Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-propos

Michel Balard

Texto completo

1Avignon fut au xive siècle la capitale de la Chrétienté occidentale. La papauté y mit en place une organisation administrative centralisée, qui servit de modèle à bien des Etats de l'Europe médiévale. Accueillis dans la cité des papes à l'occasion de leur xxive Congrès, les Historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public ont donc choisi de s'intéresser à l'un des aspects les plus novateurs de la monarchie pontificale, la circulation des nouvelles. Faut-il rappeler, par exemple, qu'au cours de la première année de son pontificat, Grégoire XI fit envoyer par sa chancellerie 15.450 lettres communes, sans compter les lettres secrètes et curiales ? Cette correspondance diffusée dans toute la Chrétienté et complétée par les suppliques et les lettres reçues faisait d'Avignon le centre d'un réseau de communication d'une extension exceptionnelle et inégalée au Moyen Age. A une échelle moindre, les États nationaux en formation, les compagnies commerciales et financières de Toscane éprouvaient des besoins d'information semblables et cherchaient à améliorer la circulation des nouvelles.

2Les acteurs mis en place, il fallait s'interroger aussi sur les modalités de la transmission et sur la vitesse à laquelle les événements, grands ou petits, pouvaient être connus grâce à des courriers, des voyageurs ou des marchands. Les initiatives des États bien organisés – songeons aux Mongols ou à l'Égypte mamlûke, mieux préparés que l'Occident – rivalisent avec celles des compagnies privées ou parfois les complètent. Les supports du message, les modes de transport, les lignes de communication, les centres de diffusion et de réception des nouvelles sont de plus en plus nombreux, de mieux en mieux connus au fur et à mesure de l'évolution du Moyen Age.

3Plus spontanée, plus diffuse aussi, la rumeur, ce « plus vieux media du monde », pose d'autres problèmes : comment naît-elle ? se propage-t-elle ? quel en est le contenu ? quelle place joue-t-elle dans le jeu politique, et plus largement dans le corps social ? Autant de questions pour lesquelles la France de la fin du Moyen Age constitue un champ d'investigation privilégiée, avec ses « émotions et commotions », ses luttes de factions et l'essor d'une propagande partisane. La rumeur s'insère dans des réseaux de communication, constitue un circuit d'information parallèle, peut être à la fois délation et constitutive de la renommée individuelle et de l'honneur. Elle manifeste la naissance d'une opinion publique, elle rassemble la foule, elle rassure la société médiévale.

4L'étude des réseaux de communication nous mène ainsi de la rue à l'échoppe, des relais de chevaux mongols aux coursiers des rois et des papes. Elle nous fait parcourir le monde médiéval, de la Chine à l'Égypte, de Rome à Venise et des Balkans à la Catalogne, sans oublier le royaume de France divisé et meurtri par la guerre de Cent Ans. A la cité des papes arrivaient au xive siècle les nouvelles de toute la Chrétienté. De la cité des papes, part avec ce livre une étude des média au Moyen Age. Que notre ami Yves Grava, organisateur diligent de notre Congrès, soit chaleureusement remercié pour nous avoir permis de la réaliser.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.