Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les courriers des papes d'Avignon sous Innocent VI et Urbain V (1352-1370)

Anne-Marie Hayez

Texte intégral

  • 1 Y. Renouard, « Comment les papes d'Avignon expédiaient leur courrier », Revue historique, 180 (193 (...)
  • 2 B. Guillemain, La cour pontificale d'Avignon (1309-1376). Etude d'une société, Paris, 1962, p. 301 (...)
  • 3 Voir aussi P. Gasnault, « La transmission des lettres pontificales au xiiie et au xive siècle », d (...)

1Il est présomptueux de traiter des courriers des papes avignonnais après la savante étude d'Y. Renouard1, complétée par la thèse de B. Guillemain2. L'on sait d'ailleurs que l'activité de ces personnages dans la transmission des nouvelles était relativement restreinte3 : ils n'étaient pas les seuls à transporter la correspondance et cette occupation ne coïncidait pas avec la totalité de leurs activités. Il m'a cependant paru souhaitable d'évoquer, ne fut-ce que brièvement et pour apporter peu de choses, la catégorie de fonctionnaires des papes avignonnais le plus en rapport avec le thème de ce congrès tenu à Avignon, en tentant donc de les approcher sur une courte période.

2Les courriers pontificaux sont relativement mal connus en raison de la pauvreté des sources les concernant. A la différence d'autres fonctionnaires, il n'en existe pas de liste nominative lors du règlement des salaires qui est effectué tous les deux mois par la cour pontificale : on a tout juste un nombre et un montant global des sommes qui leur étaient versées. Il subsiste cependant quelques listes dressées à l'occasion du versement d'une indemnité forfaitaire destinée à régler le loyer de leur maison et payée tous les deux ans (7 listes pour les deux pontificats) ; encore les courriers qui habitaient leur propre maison en sont-ils généralement exclus. Autrement il faut donc rechercher leurs noms un à un à l'occasion du versement des frais des diverses tâches ou missions qui leur sont confiées.

  • 4 Ainsi Henricus Ludovici et Henricus de Tongris ne sont-ils peut-être qu'une seule et même personne
  • 5 Le 2 mars 1353 (Arch. vat., Intr. et Exit. 267 f. 31v, désormais cité ie).
  • 6 Avec un minimum de 33 le 2 octobre 1361 (après l'épidémie de peste, ie 294 f. 90v) et un maximum d (...)
  • 7 ie 294 f. 90v et 91v.
  • 8 Le 24 décembre 1362 on règle deux périodes de deux mois respectivement à 35 et 44 courriers (ie 30 (...)

3Pour les pontificats d'innocent VI et d'Urbain V j'ai pu relever les noms de 120 courriers, chiffre qui n'est peut-être pas tout à fait exact car il peut englober des doublets, les personnages étant tantôt identifiés par un prénom et un patronyme, tantôt par un prénom et un lieu d'origine sans que l'on puisse toujours faire le rapprochement4 ; inversement l'état lacunaire des sources de la deuxième moitié du pontificat d'Urbain V nous a peut-être privés de quelques noms. Lors du premier versement de salaire attesté sous Innocent VI, les courriers étaient au nombre de 405 ; les noms d'au moins une quinzaine d'entre eux figuraient déjà sous le pontificat précédent de Clément VI – pour lequel nous n'avons pas de liste nominale –, d'une douzaine sous Benoît XII et cinq avaient été employés par Jean XXII. Sur les 86 courriers attestés sous Innocent VI, 35 se rencontrent encore sous le règne d'Urbain V où n'apparaissent que 23 nouveaux noms, ce qui laisse donc entrevoir pour certains une assez longue carrière. Sous Innocent VI le nombre des courriers oscille généralement entre 45 et 506 ; il diminue notablement à la fin du règne, par suite de l'épidémie de peste : 33 et 34 en 13617. Après être remonté à 44 dans les derniers mois d'innocent VI, il décroît de nouveau sous Urbain V dès le début du pontificat8, probablement d'une volonté délibérée du pape, et varie ensuite entre 26 et 32 pour les quatre premières années, la documentation ultérieure ne nous ayant pas conservé de totaux.

  • 9 Il figure en 1353 sur la liste des courriers (ie 267 f. 64v) mais dès 1355 est compris dans celle (...)
  • 10 Ainsi Bernard Mouton, qualifié à la fin du pontificat d'Innocent VI de « portier de la première po (...)
  • 11 Reg.Av. 198 f. 422, Coll. 388 f. 108.
  • 12 ie 286 f. 157v.
  • 13 Il est d'ailleurs déclaré dans un premier temps qu'il ne touchera pas de gages d'ici six ans, 22 m (...)

4Un petit nombre de courriers pour notre période, une demi-douzaine, accède officiellement au grade supérieur, c'est-à-dire celui d'huissier, sans changement notable dans les tâches qu'ils exercent : ainsi Jacques Cabanerii9 ou Dominique de Lucarrel, Jean de Rome, Pierre Garrigue, Martin de Sienne. Entre les dénominations de courrier et de portier la frontière est d'ailleurs parfois extrêmement vague : une douzaine de courriers portent à l'occasion simultanément l'appellation de « custos » ou de « portier de la première porte » ou de « portier de la porte de fer », tout en figurant sur les listes de courriers10 et en étant rétribués comme tels ; l'un d'eux, Mathieu Léonard, nommé pourtant officiellement portier de la première porte le 23 janvier 1363, touche encore deux ans après l'indemnité de logement selon le tarif prévu pour les courriers11 ; inversement un certain Jean, qui est « scobator », c'est-à-dire balayeur, est en 1358 qualifié de « cursor »12 ; d'autres personnages, appartenant au service de la cuisine notamment, leur sont parfois assimilés dans le règlement des indemnités de logement ; un seul pendant notre période, un certain Jean Bourguignon, devient sergent d'armes, mais c'est un titre honorifique qui pour lui ne correspond pas plus à ses activités que celui de courrier, car il est en réalité tailleur du pape (« sartor pape »)13.

  • 14 Onofrio Scale de Viterbe, reçu le 19 novembre 1369 (Reg.Av. 198 f. 460).
  • 15 Reg.Av. 198 f. 433.

5L'origine géographique des courriers est précisée à peu près dans la moitié des cas : le recrutement italien (un petit quart : Rome, Pérouse, Sienne, Spolète, Viterbe, Florence, Bologne), très important sous Jean XXII, a diminué, il semble qu'il ait un peu repris à la faveur du retour d'Urbain V dans la péninsule14 ; l'origine des autres courriers est assez diversifiée : deux ou trois Bretons, un Normand, trois Limousins, deux Picards, un Champenois, un Lorrain, deux ou trois Bourguignons, deux Gévaudanais, un Auvergnat, deux Gascons, un Languedocien ; les régions voisines d'Avignon émergent à peine : un seul a le titre de citoyen de la ville, un autre est du diocèse, un d'Orange, un de Riez, mais trois de Sisteron ; deux courriers portent le patronyme d'« Alamanni » – a-t-il un sens géographique ? – mais je n'ai trouvé qu'un seul autre désigné expressément comme d'origine germanique : Henri de Tongres, qui est démis de ses fonctions en 1364 « quia recessit in Alamania ad beneficia sua »15.

  • 16 Gilles Martin, Georges Raymbaud et Henri de Tongres.
  • 17 Reg.Av. 198, f.417, ie 300 f. 81v.
  • 18 Reg.Av. 198 f. 449v.
  • 19 Antoine de Fontagnac est reçu le 6 janv. 1348 à l'instance du chevalier Astorgius de Durfort, Jean (...)

6Les conditions de recrutement sont peu explicites ; Renouard a dit que la plupart des courriers étaient auparavant des palefreniers, affirmation qui pour nos deux pontificats ne se vérifie que pour trois d'entre eux16 ; je ne crois pas non plus qu'il y ait parmi eux, sinon à titre honorifique, contrairement à ce que pensait Renouard, beaucoup d'anciens commerçants. Certains semblent avoir exercé auparavant la profession de messager (nuntius, messatgerius) à titre privé : Jean de Sisteron, reçu officiellement courrier le 19 décembre 1362, avait été envoyé par Urbain V au légat Gilles Albornoz dès le 3 novembre précédent17 ; Marchus de Lusseria est reçu courrier à Viterbe le 4 octobre 1367, après avoir apporté la nouvelle d'une défaite des grandes compagnies dans le royaume18. Quelques-uns servaient auparavant un cardinal, un parent du pape ou un grand personnage19.

  • 20 Bérengère, femme de Guillaume Barthélemy.
  • 21 « quia de novo recepit uxorem » (ie 311 f. 115v).
  • 22 Blanquette, fille de Guillaume Albin et femme de Pierre de Vassinhac, qui lègue en 1379 10 florins (...)
  • 23 Coll. 456 f. 26.
  • 24 Le courrier Bernard Plantai avec Jean Plantat, jardinier du palais de Villeneuve ; Pierre Bonet, a (...)

7En ce qui concerne les liens familiaux, j'ai relevé la trace de 17 épouses ou veuves de courriers seulement, la plupart n'étant désignées que par un prénom ; elles apparaissent généralement, et davantage que leur mari, on verra pourquoi plus loin, dans la situation de propriétaires dans la ville ; l'une d'elle exerce un commerce : elle fournit d'encre, de glace et de vernis de 1353 à 1360 les services administratifs résidant au palais20. Les courriers semblent confinés dans le milieu de la cour pontificale : Bernard Plantai épouse la veuve d'un collègue, Bonet Alamanni, et reçoit à cette occasion d'Urbain V un don de 8 florins21 ; une autre épouse, Béatrix, femme de Jean Vierne, est la nièce de la femme de l'huissier du pape Pierre de Vassinhac22 ; une autre, Mathea Bedochia, femme d'Arnaud du Bois, semble apparentée au sergent d'armes Guillaume Bedos ; Pierre Monjoye a épousé la fille du pâtissier du cardinal Guillaume de la Jugie ; Colin Lombard est le neveu de la lavandière du pape23. On pourrait encore relever quelques autres parentés possibles avec d'autres fonctionnaires ou employés de la cour qui portent le même patronyme : avec un huissier, un cuisinier, un jardinier etc.24.

8Les courriers touchent tous les deux mois une rétribution de 8 florins 6 sous, ce qui ne représenterait donc qu'un montant quotidien de 3 ou 4 sous, à peu près le salaire d'un manoeuvre, mais il s'y ajoute bien entendu, outre les diverses prestations dont ils pouvaient bénéficier au palais, leurs frais de missions.

  • 25 « Sequntur cursores qui habent propria hospitia et ideo non habent de hujusmodi pensione » (ie 282 (...)
  • 26 Barthélemy Pierre occupe en 1361 un hôtel appartenant à Jean Michel de Saint-Saturnin (Coll. 450 f (...)
  • 27 Coll. 53 f. 100).
  • 28 Coll. 53 f. 120v.

9Une indemnité forfaitaire de logement de 4 florins 2 sous 2 deniers leur est également versée tous les deux ans, à laquelle toutefois n'ont droit que les courriers qui occupent une maison en location et non pas ceux qui sont propriétaires : ainsi en 1357 45 courriers touchent la gratification et 6 en sont exclus25, un septième n'ayant rien non plus parce que « absens fuit quasi per totum tempus ». Les courriers qui sont propriétaires peuvent d'ailleurs tourner la difficulté : la maison est officiellement à leur femme, ou bien encore ils occupent un hôtel en location (parfois chez un collègue) et donnent leur maison à loyer (parfois également à un autre fonctionnaire)26. Les courriers, à quelques exceptions près, semblent habiter des maisons assez modestes mais l'indemnité, qui ne représente qu'une aide et non la totalité du loyer acquitté, pour certains est complétée par d'autres sources de profit : en 1357 Pierre le Breton, vraisemblablement l'un des courriers les mieux logés, paie 8 florins par an pour une maison qui comprend en bas un subtulum avec deux pièces ; au premier, une salle avec cheminée, trois petites chambres, des latrines, un studium, une petite dépense et une cuisine avec cheminée27 ; Etienne Bodain la même année occupe un hôtel de la Grande Fusterie constitué au rez-de-chaussée par une étable pour 10 chevaux et une petite construction en bois à étage, au premier d'une chambre avec une cheminée ; au deuxième étage une chambre et la cuisine et tout en haut deux chambres, un couloir et des latrines, pour lequel il n'acquitte pas moins de 24 florins par an28, ce qui laisse donc présumer, grâce à des activités secondaires diverses, des revenus plus importants que ceux versés par la chambre.

10Autant qu'on puisse l'entrevoir, les courriers semblent aimer voisiner : ainsi sous Urbain V deux courriers sont propriétaires de deux maisons contigües place de la porte Aiguière ; plusieurs autres sont installés aux environs du couvent de Sainte-Catherine (faut-il y voir un rapprochement avec la demeure des bullateurs, toute voisine ?) ; comme les autres fonctionnaires ils logent généralement non loin du palais, principalement sur les paroisses de Saint-Etienne et Saint-Symphorien, ou bien encore tout près d'un portail de l'ancienne enceinte.

  • 29 « De licentia dom. camerarii et sine litteris pape pro suis propriis negotiis », 29 novembre 1363 (...)
  • 30 Coll. 353 f. 234.
  • 31 Le 21 août 1365 et le 23 juin 1366 (Coll. 456 f. 236, 241v) ; la seconde fois il était absent alor (...)
  • 32 Coll. 456 f. 241v et 231.

11Un courrier n'exerce pas forcément à temps plein ; les absences en dehors du service sont notées et défalquées du salaire, comme le laisse apparaître la récapitulation globale des paiements qui mentionne le nombre de journées payées à ceux qui n'ont pas travaillé intégralement. Pierre de Ala ou Lala sort de cour de Rome avec l'autorisation du camérier pour vaquer à ses propres affaires29 ; Jean Vierne reçoit en 1369 un sauf-conduit pour se rendre d'Italie à Avignon, en Espagne et en Galice pour convenance personnelle30. Mais une diminution du salaire peut aussi représenter une sanction : contre Antoine de Fontagnac qui a été excommunié pendant 39 jours par exemple, ou Pierre Monjoye privé par deux fois de ses gages en 1365 et 136631 ; le 23 juin 1366 quatre courriers défaillants, qui auraient dû monter la garde le matin, sur le rapport du maître des courriers Antoine de Fontagnac, voient leur traitement suspendu et le 9 octobre 1364 la totalité des courriers se trouvent punis car il ne s'en est trouvé aucun à la chambre du trésorier à l'heure où le camérier s'y est présenté32.

  • 33 Il entre le 18 mai 1365 et sort le 24 (Coll. 456 f. 240v) ; il rentre le 29 (f.240v), ressort le 9 (...)

12Encore que le témoignage ne nous en ait été conservé qu'irrégulièrement, les entrées et sorties de la cour pour cause de missions sont minutieusement notées faute de quoi les courriers risquent de perdre leurs gages ; nous savons ainsi qu'en 1366 Pierre de Folichart est sorti 6 fois de mai à novembre, 4 fois pour des durées de 2 à 5 jours, une fois pour 14, la plus longue absence (25 jours) étant effectuée « pro negotiis cardinalis Uticensis » (Hélie de Saint-Yrieix)33.

  • 34 Elle figure dans les comptes, tantôt au chapitre des gages, tantôt sous la forme d'une indemnité v (...)
  • 35 Celui-ci reçoit un florin pour ses soins (ie 311 f. 119v).
  • 36 ie. 286 f. 159.

13Lorsque les courriers meurent en cour de Rome, les frais de leur enterrement sont pris en charge par la chambre apostolique, sous la forme d'une indemnité de 2 florins versée pour les cierges34. L'exercice de la profession n'est d'ailleurs pas sans danger : Jean de Dijon meurt à Avignon à la suite de blessures, en dépit des soins que lui prodigue le chirurgien Gandulphe de Crémone35 ; Pierre de Desio est détroussé et blessé lors d'une mission aux Baux36.

  • 37 G. Mollat, « Règlement d'Urbain V sur les insignes des sergents d'armes des portiers et des courri (...)

14Selon un règlement édité par Urbain V le 16 mai 136537 les courriers portaient une verge, mais non pourvue de la clef qu'arboraient les portiers ; le port des anneaux d'argent ornementés leur était permis hors la curie, dans celle-ci ils ne pouvaient être que de cuivre, d'ambre ou de laiton.

  • 38 En 1354 Pierre Breton reçoit les 6 florins régulièrement prévus pour l'achat des palmes des Rameau (...)
  • 39 Le même, la même année, avait été remboursé à la place d'un autre courrier (ibid. f. 162v). Le 5 a (...)
  • 40 Etienne Vidal, en mars 1364 (ie 307 f. 95).

15Un personnage apparaît de temps à autre pourvu du titre de « magister cursorum domini pape », qu'il ne faut pas confondre avec le « maître des courriers des marchands » ; il semble que ce soit en quelque sorte le responsable de l'équipe qui distribue le travail38 ou sert d'intermédiaire pour le règlement des dépenses39, ou bien encore reçoit l'indemnité versée par la chambre apostolique pour des obsèques40 ; cette charge n'était probablement que temporaire, puisque chacun des personnages qui en est gratifié ne la porte qu'une fois.

16Sur quelques-uns de nos personnages (un bon tiers) nous n'avons que bien peu de renseignements : leur nom figure dans une liste, ils sont cités tout à fait épisodiquement à propos de leur nomination, d'un service rendu au palais, mais l'on ne sait rien de bien précis à leur sujet. Nous pouvons cependant suivre les autres dans l'exercice d'au moins quelques-unes de leurs fonctions.

  • 41 A.P. Frutaz, « La famiglia pontificia in un documente dell'inizio del sec. XIV », dans Palaeograph (...)

17Selon un texte du début du siècle la tâche des courriers consiste à exécuter les services qui leur sont demandés par le pape et le camérier, porter des lettres, convoquer les prélats, faire des citations, porter les commissions aux auditeurs, entourer le pape quand il monte à cheval de façon à ce qu'il ne soit pas importuné, lui frayer passage quand il sort et chaque jour quatre d'entre eux doivent monter la garde au palais et un plus grand nombre auprès du camérier41. Ils exercent donc des activités sédentaires et itinérantes, dont plusieurs d'ailleurs ne sont pas spécifiques mais que d'autres fonctionnaires remplissent aussi.

  • 42 ie 318 f. 75.

18Comme les portiers et les huissiers ils montent couramment la garde, ce qui leur vaut parfois d'être désignés sous l'appellation de portiers bien qu'ils n'en touchent pas les gages ; leur présence est attestée en particulier à la première porte ou à la porte de fer du palais mais aussi à la chambre apostolique et à la trésorerie. Lors du déplacement d'Urbain V à Marseille en 1365, neuf courriers l'accompagnaient qui à l'exception d'un seul, ne sont pas envoyés à l'extérieur en cette période-là42.

19Une tâche non spécifique est régulièrement confiée à des courriers : distribuer les fioles d'encre et de vernis aux différents services siégeant au palais ; le fournisseur est d'ailleurs pendant plusieurs années sous Innocent VI Bérengère, la femme du courrier Guillaume Barthélemy.

20Quelques-uns ont une spécialité : Pierre Bonet réceptionne le bois de chauffage, Jean d'Aigremont ou de Grandmont assure la garde du palais de Villeneuve, en compagnie d'ailleurs d'un personnage apparenté à un autre courrier ; Raymond de Solerio est le garde des lapins du pape (custos cuniculorum pape).

  • 43 Ainsi Jean Vierne reçoit en 1363 du clavaire épiscopal Sicard du Fraisse 43 sous pour avoir accomp (...)

21Les activités sédentaires habituelles des courriers leur laissent du temps pour remplir d'autres menues besognes en dehors du cadre strict de leur occupations habituelles : ils font ainsi des citations, non seulement pour les justices pontificales mais encore pour le compte de l'évêque par exemple43.

  • 44 IE 277 f. 90v.

22Mais les courriers sont bien souvent appelés à l'extérieur : on pourrait penser que ces tâches sont confiées de préférence à des hommes relativement jeunes ; cependant Jean Flote, déjà mentionné sous Jean XXII, convoie encore en 1355 depuis la Bourgogne des provisions de blé et de vin pour la Pignotte44.

  • 45 Cf. B. Guillemain, « Missions et achats d'un officier pontifical à Bordeaux et en Gascogne entre 1 (...)
  • 46 En 1368, ie 327 f. 86.
  • 47 Ainsi Colin Lombard, en 1356 accompagne-t-il à cet effet le sergent d'armes Guillaume la Guillaumi (...)

23Les courriers sont envoyés à l'extérieur en de multiples circonstances, par exemple pour l'approvisionnement de la cour pontificale : ainsi Dominique de Lucarrel effectue de nombreuses missions en Bordelais pour des achats de draps et de poissons45, qu'il poursuit de la même façon quand il est devenu huissier ; Colin Lombard va à diverses reprises en Lyonnais et en Bourgogne chercher des poissons et du vin. Et lorsque la cour est retournée en Italie, la chambre envoie Jacques d'Aragon et Richard Albert escorter des provisions de fromages et de pois arrivant par mer de Marseille46, de Corneto à Rome, tandis que d'autres courriers vont jusqu'à Avignon même pour surveiller le transport des vins du Languedoc. Ils assurent aussi le convoyage de transfert d'espèces, notamment de Montpellier à Avignon pour les fonds provenant des collectories espagnoles47.

  • 48 La somme qui leur est versée pour cette expédition est uniformément de 6 florins.

24Ce sont toujours des courriers qui vont chercher sur la Riviera ligure, en Provence, ou exceptionnellement en Catalogne les palmes qui sont distribuées le jour des Rameaux48.

  • 49 Une expédition de 5 jours en octobre 1354 à Nîmes, Oiselet et Roquemaure où Bernard Plantat accomp (...)

25Seuls ou avec d'autres fonctionnaires, des courriers recherchent et ramènent des prisonniers à la cour pontificale ou les conduisent en divers lieux49 ; ils en assurent parfois la garde et pourvoient à leurs besoins.

  • 50 En 1355 cependant c'est le maître des courriers des marchands, Piero della Scarparia, qui envoie p (...)
  • 51 Ainsi Antoine de Fontagnac va en 1355 à Nîmes, Lunel et Montpellier ; Dominique de Lucarrel à Mont (...)
  • 52 ie 300 f. 94.

26C'est bien souvent eux que l'on charge d'aller s'enquérir des mouvements de troupes de soldats50, des menaces que les grandes compagnies font planer sur la vallée du Rhône, la Provence et Avignon51 ; en 1362 Henri de Tongres est envoyé huit jours durant aux villages fortifiés du Comtat pour les mettre en garde contre l'arrivée de bandes de soudards ; en 1363 un autre courrier fait de même auprès de prélats provençaux52.

27Enfin les courriers transportent des lettres du pape, closes ou ouvertes, des lettres du camérier et du trésorier, des lettres des cardinaux tant à proximité d'Avignon qu'en des endroits éloignés de la chrétienté.

  • 53 Un petit registre (incomplet) du pontificat d'Innocent VI contient une liste de personnages auxque (...)
  • 54 Il fut envoyé en 1363 notamment aux archevêques de Lyon, Besançon et Tarantaise porter les bulles (...)

28A vrai dire la cour pontificale s'adresse aussi pour cette diffusion à bien d'autres personnages : d'autres fonctionnaires ou des ecclésiastiques ou laïcs qui sont au service de la papauté sans porter de titre bien précis ; on confie aussi, ainsi que l'a montré Renouard, des lettres à des gens de passage à Avignon qui regagnent leur pays53 ; mais surtout l'on a recours à des messagers professionnels, dont certains exercent à titre privé et d'autres sont au service des marchands fréquentant la cour romaine, tantôt dépendant directement d'une grande compagnie, tantôt passant par l'intermédiaire du « maître des courriers des marchands » qui avait constitué une véritable entreprise de messagerie que la papauté ne manqua pas d'utiliser ; les comptes d'innocent VI nous ont ainsi conservé de 1355 à 1360 quantité de règlements effectués à Piero di Gieri della Scarperia, pour des transports de lettres, parfois de véritables fardeaux de missives, effectués au loin par des messagers recrutés par ses soins ; pour les voyages les plus urgents, le délai de route est indiqué : de 5 à 7 jours pour se rendre à Paris, de 12 à 14 jours pour aller en Italie auprès du légat Albornoz, les frais acquittés étant proportionnés à la rapidité du messager et peut-être aussi à la difficulté du voyage. La rémunération demandée par l'entrepreneur pour porter des lettres au légat en Italie est généralement de 18 florins pour un délai de route de 12 à 15 jours ; pour Paris elle est beaucoup plus importante et inversement proportionnelle au temps mis au transport : 18 florins pour 6 jours mais 25 pour 5 jours. A Piero di Gieri della Scarperia succéda Tomaso Cardini mais d'après les comptes il semble qu'Urbain V utilisa bien moins souvent ses services. Les messagers privés revenaient moins chers : on trouve ainsi sous Innocent VI un Limousin nommé Jean Sans Savoir, ou sous Urbain V, un Jean Avril, toujours sur les routes de 1364 à 136654, un agent en quelque sorte au service de la papauté mais qui n'accèda pas au titre de courrier pontifical.

29Mais des courriers pontificaux, parfois qualifiés en la circonstance eux aussi de « messatgerius » par opposition à leurs collègues qui demeuraient à la cour, continuaient à assurer le transport de bon nombre de lettres.

  • 55 Par exemple en 1354 Pierre de Montrosier est envoyé par le camérier à Nîmes pour citer des témoins (...)
  • 56 ie 282 f. 137, 140v.

30Certains de ces déplacements ne consistaient peut-être pas seulement en la délivrance de lettres mais pouvaient constituer en quelque sorte des missions : faire une citation par exemple55, régler une affaire pendante, donner quelques indications complémentaires orales. Ils se rendaient fréquemment auprès des collecteurs – mais ils n'étaient pas les seuls – pour apporter les lettres de réserves des dépouilles de prélats défunts. Parfois on profitait de l'envoi d'un courrier partant pour une mission d'approvisionnement pour lui faire porter des lettres : c'est le cas de Dominique de Lucarrel qui notamment fin 1356 ou début 1357 est envoyé à Bordeaux délivrer des lettres du pape au roi de France prisonnier, au prince de Galles et au cardinal de Périgord mais en même temps effectue la provision de poissons salés pour le carême56.

  • 57 « Die IV dicti mensis novembris [1366] fuerunt Johanni de Sistario, cursori dom. nostri pape, qui (...)
  • 58 Colin Lombard, envoyé à Vienne « pro certis negotiis sibi commissis et uno flassario litterarum ap (...)

31Dans les comptes l'énoncé des missions peut être fort laconique : parfois même le courrier – dans de rares cas son nom n'est même pas indiqué – est dit envoyé « ad certas partes »57 ; la plupart du temps les mentions sont tout de même plus explicites avec un destinataire ou une destination ; le port de lettres est exprimé (des bulles, des lettres ouvertes ou closes, des lettres de la chambre, de cardinaux) ; ce peut être une missive unique (encore que cela soit assez difficile à discerner puisque le terme de « littera » s'emploie généralement au pluriel), ou bien plusieurs, ou même (rarement pour les courriers pontificaux, semble-t-il) tout un ballot58.

  • 59 Intr. et exit. 278 f. 164v, cf. aussi f. 166v.
  • 60 ie 318 f. 74 et 77v ; cf. aussi Urbain V Lettres secrètes, no 2126.

32Le sujet de la lettre est moins souvent mentionné ; on ne précise rien ou seulement « super certis negotiis » ; en 1356 Pierre de Ala est envoyé au duc de Brabant et au comte de Flandre « cum litteris clausis super commovendo eos ad faciendum pacem vel treugas inter se »59 ; des courriers vont dans la région d'Orange, à Marseille, à Aix, à Arles, auprès du recteur du Comtat porter des lettres concernant l'« affaire de Courthézon » : le prince d'Orange s'étant emparé de ce village ainsi que de Catherine, épouse de Raymond des Baux et dame du lieu60.

  • 61 Coll. 352 f. 94-v.

33Exceptionnellement le petit registre d'assignations du camérier nous a conservé un mémorial remis à deux courriers, Boloninus et Benedictus [Johannis ?], envoyés à Rhodes au maître de l'Hôpital en 1355, décrivant leur itinéraire et leur mission : ils pourront emprunter à Gênes la galée des marchands qui va à Chypre et passe par Rhodes, ou bien chercher à Venise une galée ou un « ligne » se rendant en ce lieu ou dans quelque localité de Morée proche d'où des bateaux gagnent quotidiennement Candie ou Rhodes ; accompagnés d'un notaire ils enjoindront au grand maître de la part d'innocent VI de convoquer l'assemblée de tous les frères où ils présenteront la bulle du pape qui sera lue incontinent ; ils devront faire établir les pièces justifiant qu'ils ont bien rempli leur mission et rapporter la réponse faite par le grand maître et les frères ; au retour ils pourront emprunter tout bateau se rendant en Occident ou à défaut gagner en plusieurs étapes maritimes Brindisi, Otrante ou Saint-Jean de Gargano d'où ils regagneront la cour romaine61.

  • 62 Voir notamment les 20 et 22 décembre 1362 pour des courriers envoyés à Urbain V avant son entrée e (...)

34Excepté ce texte nous n'avons guère de précisions sur la façon dont les courriers effectuaient leurs voyages : à cheval, certes mais s'agissait-il d'une monture habituelle ou de chevaux de louage ? Il semblerait que cette dernière solution ait été assez souvent employée, du moins sous Urbain V où l'expression « cum locagio roncini », « cum salario roncini » s'ajoute parfois aux mots « pro expensis suis »62. D'après Renouard, un serviteur (famulus) accompagnait régulièrement le courrier dans son périple : la chose est possible quoique fort rarement attestée dans les textes.

  • 63 Ainsi Richard Ober, envoyé en France et en Flandre en 1369 avait reçu 30 florins à son départ, 30 (...)
  • 64 C'est ce qui est fixé pour Pierre de Folissart envoyé de Montefiascone en Languedoc et en Aquitain (...)
  • 65 Coll. 456 f. 228v.
  • 66 Le 13 juin 1361 (arch.dép.Vaucluse, H Augustins d'Avignon 32 no 279).

35Le courrier est bien entendu remboursé de ses frais de mission : il perçoit à cet effet une indemnité payée généralement au départ (« qui mittitur »), parfois au retour, ou bien on lui avance une certaine somme, complétée lors de l'arrivée à destination dans quelques cas, lorsque le courrier se rend auprès d'un collecteur par exemple, et surtout au retour, sur justification de ses dépenses63 ; un prix moyen d'un florin par jour est parfois mentionné64. Cette indemnité peut-elle inclure un profit ? Théoriquement non ; en 1364 lorsque le courrier Jean Bourguignon refuse de se rendre à Pampelune où il doit accompagner un ecclésiastique en mission si on ne lui donne pas, outre sa monture et ses dépenses, un florin par jour, le camérier indigné le remplace par un autre courrier et le prive de ses gages tant que les autres ne seront pas de retour65. Toutefois nous ignorons beaucoup de tractations possibles et Stéphanie, veuve du courrier Augustin de Pérouse, dans son testament prévoit 5 puis encore 10 florins « pro malis ablatis incertis habitis quomodolibet per dictum Augustinum »66.

  • 67 « Die XVIII dicti mensis octobris soluti fuerunt Bolonhnio et Benedicto, cursoribus domini nostri (...)
  • 68 Qui reçoit 30 florins (ie 282 f. 143v).

36Renouard pensait que ces frais de mission n'étaient versés qu'aux courriers pontificaux envoyés en urgence, les autres utilisant leurs « littere cursorie » pour faire étape gratuitement chez des ecclésiastiques. Il est bien possible que de nombreux envois de courriers n'aient pas été consignés dans les comptes de dépense : nous en avons un témoignage en rapprochant un passage du registre où étaient consignées les entrées et sorties en cour de Rome avec les dépenses consacrées aux missions. Mais pour ce qui est de la rapidité, la mention « festinanter » appliquée à ces personnages n'apparaît qu'en trois ou quatre circonstances sous nos deux pontificats : ainsi en 1355 pour les deux courriers cités plus haut envoyés au maître de l'Hôpital S.Jean de Jérusalem, qui doivent voyager par mer et reçoivent à cet effet une indemnité considérable67 ou en 1357 pour Pierre de Montrosier envoyé porter à Paris des lettres aux cardinaux de Périgord et d'Urgel et aux ducs de Normandie et d'Orléans68. En réalité les libellés des missions des courriers ne diffèrent guère de celles qui sont confiées à d'autres personnages : huissiers ou sergents d'armes ou ecclésiastiques et laïcs exerçant des fonctions officieuses pour la papauté.

  • 69 « Veniendo de Parisius cum litteris domini dalphini directis domino nostro et aliis litteris apert (...)
  • 70 ie 278 f. 159v.

37Renouard affirmait aussi que la papauté n'utilisait pas ses courriers pour faire des économies : cela est vrai lorsque l'on profitait du passage en curie de tel visiteur rentrant chez lui ou peut-être lorsque l'on utilisait des messagers isolés mais ce l'est déjà moins lorsque l'on recourait au maître des courriers des marchands dont les employés étaient surtout performants par leur rapidité ; dans des cas extrêmes certains courriers pontificaux étaient capables de faire aussi bien sinon mieux, tel Pierre de Ala parcourant la distance Paris Avignon en 4 jours, pour une indemnité de 22 florins69, tandis qu'un courrier des marchands faisait le même trajet en 5 jours pour 25 florins70.

  • 71 Il dit avoir dépensé 82 fl. 12 s pour lui et son cheval, tout compris, il avait reçu du trésorier (...)
  • 72 Pierre du Val puis Dominique de Lucarrel qui présente un compte de dépenses 74 florins (ie 286 f.  (...)

38Il est en réalité assez difficile de tirer des conclusions des taux de frais de missions qui varient énormément non seulement en fonction de la distance mais aussi des délais et également des difficultés du voyage. L'envoi d'un courrier pontifical peut aussi représenter plus que la simple délivrance de missives : ainsi Geoffroy Traci, envoyé en 1360 en Lombardie avec des lettres du pape et de la chambre destinées au collecteur, y reste du début août jusqu'au 15 janvier (165 jours)71. L'affaire d'un collecteur capturé dans l'ouest de la France requiert l'envoi successif de deux courriers pontificaux munis de lettres : l'un d'eux reste absent 5 semaines de la cour72.

39En fait il semble qu'Innocent VI n'ait pas fréquemment employé ses propres courriers pour le transport de lettres, préférant confier celles-ci aux courriers des marchands ; en 1354 pour une douzaine de mentions de recours à l'entrepreneur Pierro della Scarperia, il y en a seulement 9 de courriers pontificaux en mission mais 7 de personnes (fonctionnaires ou non) appartenant à l'entourage pontifical, ainsi que 3 messagers occasionnels. Paradoxalement Urbain V qui a diminué le nombre des courriers pontificaux, fait travailler ceux-ci davantage et lors de la sixième année du règne, lorsque la cour est retournée en Italie, ce sont eux qui effectuent la plupart des missions relatées par les comptes pontificaux ; mais ils doivent aussi collaborer efficacement aux nombreux déménagements occasionnés par les déplacements du pape entre Montefiascone, Viterbe et Rome puis lors du retour à Avignon.

  • 73 Pierre de Ala se rend deux fois en Angleterre en 1360 et 1362 (ie 294 f. 84 et Reg.Av. 149 f. 110) (...)

40Les courriers des marchands avaient des itinéraires qui leur étaient propres ; la papauté les employait pour faire porter des lettres à Paris, en Italie auprès du légat, parfois en Espagne mais jamais en Allemagne ou en Angleterre où se rendaient au contraire des courriers pontificaux. Le champ d'action des courriers pontificaux par contre était plus étendu73. A vrai dire ceux-ci ne semblent pas avoir eu véritablement de spécialisation géographique, à quelques exceptions près : certains cependant semblent avoir été choisis de préférence pour des voyages au loin (Pierre de Ala), d'autres étant cantonnés pour des déplacements à courte distance : Pierre de Bongran, que je rencontre de 1362 à 1367, à part une expédition auprès des évêques de Rodez, du Puy et Mende, ne se rend que dans le Comtat, le pays de Sault, Orange ou Arles.

41Pour conclure, je serais tentée de dire que les courriers pontificaux ont peut-être été des fonctionnaires plus modestes que ne le pensait Renouard ; il faudrait pourtant réhabiliter leur participation au transport des lettres pontificales ou camérales, surtout sous Urbain V ; cependant ils restaient fortement polyvalents et pour certains leur titre représentait un grade plus qu'une spécificité ; mais n'était-ce pas une caractéristique de la cour pontificale où n'importe quel personnage pouvait se voir confier n'importe quelle tâche ?

Notes

1 Y. Renouard, « Comment les papes d'Avignon expédiaient leur courrier », Revue historique, 180 (1937) p. 1-29, reprod. dans Etudes d'histoire médiévale, Paris, 1968, I, p. 739-764, et Les relations des papes d'Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378, Paris, 1941, p. 384-392.

2 B. Guillemain, La cour pontificale d'Avignon (1309-1376). Etude d'une société, Paris, 1962, p. 301-304.

3 Voir aussi P. Gasnault, « La transmission des lettres pontificales au xiiie et au xive siècle », dans Histoire comparée de l'administration, ive-xviiie s. Colloque, Tours, 1977 (Beiheft der Francia, IX), p. 79-87.

4 Ainsi Henricus Ludovici et Henricus de Tongris ne sont-ils peut-être qu'une seule et même personne.

5 Le 2 mars 1353 (Arch. vat., Intr. et Exit. 267 f. 31v, désormais cité ie).

6 Avec un minimum de 33 le 2 octobre 1361 (après l'épidémie de peste, ie 294 f. 90v) et un maximum de 52 le 20 juin 1355 (ie 277 f. 166).

7 ie 294 f. 90v et 91v.

8 Le 24 décembre 1362 on règle deux périodes de deux mois respectivement à 35 et 44 courriers (ie 300 f. l06v).

9 Il figure en 1353 sur la liste des courriers (ie 267 f. 64v) mais dès 1355 est compris dans celle des huissiers.

10 Ainsi Bernard Mouton, qualifié à la fin du pontificat d'Innocent VI de « portier de la première porte », est appelé sous Urbain V tantôt portier tantôt courrier, tout en étant classé dans la liste de ces derniers lors de l'attribution des indemnités de logement (Arch.Vat. Reg.Av. 149 f. 135, Coll. 387 f. 255, 388 f. 107v, 451 f. 157v).

11 Reg.Av. 198 f. 422, Coll. 388 f. 108.

12 ie 286 f. 157v.

13 Il est d'ailleurs déclaré dans un premier temps qu'il ne touchera pas de gages d'ici six ans, 22 mai 1363 (Reg.Av. 198 f. 420v) ; décision sur laquelle l'on revint peut-être l'année suivante (ibid. f.430).

14 Onofrio Scale de Viterbe, reçu le 19 novembre 1369 (Reg.Av. 198 f. 460).

15 Reg.Av. 198 f. 433.

16 Gilles Martin, Georges Raymbaud et Henri de Tongres.

17 Reg.Av. 198, f.417, ie 300 f. 81v.

18 Reg.Av. 198 f. 449v.

19 Antoine de Fontagnac est reçu le 6 janv. 1348 à l'instance du chevalier Astorgius de Durfort, Jean Vierne le 4 juin 1349 à la demande de la comtesse de Valentinois dont il est serviteur (Coll. 456 f. 25, 27).

20 Bérengère, femme de Guillaume Barthélemy.

21 « quia de novo recepit uxorem » (ie 311 f. 115v).

22 Blanquette, fille de Guillaume Albin et femme de Pierre de Vassinhac, qui lègue en 1379 10 florins à chacun des fils et filles de Béatrix (Arch.dép.Vaucluse G 459 no 41).

23 Coll. 456 f. 26.

24 Le courrier Bernard Plantai avec Jean Plantat, jardinier du palais de Villeneuve ; Pierre Bonet, avec Géraud Bonet, huissier ; Mathieu Postel, avec le cuisinier Jean Postel, etc.

25 « Sequntur cursores qui habent propria hospitia et ideo non habent de hujusmodi pensione » (ie 282 f. 195).

26 Barthélemy Pierre occupe en 1361 un hôtel appartenant à Jean Michel de Saint-Saturnin (Coll. 450 f. 103v) mais possède une maison occupée par le sergent d'armes Olivier la Raymundie (Coll. 450 f. 103v et l00v).

27 Coll. 53 f. 100).

28 Coll. 53 f. 120v.

29 « De licentia dom. camerarii et sine litteris pape pro suis propriis negotiis », 29 novembre 1363 (Coll. 456 f. 226).

30 Coll. 353 f. 234.

31 Le 21 août 1365 et le 23 juin 1366 (Coll. 456 f. 236, 241v) ; la seconde fois il était absent alors qu'il devait monter la garde. D'autres courriers sont privés de deux ou quatre jours de gages parce qu'ils ont fait défaut pour la garde dans la chambre du trésorier (Coll. 456 f. 220).

32 Coll. 456 f. 241v et 231.

33 Il entre le 18 mai 1365 et sort le 24 (Coll. 456 f. 240v) ; il rentre le 29 (f.240v), ressort le 9 juin, rentre le 13 (f.241), sort à nouveau le 11 juillet 1366 (f.242), rentre le 25 août (f.243v), ressort le 8 septembre (f.244), rentre le 3 octobre, ressort le 6 (f.245v), rentre le 8 octobre (f.245v), ressort le 16 nov. (f.246v), rentre le 18 et ressort le 24 novembre (f.247).

34 Elle figure dans les comptes, tantôt au chapitre des gages, tantôt sous la forme d'une indemnité versée isolément (par exemple pour Yves le Breton, ie 307 f. 106v).

35 Celui-ci reçoit un florin pour ses soins (ie 311 f. 119v).

36 ie. 286 f. 159.

37 G. Mollat, « Règlement d'Urbain V sur les insignes des sergents d'armes des portiers et des courriers de la Cour pontificale », dans Mélanges Eugène Tisseront, V, Città del Vaticano, 1964 (Studi e Testi), p. 165-169.

38 En 1354 Pierre Breton reçoit les 6 florins régulièrement prévus pour l'achat des palmes des Rameaux « pro eundo seu mittendo ad emendum palmam in Janua » (ie 272 f. 164v).

39 Le même, la même année, avait été remboursé à la place d'un autre courrier (ibid. f. 162v). Le 5 août 1362 Colin Lombard, maître des courriers du pape, reçoit 6 florins pour les dépenses faites par trois autres courriers envoyés par le châtelain d'Emposte à certains endroits du Comtat pour en renforcer la défense (Reg.Av. 149 f. 139v).

40 Etienne Vidal, en mars 1364 (ie 307 f. 95).

41 A.P. Frutaz, « La famiglia pontificia in un documente dell'inizio del sec. XIV », dans Palaeographica, diplomatica et archivistica. Studi in onore di Giulio Battelli, Roma, 1979 (Storia e Lett., 140), II, p. 309-310.

42 ie 318 f. 75.

43 Ainsi Jean Vierne reçoit en 1363 du clavaire épiscopal Sicard du Fraisse 43 sous pour avoir accompagne celui-ci lorsqu'il allait procéder à des commises et avoir avec d'autres courriers cité près de 100 personnes à comparaître (1 G 9 f. 23v).

44 IE 277 f. 90v.

45 Cf. B. Guillemain, « Missions et achats d'un officier pontifical à Bordeaux et en Gascogne entre 1355 et 1369 », Annales du Midi, 73 (1961), p. 35-44 ; R. Delort, « Notes sur les achats de draps et d'étoffe effectués par la Chambre apostolique des papes d'Avignon », Mél. d'Archéologie et d'Histoire, 74 (1962), p. 252-255.

46 En 1368, ie 327 f. 86.

47 Ainsi Colin Lombard, en 1356 accompagne-t-il à cet effet le sergent d'armes Guillaume la Guillaumie (ie 278 f. 163v).

48 La somme qui leur est versée pour cette expédition est uniformément de 6 florins.

49 Une expédition de 5 jours en octobre 1354 à Nîmes, Oiselet et Roquemaure où Bernard Plantat accompagne Bertrand de Theysson, chapelain du cardinal Bertrand de Cosnac, avec un serviteur pour rechercher un religieux suspecté d'homicide, revient, tout compris, à 11 florins 13 sous 6 deniers (ie 272 f. 174v) ; l'année suivante un autre courrier, Pierre de la Sanha, va avec le même chapelain pourchasser un suspect dans la région de Lurs et Forcalquier (ie 277 f. 140v).

50 En 1355 cependant c'est le maître des courriers des marchands, Piero della Scarparia, qui envoie plusieurs messagers, porteurs de lettres du camérier et du trésorier à Béziers, Narbonne et Perpignan pour rapporter les nouvelles (ie 277 f. 155v).

51 Ainsi Antoine de Fontagnac va en 1355 à Nîmes, Lunel et Montpellier ; Dominique de Lucarrel à Montpellier, Nicolas de Nurcie à Vienne et Pierre de Ala au Puy, Lyon, Romans, Valence en 1357 ; Jean de Sisteron en Provence en 1363 ; Jean Arnoul et Jean de Sisteron à Nîmes et Uzès et Pierre Jean à Pont-Saint-Esprit en 1364 ; Bernard de Serreto à Toulouse et Bordeaux en 1367 ; Bernard Plantat et Colin Lombard en 1360 et Pierre d'Artigues en 1364 remplissent également des missions d'information.

52 ie 300 f. 94.

53 Un petit registre (incomplet) du pontificat d'Innocent VI contient une liste de personnages auxquels le camérier a assigné des lettres, avec le nombre et la destination de celles-ci (Coll. 352).

54 Il fut envoyé en 1363 notamment aux archevêques de Lyon, Besançon et Tarantaise porter les bulles de condamnation contre Bernabo Visconti (ie 300 f. 91v).

55 Par exemple en 1354 Pierre de Montrosier est envoyé par le camérier à Nîmes pour citer des témoins pour un procès opposant la chambre au prévôt de Nîmes (ie 272 f. 173v) ; Nicolas de Nurcia et Jean Vierne vont citer le comte de Savoie à propos de 15.000 florins d'or que celui-ci doit à la chambre apostolique (ibid., f. 174).

56 ie 282 f. 137, 140v.

57 « Die IV dicti mensis novembris [1366] fuerunt Johanni de Sistario, cursori dom. nostri pape, qui mittitur per cameram apostolicam ad certas partes super certis negotiis dictam cameram tangentibus, ipso manualiter recipiente pro expensis suis faciendis et loquerio unius roncini, VIII flor. camere » (ie 318 f. 102).

58 Colin Lombard, envoyé à Vienne « pro certis negotiis sibi commissis et uno flassario litterarum apostolicarum huc adducendo, 10 fl. fort. », reçoit 10 florins le 3 mai 1364 (IE 307 f. 98).

59 Intr. et exit. 278 f. 164v, cf. aussi f. 166v.

60 ie 318 f. 74 et 77v ; cf. aussi Urbain V Lettres secrètes, no 2126.

61 Coll. 352 f. 94-v.

62 Voir notamment les 20 et 22 décembre 1362 pour des courriers envoyés à Urbain V avant son entrée en cour de Rome (ie 300 f. 83 et 83v) ; le 29 novembre 1363 pour Pierre de Bongran, envoyé à Carpentras et Saint-Gilles (ie 307 f. 88-v).

63 Ainsi Richard Ober, envoyé en France et en Flandre en 1369 avait reçu 30 florins à son départ, 30 florins du collecteur de Rouen et de retour en Italie un reliquat de 6 florins 16 sous. (ie 331 f. 66v).

64 C'est ce qui est fixé pour Pierre de Folissart envoyé de Montefiascone en Languedoc et en Aquitaine (ie 331 f. 74).

65 Coll. 456 f. 228v.

66 Le 13 juin 1361 (arch.dép.Vaucluse, H Augustins d'Avignon 32 no 279).

67 « Die XVIII dicti mensis octobris soluti fuerunt Bolonhnio et Benedicto, cursoribus domini nostri pape, missis de mandato domini nostri pape ad magistrum et conventum Sancti Johannis Jerosolimitan. cum litteris ipsius domini nostri festinanter, IIC fl. » (ie 277 f. 151).

68 Qui reçoit 30 florins (ie 282 f. 143v).

69 « Veniendo de Parisius cum litteris domini dalphini directis domino nostro et aliis litteris apertis super inhibitione ne aliquis homo armorum exiret regnum nec Dalfinatum pro invadendo Comitatum Veneycini nec comitatum Provincie » (ie 282 f. 145v).

70 ie 278 f. 159v.

71 Il dit avoir dépensé 82 fl. 12 s pour lui et son cheval, tout compris, il avait reçu du trésorier en quittant la cour 25 fl. et du collecteur 40 fl., 17 fl. 12 s. payés le 17 février (ie 293 f. 139).

72 Pierre du Val puis Dominique de Lucarrel qui présente un compte de dépenses 74 florins (ie 286 f. 157 et 160v).

73 Pierre de Ala se rend deux fois en Angleterre en 1360 et 1362 (ie 294 f. 84 et Reg.Av. 149 f. 110), Pierre de Monjoye également en 1362 (f. 109v) ; plusieurs autres sont envoyés en Allemagne, qu'il s'agisse d'aller trouver l'empereur, l'archevêque de Prague ou des collecteurs (Jean de Rome, Colin Lombard en Allemagne en 1355, Geoffroy Turc en 1357).

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540