Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les pueri chori de Notre-Dame de Reims

Contribution à l'histoire des clergeons au Moyen Age

Patrick Demouy

Texte intégral

Les origines

  • 1 La bibliographie générale est assez maigre. A. Gout, Histoire des maîtrises en Occident, Paris, 198 (...)
  • 2 « Audiant hoc adulescentuli, audiant hi quibus psallendi in ecclesia officium est », Dictionnaire d (...)
  • 3 « Voici que Dieu m'invite à parler de la pénitence. Je n'avais pas désigné au lecteur le chant de c (...)
  • 4 « Chaque fois que le diacre prononce un nom, toujours un grand nombre d’enfants de choeur qui sont (...)

1La participation active des enfants au service liturgique est attestée dès les premiers siècles en Orient comme en Occident1. Ils remplissent l'office de lecteurs ou de chantres, fonctions liturgiques indissociables. Les exemples abondent à partir du ive siècle, sous la plume de saint Jérôme2 qui, parlant de la vraie manière de chanter dans l'église se tourne vers la jeunesse, sous la plume de saint Augustin3 qui signale avoir dû improviser un sermon à cause de l'étourderie d'un enfant ou dans le récit du voyage d'Ethérie à Jérusalem en 3944. A Rome ils ont à peine dix ans, à Constantinople Justinien fixe l'âge minimum de huit ans pour devenir lecteur. Cela pose le problème de leur formation.

  • 5 PL, 75, col.90, S. Corbin, L'Eglise à la conquête de la musique, Paris, 1960, p. 172 et suiv.

2La fondation de la schola cantorum romaine est attribuée à saint Grégoire le Grand par son biographe Jean Diacre, lui-même clerc à dix ans ; elle n'apparaît nettement qu'à partir du viie siècle avant d'être attestée à partir du viiie dans tous les ordines5. Les caractères sont les suivants :

  • petit nombre de pensionnaires – une vingtaine – compensé par des voix rigoureusement choisies et travaillées.

  • longueur de la formation : il fallait neuf ans pour faire un bon chantre, connaissant le répertoire essentiellement par coeur.

  • tonsure cléricale et élévation aux ordres mineurs quand on le jugeait convenable.

  • origine modeste des élèves : la schola est souvent appelée orphanotrophium, orphelinat.

  • 6 Dictionnaire d'Archéologie chrétienne..., 3/1, col. 1456 et suiv.

3En Gaule, le iie Concile de Vaison (529) recommande « que tous les prêtres qui sont constitués en paroisses, suivant en cela la coutume que nous savons être assez utilement pratiquée en Italie, reçoivent chez eux de jeunes lecteurs non mariés autant qu'ils pourront en avoir, et qu'ils les élèvent comme de bons pères, qu'ils les nourrissent spirituellement et leur enseignent à préparer les psaumes, à s'appliquer aux lectures sacrées et à pratiquer la loi du Seigneur et qu'ils se préparent ainsi de dignes successeurs ». Ce que fait le prêtre dans sa paroisse rurale, l'évêque le fait dans sa ville : le Concile de Tours de 567 recommande aux évêques d'avoir toujours auprès d'eux « la troupe de leurs jeunes clercs ». Fortunat montre saint Germain de Paris dirigeant lui-même les petits choristes : « D'un côté l'enfant mêle sa voix douce et perçante aux instruments bruyants, de l'autre le vieillard (l'évêque) pousse de son gosier une voix large et éclatante comme la trompette. La voix flûtée des enfants adoucit la voix forte et rauque du vieillard ». Et il cite un petit clerc de dix ans particulièrement remarquable. Il est vraisemblable qu'il y a alors une schola dans la plupart des diocèses ; une épitaphe lyonnaise datée de 552 nous fait connaître Etienne, primicerius scholae lectorum6.

  • 7 C. Vogel, « La réforme liturgique sous Charlemagne », dans Karl der Grosse, Persönlichkeit und Gesc (...)
  • 8 Concile d'Aix-la-Chapelle (816), De institutione canonicorum, canon 135 : « Les enfants et les jeun (...)

4Les réformes carolingiennes bien connues ne partaient donc pas du néant, même s'il fallut restaurer des institutions passablement ébranlées. Dans le domaine liturgique, le souci n'était pas tant la médiocrité que la diversité, l'objectif étant l'unité par la romanisation du culte en pays franc. Dès les années 760 l’évêque Rémi de Rouen accueille un maître de la schola cantorum de Rome pour former ses clercs ; l'évêque de Metz Chrodegang en fait autant. Plus que d'une création d'écoles, il s'agit d'une réforme de leur programme, suite à l'abandon de la liturgie gallicane7. Les propos de l'Admonitio generalis n'autorisent pas à faire de Charlemagne le fondateur des maîtrises comme on l'a souvent écrit. Il serait plus pertinent de faire référence à Louis le Pieux dans la mesure où l'organisation des chapitres sur un modèle monastique entraîne l'ouverture d'écoles capitulaires dans les cloîtres des cathédrales8. Sur le plan institutionnel il n'y a pas de solution de continuité entre les enfants-chanoines (comparables aux oblats des abbayes) et les enfants de choeur des maîtrises, mais il y en a pour les fonctions liturgiques, bien documentées à partir du ixe siècle.

Le chant des anges

  • 9 C. Heitz, L'architecture religieuse carolingienne, Paris, Picard, 1980, p. 152 et suiv.
  • 10 C. Heitz, Recherches sur les rapports entre architecture et liturgie à l'époque carolingienne, Pari (...)
  • 11 BM, Reims, ms. 328 fol. 16 v.° ; ms. 329 fol. 19 ; U. Chevallier, Sacramentaire et martyrologe de l (...)

5La ressemblance entre la cathédrale carolingienne de Reims et l'abbatiale de Saint-Riquier a été maintes fois soulignée, en particulier par la présence à l'ouest d'une église dotée de tribunes, dont le Westwerk de Corvey a gardé les dispositions. « Des notes alphabétiques griffonnées sur le premier crépi blanc de la tribune de Corvey témoignent des choeurs qui chantaient là comme à Centula où les chanteurs de la schola occupaient les ambulatoria de la tour du Sauveur »9. La règle d'Angilbert stipule que les jours de Pâques et de Noël on célèbre la messe dans cette antéglise du Sauveur ; à la fin deux prêtres se tiennent aux deux sorties pour faire communier les enfants qui descendent des tribunes10. La même utilisation de ces ambulatoria est attestée à Reims par les plus anciens documents liturgiques : le dimanche des Rameaux les enfants partent en avant de la procession, montent à la « vieille tour », et chantent Gloria laus tandis que les chanoines s'assoient dans l'atrium et reprennent le refrain11.

  • 12 C. Heitz, « L'ange carolingien », dans L'Ange, colloque du Centre européen d'Art sacré, Pont-à-Mous (...)
  • 13 P. Labbe, op. cit., col. 1398 et 1401.
  • 14 Joannis Gersonii...opera omnia, t. 4, Anvers, 1706, col. 717-720.
  • 15 AD Marne, 2G468/1 (les documents cotés 2G sont à l'annexe de Reims).

6L'intérêt de ces mentions est de nous introduire dans le symbolisme des chants d'enfants. Déjà saint Augustin entendait, grâce à eux, l'écho du choeur des anges et de la musique spirituelle. Les travaux de C. Heitz ont bien montré l'importance du culte des anges à l'époque carolingienne et la présence de leurs autels dans les parties hautes où ils étaient constitués gardiens du sanctuaire. Si les tribunes de l'antéglise sont réservées aux enfants-chanteurs, c'est bien évidemment parce qu'ils sont assimilés aux anges : « leurs voix angéliques doivent retentir de là-haut lors des grandes cérémonies liturgiques, car l'antéglise est un édifice à part, à destination honorifique, appelé à être le lieu exclusif des fêtes liées à la Vie et à la Passion du Christ »12. A peine visibles de la nef car installés dans les tribunes ménagées au nord et au sud du Westwerk, les enfants donnent l'illusion de voix célestes. En conséquence ils ont été longtemps vêtus de blanc et les réglements donnés plus tard aux maîtrises insistent sur la pureté que nécessite leur « office angélique », leur interdisant tout contact avec l'extérieur, chassant tout propos ou toute distraction deshonnêtes. Après avoir rappelé le verset du psaume 137 « Je te chante en présence des anges » et développé l'idée d'un « office céleste » célébré dans la cathédrale, le De Institutione canonicorum de 816 demande de garder dans le cloître les enfants et les adolescents nourris par les chanoines, afin qu'ils ne passent pas leur « âge lubrique » dans la luxure mais dans la discipline ecclésiastique13. Reprenant la Doctrina rédigée par Gerson pour les enfants de choeur de Notre-Dame de Paris14 - qu'ils gardent au-dedans d'eux-même cet office angélique qu'ils représentent extérieurement « le réglement des maîtrisiens rémois rappelle qu'étant « comme petits anges au service de Dieu » ils doivent « exciter chacun à dévotion » ; qu'ils se déplacent « avec telle contenance et modestie qu'on les puisse plutôt estimer anges qu'enfants », qu'ils reflètent leur « innocence et pureté angélique » etc... Images de la cour céleste, ils représentent « les anges faisant la révérence et adoration à leur Seigneur souverain » ; ils ne se contentent pas de chanter, ils participent aux processions et au service de l'autel en portant les cierges, le bénitier et l'encensoir, en présentant les offrandes15.

Apparition des maîtrises

  • 16 U. Chevallier, op. cit., p. 96, 99, 100 et suiv.
  • 17 P. Desportes, Reims et les Rémois aux xiiie et xive siècles, Paris, Picard, 1980, p. 297.

7Jusqu'à la fin du xiiie ou début du xive siècle, à Reims comme ailleurs, cet office n'est pas rempli par des enfants spécialement institués à cet effet. Les pueri mentionnés dans les textes sont les élèves des écoles capitulaires et plus généralement des chanoines-enfants16. Brusquement, sans que ceux-ci disparaissent (il y a encore huit pueri canonici à Reims au xive siècle)17, les sources mentionnent des enfants de choeur, c'est-à-dire des enfants recrutés et entretenus par les chapitres pour assurer un service choral, bientôt dotés d'un maître particulier - d'où le nom de maîtrise - avec des revenus et un réglement propres. Dans la limite des recherches actuelles, Amiens et Chartres ouvrent la série :

    • 18 G. Durand, La musique de la cathédrale d'Amiens avant la Révolution, Amiens, 1922, p. 16.

    à Amiens, le chanoine Enguerrand de Croÿ (+1208) assure des revenus pour dix vicaires dont quatre enfants, « petits vicaires » qui outre le chant assurent les fonctions d'acolytes ; leur nombre est réduit de dix à huit le 26 septembre 1324, date de la nomination d'un maître18.

    • 19 A.J. Clerval, L'ancienne maîtrise de Notre-Dame de Chartres du ve siècle à la Révolution, Paris, 18 (...)

    à Chartres Geoffroy de Poncey institue en 1215 six clercs Dour chanter les louanges de Dieu ; ils sont huit aux xive-xve siècles19.

    • 20 J. Voisin, « Recherches sur les petits clercs – clericuli –, les enfants de choeur et les musiciens (...)

    à Tournai il y a huit pueri vicarii en 124620.

  • à Reims, la fondation de quatre premiers enfants de choeur remonte sûrement à 1285.

    • 21 Comptes de recettes et de dépenses de Nicolas Gellent, évêque d'Angers, octobre 1284-mai 1290, éd. (...)

    à Angers, ils sont attestés dans les comptes de l'évêque Nicolas Gellent dès 1286 ; ils sont quatre en 1369, six à la fin du xive siècle, huit au xvie siècle, tonsurés âgés de 7 à 19 ans21.

    • 22 A. Biver, « Les clergeons de Notre-Dame de Laon à la fin du xiiie siècle », Bulletin de la Société (...)

    à Laon en 1304 six enfants de choeur sont en fonction ; le chanoine Guy de Laon lègue un fief à Athies pour leur entretien22.

    • 23 F.L. Chartier, L'ancien chapitre de Notre-Dame de Paris et sa maîtrise d’après les documents capitu (...)

    à Paris, une maîtrise apparaît dans les plus anciens registres de délibérations capitulaires (1326) ; en 1406 il y a huit enfants23.

    • 24 F. Pinguet, « Les écoles de la musique divine », La revue musicale, no spécial, Paris, 1979, p. 41 (...)

    à Rouen, fondation le 13 novembre 1377 de quatre « enfants d'autel » dirigés par un maître24.

    • 25 B. Populus, L'ancienne maîtrise de Langres, Langres, 1939, p. 3 et suiv.

    à Langres, ils sont quatre au xive siècle ; le 24 mars 1484 Innocent VIII institue un maître de musique avec huit enfants25.

    • 26 A.-E. Prévost, Histoire de la maîtrise de la cathédrale de Troyes, Troyes, 1906, p. 6 et suiv.

    à Troyes, les plus anciens documents ne remontent qu'à 1406 ; il y a alors quatre enfants, six en 1482, huit seulement en 162926.

8Tous ces exemples montrent des datations et effectifs voisins : les maîtrises ne sont pas antérieures au xiiie siècle. Pourquoi ces créations ?

  • 27 P. Ariès, L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, Paris, Seuil, 1973, p. 24.
  • 28 B. Guenée, F. Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, 1968, p. 123, 23, 73, 2 (...)

9La première réponse qui vient à l'esprit est ce que Philippe Ariès a appelé « la découverte de l'enfance »27. Selon lui l'art médiéval ne représente jusqu'au xiie siècle que des adultes miniatures quand il lui faut figurer des enfants ; vers le xiiie siècle apparaissent plusieurs types d'enfants, dont l'ange représenté sous l'apparence d'un jeune adolescent, un clergeon. L’ange de Reims est déjà grand « mais les artistes marquent avec une affectation certaine les traits ronds et gracieux un peu efféminés des très jeunes gens ». On pensera aussi, pour planter le décor de cette sensibilité nouvelle, aux entrées royales : enfants de choeur chantant le Te Deum, enfants vêtus de blanc ou de violet groupés par centaines aux carrefours, enfants « en guise d’ange » apportant l'écu fleurdelysé (Paris, 1437) ou présentant une croix, « descendu par un subtil engin » (Troyes, 1486)28. C'est là un contexte à l'évidence important, de même que la dévotion à la Sainte Famille ou à l'Enfance du Christ ; mais un autre élément, certainement décisif doit être invoqué : le problème de l'assiduité des chanoines et l'évolution du chant religieux.

  • 29 AD Marne, 2G410/1.
  • 30 BM, Reims, ms. 1148, fol. 281 v.° (délibération capitulaire du 22 septembre 1368). P. Desportes, op (...)
  • 31 Op. cit. et M.-R. Renon, La maîtrise de la cathédrale Saint-Etienne de Bourges du xvie siècle à la (...)

10L'institution d'enfants de choeur n'est pas une décision isolée ; elle s'accompagne de l'institution de clercs adultes rémunérés pour être activement présents à l'office. La tradition rémoise lie la création des quatre premiers enfants de choeur au recrutement, le 17 août 1285, de douze vicaires (quatre prêtres, quatre diacres, quatre sous-diacres) en raison de la « désertion de l'office divin ». On choisit des vicaires qui savent bien lire et chanter, qui jurent de résider, qui tiendront le choeur toute la semaine. Le distributeur des heures leur donne 14 deniers par jour, après les avoir pointés : 1 denier pour prime, tierce, sexte, none, vêpres et compiles, 2 deniers pour les messes et 6 pour les seules matines29. Manifestement les chanoines n'aiment pas se lever. Au xiie siècle les archevêques avaient multiplié injonctions et menaces ; au xiiie siècle on prend acte de leur résistance passive ; au xive siècle on dispense d’assiduité les plus de soixante ans30. Aggravé par le cumul des prébendes dans plusieurs villes, le problème de l'absentéisme est général : à Paris, les chantres auxiliaires chargés de suppléer les chanoines défaillants sont appelés « clercs de matines » ; on retrouve ces « gagistes » ou « psalteurs » à Bourges, Angers, Langres, Troyes etc...31.

  • 32 U. Chevallier, op. cit., p. 99, 100, 105, 115, 132, 136, 153, 161, 177, 187, 205, 213, 216, 304.
  • 33 P. Andrieu-Guitrancourt, L'archevêque Eudes Rigaud et la vie de l'Eglise au xiiie siècle. D'après l (...)
  • 34 J. Chailley, Histoire musicale du Moyen Age, Paris, puf, 1969, p. 107 et suiv.
  • 35 A. Pons, Droit ecclésiastique et musique sacrée, t. 3, Décadence et réforme du chant liturgique, Sa (...)
  • 36 S. Corbin, op. cit., p. 254.

11La présence des enfants dans le choeur était une vieille tradition. Les ordines rémois du xiie siècle leur attribuent le chant du graduel, du trait ou de l'alleluia, c’est-à-dire des pièces les plus ornées du répertoire grégorien, confiées à des solistes32. La fondation des maîtrises leur assure une formation encore plus spécialisée par l'étude et la pratique quotidienne du chant sous la direction d'un maître propre, avec travail en petit groupe. A leurs côtés sont recrutés des chantres adultes d'un bon niveau, que certaines sources désignent comme d'anciens maîtrisiens. Outre la « désertion » du choeur par les chanoines, il faut certainement invoquer leur manque d'aptitude vocale – le registre des visites de l'archevêque de Rouen Eudes Rigaud les montre chantant mollement ou s'endormant33 – ainsi que l'évolution de la musique sacrée qui, au moins dans les offices solennels, tend à devenir une affaire de spécialistes. Sur les mélodies grégoriennes se développent les broderies du déchant et de l'organum, théorisé dès les alentours de 900 par le pseudo-Hucbald de Saint-Amand (Roger de Laon), attesté au xe siècle dans les manuscrits chartrains, illustré à Paris par Pérotin à la fin du xiie siècle : une voix principale expose le chant donné tandis que la voix organale se livre à des vocalises sur chacune des notes ; « une voix descendant pendant que l'autre monte et vice-versa, telle est encore la base première de toute notre doctrine de l'harmonie ».34 La vogue devient telle, dans la seconde moitié du xiiie siècle, qu'elle suscite des abus dénoncés par Guibert de Tournai, universitaire parisien : « Celui-ci chante, celui-là déchante (c'est-à-dire chante une autre partie), un autre chante le dessus, un autre encore divise et recoupe les notes intermédiaires ; tantôt la voix est étranglée, tantôt brisée, tantôt grossie, tantôt prolongée. Quelquefois, je suis honteux de le dire, on croit entendre les hennissements des chevaux. Quelquefois la voix devient plus aigüe et tourne à la voix de femme. Pendant ce temps le corps agité renouvelle les gestes des histrions, on tortille les lèvres, on roule les yeux, on joue des épaules et à chacune des notes répond un mouvement des doigts...On n'est pas à la chapelle mais au spectacle »35. Jacques Chailley fait écho à Guibert de Tournai en écrivant que le hoquet qui brise le rythme (notes séparées par des pauses et des soupirs) fait penser au swing négro-américain. En 1324/25 le pape Jean XXII intervient pour condamner les excès, sans interdire pour autant le déchant : « Par là nous n'entendons pas défendre, principalement aux jours de fêtes ou bien aux messes solennelles et dans l'office divin qu'on chante quelques consonances convenant au goût de la mélodie, par exemple l'octave, la quinte, la quarte au-dessus du chant ecclésiastique ; de telle façon cependant que l'intégrité du chant n'en souffre pas et que rien ne soit changé à cette bonne constitution de la musique, alors surtout qu'une consonance de cette nature charme l'ouïe, provoque la dévotion et empêche les esprits de se ralentir alors qu'on psalmodie les louanges du Seigneur »36. A cette époque Guillaume de Machault, chanoine de Reims, est au seuil d'une carrière de compositeur couronnée en 1364 (selon la tradition) par sa messe Nostre-Dame, la première messe à plusieurs voix de l'histoire musicale conservée en intégralité. Si elle n'a pas été décisive, l'émergence de la polyphonie n'est sans doute pas étrangère à l'institution de vicaires musiciens et d'enfants de choeur, d'autant que pour les voix de soprani il n’était pas question de recourir aux femmes ou aux castrats. Il faut toutefois nuancer en raison du petit nombre de jeunes garçons.

La maîtrise de Notre-Dame de Reims. Effectif et tenue

  • 37 BM, Reims, ms. 1777/80.
  • 38 AD Marne, 2G466/1.2, 526/2, 357/17.

12L'augmentation des effectifs de la maîtrise de Reims a été échelonnée sur plus de deux siècles. L'apparition de quatre premiers enfants semble pouvoir être datée de 1285, ce qui correspond vraisemblablement à l'achèvement de la nef de la cathédrale, à la « mise en service » de la grande église. La liste des maîtres des enfants de choeur, devenus maîtres de chapelle, a pu être établie sans interruption depuis les années 138037. C'est l'époque de la donation par l'archevêque Richard Picque de 500 francs d'or de bon poids pour acheter la terre de Bertincourt, dont les revenus permettent de recruter un cinquième enfant, choisi et entretenu par le chapitre pour chanter les heures nocturnes et diurnes (11 décembre 1384). Pour s'assurer des prières quotidiennes et célébrer son obit perpétuel, il donne en outre une maison rue Tirevit. Peu après le chanoine Laurent de Raillicourt donne 400 florins d'or puis une vigne à Pévy pour l'entretien d'un sixième enfant, reçu le 7 juin 1395. Il y ajoute dans son testament de février 1406 une maison pour les enfants et leur maître, située dans la partie orientale du cloître38.

  • 39 BM, Reims, ms. 1777/80, ms. 1773, fol. 364 et 222 bis ; A.D. Marne, 2G466/7, 9-10.

13Le 29 janvier 1518 le chanoine Gilles Grand Raoul propose d'établir deux nouveaux enfants au moyen d'une somme de 400 livres que le chapitre refuse. Le1er février suivant trois autres chanoines offrent ensemble vingt livres par an pour le même objet, sans succès. Enfin l'archevêque Robert de Lenoncourt offre 1200 livres, assurant pour les deux enfants 40 livres de revenus annuels, et le chapitre accepte le 26 mars 1518. La donation d'une cense à Mailly et d'une maison au marché au drap par le chanoine Pierre Le Membru permet la fondation d'un neuvième enfant en 1532 ; des terres en Rethélois données par le chanoine Jean Le Roy assurent la création d'un dixième en 153439.

14Ce nombre ne devait plus évoluer jusqu'à la fin de l'Ancien Régime ; il correspond à celui des autres cathédrales et semble bien suffisant. Il faut d'abord rappeler que le service essentiel des enfants est alors la psalmodie ou le chant de parties de solistes lors des offices canoniaux quotidiens (leçons et répons, graduels ou traits) ; une claire voix bien posée ou le chant à l'unisson de quelques-uns suffit dans le cadre resserré du choeur liturgique, ce saint des saints délimité par une haute clôture sur laquelle s'adossent les stalles, petite église dans la grande église. Pour les messes solennelles enfants et vicaires installés sur le jubé forment un choeur d'une vingtaine d'exécutants soutenus par l'orgue.

  • 40 Clerval, op. cit., p. 24 ; ordo du sacre, milieu du xiiie siècle, BN lat., ms. 1246 ; ordo de 1365, (...)
  • 41 Chevallier, op. cit., p. 96 : début de l'Avent, Saint-Nicaise, Noël, Purification, Quinquagésime, R (...)
  • 42 BM, Reims, ms. 1148, fol. 293 v.°, Pinguet, op. cit., p. 42.

15Admis dans l'enceinte sacrée du choeur, ces enfants sont des clercs tonsurés. Dès le vie siècle, les textes mentionnent l'obligation de leur faire la couronne, bien visible dans les sources iconographiques, vitraux de Chartres, ordines du sacre ou missels40. Les ordinaires rémois du xiie siècle prévoient en tout quatorze « rasures générales » à l'occasion des grandes fêtes liturgiques ; le réglement de la maîtrise fixe le même nombre, en lien avec la confession « afin qu'ensemble ils ôtent et la superfluité des cheveux et l'empêchement de leur conscience » ; il prévoit en outre des « rafraîchissements » de la couronne tous les dimanches41. On comprend dès lors pourquoi le 27 novembre 1448 le chapitre de Reims autorise les enfants, en raison du froid, à porter une barrette au choeur et au-dehors ; en 1427 un chanoine de Rouen leur avait assuré, par fondation, le port à perpétuité d'un bonnet de laine à oreilles de couleur vermeille42.

  • 43 Prévost, op. cit., p. 109 ; Clerval, op. cit., p. 164 ; Pinguet, op. cit., p. 41 ; Chartier, op. ci (...)

16Jusqu’au xive siècle, les textes et les miniatures les montrent revêtus d'aubes blanches ; on leur donne d'ailleurs parfois le nom de pueri in albis. A partir du xve siècle se multiplient les mentions de tuniques de couleur, portées éventuellement avec capuce ; plutôt qu'une tunique comparable à celle du sous-diacre, c'est une soutane portée sous une aube ou un surplis. Fourrées en hiver, ces tuniques peuvent être violettes, vertes ou rouges, couleur rappelant selon Macrobe la vertu de pudeur. A certaines fêtes les enfants revêtent une chape43.

Moyens de subsistance

  • 44 Comme les chanoines, les chapelains, les vicaires et les coutres, les enfants de choeur sont exempt (...)
  • 45 AD Marne, 2G410/5 ; BM, Reims, ms. 1773 fol. 291 ; Chartier, op. cit., p. 64.

17A l'origine les enfants de choeur sont entretenus par les chanoines44. Une bulle de Clément VI (1352) constate que les douze vicaires et les quatre enfants vivent des revenus communs du chapitre ; le pape confère alors les revenus de douze chapelles vacantes aux vicaires et aux enfants « dûment instruits pour les offices divins et les cérémonies de cette église ». En 1395, il est affecté à chacun des enfants 18 livres parisis par an, soit environ 1 sou par jour. Une somme voisine est signalée à Paris en 140645.

  • 46 AD Marne, 2G466/3-6, P. Varin, Archives législatives de la ville de Reims, Statuts, t. 1, Paris, 18 (...)

18En 1421 une bulle de Martin V constate qu'en raison des guerres, mortalités et autres calamités, les distributions des fruits de l'office des heures jadis suffisantes pour l'année, sont à peine satisfaisantes pour un ou deux mois ; en conséquence chanoines, vicaires et chapelains fréquentent moins le choeur et le culte s’en trouve diminué. Soucieux de la beauté des offices dans les cathédrales, le pape accorde l'union de la première prébende qui se trouvera vacante à l'office des heures, pour l'entretien des six enfants et de leur maître. Le revenu est estimé à 120 livres par an. Le cardinal Guillaume Fillastre, ancien doyen du chapitre de Reims, est chargé d'exécuter cette décision, effective le 16 février 1425 à la mort du chanoine Jean de Sainte-Marie, confirmée le 19 juillet 1429, deux jours après son sacre, par lettres patentes de Charles VII46.

  • 47 AD Marne, 2466/8.

19En 1519, une bulle de Léon X affecte au salaire des douze vicaires et à l'entretien des huit enfants une pension annuelle de 120 livres tournois à prendre sur les revenus des paroisses Saint-Hilaire, Saint-Pierre-le-Vieil et Saint-Jacques (les plus aisées), « afin de trouver des vicaires plus experts en musique et en chant »47. Manifestement les cachets étaient auparavant peu attractifs.

  • 48 C. Cerf, Histoire...de la cathédrale, p. 361 ; AD Marne 2G318/1 (suffragants), 357/7 (abbé de Saint (...)

20A ces revenus fixes s'ajoutaient des casuels. D'après le chanoine Cerf, qui ne cite pas ses sources, lors des messes pontificales deux chanoines et deux enfants venaient au trône chanter les laudes regiae devant l'archevêque, qui donnait à chacun une boulette de cire rouge renfermant 7 sous et 6 deniers. Lors de son avènement le nouvel archevêque devait distribuer 7 livres, 40 sous au chantre, 60 aux coutres clercs et laïques, 40 aux enfants de choeur. Ils se partageaient la même somme lorsqu'un nouveau suffragant ou un nouvel abbé venait prêter serment à l'Eglise de Reims. Par ailleurs, plusieurs testaments de chanoines prévoient des distributions aux clercs présents lors des obsèques et des anniversaires : 1 à 3 sous pour les enfants et généralement 6 pour les chanoines48.

  • 49 BM, Reims, ms. 1777/36 ; AD Marne 2G412.

21A l'époque moderne nombreux sont les enfants de choeur qui se voient en outre attribuer des chapelles ; rien ne permet de l'affirmer pour la période médiévale, si ce n'est pour leur maître, généralement attesté comme chapelain et une fois chanoine semi-prébendé49.

  • 50 AD Marne, 2G468/57.

22Chargé de l'entretien matériel en même temps que de la formation musicale, le maître doit jurer d'instruire les enfants de choeur avec soin et fidélité, de les nourrir et habiller selon leur état. C'est lui qui dirige la maison. Celle-ci n'est connue que par des inventaires tardifs, mais comme elle n'a pas changé d'emplacement et que sa disposition est des plus simples, il est possible qu'elle ait conservé son aspect d'origine : au rez-de-chaussée une cuisine, une chambre de servante et une pièce servant à la fois de réfectoire, de salle de classe, de répétition, de récréation et de bibliothèque, avec une longue table et des bancs ; à l'étage dortoir, oratoire et chambre du maître, celui-ci ne quittant jamais les enfants afin de pouvoir veiller au respect d'une stricte discipline50.

Discipline

  • 51 AD Marne, 2G468/1.

23Le plus ancien réglement conservé est daté de 153351, mais il fait de nombreux emprunts à la règle donnée vers 1408 par Jean Gerson aux maîtrisiens parisiens ; celle-ci reprenant elle-même des usages plus anciens et des préoccupations constantes aux éducateurs ecclésiastiques.

24Puisque ces enfants représentent les anges, leur pureté doit être préservée par une rigueur obsessionnelle : surveillance permanente d'un maître sage à la vie exemplaire, interdiction de tout contact sans permission avec une personne extérieure au chapitre « de peur que telles conversations et hantises ne fussent cause de la corruption et perdition des enfants », interdiction de quitter le cloître, surtout pour aller chez des laïcs chanter des chansons dissolues et lascives ; avec permission des supérieurs ils pourront répondre au mandement de tel prince ou prélat « pour chanter motets et autres chansons de dévotion et contemplation ». Démarche posée, contenance honnête et dévote, silence quasiment permanent, sauf aux récréations où il est de toute façon interdit de parler autre langue que le latin sous peine de correction – ce qui doit éviter les propos frivoles – de même que sont interdits cartes, dés, jetons, ou autres jeux induisant à avarice, deshonnêteté ou criailleries. L'enseignement de la foi et des bonnes moeurs est le souci primordial, une attitude tellement édifiante qu'elle ravisse les assistants. Gare aux défaillants ; le maître s'assure la collaboration d'un « observateur » qui dénoncera « ceux qui auront parlé français, caqueté en l'église, n'auront dit leurs prières ou se seront levés tard, mais principalement ceux qui auront menti, juré, frappé et battu leurs compagnons, dit injures ou paroles vilaines et impudiques ou fait autres insolences ». Alors le maître fera la correction des défaillants par paroles et par verges, l'une et l'autre avec discrétion (on retrouve une expression bénédictine) ; il prendra règle d’un zèle de Dieu et amour paternel, « car de toujours crier avec colère après les enfants est plus les étourdir que corriger, de frapper sans cesse est plus les faire désespérer qu'amender ». Quatorze confessions annuelles et sept communions pour les plus grands leur permettent de maintenir « cette innocence et pureté requises ».

25Les journées se déroulent selon un rythme immuable. Lever avant l'aurore, au quatrième coup de matines. Prière, habillement, toilette (de ce qui dépasse...), départ pour la cathédrale avec sur le chemin, entre le cloître et la chapelle de Saint-Lait, au transept nord, quelques prières pour les fondateurs. Matines, déjeûner, prime, révision des chants de la messe (tout se chante de mémoire), leçon de musique ou de grammaire, tierce, messe, sexte, dîner à midi, une demi-heure de récréation, none, grammaire (sauf les dimanches et fêtes où les enfants sont menés au sermon avec au retour répétition de ce qu'ils ont retenu), vêpres, musique et plain-chant, grammaire, souper à 6 heures (précédé comme le dîner d'une douzaine de lignes d'un livre de dévotion et suivi d'un passage de la règle « pour avec la réfection corporelle assurer aussi la spirituelle », une demi-heure de récréation, chant ou grammaire, compiles, prières sur le retour pour les fondateurs, prière à l'oratoire avec examen de conscience, coucher à 8 heures.

  • 52 BM, Reims, ms. 1773 fol. 291 et P. Varin, Archives administratives de la ville de Reims, t. 3, Pari (...)

26Recrutés à 7-8 ans pour leur voix claire, leurs bonnes moeurs et dévotion, les enfants restent une dizaine d'années à la maîtrise, avec affectation plus particulière au service d'acolyte ou de thuriféraire à l'âge de la mue. Qui sont-ils ? Les identifications sont rares dans les sources rémoises, mais corroborées par des mentions extérieures ; en 1395, Olivier d’Estrebay est le fils d'un foulon, en 1412 Guillaume Joybert ou Jobert est apparenté à un sergent de l'archevêque, qualifié aussi de valet du stellage52 : les enfants de choeur sont issus de familles modestes d'artisans, de ministériaux, de paysans éventuellement. L'accès à la maîtrise est pour eux une promotion. Certes ils ne reçoivent pas un enseignement très poussé - la grammaire ressortit à l'enseignement élémentaire – mais ils sont assez bons chantres et savent assez de latin pour poursuivre ensuite leurs études jusqu'à l'accès aux ordres majeurs. Que feraient-ils d'autre après avoir grandi à ce point dans le moule ? Rien ne les oblige à rester, mais tout les qualifie pour être vicaires ou chapelains, pour faire carrière dans le clergé diocésain. La maîtrise fait office de petit séminaire avant la lettre. Le réglement le dit clairement : après la musique et le plain-chant qu'ils soient aussi instruits en lettres humaines pour se rendre capables de parvenir, quand ils seront en âge, à l'état sacerdotal.

La fête des Innocents

  • 53 P. Varin, op. cit., t. 2, p. 309.

27Cette rigueur quotidienne devait être compensée de temps à autre par un défoulement toléré. Un document de 1322 raconte comment certains chanoines, principalement les jeunes, avec les enfants de choeur, les vicaires et d'autres, avaient l'habitude, au début de l'Avent, de faire après matines un repas d'andouilles et de boire autour d'un grand feu à l'Hôtel-Dieu. Ce petit déjeûner copieux et bien arrosé a été alors supprimé moyennant une compensation financière53.

  • 54 BM Reims, ms. 1148, fol. 264-265, 286 v.°, 289, 297, 305-307 v.°. Sur le sujet : J. Heers, Fêtes de (...)

28Plus connue, souvent mentionnée dans l'histoire des maîtrises, est la fête des Innocents ou des fous, ce rite d'inversion qui, le 28 décembre, transformait les chanoines en enfants de choeur et voyait les enfants désigner l'un d'entre eux comme évêque éphémère. Grâce à un érudit du xviiie siècle qui a rassemblé les délibérations capitulaires relatives à cette coutume, le dossier rémois est assez bien documenté54. On apprend d'abord que les buveurs étaient les payeurs : celui qui était surpris dans une taverne en habit ecclésiastique devait payer 16 deniers d'amende ; 8 allaient au dénonciateur, 8 aux enfants pour la fête des Innocents (1433). Le chapitre ajoutait une subvention allant de 20 à 60 sous et pouvait octroyer du pain et un poinçon de vin...soit 204 litres. C'est beaucoup pour huit enfants de choeur ! Les textes montrent que se joignaient à eux les chapelains et vicaires, certains chanoines...et rien ne dit qu'ils étaient obligés de tout boire. En tous cas l'ambiance était chaude. Il y avait un archevêque de la fête, vraisemblablement assisté de suffragants puisqu'un texte de 1506 parle d'évêques nicolaïtes – allusion à saint Nicolas, patron des enfants – un évêque des écoles de Notre-Dame et un évêque des écoles du Temple, ce qui indique une fête générale de la jeunesse scolaire. En 1460, il leur avait été interdit de chevaucher par la cité ; ils devaient faire la fête dans leur maison, sans farces, sans sortir du cloître la nuit pour aller jouer en public ou faire du bruit. Ces débordements semblaient de plus en plus intolérables aux autorités ecclésiastiques. En 1499 la fête des fous a été supprimée en raison des dépenses excessives. En 1501, après comparution de « l'archevêque » devant le chapitre, il fut décidé qu'elle aurait lieu sans insolence, consigne réitérée en 1503. Les chanoines vinrent alors au choeur sans habit, ce qui suggère que leur rôle était joué par d'autres. En 1511 pas de fête. En 1514, elle eut lieu, mais le service à l'église devait être sans dérision ; les chanoines, vicaires et chapelains devaient pouvoir y accéder avec leurs habits, ce qui limitait les rites d'inversion. Moyennant quoi le chapitre accorda le 18 décembre le traditionnel poinçon de vin et même la permission de chevaucher en ville. Que s'est-il passé ? Certainement un scandale car dès le lendemain 29 décembre, les chanoines décidaient que la fête des Innocents était désormais abolie et pour que cette conclusion eût forme de statut ils la firent lire à haute voix lors des deux chapitres suivants. La fête était finie, à Reims comme ailleurs à des dates voisines.

  • 55 A. Erlande-Brandenbourg, La cathédrale, Paris, Fayard, 1989.

29Les différentes communications rassemblées dans ce volume montrent l'extrême diversité du clergé séculier. Derrière les chanoines des cathédrales se presse tout un peuple de chapelains, vicaires, coutres et clergeons assurant la vie liturgique quotidienne. Après qu'un livre récent ait replacé la cathédrale dans la complexité de son contexte urbain55, il faut souhaiter que des recherches approfondies permettent de mieux connaître tout l'environnement humain qui rendait vivantes ces pierres devenues pour beaucoup des « monuments historiques ». Sous leurs voûtes pendant des siècles ont résonné le chant et, parfois, le rire des enfants.

Notes

1 La bibliographie générale est assez maigre. A. Gout, Histoire des maîtrises en Occident, Paris, 1987, n'apporte rien d'original pour le Moyen Age. D. Alexandre-Bidon et M. Closson, L'enfant à l’ombre des cathédrales, Lyon-Paris, pul-cnrs, 1985 ne dépassent pas le premier âge. P. Du Colombier, L'enfant au Moyen Age, Villefranche, 1951, commente en 5 pages les images d'une plaquette éditée par les blédines Jacquemaire. On pourra se reporter à Enfant et Société, numéro spécial des Annales de Démographie Historique, 1973, au colloque d'Aix-en-Provence 1979, L'enfant au Moyen Age, Aix-Paris, cuerma— H. Champion, 1980, et au xiie Congrès de la Société des Historiens médiévistes (Nancy, 1981), Les entrées dans la vie, Initiations et apprentissages, pun, 1982, mais il n'y a pas grand chose sur notre sujet ; G. Vecchi, « L'insegnamento e la pratica musicale nelle communita dei canonici », dans La vita commune del clero nei secoli XI-XII, t. 2, Milan, 1962, p. 26-39 donne des informations utiles ainsi que R. Metz, « L'enfant dans le droit canonique médiéval », dans L'Enfant (Europe médiévale et moderne), Bruxelles, 1976 (Recueils de la Société Jean Bodin, 36), p. 9-96. Les monographies inégales et souvent expéditives pour notre période, sont nombreuses ; les principales seront signalées. Pour Reims, C. Cerf, Histoire et description de la cathédrale de Reims, t. 1, Reims, 1861 ; « Maîtrise de la cathédrale », Bulletin du diocèse de Reims, 1872, p. 281-284, 293-295, 305-307 ; « La musique dans l'Eglise de Reims », Travaux de l'Académie Nationale de Reims, 84 (1890), p. 415-437 ; M. Dricot, « Pélerinage au monde musical rémois et ardennais », en feuilleton dans Reims-Ardennes, 1969.

2 « Audiant hoc adulescentuli, audiant hi quibus psallendi in ecclesia officium est », Dictionnaire d'Archéologie chrétienne et de Liturgie, 3/1, col. 1453.

3 « Voici que Dieu m'invite à parler de la pénitence. Je n'avais pas désigné au lecteur le chant de ce psaume. Dieu a jugé bon de vous le faire entendre et vous l'a imposé par la bouche de cet enfant », PL, 39, col. 1550.

4 « Chaque fois que le diacre prononce un nom, toujours un grand nombre d’enfants de choeur qui sont là dehors répondent : Kyrie eleison comme nous disons nous : Ayez pitié, Seigneur, et leurs voix font un bruit extraordinaire », Ethérie, Journal de voyage, éd. H. Petré, Paris, 1948 (Sources Chrétiennes, 21), p. 193.

5 PL, 75, col.90, S. Corbin, L'Eglise à la conquête de la musique, Paris, 1960, p. 172 et suiv.

6 Dictionnaire d'Archéologie chrétienne..., 3/1, col. 1456 et suiv.

7 C. Vogel, « La réforme liturgique sous Charlemagne », dans Karl der Grosse, Persönlichkeit und Geschichte, Düsseldorf, 1965, p. 217 et suiv. Selon I. Reznikoff, « Le chant des Gaules sous les Carolingiens », dans Haut Moyen Age, Culture, Education et Société (Etudes offertes à P. Riché), Paris, Publidix, 1990, p. 323-342, si l'ordo est romain, les mélodies gallicanes sont conservées.

8 Concile d'Aix-la-Chapelle (816), De institutione canonicorum, canon 135 : « Les enfants et les jeunes clercs seront logés dans une chambre du cloître, sous la conduite d'un sage vieillard, qui aura soin de leur instruction et de leurs moeurs », P. Labbe, Sacrosancta concilia, t. 7, Paris, 1671, col. 1401.

9 C. Heitz, L'architecture religieuse carolingienne, Paris, Picard, 1980, p. 152 et suiv.

10 C. Heitz, Recherches sur les rapports entre architecture et liturgie à l'époque carolingienne, Paris, 1963, p. 27 et suiv.

11 BM, Reims, ms. 328 fol. 16 v.° ; ms. 329 fol. 19 ; U. Chevallier, Sacramentaire et martyrologe de l'abbaye de Saint-Remy-Martyrologe, calendrier, ordinaires et prosaire de la métropole de Reims, viiie-xiiie siècles, Paris, 1900, p. 120 (Bibliothèque liturgique, 7).

12 C. Heitz, « L'ange carolingien », dans L'Ange, colloque du Centre européen d'Art sacré, Pont-à-Mousson, 1981, p. 102.

13 P. Labbe, op. cit., col. 1398 et 1401.

14 Joannis Gersonii...opera omnia, t. 4, Anvers, 1706, col. 717-720.

15 AD Marne, 2G468/1 (les documents cotés 2G sont à l'annexe de Reims).

16 U. Chevallier, op. cit., p. 96, 99, 100 et suiv.

17 P. Desportes, Reims et les Rémois aux xiiie et xive siècles, Paris, Picard, 1980, p. 297.

18 G. Durand, La musique de la cathédrale d'Amiens avant la Révolution, Amiens, 1922, p. 16.

19 A.J. Clerval, L'ancienne maîtrise de Notre-Dame de Chartres du ve siècle à la Révolution, Paris, 1899, p. 28.

20 J. Voisin, « Recherches sur les petits clercs – clericuli –, les enfants de choeur et les musiciens de la cathédrale de Tournai », Bulletin de la Société historique et littéraire de Tournai, 8 (1862), p. 76.

21 Comptes de recettes et de dépenses de Nicolas Gellent, évêque d'Angers, octobre 1284-mai 1290, éd. C. Urseau, Angers, 1920, p. 42, 78, 112-113 (Documents historiques sur l'Anjou publiés par la Société d’Agriculture, Sciences et Arts d'Angers, 6) ; référence communiquée à l'issue du colloque par le P. J. Avril que nous remercions. J. Poirier, La maîtrise de la cathédrale d'Angers. 600 ans d'histoire, Angers, 1983.

22 A. Biver, « Les clergeons de Notre-Dame de Laon à la fin du xiiie siècle », Bulletin de la Société historique de Haute Picardie, 8 (1930), p. 130.

23 F.L. Chartier, L'ancien chapitre de Notre-Dame de Paris et sa maîtrise d’après les documents capitulaires (1326-1790), Paris, 1897, p. 53 et suiv.

24 F. Pinguet, « Les écoles de la musique divine », La revue musicale, no spécial, Paris, 1979, p. 41 et suiv.

25 B. Populus, L'ancienne maîtrise de Langres, Langres, 1939, p. 3 et suiv.

26 A.-E. Prévost, Histoire de la maîtrise de la cathédrale de Troyes, Troyes, 1906, p. 6 et suiv.

27 P. Ariès, L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, Paris, Seuil, 1973, p. 24.

28 B. Guenée, F. Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, 1968, p. 123, 23, 73, 273.

29 AD Marne, 2G410/1.

30 BM, Reims, ms. 1148, fol. 281 v.° (délibération capitulaire du 22 septembre 1368). P. Desportes, op. cit., p. 297 signale que les assemblées des grandes occasions réunissent difficilement plus de 25 à 30 chanoines sur 74 ; « les autres ne faisaient dans la ville que des apparitions plus ou moins longues et fréquentes ».

31 Op. cit. et M.-R. Renon, La maîtrise de la cathédrale Saint-Etienne de Bourges du xvie siècle à la Révolution, Saint-Amand, 1982.

32 U. Chevallier, op. cit., p. 99, 100, 105, 115, 132, 136, 153, 161, 177, 187, 205, 213, 216, 304.

33 P. Andrieu-Guitrancourt, L'archevêque Eudes Rigaud et la vie de l'Eglise au xiiie siècle. D'après le registrum visitationum, Paris, 1938, p. 341.

34 J. Chailley, Histoire musicale du Moyen Age, Paris, puf, 1969, p. 107 et suiv.

35 A. Pons, Droit ecclésiastique et musique sacrée, t. 3, Décadence et réforme du chant liturgique, Saint-Maurice, 1960, p. 40.

36 S. Corbin, op. cit., p. 254.

37 BM, Reims, ms. 1777/80.

38 AD Marne, 2G466/1.2, 526/2, 357/17.

39 BM, Reims, ms. 1777/80, ms. 1773, fol. 364 et 222 bis ; A.D. Marne, 2G466/7, 9-10.

40 Clerval, op. cit., p. 24 ; ordo du sacre, milieu du xiiie siècle, BN lat., ms. 1246 ; ordo de 1365, British Museum, Tiberius B VIII ; missel de Notre-Dame de Reims, xiiie siècle, BM, Reims, ms. 217, fol. 86. L'âge minimum pour être tonsuré était 7 ans.

41 Chevallier, op. cit., p. 96 : début de l'Avent, Saint-Nicaise, Noël, Purification, Quinquagésime, Rameaux, Pâques, Ascension, Pentecôte, Assomption, Nativité de la Vierge, Saint-Remi, Dédicace, Toussaint.

42 BM, Reims, ms. 1148, fol. 293 v.°, Pinguet, op. cit., p. 42.

43 Prévost, op. cit., p. 109 ; Clerval, op. cit., p. 164 ; Pinguet, op. cit., p. 41 ; Chartier, op. cit., p. 60 ; BM, Reims, ms. 1148, fol. 265-268, 293, 308-309.

44 Comme les chanoines, les chapelains, les vicaires et les coutres, les enfants de choeur sont exempts de la juridiction archiépiscopale (AD Marne, 2G318/5) ; il y eut même au début du xve siècle procès en Parlement parce que l'archevêque Guy de Roye avait admonesté un enfant de choeur dans le cloître (ibid., 2G319/1).

45 AD Marne, 2G410/5 ; BM, Reims, ms. 1773 fol. 291 ; Chartier, op. cit., p. 64.

46 AD Marne, 2G466/3-6, P. Varin, Archives législatives de la ville de Reims, Statuts, t. 1, Paris, 1844, p. 125. De telles unions se retrouvent ailleurs à la même époque, à Senlis (T. Gousset), Les actes de la province ecclésiastique de Reims, t. 2, Reims, 1843, p. 622 : 1398, Troyes (AD Aube, G2566 : 1407), Châlons (AD Marne, 1G448 : 1424), Paris (Chartier, op. cit., p. 56).

47 AD Marne, 2466/8.

48 C. Cerf, Histoire...de la cathédrale, p. 361 ; AD Marne 2G318/1 (suffragants), 357/7 (abbé de Saint-Remi), 357/21, 428/1, 444/2, 447/1 (testaments). N'ayant pas perçu les 7 livres de l’archevêque Simon de Cramaud et ayant l'intention de « former complainte », les intéressés qui, ont obtenu satisfaction en 1410, ont laissé un dossier : BM, Reims, ms. 1778/3, AD Marne, 2G319/1.

49 BM, Reims, ms. 1777/36 ; AD Marne 2G412.

50 AD Marne, 2G468/57.

51 AD Marne, 2G468/1.

52 BM, Reims, ms. 1773 fol. 291 et P. Varin, Archives administratives de la ville de Reims, t. 3, Paris, 1848, p. 837 ; AD Marne, 2G319/1.

53 P. Varin, op. cit., t. 2, p. 309.

54 BM Reims, ms. 1148, fol. 264-265, 286 v.°, 289, 297, 305-307 v.°. Sur le sujet : J. Heers, Fêtes des fous et carnavals, Paris, 1983 et J.-B. du Tilliot, Mémoires pour servir à l'histoire de la Fête des Foux qui se faisoit autrefois dans plusieurs Eglises, Lausanne et Genève, 1741.

55 A. Erlande-Brandenbourg, La cathédrale, Paris, Fayard, 1989.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site