Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Clercs et religieux d'après les comptabilités de deux maisons hospitalières

Sainte-Croix d'Orléans et Saint-Gervais de Soissons au xve siècle

Annie Saunier

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été réalisé à partir des sources comptables de Saint-Gervais de Soissons. Registres en (...)

1Les Maisons-Dieu dépendantes des chapitres cathédraux d'Orléans et de Soissons nous ont fait parvenir différents éléments de leurs comptabilités annuelles, sous forme de registres, généralement bien tenus et présentant parfois des séries relativement importantes1. Pour une période identique, entre 1412 et la fin du xve siècle (1483 à Orléans, 1488 à Soissons), les deux maisons nous livrent 23 années comptables pour Sainte-Croix, 30 pour Saint-Gervais. Les diverses rubriques de recettes et de dépenses évoquent ou citent plus ou moins longuement des membres du personnel ou de généreux bienfaiteurs ecclésiastiques. Nous rencontrons ainsi le maître, bien sûr, lequel rédige le compte et se présente plus ou moins précisément en tête des registres, mais aussi les chanoines et les autres clercs de la ville ou des environs qui interviennent dans la part des recettes, sous forme de donateurs ou de testateurs. Aux dépenses se trouvent mentionnés les salaires et frais engagés pour le recrutement des chapelains, la vêture et le « chaussement » des soeurs, les soins lors des maladies et les coûts d'inhumation du maître et des soeurs. Parfois se trouve notée la réception de nouvelles soeurs, accompagnée d'un « don » versé par un parent ou allié. Leurs activités apparaissent, certes de manière irrégulière, dans les charges qu'elles occupent, les déplacements ou missions qu'elles effectuent.

2Ces divers éléments nous permettent de tenter de brosser un tableau de ce personnel religieux dont l'existence, directement active dans la maison hospitalière, ou l'intérêt manifesté envers l'établissement et sa fonction d'accueil forment le trait commun essentiel.

3Le Maître retiendra d'abord notre attention. Son nom apparaît en tête des comptes qu'il tient et, de son habileté et de sa rigueur dans son travail de gestion dépendent la bonne marche de l'établissement et les informations que le document comptable nous livre. Cinq sont connus pour Saint-Gervais, sept pour Sainte-Croix, dont deux remplaçants, un dans chaque maison. Leur statut religieux est certainement celui de prêtre. Trois le déclarent expressément, un autre se dit « chapelain ». L'un des trois prêtres est également chanoine de la cathédrale dont dépend la maison. Jacques Bonat, « prêtre chanoine de Soissons, commis par Messeigneurs du chapitre le 9 février 1427 » à la direction de Saint-Gervais se retrouve trésorier de la cathédrale et exécuteur testamentaire de l'évêque Me Robert de Fontaines chargé de remettre un legs important à la Maison-Dieu en 1450-51. Pour deux d’entre eux à Soissons, nous savons expressément qu'ils sont « commis par le chapitre » (Jacques Bonat, 9 février 1427 et Jean Ferne, Saint-Martin 1479). Aucune précision n'est fournie pour les autres maîtres de Soissons, ni à Orléans où toutefois l'un d'eux, Jean Godefroy, est institué à la Saint-Jean 1421, sans que les responsables de son institution soient désignés. Leur formation, autre que religieuse, ressort du monde universitaire, ce qui n'a rien d'étonnant. Deux d'entre eux à Orléans stipulent leurs titres de licencié en décret (Robert Allait, 1500-1501) et de bachelier en la même discipline (Pierre Bignon, 1419-1420). Nous ne connaissons pas les titres des autres, ni par contre-coup leur formation. Ces deux « gradués » correspondent-ils à des exceptions dans le monde des administrateurs, ou ce point n'intéresse-t-il pas le maître qui ne juge pas utile en temps normal de le préciser ?

  • 2 Pierre Bignon, compte de 1412-13.

4La fonction du maître consiste à administrer, gérer les biens de la maison. Chargé du contrôle des recettes et des dépenses, il rend ses comptes chaque année, normalement devant le chapitre et en présence du personnel. Robert Allait (de 1482 à 1501) se déclare « maistre et administrateur » de Sainte-Croix d'Orléans. Lors de la reddition annuelle du compte, se déroule une festivité associant le personnel et les malades. Ce jour, le maître « doit la pitance quand il rend son compte tant aux malades comme au couvent ».2 La durée de leur fonction, variable, semble n'être remise en cause que par un état de santé chancelant, la mort bien sûr, et peut-être aussi des démissions, mais il est difficile de les connaître. Seuls les comptes permettent d'établir une chronologie des maîtres et de la durée de leur gestion et, ici, les lacunes des séries nous privent de beaucoup de certitudes. Ainsi à Soissons, Jacques Bonat 1427-28) (et Pierre Auville (1441-42) n'apparaissent pour nous qu'un an mais Bonat est toujours vivant et chargé d'une fonction bien plus importante et prestigieuse quelques vingt-cinq années plus tard. Par contre, frère Martin d'Orgent tient trois années comptables (1412 à 1415), Adam Foussery qui remplace Auville au cours de l'année 1441-42, est encore là en 1445, et Jean Ferne commis à la Saint-Martin 1479 tient toujours les comptes en 1488. A Orléans, la même irrégularité existe pour les mêmes causes. Si Louis Bourgeois « chargé des recettes et dépenses pour occasion de la maladie du maître » n'apparaît qu'au cours de l'année 1419-20, si Etienne Boyvin tient le compte de 1469-70 et si nous ne connaissons Phelippe Petit que par son enterrement inscrit au compte 1482-83 par son successeur, par contre quelques individualités suivent une carrière plus complexe, car mieux connue. Pierre Bignon tient les comptes de 1412-13 à 1419-20. Sans doute démissionnaire à la suite d'une forte maladie, il n'est que « frère et chappelain » en 1422-23 mais redevient maître en 1433-34, remplaçant le maître décédé dont le nom n'est pas connu, son remplaçant de 1419-20 peut-être. Jean Godefroy, institué à la Saint-Jean 1421, meurt en charge début septembre 1433, après 22 ans de carrière à la tête de Sainte-Croix. Pierre Pourceau tient les rênes de 1443-44 à 1464-65 au moins. Enfin frère Robert Allait rend les comptes en 1482-83, au décès du maître précédent, et poursuit cette fonction en 1500-1501.

  • 3 Frais de funérailles portés au compte de Robert Allait, 1482-

5Le maître jouit de beaucoup de respect de la part du personnel et sans doute aussi des malades. Lors du décès d'un maître, la cérémonie des funérailles semble relativement importante et onéreuse, comparée à celle d'un simple frère. Le compte de Robert Allait pour 1482-83 permet une approche de ce point. L'ancien maître Phelippe Petit vient de mourir. Allait procède à un inventaire des biens et ressources de la maison, sans doute pour suppléer à l'absence de documents comptables à jour, et en porte le bilan dans les recettes. Aux dépenses, il déclare par le menu les frais de la cérémonie des funérailles. Or, presqu'au même moment, un frère qui a assisté le défunt lors de son agonie meurt également et, très scrupuleusement, Allait mentionne aussi les frais engagés. Si les rubriques sont pratiquement identiques, les montants ainsi que certains détails traduisent bien la hiérarchie qui règne au sein de ce petit groupe d'hommes et la place prééminente occupée par le maître face à deux ou trois frères3.

6Aux côtés du maître, un petit groupe d'hommes d'église joue un rôle d'assistance à la gestion et aux soins spirituels. Si les frères sont généralement peu nombreux (autour de deux) et très mal connus car les comptes ne les mentionnent qu'en passant, par contre les chapelains dont le recrutement se révèle parfois difficile et nécessite des frais assez conséquents retiennent davantage la plume du maître et par contre-coup notre attention.

  • 4 En 1500-1501 : deux chapelains : un religieux et un homme d'église.
  • 5 1482-83, somme de 48 lb. 4 s. 9 d.p. répartie entre neuf chapelains. L'un sert un an, les autres qu (...)

7Ce sont bien évidemment des prêtres, gagés par l'établissement pour y assurer les soins spirituels des malades et du couvent. En 1510-11, à Orléans, une définition précise de leur fonction est donnée, tardivement pour nous, par le compte à la rubrique dépenses : « pour les gaiges des chappellains religieux tant à célébrer messe, à faire ledit service ordinaire que à confesser et administrer les povres, paié en ceste présente année paié (sic) vingt-quatre livres parisis, pour ce XXIV lb. ». Leur nombre normal à Orléans semble être de deux ou trois. Parmi eux se trouvent des « religieux », appartenant aux ordres mendiants, et des hommes d’église séculiers4. C'est un chapelain, Louis Bourgeois, rétribué 4 lb. 8 s. en 1413-14, qui est amené à remplacer le maître malade en 1419-20 et jusqu'au 6 octobre 1421 au moins, d'après les comptes. Parfois le recrutement se fait difficile en raison d'une forte mortalité qui emporte les chapelains en service et semble aussi décourager les vocations. En 1433-34, il n'y a aucun chapelain résident à Sainte-Croix pour cause de mortalité ! Par contre, en 1482-83, la liste des chapelains rétribués est fort longue car la vague d'épidémie les emporte en quelques mois, voire en quelques semaines, ce qui oblige à renouveler fréquemment leur groupe5.

8Si Sainte-Croix d'Orléans fait ainsi appel à des chapelains avec régularité, il n'en est pas de même à Saint-Gervais de Soissons où le « curé des Fonts », Guillaume Tartins, rend les divers services religieux de 1473-74 à 1482. Avant 1473, aucune indication ne permet de connaître la situation de la maison en ce domaine.

9La communauté hospitalière est également formée de soeurs. Elles semblent bien plus ressortir du monde séculier que du milieu régulier. D'abord, la règle de Saint-Augustin qu'elles suivent toutes, avec quelques variantes locales, n'est qu'un simple mode de vie chrétienne dans un cadre communautaire mais en aucun cas une véritable règle monastique. De fait, la clôture est inexistante pour ces femmes en constant contact avec les malades, les hospitalisés et leurs familles. De plus, hors de leurs attributions proprement hospitalières, elles effectuent des travaux agricoles dans les fermes des maisons, selon les nécessités du calendrier et des récoltes, participent à des « voyages » ou missions à but financier, économique ou judiciaire, pour récupérer des biens dûs à l'établissement, se faire remettre des titres ou actes officiels, aller acheter les produits et matériaux dans des foires ou encore circuler en ville pour y assister malades et mourants.

  • 6 Compte de 1471-72 : don « pour les cincq religieuses receu 60 s., pour chacune 12 s. ».
  • 7 Comptes 1449-50 : Catherine de Wadencourt ; 1450-51 : Peronne Martequine ; 1471-72 : Marie La Châte (...)

10La communauté de Saint-Gervais comprend, selon les dates, entre 3 et 7 soeurs, avec généralement un noyau de 5 ou 6. Aucune liste exhaustive n'est donnée mais les rubriques de distribution de vêtements et chaussures fournissent des noms et parfois la répartition d'un don permet de préciser l'effectif6. Peut-être un relatif amoindrissement de cet effectif peut-il être noté après 1475. Avant cette date, les comptes donnent des listes, mais rien ne permet d'affirmer qu'elles soient complètes, de 5 à 7 noms. Après 1475, les listes s'amoindrissent à 1 ou 3 noms et, quand un décès intervient, le remplacement semble rapide, voire immédiat. Ainsi, en 1485-86, 3 soeurs sont présentes ainsi qu'une novice. En 1486-87, l'une des professes meurt. En 1487-88, la novice est « vêtue ». Cette petite communauté féminine se renouvelle irrégulièrement. La réception d'une soeur se pratique sur « ordonnance du chapitre » et s’accompagne d'une petite fête ainsi que d'une donation, assez légère du reste, à la maison d'accueil, effectuée par un parent proche ou allié de la postulante. En 1450, lors de la fête du dimanche après la Chandeleur, Catherine de Wadencourt est reçue. Elle fait un don de 8 lb. à la maison. C'est le tour de Peronne Martequine le vendredi devant la Notre-Dame de septembre en 1450, puis de Marie La Châte le mardi avant la Saint-Jean-Baptiste 14727. En 1479-80, Thomas Ersin verse 8 lb. à Saint-Gervais pour la réception de sa mère Marie Couarde le 28 novembre 79 alors que Jeanne Cholarde est reçue le 16 mai 80. Enfin, en 1487-88 se déroule la cérémonie de vêture de Jeanne Laville, déjà novice dans la maison depuis deux ans.

11L'espérance de vie, ou du moins de résidence, ne peut pas être mise en évidence pour toutes. Sur trois quarts de siècle, 28 noms de soeurs peuvent être relevés avec cependant quelques problèmes d'identification. A trois reprises (1412-13, 1469-70 et 1474-75), la supérieure n'est désignée que par un « Madame », certes fort respectueux mais bien peu éclairant. Il s'agit sans doute, vu les dates, de deux, voire de trois femmes différentes et rien ne nous permet de savoir si l'une des religieuses connues auparavant a pu accéder à cette fonction.

  • 8 1412-13 : Aderon ; 1427 à à 1451 : Adée la Héluys ou de Héluys ou seur Adée.

12Douze d’entre elles ne sont présentes que sur un ou deux comptes mais les lacunes ne permettent pas de dire s'il s'agit de véritables météores ou si de fait elles perdurent avant ou après le compte où leur nom nous apparaît. Certaines dont la nomination est répétée sur plusieurs années montrent une longévité intéressante, voire remarquable, et nous permettent de suivre certaines étapes de leur carrière. De subtiles variations dans leur appellation révèlent un vieillissement et la part de respectabilité de plus en plus forte acquise au fil des ans. Si, en 1411-12, un certain « Pierre Lemes demourant à Coucy » verse « pour les despens de sa fille depuis la Saint-Andrieu jusques à Pasques flories » 32 s.p., nous trouvons Jacquette Lemés, sans doute cette jeune fille, soeur en 1412-13, puis « réfectorière » en 1414-15. Quelques douze ans plus tard, sous l'appellation de Jacqueline de Meiz ou Le Meiz, ou Lemes, elle achète huile et chandelles pour la maison en 1427-28. Présente en 1443-44, elle meurt le mardi avant la Translation Saint-Martin de 1448 et est inhumée sous le nom de « seur Jaques Lemes », avec sans doute alors la fonction de supérieure. Cette longue présence dans la maison sur 37 années ne permet malheureusement pas de connaître son âge au décès, ni celui de la jeune fille à son arrivée en 1411. Une seule possède la même longévité : Aderon ou Adée la Héluys, présente dès 1412 et pendant 39 ans8. Fort active en 1450, elle voyage pour récupérer des fonds dûs à la maison. Peronne Martequine, admise en 1450-51, reste au moins 28 ans, présente de 1458 à 1465, puis en 1469-70, 1473-74 et de 1479 à 1488. Supérieure de la communauté en 1479, elle est malade en 1481-82, puis reçoit une aumône des mains d'un mourant dans la rue Saint-Martin de Soissons en 1483-84.

13Cinq autres résident autour de dix ans dans la maison : Jeanne de Tartiers (1441-44 et 1448 à 1451), Richelette La Vimonde (1441 à 1444, 1447 à 1451, époque où « elle tient les comptes pour les dames, mesnies et malades », elle-même malade en 1447-48), Jeanne La Thierry (1441-44 et 1448 à 1451), Nicole Le Comte (1465-66,1467-68,1469,1470 et 1473 à 1476 où elle tient le compte) et Guiote ou Guye Vatine (1463 à 1466,1467-68,1469-70,1471-72 et 1473-74) qui tient le compte au moins quatre de ces années (1463-64,1469-70,1471-72 et 1473-74). Catherine de Wadencourt, reçue en 1449-50, sert au moins 19 ans. Présente en 1464-65, elle a le titre de supérieure, ainsi qu'en 1467-68. Elle est peut-être encore la supérieure anonyme de 1469-70.

14Enfin certaines ne restent, selon nos informations bien incomplètes, que moins de dix ans, entre huit et trois. Jeanne La Cholarde est présente de 1479 à 1487, bien que reçue seulement le 16 mai 1480. Marie Couarde ou Accouarde, la seule pour laquelle nous ayons plus de certitudes, est reçue le 28 novembre 1479. Déjà âgée et sans doute veuve en secondes ou troisièmes noces, c'est son fils Thomas Ersin qui verse le « don » de 8 livres. Malade et visitée par un médecin en 1481-82, elle se rétablit mais meurt en 1486-87 où ses frais d'inhumation sont portés au compte. Marie Damont exerce cinq ans (1465-66,1467-68 et 1469-70). Margot, cousine de Jeanne de Tartiers, est mentionnée de 1448 à 1451. Enfin Jeanne de la Ville, postulante en 1485-86, reçoit la « vêture » officielle en 1487-88.

  • 9 Billy-sur-Aisne se trouve à 4 ou 5 kms au sud-est de Soissons.
  • 10 « Laquelle s’est rendue à l'Ostel-Dieu et a fait ceste année an de probation et les voeux de religi (...)

15Le niveau social du recrutement de ces soeurs est fort difficile à cerner. La seule sur laquelle quelques lumières peuvent être faites, Marie Couarde, possède un fils (son fils unique survivant ?) à Billy-sur-Aisne9 et le compte de 1480-81 signale dans le même lieu un certain Simon Couard, tonnelier dont les liens de parenté avec Marie ne sont pas précisés. Jeanne de la Ville, reçue religieuse après deux années de probation, exerce à son arrivée en 1485-88 des activités rurales dans la ferme de la maison, dite « la cense », peut-être par obéissance et humilité, mais sans doute aussi car elle en possède les compétences et la force physique10.

  • 11 Richelette la Vimonde 1446-47 et 1448 à 1451 ; Guye Vatine 1463 à 1468, 1469-70, 1471-72 ; Nicole L (...)
  • 12 La Fère, à environ 40 kms au nord de Soissons.
  • 13 Acy, 7 à 8 kms au sud-est de Soissons.
  • 14 Pour Vaulserée, deux possibilités : Vaurexis à 5 ou 6 kms au nord-ouest de Soissons ou plutôt Vauxc (...)

16Trois d'entre elles sont parfaitement capables de tenir des comptes sur un total de 14 années attestées11 et sans doute 4 complémentaires, intermédiaires à celles connues. Elles savent donc lire, écrire et compter. Cette situation ne semble dans aucun des trois cas exceptionnelle et peut-être beaucoup de ces soeurs possèdent-elles une formation assez complète sur le plan intellectuel. Certaines se voient confier des missions parfois lointaines à caractère économique ou judiciaire, voire diplomatique. Adée Heluys se rend « à Fère-sur-Oise pour acheter du sel » en 1427-2812. En 1442-43, elle porte les cadeaux et salaires destinés aux hommes d'armes logés dans une maison à Acy13, afin de la défendre. Le texte demeure sybillin car, en cette période troublée militairement, rien ne permet de savoir si les hommes d'armes en question sont appointés par les soeurs pour défendre réellement la maison appartenant à l'hôpital ou s'il s'agit de « routiers » que l’on rénumère pour éviter plus graves dégâts. L'expédition de « seur Adée » n'en serait alors que plus délicate, voire périlleuse. Infatigable, la revoici sur les routes en 1449-50. Cette fois elle se rend à Vaulserée14 pour récupérer le montant d'un salaire dû à un malade décédé dans l'hôpital, devenu de ce fait son légataire. En 1469-70, ce sont deux soeurs, aux noms non précisés, qui se rendent (ensemble ou séparément ?) à Ham et Paris « pour avoir la lettre de mortemain et la lettre de franc fief et nouveaux acquêts que le roi donna à l'Ostel-Dieu en la ville de Ham ».

17Le cursus type des soeurs semble comprendre après la probation (ou noviciat), puis la réception, la gestion d'un service, (celui de réfectorière est cité une fois), puis au-delà la tenue de la comptabilité de l'établissement et la direction des soeurs avec le titre de « Dame » ou « Madame ».

18A quelque étape que ce soit de ce cursus, tout membre de la communauté féminine reçoit des soins attentifs en cas de nécessité. Un médecin, « Maistre Jacques », visite Marie Couarde le 15 juin 1482 et reçoit à ce titre 2 s. 3 deniers. Des produits d'alimentation plus raffinés qu'à l'ordinaire et des médications sont achetés à plusieurs reprises pour des soeurs malades. En 1447-48, pour Richelette la Vimonde, « malade environ la Penthecouste », « sucre, breuvages et aultres menues choses 4 s. 10 d. », et pour Marguerite Lemes, « Dame », « malade environ la Saint-Gervais » et qui meurt cette année 1447-48, « mouton, poisson, sucre, serises et autres choses, 4 s. 6 d. ». En 1448-49, c'est la supérieure Jacques Lemes (soeur ou parente de la précédente ?) qui meurt à son tour, après une maladie au cours de laquelle on achète « environ la Saint-Gervais qu'elle estoit malade, tant en mouton, poissons, serisses, sucre, claré et autres choses, paié 4 s. 6 d. ». Le médecin qui visite Marie Couarde prescrit une alimentation soignée et la maison se procure « sucre, amandes, pain blanc et serisses pour la dite Marie durant sa maladie, 18 d. », puis « gingembre vert pour Marie religieuse laquelle estoit malade, 10 d. ». En cette même année 1481-82, fertile en maladies, Peronne Martequine est également atteinte. Des frais sont engagés à deux reprises. « Le 25 juillet, seur P.M. fut malade, pour une chopine de claré, pour sucre, pour figues et pain blanc 2 s. 4 d. » puis « pour sucre, amandes, pain blanc pour P.M. qui fut malade trois jours, 2 s. ».

  • 15 Marguerite Lemes, 1447-48 : « le merquedi veille de la translation Saint-Martin, service, messe et (...)

19Après leur décès, soeurs et supérieures sont l'objet d'attentions qui s'expriment au travers de la cérémonie des funérailles. Pour Marguerite Lemes décédée au cours de l'année 1447-48 et Jacques Lemes, l'année suivante, sans doute parentes, et pour lesquelles curieusement dates de décès, funérailles et composition des services religieux (une messe le jour du décès, « vigilles », « commendasses », et cinq messes à l'octave) sont étrangement parallèles, voire identiques. Mais les frais diffèrent légèrement : 33 s. 10 d. pour Marguerite contre 49 s. 10 d. pour Jacques, desquels il convient de retrancher le bénéfice rapporté par la vente de son vestiaire, 4 sous. Lorsque soeur Marie Couarde meurt en 1486-87, soit quarante ans plus tard, le total des frais de la cérémonie qui ne comporte que quatre messes, monte à 52 s. 8 d., mais cette somme nettement plus élevée que pour les « dames » des années 1447 et 1449 se trouve entièrement couverte par « les biens et habiz de la dicte deffuncte »15.

20La communauté d'Orléans, si elle apparaît aussi dans la comptabilité, nous permet moins d'investigations. Sur les 24 comptes, 14 seulement donnent des listes de soeurs dans deux rubriques de dépenses : les chaussures et la pitance de carême versée en espèces aux soeurs. Ces 14 listes semblent relativement exhaustives. Le nombre des soeurs ainsi recensées varie de quatre à neuf, selon les années. Le nombre de neuf semble d'ailleurs exceptionnel et n'apparaît qu'en 1482-83, avec en son sein deux « filles » non professes. Il n'y a donc en réalité que sept soeurs en titre dans la communauté. La moyenne régulière semble de cinq soeurs, avec une maîtresse dont le nom n'est que rarement indiqué. La durée de présence dans cette petite communauté peut être abordée, avec toutefois beaucoup de précautions, en raison des lacunes de la série d'une part et de l'irrégularité de l'existence de listes d'autre part. L'absence dans tous les comptes parvenus de mentions concernant décès et inhumations des soeurs peut tout aussi bien provenir d'un malencontreux hasard que de l'existence d'une autre comptabilité aujourd'hui disparue.

  • 16 Jeanne la Mercière 1419-20 ; Colete 1469-70 ; Jeanne Chandelle 1482-83 ; Robine Cachète 1482-83 ; M (...)
  • 17 Lorelle 1443 à 1445 ; Marion 1443 à 1445 ; Belon 1412 à 1415 ; Marion (la quatrième ?) 1415 à 1418  (...)
  • 18 Maguy 1413 à 1417 et 1419-20, peut-être dénommée Martine en 1417-18 ; Jeanne du Buisson 1412 à 1418 (...)
  • 19 Pasquete, notée en 1433-34, 1439-40, 1443 à 1445 et 1453-54 soit 11 ans ; Jeanne de Vierzon 1469-70 (...)

21Certains noms identiques, présents à de longs intervalles, ne permettent pas d'obtenir de certitudes sur le maintien réel et donc la longévité d'une soeur, ou au contraire sur un renouvellement du personnel que la fréquence d'usage des appellations rend difficilement perceptible. La mention de l'existence d'une maîtresse, sans nom, de 1419 à 1483 ne permet évidemment pas d'attribuer à la même femme la direction du personnel féminin sur une aussi longue période. Certaines peuvent, peut-être, recevoir deux noms différents sur deux années. Ainsi en 1416-17 et 1418-19, nous trouvons une certaine Maguy, absente en 1417-18 alors que cette année là, et uniquement celle-là, est citée une Martine qui est peut-être la même soeur. En dehors de cette Martine, neuf autres soeurs ne figurent aux comptes qu'une seule année16. Six soeurs résident entre deux et cinq ans dans la maison17, trois entre sept et huit ans18 et un petit peloton de six, plus résistantes, entrées jeunes sans doute, demeurent fidèles au poste sur de longues années19. Sur l'ensemble de la période, vingt-cinq soeurs sont ainsi dénombrées et individualisées, même si les informations les concernant restent extrêmement rares, voire inexistantes quant à leurs origines sociales, les conditions de leur réception, leurs activités et fonctions, et évidemment un quelconque cursus que certaines pourraient avoir suivi. Cette comptabilité, à la différence de celle de Saint-Gervais, ne révèle jamais leur accès à des fonctions comptables ou à des missions à distance. Toutefois il convient d'être prudent car, si les connaissances que nous avons des soeurs de Sainte-Croix d'Orléans demeurent très médiocres par rapport à celles des soeurs de Saint-Gervais de Soissons, ce n'est peut-être pas parce que la communauté est plus frustre mais tout simplement un problème d'orientation et de conservation des sources.

22Le personnel interne à la Maison-Dieu nous a fort longuement retenu mais il nous reste maintenant à voir un groupe non négligeable dans l'aide et le soutien qu'il fournit aux établissements, groupe dont l’une des fonctions, de toute ancienneté, consiste justement à faire vivre et entretenir un établissement charitable mais que les comptes présentent comme extérieur à des maisons ayant au xve siècle parfaitement acquis une autonomie de gestion : les chanoines du chapitre cathédral dont dépend l'hôpital portant le même vocable.

23Ceux de Saint-Gervais de Soissons ainsi que quelques autres membres du clergé séculier de la cité et de la région apparaissent à plusieurs reprises et avec une relative régularité dans la comptabilité de l'hôpital alors que Sainte-Croix d'Orléans reste très discret sur leur rôle. Ainsi trente noms de donateurs ou testateurs ecclésiastiques agissant en faveur de Saint-Gervais nous sont parvenus, plus ceux de leurs exécuteurs qui appartiennent généralement au même milieu, à l'exception de quelques parents laïcs. Parmi ces hommes généreux, vingt-deux sont à coup sûr des chanoines dont vingt appartiennent à l'Eglise de Soissons et deux à celle de Saint-Quentin. Les huit autres se répartissent entre un clerc anonyme de Paris, mort lors de son passage à Soissons, un ancien évêque de Nîmes nommé à la tête de Saint-Crépin-le-Grand de Soissons, l'évêque de Soissons Robert de Fontaines, deux curés enfin : l'un auteur d'une quête dans sa paroisse dont il remet le montant à l'Hôtel-Dieu et l'autre résidant à Saint-Gervais en qualité de « rendu », en échange du versement de ses biens et rentes. Pour quelques autres, l'un qualifié de « chantre » est sans doute aussi chanoine alors que ceux cités comme « chapelains » n'appartiennent vraisemblablement pas à la communauté canoniale.

24Quand ces ecclésiastiques agissent à titre direct, car nous avons volontairement exclu les situations où les chanoines n'apparaissent que comme intermédiaires, exécuteurs du legs d'un parent, allié ou domestique, nous relevons trente-trois interventions. Trente et une sont effectuées en espèces contre seulement deux en nature. Huit se présentent comme des dons, parfois sollicités par l'établissement lui-même, ou s'assortissent de conditions de séjour privilégié. Si l'on exclut la rente versée par Symon de la Ruelle (64 lb. 48 s.) en échange de son hébergement dans la maison, le montant des autres dons représente 5 lb. 4 s. 3 d. alors que celui des legs monte à 33 lb. 11 s., plus un demi-tonneau de vin et une nappe de six aunes. Sur ces sommes, la part des chanoines se place à 2 lb. 14 s. 3 d. pour les dons et 25 lb. 14 s., ainsi que les biens en nature, pour les legs, soit environ 70 % du total des sommes remises par des ecclésiastiques, avec environ 50 % du total des dons et 75 % de celui des legs.

25Les chanoines de Soissons prennent donc un intérêt indéniable à l'entretien de l'établissement hospitalier de Saint-Gervais en apportant essentiellement sous forme de legs financiers, délivrés parfois sur plusieurs années par des confrères nommés exécuteurs, une contribution substantielle. Les montants, extrêmement variables, oscillent entre 4 sous et 4 livres, selon la fortune et le degré de motivation des donateurs. Certains de ces chanoines sont mentionnés avec leurs fonctions spécifiques. Nous trouvons ainsi un doyen, un trésorier, des chantres et un pitancier. Parfois un auteur de legs peut apparaître antérieurement comme exécuteur désigné par un confrère. Des noms précédés du titre de Maître supposent une formation universitaire, mais beaucoup ne sont désignés que par un « Messire » honorifique, à la signification plus religieuse qu'intellectuelle.

26Ainsi, le personnel religieux propre à un établissement charitable hospitalier mais aussi les clercs de la ville ou des environs qui testent en faveur de la maison peuvent être détectés et en partie étudiés grâce au contenu parfois précis et donc précieux des comptabilités hospitalières, trop souvent délaissées ou exploitées uniquement à des fins d'étude du temporel des établissements et d'analyses à caractère purement économique, comme n'importe quel compte d'exploitation seigneurial, sans tenir compte des éléments qui en font justement la spécificité et l'intérêt : leur personnel et leurs bénéficiaires.

Annexes

Annexe

Archives départementales du Loiret Fonds de l’Hôtel-Dieu Sainte-Croix d'Orléans Registre E 39, comptes de l'année 1482-1483

- A Messire Jehan Picart, pbre, lequel fut par trois mois oudit hostel et marchandé à lui pour chacun mois trente deux solz parisis, lequel chappellain mourut, et ses parens en furent héritiers pour ce à eulx paié 4 lb 16s.

- Item à Messire Anthoine Daudart lequel a servi par le temps d'un an et a esté loué parfois en icellui an, auquel je baille a plusieurs foiz onze livres par et ledit est trespassé à la fin oudit hostel Dieu pour cause des chaudes maladies et pestillances qui est oient en ledite année pour ce 11 lb.

- Item ung autre chappellain nommé Messire Jehan de Saint Pierre Pulier, lequel avoit servit en la maison par le temps d'un mois ou environ et se parti de l'ostel et s’en alla à Sainte Pierre Pullier et là trespassa et eut ledit feu chappellain par les mains de Messire Jehan Coignet son exécuteur 42 lb 5d.

- A ung autre chappellain nommé Messire Jehan Mallet, lequel fut ung mois audit hostel et gaigna trente solz par., dont ledit trespassa oudit hostel Dieu pour ce 30 sp.

- Item à Messire Pierre Le Tournel lequel fut par deux mois oudit hostel en l'an de ce présent compte et trespassa oudit hostel-Dieu et gangna la somme de 48 sp.

- Item Messire Jehan Chrestien de Chasteaudun à présent demeurant à Saint Père Pulier pour le service qu'il a fait oudit hostel par le temps de deux mois et demy 48 sp.

- Item à Messire François Lebonne de Molicon pour avoir servi oudit hostel par quatre mois au pris de vingt solz par. chacun mois vallent 4 lb.

- Item pour deux autres chappellains lesquelz ont servi par chacun un petit de temps comme ung mois ou environ lesquelz sont trespassez audit hostel Dieu et ay paié pour les obiiyz d'iceulx chappellains pour chacun six messes vallent 24 sp.

Somme : 48 lb 4 s 9 d20

Notes

1 Ce travail a été réalisé à partir des sources comptables de Saint-Gervais de Soissons. Registres en français, conservés en 51 liasses et microfilmés. Pour cette étude limitée chronologiquement, nous avons retenu les microfilms 333 à 360, soit 28 registres dont 8 doubles et un sans intérêt pour nous, couvrant 34 années. Pour Sainte-Croix d'Orléans, le même type de sources, consultées sous la même forme, a été examiné du numéro 27 à 33, puis 39, 43 et 57. Les registres de Soissons se trouvent actuellement à la Bibliothèque municipale de Soissons, ceux d'Orléans aux Archives départementales du Loiret, série E. Lors de notre consultation, en cours de préparation de notre thèse, les registres de Soissons étaient en dépôt aux Archives départementales de Laon. Les divers registres n'étaient pas paginés.

2 Pierre Bignon, compte de 1412-13.

3 Frais de funérailles portés au compte de Robert Allait, 1482-Image 100000000000030000000221B5680628.jpg

4 En 1500-1501 : deux chapelains : un religieux et un homme d'église.

5 1482-83, somme de 48 lb. 4 s. 9 d.p. répartie entre neuf chapelains. L'un sert un an, les autres queques mois seulement. Sept meurent en service ou immédiatement après avoir quitté l'Hôtel-Dieu « pour cause des chaudes maladies et pestilances ». L'un vit toujours, rien n’est dit pour le dernier. Cf. Annexe.

6 Compte de 1471-72 : don « pour les cincq religieuses receu 60 s., pour chacune 12 s. ».

7 Comptes 1449-50 : Catherine de Wadencourt ; 1450-51 : Peronne Martequine ; 1471-72 : Marie La Châte. Les années comptables de Saint-Gervais commencent à la Saint-Jean-Baptiste.

8 1412-13 : Aderon ; 1427 à à 1451 : Adée la Héluys ou de Héluys ou seur Adée.

9 Billy-sur-Aisne se trouve à 4 ou 5 kms au sud-est de Soissons.

10 « Laquelle s’est rendue à l'Ostel-Dieu et a fait ceste année an de probation et les voeux de religions à servir en la Cense comme meschine pour mieux prendre... et faire certain prouffit audit hostel-Dieu laquelle fault entretenir comme religieuse de toutes choses mais elle n'a point sallaire d'argent icy ».

11 Richelette la Vimonde 1446-47 et 1448 à 1451 ; Guye Vatine 1463 à 1468, 1469-70, 1471-72 ; Nicole Lecomte 1473 à 1476.

12 La Fère, à environ 40 kms au nord de Soissons.

13 Acy, 7 à 8 kms au sud-est de Soissons.

14 Pour Vaulserée, deux possibilités : Vaurexis à 5 ou 6 kms au nord-ouest de Soissons ou plutôt Vauxcéré à environ 30 kms à l'est de Soissons.

15 Marguerite Lemes, 1447-48 : « le merquedi veille de la translation Saint-Martin, service, messe et luminaire de 13 coppons, autant de coppons quant on l'ennolia, 3 s. 4 d. ; le merquedi après la translation Saint-Martin que on fist son service et son office, luminaire acheté au curé 6 sols, pour vigilles et commandasses 6 sols et pour 5 messes 10 sols, pour les despens des pitances du disner des seigneurs qui dirent les dites messes et des voisins paié 14 s. 6 d. » Total : 39 s. 10 deniers.
Jacques Lemes, 1448-49 : « De la vesture de deffuncte Jacques Lemes dame dudit hostel laquelle trespassa le mardi devant la translation Saint-Martin pour ce receu 4 s.p. » ; « Pour 13 coppons quant on ennolia la dite dame et autant de coppons le merquedi veille de la translation Saint-Martin qu'elle ala de vie à trespas, pour sa messe et son service 3 s. 4 d. ; service et sonnerie, 10 s. ; luminaire de son service acheté à messire Jehan Piolet curé des fons... 6 s. ; vigilles et commandasses... 6 s. ; cinq messes... 10 s. ; pitances du disner des serviteurs qui dirent les dites messes... 14 s. 6 d.p. » Total : 49 s. 10 d. moins 4 s. de vêture.
Marie Couarde, 1486-87 : « Pour l’inhumation et service de feue seur Marie Couarde pour ung linseau 6 s. p. ; pour la porter en terre 2 s. ; pour la fosse 3 s. ; pour le luminaire 10 s. ; pour son service au curé 24 s. ; pour quatre messes et pour aidier à faire le service à quatre prebtres 8 s. 8 d. » Total : 52 s. 8 d. p. dont l'officier « ne fait point de mise pour ce qu'il a esté paié des biens et habiz de la dite deffuncte ».

16 Jeanne la Mercière 1419-20 ; Colete 1469-70 ; Jeanne Chandelle 1482-83 ; Robine Cachète 1482-83 ; Marion 1453-54 et Marion 1482-83 ; Guillemette Bonnière 1482-83 et deux filles anonymes novices en 1482-83.

17 Lorelle 1443 à 1445 ; Marion 1443 à 1445 ; Belon 1412 à 1415 ; Marion (la quatrième ?) 1415 à 1418 ; Jeanne 1412 à 1417 et « la haulte mère » de 1412 à 1415, pour qui l’on dépense pour moitié moins en chaussures que pour Belon en 1413-14, soit en raison d'un statut subalterne, soit plutôt d'une activité moindre due à un grand âge.

18 Maguy 1413 à 1417 et 1419-20, peut-être dénommée Martine en 1417-18 ; Jeanne du Buisson 1412 à 1418 et 1419-20, maîtresse en 1412-13 ; Phelippe 1412 à 1418 et 1419-20.

19 Pasquete, notée en 1433-34, 1439-40, 1443 à 1445 et 1453-54 soit 11 ans ; Jeanne de Vierzon 1469-70 et 1482-83, 14 ans ; Jeanne Lalarde 1419-20, 1433-34 et 1439-40, 21 ans ; Jeanne la Gorelle pour les mêmes dates ; Estiennette, « reçue professe en la sepmaine de la mi-aoust » 1433-34, présente en 1439-40, de 1443 à 1445, en 1453-54 et 1469-70 soit 27 ans, et enfin Bonne, en 1453-54, 1469-70 et 1482-83 soit 30 ans.

20 Les chiffres ont été volontairement transcrits en nombres arabes pour faciliter la lecture.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site