Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La circulation des nouvelles entre l'Allemagne et l'Orient

Ce que nous apprennent les récits de voyage allemands de la fin du XVe siècle

Jean Marc Pastré

Texte intégral

  • 1 F. Fabri, Evagatorium, éd. C.D. Hassler, Stuttgart, 1843-1849 (Bibliothek des Litterarischen Verei (...)
  • 2 Fratris Pauli Guglingensis Itinerarium in Terrain Sanctam et ad Sanctam Catharinam, éd. U. Sollwec (...)
  • 3 Dos Reisebuch der Familie Rieter, éd. R. Röhricht, H. Meisner, Stuttgart, 1884 (Bibliothek des Lit (...)

1Le 3 septembre 1483, Félix Fabri notait sur ses tablettes la présence autour de Gaza de plusieurs milliers de mamelouks que le sultan, disait-il, envoyait en Syrie pour réduire les Turcomans1 La transmission de la nouvelle par le biais d'un récit de pèlerinage nous intéresse à double titre. La nouvelle est d'abord vérifiable dans tout ouvrage d'histoire de l'Egypte. Elle est ensuite confirmée par l'écho qu'en donne le franciscain Paul Guglinger2, lequel accompagnait Fabri, de l'ordre des Frères Prêcheurs, dans leur commun pèlerinage en Terre Sainte en 1483. Pour mieux comprendre ce que ces récits nous apprennent de la circulation des nouvelles et des réseaux de communication entre l'Allemagne et l'Orient, nous avons préféré retenir les récits non seulement les plus complets, mais surtout ceux que venait corroborer le récit parallèle d'un compagnon du même voyage. Outre les récits de Guglinger et de Fabri, nous retiendrons ainsi les relations que firent en 1479 de leur commun voyage deux patriciens nurembergeois, Sebald Rieter junior et Hans Tucher3.

  • 4 Tucher, op. cit., p. 50.
  • 5 Evagatorim, op. cit., p. 491, trad. p. 862.
  • 6 Ibid., trad. p. 869.
  • 7 Rieter, op. cit., p. 106.

2Avant de voir dans quelle mesure les pèlerins nous reconstituent les relais de la transmission des informations, avant de voir en quoi ils sont acteurs ou témoins de la circulation des nouvelles, il faut d'abord nous poser la question de la crédibilité de ces récits. Leurs auteurs parlent-ils de leur propre autorité ? Citent-ils les sources de leurs informations ? Il ne le font en effet pas toujours. A Rhodes, par exemple, on montre aux pèlerins une croix faite du métal du bassin qui servit au lavement des pieds : en porter une réplique de cire protège, dit-on, contre les gros temps en mer.Tucher, avec ce man sagt4, renvoie-t-il à des récits antérieurs, ou bien au Guide du Pèlerin que son compagnon Rieter tenait de son père ou encore à leur guide ? Nul ne peut le dire. Autre exemple : l'huile des lampes du monastère de Sainte-Catherine a-t-elle des vertus curatives et bénéfiques ? D'après Fabri, on le dit, et on avait prévenu à Ulm le Frère Prêcheur qu'il fallait pour la recueillir emporter un petit flacon de verre, ce qu'il fit5. Rieter et Tucher n'en savent rien. On dit encore que le monastère abritait 80 moines6 : Fabri tenait-il ces informations des Frères du monastère ou de récits antérieurs qu'il sait ailleurs citer abondamment ? Nul ne le sait. On dit enfin que Sainte Catherine avait aussi séjourné au Caire7 : Item man sagt auch, das... De qui Rieter tient-il l'information ? Peut-être d'un guide, peut-être d'un récit antérieur.

  • 8 Rieter, op. cit., p. 46.
  • 9 Rieter, op. cit., p. 41 et 133.
  • 10 Rieter, op. cit., p. 56-58, 62, 72 et 74.
  • 11 Rieter, op. cit., p. 92-93. Fabri, op. cit., trad. p. 821.
  • 12 Rieter, op. cit., p. 96 : « als uns dy bruder des alles berichtt », cf. p. 102, 106-107.
  • 13 Fabri, op. cit., trad. p. 839.
  • 14 Tucher, op. cit., p. 119, note 10 : « So berichtet uns dess Soldans Mammelucken einer, der teglich (...)

3Or il se trouve que ces cas d'imprécision sont en fait très rares. Même si le lecteur a l'impression que les pèlerins affirment d'eux-mêmes ce qu'ils racontent, une lecture plus attentive des textes permet de voir que chaque grande étape d'un voyage a ses références. Pour le voyage en mer de Venise à Jaffa, Rieter signale – certes au détour d'une phrase, mais l'important, c'est qu'il le fasse – qu'il tient ses informations des Vénitiens de leur galiote, syder der Venediger bericht8. Pour la tempête en mer au large de Venise, ce sont les marins de l'équipage qui renseignent Rieter, source d'autant plus digne de foi à ses yeux que ce sont, précise-t-il, des marins expérimentés, es sagten auch ettlich schiffleut, dy vil auf dem mere gefaren...9. Pour les Lieux Saints, le même Rieter cite expressément à plusieurs reprise le livre de son père, dont il affirme reprendre fidèlement le contenu10. Dans la longue évocation de l’itinéraire qui les conduit de Gaza à Sainte-Catherine, Rieter et Tucher rappellent de même par deux fois qu'ils tiennent leurs informations de leur trucheman et de leur escorte bédouine, als uns der trützelman und dy Arrben berichten11. Chez Rieter, chez Tucher comme chez Fabri, toutes les informations concernant le Sinaï et Sainte-Catherine proviennent des Frères du monastère, qu'il s'agisse du verger, du miracle des serpents et des oiseaux, du buisson ou du rocher de Moïse12, Fabri poussant même la précision jusqu'à citer le nom de son informateur, le Frère Nicomède13. Au Caire, enfin, les pèlerins citent expressément pour source les mamelouks, source dont ils soulignent la qualité, car l'un de ceux qui vinrent voir Rieter et Tucher était un Valaque, mamelouk depuis trente ans et qui donc savait de quoi il parlait14. Des Européens renseignaient ainsi d'autres Européens sur l'Orient.

  • 15 Tucher, op. cit., p. 50, note 11 : « dass man denn sagt, es war da... ».
  • 16 Tucher, op. cit., p. 110, note 5 : « Die brüder sagen auch, dass diesselben stäcken oder ruhten se (...)
  • 17 Frabri, op. cit., trad. p. 858.
  • 18 Fabri, op. cit., trad. p. 809.

4Les pèlerins citent donc leurs sources. Ils n'en croient pas pour autant tout ce qu'on peut leur dire. Hormis le passé biblique auquel ils adhèrent avec la conviction de la foi, ils accueillent avec prudence les informations mythiques ou prodigieuses dont on les abreuve. A Rhodes, Tucher prend ainsi pour vérité révélée l'information selon laquelle Noë a d'abord touché terre, après le déluge, sur le mont Arthymithy, tandis qu'il accueille avec scepticisme l'idée que se serait aussi trouvé à Rhodes le bélier de la Toison d'or15. Tucher de même ne reprend pas à son compte l'affirmation des Frères selon laquelle le bois des buissons pareils à celui de Moïse calmerait les douleurs de la parturiente qui en aurait un morceau dans la main16. Fabri laisse de même au Frère Nicomède la responsabilité de son affirmation lorsqu'il raconte que l'eau coulait encore, il y a un certain temps, des fentes du rocher frappé par la baguette de Moïse17. Le même Fabri n'est pas non plus convaincu que le paradis terrestre commence au-delà du désert qui s'étend entre Gaza et le Sinaï. Les Païens racontent certes que personne n'en est jamais revenu, mais il ne les croit pas plus que les lettrés qui situent le Paradis dans la région18. Autant que Tucher, le frère Prêcheur sait donc faire preuve de bon sens, même s'il s'agit des choses de la religion chrétienne.

  • 19 Fabri, op. cit., trad. p. 855.
  • 20 Rieter, op. cit., trad. p. 102.
  • 21 Fabri, op. cit., trad. p. 854.
  • 22 Fabri, op. cit., trad. p. 862.
  • 23 Rieter, op. cit., p. 96.
  • 24 Fabri, op. cit., trad. p. 865.

5Mieux encore, les pèlerins savent pratiquer l'analyse et la critique de leurs sources. Pour Fabri, la manne qu'il recueille sur l'Oreb pour l'emporter à Ulm n'a pas les qualités surnaturelles de celle dont furent nourris les enfants d'Israël19, alors que Rieter, plus sensible aux arguments des Frères, la voit riche en vertus curatives20. Fabri avoue de même ne pas trop croire à la vertu qu'aurait de protéger des maladies le bois du buisson d'où Dieu parla à Moïse, mais il ne l’exclut pas21, tant il veut pour chaque chose peser le pour et le contre. Au vu de la couleur des ossements de sainte Catherine, il n'exclut pas non plus que de l'huile ait pu couler, comme il est écrit dans les livres anciens22 : après avoir observé et réfléchi, Fabri sait donc prendre position personnelle là où Rieter et Tucher reproduisaient simplement le récit des Frères23. Il en va de même pour le rocher qui, vu du jardin de Sainte-Catherine, ressemble à un veau ; les Bédouins prétendent que c'est le Veau d'Or, transporté là-haut pour la honte des Juifs. Les Frères sont en vain montés voir s'ils pourraient le retrouver. Mais le témoignage des sens et les affirmations des Bédouins n'impressionnent guère Fabri, qui persiste à penser que le veau sur la montagne n'est rien d'autre qu'un rocher24.

  • 25 Rieter, op. cit., p. 50 et 97.
  • 26 Rieter, op. cit., p. 117.
  • 27 Tucher, op. cit., p. 127, note 2 : « man sagt auch, dass er tauben habe... davon saget man gar eyg (...)
  • 28 Rieter, op. cit., p. 47 : « wir westen aber der zeit nit, wem das zugestanden hett. ».
  • 29 Guglinger, op. cit., p. 192 : « que autem sit causa illius litis, experire non potui ».

6Les pèlerins savent aussi pratiquer le recoupement des nouvelles. A Sainte-Catherine, les Frères leur apprennent que la main droite de la sainte est en Géorgie, hormis quelques fragments qui se trouvent à Rhodes. Or Rieter et Tucher ont pu le vérifier, car on le leur a effectivement déjà raconté à Rhodes25. Les pèlerins savent encore faire un tri dans l'information qu'on leur fournit. Même Rieter, peut-être plus crédule que d'autres, n'hésite pas à refuser parfois de croire ce qu'il entend. Malgré le crédit qu'il accorde aux dires des mamelouks, il fait un rapide calcul et conclut qu'il est impossible de croire que vivent au Caire 2.400.000 habitants26. Et pour être bien sûrs qu'on ne leur raconte pas quelque histoire, Rieter et Tucher obtiendront d'observer par eux-mêmes les troupes des mamelouks. On est enfin d'autant plus enclin à leur porter crédit qu'ils savent aussi reconnaître qu'ils ne savent pas tout. On a dit par exemple à Tucher qu'on envoie d'Alexandrie des pigeons au sultan du Caire afin qu'il sache ce qu'il s'y passe, mais Tucher ajoute qu'il n'a pas pu l'observer personnellement ; il transmet donc certes l'information, mais en précisant qu'il ne peut en garantir l'authenticité27. Pendant leur séjour au port de Madon, des pirates ont enlevé un petit navire, mais Rieter et Tucher concèdent de même ne pas savoir à qui il appartenait28. Guglinger n'hésite pas non plus à reconnaître qu'il n'est pas parvenu à savoir les causes du conflit qui oppose le Sultan à Kait-Bey : il a vu les mamelouks autour de Gaza, mais il n'en sait pas plus et le dit expressément29. Tous sont donc capables de reconnaître le cas échéant l'insuffisance de leur information, ce qui donne donc plus de poids aux nouvelles qu'ils transmettent sans réserve.

  • 30 Rieter, op. cit., p. 61.
  • 31 Rieter, op. cit., p. 88.

7La crédibilité de leurs récits étant établie, il nous faut voir ce qu'ils nous apprennent sur les relais de la circulation des nouvelles. Les itinéraires suivis par les pèlerins sont autant de réseaux de communication. Nous le verrons pour la route maritime qui les conduit de Venise à Jaffa. Mais Rieter et Tucher fournissent en outre de précieux renseignements sur la voie de terre depuis Nuremberg jusqu'à Jérusalem. Un Juif de Jérusalem leur a en effet donné le détail du trajet qu'emprunte selon lui la plupart des Juifs qui viennent d'Allemagne – document remarquable qui donne des haltes possibles pour ce long trajet et le degré de sécurité des routes. Par cette délégation d'expérience, Rieter et Tucher nous renseignent ainsi sur les relais d'une des voies de la circulation des hommes et des nouvelles de l'Allemagne jusqu'en Terre Sainte. Cette route conduit de Nuremberg en Pologne, par Poznan, Lublin, et Lemberg ; elle traverse la Valachie, par Suozawa et Akjerman, villes qui relevaient alors de Stéphane II Voda, puissant seigneur valaque, chrétien de surcroît, ce qui permettait de traverser le pays, encore qu'il fût recommandé de prendre une escorte. Il faut ensuite cinq à six jours pour arriver à Samsun, en Turquie, six à sept pour gagner Tokat, quinze encore pour parvenir à Alep. Il n'est pas besoin d'avoir d'escorte en Turquie, apprend-on, car les marchands vénitiens y font beaucoup de commerce, et l'on trouve, jusqu'à Alep, partout des marchands turcs pour compagnons de voyage : on peut ainsi chevaucher avec eux en toute sécurité. Le trajet présente en outre nombre de villages et de petites villes pour passer la nuit. D'Alep à Damas, il faut escorte et trucheman, car, selon Tucher, c'est là où l'insécurité est la plus grande30. L'expérience répétée de Juifs allemands est ainsi transmise en Terre Sainte à des Chrétiens allemands par un Juif de Jérusalem, bel exemple du va-et-vient de l'information, de ce que pouvaient être les relais du commerce et du pèlerinage ainsi que les relais potentiels de la circulation des nouvelles. Il ne restera plus à Rieter qu'à compléter l'information sur la sécurité des routes : il faut, conseille-t-il, de même de Jérusalem à Gaza trucheman et escorte, car, précise-t-il, le trajet est peu sûr31.

  • 32 Rieter, op. cit., p. 140.
  • 33 Rieter, op. cit., p. 95.
  • 34 Fabri, op. cit., trad. p. 839.

8A la diversité des routes s'ajoute en outre celle des hommes, ce qui permet une diffusion plus large, plus diversifiée des nouvelles. Rieter et Tucher signalent ainsi que leur galiote contenait soixante pèlerins originaires des nations les plus diverses, dont le duc Balthazar de Mecklembourg, un chevalier picard et une dizaine de ressortissants de Rhodes32. La connaissance des langues créent par ailleurs tout autant les conditions de la communication. A Sainte-Catherine, Rieter et Tucher sont accueillis par un Frère Basilien, Parisius de Seres, un Macédonien qui savait l'allemand33, tandis que Fabri y parlera italien avec le Frère Nicomède34.

  • 35 Rieter, op. cit., p. 37.
  • 36 Rieter, op. cit., p. 37.
  • 37 Rieter, op. cit., p. 111 et 122.

9Tout est donc en place pour la circulation des nouvelles : les lieux, les hommes et aussi la continuité des usages qui garantit la pérennité des réseaux. D'abord la continuité des hommes : Sebald Rieter junior recourt ainsi à Venise à l'armateur même que son père avait pris quinze ans plus tôt, Miser Augustin Conterini35. Pérennité enfin des relais : à Venise, c'est pour nos pèlerins le passage obligé par la « maison allemande »36 ; avant Le Caire, c'est aussi Matharia, où tous les pèlerins doivent loger avant que le trucheman ne les guide jusqu'au Caire ; et à Alexandrie, c'est le Fontigo des marchands vénitiens37.

  • 38 Rieter, op. cit., p. 11.
  • 39 Rieter, op. cit., p. 15.
  • 40 Rieter, op. cit., p. 122 et Tucher, op. cit., note 12.

10Mais hormis ces rares cas du partage d'une même langue, les pèlerins, à partir de Jaffa, n'apprennent plus pour nouvelle que ce qu'on veut bient leur dire ou leur traduire. Hors d'Europe, les conditions d'accueil, d'échange et de rencontre sont en effet radicalement différentes. Lorsqu'il partait en 1462 pour Saint-Jacques de Compostelle, le père de Sebald Rieter n'avait qu'à passer de cour en cour grâce à un réseau européen de relations aristocratiques. Ce réseau lui permettait de glaner à chaque étape une lettre de recommanda tion, fürderbrief, pour l'étape suivante, ce qu'il fit entre autre à Milan avec le duc François Sforza et à Genève avec la duchesse de Savoie, soeur de Louis XI38. Dans le voyage qu'il fit en 1464 en Terre Sainte, le même Rieter senior parvint même à étendre le réseau jusqu'à Rhodes, où Charlotte, princesse de Chypre, le reçut avec les chevaliers de Saint-Jean39. Rien de tel à partir de Jaffa. A la fürderbrief se substitue la geleitbrief la simple lettre d'accompagnement qui garantit le guide et l'escorte jusqu'à Jérusalem ou jusqu'au Sinaï ; au bon accueil se substitue donc une simple escorte, au pays des relations amicales se substitue une terre hostile : les conditions de la communication s'en trouvent singulièrement altérées. Rieter et Tucher ne retrouveront ainsi la qualité du réseau européen qu'une seule fois, à Alexandrie, où de bonnes lettres de recommandation obtenues à Venise leur permettent d'être dignement accueillis chez de riches marchands vénitiens40.

  • 41 Rieter, op. cit., p. 109. Fabri, op. cit., p. 824-825.
  • 42 Rieter, op. cit., p. 110-111.
  • 43 Rieter, op. cit., p. 89.

11Quasiment interrompu, le réseau de communication se réduit, dans le long voyage de Gaza au Sinaï, à la rencontre de quelques caravanes que les pèlerins ne font que croiser et dont ils n'apprennent le plus souvent que la destination – il s'agit en général de Thor, port de la Mer Rouge auquel les caravanes du Caire apportent de la farine en échange des épices destinées au Caire41. Le contact s'établit parfois, par exemple le 9 octobre, lorsque Rieter et Tucher campent avec une caravane de Turcs venus de Gaza en voyage pour la Mecque ; ou le 14 octobre, lorsqu'ils rencontrent une caravane de 25 chameaux partie trois jours plus tôt du Caire en direction de Gaza, mais qui, s'étant perdue dans le désert, avait repris la route du Caire et n'avait rien bu trois jours durant, si bien que les pèlerins doivent leur donner un peu de leur eau42. De même encore un riche Turc avec escorte et concubine les a attendus à Gaza afin de faire route commune jusqu'à Thor, pour traverser ensuite la Mer Rouge et se rendre en pèlerinage à la Mecque43 ; les pèlerins musulmans se mêlent ainsi aux pèlerins chrétiens dans une même caravane, circonstance propice à d'éventuels échanges de nouvelles.

  • 44 Rieter, op. cit., p. 51.
  • 45 Rieter, op. cit., p. 52-53.
  • 46 Rieter, op. cit., p. 105-106.
  • 47 Fabri, op. cit., trad. p. 852-853.
  • 48 Rieter, op. cit., p. 129.
  • 49 Rieter, op. cit., p. 122 ; Tucher, op. cit., note 12.

12L'itinéraire des pèlerins croise donc ou double celui des marchands, ce dernier étant orienté vers les ports, les noeuds marchands du réseau maritime, les lieux d'échange par excellence. A Chypre, Rieter et Tucher passent ainsi trois jours à Limissol, attendant que les marchands vénitiens de leur galiote aient vendu leur marchandise44. Devant Jaffa, les mêmes pèlerins voient le 27 juillet le grand Cali et les siens monter à bord de leur galiote pour acheter les soieries des mêmes Vénitiens45. Sur la Mer Rouge, le port de Thor fascine les Chrétiens. Cette plaque tournante du trafic des épices en provenance de l'Inde est un carrefour d'échange entre deux mondes en ce que le Sultan a donné l'établissement commercial du port aux Frères de Sainte-Catherine46 ; Thor est ainsi un trait d'union entre l'Inde et l'Europe du fait que les épices, transportées du Caire à Alexandrie, gagnent ensuite Venise par la mer, puis l’Allemagne par la voie de terre, ainsi que Fabri l'explique en détail47. C’est enfin Alexandrie où se rassemblent le 29 décembre 1479 les galiotes des pèlerins de Miser Nico de Pesero et de Miser Anthoni Koco ; le 3 janvier, les quatre galiotes vénitiennes les rejoignent ainsi que la galiote du fils de Miser Andrea Conterini. Ce dernier, après avoir conduit des pèlerins à Jérusalem, n'en avait pas trouvé pour le retour et avait donc loué la galiote à des marchands turcs, lesquels revenaient ainsi de Constantinople48. Allemands, Turcs et Vénitiens se retrouvent donc en un même lieu, tous réunis par le réseau vénitien du pèlerinage et du commerce. Et c'est encore chez des Vénitiens que Rieter et Tucher logent au Caire et à Alexandrie, au Caire chez un riche marchand, Miser Domenico Barbarigo, chez lequel ils resteront trois semaines, à Alexandrie au Fontigo, la maison des marchands de Venise, où Tucher rencontre même des connaissances49.

  • 50 Rieter, op. cit., p. 86.
  • 51 Rieter, op. cit., p. 88.
  • 52 Fabri, op. cit., trad. p. 38-39.
  • 53 Rieter, op. cit., p. 120.

13Le cadre potentiel de la circulation des nouvelles est un maillage d’autant plus serré que les trajets suivis par les pèlerins sont des plus divers. Le 2 août 1479, certains des compagnons de Rieter et de Tucher partent ainsi de Jérusalem pour Sainte-Catherine, tandis que les autres repartent pour Nuremberg50. Le grand Cali qui les accompagne de Jérusalem à Gaza s'en retournera ensuite à Jérusalem51. A Gaza, le 7 septembre 1483, les compagnons de Fabri tombent tous malades. Les uns veulent revenir à Jérusalem, d'autres rejoindre Beyrouth par la Palestine et la Syro-Phénicie et regagner l'Europe par la première galiote. D'autres encore veulent suivre le rivage jusqu'à Alexandrie et y attendre les galiotes. Quelques-uns entendent au contraire passer par Le Caire et du Caire, par la pointe de la Mer Rouge, monter par le pays de Madian au Mont Sinaï pour revenir, après l'avoir visité, en Egypte et à la mer52. Le 4 novembre 1479, deux des compagnons de Rieter et Tucher quittent de même Le Caire pour retourner à Jérusalem, tandis que sept autres décident de gagner Rosette par le Nil, emmenés par les Vénitiens Miser Domenico et Prio Lyon, d’où ils gagneront Alexandrie53. On voit quel réseau serré de la circulation des nouvelles pouvaient représenter les incessants va-et-vient des pèlerins.

  • 54 Rieter, op. cit., p. 13.

14Circulation possible, réseaux potentiels : il est en effet remarquable que les pèlerins ne parlent jamais dans leurs récits de leurs propres actes de parole. Les relais existent, les hommes sont bien présents, même cités parfois par leur nom, mais jamais les pèlerins ne disent transmettre d'eux-même à quiconque quelque nouvelle, ce qu'ils firent pourtant très vraisemblablement. Ce point leur paraissait peut-être secondaire, ou bien comme allant de soi, le but de leur voyage étant le pèlerinage. Pèlerins d'abord, ils ne se voient guère comme messagers, comme informateurs, du moins sur les lieux mêmes de leurs itinéraires. Là n'est pas leur fonction. Leur rôle consiste à observer pour témoigner, mais plus tard, en Europe, de ce qu'ils auront vu et entendu. En Orient, les pèlerins ne sont en effet jamais les acteurs de la transmisssion des nouvelles, et personne d'ailleurs ne les en a chargés. C'est peut-être en cela qu'ils se distinguent surtout des pèlerins dont le voyage ne dépasse pas l'Europe. Le père même de Sebald Rieter nous en donne un bon exemple dans son pèlerinage de 1462 à Saint-Jacques : lors du retour d'Espagne, la troupe rejoint Louis XI à trois lieues du Béarn, et le roi prie leur troupe de passer chez sa soeur, la duchesse de Savoie, pour qu'ils lui donnent des nouvelles de sa santé54. Le rôle du pèlerin n'est donc pas le même du fait que le réseau des relations humaines et sociales est tout autre.

  • 55 Rieter, op. cit., p. 48 : « new zeittung zu erfahren, also gab ine der patron ettlich briff, dy an (...)
  • 56 Rieter, op. cit., p. 48 : « fragten den patron, ob er ycht von dem schiff auch den raubem, wo dy w (...)
  • 57 Rieter, op. cit., p. 135.

15Le pèlerin est en fait un témoin, le témoin d’événements et de la transmission des nouvelles. Le 10 juillet 1749, le commandant en chef de la flotte vénitienne rejoint par exemple les pèlerins en mer avec huit petites galiotes et leur en dépêche une, chargée de prendre de leurs nouvelles. Le patron leur confie alors quelques lettres destinées au commandant, et Tucher ajoute encore que la même galiote leur apporte des nouvelles de Venise55. Les pèlerins sont donc bien témoins et spectateurs de l'échange en mer des nouvelles. Le lendemain, un gros navire approche. On croit que ce sont des pirates, on s'arme. Une barque vient opportunément faire savoir au patron que ce sont des Génois à la recherche d'un de leurs gros navires : une dépêche envoyée à Gênes leur avait en effet appris que ce navire avait été saisi par les pirates, et ils sont venus le secourir et poursuivre l'agresseur. Les Génois demandent donc au patron s'il sait quelque chose sur le navire, les pirates et leur position ; et ce dernier leur raconte ce qu'il a appris et vu à Modon les jours précédents56. De même lors du retour à Venise, Rieter et Tucher voient les Turcs aller et venir autour des îles grecques de Santa Maura. Une galère turque vient à eux et leur confie que le Grand Turc a rassemblé une grande armada pour aller en Apulie57. Les pèlerins sont donc témoins des mouvements en mer des Vénitiens, des Génois, des pirates et des Turcs, et de la transmission des nouvelles qu'établissent à ces sujet les Vénitiens et les Génois ou les Vénitiens et les Turcs.

  • 58 Rieter, op. cit., p. 44.
  • 59 Tucher, op. cit., p. 119, note 6.
  • 60 Rieter, op. cit., p. 126-127 ; Tucher, p. 127, note 2 : « Dieselben tauben hab ich gesehn in das m (...)

16A Raguse, les mêmes Rieter et Tucher voient arriver le 26 mai le plus haut représentant de la justice après le Grand Mufti, le Kadhi'l askar, qu'ils appellent Kusiacker. Ce dernier vient rejoindre Erasmus Luger, tous deux envoyés par l'empereur Frédéric III en ambassade auprès du Grand Turc et tous deux de retour de Constantinople58. Spectateurs du voyage des ambassadeurs, les pèlerins le sont tout autant d'une audience au Caire, au palais du Sultan. Ils voient ainsi de loin le Sultan, qui, à ce que note Tucher, lit justement une lettre59. Le palais est certes un centre d'échanges de nouvelles, mais ils n'y participent pas. C'est encore en bon observateur que Tucher peut affirmer enfin avoir vu voler les pigeons qu'on apporte, à Alexandrie, auprès de tout navire approchant de la rade, puis qu'on lâche afin qu'ils portent au plus vite à la capitainerie du port l'origine et le but du navire60.

  • 61 Rieter, op. cit., p. 148.

17Observateurs, spectateurs, témoins, les pèlerins n'apparaissent en fait comme acteurs de l'acheminement des nouvelles que par la relation écrite qu'ils en font après coup. Leur but en effet n'est pas la satisfaction personnelle du plaisir d'écrire ou de se remémorer de bons moments du passé. Ces récits se fixent pour but à la fois d’instruire de futurs pèlerins, de leur fournir des informations utiles et, de manière plus large, de témoigner auprès des autres de ce qu'ils ont pu voir. Il est donc significatif à cet égard que Rieter et Tucher terminent leur récit par d'ultimes conseils : les pèlerins, disent-ils, doivent négocier dans leur contrat d'embarquement une cabine près du mât pour moins souffrir de la grosse mer et le service des repas dans la cabine en cas de gros temps ou de maladie61.

  • 62 Rieter, op. cit., p. 41 et 133.
  • 63 Rieter, op. cit., p. 22.
  • 64 Rieter, op. cit., p. 59-61.
  • 65 Rieter, op. cit., p. 93 et Tucher, op. cit., p. 94, note 4.
  • 66 Guglinger, op. cit., p. 188. Voir notre article « De Gaza au Sinaï. Les récits de pèlerins alleman (...)
  • 67 Guglinger, p. 191.
  • 68 Rieter, op. cit., p. 191.

18D'une manière plus générale, ces récits auront transmis à l'Europe des nouvelles de qualité et fournis des renseignements souvent si précis qu'ils font référence en la matière. Il y a non seulement des informations météorologiques sur une tempête en mer au large de Venise le 12 juin 1479, si forte que jamais les marins aguerris de la galiote n'en virent de pareille en été, ce qui vaudrait aussi pour le gros temps qu'ils essuyèrent le 11 février 1480 au large d'Alexandrie : les marins n'avaient rien vu de pareil en trente ans62. Il y a aussi les informations suffisamment rares pour que ces récits puissent servir de documents d'archives, telle la mention chez Rieter senior de trois chapelles de Jérusalem, l'une des plus précieuses mentions, à ce qu'en disent les spécialistes, pour l'histoire de ces trois chapelles63. Soudoyant quelques Arabes, les pèlerins visitent en effet souvent des monuments que leurs prédécesseurs n'avaient pu voir depuis bien longtemps, à la plus grande fierté des pèlerins, conscients du caractère exceptionnel de ce qu'ils voient64. Rieter et Tucher ont de même raison de souligner que personne n'avait depuis vingt ans suivi entre Gaza et Sainte-Catherine le chemin le plus court, celui qu'ils empruntèrent, de loin le plus difficile, ce qui fit de leur voyage une aventure et presque un voyage de reconnaissance65. Il est vrai que le pèlerinage au Sinaï était en soi déjà l'un des plus rares de l'époque66. Guglinger quant à lui décrit comme aucun autre les unités de mamelouks et se révèle le seul à mentionner la couleur rouge du turban des Samaritains67. Rieter et surtout Tucher donnent de même une description précieuse parce que très neuve de la forteresse construite un an seulement auparavant par le Sultan Quaït-Bay à Alexandrie68.

  • 69 Fabri, op. cit., trad. p. 31. Guglinger, op. cit., p. 192.
  • 70 Rieter, op. cit., p. 46.
  • 71 Rieter, op. cit., p. 135.

19Les pèlerins sont enfin spectateurs de mouvements de troupes et témoignent par là d'événements qui font l'histoire des peuples. Encore qu'ils ne connaissent pas en détail les raisons du conflit dont ils voient les prémisses, Fabri et Guglinger observent ainsi le 3 septembre 1483 les mamelouks déployés autour de Gaza. Or les historiens rapportent que le Sultan Quaït-Bay livrera une bataille contre les Ottomans en février 1484, en réponse à l’avancée de leurs troupes jusqu'à Malatia en 1483. La troupe des mamelouks qui contourne Gaza se rend donc vers le Nord de la Syrie où elle se fera battre en février69. Dans leurs incessants va-et-vient, leur trajet d'aller et de retour, les pèlerins peuvent même voir combien les événements se précipitent et combien le cours de l'histoire peut être rapide. Au large des îles grecques de Santa Maura, Lymnaea et Kephallenia, les Vénitiens apprennent à Rieter et Tucher le 29 juin 1479 que le seigneur de ces îles a vu ses terres envahies par les Turcs, lesquels ne lui en laissèrent une partie que contre un fort tribut70. Lors du retour, sept mois plus tard, le 3 mars 1480, la situation n'est déjà plus la même : les Turcs ont chassé définitivement le seigneur de Santa Maura, qui est parti se réfugier en Apulie avec sa famille ; et les pèlerins voient en effet les galères turques aller et venir d'une île à l'autre, mobilisées pour la culture des vignes71.

20Les récits de pèlerinage se font ainsi, à retardement, avec la lenteur qui s'attache à leur rédaction et à leur diffusion, l'écho d'événements dont leurs auteurs avaient relever la trace. C'est donc bien par leurs écrits que ces derniers contribueront à la circulation de la nouvelle, eux qui, bien que placés sur les réseaux majeurs de la communication, n’auront été sinon que les spectateurs de sa transmission.

Notes

1 F. Fabri, Evagatorium, éd. C.D. Hassler, Stuttgart, 1843-1849 (Bibliothek des Litterarischen Vereins, 2, 3, 4) ; trad. française, J. Masson, Voyage en Egypte de Félix Fabri, 3 vol., Paris, Publication de l’Institut français d'Archéologie orientale, 1975, p. 31-33.

2 Fratris Pauli Guglingensis Itinerarium in Terrain Sanctam et ad Sanctam Catharinam, éd. U. Sollweck, Stuttgart, 1892 (Bibliothek des Litterarischen Vereins, 192).

3 Dos Reisebuch der Familie Rieter, éd. R. Röhricht, H. Meisner, Stuttgart, 1884 (Bibliothek des Litterarischen Vereins, 168). Texte de Tucher en notes.

4 Tucher, op. cit., p. 50.

5 Evagatorim, op. cit., p. 491, trad. p. 862.

6 Ibid., trad. p. 869.

7 Rieter, op. cit., p. 106.

8 Rieter, op. cit., p. 46.

9 Rieter, op. cit., p. 41 et 133.

10 Rieter, op. cit., p. 56-58, 62, 72 et 74.

11 Rieter, op. cit., p. 92-93. Fabri, op. cit., trad. p. 821.

12 Rieter, op. cit., p. 96 : « als uns dy bruder des alles berichtt », cf. p. 102, 106-107.

13 Fabri, op. cit., trad. p. 839.

14 Tucher, op. cit., p. 119, note 10 : « So berichtet uns dess Soldans Mammelucken einer, der teglich zu uns in die herberg kam, der denn ein Walch und ob 30 jaren ein Mammeluck gewesen war, das... ». Rieter, op. cit., p. 117 et 120.

15 Tucher, op. cit., p. 50, note 11 : « dass man denn sagt, es war da... ».

16 Tucher, op. cit., p. 110, note 5 : « Die brüder sagen auch, dass diesselben stäcken oder ruhten segen fast gut, so ein frauw gebären sol und derselben ruhten eine in die hand nem, so mög man nit uber 5 vaterunsser und Ave Maria sprechen, die fraw sey genesen ».

17 Frabri, op. cit., trad. p. 858.

18 Fabri, op. cit., trad. p. 809.

19 Fabri, op. cit., trad. p. 855.

20 Rieter, op. cit., trad. p. 102.

21 Fabri, op. cit., trad. p. 854.

22 Fabri, op. cit., trad. p. 862.

23 Rieter, op. cit., p. 96.

24 Fabri, op. cit., trad. p. 865.

25 Rieter, op. cit., p. 50 et 97.

26 Rieter, op. cit., p. 117.

27 Tucher, op. cit., p. 127, note 2 : « man sagt auch, dass er tauben habe... davon saget man gar eygentlichen, aber ich habe dasselbige nicht gesehen ».

28 Rieter, op. cit., p. 47 : « wir westen aber der zeit nit, wem das zugestanden hett. ».

29 Guglinger, op. cit., p. 192 : « que autem sit causa illius litis, experire non potui ».

30 Rieter, op. cit., p. 61.

31 Rieter, op. cit., p. 88.

32 Rieter, op. cit., p. 140.

33 Rieter, op. cit., p. 95.

34 Fabri, op. cit., trad. p. 839.

35 Rieter, op. cit., p. 37.

36 Rieter, op. cit., p. 37.

37 Rieter, op. cit., p. 111 et 122.

38 Rieter, op. cit., p. 11.

39 Rieter, op. cit., p. 15.

40 Rieter, op. cit., p. 122 et Tucher, op. cit., note 12.

41 Rieter, op. cit., p. 109. Fabri, op. cit., p. 824-825.

42 Rieter, op. cit., p. 110-111.

43 Rieter, op. cit., p. 89.

44 Rieter, op. cit., p. 51.

45 Rieter, op. cit., p. 52-53.

46 Rieter, op. cit., p. 105-106.

47 Fabri, op. cit., trad. p. 852-853.

48 Rieter, op. cit., p. 129.

49 Rieter, op. cit., p. 122 ; Tucher, op. cit., note 12.

50 Rieter, op. cit., p. 86.

51 Rieter, op. cit., p. 88.

52 Fabri, op. cit., trad. p. 38-39.

53 Rieter, op. cit., p. 120.

54 Rieter, op. cit., p. 13.

55 Rieter, op. cit., p. 48 : « new zeittung zu erfahren, also gab ine der patron ettlich briff, dy an den haubtman stünden ». Tucher, op. cit., note 3 : « von Venedig an uns ».

56 Rieter, op. cit., p. 48 : « fragten den patron, ob er ycht von dem schiff auch den raubem, wo dy wern, gehort hett, also gab in der patron des beschayd, auch wo dy Kattelonier newlich gewest weren ».

57 Rieter, op. cit., p. 135.

58 Rieter, op. cit., p. 44.

59 Tucher, op. cit., p. 119, note 6.

60 Rieter, op. cit., p. 126-127 ; Tucher, p. 127, note 2 : « Dieselben tauben hab ich gesehn in das meer führen ».

61 Rieter, op. cit., p. 148.

62 Rieter, op. cit., p. 41 et 133.

63 Rieter, op. cit., p. 22.

64 Rieter, op. cit., p. 59-61.

65 Rieter, op. cit., p. 93 et Tucher, op. cit., p. 94, note 4.

66 Guglinger, op. cit., p. 188. Voir notre article « De Gaza au Sinaï. Les récits de pèlerins allemands au xve siècle », dans Les récits de voyages, Paris, Nizet, 1986, p. 13-24.

67 Guglinger, p. 191.

68 Rieter, op. cit., p. 191.

69 Fabri, op. cit., trad. p. 31. Guglinger, op. cit., p. 192.

70 Rieter, op. cit., p. 46.

71 Rieter, op. cit., p. 135.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540