Version classiqueVersion mobile

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Introduction

Philippe Contamine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Philippe de Mézières, dans un passage remarquable du Songe du Vieil Pelerin (1389), conseille au jeune Charles VI, étant donné son rôle éminent de roi de France, et en vue d'obtenir et de conserver l'amitié de tous les rois, princes et seigneurs de la chrétienté mais aussi du Soudan de Babylone et des princes de Turquie, de disposer continuellement de ses propres messagers, lesquels exposeront aux princes en question précisément l'amour qu'il désire leur témoigner. Ces messagers informeront souvent les seigneurs en question « du bon estat de toy et de ton royaume ». Ils « te rescripront souvent » de la « bonne amour » et de « l'estat singulier » de ces seigneurs (donner de ses nouvelles au sein de la grande famille cosmopolite des princes). Ils feront des rapports où seront exposées les « bonnes coustumes » des Etats en question, qu'ils soient chrétiens, sarrasins ou mécréants, afin que Charles VI, à son tour, s'en inspire pour sa législation. « Par ceste gracieuse pratique, il ne s...

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search