Versión clásicaVersión móvil

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les dignitaires des chapitres cathédraux suédois à la fin du Moyen Age

Élisabeth Mornet

Texto completo

  • 1 Il n'y a guère de coupure véritablement significative dans l'histoire de l'Eglise suédoise au débu (...)

1Dans le cadre de mes recherches concernant le haut clergé séculier Scandinave à la fin du Moyen Age, j'ai recencé 312 chanoines, actifs dans les sources entre 1305 et 15271 environ, qui revêtirent une dignité dans un chapitre cathédral suédois. Ce sont les composantes du profil qui les rendaient aptes à cette promotion que je m'attacherai ici à définir en priorité.

  • 2 Pour l'organisation de la province suédoise, voir les récentes contributions en français de T.S. N (...)
  • 3 Paulus Juusten, Catalogus et ordinaria successio episcoporum finlandensium, éd. S. Heininen, Helsi (...)
  • 4 Acta Pontificum Svecica : Acta Cameralia, éd. L.M. Bȧȧth, Stockholm, 1936, t. 1,2, no 1333 ; Stock (...)

2Mesurés à l'aune des chapitres français par exemple, les sept chapitres cathédraux de la province ecclésiastique d'Uppsala2 font figure de très petites communautés. A la fin du xve siècle, au moment de leur plus grande extension, le chapitre le plus important, celui d'Uppsala, comptait cinq dignitaires et quinze chanoines, et celui d'Abo (Turku) quatre dignitaires et dix chanoines ; mais au début du xive siècle, ce chapitre ne comptait que quatre chanoines, celui de Västerȧss proposait en plus un prévôt. Par voie de conséquence, le nombre des dignitaires était également restreint : à la date où débute cette enquête, ils n'étaient que dix au total, et seuls Uppsala et Linköping pouvaient s'enorgueillir d'être pourvus à la fois d'un prévôt, d'un archidiacre et d'un doyen. Le nombre augmenta ensuite assez fortement (25 dignitaires en 1500), mais lentement (on se reportera au tableau en annexe I) et non sans certaines difficultés parfois. Ainsi, l'évêque d'Ȧbo Magnus Olofsson (Tavast) dut augmenter en 1412 la dotation de l'archidiaconat, qu'il avait détenu, et que son prédécesseur Björn Balk avait fondé avant 1402, « et sic ipsum de novo fundavit », dit le chroniqueur3. Au chapitre de Västerȧs, le pape Pie II érigea en 1463, à la demande de l'évêque Birger Mȧnsson, une dignité archidiaconale. En 1474, le premier archidiacre Jakob Ingemundsson était encore chanoine, et il n'est mentionné comme tel qu'après sa mort4, ce qui laisse supposer que la mise en place de la nouvelle dignité ne se fit pas aisément.

  • 5 A Ȧbo, l'archidiaconat et l'archiprêtré étaient des dignités non majeures, tandis que la prévôté é (...)
  • 6 RA, perg.brev 12.2.1432.

3Toutes les dignités n'étaient pas semblables en prestige et en autorité. Outre la distinction établie entre les dignités pourvues de la cure des âmes ou non, entre les dignités majeures ou non-majeures5, il existait entre elles une hiérarchie, bien marquée dans l'ordre des préséances, correspondant d'ailleurs en grande partie à leur degré d'ancienneté (prévôt, archidiacre, doyen, écolâtre et chantre à Uppsala6) Il n'était pas très fréquent que les ecclésiastiques occupent successivement plusieurs dignités dans un même chapitre. Seule, la chantrerie semble avoir été surtout une étape : neuf chantres seulement sur vingt-cinq ont terminé leur carrière comme tels. A Linkôping, la chantrerie fondée en 1370 par le tout-puissant sénéchal Bo Jonsson, qui gouverna quasi la Suède pendant le règne du roi Albert de Meklembourg, accueillit en premier lieu les jeunes clercs en début de carrière que Bo Jonsson et ses héritiers présentaient à la collation de l'ordinaire.

  • 7 Svenskt diplomatarium fràn och med âr 1401 (SD), éd. C. Silfverstolpe, 4 vol., Stockholm, 1879-190 (...)
  • 8 G. Ekström, Västerȧs stifts herdaminne, Falun, 1939, t. 1, p. 426-28.

4Dans tous les cas, le prévôt apparaît sans conteste comme le chef du chapitre, apte même à prendre en mains la destinée de l'Eglise locale en cas de vacance ou de conflit concernant le siège épiscopal. Ainsi, le prévôt de Strängnäs conduisit le ralliement de la majorité du chapitre au pape de Pise et le soutien à Gjôrd Petersson, l'évêque reconnu par Alexandre V, contre son rival Anders Jonsson, sa puissante protectrice, la reine Marguerite, et le parti favorable à Grégoire XII7. De même, après 1414, le prévôt de Västerȧs Ingemar fut amené à administrer l'évêché en l'absence des évêques danois imposés par le roi, Navne Jensen et Oluf Jakobsen, profondément engagés dans les affaires royales8.

  • 9 Le tour de la question a été effectué par H. Schück, Ecclesia Lincopensis. Studier om Linköpingsky (...)
  • 10 Supra, note 1 ; par exemple, Hans Scheel, bourgmestre de Stockholm et chancelier du roi, reçut un (...)

5Les compétences, à l'origine très larges, du prévôt, et dans une moindre mesure celles des premiers archidiacres et doyens, provenaient du fait que la juridiction et les droits de ces dignités furent assis, lors de leur érection, sur les vastes circonscriptions ecclésiastiques qui partageaient, au xiiie siècle, les évêchés suédois, les « prévôtés rurales » (on pourrait presque les qualifier de provinciales). Ainsi, à Linköping, prévôt cathédral, archidiacre et doyen prirent la suite respectivement des prévôts de Linköping, de Skänninge et de Tjust. Avec la centralisation épiscopale, qui s'efforça, au xive siècle, de restreindre les compétences de concurrents dangereux, et avec également l'obligation, au moins théorique, de résider pour ces dignitaires cathédraux, leurs pouvoirs de juridiction furent considérablement restreints9, sans jamais cependant aboutir à faire des dignités des sinécures honorifiques, et des dignitaires, des personnages purement décoratifs au sein des chapitres. C'est seulement avec Gustave Vasa que le pouvoir royal, ayant obtenu de disposer à son gré des dignités, les conféra souvent à des fidèles qui n'avaient plus que des liens très ténus avec le chapitre, voire totalement inexistants10.

6Revêtir une dignité est donc une véritable promotion pour les clercs des chapitres suédois, c'est le degré le plus élevé de la hiérarchie bénéficiale avant l'épiscopat, qui a puisé en son sein la très grande majorité de ses membres tout au long de la période considérée. Il m'a donc paru intéressant d'envisager quelles purent être les conditions d'accès d'un chanoine à une dignité, bref de définir les principaux critères de recrutement.

7Pour ce faire, j'ai soumis ma population de 312 dignitaires à un questionnaire qui se résume à trois rubriques principales, outre celle de leur carrière bénéficiale :

  • leur statut social et leur insertion dans les réseaux de relation
  • leur profil intellectuel
  • les différentes fonctions et activités professionnelles occupées en dehors du cadre proprement capitulaire.
  • 11 On notera que seulement 25 % des clercs restés simples chanoines sont dans ce cas.
  • 12 Par exemple le prévôt Lars Mikkelsson Surpää, futur évêque d'Àbo, dont le père fut bourgmestre ; t (...)

8L'origine sociale de 40 % environ des dignitaires est connue11. Elle n'est pas plus facile à cerner en Suède que dans les autres pays Scandinaves. Les mentions directes sont rares, elles ne concernent guère que les individus issus du groupe nobiliaire, lui-même fort complexe. Le tableau de tris présenté en annexe propose, outre celle d'une origine sociale inconnue, cinq catégories aux contours très simplifiés. J'ai fait un sort à part aux dignitaires issus des familles installées dans les villes qui eurent au moins un membre laïc bourgmestre, c'est-à-dire qui participèrent activement au gouvernement urbain : ils me semblent se rapprocher parfois plus du groupe nobiliaire que de la bourgeoisie proprement dite12.

  • 13 J'ai enregistré dans une étude qui a porté sur 109 dignitaires danois une progression de 37 % à 62 (...)

930 % des dignitaires sont issus de familles nobles. Une remarquable continuité de ce pourcentage caractérise toute la période. Si la proportion des « indéterminés » de la naissance diminue légèrement au cours du xve siècle, c'est surtout au profit de ceux, mieux connus qu'au siècle précédent, dont la famille participa au gouvernement urbain. Il est particulièrement intéressant de noter que nous avons là une évolution très différente de celle de la province ecclésiastique voisine : on ne décèle pas en Suède les mêmes progrès décisifs de l'emprise de la noblesse sur les dignités qui caractérisent les chapitres cathédraux danois au début du xve siècle, bien que les deux royaumes aient alors le même souverain13.

10Il ne faut cependant pas sous-estimer l'emprise de la noblesse suédoise sur les dignités, même si elle est loin d'exercer un monopole. On notera d'une part que la proportion des dignitaires nobles varie selon les chapitres. C'est à Uppsala qu'ils sont les moins nombreux (27 %). Il faut voir dans cette faiblesse nobiliaire relative l'efficacité de la pénétration au chapitre des rejetons d'un milieu urbain dynamique et ambitieux, celui de la toute proche Stockholm (13 % issus des familles de bourgmestres). Mais à Strängnäs, diocèse où domine la puissante aristocratie terrienne du Södermanland, près de la moitié des dignitaires sont nobles (48 %). D'autre part, les nobles sont en moyenne plus nombreux dans les rangs des prévôts que parmi les autres dignitaires (36 % au lieu de 30). A Uppsala même, 9 prévôts sur 20 sont nobles. Cela confirme que la noblesse tend à conserver, avec une certaine efficacité, une bonne emprise sur la dignité la plus chargée d'autorité et de prestige. En bref, les dignitaires suédois me paraissent constituer, au sein des chapitres, un corps fortement aristocratique au sens large du terme.

11Pour accéder à ce corps, les stratégies d'ordre familial ne sont sûrement pas négligeables. Ne pouvant procéder à un examen d'ensemble qui nécessiterait un contexte comparatif large, et partant, de longs développements, je me contente de confirmer le rôle traditionnel dévolu aux oncles eux mêmes dignitaires, ou encore mieux évêques, sur la carrière de leurs neveux (élargis aux petits-cousins) voués à l'habit ecclésiastique. Il existe de véritables familles capitulaires, dont le processus de formation et de fonctionnement me semble commun aussi bien au groupe nobiliaire qu'à l'aristocratie urbaine. Voici deux exemples significatifs : d'un côté, Nils Ragvaldsson († 1448), d'une famille noble du Södermanland, nanti d'un parent prévôt de Strängnäs, revêtit le décanat dans ce chapitre. Devenu archevêque d'Uppsala, il eut -je n'ose dire casa- trois des fils de ses soeurs au chapitre de Strängnäs, Birger Birgersson, prévôt († 1450), Erik Birgersson, évêque de Strängnäs († 1449) et Bengt Knutsson, évêque de Västerȧs († 1462) ; ce dernier s'occupa à son tour de la carrière de son neveu, Erik Kagge, qui devint prévôt de Strângnâs. D'un autre côté, on ne compte pas moins de six ecclésiastiques, en trois générations, dont deux évêques et deux dignitaires, dans la famille du célèbre Nils Hermansson, le saint évêque de Linköping, qui descendait d'un riche bourgeois de Skänninge.

  • 14 5 dignitaires seulement à l'université d'Uppsala, connus par mentions indirectes. Répartition par (...)

12En ce qui concerne la formation intellectuelle, les nobles comptaient sans doute un peu moins que les fils de bourgmestres ou de bourgeois sur le savoir universitaire pour accéder aux dignités (voir l'annexe II). Néanmoins, rien ne permet d'établir une véritable compétition, voire une opposition, entre des dignitaires nobles mais incultes, et des non-nobles instruits. Les nobles suivent parfaitement la progression de la fréquentation universitaire au xve siècle dans le corps des dignitaires, dont les trois-quarts se sont alors inscrits à l'Alma Mater, surtout dans les universités allemandes, sans pour autant délaisser vraiment Paris, ni même les universités italiennes. C'est d'ailleurs un chiffre qu'il convient de considérer comme un minimum, étant donné les lacunes des sources universitaires en général, et l'absence de matricules pour l'université d'Uppsala, fondée en 147714.

  • 15 Je compte 7,2 % de dignitaires théologiens au xve siècle.

13C'est un score honorable, beaucoup plus important que celui atteint par les simples chanoines (avant 1397 respectivement 49 % et 18 %, après 1397, 74 % et 47 %), ce qui montre le rôle joué par la formation intellectuelle, comme partout ailleurs, pour s'élever dans la hiérarchie ecclésiatique suédoise. Nos dignitaires sont cependant moins performants quand il s'agit des grades acquis. Dix-huit maîtres ès arts au xive siècle, auxquels s'ajoutent peut-être neuf magistri, sans autre précision, au tout début de la période, qui peuvent aussi bien avoir été théologiens ou même canonistes. Les maîtres ès arts progressent beaucoup au xve siècle : près de la moitié des dignitaires le sont devenus ou se parent de ce titre. Lorsqu'ils ont poursuivi des études supérieures, c'est bien entendu vers le droit canon qu'ils se dirigent en priorité15 : un sur sept est gradué dans cette discipline au xve siècle, alors que les civilistes et les gradués in utroque jure se comptent presque sur les doigts d'une main. Mais il faut supposer qu'un plus grand nombre des dignitaires étaient au moins « frottés » de droit : si l'on admet que les inscriptions sur la matricule de l'université de droit de Prague n'étaient pas de pure forme, plus d'un tiers des dignitaires suédois peuvent être qualifiés de juristes à la fin du xive siècle.

  • 16 Il est malaisé de déterminer avec précision la date d'entrée dans une fonction. La première mentio (...)
  • 17 J'ai exclu ici le service de l’université, qui n’est pas négligeable : c'est là que, souvent, les (...)

14On pourrait estimer que, bien soutenu par le réseau des liens familiaux, voire des clientèles, avantagé par une formation universitaire, un chanoine a été promu dignitaire en raison de son ancienneté, de son activité au sein du chapitre, de son aptitude à le représenter ou encore de son prestige personnel. Toutefois, les compétences professionnelles occupent une place non négligeable dans le profil des dignitaires : en effet, 201 d'entre eux, soit deux sur trois, sont connus pour avoir poursuivi, au cours de leur vie bénéficiale, une carrière « professionnelle » ; d'autre part, 80 % de ceux dont je connais la date d'entrée dans leur dignité ont déjà un passé plus ou moins long au service d'un puissant16. Pour simplifier, j'ai retenu seulement dans cette étude trois principaux employeurs potentiels : le pape, le pouvoir ecclésiastique local, à savoir l’évêque, et le prince17.

  • 18 Sa présence à la Curie lui valut de recevoir la prévôté, au détriment de Karl Ingvastsson, et un c (...)

15– Le pape est très lointain et les dignitaires suédois furent peu nombreux à son service (10 %). La période la plus favorable est sans conteste celle de l'installation pontificale à Avignon. Il s'agit toujours de nominations à des fonctions locales, dans le cadre des collectoreries presqu'exclusivement. Un seul dignitaire suédois, le prévôt d'Uppsala Birger Magnusson, fut au service direct du pape, comme cubiculaire dans les années 1450, encore que sa présence à la Curie ait été motivée en priorité par la défense des intérêts suédois en général, et de ceux du roi Karl Knutsson en particulier18. Avec lui, la papauté cesse pratiquement d'agir comme pouvoir employeur.

16– L'évêque est assurément plus efficace sur le plan de l'emploi. C’est pour moitié à son service que les futurs dignitaires ont exercé leur première fonction. Il s'agit généralement d'une fonction de représentation, plus ou moins occasionnelle, dans les affaires concernant les droits épiscopaux. Très peu d'officiaux ou encore de vicaires apparaissent dans leurs rangs. En revanche, avec le développement des chancelleries épiscopales dans la deuxième moitié du xve siècle, une dizaine de chanceliers voient récompenser leurs services par une dignité.

  • 19 Lars Andersson, archidiacre d'Uppsala et de Strängnäs, a commencé sa carrière politique comme chan (...)

17Après la première fonction, le service de l'évêque se fait moins assidu : il représente seulement 30 % des mentions concernant l'exercice d'une deuxième fonction, 10 % pour la troisième. On peut donc penser que le service de l'évêque donne l'impulsion à une carrière professionnelle profitable. Il ne faut d'ailleurs pas sous-estimer le rôle de cette allégeance : en Suède, les évêques demeurent jusqu'au bout de la période de très puissants personnages. Entrer à leur service, c'est s'initier aux affaires proprement politiques et se préparer efficacement au service de l'Etat19.

  • 20 75 % d'entre eux étaient encore simples chanoines lorsqu'ils entrèrent au service de l'Etat.

18– Je ne saurais dire que l'Etat soit un maître prépondérant et exclusif. En chiffre absolu, ses serviteurs ne dominent pas particulièrement parmi les dignitaires : ils atteignent à peine la moitié des effectifs, et la plupart ont eu d’autres maîtres, on vient de le voir. Néanmoins, ce sont eux qui ont la carrière la plus diversifiée et la plus étoffée en responsabilités20, et surtout, ce sont parmi eux que sont choisis la plupart des évêques.

  • 21 Voir L. Musset, Les peuples Scandinaves au Moyen Age, Paris, 1951.

19Ce sont très certainement leurs compétences d'experts en écriture et de juristes qui sont avant tout sollicitées. Apparaissent dans le corpus 22 chanceliers, sans compter les clercs ou secrétaires de chancellerie qui ont parfois exercé les fonctions des premiers sans en porter le titre. A côté de cela, j'ai été surprise par le rôle diplomatique qui leur a été parfois confié, en dehors de celui de procureur en Curie, qui est classique ; à la fin du xve siècle, dans le cadre des relations tendues avec les Russes, les dignitaires, ou futurs dignitaires d'Àbo, sont souvent présents dans les ambassades envoyées par le riksförestȧndare (régent) Sten Sture l'Ancien. Il est vrai que celui-ci reçut en 1497 la Finlande en fief du roi Hans, et que les membres du chapitre d'Ȧbo étaient les plus compétents dans les affaires orientales. En revanche, très peu de conseillers royaux : c'est avant tout le rôle des évêques. Je les trouve au xive siècle, et pour cause : au siècle suivant, le roi n'est pas suédois en règle générale21 et les dignitaires suédois ne fréquentent pas son conseil.

20En effet, le pouvoir étatique n'a aucune unicité en Suède à la fin du Moyen Age. L'Union de Kalmar en 1397 a soumis la Scandinavie à une couronne tricéphale portée par un roi danois, dont la reconnaissance en Suède se mua rapidement en résistance larvée, laquelle, à certaines périodes, pendant le court règne du suédois Karl Knutsson par exemple ou sous le roi Christian II, prit la forme d'une hostilité franchement ouverte. Le pouvoir politique était en réalité largement aux mains du Riksrȧd (Conseil du royaume), émanation de la haute aristocratie laïque et de ses factions, et auquel appartenaient de droit les grands seigneurs ecclésiastiques qu'étaient les évêques. Le Riksrȧd fut tantôt favorable au roi de l'Union, tantôt il le combattit âprement, jusqu'à ce que Gustave Vasa parvienne à imposer une nouvelle dynastie suédoise en 1523.

  • 22 A des rares exceptions près, les dignitaires des chapitres sont de nationalité suédoise au xve siè (...)
  • 23 RA perg. brev 27.4.1438.
  • 24 APD, t. 4, no 2584.
  • 25 L'opposition à Gustave Vasa du doyen de Västerȧs Peder Jakobsson Sunnanväder, partisan des Sture, (...)

21Dans ce contexte rapidement tracé, au service de quel souverain sont nos dignitaires après 1397 ? Dans un premier temps, à celui du roi de l'Union sans aucun doute. La reine Marguerite et le roi Erik réussirent alors à imposer jusque vers 1430 dans les dignités capitulaires quelques uns de leurs serviteurs, parfois même non-suédois22, comme Arnold Klemensen à Linköping et Erik Pedersen à Skara, c'est-à-dire qu'ils reprirent à leur compte le patronat royal sur ces décanats exercé par leurs prédécesseurs suédois. Cela a peu duré cependant. Pour prendre un exemple, en 1438, l'évêque, le prévôt et le chapitre de Skara attribuèrent le décanat, avec le « consentement » du maréchal Karl Knutsson et du Riksrȧd, au chanoine Bengt Nilsson aux dépens d'Anders Svensson, prébendé à Skara, qui avait produit devant l'évêque une lettre royale (d'Erik de Poméranie)23. Ultérieurement, malgré l'autorisation que le roi Christian I reçut de Sixte IV en 1474 d'exercer son droit de présentation sur 16 dignités24 dont 8 dans la province d'Uppsala, les tentatives d'imposer ses candidats échouèrent presque toutes. Ce furent les fidèles des régents, à la fin du xve siècle, puis ceux de Gustave Vasa, après 1523, qui occupèrent les dignités sous patronat royal ; inversement, on voit les opposants échouer à les obtenir ou en être dépossédés25.

  • 26 Dans ce tête-à-tête, on ne doit pas surestimer le poids des interventions pontificales. Si le pape (...)

22Il est temps de conclure. Cette brève analyse des fonctions exercées montre assurément une étroite corrélation entre le service des puissants et l'accès aux dignités, et celui-ci paraît être davantage la rétribution ou la récompense de bons et loyaux services que le moyen de se signaler à l'attention d'un employeur. Ceci est d'ailleurs illustré par les fondations royales : ainsi, le roi Magnus Ladulȧs fonda le décanat de Linköping à l'usage du chancelier royal, le roi Magnus Eriksson le décanat de Skara pour doter ses proches serviteurs. Tout au long de la période, le souverain s'efforça ainsi de contrôler la dévolution des dignités. Avec l'ordinaire, la lutte a été longue, longtemps indécise26. Elle s'est terminée cependant par la victoire du pouvoir royal qui incorpora après 1527 les dignités au pot commun des gratifications offertes à son personnel de gouvernement.

23La principale caractéristique de ces clercs séculiers au sommet, ou presque, de la hiérarchie ecclésiastique suédoise, que sont les dignitaires cathédraux, me semble donc résider dans le fait suivant : sans négliger, pour la plupart d'entre eux, leurs fonctions proprement ecclésiastiques ou pastorales – ce n'était pas mon propos ici, mais je me permets d'y faire allusion – ils jouèrent, non seulement individuellement (il y eut parmi eux quelques personnalités exceptionnelles) mais aussi en tant que corps, un rôle non négligeable à la fois dans l'Eglise et dans la vie politique suédoises. Corps favorisé sur bien des plans, aussi bien par la naissance que par la formation intellectuelle, il le fut avant tout par sa compétence à assumer des responsabilités de premier plan, que les pouvoirs ne manquèrent pas d'utiliser à leur profit.

Anexos

Annexes

I

Date de première apparition des dignitaires suédois

II

Fréquentation universitaire et origine sociale des dignitaires suédois
Origine sociale
0 : indéterminée
1 : Haute noblesse
2 : Noblesse
3 : Familles de bourgmestres
4 : Bourgeoisie urbaine
7 : Pauper à l'université
1 : Fréquentation universitaire

N.B. Les pourcentages de l'origine sociale s'additionnent horizontalement (caractères romains), les pourcentages de la fréquentation universitaire verticalement (italiques).

Notas

1 Il n'y a guère de coupure véritablement significative dans l'histoire de l'Eglise suédoise au début du xive siècle. Le choix de l'avènement du pape Clément V correspond au terminus a quo de mon étude prosopographique de l'ensemble du haut clergé Scandinave. En 1527 eut lieu le riksdag de Västerȧs, où fut proclamée l’indépendance de l'Eglise suédoise à l'égard de Rome et où furent jetées les bases d'une nouvelle organisation ecclésiastique.

2 Pour l'organisation de la province suédoise, voir les récentes contributions en français de T.S. Nyberg, « L'encadrement pastoral dans les Pays Scandinaves », dans L'Eglise et le peuple chrétien dans les pays de l'Europe du Centre-Est et du Nord (xive-xve siècles), Rome, EFR, 1990 (Coll. EFR, 128), p. 29-45, et de J-M. Maillefer, « L'organisation ecclésiastique des limites septentrionales de l’Occident chrétien en Suède et en Norvège au xive siècle », ibid., p. 67-79.

3 Paulus Juusten, Catalogus et ordinaria successio episcoporum finlandensium, éd. S. Heininen, Helsinki, Societas Historiae Ecclesiasticae Fennica, 1988, p. 57-58.

4 Acta Pontificum Svecica : Acta Cameralia, éd. L.M. Bȧȧth, Stockholm, 1936, t. 1,2, no 1333 ; Stockholm, Riksarkivet (RA), perg.brev, 29.11.1482.

5 A Ȧbo, l'archidiaconat et l'archiprêtré étaient des dignités non majeures, tandis que la prévôté était une " dignitas major, curata et electiva ». Finlands medeltidsurkunder (FMU), éd. R. Hausen, 8 vol., Helsingfors, 1910-35, t. 5, no 4477, t. 4, no 3305.

6 RA, perg.brev 12.2.1432.

7 Svenskt diplomatarium fràn och med âr 1401 (SD), éd. C. Silfverstolpe, 4 vol., Stockholm, 1879-1904, t. 2, no 1281, no 1335.

8 G. Ekström, Västerȧs stifts herdaminne, Falun, 1939, t. 1, p. 426-28.

9 Le tour de la question a été effectué par H. Schück, Ecclesia Lincopensis. Studier om Linköpingskyrkan under medeltiden och Gustav Vasa, Stockholm 1959 (Acta universitatis Stockholmiensis, 4), p. 207 et suiv.

10 Supra, note 1 ; par exemple, Hans Scheel, bourgmestre de Stockholm et chancelier du roi, reçut un temps, malgré son état purement laïc, les revenus du décanat de Linkôping. Konung Gustaf 1 :s registratur (G.reg.), 29 vol., Stockholm, 1861-1916 (Handlingar rôrande Sveriges historia I, 1-29), t. 4, p. 59.

11 On notera que seulement 25 % des clercs restés simples chanoines sont dans ce cas.

12 Par exemple le prévôt Lars Mikkelsson Surpää, futur évêque d'Àbo, dont le père fut bourgmestre ; toutefois, sa mère était d’origine noble. T. Carpelan, Finsk biografisk handbok, 2 vol., Helsingfors, 1903-05, t. 2, col. 2128. Sigfrid Rotgersson, doyen d'Uppsala, avait un frère qualifié de « civis Arosiensis » ; en compagnie d'un chevalier, Sigfrid fut exécuteur testamentaire de l'archevêque Hemming, et tous deux sont qualifiés de « nobiles viri ». Diplomalarium Suecanum (DS), éd. Riksarkivet, Stockholm, depuis 1829, t. 3 (1311-1326), no 2498, t. 6 (1348-1355), no 4717.

13 J'ai enregistré dans une étude qui a porté sur 109 dignitaires danois une progression de 37 % à 62 % du pourcentage des nobles dans la période 1375-1448. De 1397 à 1448, les nobles parmi les dignitaires suédois atteignent à peine 30 %.

14 5 dignitaires seulement à l'université d'Uppsala, connus par mentions indirectes. Répartition par grandes aires universitaires : universités françaises : 42 inscriptions ; italiennes : 24 ; allemandes : 190 ; université indéterminée : 44. 116 dignitaires ont fréquenté une seule université, 63 deux, 16 trois et 4 quatre universités. E. Mornet, « Les chanoines de Roskilde au service des pouvoirs du début du xive siècle au milieu du xvie siècle », dans I canonici al servizio dello stato in Europa, secoli XIII-XVI, Ferrare, 1992, p. 183-205.

15 Je compte 7,2 % de dignitaires théologiens au xve siècle.

16 Il est malaisé de déterminer avec précision la date d'entrée dans une fonction. La première mention documentaire dissimule sans doute souvent une activité déjà longue. De ce fait, lorsqu'elle est confondue avec la date d'entrée dans une dignité, je considère la fonction comme étant antérieure. Les dignitaires ont occupé jusqu'à 5 fonctions différentes, à la suite ou simultanément : Erik Geting, chantre d'Uppsala en 1523, fut d'abord procureur de l'archevêque Jakob Ulvsson à la Curie, tout en poursuivant des études de droit à l'université de Sienne, dont il fut recteur. De retour en Suède après 1501, il fut à la fois au service de l'archevêque et du régent Svante Nilsson, dont il s'intitulait le chapelain. 11 détenait aussi un office de notaire public. En 1515, il devint official « in spiritualibus » à Uppsala ; enfin, il fut chargé en 1529 par le roi d'assister le doyen Jöns Laurensson dans l’administration de la ville et du diocèse, le siège archiépiscopal étant vacant. Acta pontificum Danica (APD), éd. A. Krarup, J. Lindbaek, 7 vol., Copenhague, 1907-43, t. 5, no 3557 ; RA, perg. brev, 17.9.1515 ; RA, papp. brev, 29.5.1516 ; G.reg., t. 6, p. 116.

17 J'ai exclu ici le service de l’université, qui n’est pas négligeable : c'est là que, souvent, les jeunes clercs ont fait leurs premières armes, et acquis un prestige qu'ils n'ont pas manqué de monnayer par la suite. En revanche, il est rare que les dignitaires déjà installés aient occupé des fonctions universitaires : Karl Hȧkonsson, futur archevêque, étudia à l'université de droit de Prague et en fut le recteur en 1382 alors qu'il était archidiacre d'Uppsala. A. Dittrich, A. Spirk, Monumenta historica universitatis Carolo-Ferdinendeae Pragensis, Prague, 1830-34, t. 2,1, p. 126. Quant à Björn Magnusson, il devint prévôt de Skara alors qu'il poursuivait une brillante carrière à l'université de Vienne, où il vécut de 1429 jusqu'à sa mort en 1465. Bulle de provision pour la prévôté : RA, K.H. Karlssons avskrifter ur Vatikanarkivet, 16.12.1449 ; Acta cameralia, op.cit., t. 1, 2, no 1376.

18 Sa présence à la Curie lui valut de recevoir la prévôté, au détriment de Karl Ingvastsson, et un canonicat au chapitre de Roskilde. Son allégeance à Karl Knutsson entraîna la perte de ce dernier bénéfice. APD, t. 3, nos 1914, 1926, 2077, 2095.

19 Lars Andersson, archidiacre d'Uppsala et de Strängnäs, a commencé sa carrière politique comme chancelier de l'évêque de Strängnäs, à qui était confié le sceau du royaume ; puis il passa au service de Gustave Vasa, comme secrétaire-chancelier. Svenskt biografiskt lexikon, t. 17, Stockholm, 1979, t. 22, p. 358-62.

20 75 % d'entre eux étaient encore simples chanoines lorsqu'ils entrèrent au service de l'Etat.

21 Voir L. Musset, Les peuples Scandinaves au Moyen Age, Paris, 1951.

22 A des rares exceptions près, les dignitaires des chapitres sont de nationalité suédoise au xve siècle.

23 RA perg. brev 27.4.1438.

24 APD, t. 4, no 2584.

25 L'opposition à Gustave Vasa du doyen de Västerȧs Peder Jakobsson Sunnanväder, partisan des Sture, lui valut même d'être exécuté en 1527. Ekström, op.cit., p. 246-59.

26 Dans ce tête-à-tête, on ne doit pas surestimer le poids des interventions pontificales. Si le pape réussit parfois à établir un droit de réserve, sur la prévôté d'Uppsala par exemple après 1351, il renonça vite à imposer des clercs qui ne fussent pas d'origine locale. En incitant les Suédois à venir se faire confirmer à la Curie, il se repliait sur un rôle d'arbitre qui, certes, lui assurait un succès relatif dans ses efforts de centralisation bénéficiale. Mais cet arbitrage joua plutôt en faveur des patrons laïcs et de leurs serviteurs. Ainsi, le pape d'Avignon soutint généralement les candidats royaux, et le souverain disposa alors des dignités bien au-delà de son droit de présentation.

Índice de ilustraciones

Leyenda Date de première apparition des dignitaires suédois
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25218/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 82k
Leyenda Fréquentation universitaire et origine sociale des dignitaires suédoisOrigine sociale0 : indéterminée1 : Haute noblesse2 : Noblesse3 : Familles de bourgmestres4 : Bourgeoisie urbaine7 : Pauper à l'université1 : Fréquentation universitaire
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25218/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 113k

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search