Version classiqueVersion mobile

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L'élaboration de fastes pour l'Église de France : l'exemple d'Amiens

Hélène Millet

Texte intégral

  • 1 Un gdr est un Groupement De Recherche.

1Le programme de recherche intitulé « Fasti Ecclesiae Gallicanae » que vient d'agréer le cnrs sous le sigle « gdr 9931 » a pour objectif d'établir, pour tous les diocèses médiévaux qui couvrent l'espace de la France actuelle et pour les xiiie, xive et xve siècles, des listes chronologiques de leurs notables ecclésiastiques séculiers : évêques, dignitaires et chanoines du chapitre cathédral, officiaux, vicaires épiscopaux et, éventuellement, dignitaires et chanoines des principaux chapitres d'églises collégiales.

2Les notables séculiers constituent un monde relativement homogène. A cette époque, ils appartenaient généralement à plusieurs des ensembles de personnes précédemment définis, soit parce qu'ils cumulaient les bénéfices, soit parce qu'ils les échangeaient, parcourant ainsi une carrière qui les menait à sortir des limites d'un terroir ou d'une région. Comme ils étaient en outre pris dans un maillage serré de réseaux de relations, l'étude du personnel d'un diocèse conduit obligatoirement à collecter en même temps des informations sur la population de plusieurs autres évêchés ; d'emblée, il fallait donc concevoir un programme de travail qui ne soit pas strictement compartimenté mais ouvert à l'ensemble du champ de recherche.

3Mais à vouloir tout faire, on s'exposait aussi à n’avancer que fort lentement. C'est pourquoi, dans ce vaste domaine, certaines priorités ont été définies qui tiennent compte de sa diversité. Les chapitres n'obéissaient pas tous à la même règle : à côté de ceux qui avaient adopté un partage des biens en prébendes individuelles périodiquement redistribuées-ils sont, en France, majoritaires-demeurent ceux qui avaient gardé leurs biens indivis et ne servaient que des portions canoniales ; certaines de ces communautés appartenaient à l'ordre augustinien tandis que d'autres, issues de la transformation d'une abbaye en chef-lieu diocésain, avaient conservé les usages bénédictins. Les chanoines de ces dernières communautés sont généralement plus difficiles à cerner. Sauf cas d'espèce, leurs diocèses ne seront pas traités parmi les premiers. Pareillement, pour ne pas disperser les efforts, on recensera les églises collégiales, mais seuls les chanoines des plus importantes d'entre elles retiendront d'abord l'attention.

  • 2 A ce jour, plus de 70 réponses ont été recueillies, dont la teneur sera reversée dans les dossiers (...)
  • 3 J. Le Neve a doté l’Angleterre de Fasti depuis le xviiie siècle ; ils sont périodiquement révisés (...)

4Logiquement, un programme de cette nature devrait surtout reposer sur les sources diocésaines. Une enquête systématique a d'ailleurs été lancée dans les Archives départementales afin de répertorier la documentation disponible2. Mais il est aussi bien connu que les documents classés dans la série G ne sont guère abondants avant le xve siècle et que, pour certains diocèses, il faut se contenter d'épaves. Cette situation difficile explique sans doute, pour une bonne part, l'énorme retard pris par la France dans le recensement de ses notables diocésains3 ; mais elle ne doit pas conduire à juger la situation désespérée. A la fin du Moyen Age en effet, l'administration pontificale a produit des documents en nombre croissant et les papes d'Avignon, en s'intéressant d'abord à la France, ont permis que soient constitués des trésors d'informations sur le clergé français du xive siècle. En outre, ces clercs ont appartenu, à titre personnel, à des milieux souvent fort bien documentés. Des sources existent donc, mais il convient de les rassembler.

  • 4 Ces équipes, réunies au sein du GDR, sont les suivantes : IRHT, URA 1004 (Politique et Informatiqu (...)

5L'ampleur de la tâche n'échappera à personne. Mais le projet ne part pas de néant et il dispose de bases solides : depuis de longues années, plusieurs équipes du cnrs ont constitué, selon des objectifs et des méthodes qui leur étaient propres, des corpus documentaires riches en données sur les évêques, les dignitaires et les chanoines4. La création du gdr repose sur l'association de ces équipes pour que soient regroupées en un fonds commun les informations qu'elles ont collectées sur les individus :

  • soit parce qu'ils étaient mentionnés dans un cartulaire, une lettre pontificale ou une supplique adressée en curie,
  • soit parce qu'ils faisaient partie de la population des clercs actifs à la curie de Boniface VIII, auprès de Philippe le Bel ou à l'époque du grand schisme,
  • soit parce que, à titre personnel, ils avaient été universitaires, impliqués dans une affaire traitée au parlement de Paris, engagés dans le mouvement humaniste ou simple possesseur de livres.
  • 5 Ce sont les diocèses d'Albi, Avignon, Chartres, Genève, Laon, Limoges, Orange, Orléans, Paris, Rei (...)

6La documentation ainsi rassemblée sera utilisée pour la confection de listes par diocèse et par ordre chronologique dont la réalisation sera confiée à des chercheurs intéressés par l'histoire d'une communauté ou d'un diocèse, voire d'une région. Ils auront la responsabilité de l'identification des individus et de la réalisation progressive de notices sur ces mêmes individus. Onze diocèses sont ainsi actuellement déjà pris en charge5. On n'attendra pas que soit atteint un haut degré de perfection et d'exhaustivité avant que soient lancées ces listes, sous la forme de sorties d'ordinateurs, dans la communauté des médiévistes. En effet, les critiques ou les compléments d'information que chacun voudra bien apporter seront le plus sûr moyen de les améliorer.

7Outre les renseignements issus du fonds commun, ces listes s’alimenteront aussi, bien évidemment, aux résultats des recherches qui auront été consacrées à tout ou partie du diocèse. Elles seront assorties d'un répertoire des sources, d'une bibliographie et d'un dossier où auront été regroupées les informations, glanées ça et là, qui permettent de mieux comprendre le fonctionnement des institutions et, par conséquent, de mieux connaître les personnes : principes de recrutement du personnel, droit et pratique des élections, exercice de la régale, taxation etc.... On recueillera également, chaque fois que cela sera possible, les indications concernant les bâtiments urbains, ceux du quartier canonial, et les autres traces matérielles laissées par ces notables (livres, objets d'orfèvrerie...). L'étude des temporels (celui de l'évêché ou des chapitres) sera en revanche laissée de côté.

8A titre d'expérimentation, et pour que soient mieux saisis les enjeux d'un tel programme, j'ai rassemblé les données détenues par les équipes associées dans le gdr pour un évêché, celui d'Amiens, en hommage à la ville où se tenait le congrès. Les listes jointes à cette communication ne sont qu'un exemple, choisi parmi toutes celles que le recours au logiciel Dbase3 permet de dresser. Elles sont le produit d'un travail élémentaire, facilement améliorable, mais laissé en l’état afin qu'on puisse juger de l'importance et de l'intérêt des résultats ainsi obtenus ainsi que des efforts qui restent encore à fournir pour établir des fastes satisfaisants.

Nature et volume des informations recueillies

  • 6 Eudes de Dijon apparaît néanmoins comme vicaire épiscopal en 1296 dans le fichier de la section de (...)

9La collecte des informations a porté sur le personnel du chapitre de la cathédrale et sur les officiaux. Comme il s'agissait d'établir des listes, les évêques qui, comme tous les évêques français, ne demandent pas tant à être recensés qu'à faire l'objet d'études biographiques systématiques, ont été laissés de côté. Dans les fichiers ou les corpus mis à contribution, aucun de leurs vicaires n'a pu être repéré6.

  • 7 W. M. Newman, Le personnel de la cathédrale d'Amiens (1066-1306), Paris, 1972.

10La façon dont se présentent les informations diffère selon leur provenance. Il peut s'agir soit de notices déjà mises en forme sur un individu, soit de fiches établies à chaque fois qu'un individu se trouvait nommé dans une ou plusieurs sources, soit de fragments de sources extraits d'un corpus documentaire. J'ai en outre utilisé une plaquette publiée par W. M. Newman qui donne des tableaux de noms selon les dignités de 1066 à 13067. Pour réunir toutes ces données, j'ai procédé de la manière suivante :

  • un individu qui avait été à la fois chanoine et official (ou titulaire d'une dignité) a fait l’objet de deux enregistrements, même quand je trouvais ces renseignements sur une même fiche ou dans une même source8 ;
  • un individu repéré dans deux fichiers différents a été enregistré deux fois ;
  • un individu repéré dans deux enregistrements différents d'un même fichier a été enregistré deux fois.
  • les noms ont été saisis sous la forme où je les trouvais, c'est à dire parfois en français, le plus souvent en latin, d'autres fois encore sous une forme associant les deux langues9.
  • 10 Il est en revanche considérablement facilité par les multiples tris qui peuvent être opérés sur le (...)

11Ce faisant, je repoussais à une étape ultérieure le processus, toujours délicat, d'identification des individus10 et je me laissais la possibilité de fractionner le fichier selon le statut ecclésiastique des individus : un fichier pour les simples chanoines, un pour chacune des catégories de dignitaires et un dernier pour les officiaux.

  • 11 Ces dates ne sont que très exceptionnellement des dates d’entrée au chapitre ou dans une fonction.
  • 12 Cette dernière date est aussi très rarement celle de la sortie du chapitre (qui n'est pas forcémen (...)

12Le classement chronologique a été effectué sur des dates, réduites à la seule année, qui sont celles de première apparition comme chanoine ou comme titulaire d'une fonction ou d'une dignité11. Ces dates sont évidemment fonction de la source d'information et peuvent ne pas être identiques pour deux enregistrements portant sur un même individu. En cas d'incertitude sur l'année, aucune date n’a été mentionnée, mais l'individu a été classé à l'année servant de point de repère : 1348 par exemple, si l'individu était certainement chanoine avant ou après 1348. Un individu pour qui ne figure qu'une seule date n'a été repéré qu'une seule fois. Lorsqu'une seconde date a été mentionnée, il s'agit de la date de dernière apparition12.

  • 13 Dans la suite du travail, la nécessité de passer d'un fichier diocésain à un autre conduira à sépa (...)

13Pour les simples chanoines, il fallait prévoir, outre le classement par ordre chronologique, un tri effectué selon l'ordre alphabétique des prénoms, puis des noms. Le sigle entre parenthèses après le nom est la référence qui permet de se reporter à la source d’information. Figurent ensuite les indications biographiques, extraites desdites sources, susceptibles de faciliter le travail d'identification. Pour cette première étape de la recherche, il n'a pas été jugé bon de classifier les informations ni de systématiser les abréviations. On comprendra aisément qu'aient été privilégiées les indications portant sur les bénéfices détenus dans d'autres diocèses qu'Amiens : elles permettront les va-et-vient entre les fichiers consacrés à chaque diocèse13.

14La base de données ainsi réalisée comporte 338 enregistrements. Une procédure rapide d'identification des individus, effectuée sur la base du rapprochement des diverses sources en fonction de l'identité ou de la ressemblance des prénoms ou des noms, a montré que la base regroupait des informations sur environ 230 personnes.

  • 14 Ces chiffres ont été calculés en se fondant sur le taux de renouvellement observé pour le chapitre (...)

15On ne peut apprécier l'importance du champ couvert sans avoir une idée, même approximative, du nombre d'individus que compte la population concernée. Le calcul est néanmoins difficile dans la mesure où le nombre des prébendes et des dignités a fluctué, où on ignore le taux de renouvellement du personnel capitulaire et où la pratique du cumul ou de la détention successive de dignités a varié. Durant les 300 ans que veulent couvrir les Fasti, le nombre total des prébendes et dignités amiénoises est passé de 40 à 50, celui des dignités de 6 à 9, celui des demi-prébendes de 8 à 9 et l'une de ces dernières a encore été divisée en deux ; mais presque toutes ces transformations ont été effectuées au cours du xiiie siècle. Si l'on considère qu'un chapitre renouvelait entièrement sa population de 7 à 8 fois en un siècle, on obtient un minimum de 980 et un maximum de 1200 titulaires de prébendes et de dignités14. Comme ce chiffre ne tient pas compte du taux de chevauchement de la population des dignitaires sur celle des simples chanoines et que les dignitaires ont couramment représenté 18 % de la population totale, il paraît raisonnable de situer entre 900 et 1000 le nombre des personnes à recenser. Ainsi, la base de données porterait sur près de 25 % de la population considérée.

  • 15 A. Longnon, Pouillés de la province de Reims, t. 2, Paris, 1907, p. 558.
  • 16 La liste de la décime n'est pas nominative pour les dignitaires mais la base de données a permis d (...)
  • 17 Placé sous la responsabilité d'A.-M. Hayez, le corpus des suppliques d’Urbain V est informatisé et (...)

16Une autre procédure d'évaluation consiste à se servir d'une liste de chanoines et de dignitaires établie en 1362 en vue de la collecte d'une décime (liste facilement accessible car elle a été publiée15) et de repérer sur cette liste quels sont les noms déjà entrés dans la base de données : ils sont 23 sur les 50 individus16, c'est à dire 46 %. Mais on se trouve alors dans une situation privilégiée car le corpus des suppliques d'Urbain V constitue une remarquable source de documentation pour cette période17. Le taux de couverture de 25 % est donc certainement plus proche de la vérité.

  • 18 Les recherches bibliographiques en cours ont déjà montré qu'un certain nombre de chapitres ont fai (...)
  • 19 Les fiches, réalisées au fur et à mesure des dépouillements, sont classées selon les prénoms mais (...)
  • 20 Il s'agit là d'un chiffre minimum, obtenu à la suite d'une procédure sommaire d'identification. En (...)

17Il faut encore se demander quel sorte d'échantillon représentait l'évêché d'Amiens. Comme tous les diocèses de la France du Nord, Amiens était probablement mieux documenté que beaucoup d'évêchés du Midi et, particulièrement, du Sud-Ouest. Mais on aurait tort de penser que la plaquette sur les dignitaires représentait un avantage considérable18. Elle a surtout permis de compenser, en partie, les données qu'on aurait pu tirer du fichier des sources documentaires de l’irht. Ce dernier, constitué à partir de dépouillements effectués sur les cartulaires et autres documents émanant d'institutions localisées dans la province de Reims et dans les régions voisines, est une mine considérable d'informations. Mais son utilisation demande une suite de manipulations plus ou moins délicates19 que je n'ai pas voulu entreprendre pour ce test. Un sondage portant sur les chanoines dont le prénom commence par une lettre comprise entre A et H a livré 36 noms qui auraient pu être ajoutés dans la base de données20 ; tous les individus ainsi répertoriés, sauf cinq, vivaient au xiiie siècle.

  • 21 Pour Amiens, contrairement à la plupart des évêchés, les sources conservées aux AD, très important (...)

18Avec ses 338 enregistrements, la base de données actuelle représente donc un point de départ qui peut aisément être dépassé. Outre le fichier sus-dit, on utilisera les volumineuses publications des lettres communes des papes, particulièrement riches pour la première moitié du xive siècle et, pour la seconde moitié de ce siècle, la série des Analecta Vaticano Belgica, quoique dévolue aux diocèses belges, fournira quantité d'indications pour la France entière. Le xve siècle en revanche ne peut guère compter s'enrichir à partir d'un corpus de sources publiées. L'accroissement de la base sera alors tributaire des travaux de recherche portant sur les sources originales21. Au total, il n'est pas téméraire de penser qu'on pourra, sans aucune difficulté, doubler le nombre des chanoines répertoriés.

  • 22 Si l'on franchit les limites de la France actuelle, 10 autres diocèses ont accueilli des chanoines (...)

19Etudier le diocèse d'Amiens, c’était en outre amorcer le recensement des notables des autres évêchés : 38 sont cités dans la base pour avoir accueilli des chanoines d'Amiens, des diocèses de la France du Nord en majeure partie, mais pas seulement. Au total, ce sont plus d'une centaine de bénéfices détenus en cumul avec un bénéfice amiénois qui ont été répertoriés. On voit ainsi tout l'intérêt de ne pas se cantonner à un secteur géographique et de se donner les moyens de travailler, dès le départ, sur la France entière22.

Les enjeux du programme

20Une base de données couvrant seulement le quart des personnes qu'on se propose d'étudier ne saurait se prêter à formuler des conclusions définitives. Mais d'ores et déjà, des tendances se dessinent. On pressent quels sont les problèmes qu'une telle enquête contribuera à éclaircir. En tant que tel, le programme des Fasti n’a pas l'ambition de les résoudre. Mais une claire conscience des enjeux devrait renforcer l'intérêt de la recherche ainsi que les motivations de ceux qui se lanceront dans l'entreprise.

  • 23 Voir note 7.
  • 24 Voir H. Millet et E. Mornet, « Jalons pour une histoire des chanoines au service de l’Etat : résul (...)

21La fraction de la population canoniale amiénoise actuellement répertoriée indique en premier lieu que l'assise sociologique du chapitre connut, en l'espace de trois cents ans, de profondes modifications. Dans la première moitié du xiiie siècle, la communauté paraît d'abord émaner de la région. W.M. Newman s'est d’ailleurs attaché à mettre en évidence l'emprise d'une famille, celle des seigneurs d'Heilly, qui donna un évêque à la ville : Thibaut Briton (1169-1204)23. Mais parallèlement, il faut souligner qu'aucun membre de la famille des comtes de Ponthieu, la plus puissante de la région, n'a été recensé. L'exemple du chapitre d'Amiens est donc à verser au dossier du problème de la noblesse française : comparativement aux Eglises des pays de l'Empire et même de l'Angleterre, celle de France semble avoir été fort peu dans la dépendance de l'aristocratie issue de la féodalité24.

  • 25 Il portait le titre, non universitaire il est vrai, de chirurgien.

22Mais déjà à cette époque, on note l'apparition de deux catégories de chanoines appelées à un développement spectaculaire : celle des « maîtres » formés à l'université et celle des serviteurs de la royauté. La famille de Fournival en est une remarquable illustration. Richard, fameux dans l'histoire intellectuelle pour sa collection de 162 manuscrits, devint chancelier d'Amiens. Or son père était un médecin de Philippe Auguste ; l'un de ses demi-frères, Arnoul, monta sur le trône épiscopal d'Amiens tandis qu'un cousin d'Arnoul en faisait autant à Rouen. Thomas, un neveu de Richard, pratiquait la médecine comme son grand-père25 et il vint rejoindre son oncle au chapitre.

  • 26 Pour Laon, voir note 14 ; pour Tournai : J. Pycke, Le chapitre cathédral de Tournai de la fin du X (...)

23Les treize chanoines issus du Corpus philipicum, c'est à dire connus pour avoir fait partie de la curia de Philippe le Bel, donnent une idée de l'étroite connexion qui existait au début du xive siècle entre les milieux capitulaires et ceux des serviteurs de la royauté. Egalement accueillant aux hommes issus de l'entourage de la papauté (14 chanoines font partie de la base consacrée à la curie de Boniface VIII), le chapitre d'Amiens n’était alors plus l'émanation d'une élite régionale. Tout comme ceux de Laon et de Tournai26, il formait un maillon de ce filet de relations internationales patiemment tissé par les papes de la fin du xiiie siècle, par le biais des réserves apostoliques.

  • 27 Sur ce brillant évêque, voir la notice de B. Hauréau, dans Histoire littéraire de la France, Paris (...)
  • 28 Les termes de la supplique sont ainsi repris dans la bulle : « Quia vero, ut asseris, quamplures c (...)

24Guillaume de Mâcon, évêque d'Amiens de 1278 à 1308, eut parfaitement conscience des mutations qui se produisirent durant son épiscopat27. Le cursus de ce juriste, ancien aumônier de saint Louis, l'avait aussi amené à fréquenter les milieux de la curie : il avait servi de secrétaire à Simon de Brion (futur pape Honorius IV) au temps de sa légation en France. Mais c'est en évêque dont le pouvoir était battu en brêche par les ingérences pontificales qu'il prit part à la querelle contre les ordres mendiants. En 1295, maintenant confronté au problème des collations apostoliques, il adressa une supplique au pape où il dépeint ainsi la situation : sur les 40 prébendes amiénoises, 13 sont détenues par des cardinaux ou des membres de la curie pourvus par le pape ; les chanoines résidents sont vieux ou malades ; lui-même se trouve dans l'impossibilité de pourvoir les nobles et les lettrés du diocèse28 ; c'est pourquoi il demande la division de quatre prébendes. Son analyse, on le voit, ne met pas en cause l'attribution de prébendes aux hommes du roi : fidèle serviteur de la couronne, il prit, comme la majeure partie des évêques du royaume, le parti de Philippe le Bel lors de son conflit avec Boniface VIII. Une meilleure connaissance du corps épiscopal apporterait d'utiles précisions à l'histoire de la formation de l'Etat en France.

25Les papes d'Avignon, loin d'innover, ne firent que perfectionner le système pour en faire bénéficier une autre clientèle, exlusivement française, de compatriotes ou d'officiers royaux. Les chanoines d'Amiens appartiennent alors au même monde que ceux de Laon et, probablement, de bien d'autres communautés. Bien que les renseignements soient beaucoup plus rares pour le xve siècle, le chapitre picard semble avoir suivi la ligne, assez générale, d'un certain repli sur la région : les officiaux sont à nouveau membres du chapitre et un ancien enfant de choeur, Jean Balochart, a pu se hisser jusqu'au rang de chanoine. L'étude systématique des chapitres français devrait faire apparaître quelles furent les limites géographiques d'un tel processus et les conséquences des incessantes fluctuations en matière de collation bénéficiale.

26Mais un catalogue des chanoines d'Amiens ne servira pas seulement à étudier l'Eglise de France du point de vue de son insertion sociale et politique. Certains noms retiennent en effet l'attention pour leur plus ou moins grande célébrité dans des domaines variés. Connaître les communautés dont ils furent membres, c'est aussi se donner les moyens d'accéder à des sources, souvent méconnues, qui les montrent sous un autre jour.

  • 29 C. Bozzolo, H. Loyau, La cour amoureuse, t. 2, Paris, 1992, no 419 et 420.
  • 30 Ed. Tuetey, 4 vol., Paris, 1903-1915.

27Parmi tous les « intellectuels » que contribua à nourrir le chapitre d'Amiens, Richard de Fournival est probablement le plus célèbre. Mais au début du xve siècle, les belles lettres semblent avoir été plus particulièrement en honneur dans la cité : lors des jeux littéraires qui se tenaient annuellement à Amiens, plusieurs chanoines remportèrent le prix, ainsi que l’atteste la pierre commémorative, véritable source pour l’histoire canoniale, qui se trouve accrochée à un pilier de la croisée du transept. Deux membres de la Cour amoureuse, Nicolas Cavache et Nicolas Chefqueille, purent se fréquenter dans les assemblées capitulaires29. Peu après, Clément de Fauquembergues devenait greffier du parlement de Paris : son « journal » est une sorte de chronique professionnelle truffée de notations sur les intrigues et les événements plus ou moins tragiques dont il fut le témoin, alors que la France se faisait anglaise par le traité de Troyes30.

  • 31 Voir la notice de G. Hasenohr, dans Histoire des saints et de la sainteté chrétienne, t. 8, Paris, (...)

28Le traditionnel portrait des chanoines, bons vivants, amateurs de tous les plaisirs que procure l’argent, a pu faire oublier que ces hommes étaient aussi les garants de la régularité de la prière à la cathédrale. Sans vouloir substituer à cette image celle d’un saint chanoine que démentiraient les statistiques en matière de canonisation, on devrait accorder plus d’intérêt aux livres liturgiques, certes sans grande originalité, qu’ils firent exécuter ou qu’ils possédaient. Dans les rôles d’aumônier ou de chapelains qui furent souvent les leurs, ils ont soutenu la vie spirituelle de bien des grands de ce monde. Ainsi en fut-il d’Hugues Le Cauderonnier, précepteur de cet adolescent tourmenté que fut le saint cardinal Pierre de Luxembourg31.

  • 32 Nous savons par ailleurs que le cardinal de Boulogne s'était attaché Gui Quiéret et son frère Henr (...)

29Enfin, quand on la chance de pouvoir disposer de sources non ecclésiastiques telles que les procès en parlement de Paris, on peut aussi découvrir les chanoines dans des activités plus inattendues, qui les restituent dans l’ensemble du tissu social. Dans les années 1360, Gui Quiéret s'endetta pour acheter 82 jarres de vin ; son créancier venant à mourir, il fut poursuivi par les héritiers ; Gui se défendit en allèguant qu'il ignorait cette mort car il résidait depuis longtemps à Cherbourg, là même où il avait acheté le vin32. Quant à Gérard d'Encre, il eut à se plaindre des habitants de Cottenchy, un village sur lequel le chapitre détenait les droits de haute justice : pour veiller au bon déroulement de la fête de la Saint-Marcel en 1376, il y envoya Jean d'Encre, un de ses familiers ; ce n'était pas une précaution superflue, car la fête dégénéra et le familier fut sérieusement molesté.

30Le dossier d'Amiens n'en est qu'à ses débuts. La seule conclusion qu'on puisse actuellement lui donner est un appel aux bonnes volontés pour continuer à l'alimenter. Quel jeune chercheur voudra bien le reprendre pour le mener à son terme ? Plus généralement, puissent ces quelques remarques inciter les médiévistes à faire profiter le programme des Fasti de leurs rencontres avec l'un ou l'autre des notables séculiers des diocèses français dans les sources qui leur sont familières.

Annexes

DIOCESE D'AMIENS : FASTES PROVISOIRES CHAPITRE CATHEDRAL ET OFFICIAUX (1300-1500)

ARCHIDIACRES D'AMIENS

1184-1218

:

Theobaldus de Buillencourt (nwl9). Neveu de l'évêque, Thibaut Briton. Enquête pontificale à son sujet en 1218. Destitué.

1222

:

G. (nw20)

1225-1240

:

Theobaldus de Claromonte (nw21).

1244-1247

:

Richardus de Sancta Fide (nw22). Official en 1234.

1257

:

Anselmus de Lehicuria (nw23). Chanoine et official de 1249 à 1255.

1259-1267

:

Bartholomeus de Burgundia (nw24). Chanoine en 1256.

1275

:

Guillelmus de Matiscone (nw25). Chan. Beauvais 1263-1267, doyen Laon 1267-1272, chapelain du pape 1273 ; évêque Amiens 1308.

:

Guillelmus de Mâcon (cp9). Conseiller du roi. Ev. Amiens 1278.

1281-1299

:

Arnulphus de Furnivalle (nw26).

1301-1306

:

Guillelmus de Matiscone (nw27). Ancien prévôt.

:

Stephanus de Berchencuria (c67). Avant R. de Monteleonis.

1348

:

Robertus de Monteleonis (c68).

:

Johannes de Verreria (u10). Avant 1363. Echange contre pbde Cambrai.

:

Johannes de Verreria (u31) Avant 1363. Donné pour mort. Chap. du pape.

:

Johannes Haucepie (u12). Après 1363. Echange contre pbde de Cambrai.

:

Johannes Haucepie (u28). Après 1363.

1372

:

Johannes Hauchepie (c69).

:

 ? Guido de Bolonia (u32). Après 1363. Cardinal.

1375

:

Nicolaus de Ordeomonte (c70). Fils de Pierre d’Orgemont. Conseiller au parlement. Doyen Tours ; chan. Paris. Meurt 1416.

1427

:

Matheus de Criee de Lauduno (c84).

1429

:

Phi lippus Enienon (c71).

1431

:

Robertus Majoris (c72). Meurt en 1463.

:

Johannes Clerici (c74). Un J. C. aurait succédé à Robertus Majoris.

1457

:

Johannes Moureti (c75). Donné comme successeur de Johannes Clerici.

1457

:

Petrus Clerici (c73). Un chan. Cambrai 1441,1457, arch. Brabant 1448 ; référendaire pontifical, meurt à Rome 1461.

1464

:

Robertus Fournier (c76).

1484

:

Ludovicus Trudaine (c77).

ARCHIDIACRES DE PONTHIEU

1179-1211

:

Radulphus de Heilliaco (nw28). Chanoine en 1176 ; de la famille de Heilly.

1221-1222

:

Nicolaus (nw29). Frère de l’évêque Evrard de Fouilloy. Vient de mourir en sept. 1222.

1224-1243

:

Bernardus (nw30). Sans doute offic. en 1215, écol. en 1222. A un frère, maître Dreux. Donné pr mort en 1244.

1243-1259

:

Hugo (nw31). Encore arch.P en 1261 ?

1262-1271

:

Giraldus de Abbatisvilla (nw32). Sous-diacre du pape 1254 ; m. théo. 1255 ; arch. Brabant 1271 ; teste en 1271. Oncle de m. Jean.

:

Fulco (nw33). Avant 1280.

1282

:

Gilo (nw34). Maître ; notaire apostolique 1282 ; prévôt de Saint-Omer 1282.

1285-1299

:

Guillermus de Floriaco (nw35). Maître 1285.

1302-1310

:

Theobaldus de Castellione (nw36). Chan. en 1292.

1319

:

Radulphus des Fosses (cp4). Chan. 1306, écol. 1315. Pas attesté après 1320.

:

Droco de Marchia (c60). Avant Nic. de Petra.

1342

:

Nicolaus de Petra (c61) Cardinal.

1369

:

Johannes Tabari (c62). Notaire du roi en 1364, 1375. Médecin. Chanoine de Cambrai en 1372-1382. Ev. de Thérouanne.

1415

:

Philibertus de Montejoco (c63). Un év. de Coutances (1424-1439) de ce nom.

1416

:

Anselmus de Bosqueto (c64).

1431

:

Johannes Madidi (c65). Le même que le pénit. en 1456 ?

1453

:

C. Madidi (c87).

:

Johannes de Rety (c66). V. Brions est compétiteur.

CHANCELIERS

1194-1204

:

Manasserius (nw51).

1217

:

Anonyme (nw52).

1222-1239

:

Egidius (nw53). Frère de Simon, abbé d'Anchin.

:

Richardus de Furnivalle (cod1). Inventaire de sa bibliothèque : 162 articles.

1241-1260

:

Richardus de Furnivalle (nw54). Père, Roger, médecin de Ph. Aug. ; 1/2 frère d'Arnoul, év. d'Amiens, oncle de Thomas de F.

1277-1302

:

Matheus Rubeus Ursinus (nw55). Cardinal. Chan. d'Amiens, Soissons, Laon, Chartres. Sans doute chanc. jusqu'à sa mort.

1279

:

Matheus Rubeus de filiis Ursi (bf11). Cardinal italien. Chan. Rome, Laon, Soissons, Lyon, Chartres.

1362

:

Petrus de Gebennis (u23).

1368

:

Johannes de Gebennia (c22).

1371

:

Guido de Bolonia (gr8). Aussi chan.

1375

:

Guido de Bolonia (c23). Né vers 1313 ; archev. Lyon 1340 ; card. 1342-1373. Auteur de sermons. Possesseur d'un livre.

1379

:

Jacobus de Cathena (c24). Un J. de C. chan. Cambrai en 1377-1380.

1379

:

Johannes de Sanctis (c25). Un notaire et secrétaire du roi de ce nom. Un év. de Gap de ce nom en 1404.

1404

:

Johannes de Sanctis (m3). Sa promotion à l’évêché de Gap libère sa prébende et la chancellerie.

1405-1412

:

Nicolaus de Quiesdeville (m4). Aussi chan. Successeur de J. de Sanctis.

1412

:

Nicolaus de Quiefdeville (c26). Docteur en droit civil.

1438

:

Johannes Calculi (c27). Un médecin et ami de Ch. d’Orléans de ce nom. Auteur et possesseur de livres.

1453

:

Petrus de Ranchicourt (c29). Neveu card. Thérouanne. Chan. Cambrai en 1447, arch. Valenciennes. Ev. d'Arras 1463-1499.

1463

:

Johannes Lescune (c28).

1463

:

Johannes de Monrevel (c30).

:

Johannes Roier (c31). Après Joh. de Monrevel.

CHANTRES

1197

:

Ebrardus de Roya (nw44). Le même qui est dit chantre en 1211 alors qu'il est aussi préch. en 1198-1213.

1211

:

Ebrardus de Roya (nw44). Le même qu'en 1197, qui est aussi préch. de 1198 à 1213.

1222-1223

:

Thomas de Bova (nw38). Prévôt en 1225.

1283

:

Arnulphus de Dargies (nw48).

1286

:

Firminus Ad latus (nw49). Ou 1287. Père Renier, maieur d'Abbeville ; mère Marie.

1300

:

Petrus de Sorra (cpl3). Clerc du roi. Chan. 1296.

1307

:

Petrus de Sora (bf20). Aussi chan. 1296.

:

Petrus Sorta de (c51). Avant Petrus Auveker.

1350-1364

:

Petrus Auveker (c52). Ev. Lectoure. Meurt en 1364.

1367-1383

:

Raimbaudus de Joco (c53). Meurt en 1386

1389

:

Henricus Le Cauderimier (c54).

:

Petrus Alays (c55). Succède à H. Le Canderimier. Meurt en 1428 ou 1430.

1403

:

Petrus Abais (m16). Chant, avant de recevoir une prébende. Originaire du dioc. de Mâcon. Lie. ds les 2 droits.

1405

:

Petrus Alcis (m1).

1433

:

Stephanus de Blangy (c56).

1453

:

Nicolaus de Noyelle (c57).

1456

:

Johannes Balochart (c58). Ancien enfant de choeur ; mort en 1473.

1473

:

Michael Le Chambrier (c59).

DOYENS

1191

:

Ricardus de Gerborredo (nw1). Evêque élu d'Amiens en 1204, mort en 1210.

1206-1215

:

Simon (nw2). Destitué par le cardinal Robert de Courson.

1215

:

Ebrardus de Roya (nw3). ? Election contestée.

1218-1225

:

Johannes de Abbatisvilla (nw4). Régent en théo. à Paris vers 1215. Archev. Besançon 1225. Card. 1227. Mort en 1233.

1226-1227

:

Simon (nw5).

1230-1230

:

Eng. de Helliaco (nw6).

1230-1237

:

Jacobus de Abbatisvilla (nw7). Maître. Archidiacre de Rouen.

1238-1244

:

Girardus de Conchiaco (nw8). Evêque en 1248 ; siège vacant en 1257.

1248-1252

:

Allermus de Nulliaco (nw9). Evêque en 1258.

1253

:

Bernardus de Maineriis (nw11). Peut-être chanoine en 1236. Ecolâtre en 1237.

1265-1272

:

Henricus de Fluy (nw12). Maître et official de Reims en 1250.

1274

:

J. (nw13). Décanat vacant en 1278.

1278-1283

:

Arnulphus de Furnivale (nw14). Maître. Un Amulphus de Furnivale est archidiacre d’Amiens en 1281.

1287

:

Hugo de Feukeriis (nwl5). Maître. Est dit « quondam » en 1293 alors que le décanat est vacant.

1294

:

Johannes de Bours (nwl6). Pénitencier en 1283.

1296-1299

:

Eustachius de Longo (nw17). N'avait pas de prébende lors de son accession au décanat.

1303-1306

:

Petrus Houssoy (nw18). Pénitencier en 1302.

1334

:

Guillelmus de Molanis (c32).

1336-1361

:

Reginaldus de Fieffes (c33).

:

Reginaldus de Fieffes (ul4). Avant 1363.

1363

:

Garnerius Gueroudi (u13).

:

Reginaldus de Fieffes (u17). Avant 1364.

1368

Robertus de Croiaco (c34). Noble ; neveu de R. de Folliaco, év. Amiens ; frère de G. de Croyaco, écol. ? Mort en 1377.

1371

:

Anonyme (gr1 1). Intercède pour J. Coespelli.

:

Anonyme (grl7). Intercède pour J. Coespelli.

1377-1381

:

Guillelmus de Longavalle (c35). Pénit. en 1368. Un G. de L. « socius » de J. de Cherchemont en 1347.

1381

:

Stephanus de Mereyo (c36).

1383

:

Aegidius Archiepiscopi (c37). Professeur utriusque juris. N'avait pas de prébende lors de sa réception.

1389-1391

:

Guillelmus de Alveolo al. Dannel (c38). 1/2 prébende. Conseiller du roi et maître des requêtes de l'hôtel en 1391.

1395-1415

:

Laurencius Albello de (c39). Pénit. de Paris en 1415. Meurt en 1420.

1403

:

Laurencius de Albello (m10). Exécuteur testamentaire de J. Tabari et du cardinal de La Grange.

1405

:

Laurencius de Albello (m2). Chan. en 1405.

1420-1438

:

Clemens de Fauquembergues (c40). Greffier du pari. Paris. Doyen de Paris ; chan. Paris et Chartres. Bourguignon.

1438-1468

:

Robertus de Fontanis (c41). Né à Amiens. Lic. en décret. Chan. Paris. Meurt en 1468. A été offic. d'Amiens.

ECOLATRES

1222

:

Bernardus (nw30). Fut sans doute chan. et offic. en 1215. Le même encore arch.P. en 1224.

1237

:

Bernardus de Maineriis (nw11). Maître. Doyen en 1253

1305-1306

:

Parisetus Monteleonis (nw50). Préch. en 1295-1299.

1315

:

Radulphus des Fosses (cp4). Chan. en 1306. arch.P 1319.

1320

:

Guillelmus de Croyaco (c18).

1351

:

Johannes de Conty (c19).

1419-1458

:

Petrus/Robertus Caignet (c20).

:

Johannes Cordier (c21).

PENITENCIERS

1219-1227

:

Johannes de Lehericort (nw56). Chan. en 1218. Maître en 1226.

1232-1237

:

Girardus de Conchiaco (nw10). Doyen en 1238 ; évêque en 1248.

1257

:

Milo (nw57).

:

Laurentius (nw58). Avant 1263 (est mort) ; Maître (cf. M. Laurent chan.). Un M. L. de Monsterola en 1237.

1264-1266

:

Johannes de Bellaquercu (nw59). Chan. et offic. en 1263.

1271

:

Petrus (nw60). Maître.

1275

:

Guillelmus de Melloto (nw41). Prévôt en 1281.

1283-1284

:

Johannes de Bours (nwl6). Maître. Doyen en 1294.

1302

:

Petrus Houssoy (nw18). Doyen en 1303.

1327

:

Droco de Marenia (c6).

1346

:

Jacobus Parvi (c7).

1351

:

Aegidius de Guerorello (c8).

:

Matheus de Pinconio (c9).

:

Guillelmus Barberii (c10). Un G. B. connu pour avoir légué 2 livres (inv. de 1419).

1368-1377

:

Guillelmus Longavalle (c11). Doyen en 1377.

1379

:

Lambertus de Floresaco (c12).

1381-1383

:

Guido Guerondi (cl3).

1396

:

C. Mignoti (c14).

1442

:

Nicolaus Amici (cl5). Un N.A. chan. de Cambrai de 1433 à 1444.

1445

:

Michael de Personne (c16).

1454

:

Petrus de Ramburelle (c17).

PRECHANTRES

1198-1213

:

Ebrardus de Roya (nw44). Le même que le chantre en 1197 et 1211. Elu doyen en 1215 face à Joh. de Abbatisvilla.

1222-1230

:

Odo (nw45).

1234-1263

:

Mauricius (nw46). A résigné sa prébende et préchantrerie en 1263.

1263-1271

:

Petrus de Novilla (nw47). Titre de chantre en 1263, suite à une confusion semble-t-il.

1295-1299

:

Parisetus Monteleonis (nw50). Aussi attesté comme chan. en 1296. Ecol. en 1305. Mort en 1308.

1358

:

Robertus Galli (c78). Serait l’év. de Laon ?

1363

:

Symon de Rabuissonis (u27).

1367

:

Simon de Rabuisson (c79).

1369-1383

:

Johannes Fauqueti (c80).

1371

:

Anonyme. (gr7). Exécuteur d'une grâce.

1396

:

E. de Thierno (c81).

1398

:

Guillelmus de Tyher (m23). Représente son chapitre à l'ass. du clergé de 1398.

1413

:

Honoratus de Pucheviller (c82).

1422

:

Johannes Poilli (c83).

1456

:

Stephanus Fabri (c85).

1468

:

Nicolaus de Conty (c86).

PREVOTS

1196-1222

:

Theobaldus (nw37). Attesté comme chan. seulement en 1200.

1225-1242

:

Thomas de Bova (nw38). Chantre en 1222-1223.

1244-1251

:

Hugo de Bellaquercu (nw39). Official en 1228. Mort en 1360 (on fonde son anniv.).

1261-1278

:

Anselmus (nw40).

1281-1285

:

Guillelmus de Melloto (nw41). Pénitencier en 1275. Maître en 1281.

:

Guillelmus de Matiscone (nw27). Avant 1301 ; chan. et arch. en 1301.

1301-1302

:

Guillelmus Flote (nw42). Fils de Pierre Flote, cons. de Ph. le Bel. Destitué en 1302 de tous ses bénéfices.

1306

:

Stephanus (nw43).

:

Stephanus de Sancto Leodegario (c42). Avant 1349.

1349

:

Petrus de Hangesto (c43).

1363

:

Jacobus Parvi (c44).

1383

:

Laurencius de Albello (c46). Doyen en 1395.

1390

:

 ? de Dours (c47).

1396

:

Ingerranus de Sancto Fusciano (c48).

1432

:

Jacobus Saquespee (c49). Docteur en médecine. Archid. Soissons.

1452-1464

:

Nicolaus de Cocquerel (c50). Un recteur de l'Univ. de Paris de ce nom en 1432.

TRESORIER

1363

:

Petrus de Gebennis (u4).

:

Robertus de Croyaco (u18). Avant 1364.

OFFICIAUX

1215

:

Bernardus (nw30). Chan. en 1215 ; sans doute le même écol. puis archid.P.

1228

:

Hugo de Bellaquercu (nw39). Prév. en 1244. Maître.

1234-1236

:

Richardus de Sancta Fide (nw22). Chanoine en 1234 ; archidiacre en 1244.

1237-1238

:

Allermus de Nulliaco (nw9). Maître. Chanoine en 1238 ; doyen en 1248.

1249-1255

:

Anselmus de Lehicuria (nw23). Chanoine de 1249 à 1255 ; archidiacre en 1257.

1263

:

Johannes de Bellaquercu (nw59). Chan. en 1263. Pénit. en 1264.

1409

:

Johannes de Rochetaillée (ml8). Représente le chapitre d'Amiens au concile de Pise.

:

Robertus de Fontanis (c41). Doyen en 1438.

CHANOINES

1167-1186

:

Ricardus de Gerborredo (nw1). Doyen en 1191.

1176

:

Radulphus de Heilliaco (nw28). Arch.P en 1179.

1200

:

Theobaldus (nw37). Egalement prévôt à cette date.

1213-1225

:

Ingelrannus de Helli (nw61).

1215

:

Bernardus (nw30). Maître ; official ; le même sans doute écol. puis arch.P.

:

Johannes de Abbatisvilla (nw4). Chan. vers 1215 au moment de son élection comme doyen.

1218

:

Johannes de Lehericort (nw56). Pénit. en 1219.

1220

:

Girardus de Conchiaco (nw10). Pénitentier en 1232.

1225

:

Eng. de Helliaco (nw6). Doyen en 1230.

1228

:

Christianus (nw63). Maître.

1228-1242

:

Petrus de Augo (nw62). Neveu de l'évêque Geoffroy d'Eu ; mère, Emeline.

1232

:

Laurentius (nw72). Maître. Peut-être le pénit. du nom, attesté comme décédé en 1263.

1234

:

Richardus de Sancta Fide (nw22). Official en 1234, archidiacre en 1244.

1236

:

Bernardus (nw67). Célerier. Le même que B. de Maineriis écol. en 1237 ?

1238

:

Allermus de Nulliaco (nw9). Official en 1237 ; doyen en 1248.

1240

:

Richardus de Furnivalle (nw54). Chanc. en 1241. Donné pour maître en 1238, il a un jardin à Amiens.

1249-1255

:

Anselmus de Lehicuria (nw23). Official de 1249 à 1255 ; archidiacre en 1257.

1253-1257

:

Anselmus de Conchiaco (nw66). Maître.

1253

:

Thomas de Furnivalle (nw64). Neveu de Richard de F., chanc. ; chirurgien. Le même que Thomas dit Greffins de F. ?

1256-1258

:

Bartholomeus de Burgundia (nw24). Archidiacre en 1259.

1262

:

Thomas Greffins (dit) de Furnivalle (nw65). Maître. 1275. Neveu de Richard de F., chanc. Le même que Thomas de F. ?

1263

:

Hugo de Gollamfontibus (nw68). Parent de Mauricius, préch. dont il reçoit la prébende.

1263

:

Johannes de Bellaquercu (nw59). Official en 1263. Pénit. en 1264.

1263

:

Mauricius (nw46). Préch. 1234-1263. A résigné préb. et préch. en 1263. H. de Gollamfontibus obtient la préb.

1266

:

Johannes de Friscampis (nw71).

1266-1275

:

Walterus de Foilliaco (nw70). Exécuteur testamentaire de Th. de Fournival.

:

Matheus Rubeus Ursinus (nw55). Aussi chanc. en 1277. Pas de date pour la prébende.

1281

:

Benedictus de Aquino (bf2). Italien. Maître. Fam. Martin IV. Clerc ch. ap. Arch. Beauvais. Chan. Thérouanne, Poitiers,

:

B. de Lavagna (nw69).

1291

:

Jacobus Gaetanus de Stephanescis (bf19). Cardinal italien. Mort en 1341. Chan. Rouen, Paris, Rome, Sens, Reims, Laon, Auxerre etc

1292-1299

:

Theobaldus de Castellione (nw36). Arch.P en 1302. Maître 1292.

1294

:

Guillelmus de Longis (bf7). Cardinal. Italien. Mort en 1319.

1295

:

Guido de La Charité (cp6). Conseiller au Parlement. Ev. Soissons 1296. Chan. Orléans, Chartres, trésorier Tours etc

1295

:

Nicolinus de Camilla (bf13). Italien. Chap. Nicolas III ; Mort avant 1299.

1296

:

Gregorius Bonegentis de Genazano (bf4). Italien. Notaire ; trésorier ap. 1297. Chan. Reims, Athènes, Tripoli, Coutances, Rome.

1296

:

Johannes Judicis (bf10). Italien. Notaire ap. 1286 ; prévôt Mayence, chan. Reims, Paris, Arras, Meaux, Lincoln etc

1296

:

Parisetus Monteleonis (nw50). Aussi préch.

1296

:

Petrus de Sora (bfl6). Italien. Camérier de Célestin V ; chap. Boniface VIII. Chan. Cambrai, Arras, Liège.

1296

:

Petrus de Sorra (cp13). Chant. 1300.

1297

:

Guido de Anagnia (bf5). Italien. Audit, ap. 1296. Chan. Paris, Cambrai, Beauvais, Arras, Anagni.

1297

:

Thedisius Revelli de Camilla (bfl7). Italien. Chap. Boniface VIII ; mort en 1318.

1298

:

Guillelmus Arnaldi de Mota (bf6). Chap. pape. Chap. cardinal B. de Got. Chan. Agen, archid. Gaujac (Bazas).

1299

:

Guillelmus Flote (cp3). Devint chevalier. Chanc. de France 1338-1348. Chan. Cambrai, Paris, Vienne, Mâcon etc

1299

:

Parisetus de Montlion (cp10) Clerc du roi 1299.

1299

:

Petrus de Bourges (cp2). Notaire du roi. Chan. Bourges, Meaux, Orléans, Cahors, Toulouse, souschant. Orléans.

1299

:

Petrus Houssoy (nw18). Pénitencier en 1302, doyen en 1303.

1300

:

Bertoldus Ursi de filiis Ursi (bf1). Italien. Familier de cardinal. Etudiant en 1406. Chantre Bayeux 1300.

1300

:

Johannes Papa dictus de Annibaldis (bf9). Italien. Chap. ap. ; chan. Reims, Tournai, Latran, Lincoln, Cambrai, Noyon, Avranches.

1301

:

Guillelmus de Matiscone (nw27). Arch. en 1301. Neveu de l'évêque ; disp. résidence pour étude de droit civ. 1301.

1301

:

Jacobus Normanus de Urbe (bf8). Italien. Notaire ap.1301 ; arch. Narbonne, Toulouse, chan. Mayence, Laon, Cambrai etc.

:

Michael de Encra (bfl2). Familier de Boniface VIII ; chan. Coutances, Arras

1301

:

Paulus Adenulfi de Comite (bfl4). Italien. Chap. Boniface VIII. Etudes à Bologne. Chan. Chartres, Bayeux, Rome.

1301

:

Thomas de Sabaudia (bf18). Famille des comtes de Savoie. Neveu card. Lucas de Flisco. Chan. Salisbury, Paris etc

1306-1326

:

Bertoldus Ursi de Filiis Ursi (bf3). Le même que B. Ursi en 1300 ?

1306

:

Radulphus des Fosses (cp4). Notaire du roi. écol 1315 puis arch.P 1319.

1310

:

Guillelmus de La Planke (cp8). Conseiller à la chambre des enquêtes 1310.

1312

:

Guillelmus de Heuchin (cp5). Conseiller du roi en 1312.

1316

:

Amisus de Aureliaco (bf15). Not. ap. 1299. Chan. Orléans, Soissons, Troyes, Sens, doyen Paris.

1316

:

Amisus d'Orléans (cp11). Notaire du roi. Chap. du régent. Chan. Orléans, Paris, Soissons, Sens, Troyes. Attesté en 1333

1316

:

Petrus de Arrabloy (cp1). Cardinal. Anobli en 1320. Docteur lois. Enquêtes. Chancelier du régent 1316. Chan. etc

1318

:

Johannes de Roya (cp12). Conseiller à la chambre des enquêtes. Chan. Soissons, Cambrai, Lisieux ? Senlis. Attesté en 1334.

1331

:

Johannes de La Halle (cp7). Conseiller au Parlement. Prof. lois. Chan. Senlis, Noyon, Meaux, Tournai, Beauvais etc

1341

:

Robertus de Croiaco (c34). Consanguin de J. de Aubigneyo, év. Troyes. Doyen en 1368.

1362

:

Bernardus Albusquerii (u1). 1/2 prébende. Chan. Rodez.

1362

:

Guido Kiereti (p4). Des biens lui appartenant sont vendus alors qu'il séjournait à Cherbourg.

1362

:

Guillelmus de Fontanis (u3). Du dioc. de Rouen. Prés. ch. des requêtes depuis 23 ans.

1362

:

Johannes Majoris de Lileriis (u24). Du dioc. de Thérouanne. Chap. du card. A. Aubert.

1362

:

Petrus de Gebennis (u23). Neveu du card. G. de Boulogne. Aussi chanc.

1363

:

Bernardus Albusquerii (u36). 1/2 prébende. Maître en méd. Médecin de Guill. Roger, comte de Beaufort.

1363

:

Bernardus de Albusquerii (u34). 1/2 prébende. Réserve de sa pbde.

1363

:

Bertrandus de Malomonte (u41). Bac. lois, ét. Toulouse. Patronné par card. H. de Saint-Martial.

1363

:

Garnerius Gueroudi (ul3). Du dioc. Beauvais. Maître, lic. in utroque. Chap. G. de Boulogne. Succède à feu R. de Fieffes.

:

Gregorius Chautardi (u6). ? Après 1363.

1363

:

Gregorius Chautaudi (u30). ?

:

Guido de Apcherio (u40). Avant 1363. Donné pour mort en 1363.

:

Guillelmus Buchy (ul5). Après 1363. Il est sexagénaire. Devra être examiné sur place.

:

Guillelmus Buci (u38). Après 1363. Pourvu par l'év. Sous-coll. d'Amiens depuis 20 ans.

:

Guillelmus Sanheti (u35). ? 1/2 prébende après 1363. Du dioc. d'Uzès. Chap. Guill. Roger, comte de Beaufort.

1363

:

Hugo Raybe (u29). Chan. Beauvais.

:

Innocentius de Comite (u9). Avant 1363. Donné pour mort en 1363.

1363

:

Johannes de Antonno (u25). 1/4 prébende. Du dioc. Chartres. Lic. lois.

:

Johannes Haucepie (u11). Après 1363. Echange avec sa pbde de Cambrai.

1363

:

Johannes Haucepie (u28). Echange avec Cambrai.

Johannes de Verreria (u10). Avant 1363 : échange avec pbde de Cambrai de J. Haucepie.

:

Johannes de Vienna (u5). ? Avant 1363, succède à I. de Comite. Petit-neveu du card. A. de La Roche.

:

Johannes de Villeblain (u8). ? 1/2 prébende. Après 1363. Camérier de G. de Boulogne.

1363

:

Lambertus de Divione de Besna (u7). Présenté par card. A. de La Roche. Lic. lois. Chan. Laon.

:

Nicholaus de Vincentio (u39). Après 1363, succède à feu G. de Apcherio. Chap. de J. év. Carpentras.

1363

:

Petrus de Gebennis (u4). Trés. 1363. Neveu de G. de Boulogne. Chan. Tolède, Paris.

:

Pontius de Montelauro (u2). Avant 1363. Chan. Chartres.

1363

:

Radulphus de Alliaco (u33). Chan. Laon.

:

Reginaldus de Fieffes (ul4). Avant 1363. Donné pour mort en 1363.

:

Reginaldus de Fieffes (u37). Avant 1363.

1363

:

Robertus Guitardi (u26). 1/2 prébende. Du dioc. Clermont. Chap. G. de Boulogne, son vic. en France. Chan. Langres.

1363

:

Symon de Rabuissonis (u27). Prébende mineure. Lic. in utroque.

1364

:

Guillelmus Buci (u16). ?

:

Hugo Lupi (u20). 1/2 prébende après 1364. Chap. G. de Boulogne ; son vic. ds prov. Reims.

1364

:

Robertus de Croyaco (u18). Noble ; de la région d'Amiens. Lic. en arts et en lois.

:

Robertus Guitardi (ul9). 1/2 prébende avant 1364. Chap. G. de Boulogne. Chan. Arras, arch. Ostrevant.

1365

:

Henricus Quireti (u21).

1366

:

Gaufridus Lavenant (u22). ? Chan. Beauvais.

1368

:

Guido Quieret (p5). Il s'oppose à une vente de biens appartenant à des enfants de Herpin de Saint-Sauflieu.

1369

:

Hugo Parvi de Ailliaco (p3). En procès contre la ville de Beauvais qui doit lui payer une rente de lOOl.p.

1371

:

Andreas Ferrandi (gr20). Sous-coll. ap. ds les prov. Sens et Rouen. Chan. St-Honoré de Paris.

1371

:

Guido de Bolonia (gr8). Card. ; aussi chanc.

:

Guillelmus Clavelli (grl6). Mort avant 1371.

1371

:

Hugo Reybe (gr3). Absolution in art. mortis.

1371

:

Johannes de Alliaco (gr12). 1/2 prébende. Maître ès arts ; ét. décret à Paris. Chan. St-Pierre au marché de Laon.

:

Johannes de Alliaco (gr14). 1/2 prébende avant 1371, celle de feu R. Quieret.

1371

:

Johannes Coespelli (gr9). 1/2 prébende.

:

Johannes de Pierwez (gr15). Avant 1371, succède à feu G. Clavelli.

1371

:

Johannes Radulphi (gr10). Pourvu de la prévôté ou d'un office.

1371

:

Laurentius de Albello (gr2). Absolution in art. mortis.

1371

:

Matheus de Coquerello (gr1). Absolution in art. mortis.

1371

:

Nicholaus de Vincentio (gr6).Exécuteur d'une grâce.

1371

:

Nicholaus de Vincentio (gr19). Réserve de son canonicat.

1371

:

Radulphus de Ailliaco (gr5). Exécuteur d'une grâce.

1371

:

Radulphus de Alblaco (gr4). Exécuteur d'une grâce.

:

Ribarius de Pratis (grl 8). Avant 1371.

:

Robertus Quieret (gr13). 1/2 prébende. Mort avant 1371.

1373-1378

:

Johannes Fauquet (p1). Procès à propos de la perception des gros fruits pendant la vacance.

1373

:

Johannes Rabuissons (p2). Remplacé par J. Fauquet.

1376-1381

:

Gerardus d'Encre (p6). Un de ses familiers, J. d'Encre est envoyé pour surveiller la fête St-Marcel à Cottenchy.

1383

:

Firminus Carpentarii (c1).

:

Johannes Auguemberti (c45). A succédé à J. Parvi.

1383

:

Johannes Cadelli (c3).

1383

:

Johannes Radulfi (c5).

1383

:

Milo Tessardi (c4).

1383

:

Radulphus Viarii (c2).

1398

:

Jacobus Parvi (m24). Représente son chapitre à l'ass. du clergé de 1398.

1403

:

Firminus Le Vasseur (m14). Demande confirmation de sa succession à R. Gaudel en 1403. Protégé du duc de Berry.

1403

:

Guido Marcoul (m21). ? Protégé de la duchesse d'Orléans. Maître.

:

Jacobus de Bellomonte (m15). Donné pour mort en 1403.

1403

:

Jacobus de Mansoguichardo (m11). Auditeur apostolique. Exécuteur testamentaire du cardinal de La Grange.

1403

:

Jacobus de Villeta (ml2). Frère de l'abbé de SaintDenis. Protégé du duc d'Orléans. M. ès arts ; noble ; étudie lois.

1403

:

Nicolaus Cavache (m20). 1/2 préb. Rég. théo. orig. dioc. Amiens. Cour amoureuse. Chan. Beauvais, Paris, Reims, Cambrai.

1403

:

Petrus Abais (m16). L'évêque lui a conféré la prébende de J. de Bellomonte. Etait déjà chantre.

:

Petrus Alays (m17). Exécuteur testamentaire du cardinal de La Grange.

1403

:

Radulphus Majoris (ml9). ? Cons. du roi ds bailliage de Tournai. Lic. lois, bac. déc. Orig. Amiens. Chan. Tournai.

:

Robertus Gaudel (m13). Donné pour mort en 1403.

1404

:

Johannes de Sanctis (m3). Sa prébende (et la chancellerie) sont libérées par sa promotion à l'évêché de Gap.

:

Guido de Marcoul (m9). Donné pour avoir reçu du pape une prébende avant 1405. Maître.

1405

:

Johannes de Lupidomibus (m6). Successeur de P. de Bosco Gilloudi.

:

Johannes Radulphi (m7). Signalé comme mort en 1405.

1405

:

Johannes de Ramburez (m8). A succédé à J. Radulphi.

1405

:

Laurencius de Albello (m2). Doyen en 1405.

1405-1412

:

Nicolaus de Quiesdeville (m4). Aussi chanc. Successeur de J. de Sanctis. Membre de la Cour amoureuse. Lic. droit canon.

:

Philippus de Bosco Gilloudi (m5). A résigné sa prébende en curie avant 1405.

:

Johannes de Rochetaillée (ml8). Attesté par Binz. Ev. de Genève en 1418-1422.

Les lettres données entre parenthèses après chaque nom renvoient à :

bf

:

Curie de Boniface VIII, corpus informatisé, géré par T. Boespflug à l'Ecole française de Rome,

c

:

Fichier de l'UPR 52, Culture écrite au Moyen Age tardif, consultable à Villejuif.

cod

:

Fichier de la section de codicologie de l'IRHT.

cp

:

Corpus philipicum, géré par Elisabeth Lalou, consultable aux Archives nationales.

gr

:

Lettres de Grégoire XI, corpus informatisé (en cours), géré par A.-M. Hayez au Palais des papes d'Avignon,

m

:

Fichier informatisé des suppliques du Grand Schisme, géré par Hélène Millet à Paris.

nw

:

W.N. Newman, Le personnel de la cathédrale d'Amiens (1066-1306), Paris, 1972.

p

:

Corpus du Parlement de Paris, géré par l'URA 955, consultable aux Archives nationales,

u

:

Suppliques d'Urbain V, corpus informatisé, géré par A.-M. Hayez au Palais des papes d'Avignon.

Les numéros ne sont en revanche que des références internes à ce fichier de fastes.

Notes

1 Un gdr est un Groupement De Recherche.

2 A ce jour, plus de 70 réponses ont été recueillies, dont la teneur sera reversée dans les dossiers réalisés pour chaque diocèse. Dès à présent, elles fournissent de précieuses indications pour orienter les recherches.

3 J. Le Neve a doté l’Angleterre de Fasti depuis le xviiie siècle ; ils sont périodiquement révisés et complétés ; l'édition actuelle (Londres, 1960-1967) comporte 12 volumes. La Germania sacra, entreprise menée sous l'égide du Max Planck Institut depuis plusieurs décennies, commence à produire des fruits substantiels. L'Helvetia sacra est encore plus avancée.

4 Ces équipes, réunies au sein du GDR, sont les suivantes : IRHT, URA 1004 (Politique et Informatique), URA 1011 (L'institution ecclésiale à la fin du Moyen Age), UPR 52 (Culture écrite du Moyen Age tardif), URA 955 (Centre d'étude d’histoire juridique) et ÈRA 6 du CRA (Laboratoire d'archéologie médiévale méditerranéenne).

5 Ce sont les diocèses d'Albi, Avignon, Chartres, Genève, Laon, Limoges, Orange, Orléans, Paris, Reims et Rouen.

6 Eudes de Dijon apparaît néanmoins comme vicaire épiscopal en 1296 dans le fichier de la section des Sources documentaires de l'IRHT. On verra plus loin pourquoi les données issues de ce ficher n’ont pas été versées dans la base.

7 W. M. Newman, Le personnel de la cathédrale d'Amiens (1066-1306), Paris, 1972.

8 Cette façon de procéder était adaptée à une recherche qui se réduisait au seul diocèse d'Amiens. En fait, un chanoine d'Amiens titulaire d'une dignité à Amiens ne représente qu'un cas particulier de cumul ou de succession dans plusieurs bénéfices (voir supra). Certains dignitaires d'un chapitre sont aussi titulaires d'une prébende, d'autres non, même quand le cumul est statutaire.

9 Les listes produites ne reflètent qu'une étape intermédiaire de la recherche : il n’a pas paru utile de distinguer graphiquement les deux langues. L'usage des caractères gras n'a d’autre ambition que de faciliter la lecture de ces listes.

10 Il est en revanche considérablement facilité par les multiples tris qui peuvent être opérés sur le fichier et qui permettent le rapprochement automatique des diverses sources en fonction de critères variés.

11 Ces dates ne sont que très exceptionnellement des dates d’entrée au chapitre ou dans une fonction.

12 Cette dernière date est aussi très rarement celle de la sortie du chapitre (qui n'est pas forcément celle de la mort du chanoine). Le tiret réunissant les deux dates indique une présence continue dans la fonction. Une étude plus fine devrait faire apparaître certains cas, assez rares, de présence discontinue.

13 Dans la suite du travail, la nécessité de passer d'un fichier diocésain à un autre conduira à séparer les informations portant sur les bénéfices des autres renseignements biographiques : une même source ne donnera alors lieu qu'à un seul enregistrement.

14 Ces chiffres ont été calculés en se fondant sur le taux de renouvellement observé pour le chapitre de Laon (H. Millet, Les chanoines du chapitre cathédral de Laon (1272-1412), Rome, 1982, p. 55-58).

15 A. Longnon, Pouillés de la province de Reims, t. 2, Paris, 1907, p. 558.

16 La liste de la décime n'est pas nominative pour les dignitaires mais la base de données a permis de restituer leurs noms (des incertitudes demeurent néanmoins pour le chantre, le pénitencier et l'écolâtre). Le doyen, le prévôt et les deux archidiacres détenaient aussi une prébende. Deux chanoines allaient, toujours d'après la base de données, devenir dignitaires.

17 Placé sous la responsabilité d'A.-M. Hayez, le corpus des suppliques d’Urbain V est informatisé et consultable à Avignon ou à partir des terminaux de l'Ecole française de Rome ou de l'IRHT de Paris.

18 Les recherches bibliographiques en cours ont déjà montré qu'un certain nombre de chapitres ont fait l'objet de travaux plus ou moins ponctuels et plus ou moins utilisables. Il est rare néanmoins que ces travaux se présentent sous la forme de listes. Pour Amiens, on dispose du mémoire de C. Decle, Le temporel du chapitre d'Amiens de 1300 à 1433, soutenu à l'université de Lille (1959) et consultable aux AD de la Somme.

19 Les fiches, réalisées au fur et à mesure des dépouillements, sont classées selon les prénoms mais les évêchés ont été retenus comme vedettes pour les fiches de renvois ; celles-ci concernent non seulement les chanoines mais aussi les dignitaires ; pour Amiens, elles occupent un tiroir presqu'entier. Les mentions se rapportant à un même nom peuvent être fort nombreuses et il faut encore tenir compte des variantes sur les noms. Dans les limites de ce travail, il était donc hors de question de procéder à leur enregistrement intégral.

20 Il s'agit là d'un chiffre minimum, obtenu à la suite d'une procédure sommaire d'identification. En particulier, je n'ai pas tenu compte des chanoines repérés dans les obituaires car ils ne sont presque jamais assortis d'indications chronologiques. Les listes en cours d'élaboration seront donc fort utiles pour dater et mieux comprendre ce type de document.

21 Pour Amiens, contrairement à la plupart des évêchés, les sources conservées aux AD, très importantes, ne sont pas vraiment plus abondantes pour le xve siècle. Les volumes de copies effectuées au xviie siècle (BM 515 à 518) devraient se révéler fort utiles en l'absence des documents originaux.

22 Si l'on franchit les limites de la France actuelle, 10 autres diocèses ont accueilli des chanoines d'Amiens : des diocèses proches comme ceux de Genève, Liège ou Tournai ou plus lointains (anglais, italiens, allemands...).

23 Voir note 7.

24 Voir H. Millet et E. Mornet, « Jalons pour une histoire des chanoines au service de l’Etat : résultats de l'exploitation de la base de données commune », dans H. Millet (sous la direction de), Les chanoines au service de l'Etat en Europe du xiiie au xvie siècle, Modène, 1992, p. 255-290.

25 Il portait le titre, non universitaire il est vrai, de chirurgien.

26 Pour Laon, voir note 14 ; pour Tournai : J. Pycke, Le chapitre cathédral de Tournai de la fin du Xf à la fin du xiiie siècle, Louvain-la-Neuve Bruxelles, 1986, p. 81-82.

27 Sur ce brillant évêque, voir la notice de B. Hauréau, dans Histoire littéraire de la France, Paris, t. 25, 1869, p.380-403.

28 Les termes de la supplique sont ainsi repris dans la bulle : « Quia vero, ut asseris, quamplures clerici etiam genere nobiles et scientia predicti litterarum, de Ambianensi dyocesi oriundi, propter prebendarum et aliorum beneficiorum ecclesiasticorum raritatem multiplicem in cathedralibus et collegiis ecclesie nequeunt collocari... ».

29 C. Bozzolo, H. Loyau, La cour amoureuse, t. 2, Paris, 1992, no 419 et 420.

30 Ed. Tuetey, 4 vol., Paris, 1903-1915.

31 Voir la notice de G. Hasenohr, dans Histoire des saints et de la sainteté chrétienne, t. 8, Paris, 1986, p. 197-202.

32 Nous savons par ailleurs que le cardinal de Boulogne s'était attaché Gui Quiéret et son frère Henri comme familier commensal en 1352 (P. Jugie, « Les familiae cardinalices et leur organisation interne au temps de la papauté d'Avignon : esquisse d’un bilan », dans Aux origines de l'Etat moderne. Le fonctionnement administratif de la papauté d'Avignon, Rome, 1990, p. 56).

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search