Version classiqueVersion mobile

La circulation des nouvelles au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-propos

Michel Balard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avignon fut au xive siècle la capitale de la Chrétienté occidentale. La papauté y mit en place une organisation administrative centralisée, qui servit de modèle à bien des Etats de l'Europe médiévale. Accueillis dans la cité des papes à l'occasion de leur xxive Congrès, les Historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public ont donc choisi de s'intéresser à l'un des aspects les plus novateurs de la monarchie pontificale, la circulation des nouvelles. Faut-il rappeler, par exemple, qu'au cours de la première année de son pontificat, Grégoire XI fit envoyer par sa chancellerie 15.450 lettres communes, sans compter les lettres secrètes et curiales ? Cette correspondance diffusée dans toute la Chrétienté et complétée par les suppliques et les lettres reçues faisait d'Avignon le centre d'un réseau de communication d'une extension exceptionnelle et inégalée au Moyen Age. A une échelle moindre, les États nationaux en formation, les compagnies commerciales et financières de Toscane é...

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search