Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

De la catalogne à la péninsule des Balkans

Circulation des nouvelles au rythme des affaires (XIVe-XVe siècles)

Nenad Fejic

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet l'excellent livre de C. Carrère, Barcelone centre économique à l'époque des diffic (...)

1Parmi les grandes villes, centres d'activités économiques, avec lesquelles Raguse et d'autres ports dalmates entretenaient des rapports suivis au cours du Moyen Age, celles de la côté méditerranéenne de l'Espagne, étaient certainement les plus éloignées. D'autre part, la Catalogne et la côte dalmate n'appartenaient pas à la même zone d'influence économique et politique, la première ayant pour centre Barcelone, et la seconde, la puissante, et à l'égard de Raguse toujours méfiante Venise. Malgré ces circonstances historiques généralement défavorables, les rapports catalano-ragusains, et en moindre mesure, les rapports entre d'autres villes dalmates et la côte méditerranéenne de l'Espagne, connurent un essor considérable pendant le xive et le xve siècles, et contribuèrent à la création d'un véritable réseau de communication, entre ces deux pôles d'échanges éloignés du monde méditerranéen1.

  • 2 R.B. Merriman, The rise of the Spanish Empire in the Old world and in the new, New York 1963.

2Peu après l'arrivée des premiers Catalans à Raguse, à la fin du xiiie siècle, la souveraineté de la Couronne d'Aragon s'étendit d'abord sur la Sicile, à la suite des Vêpres siciliennes en 1282, et ensuite à la Sardaigne en 1323. A la suite de la disparition d'une branche latérale de la maison aragonaise de Sicile, même le duché d'Athènes se trouva pendant deux ans (1377-1379) sous la domination directe de la Couronne catalano-aragonaise2. Finalement, après une longue lutte contre la dynastie angevine, les Aragonais s'emparèrent du Royaume de Naples en 1442.

3Pendant toute la période envisagée, les marchands et marins de divers Etats et villes, qui entraient dans l'orbite catalano-aragonaise, avec une nette prédominance de Catalans, fréquentaient Raguse et les ports dalmates. On y trouve ainsi, outre les marchands désignés comme Catalans, des Espagnols, des Aragonais des Navarrais, des habitants de Valence, de Barcelone, de Tortose, de Tarragone, de Majorque, de Perpignan, de Narbonne et d'autres villes.

  • 3 Archivo de la Corona de Aragon, Archivo municipal de Barcelona, Archivo Historico de Protocolos de (...)
  • 4 P. Vilar, La Catalogne dans l'Espagne moderne, I, Paris 1973, p. 434-437.

4L'avantage d'une étude du réseau évoqué, s'explique, par l'existence, aux deux pôles des échanges à Barcelone et à Raguse, de riches archives gouvernementales et privées. Il s'agit des Archives de la Couronne d'Aragon, de la Municipalité de Barcelone et des Archives notariales de la même ville, d'une part, et des Archives historiques à Raguse de l'autre3. Ces archives qui gardent des documents datant de la même époque, nous permettent souvent de suivre dans le détail, les mêmes affaires et les mêmes personnes au début et à la fin du parcours. Il est aussi intéressant de constater que les institutions officielles, aussi bien à Barcelone qu'à Raguse étaient, à quelques exceptions près, absentes de ces affaires, ou, si tel n'était pas le cas, qu'elles en étaient très superficiellement et souvent mal informées. La ville de Barcelone désignait pendant tout le xve siècle les consuls catalans à Raguse, et le registre du Conseil des cinq de Barcelone fait régulièrement état de ces nominations4. Ce furent des hommes d'affaires dont on retrouve les traces dans les livres notariaux ragusains, et ils se signalaient souvent par l'importance et la diversité de leurs initiatives.

  • 5 N. Fejic, « Dubrovcanin Bcnko Kotruljevic pred sudom kraljice Marije Aragonske u Barceloni » [« Le (...)

5Cependant, il n'y a dans ces mêmes livres notariaux ragusains, aucune trace de leurs fonctions diplomatiques ou juridiques. On ne peut que conclure, qu'à un niveau officiel les deux villes ne manifestaient qu'un intérêt mutuel très limité. Lorsque le célèbre homme d'affaires et théoricien du commerce ragusain du xve siècle Benedetto Cotrugli, auteur du fameux traité sur le commerce et le parfait marchand, fut accusé devant le tribunal de Valence en 1446 de ne pas avoir acquitté la taxe italienne aux autorités portuaires de cette ville, il se mit à mal pour prouver, sans succès d'ailleurs, qu'il était bien ragusain : naturalem civitatis Ragusie, quam a notorio constat esse in provincia Sclavonie, quant provinciam Sclavonie provinciam esse de per se distinctam et separatam et longe ab Italia distantem5. Si elles l'avaient demandé à un marchand catalan qui fréquentait la Méditerranée orientale, les autorités portuaires de Valence auraient probablement reçu une réponse plus ponctuelle, non seulement concernant le caractère distinct de la ville de Raguse par rapport aux pays italiens, mais aussi sur les diverses étapes qu'il fallait franchir pour y parvenir, sur les épreuves en haute mer, ainsi que sur les dangers et les avantages d'une telle entreprise. Le réseau des communications établi entre la côte catalane et la côte dalmate véhiculait les hommes et les marchandises mais aussi bien des nouvelles et des rumeurs, essentielles pour la bonne marche des affaires. Non seulement les marchands prenaient souvent leurs décisions en fonction des nouvelles et des rumeurs, mais ils ne se privaient pas du plaisir de le mentionner dans les actes publics.

  • 6 N. Fejic, « Notes sur la traite des esclaves de Bosnie à Barcelone au Moyen Age », Estudis histori (...)
  • 7 C. Verlinden, L'Esclavage dans l'Europe médiévale, t. 2, Gand, 1973, p. 408-409
  • 8 Archivo de la Corona de Aragon, Registri Cancellariae 33239, 82v.

6Les exemples les plus précoces concernent la traite des esclaves, traite qui a fait la fortune de plus d'un marchand catalan à Raguse6. Ceux-ci profitaient de la proximité de la Bosnie, pays d'hérésie dualiste pendant tout le Moyen Age, et grand réservoir de main d'oeuvre servile. Les marchands faisaient rédiger des actes publics en bonne et due forme par les notaires locaux, avant d'embarquer leur marchandise humaine. Il s'avérait cependant assez souvent que ces patarini, de natione patarinorum de partibus Bossine, étaient de bons chrétiens, baptisés dans leur pays d'origine. Nous avons ainsi pu constater des cas d'achats d'esclaves de Bosnie à Raguse, en bonne et due forme par les marchands catalans, déclarés nuls et non avenus, dans le port de destination et cela a partir des nouvelles, des renseignements reçus postérieurement dans ce port7. Ainsi la chancellerie royale de Sicile, affranchit en 1416, vingt cinq esclaves venus de Bosnie, « ayant été informée qu'il s'agissait de vrais chrétiens, et de personnes libres ». La reine Marie d'Aragon affranchit en janvier 1423 deux femmes ragusaines exposées au marché d'esclaves de Barcelone, « ayant appris qu'il s'agissait de bonnes chrétiennes baptisées », ordonnant par la même occasion aux marchands de dédommager les femmes affranchies8. Des renseignements plus précis nous manquent mais on ne peut que se poser la question sur les origines et l'acheminement de certaines nouvelles, de certaines rumeurs, débouchant sur des mesures administratives bien précises. En l'occurrence, les nouvelles concernant les esclaves venant d'un pays lointain et peu connu se sont avérées plus déterminantes pour leur avenir, que toutes les preuves accumulées et enregistrées par le vendeur et par l'acheteur.

7Dans les cas évoqués, la nouvelle engendre une décision qui entrave a l'autre bout de trajet, les affaires du marchand catalan. Son incidence juridique s'avère plus importante que celle du contrat passé devant le notaire. Mais, les marchands catalans à Raguse n'ont pas seulement subi les conséquences des rumeurs, ils en ont aussi profité, a défaut d'avoir été à l'origine de leur diffusion.

  • 9 Archivo historico de protocolos de Barcelona, Libre de Seguros maritimos de Bartolome Masons (2 ju (...)
  • 10 Historijski arhiv Dubrovnika, Consilium Maius 4, 69.

8Ainsi dans l'autre volet de leurs activités économiques à Raguse, le commerce de la laine, souvent lié au crédit, les Catalans ont souvent eu recours à la lettre de change pour la vente et l'achat de cette matière première. Les Ragusains achetaient la laine qu'ils payaient aux partenaires de leurs fournisseurs catalans résidant à Venise. Mais les mêmes Ragusains se plaignaient souvent du refus des Catalans d'accepter la lettre de change comme moyen de paiement à Raguse, et de leur exigence, jugée par ces Ragusains comme injuste et intéressée, d'être payés sur place à Raguse en espèces sous prétexte des rumeurs sur la présence dans les eaux ragusaines de navires génois, qui les auraient empêchés d'appareiller et d'arriver a bon port à Venise. Il s'agissait là selon les Ragusains d'un abus pur et simple de la situation de fournisseurs privilégiés de laine dont bénéficiaient les Catalans dans cette ville, et dont ils entendaient profiter à la faveur de rumeurs fallacieuses. D'ailleurs la circulation des nouvelles, qu'elles fussent propices ou néfastes aux marchandes, profitait elle aussi du réseau de communications entre la Catalogne et la côte adriatique, qui demeura inchangé pendant plus de deux siècles, et dont les traces peuvent être reconstituées, aussi bien à Barcelone qu'à Raguse, aux deux bouts du trajet. L'exemple suivant est choisi au hasard, les cas analogues étant très fréquents. Les frères Berenger et Pierre Guibert, issus d'une riche famille de marchands barcelonais, assurent le 5 septembre 1429, auprès d'un assureur de la capitale catalane, plusieurs dizaines de sacs de laine. Le poids, la valeur estimée et assurée, le port de chargement de la marchandise avec le port de destination sont précisés, ainsi que le nom du patron du navire. L'acte est rédigé par un notaire barcelonais9. Si l'on se réfère aux registres du Conseil Majeur ragusain, on retrouve, décalé de quatre mois par rapport à la date évoquée à Barcelone, donc sous la date de cinq janvier 1430, le texte du sauf conduit, autorisant le patron du même navire catalan, avec la cargaison de laine appartenant au même marchand, d'entrer dans le port de Raguse10. Ce double témoignage, ragusain et barcelonais avec le décalage précis, et la concordance du contenu notarial, confirment l'existence durable du réseau et, ôtent tout caractère de contingence aux rapports mutuels, malgré les distances, les changements plus ou moins importants de conjoncture, au cours des siècles. Mais il s'agit là de cas, au dénouement heureux, ou les sources sont encore le moins prolixes. Si le dénouement n'était pas favorable, a l'une des parties en cause, et les cas sont nombreux, (tempêtes, naufrages, actes de piraterie, représailles d'un pouvoir public, catalan ou ragusain) les registres en font état et permettent parfois de reconstituer dans le menu le trajet entre la côte catalane et la côte adriatique, avec tous les accidents survenus en cours de route.

  • 11 Historijski arhiv Dubrovnika, Diversa Notariae, 36, 104-107.

9L'exemple suivant nous permet de connaître les tribulations du marchand catalan Jean Corregier, qui affréta au mois de juin 1461 un navire à Naples à un compatriote11. Le marchand affirmait plus tard, devant la cour ragusaine que le patron l'avait assuré dès le départ que son navire était en parfait était et prêt a appareiller. Mais, dès que l'on a procédé au chargement du navire à Tortose, le marchand s'est aperçu que le patron lui cachait la vérité. Le navire prenait l'eau ; pour réparer la coque, il fallut faire escale à Messine, donc prolonger le voyage, ce qui contrariât déjà le marchand qui devait respecter les délais fixés. Une fois déchargée à Messine, la laine déjà mouillée, fut abandonnée au découvert ou elle subit d'autres dégradations. Finalement la laine fut livrée à Raguse avec un retard considérable et en mauvais état, ce qui entraînait une perte considérable pour le marchand qui voulait se dédommager en traduisant le patron devant la cour ragusaine. Le témoignage du patron aussi consciencieusement relevé par le notaire ragusain différait totalement de la version du marchand : le navire était en parfait état lorsqu'il appareilla de Tortose, en traversant le golfe de Lion il essuya une tempête, qui pourtant n'endommagea point la cargaison. Mais, le marchand fut pris d'une telle panique, qu'il exigea impérativement du patron de décharger le fret à Messine. Il ne voulait rien entendre des conseils raisonnables du patron, qui demandait que l'on continuat le voyage, et par conséquent toutes les pertes et les dégradations ultérieures sont dues au mauvais jugement du marchand. Confrontées à ces témoignages contradictoires, les autorités ragusaines cherchaient désespérément quelque trace de document écrit qui pourrait étayer l'accusation ou la défense. Parfois elles réussissaient, mais les procès intentés devant les tribunaux locaux duraient des mois parfois des années, et demandaient toujours de nouveaux témoins et une correspondance suivie avec les autorités catalanes.

  • 12 Historijski arhiv Dubrovnika, Consilium Rogatorum, 16. 186.

10Parfois la rumeur véhiculait quelque renseignement, dont le pouvoir public s'estimait en droit de profiter pour défendre les intérêts de la ville. Ainsi, en octobre 1460, la rumeur courut dans le port de Raguse, que le lieutenant royal de la Catalogne, Galceran de Requesens, sous prétexte de protéger les ports catalans contre les attaques génoises, avait séquestré deux navires ragusains. Sans attendre que ces nouvelles soient confirmée officiellement, en se basant uniquement sur les rumeurs, les Ragusains séquestrèrent les biens d'un marchand catalan ; qui dut immédiatement se rendre à Barcelone pour intercéder auprès des autorités locales en faveur des Ragusains12.

  • 13 Historijski arhiv Dubrovnika, Consilium Minus, 4, 4v.

11Les confidences émanent parfois des pouvoirs publics et les marchands étrangers tentent d'en profiter leurs intérêts. Ainsi deux marchands catalans apprennent en décembre 1426, de bouche à oreille, que les autorités ragusaines s'apprêtent a séquestrer un navire catalan, ancré près de l'île de Lacroma qui se préparait à entrer dans le port. Ils se précipitent donc dans le port de Raguse et lui font signe de s'éloigner. Alertés, et probablement furieux, les conseillers condamnent les marchands à un mois de prison13.

12Il est intéressant d'observer comment ce réseau qui reliait la côte catalane à la côte dalmate, commence à se déchirer et à se désintégrer, après plus de deux siècles d'existence au début du xvie siècle, au fur et au mesure que les hommes d'affaires catalans et ragusains se replient sur des zone d'activités moins éloignées de leur pays et de leur ville. Les registres notariaux catalans ne font plus état de ventes des esclaves de Bosnie, et les assurances maritimes ainsi que les contrats d'affrètements ne sont plus confirmés par les octrois de sauf-conduits ragusains, avec le décalage de deux à quatre mois.

13Certes, on trouve encore des Catalans à Raguse et dans d'autres villes dalmates, et quelques Ragusains à Barcelone, mais ils mettent leur fortune et leur savoir faire au service des objectifs moins ambitieux, se limitant principalement au commerce local. Les litiges se font de plus en plus rares entre les marins et les commerçants de ces deux régions, et disparaissent en même temps les rumeurs et les nouvelles en provenance des pays lointains.

  • 14 M. Del Treppo, Els mercaders catalans i l'expansio de la Corona Catalano-Aragonesa al segle XV, Ba (...)

14La réputation des Catalans à Raguse, créée au cours des siècles de contacts intensifs, n’a pas changé lorsque les liens se sont relâchés. Il faut donc remonter au xve siècle, pour trouver dans une lettre d'un commerçant ragusain de la famille célèbre des Cotrugli, envoyée de Florence à son partenaire à Raguse, cette opinion désobligeante sur les Catalans. « Iddio sia laudato, che Catalani si sono gente molto senestra, siche a abuto molto afano per la via e specialmente di chorsari »14. Cette nouvelle de voyage résume mieux la crainte qu'inspiraient aux Ragusains leurs partenaires lointains, que les pages entières des chroniques urbaines des siècles suivants.

Notes

1 Voir à ce sujet l'excellent livre de C. Carrère, Barcelone centre économique à l'époque des difficultés 1380-1462, t. I-II, Paris, 1967.

2 R.B. Merriman, The rise of the Spanish Empire in the Old world and in the new, New York 1963.

3 Archivo de la Corona de Aragon, Archivo municipal de Barcelona, Archivo Historico de Protocolos de Barcelona, Historijski arhiv Dubrovnika.

4 P. Vilar, La Catalogne dans l'Espagne moderne, I, Paris 1973, p. 434-437.

5 N. Fejic, « Dubrovcanin Bcnko Kotruljevic pred sudom kraljice Marije Aragonske u Barceloni » [« Le Ragusain Benedetto de Cotrugli devant le tribunal de la reine Marie d'Aragon à Barcelone »], Istorijski casopis [Revue historique], 29-30 (1983), p. 77-84.

6 N. Fejic, « Notes sur la traite des esclaves de Bosnie à Barcelone au Moyen Age », Estudis historics i documents dels arxius de protocols (Barcelona), 10 (1982), p. 107-126

7 C. Verlinden, L'Esclavage dans l'Europe médiévale, t. 2, Gand, 1973, p. 408-409

8 Archivo de la Corona de Aragon, Registri Cancellariae 33239, 82v.

9 Archivo historico de protocolos de Barcelona, Libre de Seguros maritimos de Bartolome Masons (2 julio 1428-23 diciembre 1429).

10 Historijski arhiv Dubrovnika, Consilium Maius 4, 69.

11 Historijski arhiv Dubrovnika, Diversa Notariae, 36, 104-107.

12 Historijski arhiv Dubrovnika, Consilium Rogatorum, 16. 186.

13 Historijski arhiv Dubrovnika, Consilium Minus, 4, 4v.

14 M. Del Treppo, Els mercaders catalans i l'expansio de la Corona Catalano-Aragonesa al segle XV, Barcelona 1976.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site