Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Vérité refusée, vérité cachée

Du sort de quelques nouvelles avant et pendant la Guerre de l'Union d'Aix (1382-1388)

Alain Venturini

Testo integrale

  • 1 L'ouvrage le plus commode à consulter pour avoir une vue d'ensemble de l'histoire des Etats angevin (...)
  • 2 I. Bonnot (sous la direction de), Marseille et ses rois de Naples. La diagonale angevine (1265-1382 (...)
  • 3 Voir la communication faite ici même par Yves Grava.

1Nés de l'ambitieuse politique, longtemps couronnée de succès, de Charles Ier d'Anjou, les Etats angevins, on le sait, eurent pour principales et surtout plus durables composantes, d'une part les comtés de Provence et de Forcalquier, ou plus simplement la Provence, d'autre part le royaume de Sicile (en bref, et à la mode italienne, le Royaume), réduit à sa partie continentale après que la révolte des Vêpres eut entraîné la perte de la grande île dont il tirait son nom1. L'on conviendra aisément que, pour assurer la cohésion d’un tel organisme politique, l'un des facteurs vitaux résidait dans la bonne circulation, dans les deux sens, des ordres et plus généralement des nouvelles de tous genres entre les extrémités de ce que l’on a pu appeler la « diagonale angevine »2. Pendant près de deux siècles, jusqu'à ce que la défaite finale de la seconde Maison d'Anjou eût séparé définitivement Provence et Royaume, sans même tenir compte des échanges de nouvelles par l'intermédiaire de marchands ou autres voyageurs « privés », il résulta de cet impératif un intense va-et-vient officiel de courriers, envoyés et ambassades3, les uns et les autres porteurs de messages tant écrits qu'oraux.

  • 4 C. Minieri-Riccio, Saggio di codice diplomatico, vol. II, parte 1a, Naples, 1879, p. 29-31, no XXX.
  • 5 Abbé P. Gioffredo, Corografia e storia delle Alpi Marittime, Turin, 1839, vol. III, p. 446.
  • 6 A. Venturini, « La Guerre de l'Union d'Aix (1383-1388) », dans 1388. La dédition de Nice à la Savoi (...)

2Parmi les problèmes, en rapport avec le thème de ce congrès, soulevés par les conditions particulières dont devait s'accommoder l'administration angevine, il eût d'ailleurs été intéressant d'étudier les modalités d'emploi de ce dernier type de messages, souvent destinés à compléter des écrits, hélas pour nous, bien anodins. Je citerai deux exemples de cette pratique, pris dans la période chronologique que couvre ma communication : les lettres que Marguerite de Duras, comme vicaire de Charles III, adressa aux prélats, aux nobles et aux villes de Provence les 20 et 22 juillet 1384 pour les inciter à reconnaître Urbain VI, étaient complétées par un message verbal confié aux ambassadeurs de l'Union d'Aix4 ; de même, la lettre remise le 30 mars 1388 aux envoyés des Niçois par le roi Ladislas s'accompagnait d'un message oral5. Mais une telle étude supposait de passer au crible la documentation provençale ou napolitaine parvenue jusqu’à nous, demandant ainsi un temps dont je ne disposais pas. J'ai donc choisi plus modestement de reprendre et d'approfondir des questions déjà abordées lorsque j'ai traité globalement de la « Guerre de l’Union d'Aix »6

3En forçant un peu le trait, on peut dire que cet épisode qui devait influer de façon décisive sur le devenir des Etats angevins, et notamment de la Provence, se présente d'emblée comme une suite de problèmes de nouvelles, tantôt trop abondantes, tantôt trop rares, ou encore mal interprétées.

  • 7 Aux ouvrages déjà cités dans mon article, on peut adjoindre sur ce point celui d'A. Cutolo, Re Ladi (...)

4De fait, tout commença avec un secret mal gardé : celui de l'adoption de Louis d’Anjou par la reine Jeanne Ière, résolue à l'instigation de Clément VII. Cette grave décision, prise par Jeanne le 29 juin 1380 et ratifiée par le pape les 22 et 23 juillet suivants7, aurait dû demeurer ignorée en dehors des cours de Naples et d'Avignon et du principal intéressé, jusqu'à ce que le duc d'Anjou fût en mesure de venir au secours de sa mère adoptive. En réalité, elle finit par transpirer prématurément : dès le 22 octobre 1380, elle était connue à Tarascon. Parvenue à la connaissance d'une « simple » communauté urbaine provençale, elle ne manqua pas d'arriver aussi aux oreilles de Charles de Duras, l'incitant à hâter son entreprise de conquête du trône napolitain.

  • 8 A ce qu’il ressort d'une lettre écrite par Jeanne au duc de Bavière, le 5 juin 1380 : A. Valente, M (...)
  • 9 Sans doute la confiance de la reine fut-elle accrue par le succès remporté près de Celano, le 19 dé (...)
  • 10 Après son évasion de la cour de Naples, réussie le 26 juin 1380, Marguerite se réfugia dans sa terr (...)

5Par un fâcheux enchaînement, cette première faute s'accompagna, tant à Naples qu'à Avignon ou en Provence, d'une suite de jugements erronés sur la gravité des événements qu'elle avait contribué à déclencher et qui allaient se dénouer avec rapidité. Depuis longtemps sans illusions sur les desseins de Charles et de surcroît « parfaitement informée des événements »8, la reine Jeanne aurait-elle sous-estimé la menace que représentait son neveu ? Non sans doute, mais elle se montra trop confiante d'une part dans les mesures militaires prises dans le Royaume9 d'autre part dans une arrivée rapide en Italie de Louis d'Anjou. Aussi constate-t-on sans surprise qu'elle ne songea à réclamer un concours massif à ses sujets provençaux, ni après que l'épouse de Charles, Marguerite de Duras, eut, dès juillet 1380, commencé une guerre ouverte10, ni même quand ce dernier fut arrivé à Rome (11 novembre 1380) : la souveraine se contenta de quelques concours individuels. Elle ne pensa pas plus à recourir à leur aide quand il fut devenu évident que Charles de Duras allait entamer une campagne décisive : son appel à l'aide du 4 juin 1381 ne fut adressé qu'au seul duc d'Anjou.

  • 11 A. Venturini, op. cit., p. 40-41, résumées dans le présent paragraphe.
  • 12 Je rappelle la chronologie des événements : 1er et 2 juin 1381, investiture puis couronnement de Ch (...)

6Dans ces conditions, comme je l’ai déjà exposé11, l'on peut comprendre que les Provençaux, y compris les plus favorables à Jeanne, comme les Marseillais, aient mal mesuré la gravité du péril couru par celle-ci. Dans le même temps d'ailleurs, la cour d’Avignon ne réagissait pas davantage. Ce n'est en fait que le 1er août 1381 que, les premiers d'entre les Provençaux, les Marseillais surent quel danger menaçait Jeanne. Car, circonstance aggravante, tandis que Charles de Duras menait une campagne-éclair12, les nouvelles circulèrent au contraire fort lentement entre le Royaume et la Provence. La lettre reçue le 1er août à Marseille, par laquelle le grand chambrier, Jacques de Capri, comte de Minervino, annonçait l'entrée de Charles de Duras à Naples et la résistance de la reine dans le Château Neuf et les autres forteresses de la ville avait été écrite le 18 juillet. De même, la défaite décisive subie par Othon de Brunswick le 24 ou le 25 août ne fut connue dans cette même ville que le 16 septembre.

7Mais les difficultés rencontrées à l'été 1381 par les Provençaux pour avoir une connaissance précise de la situation napolitaine n'étaient rien encore. La distension des liens entre les deux composantes majeures des Etats angevins et le contrecoup en Provence des luttes engagées pour la possession du Royaume n'allaient pas tarder à entraîner des conséquences encore plus extraordinaires, touchant deux faits historiques pour nous parfaitement avérés : la mort de la reine Jeanne et celle de son heureux compétiteur, Charles de Duras.

La mort de Jeanne Ière : une vérité refusée

  • 13 En syncopant, à tort, ces deux évenements, on a souvent fait du 2 septembre la date de la reddition (...)
  • 14 Sur la captivité et la mort de la reine Jeanne, le travail de référence reste celui d'E.-G. Léonard (...)

8S'étant résignée le 26 août 1381 à cesser toute résistance armée, Jeanne Iere put encore passer quelques jours de semi-liberté au Château Neuf. Mais, dès le 2 septembre, Charles de Duras la fit arrêter et transférer au Château de l'Œuf13. Il allait garder sa tante prisonnière pendant plus de dix mois, durcissant peu à peu les conditions de sa détention, avant de la faire mettre à mort le 27 juillet 138214.

  • 15 Les galères provençales arrivèrent devant Naples le 22 septembre.

9Rapportées qu'elles furent par la flotte envoyée en vain à son secours15, la reddition et la captivité de la reine furent, pour de longs mois, les dernières nouvelles certaines à parvenir du Royaume en Provence. Aussi tenter d'obtenir des renseignements fut-il l'un des premiers soucis de l'Union d’Aix, créée en février-mars 1382 pour venir en aide à Jeanne en se passant de l'indésirable concours de Louis d'Anjou. Ainsi les Etats unionistes tenus à Aix en mai 1382 résolurent-ils l'envoi d'une ambassade auprès de la souveraine : selon toute vraisemblance, elle ne fut pas couronnée de succès. On ne s'étonnera donc pas de voir une nouvelle assemblée des Etats, réunie à Brignoles en août 1382, décider de l'envoi d'une autre ambassade à Naples. Cependant, celle-ci était adressée non plus à la reine mais à Charles de Duras lui-même.

  • 16 Si une telle lettre a existé, elle a échappé aux patientes recherches d'E.-G. Léonard, qui n'avait (...)
  • 17 En fait, il y eut peut-être d'autres contacts, pour vérifier le rapport de l'ambassade de septembre (...)

10Qu'en déduire ? Les Provençaux unionistes s'étaient-ils résignés à entrer en pourparlers avec le maître de facto de Naples ou bien devons-nous penser qu'ils avaient eu vent de la fin de Jeanne ? Rappelons en effet que Charles avait voulu donner la plus large publicité à la mort de sa tante, présentée comme « naturelle ». Pour cela, il fit tout d'abord ramener son cadavre de Muro à Naples, où il arriva le 31 juillet. Là, pour que chacun pût le voir, il le laissa exposé durant sept jours dans l'église de Santa Chiara, tandis qu'il adressait une lettre circulaire aux seigneurs et aux villes d'Italie, pour leur annoncer que Jeanne était morte après une longue maladie. Il ne semble pas en revanche avoir adressé une lettre similaire aux Provençaux16. Mais ceux-ci peuvent fort bien avoir eu des échos de sa circulaire italienne par l'intermédiaire des contacts maintenus avec villes et marchands de l'Italie du nord et du centre. Quoi qu'il en soit, à supposer qu'il n'eût pas déjà préparé le terrain, Charles dut certainement parvenir à convaincre les envoyés de l'Union tant du décès de Jeanne Ière que de son innocence dans ce triste événement. Certes, arrivés à Naples au mois de septembre 1382, ces hommes ne pouvaient plus voir le cadavre de la reine, mais Charles III sut certainement et leur montrer sa sépulture et leur produire les témoignages des Napolitains. Quand ils rentrèrent en Provence, à la fin septembre au plus tôt, ils purent, selon toute vraisemblance, persuader du décès de Jeanne la majorité des membres de l'Union. Considérant donc que la succession de la reine était bien ouverte, celle-ci ne vit plus en Charles de Duras un usurpateur, mais le reconnut pour l'héritier légitime : à défaut d'être définitivement acquise en novembre 1382, cette adhésion était suffisamment en bonne voie17 pour que, le 16 de ce mois, Charles III se décidât à nommer un sénéchal de Provence, en la personne du génois Balthasar Spinola.

  • 18 D'après un document des Archives des Bouches-du-Rhône (B 190, fol. 3v°) qui a le défaut d'avoir été (...)
  • 19 Le 17 février 1383, le conseil de ville décide que Charles de Duras sera reconnu comme seigneur par (...)

11Néanmoins, même au sein de l'Union, les choses n'allèrent pas toutes seules. Si une ville comme Toulon peut avoir embrassé sans détours le parti de Charles III dès octobre ou novembre 138218, d'autres villes n'admirent pas la mort de Jeanne sans manifester une légère réticence : tel fut le cas de Draguignan19. Surtout, quelques villes refusèrent tout net d'admettre la disparition de la reine : continuant à tenir Charles pour un usurpateur, elles quittèrent alors les rangs de l'Union et se retournèrent contre elle (par exemple, Grasse).

  • 20 A.C. Marseille, BB 29, fol. 245 (cité par E.-G. Léonard, op. cit., p. 63, note 1). On ne s’étonnera (...)
  • 21 Louis d’Anjou commença à user du titre de roi de Sicile en août 1383 (cf. A Valente op. et loc. cit (...)
  • 22 Tel est le cas du castrum de Vinai/Vinadio, qui, après avoir longtemps résisté d aux carlistes et a (...)
  • 23 Ainsi que l’a rappelé Louis Stouff dans la discussion qui a suivi mon exposé. Cf. ce passage de la (...)
  • 24 A.C. Marseille, AA 65. La bulle pontificale fut suivie d'une lettre de l'évêque de Vintimille au Co (...)

12On se doute que, si l'Union connut des flottements, les seigneurs et les villes restés dès l'origine en dehors d'elle, soit qu'ils fussent déjà ralliés au duc d'Anjou, soit qu'ils demeurassent simplement fidèles à la reine, sans se soucier pour l'heure de qui lui succèderait, tous ceux-là donc acceptèrent encore moins la funèbre nouvelle. C'est que, suspectes a priori, les déclarations de l'Union étaient de surcroît contredites par des témoignages qui venaient raviver l'espoir de ses opposants. On lit en effet dans une délibération du Conseil de Marseille en date du 27 janvier 1383 : « Scribatur omnibus universitatibus Provincie et notifficentur bona nova que habemus de vita domine nostre regine et aliis relatis per dominum Rod[ericum ? J militem, patronum galee de Valencia, et quod perseverent in fidelitate »20 Aussi si Louis d'Anjou attendit plus d'un an avant d'oser s'intituler roi de Sicile21, il fallut davantage de temps encore aux Provençaux non unionistes pour se résoudre à accepter la réalité du trépas de Jeanne. Cela se fit progressivement, pour l'essentiel au cours des années 1385 et 1386, le terme extrême étant l’année 1388 pour quelques villages du Val de Stura, longtemps isolés du gros de la Provence anti-carliste22. Cette « conversion » ne se passa pas toujours sans âpres débats, comme le montre le cas d'Arles23. En fait, pour emporter les dernières résistances, l'intervention du pape Clément VII fut loin d’être superflue : les Marseillais admirent la mort de la reine Jeanne après l'annonce officielle que le pape leur en fit le 16 juin 138524.

13Ainsi, au tournant des années 1382-1383, la Provence se trouvait divisée en deux grands blocs opposés : d'un côté, ceux qui avaient admis la mort de Jeanne et s'étaient ralliés en conséquence à Charles de Duras ; de l'autre, ceux qui, rejetant la nouvelle, croyaient la reine toujours vivante et entendaient défendre ses droits contre ce même Charles. Mais ce second bloc n'était soudé que par la lutte contre un ennemi commun. En effet, on y comptait une large majorité de gens hostiles à Louis d'Anjou, qui restait à leurs yeux l'envahisseur de 1368. S'ils se rallièrent plus tard à la seconde Maison d'Anjou, c'est qu'entretemps les données du problème avaient changé : la mort de Louis Ier, survenue le 21 septembre 1384, ayant levé une hypothèque, ceux qui n’en voulaient pas pour seigneur, purent se soumettre d'un coeur plus léger au jeune Louis II, qui n'était pas responsable des torts passés de son père.

14Une question vient alors à l'esprit : si ces Provençaux avaient admis d'emblée la mort de Jeanne Ière et donc l'ouverture de sa succession, qui auraient-ils donc choisi entre l'agresseur d'hier et l'usurpateur d'aujourd'hui ? Tenter de répondre serait, bien sûr, verser dans l'histoire-fiction. Sans trop donner dans ce travers, on peut cependant avancer que Charles de Duras y aurait sans doute quelque peu gagné. Et l’on concluera assez fermement que ce cas de refus de la vérité a, au bout du compte, bien arrangé les affaires provençales de la seconde Maison d'Anjou.

La mort de Charles de Duras : une vérité cachée

  • 25 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis I et Louis II d'A (...)

15Parti s'assurer du trône de Hongrie aux dépens de sa cousine Marie et initialement victorieux, Charles III fut victime le 5 février 1386, dans les circonstances que l'on sait, d'un attentat des suites duquel il devait décéder au bout d'un peu plus de deux semaines. Dès le 2 mars, la veuve de Louis d'Anjou, Marie de Blois, résidant pour lors en Provence, sut la nouvelle de cet attentat, nouvelle confirmée trois jours plus tard. C'est au plus tôt le 11 mars, avec l'arrivée d’« un varlet breton venant de Fundes [Fondi] », et au plus tard le 9 avril, avec l'arrivée d'« un escuier Breton » envoyé par les « gouverneurs du royaume de Sicile » qu'elle en apprit l'issue heureuse pour elle25.

16La nouvelle aurait donc dû se répandre à travers toute la Provence. Mais, comme l'avait déjà noté l'abbé Pierre Giofredo, on constate, jusqu'au printemps 1387 au moins, l'existence de plusieurs actes faisant mention de Charles III ou bien passés en son nom. On y relève notamment que la reine Marguerite intervient toujours comme vicaire de son mari et non pas comme régente, tandis que, s'il est cité, le jeune Ladislas est qualifié seulement de duc de Calabre. S'agirait-il donc de faux grossiers ?

  • 26 Nice et la Provence orientale à la fin du Moyen-Age, Nice, 1989, p. 23-24, no 1.17 (notice rédigée (...)
  • 27 Le dossier utilisé par Gioffredo (Storia, citée ci-dessus à la note 5, III, p. 440-441) correspond (...)

17Lorsque j'avais rencontré ces actes au début de mes recherches sur l'histoire de Nice, leur datation avait constitué pour moi une énigme « irritante ». Après avoir laissé ce problème de côté pendant un assez long temps, j'ai dû l'examiner à nouveau à l'occasion du 6e Centenaire de la Dédition de Nice à la Savoie. Tout d'abord, je me suis occupé plus particulièrement de l'un de ces actes éveillant la suspicion, car il fut présenté dans l'exposition « Nice et la Provence orientale à la fin du Moyen Age ». Rapproché qu'il était d'un authentique (si je puis dire) faux confectionné au xvie ou au xviie siècle pour les Grimaldi de Beuil, sa propre fausseté avait paru hors de doute26. Cependant, en vue de la rédaction du texte définitif de mon étude sur la Guerre de l'Union d'Aix, j'ai été amené à vérifier tout le dossier signalé par Gioffredo, soit quatre pièces au total. Et, pour la présente communication, j'ai pu l'augmenter de deux autres pièces. Nous nous trouvons ainsi devant un ensemble de six actes échelonnés entre le 12 novembre 1386 et le 21 mai 138727 :

    • 28 A priori, cet acte ne se retrouve plus dans les archives communales de Villefranche.

    Acste du 12 novembre 1386, par lequel les hommes de Villefranche protestent contre l'inféodation des droits de la Cour royale dans le castrum consentie à Andaron Badat, « eo quod Rex non posset ea jura alienare ». Le roi visé est Charles III28.

    • 29 Cet acte subsiste en original : A.D. Alpes-Maritimes, série Ni, Fonds Città e Contado di Nizza, maz (...)

    Lettre du 5 janvier 1387, donnée à Gaëte, octroyant diverses faveurs à Jean de Roncalholo29.

    • 30 Publiée en pièce justificative.

    Lettre du 14 janvier 1387, donnée au Château de l'Oeuf, près de Naples, adressée à la communauté d'Eze30.

    • 31 Acte disparu (il aurait dû figurer dans le fonds Città e Contado).

    Lettre du 4 mars 1387, accordant des faveurs à Boniface Pelegrin, commandeur de l'Hôpital du Var31.

    • 32 Acte conservé au moins en partie à l’Archivio di Stato de Turin, dans le fonds Monaco e Turbia.

    Acte du 3 avril 1387 concernant la Turbie, montrant que les hommes du lieu croyaient Charles III toujours en vie32.

    • 33 Acte perdu : seulement indiqué par Gioffredo, il a heureusement été publié in-extenso par un érudit (...)

    Acte du 21 mai 1387 par lequel les hommes de Saint-Martin [-Vésubie] prêtent serment à Charles III33.

18Je mets à part une série de lettres données à Nice, en 1386, au nom de Charles III par le sénéchal Balthasar Spinola, dont l'interprétation est à mettre en rapport avec le jeu politique personnel alors mené par ce personnage.

  • 34 Journal de Jean Le Fèvre, op. cit., p. 359-360, 363, 375-376.

19Certes, ce petit corpus documentaire a deux défauts. D'une part, trois des six documents ont aujourd'hui disparu, dont deux ne sont plus connus que par des analyses : cela n'en facilite guère la critique. D'autre part, ils proviennent tous de Provence orientale. Tel quel, il permet pourtant de se forger une conviction : la critique interne du serment prêté à Charles III par les hommes de Saint-Martin permet d'écarter toute présomption de fraude ; et l'on pourra juger sur pièce qu'il en va de même pour la lettre adressée aux Ezasques. En outre, ce dossier se trouve corroboré par d'autres indices, provenant de l'autre extrêmité de la Provence carliste. Ainsi savons-nous que c'est comme fidèles du roi Charles et non pas comme fidèles de feu le roi Charles que les gens de l'Union d'Aix se présentèrent durant la négociation des chapitres de paix. Nous savons aussi que, les 28 juin, 2 juillet et 3 août 1387, c'est au cri de « Vive le Roy Carie » que se soulevèrent les carlistes « ultras » d'Aix34.

  • 35 Gioffredo, Storia, op. cit., III, p. 444.
  • 36 Voir A. Valente, op. cit., p. 97-110 ; A. Cutolo, op. cit., I, p. 63-72.
  • 37 A. Valente, op. cit., p. 110, note 4 : le premier acte de la chancellerie royale passé au nom de La (...)

20Force est donc de conclure que la reine Marguerite sut, de manière délibérée, cacher aux Provençaux carlistes la mort de son époux, au moins jusqu'au mois d'août 1387, et peut-être même un peu au-delà, puisque les premiers actes destinés à la Provence où Ladislas prend le titre de roi sont du mois d'octobre 138735. Si un doute devait subsister, il serait définitivement écarté en constatant que la reine agit exactement de même dans le Royaume36. A cela près qu'elle dut y jeter le masque plus précocement : on commença à y établir les actes au nom de Ladislas dès mars 1387, avant que son accession au trône ne fût officiellement notifiée en avril37.

  • 38 Gioffredo n'avait en vue que la Provence. Il pensait en effet que Ladislas avait été proclamé roi d (...)
  • 39 On notera de quelle manière concordante les deux reines, Marguerite de Duras et Marie de Blois, fur (...)
  • 40 Voir entre autres A. Cutolo, op. cit., I, p. 62-63. L'auteur nous précise que la reine refusa de pr (...)

21Il vient immédiatement à l'esprit que la raison d'une telle attitude fut celle qu'avançait Gioffredo : « mantener in fede i popoli »38. Mais, compte tenu de la manière dont Marguerite apprit le sort de son époux, sa politique ne fut sans doute pas le résultat d'une inspiration subite, mais bien plutôt celui d'une mûre réflexion. En effet, la fin de Charles lui fut connue en trois étapes. Le 1er mars 1386, alors qu'une grande fête était donnée à Naples pour célébrer le succès de Charles, la reine reçut la nouvelle de sa mort. Cette nouvelle fut démentie quelques jours plus tard par un seigneur napolitain de retour de Hongrie, Luigi di Gesualdo, lequel précisa que le roi n'avait été que blessé. Mais Marguerite fut définitivement informée de son trépas par une lettre que lui écrivit la république de Florence (8 avril 1386)39. Elle avait donc eu un mois environ pour se préparer au pire et pour envisager la meilleure manière d'éviter un désastre alors qu'elle était entourée d'ennemis : non seulement le pape d'Avignon et Marie de Blois, au nom de Louis II, mais aussi le pape Urbain VI. Sa décision de cacher la mort de Charles III fut prise pour gagner du temps40.

  • 41 A. Valente, op. cit., p. 103-104.
  • 42 Pris peu avant le 14 avril, Jean de Mayronnes fut libéré par Marie de Blois dès le 27 du même mois  (...)
  • 43 Ibid., p. 250.

22Si, dans le Royaume, ou du moins à Naples, le décès du roi fut un « secret de polichinelle » dès novembre 138641, ce qui finit par obliger la reine à reconnaître le fait, dans la lointaine Provence, la fiction résista fort bien. Est-ce à dire que rien ne transpira ? S'il semble bien que le doute n'effleura guère les carlistes « de base », ne faut-il pas penser qu'à tout le moins le sénéchal et les grands officiers furent, sous le sceau du secret, informés de la vérité ? Une telle hypothèse pourrait expliquer le « retournement » apparamment soudain du maître-rational carliste Jean de Mayronnes au cours de sa courte captivité du mois d'avril 138642. Elle justifierait aussi la démarche faite dès le 16 mars 1386 par Balthasar Spinola, envoyant dire à Guigonet Jarente « que il alast devers lui, et il traiteroit avec li de delivrer à Madame ceulx de sa part »43 : il faut pour cela supposer que Marguerite aurait informé sans attendre le sénéchal de Provence de la triste nouvelle reçue le 1er mars (et, dans ce cas, au moins les dernières lettres de mars 1386 citées ci-dessus participeraient déjà de l'opération de leurre).

  • 44 Ibid., p. 272.

23On peut aussi se demander si, tout comme naguère les carlistes avaient tenté de persuader leurs opposants de la mort de Jeanne Ière, les partisans de Marie de Blois et du petit Louis II n'essayèrent pas à leur tour de convaincre les premiers du décès de leur roi. Dans l'état actuel de mes recherches, je n'ai pas trouvé de traces formelles d'une telle propagande, mais son existence est plausible. Cependant, si elle a bien eu lieu, elle n'aurait pas eu plus de succès que l'annonce carliste de la mort de Jeanne (à moins qu'on ne puisse lui attribuer le ralliement à Louis II de Brignoles et de plusieurs castra environnants, survenu le 5 mai 1386)44.

24On ne peut qu'admirer, après Angela Valente et Alessandro Cutolo, la force d'âme manifestée par Marguerite de Duras. Remarquable aussi est l'habileté avec laquelle elle sut préserver le secret le plus longtemps possible à l'égard des Provençaux : ainsi pouvons-nous penser qu’il lui fallut veiller avec soin à ce que les divers ambassadeurs venus auprès d'elle ne fissent pas de « mauvaises rencontres ». Mais, au bout du compte, à quels résultats concrets son stratagème aboutit-il ? Par une ironie du sort, la Maison de Duras fut la seule à n'en tirer aucun profit durable. S'il est certain que la dissimulation de la mort de Charles III dut permettre d'éviter une démoralisation précoce de l'Union d'Aix, elle n'empêcha pas que la Provence finît par échapper à Ladislas. En revanche, sa résistance prolongée permit sans doute à l'Union d’obtenir de meilleures conditions quand elle en vint à traiter avec Marie de Blois. Quant à la seconde Maison d'Anjou, le délai involontairement obtenu lui permit d'écarter définitivement la menace représentée par les ambitions provençales du roi Charles VI en personne. Enfin, si, comme je le suppose, les négociations entre le comte de Savoie et les Grimaldi de Beuil n'ont bien commencé qu'à la fin de 1387 au plus tôt, la Maison de Savoie aussi a tiré profit de ce que la résistance carliste ait été « artificiellement » prolongée !

Allegati

Pièce justificative

1387, 14 janvier – Château de l'Œuf, près de Naples

La reine Marguerite écrit aux Ezasques pour les informer que leur procureur, Antoine Bovis, l'a assurée de leur fidélité et prêté hommage et serment de fidélité à Ladislas comme héritier du trône (« duc de Calabre »). Aussi leur envoie-t-elle, portés par le dit Bovis, divers privilèges pour les récompenser.

A. A.D. Alpes-Maritimes, E-Dépôt 74, A.C. Eze, AA1.

Fideles dilecti,

Antonius Bovis de Ysia, procurator vester, ad presenciam nostram missus, informavit nos plenissime de sincera et solida fide vestra et non solum retulit oraculo sue vocis sed ymmo sic enonciavit perfectas intenciones vestras quod omnia digito monstravit et magis, de quibus satis letificatus est animus noster et [p]lene redditus est apud vos benivolus et quietus. Fecit eciam pro parte vestra benedicto filio nostro Ladislao, duci Calabrie, homagium et fidelitatis prestitit juramentum. Ob hoc de omni firmitate prehibens certum pignus vestrum ad consolacionem vestram vobis significamus quod mente ducimus, data nobis autore Domino oportunitate rerum et temporum, status et condiciones vestrum omnium incrementis uberibus promovere et augmentare statum ipsius castri prout obligat nos regia gratitudo, hortantes et requirentes vos ut ardenti flammis caritati et fidei vestre prebeatis continue avimenta, motus vestros ad perseverenciam de bono in melius confortantes. Et ecce omnes gracias quas dictus Antonius vestri partis Excellencie nostre petivit vobis solita benignitate concessimus sicut clare videbitis per litteras et privilegia nostra quas vobis prefatus Antonius secum defert.

Datum in Castro Ovi prope Neapolim, sub anulo nostro secreto, die xiiii° januarii, Xe indictionis.

Note

1 L'ouvrage le plus commode à consulter pour avoir une vue d'ensemble de l'histoire des Etats angevins demeure celui d'E.-G. Léonard, Les Angevins de Naples, Paris, 1954.

2 I. Bonnot (sous la direction de), Marseille et ses rois de Naples. La diagonale angevine (1265-1382), [Marseille-]Aix, 1988.

3 Voir la communication faite ici même par Yves Grava.

4 C. Minieri-Riccio, Saggio di codice diplomatico, vol. II, parte 1a, Naples, 1879, p. 29-31, no XXX.

5 Abbé P. Gioffredo, Corografia e storia delle Alpi Marittime, Turin, 1839, vol. III, p. 446.

6 A. Venturini, « La Guerre de l'Union d'Aix (1383-1388) », dans 1388. La dédition de Nice à la Savoie. Actes du colloque international de Nice (septembre 1988), Paris, Publications de la Sorbonne, 1990 (Histoire ancienne et médiévale, 22), p 35-141. On y trouvera la liste des sources et ouvrages qui ont nourri un exposé que je reprends de façon abrégée dans la présente communication. Néanmoins, je mets celle-ci à profit pour apporter quelques compléments aux unes et aux autres.

7 Aux ouvrages déjà cités dans mon article, on peut adjoindre sur ce point celui d'A. Cutolo, Re Ladislao d'Angiò-Durazzo, Milan, 1936, I, p. 26-27.

8 A ce qu’il ressort d'une lettre écrite par Jeanne au duc de Bavière, le 5 juin 1380 : A. Valente, Margherita di Durazzo, vicaria di Carlo III e tutrice di Re Ladislao, Naples, 1919, p. 9.

9 Sans doute la confiance de la reine fut-elle accrue par le succès remporté près de Celano, le 19 décembre 1380, par Rinaldo Orsini, lequel put repousser 500 lances envoyées en renfort à son épouse par Charles de Duras : succès obtenu d'ailleurs sans réel combat, mais que le comte de Tagliacozzo n’avait pas hésité à amplifier... : voir A. Valente, op. cit., p. 11 (qui voit dans l'affaire l'échec d'une première tentative de Charles pour envahir le Royaume) et E.-R. Labande, Rinaldo Orsini, comte de Tagliacozzo, Monaco-Paris, 1939, p. 102-103 (qui la ramène à ses justes proportions).

10 Après son évasion de la cour de Naples, réussie le 26 juin 1380, Marguerite se réfugia dans sa terre de Morcone, d'où elle ouvrit les hostilités contre Jeanne Ière : A. Valente, op. cit., p. 10.

11 A. Venturini, op. cit., p. 40-41, résumées dans le présent paragraphe.

12 Je rappelle la chronologie des événements : 1er et 2 juin 1381, investiture puis couronnement de Charles de Duras comme roi de Sicile par le pape Urbain VI – 4 juin, appel au secours adressé au duc d'Anjou par la reine Jeanne – 8 juin, départ de Rome de l'armée durazziste – 16 juillet, prise de Naples, moins les forteresses – 24 ou 25 août, défaite d'Othon de Brunswick – 26 août, fin de la résistance de Jeanne.

13 En syncopant, à tort, ces deux évenements, on a souvent fait du 2 septembre la date de la reddition de Jeanne. J'ai moi-même commis cette inexactitude dans La Guerre de l'Union d’Aix, p. 39 : je mets à profit le présent travail pour taire la rectification nécessaire.

14 Sur la captivité et la mort de la reine Jeanne, le travail de référence reste celui d'E.-G. Léonard, La captivité et la mort de Jeanne Ière dans Ecole Française de Rome, Mélanges d’Archéologie et d'Histoire, 1924, p. 43-77. A défaut, on trouvera l'essentiel des faits dans A. Valente, op. cit., p. 37, note 1 (se poursuivant p. 38).

15 Les galères provençales arrivèrent devant Naples le 22 septembre.

16 Si une telle lettre a existé, elle a échappé aux patientes recherches d'E.-G. Léonard, qui n'avait pas manqué de recourir aux archives provençales.

17 En fait, il y eut peut-être d'autres contacts, pour vérifier le rapport de l'ambassade de septembre 1382.

18 D'après un document des Archives des Bouches-du-Rhône (B 190, fol. 3v°) qui a le défaut d'avoir été rédigé longtemps après les événements. Aussi le cas de Toulon demande-t-il à être étudié de plus près que ne l’avait fait jadis G. Lambert.

19 Le 17 février 1383, le conseil de ville décide que Charles de Duras sera reconnu comme seigneur par les Dracénois « dummodo ipsa domina nostra regina [...] sit mortua », ce qui indique bien la permanence d'un (léger) doute (A.C. Draguignan, BB 4, fol. 260, cité par E.-G. Léonard, op. cit. à la note 14, p. 76, note 1).

20 A.C. Marseille, BB 29, fol. 245 (cité par E.-G. Léonard, op. cit., p. 63, note 1). On ne s’étonnera donc pas de ce que les Marseillais n'aient fait aucun cas de la lettre que les Aixois leur avaient adressée le 20 janvier pour les convaincre du décès de Jeanne (E. Isnard, Ville de Marseille. Inventaire-sommaire chronologique des chartes, lettres patentes, lettres missives et titres divers antérieurs à 1500, Marseille, 1939, p. 100, no 546).

21 Louis d’Anjou commença à user du titre de roi de Sicile en août 1383 (cf. A Valente op. et loc. cit. à la note 14).

22 Tel est le cas du castrum de Vinai/Vinadio, qui, après avoir longtemps résisté d aux carlistes et aux entreprises du comte de Savoie, finit par se donner à ce dernier après la dédition de Nice. Restèrent aussi isolées les seigneuries de François Bolleri (Demonte d Roccasparvera).

23 Ainsi que l’a rappelé Louis Stouff dans la discussion qui a suivi mon exposé. Cf. ce passage de la chronique de Bertrand Boysset : « y ac pron et osas de debatz, car los uns volien que l'on mantegnes que madama era viva et d'autres non » (cité par E.-G. Léonard, op et loc cit.).

24 A.C. Marseille, AA 65. La bulle pontificale fut suivie d'une lettre de l'évêque de Vintimille au Conseil de la ville, du 6 juillet 1385 (ibid., BB 30, fol. 5 v°). Ces deux textes sont mentionnés par E.-G. Léonard.

25 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis I et Louis II d'Anjou, éd. H. Moranville, Paris, 1887, p. 245-246, 248 et 259.

26 Nice et la Provence orientale à la fin du Moyen-Age, Nice, 1989, p. 23-24, no 1.17 (notice rédigée par M. Massot et moi-même). Il s'agit de l'acte no 2 de la liste donnée ci-après.

27 Le dossier utilisé par Gioffredo (Storia, citée ci-dessus à la note 5, III, p. 440-441) correspond à mes nn. 2 et 4 à 6. Il n'y avait pas adjoint le no 1, qu'il indique pourtant. Il ne faut pas s'en étonner : la Storia n'a pas été éditée du vivant de Gioffredo, mais plus d'un siècle après sa mort, d'après un manuscrit certes très élaboré mais où l'auteur n'avait pu faire les ultimes révisions.

28 A priori, cet acte ne se retrouve plus dans les archives communales de Villefranche.

29 Cet acte subsiste en original : A.D. Alpes-Maritimes, série Ni, Fonds Città e Contado di Nizza, mazzo 3, no 18 (cf. note 26).

30 Publiée en pièce justificative.

31 Acte disparu (il aurait dû figurer dans le fonds Città e Contado).

32 Acte conservé au moins en partie à l’Archivio di Stato de Turin, dans le fonds Monaco e Turbia.

33 Acte perdu : seulement indiqué par Gioffredo, il a heureusement été publié in-extenso par un érudit local avant sa « disparition » (L. Raiberti, Aperçu historique sur le sanctuaire de Notre-Dame des Fenestres et sur Saint-Marlin-Vésubie, 1898).

34 Journal de Jean Le Fèvre, op. cit., p. 359-360, 363, 375-376.

35 Gioffredo, Storia, op. cit., III, p. 444.

36 Voir A. Valente, op. cit., p. 97-110 ; A. Cutolo, op. cit., I, p. 63-72.

37 A. Valente, op. cit., p. 110, note 4 : le premier acte de la chancellerie royale passé au nom de Ladislas que cite cet auteur est du 10 mars 1387.

38 Gioffredo n'avait en vue que la Provence. Il pensait en effet que Ladislas avait été proclamé roi dès mars 1386, car c'était alors l'opinion communément admise par les auteurs traitant de l'histoire de Naples (cf. Pietro Giannone, Istoria civile del Regno di Napoli, p. 530 de l'édition de Naples, 1865) : sans doute celle-ci dérivait-elle des Diurnali di Monteleone, qui anticipent couramment d'un an la date des événements (cf. A. Valente, op. cit., p. 5 et 7).

39 On notera de quelle manière concordante les deux reines, Marguerite de Duras et Marie de Blois, furent informées de l'événement.

40 Voir entre autres A. Cutolo, op. cit., I, p. 62-63. L'auteur nous précise que la reine refusa de prendre des habits de deuil et ne répondit pas aux lettres de condoléances officielles que lui adressa notamment la république de Florence.

41 A. Valente, op. cit., p. 103-104.

42 Pris peu avant le 14 avril, Jean de Mayronnes fut libéré par Marie de Blois dès le 27 du même mois : Journal de Jean Le Fèvre, op. cit., p. 262-263, 266 et 268.

43 Ibid., p. 250.

44 Ibid., p. 272.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).