Version classiqueVersion mobile

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Effectifs et recrutement du clergé séculier français à la fin du Moyen Age

Vincent Tabbagh

Texte intégral

  • 1 AD Haute Vienne, G 664. Voir L. Pérouas, Les Limousins, leurs saints, leurs prêtres, du xve au xix(...)
  • 2 Agen. AD Lot-et-Garonne, série G, fonds de l'évêché, sous série A, n° 3 : Registre de tonsure et d (...)

1Il n'existe dans aucun diocèse français d'état descriptif du clergé, de matricule qui aurait permis aux évêques ou à leurs officiers de prendre une vue globale des effectifs de clercs placés sous leur juridiction. La question ne les préoccupait sans doute guère, puisque les registres de visites pastorales, s'ils comptent les livres liturgiques et observent les tuiles des toitures, ne dénombrent pas systématiquement les prêtres et les clercs de chaque paroisse. Un document de ce type n'apparait que tardivement, à Limoges vers 15301. Force est donc d'utiliser un autre moyen d'approche, les registres d'ordinations, ces listes de récipiendaires de la tonsure, des ordres mineurs et de chacun des ordres majeurs, classées par cérémonie de réception et par ordre reçu, qui servaient de justificatif et de moyen de contrôle pour l'établissement des attestations délivrées à chaque nouvel ordonné. Ces registres ont aussi une finalité comptable, puisqu'y figurent les versements payés lors de la délivrance de ces lettres. Ils ne sont pas légion, et forment rarement des séries longues et continues ; certains ne mentionnent que les tonsurés ; mais en l'état, ils fournissent tout de même nombre de renseignements pour évaluer les effectifs cléricaux et saisir quelques caractères du recrutement sacerdotal. Si l'on y ajoute des données tirées des cahiers du secrétaire de l'archevêque, à Rouen, on obtient des éléments concernant différentes périodes du xve siècle pour quatre diocèses, Paris, Sées, Sens et Rouen, et des chiffres à un moment précis pour dix autres, Agen, Angers, Auxerre, Beauvais, Bourges, Châlons-sur Marne, Grenoble, Langres, Limoges et Toulouse2.

  • 3 AD Lozère, G 2165, 22 et 25/10, 27 et 30/12/1524.

2La signification spirituelle et sociale de la tonsure semble assez limitée. Tout garçon peut la recevoir à partir de sept ans, du moment qu'il est libre, de naissance légitime, et qu'il fait preuve d'un minimum de connaissances. Les deux premières conditions peuvent être remplies par l'achat de lettres de franchise ou de légitimation. Par la seule présence de deux témoins qui l'accompagnent lors de la réception, l'impétrant apporte la preuve qu'il satisfait à ces exigences : il n'y a pas d'examen rigoureux des candidatures. L'âge de réception, vraiment connu dans le seul diocèse de Châlons, s’étend de sept à vingt-quatre ans, les villageois étant en moyenne un peu plus âgés que les urbains. Si seul un évêque a pouvoir de tonsurer, la cérémonie ne s'entoure pas d'un grand faste. Elle peut très bien se dérouler dans une pièce du château épiscopal, et l'on rencontre même à Mende, au début du xvie siècle, des tonsures reçues dans l'auberge où l'évêque a fait étape3. Car c'est souvent à l'occasion de tournées de visite dans son diocèse, pour se rendre dans l'une de ses seigneuries, ou pour aller réconcilier telle église ou tel cimetière, que l'ordinaire vient tonsurer, dans les principales bourgades, les adolescents de la région. Tonsure et confirmation sont souvent conférées ensemble, et aux yeux de certains, la première n'est qu'une redondance, réservée aux garçons, de la seconde.

3La réception des ordres majeurs est un geste d'un tout autre poids. Elle se fait à une date précise, six fois par an, toujours un samedi, celui qui précède le cinquième dimanche de carême, le samedi saint, et les samedis des Quatre-Temps, qui suivent le premier dimanche de carême, la Pentecôte, l'Exaltation de la Sainte-Croix le 14 septembre et la Sainte-Luce le 13 décembre. Ces ordinations ont lieu le plus souvent dans la cathédrale ou la chapelle épiscopale, mais une autre église, même régulière, les accueille parfois. Les conditions d'accession sont beaucoup plus rigoureuses que pour la tonsure. A des exigences de savoir contrôlées par un examen, qui relève de la responsabilité de l'évêque lui-même, ou de l'archidiacre dans certains diocèses comme Paris, s'ajoute, dès la réception du sous-diaconat, la possession nécessaire d'un revenu minimal, sous forme d'un bénéfice ou d'un titre patrimonial, c'est-à-dire d'une rente annuelle de quinze ou vingt livres assurée par des immeubles, la famille ou de généreux donateurs. Le célibat s'impose lui aussi dès le sous-diaconat.

4La signification des ordres mineurs est plus ambiguë. Les sources les réduisent presque toujours à l'acolytat, le plus élevé d'entre eux. Dans la plupart des diocèses, et jusqu'à la fin du xve siècle, ils sont conférés uniquement aux mêmes cérémonies que les ordres majeurs ; de plus en plus, les acolytes se destinent immédiatement à ceux-ci. A Toulouse et à Agen, dans les dernières années du xve siècle ou les premières du suivant, une grande majorité des clercs majeurs les ont pris le jour même de leur ordination sous-diaconale. Ailleurs, au contraire, à Sées et à Rouen par exemple, l'acolytat se rapproche de la tonsure, et l'évêque n'hésite plus à le conférer au cours de ses tournées en campagne.

5Consacrer le clergé, aussi bien séculier que régulier, est un monopole de l'ordinaire du diocèse. N'y échappent que quelques vieilles abbayes exemptes, qui peuvent faire tonsurer par un évêque de leur choix, dans les villages de leur domaine, ou faire ordonner leurs propres membres, voire des séculiers nés dans le territoire de leur exemption, comme Fécamp. Mais les religions plus récentes, cisterciens et mendiants par exemple, reçoivent toujours les ordres des mains de l'évêque diocésain.

  • 4 C'est aussi le cas dans le diocèse de Reims en 1474 : P. Desportes « L'enseignement à Reims aux xi (...)
  • 5 A Sées, 525 tonsurés par an entre 1464 et 1476.
  • 6 Le chiffre de Langres, 1,16 tonsuré par paroisse et par an, est sujet à caution car il ne repose q (...)
  • 7 A Rouen, 823 tonsurés en moyenne par an de 1488 à 1492, à Sens 365 par an d’octobre 1484 à avril 1 (...)

6Au début du xve siècle, les effectifs des clercs tonsurés chaque année sont souvent élevés : près de 3000 à Rouen entre 1409 et 1413, 600 à Paris entre 1401 et 1407, 476 à Sées dans les années 1410. Cependant, l'évêque de Grenoble ne tonsure pas 90 garçons par an, entre 1397 et 1407. Par delà les fortes disparités de taille et de densité de population, des différences dans l'ampleur du recrutement apparaissent donc entre les diocèses ; chaque paroisse de celui de Grenoble donne à l'Eglise un clerc tous les quatre ans, contre un tous les ans à Sées ou à Paris, et plus de deux à Rouen, où les tonsurés représentent donc vraisemblablement un tiers de la population totale4. L'évolution dans le cours du siècle suit plus largement celle de l'ensemble de la population, décroissante dans de nombreuses régions, qu'elle ne reflète une modification des comportements et un recul de la réception de la couronne. Entre 1449 et 1451, l'évêque de Paris tonsure 400 clercs par an, celui de Sées 360 entre 1444 et 1453 ; par rapport au début du siècle, la diminution est du tiers pour Paris, du quart seulement pour Sées. La proportion de clercs dans la population reste donc élevée pour ces deux diocèses, comme dans celui de Limoges dont les seules campagnes fournissent 680 tonsurés entre octobre 1459 et octobre 1460. Pourtant s'amorcent dès cette époque les évolutions divergentes qui marquent la seconde moitié du siècle. Certaines régions voient s'affaiblir l'attrait de ces réceptions. Dans les années 1460, les candidats ne sont plus que 380 par an dans le diocèse de Paris, alors que les effets d'une reprise démographique sont sans doute dejà sensibles. Le taux annuel par paroisse est de 0,64 dans le diocèse de Sens entre 1470 et 1473, et même 0,26 seulement pour Beauvais entre 1477 et 1480, mais là ne figurent pas dans le registre d'éventuelles tournées hors de la ville, et ce diocèse a été très atteint par la guerre quelques années plus tôt. A Rouen, on ne rencontre plus que 1250 tonsurés par an dans les années 1480, soit une baisse de 60 % par rapport au début du siècle. Comme en même temps d'autres diocèses, Sées par exemple, retrouvent voire dépassent leurs effectifs d'alors5, les contrastes entre régions sont saississants vers 1500, à un moment où les données se multiplient. Alors que Châlons-sur-Marne en 1503, et Agen en 1506-1507, comptent plus de deux nouveaux clercs par paroisse et par an, et même 3,5 à Toulouse en 1482, Langres n’en comprend guère plus d'un seul6, et les chiffres sont encore plus faibles ailleurs, 0,74 à Rouen, vers 1490, 0,55 à Sens entre 1484 et 1487, 0,30 à Bourges en 1509-1510. A Sées, la diminution est sensible dans les années 1490, si bien que pour 1496-1499, l'évêque ne consacre plus que 205 tonsurés par an, 0,4 par paroisse, avant que les effectifs ne remontent fortement dans les premières années du xvie siècle7.

  • 8 AD Lozère, G 2164.

7La plupart des registres de tonsures citent la paroisse d'origine du récipiendaire, le nom de ses parents, précédé de la mention éventuelle de leur décès ; ils regroupent les membres d'une même fratrie. Ces deux derniers éléments, rapprochés de la place des tonsurés dans la population, permettent de mieux comprendre le fonctionnement du recrutement clérical. Les diocèses obéissent à trois modèles différents. Un premier, que l’on peut qualifier de sacrificiel, se présente sous sa forme la plus franche dans les campagnes du Limousin en 1459-1460. Un recrutement massif correspond là à un très petit nombre d'orphelins de père (2,2 %), donc à une tonsure reçue jeune, peu liée aux acquisitions culturelles. La faible proportion de frères (8,4 %) indique que presque chaque famille choisit très tôt le seul garçon qui sera consacré à Dieu, et lui attribue un prénom en relation avec ce choix. Il est frappant de constater par exemple qu’à Saint-Léonard-de-Noblat, sur les huit garçons reçus le 4 novembre 1459, sept, appartenant à des familles différentes, se prénomment Léonard, le dernier étant le frère d'un des sept. Répondent aussi à ce modèle, plus tard, des diocèses comme Agen, où la proportion de frères parmi les 1028 tonsurés entre septembre 1506 et avril 1507 est de 8,2 %, et Mende, où les frères ne forment que 5 % des 411 tonsurés du 10 avril 15208.

  • 9 A Beauvais, sur 382 tonsurés en juin 1514, 12 % d'orphelins et 18 % de frères.
  • 10 AD Seine-Maritime, G 5257.

8Sens, Paris, Beauvais présentent au contraire, pour un recrutement assez réduit, un faible nombre d'orphelins (entre 6 et 11 % à Sens dans la seconde moitié du xve siècle, 8,2 % à Paris dans les années 1460), et une proportion importante de frères, 24 à 28 % à Sens par exemple9. Dans ce modèle élitiste, sans doute progressivement mis en place au cours du siècle, puisque les tonsurés de Sens dans les dernières années du xive siècle ne comprennent encore que 12 % de frères, la couronne est reçue jeune, et elle est normale pour tous les garçons de la lignée, mais dans un petit nombre de familles. Elle a une signification plus sociale que religieuse, puisqu'elle manifeste un niveau de fortune et de culture, et qu'elle conditionne l'accès aux fonctions et aux métiers les plus honorables. Relèvent aussi de ce modèle, sans doute plus urbain que rural, la ville de Langres d'après les ordres de décembre 1510, qui comptent pour 116 tonsurés, dont 77 originaires de Langres même, 26 % de frères, mais aussi la Normandie orientale. Dans l'exemption de Fécamp, en septembre 1500, 22 des 101 nouveaux clercs appartiennent à la même famille, et le cas de Jean Michelson, de Saint-Fromond de Fécamp, qui fait tonsurer son fils Jacques à cette date, puis ses fils Regnault et Nicolas le 6 juin 1506, est sans doute exemplaire10.

  • 11 Il n'y a que 2 % de frères tonsurés en même temps.
  • 12 Il est encore de 1 à 2,6 à Agen en 1506-1507.

9Le diocèse de Bourges, au début du xvie siècle, offre des caractéristiques encore différentes ; la cléricature y apparaît surtout comme une propédeutique. Les tonsurés sont peu nombreux, âgés, puisque 27 % sont orphelins de père, mais tous membres d'une famille différente11. Un seul frère, dans un groupe réduit de lignages, accède donc tardivement aux ordres, après avoir reçu une formation solide, par un choix qui semble relativement personnel. La tonsure est ici le premier pas vers les ordres majeurs et l'image est oubliée, alors qu'encore présente dans les autres régions, du « status » des clercs comme élément spécifique de la société chrétienne, avec ses privilèges et ses exigences particulières, la coupe des cheveux, le vêtement sobre et long, le mariage « cum virgo et unica », qui placent dans une situation intermédiaire entre les gens mariés d'une part, les moines et les clercs majeurs de l'autre. A Bourges, le nombre de prêtres est égal à celui des tonsurés, dans les ordinations de 1509-1510, alors que le rapport est de un à quinze à Paris dans les années 1460, et de un à vingt à Sens au début des années 147012. Le satut sacerdotal a absorbé le statut clérical.

10L'évolution des effectifs de prêtres, aussi complexe que celle des clercs, marque encore plus profondément les contrastes entre diocèses. Pour le début du xve siècle, les chiffres sont rares. Parmi les 144 ordonnés par an dans le diocèse de Rouen entre 1409 et 1413, ou les treize de celui de Grenoble chacune des années de 1397 à 1407, il n'est pas possible de faire le départ entre réguliers et séculiers, ni surtout entre originaires du diocèse et clercs venus de l'extérieur. Ces derniers sont sans doute nombreux, beaucoup plus que parmi les tonsurés où, sauf à Paris, ils ne représentent jamais qu'une infime minorité. A Sées, entre 1412 et 1418, sur les 94 ordinands par an, 45 % viennent de l'extérieur et un peu plus de 5 % sont des réguliers locaux. On ne compte que 46 séculiers originaires du diocèse par an, ce qui représente près d'un prêtre par paroisse tous les dix ans, chiffre considérable par rapport à celui de Grenoble. A partir de ce recrutement abondant, au moins en Normandie, l'effondrement vers le milieu du siècle est assez brutal, plus en tous cas que pour les tonsurés. A Sées, avec 22 séculiers autochtones entre 1444 et 1453, l'apport annuel représente moins de la moitié de ce qu'il était trente ans plus tôt. A Rouen, les années 1450 ne connaissent plus qu'une soixantaine d'ordonnés par an, y compris les réguliers et ceux qui viennent d'un diocèse voisin. Chaque paroisse du diocèse de Paris ne donne, de 1449 à 1455, qu'entre 0,03 et 0,05 prêtre par an, taux tout à fait semblable à celui de Sées au même moment. Les niveaux de recrutement tendent alors sans doute à s'uniformiser, au moins en France du Nord. Les neuf séculiers du diocèse d'Auxerre consacrés par an dans cette ville entre 1449 et 1452 assurent en effet un taux de 0,04 par paroisse, soit un prêtre par paroisse tous les vingt-cinq ans. Un minimum semble alors inconsciemment préservé partout, celui d'un prêtre pour encadrer en permanence chaque paroisse.

11La seconde moitié du siècle voit le nombre des ordinations s'élever dans tous les diocèses, mais à des rythmes différents, qui conduisent à des oppositions très accentuées entre les régions du royaume au début du xvie siècle. Si l'on assiste à un quasi-triplement à Rouen et à Sées entre 1450 et 1470, le diocèse de Paris donne à l'Eglise 27 prêtres par an, au mieux, vers 1465, contre une vingtaine dix ans auparavant. La reprise est également modeste à Sens. Les 21 séculiers natifs de ses 664 paroisses consacrés chaque année entre 1470 et 1473, soit un taux de 0,03, ne permettent pas d'assurer la présence d'un prêtre dans chacune d'elles, puisqu'il faut aussi peupler les stalles de la cathédrale et des collégiales. Un redressement n'intervient ici que plus tard, avec 44 nouveaux séculiers par an de 1484 à 1487 ; encore est-il éphémère, puisque ce chiffre semble bien décroître dans les années 1490. Ce diocèse doit donc régulièrement faire appel à des ecclésiastiques extérieurs pour le gouvernement de ses âmes, situation qui contraste avec celle de régions pourtant peu éloignées. A Beauvais, 147 originaires du diocèse sont promus en trois ans (1477-1480), à Rouen on dépasse les 200 ordonnés par an dans les dernières années du siècle, à Angers, en deux célébrations, de septembre et décembre 1467, l'évêque consacre 56 prêtres, dont douze venus de l'extérieur, ce qui peut vouloir dire que l'effectif annuel des séculiers nés dans le diocèse est de 120.

  • 13 Le produit des ordinations, qui coûtent chacune 5 sous, monte à 400 1. par an. F. Villard, « Le co (...)
  • 14 Les 84 paroisses de l'archiprêtré de Saint-Junien comptent en moyenne 15 prêtres. AD Haute-Vienne, (...)
  • 15 P. Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en Basse-Auvergne du xive au xvie siècles, (...)

12Mais le contraste est surtout frappant avec la France aquitaine, où règne une véritable surabondance sacerdotale. Entre 1483 et 1497, les 204 paroisses du diocèse de Toulouse voient arriver cinquante nouveaux prêtres par an. A Agen, en cinq cérémonies d'ordres, en 1506-1507, 690 clercs reçoivent la prêtrise, dont près de la moitié viennent des diocèses voisins ; avec 425 originaires par an, les paroisses agennaises ne sont pas loin d'en fournir chacune un ! 96 impétrants venant du diocèse de Cahors, 66 de celui de Sarlat, 31 de Bazas, 22 de Rodez qui n'est pourtant pas limitrophe, toute la région connaît donc ces lourdes cohortes ecclésiastiques, et même sans doute une bonne partie de la France de l'Ouest. Dans le diocèse de Poitiers, peu avant l'arrivée de l'évêque Pierre d'Amboise, en 1481, on tonsure et ordonne 1600 clercs par an13. Vers 1530, 10.000 prêtres environ vivent en Limousin, des bourgades de quelques centaines d'habitants en abritant souvent trente ou quarante14. La Basse Auvergne dispose elle aussi d'une forte densité sacerdotale et en un an, 1521-1522, 417 prêtres sont ordonnés par l'évêque d'Angers, dont 193 séculiers originaires du diocèse, les autres provenant de Touraine ou de Bretagne15.

  • 16 77 de ces prêtres, près de la moitié donc, portant le même nom qu'un ou plusieurs de leurs paroiss (...)

13Comment expliquer pareille opposition entre la France atlantique et un espace séquanais qui comprend au moins les diocèses de Sens et de Paris, mais aussi la partie est de celui d'Evreux, de part et d'autre de la vallée de l'Eure où, d'après un document des environs de 1500, 158 prêtres résident dans 97 paroisses groupant au total 3317 feux, soit 1,6 prêtre par paroisse, ou un pour 21 feux16. Les trois modèles distingués pour le mouvement des tonsures n'ont plus ici qu'un effet limité. Si le modèle sacrificiel correspond sans doute aux espaces de fort recrutement sacerdotal, et explique en partie celui-ci, l'élitiste imprègne des régions dont les effectifs ne sont pas comparables, les diocèses de Paris et de Sens d'un côté, le Pays de Caux de l'autre. Le modèle propédeutique, le plus restrictif quant au nombre des clercs, s'est développé en même temps qu'un attrait marqué pour les ordres majeurs, puisqu'à Bourges 356 diacres, à plus de 80 % séculiers et natifs du diocèse, reçoivent la prêtrise entre mars 1509 et octobre 1510. Il faut plutôt chercher les explications dans la cohésion des communautés paroissiales et leurs conceptions du salut, dans l'image du sacerdoce et ses finalités, les configurations familiales, la politique des évêques aussi.

14En Aquitaine, spécialement en Limousin et Quercy, la grande masse des prêtres a pour tâche non la desserte des paroisses et l'administration des sacrements, mais le service des fondations obituaires. Voués dès leur jeune âge à cette fonction comme au saint patron protecteur de la communauté, ils sont « prêtres filleuls », « fils de l’Eglise » de leur paroisse, celle-ci réservant le monopole de la prière pour ses morts à ceux qui ont reçu le baptême dans ses fonts. Le recrutement est donc étroitement local, la spécificité du comportement et du genre de vie très faible. Les prêtres habitent la maison familiale, participent aux travaux des champs ou exercent un métier, apportent donc une force de travail en plus des quelques revenus qu’ils peuvent tirer de la desserte des fondations. Unissant les vivants et les morts, de fortes solidarités au sein de la paroisse compensent peut-être la dispersion de l'habitat et la distension du cadre familial ; permettant une nette distinction entre ceux qui sacrifient leur activité génératrice au salut de l'ascendance, et ceux qui doivent assurer la descendance, elles maintiennent un certain équilibre démographique en éloignant du système de reproduction un des jeunes hommes de la famille, sans priver le groupe d'une main d'oeuvre utile. La prolifération des prêtres ne constitue pas alors une charge économiquement insupportable, mais un facteur d'accumulation de richesses ; surtout, elle permet d'atteindre l'objectif essentiel, la multiplication effrénée du moyen de salut le plus efficace, la messe, que chaque prêtre n'a droit de célébrer qu'une fois par jour.

15Pareille organisation existe aussi ailleurs, en Normandie certainement, en Anjou sans doute, mais avec moins de netteté et de contraintes, sans par exemple l'exclusivité des services obituaires réservée aux natifs de la paroisse. Là, les continuités et les cohésions prennent corps plutôt dans le cadre familial. A la fin du xve siècle, les espaces les plus anciennement mis en culture, les bons terroirs aux structures familiales fortement nucléaires au coeur du Pays de Caux, donnent davantage de prêtres que les régions périphériques encore en partie forestières, aux familles plus larges. Nombreuses sont les messes anniversaires, ou même les chapellenies, dont les fondateurs espèrent pouvoir réserver le service à leur descendance. Là encore, la création d'un revenu ecclésiastique, pour assurer la subsistance d'un prêtre, n'entraine pas de déperdition de patrimoine pour un groupe donné. Que le cadre soit familial, comme en Normandie, ou paroissial, comme dans le Sud-Ouest, le salut est toujours assuré par une communauté qui prend en charge le financement de ces intermédiaires spécialisés entre l'ici-bas et l’au-delà que sont les prêtres. Cette conception, aux racines anciennes, que l'on pourrait croire en voie d'étiolement sous les coups de la prédication mendiante, de la « devotio moderna » ou de l'évangélisme, reste bien présente dans la France des débuts du xvie, de Rouen à Bourges, d'Angers à Agen et à Toulouse au moins.

  • 17 Entre janvier 1494 et avril 1499, ne sont mentionnées dans le registre que 48 ordinations d'un prê (...)

16Sa disparition explique au contraire la faiblesse du recrutement sacerdotal dans la région parisienne et certains de ses alentours. Le salut y est majoritairement conçu comme le résultat d'une conscience purifiée et droite, d'un comportement conforme à l'évangile, la récompense d’une aventure personnelle d'imitation du Christ. Les fondations de services anniversaires ou de chapellenies ne sont pas absentes, mais changent de signification. Manifestations de mécénat spirituel nécessaires à la conservation d'un rang social, elles répondent surtout à la volonté de pérenniser sa propre existence et de maintenir le prestige de son lignage. Dans cette perspective, la finalité du sacerdoce se modifie ; le prêtre n'est plus le rémouleur de messes et le dispensateur de sacrements, au comportement personnel indistinct, mais le modèle et le guide dans la foi. Les exigences à son égard s'accroissent. Les candidats qui se sentent capables d'y répondre sont donc moins nombreux, et le besoin même de prêtres moins étendu. L'essentiel est d'assurer la présence dans chaque paroisse du curé qui en dirigera les âmes. Certains évêques, acquis à ce nouveau paradigme, recherchent un clergé de mieux en mieux formé et se montrent beaucoup plus rigoureux dans la délivrance des ordres. La politique de Gilles de Laval à Sées est très significative à cet égard. Jusqu'en 1491, il ordonne un nombre relativement élevé de prêtres, mais en imposant des conditions à certains : sur les douze ordinands de septembre 1491, cinq se voient interdire l'exercice de leurs prérogatives jusqu'à la prochaine Pentecôte, ou pour un an, période pendant laquelle ils devront se remettre à étudier ; un nouvel examen leur permettra éventuellement d'user de leur lettre d'ordre. Après 1494, il n'accorde plus la prêtrise qu'à des effectifs réduits17. Dès lors disparaissent des listes d'ordonnés, à Sées comme ailleurs, ces nombreux candidats admis au titre de leur patrimoine personnel ; les consacrés jouissent déjà d'un bénéfice, dans une proportion des trois quarts à Paris dans les années 1461-1465, et de 90 % à Sens vers 1470.

17Cette autre conception du salut et du sacerdoce s'est développée plus facilement dans les milieux urbains de France du Nord, où règnent la mobilité sociale, l'isolement, voire un certain goût de l'indépendance, que dans les campagnes aquitaines par exemple. Dans le diocèse de Rouen, la ville siège de l'évêché donne moins de prêtres que le Pays de Caux, et la plus faible proportion est issue du monde des métiers. Les savoirs techniques particuliers, le goût du secret, la concurrence entre les ateliers, l'intégration dans les foyers d'apprentis hétérogènes nuisent au déploiement des solidarités familiales ou paroissiales, et les artisans laissent à la marchandise et plus encore à la robe les savoirs abstraits nécessaires à l'accession au sacerdoce. C'est donc d'abord à leurs yeux que le prêtre doit adopter des attitudes distinctes et austères, et acquérir une formation poussée, pour justifier de son progressif éloignement social. Mais cette distinction accrue rend en même temps plus difficile l'entrée de leurs fils dans l'Eglise, ce qui explique en définitive l’affaiblissement du recrutement. Le clergé est issu désormais, dans les villes d'entre Loire et Seine, des familles les plus riches et les plus influentes et, à la campagne, de la noblesse et du monde des petits officiers propriétaires.

18Clergé de masse que l'on côtoie chaque jour, familier et familial, ou clergé d'élite du seigneur spirituel de la paroisse, prêtre de la messe pour les morts ou prêtre du soin des âmes, le contraste, nettement marqué, prend naissance dans la différenciation régionale des sociétés et des cultures. Mais l'exemple de Sées montre que l'on peut passer brutalement, par la volonté d'un évêque ou de son entourage, d'un modèle à un autre. Il apporte la preuve que cette opposition s’enracine surtout dans la divergence de deux traditions chrétiennes : d'une part l'esprit de la réforme grégorienne animant une stratégie de christianisation fondée sur la diffusion de savoirs, de croyances et de comportements, et de l'autre des attitudes qui trouvent dans la lente infusion de la prière liturgique et de la communion des vivants et des morts, dans l'incessante et perpétuelle réitération de l'échange sacrificiel entre Dieu et les hommes, les plus sûrs chemins d'accès à la sanctification du monde et les pierres les plus solides de la Jérusalem Céleste.

Notes

1 AD Haute Vienne, G 664. Voir L. Pérouas, Les Limousins, leurs saints, leurs prêtres, du xve au xixe siècle, Paris 1988.

2 Agen. AD Lot-et-Garonne, série G, fonds de l'évêché, sous série A, n° 3 : Registre de tonsure et d'ordination 1506-1507. Angers. AD Maine-et-Loire, G 10 : registre de tonsure et d'ordination 1467-1468. Auxerre. AD Yonne, G 1594 : registre d'ordination 1449-1452. Beauvais. AD Oise, G 2870 à 2874 : registres de tonsure et ordination 1464-1514. Bourges. AD Cher, 8 G 314 : registre de tonsure et ordination 1509-1510. Châlons-sur-Marne. AD Marne, G 410 : registre de tonsure 1503. Voir S. Guilbert, « Couronne et clergie dans le diocèse de Châlons-sur-Marne à la fin du Moyen-Age », dans 109e Congrès national des Sociétés Savantes, Dijon 1984, Histoire médiévale et Philologie, t. 1, Paris, 1985, p. 283-293. Grenoble. U. Chevalier, Visites pastorales et ordinations des évêques de Grenoble de la maison de Chissé, Lyon, 1874. Langres. AD Haute-Marne, G 930 f. 17 et suiv. : registre de tonsure et d'ordination 1510. Limoges. AD Haute-Vienne, G 681 : registre de tonsure 1459-1460. Paris. AN LL 15 à 18 : registres de tonsure 1401-1407, 1449-1468. LL I9 à 21 : registres d'ordination 1449-1455, 1461-1465. Rouen. AD Seine-Maritime G 26 à 34 : comptes du trésorier de l’archevêque. G 272 et G 9435 et suiv. : registres du secrétaire de l'archevêque. Sées. AD Orne 1 G 37 à 40 : registres de tonsure et d’ordination 1412-1419, 1443-1454, 1463-1484, 1485-1499. Sens. AD Yonne G 5 : registre de tonsure et d'ordination 1490-1499. G 205 à 207 : registres de tonsure et d'ordination 1457-1458, 1469-1473, 1484-1491. G 222 : registre de tonsure et d'ordination 1395-1397. Toulouse. F. Mirouse, « Devenir prêtre à Toulouse au xve siècle. Les ordinations du clergé séculier (1482-1497) », Bulletin de littérature ecclésiastique, 1984, p. 41-59.

3 AD Lozère, G 2165, 22 et 25/10, 27 et 30/12/1524.

4 C'est aussi le cas dans le diocèse de Reims en 1474 : P. Desportes « L'enseignement à Reims aux xiiie et xive siècles », dans 95e congrès national des Sociétés Savantes, Reims 1970, section de philologie et histoire, Paris 1975, t. 1, p. 107-122

5 A Sées, 525 tonsurés par an entre 1464 et 1476.

6 Le chiffre de Langres, 1,16 tonsuré par paroisse et par an, est sujet à caution car il ne repose que sur une seule cérémonie d'ordres, en décembre 1510. A Châlons, 670 adolescents sont tonsurés entre octobre et décembre 1503, en divers lieux, pendant la vacance du siège. A Toulouse, diocèse peu étendu, l'effectif des tonsurés en 1482 est de 712.

7 A Rouen, 823 tonsurés en moyenne par an de 1488 à 1492, à Sens 365 par an d’octobre 1484 à avril 1487. Si les effectifs remontent à 822 par an entre 1488 et 1490, ce n'est qu'une flambée. A Bourges, 375 tonsurés entre mars 1509 et octobre 1510.

8 AD Lozère, G 2164.

9 A Beauvais, sur 382 tonsurés en juin 1514, 12 % d'orphelins et 18 % de frères.

10 AD Seine-Maritime, G 5257.

11 Il n'y a que 2 % de frères tonsurés en même temps.

12 Il est encore de 1 à 2,6 à Agen en 1506-1507.

13 Le produit des ordinations, qui coûtent chacune 5 sous, monte à 400 1. par an. F. Villard, « Le conflit entre l'évêque Pierre d'Amboise et le chapitre cathédral pour la juridiction ecclésiastique », Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 1968, p. 355.

14 Les 84 paroisses de l'archiprêtré de Saint-Junien comptent en moyenne 15 prêtres. AD Haute-Vienne, G 664.

15 P. Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en Basse-Auvergne du xive au xvie siècles, Clermont-Ferrand, 1980, p. 816. AD Maine-et-Loire, G 11.

16 77 de ces prêtres, près de la moitié donc, portant le même nom qu'un ou plusieurs de leurs paroissiens, sont sans doute originaires du village où ils résident. 25 sont titulaires d’une maîtrise ès arts. AD Eure, G 138.

17 Entre janvier 1494 et avril 1499, ne sont mentionnées dans le registre que 48 ordinations d'un prêtre originaire du diocèse. Au contraire, l'évêque Claude de Husson reprend une politique d'ordinations massives : entre décembre 1504 et mars 1505, 115 séculiers autochtones sont consacrés par son suffragant.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search