Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L’image du clergé séculier dans les recueils d'exempla (xiiie-xve siècle)

Marie-Anne Polo De Beaulieu

Texte intégral

  • 1 C. Brémond, J. Le Goff, J.-C. Schmitt, L’Exemplum, Turnhout, Brepols, 1982 (Typologie des Sources d (...)

1Les termes mêmes de notre communication en posent les contraintes et les limites. La notion d'image renvoie à celle de représentation. En effet, nos recueils ne sont pas le lieu où peut se fonder une connaissance objective, neutre sur le clergé séculier, mais le lieu d'élaboration et le vecteur de diffusion de représentations du clergé séculier. Celles-ci mêlent des faits objectifs (les titres des membres du clergé, les cadres écclésiastiques, les activités propres au clergé...) et des modèles de comportement. Ces derniers destinés à fustiger tel travers des clercs ou à proposer des figures exemplaires, sont marqués d'un sceau positif ou négatif selon la logique implacable de l’exemplum : mérite/démérite, récompense/châtiment1.

  • 2 Cette communication n'aurait pas été possible sans l'aide et les conseils des membres du séminaire (...)

2Cet exposé2, même s'il ne vous apprend rien sur le fonctionnement matériel du clergé séculier, ses revenus ou son importance numérique (mes collègues l'ont fait avec talent), vous donnera à voir par delà la diversité des situations exemplaires des normes et des contre-modèles qui font partie intégrante de l'institution cléricale et de son image auprès des fidèles.

3Mon propos sera donc de présenter un dossier de textes et les méthodes d'investigation choisies, puis une approche quantitative du problème qui sera bien sûr complétée par un tableau plus qualitatif du clergé séculier.

Le corpus et les méthodes

  • 3 Ibid., p. 37-38.

4Les recueils d'exempta longtemps tenus pour une littérature pieuse sans mérite littéraire et donc sans intérêt, ont été redécouverts depuis une vingtaine d'années. De nombreuses études ont permis d'aboutir à une définition de l'exemplum, laissant place à toutes sortes de variations suivant les périodes, les lieux et les contextes. Il s'agit donc « d'un récit bref donné comme véridique et destiné à être inséré dans un discours (en général un sermon) pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire »3. Si l'exemplum antique servait essentiellement l'éloquence judiciaire (les plaidoiries), l'exemplum médiéval a investi l'éloquence sacrée. D'abord essentiellement dispersés dans des traités théologiques, des ouvrages de piété, des sermonnaires, les exempta ont été rassemblés hors de ces cadres dans des recueils spécialisés destinés aux prédicateurs. Les premiers recueils apparaissent à l'orée du xiiie siècle et connaissent une sorte d’âge d'or jusqu'au milieu du xive siècle.

  • 4 On retrouve l’ordre alphabétique dans les concordances de la bible, les recueils de distinctiones.. (...)

5L'exemplum comporte en principe trois parties : la leçon, le canal d'information, le récit. Au xive siècle une quatrième partie fait plus systématiquement suite au récit : c'est la moralisation. D'abord classés dans un ordre logique (Le Traité des Sept Dons du Saint Esprit d'Etienne de Bourbon ou le Bien Universel fondé sur la vie des abeilles de Thomas de Cantimpré) les recueils d'exempla ne tardent pas à adopter une méthode de regroupement plus efficace : la rubrique, et un système de classement qui a fait ses preuves dans divers domaines : l'ordre alphabétique4.

6Les rubriques héritières des catégories traditionnelles de la prédication renvoient à trois thématiques : les statuts sociaux, les vices et les vertus et enfin les notions théologiques d'un catéchisme de base.

7L'ensemble de textes choisis s'étend du xiiie au xve siècle et comprend des recueils publiés ou inédits.

  • 5 J.T. Welter, L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Age, Paris, Slatkine (...)

8Pour le xiiie siècle nous avons retenu5 :

9Le Dialogus Miraculorum de Césaire de Heisterbach (vers 1220), les exempta de Jacques de Vitry († 1240), les exempta d'Eudes de Cherinton († 1247), le Tractatus de materiis praedicabilibus d'Etienne de Bourbon (1250-1265), le Bonum Universale de Apibus de Thomas de Cantimpré († 1263), le manuscrit Royal 7 D I du British Museum (1270-1277),la Compilacio singularis exemplorum (1270-1296), la Tabula exemplorum (v.1277) et le Speculum Laicorum (1279-1292).

  • 6 A. de Liège, Alphabetum narrationum, éd. en cours par C. Ribaucourt qui a eu l'amabilité de me four (...)

10Pour le xive siècle nous avons sélectionné6 : l'Alphabetum narrationum d'Arnold de Liège (début du siècle), la Scala coeli de Jean Gobi (1323-1330), le Sertum Florum moralium (1346), le Ci Nous Dit (premier tiers du siècle) et la Summa Predicantium de Jean Bromyard († 1390).

  • 7 Jean Herolt, Promptuarium exemplorum, éd. Ulm, 1480. Il va sans dire que notre base de données intè (...)

11Au xve siècle la source se tarit : nous n'avons consulté que le Promtuarium exemplorum composé vers 14407.

12Nos recueils d'exempla sont très loquaces pour ne pas dire bavards sur la question du clergé séculier. Face à cette abondante documentation nous avons choisi de distinguer deux niveaux d'information : la leçon (mise en relation avec l'intitulé du chapitre ou de la rubrique) et le récit.

13Au sein de l'ensemble des récits recueillis nous ne traiterons pas de la même façon les récits ayant pour objet le clergé séculier dans des rubriques destinées à illustrer ses vices, ses vertus et ses attributions et les récits présentant parmi d'autres personnages secondaires des membres du clergé séculier, parfois saisis sur le vif dans leurs attitudes quotidiennes. Nous tenterons ainsi de confronter les contenus plus théoriques (la leçon) avec les contenus narratifs oscillant entre les modèles convenus et les traits réalistes.

  • 8 Y. CONGAR, « Aspects ecclésiologiques de la querelle entre les mendiants et séculiers dans la secon (...)

14Ayons l'honnêteté de reconnaître que le pari sera difficile à tenir dans la mesure où les dés sont pipés, ou plutôt notre corpus. En effet, un bref examen historique du contexte de l'âge d'or des recueils d'exempla fait ressurgir la longue querelle qui opposa les séculiers aux Ordres Mendiants. Celle-ci eut pour objet la concurrences de ces religieux en matière de confession, de prédication et de commémoration des défunts8. Il est évident que les recueils d'exempla ont pu être une arme de choix entre les mains des Ordres Mendiants principaux promoteurs de ce type de littérature. De là, les partis pris nettement marqués dans les rubriques montrant du doigt les prêtres, les clercs, les évêques ou évoquant la simonie, le nicolaïsme et les bénéfices ecclésiastiques.

15Nos méthodes d'investigation du corpus utiliseront deux instruments complémentaires : les rubriques spécialisées et le vocabulaire.

  • 9 La rubrique Ordo Clericalis de la Summa Predicantium de Jean Bromyard comprend 40 folios, elle méri (...)

16Huit rubriques spécialisées ont été sélectionnées : De Beneficiis, De Clericis, De Concubinis Sacerdotum, Electio, Ordo Clericalis9, De Prelato, De Sacerdote, De Simonia.

17La rubrique De Prelato est difficile à manier dans la mesure où suivant la définition commune le prélat désigne aussi bien un responsable du clergé séculier que du clergé régulier. Cependant, nos recueils d'exempla n'ont pas créé de rubrique intitulée De Episcopo, ils ont concentré toutes leurs anecdotes sur ce personnage dans la rubrique De Prelato.

  • 10 F.C. Tubach, Index exemplorum, Helsinki, 19812 (ffc Communications, 204).
  • 11 M.G. Blangez a créé en collaboration avec le séminaire de recherches sur les exempta médiévaux une (...)

18Un second moyen d'investigation nous permet une analyse verticale du corpus pour atteindre tous les exempla dont les héros (principaux ou secondaires) sont des membres du clergé séculier. Pour cela nous avons utilisé deux instruments de travail qui interfèrent avec le précédent et entre eux. Le premier est l'Index exemplorum de F.C.Tubach10 qui propose 5400 résumés d'exempla numérotés et suivis des renvois aux recueils où ils se trouvent et aux anthologies et études diverses les mentionnant. Le second est la base de données des exempla médiévaux élaborée par M.G. Blangez11, présentant le même schéma que l'index de F.C. Tubach mais en incluant des recueils publiés depuis 1969 ou encore inédits. Dans ces deux instruments de travail nous avons suivi à la trace les termes (en anglais dans le premier, en latin dans le second) renvoyant aux divers degrés de la hiérarchie ecclésiastique séculière.

19De plus, nous disposons pour la Scala coeli d'un index alphabétique de tout le vocabulaire, qui permet de retrouver toutes les occurrences de ces termes.

  • 12 Le manuscrit anglais Royal 7 D I est le plus modéré dans ses critiques. C'est aussi celui qui propo (...)

20Le corpus n'est pas homogène ne serait ce qu'à cause de son extension chronologique (xiiie-xve siècles) et géographique (France, Angleterre, Belgique actuelle). Certains recueils adoptent un ton vilolemment anticlérical, dans ces cas la rubrique sur les prélats y devient un rubrique contre les prélats. Dans d'autres recueils les rubriques spécialisées sont plus favorables aux évêques tout en restant sévères envers les prêtres12. Il faudrait chercher dans la personnalité du compilateur, le fonctionnement de son recueil, ses sources et le contexte de son élaboration les causes de ces variations de ton. La tache est trop immense et la documentation sur les auteurs trop lacunaire. Je me bornerai donc ici à souligner par quelques chiffres ces variations de discours.

Le clargé séculier dans les recueils d'exempla : approche quantitative

21Cette première approche s'appuie d'abord sur les rubriques spécialisées dont le champ sémantique recoupe celui du clergé séculier. Nous avons sélectionné trois rubriques principales, réparties dans cinq recueils comparables dans la mesure où ils offrent la même structure en rubriques classées par ordre alphabétique. Ce tableau est présenté à titre d'échantillon sans aucune prétention d'exhaustivité ou d'extrapolation à l'ensemble du corpus.

TABLEAU COMPARATIF DES RUBRIQUES DESIGNANT LE CLERGE SECULIER DANS 5 RECUEILS D'EXEMPLA

TABLEAU COMPARATIF DES RUBRIQUES DESIGNANT LE CLERGE SECULIER DANS 5 RECUEILS D'EXEMPLA

22Le système de notation +, – et = ou ? renvoie à des figures et non aux exempla. Il peut donc y avoir plus de figures de clercs que d'exempla.

23+ et – désignent un membre du clergé séculier positivement ou négativement évalué dans le récit par ses qualités propres ou son évolution religieuse.

24 ? souligne notre indécision sur le statut d'un clerc lorsque l'édition partielle ne permet pas cette évaluation.

25= désigne un personnage neutre.

26Arrêtons nous brièvement sur chacun des recueils sélectionnés.

27La Tabula exemplorum a été composée par un frère mineur français sans doute d'origine rurale. Ce recueil comporte 360 exempla répartis dans 151 rubriques. Il a été compilé vers 1277 et a connu un vif succès attesté par la conservation de 20 manuscrits et les emprunts nombreux dans les recueils postérieurs. Ici, 22 exempla concernent le clergé séculier dans les rubriques Prelatus et Sacerdos. Le verdict est particulièrement sévère envers les prêtres tous présentés sous un jour défavorable (5 négatifs sur 5).

  • 13 J.T. Welter a donné dans ses pseudo-éditions de la Tabula exemplorum et du Speculum Laicorum le tex (...)

28Le Speculum laicorum a été composé un peu plus tard par un auteur anonyme, certainement franciscain, originaire de l'Est de l'Angleterre. Les 579 exempta (répartis en 87 rubriques) de ce recueil, qui comportent une forte charge critique contre la vie des laïques et des clercs, ont connu aussi un grand succès. L'auteur n'a consacré qu'une rubrique spécialisée à notre propos : de Prelato. Celle-ci se montre peu sévère à l'encontre des prélats séculiers : 6 figures négatives, 3 figures positives ; dans deux cas le résumé de l'abbé J. Th. Welter ne nous a pas permis de trancher sur le statut du personnage13. De plus, une rubrique intitulée « Des concubines des prêtres » se charge en réalité de critiquer le nicolaïsme.

29Avec la Scala coeli nous changeons d’ordre tout en restant dans l'univers des mendiants, Jean Gobi Junior en effet est un dominicain. Il propose pour les trois rubriques retenues 49 exempta (sur 1000 exempta répartis en 125 rubriques). En proportion la sévérité est plus grande envers les prêtres, tandis que pour les prélats les figures positives renvoient plus souvent aux représentant du clergé régulier (saint Bernard comme abbé modèle...). Dans la rubrique sur les clercs, divers sages antiques abusivement appelés « clercs » par Jean Gobi font pencher la balance du côté positif. Notons toutefois que les quelques clercs, ce terme étant pris au sens de membres du clergé séculier, sont tous présentés avec une connotation négative.

30Le Sertum Florum Moralium contrairement aux recueils précédents émane d'un ordre déjà considéré comme « ancien » au xive siècle : l'ordre cistercien, dans lequel il semble être resté confiné. Publié en 1346 à Paris, il propose 563 exempta répartis en 151 rubriques. Il est aussi sévère que les membres des ordres mendiants envers les clercs et particulièrement envers les prélats (12 figures négatives sur 13). De plus, il propose une rubrique entière consacrée à la simonie.

31Avec le Promptuarium exemplorum nous retournons dans l'univers des Ordres Mendiants : Jean Herolt est un dominicain, qui compila les recueils antérieurs sans guère proposer de matériaux neufs pour ses 867 exempta répartis en 99 rubriques. Il consacre seulement une rubrique à notre propos, rubrique particulièrement sévère à l'encontre des prélats, tous marqués du sceau du péché. Il apparaît comme le plus sévère des cinq compilateurs comparés.

  • 14 Quelques membres des Frères Prêcheurs sont devenus évêques. M.V. Tabbagh m'a obligeamment fait parv (...)

32Globalement, ce tableau offre donc 79 figures de prélats, 24 de clercs et 10 de prêtres. Le diagnostic donne en proportion le plus mauvais score pour le prêtre (9 figures négatives sur 10), pour le prélat la proportion descend à deux tiers de figures négatives pour un tiers de positives14, puis pour les clercs nous observons une légère tendance positive, qui s'explique par l'ambiguité de cette figure dans la Scala coeli dont le poids est très important dans cet échantillon.

33Mais nous allons voir que l'Index exemplorum et la base de données nous permettent d'accéder à une palette plus large de types de clercs. Un sondage dans l'index à entrées multiples de F.C. Tubach nous a permis de faire le dénombrement suivant en partant du sommet de la hiérarchie écclésiastique :

  • Pape : 14 exempla

  • Cardinal : 6 exempla

  • Archevêque : 4 exempla

  • Evêque : 50 exempla

  • Archidiacre : 3 exempla

  • Diacre : 6 exempla

  • Prélat : 7 exempla

  • Chanoine : 10 exempla

  • Prêtre : 69 exempla

  • Clerc : 33 exempla.

34Les points forts de cette thématique sont donc le prêtre, l'évêque et le clerc, tandis que les catégories intermédiaires sont peu représentées.

  • 15 Exemplum no 741 étudié dans M.A. Polo de Beaulieu, « Recueils d'exempla méridionaux et culte des âm (...)

35Cependant, la finesse des catégories évoquées est à mettre en relation avec une conscience aigue de la hiérarchie ecclésiastique. De nombreux exempla nous donnent à voir cette hiérarchie en actes. Pour ne prendre qu'un exemple je citerai ce récit de Jean Gobi mettant en scène un prêtre de paroisse prenant une initiative liturgique : instaurer un office pour les défunts le lundi matin (messe, procession et bénédiction du cimetière15) Un miracle le confirme dans sa certitude du bien fondé de cette innovation. Or, cet office pour être reconnu et diffusé doit passer par le contrôle épiscopal. Selon les versions du récit les relations entre le prêtre et l'évêque sont alors plus ou moins tendues, mais c'est bien nettement à ce dernier que revient la prérogative en matière liturgique.

  • 16 Thomas de Cantimpré, Bonum Universale de Apibus, éd. Colver, Douai, 1627, Lib.2, 10, 35, Lib. 2, 10 (...)

36De plus, la conception du clergé séculier en tant que corps séparé, se dégage des allusions à la querelle entre celui-ci et les ordres Mendiants. C'est Thomas de Cantimpré qui donne les indices les plus criants de cette querelle, en évoquant tour à tour la triste fin d'un chanoine, d'un cardinal et enfin d'un pape hostiles aux Ordres Mendiants. A un niveau moins élevé de la hiérarchie il met en scène un prêtre de Cologne qui s'élève en synode contre l'arrivée des Ordres Mendiants dans sa ville Le légat lui demande alors combien il a d'âmes à sa charge, il répond 9000, et le légat lui rétorque : « Et tu prétends correctement t'occuper de 9000 âmes ? » Il le juge indigne et le prive de tout bénéfice pastoral16.

37Dans les autres recueils nous ne trouvons pas de références aussi explicites à ces contentieux, mais plutôt des partis pris et des allusions indirectes.

38Comme les trois pôles qui se dégagent de cette approche quantitative sont l'évêque, le prêtre et le clerc, nous tâcherons dans cette dernière partie de donner un portrait rapide de ces trois catégories.

Images de l'évêque, du prêtre et du clerc

  • 17 Un excellent mémoire de maîtrise a enrichi cette partie de notre travail : L'image de l'évêque dans (...)
  • 18 C. Casagrande, S.Vecchio, « Chronache, Morale, Predicazione : Salimbene da Parma e Jacopo da Varagi (...)

39En ce qui concerne l'évêque la majeur partie de nos exempta sont issus de la rubrique De Prelato que nous utiliserons malgré les réserves émises plus haut17. Une grande partie des sources de nos exempta sur ce sujet sont les Sermones ad Prelatos de Jacques de Vitry, mais aussi le Liber de Prelato inséré dans la Chronique du franciscain Fra Salimbene († 1288)18.

40Philippe Buc dans son mémoire de maîtrise sur l'image de l'évêque dans les exempta a retracé les réseaux sémantiques dont le centre est le mot episcopus : il en ressort que celui ci est le plus fréquemment mis en relation avec les notions de richesse, de puissance et d'orgueil et plutôt rarement avec le prêtre. Nous sommes bien loin du modèle idéal proposé par les leçons encadrant tous ces récits.

41Ainsi, le Speculum laicorum offre une introduction assez conséquente à sa rubrique de prelato :

42Les prélats devront répondre à trois questions au jour du Jugement :

  1. ils sont devenus prélats.

  2. ils se sont comportés en tant que prélats.

  3. ils ont assumé leur charge.

43Puis, ces trois volets sont repris en détail.

441° L'entrée en prélature peut survenir de trois façons :

  1. par nomination divine

  2. par la manifestation d'un miracle

    • 19 D'après J. Gaudemet, Les élections dans l'Eglise latine des origines au xive siècle, Paris, 1979 ; (...)

    par élection canonique19.

452° La vie du prélat doit respecter trois exigences :

  1. la pureté de coeur, de bouche, des oeuvres et du corps,

  2. la miséricorde

46            dans l'exemple de leur vie

47            dans des paroles édifiantes

48            dans des actes charitables

49  c. les oeuvres de défense

503° la charge des prélats repose sur :

  1. la prééminence dans la dévotion divine

  2. l'assiduité à la psalmodie, au chant et à la contemplation.

51Or, si l'on reprend le plan proposé par le Speculum Laicorum, nombre d'exempla tendent à prouver que les prélats et particulièrement les évêques ne sont pas à la hauteur des exigences de leur charge.

  • 20 Summa predicantium, Electio, introduction.

52Alors que de nombreux textes d'historiographie épiscopale insistent sur l'élection divine marquée par un prodige, les exempla sont presque muets à ce sujet, mieux : dans sa rubrique electio Jean Bromyard regrette le temps où les évêques étaient élus par Dieu qui le montrait par des prodiges20.

  • 21 Bonum Universale de Apibus, Lib. 1, 1, 4.

53Nous n'avons trouvé qu'un exemplum présentant une sorte d'élection divine avec prodige (au sens bien affaibli de ce terme) : lors de la vacance de l'église du Mans, un pieux chanoine sollicite les prières d'une recluse pour élire le bon évêque. Celle-ci a une vision de Marie désignant le bon candidat21.

54L'élection idéale est celle de Guillaume d'Auvergne (t 1249) désigné directement par le pape car il prêche mieux que son rival. Cet exemplum est un modèle d'élection mais porte aussi en germe tout un programme épiscopal.

55Malheureusement dans bien des cas les élections épiscopales sont entachées par les péchés tels que l’avaricia, la luxuria, la gula, l'ambitio et la superbia. Nous avons même le cas de l'assassinat d'un évêque par un archidiacre ambitionnant de prendre sa place. Aussitôt, la justice immanente de Dieu punit le coupable.

  • 22 J. de Vitry (éd.Crane) 1 ; cf Tubach, 3459.
  • 23 Scala coeli, no 880, Tubach, 4054.

56La vie même des évêques reste marquée par les péchés qui ont souillé leur élection, vices qu'ils partagent avec les autres membres du clergé séculier. Nous nous attacherons donc au vice propre aux évêques (et plus généralement aux prélats) : le népotisme. Nos prédicateurs reviennent inlassablement sur ce problème sur un ton tour à tour plaisant (le chanoine neveu de l'évêque si jeune qu'il souille sa stalle22) ou cinglant. Ainsi un évêque ayant beaucoup de neveux les fait assoir à une petite table devant lui, c'est là qu'un grand vient s'assoir car c'est la table la mieux placée pour obtenir dignités et prébendes23. Pour stigmatiser le népotisme le Florum Sertum Moralium utilise une métaphore médicale se réclamant d'Avicenne : il ne faut pas utiliser les services d'une nourrice enceinte car son fetus absorbe tout son lait et son sang, de même les prélats ayant des neveux sont comme des nourrices enceintes.

  • 24 Promptuarium exemplorum, no 123 et 124 ; Speculum exempbrum, éd. Deventer, 1481, texte donné par P. (...)
  • 25 J. de Vitry (éd. Crane), no 12, Tubach, 3032. Autres récits mettant en relation les diables et les (...)

57Au delà de cette question délicate, les exempta nous offrent quelques figures du mauvais évêque. Le personnage le plus repoussant étant sans conteste Ugo de Magdebourg dont la vie est largement évoquée dans au moins deux recueils.24 Plusieurs exempta présentent des évêques anonymes entretenant par leurs vices une véritable complicité avec le diable. La diabolisation de la figure de l'évêque passe par l'élaboration de récits où des diables prennent l'apparence d'un évêque pour tenter un ermite, ailleurs des diables écrivent une lettre de remerciement aux évêques pour toutes les âmes qu'ils envoient en enfer. Jacques de Vitry s'empresse d'ajouter qu'il s'agit d'une fiction didactique25.

58C'est en fait autant la mauvaise vie des évêques qui est épinglée par ces récits que leur incapacité à assumer leur charge pastorale. Celle-ci leur confère une double responsabilité envers les clercs (chanoines, administrateurs cléricaux, curés des paroisses) et envers les fidèles. Leurs moyens de pression sont essentiellement l'interdit et l'excommunication et leurs moyens d'action la prédication et la visite du diocèse.

  • 26 Et. de Bourbon (éd. Lecoy), no 496, Tubach, 4545.
  • 27 Berlioz, « Pouvoirs et contrôle de la croyance : la question de la procréation démoniaque chez Guil (...)

59Précisément, les figures du bon évêque dans les exempla insistent sur le souci de la charge pastorale, la cura animarum. Un exemplum proposé par Etienne de Bourbon et largement repris par ses successeurs rapporte que l'évêque de Lyon, Jean aux Blanches Mains, aborda une île et y rencontra un vénérable vieillard, l'évêque du lieu, notant et relisant tous les faits et gestes de ses paroissiens. Jean aux Blanches Mains ne cacha pas sa surprise et avoua être incapable d'en faire autant à cause du très grand nombre d’âmes dont il a la charge26. Ce texte présente une situation limite difficilement transposable, tandis que les exempla relatifs à l'épiscopat de Guillaume d'Auvergne († 1249) proposent un modèle beaucoup plus accessible27.

  • 28 Compilacio singularis exemplorum, (BM, Tours, 468), f°73v ; Tabula exemplorum (éd. Welter), no 253, (...)

60La Compilacio singulartis exemplorum et dans une moindre mesure la Tabula exemplorum nous révêlent les qualités de cet évêque hors du commun28. Il faisait preuve de beaucoup de mansuétude dans la correction des fidèles et s’en expliquait en disant qu'il préférait les envoyer en purgatoire avec une faible pénitence, plutôt qu'en enfer avec le désespoir. La Compilacio insiste sur son rôle de prédicateur, notamment dans un village qui vient d'être ravagé par un incendie. Il défend d'ailleurs cette prérogative face aux Ordres Mendiants.

  • 29 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Age, Rome, EFR, 1981, p. 337.
  • 30 Récits tirés des Dialogues de Grégoire le Grand, 3, 32, 1 et 3, 13, 1-3 (SC 260, p. 390-391, p. 298 (...)
  • 31 Expression courante que l’on trouve notamment dans l'Alphabetum narrationum, no 311, Tubach, 659 va (...)
  • 32 B. Jacqueline, Episcopat et papauté chez saint Bernard de Clairvaux, Sainte Marguerite-D'Elle (1433 (...)

61La sainteté épiscopale29, bien que rare, n'est pas absente de nos recueils. On distingue aisément deux époques correspondant à deux types de saints. Les plus archaïques sont les évêques martyrs des débuts héroïques de la Chrétienté : les évêques d'Afrique parlent après qu'on leur a coupé la langue, le corps d'un évêque martyr est retrouvé intact, l'évêque Probus est emmené au ciel par Juvénal et Eleuthère30. L'efficience de ce type de récit doit plus résider dans la commémoration de martyrs glorieux que dans la présentation d'un modèle à imiter. En revanche, l'insistance sur les qualités de deux saints évêques anglais s. Thomas de Canterbury (1117-1170) et s. Edmond de Canterbury (1180-1240) semble mieux convenir à une pastorale destinée à réformer le clergé. Les points communs entre ces deux saints évêques sont d'avoir été portés à cette dignité malgré eux. Dans le cas de saint Edmond c'est une vision de s. Thomas Becket qui le convainc d'accepter cette charge. Le refus de l'épiscopat, status periculosus31 est un topos hagiographique largement diffusé par les Vies des Pères et la Légende Dorée. Saint Grégoire, saint Ambroise refusèrent dans un premier temps l'épiscopat. Le seul grand saint qui resta inflexible fut saint Bernard32. Les autres vertus des saints évêques anglais furent la chasteté, la générosité dans les aumônes, la miséricorde, le refus du népotisme et la défense de leur église contre les princes et les puissants.

  • 33 Ms. du British Museum : Royal 7 D I et Add.33956 ; inédits mais dépouillés dans notre base de donné (...)

62Notons cependant que ces exempla sont essentiellement concentrés dans des manuscrits anglais33 dont la diffusion sur le continent fut limitée. Ce sont donc les récits critiquant la vie des prélats qui obtinrent le plus grand succès. Tous ces exempla sont porteurs d'une tension dramatique car par sa charge l'évêque est exposé aux pires tentations et ses défaillances retentissent sur l'état spirituel de toutes les âmes dont il a la charge.

63En ce qui concerne les prêtres cette tension dramatique n'existe pas. L'impression générale est plutôt celle d'une médiocrité sans grand relief.

64Ce personnage est le clerc séculier le plus fréquemment cité sans doute à cause de sa familiarité avec les paroissiens.

  • 34 N.van den Boogaard, W.Noomen, Nouveau Recueil Complet des Fabliaux, Amsterdam, parution en cours de (...)
  • 35 Boccace, Décaméron, 8° Journée, 2° nouvelle, trad. Bourciez, Garnier, p. 502.

65On retrouve cette même propension à en faire un héros de récit dans un genre voisin de l'exemplum : le fabliau. Un bref relevé des titres du Nouveau Recueil Complet des Fabliaux34 fait apparaître que sur 127 fabliaux, 26 concernent le clergé séculier avec la répartition suivante : 17 ont pour héros un prêtre, 5 un clerc, 1 un évêque, un sacristain, un chapelain, et enfin des « chanoinesses ». De même dans le Décaméron de Boccace (1313-1375) le prêtre est le clerc le plus fréquemment mis en scène, en insistant sur sa légèreté de moeurs : « Je vous parle des prêtres. Ils mènent croisade contre nos femmes, et, s'ils peuvent passer sur quelqu'une, ils s'imaginent avoir gagné autant d'indulgences pour leurs fautes et leurs châtiments, que si d'Alexandrie en Avignon ils avaient conduit le Soudan chargé de fers. Que peuvent contre eux les malheureux séculiers ? »35. L'incontestable dimension parodique de ce type de réplique rend pour nous très délicat le maniement de telles citations ; Boccace se moque des prêtres mais aussi des récits critiquant les prêtres, ce qui explique l'outrance de son propos.

  • 36 Ebriété : Royal 7 D I No273 ; Jeu : voir Tubach, 1669 ; Tavernes, Tabula exemplorum, no 72 et Specu (...)
  • 37 F. Vernet, art. « Célibat ecclésiastique », DS, 2 (1953), col. 385-395.
  • 38 Ms. BN, lat. 15912, f°88a et Ms. Add.33956, no 116.

66Le ton des exempta diffère de celui des fabliaux et des nouvelles, même si certaines sources sont communes. Cependant, les exempta ne se privent pas de présenter sur un mode tour à tour plaisant ou critique les travers des prêtres. Sans tomber dans un fastidieux catalogue, citons rapidement l'ignorance, l'ébriété - souvent associée au jeu et à la fréquentation des tavernes36 -, et enfin la luxure. Celle-ci n'est pratiquement jamais liée à la légèreté des moeurs comme le suggérait Boccace ou les fabliaux, mais plutôt au concubinage des prêtres. L'obligation du célibat pour les ordres majeurs du clergé séculier clairement affirmée au Ie Concile de Latran (1123) a du mal à s'imposer37. Les prédicateurs insistent sur la damnation des prêtres concubinaires et de leurs épouses illégitimes, mais aussi sur le fait que l'entretien d'une famille leur impose de compléter leurs revenus (notamment par la chasse ou la culture de la vigne38) et les mène à délaisser leur charge pastorale.

67L'ensemble des reproches de nos compilateurs peut ainsi se résumer : le prêtre en tant que personne sacrée doit se différencier des laïques. Le Speculum laicorum dans sa rubrique sur les concubines des prêtres définit les fonctions sacerdotales. Le prêtre est celui qui enseigne les choses sacrées, donne les sacrements et prononce les paroles sacrées. Ces trois actes sont incompatibles avec le péché d'incontinence. Ainsi, par son niveau d'instruction, par ses activités et son mode de vie le prêtre moyen émerge difficilement de la foule de ses paroissiens et semble dépourvu de tout caractère sacré.

  • 39 Tabula exemplorum (éd. Welter), introduction de la rubrique Sacerdos et exemplum no 276.

68Pire, dans l'exercice de sa charge pastorale le prêtre est accusé de faillir souvent. On le voit manger les syllabes pour abréger la messe, ce qui est assimilé au péché de vol39. Il manque parfois de discernement dans la confession. Il néglige de donner le viatique aux pauvres, plus attiré par les riches moribonds. En revanche, il apparaît comme le dispensateur attitré des sacrements de baptême et de communion. Son rôle d'exorciste est également évoqué. Mais c'est sur le terrain de la prédication que la concurrence des ordres mendiants se fait nettement sentir. Si la rubrique Confessio de la Scala coeli met en scène 8 fois un prêtre dans le rôle de confesseur (contre une fois un clerc, un ermite et un vieux moine), la rubrique Predicator ne donne jamais cette fonction à un prêtre.

  • 40 Dans l’ordre, Tubach, 818, Scala coeli, 925, Tubach, 2523 ; Royal 7 D I, no 255.
  • 41 Scala coeli, no 885 et 924, Compilacio (Upsal), f°73.

69Le problème du paiement des sacrements revient au détour d'histoires de prêtre ayant accepté le manteau d'un pélerin en guise d'honoraire, ou la poule d'une vieille et pauvre femme malade. L'avarice peut prendre un tour plus cruel lorsque le curé tord l'oreille d'un mourant pour obtenir sa part d'héritage40. La notion de pauvre ou de riche paroisse affleure dans tous ces récits. Pour éviter que cette dimension pécuniaire ne guide tout l'activité du curé, Jean Gobi rappelle que celui-ci doit rester fidèle à sa pauvre paroisse comme à une épouse41.

  • 42 Tubach, 2672, donne de très nombreuses références.
  • 43 Tabula exemplorum (éd.Welter), no 276.

70Mais le problème majeur des rubriques consacrées au prêtre est celui de la validité des sacrements conférés par un ministre indigne. Leçons et exempta isolés clament bien haut la thèse officielle de la transcendance du sacrement. L'exemplum célèbre du lépreux puisant l'eau d'un puits sans mettre en danger sa pureté ni la santé de celui qui s'en abreuve42 est une métaphore de cette doctrine. L'auteur de la Tabula exemplorum propose une autre image encore plus concrète : un homme se réfugie dans un château sans se préoccuper de savoir si le portier est lépreux, l'essentiel est d'être à l'abri. De même, il ne faut pas se soucier des mauvais prêtres tant qu'ils peuvent ouvrir les portes du Royaume des deux43.

  • 44 Voir Tubach, 1158 et 2682, nombre de ces récits sont inspirés de Pi.de Cluny, De Miraculis, 1,2 ; P (...)
  • 45 Liber miraculorum de Reims, (BM, ms. 1275) inédit mais dépouillé dans notre base de données, exempl (...)
  • 46 Speculum laicorum (éd.Welter), no 118.
  • 47 Compilacio (Upsal), f° 110, Scala coeli, no 701a, Tubach, 4929.

71Pourtant, on ne compte plus les messes de prêtres indignes miraculeusement interrompues, avec ou sans disparition des saintes espèces44. L'exemplum le plus frappant rapporte que l'hostie prenant la forme d'un petit enfant se débat entre les mains d'un prêtre pécheur45. Une autre fois, c'est un exorcisme qui échoue tant qu'un prêtre fornicateur ne quitte pas l'assemblée : sa présence enlevait toute efficacité à l'eau bénite46 ! C'est donc une proportion plus grande de récits qui met directement en relation l'état du prêtre et sa capacité à conférer les sacrements ou exercer sa charge. Il convient peut être de faire le lien entre cette croyance très répandue avec une autre peu attestée dans cet ensemble de textes mais bien connue par ailleurs : rencontrer un prêtre porte malheur. Ainsi, un chevalier qui a croisé un prêtre avant de se rendre au tournoi se casse-t-il la jambe à cause de cette funeste rencontre47.

  • 48 Add. 33956, exemplum no 232.
  • 49 Compilacio singularis exemplorum (Ms. Upsal, C.523) et Scala coeli no 405, traduit dans Prêcher d'e (...)

72Les contre-exemples illustrant les qualités ou le salut de prêtres sont rares et valent d'être cités. Certains exempta louent les prêtres ne négligeant pas leur service dans une paroisse pauvre, mieux, se donnant tout entier au service des plus démunis. Un exemplum présente un prêtre dont l'éloquence ramène à la foi des hérétiques48, tandis qu'un autre prêche la croisade avec plus de succès qu'un savant légat pontifical49. Ces prêtres ont fait leurs les qualités requises énumérées par Jean Gobi dans sa rubrique Sacerdos : il doit être discretus, misericors (un manuscrit donne en variante devotus) et diligens. Ces quelques envolées ne doivent pas nous faire oublier la masse des récits insistant sur la médiocrité des prêtres, mais sans que celle-ci puisse entraîner la damnation de leurs paroissiens, contrairement aux évêques.

  • 50 Fr. Mugnier, « Cléricature, consécration à Dieu », DS, 2 (1953), p. 963-972 et A. Michel, « Tonsure (...)

73Une autre rubrique spécialisée semble entrer dans le champ de notre étude, celle consacrée aux clercs. Elle pose cependant de redoutables problèmes de définition50. Ainsi, l'auteur de la Tabula exemplorum semble assimiler la notion de clerc à celle de prêtre, alors que dans les autres recueils les deux rubriques sont nettement séparées.

74Arnold de Liège, dans son Alphabetum narrationum définit le clerc par ses devoirs. Les clercs ont des privilèges à cause de leur statut. Ils ne doivent pas porter d’armes. Ils ne doivent désirer aucune chose terrestre, mais seulement la vertu et l'honnêteté. Ils doivent dire l'office divin à l'église avec dévotion. Ils ne doivent pas s'adonner à de vaines études. L'art de la parole est nécessaire aux clercs. Les clercs incontinents mettent en péril leur salut. Les clercs qui lisent les saintes Ecritures doivent les mettre en pratique. Ils doivent s'appliquer avec zèle à l'étude de l'Ecriture. Un clerc même au milieu de prostituées doit garder sa vertu et encourager les autres à l'imiter. Les clercs ayant reçu les ordres sacrés doivent rester purs de coeur et de corps.

75Beaucoup de conditions requises ici semblent redondantes avec celles émises plus haut en ce qui concerne les évêques et les prêtres, la spécificité de cette catégorie réside dans l'insistance sur l'étude.

76Ce point nous est confirmé par la comparaison des conditions imposées à ces trois ordres du clergé dans les rubriques de la Scala coeli.

CLERICUS

SACERDOS

PRELATUS

virtuosus

studiosus

sobrius

pius

pius

sollicitus

sollicitus

elemosinarius

elemosinarius

humilis

humilis

devotus

devotus

discretus

discretus

sapiens

honestus

misericors

diligens

mundus

justus

sanctus

compaciens

fidelis

circumspectus

77Le clerc doit posséder quatre vertus en commun avec le prélat mais n'en partage qu'une avec le prêtre. Les adjectifs studiosus et sapiens renvoient encore une fois à la science du clerc. L'insistance sur la formation intellectuelle explique sans doute la dérive de cette rubrique dans la Scala coeli vers la galerie de tableaux des sages de l'Antiquité.

  • 51 Scala coeli, no 200, Tubach, 4197.

78En règle générale, toute comparaison entre la science d'un clerc et celle d'un simple curé tourne toujours à l'avantage du premier51. Mais les exempta proposent une lecture religieuse de cette qualité : la science n'est pas un but en soi : plus elle est élevée plus la vertu doit l'égaler.

  • 52 Scala coeli, no 204.
  • 53 Tubach, 1103, repris dans la majorité des recueils ; le recensement en a été fait par J. Berlioz da (...)

79La recherche de la perfection des connaissances sans projet religieux mène à la damnation, c'est ce qu'il advient d'un étudiant qui meurt de honte après un dispute manquée52. La fascination pour la philosophie est aussi gage de terribles châtiments en purgatoire, comme le rapporte cette âme en peine qui erre, écrasée par une lourde cape couverte de sophismes53.

  • 54 Alphabetum narrationum, no 502, Tubach, 2966.
  • 55 Alphabetum narrationum, no 717, Tubach, 4858.
  • 56 Alphabetum narrationum, no 124-125, Tubach, 5181.

80Non seulement la connaissance est fragile (un clerc la perd mystérieusement pendant une année54) mais elle est dangereuse : ainsi un clerc nécromant entre chez les Cisterciens après sa première vision et ne se mêle plus jamais de magie55. De même, le goût trop prononcé pour le chant choral est-il stigmatisé comme piège diabolique et source d'orgueil56.

  • 57 Alphabetum narrationum, no 150 et 118.
  • 58 Alphabetum narrationum, Luxure : exempta no 13, 35, 207, 411 476 ; crime crapuleux : exemplum no 17 (...)

81Le relevé des exempta de l'Alphabetum narrationum impliquant des clercs fait apparaître une série de personnages parfois guère recommandables, auteurs de crimes divers. Parmi ces délits deux sont directement liés à la fonction du clerc : avaler des syllabes pendant l'office et usurper une église tout en se moquant du verset 'Qui se humiliat57'. Les autres crimes relèvent simplement du droit commun. Cependant, il semble que dans ces récits le fait d'être clerc constitue une circonstance aggravante ; il faudrait confronter cette connotation avec les dispositions du droit civil. Les crimes relevés ont trait à l'adultère (parfois accompagné de l'assassinat du malheureux époux), à la cupidité (mobile d'un crime crapuleux à l'encontre d'un riche marchand) et à tous les vices liés à la fréquentation des tavernes58. Rien de bien original, si ce n'est que le trait est bien plus sombre que pour les deux catégories précédentes. L'image du clerc oscille entre celle du pauvre étudiant en proie aux vertiges de la science et aux misères d'une vie quotidienne humiliante et celle du riche clerc pluribénéficier dénué de toute vertu.

  • 59 Scala coeli, no 206, 207, 205.

82Quelques récits mettent en scène des étudiants hébergés chez des chevaliers à Paris et qui accomplissent de petites besognes pour subsister (porter l'eau bénite). L'un de ces clercs honteux de sa pauvreté se fait apporter de l'argent par son père et le fait passer pour son valet59.

83En revanche, le cumul des bénéfices des clercs enfin installés est synonyme de damnation. Jean Gobi en donne pour preuve ce récit de revenant. Deux frères choisissent la carrière religieuse, l'un comme frère prêcheur, l'autre comme clerc séculier. Le premier meurt et apparaît à son frère pour lui expliquer ce que Dieu pense des bénéfices ecclésiastiques. La réponse est sans appel : la collation de bénéfices s'accompagne de trois chaînes appelées malitia, rapina et ignorancia, qui entraînent en enfer ceux qui sont devenues par elles : raptores, symoniaci, oppressons pauperum, excoriatores subditorum.

  • 60 Scala coeli, no 517 et 646, Tubach, 5148a.

84Certains exempta tentent d'appliquer aux clercs les mêmes qualités exigées des prélats et des prêtres : la chasteté, la pauvreté et la séparation des laïques. Pour la chasteté les arguments employés sont d'ordre économique (la femme ruine le clerc) mais aussi théologiques : il s'agit d'un engagement moral ; ainsi, l'on voit Marie venir réclamer un clerc sur le point de consommer son mariage.60

  • 61 Ci-nous-dit, no 509 et 357.

85L'apologie de la pauvreté affleure dans des récits où une voix ordonne à un chanoine de distribuer tous ses biens aux pauvres ; ailleurs un doyen devenu berger se réjouit de son nouvel état61.

86Ce dernier exemplum prouve que le changement d'état est, pour un clerc, la façon la plus radicale d'assurer son salut. Cette démarche implique une très forte dévalorisation de l'état de clerc.

  • 62 Alphabetum narrationum, no 473 (Tubach, 5148a), 207 (Tubach, 2811), 717 (Tubach, 4858), 212 (Tubach (...)

87Ainsi voyons nous des clercs se convertir et entrer chez les Cisterciens ou chez les Prêcheurs62.

88L'Alphabetum narrationum propose une seule figure de saint clerc, encore qu'elle soit bien ambiguë : un clerc accusé à tort par une femme luxurieuse meurt sur le bûcher en récitant l'Ave Maria. Ses ossements opèrent des miracles et l'on construit une église sur sa tombe. Cette canonisation populaire ne comporte pas de programme de vie du bon clerc, sinon la chasteté et la dévotion. Le modèle reste bien faible et peu diffusé.

89En ce qui concerne le clergé séculier nos recueils d'exempla se sont donc focalisés sur trois figures : l'évêque, le prêtre et le clerc. La dramatisation de ces statuts décroît avec leur place dans la hiérarchie ecclésiastique. Les vices d'un évêque sont présentés de façon plus marquée et leurs conséquences sont funestes pour tous les fidèles du diocèse. La médiocrité des prêtres est plutôt évoquée sur le ton de la moquerie, et le manque de vertu des clercs prête souvent à rire, même si le ton des exempla est moins léger que celui des fabliaux. Pour être complet notre tableau se doit de rappeler ne serait-ce que brièvement que ces personnages n'ont pas le monopole de l’encadrement religieux. Ils le partagent avec les moines des ordres traditionnels et les frères mendiants. Ces personnages essuient également le feu des critiques des exempla, fidèles à leur fonction de modélisation des comportements religieux à tous les niveaux de la société. Les rubriques monachus, predicator, religiosus, questor regorgent d'exempla critiques. Notons cependant que les critiques fusent plus volontiers en direction des réguliers et des séculiers que des mendiants. Les fidèles sont donc encadrés par une double hiérarchie religieuse qui ne bénéficie pas du même traitement dans les sources exemplaires.

90L’enquête mériterait d'être affinée mais elle donne déjà une clé de la stratégie discursive et narrative des recueils d'exempla. Ces textes au delà de leur variété narrative répêtent inlassablement que le clergé séculier, à trop s'impliquer dans le temporel, risque de perdre son rôle d'intermédiaire entre le divin et les fidèles. Le système des bénéfices n'est pas remis en cause. Les prédicateurs rappellent seulement que ces derniers ne doivent pas devenir un but en soi, mais avoir pour mission d'assurer au ministre du culte les moyens d'exercer pleinement la cura animarum.

Notes

1 C. Brémond, J. Le Goff, J.-C. Schmitt, L’Exemplum, Turnhout, Brepols, 1982 (Typologie des Sources du Moyen Age Occidental, 40), p. 134-143.

2 Cette communication n'aurait pas été possible sans l'aide et les conseils des membres du séminaire de recherche sur les exempla médiévaux de l'ehess, notamment G. Blangez, C. Brémond, J. Berlioz et C. Ribaucourt.

3 Ibid., p. 37-38.

4 On retrouve l’ordre alphabétique dans les concordances de la bible, les recueils de distinctiones..., voir M.A. Rouse et R.H.Rouse, dans H.J. Martin et J. Vézin (sous la direction de), Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, Paris, 1990, p. 219-228 ; J.-C. Schmitt, « Recueils franciscains d'exempla et perfectionnement des techniques intellectuelles du xiiie au xve siécle », dans BEC, 135 (1977), p. 5-21.

5 J.T. Welter, L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Age, Paris, Slatkine Reprints, 1973 ; Ces. de Heisterbach, Dialogus miraculorum, éd. Strange, 2 vol., Cologne, 1851 : T.F. Crane, The exempta or illustrative stories from the Sermones Vulgares of J. de Vitry, Londres, 1890 ; Eudes de Cherinton, Parabolae et Fabulae, dans L. Hervieux, Lesfabulistes latins depuis le siècle d'Auguste, t. 4 ; F. Lecoy de La Marche, Anecdotes historiques, légendes et apologues tirés du recueil inédit d'Et. de Bourbon, Paris, 1877 (édition complète en cours sous la direction de J.Berlioz) ; Th. de Cantimpré, Bonum Universale de Apibus, éd. Colver, Douai, 1627 ; Compilacio singularis exemplorum inédite, voir Welter, p. 236-244 ; Ms. Royal 7 D I, éd. partielle par S.L. Forte, dans Archiv. Fratr. Pred., 1958, p. 115-148, voir Welter, p. 244-248 ; Tabula exemplorum, éd. J.T. Welter, Paris, 1927 ; Le Speculum laïcorum, éd. J.T. Welter, Paris, 1914.

6 A. de Liège, Alphabetum narrationum, éd. en cours par C. Ribaucourt qui a eu l'amabilité de me fournir tous les exempta concernés ; J.Gobi, Scala coeli, éd. par mes soins, éd. du cnrs, 1991 ; Sertum Florum Moralium, BN, ms. lat. 13475 ; Ci nous dit, éd. G. Blangez, 2 vol., Paris, satf, 1979 et 1986 ; J. Bromyard, Summa predicantium, éd. Nuremberg, 1485.

7 Jean Herolt, Promptuarium exemplorum, éd. Ulm, 1480. Il va sans dire que notre base de données intègre de nombreux autres recueils. Nous n'avons cité ici que les principaux.

8 Y. CONGAR, « Aspects ecclésiologiques de la querelle entre les mendiants et séculiers dans la seconde moitié du xiiie et au début du xive siècle », Arch. d'Hist. Doctr. et Litt. du Moyen Age, 1961, p. 35-151.

9 La rubrique Ordo Clericalis de la Summa Predicantium de Jean Bromyard comprend 40 folios, elle mériterait à elle seule une communication.

10 F.C. Tubach, Index exemplorum, Helsinki, 19812 (ffc Communications, 204).

11 M.G. Blangez a créé en collaboration avec le séminaire de recherches sur les exempta médiévaux une base de données contenant actuellement plus de 5000 notices, qui m'ont été d’un grand secours pour préparer cette communication.

12 Le manuscrit anglais Royal 7 D I est le plus modéré dans ses critiques. C'est aussi celui qui propose le plus de modèles positifs de clercs séculiers, qui sont souvent pris comme témoins, rapporteurs de récits dignes de foi (exempla no 54, 63, 65 et 315 de l'éd. partielle de S.L. Forte).

13 J.T. Welter a donné dans ses pseudo-éditions de la Tabula exemplorum et du Speculum Laicorum le texte intégral des exempta lui paraissant dignes d'intérêt, pour les autres il a fourni un résumé latin sans le signaler. De sorte qu'il est souvent difficile de distinguer les deux types d'exempla et pour les seconds d’en connaître véritablement la teneur.

14 Quelques membres des Frères Prêcheurs sont devenus évêques. M.V. Tabbagh m'a obligeamment fait parvenir un décompte pour la période 1305-1348, qui fait apparaître que quelques Dominicains ont assuré 27 épiscopats, 4 sont situés au Nord de la Loire (Arras, Evreux, Meaux et Tréguier [ce dernier cas étant douteux]) et 23 au Sud de la Loire (Aix, Bourges, Embrun, Toulouse, Vienne...). Cette accession de certains membres des Ordres Mendiants à l'épiscopat expliquerait en partie la relative indulgence des recueils d'exempla à l'égard des évêques.

15 Exemplum no 741 étudié dans M.A. Polo de Beaulieu, « Recueils d'exempla méridionaux et culte des âmes du purgatoire », Cahiers de Fanjeaux, 26 (1991), p. 257-278.

16 Thomas de Cantimpré, Bonum Universale de Apibus, éd. Colver, Douai, 1627, Lib.2, 10, 35, Lib. 2, 10, 34 et Lib.2, 10, 21 puis Lib.1, 9, 6-7.

17 Un excellent mémoire de maîtrise a enrichi cette partie de notre travail : L'image de l'évêque dans les exempla, soutenu par M. Philippe Buc en 1981 sous la direction de M. Pierre Toubert.

18 C. Casagrande, S.Vecchio, « Chronache, Morale, Predicazione : Salimbene da Parma e Jacopo da Varagine », Studi Medievali, 30/2 (1989), p. 749-788.

19 D'après J. Gaudemet, Les élections dans l'Eglise latine des origines au xive siècle, Paris, 1979 ; au xiiie siècle les élections épiscopales appartiennent aux chanoines des chapitres cathédraux qui confient leurs votes à quelques grands électeurs. Ces élections sont entachées de pressions de la part des princes et des rois.

20 Summa predicantium, Electio, introduction.

21 Bonum Universale de Apibus, Lib. 1, 1, 4.

22 J. de Vitry (éd.Crane) 1 ; cf Tubach, 3459.

23 Scala coeli, no 880, Tubach, 4054.

24 Promptuarium exemplorum, no 123 et 124 ; Speculum exempbrum, éd. Deventer, 1481, texte donné par P. Buc dans sa maîtrise.

25 J. de Vitry (éd. Crane), no 12, Tubach, 3032. Autres récits mettant en relation les diables et les évêques : Ci nous dit, no 468, Tubach, 2794 ; Alphabetum narrationum, no 248, Tubach, 1534 ; Scala coeli, no 878a.

26 Et. de Bourbon (éd. Lecoy), no 496, Tubach, 4545.

27 Berlioz, « Pouvoirs et contrôle de la croyance : la question de la procréation démoniaque chez Guillaume d’Auvergne », dans RAZO, 9 (1989), p. 5-27, donne p. 8 une bibliographie sur ce personnage. A. Lecoy de la Marche, Le rire du prédicateur, éd. J. Berlioz, Turnhout, Brepols, 1992, p. 21-23.

28 Compilacio singularis exemplorum, (BM, Tours, 468), f°73v ; Tabula exemplorum (éd. Welter), no 253, Tubach, 3675.

29 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Age, Rome, EFR, 1981, p. 337.

30 Récits tirés des Dialogues de Grégoire le Grand, 3, 32, 1 et 3, 13, 1-3 (SC 260, p. 390-391, p. 298-303) repris dans l'Alphabetum narrationum, no 452, exemplum sur Probus dans le ms.Add.33956 du Brit. Mus., no 615.

31 Expression courante que l’on trouve notamment dans l'Alphabetum narrationum, no 311, Tubach, 659 var.

32 B. Jacqueline, Episcopat et papauté chez saint Bernard de Clairvaux, Sainte Marguerite-D'Elle (14330), 1975.

33 Ms. du British Museum : Royal 7 D I et Add.33956 ; inédits mais dépouillés dans notre base de données.

34 N.van den Boogaard, W.Noomen, Nouveau Recueil Complet des Fabliaux, Amsterdam, parution en cours depuis 1985.

35 Boccace, Décaméron, 8° Journée, 2° nouvelle, trad. Bourciez, Garnier, p. 502.

36 Ebriété : Royal 7 D I No273 ; Jeu : voir Tubach, 1669 ; Tavernes, Tabula exemplorum, no 72 et Speculum laicorum, no 203.

37 F. Vernet, art. « Célibat ecclésiastique », DS, 2 (1953), col. 385-395.

38 Ms. BN, lat. 15912, f°88a et Ms. Add.33956, no 116.

39 Tabula exemplorum (éd. Welter), introduction de la rubrique Sacerdos et exemplum no 276.

40 Dans l’ordre, Tubach, 818, Scala coeli, 925, Tubach, 2523 ; Royal 7 D I, no 255.

41 Scala coeli, no 885 et 924, Compilacio (Upsal), f°73.

42 Tubach, 2672, donne de très nombreuses références.

43 Tabula exemplorum (éd.Welter), no 276.

44 Voir Tubach, 1158 et 2682, nombre de ces récits sont inspirés de Pi.de Cluny, De Miraculis, 1,2 ; P.L. 189, col. 853.

45 Liber miraculorum de Reims, (BM, ms. 1275) inédit mais dépouillé dans notre base de données, exemplum no 61.

46 Speculum laicorum (éd.Welter), no 118.

47 Compilacio (Upsal), f° 110, Scala coeli, no 701a, Tubach, 4929.

48 Add. 33956, exemplum no 232.

49 Compilacio singularis exemplorum (Ms. Upsal, C.523) et Scala coeli no 405, traduit dans Prêcher d'exemples, p. 135-136 et commenté dans J. Berlioz, « L'auditoire des prédicateurs dans la littérature des exempla (xiiie-xve) », Medioevo e Rinascimento, 3 (1989), p. 125-158.

50 Fr. Mugnier, « Cléricature, consécration à Dieu », DS, 2 (1953), p. 963-972 et A. Michel, « Tonsure », DTC., 15 (1946), p. 1228-1235.

51 Scala coeli, no 200, Tubach, 4197.

52 Scala coeli, no 204.

53 Tubach, 1103, repris dans la majorité des recueils ; le recensement en a été fait par J. Berlioz dans « Virgile dans la littérature des exempta », dans Lectures médiévales de Virgile, efr, 1985, p. 65-120. Cet exemplum se trouve même dans Le nom de la rose de Um. Eco.

54 Alphabetum narrationum, no 502, Tubach, 2966.

55 Alphabetum narrationum, no 717, Tubach, 4858.

56 Alphabetum narrationum, no 124-125, Tubach, 5181.

57 Alphabetum narrationum, no 150 et 118.

58 Alphabetum narrationum, Luxure : exempta no 13, 35, 207, 411 476 ; crime crapuleux : exemplum no 175 ; Tavernes : exemplum no 737.

59 Scala coeli, no 206, 207, 205.

60 Scala coeli, no 517 et 646, Tubach, 5148a.

61 Ci-nous-dit, no 509 et 357.

62 Alphabetum narrationum, no 473 (Tubach, 5148a), 207 (Tubach, 2811), 717 (Tubach, 4858), 212 (Tubach, 4183).

Table des illustrations

Titre TABLEAU COMPARATIF DES RUBRIQUES DESIGNANT LE CLERGE SECULIER DANS 5 RECUEILS D'EXEMPLA
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site