Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les ambassades provençales au XIVe siècle et les enjeux de la communication

Yves Grava

Volltext

1La première idée du thème retenu par notre congrés m'avait porté vers les hommes de pouvoir et les systèmes de gouvernement. Il s'agissait pour moi de voir comment l'information alimente la pratique du pouvoir, par quels cheminements, avec quels hommes, sous quelle forme et de quelle façon on peut inclure l'étude de la nouvelle et de sa diffusion dans une problématique générale de la société des pouvoirs, et tout spécialement celle des communautés d'habitants en Provence au xive siècle.

  • 1 Edition de référence, A. Pauphilet, « Mémoires » de Philippe de Commynes, Paris, 1952. Pour ses mo (...)
  • 2 J.R. Strayer, Les origines médiévales de l'Etat moderne, Paris, Payot, 1979, p. 123 : « Il n'est p (...)

2Fidèle à cette inspiration, j'ai choisi pour cette brève intervention, la question des ambassades, qui est de ce point de vue dans une situation originale et même paradoxale. En apparence et même à l'évidence au cœur du sujet, dans la réalité de nos recherches érudites dans une position marginale qui tient sans doute à l'état de l'historiographie qui croit ou feint de croire que l'histoire de la diplomatie ne prend vraiment corps, ne devient intéressante, ne peut être prise en compte qu'avec l'affirmation des États modernes. Sans doute le concept même d'ambassade et de diplomatie est-il encore mal dégrossi au moyen âge, en l'absence d'échanges institutionnels entre États, de corps de diplomates bien spécialisés, d'ambassades permanentes reconnues bénéficiant du privilège d'exterritorialité. Encore à la fin du xve siècle, Philippe de Commynes ne jugeait-il pas les Vénitiens pour le moins imprudents d'installer ainsi leurs ennemis à demeure1 ? N'est-ce pas surtout en raison de délégations insuffisantes accordées par leurs maîtres aux ambassadeurs, comme si les princes craignaient d'abdiquer là un de leurs pouvoirs les plus importants, que la fonction diplomatique nous paraît manquer de force, donner une impression d'inachevé2 ?

3Au demeurant, la chose existe et devient même singulièrement active à la fin du moyen âge. Signe des temps, le portrait du prince s'accompagne volontiers du soin pris par celui-ci pour les ambassadeurs, un souci qui entre dans l'art du bon gouvernement et de la bonne gestion de la chose publique. Que ce soit sous la plume de Jean Froissart avec le portrait de Gaston Fébus ou celle de Christine de Pisan pour celui du roi Charles V qui ne laissait jamais repartir les ambassadeurs des « pays étranges » sans les avoir couverts de cadeaux pour qu'ils portent au loin, une fois rentrés chez eux, la gloire du prince ; mode élémentaire mais sûr de bon gouvernement. Sans doute est-ce là une autre manière de dire qu'hier comme aujourd'hui la diplomatie est le domaine réservé du souverain, une sorte de monopole régalien que pratiquait aussi très bien Louis XI qui « portait fort grand honneur aux ambassadeurs et gens étrangers.... bien recueillis et bien festoyés chez lui », et dont il attendait une bonne connaissance « des gens d'autorité et de valeur » dans les seigneuries et royaumes voisins.

4Alors au service du roi Charles VIII, Philippe de Commynes, ambassadeur auprès de la Sérénissime, donne un portrait fameux de la « cité triomphante », qui tourne à l'inventaire de détail, et répond avant tout à la mission première de l'ambassadeur, qui est de tout voir et tout entendre pour rapporter le tout à son maître ; un office pas si éloigné de celui des « espies », comme les appelle avec dédain le célèbre chroniqueur. Car ce métier est tout entier un art de la ruse où il s'agit de faire abattre ses cartes à l'adversaire sans découvrir les siennes. A en croire notre excellent informateur, les Anglais dans leurs ambassades se méfiaient beaucoup des Français car ils perdaient très souvent dans les négociations tout ce qu'ils avaient acquis sur les champs de bataille ! Pouvoir de la parole et des discussions habilement menées que les États et leurs souverains ne pouvaient plus ignorer. Beaux discours et politesses feintes servaient aussi à refaire des amitiés perdues, retrouver la paix des familles régnantes, comme on le lit chez Froissart, lorsque le roi et les princes de France allaient à la rencontre de leurs beaux cousins d'Angleterre. Etourdir dans les fêtes, écraser sous son luxe l'adversaire ne répondait pas aux seuls codes de la chevalerie et dans cette phase encore balbutiante de la diplomatie chacun faisait beaucoup d'efforts sur lui-même pour ne pas sauter à la gorge de l'interlocuteur qui restait d'abord un ennemi dans des rencontres pourtant reputées pacifiques, comme celle d'Amiens en 1390, que Froissart nous relate avec une pointe d'humour. Chacun pourtant en prend alors conscience, la diplomatie répond à un besoin, rétablit des équilibres nécessaires. C'est ainsi au moins que la voit son théoricien Philippe de Commynes dont un ambassadeur milanais dit en 1476 qu'il a été dans telle négociation « le principe, le milieu et la fin,... tout in omnibus et per omnia », traduisons librement l'alpha et l'omega et que personne ne saurait se comparer à lui. Notre diplomate gentilhomme voit les tensions entre nations comme les humeurs dans le corps qui sont de signes et de valeurs contraires et dont l'équilibre maintient l'organisme en bonne santé. Chaque nation dans le monde a son « opposite » qui lui fait la guerre et de l'équilibre des deux dépend un peu la paix de l'univers. Contre la morale des guerriers et de leurs guerres qui gâchent tout et n'arrangent rien, Commynes croit à la vertu des ambassades et des bons traités, mais c'est un art qui ne laisse aucune place à l'improvisation ni à la fausse amitié entre les princes qui ne dure jamais bien longtemps et sur laquelle rien ne se construit de durable. La diplomatie doit être le triomphe mesuré des bons conseillers, bien instruits des dossiers et des affaires qu'ils traitent pour le plus grand bien des États. Un travail de spécialistes.

  • 3 Statuts de l'Ile Saint Geniès, AC Martigues AA8, 5 mai 1354, article 13 : « On ne prendra pas en g (...)

5La relative nouveauté du sujet, la faiblesse des appuis historiographiques commande la prudence ; il fallait donc choisir un terrain où prendre mes références documentaires. Terre éloignée de ses souverains angevins qui règnent à Naples depuis le milieu du xiiie siècle, la Provence est épuisée par leur fiscalité, les vastes ambitions de ses rois et ses reines, mais bien que mal recompensée de ses efforts, toujours désireuse de maintenir ce lien avec la majesté royale. Dans la basse vallée du Rhône, à une centaine de kilomètres d'Avignon, l'étang de Berre est un pays à part, une sorte de bout du monde longtemps ignoré des autres régions provençales comme des médiévistes et pourtant au point focal d'échanges croisés. Vaste ria à la provençale, aire d'ennoyage des remontées glaciaires, cette large dépression au cœur de la basse Provence occidentale est, autre paradoxe, à la fois un pays sans ville, où les plus grosses agglomérations sont des bourgades, et un pays placé au cœur du triangle d'Arles, d'Aix-en-Provence et de Marseille et par là au centre de stratégies contraires et multiples. Economiquement, avant que l'industrialisation en fasse un lieu mal considéré, l'étang de Berre est une sorte de paradis naturel où les vraies richesses qui stimulent les convoitises sont la pêche et le sel. A l'entrée de l'étang, le port maritime de Bouc est aux xive et xve siècles un point d'éclatement du trafic, un port de vitesse pour Avignon et l'étang de Berre qui se retrouve par voie de conséquence en position d'avant-pays de la capitale de la chrétienté fournie par lui en produits de luxe qu'apportent à demeure les galées florentines et plus tard les « mude » vénitiennes. Militairement c'est dès l'an mil un ensemble fortifié qui vérouille la remontée de la vallée du Rhône, un front exposé où le danger vient souvent de la mer et où les riverains ont le sentiment permanent de vivre sur une « frontière », avec toute la connotation guerrière que ce mot comporte au moyen âge3. Un pays enfin où l'échange, la communication sont une manière d'être et souvent un geste de survie.

6Sans doute la documentation est-elle toujours en deçà de nos espérances mais les sources locales que sont les archives communautaires : délibérations, comptes trésoraires, trésors de chartes, statuts et privilèges, comme les registres de l'administration comtale, tout spécialement les comptes des clavaires, composent un ensemble tout à fait acceptable et utilisable pour ce genre de projet.

  • 4 B. Guenée, « La diplomatie », dans L'Occident aux xiveet xve siècles. Les Etats, Paris, PUF, 1971 (...)
  • 5 Voir les comptes des clavaires provençaux, AD, BdR, Marseille, ex : B1628, folios 67 à 69. Dans so (...)

7Faute de place et sans trop y insister, il convient toutefois de faire auparavant un détour par le vocabulaire et par la même situer le propos au niveau des idées générales. Distinguons donc de l'ambassadeur le message ou le courrier, simple « lettre vivante » selon l'heureuse expression de Bernard Guenée4, qui ne peut guère que transmettre et, si on le lui demande, donner quelques mots d'explication sur le contenu de son message, mais qui n'a aucune mission, aucun pouvoir de négocier. Les « nonces » comme les nomment nos textes latins, sont les familiers de nos archives communautaires et gonflent le personnel subalterne des petites cours et de leurs administrations embryonnaires. A leur salaire fixe calculé au plus juste, s'ajoutent des indemnités pour leurs déplacements, établies pour l'aller et le retour, en « journées » : un sou par journée, c'est bien peu quand le salaire journalier d'un maçon s'élève alors à cinq fois plus. Les comptes des clavaires qui détaillent leurs « ordres de mission » permettent de les suivre à la trace : depuis l'Ile du Martigue, à l'entrée de l'étang de Berre, il faut une « journée » pour se rendre à Fos (sur mer) qui est à une vingtaine de kilomètres mais deux fois plus pour gagner Berre ou Vitrolles, 3 « journées » pour Salon, la capitale administrative de l'archevêque d'Arles dans cette région, quatre « journées » pour rejoindre Aix (en Provence), la capitale comtale, les « journées » étant moins calculées sur les distances réelles, évaluées en lieux provençales que sur les difficultés de la route, les haltes nécessaires, la nature du moyen de transport ; car il s'agit là d'un forfait incluant toutes les dépenses prévisibles. Le messager a recours au cheval, plus souvent à la mule qu'il faut acheter ou louer, à la barque aussi dans ce pays de marais, mais alors la journée, plus largement comptée, peut s'élever jusqu'à cinq sous ; des nonces qui sont aussi crieurs publics, avant de procéder à leurs criées, les « préconizations », sonnent de la trompette, la « nisarde » qui s'embouche par le nez. Ce sont vraiment les hommes à tout faire de la communication5.

  • 6 A. Strubel et D. Boutet, Littérature, politique et société à la fin du moyen âge, Paris, PUF, 1979 (...)
  • 7 P. Jugie, « Les cardinaux issus de l'administration royale française. Typologie des carrières anté (...)
  • 8 L'oeuvre, autour de 1400, est présentée au musée du petit Palais, à Avignon. Lire pour le commenta (...)
  • 9 F. Autrand, Charles VI, Paris, Fayard, 1986, p. 338.

8L'ambassade et les ambassadeurs, on le sait, c'est tout autre chose. L'ambassade non seulement transmet le message dont elle est chargée, mais déploie toute une stratégie de la persuasion, tout un argumentaire un peu déroutant pour nous, tout farci qu'il est de citations bibliques et d'artifices réthoriques pour lesquels on recourt aux meilleurs « orateurs » ; c'est ainsi qu'on nomme souvent alors les ambassadeurs. Une ambassade est d'abord un bel exercice réthorique, la forme supérieure d'une poésie engagée. Pétrarque, précédé par la gloire de sa correspondance, est reçu partout en triomphateur et met son prestige au service du roi Jean le Bon ; plus tard, Alain Chartier, secrétaire du Dauphin Charles est son ambassadeur à Rome, en 1425, ainsi qu'à la cour impériale de Sigismond6. L'ambassade est une étape décisive dans une carrière réussie, en recevoir la conduite la marque éclatante de la confiance du prince, la promesse d'une promotion prochaine7. Pratique courante à la cour de France comme dans celle des papes d'Avignon dont la ville, au temps des négociations difficiles entre Français et Anglais, était toute bruissante du mouvement des ambassades, lorsque papes et cardinaux dépensaient des trésors de diplomatie pour réconcilier les royaumes rivaux et les lancer dans la croisade contre le Turc. Puisque nous sommes à Avignon, évoquons, au moins pour le plaisir, cette belle ambassade que le roi Charles VI dépêcha au printemps 1395 pour tenter de trouver une solution au Grand schisme d'Occident. Les deux oncles du Roi, Berry et Bourgogne, son frère le Duc d'Orléans, ce dernier représenté avec le roi dans le décor du tombeau du cardinal de La Grange et son programme commémoratif de l'action passée du prélat8, plusieurs membres du conseil du roi et de l'Université de Paris, flanqués d'une nuée de spécialistes, clercs ou laïcs, une « véritable cour », nous dit Françoise Autrand, prit ses quartiers à Villeneuve (lès Avignon), de l'autre côté du Rhône9.

9Les ambassades sont des opérations coûteuses, et techniques, montées avec le plus grand soin et les ambassadeurs eux-mêmes des spécialistes de la communication, très au dessus dans la considération et l'échelle sociale à de simples messagers, mais entre eux et autour d'eux, à tous les degrés intermédiaires, agissent d'autres informateurs, plus ou moins habilités, qui font de cette société médiévale qu'on imagine à tort inerte un milieu parcouru en tous sens par les messagers et leurs nouvelles, selon des réseaux dont l'historien peine aujourd'hui à déméler les ramifications pourtant bien vivantes au moyen âge.

  • 10 L'Ile saint Geniès est prise d'assaut par le clan des Aymes à la poursuite de celui des Salon. La (...)
  • 11 B. Barbiche, « Les procureurs des rois de France à la cour pontificale d'Avignon », dans Aux origi (...)
  • 12 AC. Martigues DD28. Un grand procès sur les pêcheries de l'entrée de l'étang de Berre oppose le ro (...)
  • 13 Machiavel, Premier livre de la décade de Tite-Live, chapitre VII, « Combien les accusateurs sont n (...)
  • 14 AC. Martigues, délibérations communales, séances de fév. 1358 et de mai 1364, BB4. Pour la garde d (...)

10Pensons aux juges qui tiennent sur les bords de l'étang comme un peu partout en Provence leurs assises itinérantes et qui dans les diverses affaires qu'ils ont à juger sur place recueillent les dépositions, sollicitent les témoignages, lancent des appels à témoins tout autour de l'étang de Berre dans les affaires difficiles et graves qui ont entraîné morts et blessés, une véritable injure à l'honneur de la cour comtale et à la paix publique10. D'autres hommes de loi, les procureurs, chargés de veiller dans les procès aux intérêts de leurs maîtres, hommes discrets, qu'on a du mal à identifier, prennent plus de stabilité dans des fonctions mieux définies autour de 1350, au service du Pape, du roi de France ou du comte de Provence11. Vers 1340, un procureur du roi Robert envoyé auprès de la cour romaine d'Avignon, défend les droits comtaux face aux « libertés de l'Église », dans un grand procès qui oppose Avignon et Naples sur la question des pêcheries de l'étang12. Informateurs au sens le plus large, et moins recommandables à nos yeux sont les délateurs qui si on en croit Machiavel13 assurent une sorte de droit civique en purgeant par leurs dénonciations le corps social des humeurs qui l'agitent. C'est là un mode de communication très usuel dans les communautés provençales, reconnu par les autorités, encouragé par elles, les dénonciateurs ayant une part dans la confiscation des biens des coupables14.

  • 15 Tout homme de pouvoir a besoin de séides. Immortalisé par le cavalier armé de la tapisserie de ver (...)

11Terminons enfin ce trop rapide tableau par le « messager secret » dont les hommes de pouvoir font un très grand usage. Dans les apparences, proches des messagers, ils ont dans la réalité la confiance particulière du puissant qui leur fait manier le secret comme une arme15, ils sont en celà bien près des ambassadeurs et de leurs « instructions secrètes » gardées en réserve dans toute négociation et qui en font l'échec ou le succès, selon qu'elles sont bien ou mal employées. A ce compte, si, au sens plein du terme, la diplomatie est l'art du double langage où ce qui se dit est moins important que ce qui se cache et que l'on revèle au bon moment, la nouvelle et son annonce sont tempérées par bien d'autres impératifs, agissent selon la transparence ou l'opacité des groupes qui les reçoivent ou les manipulent.

  • 16 AC. Marseille A A65. La bulle du pape Clément VII avisant le viguier et le conseil de Marseille de (...)

12Sur le parvis de la cathédrale Saint Trophime, les Arlésiens discutent encore de la réalité de la mort de la reine Jeanne, alors que depuis Avignon, pourtant proche, le pape Clément VII en a depuis longtemps signifié la nouvelle aux Marseillais16. De même faut-il une longue semaine avant que la nouvelle qu'on veut cacher à Rome de la mort du pape Urbain VI parvienne à Avignon, alors qu'il faut trois jours seulement depuis Paris pour qu'à bride abattue parvienne sur les bords du Rhône la nouvelle que la cour de France ne tolérerait pas une nouvelle élection avignonnaise ; mais les cardinaux ont été plus rapides et ont élu Benoit XIII.

13Tenir le pays que l'on veut contrôler, c'est entretenir tout un réseau d'informateurs, de l'ambassadeur au simple messager en passant par les espions qui, au xive siècle, dans un pays en guerre, deviennent la hantise des communautés provençales et entretiennent leur complexe obsidional. A leur niveau, la pauvreté des moyens techniques est compensée par la multiplication des envoyés, chacun pour une seule affaire et pour peu de temps, mais chacun nécessaire à la place où il se trouve et pour la tâche qui lui revient. N'y-a-t'il pas derrière tout ceci le rêve d'une information universelle et instantanée qu'illustrent à leur manière les récits de Jean Froissart sur le Béarn merveilleux de Gaston Fébus et ce seigneur de légende qu'informait l'esprit malin Orton de tout ce qui se passait dans le monde ? Comme sur le service de renseignements, bien réel celui-là ou à peine exagéré du comte Gaston Fébus, si bien organisé et performant qu'il se disait fonctionner par nécromancie et par enchantements.

14Dégageons-nous des images trop flatteuses que suggèrent en nous les mots d'ambassades et d'ambassadeurs et de leurs acceptions trop étroitement spécialisées qui ne s'imposeront que tardivement et au-delà de la période médiévale avec le développement des états modernes. Prenons les plutôt dans leur sens médiéval, presque banal d'envoyés et de messagers, mais nantis de missions particulières pour lesquelles ils ont reçu le pouvoir de négocier.

  • 17 AC Martigues BB5, folio 110, octobre 1386. Le réglement prévoit que nul ne pourra se dérober (« re (...)

15Pour toutes leurs affaires, grandes et petites, les communautés provençales en utilisent beaucoup, car les occasions pour elles sont multiples de désigner, d'« élire » ceux qu'elles nomment elles-mêmes des « ambassadeurs », « ambaxiatores », chargés de dossiers, les « fachs » en provençal, des affaires particulières. Négocier un emprunt à la ville proche de l'étang, le plus souvent Aix (en Provence) qui fait office de marché aux capitaux pour des communautés toujours endettées, depêcher une « députation » aux États de Provence, les « députés », un autre nom pour ambassadeurs s'y rendant plus en observateurs qu'en véritables négociateurs tant leur mandat est restrictif et révélateur de la crainte des mandants de se laisser entraîner dans des décisions communes génératrices de dépenses, c'est autant de petites ambassades qu'il faut constituer dont les « députés » sont de simples membres du conseil un moment sortis du rang, comme le sont procureurs et syndics provisoires, dans une sorte de démocratie directe qui serait limitée au seul conseil municipal17.

  • 18 AC. Martigues DD28. La venue de Charles II d'Anjou à Martigues est relevée à juste titre comme un (...)
  • 19 Les premiers statuts et privilèges de la communauté martégale remontent au règne de Charles II, «  (...)

16Leur objectif le plus ambitieux est d'approcher parfois la personne du souverain soit qu'ils se rendent à sa cour, soit que le roi vienne à eux, occasion plus rare à laquelle il faut des circonstances exceptionnelles : le sacre du roi Robert à la cathédrale Notre-Dame des Doms à Avignon, la tournée des hommages qui rapproche le roi de ses sujets par la prestation du serment que l'on attend d'eux. Exemple plus original et même tout à fait singulier, la « joyeuse entrée » de Charles II d'Anjou dans sa toute petite ville de l'Ile de Martigue où le souverain est venu en personne, avec toute sa suite, veiller à la juste délimitation des lieux de pêche, les « bourdigues », dans le canal de Caronte qui relie l'étang à la mer, et faire taire les oppositions des feudataires de l'Église d'Arles18. C'est dans un équipage bien peu royal que monté sur une frêle barque provençale il procède à l'opération. Venant de lui, la démarche pourtant n'est pas si étonnante, lui qui fut si proche des communautés d'habitants dont il établit si souvent en Provence les statuts, les dotant de nombreux privilèges19. De plus, en l'occurrence, de gros intérêts étaient à défendre qui réclamaient la présence du roi.

  • 20 A.M. Hayez, « Le conseil de ville supplie la reine Jeanne de ne pas vendre Avignon », dans Avignon (...)

17Pour approcher le monarque, il faut le plus souvent courir les routes à la poursuite de cours voyageuses. En Provence, c'est à Aix (en Provence), la capitale du comté, mais aussi à Avignon, ou à Apt sous la reine Marie de Blois qu'on peut espérer rencontrer la Reine, le Roi ou son Sénéchal. Pour plaider leur cause, détourner la reine Jeanne de vendre leur ville au Pape, les ambassadeurs avignonnais ont mis à profit le passage de leur souveraine à Aix (en Provence)20. Leur espoir, on le sait, sera déçu. Une forte impression se dégage de la lecture des textes, c'est toujours avec crainte et révérence, quasiment la même révérence qui est due à la présence du Christ-roi dans l'hostie consacrée que les ambassadeurs approchent la personne royale. Les lettres reçues d'elle un genou en terre ont droit aux mêmes égards, les notaires détaillent avec minutie la description des sceaux, reproduisent dans l'acte d'enregistrement toutes les formules de l'original, point par point et mot à mot, « Verbatim ». Ceci pour la révérence due à la majesté royale d'essence divine, mais l'aspect pratique de la démarche est dans le rapport direct et personnel avec le souverain où peut s'obtenir d'un seul coup, par privilège, ce que l'on n'aurait jamais acquis autrement ou qu'il aurait fallu négocier pied à pied, pour un résultat incertain, avec l'administration ordinaire aixoise. Le roi en effet a le pouvoir de rompre avec le cours ordinaire des choses, les communautés le savent et cherchent à en tirer parti.

  • 21 AC. Martigues AA1 et AA8, folios 24 vo25. Datée de son châteauneuf de Tarente, juillet 1384, Louis (...)
  • 22 AC. Martigues AA8, folio 19vo Le bayle de l'Ile doit faire un procès aux péagers d'Arles et de Tar (...)

18Trois exemples pris dans la documentation martégale le montreront suffisamment. Les hommes de l'Ile tentent et réussissent la grande aventure d'une ambassade en Italie du Sud, à Bari, où se trouve, dans l'été 1384, leur prince, Louis d'Anjou, grand seigneur prodigue, qui pour s'attacher leur fidélité dans la partie difficile qu'il mène en Provence, leur concède le rattachement de la baronnie de l'Ile au domaine comtal, allège le poids des cavalcades et les exempte des droits sur tous les péages du Bas Rhône où ils ont leurs affaires : commerce du sel et du poisson, essentiellement21. L'ambassade seule a produit ce petit miracle mais déclenche presqu'aussitôt toute une série de procès en cascade, à Tarascon et ailleurs, tant ce coup de force contre la loi et les règlements ordinaires a dérangé les équilibres entre cités minutieusement préservés par la coutume et les règlements de l'administration provençale ; il faudra revenir sur ces privilèges exorbitants accordés d'un seul trait de plume22.

  • 23 AC. Martigues AA2 Procès sur les terres de pâture entre les communautés de l'Ile et de Fos (sur me (...)

19Autre exemple, lorsque l'arbitrage des juridictions gracieuses entre éleveurs ne suffit plus, il arrive que le procès remonte jusqu'à la personne royale dont la sentence indiscutée aura le poids suffisant pour imposer les ententes nécéssaires ; là encore, l'ambassade est bien utile et la qualité « d'hommes du Roi » et vassaux liges qu'ont les gens de l'Ile facilite la démarche23.

  • 24 AC. Martigues AA15. Réponse (août 1417) à la supplique portée à Angers par une ambassade provençal (...)

20Dernier exemple enfin, l'ambassade à Angers auprès de la reine Yolande qui reçoit les trois états de Provence conduits par le Sénéchal Foulque d'Agoult et Jean Hugolen, abbé de Montmajour dans l'été 1417. Parmi toutes les suppliques adressées à la souveraine, figure en bonne place l'appel à la protection royale contre les officiers royaux désignés comme fauteurs de troubles, perturbateurs de la paix publique, dont on demande que le pouvoir d'intervention dans la vie des communautés provençales soit soumis aux cas d'évidente nécessité et s'opère toujours aux frais de la cour24. Entre le souverain et son administration, l'administré choisit toujours le premier, dans ce rapport personnel et affectif qui unit le prince à ses sujets.

21Mais les temps difficiles de la seconde moitié du xive siècle se glissent sournoisement entre eux.

  • 25 AD BdR Marseille 381 E., 74 fév.1345. Registre du notaire Jean des Salins.
  • 26 Exemple du contrat de nolisement du « Saint Julien » en 1380, E. Baratier, dans Documents de l'his (...)

22Sortir des remparts protecteurs de la ville ou du village élevés à grands frais, quitter l'horizon familier du terroir dans un pays alors coupé par le passage des bandes armées, devient un acte de courage voire même une aventure inconsidérée auxquels bien peu osent se risquer. On ne compte plus les messagers pris pour des espions dans une Provence empêtrée dans son complexe obsidional. Désormais, se lancer dans un voyage vers la cour de Naples nécessite des moyens de moins en moins à la portée des communautés provençales. L'armement, au sens militaire, comme au sens nautique, de la galère du seigneur des Baux parti en ambassade à la cour angevine et que nous décrit par le menu un notaire marseillais est tout à fait impressionnant25 ; on peut se demander si un tel déploiement de forces tient au rang du personnage ou des prudences nécessaires qui garantissaient une navigation à bon port, encore que l'équipement guerrier des simples navires de commerce à la même époque fasse plutôt pencher pour la seconde solution26.

23Malaise ou crise au sein des communautés, les ambassades provençales dans les années 1350, au moment où la pression fiscale se fait plus forte, commencent à poser problème. Lorsqu'il s'agit de faire la traversée vers Naples, le conseil municipal a beau interdire toute dérobade, il ne trouve personne et se heurte à une évidente mauvaise volonté. Même en offrant des garanties publiques et financières, l'approbation de l'expédition par le conseil élargi des hommes probes du lieu « cités » pour la circonstance, l'engagement fait aux ambassadeurs de les racheter s'ils venaient à être capturés et mis à rançon par les pirates, l'assurance d'être remboursés prioritairement de toutes leurs dépenses par un emprunt forcé sur les plus riches, rien n'y fait. En 1352, les deux parlements réunis de l'Ile et de Jonquières en arrivent à dénoncer auprès du Sénéchal de Provence les ambassades comme une charge intolérable, un gouffre financier dommageable au « bien public et à l'état pacifique du pays ». Le rejet de l'ambassade n'est sans doute pas l'abandon délibéré d'un système, plutôt favorable, on l'a vu, aux communautés d'habitants, mais bien plutôt l'aveu d'une incapacité à en assurer les frais et les risques. Tractations et marchandages vont jusqu'à ternir l'éclat du double couronnement napolitain de la reine Jeanne et de son époux Louis de Tarente pour lequel l'ambassade de Raymond des Baux et de ses vassaux de l'étang avait été commandée et qui n'aura pas lieu.

  • 27 N. Coulet, Aix en Provence. Espace et relation d'une capitale mi xive-mi xve siècle, Publications (...)
  • 28 V.L. Bourilly et R. Busquet, « Le Moyen Age », dans C. Masson (sous la direction de), L'encyclopéd (...)

24Au pouvoir du souverain qui s'éloigne de ses sujets se substitue par force un pouvoir plus proche, mal accepté, on l'a vu, dans la personne des officiers comtaux, celui de l'administration installée à Aix en Provence. Faute d'étude appropriée, il est encore mal connu27 et les historiens restent sur des idées toute faites28, comme le discrédit général des officiers royaux au xive siècle, qui n'est sans doute après tout que l'expression du rejet par les communautés d'autorités qui sont une entrave et un contrôle mal supportés de leurs libertés toutes neuves. Un agencement contraire à la montée des élites villageoises et urbaines et à la volonté chez elles de conserver ce rapport direct au souverain qui leur est favorable.

  • 29 Y. Grava, « La mémoire, une base de l'organisation politique des communautés provençales au xive s (...)

25Remarquons cependant que les statuts provençaux font obligation au Sénéchal de parcourir au moins une fois l'an tout le ressort de sa sénéchaussée, que le mot de bailli, le « bayle » en Provence admet un verbe d'action : « bajulare » ou « bayligare » en latin qui atteste que ce pouvoir est un exercice actif qui comporte un contrôle lui aussi efficient et rapproché des administrés dans la limite du baillage. A l'Ile St Geniès, ce baillage de poche, la visite du Sénéchal de Provence ne parait pas être tout à fait une rareté et cette tournée d'inspection est relevée dans les actes sans émotion particulière. Enfin, les enquêtes domaniales ordonnées pour des motifs divers, fiscaux le plus souvent, démontrent le sérieux et la capacité des commissaires enquêteurs qui finissent par devenir des habitués et des familiers des lieux qu'ils visitent, aidés en celà par des archives mieux tenues et sur lesquelles ils s'appuient pour innover d'autres enquêtes29.

  • 30 F. Autrand, « Un essai de décentralisation. La politique des apanages dans la seconde moitié du xi (...)

26Dans l'historiographie récente, on a sans doute eu raison de poser la question du gouvernement des hommes en termes de concurrence entre l'autorité centrale et les pouvoirs périphériques30. Prenant appui sur de fortes et anciennes traditions, les communautés provençales prennent au cours du xive siècle, des allures d'indépendance, favorisées, il est vrai, par le relatif abandon dans lequel elles se trouvent. Mais sans renoncer pour autant au contact direct, immédiat, à cette relation privilégiée que les ambassades entretiennent avec le souverain et qui leur apportent ce que leur refusent des administrations prosaïquement comptables. Etre dans le domaine du Roi, rester dans sa directe, se soustraire au contrôle et aux tracasseries, voire à l'exploitation de ses officiers, autant d'avantages très recherchés.

27L'obstacle des temps difficiles ou incertains à cette relation directe avec le souverain, l'abandon progressif et encore tout relatif des ambassades, autant de réalités nouvelles qui fondent des rapports moins personnels dans le système de gouvernement de la Provence à la fin du Moyen Age, ouvrant par là la voie à la modernité.

Anmerkungen

1 Edition de référence, A. Pauphilet, « Mémoires » de Philippe de Commynes, Paris, 1952. Pour ses morceaux choisis et ses commentaires, voir aussi N. Coulet, Commynes, Louis XI et Charles le Téméraire, Paris, 1963.

2 J.R. Strayer, Les origines médiévales de l'Etat moderne, Paris, Payot, 1979, p. 123 : « Il n'est pas impossible que les rois aient considéré la guerre et la diplomatie comme des affaires trop sérieuses pour être confiées à des professionnels ».

3 Statuts de l'Ile Saint Geniès, AC Martigues AA8, 5 mai 1354, article 13 : « On ne prendra pas en gage les armes des hommes de la dite terre car on est ici sur la frontière de la mer et il faut rester en permanence sous les armes pour faire face à toute éventualité ». En mars 1381, c'est dans ce « no man's land » que les ambassades artésiennes et marseillaises se rencontrent, en terrain neutre, pour régler leurs différends. AC. Marseille BB 28, folio 40.

4 B. Guenée, « La diplomatie », dans L'Occident aux xive et xve siècles. Les Etats, Paris, PUF, 1971 (Col. nouvelle clio, 22), p. 214 ; p. 215, l'auteur individualise : « le nuncius », qui n'est qu'une lettre vivante et ne joue qu'un rôle passif.

5 Voir les comptes des clavaires provençaux, AD, BdR, Marseille, ex : B1628, folios 67 à 69. Dans son journal, le chancelier Jean Lefevre, compte, aller retour, six lieues provençales entre Berre et Marseille, sept. 1385.

6 A. Strubel et D. Boutet, Littérature, politique et société à la fin du moyen âge, Paris, PUF, 1979, p. 183-184 ; I. de Bris, Ambassades et ambassadeurs français auprès des anglais sous le règne de Charles VI, 1987, a réuni un intéressant dossier documentaire sur leurs activités pendant la guerre de cent ans.

7 P. Jugie, « Les cardinaux issus de l'administration royale française. Typologie des carrières antérieures à l'accession au cardinalat, 1305, 1378 », dans Crises et reformes dans l'Église de la réforme grégorienne à la préréforme. Actes du congrès d'Avignon des sociétés savantes, 1990, Paris, CTHS, 1991.

8 L'oeuvre, autour de 1400, est présentée au musée du petit Palais, à Avignon. Lire pour le commentaire, E. Mognetti, Sculpture funéraire à Avignon au temps des Papes, Avignon, Musée du Petit Palais, 1979, p. 8-9.

9 F. Autrand, Charles VI, Paris, Fayard, 1986, p. 338.

10 L'Ile saint Geniès est prise d'assaut par le clan des Aymes à la poursuite de celui des Salon. La cour réagit vivement à cette insulte faite à la majesté royale (7 mars 1345), AD. BdR. Marseille B535, pièce parchemin.

11 B. Barbiche, « Les procureurs des rois de France à la cour pontificale d'Avignon », dans Aux origines de l'Etat moderne. Le fonctionnement administratif de la papauté d'Avignon, Table-ronde CNRS au palais des papes d'Avignon (1988), Rome 1990 (coll. de l'Ecole française de Rome, no 138), p. 81 et suivantes.

12 AC. Martigues DD28. Un grand procès sur les pêcheries de l'entrée de l'étang de Berre oppose le roi Robert à l'archevêque d'Arles, Gasbert de Laval, camérier du pape en 1332. Robert fait appel auprès de Jean XXII et charge de sa plainte un procureur en cour romaine, GCN Albanès, 1527, col. 638.

13 Machiavel, Premier livre de la décade de Tite-Live, chapitre VII, « Combien les accusateurs sont nécessaires dans une république pour y maintenir la liberté », p. 399 et suivantes. L'auteur distingue pourtant les délations des calomnies qu'il condamne. Edition des oeuvres complètes, E. Barincou, Paris, 1958.

14 AC. Martigues, délibérations communales, séances de fév. 1358 et de mai 1364, BB4. Pour la garde des vignes, les délateurs ont la moitié de l'amende de 20 sous. L'obligation de dénoncer est même faite à tous en cas de menace sur les défenses de la ville.

15 Tout homme de pouvoir a besoin de séides. Immortalisé par le cavalier armé de la tapisserie de verdure de Montacute house, Jean de Daillon répond bien à cette définition. Celui que Louis XI appelait « maître Jean des habiletés « servit dans plusieurs affaires secrètes un roi qui aimait et récompensait « le premier qui lui apportait quelques grandes nouvelles » (Philippe de Commynes). Jean s'illustra en donnant le premier à son souverain l'annonce de la défaite et de la mort de Charles le Téméraire.

16 AC. Marseille A A65. La bulle du pape Clément VII avisant le viguier et le conseil de Marseille de la mort de la reine Jeanne assassinée par Charles de Duras et leur ordonnant d'obéir désormais à Louis II, son successeur, Avignon, 16 juin 1385.

17 AC Martigues BB5, folio 110, octobre 1386. Le réglement prévoit que nul ne pourra se dérober (« recusare ») à cette nomination ; une amende de 5 sous sera levée sur tout contrevenant, folio 170.

18 AC. Martigues DD28. La venue de Charles II d'Anjou à Martigues est relevée à juste titre comme un évènement extraordinaire dont les témoins convoqués près de trente ans plus tard paraissent garder une mémoire fidèle.

19 Les premiers statuts et privilèges de la communauté martégale remontent au règne de Charles II, « le plus provençal des Angevins de Naples » (N. Coulet). Il allège le poids des cavalcades, règlemente l'exploitation des terroirs voisins, le tout assorti d'exemptions fiscales, AC. Martigues AA8, sept. 1292 et EE1, oct. 1306.

20 A.M. Hayez, « Le conseil de ville supplie la reine Jeanne de ne pas vendre Avignon », dans Avignon au moyen âge. Textes et documents, Avignon, Aubanel, 1988, chapitre 12, p. 97-102.

21 AC. Martigues AA1 et AA8, folios 24 vo25. Datée de son châteauneuf de Tarente, juillet 1384, Louis 1er d'Anjou, peu avant sa mort, scelle de son sceau encore en place une longue liste de privilèges comme un remède à une « ville affligée et prostrée ». En marge de son journal, le chancelier Jean Lefevre note « dure concession ».

22 AC. Martigues AA8, folio 19vo Le bayle de l'Ile doit faire un procès aux péagers d'Arles et de Tarascon qui font la sourde oreille et persistent à lever leurs taxes (mars 1386).

23 AC. Martigues AA2 Procès sur les terres de pâture entre les communautés de l'Ile et de Fos (sur mer). Début du xve siècle.

24 AC. Martigues AA15. Réponse (août 1417) à la supplique portée à Angers par une ambassade provençale. Article 1 : Défense est faite aux officiers royaux de se rendre dans les communautés sans nécéssité dûment constatée par les trois États de Provence.

25 AD BdR Marseille 381 E., 74 fév.1345. Registre du notaire Jean des Salins.

26 Exemple du contrat de nolisement du « Saint Julien » en 1380, E. Baratier, dans Documents de l'histoire de la Provence, Toulouse, Privat, 1971, p. 139-143.

27 N. Coulet, Aix en Provence. Espace et relation d'une capitale mi xive-mi xve siècle, Publications de l'Université de Provence, 1988, n'a fait qu'esquisser jusqu'ici qu'un tableau diffus du personnel politique aixois.

28 V.L. Bourilly et R. Busquet, « Le Moyen Age », dans C. Masson (sous la direction de), L'encyclopédie des Bouches du Rhône, t. 2, 1924.

29 Y. Grava, « La mémoire, une base de l'organisation politique des communautés provençales au xive siècle », dans Temps, mémoire, tradition au moyen âge, Actes du 13e congrès de la société des historiens médiévistes, Publications de l'Université de Provence, 1983.

30 F. Autrand, « Un essai de décentralisation. La politique des apanages dans la seconde moitié du xive siècle », dans L'administration locale et le pouvoir central en France et en Russie ( xiii-xve s.), Paris, 1989-90, a montré, dans l'inévitable concurrence entre centre et périphérie, un exemple réussi d'harmonisation dans la pratique politique des apagages.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540