Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La transmission des nouvelles en terre d'Islam

Les modes de transmission

Youssef Ragheb

Note de l’auteur

Cette ébauche est destinée à s’épanouir dans une monographie en préparation : Messagers fidèles, messagers infidèles : de la transmission des messages en terres d'Islam.

Texte intégral

L'organisation officielle

La poste (barîd) omeyyade et abbasside

1La conquête arabe avait suspendu tout organe régulier de liaison dans les terres soumises et l'empire s'en passa jusqu'au premier des Omeyyades, Mu‘âwiya qui, par les soins d'agents grecs et persans, créa une poste inspirée des modèles byzantin et sassanide. Le directeur ne devait pas seulement assurer le transport et la distribution du courrier aux services de la capitale, mais également surveiller le vizir, l'armée, les directeurs de bureaux, les cadis et les préfets de police. De même, les maîtres de Poste des provinces étaient les yeux et les oreilles du calife, si lointain fût-il.

2Le service n'était assuré, à l'origine, que par des mulets de bât qui, suivant une coutume sassanide, passée à Byzance comme en Chine, avaient la queue coupée pour signe distinctif. Puis des dromadaires furent associés aux hybrides dans le désert d'Arabie, notamment sur la ligne qui reliait Médine à La Mekke et au Yémen, avant de servir de monture aux courriers urgents, notamment en temps de guerre, au moins depuis le xe siècle. Quant aux chevaux, ils ne furent utilisés que pour des liaisons extraordinaires.

3La poste couvrait l'ensemble de l'empire d'un immense réseau de relais jalonnant les grands chemins. Tantôt formées d'une construction et tantôt d'une tente, ces étapes fournissaient aux courriers ambulants le gîte et la nourriture, ainsi qu'une monture fraîche pour remplacer leur bête épuisée, comme elles contrôlaient le passage des envois par des secrétaires qui enregistraient le nombre de sacs et de lettres emportés ou transmis, le nom des destinataires et les heures de départ et d'arrivée. Les distances d'un relais à l'autre variaient suivant les pays : six milles ou deux parasanges (12 km) en Syrie et au Khurâsân, le double en Iraq et dans le désert d'Arabie. Ces écarts semblent tenir au relief du sol : dans les plaines, les étapes s'éloignaient ; mais dans les régions montagneuses, elles se rapprochaient. Comme à la fin du ixe siècle, leur nombre était de 930, le réseau routier devait comprendre 15000 à 20000 km qu'on avait arpentés et garnis de bornes tous les milles à l'ouest de l'Euphrate et toutes les parasanges à l'est, mais les longues distances étaient plutôt données en parasanges, même si elles étaient gravées en milles sur la voie.

4Outre ce service monté, des coureurs à pied furent établis vers la moitié du xe siècle par le fondateur de la dynastie Bûyide de Bagdad, Mu‘izz aldawla, pour le relier rapidement à son frère à Rayy. Sur une voie de 1002 km, ces messagers à grande vitesse se succédaient et la missive passait de main en main jusqu'à destination. Entre Bagdad à ‘Ukbarâ (54 km), deux jeunes de la capitale s'illustrèrent, attirant les foules qui, de parasange à parasange, attendaient leur passage pour les acclamer. L’un devint le coureur favori des sunnites et l'autre celui des šî‘ites. Ce service fut supprimé après la mort de Mu‘izz al-dawla, mais les courriers à pied continuèrent d'être utilisés par les Abbassides jusqu'à la chute de la dynastie.

5Parallèlement à ce service par voie de terre, un autre fonctionnait par voie d'eau en Egypte, où des bateaux transportaient sur le Nil et ses canaux la correspondance et les biens de l'Etat. Mais le trafic était saisonnier : la crue l'interrompait près de quatre mois l’an.

6La poste était essentiellement destinée au transport des lettres et des biens, aussi bien que des personnes. Elle devait, en premier lieu, acheminer le courrier du calife et des administrations à travers l'empire, notamment des plis urgents. Si, dans la hâte, une nouvelle prématurée s'avérait fausse, un nouveau messager volait la démentir. Le service assurait également le transport des biens de l'Etat, comme celui des agents du Pouvoir. Mais il leur fallait souvent en solliciter la faveur du calife ou du gouverneur, car les maîtres de Poste ne fournissaient de montures qu'aux voyageurs munis d'un titre. Même les messagers officiels devaient, pour en bénéficier, présenter un billet émanant de l'autorité qui les envoyait et qui demeurait ensuite dans les archives de l'étape. Ils étaient alors accompagnés jusqu'à destination d'un courrier chargé de ramener les deux bêtes au relais d'origine.

7La vitesse de la poste a varié suivant l'espace et le temps. Sous les Omeyyades, les mulets de bât franchissaient en douze jours le chemin de Médine à Damas (plus de 1200 km), qui demandait aux caravanes de pèlerins près de trois semaines, si elles étaient pressées, et plus d'un mois, si les haltes s'allongeaient. La même durée était nécessaire aux hybrides pour aller de Kûfa à Damas, bien que la route fût moins longue (environ 1000 km). Mais ils parvenaient à joindre Kûfa à la capitale du Khurâsân, Marw, en vingt jours, malgré l'éloignement (2436 km). Ils faisaient donc, dans le premier trajet, 100 km par 24 heures, dans le second 83 et dans le troisième 121. Sous les Abbassides, les mulets rentraient à Bagdad vingt jours après avoir laissé Gurgân (1542 km) et onze après avoir quitté La Mekke (1654 km), couvrant donc près de 75 km par 24 heures dans le premier voyage et plus du double dans le second. Ces écarts de vitesse devaient tenir aux accidents géographiques difficiles à franchir. Mais sur trois lignes majeures, l'allure des hybrides avait considérablement augmenté : ils arrivaient à relier en sept ou huit jours Bagdad à Sîrâz, par une voie de 1422 km : leur moyenne quotidienne était donc de 203 km, suivant la première version ou de 177, suivant la seconde. De même, ils ne couvraient qu'en six jours (et parfois moins) l'intervalle qui séparait Damas de Bagdad (1256 km), en abattant 209 km par 24 heures. Enfin de la capitale égyptienne, ils regagnaient Bagdad en onze jours, après avoir franchi près de 2033 km, soit une moyenne quotidienne de 185. Sur ces trois liaisons, les mulets parcouraient donc des distances journalières de 177 à 209 km, soit le double de l'époque omeyyade, bien que le service ne fût pas permanent : des haltes s'imposaient pour le repos des courriers qui ne changeaient pas le long du trajet, comme pour celui des voyageurs. Le barîd des premiers siècles battait donc par la rapidité la poste romaine impériale dont la moyenne quotidienne était inférieure à 75 km. A l'époque omeyyade, sa vitesse semble avoir été comparable à celle de la poste byzantine du xe siècle qui faisait de 90 à 120 km par jour, mais à l'époque abbasside, sur les trois lignes qui reliaient la capitale à l'Iran, la Syrie et l'Egypte, son allure dépassa celle de la poste perse qui couvrait 135 km environ par 24 heures et même celle de la poste ptolémaïque dont la moyenne journalière était de 180 km. Pour les nouvelles urgentes, les courriers redoublaient leurs efforts pour gagner du temps : aussi pouvaient-ils abattre plus de 300 km par jour, mais sans doute pas 500, comme le prétendent certaines sources. L'usage du cheval sous les Mamlouks devait abréger la durée du voyage du Caire à Damas : d'une semaine (et parfois davantage), des cavaliers aguerris parvenaient à la réduire à quatre jours, et même moins : trois jours, deux jours et sept heures et finalement deux jours seulement, ce qui dépassait la raison : ils avaient couru près de 387 km par 24 heures, alors que les courriers exceptionnels en abattaient à peine plus de 250 et les ordinaires moins de 200.

8Outre la rapidité, la poste brillait par la constance et la fréquence : les départs étaient réglés à jours fixes, généralement proches sur les lignes importantes : sous les Omeyyades, le convoi partait de Médine vers Damas le jour même de l'arrivée de celui qui en venait et le prochain quittait trois nuits plus tard. Même les heures étaient certaines : aussi les arrivées étaient attendues dans les délais prévus et les retards devaient être justifiés : si les surprises de la route étaient excusées et les obstacles prévisibles ensuite aplanis, les négligences étaient sévèrement punies : ainsi les courriers qui reliaient Šîrâz à Bagdad furent une fois tous bâtonnés par la faute de l'un d'entre eux qui les avait retardés pour se gaver de riz.

9Quant aux courriers à pied, leur vitesse ne pouvait égaler celle des hybrides ni celle des chevaux, car les relais semblent avoir été éloignés (54 km) : les deux jeunes de Bagdad du temps de Mu‘izz al-dawla parvenaient à franchir 180 km du lever du soleil à son coucher. Mais les sources enflent leur prouesse, car s'ils faisaient l'aller-retour le même jour, ils ne devaient abattre que 108 km et encore moins, s'ils prenaient des traverses pour éviter de longs détours. Au déclin du califat abbasside, ces exploits furent battus par trois autres qui restèrent gravés dans la mémoire collective : en 1177, le courrier Baraka couvrit en un jour et une nuit les 300 km qui séparaient Wâsit de Bagdad (soit à raison de 12,5 km à l'heure) ; treize ans plus tard, il faisait Takrît-Bagdad (180 km) en une longue journée de juin de 16 heures (soit à une vitesse horaire de 11, 25 km). En 1228, un autre courrier d’origine servile (son nom Ma‘tûq signifie « affranchi ») améliora d'une heure le premier record de Baraka.

10A l'inverse de la poste par voie de terre, la poste fluviale était aussi lente qu'irrégulière : les missives mettaient de dix jours à cinq semaines pour remonter le Nil de Fustât vers Aphrodito. Ces différences de durée de transmission tenaient aux retards parfois considérables au départ de la capitale, où la correspondance demeurait en souffrance pendant un temps indéterminé, car le courrier ne partait que si la quantité de plis en valait le voyage et s'arrêtait ensuite le long du trajet pour les délivrer et en recueillir d'autres. Ainsi des lettres portant différentes dates et confiées au même porteur étaient reçues le même jour.

11Aucune autre dynastie du premier Moyen Age ne s'offrit une poste aussi élaborée que celle des Omeyyades et des Abbassides, même si ses moyens le permettaient. Les califes de Cordoue ne disposèrent que d'un service sommaire, comme en témoignent les maigres informations qui sont parvenues jusqu'à nous : ils utilisaient surtout des coureurs souvent noirs, si agiles qu'on les nommait « danseurs ». De même, les Fatimides n'eurent qu'une poste indigne de leur splendeur. Au second Moyen Age, deux postes se distinguèrent particulièrement : celle des Mamlouks présentée dans ce volume même et celle des sultans de Delhi qui comportait deux services : l'un aux chevaux dont les relais étaient établis tous les quatre milles (8 km) et l'autre, plus rapide, de coureurs à pied dont les étapes se succédaient tous les tiers de mille, suivant Ibn Battûta, ou tous les quarts, suivant une chronique contemporaine probablement mieux informée (soit tous les 666 mètres ou tous les 500). Les relais abritaient, d’une part, des établissements destinés à fournir aux hôtes du souverain le gîte et la nourriture, notamment l'eau et les feuilles de betel, et de l'autre, trois tentes où les coureurs se tenaient prêts à bondir, la ceinture serrée. Le courrier partait le pli dans une main et un bâton à clochettes dans l'autre. Dès que les coureurs du prochain relais entendaient la sonnerie, l'un d'eux s'élançait pour saisir le pli et volait vers l’étape suivante, tandis que le premier messager regagnait sa tente d'origine. Le message passait ainsi de main en main sans même s'interrompre la nuit, à une vitesse impressionnante : 300 km par 24 heures : aussi l'arrivée d’Ibn Battûta en 1333 sur la rive de l’Indus parvint à Delhi en cinq jours, alors que le voyage en durait 50. Ces coureurs ne transportaient pas seulement le courrier, mais également les fruits frais du Khurâsân jusqu'à Delhi, l'eau destinée au sultan, s'il partait pour Dawlatabâd et qu'on puisait dans le Gange et même le transport des hommes : criminels ou voyageurs dans des litières, éveillés ou couchés.

Les messagers

12Comme les califes de Médine qui n'avaient eu que des messagers pour organe de liaison, les califes de Damas et de Bagdad, ainsi que les gouverneurs de provinces dépêchaient souvent des envoyés, généralement des fonctionnaires de la poste ou des esclaves publics, plus rarement des personnages de rang auxquels était confiée la mission de transmettre un message important qu'ils devaient parfois lire au destinataire. Ces messagers occasionnels devinrent ensuite les seuls courriers des dynasties sans poste (Zenguides, Ayyoubides et Seljûkides) : ils allaient tantôt à cheval et tantôt à dromadaire, les premiers préférés des Persans et les seconds des Arabes.

13Enfin les temps de trouble et de guerre suscitaient des liaisons particulières : les messagers secrets : comme cette femme qui en 810 semblait voyager de village en village pour ne pas éveiller les soupçons, alors qu'elle transportait un pli glissé dans un bois creux du bât de sa monture qui révélait le dessein d'al-Amîn de destituer son frère al-Ma’mûn ; ou les messagers nocturnes par voie de mer lors du siège d'Acre (1189-1191) : ces nageurs qui passaient au travers de la flotte des Croisés pour introduire dans la place investie or et plis enveloppés de cire et même les pigeons qui devaient en être lâchés. Sitôt leur mission accomplie, la nouvelle partait par voie des airs, mais ces courriers de la nuit aussi pauvres que vaillants disparaissaient souvent dans la mer qui en rejetait parfois la dépouille sur la rive et la transmission du dépôt s'effectuait alors d'une manière posthume. Plus tard, les sultans mamlouks dépêchèrent des jeunes gens agiles pour remettre les lettres pressées et en rapporter la réponse, si la présence de l'ennemi entravait les liaisons. Ces piétons rapides ne cheminaient que la nuit en marge de la grande route : le jour, ils se dispersaient pour se cacher.

La poste aérienne : les pigeons messagers

14Bien que le pigeon voyageur se perde dans la nuit des temps, il avait apparemment cessé de servir comme moyen de liaison en Orient lors de la conquête arabe et ne recouvra sa fonction immémoriale qu'en Iraq à la fin du viiie siècle, d'où il gagna l'ensemble du monde musulman. Ces messagers que l'on sélectionnait suivant des critères physiques devaient subir un long dressage qui disloquait les familles : pour les inciter à rentrer au pigeonnier natal, tantôt on les arrachait à leur couvée ou à leurs œufs près d'éclore et tantôt on séparait les couples en emportant soit le mâle, soit la femelle. Parfois, on ajoutait du sucre à leur nourriture qu'on supprimait ensuite après la séparation en même temps que l'on diminuait les rations.

15Comme le mérite et la vitesse des pigeons passaient pour héréditaires, leur généalogie était souvent dressée : sous les Fatimides, les pedigrees des messagers étaient conservés dans un bureau particulier. Plus tard, le calife al-Nâsir constitua l’état civil de ses colombes qu'il avait réparties en douze catégories, après avoir égorgé les pigeons voyageurs de Bagdad, afin d'en forcer les habitants à n'employer d'autres courriers ailés que les siens. Chacun avait, comme les hommes libres, un nom suivi du nom de son père et les femelles après couvée étaient désignées comme mères de leur fils. Ces indications figuraient sur la dépêche afin d'identifier le messager. L'engouement du calife pour les pigeons le détourna même de ses devoirs : à l'annonce de l'avancée des Mongols et la prise de la Transoxiane, il répondit qu'il était absorbé par des affaires plus importantes, le vol de « la bigarrée » qu'il n'avait pas suivi depuis trois jours. Cette passion des grands pour les colombes en augmenta considérablement le prix : les pigeonneaux se vendaient 20 dinars le mâle, 10 à 12 la femelle et l'œuf à cinq. Quant aux sujets d'élite connus pour leur vélocité, ils atteignaient des sommes extraordinaires : 500 dinars, 700 et même 1000 pour une colombe revenue de Constantinople à Basra. Quant à leurs œufs, leur prix frisait celui d'un bon esclave et dépassait même celui d'un cheval : 20 dinars l'unité.

16Le morcellement du monde musulman en royaumes autonomes souvent privés de liaisons régulières par voie de terre provoqua l'essor de la poste aérienne, en particulier sous Nûr al-dîn. Puis les Mamlouks couvrirent l'empire de pigeonniers dont la Citadelle du Caire devint le point central : elle abritait en 1288 1900 volatiles. La distance moyenne qui séparait les relais n'était jamais considérable, afin que l'oiseau pût retrouver son chemin : elle était de trois postes (soit près de 72 km), quelquefois plus, souvent moins, selon la disposition des lieux. Chacun disposait de guetteurs qui se relevaient pour épier le retour des pigeons, de serviteurs et de mules pour le transport quotidien des messagers au relais suivant d'où ils devaient regagner le colombier natal, s’ils étaient lâchés. Sitôt que le volatile rentrait au pigeonnier où l'instinct l'avait ramené, on lui ôtait la dépêche pour la confier à un autre courrier qui prenait sa route par le ciel. Ainsi la correspondance passait de relais en relais jusqu'à destination. Les messagers qui atterrissaient à la Citadelle du Caire étaient remis par le gardien au Porte-écritoire qui retirait le billet ou en laissait le soin au sultan, s'il se réservait le droit de le détacher lui-même.

17Les bisets bleus du sultan portaient des marques distinctives destinées à les différencier des pigeons privés : empreintes au fer chaud sur les pattes ou sur le bec et, parfois, en plus, une décoration visible au vol qui permettait de ne pas les intercepter, probablement un ruban au cou qui devait être court pour ne pas être retenu par les branchages et jaune, couleur de la dynastie. A l'occasion, on leur donnait un air de fête ou de deuil, suivant la nature de l'événement : les porteurs de bonne nouvelle embaumaient, comme le billet transmis et les messagers de malheur étaient noircis. Quant à la dépêche, elle était rédigée sur un papier fin connu sous le nom de « papier d'oiseau » que son format réduit rendait lapidaire : l'inutile était supprimé (invocation et marge) et la date souvent tronquée : elle ne portait que l'indication du jour et de l'heure du lâcher, parfois le mois, rarement l'année. Même l'écriture était plus serrée que l'ordinaire : sa finesse troublait la vue, autant qu'une chose voilée d'un nuage de poudre soulevé, si bien qu'on l'appelait « calame de la poussière ». Enfin, pour protéger le billet de l'humidité, de la pluie et des accidents, il était, le plus souvent, lié sous l’aile qu'on avait choisi pour sa vigueur. Mais on lui préférait parfois, surtout tardivement, la queue ou le cou, rarement la patte.

18Les pigeons étaient destinés à transmettre les nouvelles urgentes, en temps de paix, comme en temps de guerre et surtout de siège, où ils devenaient les seuls liens entre la place investie et l'armée de secours, si bien qu'ils étaient souvent les messagers des victoires et des défaites. Mais exceptionnellement, ils servaient à combler les désirs des califes : ainsi al-‘Azîz reçut au Caire des cerises (fruit qu'il n'avait de sa vie goûté) enveloppées dans du papier et liées aux ailes d'une nuée de colombes lâchées à Damas.

19Les distances couvertes par les messagers volants étaient rarement immenses, comme Tunis-le Caire (2090 km par le ciel) ou Constantinople-Basra (qui en comporte 10 de moins). Leur vitesse était prodigieuse : à raison de 70 à 120 km à l'heure, il ne leur fallait pour regagner le Caire qu'une demi-journée d'Alexandrie, qu'un jour de Damas, malgré la distance (620 km à vol battu).

20Cependant, la poste aérienne comportait nombre d'inconvénients : les pigeons n'étaient libérés que le jour, comme ils n'étaient pas à l'abri des retards. De même, la correspondance courait divers dangers : elle pouvait tomber ou se mouiller, comme le messager pouvait s'égarer, dériver par la violence du vent ou périr, victime d'une flèche de chasseur ou d'un oiseau de proie, sinon tomber aux mains de l'ennemi. L'interception des messagers et la saisie des dépêches se révélaient si fructueuses pour éventer les secrets de leurs envoyeurs et transmettre, au besoin, une fausse nouvelle par une substitution du billet, que l'on s'ingéniait à détourner le messager pour capter le message : il suffisait de remplacer furtivement les pigeons par d'autres qui revenaient vers celui qui avait tramé la manœuvre : il recueillait alors la missive et la changeait par une autre destinée à tromper le destinataire. Aussi, parfois, par mesure de prudence, on confiait le même pli à différents pigeons, dont le nombre fut tardivement réduit à deux : « l'oiseau bienheureux et son compagnon ».

Les signaux optiques et acoustiques

21Plus rapide que le pigeon était la signalisation optique qui était, à l’origine, essentiellement marine et d'intérêt militaire : au bord de la Méditerranée, des tours spécialement construites pour l'usage du feu signalaient les vaisseaux ennemis sitôt surgis à l'horizon : elles étaient tantôt isolées et tantôt formaient une chaîne, dont la plus étendue longeait la côte africaine où elles se succédaient à faible distance l'une de l'autre : l'alerte donnée à Tripoli gagnait Alexandrie en trois ou quatre heures. Une autre plus réduite s'étendait sur les rives de Palestine, où la signalisation était à la fois visuelle et auditive : dès qu'un ennemi se montrait en mer, des trompes sonnaient l'alarme. Puis ces signaux acoustiques étaient sur-le-champ suivis de signaux optiques : un feu la nuit, une fumée le jour et l'alerte reprise de tour en tour gagnait la capitale, Ramla, en moins d'une heure.

22Sous les Mamlouks, une signalisation à vue repérable de loin fut implantée sur les hauteurs (sommet de montagnes ou bâtiments élevés). Dans ces postes, des guetteurs surveillaient l'espace environnant. Dès l'apparition des Mongols, l'alerte était donnée par un feu la nuit ou une fumée le jour et passait de hauteur en hauteur, d'Alep jusqu'à Bilbays (850 km), en un jour ou moins. De là, un pigeon portait la nouvelle jusqu'au Caire, que le courrier détaillait par la suite. Ainsi la capitale était prévenue avant le soir des dangers apparus le matin sur l'Euphrate et dès le matin de ceux qui y étaient survenus pendant la nuit.

L'organisation privée

23Les particuliers n'avaient le plus souvent, à l'origine, que des moyens de fortune pour le transport de leurs messages. Ils les confiaient d'ordinaire aux messagers du hasard : ami, parent, voisin ou familier qui s'en acquittaient fidèlement, car ils étaient assimilés à un dépôt qu'il fallait rendre à ses ayant droit. Mais la poste des occasions était condamnée à la lenteur : elle devait attendre le départ du messager, puis en suivre le chemin, si long fût-il. Aussi ne pouvait-elle, malgré sa gratuité, satisfaire ceux qui devaient par la profession entretenir des correspondants dispersés. Ils faisaient alors appel à des hommes dont le métier consistait à louer leurs services et leur temps pour assurer la remise des plis : les grands recouraient à des messagers et les marchands abandonnaient le soin d'acheminer leurs envois (lettres et biens) tantôt à des âniers ou des bateliers et tantôt à des courriers qui se répartissaient, suivant la vitesse, en trois catégories : ordinaires, exprès et spéciaux. Le rôle de ces messagers, bénévoles ou professionnels, ne se bornait pas à la remise des plis : ils devaient parfois en assurer la lecture et même la rédaction de la réponse, si les destinataires (surtout les femmes) étaient illettrés.

24La correspondance voyageait le plus souvent en port dû, car une missive réglée d'avance risquait de n'être jamais livrée. Mais parfois les frais de port étaient partagés entre les correspondants. D'après les indications figurant dans le corps même des lettres afin d'éviter à la délivrance discussions et difficultés, trois différents tarifs étaient perçus : il était modique pour le courrier lent, moyen pour l'exprès, mais dispendieux pour le spécial.

25La vitesse des messagers variait suivant la destination et la distance à parcourir. Les liaisons les plus rentables étaient les plus rapides : la correspondance courait plus vite que les voyageurs : une lettre d'Alexandrie au Caire était transmise sous quatre ou cinq jours, alors que le trajet durait une journée de plus, car les courriers de profession qui assuraient la navette hebdomadaire entre les deux villes délivraient sans tarder les plis. Les messagers spéciaux étaient encore plus prompts, mais il fallait en payer la hâte : ils faisaient l'aller retour en une semaine. Par contre, d'autres cités importantes étaient mal desservies, surtout si la liaison en était irrégulière : ainsi les plis tardaient parfois six mois de Bagdad à Cairouan.

26Enfin, quelques particuliers entretenaient à domicile des pigeons messagers, surtout en Iraq, où un réseau privé reliait les grandes villes : ainsi Basra était au courant avant le soir des événements survenus le matin à Kûfa, malgré l'éloignement (365 km par la ligne aérienne). Si la distance était faible, comme celle qui sépare la capitale de Kûfa (143 km par la voie du ciel), la réponse arrivait en quelques heures. Aussi les nouvelles transmises par les pigeons particuliers étaient parfois plus fraîches que celles que portaient les pigeons officiels. A la fin du Moyen Age, les marchands usèrent couramment de courriers ailés, notamment pour révéler à distance le cours des épices entre le Golfe Persique et Basra.

27Ces pigeons privés ne parcouraient pas, d'ordinaire, de longues étapes. Mais une performance resta gravée dans la mémoire collective : des colombes lâchées à Fustât parvinrent à retrouver leur pigeonnier de Basra, malgré la distance (1610 km à tire-d'aile).

28Je remercie Annie Pralong pour avoir calculé les distances séparant les villes à vol d'oiseau sur la couverture cartographique du Monde au 1.000.000e (Cartothèque du Laboratoire CNRS « Intergéo »).

Annexes

Courrier à dromadaire. Dessin gouaché sur papier. Égypte, xiie siècle, Musée du Louvre (mao 352).

L'oiseau bienheureux et son compagnon : les pigeons messagers d'Orient vus de l'Occident. Figure sur bois de la traduction allemande d'O. de Demeringen du Voyage de Jean de Mandeville, Strasbourg, 1484

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende Courrier à dromadaire. Dessin gouaché sur papier. Égypte, xiie siècle, Musée du Louvre (mao 352).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540