Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La prédication synodale au xiiie siècle d'après l'exemple cambrésien

Nicole Bériou

Texte intégral

  • 1 Humbert de Romans, De modo prompte cudendi sermones, l. ii, c.2, dans Maxima Bibliotheca Veterum P (...)

1Vers 1270, Humbert de Romans observait, dans le chapitre de sa collection ad status consacré aux synodes, qu'on fait toujours des sermons en cette circonstance. Selon lui, l'une des trois raisons qui justifient la réunion annuelle des clercs d'un diocèse est qu'on ne peut confier sans danger à des curés naïfs la responsabilité de direction des âmes qui leur incombe. Il est donc nécessaire de les instruire, ce qui se fait plus aisément en les faisant venir auprès de l'évêque qu'en allant rencontrer chacun d'eux dans sa paroisse1.

  • 2 Les seuls textes conservés (capitula des évêques, lettres pastorales) adoptent un style proche de (...)
  • 3 En particulier chez Yves de Chartres. Selon l'une des trois admonitions prévues durant le synode, (...)
  • 4 Voir J.P. Bonnes, « Un des plus grands prédicateurs du xiie siècle : Geoffroy du Loroux dit Geoffr (...)

2Le constat du frère prêcheur marque bien la place prise, à la fin du xiiie siècle, par une forme d'éducation cléricale dont on a par ailleurs des traces précoces. Dès la période carolingienne, les évêques y ont eu recours2. Les textes plus tardifs de Burchard de Worms (début xie s.) et d'Yves de Chartres (fin xie s.), qui décrivent le cérémonial du synode en reflétant certainement une ancienne tradition, prévoient aussi une ou plusieurs admonitions de l'évêque. A partir du début du xiie siècle, ces exhortations paraissent avoir pris une tournure plus résolument pastorale3. Néammoins, en dehors du dossier exceptionnel de la prédication synodale de Geoffroi Babion à Bordeaux vers le milieu du xiie siècle4, rien ne permet de suivre avec précision les développements de la pratique épiscopale en ce sens.

  • 5 Mss. Vat. Borgh. 51, sans doute de fin xiie s. (quatre sermons ; dans deux d'entre eux, la promulg (...)
  • 6 Les sermons de Robert Grosseteste, conservés parmi ses Dicta, semblent correspondre à son activité (...)
  • 7 En France, du moins, la masse documentaire se diversifie au xiiie siècle. Parmi les sermons de l'a (...)
  • 8 Il s'agit sans doute d'un sermon synodal remanié pour donner aux lecteurs de son ouvrage un bref t (...)

3Rares sont en effet les évêques qui se sont préoccupés de garder la trace de leur prédication. Certains recueils subsistent encore en Italie5. Il n'existe pas, à ma connaissance, de séries analogues pour l'Angleterre6, ni pour la France7. Maurice de Sully, par exemple, fut, au témoignage d’innocent III lui-même, un prédicateur apprécié des auditoires de clercs, qu'il réunissait régulièrement dans son diocèse de Paris. On a de lui un seul sermon à des prêtres, placé en tête de la collection de sermons-modèles qu'il écrivit à l'usage des curés de son diocèse8.

4En France cependant, un grand nombre de recueils de sermons ont alors été produits par des clercs, à partir de notes prises à l'audition. Etudiants ou anciens étudiants dans les écoles de théologie parisiennes, ces clercs se constituaient de la sorte, à bon compte, des compilations où ils puiseraient ensuite les modèles de leur propre prédication. Un premier recensement, non exhaustif, m'a permis de repérer plus de cent textes, le plus souvent anonymes, et difficiles à dater et à localiser. Devant tant de nouveaux textes, on pressent du moins que le succès immédiat et durable des sermons de Geoffroi Babion, lui-même ancien maître de l'école cathédrale d'Angers, se trouva concurrencé par ces matériaux, rassemblés et diffusés grâce au dynamisme du milieu parisien.

  • 9 Voir L. Duval-Arnould, « Trois sermons synodaux de la collection attribuée à Jean de la Rochelle » (...)
  • 10 Ms. Avranches BM 132, f. 4rb. et Troyes BM 1099, f. 166va (cf J.-B. Schneyer, Repertorium der Late (...)

5Quelquefois, des textes recueillis ailleurs qu'à Paris sont entrés dans ces collections parisiennes, comme les trois sermons synodaux d'Eudes Rigaud à Rouen, anonymes dans les manuscrits, et attribués par erreur à Jean de la Rochelle9 ; ou encore, le sermon synodal que Philippe le Chancelier († 1236) adressa au clergé du diocèse de Laon10.

  • 11 Ed. en préparation par J. Avril, qui remplacera celle de P.C. Boeren dans Revue de droit canonique (...)

6Il arrive aussi que plusieurs manuscrits donnent un éclairage convergent sur la prédication due à divers orateurs dans un même diocèse. C'est le cas du diocèse de Cambrai, au temps de l'épiscopat de Guiard de Laon (1238-1248), illustré par une série de six sermons synodaux. En outre, ce petit dossier peut être mis en relation avec la législation synodale promulguée par Guiard au début de son épiscopat11. La conjonction rare des deux types de sources mérite d'être exploitée, en vue d'une appréciation plus juste de la place assignée aux sermons synodaux dans la formation des clercs, principalement séculiers, au xiiie siècle.

1. Le dossier des sermons synodaux cambrésiens

  • 12 Liste des sermons synodaux, désormais cités d'après leur numéro d'ordre (les noms des auteurs que (...)
  • 13 Sur les collections du temps et des fêtes, voir RLS, V, p. 230-312. Le manuscrit de Robert contena (...)

7Cinq sermons sont transmis par le manuscrit Paris BN Lat 15953, légué par Pierre de Limoges à la bibliothèque de la Sorbonne au début du xive siècle. Ils font partie d'une série de sermons pour des clercs appelés à exercer dans l'Eglise des responsabilités pastorales : 21 sermons synodaux, puis 6 sermons d'ordination, 6 sermons d'élection, 1 sermon de visite ; quelques notes sur les prêtres et les prélats sont ajoutées à la fin. La série, copiée aux aux ff. 27-58 de la foliotation moderne, sur trois cahiers bien distincts du reste du manuscrit, paraît être un fragment de collection ad status. Parmi les prédicateurs désignés ou identifiables12, plusieurs (Philippe le Chancelier, Guiard de Laon, Guillaume d'Auvergne, Eudes de Châteauroux, Gautier de Château-Thierry) correspondent très exactement à la sélection régulièrement présente dans les collections de sermons du temps et des saints, réunies par Robert de Sorbon. Or, la collection des sermons ad status qu'il avait aussi réunie est aujourd'hui perdue13. On peut donc être assuré que le manuscrit de Pierre de Limoges nous en livre une partie, sous la forme d'une copie faite sur l'original que Robert déposa en 1274 au plus tard, avant de mourir, à la bibliothèque de la Sorbonne.

  • 14 Guiard est, de l’avis de Robert, « un des plus grands clercs du monde » (ms. Paris, BN Lat. 15954, (...)
  • 15 « Et disperse sunt oves mee eo quod non esset pastor et facte sunt in devorationem omnium bestiaru (...)

8Il n'est pas surprenant que Robert de Sorbon, admirateur inconditionnel de Guiard de Laon14, nous ait gardé de lui, parmi des centaines d'autres textes, quatre sermons synodaux. La concision abrupte de la rédaction suggère d'y voir les propres notes de Robert à l'audition, ou la copie d'esquisses faites par Guiard lui-même. On est proche, en tout cas, de la prédication effective, comme dans le cas du sermon sur le thème Tu vero vigila, lui aussi cambrésien, qui ouvre la série des vingt-et-un sermons synodaux. Ce dernier texte est attribué par sa rubrique à un frère prêcheur, sans autre précision. Du moins peut-on le dater, selon toute vraisemblance, du printemps 1241 ou 1242, car le frère se désole, à la fin, de savoir « le troupeau des brebis du Seigneur dévoré par les bêtes sauvages », comme l'annonçait le texte prophétique d'Ezechiel 34, 5 : Et disperse sunt oves mee eo quod non esset pastor et facte sunt in devorationem omnium bestiarum - « ce qui s'est accompli à l'évidence aujourd'hui », ajoute-t-il, « en Hongrie et en Pologne ». Allusion claire à l'invasion mongole de 1241, dont les couvents dominicains avaient pu transmettre assez vite la nouvelle15.

  • 16 Ms Paris BN lat. 15034, du fonds de S.-Victor (cf RLS, IX, p. 192-194). Le sermon abrégé (RLS, no  (...)

9Ce sermon anonyme est conservé aussi sous une forme abrégée dans un autre manuscrit du xiiie siècle. A la suite, le même manuscrit a enregistré un fragment d'un autre sermon synodal fait à Cambrai, et dû encore à un frère prêcheur16.

  • 17 Il est attesté, à la même époque, à Paris (sermons de Hugues de Saint-Cher, Barthélémy de Tours, N (...)
  • 18 En particulier, à Aelred de Rievaulx : trois sermons synodaux connus (Sermones inediti, éd. C.H. T (...)
  • 19 Ed. Boeren, Tit. xiii, p. 268-271. Guiard a pu aussi faire appel à d'autres prédicateurs, moines c (...)
  • 20 « Fratres karissimi, secundum quod dicit Apostolus : Eadem uobis scribere mihi quidem non pigrum, (...)

10L'appel à des prédicateurs Mendiants n'est pas exceptionnel17. Le recours de Guiard à l'éloquence des frères prêcheurs mérite cependant d’être souligné. Dès le xiie siècle, des évêques avaient fait appel aux cisterciens pour les seconder dans leur prédication synodale18. Guiard était lui-même très lié aux cisterciens, puisque deux ou trois moines de l’ordre constituaient son entourage immédiat. Mais en matière de prédication, les frères prêcheurs semblent avoir eu sa faveur, alors qu'il n'existait pas encore de couvent de l'ordre à Cambrai même, mais seulement, dans le diocèse, à Valenciennes et à Anvers. Guiard les recommandait d'ailleurs, avec les frères mineurs, à la bienveillance des curés dans ses statuts19. Il a peut-être voulu montrer l'exemple de la collaboration avec eux en les sollicitant de prêcher durant les synodes. Mais ce n'était sans doute pas un prétexte pour se décharger lui-même. Le sermon sur le thème Tu vero vigila est un sermon supplémentaire, qui suit celui de l'évêque en reprenant le même thème scripturaire, indice d'un usage renforcé de la prédication dans la formation cléricale20.

  • 21 La comparaison des deux versions du sermon du frère prêcheur anonyme montre la qualité du texte co (...)

11Les six sermons cambrésiens ne constituent pas l'intégralité de la prédication synodale au temps de l'évêque Guiard. Leur fidélité à la parole des prédicateurs en fait tout le prix21. Ils donnent un aperçu de la vigueur oratoire des intervenants, et des moyens qui furent mis en oeuvre pour actualiser et renforcer la formation des clercs du diocèse de Cambrai, à l'initiative d'un évêque réformateur qui avait d'abord fait une carrière universitaire parisienne de maître régent en théologie et de chancelier de l'Université.

2. Les prédicateurs et leur public

  • 22 L'assiduité des clercs du diocèse d’Angers aux réunions de la Saint-Luc, à la fin du xiiie siècle, (...)
  • 23 « Omnes prelatos ecclesie maiores et medios et minores, episcopos, archidiaconos, abbates, decanos (...)
  • 24 Ibid., f. 28v.
  • 25 Ceci est propre aux textes théoriques. Dans sa Somme à l'usage des frères prêcheurs, Humbert de Ro (...)

12En principe, le public d'un synode, dont il est difficile de mesurer l'importance numérique22, n'est pas très homogène. On y trouve surtout des desservants de paroisse (les curés, ou leurs remplaçants), et quelques responsables d'hôpitaux et de léproseries, mais aussi les dignitaires et les chanoines du chapitre cathédral, les clercs de la hiérarchie diocésaine, les abbés des monastères non exempts... Les prédicateurs en sont conscients. D'emblée, le frère prêcheur avertit son auditoire que c'est toute la hiérarchie cléricale qui doit entendre les paroles de Paul à Timothée, Tu vero vigila23. Certains développements peuvent s'adresser à l'une ou l'autre catégorie : prélats chargés de faire les visites, ou abbés chargés de guider les moines de leur communauté, par exemple24. Mais on ne trouve jamais de sermons entièrement organisés sur le principe de messages successifs aux diverses catégories d'auditeurs25.

  • 26 Statuts, tit. vi, éd. Boeren, p. 149. Dans un manuscrit cambrésien des Décrétales de Grégoire IX, (...)
  • 27 Sur les examens des clercs, voir F.W. Oediger, Uber die Bildung der Geistlichen im späteren Mittel (...)
  • 28 Ou encore : Prelati/ Pilati ; speculator / spiculator (s.8, f. 34r).
  • 29 « Hoc pronomen Ego uirtute demonstrationis significat rem discretam, presentem, sensui demonstrabi (...)

13Les prédicateurs semblent davantage préoccupés de s'en tenir à ce qui peut concerner tous leurs auditeurs à la fois. Et dans leur esprit, l'un des dénominateurs communs vient de ce que tous ces auditeurs sont supposés lettrés, c'est-à-dire capables de comprendre le latin. Nous savons par ailleurs que Guiard ne badinait pas sur la question du recrutement des clercs dans son diocèse. Ceux qui étaient investis d'une charge pastorale devaient, conformément à la législation édictée par l'évêque de Cambrai, passer un examen avant d'être ordonnés26. Ils devaient donc faire preuve de capacités réelles de lecture du latin, et d'analyse grammaticale27. Etaient-ils aussi capables de comprendre tout un sermon fait en latin ? C'est moins certain, au point qu'il paraît difficile d'admettre que nos textes, intégralement conservés en latin, furent prononcés tels quels en synode. Cependant le latin devait y occuper une place non négligeable, plus grande en tout cas que dans les sermons au peuple. Les ressources de la langue latine sont manifestement exploitées par les prédicateurs dans leurs sermons synodaux. Ils se complaisent à jouer sur les mots (ovibus non opibus ; dispensatores non dissipatores...)28 et à donner des leçons de morale sur la base de considérations grammaticales. Guiard construit le début d'un de ses sermons sur la valeur allégorique du pronom démonstratif Ego, à propos du thème évangélique Ego sum pastor bonus29. Le frère prêcheur glose à son tour le mot pastor : « Illud dictum, pastores huius temporis non a pasco derivant sed a pascor,-ris, quasi tartari uel tartarini spirituales » (f. 28v).

  • 30 Le prêtre de paroisse est comparé au moyen terme du syllogisme : « Sit etiam medium silogisticum p (...)
  • 31 Distinctions sur les mots tabernaculum, mensa,et panis. Sur cette technique, voir R. et M. Rouse, (...)

14D'autres indices viennent étayer l'hypothèse d'une originalité culturelle des auditoires synodaux. Les développements abstraits sont moins rares ici que dans les sermons au peuple, comme si les prédicateurs s'estimaient en droit d'attendre de leur auditoire la connaissance de rudiments de dialectique et de théologie30. Le frère prêcheur dont on a seulement des extraits de sermon, utilise à fortes doses les distinctiones, qui permettent, à partir d'un mot de la Bible dont on repère les autres occurrences, de distinguer les sens de ce mot. Cela donne à son sermon une tournure savante comparable à celle des commentaires bibliques que l'on faisait dans les écoles de théologie31. Dans le même ordre d'idées, il y a très peu d'exempta. Les prédicateurs leur préfèrent des récits qui mettent en scène, d'après les livres historiques de la Bible, de nombreux grands prêtres peu recommandables (tels Jason, Coré, Datan et Abiron, Ménélas...), et aussi les rois et autres puissants qui ont élu ces grands prêtres (Jéroboam, Bacchidès), ou ceux qui, comme Ozias, eurent l'ambition d'être à la fois roi et prêtre.

  • 32 « In omnibus labora... manus tua, non tantum lingua tua uel manus capellani uel vicarii qui non ac (...)

15L'autre élément qui permet de tenir des propos identiques à tous les assistants est la tâche pastorale. Elle incombe à tous, même s'il y a des degrés divers de responsabilité : par exemple, le curé qui se fait remplacer par un chapelain ou par un vicaire doit savoir qu'il est seul responsable de son troupeau en dernier lieu, c'est-à-dire au moment du Jugement dernier32.

  • 33 Humbert de Romans déplore la rareté de ces sermons (De modo prompte cudendi sermones, 1. ii, c.49  (...)
  • 34 Guiard, s. 10, f. 35 v (Etienne Tempier, en 1273 à Paris, tient des propos analogues : ms. Paris B (...)

16Le discours des prédicateurs évoque peu la condition sacerdotale, dont on traite de préférence dans les sermons d'ordination33. Et les subdivisions au sein du monde des clercs sont le plus souvent estompées, au profit d'une hiérarchie simplifiée à deux niveaux. Le Christ est au sommet, modèle du bon pasteur ; tous les clercs forment la base, et pour Guiard ils sont tous, à la fois, « évêques » et « pastoureaux »34.

  • 35 Cette variété se constate aussi pour la prédication de grandes fêtes comme Noël, Pâques et Pentecô (...)
  • 36 Le recours à ce thème ne paraît pas signaler des sermons prononcés dans tous les cas au synode de (...)

17Dans le dossier de Cambrai, le choix des versets scripturaires servant de thèmes aux sermons met en évidence la promotion du modèle unique de pasteur conforme au Christ. Ce parti pris est moins net sur l'ensemble des sermons synodaux de la période. La variété des thèmes y est extrême, sans doute parce qu'il fallait sans cesse les renouveler, du fait de la fréquence et de la régularité de cette prédication35 · A Cambrai, pastor est le mot clé pour Guiard, à partir de citations des prophètes (Is 40, 11 : Sicut pastor gregem suum pascat ; et Jer 3, 15 : Dabo uobis pastores iuxta cor meum et pascent uos sciencia et doctrina) et de l'évangile de Jean (10, 11-16) sur le bon pasteur Ego sum pastor bonus36.

  • 37 Le sermon du frère prêcheur anonyme est bâti sur ce thème, aussi proposé par Humbert de Romans dan (...)
  • 38 Seule exception, l'extrait de sermon dû à un frère prêcheur anonyme dans Paris BN Lat. 15034, f. 8 (...)

18Une autre mine de thèmes est constituée par les textes de l'Ecriture qui donnent aux synodes et aux sermons synodaux un fondement dans les enseignements et dans les pratiques des premiers temps de l'Eglise. On se réclame surtout de l'autorité de saint Paul. L'apôtre a le premier réuni un synode, faisant venir les anciens d'Ephèse à Milet (cf Actes, 20 : Attendite uobis et universo gregi) ; et il a donné à Timothée (2 Tim. 4) l'essentiel des conseils qui s'appliquent littéralement et indistinctement à tous les « prélats »37. La fin de la première épître de saint Pierre pouvait fournir, sur ce point, un texte alternatif. Guiard y a recours pour récapituler son message à la fin d'un de ses sermons, où il donne à ses curés les conseils même de saint Pierre aux seniores : paître le troupeau, veiller sur lui avec l'élan du coeur, être pour tous exemplaires afin de recevoir la couronne de gloire (1 Pt 5, 2-4)38.

19Beaucoup de prédicateurs avaient déjà insisté sur la tâche pastorale, depuis des siècles. Il faut donc tenir compte de cet héritage, et aussi de ce que les statuts synodaux enseignaient de leur côté aux desservants de paroisses, pour mieux cerner l'originalité des six sermons ici considérés.

3. L'exercice de la tâche pastorale

  • 39 S. l, f. 28r : « quod uobis aperte est ostensum in quaterno synodali quem de manu domini episcopi (...)

20L'importance du livre synodal est fermement rappelée par le frère qui parle vers 1241 - son sermon, très long et très structuré, pourrait d'ailleurs coïncider avec la promulgation officielle des statuts par Guiard. Selon ce frère, il est l'ouvrage essentiel de référence, l'équivalent du Deutéronome pour le roi d'Israël, car toute la science nécessaire à un bon « recteur » y est enfermée. Le roi d'Israël recevait le Deutéronome des mains des prêtres, et il devait le lire tous les jours de sa vie (Dt 17, 18-19) ; les curés, désormais, doivent faire de même, eux à qui l'évêque transmet le livre synodal39.

21Mais les prédicateurs se dispensent de faire un commentaire des statuts synodaux. Leurs sources immédiates sont bien plutôt celles de la littérature savante en usage dans les milieux scolaires. Ils exploitent largement les textes de saint Grégoire, saint Jean Chrysostome et saint Bernard. Surtout, toute l'Ecriture est sollicitée. On trouve dans les développements un extraordinaire éventail de citations, souvent réunies en grappes pour donner plus d'autorité à une recommandation jugée importante. Cela indique à quel point les exégètes des xiie et xiiie siècles ont considéré le texte entier de la Bible comme un miroir inépuisable des obligations cléricales.

22Vers le milieu du xiie siècle, Geoffroi Babion avait tracé dans sa prédication synodale, si novatrice pour l'époque, un programme pastoral qui insistait sur deux devoirs fondamentaux pour tous les prêtres : l'administration des sacrements, et la prédication. Ses sermons ont beaucoup circulé jusqu'à la fin du xiiie siècle. On peut y voir l'indice de la pertinence de ses propos. Cependant, des ajustements apparaissent dans la prédication faite à Cambrai au temps de Guiard.

  • 40 Cf. par exemple, sermon 6, f. 32v : "Predicate ewangelium omni creature. Modo pululant quedam here (...)
  • 41 Ce schéma des quinque verba, inventé peu de temps auparavant par Jourdain de Saxe selon Hugues de (...)
  • 42 Il faut faire bon accueil aux frères mendiants et inviter des hommes compétents à parler de la foi (...)
  • 43 Autre indice convergent : avant la réunion du 2e concile de Lyon (1274), Humbert de Romans préconi (...)

23La prédication continue à faire partie, en principe, des devoirs des prélats pasteurs. Elle est d'autant plus nécessaire que l'hérésie se répand partout et qu'elle est souvent insaisissable40. Peu après 1241, le frère prêcheur donne à ses auditeurs des conseils pratiques qui visent sans doute à combler les lacunes graves de leur formation (f. 27v-29r). On doit, leur dit-il, prêcher sur ce qu'il faut croire, éviter, faire, craindre, et espérer...41. La prédication n'est pourtant, ajoute le frère, que l'une des formes de communication de la parole de Dieu. Chaque prelatus est comme un ange à qui Dieu confie, non pas une seule âme comme aux anges gardiens, mais des centaines ou des milliers, et son office d’évangélisateur est ainsi multiple. Il doit être un maître qui prêche verbo et exemple, et en même temps un médecin, un berger, un avocat, un combattant, un guetteur... Enfin le frère réaliste conseille aux incompétents de recourir à des spécialistes - sous-entendu, aux frères eux-mêmes, comme Guiard le dit expressément dans ses statuts42. Ce conseil s'adresse vraisemblablement au plus grand nombre des desservants, aussi ignares que leurs paroissiens des choses de la religion, si l'on en croit les prédicateurs au synode43.

  • 44 Le pasteur a comme modèle Rachel, figure classique de la vie contemplative : Guiard, s. 10, f. 35v
  • 45 Recommandation fréquente, semble-t-il, dans la formation cléricale. L'un des traits de la sainteté (...)

24La prière, quant à elle, paraît préoccuper Guiard plus que Geoffroi Babion. Selon le schéma des trois ordres, elle est la fonction sociale qui justifie l'existence des clercs oratores, qu’ils célèbrent la messe ou qu'ils disent l'office. Ce point n'est pas vraiment mis en évidence. Guiard préfère insister sur la nécessité de prier pour trouver l'équilibre personnel d'une vie qui doit être à la fois active et contemplative44. C'est pourquoi il entretient longuement son auditoire du Psautier (f. 37v). Le texte doit en être appris par coeur. Il faut le réciter distinctement pour ne pas se moquer de Dieu, en comprenant ce qu'on dit et en ruminant les paroles savoureuses qui contiennent l'esprit sous la lettre. Il faut aussi le dire joyeusement car ce sont des hymnes composées par David, et dévotement, de préférence à l'église, où le Christ est présent dans la réserve eucharistique45.

  • 46 J. Duhr, « Communion fréquente », D.Sp., 2, 1953, col. 1263-1265. Guiard a aussi écrit un traité s (...)

25Ainsi, les auditeurs sont en même temps initiés au respect de l'eucharistie, à un moment où celle-ci suscite des manifestations de dévotion spectaculaires. Cambrai est proche de Liège, d'où Julienne du Mont-Cornillon, bien connue de Guiard, cherche à faire instituer la Fête-Dieu dans toute l'Eglise46. Guiard exige aussi que les prêtres se confessent avant de célébrer la messe. Et dans tous les sermons, la place des sacrements dans la vie de l'Eglise revient comme un leitmotiv.

  • 47 Dans l’énumération des sacrements, l’extrême-onction est omise (sermon 1, f. 28r).

26Le discours sur les sacrements s'adresse plus particulièrement au prêtre responsable de paroisse, communément appelé sacerdos ou presbyter. L'étymologie sacerdos / sacrum dans, empruntée à Isidore (Etymol. VII, XII-17) et déjà très présente dans les sermons du xiie siècle, reste la plus courante. L'enseignement sur les sacrements est pourtant relativement discret, au regard de la place majeure qu'il occupe dans les statuts de Guiard, en tête de l'ensemble. Le frère prêcheur, par exemple, énumère brièvement les sacrements, pour insister sur l'idée commune des théologiens selon laquelle les sacrements sont des remèdes, et celui qui les dispense, un médecin47.

  • 48 « Exemplum de begina que uenit Parisius emere Summam de uiciis et uirtutibus, que cum moraretur in (...)

27Guiard ajoute une indication intéressante au sujet de la culture théologique qu'il attend des desservants de paroisse. Dans un de ses sermons, il exige que chacun possède en tout premier lieu le 4e livre des Sentences du Lombard, qui remplace selon lui, dans la bibliothèque de base d'une paroisse, le traditionnel Liber sacramentorum (f. 37v). D'autres livres de théologie ont-ils circulé dans le diocèse ? Robert de Sorbon racontera plus tard l'histoire exemplaire de la béguine de Cambrai qui s'employa à mettre à jour les connaissances des clercs du diocèse. Elle acquit à Paris un exemplaire de la Somme sur les vices et les vertus de Guillaume Peyraut (achevée entre 1236 et 1248). Au moment du synode, elle demandait aux clercs s'ils avaient du temps libre après la messe pour la copier. Si c'était le cas, elle la leur distribuait par cahiers, comme on faisait à Paris où la diffusion des manuels s'appuyait sur le système de reproduction par exemplar et pecia48. Ainsi, le livre du frère prêcheur fut bientôt répandu dans le diocèse, assurant aux prêtres l'accès à un florilège moral de qualité sur les péchés, les vertus, les dons de l'Esprit et les béatitudes. Un tel équipement devait, bien entendu, les aider à pratiquer l'art du discernement des péchés et du conseil aux pénitents, nécessaire à une bonne administration du sacrement de pénitence.

  • 49 Dans son chapitre sur les sermons synodaux, Humbert récapitule le développement sur les prêtres pa (...)
  • 50 Important développement sur ce thème dans le sermon d'Eudes de Châteauroux (s.4, f. 31r), dont on (...)

28Une autre étymologie de sacerdos, héritée de Grégoire le Grand (Regulae pastoralis Liber II, 7, PL 77, 42A), tend à supplanter sacrum dans : c'est sacer dux, qui a son pendant exact dans presbyter = prebens aliis iter49. Tel un roi, ou le bailli du roi, le prêtre de paroisse est seigneur et maître chez lui50 : nul ne peut « jeter sa faucille dans la moisson d'autrui », rappelle Guiard (35r). Cependant, cette image de pouvoir, vulgarisée depuis plusieurs décennies, paraît suffisamment dangereuse aux prédicateurs pour qu'ils la corrigent par celle de l'homme ordinaire, semblable à tous ses congénères. De même que la hiérarchie au sein du monde clérical était atténuée, de même la distinction entre clercs et laïcs, entre « prélats » et « sujets », est ici estompée : « Ut se gerant prelati tanquam socii et non domini, tanquam pares et non superiores bonorum subditorum », dit Guiard (36v). Et le meilleur modèle est encore le Christ. « Envoyé par Dieu dans sa paroisse pour être un homme parmi les autres », il a choisi de se comparer au berger qui habite une pauvre cahute et porte de méchants vêtements (Guiard, 35r et 35v). Il montre l'exemple de l'attention miséricordieuse envers tous, et du zèle charitable.

  • 51 « Nutrix frangit linguam ut melius intelligatur a paruulis quia ut dicit leronimus : Balbus balbum (...)

29Telle est, et de loin, l'exigence essentielle. Elle implique la nécessaire présence à tous, physiquement (le devoir de résidence est rappelé, encore en écho aux statuts synodaux), et spirituellement. On attend du propre prêtre une attention aimante envers ses sujets. Comme la nourrice qui parle aux petits enfants sans recherche, il doit apprendre à briser son style (frangere linguam)51, au lieu de mépriser avec morgue ses rustres de paroissiens (rustici). Si ces derniers ne lui paient pas les dîmes et les oblations, il doit s'en prendre à lui-même : c'est qu'ils méprisent à juste titre celui qui se comporte à leur égard en oppresseur (Guiard, 37v). Les pauvres de la paroisse méritent une attention particulière. Ils devraient être les premiers bénéficiaires des oeuvres de miséricorde, et le prêtre devrait se comporter avec eux comme l'« aumônier » du roi céleste (f. 28r-v) ou, selon une autre formule alors répandue, comme « le dépensier du patrimoine du crucifié ».

  • 52 Le mot curatus apparaît déjà dans quelques rares textes de la fin du xiie s. (cf dom J. Becquet, « (...)
  • 53 Cette remarque ne préjuge pas de la culture scientifique qui nourrit les propos de Guiard. On trou (...)
  • 54 Selon la complainte funèbre qui fit son éloge, Guiard était « corde magnus et parvus corpore » (P. (...)
  • 55 P. Bersuire la reprendra dans le Reductorium morale, 1. ii, cap. xxiii (éd. J. Kerberg, Anvers, 16 (...)

30Signe des temps, le mot de curatus, employé comme substantif, se substitue régulièrement à presbyter ou à sacerdos dans les propos du frère prêcheur qui intervient vers 124152. Mais le sommet de l'offensive en vue de communiquer cette conception hautement charitable de la charge pastorale apparaît dans un sermon de Guiard (s. 11, f. 35v-36v). Développé sur un thème emprunté au prophète Jérémie (Dabo uobis pastores iuxta cor meum), il est entièrement construit sur la métaphore du coeur, que Guiard applique aux prélats à la suite de Jean Chrysostome. Dans ce sermon, l'évêque part donc d'une série de constatations sur le coeur animal, son anatomie, sa physiologie, ses propriétés, etc. Le coeur, dit-il, est le premier organe formé dans tout corps animal ; il est fait de substance filandreuse ; il se situe au centre du corps ; il est chaud et sec, évasé du haut et pointu du bas, et il comporte trois ventricules ; enfin, plus il est petit, plus il est capable de réchauffer le sang : c'est pourquoi les animaux qui ont un gros coeur comme le lièvre, le cerf, l'âne ou la souris, sont les moins audacieux. A chacune de ces observations, Guiard associe une interprétation allégorique, en vue de faire comprendre en même temps à l'auditoire le type de comportement attendu d'un vrai prélat, coeur de l'Eglise. On voit bien ici comment la métaphore, inspirée d'un verset scripturaire, peut se transformer en lieu de mémoire pour l'auditoire, capable de suivre aisément ce discours sans grande prétention scientifique53. Pour le prédicateur, cette métaphore était aussi un instrument heuristique puissant. L'image, présente dans la Bible qui faisait autorité, pouvait mieux se comprendre en observant la nature créée par Dieu - peut-être même, dans le cas de Guiard, en méditant sur sa propre nature : l’évêque, petit de taille, avait été investi de la charge d'un immense diocèse54. Guiard sut en tout cas explorer les implications multiples de cette métaphore par ailleurs banale55, qui récapitulait à ses yeux la nécessaire conversion de ses auditeurs.

  • 56 Les « nepotuli » des évêques sont déjà vivement dénoncés par saint Bernard, puis dans les sermons (...)
  • 57 Sermon 1, f. 27r-v. Guiard, présent au premier concile de Lyon (1245), se faisait fort d'y démontr (...)
  • 58 « A Domino in gratia Dei debet quilibet in omni beneficio ecclesiastico institui, et hoc bene insi (...)

31La conversion des clercs était d'autant plus urgente, si l'on voulait promouvoir ce modèle pastoral, que leur accès à la cléricature relevait de motifs qui n'avaient rien de spirituel. Sur ce point, les prédicateurs ne se font aucune illusion. L'accès aux bénéfices dépend du bon vouloir des puissants, les laïcs et plus encore les clercs qui placent ainsi les membres de leur famille56, ou leurs amis. L'ambition et la cupidité règnent, autorisant les pratiques simoniaques, les flatteries, les procédures sans fin57. Mais Guiard, bien qu'il exige avec force de contrôler personnellement le recrutement de son clergé par l'examen et l'institution canonique, sait qu'il ne peut compter là-dessus pour changer les coeurs. Tous ces clercs, finalement investis de charges dans l'Eglise Dei patientia plutôt que Dei gratia, comme le dira joliment un autre prédicateur58, doivent être vigoureusement sermonnés pour être remis sans cesse dans le droit chemin.

  • 59 Ebriété : « in multis magistris et prelatis qui post crapulam et ebrietatem subito morientes scand (...)

32Sans être prédominant, le discours sur les exigences morales conformes au statut clérical est donc présent dans les sermons synodaux, les prédicateurs parlent de l'ébriété, de la luxure, de la sodomie même59. Au total, ils en parlent très peu, beaucoup moins que l'évêque dans ses statuts en tout cas. La rareté des exempta correspondrait-elle à la discrétion relative du discours sur les comportements et la morale ? Guiard raconte un seul exemplum, qu'il tient de frère Henri le Teutonique, à propos des péchés de chair (f. 37r). En fait, la conversion que les prédicateurs voudraient susciter est plus spirituelle que morale. Et ils reviennent sans cesse à l'essentiel, à savoir, la responsabilité pastorale. Ainsi, le frère prêcheur qui intervient vers 1241 affirme vivement, à l'encontre des allégations hérétiques, la validité des sacrements dispensés par des ministres indignes ; il s'empresse aussitôt de condamner vigoureusement le mauvais comportement ou la mauvaise doctrine d'un prêtre, qui empêchent la grâce d'accomplir tous ses effets dans le coeur des fidèles dont il a la charge (f. 28r).

  • 60 « Exemplum de sacerdote quem suspendit episcopus Guido a beneficio eo quod ludebat cum talis quand (...)
  • 61 S. 1, f. 29v, et s. 12 (Guiard), f. 38r (dans les deux cas, à la fin du sermon). Guiard brandit au (...)

33Les comportements répréhensibles méritaient aussi des punitions. On sait par le témoignage de Robert de Sorbon que Guiard punit un jour de manière exemplaire un curé qui jouait aux dés pendant l’office, et qui sortait de son église quand le prédicateur commençait à parler : l'évêque priva le mauvais curé de son bénéfice60. Dans les sermons synodaux du diocèse de Cambrai, les menaces de punition sont reportées au Jugement dernier. Elles n'en sont pas moins terribles, surtout lorsque le prédicateur appuie ses dires sur un ample récit de la fameuse prophétie Mane Thecel Fores (Dn. 5), que le prophète Daniel interpréta à la demande du roi Balthazar. Ces mots mystérieux signifient, selon les prédicateurs du xiiie siècle, que le mauvais prélat sera, au jour du Jugement, solennellement séparé de son troupeau pour être condamné à la damnation éternelle61.

  • 62 Ces questions structurent le commentaire de l'évangile de Jean sur le bon pasteur. De son côté, Hu (...)

34Dans l'immédiat, les orateurs, loin de se dissimuler la médiocrité morale et le dénuement spirituel des clercs présents dans l'assistance, se donnent pour unique objectif de les éduquer, inlassablement. Instance de formation plus que de jugement, le sermon doit servir à les sensibiliser à leurs responsabilités, à les mettre en garde, à les habituer enfin à un examen de conscience en référence aux trois questions majeures que leur posera le Christ juge à la fin des temps : « Qualiter intrasti, vixisti, docuisti ? »62

Conclusion

35Le dossier cambrésien, qui représente moins de 5 % des sermons synodaux conservés pour la période allant du milieu du xiie à la fin du xiiie siècle, est significatif et éclairant à plusieurs titres.

36Guiard, tout d'abord, était très lié au milieu universitaire parisien, où la réflexion et les initiatives en matière de formation du clergé ont été, après le milieu du xiie siècle, particulièrement neuves et fécondes. Son action à la tête du diocèse de Cambrai s'en est ressentie, au point de se situer, très certainement, au-dessus du niveau moyen de celle de beaucoup de ses confrères. Il n'est cependant pas un cas exceptionnel : Eudes Rigaud à Rouen, Federico Visconti à Pise illustrent aussi, à leur manière, cette génération de prélats du milieu du xiiie siècle, à la fois bons théologiens et réformateurs actifs.

  • 63 S. 5, f.31v. Inversement, le sermon d’innocent III sur le thème Pastor bonus a été remanié par Hon (...)

37La promulgation concomitante des statuts permet d'observer en parallèle le fonctionnement des deux types de formation cléricale. Les sermons sont évidemment complémentaires par rapport aux statuts. Ils inculquent, à côté de la loi, l'esprit dans lequel il faut la comprendre. Et cet esprit est assez proche de celui qui inspire à la même époque les Mendiants : imitation du Christ, équilibre de l'action et de la contemplation, devoir du zèle charitable plus essentiel au ministère pastoral que ne l'est la science acquise dans les écoles. Il n'est pas surprenant, en ce sens, de voir un sermon de Pierre de Reims sur saint Dominique copié dans la série des vingt-et-un sermons réunis par Robert de Sorbon, pour servir de modèle à la prédication synodale63.

  • 64 Mss. Paris BN Lat. 15955, f. 306r-308r ; Lat. 16505, f. 157-159v ; Lat. 16482, f. 318r-v (reportat (...)

38Enfin, l'histoire du dossier même renvoie à nouveau au milieu scolaire parisien, et en particulier au collège de Sorbonne. Il était destiné, dans l'esprit de son fondateur, à devenir une pépinière de clercs séculiers savants engagés dans les tâches de prédication (entre autres, synodale). Guiard fut d'ailleurs un modèle pour Robert, qui s'inspira de son sermon sur le thème Ego sum pastor bonus pour une prédication faite en synode à Paris vers 126064.

  • 65 Cette figure fut d’abord esquissée dans la glose interlinéaire de Zacharie 11, 15 (Sume tibi vasa (...)

39Ainsi, les écoles de théologie ont joué un rôle déterminant dans l'activité pastorale, fournissant des hommes et des méthodes dont le succès est patent au xiiie siècle. Grâce à elles, les prédicateurs séculiers de la stature d'un Guiard de Laon n'ont pas démérité, après les cisterciens et aux côtés des Mendiants. Des modèles de sermons synodaux se sont aussi diffusés à partir de ces écoles, avec la garantie appréciable de l'efficacité didactique. On leur doit, entre autres, la construction progressive de l'image évocatrice du bon berger, qui porte besace, verge et bâton, tient en laisse son chien, sonne de la corne et joue du chalumeau65. Lieu de mémoire idéal où sont récapitulés les devoirs du pasteur, cette image n'échappe pas à l'écueil de la transformation rapide en stéréotype. A ce titre, elle caractérise aussi pleinement les discours des prédicateurs de la fin du siècle, moins inspirés que ne le fut Guiard par la conscience prophétique de l'Histoire, mais plus enclins que lui à appliquer massivement les recettes éprouvées du métier.

Notes

1 Humbert de Romans, De modo prompte cudendi sermones, l. ii, c.2, dans Maxima Bibliotheca Veterum Patrum, éd. Marguerin de la Bigne, t. xxv, 1677, p. 508-509. Les deux autres raisons invoquées sont qu'il faut signifier l'appartenance au diocèse, en percevant la redevance du cathedraticum, et corriger les clercs qui le méritent.

2 Les seuls textes conservés (capitula des évêques, lettres pastorales) adoptent un style proche de l'homélie ; ils firent probablement l'objet d’admonitions au synode avant d'être diffusés. Sur ces textes, voir R. Amiet, « Une admonition synodale de l'époque carolingienne. Etude critique et édition », Mediaeval Studies, 26 (1964), p. 12-82 ; G. Devailly, « La pastorale en Gaule au ixe s. », RHEF, 59 (1973), p. 23-54. Sur les débuts de l'institution synodale : Les statuts synodaux français du xiiie s., t. I, Les statuts de Paris et le synodal de l'Ouest (xiiie s.), éd. O. Pontal, Paris, B.N., 1971 ; t. iii, Les statuts synodaux angevins de la seconde moitié du xiiie s., éd. J. Avril, Paris, éd. du CTHS, 1988. Les collections de sermons de Césaire d'Arles contiennent aussi une Admonitio ad sacerdotes, initialement prévue pour des évêques (Césaire d'Arles. Sermons au peuple, éd. M.-J. Delage, Paris, Cerf, 1971 (sc 175), sermo I, p. 218-277).

3 En particulier chez Yves de Chartres. Selon l'une des trois admonitions prévues durant le synode, tous les prêtres ayant charge d'âmes sont associés au magistère doctrinal (Decretum, cap. Defestiuitatibus et ieiuniis, pl 161, col. 318-22). Déroulement du cérémonial selon Burchard : pl 140, col. 1061-1066.

4 Voir J.P. Bonnes, « Un des plus grands prédicateurs du xiie siècle : Geoffroy du Loroux dit Geoffroy Babion », Rev. Bénéd., 56 (1945-46), p. 174-215 ; G.-M. Oury, « Les sermons de G. Babion et la chrétienté bordelaise (1136-1158) », CCM, 22 (1979), p. 285-297 ; la contribution, dans ce volume, de J. H. Foulon.

5 Mss. Vat. Borgh. 51, sans doute de fin xiie s. (quatre sermons ; dans deux d'entre eux, la promulgation des statuts, dont le texte est reproduit, apparaît étroitement liée à l'admonition proprement dite, elle-même fondée sur un verset scripturaire ; J.-M. Martin et moi-même préparons l’édition de la collection) ; Pistoia, Arch. capitolare C-112 (schéma d'un sermon de l'évêque Graziado Berlinghieri en 1233) ; Firenze, Bibl. Laurenziana, Plut. 33 sin. 1 (quatre textes, au début de la collection des sermons de Federico Visconti, archevêque de Pise de 1254 à 1277 ; éd. en préparation à l'Ecole française de Rome).

6 Les sermons de Robert Grosseteste, conservés parmi ses Dicta, semblent correspondre à son activité d'archidiacre, sinon à un séjour plus hypothétique en France : cf. S.H. Thompson, The writings of R. Grosseteste, Bishop of Lincoln, Cambridge, 1940, et R.W. Southern, Robert Grosseteste : the Growth of an English Mind in Médiéval Europe, Oxford, Clarendon Press, 1986, p. 72-73.

7 En France, du moins, la masse documentaire se diversifie au xiiie siècle. Parmi les sermons de l'abbé de Saint-Bertin Jacques de Fumes (1230-1238), cinq textes s'apparentent, par leur thème et leur contenu, à une prédication synodale : ms. Saint-Omer BM 175, ff. 174-180. Sur ce manuscrit, voir G. de Martel, « La collection des sermons de Jacques de Fumes. Le sermon sur Ruth 1, 22 », Sacris Erudiri, 32 (1991), p. 343-391. L'abbé de cette puissante et riche abbaye du Nord de la France, qui bénéficiait de l'exemption, nommait certainement les desservants de nombreuses paroisses ; il se préoccupait donc aussi de les former par des sermons, semblables à ceux des évêques pendant les synodes.

8 Il s'agit sans doute d'un sermon synodal remanié pour donner aux lecteurs de son ouvrage un bref traité sur le ministère pastoral. La version latine, authentique mais inédite, est différente de la version française éditée par C.A. Robson. Sur la collection, voir en dernier lieu J. Longère, Les sermons latins de M. de Sully, évêque de Paris († 1196). Contribution à l'histoire de la tradition manuscrite, Dordrecht, Kluwer Academie Publishers, 1988 (Instrumenta Patristica, XVI). Le témoignage d'innocent III (lettre du 24 déc. 1201) est cité par V. Mortet, « Maurice de Sully, évêque de Paris (1160-1196). Etude sur l'administration épiscopale pendant la seconde moitié du xiie siècle », Mémoires de la Société de l'Histoire de Paris et de l'Ile de France, 16 (1889), p. 105-318 (p. 132).

9 Voir L. Duval-Arnould, « Trois sermons synodaux de la collection attribuée à Jean de la Rochelle », Archivum Franciscanum Historicum, 69 (1976), p. 336-400, et 70 (1977), p. 35-71. L'archevêque de Rouen semble avoir pris plus de soin à garder trace de ses visites que de ses sermons. Néammoins, il a fait état de sa prédication synodale, quelquefois confiée à un proche (en 1260, à frère Nicolas de Montebourg : ibid., p. 396).

10 Ms. Avranches BM 132, f. 4rb. et Troyes BM 1099, f. 166va (cf J.-B. Schneyer, Repertorium der Lateinisches Sermones des Mittelalters fiir die Zeit von 1150-1350, 11 vol., Münster-Westfalen, Aschendorff, 1969-1990 - désormais cité : RLS-, vol. iv, p. 841, no 318).

11 Ed. en préparation par J. Avril, qui remplacera celle de P.C. Boeren dans Revue de droit canonique, 3 (1953), p. 1-32, 131-158, 377-415 ; 4 (1954), 131-158. Celui-ci propose d'y voir la refonte du premier livre synodal du diocèse, publié par le prédécesseur de Guiard et aujourd'hui perdu. La datation est imprécise (dès 1238 ? avant 1244 ?). Sur le diocèse de Cambrai au temps de Guiard, très vaste et hétérogène (juxtaposition de terres de langue romane et thioise), voir E. Jarry, dans Catholicisme, 2 (1949), col.427-434 ; H. Platelle, dans P. Pierrard (sous la direction de), Le diocèse de Cambrai et de Lille, Paris, 1978 (Histoire des diocèses de France, 8) ; P.C. Boeren, La vie et les oeuvres de Guiard de Laon (vers 1170-1248), La Haye, 1956.

12 Liste des sermons synodaux, désormais cités d'après leur numéro d'ordre (les noms des auteurs que j’ai restitués sont entre crochets) : 1 (27r) : frère prêcheur anonyme, Tu vero vigila (autre version dans Paris BN Lat. 15034, f. 78v). 2 (29v) et 3 (30r) : maître Gautier de Château-Thierry (RLS, 2, p. 112, no 49 et 50). 4 (30v) : Eudes de Châteauroux, chancelier : Nec quisquam sibi sumit (non répertorié dans RLS, 4). 5 (31v) : [Pierre de Reims], Opus fac ewangeliste (sermon sur s. Dominique, non répertorié dans RLS, 4 ; voir Paris BN Lat. 12417, f. 58 et Lat. 3578, f. 129). 6 (32v) : anonyme, Qui bene presunt. 7 (33r) : [Philippe le Chancelier] (RLS, 4, p. 831, no 185). 8 (34r) : anonyme, In omnibus exhibeamus nos ut Dei ministres. 9-12 (f. 34v, 35v, 35v, 36v) : Guiard, évêque de Cambrai (RLS, 2, p. 281, no 397, 398, 399, 396). 13-15 (f. 38r, 38v, 39r) : Guillaume (d'Auvergne), évêque de Paris : Attendite vobis et universo gregi ; Convocatis lesu XII discipulis ; Quis mihi tribuat (non répertoriés dans RLS, 2). 16 (39v) : [Nicolas de Biart], prothème du sermon Vocale synodum (RLS, 4, p. 248, no 239). 17 (39v) : anonyme, Elegit Iudas sacerdotes. 18 (40r) : anonyme, Messis quidem multa. 19 (41r) : [Robert Grosseteste] (RLS, 5, p. 180, no 62 ; même texte ici que dans les Dicta : est-ce une reportation qui a circulé ?). 20 (42v) : anonyme (RLS, 2, s.v. Guiard, p. 281, no 395). 21 (46r) : anonyme, Det vobis omnibus Deus cor. Sept sermons synodaux sur vingt-et-un restent anonymes, dont le premier, dû à un frère prêcheur.

13 Sur les collections du temps et des fêtes, voir RLS, V, p. 230-312. Le manuscrit de Robert contenant les sermons ad status était mentionné avec les autres recueils dans le catalogue de la Sorbonne (éd. Delisle, Cabinet des manuscrits iii, p. 113 : « E.i.Sermones magistri Roberti de Sorbona de tempore, de festis et ad status »).

14 Guiard est, de l’avis de Robert, « un des plus grands clercs du monde » (ms. Paris, BN Lat. 15954, f. 430). Sur la grande réputation de Guiard en son temps, voir P.C. Boeren, La vie et les oeuvres de Guiard..., op. cit., p. 40 et 56-57.

15 « Et disperse sunt oves mee eo quod non esset pastor et facte sunt in devorationem omnium bestiarum, quod heu satis declaratum est hodie in Hungaria et Polonia judicia domini » (s.l, f. 29r). Synode de printemps : l'évangile lu la veille est celui du 2e dim. après Pâques, en Jean 10, sur le bon pasteur (f. 27r). Le sermon d'Eudes de Châteauroux (mort en 1273) peut aussi être daté de 1242 : « Confectum autem est corpus Christi quo pascitur populus christianus per manus sacerdotum non solum per xl annos sed etiam per mille et ducentos et xlii annos » (s.4, f. 31r).

16 Ms Paris BN lat. 15034, du fonds de S.-Victor (cf RLS, IX, p. 192-194). Le sermon abrégé (RLS, no 25), non rubriqué, est aux ff. 78va-80va, l'extrait de sermon (RLS, no 26) le suit aussitôt, aux ff. 80va-81rb. La date du second texte ne se laisse pas découvrir. Mais le manuscrit pourrait dépendre d'une tradition textuelle remontant encore à Robert de Sorbon : beaucoup de textes de ses sermons et de ses traités y sont copiés.

17 Il est attesté, à la même époque, à Paris (sermons de Hugues de Saint-Cher, Barthélémy de Tours, Nicolas de Biart). L'évêque d'Orléans Guillaume de Bussy (1237-58) a commandé un traité sur sa charge pastorale au franciscain Guibert de Tournai, qui lui explique, entre autres, ce qu’il doit dire au synode (éd. Marguerin de la Bigne, dans Maxima Bibliotheca..., op. cit., t. xxv, p. 401-420).

18 En particulier, à Aelred de Rievaulx : trois sermons synodaux connus (Sermones inediti, éd. C.H. Talbot, Rome, 1952, p. 150-161 ; Sermones I-XLVI, éd. G. Raciti, Brepols, 1989, p. 229-238 (Corpus Christianorum Continuatio Medievalis iia) : Sermo xxviii, donné à Troyes. Hélinand de Froidmont a prêché lors d'un synode à Toulouse en 1229 (B.M. Kienzle, « Deed and Word : Helinand's Toulouse Semions I », dans J. R. Sommerfledt (sous la direction de), Erudition al God's Service, Kalamazoo, Cistercian Publications, 1987 (Studies in Medieval Cistercian History, xi), p. 267-276. Sur le genre littéraire des sermons synodaux qui a pu être cultivé dans les milieux cisterciens : Dom J. Leclercq, « Les sermons synodaux attribués à saint Bernard », dans Recueil d’études sur saint Bernard et ses écrits, Rome, 1962 (Storia e Letteratura, 92), t. i, p. 113-131.

19 Ed. Boeren, Tit. xiii, p. 268-271. Guiard a pu aussi faire appel à d'autres prédicateurs, moines cisterciens, ou clercs séculiers (chanoines de son chapitre, comme Robert de Sorbon ?).

20 « Fratres karissimi, secundum quod dicit Apostolus : Eadem uobis scribere mihi quidem non pigrum, uobis autem necessarium, Phil. 3 (1), ita nec nobis pigrum debet esse predicare uobis de eadem materia de qua dominus et pater uester episcopus predicauit uobis supponendo omnia bona et sancta documenta que dix<it> » (s. 1, f. 27r). Le même prédicateur parle encore de sermons faits aux clercs du synode « par des frères et d’autres prêtres » (ibid.). Une accumulation analogue de sermons s'observe à Pise, au temps de F. Visconti.

21 La comparaison des deux versions du sermon du frère prêcheur anonyme montre la qualité du texte conservé par Pierre de Limoges. Dans la version abrégée, toutes les allusions à des faits précis et les développements directs à l'adresse de l'auditoire sont omis. Dans la version transmise par Pierre de Limoges, l'intervention du compilateur se limite à clarifier la présentation d'un texte long et consistant, en introduisant des sous-titres. Mais le style direct de l'orateur est respecté.

22 L'assiduité des clercs du diocèse d’Angers aux réunions de la Saint-Luc, à la fin du xiiie siècle, a pu être mise en évidence grâce à la liste des redevances versées à cette occasion (J. Avril, Les statuts synodaux angevins..., op. cit., p. 30-31).

23 « Omnes prelatos ecclesie maiores et medios et minores, episcopos, archidiaconos, abbates, decanos et presbyteros cure animarum obligatos et per consequens canonicos et omnes clericos » (s. 1, f. 27r).

24 Ibid., f. 28v.

25 Ceci est propre aux textes théoriques. Dans sa Somme à l'usage des frères prêcheurs, Humbert de Romans se propose de donner à ses lecteurs des réflexions sur leurs auditoires potentiels autant que des modèles de sermons. Quand il aborde le cas particulier des synodes (texte cité supra, n.l), il divise donc son chapitre en trois sections, qui concernent respectivement les simples clercs, les prêtres, et les clercs et prêtres qui ont charge d'âmes.

26 Statuts, tit. vi, éd. Boeren, p. 149. Dans un manuscrit cambrésien des Décrétales de Grégoire IX, une miniature, au début du livre v, montre un évêque examinant des clercs (Cambrai, B.M. 288-289, milieu xiiie s.).

27 Sur les examens des clercs, voir F.W. Oediger, Uber die Bildung der Geistlichen im späteren Mittelalter, Leiden, 1953, p. 86-94 ; P.C. Boeren, La vie et les oeuvres..., op. cit., p. 65. Humbert de Romans les évoque aussi sur un ton critique : « Notandum quod aliqui examinantes presentatum soient interdum inquirere utrum intelligat uel sciat loqui latinum uel exponere aliquam scripturam sibi ostensam, nihil querentes utrum sciat consulere in fore anime et consilia. Et iterum aliquis reputatur sufficiens quoad scienciam quia scit bene loqui latinum uel intelligere. Proh dolor nullus reputat aliquem sufficientem ad curam corporum propter huiusmodi intelligentiam nisi sciat de arte medicine, et ad curam animarum reputant huiusmodi litteraturam suffïcere sine peritia artis curandi animas... in examinatione igitur talium querendum est quoad scienciam de theologicis » (De modo prompte cudendi sermones, 1. u, c.41 : in solemni collatione cure parochialis, dans Maxima Bibliotheca... op. cit., xxv, p. 533-534).

28 Ou encore : Prelati/ Pilati ; speculator / spiculator (s.8, f. 34r).

29 « Hoc pronomen Ego uirtute demonstrationis significat rem discretam, presentem, sensui demonstrabilem, rationalem, de se loquentem » (Guiard, s. 9, f. 34v).

30 Le prêtre de paroisse est comparé au moyen terme du syllogisme : « Sit etiam medium silogisticum per quod maius de minori conferatur. Si enim medium universaliter subicitur maiori et minus medio, necesse est quod minus universaliter maiori subiciatur » (Guiard, s. 11, f. 36r). Ce que l'on doit entendre par la notion de « bonté », selon Augustin, inspire aussi à l'évêque la structure de la fin du s.9, f. 35r-v.

31 Distinctions sur les mots tabernaculum, mensa,et panis. Sur cette technique, voir R. et M. Rouse, « Biblical distinctiones in the 13“Century », Archives d'Histoire litt. et doctr. du M.A., 1974 (1975), p. 27-37 ; L.-J. Bataillon, « De la lectio à la praedicatio. Commentaires bibliques et sermons au xiiie siècle », Revue des Sciences philosophiques et théologiques, 70 (1986), p. 559-575.

32 « In omnibus labora... manus tua, non tantum lingua tua uel manus capellani uel vicarii qui non accipiet premium tuum uel portabit penam tuam in iudicio » (s.l, f. 27v).

33 Humbert de Romans déplore la rareté de ces sermons (De modo prompte cudendi sermones, 1. ii, c.49 : In solemnis ordinibus, op. cit., p. 538).

34 Guiard, s. 10, f. 35 v (Etienne Tempier, en 1273 à Paris, tient des propos analogues : ms. Paris BN Lat. 16481, f. 214rb-216rb). Guiard considère que tous les clercs sont comme des évêques, sur la foi des propos de saint Paul en Actes xx : « quia eadem debet esse intentio utrorumque... conjunctus est enim gradus et pene simillimus ». (s. 12, f. 36v).

35 Cette variété se constate aussi pour la prédication de grandes fêtes comme Noël, Pâques et Pentecôte.

36 Le recours à ce thème ne paraît pas signaler des sermons prononcés dans tous les cas au synode de printemps, où est lu cet évangile. Le texte de Luc 10, 1-9 (Designauit), prévu pour le synode d'automne, n'est presque jamais utilisé dans les sermons, peut-être parce qu'il convient mieux à la description de la pastorale itinérante des frères Mendiants. Guibert de Tournai, cependant, mentionne ce thème à l'évêque d'Orléans, pour le troisième jour de réunion synodale (les autres thèmes sont Ego sum pastor bonus ou Pastores ovium (Gn 49) pour le premier jour ; Vos estis sal terre (Mt 5) ou Estote miséricordes (Lc 6) pour le second jour (Tractatus de officio episcopi, ch. 8 à 10, éd. Maxima Bibliotheca..., op. cit., xxv, p. 401-420).

37 Le sermon du frère prêcheur anonyme est bâti sur ce thème, aussi proposé par Humbert de Romans dans son chapitre sur les sermons synodaux. Sur le caractère « vague et ambigu » du motprelatus dans les sermons, cf. J. Longère, Oeuvres oratoires de maîtres parisiens au xiie siècle. Etude littéraire et doctrinale, Paris, Etudes Augustiniennes, 1975, I, p. 371. Il faut sans doute distinguer l'approche des canonistes de celle des théologiens. Pour les premiers, prelatus désignerait tout clerc exerçant une responsabilité officielle sur d'autres clercs (ce que laisse entendre Rufin), voire un clerc exerçant son autorité sur un territoire ou sur une communauté (cf Guillaume de Saint-Amour, cité par Y. Congar, « Aspects ecclésiologiques de la querelle entre Mendiants et séculiers dans la seconde moitié du xiiie s. et au début du xive s. », Archives d'Hist. doctrinale et litt. du MA, 28 (1961-62), p. 35-151, aux p. 55-56). Pour les seconds, prélats et prêtres sont souvent confondus dans la catégorie indéterminée des pasteurs.

38 Seule exception, l'extrait de sermon dû à un frère prêcheur anonyme dans Paris BN Lat. 15034, f. 80va, est sur le thème Tabernaculum factum est (Hb 1, 2).

39 S. l, f. 28r : « quod uobis aperte est ostensum in quaterno synodali quem de manu domini episcopi accipitis, quod scire et facere deberetis et multo majora ».

40 Cf. par exemple, sermon 6, f. 32v : "Predicate ewangelium omni creature. Modo pululant quedam hereses, maxime in Teutonia, ubi nuper C.33 heretici combusti, multi conversi, qui corde et corde loquti sunt duo potestates principia, a quibus, si queratur : « Credis quod Deus te fecit ? » respondent : « Ita ». Intelligunt de anima et non de corpore. Si queratur : « Fecit Deus terrain ? » Dicunt :« Etiam », et intelligunt de terra viventium. Si queratur de matrimonio, dicunt : « Ita », sed intelligunt de spirituali, et ita vix aut numquam potest percipi ».

41 Ce schéma des quinque verba, inventé peu de temps auparavant par Jourdain de Saxe selon Hugues de S.-Cher (Postilles sur I Cor 14, 19), commence ainsi une brillante carrière. Sur le succès de ces quinque verba, voir L. Boyle, A Study on the Works attributed to William of Pagula with special references to the Oculus Sacerdotis and Summa Summarum, 2 vol., Oxford, Ph. D. (unpublished), 1956 ; H. Martin, Le métier de prédicateur en France septentrionale (1350-1520), Paris, Cerf, 1988, p. 295-420.

42 Il faut faire bon accueil aux frères mendiants et inviter des hommes compétents à parler de la foi, pour lutter contre le danger d'hérésie (éd. Boeren, tit. xiii, p. 268 et 273).

43 Autre indice convergent : avant la réunion du 2e concile de Lyon (1274), Humbert de Romans préconisera de faire un opuscule pour les clercs qui ont des responsabilités pastorales, mais qui ne connaissent pas l'Ecriture : cf. H. Wolter et H. Holstein, Lyon I et Lyon II, Paris, éd. de l'Orante, 1966 (Hist. des Conciles Oecuméniques, 7), p. 274.

44 Le pasteur a comme modèle Rachel, figure classique de la vie contemplative : Guiard, s. 10, f. 35v.

45 Recommandation fréquente, semble-t-il, dans la formation cléricale. L'un des traits de la sainteté de Thomas de Biville, curé normand du xiiie s, est sa fréquentation intense des églises, où il fait même des séjours nocturnes (L. de Pontaumont, La vie du bienheureux Thomas Hélie de Biville, Cherbourg, 1868, p. 30).

46 J. Duhr, « Communion fréquente », D.Sp., 2, 1953, col. 1263-1265. Guiard a aussi écrit un traité sur les douze fruits de l'eucharistie.

47 Dans l’énumération des sacrements, l’extrême-onction est omise (sermon 1, f. 28r).

48 « Exemplum de begina que uenit Parisius emere Summam de uiciis et uirtutibus, que cum moraretur in quadam ciuitate ad quam sepe ueniebant presbiteri subditi illi ciuitati, accomodebat eis per quaternos huiusmodi summam, primo querendo si erant ociosi quando missam celebrauerant, ita quod per totam regionem illam multiplicauit eam » (Sermon synodal Ego sum pastor bonus, Paris BN Lat. 15955, f. 307va-vb). Sur la Summa de Guillaume Peyraut (de vitiis : v. 1236 ; de virtutibus : av. 1248), cf. A. Dondaine, « Guillaume Peyraut. Vie et oeuvres », Archivum Fratrum Praedicatorum, 18 (1948), p. 162-236.

49 Dans son chapitre sur les sermons synodaux, Humbert récapitule le développement sur les prêtres par le vers : « Sacra docens, sacra dans et dux sacer esto sacerdos » (De modo prompte cudendi..., op. cit., p. 508).

50 Important développement sur ce thème dans le sermon d'Eudes de Châteauroux (s.4, f. 31r), dont on ne sait où il fut prononcé.

51 « Nutrix frangit linguam ut melius intelligatur a paruulis quia ut dicit leronimus : Balbus balbum melius intelligit » (s.9, f. 35r). Même recommandation chez Aelred de Rievaulx : « Debet propter audientium qualitatem suum temperare sermonem, et infirmis intellectibus compatiendo, materno quodam affectu, ut ita dicam, balbutiendo, ad infantilia verba descendere » (PL 195, col. 290).

52 Le mot curatus apparaît déjà dans quelques rares textes de la fin du xiie s. (cf dom J. Becquet, « La paroisse en France aux xie et xiie siècles », dans Le istituzioni ecclesiastiche delta « societas christiana » dei secoli xi e xii  : diocesi, pievi e parrocchie (La Mendola viii, 1974), Milan, 1977, p. 108, n. 87). Dans le long sermon 1 de notre série, il est utilisé quatre fois (f. 28r : « apostolus ad omnes curatos » ; « episcopi, archidiaconi, decani, abbates, curatos » ; f. 28v : « in verbis ad curatos bonos » ; f. 29r : « curatos presentant »). Etienne Tempier y consacre tout un développement dans son sermon synodal de 1273 à Paris : « Datur sacerdotibus potestas curandi et officium, scilicet a morbo peccati, et non solum dat nobis potestatem et officium, sed cum hoc nobis promittit, si bene hoc egerimus, magnum premium et salarium. Unde propter hoc dicuntur sacerdotes et prelati qui curam habent curati, quia curam subditorum debent gerere et habere » (Paris BN Lat. 16481, f. 215ra).

53 Cette remarque ne préjuge pas de la culture scientifique qui nourrit les propos de Guiard. On trouve divers parallèles possibles dans le De proprietatibus rerum de Barthélémy l'Anglais (ed. J. Long, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1979, p. 34-37 et p. 90), ou chez Rhazès à propos de la chaleur naturelle du coeur (« Cor fecit Deus ut esset fons et origo caloris naturalis », cité par Vincent de Beauvais, Speculum naturale xxviii, 60, Douai, 1624, col. 2032). Guiard suit Aristote au sujet de la primauté du coeur sur les autres membres du corps (cf Albert le Grand, Quaestiones de animalibus xiii, 7, Opera, t. xii, Münster, 1955, p. 242). Mais dans ce sermon, il ne développe jamais ses affirmations en matière d'anatomie et de physiologie, ce qui rend difficile toute identification précise de ses sources.

54 Selon la complainte funèbre qui fit son éloge, Guiard était « corde magnus et parvus corpore » (P.C. Boeren, La vie et les oeuvres..., op. cit., p. 345-347). Dans ce sermon 11, il déclare : « Ignis enim parvus calefacit minus in domo magna quam in parva. Sic et humilie quasi plenus igne gratie plus audet et presumit in Domino ».

55 P. Bersuire la reprendra dans le Reductorium morale, 1. ii, cap. xxiii (éd. J. Kerberg, Anvers, 1609, p. 389) à propos du prélat : cf. D. Hue, « Propos cordiaux : le coeur dans les textes dialogués », colloque du CUERMA sur le coeur, Aix-en-Provence (à paraître).

56 Les « nepotuli » des évêques sont déjà vivement dénoncés par saint Bernard, puis dans les sermons ad status de Jacques de Vitry (« nepotulus, vel potius merdaculus », appuyé par l'exemplum du sermon 1 ad prelatos et sacerdotes, Paris BN Lat. 3284, f. 3va, au f. 5v : « Audivi quod quidam de huiusmodi pueris postquam a quodam episcopo avunculo suo in stallo locum archidiaconi accepit, sedem suam fedavit sicut gremium nutricis sue consueverit fedare »).

57 Sermon 1, f. 27r-v. Guiard, présent au premier concile de Lyon (1245), se faisait fort d'y démontrer que le pape lui-même pouvait être simoniaque (P.C. Boeren, La vie et les oeuvres..., op. cit., p. 63).

58 « A Domino in gratia Dei debet quilibet in omni beneficio ecclesiastico institui, et hoc bene insinuant nostri prelati in suo modo scribendi cum scribunt « Dei gratia », cum uerius multi deberent scribere « dei patientia uel sufferentia », uel dicamus « Dei gratia sufferente, non operante uel cooperante » (Sermon anonyme, Paris BN Lat. 15963, f. 82vb).

59 Ebriété : « in multis magistris et prelatis qui post crapulam et ebrietatem subito morientes scandalum et infamiam Ecclesie reliquerunt, ita ut alicubi quasi in proveibium vulgi dicatur : « Mors intestata, mors clericorum » (s. 1, f. 29v). Fornication et sodomie :« Legitur I Reg. 2 quod Oza sacerdos tangens arcam Domini ut eam sustentaret ne caderet de plaustro, subito est interfectus, et dicunt Ebrei quod nocte precedenti cognoverit uxorem suam legittimam sine omni peccato, videlicet solvens debitum vel spe prolis. Et si credendum est Oza sacerdotem Domini suam cognovisse, quid ergo meretur qui de fornicatione vel aliquo turpi vicio veniens audet missam celebrare ? [...] Naturali pena cruciandus est qui vicio turpiori et detestabiliori denigratus ipsum corpus <Domini> tenere et tractare presumit. Frater Henricus Teutonicus, vir magne religionis et sciencie eminentis de ordine predicatorum, fuit in duabus ecclesiis quarum una est in Teutonia, altera in Alemannia, in quibus <cum> duo sacerdotes ad altare osculandum in principio misse vellent accedere, post tergum corruentes morte subitanea sunt occisi, sicut ab hiis qui presentes intererant intellexit [...] Si sic cavendum est a peccato carnis vel naturali, quanta diligentia, quanta cura cavendum est ab illo horribili et fedissimo peccato contra naturam. Heu, igne et sulphure sodomorum respersit hodie Dominus magnam partem clericorum, nec iam sunt Christi bonus odor sed dyaboli infemalis fetor » (Guiard, s. 12, f. 37r).

60 « Exemplum de sacerdote quem suspendit episcopus Guido a beneficio eo quod ludebat cum talis quando fiebat officium in parochia sua, et quando predicabatur ibi recedebat ab ecclesia » (sermon synodal, Paris BN Lat. 15955, f. 307rb).

61 S. 1, f. 29v, et s. 12 (Guiard), f. 38r (dans les deux cas, à la fin du sermon). Guiard brandit aussi des menaces de punition plus immédiate à propos des péchés sexuels contre nature, en invoquant l'autorité du pénitentiel de Basile de Césarée, qu'il connaît sans doute par Burchard de Worms, Decretum xvii, 35 (PL 140, 925D) : « publice verberetur et coronam amittat, decaluatusque turpiter sputis obliviatur in facie, uinculisque artatus ferreis VII mensibus carcerali angustia maceretur et triduo per ebdomadas singulas aqua et pane ordeaceo ad uesperam reficiatur » (s. 12, f. 37r).

62 Ces questions structurent le commentaire de l'évangile de Jean sur le bon pasteur. De son côté, Humbert de Romans suggère d'enseigner aux prêtres des « règles » en 20, 15 ou 10 articles, inspirées de 1 Tim, 1 Tit, et du Liber pastoralis de Grégoire, à la fin de son chapitre sur les assemblées de prêtres réunies par les archidiacres et les archiprêtres (De modo prompte cudendi sermones, 1. ii, c.3, dans Maxima Bibliotheca..., op. cit., xxv, p. 508-509).

63 S. 5, f.31v. Inversement, le sermon d’innocent III sur le thème Pastor bonus a été remanié par Honorius III à l'intention des frères prêcheurs, dans un sens plus spirituel. Il s'agit d'imiter le Christ, plutôt que d'accomplir les obligations du ministère pastoral (J.M. Powell, « Pastor bonus : Some Evidence of Honorius III's Use of the Sermons of Pope Innocent III », Speculum, 52 (1977), p. 522-537).

64 Mss. Paris BN Lat. 15955, f. 306r-308r ; Lat. 16505, f. 157-159v ; Lat. 16482, f. 318r-v (reportation de Pierre de Limoges). Cf RLS, 5, p. 228, no 50.

65 Cette figure fut d’abord esquissée dans la glose interlinéaire de Zacharie 11, 15 (Sume tibi vasa pastoris) : « peram, baculum, fistulam, sibilum ». Philippe le Chancelier (sermon 7, f. 33v-34r) l'a développée en ajoutant le chien, et en associant la citation de Zacharie à celle de I Thess. 5, 14, pour enseigner l’équilibre entre consolation et correction des pécheurs. L'image et son interprétation se sont fixées dans la deuxième moitié du siècle : « Pastor bonus bene habens instrumenta pastoris : panem in pera, canem in fune, baculum in uirgam et cornu et fistulam, panem ad reficiendum, canem ad arcendos lupos, baculum ad sustinendum, uirgam ad corrigendum, cornu ad deterrendum, fistulam ad demulcendum »(sermon anonyme, Paris BN Lat. 15963, f. 71v). Un texte anonyme un peu plus tardif la donne dans une formulation macaronique : « Tria sunt uel quatuor quod debet habere bonus pastor, li bons bergiers... son fretel ou chalouel uel muse ad que uocat oues suas... baculum suum, scilicet sa creinthe a qu'il rapelle oues quando disperse sunt... tertio sa pannetiere... ubi ponit panem suum et casuum suum... quarto canem quem tenet ligatum in manu per funo quodam... item bonus pastor habet une petite fainete uel forchete a II fachons de ferro par anson aquel accipit terram et chieve quia quando uidet quod oves sue intrant in alios segetes uel campos prohicit terram super has oues et so lo fainete et sic eas reuocat » (Paris BN Lat. 16510, f. 304r : sermo ad curatos).

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540