être vraie... »12. C'est d'abord aux réticences de l'historien qu'il faut imputer et cette distance et ce jugement négatif face à ces nouvelles officieuses ou ces informations mal fondées. Sujettes à caution, elles sont en conséquence placées comme des notations secondaires dans le récit. On pourra invoquer, comme facteur supplémentaire d'explication, la personnalité de Sanudo, noble, ennemi des nouveautés, représentant des forces conservatrices de l'élite politique13, prompt à déceler les plus minces écarts à l'ordre établi. Les Diarii prouvent ainsi les craintes du chroniqueur devant les rassemblements et les mouvements de la foule, synonymes pour lui de confusion et de désordre. Mais, plus profondément, le jugement de l'historien-narrateur paraît marquer une inquiètude unanime de ce groupe face aux paroles de la rue. Pourquoi alors un tel glissement, pourquoi un tel recul qui tient à ce qu'est la rumeur et à ce que dit la rumeur ?

  • 14 Ainsi « la cita di Venexia fo solo sopra, per lelere di Udene », Diarii, op. cit., vol. 4, col. 85 (...)

10A examiner les traces, consignées par Sanudo, de cette oralité, on déchiffre sans singularité des informations incertaines ou falsifiées, des bruits incontrôlés, l'ordinaire travail de la fantaisie, de la peur sur les événements. Ici comme ailleurs, bavardages, amplifications et travestissements constituent le commentaire direct du temps qui passe. Les informations chaque jour déversées sur la cité, fermentent hors des lieux du pouvoir, au marché ou dans la rue, d'autant mieux que la conjoncture diplomatique et politique aiguise encore dans ces années l'attention ou l'imagination14. Et le mémorialiste, avec la défiance et le mépris de qui a accès aux sources premières de l'information, de qui contrôle, par l'écrit, la formation de la mémoire officielle, remarque comment les événements, à travers cette volubilité de la place publique, connaissent une interprétation naïve ou fausse.

  • 15 Pour une analyse de ces dissensions dans les années couvertes par les Diarii : R. Finlay, Politics (...)

11Réticence donc à l'égard de ces bavardages, pourtant inoffensifs dans l'histoire longue de la ville. Passés les accidents de la première moitié du xive siècle, les conflits se règlent dans les conseils15. Les dissensions au sein de l'élite politique ne font pas à Venise appel au renfort de la rue. La mormoratione ne débouche pas sur l'émotion. Et sans que l'écriture historique officielle ne biaise ici l'approche, toutes les sources concordent pour établir une histoire singulièrement lisse, où le consensus a laissé plus de témoignages que la discorde.

  • 16 Diarii, op. cit., vol. 2, col. 323.
  • 17 Sur la guerre de 1499-1503 et le destin de Grimani, qui paie pour les revers de la flotte vénitien (...)
  • 18 Voir ici l'article d'O. Niccoli, « Compagnie di bambini nell'Italia del Rinascimento », Rivista st (...)
  • 19 Diarii, op. cit., vol. 3, col. 4-5 :
    « Antonio Grimani
    Ruina de' cristiani
    Rebello de' venetiani,
    Pu'o (...)
  • 20 Diarii, op. cit., vol. 3, col. 4-5 ; voir aussi pour une première attestation, ibid., vol. 2, col. (...)

12Dans ces années de revers, puis de désastres, – avance turque, effondrement de la Seigneurie en Terre Ferme –, les attroupements décrits par le chroniqueur ne s'expliquent pourtant que par la volonté, aux heures particulièrement graves, d'apprendre les nouvelles. Les galériens qui viennent « à grands cris », lorsqu'on désarme des galées, réclamer leur solde aux portes du collège ne provoquent pas un vrai tumulte16. L'annonce des défaites n'entraîne pas l'émeute. Les solidarités communautaires s'avèrent suffisament fortes pour empêcher la crise interne. Ce sont elles qui expliquent principalement la capacité de survie, de résistance et de reprise de la Seigneurie vénitienne. Septembre 1499, défaite de Lépante. Les pertes en hommes et en bâtiments sont sévères, le capitaine général, Antonio Grimani, a fait preuve de son incurie17. Avec ce nouveau revers, la puissance vénitienne en Méditerranée, déjà bien ébranlée, subit un recul sévère. La cité murmure. Sanudo raconte. Murs et boutiques se couvrent d'inscriptions injurieuses. Le lignage Grimani se détourne du coupable. Les proches du capitaine, craignant le saccage, cachent hors de la maison, dans les monastères, les biens les plus précieux, les ballots d'épices. Mais la colère populaire ne fait appel qu'aux instruments rituels de sa vengeance, ces bandes d'enfants chargées d'exercer contre l'ennemi, le condamné, l'impur, la violence de la communauté18. Les puti parcourent les rues hurlant une ritournelle et ses malédictions. « Antonio Grimani, ruine des chrétiens, rebelle aux Vénitiens, puisses-tu, toi et tes fils, être mangé par les chiens... »19. La cité chrétienne se purifie en vouant aux chiens le traître et le renégat. Le châtiment est prononcé mais, délégué aux enfants, il ne s'applique qu'à une victime symboliquement substitutive : l'esclave maure de Grimani, bâtonné sur un campo de la ville20.

  • 21 AS di Venezia (ASV), Dieci, Miste, reg. 16, fol. 119v.
  • 22 Ibid., reg. 25, fol. 82.
  • 23 Ibid., F. 11, fol. 38.
  • 24 R. Finlay, op. cit., p. 120-121.

13Preuve a contrario de la tranquillité de la vie publique comme du caractère en apparence anodin des paroles de la rue, les placards qui tentent d'agir sur la rumeur, de la modeler, de l'utiliser échouent en apparence à provoquer plus que d'autres bavardages. Par le vecteur d'un affichage, une contestation fonctionne, en certaines occasions, dans Venise. En 1464, le Conseil des Dix condamne Lodovico Contarini à l'amputation de la main droite pour avoir, sur deux affiches, compromis la dignité du doge et l'honneur de l'Etat21. En 1492, des libelles diffamant un des principaux magistrats de l'Etat sont accrochés aux colonnes de la place S. Marco22. Cinq ans plus tard, c'est aux arcades de la basilique et du palais ducal que sont fixés les placards insultants23. Celui dirigé en 1505 contre le doge Loredan unit – les sources sont ici précises – l'image à l'écriture24. La figure du doge est dessinée, entourée par celles de la Vierge et de saint Marc, telle qu'elle se présente dans les figurations officielles. Au doge sont attribués les désastres de la guerre continentale. L'affiche lui impute, à lui qui mêle faiblesse de caractère et attachement aux seuls intérêts familiaux, l'affaiblissement de la dignité dogale et de l'autorité civile dans son ensemble.

14Destinés à l'affichage, placés dans le périmètre du marché ou de la place S. Marco, ces placards ont vocation à être vus, déchiffrés. Et quand le dessin s'adjoint au texte, tous les éléments paraissent être rassemblés pour agir sur le passant, qu'il lise ou, qu'attiré par l'image, il se fasse lire. Le message est donc délivré, même si avec une grande célérité les graffitis sont effacés et les affiches enlevées, tandis que de fortes primes encouragent la délation. Si la réception ne se conteste pas, qu'en est-il de son efficacité et de sa force d'expression ? A lire Sanudo, ce sont les seuls désastres de la guerre de la ligue de Cambrai qui font trembler Loredan. Et c'est l'ennemi extérieur qu'il craint surtout quand, après Agnadello, il appelle les arsenalotti pour le garder la nuit.

15Les nouvelles filtrent hors du palais ducal. Des contestations s'expriment qui mettent en oeuvre, grâce aux placards, une rhétorique de la persuasion. Les paroles de la rue n'en paraissent jamais cependant constituer une réelle menace dans leur incapacité à déboucher sur une opposition et une action. Leur contrôle n'équivaut pas de ce fait à un réel enjeu. Pour comprendre la méfiance de Sanudo à leur endroit, d'autres facteurs d'explication doivent entrer en jeu.

  • 25 Diarii, op. cit., vol. 4, col. 113.
  • 26 Diarii, op. cit., vol. 4, col. 144.

16Si la mormoratione semble ainsi anomique, c'est que la sociabilité de la rue et de la place nourrit et diffuse aussi de véritables informations. Et le danger de ce qui est une authentique et originale mise en parole est alors bien plus grand. Agostino Barbarigo mort, l'élection au dogat se prépare. Pendant l'interrègne, le peuple murmure. La mémoire du doge défunt est vilipendée25. Les suffrages populaires se portent vers le procurateur Filippo Tron, tenu en extrême faveur. Sanudo, remarquant que, quoiqu'il en soit, le popolo n'a rien à dire, impose le silence à ceux que l'évolution des mécanismes de l'élection dogale et la nature de la Seigneurie vénitienne ont privés de leurs droits originels26. Il faut, dans cette remarque, reconnaître d'abord le réflexe d'un noble appartenant, de par sa naissance, au cercle dirigeant. Mais plus profondément ici le chroniqueur discerne dans cette parole, décrite comme collective et spontanée, une faille dans l'harmonie civile et le consensus vénitien. Le jour de l'élection dogale est fixée. Filippo Tron meurt avant qu'elle ne se déroule. Leonardo Loredan est élu. On mumure per la terra que Tron a été empoisonné.

17L'analyse du terme terra s'avère ici déterminante. L'expression souvent recouvre l’espace de la cité, cet archipel d'îlots que le campanile de S. Marco indique de loin au Vénitien qui rentre au port. Le mot traduit alors une conscience de soi et des solidarités étroites. Il identifie une communauté, une histoire et sa singularité. Mais en une deuxième occurence dans les textes du temps, ainsi que R. Finlay l'a montré, le terme désigne en fait le Grand Conseil. L'analyse la plus fine peine dans ce cas, souvent sans succès, à distinguer un emploi de l'autre. Et cette imprécision sémantique apparente représente en elle-même un signe éclatant de la paix civile et du consensus. Mais, troisième acception, le mot renvoie encore à la foule et ses opinions, à la masse de ceux qui ne participent pas à la décision politique, sans que l'on puisse d'ailleurs clairement discerner les contours d'éventuels groupes de pression ou mesurer le degré de leur spontanéité. La voix de la terra ne se confond plus, dans ce dernier cas, avec celle des instances dirigeantes. Elle s'en écarte, elle la critique parfois, elle tente aussi d'influer sur elle. Et les Diarii conservent des exemples de semblables pressions ou interférences quand le vote des assemblées se porte vers un protégé de la faveur populaire. Venise s'aligne ce faisant sur un modèle général, celui de toutes ces cités où clientèles, groupes et réseaux tentent d’agir sur la vie des conseils.

  • 27 C. Vasoli, « L'attesa della nuova era in ambienti e gruppi fiorentini del Quattrocento », dans L'a (...)

18D'autres ferments que politiques contribuent à la prolifération des murmures. Les dernières décennies du xve siècle sont marquées dans toute la péninsule italienne par la montée en puissance d'une tension eschatologique. Occasionnels et feuilles volantes diffusent pronostications et récits de prodiges. La grande conjonction planétaire de 1484 ou les naissances monstrueuses préludent au temps des malheurs. La parole des multiples prédicateurs itinérants propage, en même temps que les appels à un amendement urgent, des prédictions inspirées. Les signes se multiplient qui renforcent et redoublent pour le plus grand nombre les messages prophétiques27.

  • 28 Diarii, op. cit., vol.l, col. 9-10.
  • 29 Pour l'analyse de différents exemples : E. Crouzet-Pavan, « Venice between Jerusalem, Byzantium an (...)
  • 30 Diarii, op. cit., vol. 8, col. 326.

19Les Diarii, dès les premières colonnes, portent témoignage d'un tel climat : « Et le bruit se répandit qu'une femme était apparue à Rome à un berger qui gardait des moutons... ». L'une des bêtes, malade, annonce peste et mort à venir, à moins que des jeûnes immédiats ne détournent le fléau28. La chronique est ensuite véritablement scandée par ces signes au ciel, miracles, prodiges, apparitions, visions qui, au rythme de la conjoncture, attisent l'angoisse ou, pour un temps, l'apaisent29. La classe politique prête la même attention à ces signes. Ainsi se presse-t-elle après Agnadello pour consulter à S. Clemente le frère Piero Nani puisqu'il déchiffre le futur à travers un corpus prophétique30.

  • 31 Ibid., vol. 2, col. 1372.
  • 32 Les Vénitiens n'en sont pas moins défaits...

20Mais, contre la peur et les mouvements de panique religieux, elle organise aussi l'amendement et l'imploration, et tente de restaurer l'image de la cité chrétienne. Ainsi quand, en 1499, elle prépare la défense contre les Turcs. « Un très cruel corsaire » avait échappé, par la conversion et la pénitence, au jugement des hommes et du tribunal des Quarante. Ermite au coeur même de la cité, dans le cimetière de S. Stefano, il dormait sur les têtes des morts, s'étant arrangé maison et jardin avec des crânes et les montagnes d'ossements. Il rejoint en septembre 1499, sur mandat de la Seigneurie, la flotte qui se porte contre les Turcs31. Le saint homme dit alors, par sa présence sur la galée du capitaine, la dévotion de la cité armée contre les Infidèles32. Par lui, Venise renouvelle son pacte avec Dieu. A travers l'écriture serrée des Diarii, c'est en fait un processus d'interaction qui se déchiffre. Le nombre des rituels pénitentiels officiels, l'effort croissant de réformation répondent aux craintes eschatologiques, s'efforçant de les apaiser.

  • 33 S'y ajoutent en outre les oeuvres de Domenico Malipiero (Annali veneti dall'anno 1457 al 1500), Pi (...)

21Plusieurs observations s'imposent alors. La conjoncture périodise nettement ces pulsions d'angoisse. Ainsi le climat d'attente et d'alarme dans les semaines qui précèdent Agnadello. La même conjoncture explique que la Seigneurie, quand le Stato di terra s'effondre, veille particulièrement à la paix et à la cohésion internes. L'écoute des paroles de la terra s'affirme plus que jamais comme une pratique de gouvernement. Le volume des sources narratives conservées pour ces années – les Diarii de Girolamo Priuli, outre ceux de Sanudo33 – met enfin, en pleine lumière cette voix de la terra que l'on perçoit plus difficilement dans les décennies antérieures. Autant de facteurs qui expliquent que cette faculté de prise de parole soit si bien attestée, qu'elle provoque l'attention inquiète de qui gouverne.

La verità, non solum di questa città, ma di tutto il mondo34

  • 34 Citation tirée de la lettre de Sanudo au Conseil des Dix, publiée dans l'introduction au De Origin (...)

22L'analyse des réseaux et des formes de l'information, des niveaux de circulation des nouvelles, tels que la chronique de Sanudo les découvre, peut en conséquence conduire à deux séries de remarques de caractère plus général.

23Les Diarii ont fait apparaître et la méfiance du chroniqueur et la sensibilité de l'élite dirigeante face à ce que la « terra cridava ». Au-delà des incidences incontestables de la conjoncture, cette écoute renforcée me paraît renvoyer à des mutations d'une extrême importance. Dans l'histoire de l'ordre public, des systèmes de régulation et de l'affermissement du pouvoir politique, les dernières décennies du xve siècle marquent un tournant. La volonté renforcée de surveillance, de censure, de contrôle des comportements, se marque par la transformation des institutions judiciaires, le renforcement de la puissance du Conseil des Dix, qu'entourent divers offices satellites, la mise en place enfin de nouvelles magistratures dont la création se suit au long d'un demi-siècle. Sans entrer dans le détail de leurs compétences, relevons une de leurs caractéristiques communes, toutes fonctionnent avec une même volonté de savoir.

  • 35 E. Crouzet-Pavan, « Violence, société et pouvoir à Venise : forme et évolution de rituels urbains  (...)

24La dénonciation alimente, dès l'institution du Conseil des Dix, une part non négligeable des procédures. Les textes normatifs stimulent précocemment, par de fortes primes, la collaboration avec les officiers publics. Et ces incitations, ainsi que l'attestent les archives des diverses magistratures judiciaires, sont concrètement suivies d'effet. Les dépositions testimoniales qui accompagnent la progression des enquêtes des premières cours communales, qu'elles jugent au civil ou au criminel, mettent d'autre part en évidence les réalités d'une société d'interconnaissance où les réputations sont établies, où tout se sait et se répète, où l'oralité de la cour et de la rue tient une place déterminante35. Mais dans les dernières décennies du xve siècle, une étape supplémentaire est franchie. Le pouvoir politique exploite rationellement ce stock d'informations dont dispose le voisinage, cette faculté de la rue à savoir et à parler. Quelques exemples suffisent à l'établir.

  • 36 ASV, Proveditori alla Sanità, reg. 725, Notatorio no 1, fol. 3v.
  • 37 Ibid., fol. 5v, 6v, 7, 9v etc... Ces dénonciations ne sont pas anonymes. Seuls les Exécuteurs cont (...)

25Venise rompt en 1486 avec une tradition séculaire d'officiers provisoires et de commissions limitées pour mettre en place une magistrature permanente, responsable de la santé publique. Un notaire, à partir de 1490, consigne, jour après jour, les traces de son activité. Elle se fonde sur un formidable réseau d'informateurs. Informateurs officiels bien sûr, puisque les conseils retransmettent à ces provéditeurs responsables missives et nouvelles. Dans la péninsule italienne, en Méditerranée, partout où les Vénitiens commercent, tous les réseaux sont mobilisés pour permettre aux magistrats de tenir à jour la liste des zones touchées par la maladie. Par le système de la quarantaine, ils peuvent alors s'efforcer d'empêcher que la contagion n'entre dans la cité. Mais les informateurs sont aussi diffus à travers toute la cité, qu'ils agissent sur commandement, comme les prêtres des paroisses36, ou que la peur, l'espoir d'une récompense, le respect des lois vénitiennes ne les poussent. « Et il est arrivé à notre office ces derniers jours, la nouvelle que... ». « Et les magnifiques Provéditeurs ont su que... ». « Et par plusieurs personnes a été dénoncé auprès de notre office... »37. Ce sont bien alors deux voix qui s'opposent, celle de la rue qui, captée et rationalisée par le pouvoir politique, sert à nourrir la machine administrative et judiciaire, celle de l'instance publique qui s'impose par le biais des multiples proclamations de l’office. « Et que l'on fasse publiquement savoir... ».

  • 38 ASV, Giustizia Nova, B. 2, fol. 7-41.

26La lutte entamée durant les mêmes années contre les débits de boisson clandestins ne doit ses succès qu'à cette collaboration active du voisinage ou des habitués des gargotes tombées sous le coup des poursuites38. Et les archives des Provéditeurs sur le blasphème, même si elles le font avec un temps de retard sur l'institution de la magistrature, montrent la même prolixité des dénonciations qu'encourage l'habituelle remise de ses propres fautes promise à qui dénonce. Ce sont ces dénonciations, plus que les forces de police limitées dont disposaient les différents offices, qui favorisent l'action répressive, qui expliquent le resserrement effectif de la surveillance sur le tissu urbain.

27La volonté d'information s'exerce donc avec une force croissante sur un espace urbain et social contraint à se dévoiler. Elle concerne, suivant l'extension toujours plus nette du champ du politique, des aspects multiples de la vie de la cité. Elle soutient la mise en place d'un nouveau système de pouvoir et marque, ce faisant, une étape dans ce lent mouvement vers ce que l'on a coutume d'appeler la modernité.

  • 39 De Origine, op. cit., p. xv-xvi.
  • 40 Ibid. : « Ho scritto tuti li successi seguiti... con grandissime faticha, ma sopra tuto la verità. (...)
  • 41 On rappelera que Sabellico n'occupe pas la charge d'historiographe officiel quoiqu'Andrea Navagero (...)
  • 42 F. Gaeta, « Storiografia, coscienza nazionale e politica culturale nella Venezia del Rinascimento  (...)
  • 43 On se référera ici à G. Cozzi, « Cultura, politica e religione nella "publica storiografia" venezi (...)

28Revenons aux Diarii. Dans la lettre qu'il adresse en 1531 aux chefs du Conseil des Dix39, Sanudo décrit en termes éloquents, et avec amertume, sa longue fatigue, sa recherche menée trente années durant au nom de l'exhaustivité et de la vérité40. Son amertume est légitime. A tant écrire, il n’a gagné qu'à devenir vieux, malade et pauvre. Il échoue dans son désir de devenir l'historiographe officiel de la République. Il est contraint par les Dix à offrir en consultation toute son œuvre à celui qui est nommé à cet emploi : Pietro Bembo. Andrea Navagero, le premier, avait été en en 1509 désigné officiellement pour cette charge41. La date n'est pas, là encore, fortuite. La puissance vénitienne s'est effondrée en Terre Ferme. Les armées ennemies sont arrivées jusqu'à la lagune. Pour se rétablir dans sa gloire, après une telle menace, la République décide de faire officiellement composer son histoire. Navagero n'écrit rien. A sa mort, Bembo le remplace42. Le récit historique sera après lui continué. Le pouvoir politique se saisit de cet autre vecteur de la connaissance et de la communication43.

29Mais la monumentale narration que Sanudo compose, forme, quoique décident les Dix, bien plus qu’un énorme matériau laissé à l'exploitation de Bembo. Sanudo, rédigeant libri numero 53, accumulant détails et informations, témoigne du même désir de savoir que sa ville. Que décrivent les Diarii durant les décennies qu'ils couvrent ? En fait, une chronique universelle. Ecrivant à Venise l'histoire de sa cité et de l'Italie, le chroniqueur rédige des Annales du monde. Venise contrôle l'information. Elle la domine dans le stato di terra et le stato di mar, comme hors de leurs frontières. Elle la draine, l'utilise et la maîtrise dans la cité même.

  • 44 La création de l'office contre la propagation des secrets, qui prélude à l’institution des Inquisi (...)

30Le moment qu’éclairent les Diarii s'avère donc capital pour l'histoire longue de la culture et du pouvoir politique vénitien. Dans cet afflux d'informations sur la ville, dans ce système rationalisé de la nouvelle, il faut assurément individualiser les manifestations évidentes de la puissance et du rayonnement de la cité-monde, placée au centre encore des échanges et de l’activité économique, part constituante d'un espace italien en pleine fermentation politique et culturelle. Mais cette capacité à s'informer procède aussi d'une volonté politique. Elle vaut en effet comme un instrument essentiel dans la dynamique de constitution d’un Etat et d'un système de pouvoir. A l'extrême fin du xve siècle, au début du siècle suivant, par le moyen de mutiples réseaux, agents, truchements, la Seigneurie collecte les informations. Elle tend en parallèle, au moins partiellement, à fonctionner dans le secret44, à mettre en place cet autre dispositif fondamental de l'institution du politique. Par la lecture des Diarii, en même temps que l'histoire des relations de la République à l'information, c'est donc très symétriquement celle de la construction de la puissance publique qui peut être approchée. Les Diarii permettent de mesurer concrètement ce qui, dans le processus d'édification de l'Etat vénitien, constitue, de par ses effets sur la totalité du corps social, un élément déterminant. Le pouvoir doit être, ou au moins apparaître, comme omniscient.

Notes

1 V. Hugo, Angelo, tyran de Padoue, Théâtre complet, vol. 2, Paris, Gallimard La Pléiade, 1964 (La Pléiade), première journée, scène 1, p. 568-569.

2 Je choisis à dessein ce terme qui démarque quelques titres célèbres dans l'histoire des idées politiques, ainsi le Dialogus de Republica Venetorum du florentin Donato Gianotti ou le De Magistratibus et Republica Venetorum du vénitien Gasparo Contarini.

3 Pour l'analyse de cette bibliographie d'une abondance extrême, on peut se référer à E. Crouzet-Pavan, Sopra le acque salse. Espaces, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Age, 2 vol., Rome, 1992 (Coll, de l'Ecole française de Rome, 156), chap. 14.

4 On citera simplement quelques travaux représentatifs de ce courant historiographique fécond : D.E. Queller, « The Civic Irresponsibility of the Venetian Nobilty », dans D. Herlihy, R.S. Lopez et V. Slessarev (sous la direction de), Economy, Society and Government in Medieval Italy, Kent, Ohio, 1969, p. 222-236 ; id., The Venetian Patriciate. Reality versus Myth, Illinois Press, 1986 ; D. Romano, « "Quod sibi fiat gratia" : Adjusment of Penalties and the Exercise of Influence in Early Renaissance Venice », Journal of Medieval and Renaissance studies, 13 (1983), p. 251-68.

5 P. Sardella, Nouvelles et spéculations à Venise au début du xvie siècle, Cahier des Annales, 1, 1948. L'auteur étudie les effets « de la nouvelle » sur les marchés du blé, des épices, de l'assurance maritime ou dans le domaine financier ; il analyse ainsi les champs les plus sensibles à l'action économique de la nouvelle.

6 Marino Sanudo, I Diarii, éd. R. Fulin, F. Stefani, N. Barozzi, M. Allegri, R. Deputazione veneta di storia patria, 58 vols., Venise, 1879-1903, vol. I, prologue de l'oeuvre.

7 P. Sardella, op. cit., avait déjà pris en compte dans son étude ces Diarii, comme ceux contemporains de Girolamo Priuli (I Diarii di Girolamo Priuli (aa. 1499-1512), vol. 1, éd. A. Segre ; vol. 2 et 4, éd. R. Cessi, Rerum italicorum scriptores, vol. 24, pt. 3, Bologne, 1912-

8 La comparaison des Diarii de Sanudo avec ceux de Girolamo Priuli, op. cit., est là encore éclairante. Dans le texte de Priuli, les sources de l'information ne sont pas identifiées.

9 Diarii, op. cit., vol. 2, col. 391. Pour l'analyse de l'oeuvre historique de Sanudo : G. Cozzi, « Marin Sanudo il giovane : dalla cronaca alla storia », dans A. Pcrtusi (sous la direction de), La storiografia veneziana fino al secolo xvi. Aspetti e problemi, Florence, 1970 (Civiltà veneziana, 18), p. 333-358.

10 Diarii, op. cit., vol. 1, col. 50-51.

11 Diarii, op. cit., vol. 7, col. 60.

12 Diarii, op. rit., vol. 8, col. 300. Ou, vol. 2, col. 120.

13 On rappelera ici les difficultés de la carrière politique de Marino Sanudo comme ses réticences à l'égard de la classe dirigeante vénitienne, même si ses Diarii sont beaucoup moins polémiques que ceux de Girolamo Priuli. Voir ici Marin Sanudo il giovane, De origine, situ et magistratibus urbis Venetae ovvero La città di Venetia (1493-1530), éd. A. Caracciolo Aricò, Milan, 1980, p. xiv-xvi. L'ouvrage de M.L. King, Venetian Humanisai in an Age of Patrician Dominance, Princeton UP, Princeton, 1986, consacre d'utiles articles à Leonardo Sanuto et Marco Sanuto, père et cousin de Marino.

14 Ainsi « la cita di Venexia fo solo sopra, per lelere di Udene », Diarii, op. cit., vol. 4, col. 85. Pour le cadre événementiel : F. Gilbert, « Venice in the Crisis of the League of Cambrai », dans J.R. Hale (sous la direction de), Renaissance Venice, Londres, 1973, p. 274-92 ; F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Age, Paris, De Boccard, 1959 (Bibliothèque des Ecoles françaises d'Athènes et de Rome, 196) ; G. Cozzi-M. Knapton, Storia della Repubblica di Venezia. Dalla guerra di Chioggia alla riconquista della terraferma, Utet, Turin,

15 Pour une analyse de ces dissensions dans les années couvertes par les Diarii : R. Finlay, Politics in Renaissance Venice, New Brunswick, New Jersey, 1980, p. 227-250. Les décisions importantes sont âprement discutées, les propositions s'opposent avant que l'on ne parvienne à un vote. Pour des exemples de ces débats animés, de cette « gram disputation » : Diarii, op. cit., vol. 2, col. 129, p. 144, 295, 302...

16 Diarii, op. cit., vol. 2, col. 323.

17 Sur la guerre de 1499-1503 et le destin de Grimani, qui paie pour les revers de la flotte vénitienne : F. C. Lane, Storia di Venezia, tr. it., Turin, Einaudi, 1978, p. 414-415.

18 Voir ici l'article d'O. Niccoli, « Compagnie di bambini nell'Italia del Rinascimento », Rivista storica italiana, Cl (1989), l'asc. 2, p. 346-374, qui cite différents exemples vénitiens de « guerre di putti » : p. 357. On peut maintenant ajouter à ce jalon bibliographique de première importance les études d'A. Zorzi, « Rituali e cerimoniali nelle città italiane (secc. XIII-XVI) », dans Rites et rituels dans les sociétés médiévales (xiiie-xvie siècles), Erice, 1990, à paraître, et id., « Rituali di violenza giovanile nelle società urbane dcl tardo medievo », dans La Società innocente, Gargonza, 1990, à paraître. Pour l'étude de la violence enfantine en France pendant les guerres de religion : D. Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610), Seysscl, 1990, t. 1, p. 85-91.

19 Diarii, op. cit., vol. 3, col. 4-5 :
« Antonio Grimani
Ruina de' cristiani
Rebello de' venetiani,
Pu'o stu esser manzà da' canni,
Da'canni, da cagnolli,
Ti e toi fiulli ».

20 Diarii, op. cit., vol. 3, col. 4-5 ; voir aussi pour une première attestation, ibid., vol. 2, col. 1377. Et pour un récit plus laconique des mêmes événements par Priuli : 1 Diarii di Priuli, op. cit., t. 1, p. 198.

21 AS di Venezia (ASV), Dieci, Miste, reg. 16, fol. 119v.

22 Ibid., reg. 25, fol. 82.

23 Ibid., F. 11, fol. 38.

24 R. Finlay, op. cit., p. 120-121.

25 Diarii, op. cit., vol. 4, col. 113.

26 Diarii, op. cit., vol. 4, col. 144.

27 C. Vasoli, « L'attesa della nuova era in ambienti e gruppi fiorentini del Quattrocento », dans L'attesa dell'età nuova nella spiritualità delta fine del medioevo, Convegni del centro di studi sulla spirilualilà medievale, III, Todi, 1962, p. 370-432 ; id., Profezia e ragione. Notizie su Giorgio Benigno Salviati, Naples, 1974 ; O. Niccoli, Profeti e popolo nell'Italia del Rinascimento, Rome-Bari, 1987, spécialement les chapitre 1 et 2.

28 Diarii, op. cit., vol.l, col. 9-10.

29 Pour l'analyse de différents exemples : E. Crouzet-Pavan, « Venice between Jerusalem, Byzantium and Divine Retribution : The Origins of the Ghetto », dans A. Meyuhas Ginio (sous la direction de), Jews, Christians and Musluns in the Mediterranean World after 1492, Londres, Frank Cass, 1992, p. 163-179. Voir aussi Diarii, op. cit., vol. 8, col. 419-20, pour l'apparition, après Agnadello, à une pauvre veuve du borgo S. Trovaso, d’une femme vêtue de blanc qui réclame des processions « con la madona di Ogni Santi » et qui promet à Venise la victoire contre ses ennemis.

30 Diarii, op. cit., vol. 8, col. 326.

31 Ibid., vol. 2, col. 1372.

32 Les Vénitiens n'en sont pas moins défaits...

33 S'y ajoutent en outre les oeuvres de Domenico Malipiero (Annali veneti dall'anno 1457 al 1500), Pietro Dolfin (Annalium Venetorum) et Marcantonio Michiel (Diarii).

34 Citation tirée de la lettre de Sanudo au Conseil des Dix, publiée dans l'introduction au De Origine, op. cit., p. xv-xvi.

35 E. Crouzet-Pavan, « Violence, société et pouvoir à Venise : forme et évolution de rituels urbains », MEFRM, 96 (1984), fasc. 2, p. 903-36.

36 ASV, Proveditori alla Sanità, reg. 725, Notatorio no 1, fol. 3v.

37 Ibid., fol. 5v, 6v, 7, 9v etc... Ces dénonciations ne sont pas anonymes. Seuls les Exécuteurs contre le blasphème peuvent, à partir du milieu du xvie siècle, accepter de telles dénonciations. Les autres magistratures doivent autrement ne pas en tenir compte ou les renvoyer au Conseil des Dix : R. Derosas, « Moralità e giustizia a Venezia nel’500-'600. Gli esecutori contro la bestemmia », dans G. Cozzi (sous la direction de), Stato, società e giustizia nella Repubblica veneta (sec. xv - xviii), Rome, 1980, p. 431-528.

38 ASV, Giustizia Nova, B. 2, fol. 7-41.

39 De Origine, op. cit., p. xv-xvi.

40 Ibid. : « Ho scritto tuti li successi seguiti... con grandissime faticha, ma sopra tuto la verità. Et dirò cusi, et questo è certissimo, niun serittor mai farà cosa bona delle historie moderne, non vedendo la mia diaria, in la quela è compreso ogni cosa seguita ».

41 On rappelera que Sabellico n'occupe pas la charge d'historiographe officiel quoiqu'Andrea Navagero soit chargé de commencer son oeuvre là où Sabellico s'arrète. F. Gilbert, « Biondo, Sabellico and the Beginnings of Venetian Official Historiography », dans J.G. Rowe, W.H. Stockdale (sous la direction de), Florilegium Hisioriale : Essays presented to W.K. Ferguson, Toronto, 1971, p. 275-293.

42 F. Gaeta, « Storiografia, coscienza nazionale e politica culturale nella Venezia del Rinascimento », dans Storia della cultura veneta, Dalprimo Quattrocento al concilio di Trente, 3/1, Vicence, 1980, p. 1-91.

43 On se référera ici à G. Cozzi, « Cultura, politica e religione nella "publica storiografia" veneziana », Bolletino del Istituto di storia della società e dello stato veneziano, V-VI (1963-64), p. 215-294.

44 La création de l'office contre la propagation des secrets, qui prélude à l’institution des Inquisiteurs d'Etat, s'insère dans la séquence de mutations administratives et judiciaires analysée supra. G. Cozzi, Repubblica di Venezia e stati ilaliani. Politica e giustizia dal secolo xvi al secolo xviii, Turin, 1982, spécialement « La giustizia e la politica nella Repubblica di Venezia (secoli xv-xvii) », p. 81-144.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site