Version classiqueVersion mobile

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La formation culturelle du clergé en Castille à la fin du Moyen Age

Adeline Rucquoi

Texte intégral

  • 1 Cité par V. Beltrán de Heredia, « La formaciόn intelectual del clero en España durante los siglos (...)
  • 2 N. Lόpez Martínez, « El "Tratado” para sacerdotes de Juan de Calahorra (a. 1468) », Burgense, 12 ( (...)

1Une longue tradition veut que le clergé médiéval espagnol se caractérise par le relâchement de ses moeurs et son ignorance. Les prescriptions du concile de Latran IV de 1215 n'y auraient été introduites qu'un siècle plus tard, à l'occasion de la légation du cardinal Guillaume Peyre de Godin, lors du concile de Valladolid de 1322, sans toutefois apporter de nette amélioration à la situation. Les canons du concile provincial de Valladolid de 1228, qui font mention des prébendiers illiterati pour leur enjoindre d'apprendre le latin dans un délai de trois ans, et ceux du concile provincial de Lérida, l'année suivante, qui signalent que « attendentes quod in partibus Hispaniae, ex defectu studiorum et litteraturae, multa et intolerabilia detrimenta animarum proveniunt1 trouvent encore un écho en 1468 chez un étudiant en droit canon à l'université de Salamanque, le bachelier Juan de Calahorra, qui écrit, dans un « Traité » sur les prêtres qu'il offre à son maître, que « si in laids est intollerabilis ignorantia, quanto magis in sacerdotibus qui debent esse scientes »2.

  • 3 J. Fernández Conde, Gutierre de Toledo, obispo de Oviedo (1377-1389). Reforma eclesiástica en la A (...)
  • 4 N. Lόpez Martínez, « Sínodos burgaleses del siglo XV », Burgense, 7 (1966), p. 211-406.
  • 5 J. Sánchez Herrero, Concilios Provinciales y Sínodos Toledanos de los siglos XIV y XV, La Laguna, (...)
  • 6 T. de Azcona, La elecciόn y reforma del episcopado español en tiempo de los Reyes Católicos, Madri (...)

2Les synodes diocésains des xive et xve siècles témoignent à leur tour du souci de fournir aux clercs un minimum d'éducation. En 1382, l'évêque d'Oviedo, Gutierre Gόmez de Toledo 1330-1387), (dénonce « les recteurs qui ignorent les choses qui leur sont nécessaires, à eux et à leurs ouailles, pour les écarter du péché et les conduire aux vertus » et, ayant constaté que le cahier contenant un abrégé des connaissances essentielles – articles de la foi, sacrements, commandements, péchés mortels et oeuvres de miséricorde – était absent des églises du diocèse, ordonne que dans un délai de trois mois lesdits recteurs sachent par coeur le contenu de ce « catéchisme »3. Près de trente ans plus tard, en 1411, l’évêque de Burgos, Juan Cabeza de Vaca, ouvre un synode en rappelant les matières que doivent connaître les clercs pour les enseigner au peuple chrétien, donne à ceux de son diocèse un délai de six mois pour les apprendre par coeur, et interdit que soient vendus ou gagés les ornements ecclésiastiques et les livres « desdites églises donnés pour l'office divin »4. En 1473 encore, le concile provincial d'Aranda, sous la tutelle de l'archevêque de Tolède, doit prescrire « quod non promoveantur ad sacros ordines non scientes loqui latinaliter » et « quod non scienti loqui latinaliter non conferantur parochiales ecclesiae nec canonicatus et dignitates » ; sept ans plus tard, le même archevêque, à Alcalá de Henares, fera obligation aux recteurs de paroisses de suspendre « à un clou dans un lieu public élevé, où toute personne puisse le lire et s'informer de son contenu », un tableau « où soient écrits en parchemin tous les articles de notre sainte foi catholique, et les sacrements de notre sainte mère l'Eglise, et les dix commandements du décalogue, et les sept péchés mortels, et les oeuvres de miséricorde, et les vertus cardinales et théologales, et les dons de l'Esprit Saint, et les cinq sens » ainsi que les cas réservés au pape et à l'archevêque5. L'un des objectifs de la réforme ecclésiastique attribuée aux Rois Catholiques sera effectivement l'amélioration du niveau culturel du clergé en général et des évêques en particulier, niveau que des humanistes comme Marineo Sículo, Antonio de Nebrija ou Pietro Martir d'Anghiera considéraient comme infime6.

3La réitération des plaintes quant à la méconnaissance du latin par le clergé, à l'absence de livres et à l'ignorance en général correspond-elle cependant à la réalité ?

  • 7 BN Madrid, Ms.8561. Publié, en « modernisant » l'orthographe, par G. de Andrés, « Actas de la visi (...)

4Une visite pastorale, effectuée en 1427, dans l'archidiaconé de Madrid, appartenant au diocèse de Tolède, révèle un panorama nettement moins pessimiste. Le visiteur, Martin Sanchez de Madrid, prit note des revenus et des biens des églises paroissiales de la ville principale et de soixante quatre autres églises de la circonscription. Si l'on excepte les édifices abandonnés, désertés ou dépendant d'autres juridictions, la visite nous a laissé un témoignage sur douze paroisses urbaines et trente-sept paroisses rurales situées dans un rayon d'environ 20 à 25 km autour de Madrid7. 638 livres lurent recensés dans l'ensemble de l'archidiaconé, dont près du tiers – 203 – dans la ville. Le nombre des livres possédé par chaque église oscille entre les trente de la paroisse du Salvador de Madrid et un unique exemplaire à Mesones, la moyenne générale s'établissant à près de 13 volumes par église – 16,4 dans les paroisses urbaines, 12,6 dans les églises rurales-. Dans l'ensemble, il s'agit de livres liturgiques ou touchant à l'office du curé, depuis les missels et les rituels jusqu’aux bréviaires, psautiers, constitutions et propres des offices ; seuls se distinguent la paroisse de San Salvador de Madrid avec « sept livres de chansons » et six églises rurales avec des « livres d'histoires nouvelles », probablement des vies de saints. Les missels – et tous les ouvrages relatifs à la célébration de l'office divin – représentent à eux seuls 43 % de l'ensemble, tandis que les psautiers – qui peuvent indiquer l'existence d'un enseignement primaire –, présents dans l'immense majorité des églises visitées et souvent en plusieurs exemplaires, atteignent plus de 14 % de cet ensemble. Une seule Bible est apparue, qui appartenait à l'église de Santa Maria del Almudena de Madrid, et deux bréviaires, recensés à Getafe et Leganés.

  • 8 N. Lόpez Martinez, « Sínodos burgaleses del siglo XV », Burgense, 7 (1966), p. 234.
  • 9 S. Francia Lorenzo, Catálogo del Archivo capitular de Palencia, Série ii, Actas capitulares, t. 1,(...)

5Cette visite à l’archidiaconé de Madrid, effectuée un an après la sécheresse de 1426, nous paraît offrir un intérêt d'autant plus grand qu'il ne s’agit, ni d'une grande ville, ni d'une région remarquable par sa richesse ou sa pauvreté ; elle témoigne donc d'autant mieux de la mise en pratique des constitutions ecclésiastiques. A la fin du xive siècle, l'évêque de Burgos, Gonzalo (1382-1393), avait ordonné que « des biens de la fabrique des églises soient faits, dans les églises où cela serait nécessaire, de bons manuels pour donner les sacrements de baptême, et de mariage, et d'extrême-onction, et d'enterrement, et nous ordonnons que les économes des églises qui les fassent, les fassent faire en bonnes lettres pour que les clercs sachent bien les lire »8. Les Actes capitulaires de la cathédrale de Palencia révèlent que les sièges des diocèses s'acquittent effectivement de cette tâche : en novembre 1437, le chapitre fit don de 200 maravédis au curé de San Lázaro pour un processionnal ; trois ans plus tard, en octobre 1440, il remettra à un archidiacre et à l'écolâtre un bréviaire pour en obtenir deux copies9.

  • 10 T. Marín, « Testamento e inventario de Juan Martínez de Vitoria, canόnigo de la catedral de Sevill (...)
  • 11 N. Lόpez Martinez, « Sínodos burgaleses del siglo XV », Burgense, 7 (1966), p. 318-319.

6La présence de livres liturgiques en assez grand nombre dans les églises paroissiales, urbaines et rurales, ne préjuge évidemment pas du fait que leurs curés fussent litterati, c'est-à-dire versés en latin. Le chanoine de la cathédrale de Séville, Juan Martinez de Vitoria, qui s'était vu confier la mission en 1401 de fonder la chartreuse de Santa Maria de las Cuevas, mourut en décembre 1433 ; l'inventaire de ses biens montre que sa bibliothèque possédait plus de vingt-cinq ouvrages dont trois seulement sont indiqués comme étant en latin, alors que treize portent la mention en romance et incluent des manuels de sacrements et de confession, des épîtres de Sénèque, les Dialogues d'Hugues de Saint-Victor, des épîtres de saint Paul, des Evangiles, des commentaires sur la Genèse, une Somme de Bariole de Sassoferrato, un traité des vices et des vertus, un Miroir de l'Ame, et jusqu'à un « livre de cartes à jouer en papier avec une couverture verte »10. Comme de nombreux clercs, si l'on en croit les synodes, notre chanoine préférait visiblement lire dans sa langue maternelle. Mais le latin n'était pas lettre morte pour l'ensemble des recteurs de paroisses au xve siècle. Les constitutions données en 1443 par l'évêque de Burgos Alfonso de Cartagena se virent au contraire dans l'obligation d'établir que « dans la mesure où cette confession et explication quotidienne de la sainte foi [le Credo et le Quicumque vult] se font au cours des offices divins en latin, et que la majeure partie du peuple ne le comprend pas communément », les curés devraient désormais posséder un texte en langue vulgaire qu'ils liraient aux fidèles « certains jours spécifiques de l'année »11.

7Il est évidemment difficle de déterminer avec exactitude le niveau culturel de l'ensemble du clergé castillan de l'époque. Des recherches récentes ont mis en valeur la multiplication des écoles et des studia, non plus seulement autour des sièges épiscopaux, mais encore à la suite d'initiatives privées ou communales.

  • 12 J.D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, t. 22, col.227 et col.999.
  • 13 F.J. Hernández, Los cartularios de Toledo. Catâlogo documentai, Madrid, Fundaciόn Ramόn Areces, 19 (...)
  • 14 J.L. Martín Martín et alii, Documentes de los archives catedralicio y diocesano de Salamanca (sigl (...)
  • 15 Archivo Catedral de Leόn, no 1052, cit. par S. Guijarro, « Aspectos de la pervivencia de la tradic (...)
  • 16 J.M. Garrido Garrido, Documentacíon de la catedral de Burgos (1184-1222), Burgos, 1983, no 242, p. (...)
  • 17 T. Abajo Martin, Documentacíon de la catedral de Palencia (1035-1247), Palencia, 1986, no 134, p.  (...)
  • 18 J.M. Garrido Garrido, Documentacion de la catedral de Burgos (804-1183), Burgos, 1983, no 157, p.  (...)
  • 19 M.C. Díaz y Díaz, « Problemas de la cultura en los siglos XI-XII. La escuela episcopal de Santiago (...)
  • 20 F.J. Hemández, Los Cartularios de Toledo. Catálogo Documentai, Madrid, 1985, no 254, p. 234. J. Fe (...)

8Les canons du concile de Latran III de 1179 et de Latran IV de 1215, qui stipulaient l'obligation, pour les cathédrales, d'offrir un enseignement aux clercs de l'église et aux scholares pauperes et établissaient que les archevêchés devraient en outre entretenir un théologien qui sacerdotes et alios in sacra pagina doceat12, n'étaient pas ignorés en Castille. Le magister scolarum est attesté à Tolède en 117113, à Salamanque en 117414, à León en 118115, à Oviedo en 1184, à Ségovie en 119016, à Palencia en 121317 ; il est probablement le successeur du caput scholae, plus connu sous le nom de capdescole ou capiscol dont l'existence est plus ancienne, puisque nous le trouvons à Burgos dès 1161 et à Valladolid en 117118. A Compostelle au milieu du xiie siècle, une grammaticorum schola occupait déjà un bâtiment séparé de la cathédrale et les Constitutions données en 1170 définissaient très précisément les fonctions du magister scolarum19. Des mentions isolées, datant des xiie et xiiie siècles, révèlent en outre l'existence d'alumni dans l'entourage de certains chanoines, possesseurs par ailleurs de bibliothèques ; Dominicus Paian, chanoine de Tolède, mentionnera ainsi dans son testament en 1194 l'existence de deux alumpnos et d'une alumpna, de même que les chanoines d'Oviedo, Fernando Alfonsi en 1267, et Fernando Bretόn en 130420.

  • 21 J.A. Bonachia Hernando, J.A. Pardos Martinez, Catálogo Documentai del archivo municipal de Burgos  (...)
  • 22 J. Sánchez Herrero, « Centros de enseñanza y estudiantes de Sevilla durante los siglos XIII al XV  (...)
  • 23 BN Madrid, Ms.697.
  • 24 S. Francia Lorenzo, Catálogo del Archive Capitular de Palencia, Serie ii, Actas Capitulares, Palen (...)
  • 25 S. Guijarro, « Los centros de cultura urbana en el siglo XV : las escuelas de gramática castellano (...)

9Les mentions relatives aux écoles de grammaire deviennent cependant plus fréquentes aux xive et xve siècles, et révèlent d'une part une dissémination géographique et d'autre part une laïcisation accrue. La ville de Burgos, en 1403, versait un salaire à un « lecteur » de Leges21. A Séville, au début du xve siècle, la municipalité et le chapitre de la cathédrale payaient conjointement un « maître de grammaire » pour enseigner les habitants de la ville22. En 1424, un dignitaire de la cathédrale de Ségovie fondait à Cuéllar un studium de grammaire et prévoyait le logement d'un bachelier et d’un répétiteur23. Les Actes capitulaires de la cathédrale de Palencia nous apprennent que le chapitre louait « la maison des écoles » à un ou plusieurs bacheliers pour une durée d'une année, le preneur s'obligeant en outre à maintenir les écoles en état : en décembre 1475, par exemple, le bachelier Fernando Rodriguez de Duenas reçut la maison pour un an, à condition de remplacer les pupitres et les bancs que les élèves « casseraient ou brûleraient » et les tuiles en mauvais état ; en novembre de l'année suivante, un nouveau bail fut signé avec un nouveau preneur qui s'engagea, en échange du bénéfice d'une ration de l'Hôpital, à réparer l'édifice à ses frais et à verser au chapitre la rente que lui donneraient les élèves24. En revanche, comme celui de Séville, le chapitre de la cathédrale de Leόn assignait un salaire au bachelier qui enseignait la grammaire et engagera, en 1498, un docteur italien dans ce but25.

  • 26 S. Francia Lorenzo, Catálogo del Archivo Capitular de Palencia, Serie ii, Actas Capitulares, Palen (...)
  • 27 J. Sánchez Herrero, « Centros de enseñanza y estudiantes de Sevilla durante los siglos XIII al XV  (...)
  • 28 B. Alonso Rodríguez, Juan Alfonso de Benavente, canonista salmantino del siglo XV, Rome-Madrid, cs (...)

10Les clercs ou futurs clercs avaient donc peu d'excuses à leur ignorance et les chapitres cathédraux, à l'instar de leurs évêques et du reste de leurs concitoyens, se souciaient du niveau de connaissances de leurs membres. En 1436, les chanoines de Palencia ordonnèrent que fût versée à Juan de Ayala une partie de ses prébendes « pour qu'il aille à l'école apprendre la grammaire »26. En 1480, une enquête sera menée à la suite de plaintes de parents quant aux capacités du maître de grammaire de l'école de Séville et la charge lui sera retirée27. En juillet-août 1453, Juan Alfonso de Benavente, recteur de la chaire de Prime de droit canon à Salamanque, rédigeait un Ars et doctrina studendi et docendi dans lequel il tentait de transmettre son expérience personnelle de l'enseignement et qui s'adressait aux étudiants comme aux maîtres28.

  • 29 V. Beltrán de Heredia, "La formaciόn intelectual del clero en España durante los siglos XII, XIII (...)

11L'école de grammaire n'est que le premier échelon de l'acquisition des connaissances. Les studia consacrés à l'étude des Arts qui fleurissent également au cours du xve siècle s'ajoutent aux universités du royaume – Salamanque et Valladolid – ou d'ailleurs – Bologne, Avignon, Paris, Toulouse – pour permettre aux étudiants de parfaire leurs connaissances. Dès 1250, le cardinal Gil Torres, évêque de Burgos, avait stipulé que les socii ecclesiae qui voudraient étudier et les chanoines et prébendiers dum in scholis residerint percevraient leurs rentes ; en revanche, à la même époque, les chapitres de Salamanque et d'Avila avaient dû restreindre le nombre de leurs membres autorisés à s'absenter pour raison d'études29. La fondation, en 1367, par le cardinal Gil González de Albornoz du Collège de Saint Clément à Bologne, celle du Collège dit « du Pain et du Charbon » – en raison des rentes qui le faisaient vivre – à Salamanque en 1386 par l'évêque d'Oviedo Gutierre de Toledo, celle du Collège de Saint Barthélémy de Salamanque en 1415 par le futur archevêque de Séville Diego de Anaya, et enfin celle du Collège de Santa Cruz à Valladolid en 1479 par le cardinal Pedro González de Mendoza, ouvrirent de nouvelles possibilités aux clercs désireux de parfaire leurs études.

  • 30 A. García y García, « Escolares ibéricos en Bolonia, 1300-1330 », dans Estudios sobre los orígenes (...)

12Les étudiants n'avaient pas attendu la fondation de ces collèges pour acquérir connaissances et titres universitaires. Entre 1300 et 1330, par exemple, Antonio Garcia y Garcia a recensé, à Bologne, 114 étudiants provenant de la Péninsule Ibérique, dont 9 chanoines, un prébendier, 4 curés, un vicaire et un « clerc ». On y relève les noms de personnages provenant de Sigüenza, Tolède, Burgos, Baeza et Cartagena30.

13Les premiers rouleaux d’expectatives des universités de Salamanque et de Valladolid, datés de 1381, fournissent 342 noms pour la première et 92 pour la seconde ; parmi eux figurent 400 clercs séculiers originaires des diocèses castillans – 313 à Salamanque et 87 à Valladolid –. Les étudiants provenant du diocèse de Palencia y sont indiscutablement les plus nombreux (84), puisqu'ils constituent à eux seuls 21 % de l'ensemble, soit plus de 64 % de ceux qui sont inscrits à Valladolid et près de 10 % de ceux de Salamanque. Ils sont suivis par les clercs originaires du diocèse de Burgos, au nombre de 49, soit 35 à Salamanque et 14 à Valladolid. Le diocèse de Salamanque est le lieu de provenance de 35 clercs, soit un peu plus de 11 % des étudiants de son université. Léon vient ensuite avec 30 étudiants – 28 à Salamanque et 2 à Valladolid-. Puis viennent les diocèses de Calahorra (25 étudiants), Tolède (23), Zamora (22), Compostelle (19), Cordoue (18), Avila (15), Séville et Cuenca (10), Osma (9), Valladolid (8), Oviedo et Ciudad Rodrigo (6), Ségovie, Sigüenza et Lugo (5), Astorga (4).

  • 31 Les rouleaux d'expectatives de l'université de Salamanque ont été publiés par V. Beltrán de Heredi (...)

14Une vingtaine d'années plus tard, l'université de Salamanque présente un rouleau d'expectatives comportant 327 noms, dont ceux de 311 clercs séculiers, et celle de Valladolid 115 personnes dont 111 appartiennent au clergé séculier. Le diocèse de Palencia se place toujours en tête, avec 70 étudiants – 52 à Valladolid et 18 à Salamanque-, suivi par les diocèses de Salamanque (52 étudiants), Burgos (46), Leόn (40) et Avila (35)31.

  • 32 J. Sánchez Herrero, I. Montes Romero-Camacho, « Los colegiales sevillanos del Colegio Español de S (...)
  • 33 J. Fernández Conde, Gutierre de Toledo, obispo de Oviedo (1377-1389), Oviedo, 1978, p. 253-258.
  • 34 F. González Olmedo, Humanistas y pedagogos españoles : Diego Ramírez de Villaescusa (1459-1537), M (...)

15Les rouleaux d'expectatives de 1381 et 1403 révèlent que le nombre de clercs étudiants a connu, entre ces deux dates, une légère augmentation, et que les diocèses de Palencia, Burgos, Salamanque, León et Avila se placent en tête de ceux qui envoient leurs clercs dans les deux universités « nationales ». Le Collège fondé à Bologne par le cardinal Albornoz offrait en outre, depuis 1379, 23 places aux Castillans : 4 pour les diocèses de Tolède et de Cuenca, 3 pour celui de Séville, 2 pour ceux de Salamanque, Burgos et Avila, et une pour chacun des diocèses de Palencia, Leόn, Oviedo, Compostelle, Osma et Sigüenza32. De son côté, le fondateur du Collège « du Pain et du Charbon » de Salamanque, l'évêque Gutierre de Toledo, prévoyait, en 1386, l'entretien de six étudiants, également répartis entre les diocèses de Palencia, Tolède et Oviedo33. Don Diego de Anaya, en 1415, y ajoutera, avec la fondation du Collège de San Bartolomé, 15 autres places34.

  • 35 S. Guijarro, « La política cultural del cabildo catedralicio burgalés en la baja Edad Media », dan (...)
  • 36 S. Guijarro, « La formaciόn cultural del clero catedralicio palentino en la Edad Media », dans Act (...)
  • 37 M. Bautista, M.T. García, M.I. Nicolás, Documentacíon medieval de la iglesia catedral de Leόn (141 (...)
  • 38 S. Aguade Nieto, M.D. Cabañas, « La formaciόn intelectual del clero conquense a fines de la Edad M (...)
  • 39 J. Sánchez Herrero, I. Montes, « Los Colegiales sevillanos del Colegio Español de San Clemente de (...)

16Au fur et à mesure que l'« offre » s'accroît, le nombre de licences accordées pour raison d'études par les chapitres cathédraux et assorties du maintien des bénéfices augmente. Entre 1350 et 1500, par exemple, le chapitre de la cathédrale de Burgos délivre ces « autorisations d'absence » à 125 de ses membres ; 25 datent de la seconde moitié du xive siècle, alors que 54 seront accordées entre 1400 et 1449 et 46 entre 1450 et 150035. Les Actes capitulaires de la cathédrale de Palencia, conservés en majeure partie depuis 1413, ont fourni de leur côté 32 « licences d'études », à peu près également réparties au cours du siècle36. Les Actes capitulaires de la cathédrale de Leόn des années 1419-1426 font aussi apparaître ces « licences », telles celles que le chapitre accorda en novembre 1420 au bachelier Juan Martinez de Grajal « pour aller audit studium de Salamanque, en vertu de la grâce de notre seigneur le pape Martin V, dans laquelle il est contenu que lesdits seigneurs du chapitre peuvent choisir et choisissent six étudiants qui soient habiles et aptes pour apprendre la science, et bénéficiers de ladite église », et en janvier 1425 à Diego de la Fermosa, neveu de l'évêque, pour étudier durant sept ans à Bologne37. La cathédrale de Cuenca, pour sa part, enverra au seul Collège de San Bartolomé de Salamanque, entre 1426 et 1500 dix-huit étudiants ; les expectatives de 1381 et 1403 révèlent les noms de 37 clercs originaires du diocèse qui poursuivaient alors des études à Salamanque38. Le chapitre de Séville, dès 1395, avait approuvé une série de mesures spécifiques concernant les chanoines ou prébendiers qui s'absenteraient pour aller étudier « l'une des sciences approuvées par l'Eglise de Dieu » : obligation de solliciter la licence correspondante, de fournir chaque année un « certificat » des études poursuivies, de ne percevoir aucun autre bénéfice, moyennant quoi le chanoine ou le dignitaire avait droit annuellement à 3000 maravédis et une certaine quantité de blé, le chanoine dignitaire à une double ration, le simple prébendier aux deux tiers de la rente initiale. Les constitutions de 1395 furent perfectionnées en 1398, puis à nouveau en 1431 lorsque les membres du chapitre, considérant l'importance des juristes pour les cathédrales, stipulèrent que ceux qui iraient étudier le droit canon ou la théologie pourraient s'absenter durant cinq ans en percevant la moitié du montant total de leur bénéfice. Soixante-dix-huit clercs sévillans étudièrent ainsi à Bologne entre 1368 et 1500, soit 18 avant 1400, 25 au cours de la première moitié du xve siècle, et 35 entre 1450 et 150039.

  • 40 S. Guijarro, « La formación cultural del clero catedralicio palentino en la Edad Media », dans Act (...)
  • 41 A. Rucquoi, Valladolid en la Edad Media, t. 2, El mundo abreviado (1367-1474), Valladolid, 1987, p (...)
  • 42 M. Bautista et alii, Documentacion medieval de la Iglesia Catedral de Leόn (1419-1426), Salamanca, (...)

17La multiplication des centres d’études et les facilités offertes par les chapitres ou les collèges, notamment à partir de la seconde moitié du xive siècle, portèrent rapidement des fruits. Susana Guijarro a signalé la présence, dans le chapitre de la cathédrale de Palencia au cours des xive et xve siècles, de 222 personnages pourvus d'un titre universitaire, soit 137 bacheliers, 35 licenciés et 50 docteurs ; 201 de ces 222 universitaires, plus de 90 %, appartiennent au xve siècle. A la même époque, 263 porteurs de titres universitaires – 143 bacheliers, 52 licenciés et 68 docteurs – furent membres du chapitre de la cathédrale de Burgos ; 22 seulement, soit un peu plus de 8 %, datent du xive siècle. La cathédrale de Salamanque présente des caractéristiques semblables : les 260 membres du chapitre pourvus de titres universitaires aux xive et xve siècles – 166 bacheliers, 38 licenciés et 56 docteurs – se répartissent chronologiquement en 8,9 % pour le xive siècle et 91 % pour la période suivante40. Un peu plus de 13 % des 137 membres connus du chapitre abbatial de Valladolid entre 1350 et 1460 étaient en possession d'un titre universitaire : mais, alors qu'avant 1425 ils ne représentaient qu'un peu moins de 5 % des bénéficiers, ils constituent ensuite 22 % du chapitre41. La cathédrale de Leόn, pour sa part, avait, dès le début du xve siècle, assigné à 12 bacheliers des rentes et un titre spécifiques ; les clercs qui en bénéficiaient avaient droit au titre de « X, du nombre des douze bacheliers du choeur de l'église de Leόn »42.

  • 43 A. Rucquoi, Valladolid en la Edad Media, op.cit., p. 293. G. de Andrés, « Actas de la visita al ar (...)
  • 44 BN Madrid, Ms.4202.

18Les chapitres cathédraux ou abbatiaux offrent l’avantage de disposer de séries documentaires aisément – ou presque – consultables. Ils ne sont cependant pas les seuls « réservoirs » de clercs séculiers pourvus de solides connaissances universitaires. Dans la première moitié du xve siècle, de simples recteurs de paroisses, urbaines, comme les curés de San Salvador et de San Esteban de Valladolid, ou rurales, tels les curés de Santa Maria de Geria (Valladolid) et de l'église de Valdemoro (Madrid), étaient bacheliers en droit43. En 1459, deux « clercs », l'un de Santa Maria de Calahorra, l'autre de San Cebrián, étudiants à Salamanque, composaient un recueil de textes de théologie dogmatique et morale44.

19L'étude du droit est incontestablement celle à laquelle s'adonne l'immense majorité des clercs séculiers. Tous les possesseurs de titres universitaires du chapitre de Valladolid, 85,7 % de ceux dont est indiquée la spécialité pour Salamanque, 87 % dans le cas de Burgos et plus de 72 % des universitaires du chapitre de Palencia ont étudié le droit canon ou civil. L'organisation des universités et des collèges, qui offrent leurs places aux futurs juristes dans des proportions allant de la totalité – comme c'est le cas du Collège « du Pain et du Charbon » de Salamanque – à 60 % d'entre elles – comme à San Clemente de Bologne-, en passant par les deux tiers pour le Collège de San Bartolomé de Salamanque, rejoint donc les aspirations des chapitres qui, à l'instar de celui de Séville en 1431, considéraient que les spécialistes en droit étaient utiles « au gouvernement et à la défense » de leurs intérêts.

  • 45 A. García y García, « El Derecho Común medieval en las bibliotecas de Galicia », Glossae. Revista (...)
  • 46 S. Guijarro, op.cit.
  • 47 F. Marcos Rodriguez, « La antigua biblioteca de la catedral de Salamanca », Hispania Sacra, 14 (19 (...)
  • 48 A. Rucquoi, Valladolid en la Edad Media, op.cit., p.297. J. Trenchs Odena, « La cultura jurídico-p (...)

20Le contenu des bibliothèques ecclésiastiques de l'époque ne reflète qu'en partie ce souci. Si de nombreux livres de droit figurent dans les bibliothèques capitulaires de Galice45, 39,3 % seulement des livres mentionnés dans les inventaires de la cathédrale de Salamanque, 23,5 % de ceux de Burgos et 14,7 % de ceux de Palencia ont un rapport direct avec le droit46. L'inventaire de la bibliothèque capitulaire de Salamanque, effectué en 1533, confirme ces chiffres : environ 30 % des 750 volumes inventoriés relèvent du domaine juridique47. Les bibliothèques particulières semblent avoir été plus riches : à l'heure de sa mort, le curé de la paroisse de Geria (Valladolid) avait en sa possession plus de 53 livres, dont 28 intéressaient le droit ; 83 % des 42 livres donnés en 1450 par le chantre Nuño Alvarez à la cathédrale de Cuenca, et 165 des 363 livres qui composaient en 1496 la bibliothèque laissée par l'évêque de Burgos, Luis de Acuña (1422-1495), traitaient de droit canon et civil48.

  • 49 N. Belloso Martin, Política y humanisme en el siglo XV. El maestro Alfonso de Madrigal, el Tostado (...)
  • 50 M. Penna, Prosistas castellanos del siglo XV, Madrid, 1959 (Biblioteca de Autores Españoles, 116), (...)
  • 51 H. Santiago Otero, Manuscritos de autores medievales hispanos I, Madrid, csic, 1987, p. 20-23 et 1 (...)
  • 52 M. Penna, Prosistas castellanos del siglo XV, BAE, 116 (1959), p. lxx-xcix. J.M. Laboa, Rodrigo Sá (...)
  • 53 Pedro Martínez de Osma (+1480). Homenaje en el V Centenario de su muerte, Soria, 1980. J.V. Frias (...)
  • 54 F.J. Villalba Ruiz de Toledo, El cardenal Mendoza (1428-1495), Madrid, Rialp, 1988. F.J. Sánchez C (...)

21Le droit est la matière « utile » qu'étudient les clercs. Mais ceux-ci n'hésitent pas à fréquenter d'autres cours, comme ceux de médecine et, surtout, de théologie. Alfonso de Madrigal, dit el Tostado (1410-1455), auteur de plus de 63 ouvrages – commentaires sur l'Ancien et le Nouveau Testament, traités sur la Trinité, la confession, la réforme de l'Eglise, le pouvoir du pape-, écolâtre et professeur de l'université de Salamanque avant de devenir évêque d'Avila, obtiendra successivement les titres de « maître ès Arts », puis « maître ès Théologie » et enfin « bachelier en droit canon »49. Son cas est loin d'être unique parmi les prélats castillans du xve siècle. L'évêque de Burgos, Alfonso de Cartagena (1386-1456), avait également étudié à Salamanque la théologie et le droit, et porte le titre de « docteur en droit » à partir de 1429 ; auteur d'au moins 13 ouvrages et traducteur de Cicéron, Sénèque et Boccace, il prendra parti pour le pape et contre les juifs50. Juan de Segovia (c. 1393-1458), chroniqueur du concile de Bâle, auteur d'une trentaine d'oeuvres, partisan des conciliaristes, cardinal de Saint-Calixte à partir de 1453, avait pour sa part combiné les études de grammaire et de théologie à Salamanque, où il enseigna cette dernière entre 1418 et 143351. Rodrigo Sánchez de Arévalo (1404-1470), qui avait étudié le droit à Salamanque entre 1420 et 1430, est l'auteur de plus de vingt ouvrages et d'une abondante correspondance avec les humanistes italiens ; chanoine de Burgos, puis doyen du chapitre de León et du chapitre de Séville, ambassadeur du roi de Castille au concile de Bâle, il sera successivement nommé évêque d'Oviedo en 1457, de Zamora en 1467, de Calahorra en 1468 et enfin de Palencia en 146952. Pedro Martinez de Osma (c. 1420-1480), disciple d'Alfonso de Madrigal, enseigna à Salamanque les arts, la « philosophie morale » et la théologie ; chanoine de Cordoue et bénéficier de la cathédrale de Salamanque, partisan du thomisme et adversaire de la politique de l'Eglise en matière de confession et d'indulgences, auteur de plus de 43 textes, ses propositions seront condamnées comme hérétiques en 1479 par un tribunal que présidait l'archevêque de Tolède et son Tractatus de confessione publiquement brûlé53. Le cardinal d'Espagne lui-même, Pedro González de Mendoza (1428-1495), qui accumula au cours de sa carrière les titres – et les rentes afférentes – d'archidiacre de Guadalajara, d'évêque de Calahorra et de Sigüenza, d'abbé de Valladolid, de Moreruela, de San Zoilo de Carriόn et de Fécamp, d'archevêque de Séville, de curateur du diocèse d'Osma, et enfin d'archevêque de Tolède, était docteur en droit, civil et canon, de l'université de Salamanque ; l'un de ses vicaires dans le diocèse de Sigüenza, Juan Lόpez de Medina, y fondera en 1477 le Collège de San Antonio de Portaceli, tandis que lui-même obtiendra en 1479 une licence pontificale pour fonder, à Valladolid, le Collège de Santa Cruz ; il lèguera, à sa mort, à l'un de ses fils, une immense bibliothèque54.

  • 55 Las Siete Partidas del rey don Alfonso el Sabio, Madrid, 1807, Part, ii, tit. xxxi.
  • 56 J. San Martín Payo, « Catálogo del Archivo de la Catedral de Palencia », Publicaciones de la Insti (...)
  • 57 Cortes de los Antiguos Reinos de Leόn y Castilla, Madrid, 1863, t. 2, Cortes de Toro de 1371, p. 1 (...)

22Une étude prosopographique du haut clergé séculier – évêques, dignitaires, chanoines, bénéficiers des diocèses castillans – révélerait un recrutement de plus en plus aristocratique, largement favorisé par la pratique du népotisme. De tels usages n'entrent nullement en contradiction avec l'amour des lettres et l'étude du droit. Au milieu du xiii e siècle déjà, Alphonse X le Sage spécifiait, dans ses Partidas, que les docteurs en droit devaient jouir des mêmes privilèges que les nobles, et que les maîtres étaient assimilés aux comtes55. Faisant leurs les conclusions du De nobilitate et du De insignis et armis de Bariole de Sassoferrato, les auteurs de réflexions sur la noblesse en Castille soulignent invariablement au xve siècle que « les degrés de la science » permettent, tout autant que « la chevalerie », d'accéder à la noblesse. La modification des constitutions du chapitre de Palencia en 1425 permettra ainsi aux « docteurs, licenciés et bacheliers en droit canon, droit civil et théologie, et aux nobles notoires – de solar conocido – » d'accéder au canonicat sans passer par l'étape de prébendier56. Si les lettres ennoblissent, elles permettent également de faire carrière et une partie de la « haute administration » centrale au xve siècle est recrutée précisément dans les milieux ecclésiastiques : ambassadeurs, auditeurs du Tribunal Royal, membres du Conseil Royal57.

  • 58 S. Francia Lorenzo, Catálogo del Archivo Capitular de Palencia, Serie n, Actas capitulares, t. 1, (...)
  • 59 Comme dans le cas de la bibliothèque laissée en 1480 par Gonzalo de Vivero, évêque de Salamanque, (...)
  • 60 L'évêque d'Avila Alfonso de Madrigal, celui de Burgos Alfonso de Cartagena, l'archiprêtre de Talav (...)

23Mais la formation culturelle du clergé séculier castillan au cours des xive et xve siècles ne se limite pas à la connaissance du droit en vue de l'obtention de bénéfices ecclésiastiques et de rentes royales. Le contenu des bibliothèques révèle des intérêts multiples, de la médecine à l'agriculture – comme ce « livre d'agriculture » que le chapitre de Palencia espérait acquérir en 145958 –, des auteurs classiques aux humanistes italiens, de la musique à l'astrologie, de la philosophie à l'alchimie et aux mathématiques59, sans oublier l'histoire60.

24Les plaintes relatives aux clercs illiterati, telles que nous les transmettent les synodes, les traités moraux et les réformateurs de l'époque des Rois Catholiques, reposaient certainement sur des exemples précis. Elles ne nous paraissent néanmoins pas devoir être considérées comme révélatrices de la réalité castillane. Le problème posé n'était pas que tous les clercs de l'époque fussent des « illettrés », mais bien qu'il y en eût encore. Au fur et à mesure que s'élevait le niveau culturel du clergé, croissaient les exigences, et ce qui pouvait encore être toléré au début du xive siècle ne le sera plus à la fin du xve. L'état de « réforme permanente » qui caractérise l'Eglise à l'époque de « la religion flamboyante » de Jacques Chiffoleau n'a pas épargné l'Eglise castillane.

Notes

1 Cité par V. Beltrán de Heredia, « La formaciόn intelectual del clero en España durante los siglos XII, XIII y XIV », Revista de Teología, 6 (1946), p. 335 et 340.

2 N. Lόpez Martínez, « El "Tratado” para sacerdotes de Juan de Calahorra (a. 1468) », Burgense, 12 (1971), p. 362.

3 J. Fernández Conde, Gutierre de Toledo, obispo de Oviedo (1377-1389). Reforma eclesiástica en la Asturias bajomedieval, Oviedo, 1978, p. 367-368.

4 N. Lόpez Martínez, « Sínodos burgaleses del siglo XV », Burgense, 7 (1966), p. 211-406.

5 J. Sánchez Herrero, Concilios Provinciales y Sínodos Toledanos de los siglos XIV y XV, La Laguna, 1976, p. 285, 290 et 303.

6 T. de Azcona, La elecciόn y reforma del episcopado español en tiempo de los Reyes Católicos, Madrid, 1960, p. 224-228.

7 BN Madrid, Ms.8561. Publié, en « modernisant » l'orthographe, par G. de Andrés, « Actas de la visita al arcedianazgo de Madrid en 1427 », Hispania Sacra, 38 (1986), p. 153-245.

8 N. Lόpez Martinez, « Sínodos burgaleses del siglo XV », Burgense, 7 (1966), p. 234.

9 S. Francia Lorenzo, Catálogo del Archivo capitular de Palencia, Série ii, Actas capitulares, t. 1, (1413-1467), t. 2, (1468-1500), Palencia, Diputaciόn, 1989, no 711 et 863.

10 T. Marín, « Testamento e inventario de Juan Martínez de Vitoria, canόnigo de la catedral de Sevilla († 1433) », Hispania Sacra, 36 (1984), p. 416.

11 N. Lόpez Martinez, « Sínodos burgaleses del siglo XV », Burgense, 7 (1966), p. 318-319.

12 J.D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, t. 22, col.227 et col.999.

13 F.J. Hernández, Los cartularios de Toledo. Catâlogo documentai, Madrid, Fundaciόn Ramόn Areces, 1985, no159, p.152.

14 J.L. Martín Martín et alii, Documentes de los archives catedralicio y diocesano de Salamanca (siglos XII-XIII), Salamanca, Universidad, 1977, n 61, p.146.

15 Archivo Catedral de Leόn, no 1052, cit. par S. Guijarro, « Aspectos de la pervivencia de la tradiciόn latina en la vida cultural de las catedrales castellanas (siglos XI-XIII) », dans I Curso de Cultura Médieval, Aguilar de Campoό, Octubre 1989, sous presse. Je remercie ici Susana Guijarro qui a eu l'amabilité de me fournir une copie des nombreux articles dont elle est l'auteur et qui ne sont pas encore parus.

16 J.M. Garrido Garrido, Documentacíon de la catedral de Burgos (1184-1222), Burgos, 1983, no 242, p. 8 ; no 287, p. 68.

17 T. Abajo Martin, Documentacíon de la catedral de Palencia (1035-1247), Palencia, 1986, no 134, p. 266.

18 J.M. Garrido Garrido, Documentacion de la catedral de Burgos (804-1183), Burgos, 1983, no 157, p. 257. M. Manueco Villalobos, J. Zurita Nieto, Documentes de la Iglesia Colegial de Santa Maria la Mayor de Valladolid, siglos XI y XII, Valladolid, 1917, no 45, p. 246.

19 M.C. Díaz y Díaz, « Problemas de la cultura en los siglos XI-XII. La escuela episcopal de Santiago », Compostellanum, 16 (1971), p. 187-200.

20 F.J. Hemández, Los Cartularios de Toledo. Catálogo Documentai, Madrid, 1985, no 254, p. 234. J. Fernández Conde, La clerecia ovetense en la Baja Edad Media, Oviedo, Instituto de Estudios Asturianos, 1982, p.16, 74 et 114.

21 J.A. Bonachia Hernando, J.A. Pardos Martinez, Catálogo Documentai del archivo municipal de Burgos : Secciόn Histόrica (931-1515), Burgos, 1984, t. 1, no 422, p. 201-202.

22 J. Sánchez Herrero, « Centros de enseñanza y estudiantes de Sevilla durante los siglos XIII al XV », En la España Medieval, 4 (1984), p. 875-898.

23 BN Madrid, Ms.697.

24 S. Francia Lorenzo, Catálogo del Archive Capitular de Palencia, Serie ii, Actas Capitulares, Palencia, 1989, t. 2, no 3737 et 3822.

25 S. Guijarro, « Los centros de cultura urbana en el siglo XV : las escuelas de gramática castellano-leonesas », dans Actes du Congrès : 1490 en el umbral de la modernidad, Alicante, 1990, (sous presse).

26 S. Francia Lorenzo, Catálogo del Archivo Capitular de Palencia, Serie ii, Actas Capitulares, Palencia, 1989, t. 1, no 590.

27 J. Sánchez Herrero, « Centros de enseñanza y estudiantes de Sevilla durante los siglos XIII al XV », op.cit., p. 880-881.

28 B. Alonso Rodríguez, Juan Alfonso de Benavente, canonista salmantino del siglo XV, Rome-Madrid, csic, 1964, p. 204-209.

29 V. Beltrán de Heredia, "La formaciόn intelectual del clero en España durante los siglos XII, XIII y XIV", Revista de Teología, 6 (1946), p. 343.

30 A. García y García, « Escolares ibéricos en Bolonia, 1300-1330 », dans Estudios sobre los orígenes de las universidades españolas, Valladolid, Universidad, 1988, p. 113-134.

31 Les rouleaux d'expectatives de l'université de Salamanque ont été publiés par V. Beltrán de Heredia, Bulario de la Universidad de Salamanca (1219-1549), t. 1, Salamanca, 1966, no 162, p.433-452, et no 341-342, p. 566-582. Ceux de Valladolid, par J. Rius Serra, « Los rόtulos de la universidad de Valladolid », Analecta Sacra Tarraconensia, 16 (1943), p. 94-128.

32 J. Sánchez Herrero, I. Montes Romero-Camacho, « Los colegiales sevillanos del Colegio Español de San Clemente de Bolonia (1368-1600) », dans Estudios sobre los orígenes de las universidades españolas, Valladolid, 1988, p. 149-150.

33 J. Fernández Conde, Gutierre de Toledo, obispo de Oviedo (1377-1389), Oviedo, 1978, p. 253-258.

34 F. González Olmedo, Humanistas y pedagogos españoles : Diego Ramírez de Villaescusa (1459-1537), Madrid, 1944, p. 42.

35 S. Guijarro, « La política cultural del cabildo catedralicio burgalés en la baja Edad Media », dans I Jornadas de Historia Burgalesa. Introducción a la historia de Burgos en la Edad Media, Burgos, 1990, p. 681-682.

36 S. Guijarro, « La formaciόn cultural del clero catedralicio palentino en la Edad Media », dans Actas del II Congreso de Historia de Palencia, Palencia, 1990, t. 4, p. 662.

37 M. Bautista, M.T. García, M.I. Nicolás, Documentacíon medieval de la iglesia catedral de Leόn (1419-1426), Salamanca, 1990, no 41, p. 55 et no 161, p. 149. Le bachelier Juan Martinez de Grajal reçut en outre du chapitre, en avril 1421, 40 florins d'or d’Aragon pour obtenir le grade de licencié (Ibid., no 74, p. 82).

38 S. Aguade Nieto, M.D. Cabañas, « La formaciόn intelectual del clero conquense a fines de la Edad Media », dans El Horizonte histόrico-cultural del Viejo Mundo en visperas del descubrimiento de América, Madrid, 1981, p. 1-63.

39 J. Sánchez Herrero, I. Montes, « Los Colegiales sevillanos del Colegio Español de San Clemente de Bolonia (1368-1600) », dans Estudios sobre los orígenes de las Universidades españolas, Valladolid, 1988, p. 137-142, p. 171-181.

40 S. Guijarro, « La formación cultural del clero catedralicio palentino en la Edad Media », dans Actas del II Congreso de Historia de Palencia, Palencia, 1990, t. 4, p. 654-656 ; « La política cultural del cabildo catedralicio burgalés en la baja Edad Media », dans I Jornadas de Historia Burgalesa. Introduccíon a la historia de Burgos en la Edad Media, Burgos, 1990, p. 685-686 ; « La formación cultural del clero catedralicio en la Salamanca medieval (siglos XII al XV) », dans I Congreso de Historia de Salamanca, Junio 1989, sous presse.

41 A. Rucquoi, Valladolid en la Edad Media, t. 2, El mundo abreviado (1367-1474), Valladolid, 1987, p. 292-293.

42 M. Bautista et alii, Documentacion medieval de la Iglesia Catedral de Leόn (1419-1426), Salamanca, 1990, no 24, p. 42, no 71, p. 80, no 81, p. 87.

43 A. Rucquoi, Valladolid en la Edad Media, op.cit., p. 293. G. de Andrés, « Actas de la visita al arcedianazgo de Madrid en 1427 », Hispania Sacra, 38 (1986), p. 208.

44 BN Madrid, Ms.4202.

45 A. García y García, « El Derecho Común medieval en las bibliotecas de Galicia », Glossae. Revista de historia del derecho europeo, Murcia, 1 (1988), p. 189-198.

46 S. Guijarro, op.cit.

47 F. Marcos Rodriguez, « La antigua biblioteca de la catedral de Salamanca », Hispania Sacra, 14 (1961), p. 281-319.

48 A. Rucquoi, Valladolid en la Edad Media, op.cit., p.297. J. Trenchs Odena, « La cultura jurídico-piadosa del cabildo conquense (1450-1476) », dans Livre et lecture en Espagne et en France sous l'Ancien Régime, Paris, adpf, 1981, p. 35-45. N. Lόpez Martinez, « La biblioteca de D. Luis de Acuña en 1496 », Hispania, 20 (1960), p. 81-110.

49 N. Belloso Martin, Política y humanisme en el siglo XV. El maestro Alfonso de Madrigal, el Tostado, Valladolid, Universidad, 1989.

50 M. Penna, Prosistas castellanos del siglo XV, Madrid, 1959 (Biblioteca de Autores Españoles, 116), p. xxxvii-lxx.

51 H. Santiago Otero, Manuscritos de autores medievales hispanos I, Madrid, csic, 1987, p. 20-23 et 101-128. Julio González, El maestro Juan de Segovia y su biblioteca, Madrid, 1944.

52 M. Penna, Prosistas castellanos del siglo XV, BAE, 116 (1959), p. lxx-xcix. J.M. Laboa, Rodrigo Sánchez de Arévalo, alcaide de Sant'Angelo, Madrid, 1973.

53 Pedro Martínez de Osma (+1480). Homenaje en el V Centenario de su muerte, Soria, 1980. J.V. Frias Balsa, « Pedro Martinez de Osma, catedrático salmantino del siglo XV », Celtiberia, 29 (1979), p. 65-88.

54 F.J. Villalba Ruiz de Toledo, El cardenal Mendoza (1428-1495), Madrid, Rialp, 1988. F.J. Sánchez Cantόn, La biblioteca del marqués del Cenete, iniciada por el cardenal Mendoza (1470-1523), Madrid, 1942.

55 Las Siete Partidas del rey don Alfonso el Sabio, Madrid, 1807, Part, ii, tit. xxxi.

56 J. San Martín Payo, « Catálogo del Archivo de la Catedral de Palencia », Publicaciones de la Institucíon Tello Téllez de Meneses, 50 (1983), no 744, p. 191.

57 Cortes de los Antiguos Reinos de Leόn y Castilla, Madrid, 1863, t. 2, Cortes de Toro de 1371, p. 189 : parmi les sept oydores désignés par le roi figurent l’évêque de Palencia, l'évêque de Salamanque et l'évêque d'Orense. S. de Dios, El Consejo Real de Castilla (1385-1522), Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1982, p. 73-74 et 254-257.

58 S. Francia Lorenzo, Catálogo del Archivo Capitular de Palencia, Serie n, Actas capitulares, t. 1, no 2220.

59 Comme dans le cas de la bibliothèque laissée en 1480 par Gonzalo de Vivero, évêque de Salamanque, président de la Chancellerie et du Tribunal Royal (F. Marcos Rodríguez, « La antigua biblioteca de la catedral de Salamanca », Hispania Sacra, 14 (1961), p. 281-319), ou celle de l’évêque de Burgos, Luis de Acuna, inventoriée en 1496 (N. Lόpez Martinez, « La biblioteca de D. Luis de Acuña en 1496 », Hispania, 20 (1960), p. 81-110).

60 L'évêque d'Avila Alfonso de Madrigal, celui de Burgos Alfonso de Cartagena, l'archiprêtre de Talavera Alfonso Martinez de Toledo (1398-1466), l’évêque Rodrigo Sanchez de Arévalo, entre autres, sont en particulier les auteurs de chroniques et d'histoires du monde et de l'Espagne.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search