Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islamisation et arabisation de l’Occident musulman médiéval (viie-xiie siècle)

 | 
Dominique Valérian

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Cyrille Aillet est maître de conférences en histoire des mondes musulmans médiévaux à l’université Lumière-Lyon 2. Chercheur au Centre interdisciplinaire d’histoire et d’archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux (CIHAM-UMR 5648), il est ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm) et ancien membre de la Casa de Velázquez (Madrid). Il est spécialiste du christianisme en al-Andalus et des rapports islamo-chrétiens à l’époque médiévale. Il a soutenu une thèse intitulée Les « Mozarabes » : christianisme, islamisation et arabisation en péninsule Ibérique (ixe-xiie siècles), Madrid, Casa de Velázquez, 2010, et coédité, avec Mayte Penelas et Philippe Roisse, le colloque ¿Existe una identidadmozárabe ? Historia, lengua y cultura de los cristianos de al-Andalus (siglos ix-xii), Madrid, 2007 (Collection de la Casa de Velázquez, nº 101). Il travaille actuellement sur le kharijisme maghrébin à l’époque médiévale.

2Allaoua Amara est professeur à l’université Emir Abdelkader – Constantine et chercheur associé au CNRPAH (Alger). Spécialiste du Maghreb central du haut Moyen Âge, il a publié plusieurs articles sur les Hammadides, et la production et la transmission du savoir historique. Il est également l’auteur de La citadelle des Banî Hammâd, l’histoire d’une dynastie berbère du Maghreb médiéval (à paraître en 2011).

3Nelly Amri est professeur d’histoire médiévale à l’université de la Manouba (Tunisie). Elle a pour domaines de recherche l’histoire du soufisme, de l’hagiographie et de la sainteté en Islam, et l’histoire du sentiment religieux, en particulier en Ifriqiya et au Maghreb médiéval. Parmi ses dernières publications  : La Sainte de Tunis. Présentation et traduction de l’hagiographie de ‘Âisha al-Mannûbiyya, Paris, Sindbad-Actes Sud, 2008  ; Les saints en Islam. Les messagers de l’espérance. Sainteté et eschatologie au Maghreb aux xive et xve siècles, Paris, Cerf, 2008. Elle a dirigé, avec Denis Gril, Saint et sainteté dans le christianisme et l’islam. Le regard des sciences de l’homme, Paris, Maisonneuve et Larose, MMSH, 2008.

4Yassir Benhima est maître de conférences à l’université Paris 3, et est l’auteur de Safi et son territoire. Une ville dans son espace au Maroc (11e-16e siècle), Paris, L’Harmattan, 2008, et d’une vingtaine d’articles sur l’histoire et l’archéologie du Maghreb. Spécialiste de l’histoire du peuplement, il travaille actuellement sur les processus d’islamisation et d’arabisation au Maghreb médiéval, et sur les transferts techniques et matériels en Méditerranée occidentale.

5Maribel Fierro est directeur de recherche dans le groupe de recherche Estudios Arabes (Histoire, droit, philologie) à l’Instituto de lenguas y culturas del Mediterráneo y Oriente Próximo du Centro de ciencias humanas y sociales (CSIC). Ses champs de recherche portent principalement sur l’histoire intellectuelle et religieuse de l’Occident musulman, et sur le droit musulman.

6Sophie Gilotte, ancienne membre de la Casa de Velázquez, est docteur en archéologie islamique et chargée de recherche au CNRS (CIHAM-UMR 5648). Sa thèse, Aux marges d’al-Andalus. Peuplement et habitat en Estrémadure centre-orientale (viiie-xiiie siècles), a été publiée à Helsinki en 2010 par l’Academia Scientiarum Fennica (collection Humaniora, 356). Spécialiste de l’Occident musulman médiéval, elle a centré la plupart de ses travaux sur l’Estrémadure et a participé à de nombreux projets, notamment au Maroc et en Tunisie.

7Sonia Gutiérrez Lloret est professeur d’archéologie médiévale à l’université d’Alicante (Espagne) et dirige le projet archéologique «  Tolmo de Minateda  » (Hellín, Albacete, Espagne) ainsi que d’autres fouilles appartenant préférentiellement à des contextes du haut Moyen Âge. Ses principaux champs de recherche portent sur la fin de la société wisigothique et la formation d’al-Andalus jusqu’au califat. On compte parmi ses ouvrages les plus significatifs, en plus de la classique Cora de Tudmīr : de la Antigüedad Tardía al mundo islámico, ses apports aux cinq éditions du cycle Visigodos y Omeyas et aux colloques Castrum, 8 et Villa, 2.

8Eduardo Manzano Moreno est directeur de recherche au Centre de sciences humaines et sociales du CSIC à Madrid. Docteur de l’université Complutense de Madrid et MA de l’université de Londres. Il est l’auteur de plusieurs livres individuels ou rédigés en collaboration, parmi lesquels on citera tout particulièrement Conquistadores, emires y califas. Los Omeyas y la formación de al-Andalus, Barcelone, 2006, et La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, Madrid, 1991.

9Annliese Nef (maître de conférences à l’université Paris 4 Sorbonne  ; UMR 8167 Orient et Méditerranée), est spécialiste de l’histoire de la Sicile. Après avoir consacré sa recherche doctorale et postdoctorale à la Sicile des Hauteville et l’Islam (xie-xiie siècle), elle a orienté de nouvelles enquêtes vers la domination islamique de l’espace insulaire. Elle travaille actuellement sur le processus d’islamisation entre le milieu du ixe et le milieu du xie siècle en Sicile.

10Christophe Picard est professeur d’histoire médiévale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de la péninsule Ibérique et de la Méditerranée médiévale, il a publié notamment L’océan Atlantique musulman de la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et mise en valeur des côtes d’al-Andalus et du Maghreb occidental (Portugal, Espagne, Maroc), Paris, Maisonneuve et Larose, 1997, La mer et les musulmans d’Occident au Moyen Âge (viiie-xiiie siècle), Paris, PUF, 1997, et Le Portugal musulman (viiie-xiiie siècle). L’Occident d’al-Andalus sous domination islamique, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000.

11Emmanuelle Tixier est maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Paris 10 Nanterre. Elle a effectué une thèse sur les traités de géographie rédigés en Espagne musulmane pendant le Moyen Âge (Géographie et géographes d’al-Andalus, 2003).

12Dominique Valérian est professeur d’histoire médiévale à l’université Lumière-Lyon 2 et membre du CIHAM (UMR 5648). Il est spécialiste du Maghreb et plus particulièrement des ports et des relations avec la Méditerranée. Il a publié Bougie, port maghrébin, 1067-1510, Rome, 2006, et Les sources italiennes de l’histoire du Maghreb médiéval, Paris, 2006. Il a par ailleurs édité, avec D. Coulon et Ch. Picard, Espaces et réseaux en Méditerranée médiévale, 2 vol. , Paris, 2007 et 2010.

13Élise Voguet est chargée de recherche au CNRS (IRHT). Elle a soutenu en novembre 2005 une thèse de doctorat intitulée  : «  Entre réalités sociales et construction juridique, le monde rural du Maghreb central d’après les Nawāzil Māzūna (ixe/xve siècle)  ». Ses recherches actuelles portent sur l’histoire sociale du Maghreb rural au Moyen Âge, les textes de jurisprudence mālikites, histoire de l’élaboration juridique et de la diffusion du mālikisme.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540