Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Introduction

Philippe Contamine

Texte intégral

1Philippe de Mézières, dans un passage remarquable du Songe du Vieil Pelerin (1389), conseille au jeune Charles VI, étant donné son rôle éminent de roi de France, et en vue d'obtenir et de conserver l'amitié de tous les rois, princes et seigneurs de la chrétienté mais aussi du Soudan de Babylone et des princes de Turquie, de disposer continuellement de ses propres messagers, lesquels exposeront aux princes en question précisément l'amour qu'il désire leur témoigner. Ces messagers informeront souvent les seigneurs en question « du bon estat de toy et de ton royaume ». Ils « te rescripront souvent » de la « bonne amour » et de « l'estat singulier » de ces seigneurs (donner de ses nouvelles au sein de la grande famille cosmopolite des princes). Ils feront des rapports où seront exposées les « bonnes coustumes » des Etats en question, qu'ils soient chrétiens, sarrasins ou mécréants, afin que Charles VI, à son tour, s'en inspire pour sa législation. « Par ceste gracieuse pratique, il ne sera riens en la crestienté qui te puisse touchier » – alliances, paix ou guerres – « que tantost ta royalle magesté ne soit plainement informee ». A leur tour, ces princes seront priés d'envoyer leurs messagers privés auprès du roi.

2Évidemment, les conseillers royaux, les trésoriers, les gens de finance diront que tout cela coûte cher, trop cher. Passons donc au détail. Ces « messaiges » seront des clercs, ils sauront parler latin, or tu as tant de notaires régulièrement payés que tu peux puiser en leur sein, le surcroît de dépense sera faible. Tu les choisiras jeunes, forts, sachant le style de la cour, du royaume et de ta royale majesté. Pour renforcer leur crédit, on ne les appellera pas des noms passe-partout de « messaiges, notayres ou secretaires ». Mais « ilz seront appeliez tes familiers serviteurs ». Ils n'auront pas plus de quatre chevaux (réduire le train de vie de l'Etat !). Ils disposeront chacun d'un valet, noble ou non noble, connaissant la langue du pays où ils résideront, et qui aura donc le rôle de trucheman, et de deux « forts valets » qui, eux, s'occuperont des chevaux. Pour être mieux informés, ces serviteurs chercheront partout l'amitié des marchands italiens « qui sont caulz et subtilz » et aussi des « privez serviteurs » des rois et des grands seigneurs, les fameux « mahommés » dont Philippe de Mézières, d'un autre point de vue, déconseillait l'usage. Ainsi tu seras « informé » de tout ce qu'ils feront. S'il y a projet de guerre, ton serviteur familier proposera ton alliance, après quoi seront envoyés de ta part de « sollennelx ambaxadours », qui donneront un contenu précis à cette alliance.

  • 1 Philippe de Mézières, Le Songe du Vieil Pelerin, éd. G.W. Coopland, t. II, Cambridge, 1969, p. 422- (...)

3Le « vieil pelerin » prévoit aussi un vaillant écuyer, sachant bien parler latin, sage, prudhomme, loyal et expérimenté, qui se rendra auprès du Soudan de Babylone et lui proposera l'amitié du roi de France, à l'instar de Charlemagne. Ce ne sera pas une « espie ». Car toutes les fois que tu souhaiteras avoir des « espies » auprès du Soudan et au sein de sa domination, tu en trouveras aisément chez les « marchans crestiens qui conversent en Egipte et en Surie » et aussi chez des sarrasins. Même chose du côté de la Turquie. Il y aura aussi un serviteur familier pour l'Angleterre, l'Ecosse, l'Irlande. Un autre pour le roi de Norvège. Un autre pour les rois de Suède et de Danemark, qui se déplacera en Prusse, auprès du Grand maître de « l'admirable religion », et de là en Pologne. Tu en enverras deux, qui visiteront, parfois ensemble, parfois séparément, le roi de Hongrie, le marquis de Moravie, les seigneurs de Bavière, le roi de Bohême, la Souabe, la Thuringe, la Misnie, le duc d'Autriche et toute la haute Allemagne. Un autre se tiendra en basse Allemagne : Juliers en Westphalie, Cologne, Mayence, Nuremberg, Francfort, Trèves, Fribourg, Strasbourg, Bâle, Constance. « Et ainsi, beau filz, tu seras garniz de nouvelles de toute Allemaigne, de Hongrie et de toutes les parties crestiennes de septentrion ». Un serviteur familier aussi en Lombardie, Toscane, Bologne, Venise, Florence, Sienne, Pérouse, Pise, Gênes, Rome, la marche d'Ancône, la Romagne, le patrimoine de l'Eglise. Un autre en Pouille, Calabre et Sicile. Un ou deux en Aragon, Espagne, Portugal et Navarre. Au total, entre cinq et dix familiers serviteurs, qui, outre les gages qu'ils prennent en France, ne coûteront pas plus de 10 000 francs alors qu'ils « te feront plus de bien, de prouffit et d'onneur que IIc mille francs ne feroient en ton royaume de France ». Ainsi obtiendras-tu l'amitié de tous les princes et seigneurs des sarrasins et des chrétiens, et cela pour la bonne cause puisque tu pourras commencer dans les meilleures conditions, sous les meilleurs auspices, « le traicté universal du saint passage d'oultremer »1.

***

4On l'a dit et même répété : qu'ils le veuillent ou non, qu'ils en soient conscients ou non, les historiens, dans le choix de leurs sujets, de leurs périodes, de leurs espaces, ont toujours été influencés par l'environnement mental dans lequel ils évoluaient, autrement dit par les problèmes de leur temps. Peut-être cette tendance est-elle encore plus marquée à une époque comme la nôtre où les historiens se voient plus qu'autrefois moralement obligés de se mettre en question et de justifier leur activité auprès de la communauté scientifique, de la puissance publique et de l'opinion. Aux historiens il est demandé, aujourd'hui avec plus d'insistance qu'autrefois, d'ajouter régulièrement la dimension du passé aux interrogations contemporaines.

5A l'évidence le thème du présent colloque, consacré à un aspect essentiel de l'histoire des médias au Moyen Age (en quelque sorte De mediis in medio aevo) constitue une illustration exemplaire de la constatation – banale au demeurant – qui vient d'être formulée.

  • 2 Voir en particulier Kommunikation und Alltag in Spätmittelalter und früher Neuzeit. Internationaler (...)

6Ce colloque n'est pas le premier, pour la période médiévale, à porter sur un semblable sujet. D'autres rencontres ont eu lieu, en France, comme à l'étranger, dont les actes sont déjà imprimés ou toujours inédits2. Il convient également de signaler ici l'ouvrage de Robert-Henri Bautier, Comunicazione e vita di relazione nel Medioevo (Rome, 1992), prenant place au sein d'une entreprise plus vaste intitulée Le comunicazione nella storia. Lo sviluppo del pensiero e le forme del comunicare. Si j'ose enfin immodestement mentionner notre propre cas, le séminaire que Françoise Autrand et moi-même organisons à l'Ecole normale supérieure et à l'Université de Paris-Sorbonne depuis bien des années a porté en 1989-1990 sur « pouvoir et communication aux xive-xve siècles », ce qui a donné l'occasion à Yves Grava de présenter un exposé et ce qui explique sans doute que la présente introduction m'ait été confiée.

  • 3 Repris dans Y. Renouard, Etudes d'histoire médiévale, préface de C.-E. Perrin, Paris, 1968, p. 739- (...)
  • 4 Paris, NRF, p. 95-142 (Encyclopédie de la Pléiade).

7Ne croyons pas pour autant qu'on ait attendu ces dernières années pour s'intéresser au thème en question. Dès 1886, C. Milanesi édita les Ordini della Scarsella de' mercanti fiorentini per la corrispondenza tra Firenze ed Avignone tandis que, dix ans plus tard, A. Schaube publiait un article bien documenté dans l'Archiv für Post und Telegraph intitulé « Der Kurierdienst zwischen Italien und den Messen von Champagne ». Franchissons un demisiècle ou davantage : l'on doit à Yves Renouard, à la mémoire duquel ce colloque pourrait être dédié, non seulement son article en quelque sorte pionnier de 1937, « Comment les Papes d'Avignon expédiaient leur courrier »3, non seulement des développements chiffrés sur les correspondances commerciales dans son livre Les relations des papes d'Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378 (Paris, 1942), mais encore une synthèse de premier ordre intitulée « Information et transmission des nouvelles » parue en 1961 dans le livre dirigé par Charles Samaran, L'histoire et ses méthodes4 – un livre un peu oublié aujourd'hui mais plein d'érudition et d'aperçus nouveaux qui marque un temps fort de l'historiographie française du dernier demi-siècle.

8C'est de cette synthèse que je voudrais partir pour ensuite la compléter et enfin souligner quelques perspectives et orientations.

***

9Ambitieusement mais aussi logiquement si l'on considère l'esprit de l'entreprise, Yves Renouard, dans cette contribution, entendait traiter du problème depuis ses origines jusqu'à nos jours. Il commençait par une remarque indispensable portant sur la distinction entre l'information publique ou officielle, chargée de diffuser les nouvelles concernant la collectivité et bénéficiant de tout l'appareil, rudimentaire ou perfectionné, des pouvoirs publics et de l'Etat, et la transmission des nouvelles privées par des moyens et des canaux divers mais de toute façon régulièrement moins performants et plus aléatoires que les moyens et les canaux publics.

  • 5 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, VI, Books XI, XII, and XIII, éd. M. Chibnall, Oxford (...)

10Après quoi, retenant un critère technico-économique, il distinguait trois temps dans l'histoire de la communication : avant l'âge du cheval, pendant l'âge du cheval, à l'âge de la machine. Naturellement, il n'ignorait pas que, pendant l'âge du cheval, à l'intérieur duquel se situe sans conteste la période ve-xve siècle, la transmission des nouvelles était loin de se faire uniquement à cheval (recours à des messagers à pied, à des bateaux, voire à des signaux optiques et même, en Orient, ainsi qu'en témoignent avec admiration et étonnement Joinville comme le Ménestrel de Reims, à des « coulons messagiers »5).

  • 6 Un aspect parmi d'autres du problème capital de l'oralité des messages.

11Il relevait les performances réalisées à l'intérieur d'un espace vaste, voire très vaste, par des pouvoirs ou des États bien organisés. Ainsi en était-il vers 1500 dans l'empire inca : « Sur la longue route dallée, inflexiblement rectiligne, qui, de Quito à Cuzco, gravissait les montagnes andines par des escaliers et franchissaient les vallées sur des chaussées, les coureurs se succédaient, les coudes au corps, de relais en relais. Lorsque le relayeur apercevait à l'horizon le messager venu du poste précédent, il se portait au devant de lui et l'accompagnait un long moment dans sa course ; tandis qu'ils couraient côte à côte, le premier messager récitait au relayeur le message qu'il portait ; celui-ci l'apprenait par cœur et le répétait ; lorsqu'il le savait, le premier relayeur s'arrêtait et retournait » sur ses pas6. Précision, secret, vitesse : dix jours pour faire parvenir les nouvelles – et les ordres – de Cuzco à Quito et vice-versa, à la remarquable moyenne de 10 km à l'heure. Tout cela dans le cadre d'un empire puissamment et même tyranniquement centralisé (ainsi s'exprimaient les ouvrages consultés par Yves Renouard, dont ceux de Louis Baudin), d'où l'excellence des routes, le nombre et la qualité des relais, la détermination sans faille des courriers.

12Performance identique – les chevaux en plus – dans la Perse achéménide dont les grands axes « étaient sans cesse parcourus dans les deux sens par des chevaucheurs rapides qui, à cheval ou à mulet, portaient à Darius (et à d'autres) les nouvelles que leur adressaient les satrapes des frontières et à qui ils rapportaient ses ordres ». Ce système, selon Renouard, passa de proche en proche aux monarchies hellénistiques, héritières de l'empire d'Alexandre, à Rome, à Byzance, aux califats de Bagdad et de Cordoue. Bornons-nous à rappeler ici l'existence dans l'Empire romain du cursus publicus, des relais (mutationes), des auberges (mansiones), ainsi que les ordres de réquisition par lettres appelées evectiones ou tractoriae. On sait qu'à Rome le cheval de poste s'appelait paraveredus ou veredus : d'où Pferd, palefroi, mais aussi barid, nom repris par les califes ommeyades. Le vizir du barid présidait à l'administration chargée de la circulation des messages, des renseignements et des nouvelles. A leur tour les sultans mamelouks bénficièrent d'un service postal étonnamment précis et efficace. Dans l'empire ottoman, les ulaq ou messagers rapides avaient le droit de réquisitionner les chevaux, ce qui permettait de relier Istanboul à Bagdad (2300 km) dans un délai de neuf jours. Puis des relais furent créés appelés menzilhane.

13Même performance dans l'Empire mongol : Marco Polo n'estimait-il pas à 200.000 le nombre de chevaux utilisés dans un service postal d'Etat à la mesure d'un continent ? L'Inde des Ghaznévides et du sultanat de Delhi s'inspira des mêmes pratiques.

14En Occident au contraire, toujours selon Renouard, l'on assiste à une évolution très différente : l'antique tradition des Achéménides « fut brisée par les invasions germaniques qui ont introduit dans le kosmos cultivé qu'était l'empire romain une civilisation de semi-nomades analphabètes : les royaumes barbares du vie au ixe siècle ne connaissent pas de service postal d'Etat puisqu'ils ne conçoivent même pas la notion d'État ».

15Puis, au terme de près d'un millénaire d'interruption, la transmission organisée, concertée, des nouvelles réapparut, d'une part sur le modèle du monde islamique et d'autre part (et peut-être surtout) à l'initiative de certaines collectivités privées poussées par des motivations économiques. C'est ici qu'il faut faire intervenir les hommes d'affaires italiens. Vers 1250-1300 l'Arte di Calimala faisait partir régulièrement un courrier de Florence vers la Champagne et de la Champagne vers Florence. En 1357, dix-sept compagnies florentines fondèrent une société en participation, la fameuse « Scarsella dei mercanti fiorentini » envoyant chaque semaine de Florence à Avignon (où résidait le pape), via Gênes, un courrier commun et un autre dans le sens inverse. Plus tard Barcelone et dans une moindre mesure Montpellier recoururent à un semblable système.

16L'on sait comment la papauté d'Avignon, avec les cursores pape, suivit l'exemple des compagnies commerciales florentines. A partir de la fin du xive siècle, les rois d'Aragon, « selon la tradition des royaumes musulmans », organisèrent un service de courriers, d'abord dans le royaume de Valence, puis dans celui d'Aragon et dans la principauté de Barcelone. Se placent alors l'introduction des postes royales à la fin du règne de Louis XI, à partir de pratiques vénitiennes et surtout milanaises, et le rôle joué dans l'Empire germanique par les seigneurs de Tour et Taxis, dont la famille avait précisément des origines milanaises. Cette famille, en 1505, obtint des Rois catholiques le monopole de l'organisation postale dans la Péninsule ibérique.

  • 7 Exista-t-il, même dans les Etats les plus performants du Moyen Age finissant, quelque chose de comp (...)

17Yves Renouard en vient alors à l'examen du problème classique de la vitesse. Des exemples occidentaux de la fin du xive et du xve siècle montrent qu'à la limite un courrier exprès pouvait parcourir 150, voire 200 km par jour. Au xive, les courriers rapides des papes couvraient 100 km en plaine et 50 km en montagne. Mais les performances les plus remarquables se situeraient en Orient : toujours au xive siècle, l'arrivée d'Ibn Batuta aux bouches de l'Indus fut connue en cinq jours à Delhi, distante de 1500 km. Et Marco Polo – il Milione – signale un roi mongol parcourant 375 km en 24 h. ! Cependant, l'on constate aussi que nombre de chancelleries faisaient partir leur courrier une fois par semaine ou bien quand il y avait une liasse de lettres suffisamment épaisse pour rentabiliser un envoi7. Le manque de fonds, l'insécurité, les circonstances météorologiques ralentissaient la circulation de quantité de messages. Même phénomène sur mer : en 1436-1438, les lettres mettaient de 23 à 51 jours pour aller de Londres à Venise, et, de Venise à Candie, la durée pouvait varier de 18 à 60 jours.

18Cependant nous possédons, datant du milieu du xve siècle (1442 ou 1458) les « termini di corrieri di andare di luogo a luogo » définis par le Florentin Giovanni Antonio da Uzzano. Pour prendre l'exemple de Paris, de 18 à 22 jours de Gênes à Paris, de 15 à 16 jours d'Avignon à Paris, de 19 à 20 jours de Barcelone à Paris, de 20 à 22 jours de Florence à Paris. Soit de 50 à 80 km par jour. Ainsi l'on constate aux xiiie, xive et xve siècles, des vitesses sans doute supérieures à celles pratiquées durant les temps mérovingiens et carolingiens, mais du même ordre que celles pratiquées durant l'Antiquité romaine. Il y eut sans doute une accélération à l'époque moderne : l'on passe dans la seconde moitié du xvie siècle à 75-100 km par jour pour les courriers ordinaires et à 250-300 pour les courriers extraordinaires. De Rome à Paris par exemple : 20 jours. « L'Occident semble alors seulement rattraper l'Orient ».

19Pour les prix, Renouard souligne naturellement combien dispendieuse était l'expédition des nouvelles, pour l'émetteur certes mais aussi pour le destinataire. Ainsi pendant longtemps seuls les rois, les prélats, les grands seigneurs purent-ils faire les frais de l'envoi d'un messager. Puis les corps de ville, les compagnies commerciales entrèrent en lice. D'autre part, l'on constate l'introduction progressive d'un système permettant à de simples particuliers, moyennant une rétribution un peu moins élevée, de confier leur courrier privé à des organismes officiels ou collectifs.

20Renouard note encore que les puissants s'efforçaient d'obtenir le monopole de la transmission des nouvelles ou en tout cas la priorité, surtout lorsque le transport de ces nouvelles était principalement à leurs frais. Il donne l'exemple de la Scarsella qui prenait bien soin de remettre à destination les lettres de ses membres 24 ou 48 heures avant celles que lui confiaient de simples particuliers.

21Il insiste sur le fait que, parmi ceux qui bénéficiaient d'un afflux de nouvelles venues de partout (à l'échelle de l'univers), figuraient au premier rang les papes et les banquiers. Evêques, abbés, pélerins, moines, frères, collecteurs pontificaux faisaient de la curie romaine (au temps d'Avignon) l'organisme le mieux renseigné de la chrétienté. Mais les hommes d'affaires italiens étaient à peine en retrait : « Il n'est que de lire la chronique universelle composée par Giovanni puis Matteo Villani, associés des Peruzzi puis des Buonaccorsi, pour saisir à quel point ces membres dirigeants des compagnies créancières des grands rois d'Occident étaient au courant, au jour le jour, de l'évolution de la politique, de la diplomatie et des guerres ». Mais voici qu'en 1348, Clément VI, n'ayant pas de nouvelle du royaume de Sicile, vassal du Saint-Siège, où Jeanne Ière, sa protégée, était menacée par Louis de Hongrie, s'adressa à la compagnie florentine des Alberti antichi (ses banquiers exclusifs) pour obtenir rapidement des renseignements de première main : pour la première fois, en vue d'une meilleure information, l'alliance se mettait en place entre la papauté et des banquiers. Au xve siècle, dans un souci d'information plus suivie et plus précise, les seigneuries de Venise et de Milan installèrent des ambassadeurs permanents, qui envoyaient régulièrement des dépêches, éventuellement chiffrées. Au début du xvie, Jacob Fugger mit au service de l'empereur Maximilien son organisation privée de messagers ; le même Jacob Fugger transmettait aussi à divers princes allemands, notamment au duc de Saxe, les renseignements qu'il apprenait de ses divers correspondants répartis dans le monde.

22Dernier problème abordé : la diffusion des nouvelles. Là encore Yves Renouard accorde une place privilégiée aux hommes d'affaires et aux villes marchandes, notamment italiennes. Des lettres des marchands, éventuellement des dépêches d'ambassadeurs, à partir des années 1500, d'habiles rédacteurs tirèrent des renseignements, les mirent en forme, les diffusèrent par le moyen de feuilles manuscrites appelées avvisi : premiers balbutiements de la presse, l'imprimerie en moins.

***

23Par quantité d'aspects, la synthèse d'Yves Renouard demeure, me semble-t-il, valable. Malgré tout, ce n'est pas en diminuer la portée que de constater qu'elle porte la marque de sa vision du Moyen Age et qu'elle correspond inévitablement à un certain état de la recherche.

  • 8 T. I, Paris, 1973, p. 389-424.
  • 9 Chronique d'Antonio Morosini. Extraits relatifs à l'histoire de France, éd. G. Lefèvre-Pontalis et (...)

24Le rôle des marchands, notamment italiens, pour l'établissement de denses et actifs réseaux de communications, est encore mieux connu qu'il y a une génération : renvoyons ici à l'article de Federigo Melis publié dans les Mélanges Fernand Braudel sous le titre « Intensità e regolarità nella diffusione dell'informazione economica generale nel Mediterraneo e in Occidente alla fine del Medioevo »8. Simplement, peut-être aujourd'hui ne privilégierait-on pas aussi nettement Florence. Il semble que la mise en place des premiers courriers réguliers entre l'Italie et les foires de Champagne soit le fait des Siennois dès 1260 et que Bologne, Plaisance, Lucques, Milan et Gênes aient adopté quasi simultanément des mesures analogues. Peut-être le plus bel exemple d'information d'intérêt général et non professionnel que les correspondances commerciales étaient susceptibles d'apporter est-il constitué par les lettres des marchands vénitiens installés à Bruges, à Avignon et ailleurs contenant une foule de données passionnantes sur la façon dont l'épopée de Jeanne d'Arc s'est déroulée et aussi a été comprise, ressentie, connue et diffusée9.

  • 10 C.A.J. Armstrong, England, France and Burgundy in the Fifteenth Century, Londres, The Hambledon Pre (...)

25Aux exemples relatifs à la mise en place par les Etats d'un embryon de poste publique, d'autres détails pourraient bien sûr être ajoutés : rôle de l'Ordre teutonique dès 1350, mesures prises par les Visconti en 1388, installation de relais sur les routes Berne-Domodossola (1428), Vienne-Feldkirch (1442), Newcastle-Londres (1482) (avec relais de 20 miles en 20 miles si bien qu'une lettre arrivait à ne mettre que deux jours pour faire 200 miles, soit quelque 160 km par jour)10.

  • 11 Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300 avec les continuations de cette chronique de (...)

26A côté des signaux optiques – fumées et feux -, les signaux acoustiques – trompes et surtout cloches – pouvaient transmettre de véritables nouvelles. Ils font partie, à leur manière, de notre sujet. Songeons ici au passage bien connu de la Chronique de Jean de Venette où le frère carme évoque ces enfants placés toute la nuit dans les clochers des églises et qui, aussitôt les ennemis en vue, sonnaient du cor ou des cloches ; à ce signal, à cette nouvelle, au son du tocsin, les paysans occupés à leurs travaux, dans leurs champs ou chez eux, venaient se réfugier à l'église11.

  • 12 J. de La Pilorgerie, Campagnes et bulletins de la grande armée d'Italie commandée par Charles VIII, (...)
  • 13 J. Gillingham, The Wars of the Roses. Peace and Confiict in Fifteenth Century England, Londres, 198 (...)

27On ne saurait non plus passer sous silence le rôle – certes tardif – de l'imprimerie pour la diffusion des nouvelles, essentiellement au profit des Etats : l'on sait comment Charles VIII et Louis XII firent un assez large usage de ce procédé, ainsi dans le cadre des guerres d'Italie. Des bulletins de victoire furent alors diffusés à l'intention des sujets de ces rois12. De même, à partir de 1485, la monarchie anglaise disposa-t-elle d'un spécialiste chargé d'imprimer les proclamations officielles13.

  • 14 J. Durliat, Les finances publiques de Dioclétien aux Carolingiens (284-889), Sigmaringen, Jan Thorb (...)
  • 15 M. Rouche, L'Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, 418-781. Naissance d'une région, Paris, Editions d (...)

28Sans doute aurait-on aujourd'hui une vision moins pessimiste que celle d'Yves Renouard quant à la qualité, ou tout simplement à l'existence de services publics durant le haut Moyen Age. Jean Durliat par exemple, en dépit d'une documentation extrêmement ténue, pense pouvoir parler de la survie du cursus publicus en pleine époque carolingienne14. Ecoutons également Michel Rouche à propos de l'Aquitaine : « Si l'on ne voit pas comment disparaît le cursus publicus, si l'on ne sait quand les relais impériaux cessèrent d'être entretenus, la pratique de l'evectio et de la tractoria subsiste encore au début du viiie siècle, sous forme de lettre royale autorisant la réquisition de chevaux et de nourriture par le voyageur. Cette forme abâtardie du cursus publicus existait toujours en Aquitaine dans la deuxième moitié du viiie siècle »15.

  • 16 R. Elze, « Ueber die Leistungsfähigkeit von Gesandtschaften und Boten im 11. Jahrhundert. Aus der V (...)

29Des exemples relatifs à l'Empire de la fin du xie siècle montrent dès l'époque des vitesses appréciables pour le déplacement des messagers : une lettre de Grégoire VII à Henri IV datée de Rome, le 8 décembre 1075, apportée par trois envoyés du roi, fut lue à Goslar le 1er janvier 1076, soit 23 jours plus tard ; or de Rome à Goslar, la distance est de 17001800/km, ce qui signifie un parcours quotidien de 70-75 km. La nouvelle de sa déposition parvint – un peu plus lentement – à Henri IV qui se trouvait à Utrecht (soit à une distance de 1800 km) au bout de 32/33 jours, ce qui correspond à une moyenne de 54/55 km par jour16.

  • 17 J.-M. Cauchies, « Messages et messageries en Hainaut au xve siècle », MA, 82 (1976), p. 89-123 et 3 (...)
  • 18 B. Guenée, L'Occident aux xive et xve siècles. Les Etats, Paris, PUF, 5e éd., 1993, p. 201, d'après (...)

30Des études précises – qui pourraient être assez aisément multipliées – ont été faites sur les messagers et les messageries, ainsi en Hainaut17 et dans l'Angleterre des xiiie-xive siècles. Jean sans Terre, nous dit-on, utilisait en moyenne simultanément 15 messagers. Ce chiffre fut porté à 18 en 1236-1237, à 37 (dont 18 à cheval et 19 à pied) en 1264 et 1265, à 47 (respective ment 14 et 33) en 1288-1289, enfin à 61 (respectivement 21 et 40) en 1340-135018.

31Progressivement- et Philippe de Mézières, dans le passage du Songe du Vieil Pelerin cité précédemment, en porte l'évident témoignage – les princes eurent à se soucier à la fois d'être plus régulièrement renseignés par tout un réseau de correspondants et de diffuser au mieux de leurs intérêts, auprès de leurs sujets mais aussi au-delà, les nouvelles qu'ils jugeaient importantes (une naissance, un traité de paix, une bataille, un décès). Des exemples de ce genre sont nombreux en France surtout à partir du début du xve siècle, ce qui ne veut nullement dire qu'il s'agisse alors d'une nouveauté. Certes, la cour de Rome et les villes marchandes étaient des lieux notoires où se rassemblaient, où s'échangeaient les nouvelles, mais on aurait tort de sous-estimer les cours royales ou princières, de même que les grandes abbayes.

32Ici il convient de mentionner la pieuse pratique des rouleaux des morts avec la série, parfois impressionnante, de leurs tituli. Certes l'intention était avant tout spirituelle, il s'agissait de créer en faveur de tel ou tel défunt une communauté de prières, et les « brevetiers » ou porteurs de rouleaux chargés de cette tâche n'étaient pas des messagers comme les autres, mais enfin leur mission, qui était prioritairement de porter un faire-part de décès, relève aussi du problème de la communication, d'autant qu'ils pouvaient très bien fournir d'autres nouvelles et que, parfois, leur rouleau contenait des détails circonstanciés sur la vie et la mort du défunt.

33Tel le rouleau de l'illustre chevalier Guillaume des Barres en 1233.

  • 19 En somme un autre « meilleur chevalier du monde », un autre Guillaume le Maréchal.
  • 20 Jérémie, 8, 23, « Qui changera ma tête en fontaine et mes yeux en source de larmes ? » : « Quis dab (...)

« A tous les fils de sainte mère Eglise, archevêques, abbés, prieurs, doyens et autres prélats et curés des églises constitués à travers l'Eglise universelle, le petit troupeau des moniales de l'ordre de Fontevraud dans le monastère de Fontaines établi au diocèse de Meaux, servant Dieu dans l'humilité, salut dans l'espoir d'une rétribution éternelle [...]. Hélas, hélas, hélas ! ô sort cruel, ô mort cruelle, n'épargnant nul, tirant tout le monde à soi, tu as frappé misérablement notre troupeau en nous privant de notre très doux et noble seigneur Guillaume des Barres, chevalier, colonne vénérable de notre mère l'Eglise, conseil et appui de tout le royaume de France, qui avait exposé son propre corps contre tous les ennemis et les adversaires du dit royaume, fidèle et légitime par-dessus tous les barons et princes, illustre par son sang, beau par sa figure, fort et habile par ses membres, haut de taille et bien formé, lui qui apaisait les discordes, pair et compagnon de tous les humbles, ennemi de l'orgueil, discret, prudent et sagace d'admirable façon, juste, craignant Dieu, dépensant très largement pour les pauvres, brillant de la beauté de toutes bonnes moeurs19. Lequel, vivant dans la chevalerie louable, nous a éduquées comme un père éduque ses fils, nous a protégées sous l'ombre de ses ailes, et a, encore et encore, exposé son corps pour nous contre nos ennemis ; en raison de son absence, nous craignons, ce qu'à Dieu ne plaise, d'être opprimées par les incursions des méchants ; lui qui ne nous a jamais laissé désolées, ni nous ni notre couvent, mais qui nous a augmentées dans nos biens temporels, a rejeté et déposé spontanément le dit baudrier de chevalerie, renonçant à la propriété des richesses les plus considérables : prenant l'habit de notre religion, il a condescendu à notre pauvreté et à notre humilité. Ses yeux très doux, non sans deuil ni excès de douleur, nous les lui avons clos le 10 des calendes d'avril. Répétant hélas "qui fera de nous une fontaine des larmes ?"20, nous pleurons notre très doux seigneur et frère de notre église Guillaume des Barres, doux et même bienveillant, qui nous a été ravi comme furtivement et par surprise ; quoique par lui nous ayons été soutenues contre tous nos adversaires et que nous le tenions comme notre supérieur, lui cependant, par le don de son corps à notre ordre, lui, lumière et pierre précieuse resplendissante, il s'est réputé égal à notre condition dans l'humilité et l'abstinence, il s'est rendu égal à nous [...] ».

  • 21 Rouleaux des morts du ixe au xve siècle, éd. L. Delisle, Paris, 1866, p. 407-420.

34Suivent 216 tituli (parfois accompagnés de vers latins en l'honneur du défunt), indiquant tout un circuit effectué entre le 3 mai et le 27 août 1233 de Meaux à Crécy-en-Brie en passant par Juilly, Lagny, Chelles, Sainte-Catherine-du-Val-des-Ecoliers, Saint-Martin-des-Champs, Saint-Victor, les Cordeliers et les jacobins de Paris, Sainte-Geneviève, Saint-Germain-des-Prés, les frères mineurs d'Etampes, Corbeil, Melun, Sens, Compïègne, Montreuil-surMer, Abbeville, Amiens, Beauvais, Royaumont, Saint-Denis en France, Vernon, Rouen, Evreux, Chartres, Châteaudun, Orléans, Vendôme, Blois, Senlis, Ourscamps, Noyon, Laon, Soissons, Longpont, Provins, Flavigny, Avallon, Châtillon et Troyes21.

  • 22 Lettres de Charles VIII roi de France, éd. P. Pélicier, t. I, 1483-1488, Paris, 1898, no CXXX, p. 2 (...)
  • 23 Promulgation, le 18 juillet 1500, devant la cathédrale de Metz, des statuts et ordonnances sur les (...)
  • 24 En 1395, proclamation à Paris d'un cri défendant aux « faiseurs de diz et de chançons et a tous aut (...)
  • 25 Lettres de Charles VI du 18 septembre 1413 : « Et ces presentes faictes crier et publier solennelle (...)
  • 26 K. Michaelsson, Le livre de la taille de Paris l'an 1296, Göteborg, 1958 (Romanica Gothoburgenssia, (...)
  • 27 Mémoire de maîtrise de C. Pécheux soutenu à l'Université de Paris-X Nanterre en 1990.
  • 28 A. Cutolo, « Nuovi documenti francesi sulla impresa di Carlo VIII », Archivio storico per leprovinc (...)

35L'évolution des centres d'intérêt a abouti à ce que les historiens soient plus attentifs que naguère à la diffusion des nouvelles – une diffusion régulièrement plus aléatoire, moins soutenue que la diffusion des ordres. Un exemple parmi bien d'autres : en août 1487 des lettres missives donnant des nouvelles de la guerre de Bretagne sont destinées au Grand maître de France et aux habitants de Paris ; à Monsr de Torcy et à ceux de Rouen ; à Monsr le cardinal (de Bourbon) et à ceux de Lyon ; au gouverneur de Bourgogne ; à messeigneurs les maréchaux ; aux habitants de Bordeaux ; à Toulouse ; à La Rochelle ; à Poitiers ; à Limoges ; à Orléans ; à Bourges ; à messire Gracien de Guerre ; à monsr de Nevers22. En d'autres termes un mélange caractéristique de grands personnages et de bonnes villes. Les historiens s'attachent aussi plus systématiquement qu'autrefois au contenu des nouvelles (songeons ici à la diffusion systématique de la valeur des monnaies23), au contrôle par les pouvoirs des nouvelles (mais aussi des bruits et des rumeurs24, des tales et autres forged tidings, comme on disait en Angleterre), aux différentes formes de communication informelle, au rôle de l'oralité (les cris publics aux carrefours et autres lieux accoutumés, comme la croix de Saint-Paul à Londres25) : trois crieurs sont signalés par exemple exerçant leur office à Paris selon le livre de la taille de 129626. Et encore aux premiers exemples conservés d'inspection du courrier privé par les autorités. Car, si les lettres privées furent de tous les temps (la littérature médiévale en apporte maint témoignage), à partir de la fin du xive siècle, l'on dispose en bien plus grand nombre, pour la France et l'Angleterre notamment, de correspondances personnelles authentiquement envoyées, avec leur mélange d'informations purement privées (par là même souvent difficiles à expliciter) et de nouvelles publiques. Marie de Coëtivy éprouvait, semble-t-il, pour son époux Olivier (toujours en déplacement) une réelle tendresse. Nous connaissons les noms des messagers (maître d'hôtel, poursuivant, serviteurs) auxquels elle confiait ses missives, à grands frais. A cette occasion, nous touchons du doigt la difficulté qu'elle rencontrait pour les trouver : « J'ai été bien joyeuse d'avoir trouvé message qui allât devers vous ». « Je ne trouve homme qui allât par devers vous et que encore par deçà ne sait on certainement où vous êtes »27. En 1495, plusieurs gentilshommes français qui servaient à Naples sous Charles VIII adressèrent en un envoi groupé des lettres à leurs femmes, à leurs parents, à leurs amis demeurés en France. Ces lettres, encore aujourd'hui partiellement inédites, furent interceptées par les agents de Ludovic le More : elles se trouvent toujours à l'Archivio di Stato de Milan28.

  • 29 Jean Chartier, Chronique de Charles VII roi de France, éd. A. Vallet de Viriville, t. I, Paris, 185 (...)

36Un point mériterait aussi tout un développement : surtout à partir du début du xve siècle, les rois, maréchaux, héraux et poursuivants d'armes affichèrent leur vocation à dire et faire connaître ex officio la vérité – toute la vérité, rien que la vérité – quant aux faits d'armes et de chevalerie mais aussi quant aux grands événements politiques et palatins. Selon Jean Chartier, lors du traité d'Arras de 1435, environ 80 d'entre eux se trouvèrent réunis, à charge, du moins pour les Français, de « rapporter parmy le royaulme de France ce qui seroit conclus en la dite ville d'Arras touchant le fait de la paix »29. On serait donc là en présence de professionnels de la communication, fonctionnant, à la limite, comme une sorte d'agence de presse.

  • 30 Procès de condamnation de Jeanne d'Arc, éd. P. Tisset et Y. Lanhers, t. II, Paris, Société de l'his (...)

37Les historiens se préoccupent davantage du problème capital des rouages de diffusion : Henri VI, le 28 juin 1431, adressa notamment aux évêques de son royaume de France la version officielle concernant la vie et la mort de la Pucelle. Sa lettre se terminait ainsi : « Voilà la fin de ses oeuvres, voilà la mort de cette femme que présentement nous vous apprenons, révérend père en Dieu, pour vous informer véritablement de cette matière, afin que, dans les lieux de votre diocèse que bon vous semblera, par prédications et sermons publics et autrement, vous fassiez connaître ces choses pour le bien et l'exaltation de notre foi et l'édification du peuple chrétien »30. La question qui se pose alors est de savoir combien d'évêques obtempérèrent, combien de sermons furent réellement prononcés à ce sujet. On le sait : le contraste était particulièrement marqué au Moyen Age entre les ambitions des pouvoirs et la mise en œuvre de ces ambitions.

***

38Mais il est temps d'achever ces propos disparates par quelques considérations générales.

  • 31 J.W. Hassel Jr, Middle French Proverbs, Sentences and Proverbial Phrases, Toronto, Pontifical Insti (...)

391. N'oublions jamais que la plus grande partie de la diffusion des nouvelles nous échappe irrémédiablement – une diffusion par capillarité, une diffusion de proximité, une diffusion de bouche à oreille, spontanée ou du moins résultant d'une multitude d'intiatives individuelles. On en est réduit ici à de petits faits, à des anecdotes qui deviennent simplement plus nombreuses en même temps que nos sources s'enrichissent. Au Moyen Age, c'était au four, au moulin et chez le barbier qu'on apprenait les nouvelles31

  • 32 Songeons ici aux boîtes de chevaucheur : H. Stein, « Un inventaire des archives royales sous Louis (...)
  • 33 Comment, par exemple, fonctionnaient exactement, vers 1500, les relais de poste royale en France (p (...)

402. L'histoire de la communication requiert l'étude de ce qu'on veut communiquer, du support et du contenant32 du message, des modes de transport33 et de publicité, de ce qu'on pourrait déjà appeler les lignes de communication, des personnels (professionnels ou d'occasion) affectés à ces tâches.

  • 34 Jean Froissart, Chroniques, t. XI, 1382-1385 (depuis la bataille de Roosebeke jusqu'à la paix de To (...)

413. Pour l'Occident des derniers siècles du Moyen Age, sans doute ne serait-il pas impossible de repérer, empiriquement et approximativement, à la suite d'une enquête un peu serrée, les lieux et les milieux bien informés, les lieux et les milieux sous-informés. D'une manière générale, on pourrait penser a priori, eu égard aux difficultés de toutes sortes, à un véritable déficit d'information. Et pourtant souvenons-nous de Froissart : « Vous savez que nouvelles sont tantost moult lonch leues », « vous savés que nouvelles s'espandent tantos en pluiseurs lieux », « vous savez que nouvelles sont tantost loings espandues », « elles vont avec le vent »34.

424. Même si l'inégale ampleur de la documentation subsistante constitue une source d'erreur, il semble que l'information dans tous les sens ait été de plus en plus dense (ce qui ne signifie pas de plus en plus exacte) au fur et à mesure que l'on descend le cours du Moyen Age. Deux choses frappent : l'indéniable et naturel souci qu'avaient les gens de donner de leurs nouvelles (dans le cadre, par exemple, des croisades ou encore de la vie universitaire), et une persistante faiblesse des Etats qui, encore au xve siècle, recouraient largement aux initiatives privées, ou les laissaient faire, ou encore agissaient dans ce domaine au coup par coup. Il est significatif que le grand projet de Philippe de Mézières n'ait pas été suivi d'effet avant les Temps modernes. Certes, la plupart des dirigeants sentaient bien qu'il était presque aussi important de connaître et de donner les nouvelles (pour l'action, pour la propagande, en direction de l'opinion publique) que d'envoyer des ordres, mais les réalisations dans ce domaine demeuraient assez aléatoires et, en un sens, décevantes. Il était encore hors de question, même pour les Etats les plus efficaces du xve siècle finissant, de prétendre à un quelconque monopole de l'information publique.

43Je terminerai en posant une question à laquelle de plus compétents que moi (je songe notamment à nos amis avignonnais) pourraient apporter une réponse : quelles traces trouve-t-on d'une éventuelle volonté d'utilisation, pour la transmission des nouvelles, religieuses mais aussi profanes, de l'incomparable réseau que constituait l'institution ecclésiale au moins à partir du xiiie siècle, et cela à l'échelle de la chrétienté ?

Notes

1 Philippe de Mézières, Le Songe du Vieil Pelerin, éd. G.W. Coopland, t. II, Cambridge, 1969, p. 422-429.

2 Voir en particulier Kommunikation und Alltag in Spätmittelalter und früher Neuzeit. Internationaler Kongress Krems an der Donau 9. bis 12. Oktober 1990, Vienne, Oesterreichischen Akademie der Wissenschaften, 1992 (Oesterreiehische Akademie der Wissenschaften, philosophisch-historische Klasse. Sitzungsberichte, 596 Band. Veröffentlichungen des Instituts für Realienkunde des Mittelalters und der frühen Neuzeit, 15). Significativement, en 1992, la séance de rentrée des cinq Académies de l'Institut de France fut consacrée aux problèmes de l'information : Bernard Guenée y prit la parole, au nom de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

3 Repris dans Y. Renouard, Etudes d'histoire médiévale, préface de C.-E. Perrin, Paris, 1968, p. 739-764.

4 Paris, NRF, p. 95-142 (Encyclopédie de la Pléiade).

5 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, VI, Books XI, XII, and XIII, éd. M. Chibnall, Oxford, Clarendon Press, 1978, p. 116. Œuvres de Jean, sire de Joinville contenant l'Histoire de saint Louis, le Credo et la lettre à Louis X, éd. N. de Wailly, Paris, 1867, p. 106. Récits d'un ménestrel de Reims au XIIIe siècle, éd. N. de Wailly, Paris, 1876, p. 83.

6 Un aspect parmi d'autres du problème capital de l'oralité des messages.

7 Exista-t-il, même dans les Etats les plus performants du Moyen Age finissant, quelque chose de comparable à ce que Ton constate en 1793 lorsque le Comité de salut public décidait de recevoir des nouvelles de la Vendée tous les jours à midi ? J.-C. Martin et X. Lardière, Le massacre des Lucs, Vendée, 1794, Vouillé, 1992.

8 T. I, Paris, 1973, p. 389-424.

9 Chronique d'Antonio Morosini. Extraits relatifs à l'histoire de France, éd. G. Lefèvre-Pontalis et L. Dorez, t. III, 1429-1433, Paris, 1901.

10 C.A.J. Armstrong, England, France and Burgundy in the Fifteenth Century, Londres, The Hambledon Press, 1983, p. 97-122. Un messager, probablement gascon, partit de Cocherel le 16 mai 1364 pour porter la nouvelle du désastre à Charles le Mauvais, roi de Navarre, qui se trouvait à Pampelune : il mit huit jours à parcourir 800 km. M. LarrayozZarranz, « Reaccion de Carlos el Malo rey de Navarra a la noticia de la derrota de Cocherel », dans Actes du colloque international de Cocherel, 16, 17 et 18 mai 1364, Les cahiers vernonnais, 4 (1964), p. 129. Voir aussi l'art. « Botenwesen », dans le Lexikon des Mittelalters, Munich et Zurich, Artemis Verlag, t. II, 1983, col. 484-490.

11 Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300 avec les continuations de cette chronique de 1300 à 1368, éd. H. Géraud, t. II, Paris, 1843, p. 280.

12 J. de La Pilorgerie, Campagnes et bulletins de la grande armée d'Italie commandée par Charles VIII, 1494-1495, Nantes et Paris, 1866. J.-P. Seguin, « L'information à la fin du xve siècle en France. Pièces d'actualité imprimées sous le règne de Charles VIII », Arts et traditions populaires, 4 (1956), p. 309-330, et 5 (1957), p. 46-74. Id., L'information en France de Louis XII à Henri II, Genève, 1961.

13 J. Gillingham, The Wars of the Roses. Peace and Confiict in Fifteenth Century England, Londres, 1981, p. 9.

14 J. Durliat, Les finances publiques de Dioclétien aux Carolingiens (284-889), Sigmaringen, Jan Thorbeke Verlag, 1990 (Beihefte der Francia, herausgegeben vom Deutschen Historischen Institut Paris, 21), p. 234.

15 M. Rouche, L'Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, 418-781. Naissance d'une région, Paris, Editions de l'Ecole des hautes études en sciences sociales et Editions Jean Touzot, 1979. p. 255.

16 R. Elze, « Ueber die Leistungsfähigkeit von Gesandtschaften und Boten im 11. Jahrhundert. Aus der Vorgeschichte von Canossa 1075-1077 », dans W. Paravicini, K.-F. Werner (sous la direction de), Histoire comparée de l'administration (ive-xviiie siècles), Munich, Artemis Verlag, 1980, p. 3-10.

17 J.-M. Cauchies, « Messages et messageries en Hainaut au xve siècle », MA, 82 (1976), p. 89-123 et 301-341.

18 B. Guenée, L'Occident aux xive et xve siècles. Les Etats, Paris, PUF, 5e éd., 1993, p. 201, d'après M.C. Hill, The King's Messengers, 1199-1377. A Contribution to the History of the Royal Household, Londres, 1961.

19 En somme un autre « meilleur chevalier du monde », un autre Guillaume le Maréchal.

20 Jérémie, 8, 23, « Qui changera ma tête en fontaine et mes yeux en source de larmes ? » : « Quis dabit capiti meo aquam et oculis meis fontem lacrimarum ? ».

21 Rouleaux des morts du ixe au xve siècle, éd. L. Delisle, Paris, 1866, p. 407-420.

22 Lettres de Charles VIII roi de France, éd. P. Pélicier, t. I, 1483-1488, Paris, 1898, no CXXX, p. 213-214.

23 Promulgation, le 18 juillet 1500, devant la cathédrale de Metz, des statuts et ordonnances sur les monnaies : « Et avec ce escriptes en biaux taubleaux de perchemin, lesquelles furent mis et pandus en plusieurs lieus permy la ville ». La chronique de Philippe de Vigneulles, éd. C. Bruneau, t. IV, (De l'an 1500 à l'an 1525), Metz, 1933, p. 7.

24 En 1395, proclamation à Paris d'un cri défendant aux « faiseurs de diz et de chançons et a tous autres ménestrels de bouche et recordeurs de diz » de faire « aucuns diz, rimes ne chançons » faisant mention du pape, du roi et de « nos seigneurs de France » et se rapportant à l'« union de l'Eglise ne les voiages qu'ilz ont fait ou feront », A.N., Y 2, fol. 123.

25 Lettres de Charles VI du 18 septembre 1413 : « Et ces presentes faictes crier et publier solennellement par voix publique et son de trompe ou il est accoustumé de faire criz. Et avecques ce, faictes mectre et fichier es portes des eglises de vostre dit bailliage la copie de ces presentes collationnees a l'original, si ne que nul n'en puisse pretendre ignorance », A.N., K 58, no 5 dans La chronique d'Enguerran de Monstrelet en deux livres avec pièces justificatives 1400-1444, éd. L. Douët-d'Arcq, t. VI, Paris, 1862, p. 123.

26 K. Michaelsson, Le livre de la taille de Paris l'an 1296, Göteborg, 1958 (Romanica Gothoburgenssia, 8).

27 Mémoire de maîtrise de C. Pécheux soutenu à l'Université de Paris-X Nanterre en 1990.

28 A. Cutolo, « Nuovi documenti francesi sulla impresa di Carlo VIII », Archivio storico per leprovincie napoletane, 63 (1938), p. 183-357.

29 Jean Chartier, Chronique de Charles VII roi de France, éd. A. Vallet de Viriville, t. I, Paris, 1858, p. 206-207.

30 Procès de condamnation de Jeanne d'Arc, éd. P. Tisset et Y. Lanhers, t. II, Paris, Société de l'histoire de France, 1970, p. 375-376.

31 J.W. Hassel Jr, Middle French Proverbs, Sentences and Proverbial Phrases, Toronto, Pontifical Institute, 1983, p. 177.

32 Songeons ici aux boîtes de chevaucheur : H. Stein, « Un inventaire des archives royales sous Louis XI », Le bibliophile moderne, 6 (1902), p. 180. On peut s'interroger sur l'authenticité de la boîte de messager aux armes de Bertrand du Guesclin conservée au Musée Dobrée de Nantes [exposée notamment dans le cadre de l'exposition « La Bretagne au temps des ducs », abbaye de Daoulas, 15 juin 1991, 6 octobre 1991, Musée Dobrée de Nantes, 6 novembre 1991-9 février 1992 (catalogue, p. 47, no 38, avec un cliché en couleur)].

33 Comment, par exemple, fonctionnaient exactement, vers 1500, les relais de poste royale en France (problème des chevaux) ? Un exemple figure dans les Procédures politiques du règne de Louis XII, éd. M. de Maulde, Paris, 1885, p. 593.

34 Jean Froissart, Chroniques, t. XI, 1382-1385 (depuis la bataille de Roosebeke jusqu'à la paix de Tournai), éd. G. Raynaud, Paris, 1899, p. 26 et 166 et t. XIII, 1386-1387, éd. L. et A. Mirot, Paris, 1957, p. 146 et 246.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site