Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La gestion d'une relation épistolaire

dans les milieux d'affaires toscans la fin du Moyen Âge

Jérôme Hayez

Texte intégral

  • 1 « E perché uso assai con monsingnore e con altri singnori di qua, e vegio molto si dilictono d'udir (...)
  • 2 A. Sapori, « La cultura del mercante medievale italiano », Rivista di storia economica, 2 (1937), p (...)
  • 3 Cette orientation historiographique participe de l'élaboration, en réaction à la thèse de W. Sombar (...)
  • 4 Voir les analyses et les références bibliographiques contenues dans les études de A. Cicchetti, R. (...)
  • 5 A. Molho, « Cosimo de'Medici : "Pater Patriae" or "Padrino" ? », Stanford Italian Review, 1 (1979), (...)
  • 6 G. Constable, Letters and Letter-Collections, Turnhout, 1976 (Typologie des sources du Moyen Age oc (...)
  • 7 Voir par exemple A. Petrucci, L. Miglio, « Alfabetizzazione e organizzazione scolastica nella Tosca (...)

1« Parce que je fréquente régulièrement monseigneur [Piero Corsini cardinal "de Florence"] et d'autres seigneurs d'ici, et que je vois qu'ils apprécient particulièrement les nouvelles qu'on leur donne de là-bas, je voudrais, quand tu m'écris, que tu indiques parfois ce qui se passe dans notre pays, et surtout à Florence ; cela ne coûte pas grand-chose et le plaisir qu'ils y trouvent permet de se concilier plus facilement leurs faveurs »1. Cet extrait d'une lettre adressée à la fin du xive siècle à un compatriote par maestro Naddino d'Aldobrandino Bovattieri da Prato, médecin toscan alors établi depuis quelques mois à Avignon, met en évidence la valeur instrumentale de l'information dans les rapports interpersonnels tissés au sein d'un réseau social. Parce qu'elle préserve le témoignage immédiat d'échanges discursifs, la correspondance représente une source privilégiée pour tenter d'apprécier la façon dont se négocie la communication de renseignements ou de conseils. Alors que certains fonds d'archives privés constitués autour d'un réseau commercial nous ont transmis des liasses entières de lettres unissant des couples de correspondants aisément identifiables, cette documentation n'a pourtant pas encore suscité, de façon générale, d'intérêt fourni pour la situation de communication dans laquelle elle s'inscrit. Il n'est en revanche plus nécessaire, aujourd'hui, de montrer l'ampleur et la variété des informations propagées à travers les réseaux commerciaux italiens de la fin du Moyen Age et dans l'entourage de leurs agents. Cette richesse est illustrée, pour la Toscane, par d'abondantes traces documentaires qui incluent, outre la correspondance, les manuels commerciaux (pratiche di mercatura) et les registres de comptes et d'annotations domestiques (ricordanze). C'est presque un lieu commun, depuis les études d'A. Sapori, d'Y. Renouard et de F. Melis, de souligner la réputation d'efficacité, de précision et de rapidité dont jouissaient auprès des cours princières, pour la transmission des nouvelles, les agences commerciales toscanes implantées à l'étranger2. L'exploration des enjeux que pouvait revêtir la circulation de l'information n'a cependant peut-être pas été poussée assez loin. Elle s'est sans doute trop souvent arrêtée au seuil de la compagnie ou de l'agence, érigée au rang d'une entité assez abstraite, alors que l'information circule d'abord entre des individus3. Quant à l'approche du document épistolaire proprement dit, un constat s'impose : les lettres des marchands restent le plus souvent réduites au statut d'une mine de renseignements de toute espèce, événements politiques et rumeurs, transactions commerciales, données biographiques et épisodes de la vie quotidienne, témoignages sur la variété de la langue vernaculaire, etc. Alors que les ricordanze ont bénéficié, au cours de ces dernières années, d'une critique plus fine à la faveur des investigations sur les pratiques et les représentations de la parenté4, la production épistolaire des mêmes couches sociales n'a pas suscité une attention comparable. Divers chercheurs anglo-saxons ont cependant utilisé la correspondance privée rédigée par le milieu urbain florentin du Quattrocento dans des perspectives d'analyse sociale, et leurs études ont nettement souligné la valeur de la lettre comme instrument d'un rapport interpersonnel qui peut prendre le caractère d'une relation de clientélisme5. Leurs approches et leurs conclusions n'ont pas été élargies, en revanche, aux importants vestiges documentaires que représentent les missives échangées par les marchands entre eux ou avec leur entourage. La notion arbitraire d'une catégorie particulière d'écrits privés qui serait constituée par la lettre d'affaires n'a pas non plus été remise en question. Les études sur le genre de la correspondance, en concentrant leurs analyses sur la production littéraire, ont réservé de fait une place minoritaire aux lettres des marchands qui subsistent pourtant en nombre impressionnant, dans quelques dépôts italiens au moins6. Tandis que diverses enquêtes ont brossé un tableau nuancé de la formation culturelle des milieux urbains d'Italie centrale de cette époque7, la correspondance mercantile souffre encore d'un a priori qui lui attribue le statut d'une sorte de témoignage d'une culture populaire et d'un discours spontané. Une série de lettres marchandes constitue en tout état de cause une source privilégiée pour l'analyse de la dynamique d'un rapport entre deux individus. Je m'efforcerai de montrer ici, à partir de l'examen de quelques échanges épistolaires concernant des Toscans résidant à Avignon aux xive et xve siècles, que ces relations recouvrent des enjeux très concrets mais qu'elles se développent dans un contexte culturel général qui leur confère le caractère d'une obligation morale particulièrement contraignante. Mes observations porteront donc principalement sur la façon dont se noue et s'entretient un échange épistolaire et sur la forme qu'il revêt. Je tenterai ensuite brièvement de caractériser la part qu'occupe la circulation de l'information dans ce type de relations.

  • 8 Boncompagno da Signa : « Mercatores in suis epistolis verborum ornatum non requirunt, quia fere omn (...)
  • 9 Ainsi la concision louée par les dictatores (Constable, Letters and Letter-Collections, op. cit., p (...)
  • 10 Précieux pour l'analyse des différentes formes de relation interpersonnelle moralement contraignant (...)

2Les dictatores, théoriciens du genre épistolaire, se sont volontiers complu, comme les marchands le faisaient pour leur part, à exalter la spécificité de leur compétence et à se poser en détenteurs exclusifs de certaines techniques8. De fait l'écart n'est pas négligeable, par la composition, le style et l'habileté à se jouer des formules, entre la correspondance communément rédigée par les marchands et les modèles offerts par les artes dictaminis. Il n'en demeure pas moins qu'il existe un consensus réel entre ces milieux sur certains traits formels d'une lettre9 et plus encore sur le type de relations censé fonder l'échange épistolaire. Sa représentation idéalisée ne saurait se comprendre sans faire référence à la conception de l'amicizia, ce lien particulier, moralement contraignant sans être codifié, construit volontairement entre deux individus à travers la circulation de prestations réciproques mais de nature fréquemment différente10.

  • 11 Cf. Trexler, Public Life, op. cit., p. 135, et les documents présentés ci-dessous à titre d'exemple (...)
  • 12 Cf. infra, document no 3, ainsi qu'une autre lettre expédiée par Niccolaio di Bonaccorso aux associ (...)

3C'est fréquemment par une lettre de forme ritualisée que s'amorce concrètement une alliance de cette nature11. Diverses catégories des missives qui s'inscrivent avec le plus d'évidence dans une typologie du genre épistolaire correspondent à des moments privilégiés dans l'instauration d'un rapport d'amicizia. La supplique oblige ainsi son auteur à offrir la contrepartie d'une loyauté proportionnelle à son besoin de la grâce requise. La lettre de recommandation ne représente pas seulement l'élargissement d'un réseau de fidélité à un tiers : elle constitue l'occasion d'éprouver la solidité d'une relation, voire de lui conférer une vigueur nouvelle. On peut adjoindre à ces temps forts du rapport épistolaire l'offre de services par laquelle un marchand signifie à des correspondants établis dans d'autres places son intention d'utiliser leur agence pour construire un réseau commercial12. Au contraire, parce que la relation est censée durer jusqu'à la mort des individus, si l'échange épistolaire ne se voit pas remplacé par des entretiens de vive voix à la faveur d'un changement de résidence, sa cessation ne connaît pas d'expression évidente. Lorsqu'il n'est plus jugé satisfaisant, les dernières lettres expédiées prennent souvent le caractère d'un exposé de doléances dont la fonction est comparable à celle d'un protêt dans la typologie des actes notariés : faire démonstration de sa bonne foi pour éviter d'être jugé responsable de la rupture des relations ou du contrat.

  • 13 L'exposé le plus détaillé sur les associations commerciales du « marchand de Prato » reste celui de (...)
  • 14 Cf., parmi les lettres d'Andrea di Bartolomeo da Siena, associé de l'agence avignonnaise, celle dat (...)
  • 15 Les lettres d'Andrea di Bartolomeo à Francesco di Marco sont conservées dans les liasses ASPr, D. 3 (...)
  • 16 ASPr, D. 427 et Carteggio privato Pisa. Andrea a en particulier été chargé par Matteo de lui comman (...)
  • 17 Les premières lettres adressées par Andrea à Stoldo remontent à 1384 (ASPr, D. 427 [1384] ; Cartegg (...)
  • 18 « Non so che dire si voglia l'alevare della serpe. Io sono stato con voi presse a VIII anni e òvi s (...)
  • 19 Paiement relatif à ses funérailles reçu par la confrérie Notre-Dame-la-Majour en juillet 1425 (Arch (...)

4La périodicité de ces échanges interdit également d'y lire l'accomplissement mécanique d'une tâche uniquement imposée par l'exercice d'une activité commerciale. A son départ d'Avignon à la fin de l'année 1382, Francesco di Marco Datini laisse une agence composée de trois associés13. Il exige de chacun d'entre eux, comme des facteurs qu'il recrute par la suite en Toscane pour sa compagnie avignonnaise, le maintien de relations épistolaires14. Boninsegna di Matteo Boninsegna, le directeur de cette agence avignonnaise, expédie à un rythme souvent hebdomadaire des rapports détaillés sur les moindres transactions, mais la redondance des canaux de communication entre Francesco et ses autres représentants vise à établir un contrôle direct sur chaque maillon de l'entreprise. Elle entretient aussi le caractère d'obligation personnelle que revêt la prestation d'activité des dépendants. Le graphique établi d'après les dates d'expédition des lettres de quelques correspondants de Francesco permet de constater que c'est avec une certaine irrégularité que l'un de ses associés, Andrea di Bartolomeo (di Ghino) da Siena, s'acquitte de cette obligation15. Andrea commence par adresser à Francesco quelques missives très déférentes en 1383 et au début de l'année suivante. Vers cette époque, il établit parallèlement à travers un échange de services une relation égalitaire privilégiée avec un facteur de Francesco résidant à Pise, Matteo di Lorenzo Boninsegna16. A la fin de l'année 1384, Andrea écrit plus fréquemment à Francesco et cherche, en vain, à obtenir de lui l'autorisation de se rendre dans sa ville d'origine pour y régler des affaires patrimoniales. En 1385-1386, le dialogue est renoué après un voyage d'Andrea en Catalogne. Un autre associé a rapporté à Francesco le goût d'Andrea pour le jeu et les risques pécuniaires qu'il accepte d'y courir. Malgré la semonce qu'il a reçue, Andrea continue à flatter Francesco pour retirer le profit qu'il attend de sa condition de dépendant et, à brève échéance, outre la permission d'un séjour à Sienne, le recouvrement d'une créance personnelle à Florence, que Francesco doit effectuer en son nom. Andrea peut se rendre à ses frais dans sa ville natale à l'automne 1386. Il rentre à Avignon par Milan pour approvisionner d'armes la boutique, mais il est victime d'une embuscade de brigands près du Mont Ventoux. Avec l'année 1387 commencent véritablement ses désillusions. La rançon versée aux brigands est entièrement mise à son débit par la compagnie, l'avoir qu'il escomptait à Florence ne peut être perçu tandis qu'il a emprunté une somme importante auprès de Francesco. Enfin, sa position au sein de la compagnie ne progresse pas lors du renouvellement de l'association, début 1388. Un rapprochement s'effectue à ses dépens entre Francesco et les autres associés d'Avignon, qui dénoncent les tractations que mène clandestinement Andrea pour trouver place dans une autre compagnie. Andrea écrit plus souvent à Francesco à la fin de l'année 1388, à la fois pour tenter de rompre son isolement et pour relancer la gestion de ses intérêts personnels à Florence. Il se cherche un nouvel allié en la personne de Stoldo di Lorenzo di ser Berizo Ormanni, membre de la compagnie florentine de Francesco17. Aucun de ses espoirs ne se concrétise et un silence s'installe alors dans la relation épistolaire, rompu à partir de l'été 1389 par une dernière série de lettres qui contiennent l'exposé de ses doléances. Début 1390, Andrea, que les autres associés se sont accordés à caractériser comme un serpent réchauffé en leur sein18, quitte la compagnie. Il continue à résider à Avignon jusqu'à sa mort en 142519, mais la rupture est consommée. Dans l'immédiat, il fait même figure d'un concurrent particulièrement redoutable, mieux informé que tout autre des pratiques et de la situation des affaires de l'agence.

  • 20 Il serait né vers 1355 selon l'âge qui lui est attribué dans le registre d'imposition de Prato de 1 (...)
  • 21 « La nostra brighata tucta vi priegho abiate per rachomandata e che di loro vogliate fare quel chon (...)
  • 22 Choix des deux femmes successives de Paolo di Bonaccorso (18-2-1384 : ASPr, D 621, 423585, 3e f° ; (...)
  • 23 27-10-1386 : ASPr, D. 621,423593 ; 20-11-1386 : D. 621,423594, 1er f°-v°.
  • 24 « A le moite rinchure fate verso di me, v'asento in moite avete ragione verso di me. E prima, sopra (...)
  • 25 Cf. en particulier sa lettre du 22-4-1398 (D. 628, 423596, 2e f° v°), Divers passages de précédente (...)
  • 26 « Quanto io, mi rendo cierto e sichuro voi dovrete dure a mme, e non io a voi, e che sarà il chontr (...)

5Après son retour en Toscane au début de l'année 1383, Francesco di Marco continue à entretenir des relations régulières avec quelques Toscans d'Avignon étrangers à sa compagnie. Ces informateurs, qui ne pratiquent pas tous la même spécialité commerciale, représentent à la fois des alliés potentiels pour l'agence et un moyen de contrôler avec plus d'efficacité la gestion de ses associés. Le principal est sans doute Niccolaio di Bonaccorso (di Tano) da Prato, un marchand d'épices né vers 1355-135620. Niccolaio s'est engagé avec des capitaux en partie avancés par Francesco di Marco dans une série d'associations dont le bilan se révèle régulièrement déficitaire. Avec le retour de Francesco dans leur patrie commune, la relation, ravivée à l'initiative de Niccolaio, prend un tour nouveau. Les années 1383-1390 bouleversent la structure du foyer des parents de Niccolaio, qui résident alors pour la plupart à Prato, avec la mort du père et de plusieurs frères, le mariage de différents membres de la fratrie et une division du patrimoine. Francesco acquiert peu à peu le statut de protecteur des jeunes frères de Niccolaio et de leur mère demeurée veuve21. Il participe au choix des conjoints des frères et soeurs de Niccolaio22. Il exerce le rôle d'un arbitre dans les tiraillements qui les divisent à l'occasion23. A partir de 1391, il semble cependant se désengager quelque peu de cette relation et confie à son associé florentin Stoldo di Lorenzo la gestion de ses intérêts financiers dans les compagnies de Niccolaio. Toutes les lettres de Niccolaio des années 1391, 1395, 1396 et la plupart de celles de 1394 sont ainsi adressées collectivement à Stoldo et Francesco ou à Stoldo seul. De 1393 à 1395, le maintien du volume de la correspondance à un seuil élevé s'explique par une utilisation logistique plus fréquente du réseau commercial de Francesco par la compagnie montée par Niccolaio avec un Florentin d'Arles, Francesco di Matteo Benini. Mais Niccolaio vieillit sans trouver la voie de la fortune. Aux moments d'enthousiasme passager suscités à plusieurs reprises par l'association avec un nouveau partenaire succèdent des phases de silence dues à la dégradation de ses affaires et à sa crainte de perdre le soutien financier de Francesco di Marco24. Niccolaio reprend la plume en décembre 1397, à la mort de Boninsegna di Matteo Boninsegna, dirigeant de l'agence avignonnaise de Francesco. Ses affaires sont une fois de plus dans une mauvaise passe et il nourrit l'espoir d'être choisi pour remplacer Boninsegna. A défaut de pouvoir rembourser les fonds avancés par Francesco, il lui offre, dans la période critique que connaît alors l'agence, ses conseils et son entregent auprès de quelques personnages influents comme le maréchal de la cour romaine Buffilo Brancaccio et son frère Nicola, cardinal d'Albano25. De 1401 à la mort de Francesco en 1410, les envois, suscités par l'un ou l'autre des deux correspondants, prennent un caractère très sporadique. La relation ne peut être liquidée du fait de l'inextricabilité des intérêts financiers, mais elle ne correspond plus à un courant continu de prestations réciproques. Significativement, c'est par une tentative de corriger à son profit le bilan de l'échange que s'achève cette relation épistolaire. Lassé des réclamations et des fins de non-recevoir que lui oppose Francesco, Niccolaio établit son compte créditeur, dans lequel il additionne pêle-mêle la fourniture de chevaux, le solde d'opérations commerciales en participation et l'arriéré du salaire de l'un de ses frères mort de la peste à Pise au service de Francesco26.

  • 27 Les lettres de Niccolò Pentolini sont conservées dans les liasses ASPr, D. 322 ; 621 ; 624 ; Carteg (...)
  • 28 Neveu d'un registrateur du pape, son homonyme, attesté dans les années 1350 (Archivio segreto Vatic (...)
  • 29 Cf. la lettre de Boninsegna di Matteo à Francesco datée du 1-6-1384, lui avouant avoir jugé préféra (...)
  • 30 « Essend'io malato in casa vostra, nella presencia delta vostra donna, de'vostri factori e della vo (...)

6En 1385, Francesco reprend contact avec Niccolò di Francesco Pentolini, un marchand de chausses qu'il avait côtoyé dans son activité commerciale dans les années 137027. Francesco s'était alors porté garant d'une obligation de plusieurs milliers de florins contractée envers un chevalier limousin, messire Gui de Pesteil28. Celui-ci menace d'en exiger le paiement. Les affaires de Niccolò Pentolini commencent à prendre mauvaise tournure à la même époque. Pour obtenir son soutien face à la justice, Francesco accepte de payer le loyer de ses boutiques, puis, après la fermeture de celles-ci, de lui faire l'aumône de quelques florins chaque mois. Leurs intérêts sont cependant trop divergents pour déboucher sur un échange régulier. Francesco préfère finalement confier à ses associés et à un autre correspondant extérieur à l'agence le soin de représenter ses intérêts dans l'affaire et leur permet même de censurer ses lettres lorsqu'ils les jugent trop véhémentes29. En 1400, Niccolò, qui n'aspire plus qu'à une vie d'ascèse et de pélerinages, se rend au jubilé romain. Son séjour à Florence donne lieu à une explication orageuse avec Francesco30, qui sera suivie par la dernière série de ses lettres. Il s'agit en fait d'une lettre unique, copiée et envoyée tous les quinze jours, qui énumère ses récriminations contre ses anciens associés et cherche à démontrer que la justice divine a su châtier ses persécuteurs. La relation épistolaire, réduite ainsi à un courant à sens unique, n'est bientôt plus alimentée par la circulation d'aucun élément nouveau d'information. Le seul contre-don que Niccolò Pentolini pourrait encore apporter à Francesco en échange de l'aide sollicitée et en partie reçue consiste désormais en mérite chrétien, mais il renonce pas tout à fait à asséner son interprétation de la divergence des intérêts.

  • 31 Une lettre unique de Francesco à Nastagio, datée du 28-2-1399, a été conservée (ASPr, D. Carteggio (...)

7Dans la phase critique qui avait suivi la mort de Boninsegna, Francesco avait également repris contact, pour la première fois depuis son départ d'Avignon une quinzaine d'années plus tôt, avec Nastagio di ser Tommaso31. Ce drapier florentin se trouve alors retiré des affaires, après une faillite et un séjour en prison. Sa principale préoccupation est d'assurer un emploi à ses nombreux fils et de réunir la dot nécessaire à ses filles. Comme le montre le graphique établi d'après la datation des envois, il s'engage avec un enthousiasme évident dans ce rapport épistolaire, adressant, parfois quatre fois par mois, des lettres qu'il appelle des "bibles" en raison de leur longueur : jusqu'à neuf feuillets. Nastagio représente alors à Avignon l'un des rares témoins des affaires menées par Francesco avec d'autres marchands une vingtaine d'années plus tôt. Il se voit confier pour cette raison, en échange de quelques libéralités, la gestion du procès intenté par le chevalier Gui de Pesteil. La correspondance ne s'interrompt qu'à la mort de Nastagio en 1407 mais après la flambée initiale sa fréquence connaît un déclin progressif du fait de l'inachèvement de l'action judiciaire et de la maladie qui rend Nastagio presque invalide.

  • 32 Cf. Cicchetti, Mordenti, « La scrittura dei libri di famiglia », op. cit., spécialement p. 1134.
  • 33 C. Bec, Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Florence, 1375-1434, Paris La Haye, 1967, (...)
  • 34 « E lassando andare Tulio o Senescha, tu sai ch'io so'e sarò chome ch'io mi sia sempre tuo, e a l'o (...)
  • 35 Procédé de scansion chez Niccolò Pentolini : apostrophe « Francescho » répétée à la tête de chaque (...)
  • 36 Recours au proverbe (par exemple Andrea : D. 621, 1er f° v° ; Niccolaio : D. 321, f° 40 ; Nastagio  (...)
  • 37 ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, Nastagio di ser Tommaso, 1402985, 2 f°v°.
  • 38 ASPr, D. 629, Nastagio di ser Tommaso, 800442, ff° 8v°-9. Francesco di Marco emploie lui aussi volo (...)

8Le résumé de ces relations épistolaires donne une idée de l'importance des enjeux qui les traversent. Un autre indice en est fourni par leur caractère rhétorique. Dans un rapport épistolaire, l'interaction est en effet constante avec un autre sujet qui participe à la définition des règles de l'échange et développe une interprétation virtuellement concurrente des faits évoqués. Même lorsque la série des lettres préservées ne représente qu'un sens du va-et-vient, l'intervention du second correspondant se manifeste par la fréquence des paragraphes prenant la forme d'une réponse dans un dialogue (« Al fatto mi scrivi che... »). Tandis que le champ de communication des ricordanze suppose une communauté d'intérêts entre auteur et lecteur, gérants successifs d'un même patrimoine matériel et symbolique, et que cette identification autorise l'émergence d'une parole collective32, la lettre se présente comme le terrain de négociation d'une image de soi. Elle prend donc nécessairement à l'occasion le ton d'un discours de persuasion. Christian Bec a commenté les figures de style et les références lettrées qui émaillent les missives de ser Lapo Mazzei, notaire qui exerce la fonction de conseiller de Francesco di Marco dans ses relations avec les acteurs de la scène publique florentine33. On ne saurait cependant attribuer à la spécialisation professionnelle de ser Lapo la totalité de ces écarts au sermo cotidianus. Andrea di Bartolomeo souligne la distance qui le sépare des modèles de l'éloquence classique, mais c'est bien dans ses protestations de total dévouement qu'il cite leur nom ou s'efforce de caser les rares formules latines qu'il a mémorisées34. Nombre de figures rhétoriques se retrouvent d'ailleurs, selon un dosage variable, dans la correspondance des quatre marchands ici évoqués : des effets de scansion par la répétition de membres de phrases, des références, parfois explicites, à des oeuvres de l'Antiquité classique, aux Ecritures sacrées, et à la Commedia de Dante35. Parmi les auctoritates invoquées figurent en outre les proverbes36, mais aussi l'assempro, version laïque de l'exemplum des prédicateurs. Pour solliciter la charité de Francesco sans donner à sa requête le ton d'une exigence, Nastagio di ser Tommaso se dissimule derrière le précédent d'un habile confesseur augustin de Charles le Sage qui sut obtenir du roi des secours pour son couvent37. Pour enseigner à son correspondant le bon usage des richesses, Nastagio lui apprend la fin déshonorante de son beau-frère Aghinolfo de'Pazzi, marchand fortuné que ses héritiers ingrats étaient prêts à ensevelir dans un chiffon crasseux38. Mais plus que l'utilisation des figures, cette rhé torique privilégie l'ethos, l'attitude morale définie par des conventions implicites que le locuteur se doit d'adopter pour se rendre crédible.

  • 39 Cf. par exemple, le passage suivant d'une lettre de Nastagio di ser Tommaso : « Da poi che ti schri (...)
  • 40 Lorsque Francesco di Marco reprend langue avec Nastagio, il lui envoie d'abord une lettre dictée à (...)
  • 41 « Compare, io non so [che] si voglia dire che da uno tenpo in qua, dormendo, veghiando, ma giando, (...)
  • 42 ASPr, D. 717, Nastagio di ser Tommaso, 703467, 1er f° v°.
  • 43 L'annotation de Francesco figure au revers de la lettre de Boninsegna : « Chonta de la morte di Mat (...)

9Ainsi s'explique la tonalité affective qui imprègne l'ensemble de cette correspondance. Les auteurs des lettres font volontiers allusion au temps qu'ils passent à les écrire, ou à lire celles qu'ils reçoivent, jusqu'à des heures avancées de la nuit et même les jours de fête39. Ils prétendent attacher un prix considérable aux missives autographes qu'ils reçoivent, jusqu'à leur accorder parfois une valeur magique40. Aux dires de Nastagio, sa relation avec Francesco prend un caractère quasiment obsessionnel puiqu'il lui fait cet aveu : « Compère, je ne sais ce que cela signifie, mais depuis quelque temps, que je dorme, que je veille, que je mange ou que je boive, j'ai constamment l'impression de me trouver en ta présence et de te parler, comme nous le faisions souvent autrefois. Je n'en reviens pas. C'est peut-être l'effet de la force de mon envie »41. Lorsqu'il lit à ses fils aînés une lettre de Francesco employant envers l'un d'eux le terme d'adresse de « figliolo », des larmes de joie leur viennent aux yeux42. Les annotations apposées par Francesco au revers de certaines des lettres qui lui sont adressées attestent qu'elles ne sont pas toujours lues avec l'émotion qui peut parfois accompagner leur rédaction. Quand Boninsegna di Matteo Boninsegna, le directeur de sa compagnie avignonnaise, lui annonce en des termes chargés de pathos la mort de son neveu Matteo di Lorenzo Boninsegna et souligne le zèle qu'il a déployé à obtenir une confession de ce facteur indélicat de l'agence pour sauver son âme, Francesco se borne à enregistrer l'intérêt potentiel de cette pièce d'archive à l'heure de la répartition des profits entre les associés43. Il n'en demeure pas moins que la thématique des affects est perçue comme un auxiliaire indispensable de ces échanges, même lorsque la relation est partiellement codifiée.

  • 44 « Quando con voi venni a stare, io vi dissi dal primo di all'ultimo chome l'animo mio non era d'ess (...)
  • 45 « Altra voila udii da voi che compangnia volia essare fallu chome fratellanza » (Andrea di Bartolom (...)
  • 46 Rapport d'alliance avec un lointain parent de Francesco di Marco pour Niccolaio (ASPr, D. 621, 4235 (...)
  • 47 « E perché noi, Boninsengnia di Mateo, riputiamo te, Benedetto, per lo pare'tado abiamo insieme, ch (...)

10Comme de nombreux correspondants occasionnels, les facteurs et associés de Francesco utilisent la terminologie de la parenté pour assimiler à un lien considéré comme fondé en nature le rapport qu'ils entretiennent avec leur dirigeant44. Réciproquement, une maxime que Francesco répète à ses facteurs prétend que les compagnies doivent être des fratellanze45. Les correspondants qui ont la fortune d'entretenir une relation de parenté spirituelle ou un vague rapport d'alliance ne se font pas faute de les rappeler, dans les passages privilégiés que représentent les formules d'adresse et de congé, en particulier46. Un exemple suggestif de mobilisation d'un réseau d'amici et de parents, par alliance principalement, pour accomplir une opération commerciale délicate est fourni par une lettre de Boninsegna di Matteo. Pour assurer la vente d'un riche parement d'autel commandé à un artisan florentin par un autre marchand, failli avant l'achèvement de cette marchandise, sont tour à tour impliqués dans l'affaire, soit comme commanditaires soit comme clients, messer Bindo da Fiesole, camérier du cardinal Piero Corsini, par l'entremise de son beau-frère Orlando di ser Bartolo Chermontieri, amico de l'artisan, et le marchand Ramondo di Cristofano di Geri Gazza, par celle de ses alliés Baldo di Guido Baldi et Iacopo Baldi. Boninsegna, amico du camérier, décide finalement d'expédier l'objet à Paris et prend soin de rappeler à l'un des deux marchands auxquels il confie l'affaire le lien de parentado (alliance) qui les unit47.

  • 48 « Quando i benifici vachano in charte, il papa à più domandatori, ma pure il più delle volte gli dà (...)
  • 49 Cf. supra, note 35, ainsi que la lettre de Nastagio du 7-9-1399 (ASPr, D. Carteggio privato Firenze (...)
  • 50 La métaphore semble lui avoir été suggérée par Francesco lui-même (ASPr, D. Carteggio privato Firen (...)

11Nastagio di ser Tommaso établit un parallèle entre la position de Francesco di Marco, riche marchand assailli de demandes de secours adressées par des clients potentiels, et le pape, libre d'accorder les bénéfices aux clercs dont il entend s'assurer la fidélité48. Certains des quatre correspondants avignonnais de Francesco di Marco ici examinés vont même jusqu'à comparer leur interlocuteur à une personne divine en évoquant l'appel du Christ à ses disciples, sa descente aux Limbes et le choix des élus lors du Jugement dernier49. D'autres épisodes des Ecritures fournissent aussi la métaphore de rapports sociaux. Nastagio se compare ainsi au fils prodigue revenant trouver son généreux père (Francesco di Marco), prêt à lui sacrifier le veau gras50.

  • 51 En particulier dans les lettres de Nastagio di ser Tommaso, qui se désigne lui-même à l'occasion pa (...)
  • 52 Nastagio semble avoir pensé dès le début de l'année 1400 à déjouer par l'utilisation d'un code chif (...)
  • 53 « De serviggi del nostro romeo [Niccolò Pentolini], non ti posso dire altro mi t'abia detto in più. (...)
  • 54 Cf., sur l'usage des sobriquets et pseudonymes comme instrument d'intégration dans les rapports quo (...)
  • 55 Cf. également Scattigno, « Carissimo figliolo », op. cit., p. 226.
  • 56 La troisième lettre de Nastagio à Francesco évoque ainsi successivement divers services de médiatio (...)

12Dans ces lettres fourmillent par ailleurs les références à des affaires et à des tiers désignés par des formules allusives ou de simples initiales51. L'impératif de la préservation du secret peut même conduire de rares correspondants à utiliser un code chiffré52. Cependant, l'usage pléthorique des formes elliptiques et l'incohérence de leur emploi, lorsqu'elles alternent dans la même missive avec des mentions explicites, suggèrent bien les limites de cette interprétation. Il convient en fait, pour comprendre leur fréquence et leur association habituelle à des déictiques de la première et de la deuxième personne dans des formules comme « l'amico nostro » ou « il servigio ti sai »53, de les rapprocher d'autres types de désignations cryptiques comme l'utilisation des sobriquets au sein d'un groupe restreint54. Leur visée principale est d'établir une forme de connivence entre les correspondants, de mettre en scène le dialogue dans un monde de l'entre-soi55. Lorsque Francesco et Nastagio décident d'insuffler une vigueur nouvelle à leur relation d'amitié, c'est aussi par l'évocation d'épisodes de vie commune, un pélerinage à Saint-Antoine-en-Viennois notamment, que le silence qui s'était installé entre eux est exorcisé56.

  • 57 ASPr, D. 628, Niccolaio di Bonaccorso, 423595.
  • 58 Le vouvoiement apparaît à partir du 6 mars 1386 (ASPr, D. 621, 700629). Il s'accompagne d'une évolu (...)

13Le cadre culturel qui est donc celui de ces échanges entre marchands ne ménage pas une marge extrême de jeu. Selon leur appréciation de la distance qui les sépare de leur interlocuteur, les auteurs des lettres tendent tantôt à souligner leur capacité à assurer la réciprocité des prestations, à se poser en partenaires efficaces de l'échange, tantôt au contraire à brouiller les confins des domaines d'appartenance, à mettre en relief l'identité des intérêts, voire à se présenter ouvertement en qualité de clients. L'évolution d'une carrière marchande peut provoquer à l'intérieur d'une même relation épistolaire ce type de basculement, qui se décèle par le ton général d'une lettre, les formes d'adresse et les thèmes abordés. Lorsque Niccolaio di Bonaccorso reprend contact avec Francesco di Marco en décembre 1397, son ambition de parvenir au rang d'un marchand accompli (mercante compiuto) a été démentie par la situation de ses affaires et il ne peut désormais que faire appel à l'indulgence de son correspondant57. Niccolò Pentolini abandonne pour sa part vers l'époque de sa faillite le tutoiement qu'il employait envers Francesco pour adopter un mode d'adresse plus déférent58.

  • 59 Les dons d'aliments accompagnent aussi les lettres des correspondants d'une religieuse toscane de l (...)
  • 60 Lettre de Tieri di Benci da Settignano, associé de l'agence avignonnaise de Francesco di Marco, dat (...)
  • 61 Andrea en ressent une « singhularisima verghognia » « per la giente che parla » et précise « non è (...)
  • 62 Niccolaio exprime en revanche sa reconnaissance envers Boninsegna di Matteo, 1'associé de Francesco (...)
  • 63 Lettres de Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco (ASPr, D. 323, ff° 140 ; 141) et à Stoldo d (...)
  • 64 Voir en particulier, sur la communication d'informations aux seuls amici d'une compagnie Heers, « I (...)
  • 65 Ainsi Niccolaio di Bonaccorso décide-t-il, après l'installation de Francesco di Marco à Florence, d (...)

14Quelle place l'information occupe-t-elle en fin de compte à l'intérieur de ces échanges ? Les lettres des marchands mêlent indissociablement nouvelles et rumeurs, renseignements commerciaux, fourniture de vêtements, d'accessoires, de montures et d'aliments qui court-circuite les lois du marché, avances de fonds, expertises et conseils à caractère personnel59. Signe que dans cette circulation généralisée, divers types de prestations connaissent une convertibilité réciproque dans la balance de l'échange. L'appartenance à une association redessine dans le tissu social des voies privilégiées de distribution des faveurs et de diffusion des renseignements. Les tractations secrètes d'Andrea di Bartolomeo en vue de quitter la compagnie de Francesco pour s'associer à un marchand lucquois d'Avignon sont dénoncées comme contraires aux règles implicites de l'éthique marchande60. Lorsqu'Andrea apprend à son tour de la bouche d'un marchand provençal qu'un simple facteur de Francesco a été chargé à son insu par le directeur de l'agence, Boninsegna, de conduire une opération d'acquisition et de transport de grains, il voit sa propre réputation ternie aux yeux des étrangers par ce manque de confiance61. Niccolaio di Bonaccorso se considère trahi par ses associés pisans lorsque ceux-ci ne lui communiquent pas par un courrier exprès la nouvelle de leur faillite62, puis lorsqu'ils tentent au terme de la compagnie de lui imposer l'arbitrage d'un tiers au lieu d'un accord à l'amiable63. Les associations, comme les cellules familiales, ne devraient en effet laisser transpirer aucun bruit de désaccord interne, susceptible de disqualifier leurs membres dans la pratique quotidienne des affaires. Cependant, comme la famille ne peut se reproduire qu'à la faveur d'échanges avec d'autres groupes, la pratique des affaires repose largement sur la construction d'un réseau d'alliés64. Il n'existe pas de démarcation rigoureuse dans la circulation de l'information ou des capitaux entre les différents cernes formés par les associés d'une part, par les partenaires extérieurs de l'autre, parce que cette forme de don est assimilée à un échange d'honneur entre des individus. L'information est une valeur sociale, relativement bien partagée puisque des marchands faillis ou peu expérimentés peuvent dans une certaine mesure monnayer son crédit. Il n'est pas certain que les listes de prix et de taux de changes inlassablement diffusées par les marchands aient toujours visé à une finalité strictement utilitaire65. Prendre part au contrôle de l'information au sein d'un réseau d'affaires, c'est en tout cas escompter un bénéfice qui ne saurait se réduire au seul profit d'une opération commerciale.

Annexes

Document no 1

Lettre de recommandation adressée de Florence par Giovanni di Tedice Manovelli à Luigi et Giovanni di messer Lapo di Ruspo à Avignon, lorsqu'il leur envoie son fils Terrino comme facteur, 6-1-1362 (Bibliothèque municipale de Metz, ms. non coté [fragments de la correspondance Ruspi])66 :

Iachopo [Manovelli] m'à scritto più lettere in pocho tenpo ch'io mandi Terrino mio filgluolo chostà, di ch'io presi p(er) partito di mandarlo, e chosì il mando. Chonoscho bene che Iachopo àd operato chome savio giovane, e di ciò è molto da chomendare, ma la chagione p(er)ch'io ò preso partito di mandarlo è lla fidança la quale ò <i>n <v>oi, ché sono certo che p(er) mio amore ne farete chome di vostro filgluolo, ed io ve lo rachomando quanto so e posso, e da me à chomandamento ch'elgli vi sia ubidente chome alla mia p(er)sona. Se per me si puote fare chosa che vi sia in piacere, mandatemelo a dire, ch'<i> o sono sempre aparecchiato. Iddio vi guardi senpre !

Il vostro Giovanni di Tedici Manovelli, in Firençe, dì VI di genaio 1361

[v°]

[adresse]

Luigi e Giovanni di mess(er) Lapo Ruspi in Vingnone

Document no 2

Supplique adressée par Simone, Toscan incarcéré dans les geôles de l'évêque de Nîmes Jean de Blauzac, à Arnaldo di messer Lapo di Ruspo, 10-5-1360 (Bibliothèque municipale de Metz, ms. non coté [fragments de la correspondance Ruspi]) :

Amaldo, el tuo s(ervo) Simone ti si racoma(n)da chome a quelgli di chui tiene la vita e l'op(er)a. Ricordoti, se ti pare ancora che ssi'il migliore, di supplicare a mo(n)s(er) di Pinestri67 p(er) mia d<e> livera(n)ça, ché òe fatto <la> metà di tre anni a cche fu'co(n)dannato e sono istato i(n) carcere, che qui e che a Vignone, presso di due anni, sicché mi tragghi di ta(n)ta mis(er)ia e che mi co(m)pri da morte a vita. No(n) ti dico più, se no(n) che mi vi raccomando, ché no(n) [ò] altra sperança che la vostra. Raccoma(n)dami a mess(er) [Lapo] e a Luigi. Idio sia tua guardia ! Data i(n) Nimisi nella ca(r)cere di mo(n)s(er) di Nimisi, dì X di maggio MCCCLX.

[v°]

[adresse]

Amaldo di mess(er) Lapo Ruspi p(ro)p(i)a [sic]

.S.

Document no 3

Offre de services de Niccolaio di Bonaccorso da Prato, marchand d'épices résidant à Avignon, associé à Francesco di Matteo Benini, adressée à Andrea di Bonanno di ser Berizo Ormanni, dirigeant de la compagnie de Francesco di Marco da Prato à Gênes, pour lui proposer d'entretenir des relations d'affaires, 8-3-1392 (ASPr, D. 745, Niccolaio di Bonaccorso à Andrea di Bonanno, 701579) :

+ Al nome di Dio. A dì VIII di marzo 1391, i(n) Vi(n)gnone.

I'ò sentito che chostò i(n) Gienova tu à'facta nuova chompa(n)gnia cho(n) Franciescho di Ma(r)cho da P(r)ato, che n(n)'ò buo(n) piaciere p(er) amore di lui e di te : ài a ffare cho(n) buona p(er)sona. E d'altra pa(r)te n'ò piaciere p(er) amore di me, ch'io ti notificho ch'ò facta nuova cho(n)pa(n)gnia cho· Matteo Benini d'Arli68, ed è la nostra grossa e buona ragione, e no(n) credo moite di magiori ci sieno. Iddio ne dia p(r)oficto e honore co(n) salvame(n)to de l'anime e del cho(r)po, e a voi si faccia ! E p(er) avisame(n)to tuo, dicie il nome di nostra chompa(n)gnia "Fra(n)ciescho Benini e Niccholaio di Bonacho(r)so", cioè nel figluolo di Macteo, e nostra ma(r)cha sarà q(u)esta : [marque commerciale], Votene avisare p(er)ché scadrà darvi faticha di scrivere e d'avisare e di chomesioni q(u)a(n)do a pu(n)to69 ve(r)rà. E p(er) altra ne scriverò a Fra(n)ciescho, e pe(n)so sarà cho(n)tento p(er) noi facciate o(n)gni chosa. Il p(r)ofere(r)mi io a Fra(n)ciescho e alle chose sue no(n) biso(n)gnia70, ché debito m'è, a cte p(er) l'anticha chonoscie(n)za è salvaticheza : p(r)ima io, ap(r)esso tucta la cho(m)pangnia è p(r)esta e aparecchiata a tucti vostri s(er)vigi. Posto di q(u)a sieno q(u)e'di Fra(n)ciescho soficie(n)ti e acti a tucto, pure no(n) sono a le spezie achostumati chome io sono, sicché i(n) q(u)ello vi biso(n)gnia d ongni chosa p(er) noi si possa fare, da ora i(n)nanzi sia(m) p(r)esti a voi s(er)vire, e di q(u)ello ischadrà a noi, iscricto ch'abia a Fra(n)ciescho, che p(er) lo p(r)imo altro lo farò, chosti cho(n) voi c'inte(n)deremo di tucto, che le faccie(n)de chosti tucte sara(n)no cho(n) voi, e speriamo ess(er)e bene s(er)viti ditucto.

P(er)ché achostiamo al te(m)po di lane [e] grane scharlacte nuove, se nulla ci volete cho(m)mectere, sia(m) p(r)esti a voi s(er)vire, e vole(n)do voi fare i(m)p(r)esa nesuna, o picchola o gra(n)de, di chosa nesuna di q(u)a, e vogliatela fare a chomune, ancho atenderemo a la faccie(n)da i(n)sieme cho(n) voi, e p(er) tucte le volte vi si è decto : a voi faremo lo simile q(u)a(n)do vedremo da p(r)ofictare di chostà i(n) chosa nesuna.

E p(er) avisame(n)to vostro, direte chome chosti o'mai abiamo a scrivere, e tere(m)vi avisati di tucto q(u)ello direte. E ragiona al p(r)esente ci si fa pocho di me(r)cha(n)tia e poche ispezie ci à. Ragiona pepe f. 155. Àcciene pocho, e q(u)ello ci è, il fo(r)te è i(n) nostre mani. [Gengiovi] michini ragiona 128 i(n)71 130. Alsì cie n'à pochi. Belos(chogli) 210 i(n) 225. Q(u)este tre chose si regiera(n)no bene i(n)sino de'nuovi ve(n)ghano, p(er) lo pocho ci è di tucto. Zuccheri demos. 160 i(n) 185, gharofani g. 19 1/1 i(n) 20. Q(u)este due chose abiamo p(er) meno valere. E avuta ch'abiamo lect(era) da voi, vi teremo a pieno avisati di q(u)ello direte. Seghue(n)do q(u)esta pacie di P(r)ovenza chome si spera di q(u)a, se ne farà assai di meglio, e alsi, p(er) la pacie nostra facta chol cho(n)te, si farà di me(r)cha(n)tia assai di più, e se piacie a dDio, la me(r)cha(n)tia si dovrebe o· mai adirizare, ché te(m)po n'è, tanto è stata p(er)duta. Idio n'adirizi i(n) bene ! E altro no(n) ti dicho p(er) q(u)esta. No(n)n ò agio potere iscrivere ora a Fra(n)ciescho né a Stoldo. Se scrivi loro, avisali p(er) mia pa(r)te de la cho(m)pa(n)gnia nuova facta, la q(u)ale è a loro s(er)vigi p(r)esta e aparecchiata.

[v°]

E più no(n) dicho p(er) q(u)esta. Che Dio ti ghuardi !

Niccholaio di Bonacho(r)so salute.

[adresse]

Andrea di Bonanno i(n) Gienova, p(ro)p(i)o

.N.

[date de réception]

1391, da Vigno(ne), di XVI di marzo, fat(a) dì8

[3e main]

R(isposto) dì 22 deto [mese]

Notes

1 « E perché uso assai con monsingnore e con altri singnori di qua, e vegio molto si dilictono d'udire novelle di costà, arei charo, quando mi scrivi, ne scrivessi alcuna volta dette cose che ocorrono in nostro paese, specialmente a Firenze ; [...] son cose non costano e viensi in lor magior gracia per lo piacere ne prendono » : lettre de maestro Naddino d'Aldobrandino Bovattieri à Monte d'Andrea Angiolini da Prato, 21 janvier 1387 (R. Brun, « Quelques Italiens d'Avignon au xive siècle. 2 : Naddino de Prato médecin de la cour pontificale », Mélanges d'archéologie et d'histoire, 40 (1923), p. 223).

2 A. Sapori, « La cultura del mercante medievale italiano », Rivista di storia economica, 2 (1937), p. 89-125 [réimpr. dans Studi di storia economica (secoli xiii-xiv-xv), 3e éd., 1, Florence, 1955, p. 53-93] ; Y. Renouard, « Comment les papes d'Avignon expédiaient leur courrier », Revue historique, 180 (1937), p. 1-29 [réimpr. dans Etudes d'histoire médiévale, 2, Paris, 1968, p. 739-764] ; Id., Les relations des papes d'Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378, Paris, 1941, 2e partie, ch. 6-7 ; Id., « Information et transmission des nouvelles », dans L'histoire et ses méthodes, Paris, 1961 (Encyclopédie de la Pléiade, 11), p. 95-142 ; J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del sec. XIV e nei primi anni del XV », Archivio storico italiano, 113 (1955), p. 157-209 ; F. Melis, Aspetti della vita economica medievale (Studi nell'Archivio Datini di Prato), Sienne-Florence, 1962, p. 118-119 ; Id., Documenti per la storia economica dei secoli xiii-xvi, Florence, 1972, p. 14-sqq. ; Id., « Intensità e regolarità nella diffusione deU'informazione economica generale nel Mediterraneo e in Occidente alla fine del Medioevo », dans Histoire économique du monde méditerranéen (1450-1650). Mélanges en l'honneur de Fernand Braudel, Toulouse, 1973, p. 389-424 [réimpr. sous forme de fascicule, Prato, 1983 (Quaderni di storia postale, 2) et comme article dans I trasporti e le comunicazioni nel medioevo, éd. L. Frangioni, Florence, 1984 (Opere sparse di Federigo Melis, 6), p. 179-223].

3 Cette orientation historiographique participe de l'élaboration, en réaction à la thèse de W. Sombart, d'une « légende rose du marchand médiéval italien », pour reprendre la formule de R. Romano, « Il mercante italiano tra Medioevo e Rinascimento », Odrodzenie i Reformacja w Polsce, 8 (1963) [réimpr.dans Tra due crisi : l'Italia del Rinascimento, Turin, 1971, p. 85], Rares ont été les études suffisamment attentives au contexte humain du fonctionnement d'une association commerciale pour reconnaître le caractère divergent et virtuellement conflictuel des intérêts des membres et dépendants d'une association commerciale. Voir cependant sur les rapports des fils de Villano di Stoldo avec les compagnies Bonaccorsi et Peruzzi M. Luzzati, Giovanni Villani e la compagnia dei Buonaccorsi, Rome, 1971.

4 Voir les analyses et les références bibliographiques contenues dans les études de A. Cicchetti, R. Mordenti, « La scrittura dei libri di famiglia », Letteratura italiana. 3 : Le forme del testo, 2 : La prosa, Turin, 1984, p. 1117-1159 ; L. Pandimiglio, « Ricordanza e libro di famiglia. Il manifestarsi di una nuova fonte », Lettere italiane, 39 (1987), p. 3-19 ; C. Klapisch-Zuber, « Comptes et mémoire : l'écriture des livres de famille florentins », dans C. Bourlet, A. Dufour (sous la direction de), L'écrit dans la société médiévale. Textes en hommage à Lucie Fossier, Paris. 1991, p. 251-258.

5 A. Molho, « Cosimo de'Medici : "Pater Patriae" or "Padrino" ? », Stanford Italian Review, 1 (1979), p. 5-33 ; R.C. Trexler, Public Life in Renaissance Florence, New YorkLondres [etc.], 1980, ch. 4, et surtout D.V. Kent, The Rise of the Medici. Faction in Florence, 1426-1434, Oxford, 1978 et F.W. Kent, Barlolomeo Cederni and his Friends. Letters to an Obscure Florentine, Florence, s.d. [1991], p. 3-47. Certains traits présentés par des réseaux de rapports épistolaires tissés autour de membres éminents de monastères toscans de la Renaissance offriraient également des points de comparaison (cf. A. Scattigno, « "Carissimo figliolo in Cristo". Direzione spirituale e mediazione sociale nell'epistolario di Caterina de'Ricci (1542-1590) », dans L. Ferrante, M. Palazzi, G. Pomata (sous la direction de), Ragnatele di rapporti. Patronage e reti di relazione nella storia dette donne, Bologne, 1988, p. 219-239).

6 G. Constable, Letters and Letter-Collections, Turnhout, 1976 (Typologie des sources du Moyen Age occidental, A-II, 17) ; A. Boureau, « La norme épistolaire, une invention médiévale », dans R. Chartier (sous la direction de), La correspondance. Les usages de la lettre au xixe siècle, Paris, 1991, p. 127-157.

7 Voir par exemple A. Petrucci, L. Miglio, « Alfabetizzazione e organizzazione scolastica nella Toscana del xiv secolo », dans S. Gensini (sous la direction de), La Toscana nel secolo xiv. Caratteri di una civiltà regionale, Pise, 1988 (Centro di studi sulla civiltà del tardo medioevo. San Miniato, 2), p. 465-484.

8 Boncompagno da Signa : « Mercatores in suis epistolis verborum ornatum non requirunt, quia fere omnes et singuli per idiomata propria seu vulgaria vel per corruptum latinum ad invicem sibi scribunt et rescribunt, intimando sua negocia et cunctos rerum eventus. » (L. Rockinger, Briefsteller und Formelbiicher des eilften [sic] bis vierzehnten Jahrhunderts, 1, Munich, 1863 (Quellen und Erörterungen zur bayerischen und deutschen Geschichte, 9/1), p. 173).

9 Ainsi la concision louée par les dictatores (Constable, Letters and Letter-Collections, op. cit., p. 19-20) est aussi appréciée par les marchands, qui utilisent couramment une formule comme « ilpiù brevepotrò » dans l'exposé de leurs informations.

10 Précieux pour l'analyse des différentes formes de relation interpersonnelle moralement contraignante est, parmi l'abondante littérature sociologique et anthropologique consacrée au clientélisme, l'article de C.H. Landé, « The Dyadic Basis of Clientelism », dans S. W. Schmidt et alii (éd.), Friends, Followers and Factions. A Reader in Political Clientelism, Berkeley (Cal), 1977, p. xiii-xxxvii. Sur l'amicizia ou amistà florentine des xive-xve siècles, voir plus particulièrement C. Klapisch-Zuber, « "Parenti, amici, vicini". Il territorio urbano d'una famiglia mercantile nel xv secolo », Quaderni storici, 33 (1976), p. 969-973 [art. réimpr. en version fr. dans Ead., La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l'Italie de la Renaissance, Paris, 1990, ch. 3] ; D.V. Kent, The Rise of the Medici, op. cit., p. 16-17, 83-87 ; R.F. Weissmann, « Taking Patronage Seriously : Mediterranean Values and Renaissance Society », dans F. W. Kent, P. Simons (sous la direction de), Patronage, Art, and Society in Renaissance Italy, Canberra-Oxford, 1987, p. 25-45. Sur la Freundschaft comme ciment des réseaux commerciaux des villes allemandes du xve siècle, voir P. Braunstein, « Réseaux familiaux, réseaux d'affaires en pays d'Empire : les facteurs des sociétés (1380-1520) », dans F.M. Crouzet (sous la direction de), Le négoce international, xiiie-xxe siècle, Paris, 1989, p. 32-34. Le traité d'ars dictandi de Laurent d'Aquilée (vers 1300) range au même niveau d'une taxinomie sociale des destinataires de lettres les « amici, fratres, cognati, germant » et les « mercatores » (J.J. Murphy, Rhetoric in the Middle Ages. A History of Rhetorical Theory front Saint Augustine to the Renaissance, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1974, p. 261). L'importance du thème de l'« amitié » dans la correspondance humaniste a été soulignée par de nombreux travaux (R. Starn, Donato Gianotti and his "Epistolae", Genève, 1968 (Bibliothèque d'humanisme et Renaissance, 97), p. 11 ; K.T. Butler, "The Gentlest Art" in Renaissance Italy. An Anthology of Italian Letters, 1459-1600, Cambridge, 1954, p. 113-sqq.).

11 Cf. Trexler, Public Life, op. cit., p. 135, et les documents présentés ci-dessous à titre d'exemples. Une autre lettre de recommandation en faveur d'un enfant d'Arezzo « donné » par sa mère et ses oncles maternels à Francesco di Marco da Prato pour en faire un marchand et, éventuellement, l'envoyer comme facteur à Avignon, a été publiée par B. Dini, Arezzo intorno al 1400. Produzioni e mercato, Arezzo, 1984, p. 122-123.

12 Cf. infra, document no 3, ainsi qu'une autre lettre expédiée par Niccolaio di Bonaccorso aux associés de Francesco di Marco résidant à Gênes (R. Brun, « Annales avignonaises de 1382 à 1410 extraites des Archives de Datini », Mémoires de l'Institut historique de Provence, 12 (1935), p. 134-135). Une notification un peu similaire est adressée quelques jours plus tard par Niccolaio di Bonaccorso à Stoldo di Lorenzo di ser Berizo Ormanni, associé de Francesco di Marco à Florence, en vue de cette collaboration des deux réseaux commerciaux à Gênes et à Pise (10-4-1392 : Archivio di Stato de Prato – abrégé ci-dessous ASPr-, Archivio Datini – abrégé D. – 625, Niccolaio di Bonaccorso à Stoldo di Lorenzo, 520593).

13 L'exposé le plus détaillé sur les associations commerciales du « marchand de Prato » reste celui de Melis, Aspetti della vita economica, op. cil. Voir également pour un résumé de sa carrière et un état récent de la bibliographie M. Luzzati, « Datini, Francesco », dans Dizionario biografico degli italiani, 33, Rome, 1987, p. 55-62.

14 Cf., parmi les lettres d'Andrea di Bartolomeo da Siena, associé de l'agence avignonnaise, celle datée du 3-9-1383 : « lu non so io medesmo che schusa farmi che ligittima sia e a voi eccietta del none avervi più spesso scritto, e a buona fi, più n'arei, alchunu asai ligittima. Non di meno pregho voi che fino a oggi abiate perdono, ché per l'inanzi vi ristorò, e ancho lo scrivare mio non è di si grande inportanzia che a voi, computate vostre facende, non vi [debia] essore tedio. Ou che [= ovunque] che sia, poi che chosì volete.farò vostro volere. » (ASPr, D. 321, f° 2) ; celle des 22/23-7-1384 : « Voi vi dolete del mio non escrivarvi più spesso, e a buona fi avete gran ragione » (ASPr, D. 321, f° 9v°) et celle du 27-8-1384 : « avendomi già scritto che gran piacere vi dava lo mio scrivare spesso » (ASPr, D. 621, 9305, r°).

15 Les lettres d'Andrea di Bartolomeo à Francesco di Marco sont conservées dans les liasses ASPr, D. 321-322 ; 341 (da Milano) ; 427 ; 621-624 ; 669 ; 704. Une unique lettre de Francesco à Andrea a été conservée (ASPr, D. « a località diverse », 2, da Firenze a Siena).

16 ASPr, D. 427 et Carteggio privato Pisa. Andrea a en particulier été chargé par Matteo de lui commander divers accessoires (ceintures, bourse, éperons) auprès d'artisans avignonnais. Cette relation épistolaire s'interrompt peu après du fait du départ de Matteo pour Avignon, où il trouve bientôt la mort en octobre 1384 (ASPr, D. 321, ff° 281-283).

17 Les premières lettres adressées par Andrea à Stoldo remontent à 1384 (ASPr, D. 427 [1384] ; Carteggio privato Firenze, da varie località, da Siena [1386]), mais ce n'est qu'en 1388-1389, plusieurs mois après le séjour de Stoldo à Avignon en 1385-1386, que l'échange devient fourni (ASPr, D. 623 et Carteggio privato Firenze, da Avignone).

18 « Non so che dire si voglia l'alevare della serpe. Io sono stato con voi presse a VIII anni e òvi servito con quella fè e amore che se mio padre foste, tanto quanto huomo che mai con voi fosse, e pare per pro va. E perch'io non vi facci'lunghe bibie per ogni fante, non resta ch'io non possa di chosta a'pin chari a voi dire quello che dicho. » (Andrea di Bartolomeo, lettre datée de juillet 1389 : ASPr, D. 624, 9309, 1er f° v°). La métaphore, tirée d'une fable d'Esope, paraît fréquente dans ces correspondances marchandes.

19 Paiement relatif à ses funérailles reçu par la confrérie Notre-Dame-la-Majour en juillet 1425 (Archives départementales de Vaucluse – abrégé ci-dessous ADV-, Archives hospitalières d'Avignon, Majour E5, f° 107v°).

20 Il serait né vers 1355 selon l'âge qui lui est attribué dans le registre d'imposition de Prato de 1372 (Archivio di Stato de Florence – abrégé ASF –, Estimo 215, f° 599), vers 1357 selon celui de 1384 (ASF, Estimo 217, f° 445). Les lettres de Niccolaio di Bonaccorso sont conservées dans les liasses ASPr, D. 184 ; 321-323 ; 343 ; 427-428 ; 621-622, 624-629 ; 632 ; 669 ; 677 ; 717 ; 745 ; Carteggio privato Firenze, da Avignone ; Carteggio privato Prato, da Forlì-Pistoia (da Pavia). Deux lettres de Francesco di Marco adressées à Niccolaio sont parvenues dans la liasse ASPr, D. Carteggio privato Avignone, da Prato.

21 « La nostra brighata tucta vi priegho abiate per rachomandata e che di loro vogliate fare quel chonto che di figluoli o frateli, ché ‘l simile faciam noi di voi, cioè conto chome di padre. Sicché vi priegho quanlo più posso tutti vi sien rachomandati, e simile la nostra madre, inn aiutargli, in chonsigliargli in tucte quele chose vedete che sien di bisongnio. E di ciò non vi potrei tropo preghare, ché a voi richorro si chome a padre e pel magiore parente e amicho io e gli abri abiamo in questo monde, sicché, sanza lungho dire, vi priegho tucti ci abiate per rachomandati, ché chome sapete, quando i giovani rimanghono sanza padre, sono chome chavali isfrenati, e quando nonn ànno chi gli choregha, a le voile prendono chactiva via » (11/14-10-1383 : ASPr, D. 321, f° 27) ; « A loro ò iscricto e scriverò di voi facian chonto chome di padre e di magiore, e chosì sono cierto faranno » (18-2-1384 : D. 621, 423585, 3e f°) ; « Eglino se ne regierannoper vostro consiglio in quelle e inn ongn'altra cosa. Abiategliper rachomandati, e di ciò vi priegho, ché per padre vi reputiamo tucti » (7-4-1384 : D. 321, f° 37v°) ; « Noi di qua vi riputiamo tucti per padre e Ί simile penso facciano eglino. E perd vi priegho, quando faciesoro cosa non dovesoro, gli vogliate riprendere e chonsigliargli si chome vostri » (ibid., f° 38) ; « chome per l'altra vi scrisi, simile vi dirò per questa : noi ongni nostro facto rimectiamo in voi. Di voi ci chonviene fare chapo di tucto, e si per l'amistà anticha e si per lo parentadofacto, perd ch'io sono cierlo in quelo e inn ongn'altra cosa voi ghuardereste a l'onore e bene nostro chome al vostro medesimo. E queste son chose che chi è in su la presenza può meglio prendere partito che chi è da lungha » (1/6-8-1384 : D. 321, f° 40v°) ; « da voi tengho tucto chome da padre e quel chonto fo e fard sempre di, voi e chome vel dicho cho la penna, chosî voglio siale più che cierlo vel dicho chol chuore. E Dio vi ghuardi di bisongnio, in chosa potesi, e fosse che volesse, in me trovereste quella fedeltà e amore che dee avere figluolo a padre, e alsì negli altri nostri frateli sono di chostà e di qua. E per quante lectere iscrivo costà, il richordo loro che voi tenghano e reputino per padre e magiore inn ongni cosa, e chosì son cierlo fanno e farebono inn ongni cosa bisongna.se » (9-1-1385 : D. 621, 423586, 1er f°-v°) ; « Chonvienvi essere padre e ghovernatore di lucti noi, e vo dire chosì che voi fate bene, ché lucti ci potete tenere per vostri figluoli e lucti mi credo abiamo quello amore verso di voi che di padre » (9-9-1389 : ASPr, D. 624, 423604, r°-v°).

22 Choix des deux femmes successives de Paolo di Bonaccorso (18-2-1384 : ASPr, D 621, 423585, 3e f° ; 29-3-1384 : D. 321, f° 35 ; 7-4-1384 : D. 321, f° 37v° ; 22-1-1386 : D. 427, 505163) et des maris de deux soeurs de Niccolaio (1/6-8-1384 : D. 321, f° 40v° ; 16-9-1384 : D. 321, f° 42v°). Niccolaio demande également conseil à Francesco lorsqu'il envisage de prendre femme (18-2-1384 : D. 621,423585, 3e f° v° -4e f° ; 29-3-1384 : D 321 f° 35-v° · 1/6-8-1384 : D. 321, f° 40v°).

23 27-10-1386 : ASPr, D. 621,423593 ; 20-11-1386 : D. 621,423594, 1er f°-v°.

24 « A le moite rinchure fate verso di me, v'asento in moite avete ragione verso di me. E prima, sopra i d(anari) mi prestaste, d'avervi io [non] avisato di tenpo in tenpo quello seghuito avea [...] ò ciercho grande lenpo fa e ciercho abiate il vostro. E quello à scricto a voi iscrisi grande tempo fa a Stoldo. Se ve lo disse, non so. E se volete dire a mme "perché no'llo iscrivesti ?" :per verghongna, ché tenete a cierlo sempre v'ò tenuto e honorato chome padre, che nn'ò avuto ragione, atenduto l'amore e 'l bene e la buona volontà sempre ò vista in voi verso di me e degli altri fratelli, sicché torto arei avuto a non fare verso di voi chome di padre. » (22-4-1398 : ASPr, D. 628, 423596, 1er f°).

25 Cf. en particulier sa lettre du 22-4-1398 (D. 628, 423596, 2e f° v°), Divers passages de précédentes lettres de Niccolaio font allusion à ses rapports avec les frères Brancacci (25-6-1390 : ASPr, D. 322, f° 288v° ; 10-4, 24-5 et 17-6-1392 : D. 625, 520593-520595 ; 26/12-12-1397 : D. 628, 1er f° v°). Voir également pour quelques indications biographiques sur Nicola et Buffilo Brancacci D. Girgensohn, « Brancaccio, Niccolò », dans Dizionario biografico degli italiani, 13, Rome, 1971, p. 793-796 ; A. Esch, « Le clan des familles napolitaines au sein du Sacré Collège d'Urbain VI et de ses successeurs et les Brancacci de Rome et d'Avignon », dans Genèse et débuts du Grand Schisme d'Occident (Avignon, 25-28 septembre 1978), Paris, 1980, p. 493-506.

26 « Quanto io, mi rendo cierto e sichuro voi dovrete dure a mme, e non io a voi, e che sarà il chontrario di quelle vi fate udire » (9-7-1409 : ASPr, D. 632, 423610, 1er f° v°). Le compte figure au 2e f° de cette lettre.

27 Les lettres de Niccolò Pentolini sont conservées dans les liasses ASPr, D. 322 ; 621 ; 624 ; Carteggio privato Firenze, da Avignone. Une lettre unique de Francesco di Marco à Niccolò Pentolini est contenue dans la liasse ASPr, D. Carteggio privato Avignone, da Prato.

28 Neveu d'un registrateur du pape, son homonyme, attesté dans les années 1350 (Archivio segreto Vaticano – abrégé ci-dessous ASV-, Collect. 53, ff° 32v°, 37, 61v°, 137, 148 ; etc.) et sans doute parent d'Aymeri de Pesteil, damoiseau du pape dans les années 1340 (Die Ausgaben der apostolischen Kammer tinter Benedikt XII., Klemenz VI. und Innocent VI. (1335-1362), éd. K.H. Schäfer, Paderborn, 1914, p. 202, 235, 290, etc.), Gui de Pesteil, chevalier du diocèse de Tulle ou de Limoges (selon les mentions : ASV, Collect. 464, f° 169 ; Introitus et Exitus 336, f° 84 ; Colleet. 466, f° 107 ; Die Ausgaben der apostolischen Kammer tinter den Pdpsten Urban V. und Gregor XI. (1362-1378), éd. K.H. Schäfer, Paderborn, 1937, p. 357, 388, 470), s'intitule dans ses lettres seigneur de « Varanzac » et « Salem » (ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, G. de Pesteil, 12-1-1400 ; D. 669, da Maubec, « Giovanni di Pestello » [sic dans le classement du fonds], s.d. [1401 ?] et 13-1-s.a. ; P. Pansier, Histoire de la langue provençale à Avignon du xiie au xixe siècle, 2, Avignon, 1925, p. 118) ; dirigeant une dizaine de lances au service du pape dans les années 1370 (Die Riickkehr der Päpste Urban V. und Gregor XI. von Avignon nach Rom, éd. J.P. Kirsch, Paderborn, 1898, p. 179, 183, 203, etc.), il acquiert vers la fin du xive siècle la seigneurie d'un village des environs de Cavaillon, Maubec (ADV, 3 E 8, 271, f° 106) et sera plus tard fait prisonnier lors de la bataille d'Azincourt (A. Coville, La vie intellectuelle dans les domaines d'Anjou-Provence de 1380 à 1435, Paris, p. 331-334).

29 Cf. la lettre de Boninsegna di Matteo à Francesco datée du 1-6-1384, lui avouant avoir jugé préférable de retenir une lettre adressée à Niccolò Pentolini et lui suggérant un modèle de lettre d'un ton plus modéré (ASPr, D. 427, 303044, f° 3v°). Voir aussi les lettres de Nastagio di ser Tommaso, correspondant extérieur à l'agence chargé par Francesco de jouer le rôle de médiateur dans ses rapports avec Niccolò Pentolini (en particulier ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 1402975, 1er f°).

30 « Essend'io malato in casa vostra, nella presencia delta vostra donna, de'vostri factori e della vostra familia, per tre volte voy mi diceste la magior villania e Ila magiore ingiuria ch'io credo che già may si dicesse a niuno cristiano, ed in fine ch'i'era quell'uomo che v'avea tradito, enganato e fatto perdere se'milia fiorini e che corne un cane mi fareste morire in carcere » (lettre de Niccolò vraisemblablement rédigée au cours de son séjour à Florence au printemps 1400 : ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 134966 ; le passage est recopié dans ses lettres suivantes du 6-7 au 15-9-1400 : ibid., 134961 à 134965).

31 Une lettre unique de Francesco à Nastagio, datée du 28-2-1399, a été conservée (ASPr, D. Carteggio privato Avignone, da Prato) ; elle se présente comme l'amorce du rapport épistolaire mais ne comporte pas d'adresse et ne semble pas être parvenue aux mains de Nastagio ; il s'agit donc soit d'une copie, soit d'une version différente de la lettre que Francesco adresse vers cette époque à Nastagio pour renouer leur relation. Les lettres de Nastagio à Francesco sont conservées dans les liasses ASPr, D. 629-632 ; 717 ; Carteggio privato Firenze, da Avignone ; Carteggio privato Bologna, da Avignone.

32 Cf. Cicchetti, Mordenti, « La scrittura dei libri di famiglia », op. cit., spécialement p. 1134.

33 C. Bec, Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Florence, 1375-1434, Paris La Haye, 1967, p. 120-123. Les lettres de ser Lapo Mazzei ont été publiées par C. Guasti, Lettere di un notaro a un mercante del secolo xiv, con altre lettere e documenti [2 vol.], Florence, 1880 [réimpr. : Prato, 1979].

34 « E lassando andare Tulio o Senescha, tu sai ch'io so'e sarò chome ch'io mi sia sempre tuo, e a l'opare il vedrai » (lettre d'Andrea di Bartolomeo à Matteo di Lorenzo Boninsegna, 16-2-1384 : ASPr, D. 427, 301175, 1er f°) ; « Chome sai, io non so scrivere a l'amicho per siloscismi, perché mai non lo apresi né l'ò chostumato, e parmi salvatichezza perché tra due amici bisognian poche parole, e buone » (Andrea à Matteo, 6-12-1383 : D. 427, 301174, 1er f° r°) ; « Se nulla posso, comanda : ecce homo » (Andrea à Matteo, 26-11-1383 : D. 427, 301173) ; « Altro non so che a dire t'abia per questa, se non ch'io so tutto tuo usque ad mortem » (Andrea à Matteo, 6-12-1383 : D. 427, 301174, 1er f° v°).

35 Procédé de scansion chez Niccolò Pentolini : apostrophe « Francescho » répétée à la tête de chaque paragraphe (ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 134956 et 134957) ; répétition de l'apostrophe « signori » et de la formule « et per far Niccolao di Bonacorso piacere ad Aghinolfo » dans sa supplique aux arbitres du différend de Niccolò Pentolini et d'Aghinolfo de' Pazzi (ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 134959) ; répétitions « e ssapiate, Francesco » et « che nella detta mia fortuna mi fece molto male » (ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 134961 à 13495). Références à la littérature morale dérivée d'oeuvres de l'Antiquité : Sénèque (Nastagio : ASPr, D. Carteggio privato Firenze,_da Avignone, 1402973, f° 6 ; 1402975, 2e f° v°) ; fables d'Esope (Andrea : D. 427, 301167, 1er f° v°) ; références aux Ecritures : appel du Christ à ses premiers disciples (Nastagio : D. 629, 800442, f° 4v°), Jugement dernier (Andrea : « De' ! vogliatemi tra gli eletti vostri ! » ASPr, D. 623, 9316 ; « Vogliatemi per uno de'vostri elelti ! » D. 624, 9310, 2e P), etc.), femme cananéenne (Nastagio : D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 1402983, 1er f°), etc. ! citations extraites de la Divina Commedia de Dante (Nastagio : D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 1402973, f° 5v° ; D. 629, 800443, ff° 1 et 8v° ; D. 629, 800445 f° 4v° ; D. 632, 800437, 1er f°).

36 Recours au proverbe (par exemple Andrea : D. 621, 1er f° v° ; Niccolaio : D. 321, f° 40 ; Nastagio : D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 1402982, 5e f° ; D. 717, 703465, 1er f° ; D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 1402983, 1er f° et 2e f° ; ibid., 1402984, 1er f° v° et 2e f° ; D. 631, 110070 [lettre classée par erreur parmi celles de Tommaso di ser Giovanni], r° ; D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 1402986, 1er f° ; D. 632, 800438, 1er f° ; etc.). Voir aussi sur l'association de recueils de proverbes et de formulaires epistolaires dans certains manuscrits A.-M. Bautier, « Peuples, provinces et villes dans la littérature proverbiale latine du Moyen Age », Bien dire et bien aprandre, no 3 (1984) [Richesse du proverbe. 1 : Le proverbe au Moyen Age. Etudes réunies par F. Suard et C. Buridant], p. 10 ; N.Z. Davis, « Proverbial Wisdom and Popular Errors », art. réimpr. in Ead., Society and Culture in Early Modem France. Eight Essays, Stanford (Ca.), 1975, p. 23.

37 ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, Nastagio di ser Tommaso, 1402985, 2 f°v°.

38 ASPr, D. 629, Nastagio di ser Tommaso, 800442, ff° 8v°-9. Francesco di Marco emploie lui aussi volontiers l'assempro dans ses lettres. Cf. par exemple Yassempro des écuyers florentins d'un cardinal d'Avignon prêts à commettre un meurtre par dévouement pour leur seigneur (R. Piattoli, « L'origine dei fondaci datiniani di Pisa e di Genova in rapporta agli avvenimenti politici », Archivio storico pratese, 7 (1927), p. 173-174). Voir également la longue « novela di quelo andò cerchando l'ira di Dio » rapportée par un associé de Francesco à Avignon, Tommaso di ser Giovanni da Vico (G. Livi, Dall'Archivio di Francesco Datini mercante pratese, Florence, 1910, p. 27-28).

39 Cf. par exemple, le passage suivant d'une lettre de Nastagio di ser Tommaso : « Da poi che ti schrissi, che no mi ricorda il di, n'ebbi 2 tue [...]. E più mi dié Tomaso di ser G(iovanni) 2 altre tu a lui ne mandi, e con esse una lungha e grande ricordanzza, le quali 2 l(ettere) e si la ricordanzza ò lutta letta, e alla chandella e al giorno chiaro ; e ti inprometo più d'una volta [...] » (ASPr, D. 630, 800430, f° 1).

40 Lorsque Francesco di Marco reprend langue avec Nastagio, il lui envoie d'abord une lettre dictée à un facteur ; Nastagio lui demande alors : « Prieglioti per amore per la prima mi schrivi vi sia 2 verssi di tua mano per rifermare l'anticha amiciçia. » (ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 1402971). Niccolò Pentolini attribue une valeur magique à ses propres lettres lorsqu'il écrit à Francesco : « E quando legiete la delta letra, vi piacc[i]a recarela veramente al petto, e adonqua conoscerete la malvagia ragione che à gitato e gietta a me, a la mia donna, a'miey filuoli e a'miey creditory y malvagy consigli che nella detta mia fortuna Bonisengnia [di Matteo] m'à daty » : (ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 134961 ; le passage est recopié dans les lettres suivantes 134962 à 134965). Voir aussi sur la considération accordée aux missives autographes Constable, Letters and Letter-Collections, op. cit., p. 44 ; Trexler, Public Life, op. cit., p. 144-145 ; Scattigno, « Carissimo figliolo », op. cit., p. 225.

41 « Compare, io non so [che] si voglia dire che da uno tenpo in qua, dormendo, veghiando, ma giando, beve'do, di continovo mi pare parlare techo ed esere alla tua presenzza, come già più volte siamo istatti, di cche fra me medesimo ne sto forte maravigliato. Può esere ta gr[an]de volontà n'è cagione » (14-8-1401 : ASPr, D. 717, Nastagio di ser Tommaso, 703457, v°).

42 ASPr, D. 717, Nastagio di ser Tommaso, 703467, 1er f° v°.

43 L'annotation de Francesco figure au revers de la lettre de Boninsegna : « Chonta de la morte di Matteo di Lorenzo e di quanto fecie choscienza e di molte altre chose intorno accid, che ssi vorrà molto bene rivedere e fare che cci sia fatto ragione a luogho e a tenpo quando sararemo [sic] in sue achonc[i]are delle ragioni da noi a Boni'segna e da Stoldo a nnoi e chosi dalle redi di Banco » (ASPr, D. 321, ff° 281-283, Boninsegna di Matteo, 7-11-1384).

44 « Quando con voi venni a stare, io vi dissi dal primo di all'ultimo chome l'animo mio non era d'essare chon voi per animo di salaro spettassi da voi, ma feci conto e fo d'avere un padre aduttivo e di voi e di vostre chose fare quelle conto si de'fare di padre, e che a voi piacesse volermi per lo simile per figliuolo, e servirvi a mie propie spese se di vostro volere fosse II ο III anni » (Andrea di Bartolomeo : ASPr, D. 321, f° 9).

45 « Altra voila udii da voi che compangnia volia essare fallu chome fratellanza » (Andrea di Bartolomeo, 7-10-1387 : ASPr, D. 322, f° 3) ; « Altra volta udii da voi che compagnie eran fratellanze. A me pare che cie n'à di moite maniere » (ici., 13-3-1388 : ASPr, D. 622, 1er f° v°) ; « a voi medesimo ò udito dire moltisime voile che lle compagnie vogliono essare fratellanze, e dove altrimenti sieno, son guaste. E chosi è questa, ché sempre disidera'fratellanza, e mai per molli non fu essaudita. Dio paghi ciaschuno sicondo sue opere e non altrimenti ! Non so modi di compagnia, anzi di magioria. Non dicho che sempre magiore non debba essare per lo luogho vostro che tiene, e si per lo tempo à più speso che gli altri » (id., 30-8-1389 : ASPr, D. 624, 1er f° v°).

46 Rapport d'alliance avec un lointain parent de Francesco di Marco pour Niccolaio (ASPr, D. 621, 423585, 3 f° ; « Delparentado avete facto intra voi e noi, sono avisato e ònne grande piaciere. Chome che l'amore fosse grande prima per tucte ragioni, dee ora cresciere » : ASPr, D. 321, P35 ; D. 321, f° 40v° ; « Chon ciò sia chosa intra voi e noi non sia gran parentado, pure parentado è intra voi e noi. E vu[o]lmi richordare che sempre ò udito dire che una buona amistà val bene un parentado. Ora questa buona amistà mi pare sia intra noi, ch io vegio voi a tucti ci avete amore e se [=] grande pù che se parenti istrecti fossimo, e noi a voi il simile e più, se più potesse essere, sicché cho l'aiuto di Dio, qui è e parentado e amistà. Piaccia a Dio acrescierla per sempre ! » : ASPr, D. 621, 423586, 2e f°).

47 « E perché noi, Boninsengnia di Mateo, riputiamo te, Benedetto, per lo pare'tado abiamo insieme, che ttue servirai a fede noi e l'amicho nostro [...] » (R. Brun, « Notes sur le commerce des objets d'art en France et principalement à Avignon à la fin du xive siècle », Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, 95 (1934), p. 345-346).

48 « Quando i benifici vachano in charte, il papa à più domandatori, ma pure il più delle volte gli dà dove più ama, e si alchuna voila, ma è rado, ne provede i più nicistosi. lo e miei e tuoifigluoli – che dove'dire prima [tuoi]siamo aspettanti, e altro che la grazia di Dio e lla tua non aspettiamo, ed ogni altra ci è chorta, chome in più t'ò detto. E chome indrieto t'ò detto, di non troppa grasezza ci passeremo e ttu ài pur delle chose tra mano e tante provate che de'modi ci debbe avere. Si che, posto per ventura noi non siamo nel numero di choloro vòi ingrassare, ché no'llo abbiamo meritato, non facendo torto a verun altro, piaciati averci nell'animo di provederci della tua grazia. E qui non ti saprei altro dire : a buono intenditore, poche parole. Ed ogni luogho a noi è buono, solo tu ti chontenti. » (ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 1402983, 1er f° v°).

49 Cf. supra, note 35, ainsi que la lettre de Nastagio du 7-9-1399 (ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 1402975, 4e f° v°) pour la descente du Christ aux limbes des patriarches.

50 La métaphore semble lui avoir été suggérée par Francesco lui-même (ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 1402973, f° 1 et 140279, 3e f°).

51 En particulier dans les lettres de Nastagio di ser Tommaso, qui se désigne lui-même à l'occasion par référence au notaire dont Francesco s'est servi pour reprendre contact avec lui : « Abi a richordo per sempre, quando ti schriverò cossa no voglia per nullo sia intessa da me parta, ti dirò : "l'ainicho di sere Martine ti manda cossi o ti dicce cossì" » (ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 1402973, P8v° ; exemples d'emploi de cette formule dans la correspondance successive : ASPr, D. 717, 703463, f° 1 et D. Carteggio privato Bologna, da Avignone, lettre des 31-1/6-2-1401, f° 1).

52 Nastagio semble avoir pensé dès le début de l'année 1400 à déjouer par l'utilisation d'un code chiffré le contrôle de la correspondance par l'administration pontificale, plus rigoureux en cette période de troubles (allusions à « uno alfabecho, il quale altro che tu e io [non] le [= lo]'ntenda » : ASPr, D. 629, 800446, P2). Il envoie en avril 1401 (lettre des 18/30-41401 : D. 717, 703464) une clé du chiffre qui semble correspondre à celle qui est actuellement conservée avec sa lettre du 27( ?)-10-1402 (D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 1402985, 5 f°). D'autres exemples d'utilisation d'une technique similaire par des Florentins du xve siècle sont évoqués par C.M. de la Roncière, « L'exil de Filippo et Lorenzo di Matteo Strozzi d'après les lettres de monna Alessandra Macinghi negli Strozzi, leur mère (1441-1466) », dans J. Heers et C. Bec (sous la direction de), Exil et civilisation en Italie (xiie-xvie siècles), Paris, 1990, p. 81 et M. Phillips, The Memoir of Marco Parenti. A Life in Medici Florence, Princeton (N.J.), 1987, p. 83. Voir aussi, plus généralement, sur le souci de préservation du secret de la correspondance, Renouard, « Information et transmission des nouvelles », op. cit., p. 91-142.

53 « De serviggi del nostro romeo [Niccolò Pentolini], non ti posso dire altro mi t'abia detto in più. Di poi è qui tornato, io l'ò ogni di di continovo in cassa per ispazzio di 2 ore, e qui ilpù de'suoi ragionamenti sono sopra i serviggi ti sai e della sua andatta al Sepolch[r]o » (Nastagio di serTommaso, 12-8-1400 : ASPr, D. 717, 703456, 1er f°).

54 Cf., sur l'usage des sobriquets et pseudonymes comme instrument d'intégration dans les rapports quotidiens d'interaction au sein d'une communauté villageoise, F. Zonabend, « Jeux de noms. Les noms de personne à Minot », Etudes rurales, 74 (1979), p. 68-73 ; Ead., « Pourquoi nommer ? (Les noms de personne dans un village français : Minot-en-Châtillonnais) », dans L'identité (Séminaire interdisciplinaire dirigé par Claude Lévi-Strauss professeur au Collège de France, 1974-1975), Paris, 1977, p. 261-262, 269-273.

55 Cf. également Scattigno, « Carissimo figliolo », op. cit., p. 226.

56 La troisième lettre de Nastagio à Francesco évoque ainsi successivement divers services de médiation rendus par lui à Francesco une vingtaine d'années plus tôt dans des rapports avec d'autres marchands toscans et des habitants d'Avignon, les sermons d'un prédicateur italien que Francesco a pu entendre dans une église d'Avignon et le pélerinage à Saint-Antoine-en-Viennois (ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, Nastagio di ser Tommaso, 1402973, ff° 1-3v°).

57 ASPr, D. 628, Niccolaio di Bonaccorso, 423595.

58 Le vouvoiement apparaît à partir du 6 mars 1386 (ASPr, D. 621, 700629). Il s'accompagne d'une évolution parallèle des formules de souscription d'un ton désinvolte : « per Niccolò Pentolini saluta. Al piacere tuo » (25-8-1385 : ASPr, D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 134955) à la reconsidération de la distance sociale et à l'évocation utile d'une parenté spirituelle nouvellement offerte par Francesco : « per lo vostro conpare Niccolò Pentoliny di Vingnone al piacere vostro senpre » (6-3-1386 : D. 621, 700629), jusqu'à l'appel à la charité chrétienne : « Niccolò Pentoliny tribolato e doloroso più ch'io non fit'già may, di Vingnone vi si racomanda » (8-10-1393 : D. Carteggio privato Firenze, da Avignone, 134956).

59 Les dons d'aliments accompagnent aussi les lettres des correspondants d'une religieuse toscane de la Renaissance (Scattigno, « Carissimo figliolo », op. cit., p. 226).

60 Lettre de Tieri di Benci da Settignano, associé de l'agence avignonnaise de Francesco di Marco, datée du 26-11-1384 (ASPr, D. 321, f° 68v°). Andrea avait déjà dû, le 27 août 1384, se disculper de ce soupçon auprès de Francesco, qui l'accusait de négliger son service : « Voi mi dite che ragione no'vuole ch'un giovane che sia stato con un maestro un tempo e abia osai apreso da lui, un suo vicino lil vengha a levare per ingordigia di salaro » (ASPr, D. 621, 9305, 1er f°). Voir aussi le cas d'un facteur de Francesco di Marco, Lodovico di Francesco Stefani, qui est licencié pour avoir traité secrètement avec un marchand vénitien (Melis, Aspetti, op. cit., p. 113). Les associés d'Andrea lui reprochent également d'avoir contracté à leur insu une obligation sur la compagnie lors d'un séjour à Barcelone : « in ciò non appare che seconde buono uso di compagnie faccia suo dovere, perché fuori di compagnia niente dee fare, e sanza dir motto voile fare le cose nascoste e segrete, che non è bette fatto » (E. Bensa, Francesco di Marco da Prato. Notizie e documenti sulla mercatura italiana del secolo xiv, Milan, 1928, p. 325).

61 Andrea en ressent une « singhularisima verghognia » « per la giente che parla » et précise « non è chostuma di compagni né di buoni huomini, essendo compagni » (ASPr D 624 9310, 1er f°-v°).

62 Niccolaio exprime en revanche sa reconnaissance envers Boninsegna di Matteo, 1'associé de Francesco, qui, ayant appris avant les autres marchands d'Avignon la nouvelle de la faillite de ses associés pisans, Niccolao Rau et Simone da Sancasciano, lui en a bientôt fait part avec discrétion : « Che Dio lo meriti a Simone [da Sancasciano] e Niccholao Rau, che si pocho provedimento eboro ! Furonci più fanti propri, ed io lo so quanti d(anari) mi furono mandait a paghar, ché tucte le lectere arei acietate, se non fosse l'aviso n'ebi da Boninsengnia – per sempre gli sono tenuto –, savamo disfacti e sverghongnati. Non ci volse Idio tanto male. [...] E se Simone da San Chasciano si fosse ben voluto portare a Pisa, chome dovea e potea, restavamo del chaso chon vie più honore non sarà. » (ASPr, D. 625, 423615, 1er f°).

63 Lettres de Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco (ASPr, D. 323, ff° 140 ; 141) et à Stoldo di Lorenzo (ASPr, D. 627, 520597, 1er f°).

64 Voir en particulier, sur la communication d'informations aux seuls amici d'une compagnie Heers, « Il commercio nel Mediterraneo », op. cit., p. 158.

65 Ainsi Niccolaio di Bonaccorso décide-t-il, après l'installation de Francesco di Marco à Florence, de lui communiquer régulièrement le taux des changes en vigueur à Avignon : « Poi che siete a Firenze, v'aviserò di chambi, chome che Boninsengnia penso ancho ve n'avisi. » (ASPr, D. 321, f° 29v°). Les canaux de l'information peuvent être redondants à l'excès ; ce qui importe avant tout, c'est de faire démonstration de sa bonne volonté à assurer sa part des prestations. Comme 1'écrit Niccolaio dans une autre lettre, « chome che da me possiate avere pocho servigio, il buono volere e'l buono animo ci è » (ASPr, D. 621,423587, 1er f° v°).

66 Je dois à l'amabilité de M. J.-P. Beaumont, conservateur à la Bibliothèque Nationale et ancien conservateur de la Bibliothèque de Metz, la connaissance de ce fonds d'archives.

67 Le cardinal Pierre Després.

68 Matteo Benini [Celli], marchand florentin d'Arles, apporte des capitaux à Niccolaio, mais la compagnie est intitulée au nom de son fils Francesco, qui fournit la prestation de son activité. Voir sur ces marchands L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Age, Aix-en-Provence, 1986, ad indicem s. v. « Benini ».

69 Le tilde pour le n est déplacé du u sur le o.

70 s rayé.

71 Un premier 130 rayé après correction du dernier chiffre.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site