Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Le clerc et son image

Dans la prédication synodale de Geoffroy Babion, archevêque de Bordeaux (1136-1158)

Jean-Hervé Foulon

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier ici tout particulièrement Mmes N. Bériou, C. Vincent et les Pères J. Avril et (...)
  • 2 G. Tellenbach, Libertas, Kirche und Weltordnung im Zeitalter des Investiturstreites, Stuttgart, W. (...)
  • 3 J. Laudage, Priesterbild und reformpapstum im 11. Jahrhundert, Köln u. Wien, Böhlau Verlag, 1984.
  • 4 Grégoire VII avait déjà insisté sur les aspects de militance et de service du prochain, (Congar, o (...)

1Dans le projet de christianisation globale de la société définie comme une Respublica Christiana, communément appelée « réforme grégorienne », le clerc, canal de la grâce et modèle christianisateur. apparaît comme un enjeu primordial1. A la charnière des xie-xiie siècles2, l'ecclésiologie voit le passage du primat d'un modèle monastique à celui d'un modèle sacerdotal. Point nodal de la réforme ecclésiastique entreprise au xie siècle, la nouvelle conception de l'officium sacerdotal s'exprime par l'affirmation de la priorité du prêtre en matière de médiation sacramentelle3. Cependant, les plus récents travaux n'ont guère abordé l'évolution de l'idéal clérical, essence de la réhabilitation du sacerdoce, après le pontificat de Grégoire VII. Il semble pourtant s'approfondir sous celui d'Urbain II4, époque à laquelle l'édifice doctrinal grégorien s'est agencé en un tout cohérent. Il s'enrichit autour des thèmes d'exemplarité du clerc, de service et d'une prédication agissante, idées que Geoffroy Babion développe abondamment dans ses sermons synodaux du second tiers du xiie siècle. Sa prédication nous permet de saisir, pour un exemple précis, à la fois le modèle sacerdotal de perfection proposé aux clercs de Bordeaux et sa dimension concrète d'application. Celle-ci s'exprime tant dans la nature de la source utilisée par Geoffroy que dans la tentative de réforme du chapitre cathédral entreprise, non sans mal, de 1140 à 1145 !

  • 5 L'identification entre Geoffroy Babion, écôlatre d'Angers, et Geoffroy du Loroux, archevêque de Bo (...)
  • 6 J-P. Bonnes, op. cit., p. 183, 199. Cette affirmation a été nuancée par J. Longère qui estime qu'i (...)
  • 7 G-M. Oury, « La vie contemplative menée en communauté d'après Geoffroi Babion », dans Etudes ligér (...)

2Geoffroy Babion, encore appelé dans le sud-ouest Geoffroy du Loriol ou du Loroux, est particulièrement représentatif de l'évolution religieuse générale et du milieu intellectuel et spirituel de l'ouest français. Ecolâtre d'Angers jusqu'en 1107, moine bénédictin puis ermite5, son itinéraire synthétise les grandes sensibilités réformatrices de la région ; il culmine dans son élévation à l'archevêché de Bordeaux en 1136, à la faveur de la liquidation du schisme d'Anaclet par Innocent II. La richesse de sa personnalité reflète les paradoxes d'un siècle où deux mondes achèvent de s'affronter. Par sa prédication, il appartient encore à l'âge patristique6 ; par ses relations avec saint Bernard, Suger, Pierre le Vénérable, on le sent toujours pétri de fascination monastique7. Et, pourtant, les aspects de militance, de service du prochain, de primauté donnée aux attitudes morales sur les pratiques extérieures d'ascèse le font appartenir à un autre âge, celui de l'Ecclesia militans de la seconde moitié du siècle.

  • 8 La numérotation des sermons employée renvoie à la classification du canon final de la collection é (...)
  • 9 Ces additions sont visibles, par exemple, dans le manuscrit, BN Lat. 3833, fin xiie s., cf. BN, Ca (...)
  • 10 Cf n. 8 : le premier contient les sermons 35 (toujours isolé, sans doute le premier sermon synodal (...)
  • 11 Voir C. Higounet, « Bordeaux pendant le haut Moyen Âge », dans Histoire de Bordeaux, 2, Bordeaux, (...)
  • 12 Le moment dans l'année liturgique n'est attesté que pour le sermon 33, lors de la Pentecôte, ce qu (...)

3Les 13 sermons « synodaux » que nous avons étudiés font partie d'une collection de 76 sermons8 qui s'est élaborée progressivement au prix de refontes successives d'ordre thématique9. Le recueil se compose en grande partie de sermons liturgiques (34 sur 76), auxquels se sont ajoutés d'autres regroupements, tels les sermons aux prêtres et aux clercs généralement ordonnés en deux groupes nettement distincts10. On pourrait peut-être y déceler un indice chronologique : il apparaît, en effet, une évolution thématique qui s'accorde avec ce que l'on sait de l'épiscopat de Geoffroy. D'abord axée sur une dénonciation d'excès traditionnels dans l’Eglise, mais particulièrement prononcés à Bordeaux (simonie, fornication, investiture laïque), sa prédication s'oriente vers une thématique de la parole et du sacrement. Or, la première partie de son épiscopat est consacrée à la liquidation du schisme d'Anaclet et à la réforme malaisée du chapitre cathédral, achevée en juillet 1145. Après les troubles urbains de 1147-4911, s'ouvre une période plus pacifique, propice à une thématique plus pastorale, même si de nombreux abus persistent. En 22 ans d'épiscopat, dont 8 à 10 ans de troubles variés peu favorables à une réunion du clergé, on dénombre 13 sermons synodaux, ce qui tendrait donc vers la moyenne canonique d'au moins un par an12.

  • 13 Les sermons de Geoffroy, longtemps confondus avec ceux d'Hildebert de Lavardin, sont édités dans l (...)

4L'ensemble des sermons13 s'ordonne de façon très cohérente autour de trois axes : Ordre du monde et place du clerc dans l'économie du salut, exaltation de son image, confrontation de celle-ci avec la réalité cléricale de Bordeaux.

1. Le clerc dans l'économie du salut

5L'importance majeure que revêt le clerc dans la prédication de Geoffroy Babion provient de la place qu'il lui accorde dans l'Ordre du monde de par son rôle primordial dans l'économie du salut.

  • 14 Les allusions à la rétribution finale ou au châtiement, vie dans la Jérusalem céleste, la couronne (...)
  • 15 Sn. 12, 469C : même l'argent est une créature de Dieu... !
  • 16 Sn. 57, éd. Bonnes, p. 205, 1. 1-5 : « Cum Dominus noster Iesus Christus Deus ante saecula homo in (...)
  • 17 Sn. 42, 779BC.

6Le problème du salut est fondamental pour saisir l'ampleur de sa pensée. Son acuité provient d'une nette conscience de la réalité du péché et de la responsabilité personnelle de chacun dans son salut14. Cette constatation ne signifie pas la condamnation du monde créé, puisque Geoffroy rappelle la bonté foncière d'une création, voulue par Dieu15, mais troublée par le péché originel. Sa vision de la condition charnelle, développée à partir du thème de l'Incarnation, reste optimiste16. Pourtant, la réalité du péché subsiste et a introduit l'inégalité entre les hommes, même s'ils restent égaux par nature17. Pour remédier à cette situation causée par la faute, l'Ordre issu du projet de Rédemption, divino judicio, reprend la nécessité d'une subordination hiérarchique entre les hommes dont la finalité, cette fois, est d'assurer le salut de tous.

  • 18 Sn. 49, 750B : il existe trois états de vie conçus comme une médecine pour remédier aux maladies d (...)

7L'Ordre porteur de cette économie du salut reflète une ecclésiologie strictement grégorienne, même si Geoffroy ne méconnaît pas d'autres classifications : les trois ordres d'anthropologie spirituelle issus des Pères (vierges, continents, conjoints), ou la plus récente trilogie fonctionnelle18. Sa vision globale repose sur la dichotomie grégorienne, devenue traditionnelle, qui oppose deux ensembles distincts : ce monde à la sainte Eglise, les temporalia aux spiritualia, les laïcs et l'ordre des clercs. Son argumentation se développe donc par couple de concepts antinomiques.

  • 19 Sn. 35, 771C ; 36, 880C ; 58, f° 64.
  • 20 On peut déceler ici l’influence de son itinéraire monastique : Sn. 36, 881D ; 42, 781A ; 43, 785D  (...)
  • 21 Parvula vita ou vita activa : Sn. 36, 881 ; 73, PL 147, 230BC ; 49, 750B : « Alius in conjugio sal (...)

8Geoffroy n'appréhende pas « ce monde » au premier chef dans sa réalité terrestre, mais voit en lui une image de ce qu'ont fait les hommes pécheurs de la Création : un lieu de perdition assimilé à Sodome ou Babylone19. L'homme s'y détache de Dieu, attiré par les commodités terrestres : cupidité, concupiscence et orgueil20. C'est l'Eglise qui donne au laïc les moyens d'y vivre et de s'en abstraire par la « vie active »21, conçue comme une conversion reposant sur un état de vie fondé par le mariage chrétien.

  • 22 Ordo noster : Sn. 33, 594B ; 35, 770 ; 54, 927B.
  • 23 Sn. 33, 594B ; 57, éd Bonnes, p. 205,1. 10-13 : « Vos estis synagoga deorum, quia vos estis collec (...)
  • 24 Sn. 50, 737 : l’Eglise est le lieu d'habitation de Dieu dans le monde et de rassemblement où « hic (...)
  • 25 Sn. 41, PL 147, 223B ; 50, 737 ; 49, 748B ; 45, 773B.
  • 26 Sn. 33, 594B ; 42, 780B ; 45, 773 ; 56, 915B. Les clercs doivent regere populum Dei : 44, 766A ; 3 (...)

9L'Eglise est donc, pour Geoffroy, l'ordre des clercs22 symbolisé par l'assemblée sacerdotale qu'il a réunie23. S'il emploie parfois le terme d'Ecclesia pour désigner l'ensemble des clercs et des laïcs, généralement, l'Eglise sacerdotale hiérarchique, détentrice des spiritualia, diffère de la congrégation des fidèles24. Epouse du Christ, elle est mère, lieu où le fidèle peut rencontrer Dieu, recevoir ses grâces. La médiation de l'ordre des clercs, détenteur du sacré25, extirpe le laïc du monde pour le faire accéder au royaume céleste. L'Eglise se doit donc d'être sainte par opposition au monde et sa parfaite réalisation devrait être exprimée par le clergé. Ainsi, on parvient logiquement au primat de l'ordre clérical sur le monde. Le peuple des fidèles, désigné sous le nom éloquent des « subjecti », doit être gouverné et corrigé par les prêtres en raison du péché26.

  • 27 Sn. 42, 780C : « Ipsa autem diversitas quae accessit ex vitio divino judicio dispensatur ut quia m (...)
  • 28 Sn. 41, 792BC ; 45, 773BC ; 54, 926D, citation traditionnelle de Luc, X, 1 : Pierre, les 12 Apôtre (...)
  • 29 Sn. 54, 927A : « Episcopi frontem chrismate signant, dedicant, ordinant, vasa ecclesiastica et alt (...)

10Cependant, il importe que ce primat se distingue d'une domination : il est, au contraire, un service qui vise le salut des hommes27. Pour ce faire, l'ordre des clercs est lui-même hiérarchisé28, ce que Geoffroy justifie successivement par l'idée de direction (le pape arbitre comme pasteur suprême et les évêques gouvernent), de pouvoir sacramentel (les prêtres administrent le sacré), enfin de service général : chacun sert utilement dans son office, que ce soit en chantant la messe, en lisant l'évangile ou l'épitre29. 'Ordre et hiérarchie assurent ainsi tous les offices nécessaires au salut des fidèles et à la Rédemption du monde.

11Cette place indispensable de l'ordre clérical conduit à la conception que Geoffroy se fait de l'office de clerc et que l'on peut développer grâce à l'étude de son vocabulaire.

2. L'image du clerc

  • 30 Sn. 54, 927B : de dignitate vestri ordinis ; 44, 767B : dignus sacerdotio ; 73, PL 147, 228AB : vo (...)
  • 31 Sn. 35, 767D : « Nos ita per misericordiam suam, voluit dominus electos esse suos ministros » ; co (...)
  • 32 Sn. 35, 767D : « Clerus enim graece sors interpretatur, quia sorte, id est divina electione ab ali (...)
  • 33 Pierre Damien, De communi vita canonicorum, PL 145, col. 504.
  • 34 Sn. 35, corrigé par Hauréau, op. cit., p. 129 : « Et tunc in tantam familiaritatem domini promoven (...)
  • 35 Sn. 73, PL 147, 228A ; 57, éd Bonnes, p. 205, 1. 1-15 ; 33, 592CD.
  • 36 Sn. 35, 770C ; 73, PL 147, 229C ; 41, 793AB.

12L'ensemble de sa réflexion s'articule autour de la dignité éminente du clerc, de l'honneur, de la sublimité de son office30, exaltée à plaisir. Alors que le laïc se définit par l'état de mariage, le clerc ne se caractérise pas en premier lieu par un état de vie fondé sur la chasteté. L'archevêque de Bordeaux, au contraire, insiste sur le fait que sa dignité ne repose en aucun cas sur un quelconque mérite, mais sur une élection divine, un choix gratuit et miséricordieux de Dieu, une grâce qui met le clerc à part31. Il la justifie par l'étymologie grecque ou latine32 : le clerc est la part tirée au sort, l'héritage du Seigneur, sa possession comme le disait déjà Pierre Damien33. Geoffroy insiste sur la familiarité, le lien spécial que l'élection instaure entre le clerc et Dieu34. Le choix des citations bibliques est très significatif. Il recourt à Jn 15, 14 : « Je ne vous appelle plus serviteurs, mais amis », au Ps 81, 6 : « J'ai dit, vous êtes des dieux » ou encore à I Cor, 6, 15 : « Vos corps sont des membres du Christ », qui accentue le caractère mystique du lien et la participation à la divinité du Christ35. Ordonnés par Dieu, les clercs Le représentent sur terre36.

  • 37 Par exemple Sn. 57, éd Bonnes, p. 207, 1. 85-124.
  • 38 Sn. 35, 768D-769A : « sic enim Christus fuit minister noster, multo magis nos, qui servi sumus, se (...)
  • 39 Cf. les termes de commissa : Sn. 33, 595 ; 42, 779D ; 45, 777D..., d'officium : Sn. 33 ; 44 ; 45 ; (...)
  • 40 Sn. 45, 778D ; 56, 918CD. Le prêtre est préposé au salut des hommes : Sn. 41, 793B ; 45, 777B ; 55 (...)
  • 41 « Officium ad honorem Dei et ad utilitatem proximi » : Sn. 35, corrigé par Hauréau, op. cit., p. 1 (...)
  • 42 E. Gilson, Saint Bernard, un itinéraire de retour à Dieu, Paris, 1963.
  • 43 Voir les substantifs : onus, labor ou les verbes à l'impératif laborate, sudate : Sn. 33, 595C ; 5 (...)
  • 44 Sn. 42, 781B ; 45, 773A ; 58, f° 64 ; 57,1. 50-55.

13Mais, cette place éminente a aussi sa contrepartie. A péché identique (fornication, usure, adultère), le prêtre porte une faute plus grave que le laïc37. Surtout, l'élection entraîne des devoirs puiqu'elle confère un service, un ministère. Les jeux de mots à partir de servus, servire, ministrare, ministerium sont très fréquents sous la plume de Geoffroy38. Le service implique à son tour l'idée de responsabilité spirituelle du troupeau qui a été confié au clerc39. Il devra en répondre devant Dieu au même titre que de son propre salut40. Cette responsabilité repose sur une double obligation de louange de Dieu et de service du prochain41. Cependant, le devoir de louange, sacrifice eucharistique excepté, est beaucoup moins mis en valeur que l'exigence d'apostolat et de charité, selon un trait constitutif du premier xiie siècle. Un contemplatif comme saint Bernard, d'ailleurs ami de Geoffroy, dans le chemin mystique qu'il propose à ses moines, place l'attention au prochain comme le premier degré d'amour qui permet le retour à Dieu42. Mais, qui dit responsabilité dit aussi difficulté43, un fardeau à la mesure de la grandeur de la tâche qui peut décourager bien des prêtres, seuls face aux puissants du monde. La lutte fait partie intégrante du ministère au même titre que l'équité et le courage dans les persécutions44.

14Le vocabulaire employé traduit donc une réflexion approfondie sur le clerc. Son essence réside en un christianisme de service qui pose dès lors le problème des modèles de perfection auxquels il se réfère.

  • 45 Sermon 54. Une seule fois l'idée suivante est relevée : « Modo ista nobis qui licet indigni vicari (...)

15Le modèle de la communauté apostolique de l'Eglise primitive est un thème parfois cité par notre prédicateur, mais sans lui accorder l'importance qu'il pouvait avoir quelques décennies plus tôt. Il l'utilise surtout pour justifier la nécessaire hiérarchie de l'Eglise. Une autre fois, l'image des apôtres réunis en cénacle dans l'attente de l'Esprit-Saint lui donne le thème initial de sa prédication lors d'un synode de Pentecôte45. Moins qu'un exemple à suivre, les apôtres constituent plutôt des autorités scripturaires auxquelles Geoffroy se réfère constamment.

  • 46 Sn. 35 769A, (cf. Mt, xx, 28) ; 58, P65v°...
  • 47 Sn. 35, 767D ; 42, 779D ; 55, PL 147, 223C ; 57, 1. 1-15 : Vicarii Christi.
  • 48 Sn. 50, 736D ; 45, 773B ; 49, 749D.
  • 49 Sn. 50, 739A ; 55, PL 147, 223C ; 56, 916D ; 58, f° 65v°.
  • 50 Sn. 42, 779B ; 35, 772B.
  • 51 G. Miccoli, « Ecclesiae primitivae forma », dans Chiesa gregoriana, Florence, 1966, p. 225-301.

16Le trait caractéristique de sa prédication est l'omniprésence d'un modèle christologique ; le Christ qui est venu pour servir est le prototype majeur du clerc46. C'est à Lui que se réfère le clerc directement47 et à sa conduite comme bon pasteur, pacificateur, roi et prêtre souverain tout à la fois48. Modèle parfait à imiter, il est le magister du clerc, qui doit se conformer le plus possible à l'exemple de sa vie et de ses paroles49. Enfin, c'est de Lui que vient toute grâce, tous les dons spirituels qui permettent au clerc d'accomplir dignement son office : c'est pourquoi celui-ci doit le prier50. Cette place prédominante du Christ n'est pas pour surprendre, mais il est instructif de voir qu'elle éclipse complètement le modèle de l'Eglise primitive, comme G. Miccoli l’avait déjà constaté51. Depuis 1050, le désir de réforme s'est transformé de même que ses modèles de référence. On est passé de la volonté de chercher refuge dans le passé, pour remédier à une situation de décadence, à l'aspiration d'un christianisme conçu comme un service et une imitation, non plus de la communauté apostolique, mais du Christ lui-même, ce qui traduit un désir de christianiser en profondeur la société.

  • 52 Sn. 35, 772B : « Accipiunt quippe laici a nobis exemplum », idée empruntée à I P, 5,1-4 ; 58 f° 66
  • 53 G. Alberigo, « Hégémonie institutionnelle dans la Chrétienté ? », dans La Chrétienté en débat, Par (...)
  • 54 G. Miccoli, op. cit., « Pier Damiani e la vita comune del clero », p. 75-101.
  • 55 Sn. 42, 779C ; 44, 767C ; 56, 915 ; 63, PL 147, 234D.
  • 56 Sn. 45, 777B : « Proh dolor, cum deberetis esse exemplum bonitatis, estis exempla erroris. Nam, si (...)

17En effet, le processus d'imitation ne se limite pas au clerc, mais doit s'étendre, grâce à sa médiation, à l'ensemble de la société. Si le Christ est le prototype et le modèle du clerc, le clerc, et d'abord le prêtre, doit être l'exemple du fidèle52 ; il doit reflèter, tel un miroir, l'image la plus exacte possible du Christ au laïc. Aussi, dans la mesure où « la foi et ses manifestations constituent le centre et le critère de la vie politique et sociale »53, le clerc devient le miroir social par excellence et doit transmettre, par son exemple, une certaine civilisation des moeurs. Cependant, la finalité ultime demeure religieuse : christianiser et assurer le salut. L'idée n'est pas neuve : dès le xie siècle, Pierre Damien militait en sa faveur assurant que l'exemple personnel restait la forme la plus efficace de prédication54. Mais, on voit qu'au temps de Geoffroy, la prédication verbo et exemplo55 est devenue une idée force de la réforme. Le prêtre doit prêcher au laïc la bonne parole et, par l'exemple d'une bonne vie, la mettre en application56.

18La prédication de Geoffroy nous permet aussi d'approfondir la réalité du service que le mot officium désigne : quelles sont les fonctions spécifiques du clerc, et plus particulièrement du prêtre qui a reçu une grande partie du sacerdoce du Christ ? Le vocabulaire, là encore, par ses images, est très évocateur.

3. Image et réalité

  • 57 La terminologie est variée : pastores = Sn. 42, 780B ; 43, 783C ; 44, 766C ; 55, PL 147, 223D ; 57 (...)
  • 58 Sn. 45, 777D : « Sacerdos oculus est et provisor commissae Ecclesiae, ne lupus... » ; 63, PL 147, (...)
  • 59 Sn. 42, 781D : « Si regales estis, regere debetis » ; 55, PL 147, 223C ; 58, f° 65 ; 73, PL 147, 2 (...)
  • 60 Sn. 58, f°64-65 : « Vos estis duces huius belli ».

19La première fonction du clergé est une fonction de direction, de conduite du peuple de Dieu vers son salut57. Le terme de pasteur est le plus couramment employé (la moitié des sermons), il indique à la fois la conduite et le soin du troupeau. Speculator et provisor introduisent une idée plus précise, celle de surveillance associée à l'image du pasteur en tant qu'oeil58. Il est celui qui, par son observation de guetteur, doit prévoir et pourvoir aux besoins du troupeau et l'avertir, comme les anciens prophètes, s'il vient à pécher. L'idée est indissociable de celle de protection, car le troupeau doit être gouverné, gardé et défendu. S'expliquent ainsi le rang du prêtre et la soumission qui lui est due, traduits parfois par les termes de prélat et de dignitaire, sans qu'il doive pour autant en tirer orgueil59. La défense de la cité de Dieu est dirigée essentiellement contre trois ennemis : les vices, l'attaque spirituelle des démons, enfin les malversations hérétiques, afin que l'Eglise conserve intact son bien suprême : la foi que lui a confiée le Christ. Cette fonction de défense peut enfin introduire la métaphore du combat spirituel où le prêtre devient le prince qui dirige la guerre contre Babylone, la grande prostituée symbolisant le monde pécheur60, par l'utilisation de la puissance du verbe et du sacrement.

  • 61 Sn. 54, 927A : « Sacerdotes autem vocantur quia sacrum dant », adapté du sacrum dans d'Isidore de (...)
  • 62 Sn. 33, 592 ; 54, 927B : pouvoir sacramentel en général. Sn. 56, 916D ; 63, PL 147, 234C : confess (...)
  • 63 Dispensator mysteriorum Dei (I Cor, 4, 1), servus praepositus Sn. 35, 767D ; 55, PL 147, 224B.
  • 64 Sn. 35, 770A : « Mundamini qui fertis vasa Domini », (Is, 52, 11) ; 45, 776D ; 54, 988D ; 55, PL 1 (...)
  • 65 Cf. n. 28, Sn. 54, 928 : Eucharistie, baptême, mariage, confession, onction.

20On le voit, le clerc cède, ici, totalement la place au prêtre et, par le jeu de l'étymologie, Babion rappelle que le prêtre donne et détient le sacré61. Il dispose en effet d'un pouvoir, potestas62, terme que Geoffroy réserve à la fonction sacramentelle conçue comme une puissance divine qui opère le salut. Sa prédication développe l'idée de médiation du prêtre, canal nécessaire de la grâce pour le laïc, à partir de l'image du serviteur fidèle, intendant des mystères de Dieu63. Et, elle réaffirme que le pouvoir sacramentel est indépendant des mérites et de la pureté du célébrant même s'il lui est fortement recommandé d'être sans tache64. Lors d'une ordination, Geoffroy détaille l'ensemble de la puissance sacramentelle que le prêtre détient et il y fait figurer de façon naturelle la bénédiction du mariage65. Mais, dans ses conseils pastoraux, notamment dans les sermons du second groupe, il opère un choix qui montre l'intérêt qu'il accorde à certains sacrements pour le salut des fidèles et qui peuvent poser un problème d'administration pour le prêtre. Il s'agit par ordre d'importance : du baptême, de l'Eucharistie et de la pénitence.

  • 66 Sn. 46, P 43v° ; 54, 928 ; 63, 925BC, qui reprend Jn, 3,5.
  • 67 Sn. 73, PL 147, 228 : « Etiam alia sublimitas vobis a Deo concessa, permittit a vobis corpus Domin (...)
  • 68 Sn. 42, 781D : « Si sacerdotes, vos facere placabiles hostias Domino, et pro peccatis populi orare (...)
  • 69 Sn. 35, 770D ; 43, 783D ; 49, 748B ; 50, 738D ; 54, 928A ; 58, f°65v° ; 73, PL 147, 228B.
  • 70 Sn. 58, f°65v° : « Commiserat enim Dominus vobis thesaurum corporis sui, vos vero indigne accipiti (...)

21Par le baptême66, le prêtre possède l'office de régénération qui transforme l'homme en un être spirituel mais c'est surtout la consécration du corps et du sang du Seigneur qu'il place au coeur du mystère sacerdotal67. Par sa prière et par l'offrande du sacrifice du Christ, le prêtre rachète quotidiennement les péchés du peuple dont il a la charge68. En homme de son temps, Geoffroy insiste sur la présence réelle du corps et du sang69. Aussi, les objets du culte doivent être propres, et surtout, ce sacrement ne doit pas être administré, ni reçu indignement, mais en état de pureté spirituelle. Ce pouvoir est le strict apanage du prêtre qui ne doit en aucun cas déléguer la communion à un laïc, ou laisser un enfant porter l'hostie à un mourant. Leur ignorance pourrait leur faire commettre un sacrilège70.

  • 71 Sn. 50, 738B : « Sacerdotes qui sunt praecones Ecclesiae qui ad confessionem hommes invitant ». Su (...)
  • 72 Sn. 42, 780C ; 58, f 64 – Judices : 33, 594C ; 57,1. 15 et suivantes.
  • 73 Medicus : Sn. 57,1. 162 ; 58, f°64v°.

22Mais, ce sacrifice ne suffit pas au rachat s’il ne s'accompagne d'une rectitude de la volonté du fidèle qui a sa part à opérer pour son salut. Celle-ci s'exprime par la confession et le rachat de ses péchés. On voit poindre chez lui les linéaments d'une liaison entre réception de l'Eucharistie et confession, affirmée plus tard à Latran IV (décret 21). Le pouvoir théorique d'absolution et d'administration de la pénitence est un thème sur lequel Geoffroy revient avec insistance. En tant que hérauts (praecones), les prêtres ont la charge d'inviter les hommes à la confession dont il réaffirme la nécessité71. En tant que rectores ou judices72, ils doivent administrer une juste pénitence. Par l'absolution, ils apparaissent comme de véritables médecins73 qui soignent les âmes. Geoffroy développe chacun des points.

  • 74 Sn. 56, 916D-917 ; 55, PL 147, 224C : portrait du prêtre coléreux.
  • 75 Sn. 42, 780D-781A : « Et tamen necesse est ut rectores a subditis timeantur... ; cum ergo bonus er (...)
  • 76 Sn. 57, éd. Bonnes, p. 208, 1. 162-175 ; 58 f°65.

23Par la confession, le prêtre doit inviter le fidèle à pleurer ses péchés, sans toutefois l'attrister par trop d'austérité74. Il doit rechercher le moment favorable pour convaincre le pécheur par une admonition convenable, au besoin en marchant avec lui, en le visitant ou en partageant un repas. Si Babion insiste sur la douceur vis à vis du pécheur repentant dont l'âme est malade, il recommande la fermeté contre les désobéissants et rebelles publics75. Le prêtre doit faire la différence entre le crime public, qui relève de l'évêque, et le péché secret ; à péché public, correction publique, à péché secret, confession privée. Il rappelle que le secret de la confession76 doit être respecté, sinon les pécheurs s'éloigneront du sacrement.

  • 77 Sn. 56, 916D ; 57, éd. Bonnes, 1. 15-47 ; 33, 594C.
  • 78 Sn. 57, op. cit., p. 206 ; 58, f°65 ; 63, PL 147, 234D-235A ; 33, 595B ; 56, 915. Pas de peines tr (...)
  • 79 Sn. 58, f°64v° : « Beatus qui tenebit parvulos, ie pravas cogitationes tuas quas generas ne possin (...)
  • 80 Sn. 42, 781A ; 73, PL 147, 229B ; 57,1. 105-107.
  • 81 Sn. 56, 917-918A : « Duo sunt genera compunctionis unum quo aeternas poenas metuit, aliud quod coe (...)
  • 82 Sn. 63, PL 147, 234C, image issue du De vita contemplativa de Julien Pomère, PL 59, col. 445AB.
  • 83 Y. Congar, op. cit., p. 159-60 ; cette évolution est liée à celle de la papauté qui devient l'ulti (...)

24L'administration d'une juste pénitence est le second point traité. Geoffroy s'élève contre les prêtres qui méprisent les canons des Pères et administrent des pénitences selon leur bon vouloir ou leur intérêt77, soulageant les puissants et écrasant le pauvre sous des années de jeûne. Il recommande un prudent discernement (discretio)78 dans l'octroi de la pénitence. La gravité d'un péché se mesure à la tentation, à l'accord de la volonté, enfin au passage à l'acte (et Geoffroy développe toute une morale de l'intention estimant que l'essentiel est d'abord d'avoir une volonté droite79) Mais, il faut tout aussi bien se garder d'un certain laxisme, tel ce prêtre adultère qui félicite un pécheur en lui disant : « Tu as eu raison car elle est belle, elle est bien courtoise cette dame »80 ! Le confesseur doit au contraire amener le fidèle au repentir, signe de la pénitence intérieure indispensable à la rémission des péchés. Geoffroy établit deux sortes de componction, véritable intuition d'une attrition et contrition avant la lettre. La première est due à la crainte des peines éternelles, donc à une douleur du péché insuffisante, l'autre est inspirée par la vie céleste quand l'âme perçoit Dieu ; d'abord la crainte puis, l'amour81 de façon à ne pas retomber dans sa faute. Enfin, le prêtre, médecin de l'âme, guérit et justifie par l'absolution. Geoffroy voit dans ce pouvoir de remettre les péchés, de lier et de délier, un des plus grands sacrements. Les prêtres, véritables portiers célestes (janitores)82, sont les détenteurs des clefs du royaume des deux. Ce pouvoir n'est donc pas encore éclipsé, dans la définition du sacerdoce, par le pouvoir de consacrer l'Eucharistie, selon l'évolution de la seconde moitié du siècle83.

  • 84 Praedicator : Sn. 36, 881A ; 49, 749C ; 55, PL 147, 223C – angelus, nuntius Del : 35, Hauréau, op. (...)
  • 85 Sn. 45, 777B : « Per angelos Dei intelliguntur sacerdotes, qui salutem hominibus nuntiant angelus (...)
  • 86 Sermons 46, P 44 ; 54 ; 63, PL 147, 235A : l'image du sel introduit les deux fonctions de la prédi (...)
  • 87 Loci pascuae : Sn. 42, 779D-780A (Ps 22, 1 associé à Mc 8,3) ; gregem ad pascendum... ut eos jejun (...)
  • 88 Sn. 45, 776D-777A ; 54, 928C ; 56, 916 ; 63, PL 147, 235 ; 33, 592.
  • 89 Lex Christi : Sn. 45, 776 ; praecepta Dei : 50, 737B ; 58, f° 65 ; 73, PL 147, 228A.
  • 90 Sn. 44, 766 ; 45, 778D ; 57, 1. 135-37 ; 33, 594 ; 45, 778.
  • 91 Sn. 44, 766 ; 45, 778 ; 56, 915B ; 57, 1. 140-160.
  • 92 Sn. 42, 780B : « Ascende in eminentiam virtutum, antequam Sion, aliquid evangelizes », cf. Is 40, (...)
  • 93 Sn. 33, 593B : notamment les Evangiles ; 45, 777A ; scientia : 33, 594B ; 35, 771D ; 42, 779 ; 43, (...)
  • 94 Sn. 45, 776C.
  • 95 Sn. 42, 782 ; 45, 777D ; 57,1. 65-70.

25La nécessité d'appeler les pécheurs au salut incite Geoffroy à lier fortement l'administration du sacrement de confession au devoir de prédication, selon un trait marquant de sa pensée. Le prêtre est le prédicateur, l'ange, l'envoyé de Dieu84 pour annoncer aux fidèles le salut85. Cette tâche poursuit plusieurs objectifs : d'une part, comme nous l'avons dit, elle doit amener le pécheur à la conversion par la confession86, d'autre part, la prédication a pour but d'annoncer la parole, le Verbe de Dieu et doit permettre l'accès du laïc à l'Ecriture Sainte, nourriture spirituelle indispensable à l'âme87. Il est donc bien défini que le laïc, illettré (les termes sont alors synonymes), ne peut y accéder lui-même. Il doit recourir à la médiation du prêtre, d'où l'importance de son devoir de prédication88. Celle-ci doit donc se faire enseignante, sans doute moralisante, discernant la loi du Christ89, exposant les commandements de Dieu et les attitudes chrétiennes de celles qui ne le sont pas. Enfin, glaive spirituel du Verbe, elle doit défendre la foi par le triomphe de la vérité90 contre le péché ou l'erreur hérétique. Le thème de la lutte contre l'hérésie est repris plusieurs fois91 sans donner de détails plus précis, mais on peut penser à la prédication d'Henri de Lausanne, après sa condamnation à Pise en 1135, à l'agitation albigeoise qui suscite l'intervention de Bernard en 1145, ou même à un certain anticléricalisme assez accentué, depuis le schisme, à Bordeaux. Rappelons enfin que cette prédication doit revêtir deux formes : la parole et l'exemple92. En toute cohérence, Geoffroy mène le raisonnement jusqu'à sa fin ultime. La prédication ne peut être efficace que si le prêtre lui-même distingue le bien du mal, ne donne pas l'exemple de l'erreur et possède la science des Ecritures et une bonne connaissance des écrits des Docteurs93. C'est l'ancien écôlatre d'Angers qui insiste longuement sur la nécessité pour le prêtre ou l'évêque d'être savant, de pratiquer la lecture et l'étude94 de façon à devenir le magister du fidèle. Il ne cesse de tonner contre le prêtre ignare qui comprend moins de choses que le laïc dont il a la charge95 et qu'il induit en erreur. Le milieu peu lettré de Bordeaux, où l'école cathédrale n'est pas encore attestée, explique sans doute cette insistance.

  • 96 Intellectum et operationem : Sn. 42, 779C ; 33, 595C ; 63, 925A.

26L'image du prêtre idéal culmine donc dans cette alliance du pouvoir sacramentel, fondé sur l’Eucharistie et le pouvoir des clefs, avec la prédication qui comprend l'intelligence de la doctrine et les oeuvres96. Ainsi, s'affirme un christianisme du sacrement, de la parole et du geste qui est promis à une longue vie, bien au delà du Moyen-Âge.

  • 97 L'indice majeur provient des injonctions synodales. Elles affirment le rôle judiciaire du synode o (...)
  • 98 Sn. 55, PL 147, 225AB. Dans la division fonctionnelle de la société qu'il introduit dans le sermon (...)
  • 99 Voir par exemple le sermon 63.
  • 100 Sn. 63, 924CD : « Augustin, soleil de l'Eglise ». Il fut le père des chanoines réguliers que Geoff (...)
  • 101 Il s'agit d’écrits à tendance pastorale ou spirituelle provenant de divers auteurs : Grégoire le G (...)

27Hâtons-nous d'ajouter que la réalité cléricale du diocèse de Bordeaux est fort éloignée de cette image idéale. Pourtant, Geoffroy s'est efforcé de la mettre en oeuvre, et tout d'abord en cherchant à être compris. Certes, il faut être conscient des limites de la source utilisée. Nous gardons des sermons, sans doute prononcés97, la forme littéraire et écrite. La nature du genre, qui vise à l'édification au moyen d'une réflexion critique élaborée à partir de citations bibliques, peut contribuer à fausser la réalité. Pourtant, de nombreuses allusions concrètes subsistent, notamment sur l'importance du commerce des vins à Bordeaux et ses conséquences sur un monde clérical davantage adonné à Bacchus et au négoce qu'à Dieu98. Le prédicateur cherche aussi à être compris facilement par son auditoire et apprécie les comparaisons avec la nature et la création visible : arbres, soleil, fleuve, nuages, pluie, autant d'images mentales immédiatement perceptibles99. Geoffroy demeure donc un prédicateur qui recourt à l'héritage patristique tout en conservant une nette originalité. Cet ancien élève de Marbode ( ?) fréquenta assidûment saint Augustin100 et se réfère constamment aux Ecritures et aux Pères101, autorités qui sont les garantes de son discours, mais pratiquement jamais aux auteurs profanes. Il ne reprend, cependant, le vocabulaire et les idées des Pères que lorsque celles-ci correspondent à ce qu'il veut signifier, selon les idées du temps et une pensée éminemment grégorienne.

  • 102 J. Laudage, op. cit. De même cette importance de la médiation du prêtre permet de mieux comprendre (...)
  • 103 Charte-notice du 2 juillet 1145, éd. Gallia christ., t. 2, col. 814-15.

28Il serait trop long de développer ici toutes ses actions en faveur de l'application de son idéal du clerc. On comprend mieux, cependant, en quoi la condamnation de la simonie et du nicolaïsme apparaît non comme une fin en soi, mais comme la condition nécessaire au bon déroulement de la fonction de médiation sacerdotale, (donc de l'efficacité du sacré)102. Geoffroy s'efforça de mettre en oeuvre son idéal en luttant contre ces deux maux durables du clergé bordelais, non seulement par une prédication synodale répétée, mais surtout par la promotion de la vie commune, selon la règle de saint d'Augustin, au sein du chapitre cathédral. Cette tâche prioritaire, entreprise dès son accession à l'épiscopat, fut achevée difficilement en juillet 1145103. Elle illustre parfaitement son idée d'une prédication par la parole et l'exemple en proposant aux clercs diocésains l’Eglise-mère cathédrale comme l'incarnation vivante de l'idéal d'imitation du sacerdoce du Christ. Mais, à voir l'évolution du contenu de sa prédication bien des maux demeurèrent inchangés...

  • 104 B. Guillemain, « L'action pastorale des évêques en France aux xie-xiie siècles », dans Le istituzi (...)
  • 105 J-P. Bonnes, op. cit., p. 177, 181.

29La prédication de Geoffroy Babion nous permet donc de mesurer toute l'importance accordée à l'ordre clérical, surtout au sacerdoce, dans l'économie du salut grégorienne. Le prêtre, canal nécessaire de la grâce et médiation du Christ vers le fidèle, est une des clefs de la réforme. Celle-ci atteint alors sa pleine maturité doctrinale et le changement des modèles traduit une nette évolution chronologique. Le thème de l'Eglise primitive cède la place à un modèle plus christocentrique. La pauvreté et l'ascèse sont notoirement absents de sa prédication au profit du primat de la cura animarum. Cette évolution prouve combien la réforme au xiie siècle est attentive à la christianisation des laïcs. L'image du clerc est indissociable de celle du laïc, son pendant dans l'ordre du monde. L'originalité de Geoffroy Babion vient du fait qu'il dépasse l'idée d'une pastorale sacramentelle104 ou de la seule médiation sacerdotale, pour parvenir à l'idée d'un christianisme de service, issu d'une charité agissante. Le clerc doit transmettre le Christ au laïc jusque dans l'exemple de sa vie, véritable miroir religieux et social. La place qu'il accorde à la prédication mérite aussi d'être relevée. Elle se fonde sur l'alliance de la parole et de l'administration des sacrements, particulièrement de la confession. L'intelligence de la foi doit permettre une meilleure vie morale. Sa vision est celle d'un christianisme qui s'intériorise mais qui doit s'exprimer aussi par des oeuvres en une adéquation de la parole et de la vie. Ses sermons sont donc loin d'être des modèles intemporels et permettent de saisir l'idéal sacerdotal de la réforme grégorienne à son apogée. Abondamment recopié, systématiquement pillé par les prédicateurs du milieu scolaire parisien, tels Pierre Lombard et Pierre le Mangeur105, l'oeuvre de Geoffroy connut une postérité séculaire qui montre combien sa prédication incarnait les idées du temps.

Notes

1 Je tiens à remercier ici tout particulièrement Mmes N. Bériou, C. Vincent et les Pères J. Avril et J. Longère qui ont bien voulu m'entourer de leurs précieux conseils.

2 G. Tellenbach, Libertas, Kirche und Weltordnung im Zeitalter des Investiturstreites, Stuttgart, W. Kohlhammer, 1936 ; Y. Congar, « Modèle monastique et modèle sacerdotal en Occident de Grégoire VII à Innocent III », dans Etudes de civilisation médiévale ( ixe- xiie s.). Mélanges E-R. Labande, Poitiers, secsm, 1974, p. 153-160.

3 J. Laudage, Priesterbild und reformpapstum im 11. Jahrhundert, Köln u. Wien, Böhlau Verlag, 1984.

4 Grégoire VII avait déjà insisté sur les aspects de militance et de service du prochain, (Congar, op. cit., p. 155), mais le rôle fondamental du clerc est réaffirmé sous le pontificat d'Urbain. Celui-ci s'efforce de le mettre en oeuvre par l'application de l'idéal de vie canoniale régulière et la détention exclusive de la cura animarum par les prêtres et les chanoines au détriment des moines, cf. P. Toubert, « La vie commune des clercs aux χie-χιie siècles : un questionnaire », dans Etudes sur l'Italie médiévale, Londres, Variorum Reprints,1976, p. 11-26.

5 L'identification entre Geoffroy Babion, écôlatre d'Angers, et Geoffroy du Loroux, archevêque de Bordeaux a été faite par J-P. Bonnes, « Un des plus grands prédicateurs du xiie siècle, Geoffroy du Loroux dit Geoffroy Babion », Revue Bénédictine, 60-61 (1945-46), p. 174-215, et complétée par G-M. Oury, « Les sermons de Geoffroi Babion et la chrétienté bordelaise, 1136-58 », CCM., 22 (1979), p. 285-297. Pour la bibliographie antérieure, voir Oury, p. 285, n. 2.

6 J-P. Bonnes, op. cit., p. 183, 199. Cette affirmation a été nuancée par J. Longère qui estime qu'il n'y a pas lieu d'opposer trop catégoriquement l’inspiration patristique de Geoffroy et les procédés scolaires des maîtres parisiens (La prédication médiévale, Paris, Etudes Augustiniennes, 1983, p. 75).

7 G-M. Oury, « La vie contemplative menée en communauté d'après Geoffroi Babion », dans Etudes ligériennes d'histoire et d'archéologie médiévales, Saint-Benoît-sur-Loire, 3-10 juillet 1969, Auxerre, 1975, p. 297-305.

8 La numérotation des sermons employée renvoie à la classification du canon final de la collection établie par J-P. Bonnes, op. cit., dans son appendice I, p. 200-205, telle qu'elle apparaît, en partie, dans les manuscrits BN Lat. 14933, 14934 = xiiie s. Cependant J-B. Schneyer, sur la foi du Ms BM Reims 579, lui en attribue 100 (Repertorium den Lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 1150-1350, Munster Westfalen, Hift 2, 1970, Gaufridus Babion, p. 150-59). Une attribution définitive demanderait une étude plus poussée de l'ensemble de la tradition manuscrite, quelques 200 manuscrits.

9 Ces additions sont visibles, par exemple, dans le manuscrit, BN Lat. 3833, fin xiie s., cf. BN, Catalogue Général des Manuscrits Latins, t. 7, Paris, 1988 = f°l-12 1ère série de 7 sermons liée au cycle liturgique sur 3 cahiers irréguliers ; f°13-76v° : changement de main, autre série sur 8 cahiers réguliers de 8 f° divisée en : 16 sermons du cycle liturgique allant de l'avent aux rogations, sermon aux clercs (35), 2 sermons à des contemplatifs, sermon au peuple (41), sermons aux pasteurs (43, 44, 45, 46), 5 sermons du cycle pascal, 4 sermons de dédicace, sermons aux prêtres (55, 56, 57, 58, 63, 73, 54), 3 sermons au peuple ; f°77-80v° : dernière série sur un cahier, changement de main, 4 sermons probablement à des contemplatifs.

10 Cf n. 8 : le premier contient les sermons 35 (toujours isolé, sans doute le premier sermon synodal), 42, 43, 44, 45, 46 selon la classification de J. P. Bonnes. Un deuxième groupe réunit les sermons 54, 55, 56, 57, 58, 63, 73, auxquels il faut rajouter le sermon 33, synode de Pentecôte placé dans le cycle liturgique, mais dont la thématique pastorale et sacramentelle l'apparente à ce groupe. Il peut arriver que le deuxième groupe fasse défaut : BN Lat. 8433, 14933, 17251 ou soit incomplet : Lat. 3810. Quand ils sont regroupés en un seul ensemble, ce qui est rare, le second groupement est alors incomplet : BN Lat. 14934, 3830... Les sermons liturgiques sont cependant les mieux attestés par la tradition manuscrite. Il est à noter que l'appellation « sermon synodal » n'apparaît pas dans les rubriques. Celles-ci mentionnent seulement ad cleros, sacerdotes oupastores. Le sermon 54 d'ordination reprend le même thème scripturaire (Lc X, 1) que le sermon « synodal » 46 mais avec un développement différent. Accessoirement, nous avons utilisé en complément le sermon 41 au peuple et 2 sermons de dédicace : 49, 50.

11 Voir C. Higounet, « Bordeaux pendant le haut Moyen Âge », dans Histoire de Bordeaux, 2, Bordeaux, 1963, p. 97-100.

12 Le moment dans l'année liturgique n'est attesté que pour le sermon 33, lors de la Pentecôte, ce qui semblerait indiquer un synode de printemps.

13 Les sermons de Geoffroy, longtemps confondus avec ceux d'Hildebert de Lavardin, sont édités dans la Patrologie Latine (PL) 171 ; 5 le sont dans la PL 147 (Sn. 41, 44, 55, 63, 73). Du fait de la fréquence des renvois, deux nombres indiqueront l'un le n° du sermon (ex Sn. 35), l'autre la référence à la colonne (sauf mention contraire, ce sont les colonnes de la PL 171). Les sermons 46 et 58, inédits, seront cités d'après le Ms. BN Lat. 3833, où ils sont respectivement aux f° 43-44v° et f° 64-66.

14 Les allusions à la rétribution finale ou au châtiement, vie dans la Jérusalem céleste, la couronne de gloire, la vie étemelle auprès du Christ sont fréquentes pour conclure sa prédication, cf. Sn. 56, 918 ; 63, PL 147, 236B ; 58, f°66.

15 Sn. 12, 469C : même l'argent est une créature de Dieu... !

16 Sn. 57, éd. Bonnes, p. 205, 1. 1-5 : « Cum Dominus noster Iesus Christus Deus ante saecula homo in saeculo fieri participatione nostrae carnis dignatus esset... » ; 42, 779A ; 45, 773B, reprenant Rom, V, 10.

17 Sn. 42, 779BC.

18 Sn. 49, 750B : il existe trois états de vie conçus comme une médecine pour remédier aux maladies des pécheurs. Trois fonctions apparaissent dans la société : Spicilegium Liber, éd. F. Liverani, Florence, 1863, p. 688 ; ou Sn. 57, éd. Bonnes, p. 206, 1. 73-75.

19 Sn. 35, 771C ; 36, 880C ; 58, f° 64.

20 On peut déceler ici l’influence de son itinéraire monastique : Sn. 36, 881D ; 42, 781A ; 43, 785D ; 44, 767A ; 56, 915A ; 58, f° 64 : les deux cités, Babylone et Jérusalem. Ce hujus mundi es synonyme du siècle. On y retrouve les trois péchés fondamentaux.

21 Parvula vita ou vita activa : Sn. 36, 881 ; 73, PL 147, 230BC ; 49, 750B : « Alius in conjugio salvatur, alius in virginate... Alius in tumultu mundi contra mundum et diabolum pugnat, alius extra mundum strepitum fugiens, hostem spiritualem debellat ».

22 Ordo noster : Sn. 33, 594B ; 35, 770 ; 54, 927B.

23 Sn. 33, 594B ; 57, éd Bonnes, p. 205,1. 10-13 : « Vos estis synagoga deorum, quia vos estis collectio sacerdotum... ». Celle-ci symbolise l'unité de foi et de charité primordiale dans l’Eglise, qualité accentuée par le contexte de liquidation du schisme d'Anaclet : Sn. 33, 593C ; 35, 771D ; 41 ; 55 ; 42, 782D.

24 Sn. 50, 737 : l’Eglise est le lieu d'habitation de Dieu dans le monde et de rassemblement où « hic omnes convocatur, ut designatur quia omnes in eadem fide et delectione uniti, unum corpus sunt ». Mais, la citation de I Pt, 2,9 : « Vos genus electum, regale sacerdotium, gens sancta, populus acquisitionis » au lieu de désigner les croyants en général, est strictement réservée au sacerdoce ministériel : Sn. 35, 770B ; 42, 781D.

25 Sn. 41, PL 147, 223B ; 50, 737 ; 49, 748B ; 45, 773B.

26 Sn. 33, 594B ; 42, 780B ; 45, 773 ; 56, 915B. Les clercs doivent regere populum Dei : 44, 766A ; 33, 595B ; 57 : « Vos autem fratres estis vicarii eius quia in mundo vicem ejus super populum suum obtinetis ». Aussi : « Si peccat populus Domini, accipiant sacerdotes gladios correctionis », 33, 594C. S'attaquer aux clercs est donc un péché majeur : 50, 739B.

27 Sn. 42, 780C : « Ipsa autem diversitas quae accessit ex vitio divino judicio dispensatur ut quia monis homo aeque stare non valet, alter ab altero regatur ; unde cuncti qui praesunt, non in se debent potestatem ordinis pensare, sed aequaliter conditionis non praesse gaudeant, sed prodesse..., non reges hominum sed pastores pecorum ».

28 Sn. 41, 792BC ; 45, 773BC ; 54, 926D, citation traditionnelle de Luc, X, 1 : Pierre, les 12 Apôtres et les 72 disciples.

29 Sn. 54, 927A : « Episcopi frontem chrismate signant, dedicant, ordinant, vasa ecclesiastica et altaria consecrant ; presbyteri corpus et sanguinem consecrant, baptizant, et absolvunt, et conjugium benedicunt » ; 35, texte rectifié par B. Hauréau, Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, 31/2 (1886), p. 129 : « Alius autem habet officium sacerdotis, alius levitae, alius subdiaconi, alius acolyti, alius exorcistae, alius lectoris, alius ostiarii...alius cantoris, alius archidiaconatus, alius canonicus, alius praedicatoris, alius doctoris, et unusquisque de officio suo fideliter servire ad honorem Dei et ad utilitatem proximi ».

30 Sn. 54, 927B : de dignitate vestri ordinis ; 44, 767B : dignus sacerdotio ; 73, PL 147, 228AB : vos estis tantae dignitatis..., etiam alia sublimitas vobis a Deo concessa. Plusieurs occurrences de nobilitas : Sn. 33, 594B ; 35, 770B ; 42, 781D ; d'honor, sublimitas : 73, 228.

31 Sn. 35, 767D : « Nos ita per misericordiam suam, voluit dominus electos esse suos ministros » ; col. 770B : « Nos sumus vas electionis ». Sn. 54, 927D-928D : « Magnum est, fratres, ministerium vestrum, magnum donum, magna gratia » ; 46, f° 43v° ; 63, PL 147, 234C.

32 Sn. 35, 767D : « Clerus enim graece sors interpretatur, quia sorte, id est divina electione ab aliis segregati estis ». Sn. 54, 927A : « Presbyter enim graece senior appellatur, non pro aetate, sed propter honorem, et dignitatem, et doctrinam sapientiae ». Sur ces étymologies, cf. Isidore de Séville, Etymologies, éd. Linsay, vu, XII, 20, Oxford, 1911.

33 Pierre Damien, De communi vita canonicorum, PL 145, col. 504.

34 Sn. 35, corrigé par Hauréau, op. cit., p. 129 : « Et tunc in tantam familiaritatem domini promoventur quod jam non servi sed amici vocantur » ; 73, PL 147, 228A : « vos estis tantae dignitatis, quod in curia regis coelestis familiares estis, consilia ejus cognoscitis ». Le terme d'amici est repris dans les sermons 57, éd. Bonnes, 1. 91-93 ; 73, 228A.

35 Sn. 73, PL 147, 228A ; 57, éd Bonnes, p. 205, 1. 1-15 ; 33, 592CD.

36 Sn. 35, 770C ; 73, PL 147, 229C ; 41, 793AB.

37 Par exemple Sn. 57, éd Bonnes, p. 207, 1. 85-124.

38 Sn. 35, 768D-769A : « sic enim Christus fuit minister noster, multo magis nos, qui servi sumus, servire debemus » ; (ce qui reprend I Cor 4,1) ; 58, f°65 ; 63, PL 147, 234 ; 57,1. 197 ; 44, 767A ; 54, 928A.

39 Cf. les termes de commissa : Sn. 33, 595 ; 42, 779D ; 45, 777D..., d'officium : Sn. 33 ; 44 ; 45 ; 54 ; 55 ; 56 ; 63 ; 73.

40 Sn. 45, 778D ; 56, 918CD. Le prêtre est préposé au salut des hommes : Sn. 41, 793B ; 45, 777B ; 55, PL 147, 225A ; 58 P65v°.

41 « Officium ad honorem Dei et ad utilitatem proximi » : Sn. 35, corrigé par Hauréau, op. cit., p. 129. L'idée d'utilité, de charité est reprise dans les sermons 63, 924 ; 73, PL 147, 230.

42 E. Gilson, Saint Bernard, un itinéraire de retour à Dieu, Paris, 1963.

43 Voir les substantifs : onus, labor ou les verbes à l'impératif laborate, sudate : Sn. 33, 595C ; 55, PL 147, 225B ; 63, PL 147, 236 ; 73, 230A.

44 Sn. 42, 781B ; 45, 773A ; 58, f° 64 ; 57,1. 50-55.

45 Sermon 54. Une seule fois l'idée suivante est relevée : « Modo ista nobis qui licet indigni vicarii eorum (apostolorum) sumus », 33, 593C. L'apôtre comme exemple à suivre : 58, f° 65v° ou la pauvreté évangélique : Sn. 36, 881.

46 Sn. 35 769A, (cf. Mt, xx, 28) ; 58, P65v°...

47 Sn. 35, 767D ; 42, 779D ; 55, PL 147, 223C ; 57, 1. 1-15 : Vicarii Christi.

48 Sn. 50, 736D ; 45, 773B ; 49, 749D.

49 Sn. 50, 739A ; 55, PL 147, 223C ; 56, 916D ; 58, f° 65v°.

50 Sn. 42, 779B ; 35, 772B.

51 G. Miccoli, « Ecclesiae primitivae forma », dans Chiesa gregoriana, Florence, 1966, p. 225-301.

52 Sn. 35, 772B : « Accipiunt quippe laici a nobis exemplum », idée empruntée à I P, 5,1-4 ; 58 f° 66.

53 G. Alberigo, « Hégémonie institutionnelle dans la Chrétienté ? », dans La Chrétienté en débat, Paris, 1984, p. 27-44.

54 G. Miccoli, op. cit., « Pier Damiani e la vita comune del clero », p. 75-101.

55 Sn. 42, 779C ; 44, 767C ; 56, 915 ; 63, PL 147, 234D.

56 Sn. 45, 777B : « Proh dolor, cum deberetis esse exemplum bonitatis, estis exempla erroris. Nam, si sacerdos cadit, quanto magis populus peribit ? » ; 42, 781A ; 58, f°64 ; 57, 1. 85.

57 La terminologie est variée : pastores = Sn. 42, 780B ; 43, 783C ; 44, 766C ; 55, PL 147, 223D ; 57, 1. 55 ; 63, 925A. Provisores = Sn. 45, 777D. Speculatores = 33, 594B ; 44, 766A ; 63, PL 147, 235A. Praelatos = 42, 780B ; 45, 778 ; 58, f° 65. Proceres = 58, f° 64. Duces = 44, 766A ; 58, f° 64v°. Principes = 58, f°64.

58 Sn. 45, 777D : « Sacerdos oculus est et provisor commissae Ecclesiae, ne lupus... » ; 63, PL 147, 234D reprenant Ez, 3, 17 : le prophète comme guetteur ; 33, 594B.

59 Sn. 42, 781D : « Si regales estis, regere debetis » ; 55, PL 147, 223C ; 58, f° 65 ; 73, PL 147, 229C. Praelatus peut désigner l'évêque : Sn. 45, 778BC ; ou les clercs : 42, 780C-781C : « Pro defensione gregis, voce libera, hujus mundi potestatibus contraire ».

60 Sn. 58, f°64-65 : « Vos estis duces huius belli ».

61 Sn. 54, 927A : « Sacerdotes autem vocantur quia sacrum dant », adapté du sacrum dans d'Isidore de Séville, Etymologies, éd. Linsay, vii, xii, 17.

62 Sn. 33, 592 ; 54, 927B : pouvoir sacramentel en général. Sn. 56, 916D ; 63, PL 147, 234C : confession. Sn. 73, PL 147, 228C : Eucharistie.

63 Dispensator mysteriorum Dei (I Cor, 4, 1), servus praepositus Sn. 35, 767D ; 55, PL 147, 224B.

64 Sn. 35, 770A : « Mundamini qui fertis vasa Domini », (Is, 52, 11) ; 45, 776D ; 54, 988D ; 55, PL 147, 224A ; 73, PL 147, 228D. Il évoque l'idée de médiation sacramentelle par cette image du vase souvent employée dans un contexte eucharistique. Elle peut aussi désigner le corps du prêtre : 35, 770D (I Thess IV, 4).

65 Cf. n. 28, Sn. 54, 928 : Eucharistie, baptême, mariage, confession, onction.

66 Sn. 46, P 43v° ; 54, 928 ; 63, 925BC, qui reprend Jn, 3,5.

67 Sn. 73, PL 147, 228 : « Etiam alia sublimitas vobis a Deo concessa, permittit a vobis corpus Domini tractari, sanctifïcari, et de pane corpus suum vestra benedictione fieri ; magna dignitas, magna potentia ».

68 Sn. 42, 781D : « Si sacerdotes, vos facere placabiles hostias Domino, et pro peccatis populi orare, non ea augmentare debetis » ; 54, 928A ; 57, 1. 122-23 ; 73, PL 147, 228C : « Sacerdotes quibus orandi et sacrificandi juge officium est ».

69 Sn. 35, 770D ; 43, 783D ; 49, 748B ; 50, 738D ; 54, 928A ; 58, f°65v° ; 73, PL 147, 228B.

70 Sn. 58, f°65v° : « Commiserat enim Dominus vobis thesaurum corporis sui, vos vero indigne accipitis et negligenter traditis....et quem angeli adorant omnis creatura contremiscit, inter indignas manus tam negligenter portari sinitis. O miser, nesquis quem tradis, nescis cui hoc facis. Dominus tuus est Iesus quem debes honorifice tractare et cum maximo timore portare... ».

71 Sn. 50, 738B : « Sacerdotes qui sunt praecones Ecclesiae qui ad confessionem hommes invitant ». Sur ce problème et ses liaisons avec la pensée opposée d'Abélard, voir P. Anciaux, La théologie du sacrement de pénitence au χiie siècle, Louvain, 1949, p. 166-74.

72 Sn. 42, 780C ; 58, f 64 – Judices : 33, 594C ; 57,1. 15 et suivantes.

73 Medicus : Sn. 57,1. 162 ; 58, f°64v°.

74 Sn. 56, 916D-917 ; 55, PL 147, 224C : portrait du prêtre coléreux.

75 Sn. 42, 780D-781A : « Et tamen necesse est ut rectores a subditis timeantur... ; cum ergo bonus erit, sis ei aequalis, cum peccaverit, velis dominari » ; 56, 917D ; 57, éd. Bonnes, p. 205.

76 Sn. 57, éd. Bonnes, p. 208, 1. 162-175 ; 58 f°65.

77 Sn. 56, 916D ; 57, éd. Bonnes, 1. 15-47 ; 33, 594C.

78 Sn. 57, op. cit., p. 206 ; 58, f°65 ; 63, PL 147, 234D-235A ; 33, 595B ; 56, 915. Pas de peines trop lourdes : Sn. 58, f°65 : « Multotiens medicus indiscretus dum putat sanare, occidit ; dum vult modum aspere agit, gladio desperationis perimit » ; 55, PL 147, 224C : de la mansuétude ; 42, 781A : image du vin et de l'huile sur une blessure (cf. le bon samaritain, image reprise dans le canon 21 de Latran IV).

79 Sn. 58, f°64v° : « Beatus qui tenebit parvulos, ie pravas cogitationes tuas quas generas ne possint ad delectationem venire, et consensum, et actum ». Mention de l'accord de la volonté dans le bien et le mal : 36, 882CD. La foi ne suffît pas : 42, 783A : « habet fidem et bonam voluntatem ».

80 Sn. 42, 781A ; 73, PL 147, 229B ; 57,1. 105-107.

81 Sn. 56, 917-918A : « Duo sunt genera compunctionis unum quo aeternas poenas metuit, aliud quod coelestibus praemiis inspirat, quia Deum sentiens anima, prius timore compungitur, postea amore ». Pénitences intérieure et extérieure : Sn. 57,1. 24-26.

82 Sn. 63, PL 147, 234C, image issue du De vita contemplativa de Julien Pomère, PL 59, col. 445AB.

83 Y. Congar, op. cit., p. 159-60 ; cette évolution est liée à celle de la papauté qui devient l'ultime détentrice du pouvoir de lier et de délier. Seul le pape est alors vicarius Christi.

84 Praedicator : Sn. 36, 881A ; 49, 749C ; 55, PL 147, 223C – angelus, nuntius Del : 35, Hauréau, op. cit., p. 129 ; 45, 777B ; 57, 1. 91 ; 73, PL 147, 227D. Thesaurus praedicationis : 42, 779D.

85 Sn. 45, 777B : « Per angelos Dei intelliguntur sacerdotes, qui salutem hominibus nuntiant angelus enim nuntius interpretatur » à partir de Mal 2,7 ; 73, PL 147, 227D. Pour annoncer la charité : 46, f° 43v°.

86 Sermons 46, P 44 ; 54 ; 63, PL 147, 235A : l'image du sel introduit les deux fonctions de la prédication : enseigner la bonne doctrine et corriger les pécheurs.

87 Loci pascuae : Sn. 42, 779D-780A (Ps 22, 1 associé à Mc 8,3) ; gregem ad pascendum... ut eos jejunos cibo coelestis verbi reficeretis : 55, PL 147, 223C ; 57,1. 63-74.

88 Sn. 45, 776D-777A ; 54, 928C ; 56, 916 ; 63, PL 147, 235 ; 33, 592.

89 Lex Christi : Sn. 45, 776 ; praecepta Dei : 50, 737B ; 58, f° 65 ; 73, PL 147, 228A.

90 Sn. 44, 766 ; 45, 778D ; 57, 1. 135-37 ; 33, 594 ; 45, 778.

91 Sn. 44, 766 ; 45, 778 ; 56, 915B ; 57, 1. 140-160.

92 Sn. 42, 780B : « Ascende in eminentiam virtutum, antequam Sion, aliquid evangelizes », cf. Is 40, 9 ; 44, 767B ; 63, 234D.

93 Sn. 33, 593B : notamment les Evangiles ; 45, 777A ; scientia : 33, 594B ; 35, 771D ; 42, 779 ; 43, 785B ; 44, 766 ; 46, f°44 ; 63, PL 147, 234. Ceci leur permet d'être les yeux de l'Eglise, image associée à celle de la lumière, du candélabre : 54, 928D ; 57,1. 195-200 ; 58, f°65 ; 63, PL 147, 235. Les docteurs désignent sans doute les évêques.

94 Sn. 45, 776C.

95 Sn. 42, 782 ; 45, 777D ; 57,1. 65-70.

96 Intellectum et operationem : Sn. 42, 779C ; 33, 595C ; 63, 925A.

97 L'indice majeur provient des injonctions synodales. Elles affirment le rôle judiciaire du synode ou apportent des compléments explicatifs à la législation promulguée lors de l'assemblée, voir Sn. 57 1. 59-61 ; 160-61 : « Sciatis certe quod haeretici sunt, sacrilegi sunt omnes illi, et eos omnes anathemate ferimus » ; 170-172. Il est possible, dans ce cas, que l'expression praecepta Domini ait la signification plus précise de préceptes synodaux : id. Sn. 57,1. 69-70 ; 58, f°65.

98 Sn. 55, PL 147, 225AB. Dans la division fonctionnelle de la société qu'il introduit dans le sermon 57, il fait la part aux naute, 1. 73-75.

99 Voir par exemple le sermon 63.

100 Sn. 63, 924CD : « Augustin, soleil de l'Eglise ». Il fut le père des chanoines réguliers que Geoffroy chercha à établir tant dans ses fondations érémitiques que dans le chapitre cathédral. Il eut sans doute connaissance aussi de Julien Pomère qui contribua à diffuser la doctrine d'Augustin en Gaule.

101 Il s'agit d’écrits à tendance pastorale ou spirituelle provenant de divers auteurs : Grégoire le Grand surtout, Ambroise, Isidore, Jérôme, Cyprien. Le sermon 67 sur l’office de prêtre reprend entièrement une lettre de Grégoire le Grand (MGH, Ep. I-24, p. 29-37, 1. 7 à fin : celui-ci y cite des passages de sa regula pastoralis). La comparaison entre les citations scripturaires employées par Grégoire à cette occasion et celles des sermons personnels de Geoffroy est instructive sur la manière dont celui-ci se sert des écrits des Pères. Il reprend textuellement nombre des citations de Grégoire (Is 52, 11 ; 40, 9 ; IP 2,9 ; Mal 2,7...) souvent dans un contexte thématique analogue. Ainsi, la miséricorde ou la discipline vis à vis du pécheur sont développées à partir de Act x, 26-V, 5 et Le x, 34, cf. Grég., op. cit., p. 34-35 et Sn. 42, 780D-781A. Dans le Sn. 35, sur 27 citations explicites, 10 sont tirées des épitres de Paul, 9 des Evangiles de Matthieu et de Jean, 1 des Actes, 1 de Pierre, 6 de l'Ancien Testament (Gn, II R, Ps, Is).

102 J. Laudage, op. cit. De même cette importance de la médiation du prêtre permet de mieux comprendre la genèse, au xie siècle, d'un modèle réformateur fondé sur la vie commune des clercs et la pauvreté, à l'imitation de l'Eglise primitive.

103 Charte-notice du 2 juillet 1145, éd. Gallia christ., t. 2, col. 814-15.

104 B. Guillemain, « L'action pastorale des évêques en France aux xie-xiie siècles », dans Le istituzioni ecclesiastiche della « societas Christiana » dei secoli XI-X1I- Diocesi, pievi e parrochie, Milan, 1977, p. 117-99, montre une évolution d'une pastorale moralisatrice à une pastorale des sacrements.

105 J-P. Bonnes, op. cit., p. 177, 181.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site