Version classiqueVersion mobile

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Conclusion

Bernard Guillemain

Texte intégral

1A l'occasion de notre rencontre annuelle qui porte, cette année, sur « les clercs séculiers au Moyen Age », les organisateurs de ce xxiie Congrès ont eu la délicate attention d'honorer deux historiens qui ont consacré à l'Eglise la plus grande partie de leur carrière scientifique. Francis Rapp a posé des jalons en guise d'introduction. Il me revient de conclure. Laissez-moi ajouter que, par une opportunité qui prend valeur de symbole, nos séances se déroulent dans l’ancien grand séminaire devenu centre culturel de la Somme et que, personnellement, j'entretiens avec Amiens, où l'Université de Picardie nous accueille, des relations anciennes et étroites puisque j'y fis mes débuts de professeur agrégé et qu'une partie de ma famille y est installée. Comment ne pas être sensible à une telle conjonction de signes ?

2Nous avons écouté quinze communications dont sept ont été présentées par des historiennes, – ce qui manifeste l'ouverture et le renouvellement du personnel universitaire–. Elles ont porté essentiellement sur les xiie-xve siècles, sans négliger de brefs rappels du haut Moyen Age et quelques avancées dans le xvie siècle, et elles ont privilégié la France, ou plus exactement la France du Nord, et nous ont entraînés dans quelques incursions en Frise, en Scandinavie et dans la péninsule ibérique. Elles ont ainsi ajouté, en recourant à des approches variées, d'utiles compléments au dossier copieux mais si disparate qui est consacré au clergé séculier.

3Celui-ci n'a reçu que tardivement son identité. Il a été défini par opposition aux réguliers et ce fut au xiie siècle, quand le vent réformateur souffla et quand l'Eglise fut contestée par des groupes dénoncés comme hérétiques que la nécessité s'imposa de désigner par une appellation commune l'ensemble des hommes d'Eglise qui ne suivaient pas une règle.

4Geoffroi Babion, plus souvent connu sous le nom de Geoffroi du Loroux, archevêque de Bordeaux de 1135 à 1154, exalta dans ses sermons le prêtre, intermédiaire entre Dieu et son peuple, dispensateur de la pénitence et de l'eucharistie. Les constitutions synodales ont répété sans relâche les devoirs du prêtre, dénoncé ses fautes, ses défaillances. Bien en vue au milieu de la communauté et sommé d'être exemplaire, le curé est mis en scène dans les recueils d'exempla, tout en souffrant d'un traitement moins cruel que l'évêque, cible préférée des auteurs qui appartiennent le plus fréquemment aux ordres mendiants.

5Mais ce ministre, comment est-il formé ? Bien rares sont les documents qui permettent de reconstituer la biographie d'un prêtre. La Vita de Frédéric de Hallum, bien que rédigée une cinquantaine d'années après sa mort en 1175, n'en est que plus précieuse : le garçon fréquenta une école de village, passa à Münster, devint maître d'école avant de recevoir l'ordination. Mais de plus en plus, au fil des temps, le passage par une Université se fit couramment. De toute manière, la prédication synodale cherchait à assurer une « formation continue » ; elle fut d'abord assurée par l'évêque lui-même, puis elle fut confiée à des prêtres et surtout à des frères mendiants qui la fondaient sur l'exégèse biblique. Quelle en fut l'efficacité ? On peut en discuter. Les actes des synodes castillans dénoncent un clergé intellectuellement et moralement indigne quoiqu'il ait disposé d'écoles de grammaire et qu'il se soit nourri de plus en plus de l'enseignement universitaire. Les documents peuvent tromper ou forcer le ton quand ils s'occupent de redresser des torts !

6Ce clergé séculier prête le flanc aux observations les plus contradictoires tant est grande sa diversité. Il ne faut pas oublier les clergeons, ces « enfants-chanoines » qui figuraient aux ixe et xe siècles les choeurs des anges à la cathédrale de Reims, puis réapparaissent vers la fin du XIIe siècle, au nombre de 4, plus tard de 6, puis de 10 en 1534 ; recrutés à l'âge de 7 ou 8 ans, ils sont tonsurés, vivent sous la direction d'un maître, et tant que leurs voix s’y prêtent, contribuent à la splendeur de la polyphonie. Les chapitres offrent aux clercs séculiers le meilleur refuge. En Suède, les dignitaires, qui sont peu nombreux, sont issus de la noblesse et de l'aristocratie urbaine ; ils constituent un vivier d'où sont tirés des évêques ou les serviteurs des grands. Il n'est pas impossible de dresser des listes de chanoines, de recueillir des éléments biographiques ; l'informatique engrange les données et permet de répondre aux questions. A Amiens, où l'enquête s'étend de 1200 à 1450, l'on remarque la concurrence entre les candidats du roi et ceux du pape, ces derniers ayant bénéficié des interventions de la curie romaine avant même l'époque de la Papauté d'Avignon. Les chapitres ont souvent laissé leurs traces dans le tissu urbain, quand ils ont formé des quartiers canoniaux bien délimités, mais ils se sont contentés aussi de se disperser dans les villes. Il est vrai que la discipline canoniale laissa à désirer. Ce fut tout à la fois pour suppléer les absents,-dont on a relevé ici et là le fort pourcentage-, et pour parer aux défaillances vocales des présents que 12 vicaires furent engagés à Reims qui savaient bien lire et bien chanter.

7Les desservants des paroisses étaient au coeur de la vie chrétienne des fidèles. Si l'institution paroissiale a suscité d'importantes enquêtes sur sa chronologie, sa géographie, son organisation ou ses revenus, son personnel dont des textes normatifs laissent entrevoir les lacunes et dont la littérature se gausse, n'autorise de tracer les portraits que de trop peu d'individus. Dans une galerie forcément incomplète, l'on peut désormais introduire le frison Frédéric de Hallum élu par la communauté des paroissiens avant de recevoir d’un archidiacre la cura animarum ; « pater et dominus » de ses fidèles, agissant par la confession contre le déchaînement des vengeances privées, fondateur d'un monastère de Prémontrés dont le rayonnement fut remarquable.

8Plus que sur les responsables des paroisses et leurs vicaires, l'attention a été portée sur les chapelains dont l'extrême variété est devenue l'un des traits frappants du clergé séculier, principalement à la fin du Moyen Age. Leurs fonctions, en effet, sont diverses. Il y a les « bas clercs » sur lesquels repose la régularité des offices d'une cathédrale et d'une collégiale et qui se rassemblent en confréries au Mans dans la première moitié du xiiie siècle. Il y a les desservants des fondations qui célèbrent les messes dans les chapelles construites autour du choeur de l'église et le long des bascôtés ; ils sont repérables dans la France du Nord dès 1170-1180 ; ils ont des revenus propres mais ils sont sommés de ne pas empiéter sur les droits paroissiaux, tout en étant requis de s'associer aux prières du clergé paroissial. Il y a des prêtres-filleuls qui n'ont jamais été aussi nombreux en Auvergne que dans la seconde moitié du xve siècle et qui s'installent même dans des cures priorales. C'est qu'il faut répondre aux pressantes demandes des fidèles de prier pour les défunts ; les prêtres-obituaires représentent ce que l'on a appelé « le clergé des morts », très dense au sud de la Loire. Il y a aussi les chapelains des maisons-Dieu.

9Ces prêtres se rassemblent. Leurs associations gèrent leurs revenus. La cohabitation n'est pas toujours aisée avec le clergé paroissial, mais les compétences sont délimitées. Il est même arrivé que des collèges sacerdotaux prennent la charge de la desserte des églises selon l'exemple donné très tôt au xe siècle par des monastères d'Italie centrale qui conclurent des contrats avec des groupes de prêtres pour célébrer le culte dans les paroisses rurales qu'ils possédaient. En dehors de ce cas particulier, c'est à partir du xiiie siècle que le mouvement associatif a grandi selon un rythme de plus en plus rapide. Limité à 13 groupes au xiiie siècle dans le diocèse de Clermont, il atteint son apogée dans la seconde moitié du xve siècle. Aurillac compte plus de 100 prêtres-filleuls au xvie siècle. Le phénomène est général ; il a été observé dans toute l'Europe. Il signifie la nécessité d'organiser le clergé séculier qui ne peut trouver place dans le cadre des institutions traditionnelles, de partager les revenus, de répondre aux désirs religieux des laïcs, eux aussi rassemblés dans des confréries. L'impression du foisonnement des clercs séculiers s'impose, très frappante en des temps de régression démographique. Encore est-il intéressant, voire nécessaire, de la chiffrer et de connaître la proportion entre les tonsurés et les prêtres. L'une des communications s'y est efforcée. Les réponses sont contrastées selon les diocèses et les époques. Au début du xve siècle, l'on enregistre à Rouen 3000 tonsurés par an, 400 à Paris ; à la fin du siècle, les ordinations sacerdotales sont respectivement de 200 environ et d'une trentaine. D'une façon constante, il n'y a pas plus d'un prêtre pour 15 tonsurés. Ailleurs le décompte est différent. Grâce à un recrutement plus strict, Bourges conduit ses clercs tonsurés au sacerdoce. La France du nord tend à restreindre son effectif clérical vers la fin du xve siècle, la France du sud ouvre les vannes. Ces prêtres surabondants se réfugient dans les communautés obituaires.

10S'ajoutant à tous les travaux qui, d’Italie en Angleterre, de la Castille à la Pologne, tendent désormais à atteindre les hommes à l'intérieur des institutions et à expliquer par ceux-là le fonctionnement de celles-ci, les actes de notre congrès apportent leurs points de vue, fondés sur un large éventail de sources. Ce souci de mieux comprendre une société -en l'occurrence celle des clercs séculiers- qui a animé notre congrès d'Amiens me permet, sans trop bousculer les transitions, de vous rappeler, peut-être de vous révéler le passage de Marc Bloch dans la capitale picarde.

11Bloch, qui était né en 1886 et avait été reçu à l'agrégation d'histoire et de géographie en 1908 à sa sortie de l'Ecole Normale Supérieure, fut nommé au lycée d'Amiens pour la rentrée scolaire de 1913. Il enseigna en 4e, 3e, 2e et en Math-Elém-Philo. Il avait auparavant étudié un an en Allemagne, trois ans à la Fondation Thiers et il avait pris un poste dans l'enseignement secondaire, un an plus tôt, à Montpellier. Ainsi qu'il arrivait aux nouveaux professeurs, il fut désigné pour prononcer le discours de la distribution des prix. C'était le 13 juillet 1914. J'en ai retrouvé le texte quand je fouillais moi-même les vieux palmarès afin de préparer le même exercice. Marc Bloch choisit de traiter « critique historique et critique du témoignage ». Ce ne fut pas l'histoire du Moyen Age qui lui fournit les éléments de sa démonstration ! Il estima sans doute qu'il capterait plus facilement l'attention des élèves, impatients de partir en vacances, et celle des autorités municipales et des parents en présentant un épisode de l'histoire des guerres napoléoniennes : une reconnaissance dans le camp autrichien au delà du Danube en crue dans la nuit du 7 au 8 mai 1809. La démonstration est classique : le général Marbot s'est attribué l'exploit, sa version a été recueillie par le général Pelet et Monsieur de Ségur. Or en repérant les positions des armées, en notant la progression de la crue du fleuve et en remarquant que Marbot lui-même ne signala pas son fait d'armes lorsqu'il demanda une promotion à Berthier quelques semaines plus tard, force est de conclure que le récit est faux. Et Marc Bloch de recommander l'usage de l'esprit critique dans les démarches du citoyen, le citoyen qu'il fut lui-même en rejoignant son corps le 2 août 1914 avec le grade de sergent.

12De la part d’un maître qui a contribué à l'élargissement des approches et des perspectives de l'historien, ce recours à la confrontation traditionnelle des témoignages rappelle, opportunément me semble t-il, que notre « métier », selon sa propre expression, commence par là.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search