Version classiqueVersion mobile

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les quartiers canoniaux des cathédrales en France

Jean-Charles Picard

Texte intégral

1En 1986 s'est constitué sous l'égide du cnrs le groupe de recherche « Sociétés et cadres de vie au Moyen-Age : approches archéologiques » présidé par Mademoiselle Gabrielle Demians d'Archimbaud. Une des recherches menées par ses membres a porté sur les quartiers canoniaux des cathédrales et des collégiales séculières. En effet, l'organisation des chapitres de chanoines à l'époque carolingienne a marqué durablement la topographie urbaine. Non seulement il fallut construire les bâtiments nécessaires à la vie du chapitre, réfectoire, dortoir, cellier, four, etc..., mais les chanoines ont tôt ou tard abandonné la vie commune et se sont installés dans des maisons individuelles dont la présence donne sa physionomie au quartier, qu'elles se rassemblent en un bloc plus ou moins compact ou qu'elles soient dispersées au milieu des maisons des laïcs.

  • 1 J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans la ville, recherches sur la top (...)

2Pour mener cette étude, notre groupe a préparé des notices présentant les quartiers canoniaux sur lesquels travaillait chacun d'entre nous, notices établies selon les mêmes principes et illustrées par des plans à une échelle commune. En partant de ces notices, il a été possible d'esquisser l'histoire des différents éléments constitutifs des quartiers canoniaux. Cette enquête est en cours de publication1. Je voudrais présenter ici certaines de ses conclusions qui éclairent le mode de vie des chanoines et l'image qu'ils voulaient donner d'eux-mêmes. Même si notre enquête s'est aussi étendue à des collégiales, je ne parlerai ici que des quartiers canoniaux des cathédrales.

  • 2 J.-C. Picard, « Les origines des quartiers canoniaux », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la dire (...)

3Les promoteurs carolingiens de la réforme canoniale croyaient revenir à la pratique de l'Eglise antique. En fait, ils ont innové, et l'organisation des chapitres de chanoines marque une date importante dans l'histoire de l'institution ecclésiale. A vrai dire, il est difficile de savoir s'il était fréquent, avant l'époque carolingienne, que les clercs attachés au service de la cathédrale vivent en commun, mais il est clair qu'en ce cas, ils habitaient avec l'évêque dont ils partageaient l'existence : c'est le cas à Hippone, au temps d'Augustin, comme en Espagne au viie siècle, dans l'entourage d'Isidore de Séville. Pour la Gaule, nous savons seulement qu'au vie siècle au moins, les clercs de la cité prenaient généralement leur repas ensemble sous la présidence de l'évêque2.

  • 3 La meilleure édition est celle de J.-B. Pelt, Etudes sur la cathédrale de Metz. La liturgie, ve-xii (...)
  • 4 J. Le Maho, « Rouen », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans la (...)

4La première étape dans l'organisation des chapitres cathédraux remonte au règne de Pépin, et le mérite en revient à l'archevêque de Metz Chrodegang qui est alors le chef de l'Eglise franque. On sait qu'il a fait mettre par écrit vers 755-757 une Règle destinée aux chanoines de sa cathédrale3. Il ne s'agit pas d'un texte normatif de caractère général, car beaucoup de ses dispositions pratiques sont liées à la topographie locale. Cependant, les principes qu'elle énonce ont une valeur générale, et Chrodegang comptait sans doute que son exemple serait imité. Il est probable qu'il a été suivi par l'archevêque de Rouen Rémi : J. Le Maho a retrouvé des aménagements qui datent de cette époque4. Rémi partageait l'enthousiasme de Chrodegang pour le chant romain. L'organisation d'un chapitre cathédral n'est pas un préalable nécessaire à son adoption même si elle favorise sa pratique, mais les deux faits témoignent du primat accordé à la liturgie. En effet, il ne faut jamais oublier que la célébration de l'office est l'activité première des chanoines : dans presque tous les chapitres, le chantre figure en bon rang parmi les dignitaires.

5L'archevêque de Lyon Leidrade partageait également l'intérêt de ses confrères pour le chant romain : il avait obtenu que le successeur de Chrodegang, Angilramne, lui envoie un de ses chanoines pour former les clercs de Lyon ; peut-être s'agit-il d'Amalaire, dont on a conservé les oeuvres sur la liturgie. Lui aussi, il a organisé ses clercs en chapitre. Mais on ne sait si ces quelques exemples sont restés isolés. On peut seulement noter qu'en 813, lorsque se réunit une série de conciles régionaux, seuls les évêques rassemblés à Mayence et à Tours semblent s'intéresser vraiment à la vie commune des clercs.

  • 5 Ed. A. Werminghoff, MGH, Concilia, ii, 1, Hanovre-Leipzig, 1906, p. 308-420.

6La seconde étape, décisive, c'est évidemment le concile d'Aix-la-Chapelle de 816. Avant même d'entreprendre la réforme des monastères, Louis le Pieux et son conseiller Benoît d'Aniane ont voulu mettre en place un nouveau statut des clercs séculiers. L'institutio canonicorwn est d'abord un code complet de droit canonique à l'usage des clercs séculiers5. C'est seulement avec l'article 114 que commence la Règle proprement dite, dont le texte reprend pour l'essentiel les dispositions de Chrodegang en leur donnant un caractère général. On n'y trouve pas de description de l'établissement canonial type, mais le texte mentionne les bâtiments indispensables à la vie commune. Ils sont au nombre de trois, et leur énumération revient pendant des siècles comme un leitmotiv chaque fois qu’il est question de rétablir la vie commune des clercs : claustrum, dormitorium, refectorium.

7Claustrum ou claustra – les deux formes sont interchangeables –, c'est l'enclos canonial, solidement fermé par des portes surveillées par un portier qui remet le soir les clés au prévôt, « préposé » par l'évêque à la direction du chapitre. La règlementation carolingienne institue un véritable enfermement des chanoines qui ne doivent pas se mêler aux laïcs ; on craint qu'ils ne s'abandonnent à l'oisiveté, qu'ils ne traînent dans les rues de la ville et qu'ils ne donnent prise aux critiques des laïcs. Ces derniers ne pénètrent pas, en principe, dans l'enclos : à Metz, des hommes peuvent être invités au réfectoire, mais ils doivent déposer leurs armes devant la porte avant d'y entrer. L'accès des femmes est totalement interdit ; Chrodegang précise qu'elles peuvent quant même entrer dans la cathédrale car celle-ci fait partie, dans une certaine mesure, de l'enclos canonial.

  • 6 Y. Esquieu, Quartiers canoniaux (voir note 1) ; « Les constructions canoniales des chapitres cathéd (...)
  • 7 P.-E. Wagner, « Metz », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans la (...)
  • 8 J.-Fr. Reynaud, « Lyon », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans (...)

8Le réfectoire et le dortoir sont indispensables pour la vie commune. Y. Esquieu a montré que, dans le Midi, ils étaient souvent groupés dans un seul corps de bâtiment, la « chanoinie » (canonica), qui comporte le réfectoire au rez-de-chaussée et le dortoir à l'étage6. Un des plus anciens exemples conservés se trouve à Aix-en-Provence, dont la chanoinie a été construite dans la seconde moitié du xie siècle pour accueillir ceux des chanoines qui souhaitaient mener la vie commune. On retrouve ce type de bâtiment attesté à une date plus récente à Avignon et à Narbonne (« mas de canonica »). Il pourrait remonter aux origines des enclos canoniaux. A Rouen, J. Le Maho a fouillé un grand bâtiment isolé comportant un espace central pour un feu ; c'est donc un chauffoir, qui comportait peut-être un étage, et qu'on doit peut-être rapprocher de la « chanoinie ». A Metz, au xiie siècle, le dortoir est situé à l'étage du réfectoire, au sud-est du cloître. Cette disposition peut être ancienne car il ne semble pas que l'enclos canonial ait jamais été réorganisé7. A Lyon, J.-Fr. Reynaud a montré qu'une construction carolingienne occupait la même position que celle de Metz, au sud de la cathédrale Saint-Jean : est-ce le conclave du texte de Leidrade8 ?

9Les chanoines âgés ou malades pouvaient avoir un logement séparé et la Règle de Chrodegang, moins stricte (ou plus réaliste) que la Règle d'Aix, prévoit que l'évêque peut également accorder des dérogations à d'autres chanoines. Le terme de mansio, utilisé dans les sources de l'époque, est ambigu : s'agit-il de cellules regroupées dans un même bâtiment, ou de maisons individuelles ? En tout cas, c'est cette seconde solution qui a été adoptée par la suite. Les deux Règles prévoient également un hôpital pour les chanoines et un autre pour les pauvres, ainsi que des bâtiments utilitaires, à commencer par un cellier.

  • 9 H. Bernard, « Cloîtres et salles capitulaires », dans Liber amicorum, études offertes à Pierre Boug (...)

10En revanche, il n'est pas question de la salle capitulaire, alors que la réunion du chapitre est soigneusement décrite. C'est que la salle capitulaire n'est « inventée » que quelques années plus tard, par l'abbé de Saint-Wandrille Anségise9. On se réunissait sans doute dans le dortoir, voire dans le réfectoire, ou sous une des galeries du cloître, comme cela est prévu sur le célèbre plan de Saint-Gall. A Metz, encore au xiie siècle, on tenait le chapitre dans la galerie nord du cloître, qui constituait en même temps le rez-de-chaussée de la chapelle des chanoines, Saint-Paul. C'est une disposition archaïque, qui doit donc remonter à l'époque de l'organisation du chapitre.

  • 10 C. Sapin, « Le problème du cloître à galeries dans l'architecture canoniale », dans J.-C. Picard, Y (...)
  • 11 H.R. Sennhauser, « Les églises abbatiales carolingiennes de Suisse », communication au colloque sur(...)
  • 12 H. Bernard, op. cit.

11Le cloître, lui non plus, n'est pas mentionné par les Règles carolingiennes10. Il faut prendre garde à l'ambiguïté des termes claustrum et claustra : je ne connais pas de texte des ixe-xe siècles où ils désignent autre chose que l'enclos canonial. Cette absence peut surprendre : le mode de vie imposé aux chanoines était très proche de celui des moines, et il paraît normal qu'on se soit inspiré du plan des monastères pour organiser l'enclos canonial. Mais il ne faut pas se laisser obnubiler par le plan de Saint-Gall. On sait que ce dernier n'a pas de caractère officiel, et que, même à Saint-Gall, on ne l'a pas suivi lors de la reconstruction du monastère11. En fait, le cloître n'était pas encore devenu un élément indispensable dans un monastère. On le rencontre surtout dans les grandes abbayes du nord de l'empire, à Saint-Riquier peut-être12, en tout cas à Lorsch et dans des monastères du sud de l'Allemagne ou du nord de la Suisse. Chrodegang a participé à la fondation de Lorsch dont il fut le premier abbé, ce qui explique sans doute qu'il y ait un cloître à Metz, comme nous venons de le voir. En dehors de ce cas, seule l'archéologie nous renseigne sur l'existence dès cette époque d'éventuels cloîtres canoniaux. C’est le cas, pour le moment isolé, d'Autun, où C. Sapin a mis au jour deux galeries d'un cloître vraisemblablement carré construit dans la seconde moitié du ixe siècle : sa présence montre que l'évêque Jonas a voulu installer ses chanoines sur un grand pied. Dans le midi, de l’avis d'Y. Esquieu, le cloître est totalement inconnu à cette époque.

12C'est donc bien dans un monastère que la Règle d'Aix prévoit de faire vivre les chanoines, mais un monastère selon le modèle qui prévalait encore à l'époque, sans salle capitulaire, et où le cloître pouvait être remplacé par une simple cour. Les contemporains ne s'y sont pas trompés, et les textes des ixe-xie siècles emploient souvent le terme de « monastère » pour désigner l'enclos canonial.

13Le concile de 816 n'a donc pas cherché à imposer un plan type pour l'organisation des quartiers canoniaux. Ses participants étaient certainement conscients du fait que l'installation à proximité de la cathédrale d'un ensemble important de bâtiments, dans des villes où l'espace était très limité, posait des problèmes pratiques que ne rencontraient pas les monastères établis hors de l'enceinte urbaine. Quand on commence à discerner l'organisation des quartiers canoniaux, on s'aperçoit qu'elle présente une grande diversité, qui résulte à la fois des particularités de la topographie de chaque cité, et d'une évolution autonome – une diversité que l'on retrouve dans le domaine institutionnel : sous la pression des contraintes locales, chaque chapitre a inventé ses propres solutions à partir du schéma de départ fourni par la Règle d'Aix.

  • 13 N. Deflou, J.-C. Picard, C. Sapin, « Autun », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de),(...)

14L'organisation des chapitres de chanoines prit du temps. Il n'est pas sûr que les chanoines eux-mêmes y aient toujours mis beaucoup d'enthousiasme. C'est ainsi qu'à Autun, les évêques s'y reprennent à trois fois pour obtenir que leurs chanoines adoptent la vie commune13. Au vrai, le nouveau mode de vie qu'on leur proposait n'était pas spécialement valorisant : il ressemblait trop à celui des moines pour qu'on ne fasse pas la comparaison, et celle-ci était défavorable aux chanoines qui ne pouvaient manquer d'apparaître comme des moines de second ordre, incapables d'atteindre aux renoncements de la véritable ascèse. Le fait qu'un certain nombre d'anciens monastères aient préféré la Règle des chanoines à celle des moines qu’on devait chercher à leur imposer, parfois sans succès, dans les décennies qui suivirent le concile d'Aix, n'a pas renforcé le prestige des chanoines.

  • 14 K. Zeumer, MGH, Formulae merowingici et Karolini aevi, Hanovre, 1882, p. 305, no 26. Ce diplôme a é (...)
  • 15 Gesta domni Aldrici Cenomannicae urbis episcopi, 2, éd. Charles et Froger, Mammers, 1889, p. 12.

15Mais il fallait aussi venir à bout des obstacles matériels. Pour que les chanoines puissent vivre en commun, l'évêque devait construire les bâtiments dont ils avaient besoin ; il devait disposer de terrains libres suffisamment vastes et situés à proximité immédiate de la cathédrale où les chanoines devaient célébrer l'office. Louis le Pieux prit très rapidement des mesures pour permettre aux évêques de disposer des terrains appropriés : s'il s'agissait de terres d'Eglise données en bénéfice, leurs détenteurs devaient les restituer ; si elles appartenaient au fisc, l'empereur en faisait don à l'Eglise, comme cela s'est fait à Rouen14, à Tournai et dans d'autres cités ; si elles appartenaient à un autre propriétaire, celui-ci était obligé d'accepter de les échanger. Nous ne connaissons généralement pas l'usage antérieur des parcelles où s'est établi l'enclos canonial. A Autun, les fouilles ont montré qu'il s'agissait pour une part d'une zone d'occupation domestique dont on ignore si elle est liée à la résidence épiscopale, et pour l'autre d'un petit cimetière. A Rouen, les chanoines s'installent aux abords du sanctuaire nord de la cathédrale double antique, dont leurs bâtiments finissent par occuper l'emplacement au xie siècle. Au Mans, l'évêque Aldric choisit de donner sa propre résidence aux chanoines, ce qui résolvait en partie le problème ; mais elle n'était pas assez vaste, et il dut construire d'autres bâtiments pour accueillir tous ses chanoines, qui avaient des logements particuliers, et reconstruire sa résidence à un autre emplacement15. Certains évêques ont également entrepris la reconstruction de leur cathédrale pour la doter d'un choeur plus vaste où tous les chanoines puissent se rassembler pour célébrer l'office et participer à la célébration de la messe.

  • 16 B. de Vrégille, Hugues de Salins archevêque de Besançon 1031-1066, Lille-Besançon, 1976, p. 388-389
  • 17 Y. Esquieu, « Béziers », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans l (...)

16Nous ne sommes pas en état de dresser un bilan de la réforme canoniale à la fin du ixe siècle et de dire dans quelle mesure les décisions prises à Aix avaient été suivies d'effet. En tout état de cause, les difficultés créées par les raids des Sarrasins, des Normands et des Hongrois, et par le développement des principautés, entraînèrent un arrêt dans la mise en oeuvre de la réforme, voire un retour des chanoines à une vie individuelle, chacun recevant en bénéfice une part des biens du chapitre. C'est aussi pendant cette période que les chapitres commencent à acquérir leur autonomie vis-à-vis de l'évêque, qu'il s'agisse de la désignation de leur chef (le doyen élu supplante le prévôt ou l'archidiacre nommé), ou de la gestion de leurs biens. Cependant, à partir du dernier tiers du xe siècle, les principes d'Aix sont remis à l'honneur, comme à Reims ou à Autun où l'on note un retour à la vie commune et en particulier à l'usage du dortoir. Le mouvement s'amplifie au xie siècle, et c'est probablement à cette époque que la réforme d’Aix a véritablement produit ses effets. Les réformateurs se réfèrent souvent à l'idéal de la « vie apostolique » que Chrodegang invoquait déjà dans le prologue de sa Règle. Mais les préoccupations spirituelles ont aussi évolué, et l'accent est mis de plus en plus sur le renoncement à la propriété individuelle et sur la gestion commune du patrimoine canonial. Cette exigence n'amène pas toujours les chanoines à vivre vraiment en commun, et en particulier, à partager le même dortoir. A Besançon, l'évêque Hugues de Salins impose aux chanoines la mise en commun de leurs ressources, mais ceux-ci continuent à vivre dans leurs maisons16. Quand l'évêque Manfred réforme le chapitre de Béziers à la fin du siècle, il augmente les revenus des chanoines qui devront les gérer collectivement, mais il leur donne aussi des maisons qui forment deux blocs, au nord et à l'est de la cathédrale, « pour qu'ils se consacrent à l'église plus complètement et avec plus de dévotion qu'ils n'ont l'habitude de le faire et qu'ils prient pour les vivants et les morts »17.

17Cependant, certains partisans de la vie commune trouvent la Règle d'Aix trop laxiste. Il lui reprochent aussi – c'est en particulier l'attitude du futur Grégoire VII – d'être l'oeuvre d'un simple concile, qui plus est, d'un concile convoqué par l'empereur, et de ne pouvoir se réclamer, à la différence de la Règle de saint Benoît, de l'autorité d'un saint. Leur préférence va à la Règle de saint Augustin, dans sa version que l'on appelle plus tard l'ordo antiquus pour la distinguer de l'ordo novus, adopté, par exemple, par les Prémontrés, et à qui l'on réservera plus tard le nom de « Règle de saint Augustin ».

  • 18 Y. Esquieu, « Arles », ibid.
  • 19 Fr. Bagneris, « Auch », ibid.
  • 20 Y. Esquieu, « Carpentras », ibid.
  • 21 Y. Esquieu, « Avignon », ibid.
  • 22 Q. Cazes, « Toulouse », ibid.

18Ce renouveau du modèle de la « vie apostolique » n'est sans doute pas étranger à l'apparition d'un grand nombre de cloîtres à galeries dans le Midi à partir du xiie siècle. Le cas d'Arles est particulièrement net18 : la construction d'un cloître roman est entreprise en 1180, au moment où le chapitre adopte la « Règle de saint Augustin » – elle ne sera achevée qu'au xive siècle. Les bâtiments communs sont disposés autour du cloître comme dans un monastère. On retrouve un ensemble du même type à Auch où le chapitre venait d'adopter la vie commune19, et aussi à Carpentras, où on ne possède cependant aucune attestation de vie commune20. Dans cette dernière ville, le cloître n'est pas relié à la cathédrale et au xve siècle, on entreprit la construction d'un nouveau cloître accolé au sanctuaire dont une seule galerie fut finalement construite. A Avignon, où l'on mène la vie commune, on trouve un cloître et des bâtiments communs d'époque romane, mais ils sont situés au chevet de la cathédrale21. A Toulouse, le cloître est construit après la réforme du chapitre. Il est richement décoré de sculptures qui représentent en particulier les fondateurs de l'Eglise locale. Des groupes d'apôtres ornaient la salle capitulaire construite à la même époque ; mais les bâtiments communs sont tous situés à l'est du cloître, entre celui-ci et le rempart de la ville, autour d'une courette22. Le plan monastique classique reste donc exceptionnel.

  • 23 Y. Esquieu, R. Guild, « Aix-en-Provence », ibid.

19Ailleurs, le cloître apparaît comme un élément rajouté, et les bâtiments communs ne s’organisent pas autour de lui. A Aix-en-Provence, le cloître est bâti à la fin du xiie siècle dans la cour délimitée par l'ancienne chanoinie, le cellier et le baptistère ; mais le réfectoire, qui devient le centre de la vie canoniale au bas Moyen-Age, est situé de l'autre côté du baptistère23. Le cloître est donc devenu le symbole de la vie canoniale, même s'il n'est pas d'une grande utilité pratique.

  • 24 H. Flammarion, « Langres », ibid.

20Il en est de même dans la moitié nord de la France, où la vie commune est le plus souvent abandonnée au cours du xiie siècle. Les chanoines construisent quand même – ou reconstruisent – un cloître à l'époque gothique. Après l'achèvement de la nouvelle cathédrale Saint-Mammès, le chapitre de Langres fait édifier un cloître à galeries qui est terminé avant le milieu du xiie siècle. Il comporte un étage, où l'on trouve de quoi nourrir le corps et l'esprit : un grenier, la bibliothèque, l'école et une chapelle. Cependant, la salle capitulaire n'est pas en communication avec le cloître, mais avec la cathédrale24.

  • 25 A. Saint-Denis, « Laon », ibid.

21Cependant, la reconstruction du cloître reste souvent partielle. A Rouen, un grand cloître est mis en chantier au xiiie siècle, mais les travaux sont interrompus avant la fin du siècle alors que seule la galerie orientale est achevée. A Autun, les chanoines ne reconstruisent que les galeries est et sud, et pas en même temps. L'agrandissement de la cathédrale à l'époque gothique provoque parfois la suppression d'une partie du cloître qu'on n'a pas voulu déplacer ; c'est le cas à Auch en 1429. Le cloître gothique de Laon ne comporte qu'une seule galerie, parallèle au flanc sud de la cathédrale à laquelle elle est reliée par une travée en retour à chacune de ses extrémités25. L'agrandissement de la cathédrale au xiie siècle a provoqué la destruction de la plus grande partie du cloître antérieur, roman, voire carolingien. Faute d'espace libre, les chanoines ne l'ont pas reconstruit plus au sud, mais ils ont quand même réédifié en style gothique la galerie qui subsistait. Cependant, la salle capitulaire a été placée dans le préau, une disposition tout à fait exceptionnelle qui s'explique sans doute, à nouveau, par le manque de place. Le mur extérieur du cloître, celui qui s'offre à la vue des bourgeois, est imposant, mais à l'intérieur, il n'y a plus qu'un couloir de circulation. Le cloître tend à devenir un symbole dont l'utilité est réduite.

  • 26 Y. Esquieu, « Les bâtiments de la vie commune », ibid.

22Les chanoines ont également reconstruit leur réfectoire, même s’il n'est plus utilisé qu'à l'occasion des repas que les fondateurs d'anniversaires ont prévus pour les chanoines, ou pour les distributions faites aux pauvres. Il en est de même pour la salle capitulaire, tard venue dans la liste des bâtiments communs, mais qui conserve plus longtemps que les autres sa fonction première ; quand elle est reconstruite à la fin du Moyen Age ou à l'époque moderne, elle communique souvent directement avec la cathédrale sans être reliée aux autres bâtiments communs que les chanoines n'utilisent plus26.

  • 27 Y. Esquieu, « Les maisons canoniales », ibid.

23Tôt ou tard, les chanoines ont abandonné le dortoir qui n'abrite plus, là où il subsiste, que les clergeons, élèves de l'école capitulaire, et ils se sont installés dans des maisons27. Ils ont acheté, ou on leur a donné, peut-être dès le ixe siècle, des maisons situées dans les ilôts proches de la cathédrale, afin de pouvoir s'y rendre rapidement pour célébrer l'office. Il est également possible qu'ils aient loti des parcelles non bâties. Là où tout le territoire urbain ne faisait pas partie de l'immunité, puis de la censive ecclésiastique, les chanoines se sont installés en priorité dans la zone qui relevait de l'autorité de l'Eglise ; mais ils ont également élargi leur emprise et dans certaines villes, ils sont devenus seigneurs de leur territoire aux dépens de l'évêque. Du fait de cette évolution, il subsiste souvent dans l'enclos canonial des maisons qui appartiennent à des laïcs, et dont on apprend généralement l'existence quand les chanoines les rachètent (Autun, Langres, Laon). Mais on trouve aussi des maisons canoniales à l'extérieur de l'enclos (Autun, Langres, Laon, Reims). Cette constitution progressive du quartier est le résultat d’une politique d'achats menée avec plus ou moins de constance, et le quartier canonial constitue rarement un ensemble régulier.

  • 28 A. Saint-Denis, « Laon », ibid.
  • 29 H. Flammarion, « Langres », ibid.

24A Laon28, des maisons situées dans l'enclos appartiennent à des laïcs au xiie siècle, et il y a des maisons canoniales à l'extérieur. Dans les années 1160-1200, le quartier canonial est l'objet d'une restructuration destinée à regrouper la totalité des bâtiments appartenant au chapitre dans le périmètre de l'immunité : c'est une réaction de prudence dans une ville où les heurts avec la population étaient fréquents. Ceci explique l'exceptionnelle régularité du quartier canonial de Laon, de forme rectangulaire. Mais au xive siècle, il y a de nouveau des maisons hors du cloître. A Langres29, le chapitre qui vient de terminer la construction d'un cloître à galeries entreprend en 1255 de s'étendre vers le nord, de l'autre côté du palais épiscopal, planifiant l'extension du quartier canonial. Cerné, l'évêque finit par échanger en 1265 son ancien palais contre une série de maisons canoniales situées à l'est de la cathédrale, et c'est là qu'il s'installe, contre le rempart de la ville.

  • 30 R. Bony, Y. Esquieu, « Vienne », ibid.

25La manière dont s'est constitué le quartier canonial explique que ses limites soient très irrégulières. Parfois, on n'arrive même pas à déterminer la limite du quartier, tant les maisons canoniales et les maisons laïques s'enchevètrent, comme à Vienne30. Un certain nombre de quartiers canoniaux n'ont pas de porte, comme à Narbonne. Autre cas de figure : quelques maisons, généralement celles des dignitaires, sont bien groupées autour des bâtiments communs, comme à Carpentras où elles donnent sur le cloître. Il s'agit de chapitres où les simples chanoines ont continué plus longtemps qu'ailleurs à utiliser le dortoir. Quand cette obligation est abandonnée, ils s'installent en ville sans plus se soucier de rester groupés autour de la cathédrale, parce que l'absenteïsme s'est développé entre temps ; la participation quotidienne à la liturgie n'est plus alors ressentie comme une obligation majeure, et on ne soucie pas de la rendre plus facile en se logeant à proximité immédiate de la cathédrale.

26En général, les chanoines sont malgré tout restés fidèles au principe carolingien de l'enclos, et des portes ferment l'accès au quartier canonial qui s'appuie d'ailleurs parfois, sur un ou deux côtés, contre le rempart urbain. Le plus souvent, on s'est contenté de barrer l'extrémité des rues où se trouvaient les maisons canoniales, et les portes du Cloître sont très nombreuses (6, puis 10 à Langres par exemple) ; la clôture du quartier est simplement constituée par les murs postérieurs des maisons dont la porte d'entrée donne sur une des rues du Cloître. Les statuts canoniaux précisent que les propriétaires de ces maisons ne doivent pas ouvrir de portes dérobées donnant sur l'extérieur du quartier canonial.

  • 31 Y. Esquieu, « Arles », « Viviers », ibid.
  • 32 T. Soulard, « Limoges », ibid.
  • 33 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 219. J.-F. Reynaud, C. Sapin, « La place du quartier canonial (...)

27En revanche, les enclos fortifiés sont assez rares et généralement tardifs. Il ne faut pas ranger dans cette catégorie les portes monumentales que l'on rencontre à Viviers (elle est devenue ensuite la base du campanile de la cathédrale) ou à Arles : élevées pour souligner la puissance du chapitre, elles ont un caractère décoratif et ne s'intègrent pas dans un dispositif militaire31. L'apparition des enclos fortifiés est généralement liée à un conflit entre les chanoines et le seigneur laïc de la ville ou de ses environs. A Lyon, les chanoines se protègent du comte du Forez en construisant à la fin du xiie siècle une enceinte crénelée pourvue de tours ; c'est peut-être sa mise en place précoce qui explique la forme régulière du quartier canonial. A Viviers, dont le site bénéficie d'une défense naturelle, une enceinte est construite au xiiie siècle, dans des circonstances inconnues. En 1320, l'évêque de Langres fait détruire les « murs crénelés » édifiés par le chapitre. La guerre de Cent ans provoque la construction de l'enceinte du chapitre de Limoges, en 1372, après que le Prince Noir ait pillé la Cité et mis son enceinte hors d'usage.32 Le plus souvent cependant, la guerre amène l'ouverture du quartier, car le pouvoir civil réclame le libre passage pour les besoins de la défense, comme à Autun, à Laon ou à Narbonne, où les chanoines doivent même accepter en 1361 de laisser leur cloître ouvert la nuit. On craint ausssi que l'ennemi ne s'empare du quartier canonial et ne s'y enferme. D'une manière générale, les habitants de la cité sont hostiles à la cloture du quartier canonial quand des rues fréquentées le traversent comme c'est le cas à Amiens ou à Auxerre : les chanoines se voient interdire de clôre leur quartier33.

28A l'époque gothique, les chanoines déploient donc une activité de bâtisseurs d'autant plus remarquable que l'absenteisme à l'office et la non résidence se développent alors dans leurs rangs. Les chapitres des cathédrales connaissent, à partir de la fin du xiie siècle, une crise analogue à celle que traversent les moines bénédictins, et qui a sans doute les mêmes causes. Comme eux, ils étaient chargés de prier pour les vivants et les morts et d'assurer le salut de la communauté chrétienne par la célébration assidue de la liturgie ; toutes leurs autres activités étaient secondaires. L'émergence d'une conception plus personnelle de la religion, le développement de nouvelles aspirations spirituelles auxquelles vont répondre les Mendiants, met en question leur utilité. On sait qu'un certain nombre d'entre eux vont s'investir dans d'autres activités, l'administration ou l'enseignement, au détriment de la vie communautaire et de la célébration de la liturgie dans la cathédrale. Cela ne les empèche pas d'agrandir et d'embellir leurs bâtiments communs qui ne sont plus seulement le symbole, mais presque le substitut d'un mode de vie de type monastique qu'ils ne mènent plus.

Notes

1 J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans la ville, recherches sur la topographie des quartiers canoniaux en France, La Garenne Colombes, Editions de l’Espace Européen, 1991. Notre groupe comptait parmi ses membres Yves Esquieu qui venait de soutenir sa thèse sur les Quartiers canoniaux des cathédrales dans la France méridionale, Paris, Presses du cnrs, 1992 (coll. du cra), sous presse. Ses recherches témoignent d'un regain d'intérêt pour les quartiers canoniaux qui se manifeste également dans le livre récent de A. Erlande-Brandenburg, La cathédrale, Paris, Fayard, 1989.

2 J.-C. Picard, « Les origines des quartiers canoniaux », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans la ville, op. cit.

3 La meilleure édition est celle de J.-B. Pelt, Etudes sur la cathédrale de Metz. La liturgie, ve-xiiie siècles, Metz, 1937.

4 J. Le Maho, « Rouen », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans la ville, op. cit.

5 Ed. A. Werminghoff, MGH, Concilia, ii, 1, Hanovre-Leipzig, 1906, p. 308-420.

6 Y. Esquieu, Quartiers canoniaux (voir note 1) ; « Les constructions canoniales des chapitres cathédraux du sillon rhodanien et du littoral méditerranéen au temps de la Réforme grégorienne », Cahiers de Fanjeaux, 24 (1989), p. 19-39 ; « Les bâtiments de la vie commune », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans la ville, op. cit.

7 P.-E. Wagner, « Metz », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans la ville, op. cit.

8 J.-Fr. Reynaud, « Lyon », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans la ville, op. cit.

9 H. Bernard, « Cloîtres et salles capitulaires », dans Liber amicorum, études offertes à Pierre Bougard, Arras, 1987 (Mémoires de la Commission départementale d'histoire et d'archéologie du Pas-de-Calais, 25), p. 35-56.

10 C. Sapin, « Le problème du cloître à galeries dans l'architecture canoniale », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans la ville, op. cit. Voir aussi les publications de Y. Esquieu citées ci-dessus.

11 H.R. Sennhauser, « Les églises abbatiales carolingiennes de Suisse », communication au colloque sur L'architecture religieuse des Carolingiens à l'an Mil, Nanterre, avril 1991.

12 H. Bernard, op. cit.

13 N. Deflou, J.-C. Picard, C. Sapin, « Autun », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans la ville, op. cit.

14 K. Zeumer, MGH, Formulae merowingici et Karolini aevi, Hanovre, 1882, p. 305, no 26. Ce diplôme a été inclus dans un recueil de modèles : les scribes de la chancellerie pensaient qu'ils auraient à établir d'autres diplômes du même type.

15 Gesta domni Aldrici Cenomannicae urbis episcopi, 2, éd. Charles et Froger, Mammers, 1889, p. 12.

16 B. de Vrégille, Hugues de Salins archevêque de Besançon 1031-1066, Lille-Besançon, 1976, p. 388-389.

17 Y. Esquieu, « Béziers », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans la ville, op. cit.

18 Y. Esquieu, « Arles », ibid.

19 Fr. Bagneris, « Auch », ibid.

20 Y. Esquieu, « Carpentras », ibid.

21 Y. Esquieu, « Avignon », ibid.

22 Q. Cazes, « Toulouse », ibid.

23 Y. Esquieu, R. Guild, « Aix-en-Provence », ibid.

24 H. Flammarion, « Langres », ibid.

25 A. Saint-Denis, « Laon », ibid.

26 Y. Esquieu, « Les bâtiments de la vie commune », ibid.

27 Y. Esquieu, « Les maisons canoniales », ibid.

28 A. Saint-Denis, « Laon », ibid.

29 H. Flammarion, « Langres », ibid.

30 R. Bony, Y. Esquieu, « Vienne », ibid.

31 Y. Esquieu, « Arles », « Viviers », ibid.

32 T. Soulard, « Limoges », ibid.

33 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 219. J.-F. Reynaud, C. Sapin, « La place du quartier canonial dans la ville », dans J.-C. Picard, Y. Esquieu (sous la direction de), Les chanoines dans la ville, op. cit.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search