Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L'allée du roi dans les pays de Languedoc 1272-1390

Françoise Autrand

Texte intégral

  • 1 Archives nationales, Xla 4785, f° 133, 5 mai 1401.

1Il ne faut pas confondre bayle et bailli. Un bailli est un bailli et un bayle tient « moindre office que un petit sergent de plat paiz ». A qui ces explications sont-elles données ? A messeigneurs de la Grand Chambre du Parlement. C'est, en effet, l'avocat d'Hervé de Neauville, général en Languedoc, poursuivi en appel par deux officiers du lieu, qui juge bon de donner à la Cour de telles informations. On peut s'étonner que la cour souveraine du royaume qui jouait le rôle de tribunal administratif suprême ait eu besoin qu'on lui donne la définition des offices du Domaine royal. Mais les choses se sont passées en Languedoc, très loin de Paris. Pourtant Guillaume Benoist et Gobert Allezi qui se disent « écuyers d'oneur et officiers du roi, et pour ce (sont) tenus de garder l'oneur du roy et profit de la chose publique » et qui ont été destitués de l'élection d'Agde, ont fait appel au Parlement, devant lequel l'affaire est plaidée le 5 mai 14011.

2Un tel incident évoque bien le problème crucial pour la monarchie française au xive siècle qu'est l'immensité du royaume, ainsi que les difficultés de communication entre la capitale et les « parties lointaines du royaume », ces « partes remotas » qui semblent bien, d'après ce cas, être aussi « terra incognito ».

3Pour franchir cet obstacle de la distance, il fallait que le roi prenne la route. Ainsi entre 1272 et 1496 il y eut quarante visites royales dans le Midi. Presque tous les rois y sont passés, sauf Louis X qui n'a régné que dix-huit mois et Charles V, retenu par les guerres. Encore Charles V avait-il accompagné son père en Languedoc en 1350-51, alors qu'il était dauphin. Ce fut pour lui la seule occasion de voir la « mer grecque » comme disaient alors les Anglais. Ces visites se répartissent inégalement entre les deux siècles : dix pour le xive siècle, au sens large, 1272-1390, une trentaine après, alors que les rois résident dans le centre de la France ou sur les bords de Loire. Des conditions bien différentes séparent ces voyages en deux groupes. C'est seulement le premier - le xive siècle - qui sera évoqué ici.

  • 2 Ordonnances des rois de France..., t. IV, p. 212-213, novembre 1361.

4Les « lointaines parties du royaume », les « lointaines marches », les « partes remotae », c'est le Languedoc. Il faut remarquer que la chancellerie royale appelle rarement l'ensemble formé par les trois sénéchaussées méridionales par le nom féodal de comté de Toulouse. Il faut pour cela des circonstances exceptionnelles : 1'acte solennel du roi Jean, en 1361, prescrivant, pour la violer aussitôt, l'inaliénabilité du Domaine royal, par exemple2. Désigner cet ensemble du Domaine royal par la langue qui y est parlée, « pays de langue d'oc », « partes » ou « patria linguae occitanae », c'est une manière de signaler leur éloignement et leur étrangeté.

  • 3 Devic et Vaissète, Histoire générale du Languedoc, nouv. éd. Toulouse 1874-1905 t. X, preuves, no  (...)

5Eloignement et étrangeté qui font que les officiers royaux s'y comportaient comme en pays conquis, ainsi qu'en témoignent les deux exemples suivants : venu en Languedoc en 1363, le roi Jean se voit dans l'obligation de révoquer la commission de réformation qu'il avait donnée à son « cher et bien amé Jean Royer ». Jean Royer était un clerc, secrétaire du roi Jean et membre de la clique royale qui avait suivi le roi à Londres. Il fut nommé évêque de Sées, en récompense de ses bons sinon loyaux services. Qu'on en juge : dans l'acte qui le révoque de sa commission de réformation, il lui est fait grief d'avoir « pris et fait tourmenter plusieurs de nos diz subgiés par question et jeyne et autrement »3.

6Jean Royer était un Normand comme Hervé de Neauville, cité pour commencer. Mais voici un autre personnage qui, lui, persécute ses compatriotes : Pierre Scatisse. Originaire d'une famille lucquoise établie à Nîmes, il avait été trésorier en Languedoc pour le roi et le duc d'Anjou et après s'être fait la main sur ses compatriotes, il s'en fut régir les finances royales, comme trésorier de France et maître des comptes. En 1384 vient en appel en Parlement un procès qui oppose Jean Bastier, bourgeois et marchand de Montpellier, à Antoine Scatisse, domicellum, fils de feu Pierre Scatisse. Jean Bastier accuse P. Scatisse d'abus de pouvoir dans l'exercice de ses fonctions. Son avocat trace le portrait du trésorier de Languedoc :

  • 4 Arch. nat., X la 31, f° 287 ν', 14 mai 1384 : dictus actor dicebat quod defunctus Petrus dictas Sc (...)

« Il était homme de grande autorité, riche et puissant, mais aussi austère et arrogant à ce point qu'il avait coutume de contraindre à lui obéir presque tous nos sujets et nos autres officiers du pays de langue d'oc, par sa puissance et par la pression des offices à lui par nous conférés, les uns par menaces, les autres par emprisonnement, certains par des blasphèmes ou des injures, les autres par la privation de leurs biens propres »4.

7Mais encore une fois, si nous connaissons les abus des officiers royaux, c'est parce que les victimes de l'oppression ont trouvé un recours dans l'appel direct au roi.

8Tous cela fait le contexte, mais aussi la signification des visites royales en Languedoc.

  • 5 Philippe III le Hardi (1270-1285) a fait quatre voyages dans le Midi, de janvier à août 1272, de s (...)
  • 6 Malgré leurs lacunes, on se contenterait des comptes de l'Hôtel royal, mais, pour les périodes où (...)

9Entre 1272 et 1390 il y eut une dizaine de voyages royaux dans le Midi5. Si l'on veut considérer leurs aspects pratiques, les lacunes de la documentation, et surtout des sources parisiennes, se font cruellement sentir et l'on doit se contenter d'énumérer les problèmes, en espérant que des recherches dans les archives locales viendront leur apporter des réponses6.

Les routes

10Une des rares choses que l'on connaisse assez précisément est l'itinéraire des voyages royaux. On devine des circuits habituels, des étapes connues. Ainsi lors des grandes tournées dans le royaume, la caravane royale descend par l'ouest et remonte par l'est. Le plus remarquable et le plus facile à expliquer est le glissement des itinéraires vers l'est, loin de la Guyenne anglaise et des guerres, loin des abords montagneux infestés de brigands et près d'Avignon, de l'axe Saône-Rhône animé par la présence de la cour pontificale.

La suite du roi

11Jusqu'au milieu du xive siècle, le roi voyage en famille. En 1285 Philippe III emmène en Languedoc la reine et son fils, le futur Philippe le Bel. En 1303-1304, c'est tout le sang royal qui va à Toulouse, le roi, la reine et leurs trois fils. Grand déplacement encore en 1335-1336 puisque Philippe VI voyage non seulement avec la reine Jeanne de Bourgogne mais aussi avec le duc de Bourgogne, frère de la reine, avec Jean, son fils, les rois de Bohême et de Navarre. Mais en 1362-63 le roi Jean n'a que la compagnie de son benjamin Philippe, futur duc de Bourgogne. Il est vrai que ses deux autres fils cadets sont otages en Angleterre. Le dauphin, lui, est resté à Paris. En 1389-90, Charles VI n'emmène que son frère Louis.

12Si le roi, désormais, laisse une partie de sa famille à Paris, est-ce à dire qu'il y laisse aussi une partie de son gouvernement ? Où est le pouvoir quand le roi voyage ? Et qui l'accompagne, l'Hôtel ou le Conseil ?

  • 7 J. Favier, Philippe le Bel, Paris, 1978, p. 335-342.
  • 8 R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève-Paris, (...)

13En 1303-1304 quand Philippe le Bel est à Toulouse, tout son Conseil est avec lui7. Mais quand le roi Jean séjourne à Villeneuve-lès-Avignon en 1362-63, une autre solution est adoptée. Pendant sa longue absence, le roi a laissé derrière lui le « conseil restant à Paris », tenu d'une main ferme par l'archevêque de Sens, Guillaume de Melun et son équipe. Le dauphin, quittant son duché de Normandie, est venu s'installer à Paris, sur ordre paternel, mais sans délégation de pouvoir ni lieutenance. Avec lui le roi Jean a emmené, outre le jeune Philippe, une partie du Conseil royal, ses très proches conseillers que sont son cousin Jean d'Artois, comte d'Eu, le comte de Tancarville, le comte de Dammartin, mais aussi son chancelier, des légistes et gens de finance, Pierre d'Orgemont et Nicolas Braque, ainsi que les maréchaux de France8.

  • 9 F. Autrand, Charles VI, Paris, 1986, p. 241-256.

14En 1389-90, la coupure est systématique. A Paris ne restent que les grands services administratifs, les grands corps qui fonctionnement seuls, sans « lieutenant du roi » ni « conseil estant à Paris », sans délégation de pouvoir laissée à la reine. Avec le roi voyagent les jeunes princes de sa famille, son frère Louis, les jeunes princes ses cousins germains, Pierre de Mortain, Henri de Bar ainsi que le duc de Bourbon. Le Conseil accompagne aussi le roi, avec un bon lot de « Marmousets » dont Olivier de Clisson et Bureau de La Rivière. Il y a enfin une délégation de l'administration royale pour la justice et les finances, un maître des comptes et ses clercs, des maîtres des requêtes de l'Hôtel. C'est le pouvoir qui se déplace vers le midi9.

  • 10 R. Brun, « Annales avignonaises de 1382 à 1410 extraites des archives de Datini », Mémoires de l'I (...)
  • 11 Douët d'Arcq, op. cit., p. 249.

15Tout cela fait du monde. Une foule d'hommes et de chevaux, à coup sûr. Mais combien ? Il n'est pas possible de le dire. Même le voyage de Charles VI, mieux documenté pourtant que les autres, ne permet pas d'avancer de chiffres. Le « marchand d'Avignon » dit qu'il est venu « pas mal de barons du royaume » et que cela fait 4000 chevaux10. Avant le départ du roi, deux maîtres de l'Hôtel, Jean Braque et Taupin de Chantemerle, vont préparer les voies, du 28 mai au 1er décembre pour « faire des garnisons pour la dépense de l'Hôtel ». Ils partent avec cinquante personnes et cinquante-trois chevaux11.

  • 12 Arch. nat., KK 30, f° 66 v°.

16Il faut aussi déplacer du matériel. En 1389 on a réquisitionné des chariots « pour aler en Languedoc ». Le 1er septembre un chevaucheur est parti, chargé de cette mission, à Beauvais, Corbie, Saint-Quentin, Ourscamp. Le 2, un autre s'en va à Saint-Mard de Soissons12.

  • 13 Ibid., f° 67 v°.

17Toute la suite du roi ne peut pas se trouver en même temps au même lieu. Le va-et-vient de l'un à l'autre se devine dans les comptes des messageries : le 24 octobre, le roi est à Romans, mais le duc de Bourbon est encore à Lyon. Le 27 le roi est au Pont-Saint-Esprit mais le sire de Coucy l'a précédé en Avignon. Le 7 et le 8 novembre le roi est à Beaucaire, mais son Conseil se trouve encore en Avignon13.

Le gîte

18On aimerait savoir où gîte le roi, mais les itinéraires ne donnent que des noms de villes. Tout au plus est-il possible, grâce à eux, de repérer les abbayes et les évêques qui donnent au roi l'hospitalité due en vertu du droit de gîte. Ce sont les abbayes de Boldonne (1272), de Saint-Antonin de Pamiers (1272), de Saint-Martial de Limoges (1285), de Saint-Antoine en Dauphiné (1363-1389) qui accueillent le roi, comme le font les évêques de Nîmes (1362-63), de Lyon, de Béziers, de Montpellier (1389-90). Le roi Jean est reçu en 1350-51 par le couvent des Jacobins de Montpellier, le plus grand couvent du midi, qui peut abriter cent-vingts frères, et par la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon en 1362-63. De grands personnages, le cardinal Napoléon en 1335-36, le comte de Nevers et le comte de Foix en 1390 offrent leur hospitalité.

  • 14 G. Dupont-Fcrrier, Gallia regia ou étal des officiers royaux des bailliages et sénéchaussées de 13 (...)

19Peu de châteaux royaux pouvaient servir de résidence royale. Sur les douze châteaux royaux que comptait la sénéchaussée de Beaucaire, les vingt-six de celle de Carcassonne et les soixante-sept de celle de Toulouse14, quelques-uns seulement semblent avoir abrité le roi qui, en ce cas, s'y installait pour un séjour et non pour une simple étape, faisant de la forteresse un très spécial lieu de pouvoir. Ce fut le cas d'Aigues-Mortes en 1350-51, de Roquemaure où Charles VI s'arrêta et où le duc d'Anjou tenait souvent ses quartiers, du Fort Saint-André à Villeneuve et, à Toulouse, du château Narbonnais, bien équipé avec la salle du Parlement.

  • 15 L. Ménard, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, Paris, 1751-1752, (...)

20Pour le gîte on réquisitionne des lits. A Nîmes où le roi vient de fêter la Noël 1362, un fourrier du roi accompagné d'un sergent et de six hommes, passe chez les habitants de la ville, le 17 décembre, pour réquisitionner des lits « pour la provision du roi et de ses gens ». Le 18 les lits sont rassemblés à l'hôtel du consulat et le 20 on les transporte à l'évêché15.

  • 16 Arch. nat., KK 30, f° 70, sous la rubrique Fourrière.

21Dans quelle maison qu'elles se trouvent, les chambres sont tendues de draps et de tapisseries. Les comptes de l'Hôtel, muets sur tant de choses importantes, notent le moindre crochet - bâtard ou à talon - acheté pour tendre la chambre du roi en 1389-90 à Nevers, Lyon, Avignon, Montpellier ou Toulouse. On les achète par milliers. C'est même le seul achat que font les gens du roi, avec des marteaux et des tenailles, comme le déplore le marchand d'Avignon16.

Les garnisons

  • 17 Jacme Mascaro, Lo libre de Memorias, éd. C. Barbier, Revue des langues romanes, Montpellier-Paris, (...)
  • 18 Ménard, op. cit., p. 250-251.
  • 19 Ibid., quatre douzaines et demie de lapin aux officiers du roi, pour 13 florins et demi, vingt-et- (...)

22L'usage du droit de gîte impose aux villes et aux évêques de fournir au roi et à sa suite les provisions nécessaires, nourriture, vin, vaisselle, nappes, fourrage... Comme on sait que ces « garnisons » ne suffiront pas, des provisions sont préparées à l'avance. Pour Charles IV qui doit quitter Paris en janvier 1324, le sénéchal de Toulouse est prié de faire des préparatifs dès septembre 1323. En 1389, les deux maîtres d'hôtel de Charles VI s'en vont faire les préparatifs dès le mois de mai alors que le départ royal est prévu pour septembre. Pourtant les villes font leur devoir qu'elles appellent leur « service ». Cahors en 1324 offre quatre hanaps d'argent doré à la reine, et au roi, vingt-cinq boeufs, cinquante setiers d'avoine, du vin, de la cire, des confitures. Béziers qui a offert au roi de la vaisselle d'argent en 1336, fait encore cadeau de pièces d'argent doré à Charles VI en 1390, des bassins, un flacon, huit tasses, ainsi qu'une nef à son frère Louis17. Nîmes se met en frais pour le roi Jean qui vient fêter Noël en 1362, malgré une conjoncture désastreuse, le pays étant menacé par les compagnies qui vont et viennent d'Espagne en Languedoc alors qu'ont été payées de grasses rançons pour les éloigner. Les comptes du clavaire des consuls de Nîmes nous apprennent qu'après avoir délibéré de nuit (la nuit tombe vite en hiver, on a dépensé pour un gros de chandelles), la ville a décidé d'envoyer en Avignon un consul et un écuyer qui achètent des vases d'argent pour 40 marcs. Mais on se ravise. Et l'on décide d'offrir plutôt au roi 300 setiers d'avoine. Du coup l'écuyer retourne en Avignon avec les vases et revient avec l'argent18. Les 300 setiers d'avoine ont coûté 207 florins deux tiers. Mais le roi n'est pas venu seul. Il fallut encore distribuer à bon escient quelques cadeaux de Noël aux membres influents de la suite royale19.

Les « dépenses des journées »

  • 20 Douët d'Arcq, p. 260-261 et dans le compte précédent 96 livres reçues pour avoir vendu de l'avoine (...)

23Le voyage de Charles VI en 1389-90 est le seul dont on puisse tenter d'évaluer le coût. Il semble, en effet, que les « despens des journées » qui forment une rubrique dans les comptes de l'Hôtel aient doublé au moment du voyage, passant de 6 à 7 000 livres parisis par mois à 14 000. Pourtant les gens de l'hôtel royal comptent sou par sou et ne laissent rien perdre. Le surplus des « services » faits par les villes et les évêques, en vin, verjus et avoine est revendu. Dans le compte de la Saint-Jean 1390, figurent, ainsi récupérées, 148 livres 4 sous parisis. Il n'y a pas de petit profit20.

  • 21 Brun, « Annales avignonnaises », op. cit., p. 118-120.

24Du coup les marchands d'Avignon font grise mine. On n'a rien fait. « Nous avons vendu pour 200 florins de plus que de coutume. Jamais nous ne vîmes un seigneur si froid ni des gens si froids ». Le 4 février 1390 le marchand de Prato se plaint de n'avoir vendu, pendant les trois jours où le roi est resté dans la ville, que des marteaux et des tenailles pour 20 francs21.

  • 22 Devic et Vaissète, op. cit., p. 713. Sur les impôts pesant sur les sénéchaussées de Languedoc, voi (...)

25Malgré la pingrerie de la suite royale, la venue du roi pèse lourd sur les gens du Languedoc déjà accablés d'impôts et à qui est demandé un nouveau subside de 5 francs par feu22.

  • 23 Arch. nat., KK 30, f° 72 sous la rubrique « querre deniers ».

26Il faut, en outre, déplacer l'argent nécessaire aux dépenses de chaque jour. Les comptes de l'Hôtel montrent que les fonds sont pris, au fur et à mesure, en gros mois par mois, sur la recette générale des aides, sur la recette du trésorier des guerres et enfin, localement, sur le receveur des aides de Mâcon, puis sur celui de Toulouse. Ce qui n'exclut pas le problème du transport des fonds. Il faut deux hommes à cheval pour porter 1160 francs en blancs, de Paris à La Charité, pour la dépense de l'Hôtel. Leur voyage dure six jours et exige l'appoint de deux hommes pour guider le convoi à partir de l'entrée dans la forêt de Bierre. Un seul homme à cheval va chercher de l'argent à Charolles mais pour son retour à Mâcon il lui faut une escorte de deux hommes23.

Messages

  • 24 Arch. nat., KK 30, f° 66 v°-67 v°.

27Le voyage du roi met tout un monde sur les routes, spécialement les messagers, qui font la navette entre le roi et la capitale. On ne saisit malheureusement que ceux qui émargent aux comptes de l'Hôtel du roi où figure toujours une rubrique « messages ». A partir de cette unique source il est impossible de connaître l'ensemble des dépenses de messagerie qui dépassaient sûrement les 154 livres 2 sous parisis que coûtèrent quarante messages envoyés dans les quatre derniers mois de l'année 1389, 22 en septembre, 11 en octobre, 5 en novembre et 2 en décembre. Puisqu'il faut se contenter de cette documentation, remarquons que ces quarante messages ont été portés par vingt-sept messagers dont vingt-cinq portent le titre de chevaucheurs et que leur salaire, calculé pour l'aller et le retour, est, tout naturellement proportionnel à la distance parcourue24.

Melun - Paris

16 sous parisis

Melun - Dreux

24 sous parisis

Montargis - Paris

32 sous parisis

Châtillon-sur-Loing - Paris

40 sous parisis

La Charité-sur-Loire - Paris

32 sous parisis

Nevers - Paris

6 livres 8 sous parisis

Vienne - Lyon

16 sous parisis

Romans - Paris

7 livres 8 sous parisis

Montélimar - Avignon

20 sous parisis

Avignon - Paris

12 livres parisis

Nîmes - Avignon

24 sous parisis

Toulouse - Montpellier

4 livres 16 sous parisis

Narbonne - Avignon

8 livres parisis

Toulouse - Paris (aller seulement)

112 sous parisis.

28Tous ces efforts, toutes ces dépenses n'ont qu'un but : la rencontre du roi et de ses sujets qui constitue le principal aspect politique des voyages royaux dans les pays de Languedoc.

  • 25 Oeuvres de Froissart, Chroniques, éd. Kervyn de Lettenhove, t. XIV, Bruxelles, 1872, p. 30.

29Froissait, commentant la décision de Charles VI d'aller en Languedoc, dit que le roi « ot devotion et ymagination de visiter son royaulme, voire les loingtaines marches de la Languedoch, car le sire de la Rivière et messire Jehan le Merchier qui en ce temps estoient les plus prochains de son destroit conseil, luy enhortoient et disoient que bon serait qu'il s'allast esbattre jusques en Avignon et veoir le pape et les cardinaulx qui le desiroient fort à veoir et aussi de ce voiage il alast oultre jusques à Thoulouse ». Ses conseillers l'engageaient à ce voyage, car, continue Froissart, « ung roi en sa jeunesse devoit visiter ses terres et congnoistre ses gens et sçavoir et apprendre comment ils estoient gouvernés, et ce luy serait grant honneur et prouffit et l'en ameroient trop mieulx ses subjets »25. « Connaître ses gens » et gagner les coeurs, tel est l'objectif politique du voyage. Mais il faut noter aussi l'allusion à la jeunesse.

  • 26 W. Paravicini, « Von der Heidenfahrt zur Kavalierstour. Uber Motive und Formen adligen Reisens im (...)

30De fait, les grands tours qui conduisent les rois en Languedoc prennent souvent place, au début d'un règne, quand la chose est possible. Philippe III n'était pas roi depuis deux ans lorqu'un long déplacement à travers le royaume, le tint plus de six mois loin de Paris, de janvier à août 1372. En mars et avril, il visite le Poitou. En mai et juin, il séjourne en Languedoc afin de prendre possession de l'héritage d'Alphonse de Poitiers. Pour Philippe VI de Valois, le grand tour, rendu plus que jamais nécessaire par le changement dynastique, ne se fit qu'en 1335-36 et c'est le Languedoc seulement qui fut visité. Le roi Jean, lui, entreprend son tour du Midi aussitôt après son avènement. Mais, après son retour de captivité, une nouvelle tournée le tient loin de Paris et de ses soucis de la fin août 1362 jusqu'à la fin mai 1363. Pendant neuf mois, il se déplace dans les terres du domaine royal, de Champagne en Languedoc, où il vit aux crochets de ses sujets. En 1389, le voyage de Charles VI, décidé pour les vingt ans du roi, fut celui de la jeunesse. Mais si Froissart traduit fidèlement les intentions des Marmousets, promoteurs de ce grand déplacement royal, il pense sûrement aussi aux voyages qui, en son temps, conduisaient de cour en cour les jeunes chevaliers, « grand tour » des Anglais, « Kavaliers tour » des Allemands, qui donnent la touche finale à la formation chevaleresque26.

  • 27 Arch. nat., KK 30, f° 65-66, sous la rubrique « Harnois ».

31La religion royale trouve sa place dans l'allée du roi en Languedoc. Car le Midi a sa part du capital spirituel de la monarchie, avec le tombeau de saint Louis d'Anjou. Pour le vénérer, il faut sortir des limites du royaume et se rendre à Marseille, mais le roi voyageur sait se faire pèlerin. Philippe VI de Valois qui avait besoin plus que tout autre de puiser dans les ressources spirituelles de la dynastie l'a visité deux fois, en 1330 et 1336. Charles VI n'est pas allé jusqu'à Marseille. Mais les dépenses de cire de l'Hôtel montrent que l'on n'a oublié, en route, aucune des célébrations dynastiques. A Melun on célèbre l'obit du roi Philippe, celui du roi Charles à Montargis, celui de la mère du roi, « Bonne de Boesme, duchesse de Normandie » à Nevers, de la reine Jeanne de Bourgogne à Toulouse et, de nouveau à Toulouse, l'obit de Philippe de Valois. A chacune de ces occasions douze cierges sont brûlés, mais, de façon significative, le double pour le service de saint Louis de Marseille27.

  • 28 B. Guenée et F. Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, 1968.
  • 29 N. Coulet, « Les entrées solennelles en Provence au xive siècle. Aperçus nouveaux sur les entrées (...)
  • 30 J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 337.
  • 31 Devic et Vaissète, op. cit., t. 9, p. 484.
  • 32 N. Coulet, op. cit., p. 76-77.
  • 33 E. Werunsky, Geschichte Kaiser Karts IV und seiner Zeit, t. III, Innsbrück, 1892, p. 322 cité par (...)
  • 34 Chronique des règnes de Jean 11 et de Charles V, éd. R. Delachenal, 4 vol., Paris, 19xx, t. 1, p.  (...)
  • 35 Ibid., t. 4, p. 25 et pl. XXII.

32Cependant la rencontre du roi et de ses sujets est d'abord une fête, la « joyeuse entrée du roi » dans le pays. Cérémonial de l'entrée royale, honneurs et services rendus au roi par les villes, tout cela a été tiré de l'ombre par le livre pionnier de B. Guenée et F. Lehoux, Les entrées royales françaises28, dont les perspectives ont été élargies par l'étude que N. Coulet a consacrée aux entrées solennelles en Provence29. Après ces brillantes démonstrations reste-t-il, pour le Languedoc, quelque chose de plus à dire ou à faire ? Peut-être reculer dans le temps l'apparition de certains éléments du cérémonial, tels que l'encourtinage des rues. A Carcassonne en 1304 pour l'entrée du roi Philippe le Bel, la ville était décorée, les façades des maisons tendues d'étoffes et de tapisseries. On le sait parce qu'un bourgeois de la ville donna l'ordre, en signe de deuil, de retirer cette décoration30. Dès 1335 le cortège qui se rend au-devant du roi fait partie de l'accueil réservé à Philippe VI à Toulouse puisqu'on décore les trompettes qui en prennent la tête31. Le dais ou poêle porté au-dessus de la tête du roi est d'un usage antérieur à l'entrée de Charles VI à Lyon et dans les villes de Languedoc. N. Coulet a montré que l'on avait vu avant 1389 des rois ou des empereurs faire leur entrée sous un dais de drap d'or32. On peut ajouter que l'on en avait déjà vu aux bords du Rhône, puisque l'empereur Charles IV en 1365 fit son entrée solennelle en Avignon sous un dais de drap d'or porté par quatre barons du royaume d'Arles33, et même aux bords de la Seine puisque le roi Jean, en janvier 1361, entra à Paris sous « un paile d'or à quatre lances »34. Ce sont les Grandes Chroniques qui le disent et l'illustration du manuscrit français 2813 qui le montre, à ceci près que le dais y paraît de couleur verte35.

  • 36 Jacme Mascara, op. cit., p. 70.
  • 37 Ibid., p. 59.
  • 38 Ibid., p. 84.
  • 39 Ibid., p. 93.

33Le cas du Languedoc permet enfin de placer les entrées royales dans leur contexte qui apparaît mieux si l'on suit l'histoire des villes. Voici Béziers que l'on découvre à travers les mémoires de Jacme Mascaro, écuyer de la ville. Le goût pour les « livrées » y est précoce. En 1336, pour la première fois, les consuls reçoivent des manteaux. Changement important en 1377 : au lieu de recevoir de l'argent (24 francs pour chaque consul, six pour chaque écuyer), les gens du consulat sont tous vêtus de la même fine écarlate vermeille, à dix francs la « cane »36. La ville, d'autre part, rend les honneurs à d'autres que le roi. En 1367 elle ne ménage pas les révérences au pape Urbain V37. Quand l'évêque Simon de Cramaud fait son entrée en 1384, il reçoit le serment à la porte de la ville et, nouveauté critiquée par le Conseil de la ville, les consuls se sont rendus en cortège au devant de lui et, mettant pied à terre, ont entouré sa monture38. Les habitudes cérémonieuses se prennent vite dans les années 1380. Quand la duchesse de Berry fait son entrée dans la ville le 13 mai 1389, les rues sont tendues d'étoffes. Le cortège va au-devant de la jeune princesse et des présents lui sont offerts, un vaisseau de vin, de la cire et des bougies, ainsi que douze tasses d'argent39. On ne pouvait moins faire pour le roi.

  • 40 Comptes du clavaire de Nîmes édités par Ménard, op. cit., Preuves, no 128, p. 242-263.
  • 41 Ibid., p. 251.
  • 42 Ibid., p. 252.

34La ville de Nîmes s'était mise en frais pour l'entrée du roi Jean en décembre 136240. Les consuls, clavaire et écuyers furent au-devant du roi avec trompettes, cornemuses et cornets décorés, chacun monté sur un roncin loué pour la circonstance. A trois gros le roncin, la ville en fut de 33 gros41. Ils étaient suivis d'un cortège encadré par les treize banniers jurés qui portaient des « bâtons » sur lesquels étaient peintes les armes du consulat et celles du roi42.

  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid., p. 248-252.
  • 45 Ibid., p. 251.

35Tout ce cérémonial avait été mis au point le soir du 18 décembre à la lueur des chandelles (un gros) et l'on avait bien parlé d'agir selon l'usage ancien, « juxta modum antiquum »43. S'il y avait un usage ancien, il n'était évidemment pas réservé au roi dont les visites étaient trop rares pour donner lieu à une coutume propre à la ville, mais il s'appliquait à tout grand personnage passant par Nîmes. Dans les semaines qui entourent la visite du roi, la ville reçut le comte de Trastamare (6 septembre 1362). Elle redoutait son arrivée et celle de ses Espagnols dont les déplacements furent l'objet d'actifs échanges de messages entre Nîmes et les villes environnantes d'Alès, Anduze, Sauve, Sommières, Montpellier, Saint-Tibéry. Cependant Nîmes rendit à Don Enrique les honneurs dus : cortège des consuls à cheval, trompettes et corne muses44. Même chose le 1er janvier 1363 pour la comtesse d'Empuries, Jeanne de Foix, cousine du roi45.

36L'entrée du jeune Charles VI dans les villes du Languedoc s'inscrivit dans ce contexte et dans ces habitudes. Si le dais royal n'a pas été inventé pour la circonstance, l'unité du cérémonial déployé de ville en ville, de Lyon à Toulouse, laisse penser à une incitation parisienne, répondant à l'exigence, de plus en plus pressante, de plus en plus consciente d'établir une relation entre le roi et ses sujets, en un temps où l'on disait volontiers :

  • 46 Le Songe du vergier, éd. M. Schnerb-Lievre, 2 vol., Paris, 1982, t. 1, p. 232.

Il n'est pas sire de son pais
qui de sez hommes est haÿs46.

Notes

1 Archives nationales, Xla 4785, f° 133, 5 mai 1401.

2 Ordonnances des rois de France..., t. IV, p. 212-213, novembre 1361.

3 Devic et Vaissète, Histoire générale du Languedoc, nouv. éd. Toulouse 1874-1905 t. X, preuves, no 505, 30 juin 1363.

4 Arch. nat., X la 31, f° 287 ν', 14 mai 1384 : dictus actor dicebat quod defunctus Petrus dictas Scatisse consiliarias noster et magister compotorum Parisius pater dicti defensoris dum vivebat, erat homo magne auctoritatis, dives et potens, necnon austerus et adeo arrogans quod sua potencia et impressione suorum officiorum per nos eidem collatorum fere omnes subditos necnon alios officiarios nostros dicte patrie seu lingue occitane ad sibi obediendum quosdam per minas, alios per carceres, nonnullos blasphemiis seu injuriis, alios propriorum bonorum destitutione compellere solitus fuerat.

5 Philippe III le Hardi (1270-1285) a fait quatre voyages dans le Midi, de janvier à août 1272, de septembre 1280 à février 1281, d'avril à novembre 1283, de mars à septembre 1285. Philippe le Bel (1285-1314) se trouve en Languedoc quand la mort de son père le fait roi. Il y revient de novembre 1303 à mars 1304. En 1324 Charles IV (1322-1328) fait un court voyage dans le Midi du 7 janvier au 2 mars 1324. Sur les itinéraires de ces voyages, voir Regum mansiones et itinera, Recueil des historiens des Gaules et de la France, éd. Guigniaut et de Wailly, t. XXI, 1855, p. 406-512.
Philippe VI de Valois (1328-1350) fit un pélerinage au tombeau de saint Louis de Marseille en juin et juillet 1330. Une grande tournée dans le royaume de septembre 1335 à la mi-mai 1336 le conduisit une seconde fois dans le Midi. Il séjourna une quinzaine de jours en Avignon, puis par Salon et sans doute par l'étang de Berre, il se rendit une nouvelle fois à Marseille où il fut régalé par le spectacle d'une bataille d'oranges. J. Viard, « Itinéraire de Philippe de Valois », Bibliothèque de l'Ecole des chartes, 74 (1913), p. 74-128 et 84 (1923), p. 166-170. J. Viard, « Un prétendu voyage de Philippe VI dans le midi en 1349 », Bibliothèque de l'Ecole des chartes, 71 (1910), p. 39-48. Chronique de Richard Lescot, éd. J. Lemoine, Paris, 1896, p. 40.
Le roi Jean fit deux voyages dans le midi, le premier aussitôt après son avènement, du 30 novembre 1350 au 19 février 1351, le second entre novembre 1362 et juin 1363. E. Petit, « Séjours de Jean II (1350-1356) », Bulletin philologique et historique, 1897, p. 587-603. L.-J. Thomas, « Séjour du roi Jean II le Bon à Villeneuve-lès-Avignon, (16 novembre 1362-16 mai 1363) », Cahiers d'histoire et d'archéologie, 6 (1933), p. 399-412.
Charles V, retenu par la guerre, n'eut pas le loisir, pendant son règne, de faire de longs déplacements E. Petit, « Les séjours de Charles V », Bulletin philologique et historique, 1887, p. 197-266. C'est au début de son gouvernement personnel, entre septembre 1389 et février 1390 que le jeune Charles VI fit son long voyage en Languedoc, E. Petit, « Séjours de Charles VI », Bulletin philologique et historique, 1893, p. 405-492.

6 Malgré leurs lacunes, on se contenterait des comptes de l'Hôtel royal, mais, pour les périodes où se situent les voyages royaux en Languedoc, seuls ont été conservés ceux de Noël 1389 et de la Saint-Jean 1390, Archives nationales, KK 30, f° 59-75 dont des extraits ont été publiés par L. Douet d'Arcq, Comptes de l'Hôtel aux xive et xve siècles, Paris, 1851, p. 245-

7 J. Favier, Philippe le Bel, Paris, 1978, p. 335-342.

8 R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève-Paris, 1982, p. 420-440.

9 F. Autrand, Charles VI, Paris, 1986, p. 241-256.

10 R. Brun, « Annales avignonaises de 1382 à 1410 extraites des archives de Datini », Mémoires de l'Institut historique de Provence, 12 (1935), p. 117-119.

11 Douët d'Arcq, op. cit., p. 249.

12 Arch. nat., KK 30, f° 66 v°.

13 Ibid., f° 67 v°.

14 G. Dupont-Fcrrier, Gallia regia ou étal des officiers royaux des bailliages et sénéchaussées de 1328 à 1515, Paris, 1942-1966, t. III, p. 263-369, 536-631, t. V, p. 476-575.

15 L. Ménard, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, Paris, 1751-1752, t. II, p. 250-251.

16 Arch. nat., KK 30, f° 70, sous la rubrique Fourrière.

17 Jacme Mascaro, Lo libre de Memorias, éd. C. Barbier, Revue des langues romanes, Montpellier-Paris, 4e série, t. 4, 1890. La ville de Vienne en 1399 offrit à Charles VI cent asnées de vin valant 52 livres 16 sous, Douët d'Arcq, p. 246.

18 Ménard, op. cit., p. 250-251.

19 Ibid., quatre douzaines et demie de lapin aux officiers du roi, pour 13 florins et demi, vingt-et-une perdrix et huit chapons au sénéchal et au trésorier Pierre Scatisse, pour 5 florins 4 gros ; six flambeaux et six livres de bougie au chancelier de France, pour 8 florins 2 gros 3/4 et 24 florins ; quatre flambeaux, quatre livres de bougie et deux livres de confiture au nouveau viguier royal de Nîmes, pour 5 florins 5 gros et 2 florins 3 gros.

20 Douët d'Arcq, p. 260-261 et dans le compte précédent 96 livres reçues pour avoir vendu de l'avoine et du vin offerts par les habitants de Dreux, Montereau, Châtillon sur Loing et Vienne, p. 246. Sur le coût du voyage de Languedoc, cf. H. Moranvillé, Etude sur la vie de Jean Lemercier, Paris, 1888, p. 131.

21 Brun, « Annales avignonnaises », op. cit., p. 118-120.

22 Devic et Vaissète, op. cit., p. 713. Sur les impôts pesant sur les sénéchaussées de Languedoc, voir J. Mascaro, p. 55, qui récapitule les fouages levés sur le pays entre 1366 et 1379.

23 Arch. nat., KK 30, f° 72 sous la rubrique « querre deniers ».

24 Arch. nat., KK 30, f° 66 v°-67 v°.

25 Oeuvres de Froissart, Chroniques, éd. Kervyn de Lettenhove, t. XIV, Bruxelles, 1872, p. 30.

26 W. Paravicini, « Von der Heidenfahrt zur Kavalierstour. Uber Motive und Formen adligen Reisens im späten Mittelalter », dans H. Brunner, N.R. Wolf (sous la direction de), Wissens-literatur im Mittelalter und in der friihen Neuzeit. Bedingungen, Typen, Publikum, Sprache, Wiesbaden, 1993 (Wissens literatur im Mittelalter, 13), p. 91-130.

27 Arch. nat., KK 30, f° 65-66, sous la rubrique « Harnois ».

28 B. Guenée et F. Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, 1968.

29 N. Coulet, « Les entrées solennelles en Provence au xive siècle. Aperçus nouveaux sur les entrées royales françaises au bas Moyen Age », Ethnologie française, 7 (1977)), p. 63-82.

30 J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 337.

31 Devic et Vaissète, op. cit., t. 9, p. 484.

32 N. Coulet, op. cit., p. 76-77.

33 E. Werunsky, Geschichte Kaiser Karts IV und seiner Zeit, t. III, Innsbrück, 1892, p. 322 cité par R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. III, Paris, 1916, p. 218.

34 Chronique des règnes de Jean 11 et de Charles V, éd. R. Delachenal, 4 vol., Paris, 19xx, t. 1, p. 331.

35 Ibid., t. 4, p. 25 et pl. XXII.

36 Jacme Mascara, op. cit., p. 70.

37 Ibid., p. 59.

38 Ibid., p. 84.

39 Ibid., p. 93.

40 Comptes du clavaire de Nîmes édités par Ménard, op. cit., Preuves, no 128, p. 242-263.

41 Ibid., p. 251.

42 Ibid., p. 252.

43 Ibid.

44 Ibid., p. 248-252.

45 Ibid., p. 251.

46 Le Songe du vergier, éd. M. Schnerb-Lievre, 2 vol., Paris, 1982, t. 1, p. 232.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540