Version classiqueVersion mobile

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Le ministère pastoral dans une paroisse de Frise au xiie siècle

D'après la vie de Frédéric de Hallum († 1175), prêtre séculier, puis chanoine prémontré

Henri Platelle

Texte intégral

  • 1 Vita Fretherici, dans Gesta abbatum Orti sancte Marie, éd. A. Wybrands, Leeuwarden, 1879, p. 1-75  (...)

1La Vie de Frédéric de Hallum qui va servir de base à cet exposé est un document vraiment remarquable1. Sans doute s'agit-il d'un texte hagiographique écrit dans le souci de faire ressortir les vertus du héros et son don des miracles ; mais il contient assez d'éléments précis pour permettre de saisir nettement une carrière ecclésiastique, un milieu paroissial et surtout un idéal pastoral marqué par la Vita apostolica, le tout dans un village de Frise au xiie siècle. Frédéric de Hallum est mort en 1175 et sa Vita a été écrite une cinquantaine d'années plus tard, avant 1230, par un de ses successeurs à la tête de l'abbaye de prémontrés que le saint homme avait fondée dans sa paroisse : l'écart chronologique n'est donc pas excessif et le biographe est bien accordé avec son modèle. Enfin il faut ajouter que cette Vita n'a pas été publiée par les MGH, où figurent pourtant dans le tome xxiii des Scriptores les gesta d'autres abbés de la même maison. Les AS de leur côté n'ont édité qu'un résumé tardif de ce récit, beaucoup moins riche que l'original. En définitive cette Vita Fretherici n'est accessible que par une édition publiée en 1879 à Leeuwarden et évidemment peu répandue en France. Cela peut ajouter un intérêt supplémentaire à cette recherche.

1. Cadre général

  • 2 Excellente présentation de la Frise médiévale dans N. Backmund, Monasticon Praemonstratense, t. ii(...)
  • 3 Tous ces évêchés sont énumérés dans la bulle d'Innocent II destinée à Norbert, archevêque de Magde (...)
  • 4 Vita Sibrandi, éd. Wybrands, Gesta abbatum (voir note 1), p. 164. Nous suivons ici une idée de M.P (...)

2Considérons d'abord les lieux. Nous sommes au nord de la province hollandaise de Frise, un nom qui avait jadis une portée beaucoup plus large2. Nous sommes même très exactement au bord de la mer du Nord, ou plutôt de cette mer des bas-fonds qu'on appelle la Waddensee, sorte de long couloir intérieur entre un chapelet d’îles et la côte, là où passait la navigation vers la Baltique. Le paysage a beaucoup changé depuis les xie et xiie siècles : bien souvent la mer a remplacé la terre ferme et inversement. En dépit de cet emplacement pour nous un peu excentrique, cette Frise au péril de la mer n'est pas fermée aux influences extérieures ; nous venons de parler de la navigation commerciale vers le nord ; sur le plan religieux, relevons seulement les nombreuses fondations qui furent réalisées en pays slave par les monastères prémontrés de Frise. Ils étaient en cela bien fidèles à l'orientation de saint Norbert qui était devenu archevêque de Magdebourg et qui avait dans sa province tous les évêchés d'entre Oder et Vistule, dont les noms nous sont maintenant familiers3. Un passage de la Vita Sibrandi, l'auteur même de la Vita Fretherici, est typique de cette orientation. L'abbé veut décider ses religieuses à réaliser une fondation en Slavonie ; elles acceptent et le rythme pressé de la phrase rend bien l'enthousiasme des intéressées pour cette aventure lointaine : « Abbas ad iter preparatur, ventus prosperatur, navis aditur, anchora tollitur, vela produntur, prospero cursu citius in Hamborch et sic ulterius versus Belboch in Sclaviam pervenitur » ; « L'abbé se prépare au voyage, le vent est favorable, on monte dans le bateau, on lève l'ancre, on tend les voiles, une navigation heureuse mène vite à Hambourg et de là à Belboch en Slavonie »4.

  • 5 Sur la Frise, outre Backmund (cité note 2), voir J. Buntinx, « De instellingen van Friesland », da (...)
  • 6 Cf. C.E. Perrin, La société féodale allemande et ses institutions du xe au xiiie siècle, 2e partie (...)

3Les Frisons avaient dans le royaume de Germanie la réputation d'être un peuple difficile et indocile, supportant mal toute intervention étrangère dans leurs affaires civiles ou ecclésiastiques5. C'est ainsi que politiquement aucune dynastie n'avait pu s'y enraciner. Au xiie siècle par suite d'une série de donations impériales une partie de la Frise avait été rattachée au Sticht d'Utrecht, c'est-à-dire la principauté épiscopale ; mais l'autorité de ce maître lointain avait beaucoup de mal à se faire respecter et les habitants jouaient de la concurrence du comte de Hollande ou des influences saxonnes pour garder une parfaite indépendance. Au xiiie siècle cette autorité disparut complètement et l'on assista à la formation d’une série de républiques paysannes sans prince territorial au-dessus d'elles. Sur le plan social, au dire des auteurs, la région n'a connu ni la seigneurie foncière, ni les relations vassaliques6 ; mais il existait bien une aristocratie puissante et vindicative, engagée dans de fréquentes guerres privées. Elle jouait un grand rôle dans la vie d'une communauté paroissiale : toute la Vita Fretherici en témoigne.

  • 7 Sur ceci voir surtout Backmund cité note 2.
  • 8 Sur ce problème de l’élection des pasteurs, voir l'exposé général de W. Nolet et P.C. Boeren, Kerk (...)

4La dépendance ecclésiastique n'était pas plus simple7. La Frise ne relevait pas d'un évêché unique. La province actuelle de Frise – et donc la région de Hallum qui nous intéresse – appartenait à l'évêque d'Utrecht. Mais la province voisine de Groningen obéissait à l'évêque de Münster, qui possédait là, sur la côte, une dépendance lointaine, sans doute reliquat de la première évangélisation. La Frise orientale – de nos jours terre allemande – se partageait entre les évêchés de Brême et d'Osnabrück. Quel que soit d'ailleurs le diocèse, le pouvoir des évêques était très réduit en Frise. Pratiquement il était passé aux archidiacres, qui n'étaient pas des délégués, mais de véritables ordinaires. Les pasteurs (parochi) étaient en général librement élus par la population, ce qui veut dire que le droit de présentation appartenait à la communauté, tandis que la cura animarum était ensuite accordée par l'archidiacre8. Ce droit d'élection jouait même dans le cas d'une paroisse incorporée à un monastère, par exemple de prémontrés ; la seule restriction, c'était que le choix des électeurs devait obligatoirement se porter sur un membre de cette communauté. Notons encore que ces évêques lointains étaient représentés sur place, même au spirituel, par des prévôts qui, dans le diocèse de Münster, pouvaient être des laïques mariés.

  • 9 Outre l'ouvrage de Backmund cité note 2, voir D.A. Wunkes, Sibrandus Leo's Abtenlevens des friesch (...)

5Pour achever ce tableau général, il reste à dire un mot sur l'ordre de Prémontré dont Frédéric de Hallum fut précisément l'initiateur dans son pays9. Le mouvement y connut un succès prodigieux, puisque au sein de l'ordre la province de Frise (circaria Frisiae) finit par compter 53 maisons – hommes ou femmes – dont 32 pour le seul comté d'Ostergo (là où se trouvait Hallum), ce qui valut à cette région le titre d'Alba Ostergo en raison de l'habit blanc des chanoines. Mariëngaarde, la propre fondation de Frédéric, avait vu le jour en 1163, et en 1297, après une inondation dévastatrice qui avait semé la mort sur toute la côte, on y comptait encore 400 religieux et religieuses car la maison, comme toutes ses pareilles, avait été fondée comme une abbaye double et l'on continuait à compter ensemble les deux communautés, même après le déplacement de l'une d'elles.

2. Vue d'ensemble d'une carrière

  • 10 Chap. 43, p. 55 « Singulis ut dominus imperabat, ab universis ut pater honorabatur ».

6L'intérêt principal de la Vita Fretherici c'est de nous présenter un prêtre au milieu de son peuple, un peuple dont il est issu et qu'il n'a guère quitté, un peuple qui l'a porté à travers toute sa carrière et pour lequel finalement il a fondé un monastère. Pour caractériser un tel rôle pastoral, jamais le texte n'emploi le terme de « curé » (curatus) ; il parle simplement – à propos de Frédéric ou de ses émules – de presbyter, pastor, plebanus ; mais c'est bien un curé véritable au sens moderne et courant du terme qui nous est ici présenté, tant la cura gregis apparaît comme fondamentale et tant est grande l'autorité de celui que la Vita célèbre comme un dominus et pater10.

7Voici en bref la trame de cette existence. Frédéric appartenait à une famille ancienne et connue, mais moderno tempore déchue de sa richesse. Après une enfance pieuse sous la direction de sa mère – car il avait perdu très tôt son père – il commence ses études dans son village de Hallum, il les poursuit à Münster, une ville épiscopale, puis revient chez lui comme maître d'école. A la demande générale, il est promu au sacerdoce et devient ainsi l'auxiliaire du pasteur de la paroisse, un sacerdos plenus dierum. A la mort de ce dernier, il est élu à son tour unanimiter ab omnibus... in pastorem. Toutes les étapes de cette carrière ecclésiastique sont donc en dépendance des décisions de la communauté.

8L'auteur de la Vita, nous le savons, est plus soucieux de nous parler des vertus de son héros que de son ministère ; mais certains aspects concrets se dégagent pourtant très nettement. Frédéric mène sur place une vie de style religieux bien avant d'entrer chez les prémontrés, puisqu'il se rend de nuit à l'église pour les matines et que parfois il y reste au-delà (ch.9 et 13). Naturellement il baptise, il prêche (même en dehors de sa paroisse) ; surtout il veille sur la paix publique souvent menacée par les vengeances privées et les guerres familiales. La pénitence sacramentelle lui fournit en ce domaine une arme excellente : on trouve sur ce point des détails tout à fait précis. Quelques discours conservés ou reconstitués donnent à ce ministère une touche plus humaine : l'oraison funèbre de sa mère, ses adieux à ses paroissiens au moment de sa mort en 1175.

  • 11 Ce symbolisme est exprimé clairement dans la Vita au ch. 29, p. 32. Une peinture curieuse de 1568, (...)

9C'est qu'en effet il était resté « curé » de Hallum malgré son entrée dans la vie canoniale. Il avait demandé à l'évêque d'Utrecht l'autorisation de fonder un monastère et s'était initié aux usages de Prémontré dans une abbaye voisine d’Utrecht, à Mariënwaard. Sa fondation personnelle s'appela l'Hortus sancte Marie, Mariëngaarde, à Hallum, où la première messe fut célébrée le 14 septembre 1163, jour de l’Exaltation de la sainte Croix, beau symbole pour une vie religieuse fixée à la « croix de l'obéissance »11. Les recrues affluent très vite, hommes et femmes, riches et pauvres. Il accueille tout le monde et crée finalement un monastère séparé pour les femmes, Bethléem. Il rattache enfin sa maison de Mariëngaarde au monastère prémontré de Steinfeld dans l'Eifel, au diocèse de Cologne. Il meurt le 3 mars 1175 (le style de Pâques était encore inconnu en cette région). De nombreux miracles ont lieu après sa mort.

3. Autorité des paroissiens et droit canon

10Nous allons maintenant examiner un certain nombre de thèmes de la Vita Fretherici, à travers lesquels peuvent s'entrevoir les contacts concrets entre le pasteur et les fidèles. Premier point : le rôle des habitants et notamment des optimates dans la vie de la paroisse, un rôle qui est considérable mais qui pourtant n'élimine pas la présence de l'autorité épiscopale.

  • 12 Emo et Menko, Chronique de Wittewierum, éd. Pertz, 1874 (MGH, SS., 13), p. 467 : « Tandem de media (...)

11Parcourons encore une fois la carrière du héros. Ce sont les optimates qui conseillent à la mère de Frédéric de le mettre aux études (ch. 2). La première initiation a lieu sur place ; puis au seuil de l'adolescence on l'envoie à Münster pour y apprendre les arts libéraux et la Sainte Ecriture. A son retour, Frédéric malgré tout son zèle s’interdit de prêcher ; en effet, nous dit-on, il n'avait pas reçu mission pour cela et n'était pas prêtre (ch. 7). Il est difficile évidemment de dire si ce scrupule est à mettre au compte du saint ou de son biographe ; mais il se rattache certainement à l'esprit de l'Eglise grégorienne qui a tant insisté sur les pouvoirs du clergé ordonné. Toujours est-il que peu après la communauté intervient coup sur coup de manière décisive : tout d'abord en le poussant à recevoir le sacerdoce (ch. 8), ensuite en l'élisant à la place du vieux pasteur dont il avait été l'auxiliaire momentané (ch. 10). Les deux gestes s'enchaînent et les expressions naturellement se correspondent (d'une part rogatus a multis, d'autre part unanimiter ab omnibus eligitur). On ne pouvait être ordonné prêtre qu'en vue d'une église déterminée, en vue d'un bénéfice précis ; c'est donc parce que la communauté détentrice du droit de présentation était décidée à le choisir ultérieurement comme pasteur que Frédéric a pu être promu au sacerdoce. La Vita Fretherici ne sait rien d'une intervention de l'évêque ou de l'archidiacre pour conférer la cura animarum. Cette concession eut pourtant certainement lieu, si l'on se reporte au cas voisin et presque contemporain d'Emo fondateur de Witterwierum († 1237). Ce personnage avait été lui aussi maître d'école au sortir de ses études, puis élu pasteur d'une église au nom facile à retenir : Huisinga. C'est alors seulement qu'un évêque lui conféra le sacerdoce et qu'il reçut la cura animarum des mains d'un archidiacre, selon la coutume du diocèse de Münster12. Les choses ont dû se passer de la même manière à Hallum.

  • 13 Ibid., p. 469.

12Voici donc Frédéric à la tête d'une paroisse et l'essentiel de la Vita a précisément pour but de nous présenter les multiples contacts que le ministère lui a ménagés avec ses ouailles. Un changement intervient (peu avant 1163) quand, à la mort sa mère, il décida de se « convertir » en embrassant la vie religieuse sous la règle de saint Augustin (ch. 24). Il se rendit alors auprès de l'évêque d'Utrecht pour recevoir de lui l'habit canonial en même temps que l'autorisation écrite d'ériger un monastère (ch. 25). Ici encore le parallèle avec Emo est instructif, puisque celui-ci nous a conservé dans sa chronique le texte même de la charte de l'évêque de Münster l'autorisant à fonder l'abbaye de Witterwierum en 120913. Nous savons déjà que la création de Frédéric s'appela Hortus beate Marie ou encore Mariëngaarde et que la première messe y fut célébrée le 14 septembre 1163. Il continua par ailleurs à assurer ses obligations pastorales.

13Nous retrouvons la présence massive de ces paroissiens – une présence chargée d'autorité – aux derniers moments de la vie du saint homme (ch. 41 et 42). Non seulement une foule considérable assiste à ce qu'on devinait devoir être sa dernière messe ; mais ensuite elle lui fait escorte jusqu'à l'abbaye, une sorte de cortège funèbre avant la lettre. Mieux encore, peu avant de mourir, Frédéric fait venir autour de lui tous ses paroissiens âgés de plus de douze ans et il les oblige à s'engager par serment de toujours témoigner la même faveur au monastère et de ne pas chercher à lui soustraire l'église de Hallum : une renonciation qui rappele à sa manière toute l'étendue de l'emprise de la communauté. On trouvera plus loin, à la note 16, ce texte capital.

4. Souci pastoral et prédication

  • 14 Voir par exemple au chap. 8 comment le vieux prêtre comprend l'aide apportée par Frédéric : « roga (...)

14Frédéric a donc été toute sa vie un pasteur, possédé par le souci du troupeau confié à ses soins (cura gregis)14. Il est vrai que cette image nous arrive à travers le miroir tendu par son biographe Sibrandus ; mais celui-ci est un fils de Frédéric et, même s'il a embelli le modèle, il ne peut s'être trompé sur ses traits fondamentaux. Toutes les tâches pastorales défilent donc dans ce récit. La première en date, c'est la prédication. Frédéric y songe dès son retour de Münster après ses études et c'est comme une activité de remplacement qu'il ouvre une école, faute de pouvoir prêcher. L'ordination sacerdotale et les responsabilités officielles lui donnent ensuite le droit à la parole pastorale. Certaines descriptions sont évidemment assez conventionnelles, inspirées par le modèle trouvé dans saint Paul (ch. 8) ou dans les auteurs mystiques ; mais elles ne sont pas dénuées d'intérêt. C'est ainsi qu'en un passage (ch. 26) le biographe distingue parmi ses auditeurs les iniqui (les pécheurs), les incipientes (les commençants), les proficientes (les progressants), les perfecti (les parfaits) ; et à ces derniers l'orateur propose de faire comme le Christ, c'est-à-dire de donner leur vie pour leurs frères, soit en fait d'entrer dans l'ordre de Prémontré.

15D'autres pages heureusement sont plus concrètes. La réputation de Frédéric était suffisamment établie pour qu'on fasse appel à son éloquence dans les villages voisins à l'occasion des grandes fêtes et notamment des dédicaces – ce qu'on appelle en néerlandais kermesses et en picard ducasses (ch. 21). Un jour donc qu'il avait prêché dans un village nommé Steninge, le plebanus de l'endroit voulut le retenir pour le repas en invoquant la coutume et différents textes de saint Paul. Frédéric lui en opposa d'autres et resta finalement fidèle à son habitude de sobriété. C'est au retour qu'il trouva la véritable récompense de son travail pastoral, en accueillant la conversion d'un grand criminel qu'il voua à l'exil perpétuel.

  • 15 Ces deux passages de la Vita ont été publiés en traduction par F. Petit, La réforme des prêtres au (...)
  • 16 Et voici maintenant les adieux de Frédéric mourant (ch. 42) : « Comme sa maladie s'aggravait et qu (...)

16Dans son propre village de Hallum nous entendons directement sa voix en deux occasions émouvantes : tout d'abord (ch. 24) quand il fait l'oraison funèbre de sa mère et qu'il s'offre lui-même en victime pour le salut de son âme15 ; en second lieu (ch. 42) quand, avant de mourir, il exprime ses ultimes recommandations16. Nous savons déjà quel serment il réclame de ses paroissiens ; quant à ses religieux, à qui il s'adresse ensuite, il leur demande de prier pour lui, car il se reproche de n'avoir pas suffisamment soutenu les pauvres, faute de moyens... Un aveu qui est en même temps dans la biographie un appel à la générosité des lecteurs ou auditeurs...

5. Confession et vengeance privée

  • 17 Sur ce sujet, voir C. Vogel, Le pécheur et la pénitence au Moyen Age, Paris, Le Cerf, 1969.

17La confession est certainement l'un des points essentiels du ministère pastoral de Frédéric. Sa doctrine sur ce point (ch. 13) est tout à fait classique, puisque à ses yeux le processus pénitentiel comprenait quatre éléments : la contrition, l'aveu, la satisfaction (c'est-à-dire la réparation) et enfin la décision de mieux faire. On ne peut souhaiter de déclaration plus orthodoxe. La singularité, c'est que notre héros impose en général une pénitence (satisfaction) rude, prolongée, équivalant à un véritable changement d'existence. On dirait qu'on est encore très près de la pénitence tarifée d'origine insulaire, dans laquelle l'aveu n'était qu'un moyen, l'essentiel consistant dans l'expiation tarifée et très sévère17.

  • 18 Cf. H. Platelle, « Vengeance privée et réconciliation dans l'oeuvre de Thomas de Cantimpré », Revu (...)
  • 19 Vita Fretherici, ch. 28, p. 30-32. Il s'agit ici d'un pénitent volontaire, un noble qui entre dans (...)
  • 20 Voici un autre exemple (ch. 12) : un homme condamné à un jeûne pour un péché grave (sans doute y a (...)

18Cette rigueur s'explique en partie par le fait que ce ministère amenait souvent le pasteur à s'occuper de grands crimes liés à l'usage de la vengeance privée18. La Frise médiévale fut en effet, autant et plus sans doute que d'autres régions, ensanglantée par l'exercice de ce droit – car il s'agissait bien d'un droit. C'était un pays sans pouvoir central fort, un pays souffrant d'une faiblesse étatique insigne. La « liberté frisonne » se payait par un climat d'anarchie et de violence. Aussi la Vita Fretherici et la Vita Siardi, un successeur de Frédéric à la tête de Mariëngaarde (1194-1230), nous parlent-elles souvent de discordes familiales, discordes qui engendrent de nombreux meurtres, terrorisent toute une contrée et ne respectent même pas les lieux saints. C'est ainsi que du temps même de Frédéric l'église de Hallum fut incendiée au cours d'une guerre privée, parce que l'une des parties s'en servait comme d'une forteresse (ch. 18). Ce crime naturellement ne fit que surexciter l'esprit de vengeance. Un peu plus loin dans le récit (ch. 20), on voit apparaître en effet un certain Wybrandus de Blytha qui appartenait au lignage éprouvé dans cet incendie : « homme d'une immense cruauté, il était continuellement assoiffé du sang de ses ennemis ; il ne respirait que meurtre et homicide. Aussi était-il détesté de tous ses adversaires, redouté de tout le monde, à cause de ses attaques fréquentes et insensées ». Or, cet ennemi de la paix finit par se convertir. Il se confesse à Frédéric qui lui impose de mener désormais dans la solitude la vie religieuse. La pensée qui inspire le choix de cette pénitence est clairement exprimée à propos d'un cas analogue : le meurtrier qui a privé un homme de la vie doit à son tour être privé de la libre disposition de lui-même19. A une mort physique correspond une mort morale : c'est la loi du talion spiritualisée. Remarquons d'ailleurs que nous sommes ici très près de l'inspiration qui a guidé Frédéric lors de sa conversion, quand il s'est offert en victime pour le rachat des fautes éventuelles de sa mère. Cette notion d'échanges spirituels, profonds et invisibles, court à travers toute la Vita20.

  • 21 Au Musée central d'Utrecht on trouve quatre panneaux de Jan Van Scorel représentant des membres de (...)
  • 22 Nous joignons à ce dossier l'anecdote racontée par Thomas de Cantimpré (cf. note 18). Selon cet au (...)

19Nous venons de voir la pénitence utilisée comme un remède post factum ; mais le même processus pouvait aussi fournir un moyen préventif dirigé contre les guerres privées. C'est ainsi qu'à un noble personnage coupable de s'être joué des pauvres en leur distribuant des deniers falsifiés, Frédéric imposa comme pénitence d'aller visiter le Saint-Sépulcre (ch. 31). Dans le pays de Frise en effet les anciens pélerins de Jérusalem devenaient des arbitres professionnels pouvant interposer leurs palmes dans les conflits familiaux21. Dans un autre passage (ch. 43), la Vita nous parle de tout un groupe d'hommes qui avaient « déposé leurs armes » et veillaient désormais communi paci terre. Frédéric avait donc pu s'absenter en toute sécurité pour se rendre au chapitre général. Mais c'est alors que les vieux démons se réveillèrent ; une dissensio éclata et tout le monde courut aux armes, à commencer par les pseudo-arbitres. A son retour Frédéric traita en excommuniés ses auxiliaires défaillants et leur infligea une rude discipline22.

  • 23 Voir sur ce sujet notre article « La violence et ses remèdes en Flandre au xie siècle », Sacris Er (...)

20Tout cela nous montre une pratique de la pénitence en prise directe sur la vie ; et nous avons là des détails qui ne se trouvent pas dans les récits flamands de réconciliation23.

6. Baptême

  • 24 Cf. R. Aigrain (sous la direction de), Liturgia, Paris, 1947, p. 703-704.

21Une anecdote bien intéressante nous permet de saisir les rites du baptême, ainsi que le halo miraculeux qui s'y ajoute parfois. A Hallum, on baptisait les petits enfants comme partout ailleurs ; avec toutefois cette particularité que, durant le Carême, les nouveaux-nés étaient réservés pour les nouveaux fonts, le samedi saint (ch. 12). C'était un reste de la discipline primitive suivant laquelle les catéchumènes, enfants et adultes, étaient baptisés durant la vigile pascale et communiaient à la messe de Pâques24.

22L'idée était belle, mais les risques certains. En effet un jeudi de Carême on apprend à Frédéric qu'un nourrisson venait de mourir sans baptême. Absolument consterné, le pasteur se précipite à l'église et adresse des reproches à la Vierge pour l'avoir ainsi abandonné. Il fait même voeu de ne plus prendre de nourriture et de ne plus la servir, si l’enfant n'est pas ressuscité pour pouvoir être baptisé (remarquons au passage ce recours à la grève de la faim comme moyen de pression). Après quoi il se rend au domicile où les parents, nous dit-on, étaient plus désolés de la mort de l'âme que de celle du corps, ce qui doit être une notation exacte. Tout le monde alors se met à prier pendant longtemps, jusqu'au moment où l'on entend l'enfant pousser un petit vagissement. Cris de joie dans l'assemblée et baptême immédiat par Frédéric. Après quoi, nous dit le texte « le lendemain, l'enfant acheva d'une manière heureuse la mort qu'il avait mal commencée la veille ».

  • 25 Saint Augustin, sermon cccxxiv, ancien de diversis 33, PL, 38, c. 1446. Exemples approximatifs dan (...)

23Cette pratique se rattache lointainement à une histoire racontée par saint Augustin. On en trouve quelques exemples approximatifs durant le haut Moyen Age ; mais c'est le passage ci-dessus qui en fournit, semble-t-il, la première description bien caractérisée. Le recours à ce moyen désespéré connut ensuite une longue fortune jusqu'au xviie et même xviiie siècle25.

24Ces scènes étranges qui se déroulaient – il faut bien le reconnaître – dans un climat d'illuminisme et d'autosuggestion sont cependant émouvantes par tout ce qu'elles traduisent : une foi absolue dans la nécessité du sacrement, une foi également – mais dans un autre sens du mot – dans l'importance unique et irremplaçable de l'enfant. Ce petit être qui n’a fait qu'une apparition sur la terre est cependant une personne, puisqu'on se préoccupe tellement de son salut éternel. C'est là une constatation qui permettra de corriger certaines affirmations trop générales.

7. Mariage et funérailles

25Une histoire fort curieuse nous révèle quelques usages relatifs au mariage et en même temps nous présente avec quelque détail la liturgie des défunts (ch. 19). C'est l'histoire d'un crime passionnel, une histoire d’amants maudits.

26Un paroissien de Hallum – sans doute de rang important – avait marié sa fillette non encore nubile à un certain juvenis et, en attendant l'âge de la puberté, il avait décidé que les deux jeunes gens habiteraient sous son toit. Mais le diable s'en mêlant, c'est la mère qui s'éprit de son gendre – une désignation qui atteste le caractère officiel du mariage – et le gendre en question répondit à ses avances. Finalement les deux amants résolurent de se débarrasser du mari gênant. Il est étranglé durant son sommeil à l'aide d'un voile replié (peplum duplicatum) que la femme noue autour du cou du dormeur et dont les extrêmités sont tirées de l'extérieur par le complice, grâce à un trou percé dans la paroi. Au réveil, tout le monde s'étonne que l'homme soit ainsi mort subitement durant son sommeil.

  • 26 Remarquons que c'est exactement la pensée qui inspirait l'ordalie de l'eau froide : si le suspect (...)
  • 27 Les paroles mises dans la bouche de Frédéric sont les suivantes : « Secus est quam credatur et per (...)

27Et voici les funérailles : « Pendant ce temps on prépare les funérailles. Le cadavre est apporté à l'église pour être inhumé comme la coutume l'exigeait. Après la messe, on se rend au sépulcre et le corps y est transporté. Mais celui-ci une fois déposé apparaît beaucoup plus long que le sarcophage », constatation stupéfiante, car on y avait jadis placé sans difficulté le père du défunt qui était de plus grande taille. Cet événement suscite aussitôt des interprétations défavorables, d'autant plus que la victime avait apparemment succombé à une mort subite. On se dit que si la terre refuse de l'accueillir, c'est parce qu'il est chargé d'une excommunication ou d'un grand crime caché26. L'assassin pendant ce temps profite du trouble pour essayer de casser à coup de marteau l'extrêmité du sarcophage. C'est alors que Frédéric – qui visiblement était présent à cette dernière phase de l'enterrement – arrête la cérémonie en invitant les spectateurs à examiner les choses de plus près, car les jugements de Dieu sont mystérieux27.

28On enlève donc les voiles funèbres (velamenta funebria) et immédiatement on voit sur le corps des traces évidentes de strangulation, ce qui oblige les coupables à avouer. Ici se place une sortie antiféministe inspirée d'Ovide sur les femmes « qui enseignent à leurs yeux à verser des larmes ».

  • 28 C’est la peine de Caïn ; Dieu déclare à ce premier « parricide » : « Tu seras errant et fugitif su (...)
  • 29 Cette collaboration des deux pouvoirs s’observe très bien dans les affaires matrimoniales à l'époq (...)

29Deux choses restaient à faire : tout d'abord l'inhumation de la victime, ce qui n'offre plus de difficulté, car le corps a rétréci et se place sans difficulté dans le mausolée. En second lieu le châtiment des coupables : la femme est condamnée à l'exil perpétuel (peine des parricides)28 ; l'adolescent pour sa part est châtré et a le nez tranché. L'auteur l'a connu réfugié dans un monastère cistercien. On ne nous dit pas par qui ces peines ont été prononcées. Mais il est frappant de voir que l'exil était également imposé par Frédéric comme une pénitence pour les grands criminels : on peut supposer que – comme à des époques plus anciennes – l'autorité civile s'effaçait devant l'autorité ecclésiastique lorsque celle-ci était capable à elle seule de résoudre le problème29.

  • 30 Voir notre traduction note 15.

30Cette histoire assez horrifique est la seule qui nous parle du mariage, tandis que les rites des funérailles réapparaissent en plusieurs occasions, ce qui permet de compléter ce premier tableau. Nous voyons par exemple (ch. 9) que les morts étaient enterrés près de l'église, évidemment dans le cimetière, même si ce mot n'est pas prononcé. C'est ainsi qu'au chapitre 9 on nous parle d'un mauvais plaisant qui joue au fantôme près de la tombe d'une femme enterrée la veille. Or, cette tombe était placée sur le chemin qui menait de la maison de Frédéric à l'église. Bien mieux celui-ci, qui croit à une apparition diabolique, est pris de terreur et s'enfuit ad sepulcra, auprès des autres tombeaux. Lorsque Frédéric assure les funérailles de sa propre mère (ch. 24), en compagnie d'un grand nombre de parents et de fils spirituels (les paroissiens), il prononce une oraison funèbre près du tombeau (tumulum) où elle allait rejoindre son mari et c'est là qu'il fait allusion à l'habitude très générale, dit-il, de faire des offrandes pro animabus charorum ; et nous savons déjà comment il interprète ce devoir en ce qui le concerne30.

  • 31 Voir notre traduction note 16.

31Quant aux funérailles mêmes de Frédéric (ch. 41 à 43), elles n'eurent pas lieu dans l'église paroissiale elle-même, puisque Frédéric y avait en somme célébré quelques jours plus tôt une messe d'adieu en l'honneur de la Sainte Vierge. Ces funérailles furent célébrées au monastère dans la chapelle remontant au début de l'institution, en présence d'une grande foule qui déplorait le départ de ce dominus et pater31.

8. Le souci des études

32Frédéric était un homme cultivé : il avait fait des études dans une école épiscopale à Münster et il parlait, dit-on, un excellent latin qu'on remarqua jusque dans ses derniers entretiens sur son lit de mort (ch. 41). Cette formation intellectuelle et son zèle pastoral l'amenèrent tout naturellement à avoir un vif souci de l'enseignement. C'est par là qu'il commença son ministère – avant d'être prêtre – faute de pouvoir prêcher ; et dans son école il faisait régner une stricte discipline. Plus tard devenu le père de deux monastères, l'un d'hommes, l'autre de femmes, il engage des maîtres à prix d'argent pour y faire donner un enseignement élémentaire. A Bethléem, chez les femmes, on apprenait l'écriture, la lecture et le chant aux jeunes religieuses ainsi qu'aux fillettes élevées dans la maison. On précise même que chacune de ces élèves avait à sa disposition une tablette de cire et un stylet (ch. 33) ; il en était certainement de même à Mariëngaarde (ch. 39) pour les garçons, nobles ou non, oblats ou non, qui y recevaient leur formation. Certains de ces élèves pourtant tournèrent mal et l'expression correspond bien à la pensée de l'auteur qui emploie à ce propos la formule biblique de « l'arc vicieux qui se retourne » (Ps.77, v.57). Tout ceci préparait Mariëngaarde à être un centre littéraire où l'on écrivit – et de façon soignée – de nombreuses vitae abbatum.

9. Opposition à un pasteur trop sévère

33Nous savons déjà que Frédéric fut un maître d'école rigoureux (ch. 7), un prédicateur véhément (ch. 8), un père spirituel exigeant, ne reculant pas devant des pénitences dures et prolongées (ch. 20, 21, 31, etc.). La Vita insiste de préférence sur les effets positifs de cette conduite, mais ne cache pas complètement les oppositions qu'elle suscita. Il en est ainsi au chapitre 9 avec l’histoire du fantôme dans le cimetière, d'autant plus qu'elle s'achève sur cette remarque désabusée : « ce n'est pas le moment de dire tous les complots de ce genre qui eurent lieu, d'autant plus que cela ne serait ni utile, ni édifiant ». Au chapitre 15 Frédéric qui prend son repas dans une maison amie est exposé aux insultes d'un visiteur qui ne l'a pas reconnu. Celui-ci l'accuse avant tout d’être un hypocrite : accusation redoutable et difficile à réfuter, puisque toutes les paroles et toutes les apparences sont interprétées en mal. Frédéric s'en tire en faisant comme David devant les insultes de Semei (II Samuel xvi 5-8), c'est-à-dire en acceptant les injures comme une humiliation voulue par Dieu, ce qui amène le coupable à comprendre sa faute. Au chapitre 20, dans une scène assez amusante, on nous montre Frédéric terrorisé par l'approche d'un homme habitué aux meurtres, mais cette fois touché par la grâce du repentir. Le prêtre s'enfuit en essayant de gagner l'église où il espère trouver un refuge ou tout au moins un lieu plus digne pour mourir. C'est donc à grand peine que le pénitent peut le calmer et lui ouvrir son coeur. Ce quiproquo révèle à sa manière l'existence d'une opposition diffuse.

10. Un chant à l'amour maternel

34A travers cette évocation – sans doute idéalisée – d'un homme et d'une communauté, nous entendons aussi un chant à l'amour maternel. Il s'exprime dans les chapitres concernant l'enfance de Frédéric et plus encore dans l'écho que le héros lui-même en donne dans l'oraison funèbre prononcée sur la tombe de sa mère. Après avoir rappelé les peines qui sont celles de toutes les mères (l'accouchement, l'allaitement) il note comment elle a veillé sur lui, alors qu'il était au loin aux études, comment elle faisait prier à cet effet des pauvres à qui elle donnait l'aumône, comment ensuite elle l'a gardé de tous les dangers moraux. Et l'on comprend alors comment dans le même mouvement d'échange il se donne à Dieu dans la vie religieuse pour le salut de cette femme qui lui a tant donné.

35Cet amour maternel s'exprime d'une autre façon dans divers récits relatifs à des accidents subits survenus à de jeunes enfants. Nous avons déjà analysé l'histoire si frappante de l'enfant ressuscité pour le baptême (ch. 12). En deux autres occasions il s'agit simplement – si l'on ose dire – de jeunes garçons apparemment noyés dans l'eau d'un fossé (ch. 55 et 56) et alors on nous fait entendre les rugissements de douleur de la mère : même s'il y a de la rhétorique et des réminiscences bibliques dans un tel couplet, il correspond certainement à une réalité vécue, sans quoi le miracle serait entièrement dévalué. Retenons d'ailleurs ce geste (ch. 56) de la mère qui offre son unique porcelet à la tombe de Frédéric pour sauver son enfant.

36Voici enfin un texte très net (ch. 59) sans portée hagiographique particulière et donc d'autant plus précieux. On nous parle ici d'une matrone nommée Siburgis retirée au couvent de Bethléem : elle y était visitée par son fils qui était prêtre, tandis qu'une soeur de l'endroit la soignait comme une fille. Et voici qu'un jour on lui posa une question captieuse : qui aimait-elle le plus, son fils ou la religieuse qui la servait ? Elle répondit aussitôt : « Que tu es sotte et ignorante de l'amour maternel ! Qui jamais pourra m'être aussi familier et aussi cher que le fils de mes entrailles ? ». Une réponse qui souligne bien le caractère gratuit, viscéral et primitif (au sens chronologique) de l'amour d'une mère.

Conclusion

  • 32 Voir ce que nous avons écrit sur « La vie apostolique et la réforme canoniale », dans G. Duby et R (...)

37En définitive, malgré l'idéalisation hagiographique et une certaine propension à la rhétorique, cette Vita fournit un précieux témoignage au moins en trois domaines. Tout d'abord, en accord avec la situation générale de la Frise, elle illustre la forte emprise d'une communauté paroissiale sur son église et nous montre aussi une population exposée plus qu'ailleurs au fléau de la vengeance privée. Mais – et c’est là le second apport – ce pasteur au zèle ardent, dont toute la carrière a été modelée par la communauté se révèle un pater et dominus aimé, redouté et parfois même supporté avec difficulté. L'emprise des laïques n'empêche pas – selon un renversement fréquent à l'époque – l'emprise plus forte encore de l'homme de Dieu. C'est un paradoxe dont il faut bien avoir conscience quand on parle « d'Eglise au pouvoir des laïques ». Enfin, Frédéric, pasteur de paroisse et fondateur d'un monastère de prémontrés, s'inscrit très nettement dans le courant de la vie apostolique32. Cette nostalgie des origines de l'Eglise, soutenue par la méditation de textes qui n'étaient pas parfaitement consonnants, pouvait conduire à des expériences diverses. De fait à Prémontré même où la note cénobitique, ascétique et contemplative était si accusée, saint Norbert demeurait très proche de Cîteaux ; c'est plus tard, quand il devint archevêque de Magdebourg (1126) dans un pays encore à demi païen, qu'un nouvel équilibre s'établit parmi ses fils entre l'action pastorale et la vie religieuse. L'abbaye de Mariëngaarde illustre parfaitement cette nouvelle orientation, qui ne fit que se confirmer sous les successeurs de Frédéric.

Annexes

Les Pays-Bas vers 1100

Les Pays-Bas vers 1100

1 Hallum et abbaye de Mariëngaarde (Prém.)
2 Abbaye de Klaarkamp (Cisterc.)
3 Dokkum (repère)
4 Abbaye de Wieterwierum (Prém.)
5 Abbaye de Mariënweerd (Prém.) où Frédéric s'initia à la vie canoniale
6 Abbaye de Steinfeld (Prém.) dont Frédéric rechercha la paternité
־־ Limites (vers 1100) du Sticht (d'Utrecht (principauté épiscopale)
-- Directions de la navigation

La province ecclésiastique de Cologne au Moyen Age

La province ecclésiastique de Cologne au Moyen Age

Notes

1 Vita Fretherici, dans Gesta abbatum Orti sancte Marie, éd. A. Wybrands, Leeuwarden, 1879, p. 1-75 ; résumé dans AS, Martii, t. i, 3e édition, p. 287-291. Dans le t. xxiii des Scriptores (éd. L. Weiland, 1874) on trouve seulement pour cette même abbaye de Mariëngaarde (Hortus sancte Marie) la Vita Sibrandi, Jarici et Ethelgeri (p. 573-608), trois abbés qui gouvernèrent cette maison de 1230 à 1259. Sibrandus est d'ailleurs l'auteur de la Vita Fretherici. Notre document a été jugé sévèrement par R.R. Post (Mgr), (Kerkgeschiedenis van Nederland in de Middeleeuwen, 1957, t. i, p. 239) qui lui reproche en somme sa tendance à l'idéalisation (vertus, miracles). Mais les clichés eux-mêmes peuvent fort bien cacher des réalités de tous ordres. La biographie contenue dans J.A.F. Kronenburg, Neerlands Heiligen in de Middeleeuwen, III, 1900, p. 56-108 est une agréable paraphrase de la Vita.

2 Excellente présentation de la Frise médiévale dans N. Backmund, Monasticon Praemonstratense, t. ii, Straubing, 1952, en tête de la description de la Circaria Frisiae, p. 153-163.

3 Tous ces évêchés sont énumérés dans la bulle d'Innocent II destinée à Norbert, archevêque de Magdebourg (1123). On y trouve Stettin, Lebus, Pomeranien, Poznan, Gniezno, Cracovie, Breslau... Cf. Godefroid Madelaine, Histoire de saint Norbert, 1885, Preuves, p. 546.

4 Vita Sibrandi, éd. Wybrands, Gesta abbatum (voir note 1), p. 164. Nous suivons ici une idée de M.P. van Buijtenen, Augustijnse vroomheid in Mariëngaarde (allocation prononcée en 1963 à l'occasion du 8e centenaire de la fondation de Mariëngaarde). Nous remercions Mr Van Buijtenen pour son amicale assistance.

5 Sur la Frise, outre Backmund (cité note 2), voir J. Buntinx, « De instellingen van Friesland », dans Algemene geschiedenis der Nederlanden, t. ii, 1951, p. 175-179 ; J.A. Kossmann-Putto, « De vrije Friezen », dans Algemene gesch. der Nederlanden (nelle éd. totalement différente de la première), t. iii, 1982, p. 56 ; Th. Luykxen, H.W.J. Volmuller, Geschiedenis van Nederland en België (lexique), 2 vol., 1968, t. i, p. 182-185. Cette situation de semi-anarchie fit naître aux xiie et xiiie siècles la légende de la liberté frisonne concédée par Charlemagne, cf. M.P. Van Buijtenen, De grondslag van de Friese vrijheid, Assen, 1953 (avec résumé français).

6 Cf. C.E. Perrin, La société féodale allemande et ses institutions du xe au xiiie siècle, 2e partie, 1956 (cours CDU), p. 110 ; J. Heers, Précis d'histoire du Moyen Age, 1968, p. 75.

7 Sur ceci voir surtout Backmund cité note 2.

8 Sur ce problème de l’élection des pasteurs, voir l'exposé général de W. Nolet et P.C. Boeren, Kerkelijke instelligen in de Middeleeuwen, Amsterdam, 1951, p. 321 et l'étude détaillée de L.J. Van Apeldoorn, De kerkelijke goederen in Friesland, Leeuwarden, 1915, t. I, p. 1-85. Cet usage régnait (à quelques exceptions près) dans toute la Frise de la Vlie à la Weser. C'était une forme du droit du propriétaire fondateur, un droit qui finit par être désigné sous le nom de patronatus. Naturellement cette désignation par la communauté devait être suivie par une institution et une installation assurée par l'autorité ecclésiastique supérieure. La situation en Frise serait donc conforme au droit canonique général. Van Apeldoorn insiste sur ce point. Ce droit d'élection fut confirmé aux Frisons par Charles le Téméraire en 1470, puis par Charles-Quint en 1539. Reste évidemment à savoir ce qu’il faut entendre par le terme « communauté paroissiale ». Cette procédure électorale se retrouve en d'autres régions, mais comme une insigne rareté ; cf. E. de Moreau, Histoire de l'Eglise en Belgique, t. iii, p. 369 (pour la paroisse de Wandre en pays mosan) et J. Laenen, Introduction à l'histoire paroissiale du diocèse de Malines. Les institutions, 1924, p. 250 (pour la paroisse de Piètrebois).

9 Outre l'ouvrage de Backmund cité note 2, voir D.A. Wunkes, Sibrandus Leo's Abtenlevens des friesche kloosters Mariëngaarde en Lidlum, Bolsward, 1929 (dans l'Introduction, p. iii et iv). Cet ouvrage fournit l'édition d'une histoire de ces deux monastères prémontrés écrite au xvie siècle par le chanoine Sibrandus Léo (ne pas confondre avec le Sibrandus auteur de la Vita Fretherici, lequel mourut en 1238). L'introduction de l'éditeur est riche de renseignements.

10 Chap. 43, p. 55 « Singulis ut dominus imperabat, ab universis ut pater honorabatur ».

11 Ce symbolisme est exprimé clairement dans la Vita au ch. 29, p. 32. Une peinture curieuse de 1568, qui se trouve à l'abbaye Sainte-Godelieve à Bruges présente ce thème en une image. On y voit un moine crucifié et différents phylactères expliquent le détail de ses mortifications volontaires, par exemple pour les clous des mains on lit clavus obedientiae et clavus patientiae, et pour le clou unique des pieds clavus perseverantiae, cf. M.P. Van Buijtenen et A.K. de Meyer, Herfstij over Oostbroek abdij, 1990, p. 131.

12 Emo et Menko, Chronique de Wittewierum, éd. Pertz, 1874 (MGH, SS., 13), p. 467 : « Tandem de media abisso secularis circuitus nesciens eligitur et invitatur ad titulum cujusdam ecclesie » (= Husdinge) ; ensuite « de manu archidyaconi de more Monasteriensis ecclesie curam recepit animarum ». Sur l’élection des pasteurs, voir plus haut notre note 8.

13 Ibid., p. 469.

14 Voir par exemple au chap. 8 comment le vieux prêtre comprend l'aide apportée par Frédéric : « rogans ut gregi secum prospiciat, cui propter senii defectum curam debitam jam impendere nequiverat. Acquievit ille in parte quidem hoc est in cura gregis... ».

15 Ces deux passages de la Vita ont été publiés en traduction par F. Petit, La réforme des prêtres au Moyen Age, Paris, 1968, p. 105-106. Nous en donnons ici une version plus fidèle. Voici d'abord l'oraison funèbre de sa mère (ch. 24) : « A l'appel de Dieu, sa mère mourut dans une heureuse vieillesse et fut enterrée à Hallum près de son mari. Le corps étant placé dans le tombeau, Frédéric réprimant avec peine ses larmes de tendresse imposa silence en levant la main. Il y avait là en effet de nombreux parents selon la chair et d'autres plus nombreux liés par une parenté spirituelle. Vous savez bien, dit-il, très chers fils et filles, que j'ai vécu jusqu'à ce jour parmi vous sans provoquer de plainte. Si j’ai contristé l'un d’entre vous, c'est à mon insu ; je ne me souviens de rien, mais si tel est le cas, je m'en repens et je vous demande pardon. Ainsi donc je suis profondément remué par le départ de ma mère – personne ne peut me le reprocher. Je me souviens de ses grandes douleurs quand elle m'a mis au monde ; je me souviens du lait dont elle m'a nourri, de tout le bien qu’elle m'a fait et par dessus tout des services qu'elle m'a rendus dans sa pauvreté pour que je n'abandonne pas l'enseignement de Dieu alors que je recueillais au loin l’enseignement des écoles. Ah ! combien de fois elle a nourri et servi des pauvres avec zèle, en leur demandant instamment d’implorer la clémence de Dieu pour mon salut ! Que de conseils elle m'a donnés après mon retour pour écarter de mes yeux des spectacles dangereux, de mes oreilles des conversations oiseuses, de mes lèvres des paroles de mensonge ! Tout cela serait trop long à raconter et vous fatiguerait. Je lui dois beaucoup, j'ai de grandes dettes à son égard. De là ces larmes, ces soupirs, cette affliction que je place dans la balance. C'est pourquoi mes paroles sont pleines de tristesse. En fin de compte, c'est la coutume chez vous que chacun fasse de larges aumônes pour les âmes de ses chers défunts, afin qu'ils n'expient pas dans l'éternité des fautes qui n'eurent qu'un temps. Quant à moi, je ne veux porter aucun tort à votre coutume, mais je juge que je ne possède rien qui soit digne d'être offert pour l'âme de ma mère. C'est pourquoi je me sacrifie moi-même et j’entre au service du Fils de Dieu Jésus-Christ et de la Vierge Marie. Je prends le ciel et la terre à témoin ainsi que votre assemblée : désormais je ne vivrai plus selon mon libre choix, mais selon la règle de saint Augustin, afin que l'âme de ma mère repose en paix ».

16 Et voici maintenant les adieux de Frédéric mourant (ch. 42) : « Comme sa maladie s'aggravait et que le moment de son départ était proche, Frédéric ordonna de rassembler tous les paroissiens âgés de plus de douze ans. Ils entouraient son lit et pleuraient ; il les consola avec tendresse et il leur demanda avec insistance de ne jamais priver son monastère de la faveur qui lui était due ainsi que de l'église de Hallum (petivit attentius ut ecclesiam in Hallem et favorem debitum nunquam sue domui subtraherent). Tous le lui promirent à l’unanimité ; mais il exigea un serment de chacun d'entre eux. Quant à ses religieux qui étaient en larmes, il les consola comme un père en leur disant qu'il ne les abandonnerait pas s'ils restaient fidèles aux observances de l'ordre. « Je vous demande une seule chose, déclara-t-il, faites mémoire de moi dans vos prières parce que je n'ai pas fait assez de bien aux pauvres et vous savez que cela est arrivé à cause de votre indigence. A l'avenir les bienfaits de Dieu ne vous manqueront pas, si vous demeurez dans les traditions de vos pères. Par vos prières suppléez à mes manquements ».

17 Sur ce sujet, voir C. Vogel, Le pécheur et la pénitence au Moyen Age, Paris, Le Cerf, 1969.

18 Cf. H. Platelle, « Vengeance privée et réconciliation dans l'oeuvre de Thomas de Cantimpré », Revue d'histoire du droit [de Leyde], 42 (1974), p. 269-281. A propos d'un épisode raconté par cet auteur (voir note 22), nous avions envisagé la situation de la Frise (on y trouvera la bibliographie correspondante).

19 Vita Fretherici, ch. 28, p. 30-32. Il s'agit ici d'un pénitent volontaire, un noble qui entre dans la vita religiosa : « Nam peccatis suis exigentibus homo iste aliquando reatum incurrerat homicidii ; et ideo nihil adeo reputabat quam ut impos efficeretur sui qui alium vita privaverat ».

20 Voici un autre exemple (ch. 12) : un homme condamné à un jeûne pour un péché grave (sans doute y avait-il eu d'autres pénalités non reprises ici) vient demander dispense d'une journée. Frédéric y consent, mais prend alors sur lui le jeûne à la place du pénitent défaillant. Une aumône de quelques deniers est également prévue. C'est un cas très net de « pénitence vicaire ».

21 Au Musée central d'Utrecht on trouve quatre panneaux de Jan Van Scorel représentant des membres de la confrérie de Jérusalem (des années 1525-1541). Ils portent tous la croix de Jérusalem et tiennent en main une palme. Ils jouissaient encore de divers privilèges et notamment figuraient en bonne place dans la procession du dimanche des Rameaux. Cette image permet de mieux comprendre le texte de notre Vita.

22 Nous joignons à ce dossier l'anecdote racontée par Thomas de Cantimpré (cf. note 18). Selon cet auteur du xiiie siècle (mort vers 1270) les Frisons observaient l'abominable coutume suivante : « Quand une famille avait perdu un de ses membres assassiné par quelqu'un d'une autre famille, le corps de l'assassiné n'était pas enseveli par les siens, mais il était gardé dans une pièce et il se desséchait dans sa maison jusqu'au moment où la famille lésée tuait plusieurs membres ou tout au moins un membre de la famille adverse pour venger l'assassiné par une mort de remplacement. C’est alors seulement qu'elle enterrait solennellement son mort dans la sépulture normale » (Bonum universale de apibus, Douai, 1625, p. 120). Un religieux nommé Dodon – sans doute issu de Mariëngaarde – aurait fait cesser cet usage barbare au début du xiiie siècle.

23 Voir sur ce sujet notre article « La violence et ses remèdes en Flandre au xie siècle », Sacris Erudiri, 20, p. 101-173.

24 Cf. R. Aigrain (sous la direction de), Liturgia, Paris, 1947, p. 703-704.

25 Saint Augustin, sermon cccxxiv, ancien de diversis 33, PL, 38, c. 1446. Exemples approximatifs dans la Vita Aldegundis (ixe siècle) et la Vita Waldetrudis (ixe-xe siècle)... Nous avons commenté ce texte de la Vita Fretherici dans « L'enfant et la vie familiale au Moyen Age », Mélanges de science religieuse, 39 (1982), p. 67-85, ici p. 72-73.

26 Remarquons que c'est exactement la pensée qui inspirait l'ordalie de l'eau froide : si le suspect soumis à cette épreuve flottait, c'est que l'eau refusait de l'accueillir et donc qu'il était coupable.

27 Les paroles mises dans la bouche de Frédéric sont les suivantes : « Secus est quam credatur et persepe humana fallimur opinione. Quidquid id est, occulto Dei judicio agitur et ideo latet nos, quia judicia Dei abyssus multa » ; soit à peu près : « Il en va autrement qu'on ne pense et souvent nous nous laissons égarer par l'opinion des gens. Quoi qu'il en soit il s’agit d'un jugement caché de Dieu et c'est pourquoi il se dérobe à nous, car les jugements de Dieu sont un abîme profond ». On retrouve fréquemment dans les textes médiévaux cette idée que tout a un sens correspondant au plan divin, mais que ce sens est difficile à découvrir.

28 C’est la peine de Caïn ; Dieu déclare à ce premier « parricide » : « Tu seras errant et fugitif sur la terre » (Genèse, IV, 12). Voir notre article « Pratiques pénitentielles et mentalités religieuses au Moyen age. La pénitence des parricides et la mentalité de l'ordalie », Mélanges de science religieuse, 40 (1983), p. 129-155, not. p. 135.

29 Cette collaboration des deux pouvoirs s’observe très bien dans les affaires matrimoniales à l'époque mérovingienne, cf. A. Esmein, Le mariage en droit canonique, t. i, p. 15.

30 Voir notre traduction note 15.

31 Voir notre traduction note 16.

32 Voir ce que nous avons écrit sur « La vie apostolique et la réforme canoniale », dans G. Duby et R. Mantran, L'Eurasie du xie au χιιie siècle, Paris, 1982, p. 226-235.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search