Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

De la rumeur aux textes

Échos de l'apparition du revenant d'Alès (après 1323)

Marie Anne Polo de Beaulieu

Texte intégral

1Dans la petite ville d'Alès au début du xive siècle survient un événement jugé surprenant, voire gênant par les contemporains : l'apparition d'un revenant. Comme tout fait d'importance, celui-ci est raconté, colporté, décrit, écrit et répété, de sorte que l'historien se trouve aujourd'hui aux prises avec un écheveau de versions du même fait. Son travail consiste alors à démêler cet échevau, retrouver si possible les traces de l'événement fondateur, et mettre à jour les réseaux de communication orale et écrite qui ont chacun laissé leur empreinte et remodelé la rumeur initiale. Mais il ne suffira pas de délimiter, identifier, dater et classer le corpus. Nous aurons à le replacer au sein d'une histoire, (dans laquelle les modèles antérieurs gardent une prégnance certaine) et surtout évaluer les fonctions propres à chacun des media utilisés pour transmettre cette nouvelle, qu'il s'agisse de lettres, d'un procès verbal, de traités, de chroniques, d'ouvrages de dévotion, de traductions et même d'image.

  • 1 Nous utilisons ici le manuscrit Ripoll 167 (xive s.), conservé aux Archives de la couronne d'Aragon (...)

2Mais avant de suivre les méandres de cette transmission complexe, voyons l'événement fondateur, tel qu'il est présenté dans le procès verbal qui en aurait été dressé1.

3Dans la ville d'Alès, un citoyen nommé Gui (ou Guillaume) de Corvo, meurt chrétiennement au mois de décembre 1323. Mais voilà que 7 jours après son enterrement, il revient hanter sa demeure, sans se montrer mais en faisant entendre un bruit semblable à celui d'un balai et des gémissements pour la plus grande terreur de sa veuve. Le jour de la saint Jean d'hiver (le 27 décembre) les consuls de la ville alertés font appel à Jean Gobi junior prieur du couvent dominicain. Dès lors, l'événement quitte la sphère du privé pour devenir une affaire publique, car c'est entouré d'un notaire, de maîtres en théologie et en philosophie, des notables et de plus de cent hommes armés que le prieur se rend à la maison hantée. En outre, il a pris soin d'emporter en secret une hostie cachée pour démasquer un éventuel démon. A minuit, le bruit de balai et une voix se font entendre à la terreur générale et le prieur confie à la veuve le soin d'identifier la voix. Dès que l'on a établi qu'il s'agit bien de celle de feu Gui de Corvo, le prieur prend la direction du dialogue avec l'esprit. Celui-ci est à nouveau identifié, dûment conjuré et obligé de répondre à un véritable interrogatoire sur la mort, le jugement individuel post-mortem, le purgatoire, les anges, les démons, et les suffrages. Une tentative du prieur, à l'aide de l'hostie, pour obliger l'esprit à quitter la maison échoue à cause d'une crise de nerfs de la veuve. Une seconde nuit d'interrogatoire semblable à la première se déroule la veille de l'Epiphanie et s'achève par la disparition du revenant qui, grâce aux indulgences et aux suffrages, a pu gagner le paradis à Pâques de la même année.

  • 2 J.-C. Schmitt, Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gallimard, (...)

4Cette présentation schématique fait déjà apparaître deux niveaux de circulation des nouvelles. Le premier niveau établit une relation entre l'ici-bas et l'au-delà : le revenant s'adresse à la veuve et au prieur, qui sont les deux seules personnes qu'il dit reconnaître. Le réseau familial et affectif joue à l'évidence un grand rôle, d'autant que le revenant affirme venir avec la permission divine afin de prévenir son épouse de faire pénitence pour un péché qu'ils ont commis ensemble. La solidarité conjugale dans le péché et la pénitence franchit les limites de la vie et de la mort2. Par ailleurs, le revenant dit reconnaître le prieur, mais pas ses frères, il est fort possible que Jean Gobi ait été le confesseur de ce bourgeois d'Alès.

  • 3 Ms. Harley 912 du British Museum (xive s.).

5Le second niveau de circulation des nouvelles repose sur la collaboration entre autorités consulaires et autorités religieuses. Des réseaux familiaux ont pu favoriser cette collaboration : l'on sait que la famille de Jean Gobi a donné plusieurs consuls à la ville d'Alès. Mais par la suite, les dominicains et les consuls poursuivront la transmission de cette nouvelle avec chacun leur propre réseau de communication. Selon un des manuscrits3 les consuls auraient apposé le sceau communal sur le procès verbal destiné au pape Jean XXII. Les dominicains transmettront par leur réseau conventuel cette nouvelle jusqu'en Avignon, d'où elle sera répercutée (en partie par ce même réseau) aux quatre coins de la chrétienté pour plusieurs siècles.

6Nous évoquerons donc les divers media qui ont colporté l'annonce de ce prodige et l'ont fait passer d'un horizon local à un horizon européen. Pour ce faire, nous examinerons le réseau épistolaire qui a transmis le procès verbal de ce dialogue avec l'invisible, puis la transformation du procès verbal en un traité théologique. Nous passerons ensuite en revue les modalités de transmission de ces textes dans des chroniques et des ouvrages de dévotion en prose et en vers.

Le réseau épistolaire

7Diverses lettres accompagnent le procès verbal de ces deux nuits de dialogue d'outre tombe. Attachons nous tout d'abord à la forme de ce procès verbal.

8Il est rédigé à la première personne et commence par :

  • 4 Ms.Ripoll 167, f°

« Moi, frère Jean Gobi, prieur du couvent des frères prêcheurs, j'ai été sollicité par les meilleurs hommes de la ville d'Alès pour me rendre à la demeure de Guillaume de Corvo défunt. J'y allai à contre cœur pour vérifier s'il ne s'agissait ni d'une tromperie, ni d'une illusion démoniaque4 ».

9Jean Gobi assortit son compte rendu détaillé d'une série de noms de personnes et de lieux destinée à en garantir l'authenticité.

  • 5 Nous remercions les Pères Montagnes et Amargier pour leur aide. Nous avons consulté sans succès : B (...)
  • 6 Millau dans l'Aveyron, où se trouvait un couvent dominicain fondé en 1279.
  • 7 C. Douais, Essai sur l'organisation des éludes dans l'ordre des Frères Prêcheurs (1216-1342), Paris (...)

10Des religieux sont cités que nous n'avons pas pu identifier5. Jean Bonafous, lecteur en philosophie, frère Déodat Durant, frère G. Raoul de Millau6 sont présents au cours de la première nuit selon le manuscrit Ripoll 167. Le manuscrit de l'Arsenal (lat. 2890) ajoute le nom de frère P. Mutonis7. Au cours de la seconde nuit, seul revient Jean Bonafous, et de nouveaux frères sont présents : Raymond Cabasse, second lecteur en philosophie et Jean d'Agout.

  • 8 A. Bardon, Histoire de la ville d'Alais, Nîmes, Chastagnier, 1894, t. I, p. 203-204, cite ses actes (...)
  • 9 La situation politique d'Alès en 1323-24 est relativement complexe, ce chef de viguerie royale asso (...)
  • 10 Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, nelle éd. Paris-Nancy, 1975, t. II, p. 305, « De (...)
  • 11 A. Bardon, Histoire de la ville d'Alès, op. cit., t. I, p. 172-175. A. Bardon donne une liste des p (...)

11Des laïcs sont également cités à titre de témoins. En premier lieu, apparaît le notaire Pierre Bruguière, bien repéré dans les actes de la ville d'Alès en 1327 et dans la liste des consuls de 13288. Le seigneur mentionné est sans aucun doute Raymond Pelet, co-seigneur9 d'Alès († 1341). Est également présent un membre d'une grande famille noble du Gévaudan tout proche : G. Cadoine, qui est soit Guillaume Cadoine fils aîné de Bertrand de Cadoine, soit Gaucelme Cadoine attesté dans un acte de 132110. Un certain P. Navarre est appelé « prior de Castro », et cette appellation demande quelques explications. L'abbaye bénédictine de Cendras située à une lieue d'Alès possédait sept dépendances dans la région, dont le prieuré saint Jean Baptiste d'Alès. P. Navarre est sans doute le prieur de saint Jean Baptiste, il est curieux qu'il soit comptabilisé avec les personnalités laïques. Ce parti pris s'explique peut être par le fait que ce prieur ne remplit pas lui-même d'office religieux, il délègue celui-ci à un curé-mage et à deux curés secondaires11. Le dernier laïc cité G. de Pugillano Durant n'a pas pu être identifié.

12Le personnage principal du procès verbal reste son auteur Jean Gobi sur lequel nous avons un peu plus d'informations.

13Il eut la chance d'être le neveu de Jean Gobi senior, dominicain bien plus célèbre que lui pour s'être opposé aux menées de Philippe le Bel contre le pape Boniface VIII. Ce coup d'éclat perpétré au chapitre du couvent de Montpellier en Juillet 1303 lui valut avec l'ensemble de sa communauté l'exil outre-Rhône. Il reçut dès lors la protection des rois angevins de Provence fondateurs du couvent de Saint Maximin. Jean Gobi senior se retrouva naturellement à la tête de ce couvent dès 1304 et jusqu'à sa mort survenue en 1328.

  • 12 On trouve des membres de la famille Gobi sur quatre listes de consuls : en 1290, 1293, 1314 et 1326 (...)
  • 13 M.A. Polo de Beaulieu, La Scala coeli de Jean Gobi, Paris, Ed. du CNRS, 1991 (Coll. Sources d'Histo (...)

14Pendant ce temps, son neveu Jean Gobi – appelé junior pour le distinguer de son illustre oncle – faisait ses premières armes au couvent d'Alès en tant que prieur. La famille Gobi est originaire de cette petite ville en plein essor. Elle appartient à la bonne bourgeoisie locale comme l'atteste sa présence sur les listes de consuls, dans la corporation des drapiers-marchands et dans la liste des bonnes maisons bourgeoises établie par A. Bardon, l'historien de la ville d'Alès12. C'est donc naturellement dans sa ville natale que Jean Gobi junior commence sa carrière religieuse marquée par cet étonnant dialogue composé vraisemblablement en 1323 ou 1324. Puis, à une date comprise entre 1324 et 1327, il rejoint son oncle au couvent de Saint Maximin, où il occupe le poste de lecteur jusqu'en 1330 et compose un vaste recueil d'exempta, la Scala coeli. Cet ouvrage connut un succès durable attesté par les vingt-cinq manuscrits dispersés dans toute l'Europe, ainsi que par trois éditions incunables13.

  • 14 Tous ces exempta sont traduits dans notre recueil Dialogue avec un fantôme, op. cit.

15Il est remarquable de noter la continuité entre les deux oeuvres de Jean Gobi junior, notamment en ce qui concerne les récits d'apparition de revenants, toujours accompagnés dans la Scala coeli d'un dialogue avec le bénéficiaire de la vision, comme le veut la tradition de ces récits. Divers épisodes présentant une grande ressemblance avec ceux du Dialogue de Gui se retrouvent dispersés dans plusieurs exempta de la Scala coeli. Ainsi, le personnage du frère prêcheur qui emporte une hostie cachée pour démasquer des démons (exemplum no 358), l'apparition d'un époux décédé à sa veuve (exemplum no 485), les manifestations vocales de revenants (exempta no 75, 409, 604 et 758), l'insistance sur les sept Psaumes pénitentiels et les Litanies (exemplum no 940) et enfin le transfert d'indulgences au profit d'une âme du purgatoire (exemplum no 409)14.

  • 15 Ces nouveaux instruments de travail sont les concordances bibliques, les recueils de distinctiones (...)

16Pour occuper successivement les fonctions de prieur au couvent d'Alès, puis de lecteur dans le prestigieux couvent de Saint Maximin, Jean Gobi devait avoir reçu une formation solide, comme l'exigeait la règle dominicaine. Il a certainement fréquenté le studium generalium de Montpellier. De plus, la composition du De Spiritu Guidonis en questions et syllogismes, puis celle de la Scala coeli en rubriques classées dans l'ordre alphabétique, prouve que Jean Gobi junior maniait avec une certaine aisance la dispute de type universitaire et les nouveaux instruments de travail mis au service des prédicateurs et fondés sur l'ordre alphabétique15.

  • 16 J. Quétif et J. Echard, Scriptores Ordinis Praedicatorum, Paris, 1719, rééd. 1910-1914, t. I, p. 63 (...)

17Un acte daté de 1334 atteste de son retour à Alès en qualité de prieur du couvent des Frères Prêcheurs. J. Quétif et J. Echard, les historiens de l'ordre dominicain, placent sa mort en 135016.

18Le personnage cité comme l'auteur du procès verbal a donc bel et bien existé. De plus, il livre des détails topographiques sur la ville d'Alès qui contribuent à donner un effet de vérité. Il est fait allusion au couvent des prêcheurs, fondé en 1251 sur l'autre rive du Gardon et relié à la ville par le pont des Précheurs (voir plan, figure no 1) qui aboutit sur la place du marché, haut lieu de circulation des rumeurs. Au cours de la seconde nuit, la voix se fait entendre après que matines eurent sonné au monastère saint Germain, ce monastère domine la ville d'Alès sur une colline à proximité du couvent dominicain, ce qui lui vaut le nom de Saint-Germain-de-Montaigu.

19Enfin, les différentes rédactions du procès verbal reprennent un plan stéréotypé, qui rapporte les circonstances introductives, les précautions prises par le prieur, les questions, la tentative pour déplacer l'esprit et la manière dont il a disparu brutalement.

  • 17 Nous avons consulté les manuscrits Ripoll 167 (1 lettre), Barcelone B.Univ. 17 (1 lettre), Harley 9 (...)

20Il nous reste relativement peu de manuscrits du procès verbal. Nous en avons consulté six, dont quatre17 possèdent une lettre d'accompagnement, très riche en renseignements sur la transmission même du procès verbal, ces renseignements contribuant à l'authentification du document. Ils esquissent des relations entre Alès et Avignon et entre Avignon et le reste de la chrétienté.

21Juste avant le texte du procès verbal le manuscrit Ripoll 167 indique :

« L'an du Seigneur 1323 à la fête de la Nativité de notre Seigneur, Jean Gobi de l'ordre des frères prêcheurs du couvent d'Alès, écrivit tout ce qui suit à Pierre Gautier, procureur de l'ordre susdit en la cour romaine ».

  • 18 Nous avons seulement deux mentions d'un certain Peints Galterii : la première (qui nous a aimableme (...)
  • 19 B. Guillemain, La cour pontificale d'Avignon (1309-1376). Etude d'une société, Paris, 1962 (Bibl. d (...)

22Nous n'avons pas encore pu identifier Pierre Gautier18, mais sur sa fonction de procureur la thèse de Bernard Guillemain19 donne de nombreuses précisions. A la curie pontificale, qui conserve l'appellation de romaine malgré le transfert en Avignon, les procureurs représentent un ordre religieux, une ville ou un puissant personnage et sont chargés de faire avancer leurs requêtes dans les rouages de la bureaucratie pontificale. Ils envoient réulièrement à leurs clients des lettres pour les tenir au courant de ces affaires et des derniers événements survenus à la cour. Le procureur des dominicains a donc très bien pu servir d'intermédiaire entre le modeste couvent d'Alès et l'entourage du pape.

23Après le texte du procès verbal, le même manuscrit place la lettre suivante :

« Moi, frère Bernard de Ribéra, je vous envoie la révêlation envoyée au seigneur Pape et aux seigneurs cardinaux et lue en plein consistoire l'an du Seigneur 1323 selon ce qui est dit par la suite ».

  • 20 C. Douais, Les Frères Prêcheurs en Gascogne, Paris, Auch, 1885, p. 391-392 ; Id., Acta capitulorum (...)

24Notre informateur, Bernard de Ribera20 est alors hôte à la curie avignonnaise. Ce frère prêcheur entra au couvent de Rieux (Haute Garonne), il y devint lecteur en théologie (1296-97), puis occupa ce poste au couvent de Bayonne (1305), avant de devenir prieur du couvent de Morlaix (1305 à 1307). Elu au priorat du couvent d'Agen, il y renonça (1309-1312) et devint familier du cardinal Arnaud de Pellegrue à partir de 1312.

25La lecture en plein consistoire du procès verbal de Jean Gobi représente une formidable chaire pour faire connaître l'événement. En effet, lors des consistoires publics, les cardinaux et les officiers honoraires entourent le pape et ils ne sont pas tenus au secret sur les débats qui y ont lieu. Il est utile de noter que sous Jean XXII la langue utilisée en consistoire était le latin, car le pape comprenait difficilement le français. Or, nous n'avons pas (en l'état actuel de notre enquête) de procès verbal traduit en langue vulgaire.

26Bernard de Ribéra poursuit ainsi sa lettre :

« Je veux que vous sachiez que frère Pierre Gautier, procureur de l'ordre, m'a dit le dixième jour de février que le pape lui avait demandé que le susdit frère Jean Gobi, prieur d'Alès, fasse avec les meilleurs hommes de la ville une enquête diligente sous serment, pour demander avec zèle à ceux qui ont entendu cette voix s'il y avait là quelque subterfuge ; Ainsi, ce que je vous ai envoyé s'est trouvé pleinement confirmé par des témoins nombreux et dignes de foi. Et des frères ont également été envoyés en Avignon, qui ont présenté à notre seigneur Pape et à nos seigneurs cardinaux l'enquête rédigée sous une forme pu blique.
La voix continue encore, qu'elle soit interrogée par des étrangers, anglais, écossais, allemands, elle répond à chacun dans sa langue propre ».

27Nous ne connaissons pas le destinataire de cette lettre, qui révêle qu'un second document a été élaboré « sous une forme publique » à la suite d'une enquête ordonnéee par le pape. Parallèlement à cette vérification officielle et controlée du phénomène, il semble que la voix de feu Gui de Corvo soit devenue une sorte d'attraction. Des étrangers, sans doute résidant à la curie pontificale, font le voyage d'Alès pour l'entendre et l'interroger. Nul doute que ces voyageurs transmettent à leur tour par leurs propres réseaux l'annonce d'une telle nouvelle.

  • 21 B. Guillemain, op. cit., p. 236 ; voir C. Eubel, Hierarchia catholica Medii Aevi, rééd. Pavie, 1960 (...)
  • 22 Ce Jean doctor legum n'est pas identifié. Nous avons trouvé dans J.S. Strayer, Les gens de justice (...)

28Bernard de Ribéra est l'auteur d'une autre lettre conservée dans le manuscrit de la Bibliothèque universitaire de Barcelone. Il se recommande du cardinal Arnaud de Pellegrue, gascon neveu du pape Clément V et promu par lui en 1305. Sous ce pontificat (1305-1314) il fut considéré comme le personnage le plus puissant de la cour, mais à l'avènement de Jean XXII son rôle déclina pour s'achever dans « l'effacement et la rancoeur »21 ; néanmoins en 1324 il est encore cité avec déférence par Bernard de Ribéra dans cette lettre qui est adressée à Gui Terrain, évêque de Majorque (1321-1332). Elle donne des précisions inédites sur les modalités de l'enquête commanditée par le pape Jean XXII. Après la lecture en consistoire, le pape aurait demandé à l'archevêque d'Aix [Jacques de Concots (1322-1329)] d'envoyer deux frères prêcheurs pour demander au seigneur d'Alès, au juge du roi de France et à tous les consuls de faire une enquête. Celle-ci a permis de réunir cinq mille témoins certifiant de la véracité des événements. Le juge du roi de France nommé Jean22 a demandé à l'esprit s'il portait quelque chose de bon sur lui, l'esprit lui a répondu « Oui, seigneur juge, vous portez dans votre ceinture les heures de la Vierge ». Il présenta ce livre de prière à deux cents personnes alors présentes. Un autre fois, l'esprit est apparu avec une grande lumière. Un frère de la Vierge Marie du Carmel lui demanda la signification de cette lumière, l'esprit répondit : « C'est mon bon ange, qui, une fois la pénitence terminée, me mènera aux joies du Paradis ».

29La lettre ajoute qu'un frère prêcheur appelé Arnaud de Perpignan, a demandé à l'esprit : « Dis nous sous quelle forme tu nous parles », et il répondit : « Sous la forme d'une colombe », alors le frère : « Montre nous la preuve (signum) que tu nous parles sous la forme d'une colombe ». Soudain ce frère fut couvert de plumes blanches. Bernard de Ribéra ajoute que ce frère a bonne réputation et est un excellent prédicateur. Il termine ainsi sa lettre : « Si quelque chose se fait à nouveau entendre, je vous l'écrirai ».

  • 23 C. Eubel, op. cit., p. 96 ; B. Guillemain, op. cit., p. 339, n. 386 ; Th. Kaeppeli, Script.Ord. Pra (...)
  • 24 C. Eubel, op. cit., p. 323 ; ce maître en théologie est l'auteur de nombreux Commentaires des oeuvr (...)
  • 25 La réponse sur la sorcellerie est conservée dans le ms. Valence Cath.200 (xive) f° 219v-229v ; voir (...)

30L'intérêt de cette longue lettre (seulement résumée ici) réside dans la démonstration de l'efficacité du réseau des frères prêcheurs présent dans l'entourage même du souverain pontife. Jacques de Concots23 est un dominicain, successivement lecteur de plusieurs couvents du Midi, puis prédicateur général en 1315, enfin pénitencier apostolique et certainement confesseur du pape. Arnaud de Perpignan est présenté comme un prédicateur réputé, ce qui incline à penser qu'il a pu diffuser par la prédication les prodiges accomplis par le revenant d'Alès. Enfin, le destinataire de la lettre, Gui Terrain de Perpignan qui fut évêque de Majorque de 1321 à 1332, appartient à la mouvance des ordres mendiants, il n'est pas prêcheur mais carme24. Ce maître en théologie fut général des Carmes (1313-1318). Il est lié lui aussi à la personne de Jean XXII, qui lui posa des questions sur la sorcellerie et à qui il dédia son « De perfectione vitae »25. La dernière phrase de la lettre montre que l'auteur suit à chaud les événements et peut facilement prendre la plume pour en signaler les derniers rebondissements.

31Cette seconde lettre de Bernard de Ribéra met déjà en lumière une diffusion de la nouvelle hors du cercle Alès-Avignon vers Majorque.

32Un autre manuscrit (Harley 912) présente une diffusion plus septentrionnale : vers l'Angleterre. Il nous donne la preuve d'une correspondance entre deux prélats anglais à propos de ce fameux dialogue d'outre tombe : « Il est à noter que dans une lettre envoyée à l'archevêque de Canterbury (Walter Reynolds en marge) de la cour romaine par l'évêque de Carlisle, maître Jean de Rosse, se trouve ce qui suit ».

  • 26 C. Eubel, op. cit., p. 289 renvoi à Jo.XXII a.9 (t. 78) ep.816. Lettres Communes de Jean XXII (éd. (...)
  • 27 F.D. Logan, SV. Walter Reynolds, New Catholic Encyclopedy, 1967, t. 14, p. 791 ; K. Edwards, « The (...)

33A la suite de cette adresse le procès verbal est donné in extenso, mais il est dépourvu de date et de noms de personnes. L'expéditeur de la lettre est une fois encore un membre de l'entourage proche du pape Jean XXII. Jean de Rosse26, chanoine d'Hereford, puis évêque de Carlisle (jusqu'en 1333) a été consacré le 13 février 1325 en Avignon. Il est alors chapelain du pape et auditeur des causes au palais apostolique. Le destinataire appartient au haut clergé anglais proche de la couronne. Il s'agit de Walter Reynolds27 qui doit son ascension dans la hiérarchie religieuse et séculière à son dévouement au roi Edouard II (1307-1327), qui le fait élire évêque de Worcester et trésorier d'Angleterre, puis chancelier du roi (1307 à 1314). Sur intervention du roi, le pape Clément V casse l'élection de Thomas de Cobham comme archevèque de Cantorbery pour le placer le 16 novembre 1327 sur ce siège vacant depuis la mort de saint Robert de Winchelsea en 1313.

34C'est donc au plus haut niveau de la hiérarchie religieuse et séculière, par le réseau épiscopal que notre procès verbal est passé du microcosme avignonnais vers deux îles : Majorque et l'Angleterre. D'autres lettres ont certainement existé dont nous retrouverons peut-être un jour la trace. En l'état actuel de la documentation, la majorité des manuscrits ont retransmis une autre image de l'événement : le simple procès verbal a été transformé, sans doute dès la fin du xive siècle, en un véritable traité théologique.

Du procès-verbal au traité de théologie

35A une date inconnue, vers la fin du xive siècle suivant des étapes que nous ne connaissons pas encore dans le détail, le procès verbal a été remanié pour devenir un véritable traité de théologie sur les fins dernières.

  • 28 Liber de fide ad Petrum attribué à saint Augustin, en réalité la citation a été retrouvée dans le D (...)

36Nous avions vu à la fin de la seconde lettre de Bernard de Ribéra une extension possible du procès verbal vers le merveilleux, l'accumulation de prodiges dans la recherche du signum, preuve tangible de la présence du revenant qui reste obstinément invisible. Cette évolution difficilement contrôlable est abandonnée (au moins dans les écrits qui nous restent) au profit de l'élaboration systématique d'un traité, qui s'ouvre sur une citation de saint Augustin définissant le miracle28. Les questions qui ont été multipliées sont désormais numérotées, les réponses sont de véritables disputes universitaires, dans lesquelles le revenant se montre au moins aussi savant que son examinateur. Les problèmes évoqués sont disséqués selon la méthode scolastique.

  • 29 Treiziémement le prieur demanda s'il savait si Dieu se trouvait dans le ciel où seront tous les sai (...)
  • 30 Cette assertion est reprise par St. Baluze, Vitae Paparum Avenionensium, Paris, 1914-1927, t. II, p (...)

37Les 22 nouvelles questions concernent des problèmes de foi et de discipline (le purgatoire, les suffrages, les démons et l'hostie), dont la plus célèbre est celle de la vision béatifique (1° nuit, 13° question29), qui bouleversa tant la fin du pontificat de Jean XXII (surtout les années 1331-1332). L'édition incunable de Delft 1486 insiste sur le rôle que ce traité aurait joué dans la célèbre querelle : « Au temps du pape Jean XXII quelques personnes tombèrent dans l'erreur au sujet des âmes purifiées et aussi des saints : ils croyaient que ceux-ci ne voyaient pas la gloire de Dieu et la face du Christ avant le jour du Jugement. Le pape lui-même tomba dans cette erreur ; on pense que ce traité l'a fait changer d'avis, car les paroles de l'esprit de Gui prouvent clairement que son âme est allée au ciel avec les saints le jour de Pâques30 ».

  • 31 A. Vauchez, « Les théologiens face aux prophéties à l'époque des papes d'Avignon et du Grand schism (...)

38L'édition incunable de Delft ajoute une note finale qui comporte quatre questions supplémentaires : sur les incroyants, les vices les plus répandus dans le monde, l'Antéchrist et le nombre de papes à venir. A cette dernière question, qui est une sorte de divination de l'avenir31, l'esprit refuse de répondre, comme il avait refusé de révêler les secrets de la nature ; ainsi sont clairement posées les limites de la communication entre au-delà et ici-bas.

39L'auteur du remaniement du procès verbal évite la lourdeur d'un traité didactique en instaurant une véritable mise en scène du dialogue. Les noms de personnes ont disparu (sauf ceux du notaire, de Jean Gobi et du revenant), mais les détails vivants sont multipliés, la veuve voit son rôle augmenté et un dialogue pathétique entre les deux époux apparaît (1° nuit, question 19). Il est intéressant de noter que dans cette version longue c'est la veuve qui a l'initiative de toute l'affaire : elle alerte ses voisins et amis (premier réseau de communication) qui l'accompagnent chez le prieur. Celui-ci impressionné par son récit décide de convoquer immédiatement le chapitre qui émet ce conseil :

« que le prieur avec le maître en théologie et le lecteur en philosophie du couvent attendent que le maire (major civitatis) désigne quelques personnes dignes de foi pour l'accompagner à la maison de Gui récemment décédé, afin d'assurer une sécurité totale et une attestation légitime de ce qui surviendrait réellement. Le maire de la ville lui désigna 200 hommes bien armés pour l'accompagner... ».

40La version longue met donc largement en scène tout le processus de divulgation et de vérification de la nouvelle.

  • 32 Liste fournie par l'Histoire Littéraire de la France, t. 35, p. 539. Pour les traductions en anglai (...)

41Ajoutons que dans le différentes versions du traité les dates connaissent des variations importantes (1323, 1324, 1325, 1334, 1341) et que les noms de lieux subissent une italianisation très nette. Alès devient ainsi Vérone, Boiana, Ancône, Bologne, Vizonne etc... Ce dernier point s'explique sans doute par la mention de la Curie romaine, qui semble aberrante avec la mention de la proximité de la ville d'Alès, dans le cas où nous serions à une période où la papauté a rejoint Rome (après 1378). La nationalité de l'auteur du traité expliquerait peut être aussi cette italianisation. Ce pourrait être un frère ou un clerc de Bologne, car deux mentions importantes de cette ville interviennent dans le cours même des questions. L'esprit raconte en détail la mort d'un religieux de Bologne et son jugement post-mortem et il rapporte qu'un de ses neveux étudie dans cette ville grâce à sa générosité (questions 22 et 29). C'est sous cette forme longue que le Dialogue de Gui a été le plus largement diffusé. Nous en avons conservé presqu'une centaine de manuscrits répartis dans toute l'Europe et trois éditions incunables : Delft, 1486, Leipzig c. 1489 et Cologne 1496 (dans cette dernière le Dialogue est placé à la suite du traité de Jacques de Cluse sur les apparitions et les réceptacles des âmes séparées du corps). Il en existe également des traductions et paraphrases en français, moyen anglais, haut et bas allemand, catalan, gallois et suédois32.

42Une fois bien établies les différences entre la version courte et la version longue, nous avons tenté de suivre les empreintes laissées par cet événement, qui vont de la simple mention à son exploitation didactique.

De la mention de l'événement à son exploitation didactique

43Nous avons eu recours à deux genres littéraires ayant chacun leurs propres réseaux de diffusion : les chroniques et les ouvrages de dévotion.

Les chroniques

  • 33 Chronicon Belgicum Magnum de 54 à 1474, éd. Pistorius, Struve, Gotthelf, dans Rer. German. Script.,(...)

44La mention minimale de l'événement apparaît sous la plume d'un auteur anonyme33, vraisemblablement chanoine régulier de saint Augustin, qui composa vers 1478 une Chronicon Belgicum Magnum des années 54 à 1474. Il note de façon laconique : « L'esprit de Gui dans la ville d'Alexi près de Rome a révélé beaucoup de choses sur lesquelles un beau livre a été écrit »

45C'est dans des chroniques italiennes que nous trouvons des mentions plus développées.

  • 34 J. Villani, Chronica, éd. I. Moutier, Florence. S. Coen, t. 2, 1845, Livre 9 cap 234 p. 290-291.

46Jean Villani (1280-1348) pratiquement contemporain de Jean Gobi, intègre un résumé de l'événement à l'année 1323 de sa chronique composée en langue vulgaire. Il situe l'affaire à Alès en Provence le jour de l'Epiphanie. Il semble donc tenir ses renseignements de la version courte, mais un détail inédit dans celles que nous connaissons prouve que d'autres versions ont dû circuler en Italie (procès verbal ou lettres d'accompagnement). Il explique : « l'esprit exhalait une certaine odeur lorsqu'il parlait avec sagesse, rapportant de grandes choses et des merveilles sur l'autre monde et sur les peines du purgatoire34 ». L'historien florentin ne dit rien des questions du prieur, ni du rôle de la veuve. Il termine par une allusion rapide au miracle de l'hostie et au transfert d'indulgence du prieur en faveur du revenant. Sa chronique fut largement reprise dans d'autres chroniques, mais aussi dans des recueils de nouvelles.

  • 35 Saint Antonin de Florence, Chronica, pars 3, tit. XXI, cap. 5, Lyon, 1587, P. Maturus, t. 3, p. 314 (...)

47C'est ainsi que saint Antonin de Florence (1389-1459) pratiquement un siècle plus tard s'inspire directement de Villani pour insérer dans sa chronique35 la notice sur l'événement d'Alès. Par cet auteur, tout en restant dans le cadre florentin, nous retrouvons le réseau des Frères Prêcheurs. Saint Antonin appartenait à cet ordre, il fut vicaire général de l'observance en Italie à partir de 1437, puis prieur du couvent de san Marco à Florence (1436-1444) et enfin évêque de cette ville de 1446 à sa mort le 2 Mai 1459. Sa chronique est écrite en latin, sa notice se différencie de celle de Villani par l'omission du détail de l'odeur du revenant, qui risquait de créer une confusion avec la notion d'odeur de sainteté. Saint Antonin ajoute une note sur les modalités de l'apparition de feu Gui : « Ou bien on l'entendait seulement et on ne le voyait pas, ou bien on le voyait, mais nous n'avons rien de clair sur la forme (specie) de son apparition ». Il clôt sa notice par une réflexion sur la nature de cet esprit : « Ce pouvait être l'esprit d'un homme, c'est à dire une âme envoyée là pour un certain temps comme châtiment, ou ce pouvait aussi être un esprit malin tâchant de faire quelques tromperies – ce qui ne serait pas étonnant car il révélait des secrets – ils connaissent en effet des choses que nous ignorons ». Cette réflexion s'intégre dans le mouvement théologique de la « discretio spirituum », ou art de discerner les esprits, illustré par Henri de Langenstein et Jean Gerson.

  • 36 Liste des oeuvres de saint Antonin de Florence dans T. Kaeppeli, op. cit., t. I, 1970, p. 80-100. 1 (...)

48Cette chronique36 connut un grand succès, on en a conservé quatre éditions : Venise, 1480 ; Nuremberg, 1484 ; Bâle 1491 et Lyon, 1517, parue six ans avant la canonisation de son auteur le 31 Mai 1523.

  • 37 Odorico Raynaldi, Annales ecclesiastici, éd. J.D. Mansi, Lucques, t. 5, 1750, p. 294 (fin de l'anné (...)
  • 38 Odorico Raynaldi est considéré comme un historien de moins grande envergure que son prédécesseur Ba (...)

49Ces deux auteurs florentins sont repris pratiquement mot pour mot dans les Annales ecclesiatici d'Odorico Raynaldi37, oratorien (1595-1671) qui continua les Annales ecclesiastici du cardinal Baronius de l'Oratoire pour les années 1198 à 156 538. Pour l'année 1324. A la suite de la mention « Narrai Johannes Villanus » nous trouvons un résumé qui a gommé le détail décidément bien gênant de l'odeur, mais a ajouté le nom du revenant appelé Guillemus Corni (déformation lexicale qui suggère le recours à une source complémentaire). La reprise de la notice de saint Antonin est plus fidèle comme l'annonce la première phrase : « Eadem refert S. Antoninus his verbis », mais omet la réflexion finale qui tendait à diaboliser l'esprit de Gui.

50Mais d'autres chroniqueurs ne se sont pas contentés d'une notice pour relater l'événement, certains ont intégré le récit entier dans le cours de leur chronique.

  • 39 Edition en cours de la Scotiscronicon sous la direction du prof. Watt, Aberdeen, les livres III et (...)
  • 40 C'est l'hypothèse que m'a suggéré le prof. Donatelli (Univ. of Manitoba) avec qui je prépare l'édit (...)

51C'est ainsi que nous trouvons l'intégralité du procès verbal du Dialogue de Gui dans une chronique écossaise. Son auteur Walter Bower (t 1449) a entrepris la continuation de la Scotichronicon de Jean de Fordun. Notre texte apparaît dans un ensemble de chapitres regroupant des histoires de fantômes : dans le livre 13, les chapitres 6 à 9 sont consacrés au Dialogue de Gui, puis le chapitre 10 « de spiritibus post mortem apparentibus et quod periculosus homini se demonibus commendare », et le chapitre 11 : « aliud exemplum ad idem » regroupent pêle mêle des récits tirés du Livre IV des Dialogues de Grégoire le Grand, de Macrobe, de Virgile, d'un abbé de Cluny et la mention de la Mesnie Hellequin39. Walter Bower place les événements d'Alès en 1323 et ajoute le dialogue pathétique entre les deux époux, ce qui ferait de ce texte un maillon intermédiaire entre version courte et version longue40.

  • 41 Chronica novella d'Hermann Korner, éd. J. Schwalm, Göttingen, 1895, p. 236 donne seulement le début (...)

52Le procès verbal paraît déjà un corpus important dans une chronique, mais un dominicain allemand n'hésita pas à intégrer le quasi intégralité de la version longue dans sa chronique. Il s'agit d'Hermann Korner auteur de la Chronica Novella composée avant 1435 en latin, avec l'ambition d'y intégrer des éléments nouveaux. Peut-être ce long texte appartenait-il dans l'esprit de l'auteur à ces nouveautés. Ce frère prêcheur est signalé comme lecteur du couvent de Magdebourg en 1426-1427, puis comme bachelier pour la Bible et les Sentences à l'Université d'Erfurt en 1431 et enfin comme docteur en théologie en 1435. Par rapport à l'édition incunable de Delft 1486, il est intéressant de noter l'absence de citation de saint Augustin en incipit, la mention de la Chronique des Lombards comme source, et l'absence d'environ une dizaine de questions41. Nous tenons certainement par cette version émanant du même ordre que Jean Gobi un maillon intermédiaire (pour les années 1430) entre le procès verbal et le traité tel qu'il apparaît dans les éditions incunables.

53Sortant du cadre des chroniques, qui n'excluent pas des aménagements du texte et des réflexions sur ces événements, voyons comment les ouvrages de piété ont accueilli et exploité ce dialogue d'outre-tombe.

Les ouvrages de piété

54Trois ouvrages de piété ont retenu l'événement, ils proviennent d'Angleterre, de Lorraine et le troisième de la cour du Duc de Bourgogne.

  • 42 Richard Rolle and his followers, p. 274 : « I have no doubt that the three poems mentionedall tr (...)

55C est dans le Yorkshire, qu'un poète Richard of Nassyngton, appartenant à la mouvance des continuateurs de Richard Rolle of Hampole (t 1349), composa une version en bas anglais et en vers du De Spiritu Guidonis. L'on sait peu de choses de ce poète, qui aurait vécu à la fin du xive siècle jusqu'au début du xve siècle, (un texte qui lui est attribué date de 1418). Il aurait été « proctor » à la cour écclésiastique d'York. Il a traduit et versifié le traité sur la Trinité de John de Waldeby, intitulé par la suite « Mirror of life ». C'est à la suite d'une lamentation de sainte Marie et d'une versification de la règle de vie de Richard Rolle que nous trouvons notre texte transformé en un long poème de 2155 vers42. Il situe les faits dans la ville d'Alexty à trente miles de Baioune :

« In Lexty pat nobil towne,
pat threti mile es fro Baioune
Pe XII. kalend, als clerkes tell,
of decembre, als pan bifell  :
A gude buriace pat hight Gy
in pate same cete gan dy  ;
and when pe bodi in graue was laid,
unto pe saul slike grace was graide,
untill his wife it went ogayne
and schrewed hir porcioun of his paine  ;
he did hir dole both day and night,... ».

56Le poète utilise à l'évidence la version longue, ce qui est confirmé par l'explicit : « Explicit tractatus [de quodam spirito] ».

  • 43 G. Hasenohr, « Un manuscrit autographe de l'Instruction de la vie mortelle », Romania, 104 (1983), (...)
  • 44 Manuscrit Saint John's College T 14.

57Quelques années plus tard, vers 1431, Jean Baudoin de Rosières-aux-Salines compose une paraphrase en vers français de notre dialogue43. Ce maître en décret, devenu curé de saint Laurent de Pont-à-Mousson et chanoine de saint Dié doit son nom à une petite ville située entre Nancy et Lunéville. Il a laissé un long poème (47000 vers décasyllabiques) intitulé l'Instruction de la vie mortelle. La première partie présente les philosophes anciens, la seconde et la troisième une histoire sainte jusqu'à la prédication des apôtres, la quatrième une histoire jusqu'en 1431 et la cinquième une instruction pour la vie chrétienne. C'est dans cette dernière partie qu'est reprise la version longue du Dialogue de Gui, placé après un exposé sur la confession, les péchés capitaux, le péché contre le Saint Esprit et avant un chapitre sur la venue de l'Antéchrist, le jugement dernier, les peines d'enfer et les gloires du ciel. Notre dialogue d'outre-tombe trouve bien sa place entre un péché auquel l'esprit se réfère de façon presque obsessionnelle (le péché contre le saint Esprit) et une perspective eschatologique. Le texte en vers présente quelques ressemblances avec celui de la Chronica novella d'Hermann Korner (questions 23, 24, 25, 26, 27, 28 et note finale omises). Le problème est que nous n'avons que le manuscrit autographe de cet ouvrage44 et semble-t-il aucun témoin d'une quelconque diffusion. Il est tout de même important de noter qu'en dehors des circuits de diffusion dominicains, du monde savant des chroniqueurs, ce texte était connu d'un membre relativement modeste de l'église séculière.

58Voici comment il ouvre son poème :

« De l'ame d'un citain de Verone que revint
Depuis et respondit a maintes questions.
Assavoir est pour nostre orgueil abatre,
Car en lan mil CCC et XX et quatre
En la cité qu'est nommée Verone,
La morut il une vaillant personne
Qui en sa vie comme on trewe avoit nom
Guyot de Tourne autrement de Tournon,
Duquel l'esprit quant ensevely fut
Revint arriere, combien qu'il n'a put
Visiblement IIII jours après sa biere,
Et a sa femme revint parler arriere ».

59Baudoin clot ainsi le poème :

« Et cecy dit, lors ne fut plus ouy,
Mais leur sembla qun vent passa parmy
Ceulx qui present en dit lieu si estoient
Qui fermement depuis creurent et te noient
Qu'en purgatoire il fit de sa penance
Le revenant jusques a sa delivrance ».

  • 45 Traduction française de la Visio Tnugdali. Visio Tnugdali, éd. A. Wagner, Erlangen, 1882, et biblio (...)
  • 46 T. Kren, R.S. Wieck, The visions of Tondal from the Library of Margaret of York, Malibu, California (...)

60A la fin du xve, c'est dans un milieu tout autre que nous retrouvons trace de notre texte : dans la bibliothèque privée de la duchesse de Bourgogne, Marguerite d'York, épouse de Charles le Téméraire. On a conservé vingt volumes de sa bibliothèque, ouvrages qu'elle a commandés entre 1470 et 1477. Il dénotent une grande piété personnelle, mais aussi un goût pour la théologie (Les Pères, saint Bernard, Jean Chrysostome, Jean Gerson) et les ouvrages mystiques, visionnaires et eschatologiques (Apocalypse et Purgatoire saint Patrice). Pour compléter ce dernier volet de la bibliothèque, la duchesse commanda en 1474 deux manuscrits enluminés en français : La Vision de Tondal45 et La Vision de l'âme de Gui de Thurno46. Ces manuscrits sont conçus comme des livres séparés avec chacun leur colophon, mais ils ont été réunis dès l'origine. Cette femme noble engagée dans le mouvement de réforme de l'Eglise, cette laïque, bibliophile avisée, fit appel aux grands artistes de son temps pour l'éxécution de cette commande. Le copiste est David Aubert scribe à la cour de Philippe le Bon à Gand, grand centre artistique des années 1470. Le peintre est Simon Marmion (f 1489) dénommé « le prince de l'enluminure » par le poête belge Jean Lemaire. Il marie une grande fidélité aux textes qu'il illustre et une observation aiguë des phénomènes naturels. Il peint aussi bien des enluminures (La Fleur des Histoires de Jehan Mansel en 1450) que des grands tableaux (Vie de saint Bertin en 1459). Il a l'art de rendre l'atmosphère et les moments-clés d'une narration.

61La Vision de Tondal, texte véritablement visionnaire, comporte 20 miniatures ; tandis que la Vision de Gui de Thurno, texte beaucoup plus théorique n'en comporte qu'une (voir figure no2). C'est la seule illustration qui accompagne le Dialogue de Gui, elle est conçue comme un drame psychologique marqué par le réalisme des expressions des visages et du décor. De plus, l'organisation de la scène en demi-cercle implique le spectateur et en fait un des témoins de ce dialogue avec l'invisible.

62Cette enquête nous a permis de suivre les traces laissées par un événement sur différents supports écrits et d'imaginer sa diffusion orale (par la rumeur, la prédication et les chapitres généraux). Partie d'une maison bourgeoise d'Alès, la nouvelle de l'apparition d'un revenant s'est répandue dans la ville, puis prise en charge par les autorités consulaires et religieuses elle a atteint le point névralgique de la Chrétienté : Avignon, l'entourage du pontife puis le pape Jean XXII lui-même. De là, la nouvelle a été annoncée par un procès verbal accompagné de lettres en Angleterre et à Majorque, démontrant de façon éclatante la fonction d'Avignon comme « écho sonore de la Chrétienté », largement relayé par le réseau des Frères Prêcheurs. Parmi eux, le frère Bernard de Ribéra, insiste dans ses lettres sur le fait que ce miracle n'est pas un miracle purement dominicain, il met en avant la présence d'une foule de témoins religieux et séculiers mêlés dont le nombre va grossissant (selon les versions) de cent à deux cents, trois cents, puis cinq mille, et qui sont enfin qualifiés d'innombrables. Parmi les religieux le frère catalan insiste sur la diversité des ordres représentés : des chanoines réguliers, des moines noirs, des frères de la Pauvreté et des Carmes.

63Ensuite, la diffusion a été plus nettement écrite et savante, lorsque le procès verbal a été remanié sous la forme d'un traité, lui-même paraphrasé, traduit, résumé et versifié pour se couler dans divers genres : les chroniques et les traités de dévotion afin de répondre à divers horizons d'attente.

  • 47 C. Douais, Les Frères Prêcheurs en Gascogne, op. cit., p. 52 : la fête du Saint Sacrement fut insti (...)
  • 48 Th. Hohman, Heinrichs von Langenstein Unterscheidung der Geister. Lateinich (De discretione spiritu (...)

64Il a ainsi permis de proposer une mise au point de la doctrine du purgatoire et des suffrages encore floue sur certains aspects. Il a également donné une preuve de l'efficacité de l'hostie dans une période où l'office du Saint Sacrement commence seulement à se répandre chez les Dominicains, alors que le désir de voir l'hostie était déjà fort chez les laïcs47. Enfin, ce texte a contribué au débat sur la discretio spirituum (discernement des esprits) esquissée par saint Antonin de Florence et repris notamment par Henri de Langenstein (1325-1397) et Jean Gerson (1363-1429)48.

65Le succès de ce dialogue s'explique donc par la polyvalence des exploitations didactiques que l'on pouvait en faire. Il faut également chercher le secret de son succès dans son ancrage au sein d'une riche tradition savante et folklorique. La première offre de multiples exemples de dialogues avec les revenants depuis le Livre IV des Dialogues de Grégoire le Grand. La seconde abonde en apparitions de revenants particulièrement dans la période des douze jours compris entre Noël et l'Epiphanie, dates précises dans lesquelles s'inscrivent les dialogues avec l'esprit de Gui de Corvo. De plus, le cadre urbain et la personnalité du défunt qui l'apparente au chrétien moyen, ont dû contribuer à l'accueil de ce texte dans la culture urbaine en plein essor. Enfin, cet ouvrage répond à une stratégie cléricale d'encadrement des relations entre l'au-delà et l'ici-bas, entre les vivants et les morts, pour le plus grand profit de l'Eglise bénéficiaire des suffrages et des fidèles rassurés sur leur sort et celui de leurs proches dans l'au-delà.

Annexes

Annexes

I. Textes des lettres jointes au procès-verbal

Lettre no 1 (lettre de Bernard de Ribéra d'après le manuscrit Ripoll 167)

A la suite du procès verbal :

Revelationem missam domino Summo Pontifici et dominis cardinalibus, lectam in pleno Consistorio, ego frater Bernardus de Riparia mito vobis ut sequitur Anno Domini CCC XX III.

Scire vos volo quod frater Petrus Galterii, procurator Ordinis, dixit michi in X die februarii quod dominus Papa mandavit sibi quod predictus frater Johannes Gobi, prior Alestensis, cum melioribus personis tocius ville, inquisitionem diligenter faciant sub juramento requisiti ab illis qui audierunt illam vocem, quod diligentissime inquirerent si ibi est vel latet aliquid figurationis. Unde de predictis que vobis mito firma fides invenitur per testes innumeros fidedignos. Et fratres eciam missi sunt de Avenione, qui inquestam redactam in formam publicam representent domino nostro Pape et collegio dominorum cardinalium. Nam adhuc illa vox continuatur ; et sive a barbaris Anglicis, Scotis, Alamanis, interrogetur, unicuique dat responsionem in cujuslibet proprium idioma.

Lettre no 2 (lettre de Bernard de Ribéra d'après le manuscrit 21-3-2 de la Bibl. Univ. de Barcelone)

Reverendo in Christo patri domino Guidoni, Dei gratia episcopo Majoricarum necnon et totius sacre pagine egregio professori, suus in omnibus frater Bernardus de Riparia, Ordinis Predicatorum, familiaris reverendi patris amici vestri carissimi domini cardinalis de Peliagrua, se totum cum recomendacione humili ac devota.

Reverende pater et domine, vobis scribere et signifficare volui quoddam mirabile quod non recordor me audisse nec legisse ita continuatum diutine sicut in presenti rotulo continetur. Que omnia plenarie veritatem continent secundum quod domino Summo Pontiffici est hostensum et dominis cardinalibus per rotulum infrascriptum.

(texte du procès verbal)

Lecto vero predicto rotulo in Consistorio coram domino nostro Summo Pontiffice et cardinalibus admirantibus super premissis, dominus Summus Pontifex mandavit archiepiscopo Aquensis quod mitteret ibi duos fratres Ordinis nostri, qui auctoritate papali mandarent domino loci predicti de Alesto et judici domini regis Francie necnon et omnibus consulibus dicti loci quod facerent inquestam diligentissime, sub virtute obediencie et prestiti juramenti, si contenta in [dic]to rotulo habeant veritatem. Facta vero inquesta, ut dominus Summus Pontiffex preceperat, inventum est plus quam per quinque milia personarum quod predictus rotulus in omnibus plenarie continebat veritatem. Multaque admiracione digna audita sunt per illos qui inquestam faciebant ; nam dominus Johannes, doctor legum, judex domini regis Francie, cum inquisivisset si ipse aliquid boni portaret supra se, respondit dictus spiritus : « Certe sic, domine judex ; vos enim portatis horas beate Marie Virginis, in zona vestra ». Et tunc ipse, manum ad zonam aplicans, invenit horas quas plus quam ducentis personis hostendit.

Et predictus spiritus semel apparuit cum magno lumine, et tamen alias non apparuerat. Interrogavit predictum spiritum quidam frater Beate Marie de Carmelo, qui erat ibi cum multis aliis religiosis et secularibus : « Adjuro te, spiritus, dixit ille frater de Carmelo, quid signifficat illud lumen quod nos videmus, cum alias non hostenderis te cum lumine, sed solum viva voce ». Tunc spiritus respondit alta voce : « Istud lumen quod videtis est angelus meus bonus, qui, completa penitencia, perducet me ad gaudia paradisi ».

Demum duo fratres nostri, qui iverant ad predictum locum de Alesto ex parte Summi Pontificis, cum per tres noctes cum melioribus de villa interrogassent predictum spiritum, cum canonicis regularibus, monachis nigris et aliis religiosis de Paupertate necnon et in presencia plus quam trecentarum personarum. Unus de fratribus interrogavit predictum spiritum : « Adjuro te per Creatorem et per virtutem Corporis Christi ut dicas nobis sub qua specie loqueris nobis ». Qui respondit : « Sub specie columbe », omnibus audientibus. Et dictus frater adjurans eum dixit sic : « Per virtutem Christi precipio tibi quod hostendas nobis aliquod signum quod sub specie columbe loquaris » ; et spiritus respondit : « Faciam ». Et statim, cum esset hora circa gallicantum et nulla plumma esset in toto hospicio, subito invenit se totum cohopertum plummis albis : quod videntes seculares et religiosi in admiracione quamplurima sunt conversi. Dictus vero frater voccatur frater Arnaldus de Papiniano49, de predicacione50 Fratrum Predicatorum de Pe[r]piniano, et bonus clericus et fama clarus et predicacione facundus.

Quid plura ? Voces ille et responsiones continuate sunt a festo Nativitatis Domini usque ad septimanam sanctam. Si ex tunc aliquid auditum fuerit, vobis, domino meo, scribam.

Bene valeat vestre reverencia paternitatis, quam conservet Dominus per tempora longiora. Datum Avinione, in festo beati Georgii martiris51. Conventum nostrum Majoricarum vestre gracie recomendo. Dominus meus cardinalis de Peliagrua multum vos comendat et habet vos pro certo in visceribus caritatis et totum ordinem vestrum, quare placeat vobis quod pro ipso oretis et orare faciatis et pro me famulo vestro. Deo gracias. Amen.

Lettre no 3 lettre, expéditeur et destinataire anonymes, retranscrite par Walter Bower, dans la continuation de la « Scotichronicon »

Scripsit frater Johannes Goby domino Johanni XXII, summo pontifici, sub attestacione sigilli communis civitatis Alesti, quoddam quod sequitur mirabile prope Curiam Romanam, de quo stupor magnus exortus est in partibus, mirantur ecclesia, dominus Papa et cardinales, de quodam spiritu cujusdam boni hominis qui decesserat, cujus spiritus frequenter auditus est, et non tantum in secreto, sed presentibus tam religiosis quam laicis in multitudine copiosa ; et non tantum semel vel bis, sed eciam pluries, quia tociens venit ad locum ubi manere consuevit. Ideo facte sunt sibi interrogaciones per viros religiosos et fidedignos. Et quomodo inquit, respondit, et copiam responsionum ipsius, vestre Sanctitati transmitto. Ad secreciora vero, que de misteriis fidei sunt, est interdicta sibi potestas ut debet respondere, etc...

Semper conservet vos Christus ad regimen ecclesie sue.

Lettre no 4, mention d'une lettre (Ms. Harley 912)

Notandum quod in litera quadam missa archiepiscopo Cantuariensis52 de Curia Romana ab episcopo Karleolensis, videlicet magistro J. de Rosse, continebatur quod sequitur.

II. Textes des chroniques italiennes

Jean Villani, Chronique, Livre 9, cap. 234 (éd. I. Moutier, Florence, S. Coen, t. 2, 1845, p. 290-291)

D'uno grande miracolo ch'apparve in Proenza

Nel detto anno 1323, il giorno deU'Epifania, apparve in Proenza in una terra c'ha nome Alesta uno spirito d'uno uomo di quella terra, il quale di poco era morto, e con sentore quando venia scortamente parlando, dicendo grandi cose e maravigliose dell'altra vita e delle pene di purgatorio ; e'l priore de'frati predicatori, uomo de santa vita, con più de'suoi frati e con più di cento buoni uomini della terra il venne a disaminare e a scongiurare, recando seco privatamente corpus Domini, per tema non fosse spirito maligno e fittizio, il quale incontanente conobbe, e confesso quello essere vero Iddio, dicendo al priore : « Tu hai teco il Salvatore del mondo » ; e per la virtù di Cristo, scongiurandolo, più secrete cose disse, e corne per l'aiuto e meriti del detto priore e suoi frati tosto avrebbe requia eternale.

Saint Antonin de Florence, Chronica, pars 3, tit. 21, cap. 5 (Lyon, 1587, P. Maturus, t. 3, p. 314)

1323

In provincia Provinciae in civitate dicta Alesco circa illud tempus hoc accidit mirum, ut refertur in chronicis. Apparuit quidam spiritus, qui asserebat se esse animam cujusdam qui de propinquo mortuus fuerat in civitate ilia. Utrum autem audiretur tantum et non videretur, vel videretur et in qua specie appareret non clare habetur. Mira hic spiritus referebat de alia vita et de purgatorio. Prior autem conventus ordinis Praedicatorum qui erat in ilia civitate, vir venerabilis conversationis, accessit ad ilium : occulte secum deferendo sacramentum Corporis Christi ad obviandum fraudibus diaboli, si forte esset opus ejus. Et cum dictus prior examinaret ilium et adjuraret in praesentia plurimorum hominum hoc cognoscens ille spiritus dixit priori : « Tu habes tecum verum Deum Salvatorem mundi ». Sub adjuratione vero inquisitus, plura manifestavit. Addens demum quod propter merita ejus et fratrum cito haberet requiem.

Spiritus hominis esse potuit, idest anima ibi ad poenam deputata ad tempus, vel etiam spiritus malignus ad aliquam deceptionem faciendam, nec mirum, quia occulta revelabat. Multa enim sciunt nobis omnino ignota.

Odorico Raynaldi, Annales ecclesiastici ; année 1324 : (éd. J.D. Mansi, Lucques, L. Venturini, t. 5, 1750, p. 294)

Claudimus hunc annum insigni prodigio.

Narrat Joannes Villanus (li. 9, c. 234) sacro Epiphaniae die in Provincia Guillelmi Corni animam, quae paulo ante e corpcre migraverat, se pluribus videndam objecisse, multaque admiranda de alterius vitae rebus et poenis purgatorii dixisse. Cumque plurimo hominum comitatu stipatus prior Praedicatorum eo accessisset, atque adversus diabolicas fraudes sacratissimara hostiam clam detulisset, spiritus Salvatorem mundi delatum pronuntiavit.

Eadem refert S. Antoninus his verbis (Ant. 3 p., tit. 21, c. 5). Anima cujusdam defuncti régressa in domum.

In provincia Provinciae in civitate dicta Alesio circa illud tempus hoc accidit mirum, ut refertur in chronica. Apparuit quidam spiritus, qui asserebat se esse animam cujusdam, qui de propinquo mortuus fuerat in civitate illa : utrum autem audiretur tantum et non videtur ; vel videtur et in qua specie apparet, non clare habetur. Mira hic spiritus referebat de alia vita et de purgatorio. Prior autem conventus Ordinis Praedicatorum qui erat in illa civitate, vir venerabilis conversationis, accessit ad ilium, occulte secum deferendo sacramentum Corporis Christi ad obviandum fraudibus diaboli, si forte esset opus ejus ; et cum dictus prior examinaret ilium et adjuraret in praesentia plurimorum hominum, hoc cognoscens ille spiritus, dixit priori : « Tu habes tecum verum Deum Salvatorem mundi ». Sub adjuratione vero inquisitus plura secreta manifestavit ; addens demum quod propter merita ejus et fratrum cito haberet requiem.

Plan d'Alès en 1393, d'après X. Snoeck
Alès à travers l'histoire, t. I, revue Les Gens du Gard, no 21, 1984

Miniature attribuée à Simon Marmion, extraite de la Vision de l'âme de Gui de Corvo, copiée par David Aubert en 1474, J. Paul Getty Museum (Malibu), Ms 31, Fol. 7.

Notes

1 Nous utilisons ici le manuscrit Ripoll 167 (xive s.), conservé aux Archives de la couronne d'Aragon à Barcelone et décrit dans les Sitzungberichte der Philosophish-Historischen Classe der Kaiserlichen Akademie der Wissenscliaften, Wien, CLXIX (1915), p. 79. Traduit dans notre recueil Dialogue avec un fantôme. Paris, Les Belles Lettres, 1994 (coll. La Roue à Livres).

2 J.-C. Schmitt, Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gallimard, 1994, a souligné la pérénité des solidarilés sociales dans les récits d'apparition de revenants.

3 Ms. Harley 912 du British Museum (xive s.).

4 Ms.Ripoll 167, f°

5 Nous remercions les Pères Montagnes et Amargier pour leur aide. Nous avons consulté sans succès : Bernardus Guidonis, De fundatione prioribus et convention provinciae tolosanae et provinciae Ordinis Praedicatorum, éd. P.A. Amargier, Rome, 1961 (MOFPH, XXIV) ; C. Douais, Acta capitulorum generalium Ordinis Fr. Praed. (1239-1302), Toulouse, 1894 (avec l'index nominum fratrum et sororum dactyl. disponible à la bibliothèque du Saulchoir, Paris) ; Id., Les Frères Prêcheurs en Gascogne aux χιιie et xive siècles, Paris, 1885 ; Tables de la revue Archiv. Fratr. Praed. pour 1931-1980.

6 Millau dans l'Aveyron, où se trouvait un couvent dominicain fondé en 1279.

7 C. Douais, Essai sur l'organisation des éludes dans l'ordre des Frères Prêcheurs (1216-1342), Paris, Toulouse, 1884, indique p. 214 un certain P. Mutonis, lecteur (studia arcium) du couvent de Toulouse en 1320.

8 A. Bardon, Histoire de la ville d'Alais, Nîmes, Chastagnier, 1894, t. I, p. 203-204, cite ses actes pour 1327 et son élection comme consul en 1328.

9 La situation politique d'Alès en 1323-24 est relativement complexe, ce chef de viguerie royale associe deux co-seigneurs et un consulat. Raymond Pelet est co-seigneur d'Alès, marié à Delphine de Rodez. Depuis 1243 le roi de France s'est emparé de la portion de la seigneurie qui appartenait à Pierre Bermond d'Anduze. Elle reste réunie à la couronne jusqu'en 1344, date à laquelle, Philippe VI de Valois la cède à Humbert II dauphin du Viennois, qui vend tous ses droits à Guillaume Roger Ier vicomte de Beaufort, la famille Roger étant apparentée au pape Clément VI (1342-1352). On trouve une mention de Raymond Pelet dans une Lettre Commune de Jean XXII (éd. M. Mollat) datée du 20 février 1327 (no 27953). Dom Devic et Dom Vaissette, Histoire Générale du Languedoc, Toulouse, Privat, t. 9, 1885, col. 413, 588 et 1177.

10 Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, nelle éd. Paris-Nancy, 1975, t. II, p. 305, « De Cadoëne de Gabriac alias de Cadoine » ; Victe de Lescure, Armorial du Gévaudan, Lyon, 1929, (qui m'a été signalé par J.B. Elzière) p. 179-183. Bertrand de Cadoine prêta hommage pour ses fiefs à l'évêque de Mende en 1300, et Guillaume Cadoine en 1332. Cette famille est illustre par son ancêtre (Guillaume) croisé en 1269, par Raymond, abbé de Cluny de 1400 à 1416 et par Bertrand évêque de Saint Flour en 1413. Voir aussi A. Bardon, Histoire de la ville d'Alais, op. cit., t. II, p. 254-255 ; Dom Devic et Dom Vaissette, Histoire Générale du Languedoc, op. cit., col. 616.

11 A. Bardon, Histoire de la ville d'Alès, op. cit., t. I, p. 172-175. A. Bardon donne une liste des prieurs incomplète pour les années qui nous occupent (p. 174-175). Nous remercions Noël Coulet pour son aide dans la définition de ce terme.

12 On trouve des membres de la famille Gobi sur quatre listes de consuls : en 1290, 1293, 1314 et 1326 ; cf A. Bardon, Histoire de la ville d'Alais, op. cit., t. I, p. 23-24 et pour les autres mentions p. 221-222 ; et t. II, p. CXLII et CLXXII puis dans les Pièces justificatives, p. 4

13 M.A. Polo de Beaulieu, La Scala coeli de Jean Gobi, Paris, Ed. du CNRS, 1991 (Coll. Sources d'Histoire Médiévale de l'IRHT).

14 Tous ces exempta sont traduits dans notre recueil Dialogue avec un fantôme, op. cit.

15 Ces nouveaux instruments de travail sont les concordances bibliques, les recueils de distinctiones et les recueils d'exempla à ordre alphabétique apparus en Angleterre. Voir R.H. et M.A. Rouse, « Thirteenth Century Sermon Aids », dans Preachers, Florilegia and Sermons. Studies in the Manipulas exemplorum of Thomas of Ireland, Toronto, 1979, p. 11-23.

16 J. Quétif et J. Echard, Scriptores Ordinis Praedicatorum, Paris, 1719, rééd. 1910-1914, t. I, p. 633.

17 Nous avons consulté les manuscrits Ripoll 167 (1 lettre), Barcelone B.Univ. 17 (1 lettre), Harley 912 (courte lettre), Continuation de la Scotichronicon de Jean de Fordun par Walter Bower (1 lettre) ; les manuscrits Arsenal 2890 et lat. Bib.Nat. de Paris, lat. 6492A n'ont pas de lettre d'accompagnement. Nous donnons en annexe le texte latin de ces lettres, et quelques extraits traduits au cours de notre exposé.

18 Nous avons seulement deux mentions d'un certain Peints Galterii : la première (qui nous a aimablement été communiquée par le P. Amargier) dans Stephanus de Salaniaco et Bernardus Guidonis, De quatuor in quibus Deus praedicatorum ordinem insignivit, éd. Thomas Kaeppeli, 1949 (MOFPH, XXII), Romae ad S.Sabina, p. 166-167 : qui décrit un miracle survenu au couvent d'Alès en 1281 faisant intervenir un frère serviteur dénommé Petrus Galterii de Albeniaco ; la seconde mention d'un Peints Galterii OFP se trouve dans les Lettres Communes de Jean XXII (éd. M. Mollat), no 59488 et 59498, datées du 28 Janvier 1333 ; le nom complet étant Petrus Galterii de Mirabello, vraisemblablement à la lin de ses jours.

19 B. Guillemain, La cour pontificale d'Avignon (1309-1376). Etude d'une société, Paris, 1962 (Bibl. des Ecoles franç. d'Athènes et de Rome, 201), présente à titre d'exemple la correspondance du procureur de Louis de Gonzague, Cristoforo de Piaeenza en 1371. B. Guillemain cite (p. 570, n. 47) une liste des procureurs dans le manuscrit I.E207, f° 5v-20v du Vatican mais pour une période postérieure (1342-1352).

20 C. Douais, Les Frères Prêcheurs en Gascogne, Paris, Auch, 1885, p. 391-392 ; Id., Acta capitulorum provincialium, Toulouse, 1894, p. 403 ; Id., Essai sur l'organisation des études dans l'ordre des Frères Prêcheurs, Paris-Toulouse, 1884, p. 238, 260 ; Histoire Littéraire de la France, t. 35, 1921, p. 540-542 et 548-549 ; Th. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum, t. I, 1970, no 646.

21 B. Guillemain, op. cit., p. 236 ; voir C. Eubel, Hierarchia catholica Medii Aevi, rééd. Pavie, 1960, t. I, p. 14.

22 Ce Jean doctor legum n'est pas identifié. Nous avons trouvé dans J.S. Strayer, Les gens de justice du Languedoc sous Philippe le Bel, 1970 (Cahiers de l'Association Marc Bloch de Toulouse, Etudes d'Histoire Méridionale, 5), (qui m'a été signalé par J.B. Elzière) un certain Pierre JEAN docteur en droit, appartenant à une famille bourgeoise de Nîmes, juge d'Uzès en 1291, avocat royal de Beaucaire, qui s'est retiré à Nîmes en 1318 pour s'occuper d'affaires locales (p. 93-94). J.S. Strayer explique que la fonction de juge du roi peu rémunératrice était toujours provisoire. Il se peut que ce Pierre Jean ait endossé cette fonction le temps de l'enquête sur le revenant d'Alès.

23 C. Eubel, op. cit., p. 96 ; B. Guillemain, op. cit., p. 339, n. 386 ; Th. Kaeppeli, Script.Ord. Praed., t. II, 1975, p. 319 ; Lettres Communes de Jean XXII (éd. M. Mollat), no 26595, 30235, 45764 et 50262.

24 C. Eubel, op. cit., p. 323 ; ce maître en théologie est l'auteur de nombreux Commentaires des oeuvres d'Aristote, du Décret de Gratien, des Quatre Livres des Sentences, de questions sur les hérésies et les superstitions etc...Voir B.F.M. Xiberta, Guiu Terrena carmelita de Perpinya, Barcelone, 1932 (Estudis Universitaris Catalans, Serie monografica, II).

25 La réponse sur la sorcellerie est conservée dans le ms. Valence Cath.200 (xive) f° 219v-229v ; voir T. Barth, « Franziskanerhandschriften in der Kathedralbibliothek von Valencia und dem aragonischen Kronarchiv von Barcelona », Franzisk.Stud. 39 (1957) p. 26 ; C.R. dans Bulletin de Théologie ancienne médiévale, VIII (1959), no 1206, p. 297 ; A. Maier « Eine Verfügung Johanns XXII über die Zuständigkeit der Inquisition fur Zaubereiprezesse », AFP, XXII (1952), p. 226-246.

26 C. Eubel, op. cit., p. 289 renvoi à Jo.XXII a.9 (t. 78) ep.816. Lettres Communes de Jean XXII (éd. M. Mollat), no 24248, 26604, 29285, 47915, 57882 et 62232.

27 F.D. Logan, SV. Walter Reynolds, New Catholic Encyclopedy, 1967, t. 14, p. 791 ; K. Edwards, « The political importance of the english bishops during the reign of Edward II », Engl. Histor. Rev., 59 (1944), p. 311-347.

28 Liber de fide ad Petrum attribué à saint Augustin, en réalité la citation a été retrouvée dans le De credendi utilitate de saint Augustin, éd. J. Zycha, CSEL, 25, p. 43.

29 Treiziémement le prieur demanda s'il savait si Dieu se trouvait dans le ciel où seront tous les saints. L'esprit répondit : « J'ai déjà dit que je ne suis pas encore allé au ciel et je ne peux pas pour le moment te dire autre chose que ce qui m'a été révélé. Mon ange m'a seulement dit : « Subis ce châtiment jusqu'à Pâques et ensuite tu verras le Roi des Cieux sur son trône avec Ses anges et Ses saints... »

30 Cette assertion est reprise par St. Baluze, Vitae Paparum Avenionensium, Paris, 1914-1927, t. II, p. 289, or le procès verbal n'aborde pas le problème de la Vision Béatifique. Jean XXII n'a connu que le procès verbal du De Spiritu Guidonis, et non le traité. Sur l'ancienneté de la question de la vision béatifique voir M. Van Uytfanghe, « L'essor du culte des saints et la question de l'eschatologie », dans Les Fonctions des Saints dans le monde occidental (iiie-xiiie siècles), 1991 (coll. Ecole Française de Rome, 149), p. 91-107.

31 A. Vauchez, « Les théologiens face aux prophéties à l'époque des papes d'Avignon et du Grand schisme », dans Les textes prophétiques en Occident (xiie-xvie siècles), MEFREM 102 (1990), p. 287-298.

32 Liste fournie par l'Histoire Littéraire de la France, t. 35, p. 539. Pour les traductions en anglais : C. Horstman, R.Rolle of Hampole and his followers, t. II, Londres, 1896, p. 292-333 et G. Schleich, The Gast of Gy, Berlin, 1898. En catalan : R. Miquel Y Planas, Llegendes de Taltra vida, II, Barcelone, 1914, p. 177-207. En néerlandais : G. Axters, Bibliot. Dominicana Neerlandica manuscr., Louvain, 1970, p. 172-174. En suédois : K. Langosh, Die deutsche Litteratur des Mittelalters Verfasserlexicon, III, Berlin, Walter de Gruyter, 1943, p. 341 et H. Brandès, dans Jahrbuch des Vereins fiir niederdeutsche Sprachforchung, XIII (1887), p. 83-85. En Gallois, haut et bas allemand : voir H. Brandès op. cit., p. 85.

33 Chronicon Belgicum Magnum de 54 à 1474, éd. Pistorius, Struve, Gotthelf, dans Rer. German. Script., 3 vol., Ratisbonne, 1726, t. 3, p. 320. Voir Potthast, Bibl. Histor. Medii Aevi, Berlin, 1896, p. 254.

34 J. Villani, Chronica, éd. I. Moutier, Florence. S. Coen, t. 2, 1845, Livre 9 cap 234 p. 290-291.

35 Saint Antonin de Florence, Chronica, pars 3, tit. XXI, cap. 5, Lyon, 1587, P. Maturus, t. 3, p. 314 ; J.B. Walker, The « Chronicles » of S. Antoninus. A study in Historiography, Washington, 1933.

36 Liste des oeuvres de saint Antonin de Florence dans T. Kaeppeli, op. cit., t. I, 1970, p. 80-100. 11 est intéressant de noter la continuité des questions posées au revenant Gui de Corovo et celles étudiées par saint Antonin dans sa Summa moralis, (éd. Mamachi et Remedelli, 1741-1742) notamment Pars I, Tit. V, De separatione animae a corpore et retributione et exercitio animae separatae, et pars I, Tit. X, cap. II : De purgatorio et suffragiis mortuorum ; ce qui prouve que tous ces problèmes appartenaient à un horizon d'attente propre à la fin du Moyen Age.

37 Odorico Raynaldi, Annales ecclesiastici, éd. J.D. Mansi, Lucques, t. 5, 1750, p. 294 (fin de l'année 1324).

38 Odorico Raynaldi est considéré comme un historien de moins grande envergure que son prédécesseur Baronius ; néanmoins élu par deux fois supérieur général de l'Oratoire, il acquit de nombreux manuscrits pour la bibliothèque de l'ordre.

39 Edition en cours de la Scotiscronicon sous la direction du prof. Watt, Aberdeen, les livres III et IV sont parus en 1989, Aberdeen University Press, Voir comte rendu dans Spéculum, 66/4, (1991), p. 848-849. G. Schleich a publié cet extrait dans The Gast of Gy, Berlin, 1898 (coll. Palaestra), p. LV-LXI. On retrouve cette même volonté de collectionner les histoires de revenants dans un manuscrit de la fin du xvie -début du xviie siècle, qui rapporte le procès verbal du Dialogue de Gui, mais aussi deux récits « d'apprivoisement » de revenants du xviie siècle par un curé et par un maître d'école (Ms. Arsenal 2890).

40 C'est l'hypothèse que m'a suggéré le prof. Donatelli (Univ. of Manitoba) avec qui je prépare l'édition critique des textes latins.

41 Chronica novella d'Hermann Korner, éd. J. Schwalm, Göttingen, 1895, p. 236 donne seulement le début et l'explicit pour ne pas encombrer (je cite) cette édition par une histoire de fantôme sans valeur (wertlosen geistergeschichte, note 2, p. 236), l'intégralité du texte se trouve dans Eckhart, Corpus historicum Medii Aevi, Leipzig, 1723, t. 2, Hermanni Corneri Chronicon, col. 1007-1018. Pour la première nuit manquent la question sur la vision béatifique, le dialogue entre les époux, les questions 23, 24, 25, 26 et 30 et pour la seconde nuit les questions 3, 5, 6, 7 et le transfert d'indulgences.

42 Richard Rolle and his followers, p. 274 : « I have no doubt that the three poems mentionedall translationshave the same author as the "Mirror of life"William Nassyngton ». Bibliographie sommaire dans Middle English Litterature to 1400, p. 420.

43 G. Hasenohr, « Un manuscrit autographe de l'Instruction de la vie mortelle », Romania, 104 (1983), p. 257-260. Geneviève Hasenohr a eu l'amabilité de me communiquer la maîtrise de Murielle Bernasse, Le programme de vie religieuse des clercs et des fidèles d'après L'instruction de la vie mortelle de Baudoin de Rosières-aux-Salines († 1439), sous la direction d'A. Vauchez, Université de Paris X-Nanterre, 1989 ; qui comporte une étude et une édition de la cinquième partie.

44 Manuscrit Saint John's College T 14.

45 Traduction française de la Visio Tnugdali. Visio Tnugdali, éd. A. Wagner, Erlangen, 1882, et bibliographie : H. Spilling, Die Visio Tnugdali, Munich, 1975. Ce serait le texte de voyage dans l'au delà le plus lu au Moyen Age à en croire les 243 manuscrits qui nous restent (du χiie au xve siècle) et les 34 éditions publiées entre la fin du xve siècle et le début du xvie siècle.

46 T. Kren, R.S. Wieck, The visions of Tondal from the Library of Margaret of York, Malibu, California, The Paul Getty Museum, 1990.

47 C. Douais, Les Frères Prêcheurs en Gascogne, op. cit., p. 52 : la fête du Saint Sacrement fut instituée par Urbain IV en 1264 ; qui demanda à l'ordre des Frères Prêcheurs de composer un office pour cette fête, celui-ci aurait été composé par Thomas d'Aquin, le Chapitre Général de Lyon 1318 le rend obligatoire dans l'Ordre des Frères Prêcheurs : M. Rubin, Corpus Christi : The Eucharisty in late Medieval Culture, Cambride, Cambridge Universitv Press, 1991.

48 Th. Hohman, Heinrichs von Langenstein Unterscheidung der Geister. Lateinich (De discretione spirituum) und deutsch, Munich et Zürich, Artemis Verlag, 1977. Rev. P. Boland (OSB STL), The concept of Discretio spirituum in John's Gerson « De probatione spirituum » and « De Distinctione verarum visionum a falsis », Washington, The Catholic Univ of America Press, 1959.

49 Papiniano conjeci Perpiniano.

50 Predicacione conjeci conventu.

51 23 Avril 1324.

52 Dans la marge : Waltero Reginaldi.

Table des illustrations

Légende Plan d'Alès en 1393, d'après X. SnoeckAlès à travers l'histoire, t. I, revue Les Gens du Gard, no 21, 1984
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Miniature attribuée à Simon Marmion, extraite de la Vision de l'âme de Gui de Corvo, copiée par David Aubert en 1474, J. Paul Getty Museum (Malibu), Ms 31, Fol. 7.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 549k

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site