Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Par Dieu écrivez plus souvent !

La lettre d'affaires à Venise à la fin du Moyen Âge

Bernard Doumerc

Texte intégral

  • 1 F. Melis, Aspetti della vita economica medievale, Sienne, 1962, p. 29 et Documenti per la storia ec (...)

1Ces quelques lignes extraites d'une lettre envoyée par Lorenzo Dolfin à son commis arrivé à Bruges quelques semaines auparavant résument les enjeux de la lettre d'affaires : surmonter l'angoisse de l'incertain, prévoir la tendance des marchés commerciaux et financiers et comprendre la mentalité des correspondants locaux. En cela rien d'original dans la volumineuse littérature marchande médiévale. Les correspondances des compagnies italiennes, toscanes, lombardes ou ligures présentent les mêmes caractéristiques, évoquent les mêmes préoccupations, identiques pour tous les marchands, qu'ils soient italiens ou non et nous retrouvons partout les mêmes analogies1.

  • 2 G. Luzzato, L'attivita commerciale di un patrizio veneziano del quattrocento, Studi di Storia Econo (...)
  • 3 Leon Battista Alberti, I libri della famiglia, éd. R. Romano et A. Tenenti, Turin, 1969, p. 251. Vo (...)
  • 4 A. Tenenti, « Les affaires et l'argent », dans C. Bec, J. Cloulas, B. Jestaz, A. Tenenti, L'Italie (...)

2Dans le cas de la correspondance présentée plus loin, il s'agit de lettres d'affaires échangées entre les succursales, sans spécialisation particulière de contenu, comme des lettres de change ou de vettura. Ce sont des lettres de compagnies rarement écrites par les maestri plus souvent par les partenaires et les commis où se mêlent en grand désordre les lettres originales et les multiples copies. Il n'y a pas de copialettere ordonné par lieu de provenance ou d'épisode chronologique. Elles sont toutes écrites en langue vulgaire, agrémentées des usages vénitiens par exemple le redoublement de consonne2. Le monde des affaires est structuré par cet outillage comptable et technique au sein duquel la lettre d'affaires tient une grande place ; écrire est une tâche essentielle. En effet tous ces marchands respectent avec soin les recommandations depuis longtemps formulées dans les manuels techniques : « Il faut écrire toutes choses, tous les contrats, toutes les entrées et les sorties de marchandises effectuées dans les boutiques... et aussi avoir toujours la plume à la main... C'est une chose très bonne pour le marchand d'avoir les mains tachées d'encre »3. De toute façon les entreprises commerciales de grande envergure, ayant une direction centrale située à Venise chargée de coordonner et d'optimiser les différentes opérations, ne peuvent se passer d'un réseau très serré de relations épistolaires mettant en contact les multiples partenaires. De plus à Venise, le marchand recourt de moins en moins au notaire dans les affaires et le nombre des écritures privées augmente sans cesse, attitude mettant en avant la confiance4. L'intense activité de ces marchands et surtout l'éventail des points d'appui en Orient, Constantinople et en mer Noire mais aussi à Alexandrie et Beyrouth ou au Ponant, Séville, Naples et Palerme par exemple, obligent Vielmo Querini, Sebastiano Badoer ou Marco Bembo comme tous leurs amis à avoir « les doigts tachés d'encre ». Il faut écrire pour envoyer les ordres et pour répondre aux demandes, encourager ou réprimander les commis. Les pages du copialettere de Vielmo Querini sont très éloquentes sur l'activité de sa compagnie mais constituent par ailleurs un véritable manuel de pratique commerciale, dans la tradition des libri di mercatura, destiné à son neveu, le jeune Giovanni Querini, débutant sa carrière à bord des navires de commerce.

3L'étude attentive de ces documents permet de formuler un ensemble de constatations. Toutes ces lettres d'origines diverses dénotent des uniformités, des régularités et des continuités dans l'activité du marchand médiéval soumis aux mêmes contraintes de l'époque : la maîtrise progressive et organisée du temps, de l'espace et du risque. La lettre d'affaires n'en doutons pas est pour le marchand vénitien le meilleur moyen d'affirmer la solidité et l'autonomie particulière du désir permanent de dominer ces contraintes et surtout de vaincre l'angoisse du lendemain : « Da doman non'e certezza », disent et répétent tous les marchands.

  • 5 A.S. Venise, Procuratori di San Marco, citra, b.280-283, Lorenzo Dolfin.
  • 6 A.S. Venise, Miscellanea Gregolin, b.9 et voir la présentation de ce matériel : B. Doumerc, « Les V (...)

4La confrontation des points de vue entre les membres de deux compagnies vénitiennes installées dans des lieux différents, d'envergure peu comparable et avec un décalage chronologique laisse entrevoir les mêmes réactions et les mêmes attitudes : la lettre d'affaires est sans aucun doute possible pour le vénitien à la base de la saine gestion d'une société commerciale. Le premier de ces fonds est celui regroupé dans deux buste de la magistrature des Procurateurs de Saint Marc, en l'occurence Lorenzo Dolfin qd Antonio de Santa Giustinia5. Le Procurateur est aussi le directeur d'une compagnie commerciale d'envergure qui est en relation permanente pendant les années 1420-1440 avec les filiales de Bruges et de Londres. Représentant une lignée prestigieuse, fortunée et influente à Venise, Lorenzo Dolfin s'associe avec des nobles, parents et amis, eux aussi issus des familles réputées, citons Marco Corner, Michele Morosini et Hieronimo Bragadin, illustres patriciens qui passent des plus hautes fonctions publiques aux tâches mercantiles comme c'est la règle à Venise. Participant avec panache au commerce maritime international en direction du Levant et surtout, d'après ces lettres, du Ponant, ils sont des acteurs assidus du système des convois de galères, la muda de Flandre reliant Venise, Londres et Bruges une fois par an. Les partenaires de Lorenzo Dolfin sont donc, souvent, les patrons de ces galères, les capitaines des convois et parfois des consuls élus et envoyés en poste dans les villes du Nord. De nombreuses citations dans les lettres d'affaires confirment la place essentielle de la fraterna vénitienne dans les sociétés commerciales et l'importance de la parentèle. Le consul arrivant à Londres en 1424 « est un ami et cela nous fait très plaisir » ailleurs les correspondants cherchent à savoir avec fébrilité, si « comme prévu, Jacomo Corner partira patron d'une galère des Flandres ». Pendant cette période, le négoce semble florissant à Londres même si la tension perturbe les relations économiques avec la Flandre plongée dans l'incertitude d'une intervention militaire de Philippe le Bon, contre Jacqueline fille de Guillaume VI de Hollande. Les troubles touchent toute la Flandre jusqu'au moment où le duc de Bourgogne réussit l'unification des Pays-Bas et signe le traité d'Arras avec le roi de France en 1435, concrétisant un changement d'alliance au détriment de l'Angleterre. L'autre fonds, rassemblé dans les Miscellanea Gregolin, regroupe les lettres d'affaires échangées entre les membres d'une compagnie vénitienne de taille modeste installée en Aragon dans les années 1460-14706. Le maistro Benedetto Zion résidant à Venise envoie ses trois fils sur place pour créer une société sous-traitante. La fraterna Zion composée d'Andrea, Daniele et Zulinetto achète la laine et le miel produits dans le Haut-Aragon et revend ces marchandises aux marchands vénitiens arrivant à Tortosa et à Valence à bord des galere da mercato de la muda d'Aigues-Mortes ou de Barbarie. En 1462 la guerre civile éclate entre les habitants de Barcelone et le roi Jean II d'Aragon. L'intervention militaire du roi de France provoque de graves perturbations dans les circuits d'échanges traditionnels. Les marchands vénitiens travaillant dans ces deux régions phares de l'économie européenne affrontent les difficultés et parviennent tant bien que mal à surmonter les revers de fortune grâce à une formation culturelle et technique adaptée qui reste le ciment de l'appartenance à un groupe caractérisé. Ces lettres d'affaires traduisent donc l'homogénéité des structures mentales gage de succés quand surgit une conjoncture nettement défavorable. Les marchands ont conscience d'être soutenus par un Etat fort qui met à leur disposition les moyens de réussite : une monnaie stable et recherchée, une flotte sûre et performante et un réseau efficace tissant les liens entre les consulats et la métropole. La solidarité du groupe est une réalité. La lettre d'affaires doit réduire les effets néfastes du temps qui passe : ce temps s'égrène sans profit et coûte cher quand il anéantit l'avantage d'une bonne utilisation des informations transmises avec trop de retard.

  • 7 E. Garin (sous la direction de), L'homme de la Renaissance, Paris, Seuil, 1990, p. 213-248 et S. Sa (...)
  • 8 A.S. Venise, Miscellanea Gregolin, b.9, le 8 septembre 1464 et 15 novembre 1468.

5Toutes les lettres d'affaires en disent long sur la plainte concordante de ces marchands aux prises avec la lenteur qui les opprime : celle du délai d'acheminement des nouvelles dû à la faible vitesse des transports7. « Par Dieu écrivez plus souvent ! » répètent sans cesse les maistri angoissés par l'absence de nouvelles, comme si la lenteur était compensée par le nombre de lettres. Les correspondants, commis et facteurs fachés par tant de sollicitude empressée justifient l'interruption du courrier car « entre lire les vôtres et écrire les nôtres, il faudrait passer tout notre temps, déjà que je travaille le dimanche à la boutique ! » écrit Andrea Zion à son père. Il lui promet ensuite d'envoyer des petits mots très brefs mais rassurants pour éviter la peur d'une brusque interruption de leur relation8.

  • 9 F.C. Lane, Andrea Barbarigo, merchant of Venice 1418-1449, Baltimore, 1944, p. 199 et F. Melis, I t (...)
  • 10 P. Sardella, Nouvelles et spéculations à Venise, Paris, 1948, p. 82 et F. Melis, « Intensita e rego (...)
  • 11 A. Tenenti, « Temps et ventura à la Renaissance, le cas de Venise » dans Mélanges en l'honneur de F (...)
  • 12 A.S. Venise, Miscellanea Gregolin, b.9, le 24 août 1469.
  • 13 A.S. Venise, Senato, Mar., reg. 9, fol. 18.

6Chercher à établir des moyennes de la durée des transmissions des nouvelles est un objectif fallacieux : en effet toute analyse de ce type se révèle de toute façon décevante tant les extrêmes sont éloignés. Les délais d'acheminement du courrier sont trop variables pour qu'il soit possible d'établir une base de données fiable. Le marchand vénitien mesure ce handicap : le copialettere de Vielmo Querini fait état d'une grande variation, de 25 à 70 jours, pour une relation maritime entre Venise et Constantinople. Entre Londres et Venise, 35 jours en moyenne mais avec des extrêmes à 51 jours comme de Valence à Venise, 44 jours en moyenne soit 20 jours au moins et 75 jours au plus9. La lenteur des relations maritimes est une évidence, le marchand veut dominer la distance mais n'a pas à sa disposition les moyens appropriés. L'étude détaillée des délais d'acheminement des nouvelles enregistrées dans les Diarii de Marino Sanudo portant sur près de 10.000 lettres laisse apparaître l'augmentation du coefficient d'irrégularité dès que la relation maritime entre en jeu10. Mais souvent le marchand vénitien ne peut contourner l'obstacle de la lenteur de la voie de mer pour faire parvenir sa correspondance à destination et il comprend à quel point les articulations du temps réel sont reliés au rythme de la navigation et dans le cas qui nous concerne ici au passage des galères marchandes11. Les délais d'acheminement sont très irréguliers et il faut essayer de trouver la liaison la plus rapide : une lettre partie de Valence est chargée sur un navire vers Pise puis par voie terrestre transportée à Venise. Une lettre partie de Venise le 31 octobre 1445 parvient à Londres le 18 décembre en revanche un pli expédié le 28 juillet arrive en Angleterre le 25 août. La durée du transport varie selon la saison, le parcours choisi et les contingences politiques. L'attente est d'autant plus pénible que les enjeux sont importants et le marchand doit vivre avec la crainte d'être isolé de sa famille ou de ses associés. La lettre doit parvenir à son destinataire par n'importe quel moyen : Antonio Malipiero écrit de Londres à Lorenzo Dolfin et lui précise que c'est une copie d'une lettre envoyée quelques jours plus tôt. Un autre marchand, Francesco Corner embarque sur un navire désarmé quittant Venise au début du mois d'avril et arrive à Bruges le 7 août. Sa première lettre, rédigée à son arrivée dans la précipitation, relate brièvement les péripéties du voyage, la tendance du marché puis il s'excuse longuement de n'avoir pas écrit pendant la traversée, comprenant la légitime inquiétude de son commanditaire resté sans nouvelles pendant plusieurs mois. Quand la lettre arrive enfin entre les mains de son destinataire, souvent avec retard, qu'elle utilité notre marchand peut-il retirer d'informations datant de plusieurs mois telles que le prix des épices ou le cours du change ? Dans « une antique lettre » du 13 novembre reçue à Venise le 4 mai de l'année suivante par exemple ! Compte tenu de l'extrême fluctuation des tendances du marché on comprend mal ce souci de l'urgence de l'information. Le marchand en réalité a besoin d'être rassuré. Il souhaite avant tout savoir après tant d'incertitude, de risque et de dépense si un associé ou un commis accuse réception de la marchandise, confirme un encaissement et prépare une expédition. L'information cependant reste un atout primordial dans la gestion des affaires. Elle est d'autant plus nécessaire et convoitée dans des micro-sociétés telles que celle du patriciat vénitien réduit au noyau constitutif du « parti de la mer » c'est-à-dire tous ceux qui veulent promouvoir le commerce maritime international. Le marchand efficace « doit savoir ». L'avantage est à celui qui est le plus proche des sphères du pouvoir : les Collèges du Sénat qui préparent le travail législatif, en particulier celui des Savii ai Ordeni, chargé d'organiser la rotation de la marine marchande gérée par l'Etat, les galere da mercato. Il faut savoir : la lettre d'affaires expose des ordres expédiés et reçus, des avis d'envoi et de réception de marchandises, puis de vente ou d'achat sur les places étrangères. Souvent elle est utilement complétée par des appréciations de la nature du marché (larghezza ou stretezza), des listes de prix et cours du change, toujours se glissent des encouragements à écrire plus souvent et plus longuement : « quand vous écrivez ici (à Venise) ne manquez pas de dire le prix des épices et de toutes les choses là bas (à Valence) et tout ce qui touche notre métier, et tous les bruits et toutes les nouvelles que vous apprendrez sur mer et ailleurs »12. Il est nécessaire de connaître l'équivalence des poids et mesures si difficiles à manier réel cauchemar du marchand13. L'importance de la nouvelle pousse le marchand à conserver la primauté de l'information et parfois à sauvegarder le secret afin de profiter d'un avantage, si le courrier parvient à temps au destinataire. La lettre est parfois chiffrée, elle est pliée en trois, scellée d'un petit cachet de cire aux armes de la maison. Dans ce cas elle est confiée à un courrier officiel ; on parle de la scarsella, épine dorsale des services de la poste apparus un peu partout dans les royaumes d'Occident. Très souvent le marchand établit une judicieuse complémentarité entre le courrier officiel du consulat et les porteurs privés comme il utilise simultanément des voies d'acheminement différentes. Qu'une seule lettre parmi les nombreuses copies arrive à destination, voilà l'essentiel ! Les documents importants, registres de comptes, lettres de change et copies de sauf-conduits délivrés par les autorités locales sont toujours confiés à des amis sûrs voyageant à bord des galères communales. Les jeunes nobles, arbalétriers sur les galères marchandes (nobeli da popa) trouvent là un moyen de compléter leur solde.

  • 14 A.S. Venise, Senato, Mar., reg. 7, fol. 3.
  • 15 A.S. Venise, Miscellanea Gregolin, b. 9, le 7 décembre 1469.
  • 16 Ibid, le 3 avril 1465.

7L'Etat prend soin de se tenir informé : tous les consuls en poste à l'étranger doivent transmettre des rapports sur la situation politique et les conditions du marché. Ces lettres lues au Sénat sont habituellement complétées en cours de séance par des mentions de lettres d'affaires privées reçues par les patriciens. Le service de la poste mis en place par la Seigneurie met en relation Bruges et Venise par exemple avec régularité. Dès son arrivée, le capitaine du convoi de galères marchandes envoie un compte-rendu de son voyage et des événements sur place ; ce texte est joint aux lettres d'affaires adressées par les marchands à leurs correspondants. La même procédure est utilisée juste avant le départ14. En règle générale les « cursores Flandriae », souvent des Albanais font le trajet en une quinzaine de jours. Le Sénat est très vigilant au maintien de ce service et à plusieurs reprises, capitaines et consuls sont rappelés à l'ordre pour avoir oublié les consignes. En 1461, une décision du Sénat évoque l'irrégulière réception du sac de courrier envoyé mensuellement par les consulats de Bruges et de Londres. Service payé par les marchands qui préfèrent visiblement utiliser leurs relations ou « uno chorriere proprio » pour transporter les lettres. L'Etat intervient donc, rappelant aux consuls « qu'arrive de temps en temps un seul sac et que depuis deux mois nous n'avons pas reçu de courrier ». Le service postal reliant Venise à Valence par la route est assuré par des courriers courageux et fidèles ; les marchands constatent que ce service « est plus cher mais plus rapide »15. Le risque est là car le porteur n'est jamais protégé par sa fonction officielle : « un des courriers du consul a été pris à Perpignan, venant d'Avignon on lui a volé toutes les lettres et il a été tué, c'est grande douleur pour nous tous »16.

  • 17 A.S. Venise, Miscellanea Gregolin, b.9, le 27 janvier 1469.
  • 18 Ibid, le 8 juin 1470.

8Alors il faut déjouer la malchance. Le service officiel du courrier organisé par la République et financé par le consultat vénitien de Valence est confié en priorité à « nos Bergamasques ». Les hommes intrépides et dévoués ne peuvent éviter les nombreux pièges tendus en cours de route. En cas d'incident, les problèmes de gestion des compagnies commerciales s'amplifient : quand les registres de la comptabilité expédiés de San Feliu n'arrivent pas à Tortosa, Andrea Zion embarrassé écrit aussitôt à son père « ne pouvant plus faire les comptes, nous ne pourrons vous envoyer les écritures avant longtemps, veuillez nous excuser »17. Le maistro fait contre mauvaise fortune bon coeur puisque « à plusieurs reprises toutes les lettres ont été perdu, dans ces conditions comment établir le vrai »18. Les routes devenues impraticables dans une grande partie de la Catalogne, les Vénitiens changent leurs habitudes et redoublent de précaution. Plus que jamais les commis écrivent et le nombre de lettres augmente. La même lettre est recopiée plusieurs fois et les messages sont transmis par voies différentes. Deux lettres identiques expédiées de Tortosa vers Valence sont acheminées une par la route, l'autre par la mer. Pendant quelques mois la guerre fait rage et Andrea Zion utilisant « la voie habituelle » Valence-Avignon par voie maritime puis Avignon-Venise par route terrestre jusqu'en 1469, change de tactique. Envoyant quatre copies de la même lettre il tente plusieurs possibilités : Valence-Pise-Venise ; Valence-Avignon-Venise ; Valence-Naples-Bologne-Venise, Valence-Palerme-Venise. Dans l'ensemble, quand il n'y a pas d'incident une trentaine de jours suffit pour être au courant. Ainsi il faut multiplier la probabilité de l'arrivée à destination : le 8 mai 1464 Andrea Zion déclare envoyer ce jour sept copies d'une lettre « par moite vie » prenant soin de combiner les itinéraires terrestres et maritimes. De son côté, Michele Morosini, à peine arrivé en Angleterre au mois d'octobre 1441, écrit à Lorenzo Dolfin resté à Venise ; il décrit l'état du marché, une estimation des cours du change et fait une brève relation de son voyage. Il confirme à son correspondant l'envoi de plusieurs lettres en cours de route, trois de Palerme, une de Majorque, deux de Lisbonne. Toutes ces missives furent confiées à des marchands en route vers Venise. La lettre sert aussi à réclamer et à réprimander. Les marchands vénitiens de Bruges manquant de gingembre en 1445 demandent à leur consul d'intervenir auprès de la Seigneurie afin que le capitaine de la muda d'Alexandrie charge cette épice en priorité. Parfois ces lettres expriment des reproches adressés par le maître à un facteur dont la technique commerciale est mise en doute. Lassé par les aléas de cette forme de communication, les marchands souhaitent de plus en plus souvent rencontrer leurs associés pour mettre au point un projet décisif pour l'avenir de la compagnie. C'est le cas de Marco Bembo qui n'hésite pas à rappeler Geronimo Tiepolo, son agent à Londres, pour prendre en commun les décisions.

  • 19 A.S. Venise, Procuratori di San Marco, citra, b. 271, le 17 novembre 1441.
  • 20 Ibid, le 4 février 1442.

9L'information traverse le monde et rien n'est plus précieux pour le marchand vénitien de passage à Londres, Barcelone, Constantinople ou Alexandrie de savoir que chaque patron de navire rencontré près du port aura un message pour lui ou une information utile pour sa compagnie. Quand le capitaine des galères de Flandre de la muda de 1440, Zorzi Loredan, écrit de Southampton à un associé resté à Venise et lui demande d'assurer des marchandises embarquées sur la galère de Trébizonde, il ne doute pas un instant de l'efficacité de sa démarche car il sait que le nécessaire sera effectué dès réception de sa lettre à Venise. Le bon fonctionnement de ce réseau d'information et son utilisation à bon escient permettent de cerner la concurrence à un moment où les zones de marché sont l'objet d'une farouche convoitise. De Tortosa, Daniele Zion programme un voyage vers le Levant dès qu'il a su que la muda d'Alexandrie de l'année 1470 est suspendue à cause de la guerre. Bien avant lui Vielmo Querini employait la même souplesse d'adaptation ; il s'empresse d'envoyer des sacs de guéde sur son navire à destination de Londres sachant que les galères n'ont chargé que quatre sacs de ce produit pourtant très demandé à ce moment là. Grâce à ce système, le réseau de correspondants fonctionne correctement mais l'inquiétude est toujours présente. Dans une lettre datée du 4 novembre 1441, Michele Morosini se plaint déjà « de n'avoir rien reçu de vous... je serais si heureux d'avoir une petite lettre »19. Tous les marchands affrontent avec angoisse l'incertitude « il me tarde de savoir » disent-ils souvent ; connaître le résultat d'une affaire parmi tant d'autres menées aux portes de l'Asie ou dans les brumes du Nord. Le marchand installé à Bruges demande à ses associés habitant Venise s'ils ont réussi à conclure un contrat d'assurance pour la cargaison embarquée à bord d'une galère de la muda de Romanie en partance pour Trébizonde. Revenu à Londres, notre homme attend avec impatience une lettre annonçant l'arrivée dans la lagune des galères du Levant. Il espère avoir une estimation précise des cargaisons pour prévoir l'expédition vers l'Angleterre des balles d'épices. D'autre part il se félicite d'avoir reçu à sa boutique un petit paquet de lettres écrites par son cousin Paolo Morosini le 10 septembre à Negrepont et reçues en Angleterre le 28 janvier suivant, cinq mois plus tard !20. La compagnie Dolfin-Morosini confie l'essentiel du courrier aux parents et aux amis nombreux à pratiquer le commerce et utilisant les lignes de navigation. Quand les galères croisent en Sicile, les lettres et les registres sont transférées à bord d'autres navires. La taille de la compagnie est un atout indiscutable favorisant les contacts sûrs. Toujours la sûreté l'emporte sur la vitesse : le marchand est si heureux d'apprendre que le paquet de lettres ou celui des registres partis de Londres ou de Valence arrive à destination à Venise ou ailleurs après tant de difficultés, fût-ce des mois plus tard ! Les acteurs du négoce savent que la lutte contre la distance est inégale, ils se résignent à la lenteur à condition que la sécurité d'acheminement soit sauvegardée. Un long détour vaut toujours mieux que la destruction des documents. Quand l'inconscience ou la veulerie des hommes interrompt ce laborieux processus, l'avenir de la compagnie est menacé. La fraterna Zion est confrontée quotidiennement à ce problème pendant les années de guerre. Le maistro Benedetto envoie deux de ses fils, Daniel et Andrea vite rejoint par le cadet Zulinetto après 1462. Tous les trois prospectent un très vaste territoire compris entre Barcelone, Saragosse et Valence à partir de la boutique de Tortosa ; sans cesse sur les routes pendant de longues semaines où le silence prolongé fait craindre le pire, ils écrivent le plus souvent possible. De plus ils demandent aux correspondants catalans travaillant pour eux dans les petites localités, Palamos, San Feliu, Seo de Urgel de maintenir un contact permanent.

  • 21 A.S. Venise, Miscellanea Gregolin, b. 9, le 4 décembre 1464.
  • 22 Ibid., le 8 janvier 1468.
  • 23 B. Borghesi, Il Méditerraneo tra due revoluzione nautiche (xiv-xvii), Florence, 1976, p. 78.
  • 24 E. Maschke, « La mentalité des marchands européens au Moyen Age », Revue d'Histoire économique et s (...)

10Tortosa devient vite, dès le début de la guerre civile la base de repli choisie par les frères Zion. Ils délaissent Barcelone puisque « c'est là bas, loin des combats que tous les marchands de Saragosse viennent vendre et tous ceux de Valence acheter »21. Les livres de comptes désormais sont regroupés dans la boutique de Tortosa. La guerre civile provoque une transformation considérable des circuits traditionnels et les lettres d'affaires témoignent de l'inquiétude des frères Zion durement pénalisés par ce conflit. L'isolement et le découragement deviennent de jour en jour insupportables : seules quelques lettres maintiennent un lien fragile avec le maistro. Souvent les courriers ne passent plus et les lettres interceptées « sont détruites par des gens de peu de bien, crime que Dieu ne pardonnera pas »22 Andrea Zion ne peut cacher son inquiétude et nous retrouvons toujours dans la trame fragile de ces relations épistolaires comme une lassitude. Quelques temps plus tard, il écrit à son frère parti en voyage à Saragosse : « nous avons vu ici qu'il manquait beaucoup de lettres à cause de la guerre et il est impossible d'envoyer les comptes à notre père ». Par bonheur les marchands se déplacent souvent et n'hésitent pas, malgré la guerre à « facere il viazo ». Ce sont des messagers irremplaçables. Rappelons pour mémoire le périple de l'agent des Welster qui parcourt pendant les premières années du xvie siècle près de 8.000 kilomètres en trois ans23. Le contact, le bouche à oreille s'intensifient à une époque où la nouvelle organisation des affaires demande des séjours à l'étranger de plus en plus longs24. De Londres où est située la filiale, Lorenzo Dolfin organise les affaires à Southampton, port d'escale des galères, puis à l'Ecluse et Bruges. Souvent il embarque à bord des navires pour surveiller le conditionnement des marchandises et la répartition dans les cales. Il fait alors le compte-rendu minutieux de ces traversées et tout permet de croire que les lettres conservées aujourd'hui ne sont que le reliquat d'une volumineuse correspondance. Qu'elles affichent une ambiance laborieuse de tous les instants, les lettres d'affaires des marchands vénitiens ne révèlent pas moins de façon diffuse le filtre étrange de la vie personnelle. Celui qui fréquente cette littérature peut se laisser griser par une telle accumulation de détails révélateurs d'une intense activité gage du succès mais pour en revenir à ces lettres d'affaires il faut constater une réalité : le marchand vénitien à la fin du Moyen Age fait confiance aux structures économiques efficaces mises en place à la fois par l'Etat et par l'aristocratie des lignages patriciens. Cet ensemble collectif rassure les entrepreneurs parfois submergés par les difficultés conjoncturelles. Néanmoins il faut opposer à cette sérénité professionnelle relative permettant la maîtrise du temps, de l'espace et du risque une réelle inquiétude liée à la fragilité des destins personnels. C'est sans aucun doute à cause de cela que les lettres d'affaires des marchands vénitiens sont révélatrices de la mentalité d'un groupe social tout autant que des réalités économiques du temps.

  • 25 A.S. Venise, Giudicii di Petizion, sentenze, reg. 170, fol. 30.
  • 26 Ibid., reg. 172, fol. 40.
  • 27 Ibid., reg. 171, fol. 24, 148, 174.

11La mésentente s'installe dans les compagnies commerciales d'une façon sournoise au début des années 1460 puis les conflits éclatent ouvertement. Il suffit de constater l'accroissement des affaires traitées par les Giudici di Petizion, tribunal chargé de régler les litiges commerciaux, pour constater l'ampleur du phénomène. Par exemple, Delphino Dolfin et Giovanni Zeno se plaignent amèrement des activités de leur facteur de Beyrouth : en vérifiant les livres de comptes ils constatent des erreurs évidentes visant à dissimuler les transactions frauduleuses. Les maistri portent plainte le 11 septembre 147925. L'année suivante le tribunal doit faire la lumière sur une affaire opposant Jacopo Manolesso et Marco Tiepolo à propos d'un envoi de tissu à Alexandrie qui n'a pas été réalisé selon les termes du contrat. Le 22 novembre 1479 Stefano Contarini revenu à Venise exige que les comptes de la filiale d'Alexandrie soient examinés par les juges car il a découvert de nombreuses irrégularités26. Toutes ces procédures deviennent la règle quand il y a une succession à départager entre plusieurs héritiers et les facteurs acceptent assez mal ce manque de confiance dont les maistri font preuve à cette occasion : quand les héritiers de Jacobo Fasuol, ses fils Giovanni et Francesco, font appel au tribunal, les juges réalisant de multiples vérifications de la comptabilité, font apparaître des curieuses coutumes. Cela se reproduit quelques mois plus tard : à la demande d'Antonio Morosini, les comptes de la filiale de Hieronimo Bernardo sont passés au peigne fin et les résultats sont édifiants27. Parfois certains procès ont un grand retentissement : en 1482, Domenico Pisano, régisseur de Catarina Erizza la duchesse de l'Archipel, réclame 2065 ducats à Francesco Venier accusé d'avoir détourné des fonds.

  • 28 Ibid., reg. 177, fol. 93 v°, « che nui i libri e scripture che erano le arme nostre foseno brusato (...)

12Comme toujours dans ces cas là, les documents administratifs et financiers ainsi que les livres de comptes des compagnies sont des éléments très précieux. Il est donc nécessaire de protéger les archives contre les voleurs mal intentionnés : en cas de disparition de ces arguments et preuves, le marchand ne peut rien faire pour prouver sa bonne foi et se trouve désarmé28. Tout cela explique les multiples copies des documents, et le soin mis à la conservation de la littérature marchande.

13La lettre d'affaires est donc un élément fondamental dans la vie d'une société commerciale à Venise à la fin du Moyen Age. Les nombreux témoignages nous éclairent non seulement sur la nature des opérations techniques mais aussi sur la condition de vie des marchands vivant loin de leur cité d'origine soumis aux espérances et aux doutes liés à l'exercice de leur métier.

Notes

1 F. Melis, Aspetti della vita economica medievale, Sienne, 1962, p. 29 et Documenti per la storia economica dei secoli xiii-xvi, Florence, 1972, p. 14. Voir aussi P. Gonnelli, Momenti e aspetti dell'economia veneziana rivissuti attraverso la corrispondenza Venezia-Firenze dell'oziendafiorentina di Bindo Piaciti (1394-1407), Florence, 1971.

2 G. Luzzato, L'attivita commerciale di un patrizio veneziano del quattrocento, Studi di Storia Economica Veneziana, Padoue, 1954, p. 167-193.

3 Leon Battista Alberti, I libri della famiglia, éd. R. Romano et A. Tenenti, Turin, 1969, p. 251. Voir aussi J. Favier, De l'or et des épices, naissance de l'homme d'affaire au Moyen Age, Paris, Fayard, 1987, p. 83.

4 A. Tenenti, « Les affaires et l'argent », dans C. Bec, J. Cloulas, B. Jestaz, A. Tenenti, L'Italie de la Renaissance un monde en mutation 1378-1494, Paris, Fayard, 1990, p. 299-322.

5 A.S. Venise, Procuratori di San Marco, citra, b.280-283, Lorenzo Dolfin.

6 A.S. Venise, Miscellanea Gregolin, b.9 et voir la présentation de ce matériel : B. Doumerc, « Les Vénitiens en Catalogne pendant la guerre civile (1464-1470) », Acta Mediaevalia, 5-6 (1984-1985), p. 243-254.

7 E. Garin (sous la direction de), L'homme de la Renaissance, Paris, Seuil, 1990, p. 213-248 et S. Sassi, Lettere di commercio di A. Barbarigo mercante veneziano del'400, Naples, 1951, p. 12.

8 A.S. Venise, Miscellanea Gregolin, b.9, le 8 septembre 1464 et 15 novembre 1468.

9 F.C. Lane, Andrea Barbarigo, merchant of Venice 1418-1449, Baltimore, 1944, p. 199 et F. Melis, I trasporti e le comunicazioni nel Medioevo, Florence, Istituto Internazionale F. Datini, 1984.

10 P. Sardella, Nouvelles et spéculations à Venise, Paris, 1948, p. 82 et F. Melis, « Intensita e regolarita nella diffusione dell'informazione economica generale nel Mediterraneo e in Occidente alla fine del Medioevo, dans Mélanges en l'honneur de Fernand Braudel, Toulouse, Privat, 1973, p. 389-424.

11 A. Tenenti, « Temps et ventura à la Renaissance, le cas de Venise » dans Mélanges en l'honneur de Fernand Braudel, Toulouse, 1973, p. 599-610.

12 A.S. Venise, Miscellanea Gregolin, b.9, le 24 août 1469.

13 A.S. Venise, Senato, Mar., reg. 9, fol. 18.

14 A.S. Venise, Senato, Mar., reg. 7, fol. 3.

15 A.S. Venise, Miscellanea Gregolin, b. 9, le 7 décembre 1469.

16 Ibid, le 3 avril 1465.

17 A.S. Venise, Miscellanea Gregolin, b.9, le 27 janvier 1469.

18 Ibid, le 8 juin 1470.

19 A.S. Venise, Procuratori di San Marco, citra, b. 271, le 17 novembre 1441.

20 Ibid, le 4 février 1442.

21 A.S. Venise, Miscellanea Gregolin, b. 9, le 4 décembre 1464.

22 Ibid., le 8 janvier 1468.

23 B. Borghesi, Il Méditerraneo tra due revoluzione nautiche (xiv-xvii), Florence, 1976, p. 78.

24 E. Maschke, « La mentalité des marchands européens au Moyen Age », Revue d'Histoire économique et sociale, 42 (1964), p. 457-483 et A. Sapori, Studi di Storia economica, 3 vol., Florence.

25 A.S. Venise, Giudicii di Petizion, sentenze, reg. 170, fol. 30.

26 Ibid., reg. 172, fol. 40.

27 Ibid., reg. 171, fol. 24, 148, 174.

28 Ibid., reg. 177, fol. 93 v°, « che nui i libri e scripture che erano le arme nostre foseno brusato per el fogo... trovandono nudi di praticha insieme de ogni dimandali chose algune ».

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540